Mitteleuropa Balkans (33) Hongrie (33)

Bombardement

Junkers Ju-87A/B

Junkers Ju-87B 8

Junkers Ju-87B

Si le bombardement horizontal est adapté au traitement des cibles larges et étendues, il l’est beaucoup moins pour des cibles de taille réduite comme les batteries d’artillerie ou les navires de guerre.

Lire la suite

Scandinavie (10) Norvège (10)

Destroyers et torpilleurs

En guise d’avant-propos

En septembre 1939, la marine norvégienne dispose de dix destroyers, quatre de classe Draug et six de classe Sleipner. Enfin destroyer il faut dire vite car ils sont plus proches des torpilleurs des autres marines que de destroyers britanniques, de Zerstörer allemands ou encore de contre-torpilleurs français.

Lire la suite

Italie (84) Regia Aeronautica (6)

Les avions de la Regia Aeronautica (3) : les avions d’attaque au sol

Avant-propos

Si durant le premier conflit mondial le bombardier et l’avion d’attaque étaient confondus (les bombardiers lourds étaient rarissimes) ce ne fût pas le cas dans les années vingt et trente.

Lire la suite

Italie (80) Regia Aeronautica (2)

Organisation

Avant-propos

La Regia Aeronautica à la différence des armées de l’air françaises et britanniques _la première s’inspira de la seconde pour sa grande réforme de 1944_ à choisit une structure territoriale et non une structure spécialisée.

Lire la suite

Italie (45) Aéronavale (3)

Bombardiers et Bombardiers-torpilleurs

Avant-propos

Localiser l’ennemi en mer c’est une bonne chose. L’attaquer c’est mieux ce qui explique que toutes les marines ou presque disposaient d’unités d’assaut aéromaritime, des unités chargées d’attaquer les navires ennemis en haute-mer en coopération, en coordination avec les croiseurs et les cuirassés.

Lire la suite

Italie (43) Aéronavale (1)

AERONAVALE

Avant-propos

L’arrivée du vecteur aérien à naturellement changé le cours de la guerre navale même si l’idée d’une guerre au delà de l’horizon sans que les navires ne s’aperçoivent était encore du domaine de la science-fiction pour les amiraux du début du XXème siècle.

Lire la suite

Italie (23) Porte-Avions

PORTE-AVIONS

CV Graf Zeppelin à la mer

Représentation du porte-avions Graf Zeppelin à la mer. Les deux porte-avions italiens lui ressemble beaucoup

Avant-Propos

L’apparition de l’avion attira immédiatement les militaires qui virent le moyen de voir au delà de la colline et en mer au delà de la ligne d’horizon.

Lire la suite

Italie (14) Regia Marina (4)

Contre-torpilleurs

Appelé Cacciatorpidiniere dans la langue de Dante, le contre-torpilleur est un domaine où les marines françaises et italiennes rivalisent pour obtenir le navire le plus puissant, le plus rapide et le plus efficace.

Lire la suite

Allemagne (74) Armée de l’Air (7)

Junkers Ju-87

Junkers Ju-87B en formation au dessus de la Pologne

Junkers Ju-87B en formation au dessus de la Pologne

Si le bombardement horizontal est adapté au traitement des cibles larges et étendues, il l’est beaucoup moins pour des cibles de taille réduite comme les batteries d’artillerie ou les navires de guerre.

Voilà pourquoi les premières expérimentations de bombardement en piqué furent menés par les pays développant une aéronavale, les Etats-Unis et le Japon faisant figure de pionniers.

L’Allemagne qui avait développé une aviation d’assaut à la fin du premier conflit mondial comprend l’intérêt du bombardement en piqué pour l’appui-rapproché des troupes au sol.

Après le Sofort-programme (programme d’urgence) qui avait donné naissance au Hs123, un nouveau programme est lancé en janvier 1935.

Ce Sturzbomber-Programm est censé être une compétition ouverte entre Junkers, Arado, Heinkel et la Hamburger Flugzeugbau mais en réalité, les demandes ont été littéralement calquées sur le projet de Junkers.

Heinkel He-118

Heinkel He-118

Le futur Junkers Ju-87 s’oppose à l’Arado Ar81 _seul biplan de la compétition_ , au Heinkel He118 _un monoplan conventionnel_ et le Blohm & Voss (Hamburger Flugzeugbau) Ha137 qui reprenait la même configuration en aile en W que le futur Stuka.

Le Junkers Ju-87 effectue son premier vol le 17 septembre 1935 mais est perdu le 21 janvier 1936 entrainant la mort du pilote et de son observateur. C’est le second prototype qui effectue son premier vol en mars 1936 qui prend le relais et qui affronte en finale le Heinkel He118 et l’emporte.

Après un troisième prototype qui décolle en novembre 1936, la production en série est lancée avec d’abord dix appareils de pré-production suivis des appareils de série qui entrèrent en service en 1937.

Comme le Hs123, le Ju-87 est testé lors de la guerre d’Espagne, une poignée d’appareils y étant envoyés pour être évalués et pour affiner les tactiques de mise en œuvre.

La carrière du Ju-87A est courte, ses performances étant fort modestes en raison d’un aérodynamisme douteux. Il est rapidement remplacé par le Ju-87B aisément identifiable par un train d’atterrissage fixe redessiné pour améliorer l’aérodynamisme.

En septembre 1939, quatre escadres de bombardement en piqué équipées de Junkers Ju-87A et B sont en service au sein de la Luftwafe avec 366 exemplaires en service. 31 exemplaires sont perdus durant le conflit.

Junkers Ju-87 "Caësar" les ailes repliées

Junkers Ju-87 « Caësar » les ailes repliées

Au printemps 1940, les derniers Ju-87A sont remplacés par les premiers “Dora”, le Ju-87D (le -C désignant la variante embarquée du Stuka), une version améliorée avec un armement défensif renforcé (quatre mitrailleuses dans les ailes et deux mitrailleuses dans le poste arrière), une meilleure protection de l’équipage.

Chaine de montage du Junkers Ju-87 "Dora"

Chaine de montage du Junkers Ju-87 « Dora »

En septembre 1948, deux escadres sont équipées de Ju-87D, une de Ju-87B et la quatrième de Ju-87R, une version à long rayon d’action.

Les Ju-87A et B retirés du service furent revendus à la Hongrie et au Japon (ce dernier pays pour l’évaluation), l’Italie commandant également des Ju-87B.

La production du Junkers Ju-87 continue dans sa version R ainsi que dans une variante embarquée du modèle R.

Le Ju-87G est une variante destinée à l’exportation mais qui ne connu pas de succès, le Ju-87H une version d’entrainement qui elle à été produite en petit nombre.

Junkers Ju-87B-2

Caracteristiques Techniques du Junkers Ju-87D

Type : bombardier en piqué biplace

Masse à vide équipé 3900kg maximale au décollage 6600kg

Dimensions : envergure 13.80m longueur 11.50m hauteur 3.90m

Motorisation : un moteur en ligne Junkers Jumo 211J-1 de 1400ch

Performances : vitesse maximale 410 km/h à 3840m vitesse de croisière 320 km/h à 5090m Distance franchissable 1535km Plafond pratique 7290m

Armement : quatre mitrailleuses MG-81 de 7.92mm avec 800 coups chacun et deux mitrailleuses MG-81Z en affût double en poste arrière avec 2000 cartouches 1800kg de bombes sous le fuselage et les ailes

Allemagne (30) Aéronavale (2)

Organisation du Kriegsmarine Fliegerkorps (KFK) (1) : Baltique

Groupes aériens embarqués (Tragergruppe)

-Trois groupes aériens embarqués dépendent du commandement aérien ayant autorité sur la Baltique.

-Le Tragergruppe 186 est embarqué sur le KMS Graf Zeppelin ou quand le porte-avions est à quai est basé à Kiel-Holteneau. Quand le conflit éclate, le groupe aérien est composé de la façon suivante :

-5.J/TRG 186 (Tragergruppe 186) avec pour équipement douze Focke-Wulf Fw195 en remplacement des Me109T.

-6.J/TRG 186 (Tragergruppe 186) avec pour équipement douze Focke-Wulf Fw195 en remplacement des Me109T

Focke-Wulf Fw-190A0

Focke-Wulf Fw-190A0

-Le Focke-Wulf Fw195 n’est autre que la version embarquée du Fw-190, donnant à l’aéronavale allemande un chasseur remarquable, supérieur au D-790 et équivalent au MB-159M.

Fieseler Fi167 en vol

Fieseler Fi167 en vol

-2.St/TRG 186 (Tragergruppe 186) avec douze Fieseler Fi167 d’éclairage-torpillage. Cet appareil était un petit biplan dérivé du monoplan ADAC Fieseler Fi156 Storch.

Essai de catapultage pour le "MarineStuka"

Essai de catapultage pour le « MarineStuka »

-4.St/TRG 186 (Tragergruppe 186) avec pour équipement seize Junkers Ju-87C, version embarquée du Stuka.

Au total ce sont 52 appareils qui sont embarqués sur le Graf Zeppelin. A cela s’ajoute deux Junkers Ju52 pour le transport logistique, deux appareils qui ne peuvent bien entendu pas apponter sur le porte-avions à la différence des quatre Bucker Bu183, des avions d’entrainement, une version navalisée du Bu181 Bestmann.

-Le Tragergruppe 187 est stationné à Dievenow en Poméranie. C’est le groupe aérien du porte-avions léger KMS Lutzen stationné à Kiel. Il se compose des unités suivantes :

-1.J/TRG 187 (Tragergruppe 187) avec pour équipement neuf Messerchmit Me109T

-3.J/TRG 187 (Tragergruppe 187) avec pour équipement neuf Messerchmit Me 109T

-7.St/TRG 187 (Tragergruppe 187) avec pour équipement six Junkers Ju-87C

-8.St/TRg 187 (Tragergruppe 187) avec pour équipement huit Fieseler Fi169, un triplace comparable au Laté 299 français. Le Fi169 doit remplacer le Fi167 qui n’à pas donné vraiment satisfaction, un appareil honnête dirions nous.

Comme le Tragergruppe 186, le TRG 187 dispose de deux Junkers Ju52 de soutien logistique et de quatre Bucker Bu183

-Le Tragergruppe 189 : En compagnie du Tragergruppe 187, ce groupe aérien embarqué en temps normal sur le porte-avions léger Bautzen est stationné à Dievenow en Poméranie

-9.J/TRG 189 avec pour équipement neuf Messerchmit Me109T

-10.J/TRG 189 avec pour équipement neuf Messerchmit Me109T

-11.St/TRG 189 avec pour équipement six Junkers Ju87C

-12. St/TRG 189 avec pour équipement huit Fieseler Fi169

Comme le Tragergruppe 187, le TRG 189 dispose de deux Junkers Ju52 de soutien logistique et de quatre Bucker Bu183

L’aviation basée à terre

Si au niveau des groupes aériens embarqués, le MOSK (Marineflieger OstSee Kommando) est le dominant, la situation est inverse pour l’aviation basée à terre.

Composée de quatre Geschwader (escadres), cette aviation basée à terre dépend jusqu’en septembre 1945 de la Luftwafe, suite à un compromis laborieux passé entre la marine et Goering qui pressentant un futur affrontement avec Borman et le duo Heydrich/Himmler avait besoin de se ménager des appuis.

Trois Marineflieger Geschwader (MFG) sont stationnés sur les côtes de la mer du Nord et un seulement sur les côtes de la mer Baltique.

La raison est simple : la menace principale vient d’Angleterre et de France et les opérations allemandes sont planifiées vers l’ouest, une attaque de l’URSS ne devant survenir que plus tard après la neutralisation de Londres et de Paris ou la signature d’un gentleman ‘s agreement.

Ces escadres d’action aéromaritime sont composées de Gruppe et de Stafel, des unités de reconnaissance maritime, de bombardement et de torpillage.

Comme pour leurs homologues de l’Aviation Navale et du Coastal Command, les MFG ont pour mission d’éclairer la flotte à longue distance, de lutter contre les sous-marins ennemis et d’attaquer les navires militaires et de commerce ennemi à la bombe, à la torpille et à la roquette air-sol.

Le 1. Marineflieger Geschwader (puis KriegsmarineFliegerKorps-Geschwader ou KFK-Geschwader) est stationné sur la base aéronavale de Dantzig, une base aménagée entre 1941 et 1943. Cette unité dispose des unités suivantes :

Focke-Wulf Fw200 Condor en vol

Focke-Wulf Fw200 Condor en vol

-Une unité de reconnaissance maritime à long rayon d’action le 1. Kriegsmarine Fernaufklärungsgruppe équipé de vingt-quatre Focke-Wulf Fw200 Condor puis d’Heinkel He-179M, version de patrouille maritime du bombardier Heinkel He179, cette unité étant organisée en trois staffel de huit appareils.

-Deux unités de reconnaissance et d’observation maritime équipées chacune de vingt-sept Focke-Wulf Fw-200 Neue Condor, une version améliorée du Fw200 (radar aéroporté, moteurs plus puissants, armement défensif renforcé), unités baptisées 3. et 5. KFK-Aufklärungsgruppe, chacun de ses groupes disposant de trois staffel de neuf appareils .

-Deux unités de bombardement-torpillage équipées chacune de quarante-huit Junkers Ju-188, version améliorée du Junkers Ju-88 et baptisées 7. et 9. KFK-Kampfgruppe, chaque gruppe disposant de quatre staffel à douze appareils

Le 1. KFK-Geschwader dispose donc de cinq gruppe et dix-sept staffel ainsi que de 174 appareils.

La base aéronavale de Dantzig se révélant saturée, une partie des moyens sont déployés à Rugen (7. KFK-Kampfgruppe) et à Memel (5. KFK-Aufklärungsgruppe), les autres unités restant à Dantzig.

Hydraviation

La dernière unité sous le contrôle du Marine OstSee Kommando est le groupe d’hydraviation de la Baltique ou OstSee Wasserflugzeug Geschwader (OWG) qui regroupe à la fois des hydravions basés à «terre» mais également les hydravions embarqués sur les cuirassés, croiseurs de bataille et croiseurs de la Kriegsmarine.

Le groupe des hydravions embarqués (Bordfliegergruppe) est stationné à Dievenow en Poméranie et dispose d’Arado Ar 196 ou Ar 198. Les premiers sont embarqués sur les croiseurs lourds et légers, les seconds étant embarqués sur les cuirassés et les croiseurs de bataille.

Le OWG-Bordfliegergruppe dispose des moyens suivants :

-Cuirassés Ludendorff et Kaiser Wilhelm II stationnés à Kiel avec quatre Arado Ar 198 chacun

-Croiseurs de bataille Oldenburg et Nassau : stationnés à Kiel avec quatre Arado Ar196 chacun

-Croiseurs lourds (ex-cuirassés) Lutzow et Admiral Scheer stationnés à Swinenmunde et disposant chacun de deux Arado Ar196

-Croiseurs lourds Admiral Hipper et Blücher stationnés à Kiel disposant de 3 Arado Ar196 chacun

-Croiseurs lourds Prinz Eugen et Seydlitz stationnés à Gotenhafen disposant de 3 Arado Ar196 chacun

-Les croiseurs légers Leipzig et Nurmberg stationnés à Kiel avec deux Arado Ar196 chacun

-Les croiseurs légers Berlin et Frankfurt am Main stationnés à Gotenhafen dispose chacun de deux Ar196 chacun.

-Les croiseurs légers Dresden et Magdeburg stationnés à Rugen dispose de deux Ar196 chacun

-Les croiseurs légers Emden et Bremen stationnés à Kiel dispose de deux Ar196 chacun

La flotte d’hydravions embarqués se composent de quarante-huit appareils, quarante Arado Ar196 et huit Arado Ar198. A noter que les hydravions embarqués sur les croiseurs légers Dresden et Magdeburg sont détachés à Rugen auprès de leurs navires porteurs.

Le groupe des hydravions basés à «terre» (Kustenfliegergruppe) regroupe dans un premier temps les unités stationnées sur les côtes de la mer Baltique en septembre 1939 soit les unités suivantes :

-1. (M)KuFlGr 506 stationné à Dievenow en Poméranie et équipé d’Heinkel He60

-2. (F)KuFlGr 506 stationné à Dievenow en Poméranie avec pour équipement des Dornier Do18

-3. (Mz)506 stationné à Dievenow en Poméranie avec pour équipement des Heinkel He59

-2. (F)KuFlGr 606 stationné à Dievenow en Poméranie avec pour équipement des Dornier Do18

Pour désengorger la base de Dievenow, deux nouvelles hydrobases sont aménagées, une sur l’île de Rugen et une deuxième à Memel, une ville libre annexée par la Lituanie puis par l’Allemagne.

Le nombre d’unités augmente et le matériel est totalement renouvelé. En septembre 1948, le OWG-Kustenfliegergruppe dispose des unités suivantes :

Blohm & Voss Bv138

Blohm & Voss Bv138

-11. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée à Rugen avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138

-13. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée à Memel avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138

-15. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée à Dievenow avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138

-17. Marine Kampf Staffel : unité de bombardement-torpillage stationnée à Dievenow en Poméranie avec pour équipement seize Heinkel He-117

-19. Marine Kampf Staffel : unité de bombardement-torpillage stationnée à Rugen avec pour équipement seize Heinkel He-115.

-21. Marine Kampf Staffel : unité de lutte anti-sous-marine stationnée à Memel avec pour équipement de douze Blohm & Voss Bv138 adaptés à cette mission

L’OWG-Kustenflieggergruppe dispose au total de quatre-vingt hydravions chargés en temps de guerre de surveiller la Baltique, d’éclairer la flotte, d’attaquer la flotte ennemie, de mener des missions de mouillage de mines.