Le Conflit (156) Europe Occidentale (121)

Garnison de Berlin

Pour défendre le Festung Berlin, les allemands disposent encore de quelques divisions d’infanterie, de quelques moyens motomécaniques et surtout d’un agrégat composite de S.S, de Jeunesses Hitlériennes, de marins et d’aviateurs sans bateaux et avions sans compter le Volksturm cette milice à l’efficacité nulle en zone ouverte et relative en zone urbaine surtout si cette «milice du peuple» est encadrée par des troupes régulières.

On trouve également des volontaires étrangers qui vont se battre jusqu’au bout avec acharnement sachant parfaitement qu’ils n’ont aucune clément à attendre de la part des soldats alliés et encore ce ne sont pas les soviétiques qui eux étaient décidés à ne pas faire de quartier (enfin plus que les soldats occidentaux).

Pour le dispositif global on trouve d’abord un anneau extérieur avec des divisions d’infanterie plus ou moins affaiblies, quelques unités motomécaniques qui vont épuiser les dernières réserves de carburant et quelques pièces d’artillerie généralement des 88 antichars et antiaériens et quelques rares pièces lourdes de 105 et de 150mm.

Cet anneau doit user les premières colonnes d’assaut, en gros limer les crocs de l’ennemi et les rendre moins puissants pour que la garnison de la forteresse de Berlin puisse repousser l’ennemi.

Es-ce simplement possible ? Si cette garnison peut compter sur des troupes efficaces et motivées, si le combat urbain réduit le fossé entre l’assaillant et l’assaillit, si les armes automatiques sont nombreuses, rien ne dit que les soldats alliés ne vont pas l’emporter d’autant que les combats urbains ne sont pas une découverte pour les soldats français et britanniques.

Après cette longue introduction, voici l’ordre de bataille des troupes allemandes combattant à Berlin et pour Berlin :

-La 16.Armee couvre Berlin à l’ouest et au nord-ouest, faisant donc face aux britanniques avec trois corps d’armée mais composés de divisions qui n’ont de divisions que le nom.

Le 7.AK comprend la 2.PzD et la 262.ID, le 5.AK comprend les 26 et 91.ID alors que le 9.AK comprend les 16 et 59.ID.

-La 8.Armee couvre le sud et le sud-est c’est-à-dire qu’elle fait fasse aux troupes françaises. Elle comprend deux corps d’armée, le 25.AK qui dispose de la 131.PanzerBrigade et de la 273.ID alors que le 23.AK qui comprend la 8.VolksgrenadierDivision et la 354.ID.

Notons l’absence de toute unité de la S.S pour la simple et bonne raison que le duo Himmler/Heydrich à concentré ses unités les plus fidèles sur le front de l’est pour faire face aux russes.

La garnison de Berlin comprend un ensemble d’unités hétéroclites, souvent de faible valeur militaire.

1.Flak Division qui regroupe toutes les pièces de DCA défendant Berlin, elles sont servies par des artilleurs de l’armée de terre, de l’armée de l’air, de la Luftwaffe avec souvent des femmes et des enfants.

InfanterieRegiment «Gross Berlin» : régiment de garde et de parade créé en septembre 1951 devenu en octobre 1952 une véritable unité de combat pour défendre la capitale allemande.

-Deux bataillons de la Feldgendarmerie

-Deux bataillons du génie

-Trente-deux bataillons du Volksturm aux capacités et à l’équipement hétéroclite

-3.Schutzen Division

-17.S.S Grenadier Division Galician n°1

Ces deux dernières divisions sont en réalité de grosses brigades, leurs capacités comme leurs motivations sont donc sujettes à caution.

On trouve également des unités d’artillerie et du génie ainsi quelques Kampfgruppe regroupant les derniers blindés (chars de combat, chasseurs de chars et canons d’assaut).

Les chiffres sont incertains mais la plupart des historiens s’accordent sur une force blindée hétéroclite composée de 8 Panzer III à canon de 50mm _très usés car utilisés pour l’entrainement et la formation_ , 12 Panzer IV Ausf G, 8 Panzer V Panther Ausf G, 6 Panzer VI Tigre, 4 Panzer VI Tigre II soit 38 chars de combat auxquelles il faut ajouter des chasseurs de chars en l’occurence quatre Marder III, quatre Jagdpanther, deux JadgTiger et des canons d’assaut (6 Stug III et 6 Stug IV) soit 22 chasseurs de chars/canons d’assaut. Autant dire fort peu de choses….. .

Le Conflit (147) Europe Occidentale (112)

Réserve Générale d’Artillerie

Evolution Générale

Dans le domaine de l’artillerie, la situation n’évolue pas de manière extraordinaire, les unités qui ont échappé à l’ordalie de la Campagne de France et à la réorganisation qui à suivit sont toujours là.

Sur le plan de l’équipement de nouvelles pièces arrivent comme le 155L modèle 1952 tentative plutôt réussie de synthèse entre le 155L GPF-T et le 155L modèle 1945S pour aboutir à un canon léger long. Si ce canon est encore jugé trop lourd pour être utilisé au niveau divisionnaire, les progrès sont flagrants.

Des canons automoteurs de 155mm apparaissent également pour remplacer une partie des pièces tractées.

En revanche l’artillerie lourde sur voie ferrée ne cesse de perdre du terrain en raison de l’usure des pièces les plus lourdes. On préfère ainsi conserver des pièces plus légères et plus modernes, reléguant les pièces héritées du premier conflit mondial au musée.

Pour l’artillerie antichar, les canons de 47mm sont retirés du front occidental car même si il peut encore traité les Panzer IV il devient insuffisant face aux Panther, au Tigre et au Tigre II sans parler des différents canons d’assaut et des chasseurs de chars dérivés des chars sus-nommés.

Certains régiments d’artillerie antichar vont recevoir des chasseurs de chars en remplacement des pièces tractées mais le conflit s’achevera en Europe avec encore des RAAC tractés.

Les unités de lance-roquettes multiples sont toujours là avec des modèles améliorés et des modèles plus lourds.

Liste des unités de la Réserve Générale

-364ème Régiment d’Artillerie Lourde Coloniale (364ème RALC) : 105L modèle 1936S et 155L modèle 1952

-184ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (184ème RALT) : 194L GPF-T

-185ème Régiment d’Artillerie Lourde (185ème RAL) : canons automoteurs G1R Au-155S (châssis renforcé de Renault G-1R avec un canon de 155L modèle 1945S puis à la fin du conflit de 155L modèle 1952).

-351ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (351ème RALT) : canons de 105L modèle 1936S

-356ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (356ème RALT) : canons de 105L modèle 1936S

-357ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (357ème RALT) : canons de 105L modèle 1941T

-364ème Régiment d’Artillerie Lourde (364ème RAL) : canons automoteurs G1R Au-155S

-191ème Régiment d’Artillerie Lourde Portée (191ème RALP) : canons de 220L modèle 1950S

-194ème Régiment d’Artillerie Lourde Portée (194ème RALP) : canons de 220L modèle 1950S

-196ème Régiment d’Artillerie Lourde Portée (196ème RALP) : canons de 220L modèle 1950S

-171ème Régiment d’Artillerie Lourde à Portée (171ème RALP) : mortiers de 280mm Schneider TR

-174ème Régiment d’Artillerie Lourde à Portée (174ème RALP) : canons de 220L modèle 1950S

-370ème Régiment d’Artillerie Lourde sur Voie Ferrée (370ème RALVF) : régiment de sécurité

-372ème Régiment d’Artillerie Lourde sur Voie Ferrée (372ème RALVF) : huit canons de 240mm TAZ modèle 1944

-374ème Régiment d’Artillerie Lourde sur Voie Ferrée (374ème RALVF) : huit canons de 240mm TAZ modèle 1944

-102ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (102ème RALT) : canons de 155L GPF-T et de 105L modèle 1936S

-111ème Régiment d’Artillerie Lourde Coloniale à Tracteurs (111ème RALCT) : canons de 155L modèle 1945S

-141ème Régiment d’Artillerie Lourde (141ème RAL) : canons automoteurs de G-1R Au-155S

-104ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (104ème RALT) : canons de 155L modèle 1952 et canons de 105L modèle 1936S

-109ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (109ème RALT) : canons de 105L modèle 1936S

-180ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (180ème RALT) : canons de 105L modèle 1941T

-116ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (116ème RALT) : canons de 105L modèle 1936S

-145ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (145ème RALT) : canons de 155L modèle 1952 et canons de 105L modèle 1936S

-402ème Régiment d’Artillerie Anti-Char (402ème RAAC) : chasseurs de chars modèle 1952

-403ème Régiment d’Artillerie Anti-Char (403ème RAAC) : canons de 75mm TAZ modèle 1939

-405ème Régiment d’Artillerie Anti-Char (405ème RAAC) : chasseurs de chars modèle 1952

-406ème Régiment d’Artillerie Anti-Char (406ème RAAC) : canons de 75mm TAZ modèle 1939

-700ème régiment de lance-roquettes multiples : lance-roquettes multiples de 150mm modèle 1950

-701ème régiment de lance-roquettes multiples : lance-roquettes multiples de 240mm modèle 1952

-702ème régiment de lance-roquettes multiples : lance-roquettes multiples de 150mm modèle 1950

-703ème régiment de lance-roquettes multiples : lance-roquettes multiples de 240mm modèle 1952

US Army Artillery Group

La Réserve Générale d’Artillerie Américaine comprend toujours les mêmes moyens que précédement. L’envoi de nouvelles unités d’artillerie à été étudiée mais finalement ne s’est pas produit essentiellement pour des raisons de logistique et d’utilité opérationnelle.

On trouve encore les 16 groupes légers (six équipés de canons de 75mm et dix d’obusiers de 105mm dont six automoteurs) qui vont être détachés aux différents corps d’armée, aux différentes divisions.

On trouve également 34 groupes moyens en l’occurence dix groupes automouvants de 105mm (les groupes de 155mm sont placés sous les ordres des armées et des corps d’armée) et vingt-quatre groupes remorqués (4 groupes de 105mm et 20 obusiers de 105mm).

En ce qui concerne les groupes lourds on n’en trouve plus que huit groupes de 155mm remorqués mais ils vont être rejoints par huit groupes de lance-roquettes multiples.

Génie

Unités françaises

-Le 7ème régiment du génie stationné à Avignon est engagé en Méditerranée jusqu’à la fin du conflit et ne va plus donc être concerné par la Campagne de France.

-Les autres régiments de Réserve Générale sont soient conservés en réserve pour faire masse ou détachés auprès des différentes armées pour renforcer les bataillons divisionnaires du génie.

Cela entraine une profonde réorganisation. Si la 1ère brigade du génie est maintenue, elle regroupe désormais les régiments encore en réserve à savoir les 15ème, 18ème, 3ème,4ème et 6ème RG. Les autres sont mises en sommeil.

Les autres régiments sont placés sous l’autorité des différentes armées en ligne à savoir le 5ème régiment du génie sous l’autorité du 1er CCB, le 8ème régiment du génie sous l’autorité de la 1ère Armée, le 10ème régiment du génie sous le commandement du 2ème CCB, le 1er régiment du génie est placé sous l’autorité de la 3ème Armée, le 2ème régiment du génie sous le commandement de la 4ème Armée, le 28ème régiment du génie sous l’autorité de la 6ème Armée. Enfin le 38ème régiment du génie est rattaché au 3ème Corps de Cavalerie Blindée (3ème CCB)

Unités américaines

Les 6th et 8th Engineer Brigade sont détachés au profit respectivement de la 3ème et de la 7ème Armée ce qui explique le maintien de la structure avec trois bataillons d’aide au franchissement, trois bataillons de minage/déminage et deux bataillons de combat.

Train

France

Les différents Groupement de Transport du Train (GTT) sont toujours là avec un équipement qui évolue notamment des camions plus modernes et surtout disposant d’une capacité supérieure.

La répartition reste la même entre ceux opérant hors zone des armées (8ème, 9ème, 10ème, 11ème, 109ème et 110ème GTT) et ceux opérant à proximité immédiate du front faisant des aller et retour entre les dépôts et les unités en ligne.

Ils sont placés pour emploi auprès des armées et des corps d’armées blindées selon le schéma suivant :

-1er CCB : 1er et 4ème GTT

-2ème CCB : 2ème et 5ème GTT

-3ème CCB : 3ème et 6ème GTT

-1ère Armée : 7 et 13ème GTT

-3ème Armée : 12ème et 14ème GTT

-4ème Armée : 15ème et 16ème GTT

-6ème Armée : 17ème et 101ème GTT

-En Réserve de Groupe d’Armée (GAF-R) : 103ème, 105ème 106ème et 112ème GTT

Etats-Unis

Chaque Armée du First United States Group dispose d’un Groupement de Transport nom de code Red Ball Express et Blue Ball Express, le premier est chargé de soutenir la 3ème Armée, le second est chargé de soutenir la 7ème Armée.

Ces groupements disposent de camions cargos, de camions citernes, de camions porte-chars, de véhicules de dépannage et de véhicules légers pour aider à la circulation et à la sécurité.

Le Conflit (145) Europe Occidentale (110)

Ordre de Bataille au moment de l’opération ECLIPSE

Situation des forces terrestres alliées au moment de l’opération ECLIPSE

21st Army Group

-Un Etat-major

-1st Army (UK)

-Un Etat-Major

-Un Groupement de Soutien Logistique d’Armée

-Réserve d’armée :

1st Infantry Division (1st ID) , 1st Armoured Division (UK) 44th «Home Counties» Division et 3rd Infantry Division

1st British Corps (1st BC)

-Un Etat-Major

-Des unités du génie et du soutien logistique

-Deux régiments d’artillerie lourde

-Un régiment antichar (canons de 6 livres et de 17 livres)

-Un régiment antiaérien (canons de 94mm et de 40mm)

-52nd Lowland Infantry Division

-4th Infantry Division (4th ID)

-1st British Armoured Corps (1st BAC)

-Un Etat-Major

-Des unités du génie et de soutien logistique

-Un régiment d’artillerie lourde

-Un régiment antiaérien

-2nd Armoured Division (UK)

-8th Independent Armoured Brigade

-10th Independent Armoured Brigade

2nd British Corps (2nd BC)

-Un Etat-Major

-Des unités du génie et du soutien logistique

-Deux régiments d’artillerie lourde

-Un régiment antichar (canons de 6 livres et de 17 livres)

-Un régiment antiaérien (canons de 94mm et de 40mm)

2nd Infantry Division (2nd ID)

-50th Northumberland Division

3rd British Corps

-Un Etat-Major

-Des unités du génie et du soutien logistique

-Deux régiments d’artillerie lourde

-Un régiment antichar (canons de 6 livres et de 17 livres)

-Un régiment antiaérien (canons de 94mm et de 40mm)

-6th Infantry Division (6th ID)

-48th «South Middland» Division

-1ère Armée Canadienne/1st Canadian Army

Etat-major de l’ACF implanté à Bruxelles

Au repos :

1st Canadian (Infantry) Division) et 2nd Canadian (Infantry) Division)

1st Canadian Army Corps/1er Corps d’Armée Canadien

-Un état-major

-Unités de soutien logistique

-Un bataillon de reconnaissance motorisée (chars légers et autos blindées)

-Un régiment d’artillerie lourde

-Un bataillon de lance-roquettes multiples

-Un bataillon de pontonniers

-3rd Canadian (Infantry) Division

-2nd Canadian Armoured Division

2nd Canadian Army Corps/2ème Corps d’Armée Canadien

-Un état-major

-Unités de soutien logistique

-Un bataillon de reconnaissance motorisé (chars légers et autos blindées)

-Un régiment d’artillerie lourde

-Un bataillon de lance-roquettes multiples

-Un bataillon de pontonniers

-1st Canadian Armoured Division

-4th Canadian (Infantry) Division

-2nd Army [UK]

-Un Etat-Major d’Armée

-Un Groupement de Soutien Logistique d’Armée

-En réserve d’Armée :

51st Highland Division, 54th East Anglian Infantry Division et 38th (Welsh) Infantry Division

-4th British Corps (4th BC)

-Un Etat-major de Corps d’Armée

-Un Groupement de Soutien Logistique

-Un régiment antiaérien disposant de canons de 40mm Bofors et de 94mm Vickers

-Un régiment antichar disposant de canons de 6 et de 17 livres

-Deux régiments d’artillerie lourde (un régiment équipé de canons de 4.5 pouces un autre de 5.5 pouces)

-58th Northumbrian Division

-49th (West Riding Infantry) Infantry Division

-5th British Corps (5th BC)

-Un Etat-major de Corps d’Armée

-Un Groupement de Soutien Logistique

-Un régiment antiaérien disposant de canons de 40mm et de 94mm Vickers

-Un régiment antichar disposant de canons de 6 et de 17 livres

-Deux régiments d’artillerie lourde ‘un régiment équipé de canons de 4.5 pouces et un autre de 5.5 pouces)

-55th West Lancashire Infantry Division

-42nd East Lancashire Infantry Division

-6th British Corps (6th BC)

-Un Etat-major de Corps d’Armée

-Un Groupement de Soutien Logistique

-Un régiment antiaérien disposant de canons de 40mm et de 94mm Vickers

-Un régiment antichar disposant de canons de 6 et de 17 livres

-Deux régiments d’artillerie lourde ‘un régiment équipé de canons de 4.5 pouces et un autre de 5.5 pouces)

-5th Infantry Division

-46th «North Middland» Division

Groupe d’Armées Françaises du Rhin (GAF-R)

-Un Etat-major

-En Réserve de Groupe d’Armées :

2ème et 8ème Armée + Armée Belge Libre

-1ère Armée Française

-Un Etat-major

-Unités dépendant de la 1ère Armée

-Un Groupement de Soutien Logistique d’Armée

-Groupement d’Aviation de la 1ère Armée (GRAVIA-IA)

-Groupement Anti-Aérien de Campagne de la 1ère Armée (GAAC-IA)

-Groupement de Bataillons de Chars n°501 (GBCC-501)

-En Réserve d’Armée : 21ème Division d’Infanterie (21ème DI)

-1er Corps d’Armée (1er CA)

-Un état-major

-601ème Régiment de Pionniers (601ème RP)

-1er GRCA

-101ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (101ème RALT)

-Unités du génie et de soutien

-Element Aérien de Corps d’Armée 501 (EACA-501):

-68ème Division d’Infanterie (68ème DI)

-4ème Division d’Infanterie (4ème DI)

-24ème Division d’Infanterie (24ème DI)

-18ème Corps d’Armée (18ème CA)

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-618ème régiment de pionniers

-18ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (18ème GRCA)

-115ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (115ème RALT)

-Différentes unités du génie et de soutien

-Element Aérien de Corps d’Armée 518 (EACA-518)

-9ème Division d’Infanterie Motorisée (9ème DIM)

-1ère Division d’Infanterie Nord-Africaine (1ère DINA)

-5ème Division d’Infanterie Coloniale (5ème DIC)

-5ème Corps d’Armée (5ème CA)

-Un Etat-Major

-605ème Régiment de Pionniers

-5ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (5ème GRCA)

-110ème RALT

-Element Aérien de Corps d’Armée 505 (EACA-505)

-3ème Division d’Infanterie Motorisée (3ème DIM)

-23ème Division d’Infanterie (23ème DI)

-7ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (7ème DINA)

-3ème Armée Française

-Un état-major

-Unités dépendant directement de la 3ème Armée

-GRAVIA-IIIA (Groupement d’Aviation de la 3ème Armée)

-Groupement Anti-Aérien de Campagne (GAAC) de la 3ème Armée

-Groupement de Soutien Logistique d’Armée

-En Réserve d’Armée : 2ème Division d’Infanterie (2ème DI), 2ème Division d’Infanterie Coloniale (2ème DIC) et 67ème Division d’Infanterie (67ème DI)

-23ème Corps d’Armée (23ème CA)

-Etat-Major de Corps d’Armée

-623ème Régiment de Pionniers

-23ème Groupement de Reconnaissance Corps d’Armée (23ème GRCA)

-11ème Régiment d’Artillerie Lourde Colonial à Tracteur (11ème RALCT)

-Elément Aérien de Corps d’Armée 523 (EACA-523)

-56ème Division d’Infanterie (56ème DI)

-5ème Division d’Infanterie Motorisée (5ème DIM)

-24ème Corps d’Armée (24ème CA)

-Etat-Major de Corps d’Armée

-624ème Régiment de Pionniers

-24ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (24ème GRCA)

-103ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (103ème RALT)

-26ème Division d’Infanterie (26ème DI)

-42ème Division d’Infanterie (42ème DI)

-34ème Corps d’Armée (34ème CA)

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-634ème Régiment de Pionniers (634ème RP)

-34ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (34ème GRCA)

-147ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (147ème RALT)

-Elément Aérien de Corps d’Armée 534 (EACA-534)

-28ème Division d’Infanterie Alpine (28ème DIAlp)

-66ème Division d’Infanterie (66ème DI)

-4ème Armée Française

-Un Etat-Major d’Armée

Unités dépendant directement de la 4ème Armée

-4ème Groupement Anti-Aérien de Campagne (4ème GAAC)

-Groupement d’Aviation de la 4ème Armée (GRAVIA-IVA)

-Groupement de Soutien Logistique d’Armée

-Grandes Unités en Réserve d’Armée : 53ème Division d’Infanterie (53ème DI), 2ème Division Légère d’Infanterie Tchècoslovaque (2ème DLIT) et 8ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (8ème DINA)

-26ème Corps d’Armée (26ème CA)

-Etat-Major de Corps d’Armée

-626ème Régiment de Pionniers (626ème RP)

-26ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (26ème GRCA)

-182ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (182ème RALT)

-Unités du génie et de soutien

-Element Aérien de Corps d’Armée 526 (EACA-526)

-4ème Division d’Infanterie Coloniale (4ème DIC)

-22ème Division d’Infanterie (22ème DI)

-8ème Corps d’Armée (8ème CA)

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-608ème Régiment de Pionniers

-8ème Groupement de Reconnaisance de Corps d’Armée (8ème GRCA)

-108ème Régiment d’Artilerie Lourde à Tracteurs (108ème RALT)

-Unité de Génie et de Soutien

-Element Aérien de Corps d’Armée 508 (EACA-508)

-45ème Division d’Infanterie (45ème DI)

-2ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (2ème DINA)

-16ème Corps d’Armée (16ème CA)

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-616ème Régiment de Pionniers

-16ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (16ème GRCA)

-142ème RALT

-Unités du génie et de soutien

-Element Aérien de Corps d’Armée 516 (EACA-516)

-6ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (6ème DINA)

-52ème Division d’Infanterie (52ème DI)

-6ème Armée Française

-Un Etat-Major d’Armée

Unités dépendant de la 6ème Armée

-6ème Groupement Anti-Aérien de Campagne (6ème GAAC)

-Groupement d’Aviation de la 6ème Armée (GRAVIA-VIA)

-Unités du génie et de soutien logistique

-Grandes Unités en Réserve d’Armée : 13ème DI, 40ème DI et 27ème DIAlp

-9ème Corps d’Armée (9ème CA)

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-609ème Régiment de Pionniers (609ème RP)

-9ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (9ème GRCA)

-121ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (121ème RALT)

-Element Aérien de Corps d’Armée 509 (EACA-509)

-Unités du génie et de soutien

-31ème DIAlp

-32ème DI

-12ème Corps d’Armée (12ème CA)

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-612ème Régiment de Pionniers (612ème RP)

-12ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (12ème GRCA)

-112ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (112ème RALT)

-Element Aérien de Corps d’Armée 512 (EACA-512)

-Unités du génie et de soutien

-35ème DI

-1ère Division Légère d’Infanterie Tchécoslovaque (1ère DLIT)

-28ème Corps d’Armée (28ème CA)

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-628ème Régiment de Pionniers (628ème RP)

-28ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (28ème GRCA)

-120ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (120ème RALT) :

-Element Aérien de Corps d’Armée 528 (EACA-528)

-Unités du génie et de soutien

-43ème DI

-54ème DI

-1er CCB

NdA : le 1er Corps de Cavalerie Blindé est placé dans la zone de responsabilité de la 1ère Armée pour exploiter une percée des corps d’armée d’infanterie.

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-Un groupement de soutien logistique

-635ème Régiment de Pionniers

-1er Groupement de Reconnaissance de Corps Blindé (1er GRCB) :

seize chars légers AMX-44, seize AM modèle 1940P, un escadron de fusiliers motocyclistes et le 13ème Bataillon de Chasseurs Portés (13ème BCP).

-329ème Régiment d’Artillerie Tout-Terrain à Tracteurs (329ème RATTT) :

deux groupes de 105L modèle 1936S et deux groupes de 155L modèle 1952

-1ère Division Blindée

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique

-Une compagnie de transmissions

-1er Bataillon Antiaérien Divisionnaire Blindé (BAADB) disposant de trois batteries de Lorraine 39L à bitube de 25mm en attendant un véritable canon antiaérien automoteur toujours pas disponible au moment de l’opération ECLIPSE.

-1er Bataillon Divisionnaire Antichar Blindé (BDAC) disposant de trois groupes de Chasseurs de chars modèle 1951A.

-Un régiment de découverte (chars légers et automitrailleuses puissantes), le 7ème Régiment de Cuirassiers : un escadron de commandement et de soutien, un escadron de chars légers AMX-44 et deux escadrons d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1950P.

-305ème Régiment d’Artillerie Autoportée (305ème RAAP) avec trois groupes de Renault R-40 Au-105B.

-Trois Bataillons de Chars de Combat médians : 25ème, 26ème (char moyen modèle 1943R/G-1R) et 42ème BCC lui équipé de chars moyens modèle 1949R (G-2R)

-Trois Bataillons de Chars de Combat lourds : 28ème, 37ème et 41ème BCC (char lourd modèle 1944 ARL)

-Trois Bataillons de Chasseurs Portés : 3ème, 5ème et 7ème BCP utilisant des VBI modèle 1950.

-9ème Bataillon du Génie

-3ème Division Blindée

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique

-Une compagnie de transmissions

-3ème Bataillon Antiaérien Divisionnaire Blindé (BAADB) : Renault VBCP-40 équipé d’un bitube de 25mm en tourelle ouverte.

-3ème Bataillon Divisionnaire Antichar Blindé (BDAC) : En dépit de leurs qualités, les Laffly W17TCC ont été remplacés en septembre 1952 par des chasseurs de chars modèle 1951B (châssis de Somua S-45 avec un canon de 90mm en superstructure)

-Un régiment de découverte, le 6ème Régiment de Cuirassiers : un escadron de commandement et de soutien, un escadron de chars légers AMX-44 et deux escadrons d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1950P.

-3ème Régiment d’Artillerie Autoportée (3ème RAAP) avec trois groupes de Renault R-40 Au-105B.

-Trois Bataillons de Chars de Combat médians équipés de Somua S-45, le 4ème bataillon de cuirassiers, le 18ème bataillon de dragons et le 3ème bataillon de chasseurs à cheval, le premier est encore équipé de Somua S-45 mais les deux derniers ont été transformés sur chars moyens modèle 1949R.
-Trois Bataillons de Chars de Combat lourds : 49ème, 50ème et 52ème BCC (char lourd modèle 1944 ARL)

-Trois Bataillons de Dragons Portés : 3ème, 14ème et 15ème BDP combattant sur VBI modèle 1950

-1er Bataillon du Génie

-5ème Division Blindée

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique

-Une compagnie de transmissions

-5ème Bataillon Antiaérien Divisionnaire Blindé (BAADB) disposant de trois batteries de Renault 40L à bitube de 25mm en attendant un véritable canon antiaérien automoteur qui n’est toujours pas là en mars 1953

-5ème Bataillon Divisionnaire Antichar Blindé (BDAC) disposant de trois groupes de chasseurs de chars modèle 1951A (châssis de Renault G1R avec un canon de 90mm en superstructure)

-Un régiment de découverte, le 9ème Régiment de Cuirassiers : un escadron de commandement et de soutien, un escadron de chars légers AMX-44 et deux escadrons d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-309ème Régiment d’Artillerie Autoportée (309ème RAAP) avec trois groupes de Renault R-40 Au-105B.

-Trois Bataillons de Chars de Combat médians : 14ème, 27ème (char moyen modèle 1949R) et 57ème BCC (char moyen modèle 1943R)

-Trois Bataillons de Chars de Combat lourds : 8ème, 15ème et 56ème BCC (char lourd modèle 1944 ARL)

-Trois Bataillons de Chasseurs Portés : 6ème, 14ème et 17ème BCP combattant sur des VBI modèle 1950

-10ème Bataillon du Génie

-2ème CCB

NdA : le 2ème Corps de Cavalerie Blindée est placé dans la zone de responsabilité de la 4ème Armée Française

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-Un groupement de soutien logistique

-638ème Régiment de Pionniers

-2ème Groupement de Reconnaissance de Combat Blindé (2ème GRCB) :

seize chars légers AMX-44, seize automitrailleuses puissantes, un escadron motocycliste et le 15ème Bataillon de Chasseurs Portés (15ème BCP)

-119ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (119ème RALT) :

deux groupes de 105L modèle 1936S et deux groupes de 155L modèle 1952

-4ème Division Blindée

-Un Etat-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique

-Une compagnie de transmissions

-4ème Bataillon Antiaérien Divisionnaire Blindé (BAADB) disposant de trois batteries de Renault 40L à bitube de 25mm en attendant un véritable canon antiaérien automoteur

-4ème Bataillon Divisionnaire Antichar Blindé (BDAC) disposant de trois groupes de chasseurs de chars modèle 1951A

-Un régiment de découverte, le 12ème Régiment de Cuirassiers : un escadron de commandement et de soutien, un escadron de chars légers AMX-44 et deux escadrons d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-322ème Régiment d’Artillerie Autoportée (322ème RAAP) avec trois groupes de Renault R-40 Au-105B.

-Trois Bataillons de Chars de Combat médians : 19ème, 44ème (char moyen modèle 1949R) et 55ème BCC (char moyen modèle 1943R)

-Trois Bataillons de Chars de Combat lourds : 46ème, 47ème et 54ème BCC (char lourd modèle 1944 ARL)

-Trois Bataillons de Chasseurs Portés : 11ème, 12ème et 18ème BCP combattant sur des VBI modèle 1950

-12ème Bataillon du Génie

-6ème Division Blindée

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique

-Une compagnie de transmissions

-6ème Bataillon Antiaérien Divisionnaire Blindé (BAADB) : Lorraine 39L disposant soit d’un bitube de 25mm ou d’un unique canon de 37mm.

-6ème Bataillon Divisionnaire Antichar Blindé (BDAC) : trois groupes équipés de chasseurs de chars modèle 1951B

-Un régiment de découverte, le 1er Régiment de Hussards : un escadron de commandement et de soutien, un escadron de chars légers AMX-44 et deux escadrons d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1950P.

-6ème Régiment d’Artillerie Autoportée (6ème RAAP ex-75ème RADLM) avec trois groupes de Renault R-40 Au-105B.

-Trois Bataillons de Chars de Combat médians, le 1er bataillon de chasseurs à cheval, le 8ème bataillon de chasseurs à cheval et le 8ème bataillon de dragons. Le premier est encore équipé de Somua S-45, les deux autres de chars moyens modèle 1949R

-Trois Bataillons de Chars de Combat lourds : , 7ème, 17ème et 32ème BCC (char lourd modèle 1944 ARL)

-Trois Bataillons de Dragons Portés : 5ème, 7ème et 19ème BDP combattant sur VBI modèle 1950

-3ème Bataillon du Génie

-7ème Division Blindée

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique

-Une compagnie de transmissions

-7ème Bataillon Antiaérien Divisionnaire Blindé (BAADB) : Lorraine 39L avec un bitube de 25mm ou un canon unique de 37mm, à chaque fois sous un bouclier

-7ème Bataillon Divisionnaire Antichar Blindé (BDAC) : trois groupes équipés de chasseurs de chars modèle 1951B

-Un régiment de découverte, le 11ème Régiment de Cuirassiers : un escadron de commandement et de soutien, un escadron de chars légers AMX-44 et deux escadrons d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1950P.

-7ème Régiment d’Artillerie Autoportée (7ème RAAP ex-72ème RADLM) avec trois groupes de Renault R-40 Au-105B.

-Trois Bataillons de Chars de Combat médians, 6ème bataillon de dragons, 3ème et 4ème bataillon de hussards, le premier encore équipé de Somua S-45 alors que les deux autres combattent sur char moyen modèle 1949R

-Trois Bataillons de Chars de Combat lourds : 45ème, 51ème et 53ème BCC (char lourd modèle 1944 ARL)

-Trois Bataillons de Dragons Portés : 2ème, 8ème et 13ème BDP combattant sur VBI modèle 1950

-5ème Bataillon du Génie

-3ème CCB

NdA : Le 3ème Corps de Cavalerie Blindée (3ème CCB) est placé dans la zone de responsabilité de la 6ème Armée

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-Un Groupement de Soutien Logistique

-636ème Régiment de Pionniers

-3ème Groupement de Reconnaissance de Corps Blindé (3ème GRCB) :

seize chars légers AMX-44, seize automitrailleuses puissantes AM modèle 1950P, un escadron de fusiliers motocyclistes et le 20ème Bataillon de Chasseurs Portés (20ème BCP).

-122ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (122ème RALT) :

deux groupes de 105L modèle 1936S et deux groupes de G1R Au-155S (châssis de Renault G-1R et canon de 155L modèle 1945S)

-2ème Divisions Blindée

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique

-Une compagnie de transmissions

-2ème Bataillon Antiaérien Divisionnaire Blindé (BAADB) : Renault 40L avec un bitube de 25mm sous bouclier

-2ème Bataillon Divisionnaire Antichar Blindé (BDAC) : trois groupes équipés de chasseurs de chars modèle 1951A.

-Un régiment de découverte, le 8ème Régiment de Cuirassiers : un escadron de commandement et de soutien, un escadron de chars légers AMX-44 et deux escadrons d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1950P.

-2ème Régiment d’Artillerie Autoportée (2ème RAAP ex-71ème RADLM) avec trois groupes de Renault R-40 Au-105B.

-Trois Bataillons de Chars de Combat médians, le 5ème bataillon de dragons disposant encore de Somua S-45, les 13ème bataillon de dragons et 29ème bataillon de dragons combattant eux sur chars moyens modèle 1949R.

-Trois Bataillons de Chars de Combat lourds : 1er, 11ème et 24ème BCC (char lourd modèle 1944 ARL)

-Trois Bataillons de Dragons Portés : 1er, 6ème et 14ème bataillons de dragons portés combattant sur VBI modèle 1950

-2ème Bataillon du Génie

-8ème Division Blindée

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique

-Une compagnie de transmissions

-8ème Bataillon Antiaérien Divisionnaire Blindé (BAADB) : Lorraine 39L avec un bitube de 25mm sous bouclier ou un unique canon de 37mm également protégé par un bouclier

-8ème Bataillon Divisionnaire Antichar Blindé (BDAC) : trois groupes équipés de chasseurs de chars modèle 1951B

-Un régiment de découverte, le 2ème Régiment de Cuirassiers : un escadron de commandement et de soutien, un escadron de chars légers AMX-44 et deux escadrons d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1950P.

-8ème Régiment d’Artillerie Autoportée (8ème RAAP) avec trois groupes de Renault R-40 Au-105B.

-Trois Bataillons de Chars de Combat médians, le 4ème bataillon de dragons (char moyen modèle 1949R), le 11ème bataillon de chasseurs à cheval (Somua S-45) et 2ème bataillon de hussards (char modèle 1949R)

-Trois Bataillons de Chars de Combat lourds : 5ème, 16ème et 34ème BCC (NdA ces numéros ont été libérés par la transformation des BCC des GBCC en bataillons de chasseurs de chars et de canons d’assaut) (char lourd modèle 1944 ARL)

-Trois Bataillons de Dragons Portés : 9ème, 10ème et 12ème Bataillon de Dragons Portés combattant sur VBI modèle 1950.

-6ème Bataillon du Génie

Le Conflit (139) Europe Occidentale (104)

-First US Army Group (FUSAG)

-3ème Armée Américaine

-Un Etat-Major

-Unités du génie et de soutien logistique

-Groupement d’Artillerie Lourde

Quatre groupes d’obusiers de 203mm et quatre groupes de canons de 240mm

-Groupement de Bataillons de Chars

-1st 3rd 5th & 7th Independent Heavy Tank Bataillon disposant de chars lourds M-26 Pershing soit un total 232 chars sachant qu’il y à 58 chars lourds par bataillon indépendant de chars lourds.

-Groupement de chasseurs de chars

Quatre bataillons de chasseurs de chars équipés de M-18 Hellcat et deux bataillons de chasseurs de chars équipés de M-36 Jackson soit un total de 228 chasseurs de chars sachant que chaque bataillon possèdait 38 chasseurs de chars (36 plus un pour le commandant et un autre pour son adjoint.

-3rd US Corps/3ème Corps d’Armée Américain

-Un Etat-Major

-Un Groupement de Soutien Logistique

-Un Régiment d’Artillerie Lourde disposant de canons de 155mm M-1 155mm Gun on Carriage M1 «Long Tom»

-Un Groupement de chasseurs de chars disposant de deux bataillons de M-18 Hellcat et de deux bataillons de M-36 Jackson.

-Un Bataillon de reconnaisance disposant de chars légers M-24 Chaffee et d’autos blindées M-17

-1st Armored Division

-24th Infantry Division (US)

-58th Infantry Division (US)

-8th US Corps/8ème Corps d’Armée Américain

-Un Etat-Major

-Un Groupement de Soutien Logistique

-Un Régiment d’Artillerie Lourde disposant de canons de 155mm M-1 155mm Gun on Carriage M1 «Long Tom»

-Un Groupement de chasseurs de chars disposant de deux bataillons de M-18 Hellcat et de deux bataillons de M-36 Jackson

-Un Bataillon de reconnaisance disposant de chars légers M-24 Chaffee et d’autos blindées M-17

-1st Infantry Division (US)

-42nd Infantry Division (US)

-12th US Corps/12ème Corps d’Armée Américain

-Un Etat-Major

-Un Groupement de Soutien Logistique

-Un Régiment d’Artillerie Lourde disposant de canons de 155mm M-1 155mm Gun on Carriage M1 «Long Tom»

-Un Groupement de chasseurs de chars disposant de deux bataillons de M-36 Jackson et de quatre bataillons de M-18 Hellcat

-Un Bataillon de reconnaissance disposant de chars légers M-24 Chaffee et d’autos blindées M-17

-10th Armored Division (US)

-38th Infantry Division (US)

-52th Infantry Division (US)

-7ème Armée Américaine

-Un Etat-Major

-Unités du génie et de soutien logistique

-Groupement d’Artillerie Lourde

Quatre groupes d’obusiers de 203mm et quatre groupes de canons de 240mm

-Groupement de Bataillons de Chars

-2nd 4th 6th & 8th Independent Heavy Tank Bataillon disposant de chars lourds M-26 Pershing soit un total 232 chars sachant qu’il y à 58 chars lourds par bataillon indépendant de chars lourds.

-Groupement de chasseurs de chars

Le groupement de chasseurs de chars de la 7ème Armée dispose de deux bataillons équipés de M-10, quatre bataillons équipés de M-18 Hellcat et deux bataillons équipés de M-36 Jackson. Cela nous donne un total 304 chasseurs de chars (36 plus un pour le commandant et un autre pour son adjoint).

-1st US Corps/1er Corps d’Armée Américain

-Un Etat-Major

-Un Groupement de Soutien Logistique

-Un Régiment d’Artillerie Lourde disposant de canons de 155mm M-1 155mm Gun on Carriage M1 «Long Tom»

-Un Groupement de chasseurs de chars disposant de deux bataillons de M-18 Hellcat et de deux bataillons de M-36 Jackson.

-Un Bataillon de reconnaisance disposant de chars légers M-24 Chaffee et d’autos blindées M-17

-2nd Armored Division (US)

-6th Armored Division (US)

-2nd US Corps/2ème Corps d’Armée Américain

-Un Etat-Major

-Un Groupement de Soutien Logistique

-Un Régiment d’Artillerie Lourde disposant de canons de 155mm M-1 155mm Gun on Carriage M1 «Long Tom»

-Un Groupement de chasseurs de chars disposant de deux bataillons de M-18 Hellcat et de deux bataillons de M-36 Jackson

-Un Bataillon de reconnaisance disposant de chars légers M-24 Chaffee et d’autos blindées M-17

-4th Infantry Division (US)

-9th Armored Division (US)

-4th US Corps/4ème Corps d’Armée Américain

-Un Etat-Major

-Un Groupement de Soutien Logistique

-Un Régiment d’Artillerie Lourde disposant de canons de 155mm M-1 155mm Gun on Carriage M1 «Long Tom»

-Un Groupement de chasseurs de chars disposant de deux bataillons de M-36 Jackson et de quatre bataillons de M-18 Hellcat

-Un Bataillon de reconnaisance disposant de chars légers M-24 Chaffee et d’autos blindées M-17

-14th Armored Division (US)

-5th Infantry Division (US)

-5th US Corps/5ème Corps d’Armée Américain

-Un Etat-Major

-Un Groupement de Soutien Logistique

-Un Régiment d’Artillerie Lourde disposant de canons de 155mm M-1 155mm Gun on Carriage M1 «Long Tom»

-Un Groupement de chasseurs de chars disposant de deux bataillons de M-36 Jackson et de quatre bataillons de M-18 Hellcat

-Un Bataillon de reconnaisance disposant de chars légers M-24 Chaffee et d’autos blindées M-17

-25th Infantry Division (US)

-47th Infantry Division (US)

Groupe d’Armées n°2 (GA n°2)

-6ème Armée Française

-Un Etat-Major d’Armée

Unités dépendant de la 6ème Armée

-6ème Groupement Anti-Aérien de Campagne (6ème GAAC)

-Groupement d’Aviation de la 6ème Armée (GRAVIA-VIA)

-Unités du génie et de soutien logistique

-9ème Corps d’Armée (9ème CA)

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-609ème Régiment de Pionniers (609ème RP)

-9ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (9ème GRCA)

-121ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (121ème RALT)

-Element Aérien de Corps d’Armée 509 (EACA-509)

-Unités du génie et de soutien

-31ème DIAlp

-32ème DI

-13ème DI

-12ème Corps d’Armée (12ème CA)

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-612ème Régiment de Pionniers (612ème RP)

-12ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (12ème GRCA)

-112ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (112ème RALT)

-Element Aérien de Corps d’Armée 512 (EACA-512)

-Unités du génie et de soutien

-35ème DI

-40ème DI

-1ère DIT

-28ème Corps d’Armée (28ème CA)

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-628ème Régiment de Pionniers (628ème RP)

-28ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (28ème GRCA)

-120ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (120ème RALT) :

-Element Aérien de Corps d’Armée 528 (EACA-528)

-Unités du génie et de soutien

-43ème DI

-27ème DIAlp

-54ème DI

-8ème Armée

-Un état-major

-Unités dépendant directement de la 8ème Armée

-GRAVIA-VIIIA (Groupement d’Aviation de la 8ème Armée)

-Groupement Anti-Aérien de Campagne (GAAC) de la 8ème Armée

-Groupement de Soutien Logistique d’Armée

-7ème Corps d’Armée (7ème CA)

-Etat-Major de Corps d’Armée

-607ème Régiment de Pionniers

-7ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (7ème GRCA)

-107ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (107ème RALT)

-Element Aérien de Corps d’Armée 507 (EACA-507)

-1ère Division Marocaine (1ère DM)

-18ème Division d’Infanterie (18ème DI)

-4ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (4ème DINA)

-6ème Corps d’Armée (6ème CA)

-Un Etat-major de Corps d’Armée

-606ème Régiment de Pionniers

-6ème GRCA

-118ème RALT

-EACA-506

-1ère Division d’Infanterie Coloniale (1ère DIC)

-3ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (3ème DINA)

-55ème Division d’Infanterie (55ème DI)

-31ème Corps d’Armée (31ème CA)

-Un Etat-major de Corps d’Armée

-631ème Régiment de Pionniers

-31ème GRCA

-144ème RALT

-EACA-531

-6ème DIC

-12ème DIM

Le Conflit (136) Europe Occidentale (101)

-First US Army Group (FUSAG)

-3ème Armée Américaine/3rd US Army

-Un Etat-Major

-Unités du génie et de soutien logistique

-Groupement d’Artillerie Lourde

Quatre groupes d’obusiers de 203mm et quatre groupes de canons de 240mm

-Groupement de Bataillons de Chars

-1st 3rd 5th & 7th Independent Heavy Tank Bataillon disposant de chars lourds M-26 Pershing soit un total 232 chars sachant qu’il y à 58 chars lourds par bataillon indépendant de chars lourds.

-Groupement de chasseurs de chars (Tank Destroyer Group)

Quatre bataillons de chasseurs de chars équipés de M-18 Hellcat et deux bataillons de chasseurs de chars équipés de M-36 Jackson soit un total de 228 chasseurs de chars sachant que chaque bataillon possèdait 38 chasseurs de chars (36 plus un pour le commandant et un autre pour son adjoint.

-3rd US Corps/3ème Corps d’Armée Américain

-Un Etat-Major

-Un Groupement de Soutien Logistique

-Un Régiment d’Artillerie Lourde disposant de canons de 155mm M-1 155mm Gun on Carriage M1 «Long Tom»

-Un Groupement de chasseurs de chars disposant de deux bataillons de M-18 Hellcat et de deux bataillons de M-36 Jackson.

-Un Bataillon de reconnaisance disposant de chars légers M-24 Chaffee et d’autos blindées M-17

-1st Armored Division

-24th Infantry Division (US)

-58th Infantry Division (US)

-8th US Corps/8ème Corps d’Armée Américain

-Un Etat-Major

-Un Groupement de Soutien Logistique

-Un Régiment d’Artillerie Lourde disposant de canons de 155mm M-1 155mm Gun on Carriage M1 «Long Tom»

-Un Groupement de chasseurs de chars disposant de deux bataillons de M-18 Hellcat et de deux bataillons de M-36 Jackson

-Un Bataillon de reconnaisance disposant de chars légers M-24 Chaffee et d’autos blindées M-17

-1st Infantry Division (US)

-42nd Infantry Division (US)

-12th US Corps/12ème Corps d’Armée Américain

-Un Etat-Major

-Un Groupement de Soutien Logistique

-Un Régiment d’Artillerie Lourde disposant de canons de 155mm M-1 155mm Gun on Carriage M1 «Long Tom»

-Un Groupement de chasseurs de chars disposant de deux bataillons de M-36 Jackson et de quatre bataillons de M-18 Hellcat

-Un Bataillon de reconnaissance disposant de chars légers M-24 Chaffee et d’autos blindées M-17

-10th Armored Division (US)

-38th Infantry Division (US)

-52th Infantry Division (US)

-7ème Armée Américaine/7th US Army

Cette 7th US Army à été créée à l’été 1951 pour regrouper les divisions d »infanterie et les divisions blindées arrivées entre fin 1950 et le printemps 1951. Ces unités n’ont pas été engagées dans l’opération AVALANCHE pour des raisons de logistique et tactiques, nombre d’entre-elles ayant été tout juste formées et entrainées avant leur grande traversée à travers l’Atlantique.

Un temps il fût envisagé de les placer sous commandement britannique et français pour les aguerrir mais les américains ont vite fait comprendre qu’ils voulaient disposer le plus vite possible d’un groupe d’armées autonome.

-Un Etat-Major

-Unités du génie et de soutien logistique

-Groupement d’Artillerie Lourde

Quatre groupes d’obusiers de 203mm et quatre groupes de canons de 240mm

-Groupement de Bataillons de Chars

-2nd 4th 6th & 8th Independent Heavy Tank Bataillon disposant de chars lourds M-26 Pershing soit un total 232 chars sachant qu’il y à 58 chars lourds par bataillon indépendant de chars lourds.

-Groupement de chasseurs de chars

Le groupement de chasseurs de chars de la 7ème Armée dispose de deux bataillons équipés de M-10, quatre bataillons équipés de M-18 Hellcat et deux bataillons équipés de M-36 Jackson. Cela nous donne un total 304 chasseurs de chars (36 plus un pour le commandant et un autre pour son adjoint).

-1st US Corps/1er Corps d’Armée Américain

-Un Etat-Major

-Un Groupement de Soutien Logistique

-Un Régiment d’Artillerie Lourde disposant de canons de 155mm M-1 155mm Gun on Carriage M1 «Long Tom»

-Un Groupement de chasseurs de chars disposant de deux bataillons de M-18 Hellcat et de deux bataillons de M-36 Jackson.

-Un Bataillon de reconnaissance disposant de chars légers M-24 Chaffee et d’autos blindées M-17

-2nd Armored Division (US)

-6th Armored Division (US)

-2nd US Corps/2ème Corps d’Armée Américain

-Un Etat-Major

-Un Groupement de Soutien Logistique

-Un Régiment d’Artillerie Lourde disposant de canons de 155mm M-1 155mm Gun on Carriage M1 «Long Tom»

-Un Groupement de chasseurs de chars disposant de deux bataillons de M-18 Hellcat et de deux bataillons de M-36 Jackson

-Un Bataillon de reconnaisance disposant de chars légers M-24 Chaffee et d’autos blindées M-17

-4th Infantry Division (US)

-9th Armored Division (US)

-4th US Corps/4ème Corps d’Armée Américain

-Un Etat-Major

-Un Groupement de Soutien Logistique

-Un Régiment d’Artillerie Lourde disposant de canons de 155mm M-1 155mm Gun on Carriage M1 «Long Tom»

-Un Groupement de chasseurs de chars disposant de deux bataillons de M-36 Jackson et de quatre bataillons de M-18 Hellcat

-Un Bataillon de reconnaisance disposant de chars légers M-24 Chaffee et d’autos blindées M-17

-14th Armored Division (US)

-5th Infantry Division (US)

-5th US Corps/5ème Corps d’Armée Américain

-Un Etat-Major

-Un Groupement de Soutien Logistique

-Un Régiment d’Artillerie Lourde disposant de canons de 155mm M-1 155mm Gun on Carriage M1 «Long Tom»

-Un Groupement de chasseurs de chars disposant de deux bataillons de M-36 Jackson et de quatre bataillons de M-18 Hellcat

-Un Bataillon de reconnaisance disposant de chars légers M-24 Chaffee et d’autos blindées M-17

-25th Infantry Division (US)

-47th Infantry Division (US)

-Groupe d’Armées n°2 (GA n°2)

-6ème Armée Française

-Un Etat-Major d’Armée

Unités dépendant de la 6ème Armée

-6ème Groupement Anti-Aérien de Campagne (6ème GAAC) :

-Groupement d’Aviation de la 6ème Armée (GRAVIA-VIA)

-Unités du génie et de soutien logistique

-9ème Corps d’Armée (9ème CA)

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-609ème Régiment de Pionniers (609ème RP)

-9ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (9ème GRCA)

-121ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (121ème RALT)

-Element Aérien de Corps d’Armée 509 (EACA-509)

-Unités du génie et de soutien

-31ème DIAlp

-32ème DI

-13ème DI

-12ème Corps d’Armée (12ème CA)

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-612ème Régiment de Pionniers (612ème RP)

-12ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (12ème GRCA)

-112ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (112ème RALT)

-Element Aérien de Corps d’Armée 512 (EACA-512)

-Unités du génie et de soutien

-35ème DI

-40ème DI

-1ère DIT

-28ème Corps d’Armée (28ème CA)

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-628ème Régiment de Pionniers (628ème RP)

-28ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (28ème GRCA)

-120ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (120ème RALT) :

-Element Aérien de Corps d’Armée 528 (EACA-528)

-Unités du génie et de soutien

-43ème DI

-27ème DIAlp

-54ème DI

-2ème Armée Française

-Un état-major

-Unités dépendant directement de la 2ème Armée

-GRAVIA-IIA (Groupement d’Aviation de la 2ème Armée)

-Groupement Anti-Aérien de Campagne (GAAC) de la 2ème Armée (GAAC-IIA) :

-Groupement de Soutien Logistique d’Armée

-Groupement de Bataillons de Chars de Combats 502 (GBCC-502) : 70ème et 72ème BCC disposant chacun de trente-quatre chars lourds ARL-44 à canon de 90mm soit un total de 68 chars lourds.

5ème Corps d’Armée (5ème CA)

-Un Etat-Major

-605ème Régiment de Pionniers

-5ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (5ème GRCA)

-110ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (110ème RALT)

-Element Aérien de Corps d’Armée 502 (EACA-502)

-3ème Division d’Infanterie Motorisée (3ème DIM)

-23ème Division d’Infanterie (23ème DI)

-7ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (7ème DINA)

-1er Corps d’Armée Polonais (1er CAPol)

-Un état-major de corps d’armée

-Un groupement de soutien logistique

-Un groupement antichar

-Un groupement antiaérien

-Un Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (GRCA)

-1er Régiment d’Artillerie Lourde Polonais (1er RALPol)

-2ème Division d’Infanterie Polonaise (2ème DIP)

-3ème Division d’Infanterie Polonaise (3ème DIP)

-3ème Corps d’Armée Polonais (3ème CAPol)

-Un état-major de corps d’armée

-Un groupement de soutien logistique

-Un groupement antichar

-Un groupement antiaérien

-3ème Régiment d’Artillerie Lourde Polonais (3ème RALPol)

-Un Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (GRCA)

-10ème Division Blindée (10ème DB)

-7ème Division d’Infanterie Polonaise (7ème DIP).

-2ème Corps d’Armée Polonais (2ème CAPol)

-Un Etat-Major

-Un Groupement de Soutien Logistique

-Un Groupement Antichar

-Un Groupement Antiaérien

-2ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée Polonais (2ème GRCA Pol)

-2ème Régiment d’Artillerie Lourde Polonais (2ème RALPol)

-1ère Division de Grenadiers de la Garde (1ère DGG)

-2ème Division de Grenadiers de la Garde (2ème DGG)

En Réserve pour régénération

-1ère Armée Française

-1st Army (UK)

-4ème Armée Française

-8ème Armée Française

Réserve Stratégique

-1ère Armée Aéroportée Alliée

-1er CCB

-2ème CCB

-3ème CCB

-Réserve Générale d’Artillerie : celle-ci est reconstituée avec le retour sous un commandement centralisé des régiments détachés aux différents corps d’armée. Il s’agit de faire un effet de masse pour une future opération majeure.

-Génie et Soutien Logistique

-Réserve d’Artillerie Américaine

-Unités du Génie et de Soutien Logistique

Cette relève bien que menée de manière la plus discrète possible n’échappe pas aux allemands mais ces derniers seraient bien en peine de s’y opposer vraiment.

On note quelques bombardements d’artillerie vite contre-battus par l’artillerie alliée et des incursions aériennes menées par des chasseurs-bombardiers dont les coups sont plus des piqures d’épingle qu’autre chose.

Les allemands savent de toute façon qu’une relève implique une chose : quelque chose de grand, de fort se préparait. Autant dire qu’avec des moyens de plus en plus limités, autant dire qu’avec la menace soviétique à l’est (malgré l’échec des contre-offensives multiples lancées à l’été) il faut éviter de jouer au poker. La question qui taraude les allemands du Landser au Feldmarshall est la suivante : quand les alliés vont-ils attaquer ? La réponse va arriver un certain 7 décembre 1951.

Le Conflit (134) Europe Occidentale (99)

Fixer, Percer et Manoeuvrer…..pour mieux se retrouver bloqués

Une fois la ligne ALARIC totalement nettoyée de toute présence allemande, les alliés s’installent «confortablement» en vue de l’exploitation qui doit être menée par les unités motomécaniques françaises, canadiennes, britanniques et américaines.

Le 3 juillet le 3rd Canadian Army Corps franchit enfin La Seine. Ce corps d’armée est un corps motomécanique composé notamment de deux divisions blindées, les 1st & 2nd Canadian Armoured Division.

Ce corps va s’installer entre les deux corps d’armée canadiens déjà sur la rive nord de la Seine pour foncer le plus au nord possible, l’objectif étant si possible de libérer la Picardie et les Flandres Françaises puis de basculer en Belgique voir aux Pays-Bas.

Ce transfert se passe sans autres problèmes que les pannes mécaniques et les ruptures de pont, l’aviation alliée montant une garde vigilante face à une Luftwaffe qui telle une bête plessée léche ses plaies en attendant de pouvoir griffer et mordre à nouveau tout en sachant que ces crocs ne sont plus si aiguisés que deux ans plus tôt.

Ce transfert qui s’est achevé le 6 juillet est concomitant du passage au nord de la Seine du 1er Corps de Cavalerie Blindée (1er CCB), une unité motomécanique française qui passe La Seine du 4 au 7 juillet 1951.

Tel un Bolero les mouvements alliés s’accelèrent. Les allemands qui ont laissé quelques sonnettes en avant de la ligne ATTILA ne se sont aucune illusion : les alliés vont bientôt lâcher les chiens et cela va faire très mal.

Après les unités motomécaniques canadiennes et françaises ce sont les britanniques du 1st British Armored Corps (1st BAC) qui passent La Seine du 8 au 11 juillet 1951. Si dans un premier temps le 3ème CCB reste en réserve, à l’est de Paris les deux divisions blindées américaines sont engagées tandis que le 2ème CCB s’insère dans le secteur de la 4ème Armée en vue d’une chevauchée que l’on espère glorieuse et mémorable. Tout ce petit monde est en place le 12 juillet 1951.

Une semaine plus tard, le 19 juillet 1951 l’opération TEMPÊTE est lancée. Les unités motomécaniques doivent forcer le passage en étant aidées par les différentes armées qui doivent également préparer leur relève par des unités fraiches ! Autant dire que les officiers d’état-major ne manquent ni de travail ni de stress.

L’objectif de cette opération TEMPÊTE est de forcer la ligne ATTILA et surtout d’éviter que les allemands se replient en bon ordre sur les lignes fortifiées successives qui sont du sud au nord LOTHAR WOLFGANG (qui suit le cours de la Somme), GOTHIC et enfin WAGNER qui suite la frontière franco-belge avant de se connecter au WESTWALL qui va devoir être profondément régénéré et réarmé.

La tactique, le mode opératoire est classique : frappes aériennes ciblées avec quelques exemple de carpet bombing pour assomer les allemands avant que l’artillerie lourde ne prenne le relais.

La percée doit être réalisée par les unités en ligne (Armée Canadienne en France, 1ère Armée Française, 1ère Armée Britannique, 2ème et 3ème Armée Française mais aussi 3ème Armée Américaine, 4ème et 6ème Armée Française) avant que les unités motomécaniques ne s’enfoncent dans un dispositif ennemi fracassé et fragmenté.

L’objectif final est la Somme. La légende veut que certains officiers originaires de la région aurait dit avec un humour noir «Mais bon sang qu’es-ce qu’on vous à fait pour que tout le monde veuille s’étriper chez nous ?»

Les canadiens sont les premiers à être engagés. Les canucks ont la pression. Décevants lors de l’opération AVALANCHE ils se savent attendus au tournant. Es-ce pour cela qu’ils vont se montrer particulièrement virulents ? C’est pas impossible, les allemands sont bousculés, culbutés, fort peu de prisonniers sont faits.

Les combats sont si rapprochés que l’artillerie comme l’aviation doivent retenir leurs coups de peur de toucher des troupes amies. On assiste à des combats à mains nues, de féroces charges à la baïonette, bref un combat rappelant davantage le premier que le second conflit mondial.

La 1.VolksGrenadierDivision résiste bien, galvanisée par un chef de corps qui n’hésite pas à monter en première ligne en dépit des problèmes de coordination que cela pose même si l’état-major peut gérer la majeure partie des opérations surtout dans une armée qui valorise l’initiative individuelle.

Malheureusement à sa gauche la 15.S.S GrenadierDivision (Ungarische n°1) se liquéfie très vite. Il faut dire que ces hommes se demandent bien ce qu’ils font là à combattre en France pour un allié dont le mépris est de notoriété publique puisque les alliés (qu’ils soient hongrois, bulgares, italiens ou roumains) sont pour la caste militaire allemande un bouc émissaire commode.

Le 7.AK aurait pu être totalement détruit sans l’action de la 2.PanzerDivision. Considérée comme la meilleure panzerdivision du front occidental, elle mène de vigoureuses contre-attaques pour soutenir l’infanterie. Cela stablise la situation mais seulement pour un temps.

En effet dès le lendemain 20 juillet, le 3rd Canadian Army Corps est engagé dans les brèches créées par les deux autres corps d’armée canadiens. Les chars à l’érable foncent dans les plaines de Picardie, forcent la ligne LOTHAR le 24 juillet et atteignent la Somme le 2 août 1951.

Le 7.ArmeeKorps lui est considéré comme détruit, seulement des éléments épars parviennent à franchir la Somme dans une ambiance apocalyptique, sous le feu de l’artillerie de l’aviation qui empêche surtout le franchissement des chars et des véhicules. Les fantassins peuvent eux franchir à la nage (même si c’est une gageure nous sommes d’accord) ou sur de petites embarcations.

En fait ce qui sauve les allemands c’est aussi que les alliés manquent d’énergie pour continuer sans s’arrêter. Comme le dira le général Villeneuve en petit comité «Les canadiens ont fait mieux sous la tempête que dans une avalanche mais je pense qu’ils auraient pu mieux faire».

Ces propos vont arriver aux oreilles des canadiens qui ne le prendront pas mal à la fois par un constat lucide mais aussi parce qu’ils connaissaient parfaitement le généralissime des forces alliées.

Es-ce le début d’une période dorée pour les forces armées alliées ? Hélas non car les allemands se sont ressaisis en s’installant sur la ligne WOLFGANG pour une partie de leurs unités, celles faisant face à l’Armée Canadienne en France (ACF), unités passablement fatiguées, passablement démotivées mais tiennent encore pour des raisons multiples et qui ne sont pas uniquement de l’ordre du coercitif contrairement à ce qu’on à longtemps cru.

La 1ère Armée Française passe à l’attaque le même jour que l’armée canadienne en France mais à moins de succès que l’ACF puisqu’elle ne peut forcer la ligne LOTHAR créant donc un saillant menacé à l’ouest par la 1ère Armée et à l’est par la 1ère Armée britannique. Il faut dire que le 1er CCB à tapé dans le point dur du dispositif allemand et va subir de lourdes pertes.

Le 5.ArmeeKorps (5.AK) va résister pied à pied. Bien que ne disposant pas d’unités blindées contrairement au 9.AK, le corps d’armée dispose de trois solides divisions d’infanterie (262.ID 6.ID 26.ID) qui connaissent parfaitement le terrain et vont imposer une guerre d’usure aux 1er et 17ème CA, le 18ème CA restant en réserve pour faire face à toute éventualité, décision qui sera beaucoup reprochée au commandant de la 1ère Armée.

En dépit d’une situation incertaine, de brèches non colmatées mais corsetées par les allemands, le 1er CCB est engagé. Les premiers combats sont prometteurs mais très vite la défense allemande se raidit, les pertes en chars sont lourdes, l’infanterie portée peinant à neutraliser les positions antichars, les sapeurs du génie en nombre insuffisant peinant à la fois à déminer les axes de progression et à aménager le terrain. Heureusement l’artillerie tient son rang et éviter bien des déconvenues aux cavaliers motomécaniques français.

Résultat malgré les efforts des troupes françaises, malgré l’engagement du 18ème CA, la 1ère Armée française ne parvient pas à forcer la ligne LOTHAR créant un saillant séparant l’ACF de la 1ère Armée britannique.

Cette situation parait-il aurait discrètement rejouit certains officiers britanniques qui malgré la fraternité d’armes franco-britannique n’avaient oublié ni Crecy, ni Azincourt, ni Trafalgar et encore moins Waterloo.

La 1st Army (UK) parvient elle à percer la ligne ATTILA, à déborder la ligne LOTHAR non sans mal et après de violents combats, elle parvient à border la ligne WOLFGANG.

Comme la première armée française, la 1ère armée britannique n’engage que deux corps d’armée d’infanterie, les 1st et 3rd BC, laissant le 2nd BC en réserve pour faire face à toute éventualité. Quand au 1st British Armoured Corps, il doit être engagé pour l’exploitation que l’on espère rapide.

Les allemands du 9.ArmeeKorps tentent de résister pied à pied mais sont très vite débordés malgré les efforts de la 13.PanzerDivision qui par d’incessants coups de sonde, par l’utilisation habile du terrain tente de freiner l’avancée britannique et surtout retarder l’engagement du 1st BAC.

La 9.ID assaillit par le 1st BC doit très vite décrocher même si elle laisse quelques «enfants perdus» pour rendre la poursuite difficile, pénible et sanglante.

La 59.ID elle doit encaisser le choc du 3rd BC, choc plutôt bien digéré en partie grâce aux efforts de la 13.PzD qui montre que Panther et Tigre bien menés sont supérieurs aux Churchill et Cromwell du Royal Tank Corps. Malheureusement pour les allemands et heureusement pour les britanniques, la 13ème division blindée allemande n’est pas la meilleure du Panzerkorps.

Après cinq jours de féroces combats, les britanniques débordent la ligne LOTHAR et fonce vers la Somme qu’ils tentent de border mais ils sont gênés par une 1ère Armée Française coincée sur la ligne qu’ils venaient de déborder. Ils doivent donc faire pivoter leur axe de progression de 90° vers la gauche pour éviter une attaque de flanc allemande.

En réalité ce saillant n’est un cadeau ni pour les alliés qui ne parviennent pas à obtenir un front homogène et pour les allemands qui doivent étaler des forces affaiblies et qui sont en plus à la merci d’un double enveloppement venu de l’est et de l’ouest. Affaire à suivre comme on dit

La 2ème Armée Française passe à l’attaque le 20 juillet seulement pour des questions d’ordre logistique et pour maintenir les allemands sous pression.

A la différence de la 1ère Armée, les quatre corps d’armée sont successivement engagés, certains disant que c’était pour éviter une mutinerie chez les polonais.

Le 5ème CA bouscule la 2.VolksgrenadierDivision qui très vite ne représente plus qu’une nuisance à défaut d’une vrai menace. Elle est cependant surveillée par le corps d’armée français comme on surveille le lait sur le feu.

Le 1er CA polonais attaque lui la 11.S.S Division «Frunsberg». Les combats sont violents, impitoyables on ne se fait aucun cadeau. C’est bien simple les blessés préfèrent se faire sauter à la grenade plutôt que se rendre. La division S.S est rapidement débordée mais parvient à se replier en bon ordre.

Le 2ème CA polonais attaque lui le secteur de la 45.ID qui resiste bien mieux que prévu. Le 2ème CAPol doit même demander de l’aide au 3ème Corps d’Armée polonais pour venir à bout de cette division particulièrement dure à casser.

La 2ème Armée française perce donc très vite la ligne ATTILA et alors que les allemands s’attendent à une pause foncent vers la ligne LOTHAR surprenant les troupes allemandes en pleine retraite. C’est une course entre les unités de ligne et le 3ème CCB qui d’abord en réserve va être rapidement engagé.

Les allemands sont bousculés culbutés par des troupes françaises littéralement enragées. Un officier de liaison italien parlant de la célèbre furia francese apparue durant les guerres d’Italie.

A la différence du 1er CCB qui avait eu toutes les peines du monde à forcer le passage, le 3ème CCB joue sur du velours et empêche les allemands de se rétablir avant la ligne WOLFGANG.

En ce qui concerne les troupes allemandes, le 14.ArmeeKorps (14.AK) souffre sous les coups de notre deuxième armée.

Si la 357.ID parvient à se replier en bon ordre, la 49.ID est littéralement pulverisée alors que la 271.ID parvient à se replier en bon ordre tout en étant sérieusement affaiblie.

La 3ème Armée Française attaque en même temps que la 2ème pour maintenir les allemands sous pression. De toute façon les allemands étaient tellement bousculés que je ne suis pas certain qu’une 3ème Armée française restant l’arme au pied aurait changé quoi que ce soit.

A l’origine elle ne disposait pas d’unités motomécaniques type corps d’armée blindée ou corps de cavalerie blindée mais pour cette opération TEMPÊTE le GBCC-502 à été transféré à la 3ème Armée devenant donc le GBCC-503, les ARL-44 accompagnant les unités d’infanterie non pas en appui direct mais en formant des groupements occasionnels avec les canons d’assaut et les chasseurs de chars pour empêcher les allemands de se rétablir sur une position dure.

Au combat, les ARL-44 maintenaient les chars allemands plus légers à distance avec l’allonge et la puissance de son canon de 90mm pendant que les canons d’assaut collaient aux unités d’infanterie, les chasseurs de chars créant des écrans ou flanquant les unités d’infanterie qui avaient reçut l’ordre de foncer sans se préoccuper d’éventuelles poches de résistance qui seraient nettoyées plus tard.

Certains estimaient que cela allait à l’encontre du bon sens militaire ce à quoi le général Villeneuve répondit que ces hommes fatigués, blessés, démotivés seraient incapables de combattre longtemps , une chose que les soviétiques ont théorisé dans leur art opératif en montrant qu’en cassant le dispositif ennemi tu rend les choses plus compliquées puisque les isolés, les trainards posaient d’avantage de problèmes à l’ennemi qu’à tes propres forces.

Le 23.AK encaisse l’énergie cinétique de la 3ème Armée. La 3.VolksgrenadierDivision est pulverisée, anéantie mais les deux autres divisions sont certes affaiblies mais parviennent à se replier en bon ordre pour éviter l’encerclement et la submersion par les troupes alliées.

Sans surprise les trois corps d’armée français s’installent sur la rive sud de la Somme, couvrant le flanc gauche de la 8ème Armée qui à été finalement maintenue alors qu’on envisageait sérieusement de la dissoudre surtout après une performance médiocre lors de l’opération AVALANCHE.

Cette fois seulement deux corps d’armée sont engagés, les 7ème et 31ème CA, le 6ème CA restant en réserve pour profiter la moindre opportunité. Comme à chaque fois certaines estiment qu’un engagement des trois corps d’armée aurait permis d’obtenir de meilleurs résultats mais c’est oublier un peu vite les questions logistiques et la réaction de l’ennemi.

Le 3.AK doit donc affronter deux corps d’armée français. Elle s’en tire avec les honneurs mais peut se replier en bon ordre bien couvert par le 4.Panzerkorps qui réalise de véritables prodiges pour soutenir le 3ème corps d’armée mais aussi les unités assaillies par la 3ème armée américaine.

La 3rd US Army passe à l’attaque le 20 juillet 1951. Dans un premier temps cela se passe très bien. La ligne ATTILA est facilement percée, perforée, l’artillerie et l’aviation ayant provoqué de terribles pertes aux allemands qui tentent avec plusieurs contre-attaques de freiner l’avancée des américains qui sont sur le point de déborder la ligne LOTHAR mais les allemands bloquent la percée américaine.

Résultat les allemands vont obtenir un saillant qui avec celui séparant l’ACF et la 2ème Armée Française pourrait permettre aux allemands d’encercler les 2ème et 3ème Armée. Seulement voilà les allemands n’ont ni le temps ni les moyens de percer pour provoquer une terrible défaite aux alliés et retarder l’ineluctable : l’invasion du Vaterland.

Les trois corps d’armée américains ont été engagés avec des résultats contrastés. Si le 3rd Army Corps à rempli sa part du boulot ce n’est pas vraiment le cas du 8th et du 12th CA qui ont plus de mal.

Côté allemand, le 15.AK encaisse le choc de la 3ème Armée américaine. Si la 34.ID s’en sort comme on dit avec les honneurs en revanche la 36.ID est très affaiblie. Elle doit sa survie à l’action décidée de la 17.S.S GrenadierDivision (Galician n°1) qui littéralement se sacrifie pour empêcher les américains de déborder totalement le 15ème Corps d’Armée allemands. Ce dernier peut se replier en bon ordre au nord de la ligne LOTHAR ce qui est tout sauf une bonne position.

La 4ème Armée Française s’élance en même temps que l’armée américaine. Les débuts sont prometteurs mais très vite la résistance allemande ferme et intelligente se raidit. Résultat si la ligne LOTHAR est rapidement percée (après guerre les allemands réécriront l’histoire en affirmant que cette ligne n’était pas destinée à être solidement tenue ce dont on peut très légitimement douter), la ligne WOLFGANG va rester hors de portée.

Pour éviter une thrombose logistique, décision est prise de n’engager que les 25ème et 16ème CA en laissant les 26ème et 8ème en réserve mais toujours dans l’optique de profiter de la moindre opportunité.

Le 16.ArmeeKorps (16.AK) encaisse l’assaut de la 4ème Armée française mais réagit avec maitrise et intelligence, échangeant (un peu) de terrain contre beaucoup _tout est relatif_ de temps.

La 4.VolksgrenadierDivision résiste mieux que la 44.ID qui se désintègre. Certaines unités abandonnent rapidement le combat mais d’autres se font tuer sur place.

La 6ème Armée Française passe à l’attaque le 21 juillet dans l’espoir de profiter d’un certain desarroi, d’un certain flottement côté allemand. Hélas les fridolins attendent les français de pied ferme.

En effet outre l’engagement de la 5.Fallsschirmjäger Division une nouvelle division allemande est engagée, une 5.VolksGrenadierDivision tout juste créée. Ses capacités sont limitées mais les allemands n’ont pas vraiment le choix.

En dépit de moyens limités qui rélèvent souvent du bricolage, ces deux unités résistent pied à pied aux français passablement déconcertés par une telle résistance. Il faut dire que seules les 9ème et 28ème CA sont engagés, le 12ème CA restant en réserve.

Les combats sont durs, violents, impitoyables même. On ne compte plus les exactions contre les prisonniers qui sont d’ailleurs de moins en moins de nombreux et de plus en plus mal en point.

Le taux de mortalité dans les camps provisoires est effroyable et l’Allemagne à pu dire que les alliés laissent leurs prisonniers sans soins ce qui est faux mais à la guerre la première victime c’est la vérité.

La ligne ATTILA est forcée le 24 juillet et la ligne LOTHAR est atteinte une semaine plus tard le 31 juillet 1951. Elle est percée à plusieurs endroits mais malgré les efforts des unités de la 6ème Armée, la ligne WOLFGANG ne peut être atteinte, laissant les allemands se replier tant bien que mal en ne laissant derrière que des ruines, des larmes et du sang.

Dans les airs les combats se font moins violents, les alliés sans disposer d’une maitrise absolue de l’espace aérien peuvent se permettre des choses qui auraient été impossibles sous un ciel disputé.

Les rares avions portant la Balkenkreuze qui osent décoller sont impitoyablement pourchassés et envoyés au sol. Les allemands sont réduits à opérer de nuit avec toutes les limites qui sied à ce genre d’opérations en des temps où il est illusoire de vouloir voler par tous les temps. De plus les alliés disposent d’unités de chasse de nuit bien équipées, expérimentées et entrainées.

En ce qui concerne le bombardement et l’attaque, les français et leurs alliés vont combattre soit en soutien des troupes au sol ou selon un agenda qui leur est propre pour casser les infrastructures et l’industrie allemande dans l’espoir d’accélérer la chute de l’Allemagne.

Les différentes villes françaises sont libérées. De nombreuses villes sont ruinées mais moins que celles situées sur la ligne de front à savoir Le Havre et Rouen. Parmi les principales villes libérées citons Fecamp le 4 juillet, Dieppe le 10 juillet et Beauvais pour ce que les anglo-saxons appellent Bastille Day (14 juillet 1951).

A chaque fois ce sont les mêmes scènes, la joie délirante puis les règlements de compte entre de pseudos résistants et ceux accusés d’avoir collaboré avec les allemands. Heureusement derrière les armées, les forces de gendarmerie vont rapidement mettre au pas de pseudos justiciers. Cela laisse songeur si l’état français s’était effondré et n’avait pas disposé de forces de police suffisantes pour maintenir l’ordre après la libération des territoires par les forces militaires.

Le front se stabilise en septembre 1951. Cela ne veut pas dire que les combats sont terminés mais il s’agit d’avantage de combats locaux, d’escarmouches que d’offensives grande style.

Il suit à nouveau le cours de la Somme (mais Amiens comme Abbeville restent aux mains des allemands), coupe l’Oise au sud de Saint Quentin, remonte un peu vers le nord puis redescend vers le sud pour suivre une partie du cours de la Marne, coupe la Saone aux prémices de son bassin versant avant de longer l’extrême sud de la frontière allemande et se terminer au niveau du lac Leman.

Si le rythme des combats ralentit c’est à la fois pour des questions logistiques mais aussi parce que la météo n’aide guère les combattants. La pluie tombe en abondance détrempant les sols, rendant pénible la tenue du front. Les températures sont heureusement clémentes pour ce début d’automne.

Comme je l’ai écris plus haut les alliés étaient dans une situation inconfortable : devoir avancer tout en préparant l’engagement de leurs unités en réserve pour permettre aux unités combattant en première ligne de souffler une semaine, quinze jours voir plus et ainsi pouvoir reprendre la lutte après avoir soigné les corps et les esprits.

Craignant une réaction allemande plus vive qu’escomptée, le général Villeneuve étudie une opération de diversion ou une opération de couverture. Finalement décision est prise d’engager la 11ème Division Parachutiste (11ème DP) sous la forme de sauts tactiques pour tenter d’éliminer les deux saillants allemands.

Cette décision est loin de faire l’unanimité. Certains estiment qu’il faudrait engager davantage de troupes aéroportées voir mener une opération motomécanique pour éliminer ces saillants tout en couvrant la relève des troupes en ligne.

L’opération GIBOULEE est finalement lancée le 4 octobre 1951 après plusieurs reports en raison de problèmes météorologiques.

La division parachutiste française est larguée en ordre dispersé. Très vite malgré leur agressivité et leur bravoure les héritiers de l’infanterie de l’air se heurtent à de sérieuses difficultés montrant les avantages et surtout les limites des troupes aéroportées notamment face à un ennemi retranché.

Après seulement trois jours de combat force est de constater que l’opération GIBOULEE est un échec. Les saillants n’ont pas été éliminés et les paras français ont subit des pertes non négligeables.

Seul point positif, les allemands ont décidé d’évacuer les deux saillants pour raccourcir le front mais il le font en menant la politique de la terre brulée en dévastant tout sur leur passage. Ils vont se replier sur la ligne WOLFGANG pour une partie de leurs forces mais les unités faisant face aux 4ème et 6ème Armées françaises reçoivent l’ordre de tenir leur position vraisemblablement pour ralentir encore un peu la chevauchée alliée vers l’Allemagne qui semble ne jamais avoir été aussi proche.

Pendant ce temps les premières relèves ont eu lieu. Si l’Armée Canadienne en France (ACF) reste en ligne, la 1ère Armée Française est relevée par l’Armée Belge Libre (ABL), la 2ème Armée Britannique relève la 1st Army (UK) mais les deux autres armées française, les 2ème et 3ème Armée restent en ligne à la différence de la 8ème Armée qui passe en réserve.

La 7th US Army monte en ligne formant le First US Army Group (FUSAG) avec la 3rd US Army permettant aux armées américaines d’opérer sous un commandement national. Si la 6ème Armée Française reste en ligne en revanche la 4ème Armée Française passe en réserve pour régénération.

Le Conflit (130) Europe Occidentale (95)

Réserve Générale : Artillerie, Génie et Train

Comme nous l’avons vu plus haut, de nombreuses unités d’artillerie, du génie et du train ont été détachées auprès des unités du GA n°1 et du GA n°2. Certaines n’ont pas été engagées pour ménager un outil militaire certes puissant mais qui ne disposait pas de ressources inépuisables.

Artillerie lourde

-370ème Régiment d’Artillerie Lourde sur Voie Ferrée (370ème RAVLF) : entretien et aménagement des voies nécessaires. A cela s’ajoute la sécurité rapprochée des pièces après plusieurs raids des Brandebourgeois destinées à neutraliser les pièces de l’ALVF plus pour le symbole que pour l’efficacité militaire qui était certes réelle mais pas plus que d’autres unités d’artillerie ou l’aviation.

-372ème Régiment d’Artillerie Lourde sur Voie Ferrée (372ème RALVF) : 1er groupe avec huit obusiers de 400mm modèle 1915, 2ème groupe avec huit canons de 320mm et 3ème groupe avec huit canons de 240mm TAZ modèle 1944.

Ce régiment est resté sous le contrôle de la Réserve Générale mais ses pièces ont tiré au profit des unités du GA n°1.

-374ème Régiment d’Artillerie Lourde sur Voie Ferrée (374ème RALVF) : 1er groupe avec huit obusiers de 400mm modèle 1915, 2ème groupe avec huit canons de 320mm et 3ème groupe avec huit canons de 240mm TAZ modèle 1944.

Ce régiment est resté sous le contrôle de la Réserve Générale mais ses pièces ont tiré au profit des unités du GA n°2

A ces trois régiments (dont deux de feu) de l’ALVF s’ajoutent des régiments d’artillerie issus de corps d’armée dissous ou mis en sommeil.

-111ème RALCT (111ème Régiment d’Artillerie Lourde Colonial à Tracteur) (ex-111ème RALCH) : trois groupes de trois batteries de six 155L modèle 1945S

-141ème RALH : doit être à terme transformé en RALT avec deux groupes de trois batteries de six 105L modèle 1941T et un groupe de trois batteries de six 155L modèle 1945S (NdA transformation toujours pas réalisée au 18 juin 1951)

-104ème RALT : trois groupes de trois batteries de six pièces (deux groupes de 155L GPF-T et un groupe de 105L modèle 1936S)

-109ème RALH : doit être à terme transformé en RALT avec trois groupes de trois batteries de six 105L modèle 1936S (NdA même remarque que pour le 141ème RALH)

-180ème RALT : trois groupes à trois batteries de six 105L modèle 1941T

Artillerie antichar

Les quatre régiments antichars (402ème 403ème 405ème 406ème RAAC) n’ont pas été engagé dans la phase initiale de l’opération AVALANCHE. Ils ne vont être engagés qu’à partir de la phase d’exploitation pour sécuriser le front en cas de percée blindée allemande.

Leur composition n’évolue pas avec trois groupes à trois batteries (deux batteries de huit canons de 47mm et une batterie de six canons de 75mm) soit un total de 66 pièces par régiment et une puissance globale 264 canons antichars. Les pièces restent tractées même si leur remplacement par des chasseurs de chars chenillés ou à roues à été étudié mais n’à pas (encore ?) aboutit.

Le 402ème RAAC est déployé dans le secteur de la 1ère Armée, le 403ème dans le secteur de la 3ème Armée, le 405ème RAAC dans le secteur de la 8ème Armée alors que le 406ème RAAC est déployé dans le secteur de la 4ème Armée.

Unités de Lance-Roquettes Multiples.

-701ème régiment de lance-roquettes multiples : 2ème bataillon

-703ème régiment de lance-roquettes multiples

Ces trois bataillons de lance-roquettes multiples restent en réserve d’armée pour faire face à tout éventualité ce qui on s’en doute frustre énormément ses membres.

Une fois l’exploitation entamée, ces bataillons vont être placés respectivement sous l’autorité de la 8ème, de la 4ème et de la 6ème Armée.

Réserve Générale d’Artillerie Américaine

L’artillerie américaine à mis sur pied 270 groupes d’artillerie pour ses Grandes Unités (GU) et 395 groupes non endivisionnés, des groupes légers (124) équipés de canons de 75mm (pour les divisions aéroportées et la division de montagne) et de 105mm, des groupes moyens au nombre de 140 équipés de canons de 105 et de 155mm et enfin 120 groupes lourds équipés de canons de 155mm, d’obusiers de 203mm et de canons de 240mm.

Sur les 124 groupes légers, on trouve 43 groupes équipés de canons de 75mm et 81 équipés de canons ou plutôt d’obusiers de 105mm. Parmi ses 81 groupes, 16 sont automoteurs

Sur les 140 groupes moyens, 108 sont tractés et 32 sont automoteurs/automouvants (20 équipés de canons de 105mm automoteurs et 12 équipés de canons de 155mm automouvants).

Sur les 120 groupes lourds, 48 sont équipés de canons de 155mm, 48 équipés de canons et d’obusiers de 203mm (à parts égales) et 24 d’obusiers de 240mm, tous en version tractée, les versions automotrices ne voyant le jour qu’après guerre.

A ce chiffre de 384 groupes s’ajoutent des groupes de lance-roquettes au nombre de soixante-douze, des groupes affectés aux corps d’armées ou aux divisions en fonction des besoins.

Cette augmentation remarquable des effectifs et des moyens s’explique par la déflation de l’artillerie côtière et la réduction des unités de DCA non-endivisionnées (qui passent de 120 groupes à 72 à la fin du conflit) mais les problèmes de production de canons et de munitions ne seront jamais complètement réglés. Même l’industrie américaine à ses limites……. .

Naturellement tous ces groupes ne vont pas rallier l’Europe, certains devant opérer dans le Pacifique, d’autres en Méditerranée. De plus le nombre maximal 384 ne va être atteint qu’en septembre 1953, un an avant la fin du conflit.

Pour l’opération AVALANCHE, la 3ème Armée Américaine en particulier et les unités alliées en général vont bénéficier du soutien de 16 groupes légers (6 équipés de canons de 75mm et 10 équipés d’obusiers de 105mm _6 automoteurs_), 48 groupes moyens (16 automoteurs/automouvants _6 équipés de canons de 155mm et 10 équipés d’obusiers de 105mm_ et 32 remorqués _12 équipés de canons de 155mm et 20 équipés d’obusiers de 105mm_) et 24 groupes lourds (8 équipés de canons de 155mm, 8 équipés d’obusiers de 203mm et 8 équipés de canons de 240mm) soit un total de 88 groupes.

Si les pièces lourdes sont détachés auprès de la 3ème Armée, les unités plus légères restent pour le moment en réserve. Une fois la phase 1 de l’opération AVALANCHE terminée les unités d’artillerie de réserve américaines vont monter en ligne pour écraser sous un déluge de feu les unités allemandes en espérant obtenir un succès décisif. Cela n’à pas marché durant la première guerre mondiale, peut être que pour la seconde……. .

Pour la phase d’exploitation, les différents groupes sont engagés sous l’autorité de la 3ème Armée américaine. Tous ne sont pas en ligne moins pour ménager un outil qui est très extensible mais pour éviter la thrombose logistique.

C’est ainsi que sur les 16 groupes légers disponibles on va trouver en ligne quatre groupes de 75mm et quatre groupes d’obusiers de 155mm _deux tractés et deux automoteurs_), 24 groupes moyens sur 48 (3 groupes de 155mm et 5 groupes de 105mm tous automouvants mais aussi 8 groupes de 155mm tractés et 8 groupes de 105mm tractés) et 12 groupes lourds (6 groupes de 155mm, 3 groupes de 203mm et 3 groupes de 240mm).

Génie

-La 1ère Brigade du Génie comprend le 5ème régiment du génie, le 8ème régiment du génie et le 10ème régiment du génie. Elle est détachée auprès du GA n°1 et plus précisément auprès de la 1ère Armée Française.

-La 2ème Brigade du Génie comprend le 1er, le 15ème et le 18ème régiment du génie. Elle est détachée auprès de la 3ème Armée Française.

-La 3ème Brigade du Génie comprend les 2ème, 3ème et 28ème régiment du génie. Elle est détachée auprès de la 4ème Armée Française.

-La 4ème Brigade du Génie comprend les 4ème, 6ème et 38ème régiment du génie. Non engagée mais prête à toute éventualité. Cette éventualité va arriver avec l’exploitation et la brigade est lacée sous l’autorité de la 6ème Armée confrontée à de sérieux obstacles (mines, pièges divers et variés)

Groupements de Transport du Train (GTT)

Après la mobilisation des Groupements de Transport du Train (GTT) ont été chargés de transporter troupes et matériel entre l’arrière et le front à l’aide de camions routiers et de camions tout-chemin.

Ils sont au nombre de trente-quatre, les dix-sept d’origine et ceux issus du dédoublement des premiers nommés. Ces nouveaux groupes portent le numéro de leur région d’origine augmenté de cent. Cela nous donne la situation suivante :

Tous les groupes ne peuvent être préservés faute de moyens matériels et de moyens humains. De plus certains groupes sont renvoyés vers l’arrière pour soutenir les unités défendant les frontières alpines et méridionales.

Ces nouveaux GTT sont organisés de la façon suivante :

-Un Etat-Major

-Un groupe de protection

-Un groupe de soutien logistique

-Quatre groupes de transport.

A l’issue de ce nouveau big-bang organisationnel, l’organisation des GTT est la suivante :

-Groupements de Transport du Train affectés au front : 1er,2ème, 3ème,4ème, 5ème,6ème, 7ème,12ème, 13ème, 14ème, 15ème, 16ème, 17ème, 101ème, 103ème, 105ème, 106ème, et 112ème GTT.

-Groupements de Transport du Train affectés hors zone des armées : 8ème, 9ème, 10ème, 11ème, 109ème et 110ème GTT.

Concrètement les 1er, 2ème et 4ème GTT sont engagées en soutien de la 1ère Armée Française, les 3ème et 5ème GTT pour la 2ème Armée, le 6ème et le 12ème GTT pour la 3ème Armée, les 7ème et 13ème GTT pour la 4ème Armée, les 14ème et 16ème GTT pour la 6ème Armée.

Les 15ème et 17ème GTT vont soutenir l’Armée Canadienne en France (ACF), les 101ème 103ème, 105ème, 106ème et 112ème GTT vont aider à la montée en ligne de l’ABL.

Unités de Soutien Américaines

Génie

En septembre 1950, l’US Army décide de créer huit Engineer Brigade, huit brigades du génie organisées en un état-major, une compagnie d’état-major, une compagnie de transmission, un squadron de reconnaissance (autos blindées) et huit bataillons spécialisés.

Sur les soixante-quatre Engineer Batallion de Réserve Générale, vingt-quatre étaient consacrés au franchissement, vingt-quatre au minage et déminage et enfin seize pour le combat.

Trois brigades sont envoyées dans le Pacifique (1st 3rd 5th Engineer Brigade), deux en Méditerranée, (2nd et 4th Engineer Brigade), une reste aux Etats-Unis (7th Engineer Brigade) et deux sont envoyées en Europe Occidentale en l’occurrence les 6th et 8th Engineer Brigade.

La 6ème brigade du génie comprend trois bataillons de franchissement, trois bataillons de minage/déminage et deux bataillons de combat.

La 8ème brigade du génie comprend trois bataillons de franchissement, trois bataillons de minage/déminage et deux bataillons de combat.

Il est en théorie possible que des bataillons passent d’une brigade à l’autre pour spécialiser davantage une brigade.

Pour l’opération AVALANCHE seule la 6th Engineer Brigade est engagée, la 8th Engineer Brigade est préservée pour de futures opérations. Elle sera placée sous l’autorité de la 7th US Army.

Transmissions

Deux compagnies de transmission stratégiques sont envoyées en Europe pour offrir une autonomie en terme de communications.

Soutien Logistique

Un Groupement Général de Soutien Logistique est la première entité américaine à arriver en Europe dès le mois de juin pour préparer l’arrivée des troupes américaines. Des antennes sont implantées à Brest, Lorient, Saint-Nazaire, Nantes, La Pallice et le Verdon (le port de Bordeaux) pour organiser l’arrivée des navires de leur chargement. Ces antennes sont composées de logisticiens et de marins.

Des dépôts poussent très vite comme des champignons permettant aux soldats américains de ne manquer de rien après leur rude et éprouvante traversée de l’Atlantique.

Outre les groupements logistiques attachés aux unités de combat, on trouve un Groupement de l’Arrière qui fait la liaison entre les dépôts de l’arrière et les dépôts à l’immédiat du front.

Le Conflit (128) Europe Occidentale (93)

GA n°2 GA n°2 GA n°2 GA n°2 GA n°2 GA n°2 GA n°2 GA n°2 GA n°2 GA n°2 GA n°2 GA n°2 GA n°2

NdA Ce Groupe d’Armées n°2 doit à terme redevenir 100% français puisque les américains vont bientôt avoir suffisamment d’unités pour créer deux armées et donc un groupe d’armées.

-3ème Armée Américaine/3rd US Army

-Un Etat-Major

-Unités du génie et de soutien logistique

-Groupement d’Artillerie Lourde

Huit groupes d’obusiers de 203mm et huit groupes de canons de 240mm

-Groupement de Bataillons de Chars

-1st 3rd 5th & 7th Independent Heavy Tank Bataillon disposant de chars lourds M-26 Pershing soit un total 232 chars sachant qu’il y à 58 chars lourds par bataillon indépendant de chars lourds.

-Groupement de chasseurs de chars

Quatre bataillons de chasseurs de chars équipés de M-18 Hellcat et deux bataillons de chasseurs de chars équipés de M-36 Jackson soit un total de 228 chasseurs de chars sachant que chaque bataillon possédait 38 chasseurs de chars (36 plus un pour le commandant et un autre pour son adjoint.

-3rd US Corps/3ème Corps d’Armée Américain

-Un Etat-Major

-Un Groupement de Soutien Logistique

-Un Régiment d’Artillerie Lourde disposant de canons de 155mm M-1 155mm Gun on Carriage M1 «Long Tom»

-Un Groupement de chasseurs de chars disposant de deux bataillons de M-18 Hellcat et de deux bataillons de M-36 Jackson.

-Un Bataillon de reconnaisance disposant de chars légers M-24 Chaffee et d’autos blindées M-17

-1st Armored Division

-24th Infantry Division (US)

-58th Infantry Division (US)

-8th US Corps/8ème Corps d’Armée Américain

-Un Etat-Major

-Un Groupement de Soutien Logistique

-Un Régiment d’Artillerie Lourde disposant de canons de 155mm M-1 155mm Gun on Carriage M1 «Long Tom»

-Un Groupement de chasseurs de chars disposant de deux bataillons de M-18 Hellcat et de deux bataillons de M-36 Jackson

-Un Bataillon de reconnaisance disposant de chars légers M-24 Chaffee et d’autos blindées M-17

-1st Infantry Division (US)

-42nd Infantry Division (US)

-12th US Corps/12ème Corps d’Armée Américain

-Un Etat-Major

-Un Groupement de Soutien Logistique

-Un Régiment d’Artillerie Lourde disposant de canons de 155mm M-1 155mm Gun on Carriage M1 «Long Tom»

-Un Groupement de chasseurs de chars disposant de deux bataillons de M-36 Jackson et de quatre bataillons de M-18 Hellcat

-Un Bataillon de reconnaissance disposant de chars légers M-24 Chaffee et d’autos blindées M-17

-10th Armored Division (US)

-38th Infantry Division (US)

-52th Infantry Division (US)

4ème Armée Française

-Un Etat-Major d’Armée

-Unités dépendant directement de la 4ème Armée

-Groupement Anti-Aérien de Campagne de la 4ème Armée : trois batteries polyvalentes, une batterie disposant de huit canons de 90mm et douze canons de 37mm et deux batteries disposant chacune de huit canons de 75mm et de douze canons de 37mm soit un total de huit canons de 90mm, seize canons de 75mm et trente-six canons de 37mm soit un total de 60 canons. Le doublement des moyens un temps envisagé n’à pas été réalisé.

-Groupement d’Aviation de la 4ème Armée (GRAVIA-IVA)

-Groupement de Bataillons de Chars de Combats 504 :

74ème, 76ème et 77ème BCC disposant chacun de trente-quatre chars lourds ARL-44 à canon de 90mm soit un total de 102 chars. Ce groupement va être placé pour emploi sous l’autorité du 2ème CCB.

-Groupement de Soutien Logistique d’Armée

-Renforts d’Artillerie : 356ème RALT (105L modèle 1936S), 364ème RALP (155L GPF-T) 196ème RALP (220L modèle 1950S)

-25ème Corps d’Armée

NdA initialement placé en réserve d’armée, il monte en ligne pour la phase d’exploitation de l’opération AVALANCHE. Il se place à la gauche de la 4ème Armée et prend donc contact avec le 12th US Army Corps.

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-625ème Régiment de Pionniers (625ème RP)

-25ème GRCA

-181ème RALT

-EACA 525

-1ère DIM

-47ème DI

-61ème DI

-26ème Corps d’Armée (26ème CA)

-Etat-Major de Corps d’Armée

-626ème Régiment de Pionniers (626ème RP)

-26ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (26ème GRCA)

-182ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (182ème RALT)

-Unités du génie et de soutien

-Element Aérien de Corps d’Armée 526 (EACA-526)

-4ème DIC

-22ème DI

-53ème DI

-8ème Corps d’Armée (8ème CA)

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-608ème Régiment de Pionniers (608ème RP)

-8ème Groupement de Reconnaisance de Corps d’Armée (8ème GRCA)

-108ème Régiment d’Artilerie Lourde à Tracteurs (108ème RALT)

-Unité de Génie et de Soutien

-Element Aérien de Corps d’Armée 508 (EACA-508)

-45ème DI

-2ème DINA

-2ème DIT

-16ème Corps d’Armée (16ème CA)

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-616ème Régiment de Pionniers (616ème RP)

-16ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (16ème GRCA)

-142ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (142ème RALT)

-Unités du génie et de soutien

-Element Aérien de Corps d’Armée 516 (EACA-516)

-6ème DINA

-8ème DINA

-52ème DI

6ème Armée Française

-Un Etat-Major d’Armée

Unités dépendant de la 6ème Armée

-6ème Groupement Anti-Aérien de Campagne (6ème GAAC) : quatre batteries polyvalentes disposant chacune de huit canons de 75mm et de douze canons de 37mm soit un total de 80 canons antiaériens en ligne.

-Groupement d’Aviation de la 6ème Armée (GRAVIA-VIA)

-Unités du génie et de soutien logistique

-Renforts d’Artillerie : 357ème RALT (105L modèle 1941T) 194ème RALP (220L modèle 1950S) et 171ème RALP (mortier de 280TR Schneider)

-9ème Corps d’Armée (9ème CA)

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-609ème Régiment de Pionniers (609ème RP)

-9ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (9ème GRCA)

-121ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (121ème RALT)

-Element Aérien de Corps d’Armée 509 (EACA-509)

-Unités du génie et de soutien

-31ème DIAlp

-32ème DI

-13ème DI

-12ème Corps d’Armée (12ème CA)

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-612ème Régiment de Pionniers (612ème RP)

-12ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (12ème GRCA)

-112ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs

-Element Aérien de Corps d’Armée 512 (EACA-512)

-Unités du génie et de soutien

-35ème DI

-40ème DI

-1ère DIT

-28ème Corps d’Armée (28ème CA)

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-628ème Régiment de Pionniers (628ème RP)

-28ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (28ème GRCA)

-120ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (120ème RALT) :

-Element Aérien de Corps d’Armée 528 (EACA-528)

-Unités du génie et de soutien

-43ème DI

-27ème DIAlp

-54ème DI

2ème Corps de Combat Blindé (2ème CCB)

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-Un groupement de soutien logistique

-638ème Régiment de Pionniers (638ème RP)

-2ème Groupement de Reconnaissance de Combat Blindé (2ème GRCB) : seize chars légers AMX-44, seize automitrailleuses puissantes, un escadron motocycliste et le 15ème Bataillon de Chasseurs Portés (15ème BCP)

-119ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (119ème RALT)

-102ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (102ème RALT)

-Groupement de Bataillons de Chars de Combats 504

-4ème Division Blindée (ex-4ème Division Cuirassée)

-6ème Division Blindée (ex-3ème DLM)

-7ème Division Blindée (ex-5ème DLM)

Le Conflit (127) Europe Occidentale (92)

1ère Armée Britannique

-Un Etat-Major d’Armée

-Un Groupement de Soutien Logistique d’Armée

-1st British Corps (1st BC)

-Un Etat-Major

-Des unités du génie et du soutien logistique

-Deux régiments d’artillerie lourde, un régiment équipé de BL 4.5 Inch Medium Field Gun et un régiment équipé de BL 5.5 Inch Medium Gun

-Un régiment antichar (canons antichars de 6 livres et de 17 livres)

-Un régiment antiaérien (canons antiaériens de 94mm et de 40mm)

-Un bataillon de reconnaissance disposant de chars légers Tetrach II et d’autos blindées Humber Armoured Car

-1st Infantry Division (1st ID)

-4th Infantry Division (4th ID)

-52nd Lowland Infantry Division

-1st British Armoured Corps (1st BAC)

-Un Etat-Major

-Des unités du génie et de soutien logistique

-Un régiment d’artillerie lourde équipé de BL 4.5 Inch Medium Field Gun et de BL 5.5 Inch Medium Gun

-Un régiment antichar (canons antichars de 6 livres et de 17 livres)

-Un régiment antiaérien (canons antiaériens de 94mm et de 40mm)

-Un bataillon de reconnaissance disposant de chars légers Tetrach II et d’autos blindées Humber Armoured Car

-1st Armoured Division (UK)

-2nd Armoured Division (UK)

-2nd British Corps (2nd BC)

-Un Etat-Major

-Des unités du génie et du soutien logistique

-Deux régiments d’artillerie lourde, un régiment équipé de BL 4.5 Inch Medium Field Gun et un régiment équipé de BL 5.5 Inch Medium Gun

-Un régiment antichar (canons antichars de 6 livres et de 17 livres)

-Un régiment antiaérien (canons antiaériens de 94mm et de 40mm)

-Un bataillon de reconnaissance disposant de chars légers Tetrach II et d’autos blindées Humber Armoured Car

-44th «Home Counties» Division

-50th Northumberland Division

-2nd Infantry Division (2nd ID)

-3rd British Corps

-Un Etat-Major

-Des unités du génie et du soutien logistique

-Deux régiments d’artillerie lourde un régiment équipé de BL 4.5 Inch Medium Field Gun et un régiment équipé de BL 5.5 Inch Medium Gun

-Un régiment antichar (canons antichars de 6 livres et de 17 livres)

-Un régiment antiaérien (canons antiaériens de 94mm et de 40mm)

-Un bataillon de reconnaissance disposant de chars légers Tetrach II et d’autos blindées Humber Armoured Car

-3rd Infantry Division (3rd ID)

-48th «South Middland» Division

-6th Infantry Division (6th ID)

2ème Armée Française (dite également «Armée Franco-Polonaise» mais uniquement de manière officieuse)

-Un état-major

-Unités dépendant directement de la 2ème Armée

-GRAVIA-IIA (Groupement d’Aviation de la 2ème Armée)

-Groupement Anti-Aérien de Campagne (GAAC) de la 2ème Armée (GAAC-IIA) : six batteries avec huit canons de 75mm et douze canons de 37mm soit un total de 120 pièces.

-Groupement de Soutien Logistique d’Armée

-Groupement de Bataillons de Chars de Combats 502 (GBCC-502) : 70ème et 72ème BCC disposant chacun de trente-quatre chars lourds ARL-44 à canon de 90mm soit un total de 68 chars lourds.

-5ème Corps d’Armée (5ème CA)

-Un Etat-Major

-605ème Régiment de Pionniers

-5ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (5ème GRCA) : seize chars légers FCM-42, seize AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-110ème RALT (ex-110ème RALCH) : deux groupes de 105mm (un groupe de 105L modèle 1941T, un groupe de 105L modèle 1936S) et deux groupes de 155mm (155L modèle 1945S).

-Element Aérien de Corps d’Armée 502 (EACA-502)

-3ème Division d’Infanterie Motorisée (3ème DIM)

-23ème Division d’Infanterie (23ème DI)

-7ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (7ème DINA)

-1er Corps d’Armée Polonais (1er CAPol)

-Un état-major de corps d’armée

-Un groupement de soutien logistique

-Un groupement antichar

-Un groupement antiaérien

-Un Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (GRCA)

-1er Régiment d’Artillerie Lourde Polonais (1er RALPol)

-2ème Division d’Infanterie Polonaise (2ème DIP)

-3ème Division d’Infanterie Polonaise (3ème DIP)

-3ème Corps d’Armée Polonais (3ème CAPol)

-Un état-major de corps d’armée

-Un groupement de soutien logistique

-Un groupement antichar

-Un groupement antiaérien

-3ème Régiment d’Artillerie Lourde Polonais

-Un Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (GRCA)

-10ème Division Blindée (10ème DB)

-7ème Division d’Infanterie Polonaise (7ème DIP).

-2ème Corps d’Armée Polonais (2ème CAPol)

-Un Etat-Major

-Un Groupement de Soutien Logistique

-Un Groupement Antichar

-Un Groupement Antiaérien

-2ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée Polonais (2ème GRCA Pol)

-2ème Régiment d’Artillerie Lourde Polonais (2ème RALPol)

-1ère Division de Grenadiers de la Garde (1ère DGG)

-2ème Division de Grenadiers de la Garde (2ème DGG)

-3ème Armée Française

-Un état-major

-Unités dépendant directement de la 3ème Armée

-GRAVIA-IIIA (Groupement d’Aviation de la 3ème Armée)

-Groupement Anti-Aérien de Campagne (GAAC) de la 3ème Armée

-Groupement de Soutien Logistique d’Armée

-23ème Corps d’Armée (23ème CA)

-Etat-Major de Corps d’Armée

-623ème Régiment de Pionniers

-23ème Groupement de Reconnaissance Corps d’Armée (23ème GRCA)

-11ème Régiment d’Artillerie Lourde Colonial à Tracteur (11ème RALCT)

-Elément Aérien de Corps d’Armée 523 (ex-GAO-523)

-2ème Division d’Infanterie (2ème DI)

-56ème Division d’Infanterie (56ème DI)

-5ème Division d’Infanterie Motorisée (5ème DIM)

-24ème Corps d’Armée (24ème CA)

-Etat-Major de Corps d’Armée

-624ème Régiment de Pionniers

-24ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (24ème GRCA)

-103ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (103ème RALT)

-26ème Division d’Infanterie (26ème DI)

-42ème Division d’Infanterie (42ème DI)

-2ème Division d’Infanterie Coloniale (2ème DIC)

-34ème Corps d’Armée (34ème CA)

NdA Ce corps d’armée dépendait jadis de la Réserve d’Armée de la 8ème Armée. Mise en alerte lors d’AVALANCHE, il n’est finalement pas engagé puis transféré à la 3ème Armée qui ne disposait plus que de deux corps d’armée suite au maintien de la 8ème Armée.

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-634ème Régiment de Pionniers (634ème RP)

-34ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (34ème GRCA)

-147ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (147ème RALT)

-Elément Aérien de Corps d’Armée 534 (EACA-534)

-28ème Division d’Infanterie Alpine (28ème DIAlp)

-66ème Division d’Infanterie (66ème DI)

-67ème Division d’Infanterie (67ème DI)

-8ème Armée Française

Un temps menacée de disparition, elle est finalement pérénisée et placée sous l’autorité du GA n°1 non sans que le GA n°2 l’ait réclamée pour son propre compte. Cette armée comprend les éléments suivants :

-Un état-major

-Unités dépendant directement de la 8ème Armée

-GRAVIA-VIIIA (Groupement d’Aviation de la 8ème Armée)

-Groupement Anti-Aérien de Campagne (GAAC) de la 8ème Armée

-Groupement de Soutien Logistique d’Armée

-Renforts d’Artillerie : 346ème RALC 184ème RALT et 702ème régiment de lance-roquettes multiples

-7ème Corps d’Armée (7ème CA)

-Etat-Major de Corps d’Armée

-607ème Régiment de Pionniers

-7ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (7ème GRCA)

-107ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (107ème RALT)

-Element Aérien de Corps d’Armée 507 (EACA-507)

-1ère Division Marocaine (1ère DM)

-18ème Division d’Infanterie (18ème DI)

-4ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (4ème DINA)

-6ème Corps d’Armée (6ème CA)

-Un Etat-major de Corps d’Armée

-606ème Régiment de Pionniers

-6ème GRCA

-118ème RALT

-EACA-506

-1ère Division d’Infanterie Coloniale (1ère DIC)

-3ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (3ème DINA)

-55ème Division d’Infanterie (55ème DI)

-31ème Corps d’Armée (31ème CA)

-Un Etat-major de Corps d’Armée

-631ème Régiment de Pionniers

-31ème GRCA

-144ème RALT qui à absorbé les hommes et non les armes du 160ème RAP.

-EACA-531

-6ème Division d’Infanterie Coloniale (6ème DIC) qui à absorbé la 42ème DBMC

-12ème Division d’Infanterie Motorisée (12ème DIM) qui à absorbé le 148ème RIF

-1er Corps de Combat Blindé

NdA pour des raisons de clarté je présente ici le 1er CCB qui est placé sous l’autorité directe du GA n°1 tout comme le 3ème CCB. Sur le plan géographique, le 1er CCB est engagé dans le secteur de la 1ère Armée Française, le 3ème CCB dans celui de la 3ème Armée Française.

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-Un Groupement de Soutien Logistique

-635ème Régiment de Pionniers

-1er Groupement de Reconnaissance de Corps Blindé (1er GRCB) :

-329ème Régiment d’Artillerie Tout-Terrain à Tracteurs (329ème RATTT) : deux groupes de 105L modèle 1936S et deux groupes de 155L GPF-T

-145ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (145ème RALT)

-Groupement de Bataillons de Chars de Combat 501 (GBCC-501) : 71ème, 73ème et 75ème BCC soit 102 chars lourds ARL-44.

-1ère Division Blindée (ex-1ère Division Cuirassée)

-3ème Division Blindée (ex-1ère Division Légère Mécanique)

-5ème Division Blindée (ex-2ème Division Cuirassée)

-3ème Corps de Combat Blindé (3ème CCB)

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-Un Groupement de Soutien Logistique

-636ème Régiment de Pionniers

-3ème Groupement de Reconnaissance de Corps Blindé (3ème GRCB) :

-122ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (122ème RALT) : deux groupes de 105L modèle 1936S et deux groupes de 155L GPF-T.

-116ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (116ème RALT)

-2ème Divisions Blindée (ex-2ème DLM)

-8ème Division Blindée (ex-6ème DLM)

Le Conflit (122) Europe Occidentale (87)

Opération AVALANCHE (18 juin 1951) : les combats

Phase 1 : franchissement et sécurisation ça cogne fort !

Préparatifs et diversion

Un mois avant le jour J, les alliés préparent vraiment l’opération AVALANCHE, les troupes commencent leurs mouvements (quasi exclusivement de nuit), les dépôts sont établis, les chemins sont préparés, la batelerie et les pontons rassemblés le plus discrètement possible en espérant que les allemands regardent ailleurs.

Les travaux sont herculéens, on ne compte plus les kilomètres de voie ferrée, de route, les ponts doublés, triplés ou renforcés, les dépôts aménagés. Les pièces d’artillerie rallient leurs positions aux côtés de pièces leurres.

Au 30 mai 1951 l’essentiel des troupes prévues pour cette opération majeure est en place. Les unités de Réserve Stratégique rallient les zones d’attente sauf celles qui sont appelées à jouer un rôle majeur dans la phase 1 de l’opération AVALANCHE.

C’est ensuite la phase de préparation avec l’engagement d’unités aériennes et d’unités d’artillerie lourde pour comme dit le général Villeneuve en privé «attendrir le fridolin».

Les premières frappes aériennes liées directement à l’opération AVALANCHE ont lieu dans la nuit du 3 au 4 juin 1951. Il s’agit d’isoler les troupes allemandes de leur hinterland.

On espère ainsi faciliter le franchissement de La Seine, la sécurisation des têtes de pont et surtout l’exploitation qui doit être menée par deux corps blindés français et un corps blindé britannique.

Sont visées les ponts, les routes, les voies de chemin de fer, les gares de triages, les gares de voyageur, les casernes….. .

Les opérations sont menées de jour et de nuit. Les résultats sont médiocres en dépit des efforts de planification et bien entendu du courage des pilotes. Il faut aussi ajouter que la Luftwaffe bien que très engagée à l’est conservait des moyens non négligeables à l’ouest ne serais-ce pour protéger le glacis qui lui même protégeait le Vaterland.

Néanmoins l’impact des attaques aériennes fait l’effet d’un acide à effet lent. Je m’explique, la destruction des infrastructures rendait difficile le ravitaillement des unités de première ligne mais aussi l’envoi rapide de renforts.

Plus que jamais la guerre moderne est une question de vitesse, plus vous allez vite et plus l’ennemi sera dans l’incapacité de rétablir un front ou du moins un dispositif cohérent.

Du 3 au 10 juin 1951, les frappes sont régulières mais leur intensité ne surprend pas les allemands qui se demandent alors si ils ne se sont pas trompés et si les alliés (les allemands ont fait prisonnier des pilotes canadiens, français et britanniques) n’ont mené qu’une opération aérienne de longue durée pour user le Heeresgruppe D en vue d’une opération qui ne serait déclenchée qu’à moyen terme.

Dès le 11 juin ils se rendent compte de leur erreur. Les opérations aériennes sont nettement plus intenses et certaines unités de bombardement venues de Grande-Bretagne abandonnent un temps la destruction de l’industrie et des villes allemandes au profit de bombardement sur le sol de France. Si on ignore la réaction des pilotes britanniques et du Commonwealth, nul doute que les pilotes français n’ont pas décollé de gaïeté de ccoeur en sachant qu’ils allaient bombarder des villes de France.

A cela s’ajoute à partir du 12 des tirs d’artillerie qui ressemblent d’abord à des tirs de réglage avant d’être des tirs nettement plus soutenus sans pour autant être aussi puissants et vigoureux qu’à l’aube d’une attaque massive.

Si dans les état-majors on se perd en conjectures, sur le front les Westkampfer («combattants de l’ouest») les plus expérimentés sont convaincus que la Grande Explication est pour bientôt.

En profitant de la grande autonomie laissée aux officiers subalternes et aux sous-officiers, l’armée allemande permet aux unités qui le souhaite de prendre des mesures de précaution comme par exemple évacuer rapidement les avant-poste sur le front pour se replier sur la deuxième ligne dans l’espoir que l’artillerie ennemie se concentre sur les AP en oubliant l’arrière.

Es-ce efficace comme tactique ? Probablement pas autant qu’espéré pour la simple et bonne raison que les alliés se sont déjà retrouvés dans la situation d’attendre l’assaut ennemi.

L’intensité des tirs d’artillerie est très variable. Tant que la préparation est limitée à quelques salves de pièces lourdes et super lourdes les allemands ne s’inquiètent pas mais quand les canons de 105 et de 155mm des corps d’armée français, les canons de 4.5 et de 5.5 pouces des corps d’armée britanniques et du Commonwealth ouvrent le feu l’inquiétude monte d’un cran.

L’inquiétude atteint un tel niveau que les unités de première ligne réclament un tir de contre-préparation mais le haut-commandement refuse de dilapider une ressource d’autant plus limitée que le ravitaillement est difficile et que les usines situées en Allemagne si elles tournent à plein régime doivent d’abord alimenter un front de l’est très gourmand en munitions.

Dans la nuit du 16 au 17 juin 1951 quelques infiltrations d’éléments ennemis sont signalées côté allemand. Officiellement selon la propagande du Reich, les unités ennemies ont été repoussées avec de lourdes pertes de leur côté.

Qu’en est-il réellement ? Outre l’infiltration de commandos pour semer la discorde chez l’ennemi, des sapeurs du génie ont franchit La Seine pour tenter de supprimer des pièges et de préparer quelques passages qu’il sera toujours temps d’élargir.

Ces opérations rencontrent un succès variable en fonction des secteurs. A cela s’ajoute le fait que certains secteurs sont marqués comme faussement déminés pour tromper l’ennemi mais hélas trois hélas cela provoquera de terribles confusions.

La journée du 17 juin 1951 est marqué par de violentes attaques aériennes alliées et quelques attaques aériennes allemandes même si les raids sur les aérodromes ont provoqué des pertes et surtout une belle confusion. On signale également quelques duels d’artillerie dans le secteur du GA n°1 mais aussi du GA n°2 pour maintenir les allemands dans un total état d’incertitude.

Comme à chaque fois ces diversions remportent un succès médiocre. Les allemands ont repéré les barges plus ou moins camouflées, des pontons motorisés, des éléments de ponts pour franchir la Seine. Ils sont convaincus que l’effort principal allié sera mené entre Paris et la Manche et non entre Paris et le lac Léman.

La nuit du 17 au 18 juin 1951 c’est clairement une veillée d’arme. Peu de soldats dorment cette nuit là. Il faut dire que les premières opérations vont commencer à l’aube en profitant d’un soleil qui se lève très tôt (05h09).

Dès minuit, les hommes se préparent au combat. Le matériel est vérifié et vérifié à nouveau. Des hommes prient, d’autres écrivent une dernière lettre confiée au vaguemestre.

Les derniers ordres sont également donnés, les consignes en cas d’imprévus même si on sait qu’à la guerre la première victime est le plan…. .

A 00.30, les premières salves d’artillerie partent du camp allié en direction du camp allemand. Ce sont les canons lourds sur voie ferrée qui font les basses avant d’être relayé par des canons plus légers venant de la Réserve Stratégique, les canons de l’artillerie de corps d’armée préservant leurs tubes et leurs munitions pour une autre phase de la préparation celle précédant l’engagement des fantassins.

La préparation à été orchestrée comme une symphonie, chaque batterie ayant une liste de cibles à traiter à une période donnée. Ordre est donnée de ménager les pièces et rares sont les batteries qui font tirer en même temps toutes leurs pièces.

De toute façon en cas de besoin des pièces de réserve ont été accumulées à l’arrière du front pour remplacer des pièces usées et/ou détruites.

Les obus tirés sont à la fois des explosifs mais aussi des fumigènes et des éclairants pour provoquer une belle pagaille chez les allemands qui se terrent dans leurs abris en attendant de pouvoir riposter.

Et l’artillerie allemande dans tout ça ? Elle tente de riposter et contrebattre l’artillerie alliée avec des résultats décevants, les artilleurs allemands manquant d’informations sur l’origine des tirs (les radars de contrebatterie n’existent pas encore et la destruction des transmissions gênent l’afflux des informations).

Pour ne rien arranger côté allemand l’aviation alliée va relayer l’action des artilleurs en prolongeant leur action. Les infrastructures sont systématiquement matraquées, les ponts, les routes, les voies ferrées sont visées pour «encager» les unités allemandes et empêcher l’arrivée des renforts allemands qui vont devoir faire mouvement sous un ciel disputé.

L’artillerie alliée ouvrent le feu de manière continue ou peu s’en faut de 00.30 à 02.30 avant une pause jusqu’à 03.30 quand l’artillerie et l’aviation combinent leur puissance de feu pour faire baisser la tête aux allemands et couvrir l’engagement des premières unités alliées et contrairement à ce qu’on pouvait penser ne sont pas engagées sur la Seine….. .

Diversion vous avez dit diversion

Dans le domaine de la diversion/déception les maitres sont clairement les russes avec le concept de déception appelé maskirovka que l’ont peut traduire par déception et tromperie. Il s’agit de camoufler les préparatifs à l’ennemi mais aussi lui montrer ce qu’on veut qu’il sache. Reste à savoir si l’ennemi va mordre à l’hameçon.

Dès le début de la planification des diversions sont prévues. Moultes opérations sont envisagées, étudiées et pour beaucoup abandonnées.

Finalement deux diversions vont être menées : des raids courts et brutaux sur les côtes du Nord et de la Picardie et surtout une offensive baptisée GLACIATION menée depuis la Poche de Paris avec les unités défendant la capitale et le 6ème Corps d’Armée qui couvre la capitale face au 25.AK allemand.

Plusieurs raids amphibies vont être menés par les Royal Marines britanniques, les fusiliers marins commandos français et plus étonnant la Demi-Brigade de Marche des Chasseurs Pyrenéens, des montagnards qui débarquent sur les plages de la Manche pour des raids cours et brutaux.

A l’aube du 18 juin 1951, des navires français et britanniques approchent de l’estuaire de la Somme.

Sous l’autorité du croiseur léger HMS Southampton nous trouvons le contre-torpilleur pardon l’escorteur d’escadre Dupetit-Thouars, le destroyer polonais ORP Warszawa, les torpilleurs légers Le Parisien et Le Provencal, les destroyers légers HMS Exemoor et Derwent qui couvrent le mouilleur de mines HMS Abdiel et des navires amphibies transportant les troupes d’assaut.

Le tout est accompagné par les sous-marins La Praya et Ile de Ré chargé de faire écran vers le nord pour le premier et vers le sud pour le second mais aussi par un dispositif aérien composé des hydravions Bréguet Br790 de l’escadrille 1R, des hydravions Potez-CAMS 143 de la 5E, des avions Bloch MB-175T de l’escadrille 1B ainsi que des chasseurs Arsenal VG-36 et Farman F.275 Frelon de la 2ème Escadre de Chasse.

Le croiseur léger, l’escorteur d’escadre et le destroyer polonais mènent un bombardement court et violent mélant obus explosifs et fumigènes.

Profitant de la confusion créé par le bombardement, l’Abdiel met à l’eau les troupes d’assaut dans des chalands de débarquement pendant que d’autres navires amphibies au tirant d’eau plus faible avancent dans l’estuaire du fleuve picard.

De petits groupes de combat débarquent à Abbeville pour semer la discorde chez l’ennemi. Ces groupes sont composés de Royal Marines Commandos, de fusiliers-marins commandos et plus étonnant de chasseurs pyrénéens qui trouvent enfin l’occasion d’en découdre eux qui se morfondaient dans leurs belles montagnes.

En dépit des consignes données aux abbevillois de rester chez eux (ce n’est qu’un raid pas la libération attendue depuis presque deux ans), des civils accueillent chaleureusement soldats français et britanniques. Certains tommies vont ainsi repartir au pays avec du maroilles, des bouteilles d’alcool local que certains soldats britanniques ont trouvé plus fait pour récurer les cuivres que pour soulager des gosiers assoiffés.

Sur le plan militaire, les soldats français et britanniques ont pour mission de neutraliser le port et les défenses côtières mais aussi toutes les unités allemandes présentes sur les côtes, des unités généralement de seconde zone, loin des meilleures logiquement déployées sur le front.

Après une journée de combat, les soldats français et britanniques rembarquent direction Douvres où ils parviennent sans encombre dans la soirée.

Deux autres opérations sont menées dans la phase I de l’opération AVALANCHE, un raid sur Dieppe le 20 juin 1951 et un autre contre Boulogne le 23 juin 1951.

Le premier voit le port normand être sérieusement endommagé mais au prix de pertes sérieuses pour les unités d’assaut. Plusieurs navires sont légèrement endommagés mais cela aurait pu être pire, l’aviation britannique déployée dans le sud du pays se mettant en quatre pour empêcher la Luftwaffe de faire un sort aux navires d’assaut (les mêmes que pour le raid sur Abbeville) et aux troupes embarqués.

Le raid sur Boulogne est lui un raid réduit mené uniquement par les Royal Marines Commandos qui déposés par des vedettes lance-torpilles (débarrassées de leurs anguilles) vont tenter de saboter des navires allemands. Attendus de pied ferme, ils sont violement repoussés ce qui poussera le haut-commandement allié à abandonner des raids plus ambitieux contre Zeebruge ou le Helder au grand dam des belges et des néerlandais qui espéraient y participer avec leurs forces aériennes, navales et terrestres.

En dépit de la bravoure des soldats alliés ces opérations n’ont donc pas eu un impact démentiel sur le cours des combats menés depuis le 18 juin 1951. De l’utilité et des limites des diversions…… .

Alors que les fusiliers marins commandos, les Royal Marines et les chasseurs pyrenéens opèrent sur les côtes de la Manche, des soldats français sont engagés depuis la Poche de Paris.

Deux corps d’armée sont engagés, les 6ème et 31ème CA (ex-Garnison de Paris) regroupés sous l’autorité de la 8ème Armée réactivée pour l’occasion, une réactivation normalement temporaire et éphémère.

Cette 8ème armée nouvelle version comprend les éléments suivants :

-6ème Corps d’Armée (6ème CA) :

606ème régiment de pionniers, 6ème GRCA (FCM-42, AM modèle 1940P et fusiliers motocyclistes), 118ème RALT (deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm équipés respectivement 105L modèle 1936S et 155L modèle 1945S), EACA-506, 1ère DIC, 3ème DINA, 55ème DI. Ce corps d’armée reçoit les renforts du 346ème RALC (24 canons de 105mm et 12 canons de 155mm) et du 184ème RALT (36 canons de 194L GPF-T).

-31ème Corps d’Armée (31ème CA) :

42ème Demi-Brigade de Mitrailleurs Coloniaux (42ème DBMC), 148ème RIF, 160ème RAP, 31ème GRCA (AMX-42, AM modèle 1940P et fusiliers motocyclistes), 144ème RALT (deux groupes de 105L modèle 1941T et deux groupes de 155L modèle 1945S), 6ème DIC et 12ème DIM.

Ces deux corps d’armée doivent fixer puis déborder le 25.ArmeeKorps (25.AK) et faciliter la progression tant du GA n°1 et du GA n°2. Ensuite il sera toujours temps d’envisager une autre opération probablement sous le contrôle de l’un des GA.

Comme nous le savons rien ne va se passer comme prévu. En dépit d’une supériorité écrasante, les deux corps d’armée vont faire preuve d’une prudence telle que le général Villeneuve envisagera de relever ses commandants avant d’y renoncer probablement pour des raisons de moral et de propagande.

Avec un art consommé du combat défensif, les troupes du général Grecht commandant le 25.AK et les troupes qui lui sont rattachés pour l’occasion vont empêcher tout débouché allié depuis Paris et éviter le scénario catastrophe de deux Groupes d’Armées séparées et ne pouvant se soutenir mutuellement en cas de besoin.

Nul doute qu’un tel scénario aurait changé le cours de la guerre. Certains pensent que la guerre aurait pu être racccourcie de plusieurs mois mais ce ne sont que des hypothèses qui ne prennent pas en compte nombre de paramètres.

De toute façon il devient évident que le sort de la guerre ne va pas se jouer depuis la Poche de Paris mais depuis la Seine voir depuis le Morvan mais là encore tout ne va pas se passer comme prévu.