22-Armée de terre : armement et matériel (10)

Canon de 105mm de montagne modèle 1909

Canon de 105mm de montagne modèle 1909

Canon de 105mm de montagne modèle 1909

Comme son nom l’indique, ce canon de 105mm est une pièce plus légère que son équivalent de campagne car conçu pour opérer en milieu montagneux où il est utile d’alléger le plus possible les équipements.

Les canons de ce type ne sont cependant plus en service en septembre 1939, ayant été remplacés par des pièces modernes mais je les cite car quelques pièces de ce type sont déstockés à la mobilisation en septembre 1948 pour servir de pièces d’instruction et si besoin est de pièce opérationnelle.

Canon de 105mm Schneider L13

Canon de 105L modèle 1913S

Canon de 105L modèle 1913S conservé dans un musée militaire finlandais

Avant le premier conflit mondial, la culture offensive de l’armée de terre avait paré le canon de 75mm modèle 1897 de toutes les vertus au point de négliger l’obusier apte aux tirs courbes ou des pièces lourdes pour vaincre les retranchements ennemis.

Ce manque d’intérêt pour l’artillerie lourde se double d’une querelle entre les établissements d’état et les manufacturiers privés comme Schneider, la présence des seconds étant peu goûtée des premiers dans un domaine considéré comme leur chasse gardée ce qui n’empêchait pas les ingénieurs militaires de se reclasser la retraite venue chez les dits manufacturiers.

Le remplacement du système De Bange devenant urgent, plusieurs projets sont mis en chantier (155L Rimailho et 120L à grande portée Regnault) mais aucun n’aboutit.

Comme souvent dans ce genre de situation, il faut un électrochoc extérieur pour que la situation se débloque en l’occurence la crise d’Agadir en 1911 qui est à deux doigts de provoquer une véritable conflagration mondiale.
C’est ainsi que le 5 avril 1913, le ministre de la guerre Etienne choisit un projet présenté par la firme Schneider, un canon de 105 issu d’un projet plus ancien destiné à la Russie, un canon de 42 lignes ou 106.7mm. C’est l’acte de naissance du canon de 105L modèle 1913 qui va entrer en service dans l’armée française en septembre 1914, ce canon équipant aussi certaines armées alliées.

En septembre 1939, son remplacement à été initié, son successeur étant également une création de la maison Schneider en l’occurence le Schneider 105L modèle 1936S mis au point bien plus rapidement que son «concurrent» de l’Etablissement de Tarbes qui ne sera réellement au point que courant 1941 et donc adopté sous le nom de canon de 105L modèle 1941T.

Quand éclate la guerre de Pologne, le vétéran du premier conflit mondial équipe encore les unités suivantes :

-Six régiments d’artillerie de position du Nord-Est à raison de huit pièces pour le 153ème, de douze pièces pour les 159ème, 161ème et 166ème et de vingt-quatre pièces pour les 160ème et 169ème.

-Six régiments d’artillerie de position du Sud-Est en sont équipés : Le 154ème RAP de Grenoble dispose de quatre puis de huit canons alors que son homologue de Nice, le 157ème RAP dispose de quatre canons de ce modèle, le 158ème RAP dispose de deux canons de ce modèle, le 162ème RAP dispose de quatorze pièces de ce modèle, le 164ème RAP dispose de vingt pièces et le 167ème RAP de quatre pièces.

Outre les 144 canons en service dans les RAP, ce canon est encore en service dans les Régiments d’Artillerie Lourde Automobile/ à Tracteurs (RALA/T) ainsi que dans les Régiments d’Artillerie Lourde Hippomobile (RALH)

-Le 11ème régiment d’artillerie lourde hippomobile colonial de Lorient est ensuite affecté au Corps d’Armée Colonial dispose de deux groupes de trois batteries de quatre canons 105L modèle 1913S soit un total de 24 canons.

-Le 105ème régiment d’artillerie lourde hippomobile stationné à Bourges dispose de deux groupes de trois batteries de quatre canons 105L modèle 1913S soit un total de 24 canons.

-Le 106ème régiment d’artillerie lourde hippomobile stationné au Mans dispose de deux groupes de trois batteries de quatre canons 105L modèle 1913S soit un total de 24 canons.

-Le 109ème régiment d’artillerie lourde hippomobile stationné à Châteaudun dispose de deux groupes de trois batteries de quatre canons 105L modèle 1913S soit un total de 24 canons.

-Le 112ème régiment d’artillerie lourde hippomobile stationné à Limoges dispose de deux groupes de trois batteries de quatre canons 105L modèle 1913S soit un total de 24 canons.

-Le 113ème régiment d’artillerie lourde hippomobile stationné à Nîmes dispose de deux groupes de trois batteries de quatre canons 105L modèle 1913S soit un total de 24 canons.

-Le 115ème régiment d’artillerie lourde hippomobile stationné à Castres dispose de deux groupes de trois batteries de quatre canons 105L modèle 1913S soit un total de 24 canons.

-Le 117ème régiment d’artillerie lourde hippomobile stationné à Toulouse dispose de deux groupes de trois batteries de quatre canons 105L modèle 1913S soit un total de 24 canons.

A la mobilisation d’août/septembre 1939, de nouveaux régiments d’artillerie lourde hippomobile sont mis sur pied :
-Le 110ème régiment d’artillerie lourde hippomobile colonial est mis sur pied par les CMA 31 et CMA 29 et dispose de deux groupes de trois batteries de quatre canons 105L modèle 1913S soit un total de 24 canons.

-Le 111ème régiment d’artillerie lourde hippomobile colonial est mis sur pied par le CMA 31 et dispose de deux groupes de trois batteries de quatre canons 105L modèle 1913S soit un total de 24 canons.

-Le 114ème régiment d’artillerie lourde hippomobile est mis sur pied par le CMA 14 de Lyon et dispose de deux groupes de trois batteries de quatre canons 105L modèle 1913 soit un total de 24 canons.

-Le 116ème régiment d’artillerie lourde hippomobile est mis sur pied par le CMA 13 d’Issoire et dispose de deux groupes de trois batteries de quatre canons 105L modèle 1913S soit un total de 24 canons.

-Le 118ème régiment d’artillerie lourde hippomobile est mis sur pied par le CMA 38 de Rochefort et dispose de deux groupes de trois batteries de quatre canons 105L modèle 1913S soit un total de 24 canons.

-Le 121ème régiment d’artillerie lourde hippomobile est mis sur pied par le CMA 9 de Poitiers et dispose de deux groupes de trois batteries de quatre canons 105L modèle 1913S soit un total de 24 canons.

-Le 141ème régiment d’artillerie lourde hippomobile est mis sur pied par le CMA 9 de Poitiers et dispose de deux groupes de trois batteries de quatre canons 105L modèle 1913S soit un total de 24 canons.

-Le 142ème régiment d’artillerie lourde hippomobile est mis sur pied par le CMA 3 de Caen et dispose de deux groupes de trois batteries de quatre canons 105L modèle 1913S soit un total de 24 canons.

-Le 145ème régiment d’artillerie lourde hippomobile est mis sur pied par le CMA 4 du Mans et le CMA 404 de Chartres et dispose de deux groupes de trois batteries de quatre canons 105L modèle 1913S soit un total de 24 canons.

-Le 146ème régiment d’artillerie lourde hippomobile est mis sur pied par le CMA 11 de Vannes et dispose de deux groupes de trois batteries de quatre canons 105L modèle 1913S soit un total de 24 canons.

Suite à la démobilisation menée à l’été 1940, les régiments d’artillerie lourde hippomobile d’active sont maintenus auxquels s’ajoute quatre régiments créés durant la guerre de Pologne, le 149ème RALH au Levant ainsi que trois régiments de métropole, les 114ème, 116ème et 118ème RALH.

Au plus fort de la mobilisation, les RALH alignent un total de 432 canons Schneider 105L modèle 1913S. Pour ce qui est de la situation des RALT/RALA, la situation est la suivante :

-Le 103ème régiment d’artillerie lourde tractée stationné à Rouen dispose de deux groupes de 105 L13S rapidement remplacés par le Schneider L36.

-Le 101ème régiment d’artillerie lourde tractée mis sur pied par le CMA 1 dispose d’un groupe équipé de trois batteries de quatre Schneider L13S.
-Le 102ème régiment d’artillerie lourde tractée est mis sur pied par le CMA 302/2 et dispose d’un groupe équipé de trois batteries de quatre Schneider L13S.

-Le 104ème Régiment d’Artillerie Lourde Tractée est mis sur pied par le CMA 8 de Dijon et dispose d’un groupe équipé de trois batteries de quatre Schneider L13S.

-Le 123ème régiment d’artillerie lourde tractée est mis sur pied par le CMA 9/341 et dispose un temps de deux groupes à trois batteries de quatre Schneider L13S soit un total de 24 exemplaires.

-Le 124ème régiment d’artillerie lourde tractée est mis sur pied par le CMA 9/27 et dispose d’un groupe équipé de trois batteries de quatre Schneider L13S.

-Le 180ème régiment d’artillerie lourde tractée dispose de deux groupes de 105L13S, chaque groupe disposant de trois batteries à quatre pièces.

Au plus fort de la mobilisation, les RALT/RALA disposent de soixante canons 105L13.

La démobilisation menée à l’été 1940 voit le nombre de régiments se réduire. Les régiments d’active présents en août 1939 sont maintenus mais des régiments de mobilisation sont naturellement maintenus en ligne.

Le 105L13 équipe aussi deux régiments d’artillerie lourde portée, les 351ème et 355ème mobilisés en septembre 1939 avec chacun deux groupes de trois batteries de quatre pièces soit un total de 48 canons.

Au final, on trouve en ligne au maximum 648 canons de ce type. Si les RAP conservent leurs canons y compris au moment de la mobilisation en septembre 1948 des régiments dissous huit ans plus tôt, les RALH, les RALT et les RALP ont remplacés leurs canons par des pièces plus modernes en l’occurence le Schneider L36 ou le L41 de Tarbes.

Les RAP mettent encore en œuvre 138 canons Schneider L13, quatre canons pour les 157ème et 167ème RAP; huit pièces pour les 150ème, 153ème, 154ème et 155ème RAP; douze canons pour les 159ème et 161ème RAP; quatorze canons pour le 162ème RAP; seize canons pour le 168ème RAP; vingt canons pour le 164ème RAP et enfin vingt-quatre pour les 160ème, 165ème et 169ème RAP.

Caractéristiques Techniques du canon de 105mm Schneider modèle 1913S

Calibre : 105mm Longueur du canon 2.982m Poids totale en batterie 2300kg Poids de l’obus : 15.6kg Cadence de tir : 7 coups/minute Portée : 11800m Pointage en site : -5° à +37° Pointage en azimut sur 6°  Equipe de pièce : sept hommes

22-Armée de terre : armement et matériel (9)

C-Artillerie de campagne

Préambule

L’artillerie de campagne française dispose de nombreuses pièces en septembre 1939 avec un puis deux régiments dans chaque division. Chaque division de combat déployée en métropole peut ainsi compter sur le soutien de trois groupes de 12 canons de 75mm et de deux groupes de 12 canons de 155mm.

Les RAD conservent les canons de 75mm comme nous l’avons vu, les RALD mettant en oeuvre les canons de 155mm, certains régiments disposant déjà d’un groupe de 105mm équipés d’obusiers de 105C modèle 1934 ou 1935.

Quand éclate le second conflit mondial en septembre 1948, les RAD disposent de trois groupes de 75mm, de deux groupes de 105mm et d’un groupe de 155mm, les RAD mettant en oeuvre les canons de 75mm, les RALD alignant les canons de 105 et de 155mm.

Sur le plan matériel, la modernisation est notable avec des canons de 75, de 105 et de 155mm plus modernes même si les «anciens» (le 75mm modèle 1897, le 105mm modèle 1913 et les différents modèles de 155mm) font de la résistance notamment dans les RAP et les RAMF.

Canon de 75mm modèle 1897

canon de 75mm modèle 1897 équipé de pneumatiques

canon de 75mm modèle 1897 équipé de pneumatiques

Le fameux «75» est toujours en service en septembre 1939 avec plusieurs milliers de pièces, certaines disposant encore des roues en bois d’origine alors que d’autres avaient reçut un train de roulement pneumatique pour être remorqués par des véhicules motorisés.

Véritable couteau suisse de l’artillerie, il va être utilisé comme canon antiaérien durant le premier conflit mondial et bien après la fin de la «Der des der», comme pièce de char, comme canon de forteresse sans parler de son utilisation comme pièce de marine.

Dans le domaine de l’artillerie de campagne, le canon de 75mm modèle 1897 équipe des régiments d’artillerie divisionnaire à raison de trois groupes à trois batteries de quatre pièces soit un total de 36 pièces.

Le modèle 1897 équipe également les régiments d’artillerie mobile de forteresse (RAMF) avec au plus fort de la mobilisation, un total de 240 canons (24 en version hippomobile et 216 sur pneumatiques) et les régiments d’artillerie de position (RAP) avec un total de 268 canons.

A partir du printemps 1941, les canons de 75mm modèle 1897 des RAD commencent à être remplacés par les TAZ modèle 1939, les divisions d’active étant totalement rééquipées en septembre 1944.

C’est au tour des RAMF/RAP qui vont remplacer progressivement leurs vénérables «75» par des pièces plus modernes, les derniers modèle 1897 étant remplacés au printemps 1948 à l’exception des 161ème, 162ème et 167ème RAP.

Les pièces en meilleur état sont cependant stockées pour équiper les régiments d’artillerie mobilisés en août 1948 en attendant que des pièces modernes sortent d’usine. En effet, en septembre 1948, seuls un tiers des RAD de mobilisation sont équipés de TAZ modèle 1939.

A noter que les RAA (Régiments d’Artillerie d’Afrique) déployés en Afrique du Nord restent équipés de canons de 75mm modèle 1897 montés sur pneumatiques.

Caractéristiques du canon de 75mm modèle 1897

Calibre : 75mm Longueur de la pièce : 2.720m Poids : en ordre de route 1970kg en batterie 1140kg Poids de l’obus 6.195kg  Cadence de tir : 20 coups/minute Portée 11100m Pointage en site : -11° à +18° Pointage en direction : 6° Vitesse initiale de l’obus 575 m/s Equipe de pièce : 7 hommes

Canon de 75mm TAZ modèle 1939

Canon de 75mm TAZ modèle 1939

Canon de 75mm TAZ modèle 1939

A la fin des années trente, l’armée de terre envisagea l’acquisition d’une nouvelle pièce de 75mm pour remplacer le vénérable, l’historique «75».

Elle mit au point le canon de 75mm TAZ modèle 1939, TAZ signifiant «Tous Azimut» ce qui signifie que la pièce peut pointer à 360° ce qui est une qualité indéniable pour la lutte antichar où il faut passer rapidement d’une cible à une autre.

Les premières pièces sortent d’usine en avril 1940 et intensivement testées durant le printemps et l’été à la fois pour le tir antipersonnel et pour le tir antichar.

La production en série commence à l’automne 1940 et au printemps 1941, les premières pièces commencent à remplacer les canons de 75mm au sein des DLM et des DC qui conservent des pièces tractées en plus des canons d’assaut.

Ils remplacent ensuite les canons de 75mm modèle 1897 au sein des RAD des DI, des DIM, des DIC et des DINA à raison de trois groupes à trois batteries de quatre pièces soit un total 36 pièces par régiment.
En juillet 1948, on trouve un total de  2860 canons de 75mm TAZ modèle 1939 répartis entre les Régiments d’Artillerie Divisionnaire (960 exemplaires), les Régiments d’Artillerie Coloniale (528 exemplaires), les Régiments d’Artillerie Nord-Africain (372 exemplaires), les Régiments Légers d’Artillerie (216 exemplaires), les Régiments d’Artillerie Tractée Tout-Terrain (240 exemplaires), les Régiments d’Artillerie Mobile de Forteresse (288 exemplaires) et les Régiments d’Artillerie de Position (256 exemplaires).

Caractéristiques techniques du canon de 75mm TAZ modèle 1939

Calibre : 75mm Longueur du canon 2.995m Poids  en batterie 2000kg Poids de l’obus : 7.250kg Cadence de tir : 20 coups/minute Portée : 12500m Pointage en site : -11° à +25° Pointage en azimut sur 15° Vitesse initiale de l’obus : 700 m/s Equipe de pièce : sept hommes

Canon de montagne de 75mm modèle 1919 et 1928

Ces canons _quasiment identiques_ ont été mis au point pour remplacer le canon de 65mm modèle 1909. Comme toute pièce de montagne qui se respecte, elle peut être fractionnable en sept fardeaux.

Équipant les RAM, ils vont être progressivement remplacés par l’obusier de montagne de 75mm modèle 1942 même si les pièces étaient religieusement stockées au cas où.

Caractéristiques Techniques des canons de montagne de 75mm modèle 1919 et 1928

Calibre : 75mm Poids : du canon au combat 660kg en version transport 721kg de l’obus 6.33kg Elevation en site : -10° à +40° Portée maximale : 9025m

Obusier de montagne de 75mm modèle 1942

Quand éclate la guerre de Pologne, les régiments d’artillerie de montagne disposent de différentes pièces comme le 75mm de montagne modèle 1919 ou 1928. La priorité donnée aux régiments d’artillerie de campagne bloque tout processus de remplacement jusqu’au printemps 1942 quand la firme Saint Chamond propose un obusier de montagne de 75mm modèle 1942.

Léger et maniable (il peut être tracté par quatre hommes à l’aide de sangles spéciales), il est démontable en six fardeaux pour faciliter son transport à dos de mulet.

Deux prototypes effectuent plusieurs écoles à feux dans les Alpes à l’été 1942. Les essais sont concluants et moins quelques modifications de détails, le canon de Saint Chamond est adopté sous le nom d’obusier de montagne modèle 1942.

Il va équiper d’ici à septembre 1948, quatre régiments d’artillerie de montagne disposant de trois groupes à deux batteries de quatre obusiers de 75mm soit un total de 24 obusiers par RAM auxquels doivent être ajouté un groupe du 56èmeRAD, celui équipant la 31ème DIAlp de Montpelier ce qui porte le nom de canons en ligne à 108 pièces.

A noter que ce canon va également équipé la version d’appui rapprochée de l’AM modèle 40P et va très vite intéresser l’infanterie de l’air après ses premiers combats contre les Fallschirmjäger allemands.

Caractéristiques Techniques de l’obusier de montagne de 75mm modèle 1942

Calibre : 75mm Longueur de la pièce 1.32m longueur du canon 1.19m Poids complet : 587,900kg Poids du projectile : 6.241kg Pointage en site : -5° à +50° Pointage en azimut sur 8° Portée maximale 8925m

Canon de 90mm De Bange modèle 1877

Quatre de ces vieux canons sont mobilisés en septembre 1939 au sein du 170ème Régiment d’Artillerie de Position plus précisément au sein du 2ème groupe affecté au Secteur Fortifié du Jura.

A la démobilisation, ce groupe est dissous et les vénérables canons sont feraillés, leur usure et leur obsolescence rendant peu profitable un futur réarmement sans parler d’un stock de munitions très réduit.

Caractéristiques Techniques du canon de 90mm De Bange modèle 1877

Calibre : 90mm Poids (canon) 1400kg (obus) 12kg Portée maximale 9800m Cadence de tir : un coup/minute Champ de tir vertical : -10°/+24°

22-Armée de terre : armement et matériel (8)

Mortiers

Mortiers de tranchée

mortier de 75mm modèle 1915A utilisé dans les tranchées

mortier de 75mm modèle 1915A utilisé dans les tranchées

En septembre 1939, on trouve encore deux modèles de ce type. Le mortier de 75T est remis en service au 165ème régiment d’artillerie de position pour assurer la défense rapprochée des forts de Metz à raison de cinquante exemplaires.

Le mortier de 75mm modèle 1915A (sa dénomination officielle) est un petit matériel à tube rayé rigide tirant le même obus que le canon de 75mm à seulement 1500m à raison de 4 coups à la minute.

Le mortier de 150T modèle 1917 Fabry est encore présent à 866 exemplaires au sein du 391ème Régiment d’Artillerie de Tranchée mais également au sein de cinq régiments d’artillerie de position (155ème, 156ème, 159ème, 160ème et 166ème RAP).

Cette arme envoie une bombe de 17kg à 2000m à raison de quatre coups à la minute.

A l’issue de la démobilisation, les mortiers de 75T sont retirés du service (pour assurer la défense des forts de Metz, il est prévu l’installation de mortiers de 81mm Brandt) alors que les mortiers de 150T sont maintenus en service au sein des RAP jusqu’en mars 1947 quand usés et faute de munitions, ils sont retirés du service.

Lance-grenades de 50mm modèle 1937

Dès l’apparition de la grenade VB, l’état-major envisagea une arme plus puissante pour permettre à l’infanterie dispose d’un appui-feu qui lui serait propre. C’est ainsi qu’en 1924, on définit cette arme selon les critères suivants :

-Grande mobilité ce qui implique un engin d’une seul pièce d’un poids si possible inférieur ou égal à quatre kilos

-Peu vulnérable à la riposte ennemie et très maniable

-une vitesse de tir rapide (dix à vingt coups à la minute)

-portée allant de 60 à 600m

-Projectiles d’un calibre de 40mm

-Liberté totale de format : fusil-obusier ou petit mortier.

Cela marque le début de quinze ans d’étude auxquelles vont participer les manufactures d’état mais également les manufacturiers privés.

En 1933, l’état-major notifie une étude à la MAC pour un lance-grenades de 60mm qui n’aboutit pas tout comme celui du 47mm Brandt ou du fusil lance-grenades Nivert.

En 1936, le capitaine Nahan de la Commission d’Expérience de l’infanterie réalise un lance-grenades léger de 3.3kg pour remplacer le tromblon VB, tirant des grenades à une distance maximale de 4 à 500m.

La MAC en qualité de maitre d’œuvre réalise seize exemplaires baptisés N-3 qui après tests en corps de troupe sera adopté sous le nom de «lance-grenades de 50mm modèle 37» le 6 décembre 1937.

Les commandes successives passées entre janvier 1938 et février 1939 porte le total commandé à 21950 exemplaires, la fabrication étant sous-traitée par la MAC surchargée par les autres productions.

A cette époque, les exemplaires devaient être livrés d’ici juillet 1940 mais les retards et le déclenchement de la guerre qui porte la commande globale à 50000 exemplaires fait que ces armes ne seront toutes livrées qu’en janvier 1941 soit avec plusieurs mois de retard, sans conséquences puisque que la guerre de Pologne n’à pas dégénéré en conflit mondial contrairement à ce qu’on à pu craindre au début.

Au niveau des munitions, pas moins de 7.5 millions de grenades ont été produites soit plus de 100 coups par pièce.

Cette arme était donc utilisée au niveau de la section de combat à raison de trois LG servis par six hommes qui peuvent être détachés au niveau des trois groupes de combat.

Caractéristiques Techniques du lance-grenades de 50mm modèle 1937

Calibre : 50mm Poids: 3.6kg Cadence de tir : 20 coups/min Hauteur en batterie : 33cm Portée : 450m

Mortier de 60mm modèle 1935

mortier de 60mm modèle 1935

mortier de 60mm modèle 1935

C’est la version réduite du mortier de 81mm Brandt. Elle est utilisée par les compagnies d’infanterie à raison d’une seule et unique arme par compagnie.

Elle est servit par cinq hommes et est toujours en service en septembre 1948 après que le projet initial de deux armes par compagnie soit devenue réalité avec un deuxième mortier nécessitant de réduire le groupe de chaque pièce à un chef de pièce, un tireur, un pourvoyeur-artificier et un conducteur soit huit hommes pour deux pièces.

Sur le plan industriel, 1500 mortiers de 60mm sont commandés pour équiper les unités d’active et les unités de série A. 350 sont disponibles en juin 1936, 1050 le 1er février 1937, 2100 au 1er janvier 1938 sur les 4200 jugés nécessaires.

Quand éclate la guerre de Pologne, 4646 mortiers de 60mm ont été livrés mais la production continue pour au moins constituer un volant de fonctionnement, la cadence étant de 150 pièces par mois, cadence qui aurait été portée à 300 au printemps 1940 si la guerre s’était poursuivit.

La production ne cesse qu’en septembre 1944. Au 1er mai 1940, on trouvait 4900 mortiers en ligne, chiffre porté à 5800 en décembre 1940, 7000 en décembre 1941, 8200 en décembre 1942, 8800 en décembre 1943 et 9250 en septembre 1944.

La production va reprendre à la mobilisation pour être sur de pouvoir équiper les unités françaises mais également des unités tchèques et polonaises.

Caractéristiques Techniques du mortier de 60mm Brandt modèle 1935

Calibre : 60mm Poids : 17.7kg Longueur du tube : 727mm Cadence de tir : 20 coups/minute Portée pratique : 1700m avec l’obus de 1.33kg, 1000m avec l’obus de 1.6kg

Mortier de 81mm Brandt modèle 1927/31

mortier de 81mm modèle 1927/31

mortier de 81mm modèle 1927/31

Ce mortier est issu du mortier Stokes adapté en 1918. Par rapport à son devancier, le mortier Brandt dispose d’un amortisseur de recul (disjoncteur) par le verrouillage du tube sur la plaque de base, par un appareil de pointage perfectionné et un bipied permettant de réaliser des corrections de devers qui élimine la nécessité d’un terrassement pour mettre l’engin en batterie.

Cette arme est issue du programme du 21 février 1921 qui demandait un poids total de 46kg (le Stokes pèse 54kg), une vitesse de tir maximale assortie d’une bonne précision, un nombre de charges réduit, un projectile ne dépassant pas 3kg avec une portée comprise entre 1500 et 1800m.

Six constructeurs se proposent, cinq avec un projet de mortier de 75mm et Brandt avec un projet de mortier de 81mm mais aucun n’atteint les spécifications demandées.

La mise au point d’un projectile plus sur pour le mortier Stokes (modèle 24) permet à Brandt de prendre une avance décisive avec un nouveau mortier de 81mm, le modèle 1927 qui modifié et adopté en octobre 1929 devient le mortier modèle 1927/31.

1573 mortiers sont commandés en 1930 mais seulement 602 sont livrés un an plus tard en raison de problèmes techniques nécessitant la modification de la plaque de base. Au 1er janvier 1937 cependant, 2600 mortiers sont en service, 2800 au 1er septembre 1939.

Les dotations atteintes la production se poursuit pour permettre d’équiper de nouvelles unités et surtout pour former un volant de fonctionnement.

C’est ainsi que la production se poursuit jusqu’en juin 1942 au rythme de 150 par mois d’octobre 1939 à mai 1940 portant le total de mortiers produit à 4000 en mai 1940, 5400 en décembre 1940, 7800 en décembre 1941 et donc au final 9000 mortiers en juin 1942 quand la production est stoppée

Il est utilisé par la compagnie d’accompagnement des bataillons d’infanterie à raison de deux engins par compagnie, chaque mortier étant servit par cinq hommes (un chef de pièce, un pointeur, un télémétreur, un chargeur et un artificier) soit huit mortiers par régiment (deux pièces pour chaque compagnie d’accompagnement au sein du bataillon et deux à la compagnie régimentaire d’engins)

Il utilise trois types de projectiles : explosif non préfragmenté, explosif à grande capacité fumigène et un obus d’exercice fumigène.

Ce mortier à été progressivement remplacé à partir de 1942 au sein des unités d’infanterie par le mortier de 120mm mais avec la mobilisation, le vénérable mortier reprendra du service.

Caractéristiques Techniques du mortier de 81mm modèle 1927/31

Calibre : 81mm Poids: 56kg (divisible en trois fardeaux) Longueur du tube : 1267mm Cadence de tir : 200 coups/minute Portée maximale : 1000m avec l’obus à grande capacité de 6.5kg et 2000m avec l’obus standard modèle 1924

Mortier de 120mm Brandt modèle 1942

Dès février 1923, on envisage la possibilité de mettre au point un mortier plus puissant que le mortier de 81mm et à traction mécanique pouvant tirer un obus de 20kg dont 5.8kg d’explosif au minimum. Il aurait du être remorqué par un semi-chenillé Citroën-Kergresse.

Un temps le matériel de 135mm type Loire _mis au point pour la ligne Maginot_ tient la corde mais en 1932, le mortier lourd est classé en deuxième urgence (matériel à fabriquer après la mobilisation).

Au début des années trente, Brandt met au point une gamme complète de mortiers de 120mm dont un modèle léger de 377kg tirant des obus de 16.4kg (4.4kg d’explosif) à une distance annoncée de 7000m (4000m en réalité), le tout remorqué par une chenillette Renault UE ou par un attelage hippomobile.
Dans les années trente, Brandt faute d’un marché national l’exporte en Chine, en Amérique du Sud et en URSS qui en sortie une copie.

Suite au déclenchement de la guerre de Pologne, la production du mortier de 120mm est envisagée pour remplacer le mortier de 81mm mais quand le conflit se termine, la production n’à pas encore été lancée.

Elle est finalement lancée début 1942, le remplacement des mortiers de 81mm étant engagé à partir du mois de septembre 1942 d’abord au sein des Divisions d’Infanterie Motorisée avant les Divisions d’Infanterie et même les dragons et les chasseurs portés. Le remplacement du mortier de 81mm étant terminé fin 1945 avec le même nombre de pièces que les mortiers qu’ils remplaçaient.

Caractéristiques Techniques du mortier de 120mm modèle 1942

Calibre : 120mm Poids en batterie : 377kg Poids sur train rouleur : 613kg  Cadence de tir : 8 coups/minute en moyenne Portée pratique : 4000m avec l’obus ordinaire de 16.4kg 3000m avec l’obus à grande capacité de 28kg Chargement par la bouche

22-Armée de terre : armement et matériel (7)

Mitrailleuses

Préambule

Mitrailleuse Saint-Etienne modèle 1907

Mitrailleuse Saint-Etienne modèle 1907

Quand éclate le premier conflit mondial, deux mitrailleuses sont en service dans l’armée française, la mitrailleuse Saint-Étienne modèle 1907 et la mitrailleuse Hotchkiss modèle 1914 mais seule la seconde fit véritablement carrière, pouvant fonctionner même dans un bain de boue à la différence de la première.

La mitrailleuse Hotchkiss n’était pourtant pas exempt de défauts notamment un poids très élevé et un système d’alimentation par bande métallique qui ne permettait pas un tir continu et efficace.

En 1919, l’état-major décide de concentrer les mitrailleuses au niveau du bataillon sous la forme d’une compagnie à quatre sections de quatre armes soit seize mitrailleuses par bataillon et quarante-huit pour l’ensemble du régiment.

A l’époque la menace aérienne est connue et crainte tout comme celle encore lointaine des chars d’où l’idée de deux mitrailleuses cohabitant au sein de la compagnie : une mitrailleuse pour le tir antipersonnel et une mitrailleuse plus spécialement conçue pour le tir antiaérien et le tir antichar.

Le programme de 1921 qui si il avait aboutit dans son intégralité aurait permis à la France de se doter d’un système d’armes légères moderne complet envisage la mise au point d’une mitrailleuse légère  tirant la nouvelle cartouche (la future cartouche de 7.5mm) et une mitrailleuse lourde de 13.5mm abandonnée au profit d’une mitrailleuse de 13.2mm rejetée par l’armée de terre (trop lourde, projectile trop dangereux lors de sa descente) puis d’une mitrailleuse de 9mm modèle 1937 qui sera elle aussi abandonnée, l’idée d’une mitrailleuse antichar étant devenue caduque et la défense aérienne étant plus du ressort de l’artillerie antiaérienne légère à base de canons de 25 et de 37mm.

Pour ce qui est de la mitrailleuse de 7.5mm, sa mise au point va être une véritable saga tant est grande la volonté de perfection des services officiels qui souhaitent obtenir une mitrailleuse légère mais également efficace.

En 1931 est mis en service une version de forteresse du fusil-mitrailleur modèle 1924/29 avec chargeur à tambour et canon lourd sous le nom de mitrailleuse MAC modèle 1931 dite mitrailleuse Reibel du nom de son inventeur, le général Reibel qui équipera également les chars.

Cette arme qui donnera naissance modèle 1934 destinée à l’aviation aurait pu convenir à l’infanterie sous réserve d’un changement d’alimentation mais cette solution est trop simple et il va falloir attendre encore quelques années pour qu’une mitrailleuse de 7.5mm soit mise au point, la MAC modèle 1936.

Étudiée avec un chargeur de 35 cartouches, cette mitrailleuse recevra finalement une alimentation par bandes à maillons détachables de 250 cartouches ce qui retardera sa mise en service qui ne sera prononcée qu’en septembre 1941, permettant à l’Hotchkiss modèle 1914 de prendre une retraite bien méritée.

Mitrailleuse St Etienne modèle 1907

Mitrailleuse Saint-Etienne modèle 1907

Mitrailleuse Saint-Etienne modèle 1907

Cette mitrailleuse de la Manufacture d’Armes de Saint-Étienne (MAS) à été mise au point pour concurrencer l’œuvre de la maison Hotchkiss. Cette tentative succédait à une première tentative infructueuse, la mitrailleuse Puteaux modèle 1905 étant retiré du service à peine deux ans après sa mise en service.

La mise au point d’une mitrailleuse «publique» était difficile en raison de l’épais matelas de brevets qui protégeait la création Hotchkiss mais la MAS y parvint, obtenant une mitrailleuse médiocre au fonctionnement compliqué, fonctionnement encore compliqué par la boue des tranchées, problème que ne rencontra pas la Hotchkiss. Résultat, la Saint-Étienne fût progressivement retirée du service dès le début du premier conflit mondial.

Pourtant quand éclate la guerre de Pologne, la Saint-Étienne reprend du service non pas au sein de l’infanterie mais au sein du train, de l’artillerie et du génie comme arme antiaérienne. Néanmoins, dès 1941, la Saint-Étienne modèle 1907 à été retiré du service des unités d’active ou de réserve.

Caractéristiques Techniques de la mitrailleuse Saint-Étienne modèle 1907

Calibre 8mm Lebel Longueur 1.18m Poids de l’arme seule 23.8kg Poids de l’affût 26.5kg Portée 2400m Cadence de tir 600 coups/minute Alimentation : bandes-rigides de 25 cartouches ou bande de toile de 300 coups

Mitrailleuse Hotchkiss modèle 1914

Mitrailleuse Hotchkiss modèle 1914

Mitrailleuse Hotchkiss modèle 1914

Cette mitrailleuse était issue d’un brevet déposé par un capitaine austro-hongrois racheté par la firme française qui développa une arme automatique qui connu son baptême du feu au cours de la guerre russo-japonaise dans le camp japonais, obtenant ce qu’on appelle aujourd’hui le label combat proven.

Cette mitrailleuse fût donc mis en service dans les rangs de l’armée française, deux cents armes étant en ligne au début du premier conflit mondial, ne tardant pas à supplanter la Saint-Étienne comme mitrailleuse standard de l’armée française.

Cette arme resta en service même après l’adoption de la cartouche de 7.5mm, plusieurs projets n’aboutissant pas à tel point qu’en 1938 la production est reprise pour disposer de suffisamment d’armes pour équiper tous les régiments d’infanterie, chaque RI disposant au sein de chaque bataillon d’une compagnie d’accompagnement disposant de quatre sections de quatre mitrailleuses, chaque arme étant servie par cinq hommes.

Cette mitrailleuse était fiable, solide mais son calibre de 8mm gênait l’infanterie qui tendait vers le calibre 7.5mm et rien d’autre. La mise au point de la MAC modèle 1936 entraina le retrait à partir de septembre 1941 de la vénérable Hotchkiss mais il n’est pas impossible que certaines armes aient repris du service en septembre 1948 au moins pour l’instruction.

Caractéristiques Techniques de la mitrailleuse Hotchkiss modèle 1914

Calibre 8mm Lebel Longueur 1.31m Poids de l’arme seule 25kg Poids de l’affût 24kg Portée 2500m Cadence de tir pratique 450 coups/minute Alimentation : bandes-rigides de 25 cartouches ou bande de toile de 251 coups, ces dernières étant interdites pour le tir antiaérien
Mitrailleuse MAC (Manufacture d’Armes de Châtellerault) modèle 1936

Si la Hotchkiss modèle 1914 est restée si longtemps en service c’est faute d’une mitrailleuse moderne en calibre 7.5mm pour la remplacer.

Ce ne sont pas les candidates qui manquaient qu’il s’agisse d’armes dérivées du Châtellerault (MAC-31 pour les chars et les ouvrages de la ligne Maginot, MAC-34 pour les avions) ou une proposition privée dédaignée par les services officiels à savoir la Darne, une arme extrêmement moderne pour son époque.

Finalement, le choix des services officiels se porta sur la MAC modèle 1936, une arme extrêmement sophistiqué avec notamment de deux cadences de tir différentes, l’une pour le tir terrestre et une autre pour le tir antiaérien.

La mise au point d’un système d’alimentation fiable et performant retarde la mise en service de l’arme qui n’est officiellement prononcée qu’en septembre 1941, les premières armes étant livrées peu après pour permettre la relève de la Hotchkiss.

Cette arme va équiper tous les régiments d’infanterie à raison d’une compagnie de quatre sections de quatre mitrailleuses par bataillon soit seize armes par bataillon et quarante-huit pour l’ensemble du régiment.

Une version simplifiée, la MAC modèle 1936 modifiée 1944 voit le jour en 1944 selon le principe qui à vu en Allemagne la MG-42 succéder à la MG-34, très efficace mais chère et compliquée à construire.

Caractéristiques Techniques de la mitrailleuse MAC modèle 1936

Calibre : 7.5mm Cartouche : modèle 1929C et D Longueur totale 1160mm longueur du canon 700mm Poids de l’arme : 14.6kg avec crosse Poids de l’affût : 12kg Alimentation : chargeur droit de 35 cartouches pour les prototypes, bandes à maillon détachable de 250 cartouches sur les machines de série Cadence de tir : 550 ou 950 coups/minute selon la configuration choisie Portée : 2500m

Mitrailleuses Hotchkiss modèle 1929 et modèle 1930 de 13.2mm

Mitrailleuse de 13.2mm hotchkiss en affût double

Mitrailleuse de 13.2mm hotchkiss en affût double

Cette mitrailleuse lourde à été mise au point dans les années vingt comme arme antiaérienne et antichar en s’inspirant des fusils antichars allemands Mauser, la Browning M2 américaine ayant la même filiation.

L’armée de terre refusa cette arme pour l’infanterie en raison d’une cartouche trop lourde qui risquait de blesser les troupes en retombant au sol. Elle l’adopta néanmoins comme arme antichar sur la ligne Maginot notamment dans les casemates du Rhin mais également sur certains véhicules blindés légers notamment l’AMR-35.

En juin 1940, deux-cent mitrailleuses furent commandées par l’armée de terre pour servir d’armes antiaériennes de l’arrière pour permettre aux état-majors et aux «plots» logistiques de se protéger des avions ennemis qui pourraient être tentés de frapper dans la profondeur.

Ces armes livrées entre février et décembre 1941 furent suivies de trois centre-autres commandées en septembre 1944 et livrés entre juin 1945 et juillet 1946, toujours pour la même mission.

Caractéristiques de la mitrailleuse Hotchkiss de 13.2mm

Calibre : 13.2mm Longueur du canon 1.67m Poids (non chargé) 37.5kg Portée : 2500m en tir horizontal 1600m en tir vertical Cadence de tir 450 coups/minute Alimentation : chargeurs de 30 coups pour le modèle 1929, alimentation par bandes de 150 coups pour les mitrailleuses sur véhicule blindé

Mitrailleuse MAC-37 de 9mm

En 1921, le programme d’armement de l’infanterie prévoyait une mitrailleuse lourde antiaérienne et antichar d’un calibre approchant de 13.5mm, le calibre du fusil antichar Mauser Gewher T qui allait inspirer la cartouche de 12.7x99mm utilisée par «Ma Deuce», la célébrissime Browning M2.

Ce programme donna naissance à la mitrailleuse Hotchkiss de 13.2mm qui fût adoptée en 1930 par la Défense Aérienne du Territoire (DAT) mais refusée par l’infanterie en raison du poids de sa cartouche et de son projectile jugé dangereux lors de sa retombée.

Un an plus tard, l’infanterie lança un programme pour une nouvelle mitrailleuse d’un calibre compris entre 7.5 et 11mm. Le calibre 9mm fût choisit et le prototype de la Manufacture d’Armes de Châtellerault fût adoptée sous le nom de mitrailleuse de 9mm MAC modèle 1937.

Cette adoption fût sans lendemain, la surcharge des arsenaux et l’augmentation du blindage des chars ainsi que l’accroissement de la vitesse des avions rendait peu rentable une arme de ce calibre qui rejoignit le musée des projets morts nés tout comme l’acquisition d’une mitrailleuse de 20mm Oerlikon commandée en 1939 à 1253 exemplaires mais les exemplaires livrés furent transférés à la D.A.T.

22-Armée de terre : armement et matériel (6)

B-Armement de l’infanterie (2) : armement collectif

Fusils-mitrailleurs

Préambule : du Chauchat au Châtellerault

Inventé durant le premier conflit mondial pour fournir aux troupes d’assaut une «mitrailleuse mobile», le fusil-mitrailleur à connu une première réalisation en France sous la forme du fusil-mitrailleur CSRG modèle 1915 plus connu sous le nom de Chauchat, du colonel Chauchat considéré comme son inventeur.

Malheureusement pour les poilus, cette arme se révéla une calamité liée à une mauvaise fabrication (trop de tolérance le rendant vulnérable à la boue des tranchées) et à l’inadaptation de la cartouche à bourelet de 8mm au tir automatique. Les français pouvaient se consoler en se disant que la version américaine chambrée à la .30 était encore plus mauvaise.

Le fusil mitrailleur Chauchat

Le fusil mitrailleur Chauchat

Quelques Chauchat furent ressortis des magasins pour équiper certaines unités de mobilisation, des unités d’artillerie et de cavalerie qui n’eurent pas à l’utiliser au combat. Dès le printemps 1940, les Chauchat retrouvèrent d’autres armes au musée des antiquités militaires.

Dès 1920, l’état-major signe l’arrêt de mort du Chauchat («ne donne pas satisfaction en raison de son fonctionnement défectueux et ne paraît pas susceptible d’améliorations») et pose les jalons d’une nouvelle arme dont il définit les futures caractéristiques : une arme légère, portative, tirant une munition meurtrière, facile à construire, à utiliser et à démonter.

Quand à l’alimentation, on envisage un temps la bande souple avant de finalement se rabattre sur le chargeur droit à la fois en raison de la volonté de remplacer rapidement le Chauchat et sous l’influence du FM BAR (Browning Automatic Rifle) qui aurait été massivement livré des Etats-Unis en cas de reprise du conflit avec l’Allemagne à moins que la Manufacture d’Armes de Saint-Étienne (MAS) ne produise une version sous licence baptisée MAS modèle 1922 qui ne fût pas produit en série.

Le fusil mitrailleur BAR (Browning Automatic Rifle) M1918

Le fusil mitrailleur BAR (Browning Automatic Rifle) M1918

En novembre 1922, on lance l’expérimentation de plusieurs modèles de fusils-mitrailleurs qu’il s’agisse du Madsen, le premier FM de l’histoire, le Berthier jadis rejeté par l’état-major tout comme un modèle de la maison Hotchkiss qui connu un sort plus enviable outre-manche ainsi que la copie du BAR proposée par la MAS.

A la suite de cette évaluation, l’armée française aurait pu adopter le BAR mais cela aurait conduit une formidable perte en devises dans un pays ruiné par la guerre. Ce fût en réalité un mal pour un bien car surgissant du diable vauvert, un fusil-mitrailleur mis au point par la Manufacture d’Armes de Châtellerault (MAC) va coiffer tous ses concurrents au poteau.

Le fusil-mitrailleur modèle 1924 mod. 1929

Le fusil-mitrailleur modèle 1924/29

Le fusil-mitrailleur modèle 1924/29

Le seul fusil-mitrailleur en service dans l’armée de terre française est donc le Châtellerault, le nom populaire du fusil-mitrailleur modèle 1924/29 et de sa version améliorée appelée modèle 1924/42.

Ce fusil mitrailleur connu d’abord sous le nom de MAC type 23 est mis en production dès 1924 et les livraisons commencent au sein des unités dès 1925, un signe évident de l’urgence du besoin d’un fusil-mitrailleur.

Les premiers fusils-mitrailleurs étaient prévus pour utiliser la cartouche de 7.5x58mm qui provoqua quelques incidents liés apparemment à la rupture du culot.

La mise au point de la cartouche modèle 1929C (7.5x54mm) entraine la modification en cours de fabrication du FM mais les premières armes produites ne furent pas modifiées étant utilisées jusqu’à l’usure totale des armes et l’épuisement du stock de munitions, épuisement survenu courant 1942.

En 1932, une cartouche de 7.5mm modèle 1929D est adoptée. Il s’agit d’une balle alourdie pesant 12.35 grammes contre 9g pour la cartouche d’origine.

Cette cartouche est destinée aux fusils mitrailleurs destinés à la ligne Maginot en l’occurence 2512 FM (le nombre à accru par la suite mais le chiffre exact n’à pas été retrouvé) qui reçurent un canon rayé au pas de 235mm, un nouveau cylindre à gaz et une nouvelle planche de hausse.

Quand éclate la guerre de Pologne, 84000 fusils-mitrailleurs de ce type sont en service sur un total jugé nécessaire _volant compris_ de 94500 exemplaires vite produits avec une cadence de 3500 fusils-mitrailleurs puis 5700 exemplaires par mois pour équiper de nouvelles unités et notamment les troupes polonaises et tchèques mais également l’armée turque et l’armée britannique.

Une version légère baptisée SE MA 38 est mise au point par l’armée de l’air, une arme à la mise au point capricieuse et très longue qui se révélera finalement très bonne, étant mise en service en septembre 1942 au sein des deux groupes d’infanterie de l’air.

Quand éclate la seconde guerre mondiale, le fusil-mitrailleur modèle 1924 modifié 29 est toujours en service à raison d’une arme par groupe de combat soit un total de trois par section, 36 par bataillon (plus neuf en réserve) et 112 par régiment d’infanterie. A noter que les dragons et les chasseurs portés disposent eux de deux armes par groupe de combat.

Caractéristiques techniques du fusil mitrailleur modèle 1924 mod. 29

Calibre : 7.5mm Longueur de l’arme 1070mm Longueur du canon 500mm Poids à vide (avec béquille) 9.590kg Poids chargé (avec béquille) 10.490kg  Cadence de tir : 450 coups/minute Portée pratique à la hausse de combat 600m Portée utile maximale : 1200m Chargeurs de 25 cartouches

22-Armée de terre : armement et matériel (5)

Grenades et Mines

La situation de l’armée de terre dans ce domaine en septembre 1939 n’évolue guère jusqu’en 1948, seule des modèles plus perfectionnés sont mis au point, testés, fabriqués et enfin distribués aux troupes.

Grenades et pétards

Bien qu’apparu dès le 11ème siècle en même temps que les explosifs, la grenade à main n’à véritablement été techniquement mature qu’au cours du premier conflit mondial. Dans la boue des tranchées, elle à été intensivement utilisée et après des tatonements et des improvisations souvent plus dangereuses pour ses utilisateurs que pour l’ennemi, elle à adopté la forme du fruit qui lui à donné son nom.

En septembre 1939, l’armée de terre dispose de plusieurs modèles de grenades qu’elles soient défensive avec des fragmentations redoutables en milieu clos, offensive où l’effet principal est le souffle, des grenades à «effets spéciaux» ainsi que des grenades d’instruction et d’entrainement.

La grenade F1 modèle 1915 est une grenade défensive de 660g qui munie d’un nouveau bouchon allumeur (BG modèle 1935) devient la grenade DF modèle 1935. Ces grenades sont toujours en service en 1948 même si leur stock n’est guère étendu.

On trouve également deux autres modèles de grenades défensives, la grenade DF modèle 1930 et la grenade DF modèle 1937 qui n’est que la modèle 1930 munie du bouchon allumeur modèle 1935.

Cette dernière est considéré comme la grenade réglementaire et à partir de 1941, la seule produite pour équiper l’infanterie mais également les artilleurs et les cavaliers pour la défense rapprochée des pièces et des véhicules.
Les grenades offensives suivent la même évolution que les grenades défensives. Le modèle le plus ancien est la grenade OF modèle 1915 avec un bouchon allumeur modèle 1916 qui devient la grenade OF modèle 1935 avec le bouchon allumeur BG modèle 1935.

On trouve également deux autres modèles de grenades offensives, la grenade OF modèle 1930 et la grenade OF modèle 1937  qui n’est que la modèle 1930 munie du bouchon allumeur modèle 1935.

Cette dernière est considéré comme la grenade réglementaire et à partir de 1941, la seule produite pour équiper l’infanterie.

La grenade incendiaire modèle 1916 est destinée à détruire le matériel sur laquelle elle est posée notamment pour éviter sa prise par l’ennemi. Voilà pourquoi les cavaliers et les artilleurs disposent de plusieurs grenades de ce type pour saboter canons, moteurs et pièces qui risqueraient de tomber aux mains de l’ennemi.

Elle est remplacée par la grenade incendiaire modèle 1930 qui ne tardera au cours des combats à être utilisée de manière nettement plus offensive. D’autres types de grenades à «effets spéciaux» sont en service comme la grenade incendiaire et fumigène modèle 1916 et la grenade suffocante modèle 1916.

On trouve également des grenades d’instruction soit inertes pour apprendre la manipulation, des grenades lestées de sable sans bouchon allumeur et des grenades avec une quantité limitée d’explosifs pour simuler l’éclatement.

On trouve également l’engin fumigène d’infanterie B5 modèle 1935 pour créer un masque destiné à cacher le dispositif à l’ennemi ainsi que les pétards de cavalerie modèle 1886 et 1928 destinés à saboter des ponts, des voies ferrées.

Grenades à fusil

La grenade à fusil modèle 1915 plus connue sous le nom de modèle 15 VB (Vivien Bessière) était une arme redoutable à cause de pouvoir létal. Crainte par les allemands, elle était utilisée au sein du groupe de combat pour fournir un appui de feu jusqu’à 170m, la portée maximale de cette grenade de 490g (dont 60 grammes d’explosif).

Cette grenade était tirée via un tromblon VB fixé dans le tube du fusil Lebel qui put ainsi survivre au sein d’un milieu dominé par le fusil Berthier (modèle 07/15) ou le mousqueton modèle 1892, trop faibles pour encaisser les coups.

Le MAS 36 étant plus solide que ces devanciers, il va pouvoir lancer la grenade VB, permettant à l’ancien Lebel de prendre une retraite bien méritée.

La mise en service du lance-grenade de 50mm modèle 1937 au niveau de la section aurait pu marquer le retrait du service de la grenade VB. C’est le contraire qui se produisit, la grenade à fusil modèle 1915 devant être remplacée par les grenades à fusil modèle 1939 (explosive) et modèle 1941 (antichar).

Ces grenades également utilisables par le lance-grenade de 50mm pesait pour la grenade explosive 486 grammes avec une portée maximale de 260m. La grenade antichar un peu plus lourde tirés à l’aide d’un manchon de 22mm installé dans le canon du fusil avait une portée de 100mm pouvant percer 40mm d’acier à blindage.

Mines

A la différence des grenades, les mines sont assez rares durant la guerre de Pologne. Si elle dispose en 1939 de mines antichars, il faut attendre 1940 pour mettre en service des mines antipersonnelles.

On trouve ainsi la mine antichar lourde à charge allongée modèle 1935 pesant 14.5kg se déclenchant avec une pression de 650kg. On trouve également la mine antichar légère d’infanterie modèle 1936 pesant 5.5 ou 7.5kg, les piquets antichars Olivier ou encore la mine bondissante antipersonnel modèle 1939.

22-Armée de terre : armement et matériel (3)

Pistolets-mitrailleurs et mitraillettes

Préambule

C’est à la fin du premier conflit mondial qu’apparait le pistolet mitrailleur/mitraillette. Ce sont les allemands qui introduisent cette arme redoutable à courte portée sur le champ de bataille sous la forme du Bergman Maschinenpistole 18 (MP 18).

Quelques exemplaires capturés permettent aux poilus de mieux connaître cette arme qui donnait une puissante de feu inédite à son porteur avec son efficace cartouche 9mm Parabellum tirée depuis un chargeur tambour de 32 cartouches.  Fort heureusement, cette arme n’apparu que trop tardivement sur le champ de bataille pour permettre à l’Allemagne de renverser la vapeur.

Testé après la fin du conflit, cette arme séduit immédiatement l’état-major français qui place la fourniture d’un pistolet-mitrailleur en deuxième priorité de son programme de 1921 derrière le fusil automatique et devant le pistolet automatique.

L’arme doit ressembler au MP 18, l’arme est considérée comme une arme de défense, une arme pouvant potentiellement succéder à la carabine. Elle doit tirer en rafale, être rustique et bien supporter la boue, une leçon tirée du premier conflit mondial cela va s’en dire.  Quand au calibre choisit, il s’agit du 9mm Parabellum qui doit normalement être le calibre commun au PA et au PM.

Le Service Technique de l’Artillerie (STA) entreprend l’étude d’une version «francisée» du MP 18 qui est présenté à la Commission d’Expérience de Versailles (CEV) qui note un certain nombre de problèmes techniquues qui empêche une adoption pure et simple.

Jusqu’en 1924, ce pistolet mitrailleur est le seul en liste mais la concurrence ne tarde pas à se réveiller, alléchée à l’idée de vendre des milliers de pistolets mitrailleurs à la première armée du monde qui jouï à cette époque d’un prestige considérable.

La firme Bergman propose ainsi une nouvelle version de son MP 18 (via une maison marseillaise), Thompson son modèle 1921 tirant des lourdes balles 11.43mm mais ces deux armes ne seront pas commandés à la différence du PM STA qui est commandé en août 1925 à 8250 exemplaires.

Seulement un millier d’exemplaires seront produits en raison d’une remise en cause du rôle du pistolet mitrailleur, un véritable imbroglio qui fait que le pistolet-mitrailleur deviendra l’arme à fabriquer après la mobilisation, une arme secondaire donc.

Différentes firmes vont participer en proposant des prototypes comme la Manufacture d’Armes de Saint Etienne (MAS) ou encore la Société Alsacienne de Construction Mécanique (SACM) mais ces prototypes en calibre 7.65mm long ou en 9mm mais découragés par l’inertie et les remarques interminables des services officiels abandonneront la partie.

Le déclenchement de la guerre de Pologne montre l’infériorité du poilu face au soldat allemand notamment durant les escarmouches entre corps francs des deux armées.

On décide de vider les stocks de pistolets mitrailleurs venant des productions limitées du début des années vingt ainsi que les pistolets mitrailleurs saisis sur les soldats républicains lors de la Retirada qui vit des soldats républicains et leurs familles se réfugier en France. On trouvera notamment 3250 pistolets mitrailleurs Erma Vollmer avec seulement 1540 chargeurs ce qui posera des problèmes d’approvisionnement.

Si l’équipement des corps francs peut se contenter d’armes d’origine étrangère disponibles en faible quantité, l’équipement du corps de troupe nécessite des armes disponibles en plus grand nombre.

Outre l’adoption du pistolet-mitrailleur de la MAS après des années d’indécision et d’atermoiements, on passe commande d’armes à l’étranger comme 3000 mitraillettes Thomson en calibre 11.43mm et  1000 MP 28 en calibre 9mm aux établissements Piper en Belgique, le projet de commander une copie suisse du pistolet mitrailleur Erma Vollmer n’aboutira pas mais des chargeurs supplémentaires seront commandés.

Ces armes vont servir au sein des corps francs mais également des GRDI, des GRCA ainsi que pour certains gradés. Elle deviendra également l’arme d’autodéfense des porteurs et tireurs d’armes lourdes en remplacement du mousqueton même si l’importance des besoins fera que le mousqueton fera plus que résister.

Au milieu des années quarante, le calibre 7.65mm est clairement en perte de vitesse au profit du 9mm Parabellum. Peu à peu, les PM en calibre 7.65mm long vont servir d’armes d’autodéfense pour les équipages de véhicules de blindés, pour la prévoté, les unités de première ligne étant davantage équipés d’armes en 9 voit en 11.43mm.

Manufacture d’Armes de Saint Etienne (MAS) modèle 1938

Pistolet mitrailleur MAS 38

Pistolet mitrailleur MAS 38

C’est dès le début des années vingt que la Manufacture d’Armes de Saint-Etienne entama le développement d’un pistolet mitrailleur utilisant la cartouche 7.65mm long. Le choix de ce calibre est loin de faire l’unanimité ce qui explique un temps de dévellopement excessivement long.

Alors que l’Allemagne est à la fin des années trente, largement dotée en pistolets mitrailleurs, la France ne dispose toujours pas d’une arme de ce type. Il faut ainsi attendre l’adoption le 13 mai 1940 du S.E modèle 1935 adopté sous le nom de pistolet-mitrailleur modèle 1938 pour que cette lacune commence à être sérieusement comblée.

Je dis sérieusement car la retraite en France des débris de l’armée républicaine espagnole avait permis à l’armée française de récupérer un petit nombre de pistolets mitrailleurs de plusieurs types avec tout ce que cela comporte comme difficultés de pièces de rechange notamment de chargeurs adaptés.

Performant, le MAS 38 l’était assurément mais il était très long et difficile à construire ce qui était acceptable en temps de paix mais beaucoup moins en temps de guerre où il fallait aller vite.

Résultat, en septembre 1942, la production du MAS 38 fût stoppée au profit du MAT 42 inspiré du MP-40 allemand. Nettement plus facile à construire, il remplaça son ainé dans les unités de première ligne, le MAS 38 continuant à équiper notamment la gendarmerie et les équipages de véhicules blindés.

Caractéristiques Techniques du pistolet-mitrailleur MAS modèle 1938

Calibre : 7.65mm long  Longueur : 630mm longueur du canon 220mm Contenance du chargeur :  32 cartouches Poids : 2.9kg (à vide) 3.450kg (chargé)  Portée pratique : 100m (maximale 200m) Cadence de tir pratique : 200 à 300 coups/minute  

Manufacture d’Armes de Tulle (MAT) modèle 1942

Pistolet mitrailleur MAT 42

Pistolet mitrailleur MAT 42

Comme nous venons le voir, le MAS-38 était une bonne arme, fiable mais difficile à produire en masse en temps de guerre. Parallèlement, quelques MP-40  capturés au cours d’une descente contre un entrepôt clandestin d’armes en Alsace furent étudiés avec intérêt par l’armée française.

La Manufacture d’Armes de Tulle fût chargée de développer un pistolet-mitrailleur similaire en calibre 9mm, un pistolet-mitrailleur robuste et simple à construire.

Les premiers prototypes apparurent en septembre 1941 et testés intensément notamment par le 65ème RI de Nantes ou le 601ème GIA qui notèrent un certain nombre de problèmes vites réglés pour lancer dès le mois de septembre 1942 la production en série pour notamment remplacer dans les unités de première ligne le MAS-38.

Il va principalement équiper le chef de section des compagnies d’infanterie, les corps francs _unités créées uniquement en temps de guerre avec les meilleurs éléments du régiment_, les GRDI, chaque régiment d’infanterie recevant à la mobilisation un stock à utiliser selon le bon vouloir du chef de corps.

Caractéristiques Techniques du pistolet mitrailleur MAT modèle 1942

Calibre : 9mm  Longueur : 630mm longueur du canon 220mm Contenance du chargeur :  32 cartouches Poids : 3.5kg (à vide) 4kg (chargé)  Portée pratique : 100m (maximale 200m) Cadence de tir  : 600coups/minute  

Les autres pistolets mitrailleurs en service ou en projet

D’autres modèles de pistolets-mitrailleurs existaient en 1939 et étaient encore présents en petit nombre en septembre 1948, stockés pour un usage éventuel si la production du MAT 42 ne parvenait pas à satisfaire les besoins colossaux, le pistolet-mitrailleur vu comme un possible gouffre à munitions redevenant une arme à la mode suite au retour d’expérience de la guerre de Pologne.

-Le pistolet mitrailleur STA modèle 1924 aurait du devenir le pistolet mitrailleur standard de l’armée française mais comme nous l’avons vu sa production à été limitée à un millier d’exemplaires qui furent distribués notamment à l’infanterie de l’air qui le préféra largement au MAT-42.

Caractéristiques Techniques du pistolet mitrailleur STA modèle 1924

Calibre : 9mm Parabellum  Longueur : 834mm longueur du canon 226mm Contenance du chargeur :  32 cartouches Poids : 3.5kg (à vide) 4kg (chargé)  Portée pratique : 100m (maximale 200m) Cadence de tir  : 380 coups/minute  

-Un nombre réduit de MP 18 furent également utilisé durant la guerre de Pologne mais pas durant le second conflit mondial (ou du moins leur présence n’est pas attestée). Il s’agissait à la fois d’armes saisies en 1918 mais également d’armes importées en France par les établissements Seytres de Marseille.

Caractéristiques Techniques du pistolet mitrailleur Bergman MP 18

Calibre : 9mm Parabellum  Longueur : 820mm longueur du canon 196mm Contenance du chargeur :  32 cartouches Poids :  5.9kg (chargé)  Portée pratique : 100m (maximale 200m) Cadence de tir  : 500 coups/minute
-Le pistolet mitrailleur ETVS (Établissement technique de Versailles) n’à pas dépassé le stade du prototype. Il n’à donc pas été utilisé durant la guerre de Pologne ni durant le second conflit mondial.

Caractéristiques Techniques du pistolet mitrailleur ETVS

Calibre : 7.65mm long  Longueur arme dépliée : 670mm longueur de l’arme repliée : 420mm longueur du canon 210mm Contenance du chargeur :  32 cartouches Poids : 2.700kg  (chargé)  Portée pratique : non connue Cadence de tir  : non connue

-Le pistolet mitrailleur de la SACM (dit «pistolet mitrailleur Petter» du nom de l’ingénieur qui l’à conçu) adopté sous le nom de pistolet mitrailleur modèle 1939A n’est pas produit par son concepteur en raison d’une surcharge de son usine de Cholet.

Il aurait pu rester à l’état de splendide prototype mais finalement est produit en petite série entre septembre 1940 et juin 1941 par la Manufacture d’Armes de Tulle (MAT), un total de 3000 armes étant produites et distribuées en particulier aux équipages de véhicules blindés pour se défendre  en cas de destruction de leur véhicule ou d’attente du véhicule de dépannage.

Un projet d’arme en 9mm ne dépassa pas le stade de la planche à dessin mais suite à un accord entre la SACM et la MAT, il servit de base au MAT modèle 1942.

Caractéristiques Techniques du pistolet mitrailleur modèle 1939A

Calibre : 7.65mm long  Longueur arme dépliée : 645mm longueur de l’arme repliée : 388mm longueur du canon 200mm Contenance du chargeur :  36 cartouches Poids : 2.900kg  (chargé)  Portée pratique : non connue Cadence de tir  : non connue  

Mitraillette Thompson dont les allemands apprirent à redouter sa puissance de feu

Mitraillette Thompson dont les allemands apprirent à redouter sa puissance de feu

-Trois mille exemplaires de la «mitraillette» Thompson furent commandés à la fin de 1939 et livrés au printemps suivant.

En dépit d’un calibre hétérodoxe (11.43mm), cette arme qui aurait pu être adoptée au milieu des années vingt dans un calibre plus commun (9mm Parabellum) fût très appréciée par les soldats qui la testèrent, l’arme ayant été livrée après la fin de la guerre de Pologne.

Les armes stockées furent distribuées à la mobilisation aux corps francs mis sur pied par chaque régiment pour des patrouilles offensives dans le no-man’s land séparant les deux lignes de front notamment en Alsace et en Lorraine. Cette arme fût aussi fournie à l’infanterie de l’air.

Caractéristiques Techniques de la mitraillette Thompson

Calibre : 11.43mm  Longueur arme dépliée : 858mm longueur du canon 266mm Contenance du chargeur :  20 cartouches en chargeur droit, 50 cartouches en chargeur circulaire Poids : 5000kg  (chargé)  Portée pratique : non connue Cadence de tir  : non connue

-Le Pistolet-mitrailleur Erma-Vollmer récupéré auprès des troupes républicaines en retraite fût un temps le principal pistolet mitrailleur français jusqu’à ce que le MAS 38 et le MAT 42 ne le remplace.

Sur les 3250 exemplaires récupérés en 1939, 2800 exemplaires étant encore en état de servir en septembre 1948. Ils équipèrent des unités de mobilisation en attendant que suffisamment de MAT 42 soit disponible. Une fois remplacés, ils retournèrent dans les stocks dans lesquels on piocha en fonction des besoins.
Caractéristiques Techniques du pistolet-mitrailleur Erma-Vollmer

Calibre : 9mm Parabellum  Longueur 890mm longueur du canon 250mm Contenance du chargeur :  32 cartouches Poids :4.300kg  (vide)  Portée pratique : non connue Cadence de tir  : non connue