Japon (77) Armée de l’Air (4)

Les avions du service aéronautique de l’armée impériale (3) : reconnaissance et coopération

Avant-Propos

Quand l’avion devient une arme, sa première mission est la reconnaissance, l’observation et le guidage des tirs d’artillerie. Il remplaçait là le ballon victime des éléments et de son immobilité là où l’avion pouvait voler loin, suivre une cible, lui coller aux basques.

Lire la suite

Publicités

Etats Unis (135) Armée de l’Air (9)

Les avions de l’USAAF (4) : avions d’observation

Avant-propos

Le scepticisme vaincu, les premiers avions acquis par les armées de terre étaient destinés à la reconnaissance, à l’observation et à la conduite de tir au profit de l’artillerie, permettant d’accompagner la portée toujours croissante de l’artillerie.

Lire la suite

Etats Unis (96) OdB et Programme de guerre (6)

Asiatic Fleet (HQ Cavite, baie de Manille)

La défense des Philippines et la présence en Asie dépend de l’Asiatic Fleet regroupée depuis la fin des années trente aux Philippines avec la base de Cavite en baie de Manille et celle de Subic dans la baie du même nom.

Lire la suite

Etats Unis (83) Aéronavale (10)

Les avions de l’Aéronavale américaine (6) : avions d’entrainement et de servitude

Avant-propos

L’US Navy dispose de ses propres squadrons d’appareils d’entrainement et de servitude. Il n’y à aucun appareil spécifique, tous les appareils étant soit des appareils identiques à l’USAAF ou des adaptations d’appareils terrestres pour un usage maritime.

Lire la suite

Etats Unis (75) Aéronavale (2)

Evolution des unités de l’Aéronavale américaine

L’évolution de l’aéronavale américaine (Naval Flying Corps puis United States Naval Aviation) est lié en grande partie à l’expansion de la flotte des porte-avions de la marine américaine.

De six en septembre 1939 (plus un en construction), la flotte des ponts plats américains passe à quinze porte-avions en septembre 1948 auxquels on peut ajouter les porte-avions écoles Ranger et Wasp utilisables pour des patrouilles anti-sous-marines.

Lire la suite

Grande Bretagne (67) Fleet Air Arm (7)

Les avions de la Fleet Air Arm (3) entrainement et servitude

Avant-propos

Sans unités de soutien, les unités de combat seraient incapables de combattre. Il faut pouvoir former les pilotes, tester les appareils, transporter pièces détachées et munitions.

D’où la présence au sein des différents Command de squadron numérotés dans la tranche 900 chargés de l’entrainement et du soutien.

Il existe des squadron d’entrainement, de transport et de liaison, d’expérimentation équipés d’avions et d’hydravions, des appareils neufs ou d’anciens appareils de combat trop anciens pour être efficaces en première ligne.

Avions d’entrainement

Contrairement à ce qui se passe actuellement, les pilotes de la FAA étaient formés dès l’origine par l’Aéronavale britannique. Il faudra attendre le second conflit mondial pour qu’une réforme destiné à réduire le fardeau logistique ne fusionne les cursus des formations préliminaires de la RAF et de la FAA.

Le cursus est classique avec une formation à terre sur un appareil d’entrainement de base (le Miles M.9) avant que le Miles M.19 n’assure la transformation opérationnelle avec l’entrainement à l’appontage, à la chasse et à l’attaque.

Les pilotes sont ensuite affectés aux unités où ils subissent une formation de spécialité au bombardement en piqué, à la chasse, à la reconnaissance et au torpillage. Quand la guerre éclata, des unités de spécialisation seront créées pour éviter que les unités opérationnelles ne soient immobilisées pour une spécialisation.

La Fleet Air Arm (FAA) dispose de trois squadron d’entrainement, le squadron 900 équipé de 24 Miles M.9 Master, le squadron 901 équipé de 24 Miles M.19 et le squadron 909 stationné à Alor Setar équipé de 12 Miles M.9 et de 6 M.19. Ce sont donc au total 36 Miles M.9 et 30 M.19 qui sont en service en septembre 1948.

Miles Master de la RAF

Miles Master de la RAF

-Le Miles M.9 Master est issu du M.9 Kestrel présenté au meeting aérien d’Hendon en juillet 1937 mais qui n’entra jamais en production, le ministère de l’Air lui ayant préféré le De Havilland Don.

Cet appareil s’étant révélé une erreur, l’Air Ministry passa commande d’une version modifié du Kestrel baptisé M.9A Master. Le premier appareil de série effectua son premier vol le 31 mars 1939 et les premiers appareils entrèrent en service juste avant le début de la guerre de Pologne.

C’est en septembre 1940 que la Fleet Air Arm passa commande de 36 Miles M.9 qui furent livrés entre février et juin 1941.

Suite à la perte de douze appareils, de nouveaux Miles M.9 Master (désignés M.9B) sont commandés en juin 1943 et les 48 exemplaires sont livrés entre septembre 1943 et juillet 1944, douze en unités et le reste stocké comme volant de fonctionnement.

Le Miles M.19 est une version d’entrainement à la chasse. La seule différence étant la présence de quatre mitrailleuses de 7.7mm dans les ailes ainsi que de points d’attache pour des bombes légères d’entrainement ou actives. Les M.19 de la Fleet Air Arm sont livrés entre juin 1942 et janvier 1943.

Quand éclate le second conflit mondial, les unités d’entrainement de la FAA vont continuer à former de nouveaux pilotes. Des commandes de nouveaux appareils sont passés avec le Miles M.27 Master III, un nouvel appareil plus moderne commandé à 72 appareils sans compter la commande d’avions américains même si la FAA n’est pas prioritaire.

Le Miles Master à été exporté en Belgique, en Egypte, en Irlande, au Portugal, en Afrique du Sud et en Turquie.

Caractéristiques Techniques du Miles M.19

Type : avion d’entrainement avancé

Masse : à vide 1947kg maximale au décollage 2528kg

Dimensions : longueur 8.99m envergure 11.89m hauteur 2.82m

Motorisation : un moteur radial Bristol Mercury XX dévellopant 870ch

Performances : vitesse maximale 389 km/h à 1830m distance franchissable 632km plafond opérationnel 7650m

Armement : quatre mitrailleuses de 7.7mm dans les ailes avec 250 coups et quatre bombes de 15kg pour l’entrainement

Suite à la mise en service du Blackburn Buccaneer se pose la question de la formation des pilotes de bimoteurs. Douze Avro Anson retirés du service par le Coastal Command sont récupérés au printemps 1946 pour équiper le squadron 919.

Caractéristiques Techniques des Avro Anson Mk I

Type : avion de reconnaissance triplace puis avion d’entrainement aux multimoteurs

Masse : à vide 2438kg maximale au décollage 3629kg

Dimensions : longueur 12.88m envergure 17.22m hauteur 3.99m

Motorisation : deux moteurs radiaux Armstrong Siddeley Cheetah IX de 350ch

Performances : vitese maximale à 2134m : 303 km/h distance franchissable 1721km plafond pratique 5791m

Armement (reconnaissance) une mitrailleuse de 7.7mm tirant vers l’avant dans le nez et une mitrailleuse de même calibre en tourelle dorsale 163kg de bombe (entrainement) aucun

Avions de transport et de liaison

Chaque Command disposait d’au moins un squadron de transport et de liaison. Il(s) étai(en)t chargés des transferts de personnels et du transport de matériel par exemple d’une base aérienne à un aéroport à proximité d’un base ou d’un port de commerce pour pouvoir transférer les pièces sur le porte-avions.

L’absence d’un appareil comparable au D-720M au sein de la Fleet Air Arm vit l’utilisation de subterfuges comme un hydravion amérissant à proximité du porte-avions ou de parachutages.

Les squadrons de servitude équipés d’avions disposaient d’avions de transport civils ou d’avions de transport militaires, les premiers servant pour les liaisons et le transport de personnel, les seconds pour les transports militaires.

Outre des avions de conception et de fabrication britanniques, on trouvait quelques appareils étrangers, des DC-3 américains et des SO-30P français.

En septembre 1948, le panorama des unités de servitude est le suivant en ce qui concerne les avions :

-Squadron 903 (HOME COMMAND) : unité de servitude équipée d’avions de liaison et de transport en l’occurence huit Vickers Valetta et quatre Lockeed Hudson, les premiers assurant les missions de transport, les seconds les liaisons et les EVASAN

-Squadron 902 (MEDITERRANEAN COMMAND) : unité de servitude équipée d’avions de liaison et de transport stationnée à Malte avec quatre Lockheed Hudson de liaison, quatre Douglas DC-3 et quatre SNCAO SO-30P de transport

-Squadron 906 (MEDITERRANEAN COMMAND) : unité de servitude équipée d’avions de liaison et de transport stationnée à Alexandrie équipée de quatre Lockheed Hudson de liaison, deux Vickers VC.1 Viking et six Vickers Valetta

-Squadron 911 (FAR EAST COMMAND) : unité de transport et de liaison stationnée à Singapour avec quatre Lockheed Hudson et huit Vickers Valetta

-Squadron 913 (INDIA COMMAND) : unité équipée d’avions de transport et de liaison avec deux Lockheed Hudson et quatre Vickers Valetta

-Squadron 915 (WEST INDIES COMMAND) équipée d’avions de liaison et de transport soit deux Lockheed Hudson et deux Douglas DC-3

-Squadron 917 (SOUTH ATLANTIC COMMAND) équipé d’avions de liaison et de servitude avec deux Lockheed Hudson et quatre SNCAO SO-30P

Vickers VC.1 Viking et Vickers Valetta

Vickers Valetta

Vickers Valetta

Durant la décennie 1940 l’aviation commerciale continue son développement nécessitant des appareils adaptés. Chaque pays disposant d’une industrie aéronautique va produire des avions de ligne.

La Grande-Bretagne n’échappe pas à la règle et notamment la firme Vickers qui s’inspire de son bombardier Wellington pour proposer un petit bimoteur, le Vickers VC.1 Viking.

Inspiration ne veut pas dire copie, le Vickers VC.1 Viking reprend des éléments du Wellington notamment les ailes et une partie du fuselage mais c’est fondamentalement un nouvel appareil.

Effectuant son premier vol le 17 septembre 1943, l’appareil est commandé par plusieurs compagnies aériennes britanniques et étrangères à 120 exemplaires, intéressant bientôt la Fleet Air Arm pour des missions de transport de passagers, de liaison et de transport de fret.

Seulement deux exemplaires du Vickers VC.1 ont finalement été acquis par la Fleet Air Arm pour équiper le squadron 906 déployé depuis Alexandrie, l’Aéronavale britannique préférant sa version militaire, le Vickers Valetta.
Ce dernier va équiper le squadron 903 (HOME COMMAND) avec huit appareils, le squadron 906 (MEDITERRANEAN COMMAND) avec six appareils pour compléter les deux VC.1 Viking, le squadron 911 (FAR EAST COMMAND) avec huit appareils, le squadron 913 (INDIA COMMAND) avec quatre appareils soit un total de vingt-six Vickers Valetta.

Le prototype du Valetta décolla pour la première fois le 14 janvier 1944 mais s’écrase un mois plus tard, nécessitant de modifier le deuxième prototype qui décolle pour la première fois le 14 mai 1944 suivit d’un troisième appareil le 8 juillet suivant.

La production en série commence en janvier 1945 avec la priorité donnée à la Royal Air Force (RAF). Ce n’est donc qu’à partir de mars 1946 que l’Aéronavale britannique reçoit ses appareils, tous livrés en janvier 1947.

Les Valetta de la RAF sont les Mk I, ceux de la FAA sont les Mk II, le Mk III désignant les appareils destinés à l’exportation.

En mars 1948, une nouvelle commande de douze appareils est passée mais seulement quatre appareils ont été livrés quand éclate le second conflit mondial.

Caracteristiques Techniques du Vickers VC.1 Viking

Type : avion de transport commercial bimoteur

Masse : à vide 10430kg maximale au décollage 15420kg

Dimensions : longueur 19.86m envergure 27.20m hauteur 5.97m

Motorisation : deux moteurs radiaux Bristol Hercules 634 de 1690ch chacun

Performances : vitesse maximale 423 km/h vitesse de croisière 338 km/h distance franchissable 2740km plafond opérationnel 7600m

Armement : aucun

Equipage : deux pilotes et jusqu’à 36 passagers

Caracteristiques Techniques du Vickers Valetta Mk II

Type : avion de transport militaire

Masse : à vide 11355kg maximale au décollage 16591kg

Dimensions : longueur 19,18m envergure 27,21m hauteur 5,97m

Motorisation : deux moteurs radiaux Bristol Hercules 230 de 1975ch entrainant des hélices quadripales

Performances : vitesse maximale 415 km/h vitesse de croisière 277 km/h distance franchissable 2350km plafond opérationnel 6550m
Armement : aucun

Equipage : quatre membres d’équipage + 34 soldats ou 20 parachutistes

Douglas DC-3

Douglas C-47 Skytrain

Douglas C-47 Skytrain

L’industrie aéronautique britannique ayant fort à faire pour équiper la RAF, la Fleet Air Arm commanda également des avions de transport à l’étranger, des appareils américains et français.

Six Douglas DC-3 sont acquis en septembre 1946 pour équiper le Squadron 902 à Malte (quatre appareils) et le squadron 915 avec deux appareils stationnés aux Bermudes.

Caractéristiques Techniques du Douglas DC-3

Type : bimoteur de transport militaire

Poids : à vide 7650kg maximal 11430kg

Dimensions : Envergure 29.00m Longueur 19.70m Hauteur 5.16m

Motorisation : deux moteurs radiaux Wright R-1820 Cyclone 9 cylindres de 1100ch chacun entrainant des hélices tripales.

Performances : vitesse maximale 370 km/h à 2590m vitesse de croisière 333 km/h Plafond opérationnel 7100m Autonomie : inconnue

Equipage : 2 hommes plus 21 à 32 passagers ou 16 parachutistes équipés

SNCAO SO-30P

SNCASO SO-30P Bretagne

SNCAO SO-30P Bretagne

Cet élégant bimoteur considéré comme le DC-3 français apparait courant 1941. Produit par la Société Nationale des Constructions Aéronautiques de l’Ouest (SNCAO), cet appareil utilisé par la marine française est commandé en mars 1946 dans une nouvelle version, la version P, une commande modeste avec huit appareils destiné au Squadron 902 (MEDITERRANEAN COMMAND) et au Squadron 917 (SOUTH ATLANTIC COMMAND).

Caractéristiques Techniques du SNCASO SO-30

Type : bimoteur de transport et de liaison

Poids en charge 12700kg

Dimensions : Envergure 24.60m Longueur 18.18m Hauteur 4.10m

Motorisation : deux moteurs Gnôme-Rhône 14N-49 de 1180ch

Performances : vitesse maximale 480 km/h plafond 7000m Autonomie 2100km

Equipage : Deux pilotes et 23 passagers

Lockheed Hudson

Lockheed Hudson de la Royal Canadian Air Force (RCAF)

Lockheed Hudson de la Royal Canadian Air Force (RCAF)

Pour les missions de liaison et de transport de VIP, la Fleet Air Arm sélectionne un appareil américain, le Lockheed Hudson, une version militarisée du Lockheed 14 Super Electra. Cet appareil qui équipait déjà le Coastal Command de la RAF pour la patrouille maritime et la lutte anti-sous-marine.

Vingt-deux appareils sont commandés en mars 1943, appareils livrés entre septembre 1943 et janvier 1944, appareils répartis entre les squadron 902 903 906 911 (quatre appareils) 913 915 et 917 (deux appareils). Douze appareils supplémentaires sont commandés en septembre 1946 et livrés entre janvier et mars 1947.

Caractéristiques Techniques du Lockheed Hudson

Type : avion de transport et de liaison

Masse : à vide 5400kg en charge 7930kg maximale au décollage 8390kg

Dimensions : longueur 13.51m envergure 19.96m hauteur 3.62m

Motorisation : deux moteurs radiaux Wright Cyclone de 1100ch

Performances : vitesse maximale 397 km/h plafond opérationnel 7470m distance franchissable 3150km

Armement : aucun

Equipage : deux pilotes, quatorze passagers ou six blessés couchés en version EVASAN

Allemagne (35) Aéronavale (7)

Les avions d’entrainement et de soutien

Outre les avions de combat, le Kriegsmarine FliegerKorps dispose d’avions de soutien et d’entrainement.

Pour le soutien, il s’agit d’inusables Junkers Ju-52 utilisés notamment par les Traggergruppe alors pour l’entrainement, on trouve des Bücker Bu-181 et des Bücker Bu-183, le second étant la version navalisée du premier.

Junkers Ju-52

Junkers Ju-52/3m

Junkers Ju-52/3m

Le Junkers Ju-52 surnommé Iron Annie est issu d’un avion précédent de la firme, le Junkers W-33, le premier vol du premier prototype ayant lieu le 13 octobre 1930 suivi d’un deuxième prototype le 7 mars 1932.

Conçu comme un avion commercial, l’appareil fût rapidement dévellopé en une version militaire, brièvement utilisé comme bombardier puis surtout comme avion de transport militaire.

Si la Luftwafe l’à remplacé au milieu des années quarante par le nettement plus moderne Junkers Ju-90, la Kriegsmarine continue de l’utiliser en septembre 1948 au sein de ces groupes aériens embarqués et de plusieurs unités de soutien.

Chaque Traggergruppe dispose de deux Junkers Ju-52. Ces appareils ne peuvent apponter sur les porte-avions mais servent pour le transport de munitions, de pièces détachées et bien entendu de personnel entre l’Allemagne et les ports où les porte-avions font escale.

Chaque Kommando du Kriegsmarine FliegerKorps dispose d’un Marine Transport Staffel de douze appareils.

Ce sont donc au total trente deux Junkers Ju-52 qui sont en service en septembre 1948. Sans la guerre, ils auraient été remplacés dans quelques mois par des Junkers Ju-90.

Dans le cadre de l’opération Weserübung, les porte-avions Graf Zeppelin Lutzen et Bautzen sont engagés respectivement à Trondheim, à Bodo et à Bergen.

Les Junkers Ju-52 de ces groupes aériens restent en Allemagne. Ce n’est qu’après la conquête de solides têtes de pont et le contrôle des aérodromes que les trimoteurs vont rejoindre chargés de munitions et de pièces détachées les porte-avions qui n’hésitent pas à mouiller dans les fjords pour se ravitailler à l’abri d’une riposte alliée autre qu’aérienne.

Quand aux Ju-52 des MTS (MTS-Ost et MTS-West), ils vont mener des missions de transport pour la Kriegsmarine mais également pour la Heer.

Caractéristiques Techniques du Junkers Ju52

Type : avion trimoteur de transport

Masse : à vide 6510kg en charge 9200kg maximale au décollage 10990kg

Dimensions : longueur 18.90m envergure 29.25m hauteur 4.5m

Motorisation : trois moteurs radiaux BMW 132T de 715ch chacun

Performances : vitesse maximale 265 km/h vitesse de croisière 211 km/h distance franchissable 870km plafond opérationnel 5490m

Armement : 4 mitrailleuses de 7.92mm en poste ventral et poste dorsal et 650kg de bombes en soute. En transport, le poste ventral est supprimé

Bücker Bü181 et Bü183

Un Bücker Bu181 en vol

Un Bücker Bu181 en vol

-La formation initiale des pilotes du KFK dépendait de la Luftwafe avec le Bücker Bü181, seule la navalisation était du ressort de l’aéronavale allemande.

-Cette dernière conserve deux Marine Schule Staffel (MSS) composée chacune de huit Bücker Bü181 et quatre Bü183, la version navalisée du premier.

-Le Bücker Bü181 effectue son premier vol en février 1939, entrant en service courant 1940.

-En septembre 1942, les deux MSS sont créées et pour les armer, le Kriegsmarine Fliegerkorps passa commande de trente-deux Bücker Bü181 et de deux prototypes d’une version navalisée baptisée Bü183.

Les trente-deux Bü181 furent livrés entre janvier et mars 1943 suivit un mois plus tard par les deux prototypes d’une version navalisée qui effectuèrent leurs premiers appontages et leurs premiers catapultages en juin 1943 à bord du KMS Graf Zeppelin.

Suite aux essais réussis, douze appareils sont commandés et livrés en octobre 1943. Cela nous donne une flotte complète de quarante-quatre appareils mais seulement vingt-quatre étant utilisés simultanément, les autres étant stockés ou utilisés pour d’autres missions comme le remorquage de cibles ou la liaison.

En septembre 1946, seize nouveaux Bücker Bü183 sont commandés, ces appareils livrés en octobre 1946 sont intégrés directement aux différents groupes aériens servant à bord comme avion d’entrainement, de liaison voir d’attaque légère.

Soixante Bücker Bü181/183 sont donc en service en septembre 1948.

Caracteristiques Techniques du Bücker Bü181

Type : biplace d’entrainement, de liaison et de servitude

Poids : à vide 480kg maximal au décollage 750kg

Dimensions : longueur 7.85m envergure 10.06m hauteur 2.05m

Motorisation : un moteur radial Hirth HM 500A de 105ch

Performances : vitesse maximale 215 km/h vitesse de croisière 195 km/h distance franchissable 800km plafond opérationnel 5000m

Armement : deux mitrailleuses MG-17 de 7.92mm en gondole sous les ailes avec 250 coups pour l’entrainement au tir, gondoles remplaçables par des rateliers pour bombes d’exercices.

Caracteristiques Techniques du Bücker Bü183

Type : biplace d’entrainement, de liaison et de servitude

Poids : à vide 560kg maximal au décollage 830kg

Dimensions : longueur 7.85m envergure 10.06m hauteur 2.05m

Motorisation : un moteur radial Hirth HM 500B de 130ch

Performances : vitesse maximale 215 km/h vitesse de croisière 195 km/h distance franchissable 800km plafond opérationnel 5000m

Armement : deux mitrailleuses MG-17 de 7.92mm en gondole sous les ailes avec 250 coups pour l’entrainement au tir, gondoles remplaçables par des rateliers pour bombes d’exercices.