12-Torpilleurs légers (40)

Le Marocain

-Le Torpilleur léger Le Marocain est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Bretagne (ACB) à Nantes le 25 novembre 1946 lancé le 4 décembre 1947 et mis en service le 15 juillet 1948.

Affecté à la 6ème DT, il quitte Lorient le 16 juillet pour entraînement de division qui l’occupe jusqu’au 21 août. Rentrés à Lorient le 22 août, les quatre torpilleurs légers passent à l’effectif de guerre le 23 août 1948 et sortent pour amariner les réservistes et les rappelés du 24 août au 1er septembre, rentrant à Lorient le 2 septembre et se tenant prête à reprendre la mer en cas de menace dans le Golfe de Gascogne.

Colonie

Caractéristiques Techniques de la classe Colonie

Déplacement : Washington 1150 tW en charge normale 1246 tonnes en surcharge de temps de guerre 1525 tonnes

Dimensions : longueur hors tout 97.80m longueur entre perpendiculaires 91.50m largeur 9.60m tirant d’eau réel 4.125m

Propulsion : deux groupes de turbines à engrenages alimentées en vapeur par trois chaudières développant à la PMN (Puissance Maximale Normale) 31500ch et entrainant deux hélices

Performances : vitesse maximale 34 noeuds distance franchissable : 2700 miles nautiques à 18 noeuds

Électronique : un radar de navigation, un radar de veille combinée, un radar de conduite de tir et un Asdic

Armement : quatre canons de 100mm modèle 1932 en deux pseudo-tourelles modèle 1937 (une avant et une arrière), huit canons Schneider de 37mm modèle 1941 en quatre affûts doubles (installés par paires à l’arrière), deux affûts doubles lance-torpilles Schneider de 550mm et deux grenadeurs de sillage avec vingt grenades.

Equipage : 136 officiers et marins (un officier supérieur commandant, six officiers subalternes, un premier maitre, quatre maitres, seize seconds-maitres et cent-huit quartiers-maitres et matelots)

12-Torpilleurs légers (39)

L’Arabe

-Le Torpilleur léger L’Arabe  est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Seine Maritime (ACSM) du Trait le 27 janvier 1947 lancé le 14 février  1948 et mis en service le 10 juillet 1948.

Affecté à la 6ème DT en compagnie de ses sister-ships L’Algérien Le Sénégalais et Le Marocain , le torpilleur léger L’Arabe sort pour un entraînement de division du 16 juillet au 21 août.

Rentré à Lorient le 22 août, les quatre torpilleurs légers passent à l’effectif de guerre le 23 août 1948 et sortent pour amariner les réservistes et les rappelés du 24 août au 1er septembre, rentrant à Lorient le 2 septembre et se tenant prête à reprendre la mer en cas de menace dans le Golfe de Gascogne.

12-Torpilleurs légers (38)

Le Sénégalais

-Le Torpilleur léger Le Sénégalais  est mis sur cale aux Chantiers Navals de France (CNF) à Caen le 24 septembre 1946 lancé le 4 octobre 1947 et mis en service le 14 juin 1948.

Son admission au service actif permet l’activation de la 6ème DT qui sort pour son premier entraînement de division du 16 juin au 12 juillet, date du retour de la division à Lorient.

Le 10 juillet 1948, L’Arabe est officiellement admis au service actif, rejoignant la 6ème DT et rejoint cinq jours plus tard par Le Marocain, permettant à la 6ème DT d’atteindre son format définitif.

La 6ème DT quitte Lorient le 16 juillet pour entraînement de division qui l’occupe jusqu’au 22 août, date du retour de la division à Lorient. Les quatre torpilleurs légers passent à l’effectif de guerre le 23 août 1948 et sortent pour amariner les réservistes et les rappelés du 24 août au 1er septembre, rentrant à Lorient le 2 septembre et se tenant prête à reprendre la mer en cas de menace dans le Golfe de Gascogne.

12-Torpilleurs légers (37)

L’Algérien

-Le Torpilleur léger L’Algérien  est mis sur cale aux Forges et Chantiers de la Méditerranée (FCM) sur leur site du Havre le 8 février 1946 lancé le 14 juin 1947 et mis en service le 15 mars 1948.

En attendant la mise en service du Sénégalais, l’Algérien est placé hors-rang sous l’autorité de la 3ème Escadre Légère.

L’Algérien quitte Lorient le 16 mars pour un entraînement dans le Golfe de Gascogne. Après une école à feux du 16 au 23 mars, il fait escale à Bordeaux du 24 au 29 mars avant un entraînement à la défense aérienne à la mer du 30 mars au 8 avril, une escale à Royan du 9 au 14 avril et un entraînement au combat antisurface du 15 au 22 avril, rentrant à Lorient le lendemain.

Le 1er mai 1948, l’Algérien quitte Lorient pour un nouvel entraînement. Après une école à feux du 1er au 10 mai et une escale à Saint Malo du 11 au 16 mai, il effectue un entraînement à la défense aérienne à la mer du 17 au 25 mai. Il fait escale à Cherbourg du 26 au 30 mai avant un entraînement au combat antisurface du 31 mai au 9 juin, date de son retour à Lorient.

Le 14 juin 1948, le torpilleur léger Le Sénégalais est officiellement admis au service actif, permettant l’activation de la 6ème DT. Affecté à  la 3ème Escadre Légère et basée à Lorient, elle doit si nécessaire contrer une éventuelle action de la marine espagnole dans le Golfe de Gascogne.

Le 16 juin 1948, la 6ème DT appareille pour son premier entraînement de division qui s’achève le 12 juillet, date du retour de la division à Lorient.

Le 10 juillet 1948, L’Arabe est officiellement admis au service actif, rejoignant la 6ème DT et rejoint cinq jours plus tard par Le Marocain, permettant à la 6ème DT d’atteindre son format définitif.

La 6ème DT quitte Lorient le 16 juillet pour entraînement de division qui commence par une école à feux du 16 au 23 juillet, la division faisant escale à Cherbourg du 24 au 27 juillet avant un entraînement à la défense aérienne à la mer du 28 juillet au 5 août, un ravitaillement à Lorient le 6, l’entraînement se terminant par une série de joutes antisurfaces du 7 au 21 août, l’Equipe Bleue (L’Algérien et l’Arabe) s’opposant à l’Equipe Rouge (Le Sénégalais et Le Marocain).

Rentrés à Lorient le 22 août, les quatre torpilleurs légers passent à l’effectif de guerre le 23 août 1948 et sortent pour amariner les réservistes et les rappelés du 24 août au 1er septembre, rentrant à Lorient le 2 septembre et se tenant prête à reprendre la mer en cas de menace dans le Golfe de Gascogne.

12-Torpilleurs légers (36)

Le Touareg

Carte du peuplement touareg

Carte du peuplement touareg

-Le Touareg   est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Loire (ACL) à Nantes le 12 janvier 1946 lancé le 15 mars 1947 et mis en service le 26 mars 1948.

Le 26 mars, le torpilleur léger Touareg arrive à Toulon en provenance de Lorient permettant à la 4ème DT d’atteindre son statut opérationnel définitif. Le Touareg et ses trois compères quittent Toulon le 2 avril pour un entraînement de division qui à lieu du 2 avril au 12 mai, la division mouillant aux salins d’Hyères jusqu’au 20 mai, ralliant Toulon le lendemain.

Le Touareg sort pour entraînement en compagnie du Hova du 28 mai au 7 juin, mouillant aux salins d’Hyères du 8 au 11 juin, ralliant Toulon dans la soirée. Ils participent ensuite aux essais (13 au 15 juin) et à la remise en condition (17 juin au 1er juillet) de L’Annamite.

Il participe en compagnie de l’Annamite aux essais (5 au 7 juillet) et pour remise en condition (9 au 23 juillet) du Somali; Le Touareg, L’Annamite et Le Somali participent ensuite aux essais (27 au 29 juillet) et à la remise en condition (31 juillet au 13 août) du Hova, la 4ème DT ralliant Toulon le lendemain.

Le 20 août, les quatre torpilleurs légers passent à l’effectif de guerre et sortent du 21 au 24 août, ralliant dans la foulée leur nouveau port d’attache, Ajaccio. Ils effectuent une école à feux du 27 août au 2 septembre, ralliant Ajaccio le lendemain 3 septembre 1948.

A l’annonce de l’attaque allemande sur la Norvège, les quatre torpilleurs légers sortent et mettent cap plein sud pour contrer une possible action italienne dans les bouches de Bonifaccio.

12-Torpilleurs légers (35)

Le Hova

Le Hova porte comme le Sakhalave le nom d'une ethnie malgache

Le Hova porte comme le Sakhalave le nom d’une ethnie malgache

-Le Hova  est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Loire (ACL) à Nantes le 4 janvier 1946 lancé le 8 mars 1947 et mis en service le 27 janvier 1948.

Quittant Lorient le 15 janvier, Le Hova fait escale à Casablanca les 18 et 19 janvier avant de pénétrer en Méditerranée, retrouvant au large de Toulon le 21 janvier ses compères Annamite et Somali pour un exercice commun du 22 au 27 janvier, les trois torpilleurs de la 4ème DT rentrant dans la foulée à Toulon.

Le Hova participe à son premier entraînement de division du 4 février au 19 mars 1948. Le 26 mars, le torpilleur léger Touareg arrive à Toulon permettant à la 4ème DT d’atteindre son statut définitif.

L’Annamite, Le Somali, le Hova et Le Touareg quittent Toulon le 2 avril pour un entraînement de division qui à  lieu du 2 avril au 21 mai 1948.

Le Hova sort pour entraînement en compagnie du Touareg du 28 mai au 7 juin, mouillant aux salins d’Hyères du 8 au 11 juin, ralliant Toulon dans la soirée. Ils participent ensuite aux essais (13 au 15 juin) et à la remise en condition (17 juin au 1er juillet) de L’Annamite.

Le Hova est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 5 au 26 juillet, sortant pour essais du 27 au 29 juillet et pour remise en condition du 31 juillet au 13 août en compagnie de ses trois compères de la 4ème DT, les quatre torpilleurs légers rentrant à Toulon le lendemain 14 août 1948.

Le 20 août, les quatre torpilleurs légers passent à l’effectif de guerre et sortent du 21 au 24 août, ralliant dans la foulée leur nouveau port d’attache, Ajaccio. Ils effectuent une école à feux du 27 août au 2 septembre, ralliant Ajaccio le lendemain 3 septembre 1948.

A l’annonce de l’attaque allemande sur la Norvège, les quatre torpilleurs légers sortent et mettent cap plein sud pour contrer une possible action italienne dans les bouches de Bonifaccio.

12-Torpilleurs légers (34)

Le Bambara

Carte montrant l'étendue de l'aire linguistique bambara

Carte montrant l’étendue de l’aire linguistique bambara

-Le Bambara  est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de la Seine Maritime (ACSM) du Trait le 4 octobre 1945 lancé le 15 janvier 1947 et mis en service le 30 septembre 1947.

Arrivé à Mers-El-Kébir le jour de son ASA, Le Bambara effectue une sortie d’entraînement avec ses compères de la 2ème DT du 1er au 7 octobre, rentrant dans la foulée à son port d’attache.

Il participe ensuite avec ses compagnons de division à un entraînement commun avec la 10ème DCT (10 octobre au 12 novembre) puis à un entraînement de division (20 novembre au 22 novembre)

Le 5 janvier 1948, La 2ème DT quitte Mers-El-Kébir en compagnie de la 10ème DCT et du pétrolier-ravitailleur La Baïse pour un entraînement au large de Dakar.

Les huit navires arrivent à Dakar après une traversée sans escale le 15 janvier. Ils manœuvrent au large de la capitale de l’AOF du 16 janvier au 19 mars.

La 10ème DCT, la 2ème DT et le pétrolier-ravitailleur La Baïse quittent Dakar le 22 mars, relâchent à Casablanca du 27 au 30 mars avant de rentrer à Mers-El-Kébir le 4 avril 1948.

Après un entraînement de division du 11 avril au 21 mai 1948, le Bambara sort pour une école à feux du 27 mai au 5 juin, rentrant à Mers-El-Kébir le lendemain. Il participe ensuite en compagnie du Sakalave aux essais (13 et 14 juin) et à la remise en condition (16 au 30 juin) du Kabyle.

Le Bambara et Le Kabyle sortent alors pour les essais (5 et 6 juillet) et la remise en condition (8 au 22 juillet) du Tonkinois.

Le Bambara est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 27 juillet au 17 août 1948, sortant pour essais les 18 et 19 août et pour remise en condition du 21 août au 2 septembre en compagnie de ses trois compères de division, la 2ème DT ralliant Mers-El-Kébir le 3 septembre, passant aussitôt aux effectifs de guerre et se préparant à sortir pour toute opération.