URSS (31) Destroyers (2)

Destroyer Tashkent

Tashkent 6

Avant-Propos

Devant les difficultés de l’industrie et des chantiers navals soviétiques, Moscou fait preuve de pragmatisme et décide de se tourner vers l’étranger en sollicitant l’aide de chantiers et de bureaux d’études pour produire de nouveaux destroyers.

Lire la suite

Publicités

Italie (83) Regia Aeronautica (5)

Les avions de la Regia Aeronautica (2) : les bombardiers

Avant-propos

Les premiers avions étaient de fragiles petites machines. Assemblage incertain de bois et de toile, les premiers avions militaire ne pouvaient faire outre chose que de la reconnaissance et de l’observation.

Lire la suite

Italie (81) Regia Aeronautica (3)

Les avions de la Regia Aeronautica (1) : les chasseurs

Avant-propos

Quand éclate la guerre de Pologne en septembre 1939 la chasse italienne est encore largement composée de biplans, des Fiat CR-32 et des Fiat CR-42 autant dire des appareils totalement dépassés, surclassés par le Messerschmitt Me-109, le Hawker Hurricane ou encore le Supermarine Spitfire.

Lire la suite

Italie (79) Regia Aeronautica (1)

REGIA AERONAUTICA

Avant-propos

Si l’art militaire est plus souvent synonyme d’évolution que de révolution l’apparition de certaines armes, de certains équipements était proprement révolutionnaire. L’apparition de l’avion au sein des armées est clairement une révolution.

Lire la suite

Italie (45) Aéronavale (3)

Bombardiers et Bombardiers-torpilleurs

Avant-propos

Localiser l’ennemi en mer c’est une bonne chose. L’attaquer c’est mieux ce qui explique que toutes les marines ou presque disposaient d’unités d’assaut aéromaritime, des unités chargées d’attaquer les navires ennemis en haute-mer en coopération, en coordination avec les croiseurs et les cuirassés.

Lire la suite

Allemagne (85) Armée de l’Air (18)

Ordre de bataille de la Luftwafe en septembre 1948

Etat-Major Général (OberKommando der Luftwafe OKL) : implanté à Berlin à proximité du ministère de l’Air (Reichluftministerium RLM)

Luftflotte 1 (Berlin)

Couvrant le nord et l’est de l’Allemagne, la 1ère flotte aérienne de la Luftwafe dispose des moyens suivants :

-Quatre Geschwader de chasse de jour, deux équipés de Me-109 et deux de Focke-Wulf Fw-190

-Deux Geschwader de chasse lourde équipés de Me-110

Les six Geschwader de chasse sont regroupés au sein de deux Fliegerkorps avec deux unités de monomoteurs et une unité de bimoteurs

-Quatre Geschwader de bombardement, deux équipées de Dornier Do-217 et deux équipées de Ju-88 et de Ju-188

-Deux Geschwader de bombardement en piqué équipées de Junkers Ju-87

Comme pour la chasse, les Geschwader de bombardement sont répartis en deux Fliegerkorps composé chacun d’un Geschwader de bombardement en piqué et de deux de bombardement horizontal.

-Une Geschwader de reconnaissance stratégique équipée de Dornier Do-217

-Un groupe indépendant de reconnaissance équipé de Focke-Wulf Fw-189 et

de Fieseler Fi-156 Storch

-Un Geschwader de transport équipé de Junkers Ju-90 (2/3) et de Junkers Ju-52/3m (1/3)

Ces unités restent indépendantes, dépendant directement de l’état-major de la Luftflotte 1

-Des unités de planeurs et d’écolage

Luftflotte 2 (Braunschweig)

Couvrant le nord-ouest de l’Allemagne, cette 2ème flotte aérienne dispose des moyens suivants :

-Six Geschwader de chasse jour, quatre équipées de Me-109 et deux équipées de Fw- 190 répartis en deux Fliegerkorps

-Deux Geschwader de chasse lourde équipés pour l’un de Me-110 et pour l’autre de Me-210 formant un Fliegerkorps

-Quatre Geschwader de bombardement, deux équipées de Heinkel He-111, un de

Dornier Do-217 et un équipé de Heinkel He-179, le tout formant un puissant Fliegerkorps

-Un Geschwader de bombardement en piqué équipé de Junkers Ju-87

-Deux Geschwader d’attaque au sol équipés pour de Focke-Wulf Fw-190D

Ces trois unités forment un Fliegerkorps

-Un groupe indépendant de reconnaissance équipé de Focke-Wulf Fw-189 et de

Fieseler Fi-156 Storch

-Un Geschwader spécial de transport équipé de Messerschmitt Me-323 Giant et de

de Focke-Wulf Fw-200 Condor

-Des unités de planeurs et d’écolage

Luftflotte 3 (Munich)

Cette troisième flotte aérienne couvre le sud-ouest de l’Allemagne et dispose des moyens suivants

-Quatre Geschwader de chasse équipées pour deux d’entre-eux de Me-109 et pour les

deux autres de Fw-190

-Un Geschwader de chasse lourde équipé de Messerschmitt Me-210

Si un Fliegerkorps ne dispose que de deux Geschwader de Me-109, le deuxième regroupe les Fw-190 et les Me-210.

-Deux Geschwader de bombardement équipées de Junkers Ju-88/188 formant un

Fliegerkorps

-Un Geschwader de bombardement en piqué équipé de Junkers Ju-87

-Deux Geschwader d’attaque au sol, un équipé de Fw-190D et un équipé de Henschel

Hs-129

Les Geschwader de bombardement en piqué et d’attaque au sol sont regroupés au sein d’un

Fliegerkorps

-Un Geschwader de reconnaissance tactique équipé de Junkers Ju-188

-Un groupe indépendant de reconnaissance équipé de Focke-Wulf Fw-189 et de

Fieseler Fi-156 Storch

-Une escadre de transport équipé de Junkers Ju-90 (½) et de Junkers Ju-52/3m (½).

-Des unités de planeurs et d’écolage

Luftflotte 4 (Vienne)

Cette 4ème flotte aérienne qui couvre le sud-est de l’Allemagne dispose des moyens suivants :

-Deux Geschwader de chasse, un équipé de Me-109 et le second de Fw-190

-Un Geschwader de chasse lourde équipé de Me-410

Ces trois escadres forment un Fliegerkorps

-Deux Geschwader de bombardement horizontal, un équipé de Heinkel He-179 et un

second équipé de Dornier Do-217

-Un Geschwader de bombardement en piqué équipé de Junkers Ju-87

Ces trois escadres forment un Fliegerkorps

-Un groupe de reconnaissance tactique équipé de Focke-Wulf Fw-189 et de

Fieseler Fi-156 Storh

-Des unités de planeurs et d’écolages

FallschirmjägerKorps

-3rd FliegerDivision

-5th FliegerDivision

-7th FliegerDivision

Allemagne (79) Armée de l’Air (12)

Heinkel He-179

Contrairement à ce qu’on à longtemps cru, l’Allemagne avait bien voulu développer une force de bombardement stratégique et non limiter sa force de bombardement à des bombardiers légers et moyens adaptés à l’appui des troupes au sol mais moins à l’aise pour attaquer les infrastructures ennemis.

Seulement voilà mettre sur pied une force de bombardement stratégique réclame du temps et de l’argent. La guerre approchant, la priorité allant à l’appui des troupes au sol, la Luftwafe sacrifia ses projets de bombardiers rapides et privilégia la construction des bombardiers médians Junkers Ju-88, Heinkel He-111 et Dornier Do-17.

La guerre de Pologne s’arrêtant plus tôt que prévu, les allemands peuvent envisager à nouveau le dévellopement de bombardiers lourds en l’occurrence deux modèles, le Heinkel He-177 et un hexamoteur géant, le Focke-Wulf Ta-400.

L'infortuné Heinkel He-177

L’infortuné Heinkel He-177

Le développement du Heinkel He-177 Greif (griffon) fût un véritable calvaire à tel point que l’appareil fût rapidement surnommé Luftwaffenfeuerzeug, le briquet de la Luftwafe en raison de sa prompention à prendre feu, la surchauffe des moteurs (deux par nacelle) se révélant impossible à résoudre.

La maquette fût complétée en novembre 1937 et le premier vol eut lieu le 9 novembre 1939, se terminant au bout de douze minutes suite à une surchauffe des moteurs. Il fût suivit de tsept autres prototypes, le quatrième s’écrasant en mer Baltique après avoir été incapable de se remettre d’un piqué modéré, le cinquième s’écrasant au sol.

Face à des problèmes constants et le bureau d’études d’Heinkel perdant patience, le projet est abandonné en septembre 1941.

Il se dit alors que jamais la Luftwafe ne possédera de bombardiers lourds mais en mars 1942, le programme est relancé sous une nouvelle forme.

Baptisé Heinkel He-177B, ce nouvel appareil reprenait le fuselage du Heinkel He-177 mais avec quatre moteurs séparés. Deux prototypes sont commandés officiellement en août 1942, le Heinkel He-177B V-1 effectuant son premier vol le 5 mai 1943 et le second (Heinkel He-177B V-2) décollant pour la première fois le 8 juillet 1943.

Les performances sont nettement meilleures et les autorités de la Luftwafe décident de commander le nouvel appareil en série en décembre 1943 pour équiper deux escadres (Geschwader) de trois Gruppen de trois escadrilles (Staffel) de six appareils soit un total de 108 appareils.

La guerre civile perturbe gravement la production de l’appareil qui ne démarre réellement qu’en septembre 1945, les premiers appareils étant en livrés en janvier 1946 sous la nouvelle désignation Heinkel He-179,les derniers l’étant en mars 1947.

Deux appareils sont perdus avant septembre 1948, le premier le 4 mars 1946 au cours d’un vol d’entrainement, l’appareil s’écrase près de Pennmunde en Poméranie (équipage tué) et le second le 14 août 1948 mais l’équipage parvient à s’en sortir.

Quand le conflit éclate le 5 septembre 1948, les Heinkel He-179 vont mener des opérations de mouillage de mines au large des ports britanniques et de certains ports français, belges et néerlandais.

Ce n’est qu’à partir du 15 septembre 1948 que des cibles industrielles françaises et britanniques vont être visées, les agglomérations étant pour le moment interdites dans le cadre d’un accord tacite entre belligérants qui craignent que le conflit ne dégénère.

Caractéristiques Techniques du Heinkel He-179

Type : bombardier lourd quadrimoteur

Poids : à vide 17500kg en charge 33000kg

Dimensions : longueur 22m envergure 31.44m hauteur 6.67m

Motorisation : quatre Daimler-Benz DB-612 de 2300ch chacun dans des nacelles séparées

Performances : vitesse maximale 570 km/h à 6000m rayon d’action de combat 1540km distance franchissable 4500km plafond opérationnel 8500m

Armement : un canon de 20mm et une mitrailleuse de 13mm (ou deux de 7.92mm) dans la gondole ventrale d’observation, deux mitrailleuses de 7.92mm dans le nez, deux mitrailleuses de 7.92mm en postes latéraux, deux mitrailleuses de 7.92mm en tourelle dorsale et une mitrailleuse de 13mm en poste de queue. 6400 kg de bombes répartis entre des bombes ou deux torpilles en soute et deux sous les ailes.

Equipage : neuf hommes

Focke-Wulf Ta-400

Maquette du Focke-Wulf Ta-400

Maquette du Focke-Wulf Ta-400

Dans la période précédent le second conflit mondial, durant la Pax Armada, l’Allemagne envisage un conflit avec les Etats-Unis. Se pose la question de pouvoir frapper les Etats-Unis depuis l’Allemagne, nécessitant un bombardier à très long rayon d’action.

C’est le projet Amerika qui voit plusieurs constructeurs proposer leurs solutions pour un bombardier rapide et bien armé. Seule la firme Focke-Wulf proposa un projet vraiment abouti, le Ta-400, un avion hexamoteur.

Deux prototypes sont commandés en septembre 1942, appareils livrés en juin 1943 et mars 1944,des appareils intensivement testés qui aboutissent à la commande de douze appareils dont la construction est menée entre septembre 1944 et novembre 1945.

L’apparition de ce formidable appareil entrainera la riposte française avec un intercepteur lourd, le Dewoitine D-555 et un bombardier hexamoteur, l’Amiot 415 basé en Tunisie.

Caractéristiques Techniques du Focke-Wulf Ta-400

Type : bombardier lourd hexamoteur

Masse : en charge 60000kg

Dimensions : longueur 28.7m envergure 45.8m hauteur 5.70m

Motorisation : six moteurs radiaux BMW-801F développant 2700ch chacun

Performances : vitesse maximale 540 km/h Distance franchissable 9000km

Armement : dix canons de 20mm MG-151 répartis en cinq tourelles doubles 10000kg de bombes