Pologne et Pays Neutres (87) Suède (22)

Sous-marins

Les trois unités de classe Hajen au mouillage

-En septembre 1939 les sous-marins les plus anciens de la Svenska Marinen sont les trois unités formant la Classe Hajen, des sous-marins baptisés Hajen Salen Valroose mis en service en 1920.

Ils sont désarmés respectivement en 1943, 1942 et 1943 remplacés par des type III allemands construits sous licence en Suède et dont ils reprennent les noms.

Ils servent de pontons électriques pour recharger les batteries de leurs homologues encore en service avant d’être démolis à la fin du conflit pour fournir de l’acier et compenser les pénuries dont souffrait la Suède.

Ces sous-marins déplaçaient 392 tonnes en surface et 422 tonnes en plongée, mesurant 54m de long pour 5.20m de large et 3.50m de tirant d’eau.

Disposant d’une propulsion diesel-électrique (deux moteurs diesels de 1000ch et deux moteurs électriques de 350ch) entrainant deux hélices ils affichaient des performances honorables pour leur époque avec une vitesse maximale en surface de 15.5 nœuds et de 9 nœuds en plongée, une distance franchissable de 3300 miles nautiques à 10 nœuds et de 54 miles nautiques à 6 nœuds.

L’armement se composait d’un canon de 75mm sur le pont et de quatre tubes lance-torpilles de 450mm avec huit torpilles, l’équipage se composant de 30 hommes.

Le HMS Illern

-A la classe Hajen succède les trois unités de la classe Bävern (Bävern Illern Uttern) mises en service en 1921. Ces navires sont désarmés respectivement en 1944, 1944 et 1943, leurs noms étant également repris pour des sous-marins type III construits sous licence.

Le Bävern sert de ponton-école pour les futurs sous-mariniers jusqu’en 1952 quand une voie d’eau d’origine suspecte entraine son naufrage. L’épave entre deux eaux n’est pas relevée mais remorquée à distance pour servir de but sonar aux oreilles d’or suédoises.

L’Uttern est placé comme brise-lame à Karlskrona pour protéger un mouillage et ce jusqu’en 1957 quand la coque est envoyée à la démolition. L’Uttern sert de ponton électrique pour recharger les batteries mais coule dès septembre 1945 (relevée la coque est envoyée à la ferraille).

Ces navires déplaçaient 429 tonnes en surface mais 472 tonnes en plongée, mesurant 57.m de long pour 5.80m de large et un tirant d’eau de 3m.

Disposant d’une propulsion diesel-électrique (deux moteurs diesels de 1050ch et deux moteurs électriques de 260ch) entrainant deux hélices ils affichaient des performances honorables pour leur époque avec une vitesse maximale en surface de 15.2 nœuds et de 8.2 nœuds en plongée, une distance franchissable de 3000 miles nautiques à 15 nœuds et de 54 miles nautiques à 6 nœuds.

L’armement se composait d’un canon de 75mm sur le pont et de quatre tubes lance-torpilles de 450mm avec huit torpilles, l’équipage se composant de 28 hommes.

-Le Valen est le premier sous-marin mouilleur de mines de la marine suédoise. Mis en service en 1925, il aurait du être désarmé en 1944 mais il est finalement profondément modernisé pour tenir quelques années de plus.

Il fera mieux que cela puisqu’il sera désarmé en mars 1955 et démoli après trente ans de carrière.

Ce sous-marin déplaçait 548 tonnes en surface et 730 tonnes en plongée, mesurant 57.10m de long pour 7.10m de large et un tirant d’eau de 3.10m.

Disposant d’une propulsion diesel-électrique (deux moteurs diesels de 670ch et deux moteurs électriques de 350ch) entrainant deux hélices il pouvait atteindre une vitesse maximale en surface de 14.8 nœuds et de 7.4 nœuds en plongée, une distance franchissable de 3000 miles nautiques à 10 nœuds et de 54 miles nautiques à 6 nœuds.

L’armement se composait d’un canon de 75mm sur le pont et de quatre tubes lance-torpilles de 450mm avec huit torpilles et de 20 mines (certaines sources mentionnent la présence d’un canon antiaérien de 25mm), l’équipage se composant de 31 hommes.

Le HMS Draken

-Les trois sous-marins formant la Classe Draken sont pour ainsi dire des miraculés car sans le déclenchement du second conflit mondial en septembre 1948 ils auraient été désarmés. Initialement conçus comme sous-marins mouilleurs de mines ils sont finalement achevés comme sous-marins d’attaque. Ils sont mis en service en 1929 (Draken Gripen) et 1931 (Ulven).

Usés par un service intensif ces trois submersibles sont désarmés durant le conflit, le Draken en septembre 1951, le Gripen en octobre 1952 et le Ulven en mars 1953 après avoir été endommagé dans une collision avec un cargo. Ils sont tous démolis dans l’immédiat après guerre.

Les unités de la classe Draken déplaçaient 667 tonnes en surface mais 850 tonnes en plongée, mesuraient 66.20m de long pour 6.20m de large et un tirant d’eau de 3.30m.

Disposant d’une propulsion diesel-électrique (deux moteurs diesels de 960ch et deux moteurs électriques de 500ch) entrainant deux hélices ils pouvaient atteindre une vitesse maximale en surface de 13.8 nœuds et de 8.3 nœuds en plongée, une distance franchissable de 5600 miles nautiques à 10 nœuds et de 38 miles nautiques à 6 nœuds, l’immersion maximale étant de 60m.

L’armement se composait d’un canon de 105mm sur le pont, d’un canon antiaérien de 25mm et de quatre tubes lance-torpilles de 533mm avec huit torpilles, l’équipage se composant de 35 hommes.

Comme nous l’avons vu plus haut les trois sous-marins de classe Draken devaient être des sous-marins mouilleurs de mines mais au cours du programme les priorités ont changé.

Le HMS Delfinen

C’est donc les trois unités de la Classe Delfinen qui vont compléter le Valen dans la mission de poser des bouchons de mines pour rendre impensable le passage de navires ennemis dans les eaux suédoises (à moins bien que sur qu’on ne préfère pas un usage plus offensif).

Ces trois sous-marins baptisés Delfinen Nordkapen et Springaren sont mises en service en 1936 et vont servir au sein de la Svenska Marinen jusqu’en 1955 quand ces unités sont désarmées puis démolies.

Ces navires déplaçaient 540 tonnes en surface et 720 tonnes en plongée, mesurant 63.1m de long pour 6.40m de large et 3.40m de tirant d’eau.

Disposant d’une propulsion diesel-électrique (deux moteurs diesels de 600ch et deux moteurs électriques de 400ch) entrainant deux hélices ils atteignaient une vitesse maximale en surface de 15 nœuds et de 9 nœuds en plongée, une distance franchissable de 3000 miles nautiques à 14 nœuds et de 54 miles nautiques à 6 nœuds, l’immersion maximale de 60m (non confirmée).

L’armement se composait d’un canon de 57mm, d’un canon de 25mm, de quatre tubes lance-torpilles de 533mm avec huit torpilles et de 20 mines, l’équipage se composant de 34 officiers et marins.

HMS Sjölejonet

Les unités de la Classe Sjölejonet sont conçus à partir de 1934 par la firme Kockums qui tire ici la quintescence de l’expérience suédoise en matière de conception sous-marine, expérience qui doit également beaucoup à des ingénieurs allemands qui en raison du traité de Versailles devaient monayer leurs talents à l’étranger.

Trois unités sont initialement prévues mais six autres sont commandées au moment où éclate la guerre de Pologne. En dépit du fait que ce conflit se termine rapidement, la construction se poursuit tout comme une «suédisation» du type III allemand pour une production sous licence, un choix qui fit tousser au pays.

Les neuf unités de classe Sjölejonet sont mis en service en 1938 (Sjölejonet), en 1939 (Sjöbjornen Sjöhunden), en 1941 (Svärdfisken Tumlaren Dykaren Sjöhasten) et en 1942 (Sjöborren), servant jusqu’à la fin des années soixante et le début des années soixante-dix après une solide modernisation comparable à notre programme programme AMTATE (Améliorations Tactiques et Techniques).

Ces sous-marins déplaçaient 580 tonnes en surface et 760 en plongée, mesurant 64.20m de long pour 6.40m de large et un tirant d’eau de3.40m.

Propulsés par deux moteurs diesels MAN de 1050ch chacun et par deux moteurs électriques de 500ch, entrainant deux hélices, ils pouvaient atteindre la vitesse maximale de 16.2 nœuds en surface et de 10 nœuds en plongée. Ils pouvaient plonger à 60m (information non confirmée) et pouvaient franchir 3000 miles nautiques à 10 nœuds en surface et de 54 nautiques à 6 nœuds.

L’armement se composait de deux canons de 40mm en tubes étanches, six tubes lance-torpilles de 533mm (trois de proue, un de poupe et deux orientables) avec dix torpilles.

-Les neuf sous-marins du type U sont entrés dans l’histoire non pas pour leurs performances ou leurs exploits guerriers mais par le fait qu’ils vont être les seuls sous-marins suédois à ne pas posséder de nom, la raison de ce choix étant encore ignoré aujourd’hui. Ces navires sont mis en service en 1942 (U-) en 1943 (U-2 et U-3) et en 1944 (U-4 à U-9). Ces sous-marins sont restés en service jusqu’en 1959 quand ils ont été désarmés puis démolis à l’exception du U-3.

Ces submersibles déplaçaient 367 tonnes en surface mais 450 tonnes en plongée, mesurant 49.6m de long pour 4.70m de large et 3.80m de tirant d’eau.

Propulsés par un diesel-générateur MAN entrainant deux moteurs électriques pour une puissance propulsive globale de 1350ch, ils atteignaient la vitesse maximale de 13.8 nœuds en surface et de 7.5 nœuds en plongée, la distance franchissable étant de 3000 miles nautiques à 14 nœuds et de 54 nautiques à 6 nœuds en plongée.

L’armement se composait d’un canon de 20mm et de quatre tubes lance-torpilles de 533mm avec huit projectiles (trois tubes à l’avant et un à la poupe), l’équipage se composant de 32 officiers et marins.

Les trois sous-marins de Classe Neptun (Neptun Najad Näcken) sont trois sous-marins mouilleurs de mines mis en service en 1943. Derniers de leur type au sein de la marine suédoise, ils effectuèrent une carrière honorable, le Neptun étant perdu suite à l’explosion d’une mine défectueuse le 17 mars 1952 (épave retrouvée en 1965), les deux autres étant désarmés en 1959 et 1961 respectivement puis démolis.

Ces sous-marins déplaçaient 550 tonnes en surface mais 730 tonnes en plongée, mesurant 62.6m de long pour 6.40m de large et 3.40m de tirant d’eau. Les deux moteurs diesel MAN développant 1800ch et les deux moteurs électriques développant 1000ch leur permettant d’atteindre la vitesse de 15 nœuds en surface et de 10 nœuds plongée. Ils pouvaient franchir 3000 miles nautiques à 14 nœuds en surface et 54 miles nautiques à 6 nœuds.

L’armement se composait de cinq tubes lance-torpilles de 533mm (trois à l’avant et deux à l’arrière) avec dix torpilles, vingt mines, un canon de 40mm et un de 20mm, l’équipage se composant de 35 officiers et marins.

-La Suède n’à aucun problème pour concevoir et fabriquer des porte-avions. Voilà pourquoi la décision d’acquérir la décision de fabrication des Type III à provoqué une petite polémique au pays de Nobel et de Fersen.

Ces six sous-marins baptisés Hajen Salen Valroose Bavern Illern et Uttern sont mis en service en 1945 pour les trois premiers et en 1947 pour les trois derniers.

Ces submersibles vont opérer en Baltique, le Haljen est perdu le 8 janvier 1953 victime d’un hydravion allemand qui le pris pour un sous-marin ennemi. Le Salen victime d’un incendie à quai le 17 mars 1954 est jugé trop endommagé pour être réparé, désarmé puis démoli après récupération de tout ce qui était récupérable. Les quatre autres sont désarmés entre 1959 et 1961 et démolis.

Les sous-marins de la Classe Hajen déplaçaient 480 tonnes en surface et 594 tonnes en plongée, mesurant 53.97m de long pour 5.22m de large et 4.57m de tirant d’eau.

Ils étaient propulsés par deux diesels MWM de 550ch en surface et par deux moteurs électriques de 305ch, les moteurs entrainant deux hélices.

Ils pouvaient filer à 13.5 nœuds en surface et à 9 nœuds en plongée, plonger à 150m, franchir 5850 miles nautiques à 8 nœuds en surface et 66 miles nautiques à 4 nœuds en plongée.

Ils étaient armés d’un canon de 37mm, d’un canon de 20mm, de quatre tubes lance-torpilles de 533mm concentrés à la proue avec six torpilles (quatre dans les tubes et deux en réserve) ou douze mines TMA. L’équipage se composait de 32 officiers et marins.

Allemagne (41) Ordre de Bataille (2)

U-Bootwafe

Littéralement force sous-marine, cette escadre dont l’état-major est sis à Berlin est organisé de la manière suivante :

-Commandement supérieur des sous-marins (Oberkommando der U-bootwafe) installé à Berlin

-West kommando der U-Boot (Wilhelmshaven)

Le W-K dispose de quatorze flottilles de sous-marins soit un total de 110 sous-marins standards auxquels s’ajoutent les quatre croiseurs sous-marins, deux ravitailleurs et deux sous-marins mouilleurs de mines qui sont eux placés hors rang, directement sous l’autorité du commandement ouest des sous-marins.

Six flottilles sont stationnées à Wilhelmshaven, six à Wesermünde et les deux dernières sur l’île d’Heligoland.

Six sont équipées de type VII et huit autres sont équipées de type IX.

1. U-flottile (Wilhelmshaven) : U-28, U-30,U-32,U-34 (type VIIA) U-46 et U-48 (type VIIB)

3. U-flottille (Wesermünde) : U-29, U-31,U-33, (type VIIA),U-47,U-49,U-51 et U-53 (type VIIB)

5. U-flottile (Wilhelmshaven) : U-50, U-52,U-54,U-55,U-73,U-74,U-75 et U-76 (type VIIB)

7. U-flottile (Wesermünde) : U-83,U-84,U-85,U-86,U-87,U-99,U-100 et U-101 (type VIIB)

9. U-flottile (Wilhelmshaven) : U-102 (type VIIB), U-69,U-70,U-71,U-72,U-77,U-78,U-79 (type VIIC)

11. U-flottile (Heligoland) : U-80, U-81,U-82,U-88,U-89,U-90,U-91 et U-92

13. U-flottile (Heligoland) : U-37, U-38,U-41 (type IXA) U-110 (type IXB) U-189 U-190 (type XB)

15. U-Flottile (Wesermünde) : U-43, U-44 (type IXA) U-64, U-65, U-122, U-124, U-103,U-104 (type IXB)

17. U-Flottile (Wilhelmshaven) : U-105, U-107, U-109, U-111, U-123, U-167 (type IXB), U-66 et U-67 (type IXC)

19. U-Flottile (Wesermünde) : U-106, U-108, (type IXB), U-68, U-126,U-128,U-130 U-154 (type IXC) U-184 (type IXD)

21. U-Flottile (Wilhelmshaven) : U-125,U-127, U-129, U-131,U-153,U-155 et U-157 (type IXC) U-177 (type IXD)

23. U-Flottile (Wesermünde) : U-156, U-158, U-160,U-162,U-164,U-166 (type IXC), U-146 et U-148 (type IXD)

25. U-Flottile (Wilhelmshaven) : U-159, U-161,U-163 et U-165 (type IXC) U-145, U-147,U-149 et U-151 (type IXD)

27. U-Flottile (Wesermünde) : U-150, U-152,U-178,U-179, U-180,U-181,U-182 et U-183 (type IXC)

-Quatre croiseurs sous-marins type XI (U-112,U-113, U-114 et U-115) stationnés à Wilhelmshaven, placés hors-rang car destinés à la guerre de course.

-Deux ravitailleurs type XIV stationnés à Wesermünde, les U-185 et U-187. Eux aussi sont placés hors-rang, leur mission étant de ravitailler les U-Boot dans l’Atlantique.

Ost kommando der U-Boot (Kiel)

Commandant tous les U-Boot stationnés en mer Baltique, il dispose des moyens suivants :

-2. U-Flottile (Kiel) : U-93, U-95, U-97,U-132,U-133,U-134 (type VIIC),U-136 et U-140 (type VIID)

-4. U-Flottile (Kiel) : U-94, U-96, U-98, U-139, U-141, U-142, U-144,U-146

-6. U-Flottile (Rügen) : U-1, U-3, U-5 (type IIA) U-7,U-9,U-11,U-13 (type type IIB)

-8. U-Flottile (Rügen) : U-2, U-4, U-6 (type IIA), U-8, U-10, U-14 (type IIB)

-10. U-Flottile (Swinenmunde) : U-17, U-19,U-21,U-23 (type IIB), U-59, U-61, U-63 (type IIC) et U-137 (type IID)

-12. U-Flottile (Swinenmunde) : U-18, U-20,U-22, U-24 (type IIB), U-56, U-58, U-62 (type IIC) U-138 (type IID)

-14. U-Flottile (Rügen) : U-168, U-169,U-170,U-171, U-172 et U-173 (type III)

-Deux sous-marins mouilleurs de mines type XB, les U-191 et U-192

-Deux sous-marins ravitailleurs/transport de troupes type XIV, les U-186 et U-188

Oberkommando der Leichte Boot (OLB)

Ce commandement installé à Wesermunde regroupe les navires légers de combat et d’escorte de la Kriegsmarine qu’il s’agisse des torpilleurs, des vedettes lance-torpilles S-Boote, des R-Boote et des différents type d’escorteurs (Geleitboote et M-Boote).

Etat-Major OLB : Wesermunde

Befehshaber der Torpedoboote : Wilhelhmshaven

 

KMS T-9, un torpilleur type 35

KMS T-9, un torpilleur type 35

Ce commandement regroupe sous son autorité les flottilles de torpilleurs (Torpedobooteflottille) mais également les escorteurs construits pour protéger la navigation côtière et à terme les convois ravitaillant les conquêtes.

1. Torpedobooteflottille (Kiel): Torpilleurs type 35 : T.2 T.4 T.9 et T.10

2. Torpedobooteflottille (Wilhelhmshaven) : Torpilleurs type 35 : T.5 T.6 T.7 T.8 T.11 et T.12

3.Torpedobooteflottille (Swinnenmunde) : Torpilleurs type 37 : T.15 T.17 T.19 et T.21

4. Torpedobooteflottille (Wilhelhmshaven) : torpilleurs type 39 T.22 T.24 et T.26

5. Torpedobooteflottille (Swinnenmunde) : torpilleurs type 37 T.14 T.16 T.18 et T.20

6. Torpedobooteflottille (Kiel): torpilleurs type 39 T.23 T.25 T.27 et T.29

7. Torpedobooteflottille (Rügen) : torpilleurs type 39 T.30, T.32, T.34 et T.36

8. Torpedobooteflottille (Heligoland) : trois torpilleurs type 39, les T.31 T.33 et T.35 complétés par les deux premiers type 1943, des torpilleurs T.37 et T.38.

9. Torpedobooteflottille (Rügen) : quatre torpilleurs type 1943, les T.39 T.40 T.41 et T.42

-Les deux derniers (T.43 et T.44) sont placés hors-rang et basés à Kiel où ils devaient sans le déclenchement former une 10. Torpedobooteflottille avec les premiers type 46. Avec les pertes du conflit, ils devraient remplacer les navires perdus au sein des flottilles existantes.

Befehshaber der Geleitboote

Ce commandement regroupe sous son autorité les flottilles d’escorteurs (Geleitbooteflottille) :

– 1. Geleitboote Flottille (Kiel) : G.1, G.3, G.5,G.7,G.9 et G.11

2. Geleitboote Flottille (Wilhelhmshaven) : G.2 G.4 G.6 G.8 G.10 et G.12

3. Geleitboote Flottille (Swinnenmunde) : G.13 G.15 G.17. Les G.19, G.21 et G.23 sont en achèvement à flot quand éclate le second conflit mondial. Leur intégration à la flottille n’est donc pas assurée, surtout en cas de pertes importantes dans les deux premières Geleitboote Flottille.

4. Geleitboote Flottille (Wilhelhmshaven) : G.14 G.16 G.18. Les G.20, G.22 et G.24 sont en achèvement à flot quand les allemands déclenchent l’opération Weserübung. Leur situation est identique aux navires décrits plus haut.

Hors-Rang :

-Chalutiers armés servant de piquet-radar en mer du Nord dans la baie d’Heligoland : Freyr Heimdal Munin Sigfrid Volker Wotan

-Garde-pêches Weser et Elbe utilisés en temps de guerre comme patrouilleurs de surveillance côtière
-patrouilleurs fluviaux (sur le Danube) Bechelaren et Birago

-Quatre patrouilleurs (P.1 P.2 P.3 et P.4) sur le Rhin accompagnés de douze vedettes
Befehshaber der Minensucherboote

Ce commandement des navires de guerre des mines à sous son autorité dix flottilles de guerre des mines :

M-Boote type M-1935

-1. Minensucherboote Flottille stationnée à Wilhelmshaven M.13 M.15 M.17 M.19,M.21 et M.23.

-2. Minensucherboote Flottille stationnée à Kiel qui dispose des M.2 M.6 M.9 M.10 M.11 et M.12

-3. Minensucherboote Flottille stationnée à Wilhelmshaven qui dispose des M.1 M.3 M.4 M.5,M.7 et M.8.

M-Boote type M-1940

-5ème Minensucherboote Flottille (Rugen) : M.27 M.29 M.31 M.33 et M.35

-6ème Minensucherboote Flottille (Cuxhaven) : M.26 M.30 M.32 M.34 et M.36

-7ème Minensucherboote Flottille (Swinenmünde) : M.37 M.39 M.41 M.43 et M.45

-8ème Minensucherboote Flottille (Rugen) : M.40 M.42 M.44 M.46 et M.48

M-Boote type M-1943

-9. Minensucherboote Flottille stationnée à Heligoland avec les dragueurs de mines M.49 M.51 M.53 M.55 M.57 et M.59

-10. Minensucherboote Flottille stationnée à Wesermünde avec les dragueurs de mines M.50 M.52 M.54 M.56 M.58 et M.60

Befehshaber der Schnellboote

Ce commandement regroupe à la fois les vedettes lance-torpilles mais également les R-Boote chargés de les appuyer. Les différentes flottilles sont regroupés dans commandements régionaux, un pour la Mer du Nord, un autre pour la Baltique.

S-Boote en mer

S-Boote en mer

1. Schnellbooteflottille (Swinenmunde) : S.33 S.35 S.37 S.39 S.41 S.43 S.47 S.80
2. Schnellbooteflottille (Heligoland) : S.17 S.19 S.21 S.23 S.25 S.29 S.31 S.81

3. Schnellbooteflottille (Kiel) S.48 S.50 S.52 S.54 S.56 S.58 S.60 et S.62

4. Schnellbooteflottille (Wilhelhmshaven) : S.16 S.18 S.20 S.22 S.24 S.26 S.28 S.82

5. Schnellbooteflottille (Rügen) : S.49 S.51 S.53 S.55 S.61 S.63 S.83 S.84

6.Schnellbooteflottille (Wesermunde): S.32 S.34 S.36 S.38 S.40 S.42 S.46 S.85

7. Schnellbooteflottille (Rugen) : S.64 S.66 S.68 S.70 S.72 S.74 S.76 et S.78

8. Schnellbooteflottille (Kiel) : S.65 S.67 S.69 S.71 S.73 S.75 S.77 et S.79

1. Raum-Boote Flottille (Kiel) R.1 R.3 R.5 R.7 R.9 et R.11

2. Raum-Boote Flottille (Heligoland) R.2 R.4 R.6 R.8 R.10 et R.12

3. Raum-Boote Flottille (Swinenmünde) R.13 R.15 R.17 R.19 R.21 et R.23
4. Raum-Boote Flottille (Wilhelmshaven) R.14 R.16 R.18 R.20 R.22 et R.24

5. Raum-Boote Flottille (Kiel) R.25 R.26 R.27 R.28 R.29 et R.30

6. Raum-Boote Flottille (Wesermünde) R.32 R.34 R.36 R.38 R.40 et R.42

7. Raum-Boote Flottille (Rügen) R.31 R.33 R.35 R.37 R.39 et R.41

8. Raum-Boote Flottille (Heligoland) R.43 R.44 R.45 R.46 R.47 et R.48.

Oberkommando der Unterstützung Schiff (Commandement supérieur des navires de soutien)

Ce commandement installé à Gotenhafen regroupe sous son autorité tous les navires de soutien de la marine allemande, essentiellement des pétroliers et des ravitailleurs. Fait étonnant, les navires amphibies construits avant guerre dans le cadre d’expérimentation dépendent de ce commandement.

Ce commandement à autorité sur deux commandements régionaux, un pour la mer du Nord et un pour la mer Baltique.

KMS Altmark

KMS Altmark

-Pétrolier-ravitailleurs classe Dithmarschen : Dithmarschen et Westerwald à Wilhelhmshaven, Altmark Havel et Franken à Kiel, Ermland et Havelland à Swinnenmunde, Uckermark et Nordmark à Rügen.

-Ravitailleurs classe OstSee : OstSee à Kiel, NordSee à Heligoland et Indischer Ozean à Wilhelhmshaven

-Ravitailleurs pour sous-marins Saar Donau Mosel Weichsel Lech Isar Erwin Wassner Warnow et Memel, les deux premiers sont stationnés à Wilhelhmshaven, les deux suivants à Kiel, le Lech et l’Isar à Rugen, l’Erwin et le Wassner à Swinnenmunde, le Warnow à Heligoland et le Memel à Wesermünde

-Tenders pour les flottilles de sous-marin Acheron et Havel, ces deux navires étant d’anciens dragueurs de mines M.136 et M.113, ces deux navires sont stationnés à Wesermunde

-Bâtiments de barrage (Sperrübungsfahrzeugte) C3 C5 C9 C10 (stationnés à Wilhelhmshaven) C11 C13 C14 (Wesermunde) C16 MT1 (Kiel) MT2 C21 C22 (Swinemunde) C23 et C24 (Gotenhafen), les quatre derniers servant de tenders pour le transport de mines.

-Bâtiments hydrographes (Wermessungsschiffe) Meteor Norderoog Süderoog et Hooge, le premier étant stationné à Wilhelhmshaven, le second à Heligoland, le troisième à Rügen et le quatrième à Kiel

-Navires pour expérimentations (Versuchsboote) Strahl, Claus Van Bevern, Störtebecker Nautilus Arkona Otto Braun et Raule, ces quatre derniers navires étant d’anciens dragueurs de 1918, connaissant là une seconde carrière. Le Strahl et le Raule sont stationnés à Wilhelhmshaven, les trois suivants à Kiel, l’ Arkona Otto Braun sont eux stationnés à Swinemunde

-Transport de mines (Sperrübungsfahrzeugte) Lauting Otter et Rhein, le premier est stationné à Wilhelhmshaven, le deuxième à Kiel

-Bâtiments cibles télécommandés Zähringen et Hessen stationnés en Baltique à Kiel

-Conducteurs-remorqueurs de cibles (ex-torpilleurs) Pfeil Blitz stationnés à Rügen Komet et Ludwig Preusser déployés en Baltique, les deux derniers étant stationnés à Gotenhafen.

-A ces navires auxiliaires pouvant opérer en mer, s’ajoute des navires portuaires, des navires ne devant soit pas sortir du port ou rester à proximité d’une rade.

On trouve ainsi d’anciens torpilleurs utilisés comme tenders de sous-marins (T.155 T.156 T.158), comme tender de la flotte (T.196) ainsi que des dragueurs déclassés Brommy Von der Grösse et Nettelbeck.

On trouve aussi des navires déclassés utilisés comme bâtiments-dépôts, le prédreadnought Hannover à Wilhelmshaven, les croieurs Amazone Arcona Hamburg Berlin et Medusa à Kiel.

-Navires amphibies : quatre navires type LSM, navires baptisés MarineInfanterieSchiff stationnés à Kiel, six pontons type MarineFährPrahm stationnés à Rügen, quatre Ferry Siebel stationnés à Wilhelhmshaven.

Allemagne (22) sous-marins (7)

SOUS-MARINS RAVITAILLEURS TYPE XIV

Sous-marin ravitailleur type XIV

Sous-marin ravitailleur type XIV

-Plus encore que les navires de surface, les sous-marins nécessitent un soutien logistique très important qu’il s’agisse de l’entretien ou de ravitaillement.

-La guerre sous-marine menée par l’Allemagne se heurte à une géographie contraignante et une absence de bases pour permettre aux sous-marins de se ravitailler et d’être réparés.

Les croiseurs auxiliaires et des ravitailleurs prépositionnés pouvaient soutenir les sous-marins mais au prix d’une certaine vulnérabilité.

D’où l’idée de sous-marins ravitailleurs pouvant faire surface hors de portée de l’ennemi pour transférer carburant, vivres, torpilles et munitions. La possibilité de transporter des hommes est envisagé même si cela ne doit pas être la mission principale.

Quatre sous-marins ravitailleurs type XIV sont commandés. Sur le plan technique, la coque des type XB est reprise mais sans armement principal, le seul armement étant composé de pièces légères.

Comme pour les sous-marins croiseurs type XI, la construction des type XIV est assurée par les chantiers navals de Lübeck.

-Les U-185 et U-186 sont mis en service en juillet 1943, le U-187 en septembre, le U-188 l’étant en janvier 1945.

-Navires de 1850 tonnes en surface (2500 tonnes en plongée), mesurant 89.80m de long sur 9.20m de large avec un tirant d’eau de 4.71m

-Vitesse maximale de 16 noeuds en surface et de 7 noeuds en plongée avec une immersion maximale de 220m

-L’armement se limite à deux affûts doubles de 37mm. Ils embarquent 500 tonnes de carburant, vingt torpilles et 250 tonnes de vivres.

SOUS-MARINS TYPE XII

-La technologie évolue vite surtout à l’époque ce qui oblige les bureaux d’études à avoir un, deux voir trois coups d’avance.

-Premières études lancées dès 1940 en partant des sous-marins existants, en exploitant ce qu’on appelle pas encore le retour d’expérience sans parler des informations recueillies à l’étranger, les type XII s’inspirant ainsi des Rolland Morillot de la marine française.

-Coque plus hydrodynamique, soudure pour les deux coques, kiosque profilé et une augmentation du nombre des batteries pour améliorer la vitesse en plongée.

-Douze navires (U-193 à U-204) sont commandés en septembre 1942 mais leur mise sur cale prévue au printemps 1943 est reportée en raison de la guerre civile.

-Les douze sous-marins ne sont mis sur cale qu’à l’automne 1946 et au printemps 1947, ce retard de près de quatre ans s’expliquant à la fois par la guerre civile mais également par une pénurie d’acier, une pénurie relative mais une pénurie quand même.

Quand le conflit éclate en septembre 1948, les premiers sous-marins sont sur le point d’être mis en service, la mise au point étant d’ailleurs accéléré, les type XII devant remplacés les premiers sous-marins perdus avec des équipages souvent novices.

-Quand éclate le second conflit mondiale, le U-193 entame ses essais à la mer tout le U-194 alors que le U-195 terminait ses essais à la mer.

-Les U-196 U-197 et U-198 sont sur le point d’entamer leurs essais constructeurs alors que les U-199 U-200 U-201 U-202 U-203 et U-204 sont en armement à flot

Douze autres sous-marins (U-217 à U-228) sont commandés le 20 septembre 1948 et mis sur cale quelques semaines plus tard mais ceci est une autre histoire.

-Navires de 2000 tW en surface et 2680 tW en plongée, mesurant 101m de long sur 8.24m de large avec un tirant d’eau de 5.20m

-Ils peuvent filer à 22 noeuds en surface et 9.5 noeuds en plongée avec une immersion maximale de 80m. Leur armement se compose d’un canon de 105mm à l’avant avec 200 obus, d’une DCA légère composée de deux canons de 37mm et de dix tubes lance-torpilles (six AV quatre AR) avec 28 torpilles dont dix dans les tubes.

SOUS-MARINS TYPE XVII

-La construction des type XII entame le renouvellement de la composante océanique de l’U-Bootewafe, le modèle type XII devant à terme remplacer les type VII et les type IX.

-Le type XII était un sous-marin adapté aux océans, aux grands espaces maritimes mais beaucoup moins fait pour la mer du Nord, la Baltique et les autres mers resserées, un modèle de sous-marin plus petit était nécessaire.

-Néanmoins, ce nouveau modèle devait être plus gros que les type II et III qui n’étaient pas considérés comme des modèles réussis.

-Paradoxalement, le projet aboutit à un sous-marin d’un déplacement approchant de celui des type VII, des sous-marins considérés comme océaniques et non côtiers.

-Le projet final validé en septembre 1945 dessinait un sous-marin de 720 tonnes en surface (950 tonnes en plongée), un sous-marin disposant d’un armement solide en torpilles (six tubes avant et quatre à l’arrière) avec un canon de 88mm et un affût double de 37mm.

Douze sous-marins (U-205 à U-216) sont donc commandés en janvier 1946, la construction étant attribuée aux chantiers navals Howaldtswerke de Kiel qui les met sur cale au printemps 1946 pour les six premiers et quand éclate le second conflit mondial, ils sont sur le point pour ses six là (U-205 U-206 U-207 U-208 U-209 et U-210) d’entrer en service.

Les six autres (U-211 U-212 U-213 U-214 U-215 et U-216) mis sur cale à l’automne 1947 sont donc encore en construction quand éclate le second conflit mondial.

-Navires de 720 tonnes en surface et de 950 tonnes en plongée, mesurant 70m de longsur 6.10m de large et un tirant d’eau de 3.3m.

-Vitesse maximale de 18 nœuds en surface, de 10 nœuds en plongée avec une immersion maximale de 150m.

-Ils sont armés d’un canon de 88mm installé sur l’avant du pont avec 120 obus, un affût double de 37mm antiaérien, dix tubes lance-torpilles de 533mm (six avant et quatre arrière) avec dix torpilles dans les tubes et cinq de réserve.

Allemagne (18) sous-marins (3)

SOUS-MARINS TYPE VII

Le KMS U-87 (type VIIB) dans une mer un peu formée

-Premiers sous-marins conçus pour la Baltique et la mer du Nord où les distances sont courtes et les ports à proximité des zones d’opération. Les type IA, II et III ne sont absolument pas adaptés à l’Atlantique où les distances imposent des sous-marins nettement plus endurants sans oublier les distances de transit entre les ports allemands et les zones de chasse.

-Le design du type VII s’inspire des derniers modèles du premier conflit mondial qu’il s’agisse d’un projet mort-né (UG) et d’un modèle ayant été construit, le modèle UB-III.

-Projets étudiés à l’étranger, aboutissant à des sous-marins comparables à nos sous-marins de 2ème classe soit 600 à 700 tonnes.

-Plusieurs variante, le type VIIA composé de dix navires (U-27 à U-36) suivis de vingt-quatre type VIIB (U-45 à U-55 , U-73 à U-76, U-83 à U-87, U-99 à U-102), vingt-quatre type VIIC (U-69 à U-72 U-77 à U-82, U-88 à U-98, U-132 à U-134) et enfin huit type VIID (U-135 U-136 U-139 à U-144) soit un total de soixante-huit unités.

-La majorité des type VII sont encore en service en septembre 1948. Quatre ont été coulés durant la guerre de Pologne (U-27 U-35 U-36 et U-45) et deux sont perdus accidentellement entre les deux conflits (U-135 U-143).

-Seulement soixante-deux sous-marins type VII sont encore en service quand éclate le second conflit mondial.

Type VIIA

-Les dix sous-marins de cette variante (U-27 à U-36) sont mis en service pour neuf d’entre-eux en 1936, deux en août (U-27 et U-30), le U-33 en juillet, le U-34 et le U-28 en septembre, les U-29 et U-35 en novembre, les U-31 et U-36 en décembre, seul le U-32 entra en service en avril 1937.

-Deux sous-marins coulés durant la guerre de Pologne, les U-27 et U-36.

-Navires de 626 tonnes en surface (745 tonnes en plongée), mesurant 64.50m de long sur 5.85m de large avec un tirant d’eau de 4.37m.

-Vitesse maximale de 17 noeuds en surface (8 noeuds en plongée) et une immersion maximale de 220m.

-Ils sont armés d’un canon de 88mm à l’avant, d’un canon de 20mm et de deux mitrailleuses de 7.92mm sur le kiosque et surtout cinq tubes lance-torpilles (quatre avant et un arrière) avec onze torpilles.

Type VIIB

-Sur les vingt-quatre sous-marins de cette variante, quatre sont mis en service en 1938 (U-45 U-46 U-47 et U-51), sept en 1939 (U-48, U-49, U-50, U-52, U-53,U-54 et U-55), sept en 1940 (U-73, U-74, U-76, U-99, U-100, U-101 et U-102) et les six derniers en 1941 (U-75, U-83, U-84, U-85, U-86 et U-87).

-Navires de 753 tonnes en surface (857 tonnes en plongée), mesurant 66.50m de long sur 6.20m de large avec un tirant d’eau de 4.74m.

-Vitesse maximale de 17.9 noeuds en surface et de 8 noeuds en plongée avec une immersion maximale de 150m.

-Armement composé d’un canon de 88mm à l’avant, d’un canon de 20mm et de deux mitrailleuses de 7.92mm sur le kiosque, de cinq tubes lance-torpilles (quatre avant et un arrière) avec onze torpilles ou vingt-six mines.

Type VIIC

-Ces vingt-quatre sous-marins sont mis en service en 1940 (U-69 U-70 U-71 U-93 U-94 U-95 U-96 U-97 et U-98), en 1941 (U-72 U-77 U-78 U-79 U-80 U-81 U-82 U-88 U-89 U-90) et en 1942 (U-91 U-92 U-132 U-133 U-134).

-Ces navires sont toujours en service en septembre 1948

-Ces navires déplacent 769 tonnes en surface (871 tonnes en plongée), mesurant 67.10m de long sur 6.20m de large avec un tirant d’eau de 4.74m.

-Vitesse maximale de 17.7 noeuds en surface (7.6 noeuds en plongée) avec une immersion maximale de 220m.

-Ils sont armés d’un canon de 88mm installé sur le pont à l’avant (220 coups), un canon de 20mm et deux mitrailleuses de 7.92mm sur le kiosque, cinq tubes lance-torpilles (quatre avant et un arrière) avec quatorze torpilles ou vingt-six mines ou un mix des deux.

Type VIID

-Ces huit sous-marins sont mis en service en 1940 (U-139 U-140 U-141 U-142 U-143 U-144) et en 1941 (U-135 U-136)

-Le U-135 est perdu lors d’un accident de plongée en mer Baltique le 8 septembre 1942. Les autres sont toujours disponibles en septembre 1948.

-Navires de 780 tonnes en surface (893 tonnes en plongée), mesurant 67.70m de long sur 6.30m de large avec un tirant d’eau de 4.75m

-Vitesse maximale de 17.5 noeuds en surface, de 7.5 noeuds en plongée avec une immersion maximale de 220m

-Armement : un canon de 88mm C35 à l’avant avec 220 coups, un canon de 20mm et deux mitrailleuses de 7.92mm sur le kiosque 5 tubes lance-torpilles (quatre avant et un arrière) avec quatorzeze torpilles ou jusqu’à vingt-six mines

Allemagne (17) sous-marins (2)

Les différentes classes de sous-marins

Sous-marins type IA

Le U-25, sous-marin type IA

Le U-25, sous-marin type IA

-Premiers sous-marins construits pour la marine allemande depuis le premier conflit mondial, capitalisant sur l’expérience du premier conflit mondial, sur les projets étudiés à l’étranger et sur les sous-marins construits pour l’export.

-Premiers sous-marins océaniques de la marine allemande.

KMS U-24 mis en service en avril 1936, son sister-ship le KMS U-25 est admis au service actif un mois plus tard en mai.

-Ces sous-marins servent d’abord de sous-marins d’esssais et de propagande au régime nazi

-Plusieurs patrouilles de guerre durant la guerre de Pologne mais le conflit terminé, ils retournent à leur fonction de sous-marin-école en mer du Nord puis en Baltique quand le conflit éclata.

-Navires déplaçant 862 tonnes en surface et 982 tonnes en plongée, mesurant 72.39m de long sur 6.21m de large avec un tirant d’eau de 4.3m.

-Propulsion diesel-électrique vitesse maximale de 18.6 noeuds en surface et de 8.3 noeuds en plongée, Immersion 200m

-Armement composé d’un canon de 105mm, d’un canon de 20mm et de six tubes lance-torpilles (quatre avant et deux arrière) avec 14 torpilles ou 28 mines

Sous-Marins type II

Sous-marin type IIB

Sous-marin type IIB

-Les type II ont été conçus dans le même contexte que les deux type IA, en contournant les limitations du traité de Versailles par divers subterfuges.

-Plus précisément, les type II sont directement inspirés de trois sous-marins construits pour la Finlande qui eux mêmes avait été mis au point à partir des UC-III de la Kaiserliche Marine.

-Sous-marins côtiers, conçus pour opérer en mer du Nord et en mer Baltique, non pour la guerre de course dans l’Atlantique.

-Plusieurs variantes du type II, le type IIA (U-1 à U-6), le type IIB avec pas moins de dix-huits sous-marins (U-7 à U-24), le type IIC avec huit sous-marins (U-56 à U-63) et enfin le type IID réduit à deux unités (U-137 et U-138), la construction de quartorze autres navires étant abandonné au profit de six type III, une version améliorée des type II.

-En septembre 1939, six type IIA, dix-huit IIB et six IIC sont en service ou sont sur le point de l’être.

Neuf ans plus tard, si tous les type IIA et IID sont en service, deux type IIB (U-15 et U-16 coulés l’un par accident et l’autre au cours de la guerre de Pologne) et deux type IIC (U-57 et U-60) ont été perdus, le premier suite à un accident de plongée en Baltique et le second au cours de la guerre civile.

Type IIA

-Les sous-marins de cette variante sont tous mis en service en 1935 et tous disponibles en 1948 même si tous ne pourront pas participer aux opérations prévues pour eux.

-254 tonnes en surface et 303 tonnes en plongée, 40.90m de long sur 4.08m de large et un tirant d’eau de 3.83m.

-Vitesse maximale de 13 noeuds en surface et 6.9 en plongée avec une immersion maximale de 150m

-Armement composé de trois tubes lance-torpilles avant avec cinq torpilles (ou douze mines), un canon de 20mm et une ou deux mitrailleuses de 7.92mm

Type IIB

-Pour cette importante variante, les sept premiers (U-7 à U-13) ainsi que le U-17 sont mis en service au cours de l’année 1935, les autres (U-14 U-15 U-16 U-18 à U-24) sont mis en service en 1936, les U-15 et U-16 étant comme on l’à vu perdus durant la guerre de Pologne.

-Navires déplaçant 279 tonnes en surface et 328 tonnes en plongée, mesurant 42.70m de long sur 4.08m de large avec un tirant d’eau de 3.90m.

-Vitesse maximale de 13 noeuds en surface et 7 noeuds en plongée avec une immersion maximale de 150m

-Armement composé de trois tubes lance-torpilles avant avec cinq torpilles (ou douze mines), un canon de 20mm et une ou deux mitrailleuses de 7.92mm, ces mitrailleuses étant ultérieurement remplacées par un deuxième canon de 20mm.

Type IIC

-Les huit sous-marins de cette troisième variante du type II sont mis en service en 1938 (U-56 et U-57), en 1939 (U-58,U-59, U-60,U-61 et U-62) et en 1940 pour le U-63.

-Deux sous-marins sont perdus entre la guerre de Pologne et le second conflit mondial, le U-57 perdu lors d’un accident de plongée au large de Memel le 4 mars 1943 et le U-60 coulé le 4 mars 1944 par un Heinkel He115 rallié à Borman alors que le submersible surveillait le port de Kiel.

-Navires déplaçant 279 tonnes en surface et 328 tonnes en plongée, mesurant 42.70m de long sur 4.08m de large avec un tirant d’eau de 3.90m.

-Vitesse maximale de 13 noeuds en surface et 7 noeuds en plongée avec une immersion maximale de 150m

-Armement composé de trois tubes lance-torpilles avant avec cinq torpilles (ou douze mines), un canon de 20mm et une ou deux mitrailleuses de 7.92mm, ces mitrailleuses étant ultérieurement remplacées par un deuxième canon de 20mm.

Type IID

-Seize sous-marins de ce type sont à l’origine prévus mais suite à un changement de priorité, seulement deux submersibles seront construits. Leur remplaçant sera le type III.

-Les deux submersibles ont été mis en service en juin 1940 et sont toujours actif en septembre 1948, participant aux premières opérations du second conflit mondial.

-Navires déplaçant 314 tonnes en surface et 364 tonnes en plongée, mesurant 43.97m de long sur 4.92m de large avec un tirant d’eau de 3.93m.

-Vitesse maximale de 12.7 noeuds en surface et 7.4 noeuds en plongée avec une immersion maximale de 150m

-Armement composé de trois tubes lance-torpilles avant avec cinq torpilles (ou douze mines), un canon de 20mm et une ou deux mitrailleuses de 7.92mm, ces mitrailleuses étant ultérieurement remplacées par un deuxième canon de 20mm.

Sous-marins type III

-La Baltique est considérée comme un « lac allemand », une zone préservée utile pour l’entrainement.

-Si l’incursion d’une escadre franco-britannique est peu probable, l’URSS peut être considéré comme une adversaire plus que potentiel.

-Il faut des sous-marins capable de combattre dans cette mer fermée aux eaux peu profondes.

-Après avoir abandonné la construction de seize type IID sur les dix-huit initialement planifiés, la Kriegsmarine décide de construire des sous-marins plus gros, le type XVII de 900 tonnes ainsi que six sous-marins type III, ces sous-marins pouvant être considérés comme le chainon manquant entre les type II et les futurs type XVII.

-Un temps, on envisagea de produire pour l’export mais la guerre civile et l’instabilité politique de l’Allemagne jusqu’en 1945, refroidit des pays intéressés.

Néanmoins, les plans des type III furent vendus à la Suède et à la Finlande pour une construction sous licence. La Yougoslavie un temps intéressée ne donna pas suite à une demande d’information effectuée au printemps 1944.

-Ces six sous-marins sont mis en service en 1942, les deux premiers (U-168 et U-169) en janvier, le troisième en février, le quatrième en mars, le cinquième en octobre et le dernier, le U-173 en novembre.

-Navires de 480 tonnes en surface (594 tonnes en plongée), mesurant 53.97m de long sur 5.22m de large avec un tirant d’eau de 4.57m.

-Vitesse maximale de 13.5 noeuds en surface (9 noeuds en plongée) et une immersion maximale de 150m.

-Ils sont armés d’un canon de 37mm à l’avant et un de 20mm à l’arrière avec quatre tubes lance-torpilles de 533mm disposant de six torpilles qui peuvent être remplacés par douze mines type TMA.

Allemagne (16) sous-marins (1)

SOUS-MARINS

Avant-Propos

-Le sous-marin moderne apparait à la fin du 19ème siècle avec des inventeurs talentueux comme John Holland ou Maxime Laubeuf.

-Premiers sous-marins construits en Allemagne pour la Russie en 1904, le premier sous-marin allemand entre en service dans la Kaiserliche Marine deux ans plus tard.

-Arme méconnue quand le premier conflit mondial éclate. Les allemands ont mis le couteau sous la gorge de la Grande-Bretagne mais provoque par leur guerre anti-sous-marine à outrance l’entrée en guerre des Etats-Unis qui provoquera leur défaite.

-Le conflit terminé, les sous-marins allemands sont livrés aux alliés qui se les partagent, beaucoup servant ensuite de cible de tir ou étant simplement démolis.

-Le traité de Versailles interdit à l’Allemagne de posséder des submersibles. Cela n’empêche pas la marine allemande de contourner l’interdiction en installant des bureaux d’études à l’étranger (Argentine, Suède, Pays-Bas) qui vont produire des sous-marins pour l’exportation (Argentine,Finlande,Espagne,Turquie) tout en préparant la renaissance de l’U-Bootwafe.

Le sous-marin finlandais Vesikkoa précurseur des type II

Le sous-marin finlandais Vesikkoa précurseur des type II

-Le programme secret de réarmement du 15 novembre 1932 prévoit la construction de dix sous-marins océaniques de 800 tonnes et dix-huit sous-marins côtiers de 300 tonnes. En attendant que le traité de Versailles soit dénoncé, les sous-marins sontdésignés comme des « bateaux à moteur d’expérimentation (Motorenversuchsboot)

-Il faut attendre l’arrivée des nazis au pouvoir pour que la marine allemande entame réellement son réarmement, la tranche 1933/34 finançant la construction de deux type IIB de 275 tonnes et de six type IIA.

Le U-25, sous-marin type IA

Le U-25, sous-marin type IA

-En septembre 1939, la Kriegsmarine aligne cinquante-deux sous-marins plus cinq autres en essais ou sur le point d’être mis en service répartis entre deux type IA, six type IIA, dix-huit IIB, six IIC, dix VIIA, huit VIIB et 7 IXA.

-Le plan Z de septembre 1939 prévoyait la construction d’un grand nombre de sous-marins pour mener la guerre de convois en l’occurence vingt-sept sous-marins océaniques dont quatre croiseurs sous-marins, soixante-deux sous-marins de grande croisière type IX, cent sous-marins de 550 tonnes (type IA, VIIA, B et C) et soixante sous-marins côtiers destinés à opérer dans la Baltique contre la flotte soviétique (type II) soit un total de 249 sous-marins.

Ce plan ne sera pas mené à bien, un nouveau plan Z plus raisonable sera mis sur pied pour rationnaliser davantage la production.

Il est intéressant de remarquer que la construction des sous-marins menée avec célérité jusqu’en 1943 connait une éclipse de plusieurs années. Les raisons sont multiples : priorité de la flotte de surface, influence encore faible des sous-mariniers par rapport aux surfaciers, impact de la guerre civile.

-En septembre 1948, la U-Bootwafe aligne un total de cent-soixante dix-huit sous-marins de différents types :

-Quatre croiseurs sous-marins type XI à quatre canons de 127mm

-Quatre ravitailleurs type XIV utilisables également comme transport de troupes

-Soixante-trois sous-marins type VII

-Soixante sous-marins type IX

-Quatre mouilleurs de mines type XB

-Trente-six sous-marins type II et III destinés à opérer en Baltique

Des projets de sous-marins à haute performance sont prévus, des prototypes sont construits et la production en série à démarré avec douze type XII de 2000 tonnes comparable _toutes proportions gardées_ aux Rolland Morillot et douze type XVII de 900 tonnes comparable aux Aurore/Phenix.

Sans la guerre civile, ils auraient du être en service dès 1946 mais en septembre 1948, les plus avancés entament simplement leurs essais à la mer.

Au moment où est déclenchée l’opération Weserübung, des sous-marins sont déployés sur les différentes mers de l’hémisphère nord.

Les quatre type XI (croiseurs sous-marins armés de deux tourelles doubles de 127mm) sont déployés dans l’Atlantique pour mener une guerre de course en liaison avec des corsaires de surface.

Des sous-marins type II et III _version améliorée du précédent_ sont déployés en Baltique alors que des type VII et des type IX sont déployés à la fois en mer du Nord pour soutenir l’invasion de la Norvège et du Danemark et mener une guerre de course dans l’Atlantique.