11-Torpilleurs d’escadre (67)

«Les américains»

Les quatre derniers torpilleurs de classe Empire financés à la tranche 1948 sont commandés aux chantiers Ingalls de Pascagoula dans le Mississippi. Ils sont mis sur cale en temps de paix mais seront mis en service une fois la guerre déclenchée en Europe.

Jean Baptiste Bernadotte (1763-1844),Maréchal d'Empire,Prince de Ponte-Corvo, Roi de Suède sous le nom de Charles XIV Jean de 1818 à 1844

Jean Baptiste Bernadotte (1763-1844),Maréchal d’Empire,Prince de Ponte-Corvo, Roi de Suède sous le nom de Charles XIV Jean de 1818 à 1844

-Le Bernadotte  est mis sur cale aux chantiers Ingalls de Pascagoula en en juin 1948 lancés en septembre 1949 et mis en service en juin 1950

François-Christophe Kellerman (1735-1820) Maréchal d'Empire et Duc de Valmy

François-Christophe Kellerman (1735-1820)
Maréchal d’Empire et Duc de Valmy

-Le Kellerman est mis sur cale aux chantiers Ingalls de Pascagoula en juin 1948 lancés en septembre 1949 et mis en service en juin 1950

Jean Baptiste Bessières (176_-1813), Maréchal d'Empire et Duc d'Istrie

Jean Baptiste Bessières (176_-1813), Maréchal d’Empire et Duc d’Istrie

-Le Bessières est mis sur cale aux chantiers Ingalls de Pascagoula en juin 1948 lancés en septembre 1949 et mis en service en juin 1950

Jean Baptiste Jourdan (1762-1833) Maréchal d'Empire. N'obtint jamais le titre de Duc de Fleurus qu'il convoitait

Jean Baptiste Jourdan (1762-1833) Maréchal d’Empire. N’obtint jamais le titre de Duc de Fleurus qu’il convoitait

-Le Jourdan est mis sur cale aux chantiers Ingalls de Pascagoula en juin 1948 lancés en septembre 1949 et mis en service en juin 1950.

Les plans originels prévoyaient d’affecter le Bernadotte et le Kellerman au Levant au sein de la Division Navale du Levant alors que les Bessières et Jourdan doivent renforcer les Forces Navales  en Extrême Orient (FNEO).

Au final, le Bernadotte et le Kellerman vont être envoyés en Indochine au sein des FNEO alors que la guerre n’est pas encore une réalité en Extrême Orient, les Bessières et Jourdan sont rallier la Méditerranée étant basés à Bizerte au sein de la 6ème Escadre Légère.

Caractéristiques techniques de la classe L’Intrépide

Déplacement : 1778 tW en charge normale (soit 1803 tonnes métriques), 1991 tonnes en surcharge qui peut atteindre au maximum 2580.40 tonnes.

Dimensions :  longueur hors tout : 117.20m longueur entre perpendiculaires 111.59m largeur au fort : 11.10m largeur à la flottaison : 11.06m tirant d’eau avant au déplacement normal : 2.99m tirant d’eau arrière au déplacement normal : 3.82m tirant d’eau arrière au déplacement en charge 4.25m

Propulsion : deux groupes de turbines composées pour chacun d’une turbine à haute pression, d’une turbine à moyenne pression, d’une turbine à basse pression plus une turbine de croisière de type Parson.

Elles sont alimentées en vapeur par quatre chaudières Sural-Penhoët à foyer sous pression timbrées à 35kg/cm² avec une température de surchauffe de 385°. La puissance dévellopée peut varier de 58000 à 66000ch. Après réducteur, les turbines entrainent deux hélices tripales de 3.3m de diamètre

Performances : vitesse maximale théorique 37 noeuds vitesse maximale en service courant 34 noeuds distance franchissable 2000 miles nautiques à 25 noeuds, 3100 miles nautiques à 10 noeuds

Electronique : un Asdic, un radar de navigation, un radar de veille combinée et un radar de conduite de tir

Armement :  six canons de 130mm modèle 1932 en trois tourelles doubles modèle 1936 double-usage (une avant et deux arrière); dix canons de 37mm Schneider modèle 1941 en cinq affûts doubles modèle 1943; sept tubes lance-torpilles de 550mm en une plate-forme axiale triple et deux plate-formes latérales doubles; deux grenadeurs de sillage avec vingt-quatre grenades légères de 130kg

Equipage :  198 officiers et marins

Publicités

11-Torpilleurs d’escadre (66)

Le Masséna

André Massena (1758-1817), Maréchal d'Empire, duc de Rivoli et Prince d'Esling

André Massena (1758-1817), Maréchal d’Empire, duc de Rivoli et Prince d’Esling

-Le Masséna est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Bretagne (ACB) à Nantes le 10 novembre 1946 et lancé le 4 décembre 1947 pour une période d’armement à flot.

Le 10 mars 1948, le Masséna quitte son chantier constructeur pour rallier Lorient en fin de journée afin de subir des travaux complémentaires, ses essais officiels et sa mise en condition opérationnelle.

Le torpilleur d’escadre Masséna est officiellement admis au service actif le 2 septembre 1948

Il quitte Lorient le jour même 2 septembre, ralliant au large de Cherbourg ses sister-ships Davout et Soult avec lesquels il rallie Dunkerque le 4 septembre 1948.

A l’annonce des bombardements allemands sur le Danemark et la Norvège, les trois torpilleurs de la FTN  appareillent pour une mission de chasse aux sous-marins dans le détroit du Pas de Calais.

11-Torpilleurs d’escadre (65)

Le Soult

Nicolas Soult (1769-1851), maréchal d'Empire et Duc de Dalmatie

Nicolas Soult (1769-1851), maréchal d’Empire et Duc de Dalmatie

-Le Soult est mis sur cale le 4 juillet 1946 aux Chantiers Navals Français (CNF) sis à Caen et lancé le 9 décembre 1947.

Le 16 mars 1948, il quitte son chantier constructeur pour rallier Lorient pour des travaux complémentaires, ses essais officiels et sa mise en condition et ce dès son arrivée dans le Morbihan le 19 mars.

Le torpilleur d’escadre Soult est officiellement admis au service actif le 12 août 1948

Il quitte Lorient le 13 août, ralliant en haute mer au large des côtes normandes son sister-ship Davout ce qui permet à leur arrivée à Dunkerque le 15 août  l’activation de la Flottille des Torpilleurs du Nord (FTN).

Le Soult et le Davout sortent pour une école à feux du 18 au 25 août, faisant escale au Havre du 26 au 29 août, reprenant la mer pour un entraînement à la défense aérienne à la mer du 30 août au 3 septembre, date à laquelle les deux torpilleurs accueillent en haute mer au large de Cherbourg leur sister-ship Masséna avec lequel ils rentrent à Dunkerque le 4 septembre 1948.

A l’annonce des bombardements allemands sur le Danemark et la Norvège, le Soult, le Davout et le Masséna appareillent pour une mission de chasse aux sous-marins dans le détroit du Pas de Calais.

11-Torpilleurs d’escadre (64)

L’Augereau

Pierre Augereau (1757-181-), maréchal d'Empire Duc de Castiglione

Pierre Augereau (1757-1816), maréchal d’Empire Duc de Castiglione

-L’Augereau est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de France (ACF) sis à Dunkerque  le 8 mars 1946 et lancé le 12 septembre 1947 pour une période d’armement à flot.

Le 22 novembre 1947, le torpilleur d’escadre quitte son chantier constructeur pour rallier Lorient le 25 novembre. Il y subit des travaux complémentaires, ses essais officiels et sa mise en condition opérationnelle.

Le 9 février 1948, il quitte Lorient, fait escale à Casablanca du 11 au 14 février avant de pénétrer en Méditerranée ralliant en haute mer, le cuirassé Bourgogne et son sister-ship Lannes, les trois navires rentrant le lendemain à Mers-El-Kébir.

Le torpilleur d’escadre Augereau est officiellement admis au service actif le 18 février 1948

Du 24 mars au 12 avril 1948, le Bourgogne est échoué au bassin à Bizerte, laissant sans affectation ses deux torpilleurs d’escorte qui sortent pour entraînement du 26 mars au 11 mars avant de participer aux essais et à la remise en condition du Bourgogne (13 au 28 avril).

une école  feux du 26 mars au 3 avril puis pour un entraînement à la défense aérienne à la mer du 5 au 11 avril. Ils participent ensuite aux essais (13 au 16 avril) et à la remise en condition (18 au 28 avril) du Bourgogne.

Le 1er mai 1948, le Augereau et le Lannes quittent Bizerte en compagnie du Bourgogne pour un déploiement dans l’Océan Indien du 8 au 21 mai, les trois navires repassant le canal de Suez le 30 mai pour rentrer à Mers-El-Kébir le 5 juin 1948.

Les deux torpilleurs sont comme le cuirassé indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage du 17 au 30 juin avant de sortir pour entraînement du 1er au 24 juillet, faisant escale à Alger du 10 au 15 et du 25 au 30 juillet, rentrant à Mers-El-Kébir le 1er août 1948.

L’Augereau et le Lannes passent au régime de guerre le 24 août 1948, sortant du 25 août au 2 septembre avec le Bourgogne et rentrant à Mers-El-Kébir, se tenant prêt à appareiller ce qu’ils font avec le cuirassé le 5 septembre 1948 dans l’après midi à l’annonce des bombardements allemands sur le Danemark et la Norvège pour contrer une possible action italienne.

11-Torpilleurs d’escadre (63)

Le Davout

Le maréchal Davout (1770-1823)

Le maréchal Davout (1770-1823)

-Le Davout est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de France (ACF) sis à Dunkerque le 21 février 1946 et lancé le 7 août 1947 pour subir une période d’armement à flot, assez brève en raison de l’état d’achèvement prononcé dans lequel il à été lancé.

Il quitte son chantier constructeur le 12 février 1948, faisant escale à Cherbourg du 12 au 14 avant de rallier Lorient le 15 février pour ses essais et sa mise en condition.

Le torpilleur d’escadre Davout est officiellement admis au service actif le 29 juin 1948.

Le Davout quitte Lorient le 30 juin 1948 et rallie son port d’attache Dunkerque le 1er juillet. Il ressort dès le lendemain pour un exercice de défense aérienne à la mer en compagnie du croiseur léger Waldeck-Rousseau du 2 au 9 juillet puis un exercice franco-néerlandais du 14 au 19 juillet, les deux navires rentrant à Dunkerque le 27 juillet 1948 après une escale au Den Helder du 20 au 25 juillet 1948.
Le Davout sort seul pour une école à feux du 2 au 9 août 1948, faisant escale au Havre du 10 au 13 août avant de reprendre la mer le lendemain 14 août pour accueillir au large des côtes normandes son sister-ship Soult ce qui permet à leur arrivée à Dunkerque le 15 août l’activation de la Flottille des Torpilleurs du Nord (FTN).

Le Davout et le Soult sortent pour une école à feux du 18 au 25 août, faisant escale au Havre du 26 au 29 août, reprenant la mer pour un entraînement à la défense aérienne à la mer du 30 août au 3 septembre, date à laquelle les deux torpilleurs accueillent en haute mer au large de Cherbourg leur sister-ship Masséna avec lequel ils rentrent à Dunkerque le 4 septembre 1948.

A l’annonce des bombardements allemands sur le Danemark et la Norvège, le Davout, le Soult et le Masséna appareillent pour une mission de chasse aux sous-marins dans le détroit du Pas de Calais.

11-Torpilleurs d’escadre (62)

Le Lannes

Le maréchal Lannes (1769-1809)

Le maréchal Lannes (1769-1809)

-Le Lannes est mis sur cale à l’Arsenal de Brest (cale n°1 Penfeld) le 4 octobre 1945 et lancé le 12 mars 1947 avant de connaître une période d’achèvement à flot à Brest même, dérogeant à la règle d’armer tous les navires légers à Lorient.

Le torpilleur d’escadre Lannes est officiellement admis au service actif le 19 janvier 1948.

Le 20 janvier 1948, le Lannes quitte Brest pour rallier Dakar le 24 janvier où il retrouve son futur protégé, le cuirassé Bourgogne, quatrième et dernière unité de la classe Alsace. Il quitte Dakar le 27 janvier avec le Bourgogne pour rallier Mers-El-Kébir le 3 février 1948.

Le 18 février 1948, le torpilleur Augereau qui avait rallié le Bourgogne et le Lannes en mer est officiellement admis au service actif, accompagnant donc désormais avec son compère le dernier né des cuirassés français puisque le Bourgogne se révélera in fine le dernier cuirassé français construit.

Du 24 mars au 12 avril 1948, le Bourgogne est échoué au bassin à Bizerte, laissant sans affectation ses deux torpilleurs d’escorte qui sortent pour une école à feux du 26 mars au 3 avril puis pour un entraînement à la défense aérienne à la mer du 5 au 11 avril. Ils participent ensuite aux essais (13 au 16 avril) et à la remise en condition (18 au 28 avril) du cuirassé.

Le 1er mai 1948, le Lannes et l’Augereau quittent Bizerte en compagnie du Bourgogne pour un déploiement dans l’Océan Indien du 8 au 21 mai, les trois navires repassant le canal de Suez le 30 mai pour rentrer à Mers-El-Kébir le 5 juin 1948.

Les deux torpilleurs sont comme le cuirassé indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage du 17 au 30 juin avant de sortir pour un exercice ASM du 1er au 9 juillet, une escale à Alger du 10 au 15, un entraînement à la défense aérienne à la mer du 16 au 24 juillet et une autre escale à Alger du 25 au 30 juillet, le cuirassé rentrant avec ses deux torpilleurs à Mers-El-Kébir le 1er août 1948.

Le Lannes comme l’Augereau passent au régime de guerre le 24 août 1948, sortant du 25 août au 2 septembre avec le Bourgogne et rentrant à Mers-El-Kébir, se tenant prêt à appareiller ce qu’ils font avec le cuirassé le 5 septembre 1948 dans l’après midi à l’annonce des bombardements allemands sur le Danemark et la Norvège.

Le Lannes

-Le Lannes est mis sur cale à l’Arsenal de Brest (cale n°1 Penfeld) le 4 octobre 1945 et lancé le 12 mars 1947 avant de connaître une période d’achèvement à flot à Brest même, dérogeant à la règle d’armer tous les navires légers à Lorient.

Le torpilleur d’escadre Lannes est officiellement admis au service actif le 19 janvier 1948.

Le 20 janvier 1948, le Lannes quitte Brest pour rallier Dakar le 24 janvier où il retrouve son futur protégé, le cuirassé Bourgogne, quatrième et dernière unité de la classe Alsace. Il quitte Dakar le 27 janvier avec le Bourgogne pour rallier Mers-El-Kébir le 3 février 1948.

Le 18 février 1948, le torpilleur Augereau qui avait rallié le Bourgogne et le Lannes en mer est officiellement admis au service actif, accompagnant donc désormais avec son compère le dernier né des cuirassés français puisque le Bourgogne se révélera in fine le dernier cuirassé français construit.

Du 24 mars au 12 avril 1948, le Bourgogne est échoué au bassin à Bizerte, laissant sans affectation ses deux torpilleurs d’escorte qui sortent pour une école à feux du 26 mars au 3 avril puis pour un entraînement à la défense aérienne à la mer du 5 au 11 avril. Ils participent ensuite aux essais (13 au 16 avril) et à la remise en condition (18 au 28 avril) du cuirassé.

Le 1er mai 1948, le Lannes et l’Augereau quittent Bizerte en compagnie du Bourgogne pour un déploiement dans l’Océan Indien du 8 au 21 mai, les trois navires repassant le canal de Suez le 30 mai pour rentrer à Mers-El-Kébir le 5 juin 1948.

Les deux torpilleurs sont comme le cuirassé indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage du 17 au 30 juin avant de sortir pour un exercice ASM du 1er au 9 juillet, une escale à Alger du 10 au 15, un entraînement à la défense aérienne à la mer du 16 au 24 juillet et une autre escale à Alger du 25 au 30 juillet, le cuirassé rentrant avec ses deux torpilleurs à Mers-El-Kébir le 1er août 1948.

Le Lannes comme l’Augereau passent au régime de guerre le 24 août 1948, sortant du 25 août au 2 septembre avec le Bourgogne et rentrant à Mers-El-Kébir, se tenant prêt à appareiller ce qu’ils font avec le cuirassé le 5 septembre 1948 dans l’après midi à l’annonce des bombardements allemands sur le Danemark et la Norvège.

11-Torpilleurs d’escadre (61)

Le Ney

Michel Ney (1769-1815), maréchal d'Empire, un brave parmi les braves

Michel Ney (1769-1815), maréchal d’Empire, un brave parmi les braves

-Le Ney est mis sur cale aux Chantiers Navals Français (CNF) de Caen le 15 janvier 1945 et lancé le 12 juin 1946 avant une période d’armement à flot, toujours dans son chantier constructeur.

Le 4 octobre 1946, le Ney quitte Caen direction Lorient, faisant escale à Cherbourg du 5 au 8 octobre avant de rallier Lorient dans la journée du 10 octobre 1946.

C’est donc dans le Morbihan que le troisième torpilleur de classe Empire va subir des travaux complémentaires, ses essais officiels et sa mise en condition opérationnelle.

Le 12 mars 1947, le torpilleur d’escadre Ney quitte Lorient et est rallié en haute mer par son sister-ship Murat avec lequel il rallie Brest le 13 mars 1947.

Le torpilleur d’escadre Ney est officiellement admis au service actif le 14 mars 1947.

Le Ney et le Murat sortent pour un entrainement commun du 20 au 30 mars, les deux navires rentrant à Brest le soir même.

Ils participent alors aux essais officiels du porte-avions léger, essais qui ont lieu  du 5 au 12 avril, du 14 au 19 avril et du 21 au 27 avril.

Alors que le porte-avions léger est immobilisé pour démontages et travaux complémentaires (28 avril au 5 juin), ses deux escorteurs sortent pour entrainement du 2 au 26 mai, rentrant le lendemain à Brest.

Le Ney et le Murat participent à nouveaux essais du porte-avions du 7 au 16 juin puis à sa mise en condition opérationnelle, les trois navires étant absents de Brest du 21 juin au 19 août, la phase active d’entrainement occupant les trois navires entre Casablanca et Dakar du 25 juin au 12 août 1947.

Comme le porte-avions qu’ils protègent, le Ney et le Murat sont indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage du 21 août au 12 septembre, sortant pour essais du 13 au 15 septembre avant de participer aux essais du porte-avions du 17 au 21 septembre.

Les deux TE protégeant le porte-avions léger participent ensuite à la traversée de longue durée du porte-avions, quittant avec lui Brest le 24 septembre avant des escales à Cherbourg, au Havre, à Dunkerque, Anvers, Rotterdam, Copenhague, Oslo, Bergen, Newcastle, Chatham, Douvres, Portsmouth avant un retour à Brest le 1er décembre.

Le lendemain 2 décembre,  le Ney et le Murat accompagnent le porte-avions à Lorient pour un ultime passage au bassin du 3 au 16 décembre, période durant laquelle les deux torpilleurs sortent pour une école à feux du 5 au 13 décembre avant de rentrer à Brest le 19 décembre en compagnie du porte-avions qui est admis au service actif le lendemain.

Du 12 au 18 février, les deux torpilleurs d’escadre accompagnent le porte-avions engagé dans l’exercice «Centaure» avec le croiseur lourd Foch et les croiseurs légers Gloire Montcalm et Georges Leygues.

Ils participent ensuite à l’escorte du porte-avions engagé dans une mission de transport d’avions en direction de Fort de France, les trois navires qui ont quitté Brest le 2 avril arrivent en Martinique le 9 avril, déchargent les avions puis sont ouverts au public du 11 au 15 avril avant de retrouver la rade-abri le 22 avril 1948.

Alors que le porte-avions léger subit un petit carénage (10 juin au 5 août), ses deux protecteurs sont indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage du 10 juin au 1er juillet, sortant pour essais du 2 au 4 juillet puis pour remise en condition du 6 au 20 juillet 1948.

Les deux torpilleurs sortent à nouveau du 25 juillet au 2 août avant de participer aux essais du porte-avions du 6 au 10 août puis à sa remise en condition du 12 au 28 août 1948.

Passant le 30 août à l’effectif de guerre, le Ney et le Murat sortent à nouveau pour entrainement du 31 août au 4 septembre.