Le Conflit (39) Europe Occidentale (5)

Luftwaffe

Ordre de Bataille global en septembre 1948

Luftflotte 1 (Berlin)

-Jagdgeschwader 3 : quatre gruppen volant sur Messerschmitt Me-109G

-Jagdgeschwader 26 : quatre gruppen volant sur Messerschmitt Me-109H

-Jagdgeschwader 51 : quatre gruppen volant sur Focke-Wulf Fw-190E

-Jagdgeschwader 52 : quatre gruppen volant sur Focke-Wulf Fw-190G

-Zerstörergeschwader 26 : quatre gruppen de Messerschmitt Me-110G

-Zerstörergeschwader 76 : quatre gruppen de Messerschmitt Me-110G

-Kampfgeschwader 1 : trois gruppen de Dornier Do-217E

-Kampfgeschwader 76 : trois gruppen de Junkers Ju-88A et Junkers Ju-188A

-Kampfgeschwader 2 : trois gruppen de Dornier Do-217G

-Kampfgeschwader 3 : trois gruppen de Junkers Ju-188A

-Sturzkampfgeschwader 1 : quatre gruppen de Junkers Ju-87D

-Sturzkampfgeschwader 3 : quatre gruppen de Junkerrs Ju-87D

-Aufklärunggeschwader 31 : trois gruppen de Dornier Do-217P

-Aufklärrunggruppe 121 : Focke-Wulf Fw-189 et Fieseler Fi-156

-TransportGeschwader 1 : deux gruppen de Junkers Ju-90 et un gruppen de Ju-52/3m

Luftflotte 2 (Braunschweig)

-Jagdgeschwader 54 : quatre gruppen de Messerschmitt Me-109F

-Jagdgeschwader 2 : quatre gruppen de Focke-Wulf Fw-190E

-Jagdgeschwader 27 : quatre gruppen de Messerschmitt Me-109F

-Jagdgeschwader 53 : quatre gruppen e Focke-Wulf Fw-190A

-Jagdgeschwader 77 : quatre gruppen de Messerschmitt Me-109F

-Jagdgeschwader 4 : quatre gruppen de Messerschmitt Me-109F


-Zerstörergeschwader 2 : quatre gruppen de Messerschmitt Me-110D

-Zerstörergeschwader 3 : quatre gruppen de Messerschmitt Me-210B

-Kampfgeschwader 53 : trois gruppen de Heinkel He-111H

-Kampfgeschwader 4 : trois gruppen de Dornier Do-217E

-Kampfgeschwader 27 : trois gruppen de Heinkel He-111H

-Kampfgeschwader 40 : trois gruppen de Heinkel He-179 (cette escadre intègre également les Focke-Wulf Ta-400)

-Sturzkampfgeschwader 2 : quatre gruppen de Junkers Ju-87B

-Kampfgeschwader 41 : quatre gruppen de chasseurs-bombardiers Focke-Wulf Fw-190D

-Kampfgeschwader 42 : quatre gruppen de chasseurs-bombardiers Focke-Wulf Fw-190D

-Aufklarungruppe 32 : Focke-Wulf Fw-189 et Fieseler Fi-156

-TransportGeschwader 2 : Focke-Wulf Fw-200 et de Messerschmitt Me-323 Giant

Luftflotte 3 (Munich)

-Jagdgeschwader 1 : quatre gruppen de Messerschmitt Me-109E

-Jagdgeschwader 5 : quatre gruppen de Focke-Wulf Fw-190D

-Jagdgeschwader 28 : quatre gruppen de Messerschmitt Me-109F

-Jagdgeschwader 29 : quatre gruppen de Focke-Wulf Fw-190D

-Zerstörergeschwader 4 : quatre gruppen de Messerschmitt Me-210B

-Kampfgeschwader 43 : trois gruppen disposant de Junkers Ju-88D et de Ju-188

-Kampfgeschwader 44 : trois gruppen disposant de Junkers Ju-88D et de Ju-188

-Sturzkampfgeschwader 77 : quatre gruppen de Junkers Ju-87R

-Kampfgeschwader 45 : quatre gruppen de Focke-Wulf Fw-190D

-Kampfgeschwader 46 : trois gruppen de Henschel Hs-129

-Aufklärunggeschwader 33 : trois gruppen de Junkers Ju-188R

-Aufklarunggruppe 122 : Focke-Wulf Fw-189 et Fieseler Fi-156

-TransportGeschwader 3 : deux gruppen de Junkers Ju-90 et un gruppen de Junkers Ju-52/3m

Luftflotte 4 (Vienne)

-Jagdgeschwader 6 : quatre gruppen de Messerschmitt Me-109E

-Jagdgeschwader 30 : quatre gruppen de Focke-Wulf Fw-190B

-Zerstörergeschwader 5 : quatre gruppen de Messerschmitt Me-410A

-Kampfgeschwader 47 : trois gruppen de Heinkel He-179

-Kampfgeschwader 48 : trois gruppen de Dornier Do-217G

-Sturzkampfgeschwader 78 : quatre gruppen de Junkers Ju-87R

-Aufklärunggruppe 123 : Focke-Wulf Fw-189 et Fieseler Fi-156

FallschirmjägerKorps

-3rd FliegerDivision

-5th FliegerDivision

-7th FliegerDivision

Ordre de Bataille de la Luftwaffe pour l’opération FALL GELB

Comme nous l’avons vu dans le volume précédent, des Fliegerkorps temporaires ont été créés pour combattre au dessus du Danemark et de la Norvège.

Initialement il était prévu que ces Fliegerkorps soient démantelés pour reconstituer les geschwader du temps de paix mais au final, décision est prise de les pérenniser ce qui va nécessité la réorganisation des unités, certains gruppens (la majorité) affectés aux Fliegerkorps Danmark et Norge étaient recréés au sein de leurs unités d’origine.

Es-ce la fin ? Pas vraiment car de nouveaux Fliegerkorps vont être créés comme le FliegerKorps Korsika regroupant les moyens destinés à l’opération MERKUR au dessus de la Corse.

Au final la Luftwaffe va imaginer une double chaine de commandement, une chaine administrative et une chaine opérationnelle avec des Luftflotte tactiques engerbant plusieurs Fliegerkorps de moins en moins occasionnels et de plus en plus pérennes.

Pour la grande offensive à l’ouest, l’armée de l’air allemande va engager d’importants moyens pour éclairer, appuyer et couvrir les troupes au sol, sachant parfaitement qu’elle aura fort à faire pour affronter moins les aviations belges et néerlandaises que la Royal Air Force et l’Armée de l’Air.

Entre septembre 1948 et mai 1949 de nouvelles unités de chasse, de chasse-bombardement, de bombardement, de reconnaissance sont mises sur pied mais leur montée en puissance est compliquée car les ressources ne sont pas extensibles à l’infini et que les unités de combat sont prioritaires.

Elles sont cependant jugées suffisamment mures pour assurer la défense du territoire contre les incursions de bombardiers et d’avions de reconnaissance alliées en liaison avec la Flak.

Pour ce qui est de l’opération FALL GELB, les Luftflotte 1 (Berlin) et Luftflotte 2 (Braunschweig) sont surtout solicitées même si des unités venant des Luftflotte 3 (Munich) et 4 (Vienne) seront engagées.

Le modèle imaginé pour l’opération WESERÜBUNG est reproduit ici avec des FliegerKorps regroupant des gruppen qui vont être combinés et recombinés jusqu’à plus soif.

On trouve le XIII. FliegerKorps pour les opérations au dessus des Pays-Bas, les XIV. et XV. FliegerKorps pour les opérations au dessus de la Belgique et de la France.

Pour l’opération TIGER en Alsace, un XVI. FliegerKorps va être engagé avec essentiellement des unités novices et peu expérimentées ce qui permettra aux aviateurs alliés de remporter quelques beaux succès.

XIII. FliegerKorps(FliegerKorps Nederland)

Comme son nom l’indique ce 13ème corps aérien (qui terminera la guerre en Scandinavie comme nous le savons mais ceci est une autre histoire) est destiné à opérer au dessus des Pays-Bas pour couvrir, appuyer, éclairer et soutenir les troupes au sol.

Des avions de transport vont également se charger de larguer les Fallschirmjäger de la 5. FliegerDivision sur les aérodromes néerlandais et sur les fortifications belges avec le succès mitigé que l’on connait.

-On trouve tout d’abord six gruppen de chasse, les I./JG-3 volant sur Messerschmitt Me-109G, les II et III/JG-26 volant sur Messerschmitt Me-109H, le I./JG-52 volant sur Focke-Wulf Fw-190G, le I./JG-54 volant sur Messerschmitt Me-109F et le I./JG-77 volant sur Messerschmitt Me-109F.

-Pour compléter les unités de monomoteurs, le 13ème corps aérien engage quatre gruppen de chasse lourde, des gruppen de dix-huit et non de vingt-sept appareils soit soixante-douze bimoteurs.

On trouve les II./ZG-26 et IV./ZG-26 volant sur Messerschmitt Me-110G, le IV./ZG-76 volant lui aussi sur Me-110G et le IV./ZG-4 volant sur Me-210.

-En ce qui concerne les unités d’attaque et de bombardement, le XIII. FliegerKorps dispose de pas moins de huit gruppen :

-II./Kpfg-1 : Dornier Do-217

-I. et III./Kpfg-27 : Heinkel He-111

-I./Kpfg-41 : Focke-Wulf Fw-190D (chasse-bombardement)

-I. et III./Kpfg-46 : Henschel Hs-129 d’appui rapproché et de lutte antichar

-I./Kpfg-53 : Heinkel He-111 (la transformation sur Heinkel He-119 tardant en raison d’une mise au point interminable)

-II./Kpfg-76 : Junkers Ju-188 (le Ju-88 à été retiré du service)

-On trouve également des Sturzkampfgruppen, des groupes de bombardement en piqué destinés à appuyer au plus près les troupes au sol. Au sein du 13ème Corps Aérien, on trouve les II./StKpfg-1 et IV./Stkpfg-3 volant sur Junkers Ju-87D.

-Un groupe de transport, le II./TrG-1 équipé de Junkers Ju-52/3m. Ce groupe va intégrer des planeurs remorqués par des bombardiers déclassés.

-Un groupe de transport, le I./TrG-2 équipé de Messerschmitt Me-323 Giant

XIV. FliegerKorps

Couvrant les unités déployées dans le nord de la Belgique, le 14ème corps aérien assure essentiellement des missions de couverture, d’éclairage et d’appui.

-On trouve également six grupen de chasse, les I. et II/JG-52 volant sur Focke-Wulf Fw-190G, les I. et II./JG-2 volant sur Focke-Wulf Fw-190E, les II. et IV./JG-54 volant sur Messerschmitt Me-109F.

-On trouve également (bis) trois gruppen de chasse lourde, les I./ZG-76 (Me-110G), I./ZG-2 (Me-110D) et I./ZG-3 (Me-210B).

-Le 14ème Corps Aérien comprend sept gruppen de bombardement et d’attaque à savoir les suivants :

-III./Kpfg-1 : Dornier Do-217

-I./Kpfg-2 : Dornier Do-217

-I./Kpfg-3 : Junkers Ju-188

-III./Kpfg-53 : Heinkel He-111

-III./Kpfg-41 : Focke-Wulf Fw-190D

-III./Kpfg-42 : Focke-Wulf Fw-190D

-I./Kpfg-45 : Focke-Wulf Fw-190D

-Ces unités de bombardement et d’attaque sont appuyées par des gruppen de bombardement en piqué en l’occurence les I./Stkpfg-2 et I./Stkpfg-3 volant respectivement sur Ju-87B et Ju-87D.

-Aufklarunggruppe 32 : Focke-Wulf Fw-189 et Fieseler Fi-156

-Deux groupes de transport, le III./TrG-1 volant sur Junkers Ju-90 et le II./TrG-2 disposant de Messerschmitt Me-323 Giant et de Focke-Wulf Fw-200 Condor

XV. FliegerKorps

Couvrant les unités déployées dans le sud de la Belgique et le nord de la France, le 15ème corps aérien comprend des unités de chasse, d’attaque (chasse-bombardement, bombardement en piqué, bombardement horizontal) et de reconnaissance.

-Les six gruppen de chasse déployés au sein de ce Corps Aérien sont les suivants :

-I. II. III./JG-27 : Messerschmitt Me-109F

-IV./JG-53 : Focke-Wulf Fw-190A

-I. et II./JG-77 : Messerschmitt Me-109F

-Les trois gruppen de chasse lourde déployés au sein du 15ème corps aérien sont les suivants :

-II./ZG-2 : Me-110D

-III./ZG-2 : Me-110D

-IV./ZG-2 : Me-110D

-Les neuf gruppen d’attaque et de bombardement de corps aérien sont les suivants :

-II./Kpfg-2 : Dornier Do-217

-III./Kpfg-2 : Dornier Do-217

-II./Kpfg-53 : Heinkel He-111

-I./Kpfg-4 : Dornier Do-217

-IV./Kpfg-41 : Focke-Wulf Fw-190D

-I./Kpfg-42 : Focke-Wulf Fw-190D

-II./Kpfg-45 : Focke-Wulf Fw-190D

-II./Kpfg-46 : Henschel Hs-129

-II./Kpfg-47 : Heinkel He-179

-Deux groupes de bombardement en piqué sont également présents au sein de ce corps aérien en l’occurrence les IV./Stkpfg-1 et IV./Stkpfg-2 volant respectivement sur Ju-87D et Ju-87B.


-Aufklärunggruppe 122 : Focke-Wulf Fw-189 et Fieseler Fi-156

-Un groupe de transport, le III./TransportGeschwader 3 volant sur Junkers Ju-52/3m

XVI. FliegerKorps

Ce corps aérien engagé uniquement à partir de 22 juin 1949 pour l’opération TIGER avec initialement cinq gruppen de chasse :

-III./JG-3 : Messerschmitt Me-109G

-II. Et III./JG-4 : Messerschmitt Me-109F

-II./JG-52 : Focke-Wulf Fw-190G

-IV./JG-77 : Messerschmitt Me-109F

-Aux côtés de ces cinq gruppen de chasse on trouve trois gruppen de chasse lourde, tous issus du ZG-5 à savoir le I./ZG-5, III./ZG-5 et IV./JG-5 volant tous sur Me-410A, le dernie né des chasseurs lourds allemands.

-Dans le domaine des unités d’attaque et de bombardement, on trouve six gruppen :

-III./Kpfg-4: Dornier Do-217E

-II./Kpfg-27 : Heinkel He-111

-II./Kpfg-42 : Focke-Wulf Fw-190D

-IV./Kpfg-42 : Focke-Wulf Fw-190D

-III./Kpfg-45 : Focke-Wulf Fw-190D

-III./Kpfg-47 : Heinkel He-179

-On trouve également des gruppen de bombardement en piqué en l’occurence les III./Stkpfg-1, III./Stkpfg-2 et II./Stkpfg-3 volant respectivement sur Ju-87D, Ju-87B et Ju-87D.

-Un groupe de reconnaissance, le Aufklarunggruppe 123 volant sur Focke-Wulf Fw-189 et Fieseler Fi-156

-Un groupe de transport, le I./TransportGeschwader 3 volant sur Junkers Ju-90 qui va intégrer des planeurs remorqués par des bombardiers déclassés (Do-17 notamment)

Réserve stratégique

Sous ce vocable se trouve les unités maintenues en Allemagne pour faire face à toute éventualité et ne pas «mettre tous ces œufs dans le même panier». On trouve des unités de chasse, de bombardement, de reconnaissance et de transport.

Ces unités sont pour certaines composées de pilotes novices mais certaines sont composées de pilotes confirmés et expérimentés même si avec l’évolution du conflit les meilleurs pilotes vont naturellement rallier les unités de première ligne.

Dans le domaine de la chasse sur monomoteur, on trouve six groupes de chasse, trois d’entre-eux ralliant ultérieurement le XVI. FliegerKorps pour appuyer les troupes engagées dans l’opération TIGER :

-III./JG-3 : Messerschmitt Me-109G (engagé ultérieurement dans l’opération Tiger)

-II./JG-26 : Messerschmitt Me-109H

-II./JG-52 : Focke-Wulf Fw-190G (engagé ultérieurement dans l’opération Tiger)

-II./JG-53 : Focke-Wulf Fw-190A remplacés progressivement par des Fw-190G

-I./JG-4 : Messerschmitt Me-109F

-II./JG-4 : Messerschmitt Me-109F (engagé dans l’opération Tiger)

En ce qui concerne les unités de chasse lourde (Zerstörergeschwader) pas moins de six groupes sont chargés de la défense du Vaterland :

-III./ZG-26 : Messerschmitt Me-110G

-II./ZG-76 : Messerschmitt Me-110G

-II./ZG-3 : Messerschmitt Me-210B

-II./ZG.3 : Messerschmitt Me-210B

-II./ZG-4 : Messerschmitt Me-210B

-III./ZG-4 : Messerschmitt Me-210B

En ce qui concerne les unités de bombardement et d’attaque, les groupes concernés sont à la fois destinés à renforcer si besoin un FliegerKorps engagé à l’ouest ou mener d’éventuelles missions stratégiques même si les allemands n’ont jamais vraiment eu de stratégie globale comme l’ont eu les alliés. On trouve donc les unités suivantes :

-I./Kampfgeschwader 40 : Heinkel He-179 (avec une escadrille de Focke-Wulf Ta-400)

-II./Kampfgeschwader 40 : Heinkel He-179

-II./Kampfgeschwader 40 : Heinkel He-179

-II./Kampfgeschwader 41 : chasseurs-bombardiers Focke-Wulf Fw-190D

-II./Kampfgeschwader 43 : Junkers Ju-188 (quelques Ju-88 encore en service)

II./Kampfgeschwader 44 : Junkers Ju-188 (quelques Ju-88 encore en service)

-I./Kampfgeschwader 47 : Heinkel He-179

-II./Kampfgeschwader 48 : Dornier Do-217G

-Aufklärunggeschwader 31 : trois gruppen de Dornier Do-217P

-TransportGeschwader 3 : deux gruppen de Junkers Ju-90 et un gruppen de Junkers Ju-52/3m

Fallschirmjäger Korps

Ce corps parachutiste comprend trois puis quatre divisions plus une brigade de parachutiste S.S. Ce corps qui devait engager en bloc toutes ces divisions s’est vu dépouiller de ses unités, devenant pour ainsi dire une coquille vide en attendant mieux (ou pas).

-1st FliegerDivision : créée à l’automne 1948 pour une future opération hors combats à l’ouest. Ce sera donc l’opération MERKUR où les novices vont s’illustrer faisant taire les craintes d’engager une division tout juste créée.

-3rd Fliegerdivision : prévue pour l’opération MARITSA, l’invasion de la Yougoslavie et de la Grèce

-5th Fliegerdivision : doit être engagée dans FALL GELB plus précisément pour s’emparer des aérodromes néerlandais et pour une partie pour neutraliser les forts belges et faciliter ainsi la progression des unités au sol.

-7th Fliegerdivision : doit être engagée dans l’opération MERKUR

-S.S Fallschirmjäger Brigade : reste en réserve, son engagement n’est pas prévu dans l’immédiat.

A noter qu’en septembre 1949 les Fliegerdivision vont devenir des Fallschirmjäger Division.

Flak

Dans cette partie je vais parler des unités territoriales de DCA chargées de protéger les grandes villes, les industries vitales pour l’effort de guerre allemand.

Au début de la guerre, douze divisions de la Flak (FlakDivision) couvre le territoire allemande, la 1ère à Berlin, la 2ème à Munich, la 3ème à Hambourg, la 4ème à Vienne, la 5ème Prague, la 6ème Brème, la 7ème Varsovie, la 8ème à Francfort, la 9ème à Suttgart, la 10ème à Nuremberg, la 11ème à Leipzig et la 12ème à Stettin.

Après une décennie de joyeuse anarchie, un modèle unique à été mis en place en septembre 1947, modèle qui bon an mal an va tenir jusqu’à la fin du conflit. Cette organisation est la suivante :

-Un état-major

-Un bataillon de communication

-Un bataillon de transport motorisé

-Un bataillon de soutien logistique

-Un bataillon de projecteurs

-Un bataillon de ballons de barrage

-Deux régiments de Flak organisés en un état-major, un bataillon de transport et de soutien logistique, une compagnie de communication et cinq bataillons d’artillerie (un bataillon super-lourd avec des canons de 128mm trois batteries de quatre pièces soit 12 canons, deux bataillons médians quatre batteries de six pièces de 88 ou de 105mm soit 48 canons et deux bataillons légers _cinq batteries de six pièces de 20 ou de 37mm soit 60 canons) soit 240 pièces par division et 2880 pièces pour l’ensemble des Flak-Division soit en apparence un mur de feu infranchissable mais en apparence seulement.

Kriegsmarine

Pour l’opération FALL GELB, la marine de guerre allemande va engager essentiellement des unités légères en raison de l’étroitesse de La Manche d’ailleurs barrée au niveau du détroit du Pas de Calais par un champ de mines marines d’ailleurs imparfaitement en place en mai 1949 , de l’importance de bloquer les grosses unités alliées en mer du Nord et de la crainte d’offrir aux aviations ennemies des cibles de valeur.

La Kriegsmarine va engager essentiellement des destroyers, des escorteurs, des vedettes lance-torpilles, des sous-marins, quelques navires de transport, en clair de la «poussière navale» associée à quelques unités plus importantes.

En clair ces moyens doivent couvrir le flanc exposé des troupes allemandes (18ème Armée) mais seraient bien incapables de s’opposer à une intervention décidée de la Home Fleet et de la 7ème Escadre.

Les deux plus grosses unités engagées sont les croiseurs légers Postdam et Magdeburg chargées de protéger les côtes où progressent les unités de la 18.Armee. Ces deux navires doivent également traquer les navires néerlandais et belges qui pourraient être tentés par un baroud d’honneur pour défendre leur pays.

Ces deux croiseurs légers vont s’appuyer sur plusieurs destroyers pardon Zerstörer. Ces derniers doivent avec les torpilleurs et différents navires légers escorter des convois transportant moins des renforts que du ravitaillement pour les troupes avançant sur le territoire néerlandais.

Les KMS Z.21 Z.22 Z.23 Z.24 Z.26 Z.27 Z.28 vont ainsi être engagés au large des côtes néerlandaises prêts à traquer les navires néerlando-belges voir britanniques et français.

Pour relayer les destructeurs on trouve des torpilleurs, tout d’abord les quatre navires de la 10. Torpedobooteflottille à savoir les T.43, les T.44, les T.45 et T.46 mais aussi les T.11 T.12 T.26 T.31 T.33 T.35 T.37 T.38 qui sont issus des différentes flottilles de torpilleurs déployées depuis les ports allemands.

-Les sous-marins de la 31. U-Flottille sont également engagées en l’occurence les U-199 U-200 U-201 U-202 U-203 et U-204 basés en temps normal à Wesermunde. D’autres submersibles vont par la suite être engagés même si le haut-commandement des U-Boot sera réticent à détourner quelqu’uns de ces précieux submersibles pour une mission considérée comme secondaire.

Des escorteurs, des patrouilleurs, des vedettes lance-torpilles, des R-Boote sont également engagés dans cette opération :

-Patrouilleurs Weser et Elbe utilisés en temps de paix comme garde-pêches et en temps de guerre comme patrouilleur côtier.

-Dragueurs de mines M.13 M.19 M.1 M.8 M.58 M.60

-Vedettes lance-torpilles : S.17 S.19 S.21 S.23 S.25 S.29 S.31 S.81 formant la 2. SchnellBoote Flottille

-Vedettes type R-Boote : R.14 R.16 R.18 R.20 R.22 R.24 formant la 4. Raum-Boote Flottille
-Escorteurs (Geleitboote) : G.2 G.4 G.6 G.8 G.10 G.12 G.14 G.16 G.18 G.20 G.22 G.24


Le Kriegsmarine FliegerKorps déploie également des unités pour couvrir la flotte et contrer une intervention des marines alliées avec les unités suivantes :

Le 2. Kriegsmarine Fliegerkorps Geschwader est stationné à Nordenay en Frise Orientale. Il dispose des unités suivantes :

-Une unité de reconnaissance maritime à long rayon d’action le 2. Kriegsmarine Fernaufklärungsgruppe équipé de vingt-quatre Heinkel He-179M, version de patrouille maritime du bombardier Heinkel He179, cette unité étant organisée en trois staffel de huit appareils.

-Une unité de reconnaissance et d’observation maritime la 4. KFK-Aufklärungsgruppe équipée de vingt-sept Focke-Wulf Fw-200 Neue Condor, ce groupe disposant de trois staffel de neuf appareils .

-Deux unités de bombardement-torpillage les 6. et 8. KFK-Kampfgruppe disposant chacune de vingt-quatre Junkers Ju-188 répartis en deux staffel de douze appareils.


-12. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée sur l’île de Sylt avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138.

-18. Marine Kampf Staffel : unité de bombardement-torpillage stationnée sur l’île de Sylt avec pour équipement seize Heinkel He-117

Mitteleuropa Balkans (33) Hongrie (33)

Bombardement

Junkers Ju-87A/B

Junkers Ju-87B 8

Junkers Ju-87B

Si le bombardement horizontal est adapté au traitement des cibles larges et étendues, il l’est beaucoup moins pour des cibles de taille réduite comme les batteries d’artillerie ou les navires de guerre.

Lire la suite

Italie (84) Regia Aeronautica (6)

Les avions de la Regia Aeronautica (3) : les avions d’attaque au sol

Avant-propos

Si durant le premier conflit mondial le bombardier et l’avion d’attaque étaient confondus (les bombardiers lourds étaient rarissimes) ce ne fût pas le cas dans les années vingt et trente.

Lire la suite

Allemagne (74) Armée de l’Air (7)

Junkers Ju-87

Junkers Ju-87B en formation au dessus de la Pologne

Junkers Ju-87B en formation au dessus de la Pologne

Si le bombardement horizontal est adapté au traitement des cibles larges et étendues, il l’est beaucoup moins pour des cibles de taille réduite comme les batteries d’artillerie ou les navires de guerre.

Voilà pourquoi les premières expérimentations de bombardement en piqué furent menés par les pays développant une aéronavale, les Etats-Unis et le Japon faisant figure de pionniers.

L’Allemagne qui avait développé une aviation d’assaut à la fin du premier conflit mondial comprend l’intérêt du bombardement en piqué pour l’appui-rapproché des troupes au sol.

Après le Sofort-programme (programme d’urgence) qui avait donné naissance au Hs123, un nouveau programme est lancé en janvier 1935.

Ce Sturzbomber-Programm est censé être une compétition ouverte entre Junkers, Arado, Heinkel et la Hamburger Flugzeugbau mais en réalité, les demandes ont été littéralement calquées sur le projet de Junkers.

Heinkel He-118

Heinkel He-118

Le futur Junkers Ju-87 s’oppose à l’Arado Ar81 _seul biplan de la compétition_ , au Heinkel He118 _un monoplan conventionnel_ et le Blohm & Voss (Hamburger Flugzeugbau) Ha137 qui reprenait la même configuration en aile en W que le futur Stuka.

Le Junkers Ju-87 effectue son premier vol le 17 septembre 1935 mais est perdu le 21 janvier 1936 entrainant la mort du pilote et de son observateur. C’est le second prototype qui effectue son premier vol en mars 1936 qui prend le relais et qui affronte en finale le Heinkel He118 et l’emporte.

Après un troisième prototype qui décolle en novembre 1936, la production en série est lancée avec d’abord dix appareils de pré-production suivis des appareils de série qui entrèrent en service en 1937.

Comme le Hs123, le Ju-87 est testé lors de la guerre d’Espagne, une poignée d’appareils y étant envoyés pour être évalués et pour affiner les tactiques de mise en œuvre.

La carrière du Ju-87A est courte, ses performances étant fort modestes en raison d’un aérodynamisme douteux. Il est rapidement remplacé par le Ju-87B aisément identifiable par un train d’atterrissage fixe redessiné pour améliorer l’aérodynamisme.

En septembre 1939, quatre escadres de bombardement en piqué équipées de Junkers Ju-87A et B sont en service au sein de la Luftwafe avec 366 exemplaires en service. 31 exemplaires sont perdus durant le conflit.

Junkers Ju-87 "Caësar" les ailes repliées

Junkers Ju-87 « Caësar » les ailes repliées

Au printemps 1940, les derniers Ju-87A sont remplacés par les premiers “Dora”, le Ju-87D (le -C désignant la variante embarquée du Stuka), une version améliorée avec un armement défensif renforcé (quatre mitrailleuses dans les ailes et deux mitrailleuses dans le poste arrière), une meilleure protection de l’équipage.

Chaine de montage du Junkers Ju-87 "Dora"

Chaine de montage du Junkers Ju-87 « Dora »

En septembre 1948, deux escadres sont équipées de Ju-87D, une de Ju-87B et la quatrième de Ju-87R, une version à long rayon d’action.

Les Ju-87A et B retirés du service furent revendus à la Hongrie et au Japon (ce dernier pays pour l’évaluation), l’Italie commandant également des Ju-87B.

La production du Junkers Ju-87 continue dans sa version R ainsi que dans une variante embarquée du modèle R.

Le Ju-87G est une variante destinée à l’exportation mais qui ne connu pas de succès, le Ju-87H une version d’entrainement qui elle à été produite en petit nombre.

Junkers Ju-87B-2

Caracteristiques Techniques du Junkers Ju-87D

Type : bombardier en piqué biplace

Masse à vide équipé 3900kg maximale au décollage 6600kg

Dimensions : envergure 13.80m longueur 11.50m hauteur 3.90m

Motorisation : un moteur en ligne Junkers Jumo 211J-1 de 1400ch

Performances : vitesse maximale 410 km/h à 3840m vitesse de croisière 320 km/h à 5090m Distance franchissable 1535km Plafond pratique 7290m

Armement : quatre mitrailleuses MG-81 de 7.92mm avec 800 coups chacun et deux mitrailleuses MG-81Z en affût double en poste arrière avec 2000 cartouches 1800kg de bombes sous le fuselage et les ailes