Allemagne (32) Aéronavale (4)

Les avions du Kriegsmarine Fliegerkorps

Avant-Propos

-En septembre 1939, les hydravions dominent largement les avions qui sont ultra-minoritaires soit une situation comparable à celle de notre Aviation Navale. En neuf ans, la situation va s’équilibrer avec le développement de l’aviation embarquée.

Nous allons voir successivement les avions embarqués, les avions basés à terre et terminer par les avions de transport et d’entrainement.

Pour ce qui est du Messerchmit Me109 et du Focke-Wulf Fw-190, nous en parlerons dans la catégorie des avions embarqués y compris pour la version terrestre du Me109 utilisés par plusieurs Marineflieger Geschwader, quelques Fw-190 étant utilisés pour l’entrainement et des essais d’équipement.

Les avions embarqués du Kriegsmarine Fliegerkorps (1) : les chasseurs

Messerschmitt Me109

La Kriegsmarine à reçu quelques Bf109C en attendant la mise au point du Me109T

La Kriegsmarine à reçu quelques Bf109C en attendant la mise au point du Me109T

-Tranchons ici une querelle terminologique : doit-on dire Me109 ou Bf109 ?

-Willy Messerschmitt travaille pour la firme Bayerische Flugzeugwerke AG à partir de 1927, firme qui devient la Messerschmitt AG en septembre 1938.

Il faut donc désigner les appareils conçus avant cette date avec le préfixe Bf et les appareils conçus après avec le préfixe Me ce qui donne Bf109A,B,C et D mais Me 109E.

La Kriegsmarine n’ayant mis en œuvre que les variantes F, G et T, elle n’à mis en œuvre que des Me 109.

Les origines du Messerschmitt Bf/Me109 remontent à 1933 quand le Ministère de l’Air allemand planifie les futurs avions à mettre au point.

-Opposé à l’Arado Ar80,au Henkel He112 et au Focke-Wulf Fw159, il triomphe en mars 1936 à une époque où les anglais commandent le Sptifire et le Hurricane ce qui à peut être influencé la Luftwafe.
-Pemières versions médiocres (Aà D), le Me109E étant considéré comme la première version réellement efficace.

Messerschmitt Me109T

Messerschmitt Me109T

-Le Marineflieger reçut des Bf109C pour entrainer ses pilotes en attendant la mise au point d’une version navalisée. Baptisée Me109T (Träger = embarqué), cette version n’à pas eu de prototype à proprement parlé, des Bf109C,D et Me109E étant modifiés pour valider les différents équipements nécessaires.

-Chasseur correct mais non sans défauts avec un train d’aterrissage trop étroit et une vitesse à l’appontage élevée.

-Il va équiper les quatre groupes aériens embarrqués de la marine allemande et plus précisément les unités suivantes :

-Tragergruppe 186 : 5. et 6.Jagd embarquées sur le porte-avions KMS Graf Zeppelin

-Tragergruppe 187 : 1. et 3. Jagd embarquées sur le porte-avions KMS Lutzen

-Tragergruppe 188 : 13. et 15. Jagd embarquées sur le porte-avions KMS Peter Strasser

-Tragergruppe 189 : 9. et 10. Jagd embarquées sur le porte-avions KMS Bautzen

Au total, 126 Me-109T furent produits jusqu’en 1944 avec seulement quatre-vingt quatre appareils en ligne au maximum, chaque staffel en disposant de douze (TRG 186 et 188) ou de neuf (TRG 187 et 189) .

Si les staffel de chasse embarqués sur les Lutzen et Bautzen sont toujours équipés de Messerschmitt Me-109T _la mise en œuvre du Focke-Wulf Fw195 se révélant délicate sur ces porte-avions légers_ , les staffel des Graf Zeppelin et Peter Strasser ont été rééquipés au printemps 1947 avec des Focke-Wulf Fw-195 plus performants.

Il ne reste donc seulement trente-six Me-109T en ligne en septembre 1948. La flotte globale étant réduite à 90 appareils, trente-six appareils ayant été perdus par accident à terre et en mer.

La Kriegsmarine va également mettre en œuvre des Me-109 en configuration terrestre pour couvrir les Marineflieger Geschwader et détruire les avions ennemis qu’il s’agisse d’avions de patrouille maritime ou de torpillage.

Le 2. Marineflieger/Kriegsmarine FliegerKorps Geschwader dispose du 10. KFK-Jagdgruppe qui dispose de trois staffel de neuf Messerschmitt Me-109F «Friedrich» alors que le 6. Marineflieger/Kriegsmarine Fliegerkorps Geschwader dispose du 20. KFK-Jagdgruppe organisé en trois staffel de neuf Messerschmitt Me-109G Gustav soit un total de cinquante quatre appareils, toujours en service en septembre 1948.

Quand éclate le second conflit mondiale, une nouvelle version du Me-109T baptisée Me-109TV (V pour Verbessert _amélioré_ ) est en cours de mise au point en partant du Me-109K, la dernière version du Messerschmitt Me-109.

Caractéristiques Techniques du Messerschmitt Me-109T

Type : chasseur monoplace embarqué

Poids : à vide 2247kg maximal au décollage 3400kg

Dimensions : longueur 8.95m envergure 11.08m hauteur 2.60m

Motorisation : un moteur en ligne 12 cylindres Daimler-Benz DB-601 1085ch entrainat une hélice tripale

Performances : vitesse maximale 580km/h, vitesse de croisière 520km/h distance franchissable 850km (1000km avec un réservoir largable) plafond opérationnel 11000m

Armement : deux mitrailleuses MG-17 de 7.92mm dans le capot du nez et deux canons de 20mm MG FF (une dans chaque aile). Une bombe de 250kg sous le fuselage ou quatre de 50kg sous les ailes
Caractéristiques Techniques du Messerschmitt Me-109G

Type : chasseur monoplace

Poids : à vide 2247kg en charge 3148kg maximal au décollage 3400kg

Motorisation : un moteur en ligne 12 cylindres Daimler-Benz DB605A-1 de 1455ch entrainant une hélice tripale
Performances : vitesse maximale 640 km/h à 6300m vitesse de croisière 590 km/h à 6000m distance franchissable 850km (1000km avec un réservoir supplémentaire) plafond opérationnel 12000m

Armement : deux mitrailleuses de 13mm MG-131 dans le capot avec 300 coups par mitrailleuse ou un canon de 20mm MG-151 (200 coups) ou un canon de 30mm Mk108 avec 65 coups. Dans les ailes on trouve deux canons de 20mm MG151 avec 135 coups chacun. Une bombe de 250kg ou quatre bombes de 50kg ou deux roquettes de 21cm

Focke-Wulf Fw-195

Focke-Wulf Fw-190D9

Focke-Wulf Fw-190D9

-Messerchmitt Me109T chasseur performant mais qui possède deux défauts importants vus plus hauts ce qui pousse l’aéronavale allemande à chercher un nouveau chasseur.

-Le projet d’un chasseur conçu spécifiquement pour elle se révélant impossible, elle décide de navaliser le remarquable Focke-Wulf Fw 190 sous le nom de Fw195.

-Le Focke-Wulf Fw190 effectue son premier vol le 1er juin 1939 et rentre en service en janvier 1942.

-Suite à l’apparition du Bloch MB-157 et du MB-159 ainsi qu’à sa version navalisée MB-159M, la Marineflieger précipite les choses en demandant une version navalisée du Fw-190.

-Les deux prototypes effectuent leurs premiers vols le 7 juin 1944 et le 8 mars 1945. Les appareils de série sont livrés entre janvier et mars 1946 mais il faudra un an de plus pour que les appareils soient considérés comme opérationnels.

-Il ne va rééquiper que les 5.J/TRG 186 6.J/TRG 186 embarqués sur le Graf Zeppelin ainsi que les 13.J/TRG 188 et 15.J/TRG 188 embarqués sur le Peter Strasser soit un total de quarante-huit appareils en ligne et de douze appareils en réserve, chiffre doublé ultérieurement par des commandes complémentaires.

L’ironie de l’histoire c’est qu’en septembre 1948, le Bloch MB-159M ne servait que sur le Commandant Teste, un porte-avions lourd déployé en Méditerranée, le Painlevé ne disposant que de Dewoitine D-790, un appareil aux performances comparables au Me-109T.

La Kriegsmarine disposait également d’un petit nombre de Focke-Wulf Fw-190D (huit à douze selon les sources), appareils utilisés pour l’entrainement à la chasse mais qui pourraient tout aussi bien servir d’appareil opérationnel.

A noter qu’en septembre 1948, la firme Focke-Wulf travaillait sur une version embarquée du Fw-190 (appartenant au type long nez), version baptisée Focke-Wulf Fw-195V (Verbessert amélioré) mais qui pourrait recevoir une autre appelation quand l’avion entrera en service.

Caractéristiques Techniques du Focke-Wulf Fw-195

Type : chasseur et chasseur-bombardier monoplace embarqué

Poids à vide 3300kg en charge 4497kg maximal au décollage 5050kg

Dimensions : longueur 9m envergure 10.51m hauteur 3.95m

Motorisation : un moteur radial BMW 801D2 de 1675ch

Performances : vitesse maximale 635km/h à 5900m distance franchissable 770km plafond opérationnel 11410m

Armement : deux mitrailleuses de 13mm MG-131 dans le capot-moteur avec 475 coups, quatre canons de 20mm MG151/20E avec 250 coups. Une bombe de 500kg ou deux de 250kg. Essais avec des torpilles et des roquettes.

Caractéristiques Techniques du Focke-Wulf Fw 190 D-9

Type : chasseur et chasseur-bombardier monoplace

Poids : à vide 3490kg en charge 4270kg maximal au décollage 4840kg

Dimensions : longueur 10.20m envergure 10.50m hauteur 3.35m

Motorisation : un moteur radial Junkers Jumo 213 A-1 dévellopant 1690ch (1900ch avec boost)

Performances : vitesse maximale 685 km/h à 6600m (710km/h à 11000m) distance franchissable 835km plafond opérationnel 12000m

Armement : deux mitrailleuses de 13mm MG-131 dans le capot moteur avec 475 coups, deux canons de 20mm MG-151 avec 250 coups dans les emplatures d’aile, toutes les armes étant synchronisés pour pouvoir tirer dans le champ de l’hélice. Une bombe de 500kg sous le fuselage ou de deux de 250kg sous les ailes

Publicités

Allemagne (31) Aéronavale (3)

Organisation du Kriegsmarine Fliegerkorps (2) : Mer du Nord

-Mer Baltique quasi-sanctuaire pour la Kriegsmarine à la différence de la mer du Nord qui est une zone disputée entre l’Allemagne, la Grande-Bretagne et la France avec le soutien anecdotique des Pays-Bas et de la Belgique.

-Menaces sous-marines et aériennes importantes ce qui explique entre-autre la présence d’unités de chasse qui permet une défense minimale, la défense aérienne étant davantage du ressort de la Luftwafe que de l’aéronavale.

Les forces du KFK déployées sur les côtes de la mer du Nord dépendent d’un commandement appelé Marineflieger NordSee Kommando (MNK) installé sur la base aéronavale aménagée à Hambourg.

Si il ne dispose que d’un groupe aérien embarqué, le Tragergruppe 188 embarqué sur le KMS Peter Strasser, le MNK dispose de trois Marineflieger/Kriegsmarine Fliegerkorps Geschwader ainsi que d’un groupement d’hydraviation avec des hydravions destinés à des missions côtières et des hydravions destinés aux croiseurs et navires de lignes stationnés dans les bases navales de la mer du Nord.

Tragergruppe 188

Le TRG 188 est le seul groupe aérien embarqué stationné sur les côtes de la mer du Nord. Quand il n’est pas embarqué à bord du KMS Peter Strasser, le sister-ship du KMS Graf Zeppelin, il est basé à Hambourg dans une nouvelle base aéronavale aménagée dans ce but.

Sa composition issue des premiers essais menés par le Tragergruppe 186 à permis de faire évoluer la structure prévue, la structure du Tragergruppe 188 étant par la suite appliquée au TRG 186.

Quand le second conflit mondial éclate, le TRG 188 est organisé ainsi :

-13.J/TRG 186 (Tragergruppe 186) avec pour équipement douze Focke-Wulf Fw195

-15.J/TRG 186 (Tragergruppe 186) avec pour équipement douze Focke-Wulf Fw195

-16.St/TRG 186 (Tragergruppe 186) avec douze Fieseler Fi167 d’éclairage-torpillage

-14.St/TRG 186 (Tragergruppe 186) avec pour équipement seize Junkers Ju87C

Au total ce sont 52 appareils qui sont embarqués sur le Peter Strasser. A cela s’ajoute deux Junkers Ju52 pour le transport logistique, deux appareils qui ne peuvent bien entendu pas apponter sur le porte-avions à la différence des quatre Bucker Bu183, des avions d’entrainement, une version navalisée du Bu181 Bestmann

L’aviation basée à terre

Comme nous l’avons vu plus haut, le Marineflieger NordSee Kommando dispose de trois Marineflieger/Kriegsmarine Fliegerkorps Geschwader pour attaquer la navigation ennemie en mer du Nord, pour éclairer et appuyer la flotte, pour défendre les côtes.

Le 2. Marineflieger/Kriegsmarine Fliegerkorps Geschwader est stationné à Nordenay en Frise Orientale. Il dispose des unités suivantes :

-Une unité de reconnaissance maritime à long rayon d’action le 2. Kriegsmarine Fernaufklärungsgruppe équipé de vingt-quatre Focke-Wulf Fw200 Condor puis d’Heinkel He-179M, version de patrouille maritime du bombardier Heinkel He179, cette unité étant organisée en trois staffel de huit appareils.

-Une unité de reconnaissance et d’observation maritime équipée de vingt-sept de Focke-Wulf Fw-200 Neue Condor, une version améliorée du Fw200 ), unité baptisée 4. KFK-Aufklärungsgruppe, ce groupe disposant de trois staffel de neuf appareils .

Junkers Ju-188

Junkers Ju-188

-Deux unités de bombardement-torpillage équipées chacune de quarante-huit Junkers Ju-188, version améliorée du Junkers Ju-88 et baptisées 6. et 8. KFK-Kampfgruppe, chaque gruppe disposant de quatre staffel à douze appareils

Plan trois vues d'un Me-109F-2

Plan trois vues d’un Me-109F-2

-Une unité de chasse, le 10. KFK-Jagdgruppe composé de trois staffel de neuf Messerchmit Me-109F. Ces appareils sont identiques aux Friedrich de la Luftwafe et ne peuvent donc embarquer sur les porte-avions de la Kriegsmarine.
Le 2. KFK-Geschwader dispose de dix-sept staffel et d’un total de 126 appareils.

Au déclenchement du second conflit, le 10 KFK-Jagdgruppe rejoint l’île d’Heligoland pour en renforcer la défense aérienne contre de probables raids aériens britanniques. Deux staffel fournis par les 6. et 8. Kampfgruppe se joignent à ce déploiement avancé.

Le 4. Marineflieger/Kriegsmarine Fliegerkorps Geschwader est stationné à Hambourg et dispose des unités suivantes :

-Deux unités de reconnaissance et d’observation maritime équipées chacune de vingt-sept de Focke-Wulf Fw-200 Neue Condor, unités baptisées 10. et 12. KFK-Aufklärungsgruppe, chacun de ses groupes disposant de trois staffel de neuf appareils .

-Deux unités de bombardement-torpillage équipées chacune de quarante-huit Junkers Ju-188, version améliorée du Junkers Ju-88 et baptisées 11. et 13. KFK-Kampfgruppe, chaque gruppe disposant de quatre staffel à douze appareils

Le 4. KFK-Geschwader dispose donc de quatre gruppe et de quatorze staffel ainsi que de 150 appareils.

Le 6. Marineflieger/Kriegsmarine Fliegerkorps Geschwader est stationné sur l’île de Sylt sur la base aéronavale de List. Il dispose des unités suivantes :

-Une unité de reconnaissance maritime à long rayon d’action le 14. Kriegsmarine Fernaufklärungsgruppe équipé de vingt-quatre Heinkel He-179M, cette unité étant organisée en trois staffel de huit appareils.

-Deux unités de reconnaissance et d’observation maritime équipées chacune de vingt-sept de Focke-Wulf Fw-200 Neue Condor, unités baptisées 15. et 17. KFK-Aufklärungsgruppe, chacun de ses groupes disposant de trois staffel de neuf appareils .

-Deux unités de bombardement-torpillage équipées chacune de trente-six Junkers Ju-188, version améliorée du Junkers Ju-88 et baptisées 16. et 18. KFK-Kampfgruppe, chaque gruppe disposant de trois staffel à douze appareils

-Une unité de mouillage de mines rapides, le 19. SchnellMinenKampf Gruppe équipé de seize Junkers Ju-290M, ces appareils répartis en deux staffel de huit appareils peuvent également être utilisés pour la patrouille maritime.

-Une unité de chasse, le 20. KFK-Jagdgruppe disposant de vingt-quatre Messerchmit Me-109G répartis en trois staffel de neuf appareils.

Le 6. Marineflieger/Kriegsmarine Fliegerkorps Geschwader dispose au total de sept gruppe, vingt staffel et 190 appareils.

Hydraviation

La dernière unité sous le contrôle du Marine NordSee Kommando est le groupe d’hydraviation de la Mer du Nord ou NordSee Wasserflugzeug Geschwader (NWG) qui regroupe à la fois des hydravions basés à «terre» mais également les hydravions embarqués sur les cuirassés, croiseurs de bataille et croiseurs de la Kriegsmarine.

Arado Ar196

Arado Ar196

Le groupe des hydravions embarqués (Bordfliegergruppe) stationné à Wesermunde dispose d’Arado Ar 196 ou Ar 198. Les premiers sont embarqués sur les croiseurs lourds et légers, les seconds étant embarqués sur les cuirassés et les croiseurs de bataille.

Pour le cas des navires disposant de quatre hydravions, dans la pratique seuls deux sont embarqués, les deux autres restant à terre.

Le NWG-Bordfliegergruppe dispose des moyens suivants :

-Les croiseurs de bataille Scharnhorst et Gneisenau stationnés à Wilhelmshaven disposent de quatre Arado Ar 198 chacun

-Les cuirassés Bismarck et Tirpitz stationnés à Wesermunde disposent de quatre Arado Ar198 chacun

-Les cuirassés Hidenburg et Friedrich der Gross stationnés à Wilhelmshaven disposent de quatre Arado Ar198 chacun

-Les cuirassés Von der Tann et Derfflinger stationnés à Wilhelmshaven disposent de quatre Arado Ar198 chacun

-Les croiseurs de bataille Bayern et Saschsen stationnés à Wesermunde disposent de quatre Arado Ar196 chacun

-Les croiseurs lourds Admiral Graf Spee et Tegetthoff sont stationnés à Wilhelmshaven et disposent de trois Arado Ar196 chacun

-Les croiseurs lourds Amiral Reuter et Alexander von Humbolt stationnés à Wesermunde disposent de trois Arado Ar196 chacun

Le NWG-Bordfliegergruppe dispose au total de 32 Arado Ar198 et de 20 Arado Ar196 soit un total de 52 hydravions.

Le groupe des hydravions basés à «terre» (Kustenfliegergruppe) regroupe dans un premier temps les unités stationnées sur les côtes de la mer du Nord en septembre 1939 soit les unités suivantes :

-1. (M)/KuFlGr 106 stationnée à Nordenay avec des hydravions Heinkel He60 puis rapidement des Heinkel He 115

-2. (F)KüFlGr 106 stationnée à Nordenay avec des Dornier Do18

-3. (Mz) 106 stationnée à Nordenay avec des Heinkel He59
-1. (M)KuFlGr 306 stationnée à Nordenay avec pour équipement des Heinkel He60

-1. (M)KuFlGr 406 stationné à List sur l’île de Sylt avec pour équipement des Heinkel He60 et He115

-2. (F)KuFlGr 406 stationné à List sur l’île de Sylt avec pour équipement des Dornier Do18

-3.(Mz)/406 stationné à List sur l’île de Sylt avec pour équipement des Heinkel He59

-1. (M)/KüFiGr 706 stationné à Kamp avec pour équipement le Heinkel He60

-3.(Mz)/706 stationné à Kamp avec pour équipement le Heinkel He59

Le nombre d’unités augmente et le matériel est totalement renouvelé. En septembre 1948, le NWG-Kustenfliegergruppe dispose des unités suivantes

-12. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée sur l’île de Sylt avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138.

-14. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée à Nordenay avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138

-16. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée à Nordenay avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138

-18. Marine Kampf Staffel : unité de bombardement-torpillage stationnée sur l’île de Sylt avec pour équipement seize Heinkel He-117

-20. Marine Kampf Staffel : unité de bombardement-torpillage stationnée à Wilhelhmshaven avec pour équipement seize Heinkel He-117.

-22. Marine Kampf Staffel : unité de lutte anti-sous-marine stationnée à Wesermunde avec pour équipement de douze Blohm & Voss Bv138 adaptés à cette mission

Le Kustenfliegergruppe dispose au total de six staffel et de 80 hydravions

***

Chaque Kommando du Kriegsmarine FliegerKorps dispose d’un Marine Transport Staffel de douze appareils équipés de Junkers Ju-52 ainsi que d’un groupe d’entrainement, des Marine Schule Staffel qui disposent chacun de huit Bücker Bu181 et de quatre Bücker Bu183.

Suite à des problèmes de navalisation de jeunes pilotes passant de l’avion d’entrainement à l’hydravion opérationnel, deux Marine Schule Staffel supplémentaires équipés d’hydravions sont créés, un par commandement régional, chaque MSS (Wasserflugzeug) disposant de douze hydravions, des Heinkel He59, des Heinkel He60 et des Dornier Do18

Les hydravions géants Blohm & Voss Bv222 Wiking sont regroupés au sein du Kriegsmarine Kampfgruppe (KKF). Ces appareils ne sont pas engagés dans l’opération Weserübung mais restent en Baltique en attendant l’évolution du conflit.

Au total en septembre 1948, la marine allemande dispose de 1170 avions et hydravions, 478 en Baltique et 692 en mer du Nord.

Allemagne (30) Aéronavale (2)

Organisation du Kriegsmarine Fliegerkorps (KFK) (1) : Baltique

Groupes aériens embarqués (Tragergruppe)

-Trois groupes aériens embarqués dépendent du commandement aérien ayant autorité sur la Baltique.

-Le Tragergruppe 186 est embarqué sur le KMS Graf Zeppelin ou quand le porte-avions est à quai est basé à Kiel-Holteneau. Quand le conflit éclate, le groupe aérien est composé de la façon suivante :

-5.J/TRG 186 (Tragergruppe 186) avec pour équipement douze Focke-Wulf Fw195 en remplacement des Me109T.

-6.J/TRG 186 (Tragergruppe 186) avec pour équipement douze Focke-Wulf Fw195 en remplacement des Me109T

Focke-Wulf Fw-190A0

Focke-Wulf Fw-190A0

-Le Focke-Wulf Fw195 n’est autre que la version embarquée du Fw-190, donnant à l’aéronavale allemande un chasseur remarquable, supérieur au D-790 et équivalent au MB-159M.

Fieseler Fi167 en vol

Fieseler Fi167 en vol

-2.St/TRG 186 (Tragergruppe 186) avec douze Fieseler Fi167 d’éclairage-torpillage. Cet appareil était un petit biplan dérivé du monoplan ADAC Fieseler Fi156 Storch.

Essai de catapultage pour le "MarineStuka"

Essai de catapultage pour le « MarineStuka »

-4.St/TRG 186 (Tragergruppe 186) avec pour équipement seize Junkers Ju-87C, version embarquée du Stuka.

Au total ce sont 52 appareils qui sont embarqués sur le Graf Zeppelin. A cela s’ajoute deux Junkers Ju52 pour le transport logistique, deux appareils qui ne peuvent bien entendu pas apponter sur le porte-avions à la différence des quatre Bucker Bu183, des avions d’entrainement, une version navalisée du Bu181 Bestmann.

-Le Tragergruppe 187 est stationné à Dievenow en Poméranie. C’est le groupe aérien du porte-avions léger KMS Lutzen stationné à Kiel. Il se compose des unités suivantes :

-1.J/TRG 187 (Tragergruppe 187) avec pour équipement neuf Messerchmit Me109T

-3.J/TRG 187 (Tragergruppe 187) avec pour équipement neuf Messerchmit Me 109T

-7.St/TRG 187 (Tragergruppe 187) avec pour équipement six Junkers Ju-87C

-8.St/TRg 187 (Tragergruppe 187) avec pour équipement huit Fieseler Fi169, un triplace comparable au Laté 299 français. Le Fi169 doit remplacer le Fi167 qui n’à pas donné vraiment satisfaction, un appareil honnête dirions nous.

Comme le Tragergruppe 186, le TRG 187 dispose de deux Junkers Ju52 de soutien logistique et de quatre Bucker Bu183

-Le Tragergruppe 189 : En compagnie du Tragergruppe 187, ce groupe aérien embarqué en temps normal sur le porte-avions léger Bautzen est stationné à Dievenow en Poméranie

-9.J/TRG 189 avec pour équipement neuf Messerchmit Me109T

-10.J/TRG 189 avec pour équipement neuf Messerchmit Me109T

-11.St/TRG 189 avec pour équipement six Junkers Ju87C

-12. St/TRG 189 avec pour équipement huit Fieseler Fi169

Comme le Tragergruppe 187, le TRG 189 dispose de deux Junkers Ju52 de soutien logistique et de quatre Bucker Bu183

L’aviation basée à terre

Si au niveau des groupes aériens embarqués, le MOSK (Marineflieger OstSee Kommando) est le dominant, la situation est inverse pour l’aviation basée à terre.

Composée de quatre Geschwader (escadres), cette aviation basée à terre dépend jusqu’en septembre 1945 de la Luftwafe, suite à un compromis laborieux passé entre la marine et Goering qui pressentant un futur affrontement avec Borman et le duo Heydrich/Himmler avait besoin de se ménager des appuis.

Trois Marineflieger Geschwader (MFG) sont stationnés sur les côtes de la mer du Nord et un seulement sur les côtes de la mer Baltique.

La raison est simple : la menace principale vient d’Angleterre et de France et les opérations allemandes sont planifiées vers l’ouest, une attaque de l’URSS ne devant survenir que plus tard après la neutralisation de Londres et de Paris ou la signature d’un gentleman ‘s agreement.

Ces escadres d’action aéromaritime sont composées de Gruppe et de Stafel, des unités de reconnaissance maritime, de bombardement et de torpillage.

Comme pour leurs homologues de l’Aviation Navale et du Coastal Command, les MFG ont pour mission d’éclairer la flotte à longue distance, de lutter contre les sous-marins ennemis et d’attaquer les navires militaires et de commerce ennemi à la bombe, à la torpille et à la roquette air-sol.

Le 1. Marineflieger Geschwader (puis KriegsmarineFliegerKorps-Geschwader ou KFK-Geschwader) est stationné sur la base aéronavale de Dantzig, une base aménagée entre 1941 et 1943. Cette unité dispose des unités suivantes :

Focke-Wulf Fw200 Condor en vol

Focke-Wulf Fw200 Condor en vol

-Une unité de reconnaissance maritime à long rayon d’action le 1. Kriegsmarine Fernaufklärungsgruppe équipé de vingt-quatre Focke-Wulf Fw200 Condor puis d’Heinkel He-179M, version de patrouille maritime du bombardier Heinkel He179, cette unité étant organisée en trois staffel de huit appareils.

-Deux unités de reconnaissance et d’observation maritime équipées chacune de vingt-sept Focke-Wulf Fw-200 Neue Condor, une version améliorée du Fw200 (radar aéroporté, moteurs plus puissants, armement défensif renforcé), unités baptisées 3. et 5. KFK-Aufklärungsgruppe, chacun de ses groupes disposant de trois staffel de neuf appareils .

-Deux unités de bombardement-torpillage équipées chacune de quarante-huit Junkers Ju-188, version améliorée du Junkers Ju-88 et baptisées 7. et 9. KFK-Kampfgruppe, chaque gruppe disposant de quatre staffel à douze appareils

Le 1. KFK-Geschwader dispose donc de cinq gruppe et dix-sept staffel ainsi que de 174 appareils.

La base aéronavale de Dantzig se révélant saturée, une partie des moyens sont déployés à Rugen (7. KFK-Kampfgruppe) et à Memel (5. KFK-Aufklärungsgruppe), les autres unités restant à Dantzig.

Hydraviation

La dernière unité sous le contrôle du Marine OstSee Kommando est le groupe d’hydraviation de la Baltique ou OstSee Wasserflugzeug Geschwader (OWG) qui regroupe à la fois des hydravions basés à «terre» mais également les hydravions embarqués sur les cuirassés, croiseurs de bataille et croiseurs de la Kriegsmarine.

Le groupe des hydravions embarqués (Bordfliegergruppe) est stationné à Dievenow en Poméranie et dispose d’Arado Ar 196 ou Ar 198. Les premiers sont embarqués sur les croiseurs lourds et légers, les seconds étant embarqués sur les cuirassés et les croiseurs de bataille.

Le OWG-Bordfliegergruppe dispose des moyens suivants :

-Cuirassés Ludendorff et Kaiser Wilhelm II stationnés à Kiel avec quatre Arado Ar 198 chacun

-Croiseurs de bataille Oldenburg et Nassau : stationnés à Kiel avec quatre Arado Ar196 chacun

-Croiseurs lourds (ex-cuirassés) Lutzow et Admiral Scheer stationnés à Swinenmunde et disposant chacun de deux Arado Ar196

-Croiseurs lourds Admiral Hipper et Blücher stationnés à Kiel disposant de 3 Arado Ar196 chacun

-Croiseurs lourds Prinz Eugen et Seydlitz stationnés à Gotenhafen disposant de 3 Arado Ar196 chacun

-Les croiseurs légers Leipzig et Nurmberg stationnés à Kiel avec deux Arado Ar196 chacun

-Les croiseurs légers Berlin et Frankfurt am Main stationnés à Gotenhafen dispose chacun de deux Ar196 chacun.

-Les croiseurs légers Dresden et Magdeburg stationnés à Rugen dispose de deux Ar196 chacun

-Les croiseurs légers Emden et Bremen stationnés à Kiel dispose de deux Ar196 chacun

La flotte d’hydravions embarqués se composent de quarante-huit appareils, quarante Arado Ar196 et huit Arado Ar198. A noter que les hydravions embarqués sur les croiseurs légers Dresden et Magdeburg sont détachés à Rugen auprès de leurs navires porteurs.

Le groupe des hydravions basés à «terre» (Kustenfliegergruppe) regroupe dans un premier temps les unités stationnées sur les côtes de la mer Baltique en septembre 1939 soit les unités suivantes :

-1. (M)KuFlGr 506 stationné à Dievenow en Poméranie et équipé d’Heinkel He60

-2. (F)KuFlGr 506 stationné à Dievenow en Poméranie avec pour équipement des Dornier Do18

-3. (Mz)506 stationné à Dievenow en Poméranie avec pour équipement des Heinkel He59

-2. (F)KuFlGr 606 stationné à Dievenow en Poméranie avec pour équipement des Dornier Do18

Pour désengorger la base de Dievenow, deux nouvelles hydrobases sont aménagées, une sur l’île de Rugen et une deuxième à Memel, une ville libre annexée par la Lituanie puis par l’Allemagne.

Le nombre d’unités augmente et le matériel est totalement renouvelé. En septembre 1948, le OWG-Kustenfliegergruppe dispose des unités suivantes :

Blohm & Voss Bv138

Blohm & Voss Bv138

-11. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée à Rugen avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138

-13. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée à Memel avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138

-15. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée à Dievenow avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138

-17. Marine Kampf Staffel : unité de bombardement-torpillage stationnée à Dievenow en Poméranie avec pour équipement seize Heinkel He-117

-19. Marine Kampf Staffel : unité de bombardement-torpillage stationnée à Rugen avec pour équipement seize Heinkel He-115.

-21. Marine Kampf Staffel : unité de lutte anti-sous-marine stationnée à Memel avec pour équipement de douze Blohm & Voss Bv138 adaptés à cette mission

L’OWG-Kustenflieggergruppe dispose au total de quatre-vingt hydravions chargés en temps de guerre de surveiller la Baltique, d’éclairer la flotte, d’attaquer la flotte ennemie, de mener des missions de mouillage de mines.

Allemagne (29) Aéronavale (1)

AERONAVALE

Avant-Propos

-Durant le premier conflit mondial, la Kaiserliche Marine à utilisé des avions, des hydravions et des dirigeables pour éclairer la flotte, les avions et les hydravions disposant de bâtiments base, des navires auxiliaires et non de véritables navires de combat mis à part le croiseur léger Stuttgart capable de filer à 24 noeuds et donc de suivre cuirassés et croiseurs de bataille.
-Le traité de Versailles interdit à la marine allemande de posséder des avions et des hydravions même si cette interdiction comme les autres fût rapidement contournée.
-L’arrivée au pouvoir des nazis aurait du permettre à l’aéronavale allemande d’atteindre un niveau correct, comparable à notre Aviation navale et à la Fleet Air Arm (FAA) britannique.

Hélas, elle se heurta à plusieurs problèmes dont un de taille, le Gros Hermann Goering, le chef de la Luftwafe (entre autres titres) qui considère que «tout ce qui vole m’appartient» et s’oppose avec la dernière énergie à la constitution d’une aéronavale autonome.

Résultat, la Marineflieger ne dispose en septembre 1939 que de quelques hydravions de reconnaissance, de patrouille maritime au sein d’unités isolées.

La perspective de la construction des porte-avions permet aux aviateurs de la marine allemande d’espérer un changement de situation même si les groupes aériens devaient dépendre de la Luftwafe.

La guerre civile est une heureuse surprise pour la Marineflieger rebaptisée Kriegsmarine FliegerKorps (KFK) en 1944.

-Herman Goering est éliminé et la Luftwafe doit faire profil bas. La marine ayant choisit dès l’origine le «bon camp», elle bénéficie de nombreuses largesses et l’amiral Raeder ne se prive pas de récupérer toute autorité sur l’aviation amenée à opérer en mer à savoir les unités d’hydraviation, d’aviation basée à terre ainsi que des quatre groupes embarqués (Tragergruppe).

-Si l’hydraviation et les groupes embarqués lui appartenait en propre depuis septembre 1942, l’aviation basée à terre dépendait encore de la Luftwafe, situation qui perdura jusqu’en septembre 1945 quand le KFK regroupe tous les avions et hydravions.

En septembre 1948, le KFK dispose de quatre groupes embarqués, de quatre Geschwader basés à terre composés d’avions de patrouille maritime/assaut aéromaritime et de deux groupes d’hydraviation (un pour la Baltique et un pour la mer du Nord). On trouve également quelques unités expérimentales d’autogyres, d’essais et d’expérimentation.

Organisation du Kriegsmarine FliegerKorps (KFK)

Introduction

-En septembre 1939, la Kriegsmarine dispose d’un petit commandement appelé Marineflieger qui regroupe sous l’autorité du Führer der Seelufstreitkräfte (commandant des forces aériennes à la mer) des unités isolées, des hydravions et quelques avions en l’occurence ceux du Tragergruppe 186 appelé à servir à bord du Graf Zeppelin.

Représentation du porte-avions Graf Zeppelin à la mer

Représentation du porte-avions Graf Zeppelin à la mer

-Les unités existantes en septembre 1939 se sont toutes transformées en neuf ans. A l’exception des staffel du Tragergruppe 186 encore existant, toutes ont été démantelées pour former de nouvelles unités en prelevant le personnel compétant (pilotes, administratif et rampants)

-Neuf ans plus tard en septembre 1948, la situation s’est donc radicalement transformée. Non seulement la marine à toute autorité sur son aviation (autorité administrative et opérationelle) mais le KFK _nouveau nom du Marineflieger_ est nettement plus musclé que son devancier avec quatre groupes aériens embarqués (contre cinq pour la France mais seulement deux peuvent être déployés en mer du Nord), quatre escadres (Geschwader) destinés à l’action aéromaritime depuis la terre et deux groupes d’hydraviation regroupant les hydravions embarqués et basés à terre.

Situation en septembre 1939 et évolution

Quand éclate la guerre de Pologne, le Marineflieger dispose des unités suivantes :

!heinkel He115B

!heinkel He115B

-1. (M)/KuFlGr 106 stationnée à Nordenay avec des hydravions Heinkel He60 puis rapidement des Heinkel He 115

-2. (F)KüFlGr 106 stationnée à Nordenay avec des Dornier Do18

-3. (Mz) 106 stationnée à Nordenay avec des Heinkel He59

-1. (M)KuFlGr 306 stationnée à Nordenay avec pour équipement des Heinkel He60

-1. (M)KuFlGr 406 stationné à List sur l’île de Sylt avec pour équipement des Heinkel He60 et He115

-2. (F)KuFlGr 406 stationné à List sur l’île de Sylt avec pour équipement des Dornier Do18

-3.(Mz)/406 stationné à List sur l’île de Sylt avec pour équipement des Heinkel He59

-1. (M)KuFlGr 506 stationné à Dievenow en Poméranie et équipé d’Heinkel He60

-2. (F)KuFlGr 506 stationné à Dievenow en Poméranie avec pour équipement des Dornier Do18

-3. (Mz)506 stationné à Dievenow en Poméranie avec pour équipement des Heinkel He59

Dornier Do18

Dornier Do18

-2. (F)KuFlGr 606 stationné à Dievenow en Poméranie avec pour équipement des Dornier Do18

-1. (M)/KüFiGr 706 stationné à Kamp avec pour équipement le Heinkel He60

-3.(Mz)/706 stationné à Kamp avec pour équipement le Heinkel He59
-1/Bordfliegergruppe 196 stationné à Wilhelhmshaven dispose des hydravions Heinkel He60, des Heinkel He114 remplacés rapidement par des Arado Ar196. Les hydravions de cette unité sont destinés à embarquer sur les Panzerschiffe

-5/Bordfliegergruppe 196 stationné à Kiel-Holteneau dispose d’hydravions Heinkel He60 et de Heinkel He114

-4.St/TRG 186 (Tragergruppe 186) stationné à Kiel-Holteneau avec pour équipement des Heinkel He60 et des Junkers Ju87

-5.J/TRG 186 (Tragergruppe 186) stationné à Kiel-Holteneau avec pour équipement des Bf109C et T

-6.J/TRG 186 (Tragergruppe 186) stationné à Kiel-Holteneau avec pour équipement des Bf109C et T

La réorganisation de septembre 1942 voit la création d’un véritable état-major de l’aéronavale stationné à Wilhelhmshaven appelé OberKommando der Marineflieger OKMf devenu ultérieurement OberKommando der KFK. Il à autorité sur deux commandements régionaux, le premier couvrant la Baltique et le second la mer du Nord.

Chaque commandement à sous son autorité des escadres (Geschwader) regroupant elles mêmes des groupes (Gruppe) formés d’escadrilles (Staffel)

Ces escadres sont soit des entités spécialisées ou à multi-spécialités comme les Tragergruppe, les groupes aériens embarqués des quatre porte-avions que possède la Kriegsmarine en septembre 1948.

Allemagne (28) Navires légers (6)

Dragueurs de mines côtiers type R-Boote

R-Boote

R-Boote

Dragueur ou escorteur, patrouilleur ou navire de servitude ?

Si les Schnellboote sont célèbres, les R-Boote (Raumboote) n’ont pas la même célébrité auprès du grand public. La faute probablement à une guerre moins spectaculaire. Moins spectaculaires étaient également leurs performances, leur vitesse étant presque moitié moindre que celle des vedettes lance-torpilles.
En allemand, le mot Raum signifie déblayer ou enlever ce qui implique une mission de dragage de mines notamment au large des côtes, un bouchon de mines bien placé pouvant paralyser une flotte ennemi en nécessitant l’aménagement de nouveaux accès et à une prudence supplémentaire.
Néanmoins avec la construction des M-Boote, le besoin de dragueurs de mines côtiers ne parut plus aussi utile et l’usage des R-Boote évolua du dragage de mines à l’appui des S-Boote, une sorte de navire d’appui et de commandement pour coordonner l’action de plusieurs flottilles ou de groupes occasionnels.
Les R-Boote vont également servir de patrouilleur de surveillance, d’escorteur côtier pour protéger des caboteurs ou des grandes unités lors d’un transfert entre deux ports.
Certains Raum-Boote vont également servir de navires de servitude, remorquant par exemple des cibles pour les écoles à feux qu’il s’agisse des navires de surface ou des batteries côtières.
L’expansion de la flotte de R-Boote à lieu parallèlement à celle des S-Boote. C’est ainsi que les Raum-Boote sont financés au budget 1931-32 (quatre navires R.5 à R.8), au budget 1932-33 (huit navires R.9 à R.16), au budget 1933-34 (huit navires R.17 à R.24), au budget 1936-37 (huit navires R.25 à R.32), au budget 1937-38 (huit navires R.33 à R.40) et au budget 1938-39 (huit navires R.41 à R.48).
Cela porte le total de navires financés/construits avant guerre à quarante-quatre R-Boote en service quand éclate la guerre de Pologne.
En septembre 1939, les R-Boote sont répartis de la façon suivante :
-1. Raum-Boote Flottille avec douze navires R.11 R.12 R.13 R.14 R.17 R.18 R.19 R.20 R.21 R.22 R.23 R.24
-2. Raum-Boote Flottille avec huit navires R.25 R.26 R.27 R.28 R.29 R.30 R.31 R.32 accompagnés par le dragueur Brommy (ex-M.550) qui sert de navire-dépôt
-3. Raum-Boote Flottille avec des navires encore en construction, les R-Boote R.1 R.2 R.3 R.4 R.5 R.6 R.7 R.8 R.9 R.10 R.15 et R.16.
20 navires sont donc en service et douze navires à différents stades de construction.
Durant la guerre de Pologne, les R-Boote R.18 R.19 R.20 R.21 R.22 R.23 et R.24 de la 1. Raum-Boote Flottille sont engagés au large de Dantzig et de Hela pour assurer la neutralisation des champs de mines. Ils vont aussi assurer des missions de transport de troupes.
L’évolution de la flotte
Le plan Z prévoit quarante-huit R-Boote répartis en huit flottilles de six navires même si au combat, ils ne sont pas destinés à opérer en flottilles.
En septembre 1940, les 32 R-Boote en service sont réorganisés en cinq flottilles de six navires, les deux derniers R-Boote étant placés hors rang en attendant la construction des seize derniers R-Boote prévus par le plan d’expansion naval.
-1. Raum-Boote Flottille (Kiel) R.1 R.3 R.5 R.7 R.9 et R.11
-2. Raum-Boote Flottille (Heligoland) R.2 R.4 R.6 R.8 R.10 et R.12
-3. Raum-Boote Flottille (Swinenmünde) R.13 R.15 R.17 R.19 R.21 et R.23
-4. Raum-Boote Flottille (Wilhelmshaven) R.14 R.16 R.18 R.20 R.22 et R.24
-5. Raum-Boote Flottille (Kiel) R.25 R.26 R.27 R.28 R.29 et R.30
Hors rang, les R.31 et R.32 stationnées à Wesermünde
La mise en service de seize R-Boote (R.33 à R.48) permet de mettre sur pied de trois nouvelles flottilles de R-Boote.
-6. Raum-Boote Flottille (Wesermünde) R.32 R.34 R.36 R.38 R.40 et R.42
-7. Raum-Boote Flottille (Rügen) R.31 R.33 R.35 R.37 R.39 et R.41
-8. Raum-Boote Flottille (Heligoland) R.43 R.44 R.45 R.46 R.47 et R.48.
Si plusieurs navires sont endommagés durant la guerre civile, aucun n’est coulé et les quarante-huit navires construits depuis le milieu des années trente sont en service en septembre 1948.
La relève est cependant prévue avec un nouveau type R-Boote, type spécifiquement conçu comme navire d’appui des S-Boote. Douze navires (R.49 à R.60) sont commandés en septembre 1948 pour un achèvement prévu d’ici un an.
Quand aux R-Boote en service, ils vont assurer le commandement et l’appui des S-Boote en cas de combat contre leurs homologues ennemies ou contre des navires plus importants.
Caractéristiques Techniques des R-Boote
Déplacement : standard 140 tonnes
Dimensions : longueur 40m largeur 5.60m tirant d’eau 1.45m
Motorisation : deux moteurs Diesel dévellopant 2550ch entrainant deux hélices
Performances : vitesse maximale 20.5 nœuds autonomie 1101 miles nautiques à 15 nœuds
Armement : un canon de 37mm et six canons de 20mm puis deux canons de 37mm et quatre canons de 20mm. On trouve également des mitrailleuses, des charges de profondeur, des mines ou des moyens de dragage de mines.
Equipage : 38 officiers et marins

Allemagne (27) Navires légers (5)

Vedettes lance-torpilles (Schnell-Boot)

Situation en septembre 1939 et son évolution ultérieure
Quand éclate la guerre de Pologne, les vedettes lance-torpilles sont rattachés au commandement des torpilleurs selon le format suivant :
-1. Schnellbooteflottille crée en juin 1935 et basée à Kiel avec les vedettes S.11 S.12 S.13 S.18 S.19 S.20 S.21 S.22 S.23 et S.24 soutenues par le navire de soutien Tsingtau.
-2. Schnellbooteflottille crée en août 1938 et basée sur l’île d’Heligoland avec les vedettes S.9 S.10 S.14 S.15 S.16 S.17.
La vedette S.10 est rattachée à la première flottille à la fin du mois de septembre tandis que les vedettes S.7 et S.8 servent à l’entraînement.

Dix-neuf vedettes lance-torpilles sont donc en service quand éclate ce court conflit mais toutes ne sont pas disponibles, certaines parce qu’elles achèvent leur mise et d’autres parce qu’elles sont en réparations.
A l’origine, les premières moutures du plan Z prévoyaient la construction de quatre-vingt cinq S-Boote. Ce chiffre va être ramené à soixante-quatre en raison d’autres priorités notamment.

La chaine de commandement va également être réorganisée. Les flottilles vont être réduites à huit unités ce qui nous donne huit flottilles de huit navires, réparties de manière inégale en Baltique et en mer du Nord.
Soixante-quatre vedettes lance-torpilles sont en service en septembre 1948 mais un nombre supérieur de vedette à été construit en raison de l’usure et des pertes par accident ainsi qu’au cours de la guerre civile
Un commandement des flottilles de vedettes lance-torpilles est créée en mars 1943 (OberKommando der Schnellboote) avec deux groupements géographiques, Est et Ouest.
Le dispositif adopté est le suivant. A noter que toutes les vedettes lance-torpilles ne sont pas en service, les douze dernières (S.56 à S.67) étant encore en construction.
-OberKommando der Schnellboote installé à Wilhelmshaven

Gruppe West dont le quartier général est implanté à Wilhelmshaven

-2. Schnellbooteflottille installée sur l’île d’Heligoland
-Vedettes lance-torpilles S.17 S.19 S.21 S.23 S.25 S.27 S.29 et S.31

-4. Schnellbooteflottille installée à Wilhelmshaven
-Vedettes lance-torpilles S.16 S.18 S.20 S.22 S.24 S.26 S.28 et S.30

-6.Schnellbooteflottille installée à Wesermünde
-Vedettes lance-torpilles S.32 S.34 S.36 S.38 S.40 S.42 S.44 et S.46

Gruppe Ost dont le quartier général est implanté à Swinemunde

1. Schnellbooteflottille installée à Swinemunde
-Vedettes lance-torpilles S.33 S.35 S.37 S.39 S.41 S.43 S.45 S.47
3. Schnellbooteflottille installée à Kiel
-Vedettes lance-torpilles S.48 S.50 S.52 S.54 S.56 S.58 S.60 et S.62
5. Schnellbooteflottille installée à Rugen
-Vedettes lance-torpilles S.49 S.51 S.53 S.55 S.57 S.59 S.61 et S.63

7. Schnellbooteflottille installée à Rugen
-Vedettes lance-torpilles S.64 S.66 S.68 S.70 S.72 S.74 S.76 et S.78
-8. Schnellbooteflottille installée à Kiel
-Vedettes lance-torpilles S.65 S.67 S.69 S.71 S.73 S.75 S.77 et S.78
Guerre de Pologne et guerre civile

Durant la guerre de Pologne, la 1. Schnellbooteflottille engage les vedettes S.11 S.12 S.18 S.19 S.20 S.21 S.22 et S.23. En compagnie des Zerstörer Leberecht Maass Bernd von Arnim Wolfang Zenker, les vedettes lance-torpilles sont chargées de bloquer le golfe de Dantzig.

Pendant ce temps, les vedettes de la 2. Schnellbooteflottille effectuent des patrouilles de protection depuis l’île d’Heligoland.
Aucune vedette ne sera perdu durant ce court conflit ce qui ne sera pas le cas durant la guerre civile qui oppose trois pontes du régime nazi.

Le 7 septembre 1943, le torpilleur T.1 est coulé par la S.65 vedette pourtant ralliée comme lui au duo Himmler/Heydrich au cours d’une méprise.
Une torpille coupe le navire en deux, la partie avant coulant rapidement, la partie arrière restant plus d’une heure à flot avant de couler. Le bilan final est lourd : 27 morts, 43 blessés (dont dix décéderont des suites de leurs blessures) et 49 rescapés.
Le 4 mars 1944, les vedettes S.57 et S.59 ralliées à Goering endommagent gravement le destroyer Z.13 Erich Koellner. Ces deux vedettes échappent un temps à la poursuite avant d’être coulées dix jours plus tard.
Le jour même, le torpilleur T.28 est coulé par les vedettes S.18, S.20 et S.22 au large de Wilhelhmshaven.
Cette fois-ci, il ne s’agit pas d’une méprise mais d’un acte volontaire contre un commandant ayant rallié Borman en raison d’inimitiés personnelles avec le duo Himmler/Heydrich.
14 marins sont tués, les autres sauvés par des chalutiers étant emprisonnés pendant quelques semaines, les moins compromis étant réintégrés dans la marine.
Les vedettes S.27 et S.30 sont coulés au cours d’un combat fratricide entre les 2. et 4. Schnellbooteflottille. Les vedettes S.44 et S.45 sont coulées suite à un abordage accidentel.
Quand la guerre civile s’achève, les flottilles de vedettes lance-torpilles affichent le visage suivant :
-1. Schnellbooteflottille : S.33 S.35 S.37 S.39 S.41 S.43 S.47
-2. Schnellbooteflottille S.17 S.19 S.21 S.23 S.25 S.29 et S.31
3. Schnellbooteflottille S.48 S.50 S.52 S.54 S.56 S.58 S.60 et S.62
-4. Schnellbooteflottille : S.16 S.18 S.20 S.22 S.24 S.26 S.28
5. Schnellbooteflottille : S.49 S.51 S.53 S.55 S.61 et S.63
6.Schnellbooteflottille: S.32 S.34 S.36 S.38 S.40 S.42 et S.46
7. Schnellbooteflottille : S.64 S.66 S.68 S.70 S.72 S.74 S.76 et S.78
-8. Schnellbooteflottille : S.65 S.67 S.69 S.71 S.73 S.75 S.77 et S.79
La flotte de vedettes lance-torpilles est donc réduite à l’issue de la guerre civile à cinquante-huit vedettes.
Pour compléter cette flotte, six nouvelles vedettes sont commandées en septembre 1945 aux chantiers Lurssen. Il s’agit d’un nouveau modèle qui annonce le renouvellement des flottilles.
Plus lourdes, mieux protégées avec une passerelle blindée, elles disposent d’un armement en canons renforcé.
Ces six vedettes numérotées S.80 à S.85 vont «boucher les trous» après qu’il eut été envisagé de créer une nouvelle flottille pour regrouper des navires entrés en service en juin 1947.
Quand le second conflit mondial éclate, les flottilles de vedettes lance-torpilles ont le visage suivant :
-1. Schnellbooteflottille : S.33 S.35 S.37 S.39 S.41 S.43 S.47 S.80
-2. Schnellbooteflottille S.17 S.19 S.21 S.23 S.25 S.29 S.31 S.81
-3. Schnellbooteflottille S.48 S.50 S.52 S.54 S.56 S.58 S.60 et S.62
-4. Schnellbooteflottille : S.16 S.18 S.20 S.22 S.24 S.26 S.28 S.82
-5. Schnellbooteflottille : S.49 S.51 S.53 S.55 S.61 S.63 S.83 S.84
-6.Schnellbooteflottille: S.32 S.34 S.36 S.38 S.40 S.42 S.46 S.85
-7. Schnellbooteflottille : S.64 S.66 S.68 S.70 S.72 S.74 S.76 et S.78
-8. Schnellbooteflottille : S.65 S.67 S.69 S.71 S.73 S.75 S.77 et S.79
Elles ne sont pas directement concernées par l’opération Weserübung mais reçoivent des consignes de vigilance accrue, se tenant prêtes à repousser un raid amphibie ennemi ou un raid mené par des vedettes britanniques et français.
Il est néanmoins prévu qu’une fois la Norvège conquise, une ou deux flottilles de vedettes soient envoyées sur place pour assurer la défense des côtes.
Sur le plan industriel, une commande de trente-deux vedettes (S.86 à S.117) est passée le 7 septembre 1948 à différents chantiers pour remplacer les vedettes dont on imagine un taux de perte important.

 

Les différents modèles de vedettes
En septembre 1948, les soixante-quatre vedettes lance-torpilles en service se répartissent en trois modèles différents :
-De S.16 à S.38, les vedettes affichent les caractéristiques techniques suivantes :
-Déplacement : 93 tonnes standard 115 tonnes
-Dimensions : longueur 34.95m largeur 5.10m tirant d’eau 1.40m
-Propulsion : trois moteurs diesels dévellopant 6000ch et entrainant trois arbres
-Performances : vitesse maximale 39.5 nœuds autonomie 1390 miles nautiques à 35 nœuds
-Armement : deux tubes lance-torpilles de 533mm avec quatre projectiles et deux canons de 20mm
Equipage : maximum 21 officiers et matelots
-De S.38 à S.79, les vedettes lance-torpilles affichent les caractéristiques techniques suivantes :
-Déplacement : 95 tonnes standard 118 tonnes
-Dimensions : longueur 35.55m largeur 5.15m tirant d’eau 1.55m
-Propulsion : trois moteurs diesels dévellopant 6000ch et entrainant trois arbres
-Performances : vitesse maximale 37.5 nœuds autonomie 1300 miles nautiques à 35 nœuds
-Armement : deux tubes lance-torpilles de 533mm avec quatre projectiles, deux canons de 20mm et deux mitrailleuses de 7.92mm
Equipage : maximum 21 officiers et matelots
-Enfin le troisième et dernier modèle concerne les six vedettes destinées à remplacer les pertes de la guerre civile et à plus long terme de remplacer les vedettes construites durant la période de paix armée.
-Déplacement : 110 tonnes standard 145 tonnes
-Dimensions : longueur 36.95m largeur 5.20m tirant d’eau 1.80m
-Propulsion : trois moteurs diesels dévellopant 7000ch et entrainant trois arbres
-Performances : vitesse maximale 38 nœuds autonomie 1290 miles nautiques à 35 nœuds
-Armement : deux tubes lance-torpilles de 533mm avec quatre projectiles, deux canons de 37mm en un affût double à l’avant, deux canons de 20mm et quatre mitrailleuses de 7.92mm ou quatre canons de 20mm
Equipage : maximum 28 officiers et matelots

Allemagne(26) Navires légers (4)

VEDETTES LANCE-TORPILLES

S-Boote en mer

S-Boote en mer

En guise d’introduction…….

L’apparition de la torpille automobile au 19ème siècle bouleversa les tactiques du combat naval puisqu’elle permis d’envisager l’impensable : la victoire du faible sur le fort.

Les premiers torpilleurs (torpedo boat) étaient de petites unités, armés d’une torpille ou deux avec un armement composé de canons légers (par exemple 65 et 47mm pour les torpilleurs français) qui pouvaient en théorie couler des navires bien plus gros que lui.

On assista alors à une floraison de torpilleurs et à l’arrivée d’un prédateur, le destroyer (officiellement Torpedo Boat Destroyer) qui devaient neutraliser les torpilleurs et in fine protéger les cuirassés et les croiseurs de bataille.

Comme souvent, quand apparaît un système d’armes, les premiers exemplaires sont de taille réduite, de taille chétive. Ils sont suivis de systèmes plus gros et plus puissants liés à la fois à la nécessité d’accompagner les grandes unités en haute mer et à l’utilisation de machines à vapeur encombrantes.

Le moustique devint mamouth et il fallut attendre l’apparition du moteur diesel et des coques planantes pour renouer avec les manes des premiers torpilleurs devenus des vedettes lance-torpilles.

Les plus célèbres du premier conflit mondial furent sans conteste les MAS italiennes qui s’illustrèrent le 9 juin 1918 en coulant le cuirassé austro-hongrois Sven Istvan, réalisant le rêve de la Jeune Ecole.

L’Allemagne de son côté ne resta pas inactive et s’équipa également de vedettes lance-torpilles déployées notamment à Zeebruge en Belgique pour disputer aux anglais et aux français le contrôle du détroit du Pas de Calais.

Le traité de Versailles limita drastiquement la capacité de l’Allemagne à s’équiper de navires modernes mais les règles sont faites pour être contournées.

Les limites imposées étaient à la fois qualitatives et quantitatives. Pour les contourner, on joua sur les tonnages et sur le camouflage. Sous couvert de club sportif, des navires légers très rapides sont construits ou achetés, testés intensivement, aboutissant à un portrait robot de la vedettte lance-torpilles moderne :

-coque immergée

-construction en bois sur une squelette en alliage léger

-des torpilles et un armement léger

-un moteur diesel marin

En 1925, deux petites vedettes anciennes (un modèle Lürssen et un modèle Oertz) sont achetées suivies l’année suivante d’autres vedettes rapides qui seront utilisées en mer Baltique.

Ces tests intensifs aboutissent à des constructions neuves. Le budget 1931-32 finance ainsi la construction de quatre vedettes lance-torpilles neuves (S.2 à S.5) ainsi que de quatre R-Boote (R.5 à R.8), des navires censés être des dragueurs côtiers mais qui au final seront utilisés comme des navires d’appui aux vedettes lance-torpilles.

Quatre vedettes (S.6 à S.9) et huit R-Boote (R.9 à R.16) sont financés au budget 1932-33 suivies au budget suivant (1933-34) par quatre vedettes lance-torpilles (S.10 à S.13) et huit R-Boote (R.17 à R.24). Huit R-Boote (R.25 à R.32) sont financées au budget 1936-37 tandis que le budget 1937-38 finance la construction de huit vedettes lance-torpilles (S.18 à S.25) et de huit R-Boote (R.33 à R.40).

La tranche 1938-39 finance la construction de quatre vedettes lance-torpilles (S.26 à S.29) et de huit R-Boote (R.41 à R.48) portant le total de navires financés/construits avant guerre à soixante-huit navires (vingt-quatre S-Boote et quarante-quatre R-Boote).

Les S-Boote construits avant guerre étaient construits avec une structure en acier et une coque en bois, une coque à bouchains ronds qui les rendent moins rapides que les vedettes britanniques et françaises mais plus stables à la mer.

Le design évolua peu à peu, tiré de l’utilisation de ces vedettes durant la guerre d’Espagne (certaines vedettes furent d’ailleurs cédées aux nationalistes espagnols) et de la guerre civile qui vit certaines vedettes ralliées les différentes factions se disputant le pouvoir.

Résultat quand l’Allemagne entre en guerre, ce sont pas moins de soixante-quatre vedettes et de quarante-huit R-Boot qui sont en service, des navires modernes, puissants et bien armés, adaptés à une tactique de guerilla navale.

La géographie dictant ses lois, l’Allemagne imagine mener davantage cette guerre en Baltique contre la Flotte Rouge que contre les flottes françaises et britanniques. En effet, les vedettes stationnées en Norvège (après la conquête) et sur les côtes baignées par la mer du Nord ne devraient affronter que des navires plus gros menant un blocus par exemple comme des cuirassés, des croiseurs ou des destroyers/contre-torpilleurs.

Il est néanmoins prévu que la conquête des Pays-Bas et de la Belgique entraine le déploiement dans ces pays de vedettes lance-torpilles qui auraient à se battre contre leurs homologues britanniques et français.