14-Navires légers (40)

K-Chasseurs de sous-marins

Les anciens du premier conflit mondial

L'Avalanche, un chasseur de sous-marins utilisé comme auxiliaire

L’Avalanche, un chasseur de sous-marins utilisé comme auxiliaire

L’apparition du sous marin qui acquis ses lettres de noblesse dans le premier conflit mondial poussa les marines alliées à se dôter de navires adaptés que ce soit pour la haute mer (canonnières et avisos) ou pour les eaux côtières.

Pour ce dernier cas, la France commanda 100 chasseurs à coque en bois aux Etats Unis dont 8 étaient encore en service en 1939 mais les CH25 51 56 58 74 81 95 98 vont être rapidement désarmés ou transformés en auxiliaires.

C’est ainsi que les CH25 et 51 sont à Brest, les 56 et 58 sont à Cherbourg, les 74 et 81 sont à Toulon et les 95 et 98 à Bizerte utilisés comme auxiliaires jusqu’à leur désarmement en 1942/43.

37 navires sont commandés aux chantiers Auguste Normand mais seulement 17 sont achevés et quatre sont encore en service en 1939, des navires numérotés CH 106 107 111 et 112, les deux premiers étant basés à Cherbourg comme auxiliaires et les deux dernières sont à Saïgon comme canonnières.

Le remplacement de ces navires est entamé au début des années trente avec la construction de quatre navires de 148 tonnes baptisés Chasseur 1 à 4 entre 1931 et 1935. Ces quatre navires connaissent d’importants problèmes techniques et sont désarmés en 1940

Le chasseur de sous-marins CH-4

Le chasseur de sous-marins CH-4

Les chasseurs de sous-marins du programme de 1937

Le programme de 1937 prévoit la construction d’une nouvelle version de chasseurs à coque en acier, d’un déplacement de 107tW, douze navires numérotés CH-5 à CH-16 dont la construction va être assurée par la Socarenam à Boulogne pour six d’entre-eux et les chantiers Leroux à Lorient pour les six derniers.

-Le CH5 est mis sur cale à la Socarenam de Boulogne le 6 octobre 1938 lancé le 3 avril 1939 et admis au service actif le 7 mars 1940.

-Le CH6 est mis sur cale à la Socarenam de Boulogne le 6 octobre 1938 lancé le 3 avril 1939 et admis au service actif le 7 mars 1940.

-Le CH7  est mis sur cale à la Socarenam de Boulogne le 15 novembre 1938 lancé le 10 novembre 1939 et admis au service actif le 20 mai 1940.

-Le CH8 est mis sur cale aux chantiers Leroux de Lorient le 10 avril 1939 lancé le 27 janvier 1940 et admis au service actif le 24 mai 1940.

-Le CH9  est mis sur cale aux chantiers Leroux de Lorient le 20 mars 1939 lancé le 12 janvier 1940 et admis au service actif le 24 avril 1940

-Le CH10  est mis sur cale aux chantiers Leroux de Lorient le 23 mars 1939 lancé le 10 février 1940 et admis au service actif le 1et mai 1940

-Le CH11 est mis sur cale à la Socarenam de Boulogne le 6 avril 1939 lancé le 8 février 1940 et admis au service actif le 20 mai 1940

-Le CH12 est mis sur cale à la Socarenam de Boulogne le 6 avril 1939 lancé le 20 mai 1940 et admis au service actif le 7 juillet 1940.

-Le CH13 est mis sur cale à la Socarenam de Boulogne le 6 avril 1939 lancé le 23 mars 1940 et admis au service actif le 14 avril 1940

-Le CH14 est mis sur cale aux chantiers Leroux de Lorient le 15 février 1940 lancé le 3 septembre 1940 et mis en service le 12 janvier 1941

-Le CH15 est mis sur cale aux chantiers Leroux de Lorient le 15 février 1940 lancé le 3 septembre 1940 et mis en service le 12 janvier 1941

-Le CH16 est mis sur cale aux chantiers Leroux de Lorient le 15 février 1940 lancé le 3 septembre 1940 et mis en service le 12 janvier 1941

Ces 12 navires destinés à la lutte ASM côtière sont basés par deux entre les bases de Cherbourg (CH5 et 6) Brest (CH7 et 8) Toulon (CH9 et 10) Lorient (CH11 et 12) Mers-El-Kébir (CH13 et 14) et Bizerte (CH15 et 16).

Caractéristiques Techniques

Déplacement :  standard 107 tonnes pleine charge 137 tonnes

Dimensions :  longueur 37.10m large 5.6m tirant d’eau 1.95m

Propulsion :  deux moteurs diesels MAN développant une puissance maximale de 1130ch et actionnant deux hélices

Performances :  vitesse maximale 15.5 noeuds distance franchissable : 1200 miles nautiques à 8 noeuds 680 miles nautiques à 13.5 noeuds

Armement :

(Origine)

-Un canon de 75mm modèle 1897 alimenté à 100 coups installé à l’avant pouvant toucher des cibles à une distance maximale de 11125m. La cadence de tir est de 12 coups par minute sachant que les réserves est de 100 coups.

-Quatre mitrailleuses de 8mm Hotchkiss en deux affûts doubles
-Deux mortiers ASM et six grenades

La plage arrière est occupée à l’origine par une bigue et des réservoirs de carburant pour lui permettre de soutenir des hydravions mais cette mission est rapidement abandonné en raisons des difficultés, le remorquage des hydravions ne pouvant se faire que par temps calme.

(Après refonte)

-Un canon de 90mm modèle 1926 alimenté à 82 coups

-Deux mitrailleuses Darne de 7.5mm en affûts simples sous masque

-Deux canons de 37mm Schneider modèle 1941 en un affût double.

-Deux grenadeurs axiaux à l’arrière avec 16 grenades.

Equipage :  23 hommes

Les chasseurs de sous-marins du programme 1938bis

La tranche 1938bis prévoit la construction de cinq chasseurs supplémentaires (CH17 à 21) semblables aux navires précédents. Leur construction est attribuée aux Forges et Chantiers de la Méditerranée (FCM) dans leur site du Havre.

-Le CH17 est mis sur cale aux Forges et Chantiers de la Méditerranée du Havre le 8 août 1939 lancé le 14 mars 1940 et admis au service actif le 7 juillet 1940

-Le CH18 est mis sur cale aux Forges et Chantiers de la Méditerranée du Havre le 8 août 1939 lancé le 14 mars 1940 et admis au service actif le 7 juillet 1940

-Le CH19 est mis sur cale aux Forges et Chantiers de la Méditerranée du Havre le 8 août 1939 lancé le 14 mars 1940 et admis au service actif le 7 juillet 1940

-Le CH20 est mis sur cale aux Forges et Chantiers de la Méditerranée du Havre le 8 août 1939 lancé le 14 mars 1940 et admis au service actif le 7 juillet 1940

-Le CH21 est mis sur cale aux Forges et Chantiers de la Méditerranée du Havre le 8 août 1939 lancé le 14 mars 1940 et admis au service actif le 7 juillet 1940

Ces cinq navires sont affectés à  Casablanca (CH 17 18 et 19) et à Beyrouth (CH 20 et 21).

Le chasseur de sous-marins CH-41

Le chasseur de sous-marins CH-41

Dans cette même tranche, huit autres chasseurs à coque en bois sont commandés, des navires numérotés CH41 CH42 CH43 CH44 CH45 CH46 CH47 et CH48. Leur construction est attribuée aux chantiers Delmas & Vieljeux de La Rochelle habitué de la construction des coques en bois.

-Le CH-41 est mis sur cale le 4 janvier 1940 lancé le 7 juin 1940 et mis en service le 12 septembre 1940

-Le CH-42 est mis sur cale le 4 janvier 1940 lancé le 7 juin 1940 et mis en service le 12 septembre 1940

-Le CH-43 est mis sur cale le 4 janvier 1940 lancé le 7 juin 1940 et mis en service le 12 septembre 1940

-Le CH-44 est mis sur cale le 4 janvier 1940 lancé le 7 juin 1940 et mis en service le 12 septembre 1940

-Le CH-45 est mis sur cale le 14 juin 1940 lancé le 2 décembre 1940 et mis en service le 17 février 1941

-Le CH-46 est mis sur cale le 14 juin 1940 lancé le 2 décembre 1940 et mis en service le 17 février 1941

-Le CH-47 est mis sur cale le 14 juin 1940 lancé le 2 décembre 1940 et mis en service le 17 février 1941

-Le CH-48 est mis sur cale le 14 juin 1940 lancé le 2 décembre 1940 et mis en service le 17 février 1941

Les CH-41 et 42 sont basés à Dunkerque, les CH-43 et 44 sont basés à Ajaccio, les CH-45 et 46 sont basés à Saïgon et les CH-47 et 48 sont basés à Nouméa.

Caractéristiques Techniques

Déplacement :  standard 98 tonnes pleine charge 128 tonnes

Dimensions :  longueur 32.10m large 4.2m tirant d’eau 1.75m

Propulsion :  deux moteurs diesels MAN développant une puissance maximale de 1000ch et actionnant deux hélices

Performances :  vitesse maximale 15.5 noeuds distance franchissable : 1200 miles nautiques à 8 noeuds 680 miles nautiques à 13.5 noeuds

Armement :

-Un canon de 75mm modèle 1897 alimenté à 100 coups installé à l’avant remplacé en 1943/44 par un canon de 90mm modèle 1926 avec 60 coups

-Deux mitrailleuses Darne de 7.5mm en affûts simples sous masque

-Deux mitrailleuses de 13.2mm Hotchkiss en un affût double remplacé en 1945/46 par un canon de 37mm

-Deux grenadeurs axiaux à l’arrière avec 16 grenades.

Equipage :  19 hommes

Les chasseurs de sous-marins du programme de 1940

En janvier 1940, six nouveaux chasseurs sont commandés à l’industrie (les chantiers privés) pour renforcer les besoins en métropole.

Après un moment d’hésitation, la coque est construite en bois et les navires numérotés CH-49 CH-50 CH-51 CH-52 CH-53 et 54. La construction des trois premiers est attribuée aux chantiers Ziegler de Dunkerque et les trois autres à la Socarenam de Boulogne.

-Le CH-49 est mis sur cale le 4 septembre 1940 lancé le 3 mars 1941 et mis en service le 17 juin 1941

-Le CH-50 est mis sur cale le 4 septembre 1940 lancé le 3 mars 1941 et mis en service le 17 juin 1941

-Le CH-51  est mis sur cale le 4 septembre 1940 lancé le 3 mars 1941 et mis en service le 17 juin 1941

-Le CH-52 est mis sur cale le 10 septembre 1940 lancé le 3 mars 1941 et mis en service le 15 juin 1941

-Le CH-53 est mis sur cale le 10 septembre 1940 lancé le 3 mars 1941 et mis en service le 15 juin 1941

-Le CH-54 est mis sur cale le 10 septembre 1940 lancé le 3 mars 1941 et mis en service le 15 juin 1941
Les CH-49 et 50 sont à Toulon, les CH-51 et 52 à Bizerte et les CH-53 et 54 à Brest

Caractéristiques Techniques

Déplacement :  standard 107 tonnes pleine charge 137 tonnes

Dimensions :  longueur 37.10m large 5.6m tirant d’eau 1.95m

Propulsion :  deux moteurs diesels MAN développant une puissance maximale de 1130ch et actionnant deux hélices

Performances :  vitesse maximale 15.5 noeuds distance franchissable : 1200 miles nautiques à 8 noeuds 680 miles nautiques à 13.5 noeuds

Armement :

– Un canon de 75mm modèle 1897 alimenté à 100 coups installé à l’avant remplacé ultérieurement par un canon de 90mm modèle 1926 alimenté à 75 coups

-Deux mitrailleuses Darne de 7.5mm en affûts simples sous masque

-Deux mitrailleuses de 13.2mm en un affût double puis un canon de 25 ou de 37mm en affût simple.

-Deux grenadeurs axiaux à l’arrière avec 16 grenades.

Equipage :  23 hommes

Publicités

14-Navires légers (39) Corvettes classe La Malouine (8)

La Sablaise

-La Sablaise est mise sur cale aux chantiers navals Harland & Wolff de Belfast le 12 août 1943 lancée le 21 mai 1944 et mise en service le 5 janvier 1945.

Affecté à la 7ème DEO à Dakar, la corvette La Sablaise quitte Belfast le 8 janvier, fait escale à Brest du 10 au 15 janvier, à Casablanca du 19 au 22 février avant de rallier Dakar le 27 février 1945, retrouvant ses sister-ships La Lyonnaise et L’Oranaise.

Du 10 janvier au 25 février 1948, il est échoué dans le bassin n°2 du port de Dakar pour son premier grand carénage.

Après des travaux complémentaires à quai, elle est armée pour essais le 11 mars, sortant pour ses essais réglementaires les 12 et 13 mars puis pour sa remise en condition du 15 au 30 mars, date à laquelle elle est de nouveau déclarée disponible.

Le 5 septembre 1948, la corvette La Sablaise était en patrouille anti-sous-marine au large de Dakar en compagnie de La Lyonnaise.  

La Quimperoise

-La Quimperoise est mise sur cale aux chantiers navals Harland & Wolff de Belfast le 5 mai 1944 lancée le 21 février 1945 et mise en service le 1er octobre 1945.

La trentième corvette de classe La Malouine quitte Belfast le 3 octobre, fait escale à Cherbourg du 5 au 8 octobre avant de rallier Dunkerque le 9 octobre 1945, intégrant la 8ème DEO où elle retrouve L’Algéroise et L’Aixoise.

Le 8 juillet 1948, la corvette La Quimperoise quitte Dunkerque pour rallier Cherbourg le 9 juillet afin de subir son premier grand carénage. Il est échoué au bassin n°1 du 10 juillet au 30 août 1948 pour une remise en état complète.

Après des travaux complémentaires à quai, elle est armée pour essais le 7 septembre, ses essais et sa remise en condition étant accélérée par la guerre, la corvette étant sur le pied de guerre dès le 20 septembre 1948.

La Servannaise

-La Servannaise est mise sur cale aux chantiers navals Harland & Wolff de Belfast le 5 mai 1944 lancée le 21 février 1945 et mise en service le 1er octobre 1945.

Affectée à Dakar au sein de la 7ème DEO, la 31ème corvette quitte Belfast et l’Ulster le 5 octobre, font escale à Brest du 7 au 11 octobre, à Casablanca du 15 au 19 octobre avant de rallier Dakar le 23 octobre 1945.

Son arrivée permet à la 7ème DEO d’atteindre son format définitif à quatre navires lui apportant une vraie souplesse opérationnelle.

Du 16 juin au 30 juillet 1948, la corvette est échouée au bassin n°1 pour un grand carénage destiné à le remettre totalement en état.

Après des travaux complémentaires à quai, elle est armée pour essais le 14 août, sortant pour essais les 15 et 16 août puis pour remise en condition du 18 au 30 août 1948.

Le 5 septembre 1948, la Servannaise est à quai à Dakar et se prépare à assurer des patrouilles anti-sous-marines et des escortes de convois.

La Cherbourgeoise

-La Cherbourgeoise est mise sur cale aux chantiers navals Harland & Wolff de Belfast le 5 juin 1944 lancé le 2 avril 1945 et mise en service le 15 décembre 1945.

Affectée à Dunkerque au sein de la 8ème DEO, la 32ème et dernière corvette de classe La Malouine  quitte Belfast et l’Ulster le 17 décembre, fait escale à Cherbourg du 19 au 22 décembre avant de rallier Dunkerque le 23 décembre en fin de soirée.

Le 5 septembre 1948, la corvette de la 8ème DEO est à quai à Dunkerque et appareille aussitôt pour une patrouille ASM en Manche.

Caractéristiques Techniques des corvettes classe La Malouine

Déplacement : standard 940 tonnes pleine charge 1160 tonnes

Dimensions : longueur 62.50m largeur 10.10m tirant d’eau 3.50m

Propulsion : machine à vapeur à triple détente de 4 cylindres et deux chaudières développant 2750ch et entrainant une hélice

Performances : vitesse maximale 16 noeuds distance franchissable 3456 miles nautiques à 12 noeuds

Electronique : un radar de navigation, un radar de veille combinée air-surface et un Asdic

Armement : un canon de 100mm modèle 1932 en affût simple modèle 1939 (les six premières ayant le canon modèle 1927 à  l’origine), huit mitrailleuses de 13.2mm en un affût quadruple et deux affûts doubles plus soixante-quinze grenades ASM

Les mitrailleuses de 13.2mm sont remplacées par six canons de 37mm en trois affûts doubles sauf celles équipés d’origine du modèle 1941

Equipage : 85 officiers et marins  

14-Navires légers (38) Corvettes classe La Malouine (7)

La Lyonnaise

-La Lyonnaise est mise sur cale aux chantiers navals Smith’s Dock de Middlesborough le 4 mars 1943 lancée le 4 janvier 1944 et mise en service le 12 août 1944.

La 25ème corvette de classe La Malouine quitte son chantier constructeur le 16 août pour rallier Dakar, son port d’attache. Elle fait escale à Brest du 21 au 25 août, à Casablanca du 29 au 31 août avant de rallier Dakar le 6 septembre 1944.

Le 11 décembre 1944, la corvette L’Oranaise arrive à Dakar. Son arrivée permet l’activation de la 7ème DEO en attendant les corvettes La Sablaise et La Servanaise qui doivent la compléter.

La 7ème DEO basée dans la capitale de l’AOF à pour mission de traquer les submersibles dans l’Atlantique Sud et dans le Golfe de Guinée mais également d’assurer des missions d’escorte atlantique notamment depuis Fort de France et Cayenne.

Du 5 septembre au 22 octobre 1947, la 25ème corvette de classe La Malouine est échouée dans la forme n°2 du port de Dakar, une forme qui semble écraser la corvette puisque la forme de radoub mesure 260m de long et 30m de large pour pouvoir si nécessaire soutenir un cuirassé de classe Alsace en opérations dans la région mais également pensée pour l’après guerre et le radoub de navires marchands dont la taille ne cessait d’augmenter.

Après des travaux complémentaires à quai, la corvette est armée pour essais le 3 novembre 1947, sortant pour essais le 4 et le 5 novembre puis pour remise en condition du 7 au 21 novembre, la corvette reprennant un service courant le 22 novembre.

Le 5 septembre 1948, la corvette La Lyonnaise était en patrouille anti-sous-marine au large de Dakar en compagnie de La Sablaise.

L’Algéroise

-L’Algeroise est mise sur cale aux chantiers navals Harland & Wolff de Belfast le 7 juillet 1943 lancée le 15 avril 1944 et mise en service le 20 novembre 1944.

Affectée à Dunkerque, la corvette quitte son chantier constructeur le 22 novembre, fait escale à Cherbourg du 24 au 27 novembre avant de rallier Dunkerque le 28 novembre 1944, ralliant l’Escadre Légère du Nord (ELN) où il est placé hors rang en attendant la mise en service de L’Aixoise.

Le 13 janvier 1945, la corvette L’Aixoise arrive à Dunkerque ce qui permet donc l’activation de la 8ème DEO, cette division devant mener des missions de lutte ASM en Manche et mer du Nord ainsi que des escortes de convois notamment ceux transportant les troupes britanniques appelées à se déployer sur le Continent.

Le 12 août 1947, la corvette L’Algéroise quitte Dunkerque pour Cherbourg afin de subir son premier grand carénage. Elle est échouée dans le bassin n°2 de l’Arsenal de Cherbourg du 15 août au 1er octobre 1947 pour une remise en état générale et une mise à jour des radars et de l’Asdic.

Après des travaux complémentaires à quai, la corvette est armée pour essais le 15 octobre, effectuant ses essais réglementaires les 16 et 17 octobre puis sa remise en condition du 19 au 31 octobre, la corvette ralliant Dunkerque le 1er novembre 1947.

Le 5 septembre 1948, la corvette était en patrouille anti-sous-marine dans le détroit du Pas de Calais en compagnie de l’Aixoise.

L’Oranaise

-L’Oranaise est mise sur cale aux chantiers navals Harland & Wolff de Belfast le 7 juillet 1943 lancée le 15 avril 1944 et mise en service le 20 novembre 1944.

Elle quitte l’Ulster le 22 novembre, fait escale à Brest du 25 au 28 novembre pour charger des munitions, recompléter sa cambuse et ses soutes à carburant avant de reprendre la mer, faisant une brève escale à Casablanca du 2 au 4 décembre avant d’arriver à Dakar le 11 décembre 1944.

Son arrivée permet l’activation de la 7ème DEO qu’elle forme avec son sister-ship La Lyonnaise en attendant les corvettes La Sablaise et La Servanaise.

La 7ème DEO basée dans la capitale de l’AOF à pour mission de traquer les submersibles dans l’Atlantique Sud et dans le Golfe de Guinée mais également d’assurer des missions d’escorte atlantique notamment depuis Fort de France et Cayenne.

Du 25 octobre au 2 décembre 1947, la corvette est échouée dans le bassin n°1 du port de Dakar pour une remise en état complète et une mise à jour de ses radars et de l’Asdic.

Après des travaux complémentaires à quai, l’Oranaise est armée pour essais le 16 décembre, sortant pour essais les 17 et 18 décembre puis pour remise en condition du 20 décembre 1947 au 2 janvier 1948.

Le 5 septembre 1948, l’Oranaise est à quai à Dakar et se prépare à assurer des patrouilles anti-sous-marines et des escortes de convois.

L’Aixoise

-L’Aixoise est mise sur cale aux chantiers navals Harland & Wolff de Belfast le 12 août 1943 lancée le 21 mai 1944 et mise en service le 5 janvier 1945.

Elle quitte Belfast le 7 janvier 1945, fait escale à Cherbourg du 9 au 12 janvier avant de rallier Dunkerque le lendemain.

Son arrivée permet l’activation de la 8ème DEO qui doit encore accueillir ses sister-ships La Quimperoise et La Cherbourgeoise.

Cette division devant mener des missions de lutte ASM en Manche et mer du Nord ainsi que des escortes de convois notamment ceux transportant les troupes britanniques appelées à se déployer sur le Continent.

Le 23 janvier 1948, la 28ème corvette de classe La Malouine quitte Dunkerque pour rallier Cherbourg le lendemain 24 janvier 1948. Il est échoué au bassin n°3 26 janvier au 3 mars 1948 pour un grand carénage.

Après des travaux complémentaires à quai, il est armé pour essais le 18 mars, sortant pour essais les 19 et 20 mars puis pour remise en condition du 22 mars au 3 avril 1948. Il quitte Cherbourg le 4 avril pour rallier Dunkerque en fin de journée.

Le 5 septembre 1948, la corvette était en patrouille anti-sous-marine dans le détroit du Pas de Calais en compagnie de l’Algéroise.

14-Navires légers (37) Corvettes classe La Malouine (6)

La Strasbourgeoise

-La Strasbourgeoise est mis sur cale aux chantiers J. Lewis & Sons Ltd d’Aberdeen le 14 avril 1942 lancée le 7 janvier 1943 et mise en service le 10 septembre 1943.

Affectée à la 5ème DEO, elle quitte son chantier constructeur le 13 septembre, fait escale à Brest du 17 au 21 septembre avant de traverser l’Atlantique pour rallier Fort de France le 29 septembre 1943 où elle retrouve La Parisienne et La Messine.

Comme ses compères de la 5ème Division d’Escorte Océanique, la vingt et unième corvette de classe La Malouine va assurer la sécurisation des Antilles contre de possibles sous-marins allemands ainsi que des escortes de convois.

Du 5 novembre au 15 décembre 1946, la corvette est échouée au bassin pour son premier grand carénage. Après des travaux complémentaires à quai, elle est armée pour essais le 1er janvier 1947, sortant pour essais les 2 et 3 janvier puis pour remise en condition du 5 au 20 janvier 1947, date à laquelle la corvette est de nouveau disponible.

Le 5 septembre 1948, la corvette était à quai à Fort de France.  Elle est mise en alerte prête à patrouiller ou à escorter un convoi en direction de la métropole ou de l’AOF.

La Lilloise

-La Lilloise est mise sur cale aux chantiers navals Smith’s Dock de Middlesborough le 5 janvier 1943 lancée le 15 octobre 1943 et mise en service le 14 mai 1944.

La Lilloise et La Clermontoise quittent ensemble leur chantier constructeur le 22 mai pour leur long périple jusqu’à Diego-Suarez. Les deux corvettes font escale à Brest du 26 au 29 mai, à Casablanca du 2 au 5 juin, franchissent le détroit de Gibraltar le 6 juin pour pénétrer en Méditerranée.

Après un ravitaillement à Bizerte le 10 juin, ils sont à Alexandrie du 14 au 16 juin pour franchir le canal de Suez les 17 et 18 juin. Après avoir descendu la mer Rouge, les deux corvettes sont à Djibouti du 23 au 25 juin avant de rallier Diego-Suarez le 2 juillet 1944 après un voyage de 41 jours.

Leur arrivée permet à la 6ème DEO d’atteindre son format définitif à quatre navires pour s’opposer aux sous-marins italiens et pour escorter les convois transitant dans la région.

Du 5 juin au 15 juillet 1947, la corvette est échouée au bassin n°1 pour une remise en état complète et une mise à jour de son électronique. Après des travaux complémentaires à quai, la corvette est armée pour essais le 1er août, sortant pour essais les 2 et 3 août puis pour remise en condition du 5 au 20 août, date à laquelle la corvette est à nouveau disponible.

Le 5 septembre 1948, La Lilloise et La Clermontoise escortaient un petit convoi de trois caboteurs entre Diego-Suarez et Djibouti  _des recrues malgaches et une batterie d’artillerie de 75_.

Les deux corvettes arrivent à Djibouti le 8 septembre, se ravitaillent puis rentrent à Diego-Suarez pour prendre en charge d’autres convois en compagnie de leurs compères La Rouennaise et La Nancéenne.

La Caennaise

-La Caennaise est mise sur cale aux chantiers navals Smith’s Dock de Middlesborough le 4 mars 1943 lancée le 4 janvier 1944 et mise en service le 12 août 1944.

La Caennaise quitte son chantier constructeur le 14 août 1944, fait escale à Brest du 18 au 23 août où elle se ravitaille, charge des munitions et procède à d’ultimes travaux et d’ultimes tests. La corvette quitte Brest en fin d’après midi, 23 août 1944 pour rallier Fort de France le 1er septembre 1944 où elle intègre la 5ème DEO.

Comme ses compères de la 5ème Division d’Escorte Océanique, la 23ème corvette de classe La Malouine va assurer la sécurisation des Antilles contre de possibles sous-marins allemands ainsi que des escortes de convois.

Du 16 septembre au 30 octobre 1947, elle est échouée dans la forme de radoub pour son premier grand carénage, une remise en état générale et une mise à jour des radars et de l’Asdic.

Après des travaux complémentaires à quai, la corvette est armée pour essais le 12 novembre, sortant pour ses essais réglementaires les 13 et 14 novembre puis pour remise en condition du 16 au 30 novembre date à laquelle elle est de nouveau disponible.

Le 5 septembre 1948, la corvette était à quai à Fort de France. Elle est mise en alerte prête à appareiller pour une patrouille anti-sous-marine ou des escortes de convois.

La Clermontoise

-La Clermontoise est mise sur cale aux chantiers navals Smith’s Dock de Middlesborough le 12 janvier 1943 lancée le 23 octobre 1943 et mise en service le 21 mai 1944.

La Clermontoise et La Lilloise quittent ensemble leur chantier constructeur le 22 mai pour leur long périple jusqu’à Diego-Suarez. Les deux corvettes font escale à Brest du 26 au 29 mai, à Casablanca du 2 au 5 juin, franchissent le détroit de Gibraltar le 6 juin pour pénétrer en Méditerranée.

Après un ravitaillement à Bizerte le 10 juin, ils sont à Alexandrie du 14 au 16 juin pour franchir le canal de Suez les 17 et 18 juin. Après avoir descendu la mer Rouge, les deux corvettes sont à Djibouti du 23 au 25 juin avant de rallier Diego-Suarez le 2 juillet 1944 après un voyage de 41 jours.
Leur arrivée permet à la 6ème DEO d’atteindre son format définitif à quatre navires pour s’opposer aux sous-marins italiens et pour escorter les convois transitant dans la région.

Du 16 juillet au 31 août 1947, la corvette est échouée au bassin pour son  premier grand carénage, une remise en état générale et une mise à jour des radars et de l’électronique.

Après des travaux complémentaires à quai, la corvette est armée pour essais le 13 août, effectuant ses essais à la mer les 14 et 15 août puis sa remise en condition du 17 au 31 août, date à laquelle elle est de nouveau opérationnelle.

Le 5 septembre 1948, La Clermontoise et La Lilloise escortaient un petit convoi de trois caboteurs entre Diego-Suarez et Djibouti _des recrues malgaches et une batterie d’artillerie de 75_.

Les deux corvettes arrivent à Djibouti le 8 septembre, se ravitaillent puis rentrent à Diego-Suarez pour prendre en charge d’autres convois en compagnie de leurs compères La Rouennaise et La Nancéenne.

14-Navires légers (36) Corvettes classe La Malouine (5)

La Parisienne

-La Parisienne est mis sur cale aux chantiers J. Lewis & Sons Ltd d’Aberdeen le 14 janvier 1942 lancée le 20 novembre 1942 et mise en service le 30 juillet 1943.

La dix-septième corvette construite pour la marine nationale quitte l’Ecosse et ses frimats pour des latitudes plus clémentes. Appareillant du grand port d’Ecosse le 3 août, elle fait escale à Brest du 7 au 14 août avant de traverser l’Atlantique, direction Fort de France son nouveau port d’attache où elle arrive le 22 août. Il est placé hors rang au sein des FNFA.

Cette situation est éphémère car le 21 septembre, son sister-ship La Messine arrive à Fort de France ce qui permet l’activation de la 5ème DEO dont la mission en temps de guerre est de participer à la sécurisation des Antilles contre les sous-marins ennemis et à escorter de probables convois FFC (Fort de France Casablanca), des convois de troupes et de produits tropicaux nécessaires à une économie nord-africaine en pleine expansion voir des convois FFB (Fort de France Brest), des convois qui seraient essentiellement composées de transport de troupes.

Du 13 août au 27 septembre 1946, la corvette La Parisienne est échouée dans la forme de radoub de la base de Fort de France pour son premier grand carénage qui comporte une remise en état complète et une modernisation des radars et de l’Asdic.

Après des travaux complémentaires à quai, la corvette est armée pour essais le 15 octobre, sortant pour ses essais réglementaires le 16 et le 17 octobre puis pour remise en condition du 19 au 31 octobre, date à laquelle elle peut reprendre ses missions.

Quand éclate le second conflit mondial, La Parisienne est à la mer pour entrainement en compagnie de son sister-ship La Messine. L’exercice est annulé et les deux corvettes rentrent au port pour se ravitailler et se tenir prête à toute éventualité.

La Rouennaise

-La Rouennaise est mis sur cale aux chantiers J. Lewis & Sons Ltd d’Aberdeen le 21 janvier 1942 lancée le 1er décembre 1942 et mise en service le 12 août 1943.

La Rouennaise quitte son chantier constructeur en même temps que son sister-ship La Nancéenne pour une véritable odysée puisque les deux corvettes doivent rallier Diego-Suarez, la grande base française dans l’Océan Indien.

Appareillant d’Ecosse le 13 août, les deux corvettes font escale à Brest du 17 au 21 août, à Casablanca du 25 au 30 août, franchissent les colonnes d’Hercules le 31 avant de pénétrer en Méditerranée, se ravitaillant à Bizerte le 5 septembre avant une nouvelle escale à Alexandrie du 8 au 11 septembre.

La Rouennaise et La Nancéenne franchissent le canal de Suez les 12 et 13 septembre, sont à Djibouti du 17 au 20 septembre avant de rallier Diego-Suarez le 29 septembre après un mois et demi de mer. Leur arrivée dans la Grande Ile permet l’activation de la 6ème DEO qui doit encore accueillir La Lilloise et La Clermontoise.

La mission principale de la 6ème Division d’Escorte Océanique est de lutter contre les sous-marins italiens déployés dans la région depuis notamment l’Eyrthrée et la Somalie italienne et d’escorter les convois transitant par cet océan, ceux pouvant ravitailler et renforcer l’Indochine ou la Nouvelle Calédonie mais ceux également transportant en Europe les troupes indiennes, australiennes et néo-zélandaises.

Du 21 août au 1er octobre 1946, la corvette est échouée dans le bassin n°1 de Diego-Suarez pour un premier grand carénage. Après des travaux complémentaires à quai, La Rouennaise est armée pour essais le 13 octobre, sortant pour essais officiels les 14 et 15 octobre puis pour remise en condition du 17 au 30 octobre 1946.

Le 24 août 1948, il quitte Diego-Suarez en compagnie du pétrolier La Garonne pour rallier Adaban afin de charger du mazout pour les dépôts de Diego-Suarez. Les deux navires arrivent à destination le 2 septembre, chargeant du mazout les 3 et 4 septembre, appareillant dans la nuit du 4 au 5 septembre pour rentrer à Diego-Suarez le 14 septembre 1948.

La Messine

-La Messine est mis sur cale aux chantiers J. Lewis & Sons Ltd d’Aberdeen le 28 janvier 1942 lancée le 10 décembre 1942 et mise en service le 25 août 1943.

La dix-neuvième corvette de classe La Malouine quitte l’Ecosse le 30 août, fait escale à Brest du 5 au 12 septembre avant de rallier Fort de France le 21 septembre 1943, son arrivée permettant l’activation de la 5ème DEO qui atteindra son format définitif avec les mises en service de La Strasbourgeoise et de la Caennaise.

Après de nombreux exercices et patrouilles, La Messine est échouée au bassin de la base navale de Fort de France du 28 septembre au 4 novembre 1946 pour son premier grand carénage.

Après des travaux complémentaires à quai, la corvette est armée pour essais le 18 novembre, sortant pour essais les 19 et 20 novembre puis pour remise en condition du 22 novembre au 7 décembre 1946, date à laquelle la corvette est déclarée disponible.

Quand éclate le second conflit mondial, La Messine est à la mer pour entrainement en compagnie de son sister-ship La Parisienne. L’exercice est annulé et les deux corvettes rentrent au port pour se ravitailler et se tenir prête à toute éventualité.

La Nancéenne

-La Nancéenne est mis sur cale aux chantiers J. Lewis & Sons Ltd d’Aberdeen le 24 janvier 1942 lancée le 2 décembre 1942 et mise en service le 14 août 1943.

La Nancéenne quitte son chantier constructeur en même temps que son sister-ship La Rouennaise pour une véritable odysée puisque les deux corvettes doivent rallier Diego-Suarez, la grande base française dans l’Océan Indien.

Appareillant d’Ecosse le 13 août, les deux corvettes font escale à Brest du 17 au 21 août, à Casablanca du 25 au 30 août, franchissent les colonnes d’Hercules le 31 avant de pénétrer en Méditerranée, se ravitaillant à Bizerte le 5 septembre avant une nouvelle escale à Alexandrie du 8 au 11 septembre.

La Nancéenne et La Rouennaise franchissent le canal de Suez les 12 et 13 septembre, sont à Djibouti du 17 au 20 septembre avant de rallier Diego-Suarez le 29 septembre après un mois et demi de mer. Leur arrivée dans la Grande Ile permet l’activation de la 6ème DEO qui doit encore accueillir La Lilloise et La Clermontoise.

Du 15 septembre au 30 octobre 1946, la vingtième corvette est échouée au bassin n°2 pour une remise en état complète. Après des travaux complémentaires à quai, elle est armée pour essais le 13 novembre, sortant pour ses essais réglementaires les 14 et 15 novembre puis pour sa remise en condition du 17 au 30 novembre, date à laquelle la corvette est de nouveau disponible.

Le 5 septembre 1948, La Nancéenne était à quai à Diego-Suarez. Elle est mise en alerte à l’annonce des bombardements allemands sur la Norvège (comme l’ensemble des forces navales françaises) mais bien vite va prendre part à des missions plus «routinières» : l’escorte de convois de transport de troupes entre Fremantle et Suez, relevant l’escorte australienne avant de passer le relais à l’entrée du canal en mer Rouge à des navires britanniques ou australiens détachés auprès de la Royal Navy.

14-Navires légers (35) Corvettes classe La Malouine (4)

La Rennaise

-La Rennaise est mise sur cale aux chantiers Smith Dock’s de Middlesborough le 7 juin 1941 lancée le 20 mars 1942 et mise en service le 5 novembre 1942.

La treizième corvette de classe La Malouine quitte son chantier constructeur le 7 novembre et rallie son port d’attache en l’occurence Lorient le 10 novembre, intégrant dans la foulée la 3ème DEO qu’elle forme avec ses sister-ships La Nimoise et La Calvaise en attendant la mise en service de L’Agenaise.

Comme ses trois compères, La Rennaise va être chargée de missions d’escorte de navires sensibles en temps de paix, de convois en temps de guerre et de missions de sécurisation du Golfe de Gascogne pour rendre fort peu agréable une mission dans cette région.

Du 16 avril au 30 mai 1946, la corvette est échouée dans le bassin n°3 de l’Arsenal de Brest pour une remise en état complète et une modernisation de l’électronique.

Après des travaux complémentaires à quai, la corvette est armée pour essais le 15 juin 1946 effectuant ses essais les 16 et 17 juin puis sa remise en condition du 19 au 30 juin 1946.

Le 5 septembre 1948, la corvette La Rennaise était en patrouille ASM au large de Lorient. Avertie des bombardements allemands, elle reçoit un ordre de vigilance au cas où l’attaque sur la Norvège serait doublée d’une action contre notre trafic commercial et militaire.

Elle va recevoir pour cela l’aide de son sister-ship L’Agenaise qui appareille en fin d’après midi et des avions et des hydravions basés en Bretagne.

La Rochelaise

-La Rochelaise est mise sur cale aux chantiers navals Smith’s Dock de Middlesborough le 14 juin 1941 lancée le 3 avril 1942 et mise en service le 23 novembre 1942.

Elle quitte le nord de l’Angleterre le 25 novembre pour rallier directement Brest où elle arrive le 30 novembre à l’aube, intégrant la foulée la 4ème DEO.

Du 21 janvier au 3 mars 1946, la «Malouine n°14» est échouée dans le bassin n°3 de l’Arsenal de Brest pour son premier grand carénage, une remise en état complète plus la modernisation de l’électronique.

Après des travaux complémentaires à quai, la corvette est armée pour essais le 15 mars, sortant pour ses essais réglementaires le 16 et le 17 puis pour sa remise en condition du 19 au 31 mars 1946, date à laquelle elle reprend son service normal.

Le 5 septembre 1948, la Rochelaise était à quai à Brest. Elle reçoit l’ordre de se préparer à escorte les convois transportant les troupes et le matériel du Corps Expéditionnaire Français en Norvège (CEFAN) en compagnie notamment de la 1ère DEO et de ses sister-ships de la 4ème DEO.

L’Agenaise

-L’Agenaise est mise sur cale aux chantiers navals Smith’s Dock de Middlesborough le 4 juillet 1941 lancée le 7 mai 1942 et mise en service le 4 janvier 1943.

La quinzième corvette construite pour la marine Nationale quitte son chantier constructeur le 6 janvier pour rallier Lorient le 12 janvier, permettant à la 3ème DEO d’atteindre son format définitif.
Avec ses compères La Nimoise La Calvaise et La Rennaise, elle va assurer des missions de patrouille, d’escorte et de lutte anti-sous-marine notamment dans le Golfe de Gascogne.

Du 2 janvier au 8 février 1946, la corvette est échouée dans le bassin ouest de l’Arsenal de Lorient pour son premier grand carénage, une remise en état générale doublée d’une modernisation de l’électronique.

Après des travaux complémentaires à quai, elle est armée pour essais le 20 février, sortant pour ses essais réglementaires les 21 et 22 février puis pour sa remise en condition du 24 février au 5 mars 1946, date à laquelle elle peut reprendre le cours normal de ses activités.

Le 5 septembre 1948, la corvette l’Agenaise était à quai à Lorient.  Avertie des bombardements allemands, elle reçoit l’ordre d’appareiller pour prêter main forte à son compère La Rennaise pour contrer une possible action des sous-marins allemands contre notre trafic commercial et militaire ce qui est chose faite en fin d’après midi.

La Paloise

-La Paloise est mise sur cale aux chantiers navals Smith’s Dock de Middlesborough le 14 juillet 1941 lancée le 20 mai 1942 et mise en service le 14 janvier 1943.

Elle quitte son chantier constructeur le 18 janvier 1943 pour rallier son port d’attache Brest le 23 janvier, permettant à la 4ème DEO d’atteindre son format définitif à quatre navires.

Comme la 1ère DEO, comme ses compères La Calaisienne La Troyenne et La Rochelaise, la corvette La Paloise va mener d’incessantes missions de patrouille et d’escorte de navires sensibles, devant en temps de guerre assurer la protection des convois codés BCD (Brest Casablanca Dakar) et leur pendant sud-nord DCB (Dakar Casablanca Brest).

Du 4 mars au 15 avril 1946, la seizième corvette de classe La Malouine est échouée dans le bassin n°3 pour son premier grand carénage. Elle y subit une remise en état complète et une modernisation de son électronique embarquée.

Après des travaux complémentaires à quai, elle est armée pour essais le 27 avril, effectuant ses essais réglementaires le 28 et le 29 puis sa remise en condition du 1er au 14 mai, date à laquelle elle peut reprendre ses activités opérationnelles.

A l’annonce de l’invasion allemande de la Norvège, La Paloise _qui venait de rentrer d’un entrainement au large d’Ouessant_ reçoit l’ordre de se préparer à escorter les convois transportant les troupes et le matériel du Corps Expéditionnaire Français en Norvège (CEFAN) en compagnie notamment de la 1ère DEO et de ses sister-ships de la 4ème DEO.

14-Navires légers (34) Corvettes classe La Malouine (3)

La Nimoise

-La Nimoise est mise sur cale aux chantiers Harland & Wolf de Belfast le 25 octobre 1940 lancée le 23 juin 1941 et mise en service le 17 janvier 1942.

La neuvième «La Malouine» quitte Belfast le 18 janvier pour rallier Lorient le 22 janvier. Elle est placée hors rang au sein du groupement de surveillance de la flotte de l’Atlantique. Elle doit à terme former la 3ème DEO en compagnie de ses sister-ships La Calvaise La Rennaise et La Agenaise.

Le 21 septembre 1942, la corvette La Calvaise arrive à Lorient ce qui permet l’activation de la 3ème Division d’Escorte Océanique (3ème DEO) qui atteindra son format définitif avec la mise en service des corvettes La Rennaise et L’Agenaise.

Cette division outre les classiques missions d’escorte aura pour principal rôle de sécuriser le golfe de Gascogne et d’en faire un cauchemar pour les submersibles ennemis dont on se doute qu’ils seront plus probablement allemands qu’espagnols ou même italiens.

Du 21 janvier au 1er mars 1945, la corvette est échouée dans le bassin ouest de l’Arsenal de Lorient pour un grand carénage.

L’arsenal morbihanais est plus sécialisé dans les constructions neuves mais l’expansion de la flotte et la quasi-saturation de l’arsenal de Brest à rendu obligatoire l’utilisation du moindre bassin disponible pour caréner. Outre une remise en état complète, elle subit une modernisation de son électronique et de sa DCA.

Après des travaux complémentaires à quai, elle est armée pour essais le 14 mars 1945, sortant pour essais les 15 et 16 puis pour remise en condition du 18 au 30 mars, date à laquelle elle est de nouveau disponible.
La Nimoise est à nouveau échouée dans le bassin ouest du 15 avril au 31 mai 1948 pour une remise en état complète. Après des travaux complémentaires à flot, elle est armée pour essais le 15 juin, sortant pour essais les 16 et 17 puis pour remise en condition du 19 au 30 juin 1948, date à laquelle elle est de nouveau disponible.

Quand éclate le second conflit mondial le 5 septembre 1948, La Nimoise est en patrouille anti-sous-marin dans le Golfe de Gascogne. Elle reçoit des consignes de vigilance.

La Calaisienne

-La Calaisienne est mise sur cale aux chantiers Harland & Wolf de Belfast le 7 juin 1941 lancée le 5 mars 1942 et mise en service le 21 septembre 1942.

Elle quitte son chantier constructeur le 23 septembre pour rallier Brest le 26 septembre 1942 à l’aube, étant placée hors rang en attendant la mise de ses sister-ships  La Troyenne La Rochelaise et La Paloise avec qui il doit former la 4ème DEO.

Le 23 octobre 1942, la corvette La Troyenne franchit le Goulet qui sépare la rade de Brest de la haute mer ce qui permet l’activation de la 4ème DEO.

Cette division doit assurer les mêmes missions que la 1ère DEO à savoir la lutte ASM et l’escorte de convois BCD/DCB.

Du 13 août au 25 septembre 1945, la corvette est échouée dans le bassin Tourville pour son premier grand carénage, une remise en état complète doublée de la modernisation de l’électronique, la corvette disposant dès sa construction d’une DCA moderne.

Après des travaux complémentaires à quai, elle est armée pour essais le 9 octobre 1945, effectuant ses essais réglementaires le 10 et le 11 puis sa remise en condition du 13 au 23 octobre, reprennant le service courant le 24 octobre 1945.

Quand éclate le second conflit mondial le 5 septembre 1948, la corvette La Calaisienne était immobilisé depuis six jours pour un grand carénage dans le bassin Tourville. Elle était donc bien incapable de reprendre la mer même si avec le conflit, les travaux vont être accélerés.

La Calvaise

-La Calvaise est mise sur cale aux chantiers Smith’s Dock de Middlesborough le 14 mai 1941 lancée le 15 février 1942 et mise en service le 13 septembre 1942.

La onzième corvette de sa classe quitte son chantier constructeur le 15 septembre pour rallier Lorient le 21 septembre, permettant l’activation de la 3ème DEO qui doit encore accueillir La Rennaise et L’Agenaise

Cette division outre les classiques missions d’escorte aura pour principal rôle de sécuriser le golfe de Gascogne et d’en faire un cauchemar pour les submersibles ennemis dont on se doute qu’ils seront plus probablement allemands qu’espagnols ou même italiens.

Du 11 septembre au 24 octobre 1945, la corvette est échouée dans le bassin ouest de l’Arsenal de Lorient pour son premier grand carénage qui combine une remise en état complète et une modernisation de son électronique.

Après des travaux complémentaires à quai, la corvette est armée pour essais le 5 novembre 1945, effectuant ses essais le 6 et le 7 puis sa remise en condition du 9 au 21 novembre, date à laquelle elle peut reprendre le cours normal de son service.

Elle est de nouveau échouée dans le bassin ouest du 1er juin au 10 juillet 1948 pour un nouveau grand carénage qui se limite cette fois à une remise en état complète.

Après des travaux complémentaires à quai, elle est armée pour essais le 22 juillet, sortant pour essais les 23 et 24 juillet puis pour remise en condition du 26 juillet au 10 août, date à laquelle la corvette peut reprendre son service actif.

Le 5 septembre 1948, la corvette était en patrouille anti-sous-marin au large de l’estuaire de la Garonne.

La Troyenne

-La Troyenne est mise sur cale aux chantiers Smith’s Dock de Middlesborough le 30 mai 1941 lancée le 8 mars 1942 et mise en service le 15 octobre 1942.

Elle quitte son chantier constructeur le 17 octobre pour rallier Brest le 23 octobre 1942 et permettre ainsi l’activation de la 4ème DEO en compagnie de La Calaisienne, division qui doit encore accueillir  La Rochelaise et La Paloise.

Cette division doit assurer les mêmes missions que la 1ère DEO à savoir la lutte ASM et l’escorte de convois BCD/DCB.

Du 26 septembre au 30 octobre 1945, la douzième «La Malouine» est échouée au bassin Tourville pour son premier grand carénage, une remise en état complète doublée d’une modernisation de l’électronique.

Après des travaux complémentaires à quai, elle est armée pour essais le 12 novembre 1945, sortant pour ses essais réglementaires le 13 et le 14 puis pour sa remise en condition du 16 au 27 novembre, date à laquelle elle peut reprendre son service courant.

Du 16 avril au 16 mai 1948, la corvette La Troyenne est de nouveau échouée dans le bassin Tourville pour un nouveau grand carénage qui se limite cette fois à une remise en état complète.

Après des travaux complémentaires à flot, elle est armée pour essais le 30 mai, sortant pour essais réglementaires les 31 mai et 1er juin puis pour remise en condition du 3 au 15 juin, étant de nouveau disponible le 16 juin 1948.

Le 5 septembre 1948, la Troyenne était à quai à Brest. Elle reçoit l’ordre de se préparer à escorte les convois transportant les troupes et le matériel du Corps Expéditionnaire Français en Norvège (CEFAN) en compagnie notamment de la 1ère DEO et de ses sister-ships de la 4ème DEO.