Allemagne (85) Armée de l’Air (18)

Ordre de bataille de la Luftwafe en septembre 1948

Etat-Major Général (OberKommando der Luftwafe OKL) : implanté à Berlin à proximité du ministère de l’Air (Reichluftministerium RLM)

Luftflotte 1 (Berlin)

Couvrant le nord et l’est de l’Allemagne, la 1ère flotte aérienne de la Luftwafe dispose des moyens suivants :

-Quatre Geschwader de chasse de jour, deux équipés de Me-109 et deux de Focke-Wulf Fw-190

-Deux Geschwader de chasse lourde équipés de Me-110

Les six Geschwader de chasse sont regroupés au sein de deux Fliegerkorps avec deux unités de monomoteurs et une unité de bimoteurs

-Quatre Geschwader de bombardement, deux équipées de Dornier Do-217 et deux équipées de Ju-88 et de Ju-188

-Deux Geschwader de bombardement en piqué équipées de Junkers Ju-87

Comme pour la chasse, les Geschwader de bombardement sont répartis en deux Fliegerkorps composé chacun d’un Geschwader de bombardement en piqué et de deux de bombardement horizontal.

-Une Geschwader de reconnaissance stratégique équipée de Dornier Do-217

-Un groupe indépendant de reconnaissance équipé de Focke-Wulf Fw-189 et

de Fieseler Fi-156 Storch

-Un Geschwader de transport équipé de Junkers Ju-90 (2/3) et de Junkers Ju-52/3m (1/3)

Ces unités restent indépendantes, dépendant directement de l’état-major de la Luftflotte 1

-Des unités de planeurs et d’écolage

Luftflotte 2 (Braunschweig)

Couvrant le nord-ouest de l’Allemagne, cette 2ème flotte aérienne dispose des moyens suivants :

-Six Geschwader de chasse jour, quatre équipées de Me-109 et deux équipées de Fw- 190 répartis en deux Fliegerkorps

-Deux Geschwader de chasse lourde équipés pour l’un de Me-110 et pour l’autre de Me-210 formant un Fliegerkorps

-Quatre Geschwader de bombardement, deux équipées de Heinkel He-111, un de

Dornier Do-217 et un équipé de Heinkel He-179, le tout formant un puissant Fliegerkorps

-Un Geschwader de bombardement en piqué équipé de Junkers Ju-87

-Deux Geschwader d’attaque au sol équipés pour de Focke-Wulf Fw-190D

Ces trois unités forment un Fliegerkorps

-Un groupe indépendant de reconnaissance équipé de Focke-Wulf Fw-189 et de

Fieseler Fi-156 Storch

-Un Geschwader spécial de transport équipé de Messerschmitt Me-323 Giant et de

de Focke-Wulf Fw-200 Condor

-Des unités de planeurs et d’écolage

Luftflotte 3 (Munich)

Cette troisième flotte aérienne couvre le sud-ouest de l’Allemagne et dispose des moyens suivants

-Quatre Geschwader de chasse équipées pour deux d’entre-eux de Me-109 et pour les

deux autres de Fw-190

-Un Geschwader de chasse lourde équipé de Messerschmitt Me-210

Si un Fliegerkorps ne dispose que de deux Geschwader de Me-109, le deuxième regroupe les Fw-190 et les Me-210.

-Deux Geschwader de bombardement équipées de Junkers Ju-88/188 formant un

Fliegerkorps

-Un Geschwader de bombardement en piqué équipé de Junkers Ju-87

-Deux Geschwader d’attaque au sol, un équipé de Fw-190D et un équipé de Henschel

Hs-129

Les Geschwader de bombardement en piqué et d’attaque au sol sont regroupés au sein d’un

Fliegerkorps

-Un Geschwader de reconnaissance tactique équipé de Junkers Ju-188

-Un groupe indépendant de reconnaissance équipé de Focke-Wulf Fw-189 et de

Fieseler Fi-156 Storch

-Une escadre de transport équipé de Junkers Ju-90 (½) et de Junkers Ju-52/3m (½).

-Des unités de planeurs et d’écolage

Luftflotte 4 (Vienne)

Cette 4ème flotte aérienne qui couvre le sud-est de l’Allemagne dispose des moyens suivants :

-Deux Geschwader de chasse, un équipé de Me-109 et le second de Fw-190

-Un Geschwader de chasse lourde équipé de Me-410

Ces trois escadres forment un Fliegerkorps

-Deux Geschwader de bombardement horizontal, un équipé de Heinkel He-179 et un

second équipé de Dornier Do-217

-Un Geschwader de bombardement en piqué équipé de Junkers Ju-87

Ces trois escadres forment un Fliegerkorps

-Un groupe de reconnaissance tactique équipé de Focke-Wulf Fw-189 et de

Fieseler Fi-156 Storh

-Des unités de planeurs et d’écolages

FallschirmjägerKorps

-3rd FliegerDivision

-5th FliegerDivision

-7th FliegerDivision

Publicités

Allemagne (72) Armée de l’Air (5)

Messerschmitt Me-210

Deux Messerschmitt Me-210 en vol

Deux Messerschmitt Me-210 en vol

De tout temps, les militaires et les politiques ont rêvé d’un appareil polyvalent pouvant mener toutes les missions. On esperait gagner sur le plan de l’efficacité, de l’entrainement et du coût.

On peut parler du concept français BCR (Bombardement Combat Reconnaissance) qui donna naissance à des appareils médiocres (Amiot 143, Bloch MB-131), des appareils bons à rien et mauvais en tout.

En 1937, les ingénieurs de la firme Messerschmitt étudièrent un successeur au Bf-110 alors que les exemplaires de série du Zerstörer n’ont pas encore volé, les premiers appareils entrant en service en 1938.

maquette de l'Arado Ar-240

maquette de l’Arado Ar-240

Opposé à l’Arado Ar240, le projet de Messerschmitt baptisé Me-210 triompha. L’objectif était de disposer d’un chasseur lourd polyvalent pouvant mener de la chasse de nuit, de l’escorte, des missions de chasse-bombardement, de bombardement rapide voir de reconnaissance.

Il partageait ainsi de nombreux éléments de son prédécesseur. Sur le papier, les performances du nouvel appareil étaient impressionnantes avec une vitesse maximale de 620 km/h soit 80 km/h de plus que son prédécesseur.

Avant même que le prototype n’effectue son premier vol en septembre 1939, une commande de 1000 exemplaires est passée, façon de faire qui se révéla une erreur en raison de graves problèmes de stabilité, obligeant à de multiples modifications appliquées sur le deuxième prototype qui fût pourtant perdu en septembre 1940. Pas moins de seize prototypes et de 94 appareils de pré-série furent produits pour tenter d’obtenir un appareil convenable.

Le projet passa à deux doigts de l’abandon, seul l’entregent de Willy Messerschmitt et l’obsolescence à venir du Bf110 poussa le bureau d’étude de Messerschmitt à poursuivre le développement d’un appareil considéré comme un vilain petit canard.

Finalement deux nouveaux prototypes largement modifiés, largement remaniés effectuent leurs premiers vols respectivement le 4 septembre 1942 et le 7 mai 1943.

Si les performances sont moins brillantes qu’attendues, l’appareil est pilotable et utilisable au combat.

Les premiers appareils de série sont livrés en janvier 1944, la production perturbée par la guerre civile provoquant une série de retard ce qui fait que les 124 appareils de série (90 pour l’unique escadre équipée et 34 appareils de réserve pour entrainement, réserve d’attrition et essais) ne sont livrés qu’en mai 1945.

Les appareils de série sont la version -B, la désignation -A couvrant les appareils de pré-série qui ne furent jamais mis en ligne.

Des projets de version de reconnaissance (Me-210C), de bombardement en piqué (Me-210D) et de bombardement rapide (Me-210E) n’ont pas débouché tout comme une vente à l’export, la Hongrie n’ayant pas donné suite à un intérêt visiblement refroidit par les difficultés de mise au point.

Les appareils sont toujours en service en septembre 1948. Stationnés dans le nord-ouest de l’Allemagne, ils vont maintenir des patrouilles permanentes au dessus de la baie d’Heligoland, affrontant avions de patrouille maritime et bombardiers-torpilleurs britanniques et français.

Messerschmitt Me210 2

Caractéristiques Techniques du Messerschmitt Me-210B

Type : chasseur lourd bimoteur biplace

Masse : à vide 7070kg maximale au décollage 9706kg

Dimensions : longueur 11.30m envergure 16.45m hauteur 3.7m

Motorisation : deux moteurs en ligne Daimler-Benz DB-601F de 1332ch chacun

Performances : vitesse maximale 564 km/h à 5400m Distance franchissable 1820km Plafond opérationnel 8900m

Armement : deux canons de 20mm MG-151 et deux mitrailleuses de 7.92mm MG-17 dans le nez, les deux mitrailleuses MG-131 de 13mm assurant la défense arrière est assurée par des affûts motorisés installés latéralement. Deux bombes de 500kg ou quatre de 250kg ou 8 de 50kg dans une soute interne.

Messerschmitt Me-410 Hornisse (Frelon)

Messerschmitt Me-410 Hornisse (Frelon)

Messerschmitt Me-410 Hornisse (Frelon)

Comme nous venons de le voir, le développement du Me-210 fût un véritable cauchemar pour les ingénieurs allemands qui rapidement se penchèrent sur un nouvel appareil tout en continuant le développement du Me-210 qui finit par rentrer en service en 1945, équipant un seul et unique Geschwader.

Après avoir envisagé un Me-310, les ingénieurs de la firme Messerschmitt travaillèrent sur le Me-410 Hornisse (Frelon) à partir du printemps 1943. Vaccinés par le projet Me-210, ils décidèrent de partir sur un appareil aux performances plus modestes mais avec nettement plus d’endurance et d’efficacité.

Néanmoins pour anticiper sur les futurs bimoteurs qui ne tarderaient pas à apparaître dans les pays potentiellement ennemis (notamment la Grande-Bretagne et la France), il fallait prévoir de meilleurs performances notamment en terme de vitesse et de maniabilité.

Destiné à remplacer le Bf-110, le Me-410 à été conçu comme un chasseur bimoteur lourd pouvant mener des missions de chasse de nuit, de chasse-bombardement voir d’escorte de bombardiers.

Néanmoins, il était prévu dès l’origine une version spécifique destiné à la reconnaissance et au bombardement rapide (SchnellBomber).

Le premier prototype effectue son premier vol le 27 juin 1945. Les performances sont excellentes et les pilotes d’essais qui avaient connu les déboires du Me-210 sont soulagés et ravis.

Le deuxième prototype décolle pour la première fois le 4 juillet 1945 mais s’écrase le 8 août (équipage tué) non pas suite à une défaillance mécanique mais à cause d’une collision avec un avion d’entrainement.

La production commence par six appareils de pré-série livrés entre octobre et décembre 1945 suivis de la commande de série qui permet le rééquipement deux Geschwader dont un précédemment équipé de Bf-110.

Pour une raison encore inconnue aujourd’hui, les deux autres Geschwader équipés de Bf-110 ne sont pas rééquipés avant le début du conflit, leur rééquipement se faisant au cours du conflit.

Le prototype de la version de reconnaissance (Me-410B) décolle pour la première fois le 4 janvier 1947 mais sa production en série n’est pas encore lancée en septembre 1948 tout comme la production de la version de bombardement rapide (Me-410C) dont le prototype décolle pour la première fois le 8 octobre 1947.

Caractéristiques Techniques du Messerschmitt Me-410A Hornisse (Frelon)

Type : chasseur lourd bimoteur biplace

Masse : à vide 6150kg maximale au décollage 10760kg

Dimensions : longueur 12.40m envergure 16.39m hauteur 3.7m

Motorisation : deux moteurs en ligne Daimler-Benz DB-603A de 1726ch chacun

Performances : vitesse maximale 624 km/h distance franchissable 2300km Plafond opérationnel 10000m

Armement : deux canons de 20mm MG-151 avec 350 coups et deux mitrailleuses de 7.92mm MG-17 avec 1000 coups dans le nez; deux mitrailleuses de 13mm MG-131 tirant vers l’arrière avec des affûts motorisés latéraux. 1000Kg de bombes en soute ou sous les ailes, jusqu’à quatre roquettes de 21cm

Allemagne (68) Armée de l’Air (1)

LUFTWAFE

Historique

Durant le premier conflit mondial, comme les autres armées, l’Allemagne impériale utilise les moyens aériens non pas dans une unique force mais dispersés entre l’armée de terre et la marine. Ces forces sont démantelées en mai 1920, privant l’Allemagne de forces aériennes et ce jusqu’au 26 février 1935 date officielle de la création de la Luftwafe.

Cette interdiction est contourné par différents subterfuges comme la pratique du vol sur des appareils légers ou le vol commercial au sein de la Lufthansa. En 1924, un centre de vol clandestin est établit à Lipetsk pour permettre à l’Allemagne et à l’URSS de se former à l’aviation de combat. Ce centre est fermé en 1933.

Dès l’arrivée au pouvoir des nazis, les étapes de la reconstitution d’une force aérienne indépendante sont mises en place notamment la création du Ministère de l’Air (Reichsluftfahrtministerium) en avril 1933, ministère chargé notamment de planifier les constructions et de tester les nouveaux appareils à Rechlin.

Au mois de mai, les différentes organisations paramilitaires d’aviation sont placées sous l’autorité du RLM. Nombre des membres de la Luftwafe étant membres du parti, le caractère national-socialiste de l’armée de l’air allemande était nettement plus prononcée que les autres branches des forces armées allemandes.

Sur le plan de l’équipement, l’Allemagne étudia sérieusement la mise sur pied d’une force de bombardement stratégique mais le manque de temps et d’expérience ainsi que le coût la fit reporter à une date ultérieure, la Luftwafe privilégiant la constitution d’une puissante force de bombardement tactique pour appuyer les futures offensives de l’armée de terre. De plus, les allemands craignant qu’une stratégie de terreur entraineraient des représailles britanniques et françaises.

Si les bombardiers en piqué étaient chargés de l’appui-direct aux troupes au sol en neutralisant blockhaus et positions d’artillerie, les bombardiers légers et médians pouvaient mener des missions d’interdiction qui ne concernent pas le champ de bataille stricto-sensu.

Il faut rappeler qu’en septembre 1939, la France et la Grande-Bretagne ne sont pas mieux lotis dans ce domaine notamment la France dont l’aviation de bombardement est dans un état de faiblesse préoccupant.

En résumé, la Luftwafe en 1939 est une force aérienne tactique, taillée pour l’ouest du continent européen mais qui aurait du mal à affronter une puissance maritime comme l’Angleterre (le rayon d’action des bombardiers allemands imposant un départ de Belgique, des Pays-Bas et de France) ou d’une puissance continentale comme l’URSS qui pouvait compter sur sa profondeur stratégique pour épuiser l’envahisseur allemand.

Quand la guerre de Pologne éclate, la force aérienne allemande dispose des moyens suivants :

Messerschmitt Me-109E du JG-51

Messerschmitt Me-109E du JG-51

-Neuf escadres de chasse (Jagdgeschwader) équipées de Messerschmitt Bf109

-Quatre escadres de chasse lourde (Zerstörergeschwader) équipées de Messerschmitt Bf110

-Onze escadres de bombardement équipées de Heinkel He111 (six), de DornierDo17 (cinq) alors que le Junkers Ju-88A commence à faire son apparition.

Junkers Ju-87B en formation au dessus de la Pologne en 1939

Junkers Ju-87B en formation au dessus de la Pologne en 1939

-Quatre escadres de bombardement en piqué (Sturzkampfgeschwader) équipées de Junkers Ju-87 et de Henschel Hs-123.

Cela nous donne une force composée de 4201 avions, 1191 bombardiers, 361 bombardiers en piqué, 788 chasseurs monomoteurs, 431 chasseurs bimoteurs et 488 avions de transports soit au moins sur le papier, une force puissante.

La guerre de Pologne voit la Luftwafe écraser rapidement l’aviation polonaise, la maitrise totale du ciel favorisant la progression des divisions de Panzer qui n’avaient plus à craindre l’intervention des chasseurs et bombardiers polonais.

Durant la période de Pax Armada, la Luftwafe va continuer sa croissance. Le nombre de grandes unités va augmenter, des escadres de bombardiers stratégiques sont mises sur pied avec enfin un bombardier lourd efficace (le Heinkel He-179), des appareils plus modernes comme le Focke-Wulf Fw-190 est mis en service.

Quand le second conflit mondial éclate, la Luftwafe n’à rien à envier en terme de puissance à l’armée de l’air et à la Royal Air Force (RAF). Les appareils sont modernes, les équipages bien entrainés mais comme le veut l’adage, seul le combat révèle vraiment la valeur des hommes et des machines.

Comme l’armée de l’air, la Luftwafe connait une croissance de ses moyens avec en septembre 1948 les grandes unités suivantes :

-Seize escadres de chasse de jour, neuf équipées de Me-109 et sept de Focke-Wulf Fw- 190

Messerschmitt Bf 110

Messerschmitt Bf 110

-Six escadres de chasse lourdes avec trois équipées de Me-110, une équipée de Me- 210 et deux équipées du Me-410 _version améliorée du précédent_

-Douze escadres de bombardement, deux équipées de bombardiers lourds (Heinkel He-179 et une poignée de Focke-Wulf Ta-400), deux équipées de Heinkel He-111, quatre équipées de Dornier Do-217 et quatre équipées de Junkers Ju-88/Ju-188.

Heinkel He-111

Heinkel He-111

-Quatre escadres de bombardement en piqué équipées de Junkers Ju-87

-Quatre escadres d’attaque au sol équipées de Focke-Wulf Fw-190 (trois) et de Henschel Hs-129 (une)

-Une escadre de reconnaissance tactique équipée de Junkers Ju-188

-Une escadre de reconnaissance stratégique équipée de Dornier Do-217P

-Quatre groupes indépendants de reconnaissance équipés de Focke-Wulf Fw-189 et de Fieseler Fi-156 Storch

-Deux escadres de transport équipées de Junkers Ju-52 et de Junkers Ju-90

Junkers Ju-90

Junkers Ju-90

-Une escadre spéciale équipée d’avions géants Messerschmitt Me-323 et de Focke- Wulf Fw-200

-Des unités de planeurs et d’écolage

La Luftwafe aligne un total de 41 escadres soit approximativement 3690 appareils de première ligne

Organisation

 Reichsmarschall von Greim

Reichsmarschall von Greim

-Etat-major implanté en plein cœur de Berlin. Il est placé sous l’autorité de Goering puis après son élimination politique puis physique sous l’autorité du Reichsmarschall von Greim.

A la différence du gros Herman, il n’est que commandant en chef de la Luftwafe à la tête de l’OberKommando der Luftwafe (OKL), le poste de ministre de l’Air étant dissocié du poste de commandant en chef de la Luftwaffe.

-Le poste de chef d’état-major est occupé par le GeneralOberst Jeschonnek puis à partir de septembre 1946 par le GeneralOberst von Rchitoffen, cousin du célèbre as du premier conflit mondial.

-Les plus grandes unités de la Luftwaffe sont les flottes aériennes ou Luflotten, quatre existant avant le conflit, chacune couvrant un quart du territoire allemand. Il est prévu la création de Luffloten «expéditionnaires» pour une opération spécifique.

-La Luftflotte 1 couvre le nord et l’est de l’Allemagne depuis son état-major implanté à Berlin. La Luftflotte 2 depuis Braunschweig couvre le nord-ouest de l’Allemagne alors que la Luftflotte 3 depuis Munich s’occupe du sud-ouest de l’Allemagne. La Luftflotte 4 dont l’état-major est implanté à Vienne couvre le sud-Est de l’Allemagne.

-Ces flottes aériennes sont à la fois des entités opérationnelles chargées d’exécuter des opérations mais également d’assurer l’entrainement et la formation des nouveaux pilotes. L’organisation est donc différente par rapport à la France où il existe deux chaines de commandement distinctes.

-Pour la gestion administrative, la zone de responsabilité des Luflotten est divisée en Luftgaue alors que la gestion opérationnelle est assurée par des Fliegerkorps. Ces entités dont la composition peut évoluer portent des chiffres romains.

-Chaque Luflotte à sous son autorité via les Fliegerkorps un certain nombre d’unités, des divisions ou des corps, chaque division ou chaque corps disposant de Geschwader (escadres) et parfois des unités plus petites, des groupes (Gruppen) et des escadrilles (Staffeln).

La numérotation est semblable à celle de l’armée de l’air française. Par exemple le 1er groupe de la 1ère escadre de chasse est le I./JG.1.

-Une escadre (Geschwader) aligne en moyenne 80 à 90 avions

-Les Geschwader sont spécialisées dans la chasse (monomoteurs ou bimoteurs), dans le bombardement en piqué, l’appui tactique, la reconnaissance tactique, le bombardement moyen, le bombardement lourd et le transport.

-Voici la liste des différents types d’escadres :

-Jagdgeschwader (chasse)

-Zerstörergeschwader (chasse lourde)

-KampfGeschwader (bombardement)

-SchnellKampfGeschwader (bombardement rapide)

-Sturzkampfgeschwader (bombardement en piqué)

-Schlachtgeschwader (attaque au sol)

-Transportgeschwader (transports)

-Lehrgeschwader (entrainement avancé)

-Kampfschulgeschwader (école d’entrainement au bombardement)

-Luftlandegeschwader (planeurs)

-Un temps la Luftwafe contrôle l’aviation maritime basée à terre mais après 1945, la Kriegsmarine reprend le contrôle de ses unités d’avions et d’hydravions basées à terre.

-Chaque escadre dispose de quatre groupes de trois staffel de douze appareils soit en théorie 144 appareils.

-La Luftwafe à également sous son autorité une défense antiaérienne destinée à la défense du territoire, des bataillons légers, mixtes et lourds accompagnés d’unités de projecteurs.

-Des unités sont fixes ou mobiles avec notamment des trains antiaériens. Les bataillons sont regroupés en régiments eux mêmes regroupés en brigades, brigades étant regroupés en corps antiaériens.

-On trouve également des unités parachutistes. A la différence de beaucoup de pays, l’Allemagne à confier la création des unités parachutistes à son armée de l’air et non à son armée de terre.

Allemagne (42) Ordre de bataille (3)

Kriegsmarine FliegerKorps (KFK)

L’aéronavale allemande longtemps méprisée et sous la coupe de la Luftwafe à profité de la guerre civile (et des prémices qui commencent dès la mort de Guillaume II) pour obtenir son autonomie de l’armée de l’air puis son complet rattachement à la marine. En septembre 1948, elle est organisé de la façon suivante :

-Etat-Major de l’aéronavale stationné à Wilhelhmshaven (OberKommando der Kriegsmarine FliegerKorps OKFK)

-Deux groupements opérationnels à base géographiques, un pour la Baltique (KriegsmarineFliegerKorps OstSee Kommando) et un pour la mer du Nord (Kriegsmarine FliegerKorps NordSee Kommando)

Chaque commandement à sous son autorité des escadres (Geschwader) regroupant elles mêmes des groupes (Gruppe) formés d’escadrilles (Staffel)

Ces escadres sont soit des entités spécialisées ou à multi-spécialités comme les Tragergruppe, les groupes aériens embarqués des quatre porte-avions que possède la Kriegsmarine en septembre 1948.

Kriegsmarine FliegerKorps OstSee Kommando (MOSK) (Kiel-Holteneau)

La base aéronavale de Kiel-Holteneau abrite le commandement de l’aéronavale allemande ayant autorité sur toutes les unités stationnés sur les côtes Baltiques. C’est également la base majeure du KOSK qui dispose des unités suivantes :

-Tragergruppe 186 : (porte-avions Graf Zeppelin/base aéronavale de Kiel-Holteneau )

-5.J/TRG 186 (Tragergruppe 186) : douze Focke-Wulf Fw195

-6.J/TRG 186 (Tragergruppe 186) : douze Focke-Wulf Fw195

-2.St/TRG 186 (Tragergruppe 186) : douze Fieseler Fi167 d’éclairage-torpillage

-4.St/TRG 186 (Tragergruppe 186) : seize Junkers Ju87R

Fieseler Fi167 en vol

Fieseler Fi167 en vol

Au total ce sont 52 appareils qui sont embarqués sur le Graf Zeppelin. A cela s’ajoute deux Junkers Ju52 pour le transport logistique, deux appareils qui ne peuvent bien entendu pas apponter sur le porte-avions à la différence des quatre Bucker Bu183, des avions d’entrainement, une version navalisée du Bu181 Bestmann

Messerschmitt Me109T

Messerschmitt Me109T

-Tragergruppe 187 (porte-avions Lutzen et base aéronavale de Dievenow) :

-1.J/TRG 187 (Tragergruppe 187) avec pour équipement neuf Messerchmit Me109T

-3.J/TRG 187 (Tragergruppe 187) avec pour équipement neuf Messerchmit Me 109T

-7.St/TRG 187 (Tragergruppe 187) avec pour équipement six Junkers Ju87R

-8.St/TRg 187 (Tragergruppe 187) avec pour équipement huit Fieseler Fi169

Comme le Tragergruppe 186, le TRG 187 dispose de deux Junkers Ju52 de soutien logistique et de quatre Bucker Bu183

-Tragergruppe 189 (porte-avions léger Bautzen/base aéronavale de Dievenow) :

-9.J/TRG 189 avec pour équipement neuf Messerchmit Me109T

-10.J/TRG 189 avec pour équipement neuf Messerchmit Me109T

-11.St/TRG 189 avec pour équipement Junkers Ju87R

-12. St/TRG 189 avec pour équipement huit Fieseler Fi169

Comme le Tragergruppe 187, le TRG 189 dispose de deux Junkers Ju52 de soutien logistique et de quatre Bucker Bu183

Si au niveau des groupes aériens embarqués, le KOSK est le dominant, la situation est inverse pour l’aviation basée à terre.

Trois Marineflieger Geschwader (MFG) _ultérieurement devenus des KFK-Geschwader sont stationnés sur les côtes de la mer du Nord et un seulement sur les côtes de la mer Baltique.

Ces escadres d’action aéromaritime sont composées de Gruppe et de Stafell, des unités de reconnaissance maritime, de lutte anti-sous-marine et de torpillage.

Le 1. Marineflieger Geschwader (puis KriegsmarineFliegerKorps-Geschwader ou KFK-Geschwader) est stationné sur la base aéronavale de Dantzig, une base aménagée entre 1941 et 1943. Cette unité dispose des unités suivantes :

-Une unité de reconnaissance maritime à long rayon d’action le 1. Kriegsmarine Fernaufklärungsgruppe équipée d’Heinkel He-179M, cette unité étant organisée en trois staffel de huit appareils.

-Deux unités de reconnaissance et d’observation maritime, les 3. et 5. KFK-Aufklärungsgruppe équipées de Focke-Wulf Fw-200 Neue Condor, chaque groupe étant organisé en trois staffel de neuf appareils.

Junkers Ju-188

Junkers Ju-188

-Deux unités de bombardement-torpillage, les 7. et 9. KFK-Kampfgruppe équipées chacune de quarante-huit Junkers Ju-188.

Le 1. KFK-Geschwader dispose donc de cinq gruppe et dix-sept staffel ainsi que de 174 appareils.

La base aéronavale de Dantzig se révélant saturée, une partie des moyens sont déployés à Rugen (7. KFK-Kampfgruppe) et à Memel (5. KFK-Aufklärungsgruppe), les autres unités restant à Dantzig.

La dernière unité sous le contrôle du KFK OstSee Kommando est le groupe d’hydraviation de la Baltique ou OstSee Wasserflugzeug Geschwader (OWG) qui regroupe à la fois des hydravions basés à «terre» mais également les hydravions embarqués sur les cuirassés, croiseurs de bataille et croiseurs de la Kriegsmarine.

Le groupe des hydravions embarqués (Bordfliegergruppe) est stationné à Dievenow en Poméranie et dispose d’Arado Ar 196 ou Ar 198. Les premiers sont embarqués sur les croiseurs lourds et légers, les seconds étant embarqués sur les cuirassés et les croiseurs de bataille.

La flotte d’hydravions embarqués se composent de quarante-huit appareils, quarante Arado Ar196 et huit Arado Ar198.

Le groupe des hydravions basés à «terre» (Kustenfliegergruppe) regroupe les unités stationnées sur les côtes de la mer Baltique

Pour désengorger la base de Dievenow, deux nouvelles hydrobases sont aménagées, une sur l’île de Rugen et une deuxième à Memel, une ville libre annexée par la Lituanie puis par l’Allemagne.

Le nombre d’unités augmente et le matériel est totalement renouvelé. En septembre 1948, le OWG-Kustenfliegergruppe dispose des unités suivantes :

Blohm & Voss Bv138

Blohm & Voss Bv138

-11. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée à Rugen avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138

-13. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée à Memel avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138

-15. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée à Dievenow avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138

-17. Marine Kampf Staffel : unité de bombardement-torpillage stationnée à Dievenow en Poméranie avec pour équipement seize Heinkel He-117

Heinkel He115B

Heinkel He115B

-19. Marine Kampf Staffel : unité de bombardement-torpillage stationnée à Rugen avec pour équipement seize Heinkel He-115.

-21. Marine Kampf Staffel : unité de lutte anti-sous-marine stationnée à Memel avec pour équipement de douze Blohm & Voss Bv138 adaptés à cette mission

L’OWG-Kustenflieggergruppe dispose au total de quatre-vingt hydravions chargés en temps de guerre de surveiller la Baltique, d’éclairer la flotte, d’attaquer la flotte ennemie, de mener des missions de mouillage de mines.

Kriegsmarine FliegerKorps NordSee Kommando (KNK) (Hambourg)

Ce commandement est le pendant occidental du KOSK et regroupe tous les moyens de l’aéronavale allemande destinés à opérer en mer du Nord où ils auront fort à faire face à la Fleet Air Arm, au Coastal Command et aux unités de l’Aviation Navale (voir aux armées de l’air belges et néerlandaises, des forces d’appoint cela va s’en dire).

Si il ne dispose que d’un groupe aérien embarqué, le Tragergruppe 188 embarqué sur le KMS Peter Strasser, le MNK dispose de trois Marineflieger/Kriegsmarine Fliegerkorps Geschwader ainsi que d’un groupement d’hydraviation avec des hydravions destinés à des missions côtières et des hydravions destinés aux croiseurs et navires de lignes stationnés dans les bases navales de la mer du Nord.

-Tragergruppe 188 :

-Le TRG 188 est le seul groupe aérien embarqué stationné sur les côtes de la mer du Nord. Quand il n’est pas embarqué à bord du KMS Peter Strasser, le sister-ship du KMS Graf Zeppelin, il est basé à Hambourg dans une nouvelle base aéronavale aménagée dans ce but.

-13.J/TRG 186 (Tragergruppe 186) avec pour équipement douze Focke-Wulf Fw195

-15.J/TRG 186 (Tragergruppe 186) avec pour équipement douze Focke-Wulf Fw195

-12.St/TRG 186 (Tragergruppe 186) avec douze Fieseler Fi167 d’éclairage-torpillage

-14.St/TRG 186 (Tragergruppe 186) avec pour équipement seize Junkers Ju87R

Au total ce sont 52 appareils qui sont embarqués sur le Peter Strasser. A cela s’ajoute deux Junkers Ju52 pour le transport logistique, deux appareils qui ne peuvent bien entendu pas apponter sur le porte-avions à la différence des quatre Bucker Bu183, des avions d’entrainement, une version navalisée du Bu181 Bestmann

Comme nous l’avons vu dans l’introduction, le Marineflieger NordSee Kommando dispose de trois Marineflieger/Kriegsmarine Fliegerkorps Geschwader pour attaquer la navigation ennemie en mer du Nord, pour éclairer et appuyer la flotte, pour défendre les côtes.

Le 2. Marineflieger/Kriegsmarine Fliegerkorps Geschwader est stationné à Nordenay en Frise Orientale. Il dispose des unités suivantes :

-Une unité de reconnaissance maritime à long rayon d’action le 2. Kriegsmarine Fernaufklärungsgruppe équipé de vingt-quatre Heinkel He-179M, cette unité étant organisée en trois staffel de huit appareils.
-Une unité de reconnaissance et d’observation maritime, le 4. KFK-Aufklärungsgruppe équipée de vingt-sept de Focke-Wulf Fw-200 Neue Condor, ce groupe disposant de trois staffel de neuf appareils .

-Deux unités de bombardement-torpillage, les 6. et 8. KFK-Kampfgruppe équipées chacune de quarante-huit Junkers Ju-188, chaque gruppe disposant de quatre staffel à douze appareils

-Une unité de chasse, le 10. KFK-Jagdgruppe composé de trois staffel de neuf Messerchmit Me-109T

Le 2. KFK-Geschwader dispose donc de dix-sept staffel et d’un total de 126 appareils. Au déclenchement du second conflit mondial, le 10 KFK-Jagdgruppe rejoint l’île d’Heligoland pour en renforcer la défense aérienne contre de probables raids aériens britanniques. Deux staffel fournis par les 6. et 8. Kampfgruppe se joignent à ce déploiement avancé.
Le 4. Marineflieger/Kriegsmarine Fliegerkorps Geschwader est stationné à Hambourg et dispose des unités suivantes :

-Deux unités de reconnaissance et d’observation maritime, les 10. et 12. KFK-Aufklärungsgruppe équipées chacune de vingt-sept de Focke-Wulf Fw-200 Neue Condor, chacun de ses groupes disposant de trois staffel de neuf appareils.

-Deux unités de bombardement-torpillage, les 11. et 13. KFK-Kampfgruppe équipées chacune de quarante-huit Junkers Ju-188, chaque gruppe disposant de quatre staffel à douze appareils

Le 4. KFK-Geschwader dispose donc de quatre gruppe et de quatorze staffel ainsi que de 150 appareils.

Le 6. Marineflieger/Kriegsmarine Fliegerkorps Geschwader est stationné sur l’île de Sylt sur la base aéronavale de List. Il dispose des unités suivantes :

-Une unité de reconnaissance maritime à long rayon d’action le 14. Kriegsmarine Fernaufklärungsgruppe équipé de vingt-quatre Heinkel He-179M, cette unité étant organisée en trois staffel de huit appareils.

-Deux unités de reconnaissance et d’observation maritime, les 15. et 17. KFK-Aufklärungsgruppe équipées chacune de vingt-sept de Focke-Wulf Fw-200 Neue Condor, chacun de ces groupes disposant de trois staffel de neuf appareils.

-Deux unités de bombardement-torpillage, les 16. et 18. KFK-Kampfgruppe équipées chacune de trente-six Junkers Ju-188, chaque gruppe disposant de trois staffel à douze appareils.

-Une unité de mouillage de mines rapides, le 19. SchnellMinenKampf Gruppe équipé de seize Junkers Ju-290, ces appareils répartis en deux staffel de huit appareils peuvent également être utilisés pour la patrouille maritime.

-Une unité de chasse, le 20. KFK-Jagdgruppe disposant de vingt-quatre Messerchmit Me-109T répartis en trois staffel de huit appareils.

Le 6. Marineflieger/Kriegsmarine Fliegerkorps Geschwader dispose au total de sept gruppe, vingt staffel et 190 appareils.

La dernière unité sous le contrôle du KFK NordSee Kommando est le groupe d’hydraviation de la Mer du Nord ou NordSee Wasserflugzeug Geschwader (NWG) qui regroupe à la fois des hydravions basés à «terre» mais également les hydravions embarqués sur les cuirassés, croiseurs de bataille et croiseurs de la Kriegsmarine.

Le groupe des hydravions embarqués (Bordfliegergruppe) est stationné à Wesermunde dispose d’Arado Ar 196 ou Ar 198. Les premiers sont embarqués sur les croiseurs lourds et légers, les seconds étant embarqués sur les cuirassés et les croiseurs de bataille.

Le NWG-Bordfliegergruppe dispose au total de 32 Arado Ar198 et de 20 Arado Ar196 soit un total de 52 hydravions.

Le groupe des hydravions basés à «terre» (Kustenfliegergruppe) regroupe les unités suivantes :

-12. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée sur l’île de Sylt avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138.

-14. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée à Nordenay avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138

-16. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée à Nordenay avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138

-18. Marine Kampf Staffel : unité de bombardement-torpillage stationnée à Dievenow en Poméranie avec pour équipement seize Heinkel He-117

-20. Marine Kampf Staffel : unité de bombardement-torpillage stationnée à Rugen avec pour équipement seize Heinkel He-117.

-22. Marine Kampf Staffel : unité de lutte anti-sous-marine stationnée à Memel avec pour équipement de douze Blohm & Voss Bv138 adaptés à cette mission

Le Kustenfliegergruppe dispose au total de six staffel et de 80 avions

Au total en septembre 1948, la marine allemande dispose de 1092 avions et hydravions, 436 en Baltique et 656 en mer du Nord. Dans ce chiffre je ne compte pas les avions d’entrainement et d’essais.

Allemagne (30) Aéronavale (2)

Organisation du Kriegsmarine Fliegerkorps (KFK) (1) : Baltique

Groupes aériens embarqués (Tragergruppe)

-Trois groupes aériens embarqués dépendent du commandement aérien ayant autorité sur la Baltique.

-Le Tragergruppe 186 est embarqué sur le KMS Graf Zeppelin ou quand le porte-avions est à quai est basé à Kiel-Holteneau. Quand le conflit éclate, le groupe aérien est composé de la façon suivante :

-5.J/TRG 186 (Tragergruppe 186) avec pour équipement douze Focke-Wulf Fw195 en remplacement des Me109T.

-6.J/TRG 186 (Tragergruppe 186) avec pour équipement douze Focke-Wulf Fw195 en remplacement des Me109T

Focke-Wulf Fw-190A0

Focke-Wulf Fw-190A0

-Le Focke-Wulf Fw195 n’est autre que la version embarquée du Fw-190, donnant à l’aéronavale allemande un chasseur remarquable, supérieur au D-790 et équivalent au MB-159M.

Fieseler Fi167 en vol

Fieseler Fi167 en vol

-2.St/TRG 186 (Tragergruppe 186) avec douze Fieseler Fi167 d’éclairage-torpillage. Cet appareil était un petit biplan dérivé du monoplan ADAC Fieseler Fi156 Storch.

Essai de catapultage pour le "MarineStuka"

Essai de catapultage pour le « MarineStuka »

-4.St/TRG 186 (Tragergruppe 186) avec pour équipement seize Junkers Ju-87C, version embarquée du Stuka.

Au total ce sont 52 appareils qui sont embarqués sur le Graf Zeppelin. A cela s’ajoute deux Junkers Ju52 pour le transport logistique, deux appareils qui ne peuvent bien entendu pas apponter sur le porte-avions à la différence des quatre Bucker Bu183, des avions d’entrainement, une version navalisée du Bu181 Bestmann.

-Le Tragergruppe 187 est stationné à Dievenow en Poméranie. C’est le groupe aérien du porte-avions léger KMS Lutzen stationné à Kiel. Il se compose des unités suivantes :

-1.J/TRG 187 (Tragergruppe 187) avec pour équipement neuf Messerchmit Me109T

-3.J/TRG 187 (Tragergruppe 187) avec pour équipement neuf Messerchmit Me 109T

-7.St/TRG 187 (Tragergruppe 187) avec pour équipement six Junkers Ju-87C

-8.St/TRg 187 (Tragergruppe 187) avec pour équipement huit Fieseler Fi169, un triplace comparable au Laté 299 français. Le Fi169 doit remplacer le Fi167 qui n’à pas donné vraiment satisfaction, un appareil honnête dirions nous.

Comme le Tragergruppe 186, le TRG 187 dispose de deux Junkers Ju52 de soutien logistique et de quatre Bucker Bu183

-Le Tragergruppe 189 : En compagnie du Tragergruppe 187, ce groupe aérien embarqué en temps normal sur le porte-avions léger Bautzen est stationné à Dievenow en Poméranie

-9.J/TRG 189 avec pour équipement neuf Messerchmit Me109T

-10.J/TRG 189 avec pour équipement neuf Messerchmit Me109T

-11.St/TRG 189 avec pour équipement six Junkers Ju87C

-12. St/TRG 189 avec pour équipement huit Fieseler Fi169

Comme le Tragergruppe 187, le TRG 189 dispose de deux Junkers Ju52 de soutien logistique et de quatre Bucker Bu183

L’aviation basée à terre

Si au niveau des groupes aériens embarqués, le MOSK (Marineflieger OstSee Kommando) est le dominant, la situation est inverse pour l’aviation basée à terre.

Composée de quatre Geschwader (escadres), cette aviation basée à terre dépend jusqu’en septembre 1945 de la Luftwafe, suite à un compromis laborieux passé entre la marine et Goering qui pressentant un futur affrontement avec Borman et le duo Heydrich/Himmler avait besoin de se ménager des appuis.

Trois Marineflieger Geschwader (MFG) sont stationnés sur les côtes de la mer du Nord et un seulement sur les côtes de la mer Baltique.

La raison est simple : la menace principale vient d’Angleterre et de France et les opérations allemandes sont planifiées vers l’ouest, une attaque de l’URSS ne devant survenir que plus tard après la neutralisation de Londres et de Paris ou la signature d’un gentleman ‘s agreement.

Ces escadres d’action aéromaritime sont composées de Gruppe et de Stafel, des unités de reconnaissance maritime, de bombardement et de torpillage.

Comme pour leurs homologues de l’Aviation Navale et du Coastal Command, les MFG ont pour mission d’éclairer la flotte à longue distance, de lutter contre les sous-marins ennemis et d’attaquer les navires militaires et de commerce ennemi à la bombe, à la torpille et à la roquette air-sol.

Le 1. Marineflieger Geschwader (puis KriegsmarineFliegerKorps-Geschwader ou KFK-Geschwader) est stationné sur la base aéronavale de Dantzig, une base aménagée entre 1941 et 1943. Cette unité dispose des unités suivantes :

Focke-Wulf Fw200 Condor en vol

Focke-Wulf Fw200 Condor en vol

-Une unité de reconnaissance maritime à long rayon d’action le 1. Kriegsmarine Fernaufklärungsgruppe équipé de vingt-quatre Focke-Wulf Fw200 Condor puis d’Heinkel He-179M, version de patrouille maritime du bombardier Heinkel He179, cette unité étant organisée en trois staffel de huit appareils.

-Deux unités de reconnaissance et d’observation maritime équipées chacune de vingt-sept Focke-Wulf Fw-200 Neue Condor, une version améliorée du Fw200 (radar aéroporté, moteurs plus puissants, armement défensif renforcé), unités baptisées 3. et 5. KFK-Aufklärungsgruppe, chacun de ses groupes disposant de trois staffel de neuf appareils .

-Deux unités de bombardement-torpillage équipées chacune de quarante-huit Junkers Ju-188, version améliorée du Junkers Ju-88 et baptisées 7. et 9. KFK-Kampfgruppe, chaque gruppe disposant de quatre staffel à douze appareils

Le 1. KFK-Geschwader dispose donc de cinq gruppe et dix-sept staffel ainsi que de 174 appareils.

La base aéronavale de Dantzig se révélant saturée, une partie des moyens sont déployés à Rugen (7. KFK-Kampfgruppe) et à Memel (5. KFK-Aufklärungsgruppe), les autres unités restant à Dantzig.

Hydraviation

La dernière unité sous le contrôle du Marine OstSee Kommando est le groupe d’hydraviation de la Baltique ou OstSee Wasserflugzeug Geschwader (OWG) qui regroupe à la fois des hydravions basés à «terre» mais également les hydravions embarqués sur les cuirassés, croiseurs de bataille et croiseurs de la Kriegsmarine.

Le groupe des hydravions embarqués (Bordfliegergruppe) est stationné à Dievenow en Poméranie et dispose d’Arado Ar 196 ou Ar 198. Les premiers sont embarqués sur les croiseurs lourds et légers, les seconds étant embarqués sur les cuirassés et les croiseurs de bataille.

Le OWG-Bordfliegergruppe dispose des moyens suivants :

-Cuirassés Ludendorff et Kaiser Wilhelm II stationnés à Kiel avec quatre Arado Ar 198 chacun

-Croiseurs de bataille Oldenburg et Nassau : stationnés à Kiel avec quatre Arado Ar196 chacun

-Croiseurs lourds (ex-cuirassés) Lutzow et Admiral Scheer stationnés à Swinenmunde et disposant chacun de deux Arado Ar196

-Croiseurs lourds Admiral Hipper et Blücher stationnés à Kiel disposant de 3 Arado Ar196 chacun

-Croiseurs lourds Prinz Eugen et Seydlitz stationnés à Gotenhafen disposant de 3 Arado Ar196 chacun

-Les croiseurs légers Leipzig et Nurmberg stationnés à Kiel avec deux Arado Ar196 chacun

-Les croiseurs légers Berlin et Frankfurt am Main stationnés à Gotenhafen dispose chacun de deux Ar196 chacun.

-Les croiseurs légers Dresden et Magdeburg stationnés à Rugen dispose de deux Ar196 chacun

-Les croiseurs légers Emden et Bremen stationnés à Kiel dispose de deux Ar196 chacun

La flotte d’hydravions embarqués se composent de quarante-huit appareils, quarante Arado Ar196 et huit Arado Ar198. A noter que les hydravions embarqués sur les croiseurs légers Dresden et Magdeburg sont détachés à Rugen auprès de leurs navires porteurs.

Le groupe des hydravions basés à «terre» (Kustenfliegergruppe) regroupe dans un premier temps les unités stationnées sur les côtes de la mer Baltique en septembre 1939 soit les unités suivantes :

-1. (M)KuFlGr 506 stationné à Dievenow en Poméranie et équipé d’Heinkel He60

-2. (F)KuFlGr 506 stationné à Dievenow en Poméranie avec pour équipement des Dornier Do18

-3. (Mz)506 stationné à Dievenow en Poméranie avec pour équipement des Heinkel He59

-2. (F)KuFlGr 606 stationné à Dievenow en Poméranie avec pour équipement des Dornier Do18

Pour désengorger la base de Dievenow, deux nouvelles hydrobases sont aménagées, une sur l’île de Rugen et une deuxième à Memel, une ville libre annexée par la Lituanie puis par l’Allemagne.

Le nombre d’unités augmente et le matériel est totalement renouvelé. En septembre 1948, le OWG-Kustenfliegergruppe dispose des unités suivantes :

Blohm & Voss Bv138

Blohm & Voss Bv138

-11. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée à Rugen avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138

-13. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée à Memel avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138

-15. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée à Dievenow avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138

-17. Marine Kampf Staffel : unité de bombardement-torpillage stationnée à Dievenow en Poméranie avec pour équipement seize Heinkel He-117

-19. Marine Kampf Staffel : unité de bombardement-torpillage stationnée à Rugen avec pour équipement seize Heinkel He-115.

-21. Marine Kampf Staffel : unité de lutte anti-sous-marine stationnée à Memel avec pour équipement de douze Blohm & Voss Bv138 adaptés à cette mission

L’OWG-Kustenflieggergruppe dispose au total de quatre-vingt hydravions chargés en temps de guerre de surveiller la Baltique, d’éclairer la flotte, d’attaquer la flotte ennemie, de mener des missions de mouillage de mines.