Pologne et Pays Neutres (109) Pologne (21)

Sous-marins

Classe Wilk

Ces trois sous-marins sont de conception et de fabrication française inspiré du Pierre Chailley, un sous-marin mis sur cale en 1917 mais achevé seulement en 1923 et qui va servir dans la marine française jusqu’en 1936.

le ORP Wilk (loup) construits aux chantiers Auguste Normand du Havre est mis en service le 31 octobre 1931. Toujours en service en septembre 1939, il participe à l’opération Worek, un plan prévoyant le déploiement des cinq sous-marins polonais en Baltique pour perturber les lignes de communication allemandes. Ce plan échoue rapidement et n’aurait probablement pas changé grand chose au sort de la guerre.

Après avoir mouillé ses mines, le sous-marin va rallier la Grande-Bretagne pour continuer le combat sous l’autorité de la marine polonaise libre. La guerre s’achevant rapidement, le sous-marin va être mis pour ainsi dire au chômage technique. En raison d’un état matériel dégradé, il est mis en réserve en juin 1944. Il va servir de ponton-école et ponton-électrique pour d’autres sous-marins stationnés à Rosyth. Rentré en Pologne en 1955 il est démoli dans les années soixante.

L’ORP Rys (Lynx) construit aux Ateliers et Chantiers de la Loire (ACL) à Nantes est mis en service en 1932. Interné en Suède le 17 septembre 1939, son sort est longtemps incertain mais en septembre 1941 la Suède autorise son départ pour la Grande-Bretagne.

Encore en bon état il va être remis en état par les britanniques et utilisé pendant le second conflit mondial pour mouiller des mines notamment dans les eaux norvégiennes.

Le 2 mars 1952 il est surpris en surface par un hydravion allemand qui le mitraille puis largue des charges de profondeur qui provoquent la destruction du submersible ne laissant as usual aucun survivant.

L’ORP Zbik (chat sauvage) est construit aux Chantiers Navals Français (CNF) à Caen et mis en service en 1932. Lui aussi est interné en Suède le 17 septembre 1939 et lui aussi est autorisé en septembre 1941 à rallier la Grande-Bretagne.

A la différence du Rys, il survit au conflit et rentre en Pologne en 1955, servant de sous-marin école pour former les sous-mariniers polonais notamment ceux amenés à servir les futures unités de construction soviétique.

Les sous-marins de classe Wilk étaient des navires déplaçant 980 tonnes en surface et 1250 tonnes en plongée, mesurant 78.5m de long pour 5.9m de large et 4.2m de tirant d’eau.

Leur propulsion diesel-électrique (deux diesels de 900ch et deux moteurs électriques de 600ch) leur permettaient d’atteindre la vitesse de 14.5 nœuds en surface et de 9.5 nœuds en plongée, de franchir 3500 miles nautiques à 10 nœuds en plongée et de 100 miles nautiques à 5 nœuds.

L’armement se composait d’un canon de 100mm installé sur le pont, de deux mitrailleuses de 13.2mm (qui ont remplacé un canon de 40mm avant d’être elles mêmes remplacées par deux canons de 20mm), de six tubes lance-torpilles avec 16 torpilles et de 40 mines. L’équipage se composait de 46 à 54 hommes.

Classe Orzel

Ces sous-marins sont de conception et de fabrication néerlandaise. Quatre unités étaient prévues mais seulement seront construites aux Pays-Bas, les deux autres devaient être construites en France mais la construction est suspendue en septembre 1939 et n’à jamais reprit.

L’ORP Orzel (aigle) est mis en service en février 1939, l’ORP Sep (vautour) le 16 avril 1939. A noter que les navires ont rejoint plus rapidement que prévu la Pologne, Varsovie craignant que les Pays-Bas ne succombent aux pressions allemandes et n’achèvent pas à temps les sous-marins. Ce sont des unités modernes avec coque soudée et contrôles hydrauliques.

ORP Sep

L’Orzel arrive à Tallin le 14 septembre 1939 pour réparations. Ne pouvant rester qu’un temps très court, il s’échappe le 18 septembre 1939 dans des conditions rocambolesques sans carte, avec peu d’informations, des équipements débarqués et deux estoniens pris en otage ! (ils seront libérés en Suède). Cette échappée sera l’un des arguments utilisé par l’URSS pour occuper l’Estonie en 1940.

Le sous-marin participe au second conflit mondial aux côtés de son sister-ship qui s’était lui réfugié en Suède et qui à pu rallier la Grande-Bretagne en septembre 1940.

Submersibles modernes et efficaces, ils vont participer au second conflit mondial. Si le Sep est coulé par une mine le 14 octobre 1952, l’Orzel survit à la deuxième conflagration mondial, ralliant la Pologne pour servir la marine polonaise jusqu’en 1967 date de son désarmement puis de sa démolition.

Les sous-marins de classe Orzel déplaçaient 1100 tonnes en surface et 1473 tonnes en plongée, mesuraient 84m de long pour 6.7m de large et de 4m de tirant d’eau. Sa propulsion diesel-électrique lui permettait d’atteindre la vitesse maximale de 19.5 nœuds en surface et de franchir 7169 miles nautiques à 10 nœuds en surface.

Son équipage de 56 hommes mettait notamment en œuvre l’armement composé d’un canon de 105mm (remplacé ensuite par un canon de 102mm), d’un affût double de 40mm retractable et de douze tubes lance-torpilles de 550mm (quatre à la proue, quatre à la poupe et deux plate-formes doubles orientables).

Pologne et Pays Neutres (95) Pologne (7)

FORCES ARMEES POLONAISES (1) : ARMEE DE TERRE

Une histoire militaire de la Pologne

Aux temps jadis

Parmi les premiers grands événements de l’histoire militaire de la Pologne figure la Bataille de Legnica survenue le 9 avril 1241 (NdA date incertaine) entre les polonais alliés aux chevaliers teutoniques face aux mongols.

C’est une déroute pour les troupes chrétiennes mais fort heureusement pour le reste de l’Europe les mongols mettent cap au sud-est renoncent à avancer plus à l’ouest. A noter que sur le plan tactique cette bataille montre la vulnérabilité de la cavalerie lourde aux archers, une leçon qui ne pas comprise par certains suivez mon regard.

**

*

Représentation de l’Armée polono-lituanienne

La République des Deux Nations disposait naturellement d’une armée composée de plusieurs unités comme les Wojsko Kriarciane (unités régulières soldées), les Wojsko Komputowe (unités semi-régulières créées pour la durée d’une guerre qui sont intégrées en 1652 avec les premières dans une nouvelle armée permanente), la Pospolite Ruzzenie (levée en masse de la Szlachta), les Piechota lanowa et les Piechota wyzbraniecka (unités de paysans recrutés).

On trouve également des cosaques enregistrés (troupes formées par des cosaques utilisées surtout à l’infanterie, rarement à la cavalerie avec des tabors recrutés jusqu’en 1699), la Garde Royale, des Mercenaires et des armées privées dépendant des grands féodaux.

*

**

La Guerre Nordique de Sept Ans à lieu de 1563 à 1570. La Suède est opposée à une coalition dano-polono-lübeckoise, l’élément déclencheur étant un contentieux dano-suédois depuis la fin de l’Union de Kalmar. Je cite ce conflit pour information car les troupes polonaises ne sont pas engagées !

De 1605 à 1618 les polonais affrontent les russes, de 1600 à 1629 les polonais affrontent les suédois et de 1620 à 1621 les ottomans.

Durant ce dernier conflit les ottomans défont les polonais la bataille de Tutoia (17 septembre au 7 octobre 1620), les polonais subissant de lourdes pertes.

L’année suivante une imposante armée ottomane (100 à 250000 hommes selon les sources !) repart en campagne avec premier objectif la conquête de l’Ukraine et pour les plus ambitieux d’atteindre la mer Baltique en détruisant la République des Deux-Nations !

Cette campagne sera un échec avec une défaite contre les polonais et les cosaques zaporogues à Khotin (2 septembre au 9 octobre 1621).

En 1633/34 11 à 30000 polonais et alliés affrontent 55000 ottomans et alliés dans une nouvelle guerre polono-ottomane.

De 1654 à 1667 les polonais et les russes s’affrontent, conflit se terminant par une victoire russe. A l’origine du conflit une révolte de cosaques contre la Pologne, révolte soutenue par la Russie.

En juillet 1654, 41000 russes envahissent la République des Deux-Nations. Les villes de Bely et de Dorogobsy sont prises, Smolensk assiégée. C’est ensuite la bataille de Chklow (12 août 1654) et de Szepielewicze (24 et 25 août 1654), les russes l’emportant à chaque fois. En revanche la bataille de Ochmatow (janvier/février 1655) se termine par un résultat indécis à la différence de la bataille de Jaehkiv qui est une victoire polono-tatare.

La Première Guerre du Nord à lieu de 1655 à 1660 opposant la Suède à la République des Deux-Nations.

En juillet 1655 l’Armée suédoise envahit la Pologne-Lituanie depuis la Poméranie suédoise à l’ouest et par la Livonie au nord. C’est 13650 hommes et 72 canons d’un côté, 21200 de l’autre. En face les polono-lituaniens n’alignent que 14000 hommes. Une partie de la noblesse polonaise rallie le roi de Suède après la bataille d’Ujscee le 25 juillet 1655. En août 1655, le Grand-Duché de Lituanie se place sous la protection suédoise, le 8 septembre 1655 Varsovie est occupée.

Les suédois sont victorieux à Zarnow le 16 septembre et Wojnicz le 3 octobre. Jean II Casimir est capturé et exilé en Silésie. Cracovie capitule le 19 octobre et le lendemain un traité est signé à Kedainiei, la Lituanie est unie à la Suède, la majorité de l’armée polonaise se rendant à la Suède.

Très vite l’occupation suédoise suscite une violente opposition en Pologne, entrainant une guerilla et en réponse une répression sanglante. A la bataille de Golab en février 1656, 11000 suédois défont 2400 polonais. Les suédois sont défaits à Zamosc puis le 7 avril 1656 à Warka.

Les suédo-brandebourgeeois l’emporte à Varsovie (28 au 30 juillet 1656), Jean II Casimir se retire à Lublin. La victoire polonaise à Leczyca le 4 octobre 1656 est sans lendemain.

De 1672 à 1676 les polonais affrontent les ottomans perdant à cette occasion la Podolie. Les polonais l’emporte à Khotin le 11 novembre 1673, une victoire remportée par le Hetman (chef de l’armée) Jean Sobieski. En revanche la bataille de Jouravno (25 septembre au 14 octobre 1676) se termine par une victoire ottomane.

De 1683 à 1699 c’est la Grande Guerre Turque, un conflit opposant le Saint-Empire Romain Germanique à l’Empire ottoman. La Maison d’Autriche n’est pas seule pouvant compter également sur l’aide de la Pologne (NdA bah oui sinon je parlerai pas de ce conflit), des Etats Pontificaux, de Venise, de Gênes, de la Toscane, de la Savoie, de l’Espagne et du Portugal, le tout formant la Sainte Ligue.

When the wing hussar arrive !

Le climax, l’apogée de ce conflit c’est naturellement le siège de Vienne et l’intervention décisive de l’armée du roi de Pologne Jean III Sobieski qui dégage la capitale du Saint-Empire. C’est surtout le début du déclin irrémédiable de la Sublime Porte.

Les 150000 hommes de l’armée ottomane franchissent la frontière le 29 juin. L’armée de Charles V de Lorraine (beau-frère de Léopold 1er) est battue le 2 juillet, la cour impériale quittant Vienne le 7 juillet pour Linz puis Passau. Vienne est assiégée à partir du 14 juillet 1683.

L’armée coalisée arrive sous les murs de Vienne le 3 septembre alors que la capitale autrichienne chancèle. Les 75000 hommes de Sobieski franchissent le Danube s’installent sur les hauteurs de Kahlenberg et de Leopoldsberg.

Les polonais et les impériaux attaquent le 12 septembre 1683, la cavalerie polonaise et notamment ses fameux hussards ailés (When the winged hussars arrive comme chante Sabaton) s’illustre mettant les ottomans en déroute. 15000 turcs sont tués, dix fois moins pour les coalisés.

La menace écartée, Léopold 1er est de retour à Vienne, ne pardonant pas à Jean III Sobieski d’être entré le premier dans sa ville.

Après un temps d’hésitation, les coalisés se lancent à la poursuite des ottomans, remportant une nouvelle victoire à Parkany le 9 octobre. La ville hongroise d’Esztergon tombe le 25 octobre suivie d’une ultime victoire le 1er novembre. L’armée polonaise se replie. Le 25 décembre 1683, Kara Mustafa et étranglé sur ordre du sultan. A noter que les polonais ne participent pas à la suite du conflit.

Ce conflit se termine par le Traité de Karlowitz (26 janvier 1699), traité qui voit la Pologne récupérer la Podolie perdue en 1672.

La Grande Guerre du Nord (1700-1721)

La Pologne ne participe pas officiellement mais va être un enjeu de la lutte entre la Suède et la Saxe dont l’électeur est également roi de Pologne (1700-1709).

Après avoir neutralisé la Russie, Charles XII se tourne vers la Saxe et la Pologne d’Auguste II. La Pologne-Lituanie est envahie le 18 juillet 1701 quand l’armée du dernier roi de Suède impérialiste franchit la rivière Dagauva.

En 1702 la Suède affronte les troupes de l’hetman de Lituanie Michal Serwacy Wisniowicki et s’empare de Wilno au mois d’avril. L’armée saxo-polonaise est écrasée le 19 juillet 1702 à Kliszow à 50km au nord de Varsovie.

Auguste II se replie sur Sandormiez pendant que les suédois occupent Cracovie puis Varsovie. Le roi de Pologne n’à d’autre choix que de se retirer en Saxe. Charles XII fait élire comme nous l’avons vu un nouveau roi Stanislas Leczynskiy.

L’armée saxonne est à nouveau vaincue à Fraustadt (Wschowa) près de la frontière avec la Silésie, cette défaite entrainant le Traité de Altranstadt (24 septembre 1706). Auguste II reconnaît Stanislas comme roi de Pologne.

Charles quitte la Saxe en août 1707, laissant en Pologne 24000 homms pour aller avec 35000 hommes combattre en Russie. La suite est connue, Poltava tout ça tout ça. En 1710 l’armée suédoise se retire de Pologne direction la Poméranie. La mort de Charles XII entraine la division de la coalition, les différents protagonistes se disputant nombre de territoires, la menace russe étant un moteur majeur des négociations.

La guerre russo-polonaise (1792)

Du 18 mai au 27 juillet 1792 les polonais et les russes s’affrontent pour l’ultime épisode des guerres polono-russes, ce conflit aboutissant au deuxième partage de la Pologne, la République des Deux-Nations entrant en phase de décomposition et d’agonie. Le résultat du conflit était pour ainsi dire écrit d’avance, Saint-Pétersbourg engageant 106000 hommes, Varsovie 37000.

Les russes sont organisées en deux armées, l’Armée de Kakhavsky dispose de 64000 hommes répartis en quatre corps d’armée, l’Armée de Kretchetnikov comprend lui 38000 hommes avec quatre corps d’armée dont celui de la confédération de Targowice.

En face les polono-lituaniens peuvent en théorie aligner 48000 polonais et 15000 lituaniens mais en réalité seulement 37000 hommes sont engagés.

Le 14 juin 1792 les russes l’emporte à Boruszhowice, 5000 russes défaisant 1800 polono-lituaniens, ces derniers prennant leur revanche à Zielence (15357 polonais contre 11000 russes) le 18 juin 1792.

Les polonais l’emporte à nouveau à Dubienka le 18 juillet 1792, engageant 5000 hommes contre 18000 russes. Les russes l’emporte à Zelva (4 et 5 juillet 1792) après avoir engagé 6500 hommes contre 7000 polonais.

Les polonais l’emporte à Kzemien le 24 juillet 1792 après avoir engagé 12000 hommes contre 4500 russes. Les polonais remportent une ultime bataille le 26 juillet 1792 (Nda lieu inconnu)

Les unités de volontaires polonais au service de la France

Le 9 janvier 1797 deux légions polonaises sont créées pour intégrer l’Armée de la république lombarde, chaque légion comprenant trois bataillons à six compagnies de 125 hommes auxquelles on ajoute trois compagnies d’artillerie. Les effectifs atteignent très vite 5000 hommes.

Ces unités combattent en Italie et répriment de nombreuses révoltes bien loin de leur espoir de combattre pour libérer leur patrie. En mai 1798 les polonais occupent Rome. La même année les effectifs atteignent 10000 hommes, les polonais combattant les anglais dans le Royaume de Naples.

En 1799 les pertes sont particulièrement sévères, les polonais se retrouvant en première ligne, les meilleures troupes se trouvant en Egypte. Les polonais participent aux batailles de Novi et de Zurich.

Le 10 février 1800 les survivants des légions polonaises d’Italie sont réorganisées à Marseille sous la forme de la Légion italique censée aligner 9000 hommes mais les effectifs vont atteindre péniblement 5000 hommes.

Le 8 septembre 1799 est créée la Légion du Danube composée d’un état-major, d’unités d’artillerie, de quatre bataillons d’infanterie et d’un régiment de uhlans à quatre escadrons. Elle combat en Bavière et participe à la bataille de Hohenlinden (3 décembre 1800).

En 1801 les polonais sont envoyés dans le Royaume d’Etrurie et de Toscane. Le moral est très bas car ces soldats veulent combattre les partageurs de la Pologne et non réprimer les révoltes.

Le 21 décembre 1800 les légions polonaises sont dissoutes et transformées en trois demi-brigades, la légion polonaise d’Italie forme le gros des 1ère et 2ème demi-brigades étrangères, la Légion du Danube formant la 3ème demi-brigade étrangère. Ces unités intègrent ensuite l’armée française sous la forme des 113ème et 114ème demi-brigades de ligne.

Après l’Italie les polonais vont combattre aux Antilles à Saint-Domingue en 1802/03. 4000 polonais vont y mourir, 400 restant sur l’île, d’autres se sont dispersés dans les Caraïbes, 700 retournant en France.

En 1805 les polonais stationnés en Italie forment la 1ère légion polonaise et en 1806 les légions de Dombrowski et du Danube sont réduites à un régiment d’infanterie et de cavalerie, combattant en Italie.

Toujours en 1806, une Légion du Nord est formée, légion qui est bientôt accompagnée par une division polonaise à trois régiments. Les troupes dans cette unité sont cependant de piètre qualité. Une 2ème légion du Nord est mise sur pied le 23 septembre 1806 mais elle fusionne avec la première dès mars 1807.

En juin 1807 la Légion du Nord composée de quatre régiments d’infanterie et de trois régiments de cavalerie est à Varsovie, Kalisz et Cracovie.

La division polonaise (trois régiments d’infanterie et de trois régiments de chasseurs de Posen) est avec le 8ème Corps d’Armée du général Mortier participe à la bataille de Friedland (14 juin 1807). En mars 1808 la Légion du Nord est versée dans l’armée du Duché de Varsovie.

Le 5 avril 1807 une légion polacco-italienne est créée avec un régiment de lanciers et trois régiments d’infanterie.

Légion de la Vistule

Elle passe au service de la Westphalie en octobre 1807 puis à nouveau au service de la France en mars 1808. le 29 mars 1808 l’unité devient la Légion de la Vistule, le régiment de lanciers comprend quatre escadrons soit 47 officiers et 1171 hommes. Les trois régiments d’infanterie comprennent 140 hommes par compagnie, 840 par bataillons, 1680 par régiment, 5040 pour trois régiments. A la mi-1808 les effectifs sont passés à 6000 hommes.

Après la victoire de Wagram on tente de mettre sur pied une légion avec les prisonniers de guerre polonais de l’armée autrichienne mais faute d’effectifs suffisants elle fusionne avec la Légion de la Vistule. Cette dernière combat en Espagne puis s’illustre en Russie, en Allemagne et en France, 96000 polono-lituaniens participant à la campagne de Russie en 1812.

Quand la Grande Armée repasse le Niémen à la suite de la retraite, la légion sur la Vistule ne compte plus que 1500 hommes sur les 7000 du départ. Les polonais se sont illustrés à la bataille de la Moskova, à Winkowo et sur la Bérézina qui contrairement à ce qu’on pense souvent est une victoire française et non un désastre. En 1813 les polonais participent à la bataille de Leipzig et en 1814 à la campagne de France. Des polonais sont encore là sur l’île d’Elbe et pendant les Cent-Jours.

Parmi ces polonais figure le 1er régiment de chevau-légers lanciers polonais de la Garde impériale, une unité créée le 6 avril 1807 et dissoute le 1er octobre 1815. Elle combat en Espagne, s’illustrant sur le col de la Somossiera, en Autriche (1809), en Espagne (1810/11), en Russie (1812), en Allemagne (1813), en France (1814) avant d’accompagner Napoléon dans son exil sur l’île d’Elbe puis lors de l’aventure des Cent Jours.

Les guerres de la 4ème coalition (1806/07)

Unité de l’armée du Duché de Varsovie

Cette guerre qui à la Prusse et la Pologne pour théâtre aboutità la création du Duché de Varsovie, un compromis entre le maintien de la domination étrangère sur la Pologne et la renaissance d’un véritable royaume de Pologne, un compromis qui ne satisfait guère les polonais, les plus optimistes y voyant une première étape.

Ce sont les victoires françaises de Saalfeld (10 octobre 1806), Iena et Auerstaedt (14 octobre) _Berlin tombant le 27 octobre 1806_ , Eylau le 8 février 1807 et Friedland le 14 juin 1807, ces combats aboutissant à la paix de Tilsit et à une éphémère alliance franco-russe.

Pologne et Pays Neutres (92) Pologne (4)

Les rois de Pologne

Dynastie Piast (960-992)

Mieszko 1er

-Mieszko (960-992) Duc de Pologne

-Boleslas 1er le Vaillant (992-1025)

-Mieszko II Lambert (1025-1031)

-Bezprym (1031-32) Duc de Pologne

-Mieszko II Lambert (1032-1034) Duc de Pologne

Interrègne 1034-1039

-Casimir 1er le Restaurateur (1039-1058) Duc de Pologne

-Boleslas II le Généreux (1058-1079)

-Ladislas 1er Herman (1079-1102)

-Zbigniew (1102-1107)

-Boleslas III (1102-1138)

Démembrement Territorial (1138-1295)

Boleslas III veut diviser son royaume entre ses fils entre plusieurs duchés avec un Princeps ayant la primauté sur les autres depuis Cracovie. Bien entendu c’est tout de suite partie en vrille. Voilà pourquoi dans la liste qui va suivre il y à plusieurs souverains dont les dates se chevauchent.

-Ladislas II le Banni (1138-1146) premier princeps chassé du pays

-Boleslas IV le Frisé (1146-1173)

-Mieszko le Vieux (1173-1177) succède à son demi-frère Boleslas IV déposé par son frère cadet Casimir II. Il revient brièvement au pouvoir en 1191 puis plus durablement de 1198 à 1202

-Casimir II le Juste (1177-1191) (1191-1194)

-Lech 1er le Blanc (1194-1198) (1202) (1202-1210) (1211-1227)

-Ladislas III (1202) (1228-1229)

-Mieszko 1er (1210-1211)

-Conrad 1er de Mazovie (1229-1232) (1241-1243)

-Henri 1er le Barbu (1232-1238)

-Henri II le Pieux (1238-1241) Tué à la bataille de Legnica le 9 avril 1241 contre les mongols

-Boleslas II le Chauve (1241)

-Boleslas V le Pudique (1243-1279)

-Lech II le Noir (1279-1288)

-Henri IV le Juste (1288-1290)

-Przemysl II (1290-1296) Reprend le titre de roi de Pologne en 1295

Réunification sous les Piast et les Premyslides (1295-1370)

-Przemysl II (1290-1296)

-Venceslas 1er (1296-1305) 1er de la dynastie des Premyslides

-Venceslas II (1305-1306)

-Ladislas 1er (1306-1333)

-Casimir III le Grand (1333-1370)

Dynastie angevine (1370-1399)

-Louis d’Anjou (1370-1382)

-Hedwige 1er (1384-1399)

Dynastie Jagellon (1386-1572)

-Ladislas II Jagellon (1386-1434) duc de Lituanie depuis 1377

-Ladislas III le Varnérien (1434-1444) tué à la bataille de Varna

-Casimir IV Jagellon (1447-1492)

-Jean 1er Albert (1492-1501)

-Alexandre 1er Jagellon (1501-1506)

-Sigismond 1er le Vieux (1506-1548)

-Sigismond II Auguste (1548-1572)

Rois Elus (1572-1795)

-Henri 1er de Valois (1573-1575)

-Anne Jagellon (1575-1586)

Etienne Bathory

-Etienne Bathory (1576-1586) élu roi de Pologne et épouse Anne. Règnent conjoitement

-Sigismond III Vasa (1587-1632) (également roi de Suède 1592-1599)

-Ladislas IV Vasa (1632-1648)

-Jean II Casimir Vasa (1648-1668)

-Michel Korybut Wisniowiecki (1669-1673)

Jean III Sobieski

-Jean III Sobieski (1674-1696)

-Auguste II le Fort (1697-1706) (1709-1733)

-Stanislas 1er Leszczynski (1704-1709) (1733-1736)

-Auguste III (1733-1763)

Stanislas II Auguste dernier roi de Pologne

-Stanislas II Auguste (1764-1795)

Entités postérieures au royaume de Pologne

-Napoléon créé le Duché de Varsovie confié à Frédéric-Auguste de Saxe, petit-fils d’Auguste III

-Le titulaire du Royaume du Congrès est le tsar de Russie

-Les rois de Prusse portent de 1815 à 1918 également le titre de Grand-Duc de Posen

-Les empereurs d’Autriche portent le titre de Roi de Galicie et de Loudometrie (1772-1918) et de Grand-Duc de Cracovie (1846-1918).

Les présidents polonais

Chef de l’Etat

Jozef Pilsduski

-Jozef Pilsudski est chef de l’état à titre provisoire de 14 novembre 1918 au 20 février 1919 puis chef de l’état jusqu’au 11 décembre 1922.

Président de la République de Pologne

-Gabriel Nawtowicz 11 au 16 décembre 1922 (assassiné)

Intérim Maciej Rotak président de la Diète

-Stanislas Wojciechowski (22 décembre 1922 au 14 mai 1926) Renversé par Pilsudski

-Ignacy Moscicki (4 juin 1926 au 9 mai 1933 et 9 mai 1933 au 30 septembre 1939) démissione

Gouvernement en exil (Nantes, Province de Bretagne, France)

-Wladyslaw Raczkiewicz 30 septembre 1939 au 6 juin 1947 meurt en fonction

-August Zaleski14 juin 1947 au 16 juin 1954 et du 16 juin 1954 au 21 juin 1961

Le gouvernement en exil polonais est resté à Nantes jusqu’en 1955 avant de s’installer à Londres même si il n’avait aucun pouvoir

Pologne et Pays Neutres (89) Pologne (1)

UNE AUTRE SECONDE GUERRE MONDIALE

T.12 : POLOGNE ET PAYS NEUTRES

F.S.6 : POLOGNE

La Pologne entre 1918 et 1939

AVANT-PROPOS

Après un long travail consacré à la Suède je passe aujourd’hui 30 septembre à l’avant-dernier volume de mon uchronie consacré à la Pologne. Comme je ne veux pas oublié les amateurs de chiffres avec les 88 pages du volume suédois cela porte l’uchronie à 10194 pages.

Initialement je n’avais prévu de parler de la Pologne que de manière indirecte car le pays recréé après le premier conflit mondial disparaît en 1939 à la suite d’une double invasion allemande à l’ouest et soviétique à l’est. Pour paraphraser le président mexicain Porfirio Diaz («Pauvre Mexique si loin de dieu et si prêt des Etats-Unis) je pourrai dire «Pauvre Pologne si loin de dieu si proche du/des diable(s)».

J’avais prévu d’en parler uniquement sous la formes des unités militaires en exil, la marine sous contrôle britannique, les unités aériennes et terrestre sous contrôle français. Ce qui à changé c’est qu’en parlant de la Slovaquie j’ai détaillé la Tchécoslovaquie et il me paraissait injuste de ne pas parler de la patrie de Chopin, de Marie Curie, de Marie Leczynska, de Pilsduski……. .

Ce volume va donc avoir une organisation différente des autres encore qu’il s’agit de différences marginales :

-Une chronologie générale de l’histoire de la Pologne

-Une chronologie militaire avec les principaux faits d’armes de l’histoire polonaise

-Une chronologie culturelle et économique

-Les rois et les chefs de l’état polonais

-Les grandes figures de l’histoire polonaise

-Une histoire synthétique de la guerre de Pologne avec les combats sur le territoire polonais mais aussi les événements survenus ailleurs.

-La Pologne dans la Pax Armada avec le gouvernement en exil à Nantes mais aussi la Pologne sous les jougs allemands et soviétiques

-La Pologne dans le second conflit mondial avec là encore les événements qui vont survenir sur le territoire polonais mais aussi les événements engageant les polonais sur les différents que ce soit la mer du Nord, les Balkans, la Méditerranée mais aussi la France notamment durant la Campagne de France du printemps 1949.

-Les forces armées polonaises avec une histoire militaire, une histoire des armées polonaises (celles de la Double-Monarchie polono-lituanienne dite République des Deux Nations mais aussi celles de la Pologne indépendante), son ordre de bataille et une organisation des unités, les armes et les véhicules.

-Une histoire, une organisation et l’équipement de l’armée de l’air polonaise

-Une histoire, une organisation et l’équipement de la marine polonaise celle de la Double-Monarchie polono-lituanienne, celle de la Pologne indépendante et celle du gouvernement en exil, marine sous commandement britannique opérant en Mer du Nord.

Ah la Pologne ! Si tous les pays ont connu leurs heures sombres on peut dire que les polonais sont probablement les mieux placés. En regardant rapidement l’histoire polonaise on à l’impression qu’il s’agit que d’une succession de périodes noires, de guerres et de moments d’oppression.

Il faut dire que la géographie et l’histoire n’ont pas aidé le pays qui sauf à de rares moments ne pouvait pas être considéré comme une puissance de premier ordre mais plutôt comme une puissance moyenne soumise aux appétits de ses voisins que ce soit la Suède (quelques rois de Suède furent également rois de Pologne), l’Allemagne (avant ou après unification) ou encore la Russie.

Et si il n’y avait que cela car aux menaces étrangères s’ajoutent les menaces intérieures avec une noblesse particulièrement indocile et turbulente qui fit tout son possible et même plus pour réduire à néant les pouvoirs d’un roi élu à la tête d’une République nobiliaire.

Le 18ème siècle fût ainsi marqué par une anarchie continuelle qui allait aboutir à trois partages successifs de la Pologne ce qui entraina pour plus d’un siècle la disparition du pays. Plusieurs révoltes durement réprimées par les russes montrèrent que si le pays n’était plus la nation était toujours là.

Après plusieurs avatars et plusieurs proto-états la Pologne renait officiellement dans la foulée du traité de Versailles, une renaissance qui allait durer tout juste vingt ans jusqu’à la double invasion germano-soviétique de septembre 1939.

Durant la Pax Armada l’ensemble du territoire de feu l’état polonais est soumis à une impitoyable répression visant notamment à anéantir toutes les élites, toutes les organisations pouvant initier une rébellion généralisée. Le gouvernement polonais en exil proteste mais Berlin comme Moscou font la sourde oreille.

Le déclenchement du second conflit mondial suscite un immense espoir du côté du gouvernement polonais en exil qui lève une puissante armée pour combattre aux côtés alliés en espérant être récompensé par la reconstitution d’une Pologne libre et indépendante.

Comme ils l’apprendront amèrement, les politiciens polonais seront les dindons de la farce, la Pologne sera certes reconstituée et même agrandie mais perdra son indépendance en étant soviétisée par Staline sans que les occidentaux (trop heureux d’avoir serré la main des communistes le plus à l’est possible du Rhin) ne bougent vraiment, les demandes d’élections libres étant faites avec tant de mollesse que l’on peut aisément douter de leur sincérité.

Il faudra attendre plus de trente ans pour que la Pologne retrouve une totale liberté non sans craindre les conséquences de la renaissance de l’Allemagne après la fin de la période des Nouveaux Etats Allemands.

Pologne et Pays Neutres (88) Suède (23)

Infanterie de Marine

Pour compléter l’artillerie côtière, la marine suédoise décide de lever un régiment de fusiliers marins pour mener des missions défensives. Le 1. Marinen Gevär Regemente est officiellement créé le 17 septembre 1945.

Gros régiment (quatre bataillons à quatre compagnies mais seulement deux bataillons sont actifs en temps de paix), il doit sécuriser les côtes en liaison avec les batteries côtières et avec l’armée de terre.

Très vite le régiment expérimente des tactiques plus offensives sous la forme de coups de mains qui annoncent les opérations commandos du second conflit mondial.

Durant le conflit le régiment va mener de nombreux exercices, occupant des ilôts, information qui fuitait rapidement en Allemagne et en URSS, une façon comme une autre de montrer la détermination de Stockholm.

A la fin du conflit le régiment est dissous mais en 1965 des compagnies indépendantes sont recrées, compagnies qui annoncent la mutation de la Kustartilleret au début des années 2000.

L’unité amphibie de la marine suédoise

Durant le conflit le régiment était organisé en un état-major, une compagnie de commandement et de soutien, quatre bataillons à quatre compagnies _trois de fusiliers et une d’armes lourdes_ et une compagnie de mortiers lourds.

L’équipement et l’armement était identique à celui de l’Armen, l’uniforme était en général celui de l’armée de terre mais parfois certains fusiliers effectuaient un panachage d’effets terrestres et marine donnant un assemblage qui fait aujourd’hui les délices des amateurs d’uniformologie.

Batteries côtières

Si aujourd’hui les défenses côtières sont plus l’exception que la norme il fût une époque où il était impensable pour un pays de ne pas protéger ses côtes par des forts et des fortins munis de puissantes pièces d’artillerie. Ces installations étaient relayées par des abris, des mines, des barbelés…….. .

La Suède ne fait pas exception avec des régiments d’artillerie tenant des forts, des unités statiques dependant de l’armée de terre pour éviter de s’empêtrer dans une défense statique et stérile. La création du régiment de fusiliers redonnant à la marine suédoise une certaine mobilité, une certaine autonomie.

Durant la Pax Armada la défense côtière est modernisée avec notamment la Per Albin Line et d’autres fortifications. A cette époque on change d’optique : aux pièces lourdes, puissantes et de courte portée on préfère des pièces plus légères tirant plus vite et plus loin.

Des forts existants sont modernisés mais la majorité des sites restent en l’état, perdant leur efficacité, servant souvent davantage d’abris d’état-major et d’abris de troupes que de forts de défense.

Parmi ces forts existants on trouve la Ligne Boden construite entre 1901 et 1916 avec 102 pièces servies par 1868 hommes, bouches à feu réparties entre six forts et huit batteries.

Cette ligne disposait notamment de trois canons de 240mm aménagée en 1942, ces pièces étant protégées par des blockhaus armés de mitrailleuses et de canons antichars.

-Le Fort Oscar II construit à Gothenburg (Goteborg) en 1907 protège l’accès au port avec des pièces de 203mm, pièces modernisées durant la Pax Armada mais clairement obsolètes. Elles sont d’ailleurs ferraillées dès la fin du second conflit.

La forteresse de Fårösund construite en 1886 et celle de Karlsborg datant de 1858 considérées comme obsolètes sont déclassées dans les années trente tout comme celle d’Enholmen construite en 1858 ou celle de Vaberget bâtie en 1902. Ces sites restent cependant sous contrôle militaire et vont servir d’abris, de prison ou de dépôts.

La Per Albin Line comprend 500km de fortifications légères pour protéger les côtes sud contre une invasion étrangère, Stockholm pensant plutôt à l’Allemagne et à l’URSS qu’à ses voisins norvégiens et finlandais. Elle va de l’Halland à la Blekinge en passant par la Skane.

En première ligne on trouve des bunkers en concrète sur le rivage avec des mitrailleuses et des canons légers.

En deuxième ligne on trouve de l’infanterie dans des abris (K24 et 48, le nombre désignant le nombre de soldats protégés) situés à 300m en arrière, abris accompagnés d’obstacles (mines, barbelés).

Quand le second conflit mondial se termine l’artillerie côtière comprend 1063 éléments fortifiés (abris exclus) avec des bunkers armés de mitrailleuses et de canons légers mais aussi et surtout des tourelles d’artillerie.

Si jadis on aimait en Suède le gros et le lourd à cette époque on préfère des pièces médianes tirant à un rythme soutenu pour compenser des calibres inférieurs.

7.5cm tornpjäs m/47

Si après guerre des canons de 120mm ont été mis en service, pour la période qui nous intéresse il n’y avait que des canons de 75mm (7.5cm tornpjäs m/47) et de 105mm (10.5cm tornautomatjäs m/50), le premier modèle étant disponible à raison de trente tourelles regroupées en dix groupes de trois alors que pour le seconc c’était douze tourelles en trois groupes de quatre.

Durant le second conflit de nouvelles batteries sont aménagées ou plutôt des positions sont aménagées pour accueillir dans de bonnes conditions des canons de l’armée en cas de débarquement.

FIN

Comme vous pouvez le constater la Suède comme Capri c’est fini. En revanche pour commencer à lire sur la Pologne il faudra patienter un peu

Pologne et Pays Neutres (87) Suède (22)

Sous-marins

Les trois unités de classe Hajen au mouillage

-En septembre 1939 les sous-marins les plus anciens de la Svenska Marinen sont les trois unités formant la Classe Hajen, des sous-marins baptisés Hajen Salen Valroose mis en service en 1920.

Ils sont désarmés respectivement en 1943, 1942 et 1943 remplacés par des type III allemands construits sous licence en Suède et dont ils reprennent les noms.

Ils servent de pontons électriques pour recharger les batteries de leurs homologues encore en service avant d’être démolis à la fin du conflit pour fournir de l’acier et compenser les pénuries dont souffrait la Suède.

Ces sous-marins déplaçaient 392 tonnes en surface et 422 tonnes en plongée, mesurant 54m de long pour 5.20m de large et 3.50m de tirant d’eau.

Disposant d’une propulsion diesel-électrique (deux moteurs diesels de 1000ch et deux moteurs électriques de 350ch) entrainant deux hélices ils affichaient des performances honorables pour leur époque avec une vitesse maximale en surface de 15.5 nœuds et de 9 nœuds en plongée, une distance franchissable de 3300 miles nautiques à 10 nœuds et de 54 miles nautiques à 6 nœuds.

L’armement se composait d’un canon de 75mm sur le pont et de quatre tubes lance-torpilles de 450mm avec huit torpilles, l’équipage se composant de 30 hommes.

Le HMS Illern

-A la classe Hajen succède les trois unités de la classe Bävern (Bävern Illern Uttern) mises en service en 1921. Ces navires sont désarmés respectivement en 1944, 1944 et 1943, leurs noms étant également repris pour des sous-marins type III construits sous licence.

Le Bävern sert de ponton-école pour les futurs sous-mariniers jusqu’en 1952 quand une voie d’eau d’origine suspecte entraine son naufrage. L’épave entre deux eaux n’est pas relevée mais remorquée à distance pour servir de but sonar aux oreilles d’or suédoises.

L’Uttern est placé comme brise-lame à Karlskrona pour protéger un mouillage et ce jusqu’en 1957 quand la coque est envoyée à la démolition. L’Uttern sert de ponton électrique pour recharger les batteries mais coule dès septembre 1945 (relevée la coque est envoyée à la ferraille).

Ces navires déplaçaient 429 tonnes en surface mais 472 tonnes en plongée, mesurant 57.m de long pour 5.80m de large et un tirant d’eau de 3m.

Disposant d’une propulsion diesel-électrique (deux moteurs diesels de 1050ch et deux moteurs électriques de 260ch) entrainant deux hélices ils affichaient des performances honorables pour leur époque avec une vitesse maximale en surface de 15.2 nœuds et de 8.2 nœuds en plongée, une distance franchissable de 3000 miles nautiques à 15 nœuds et de 54 miles nautiques à 6 nœuds.

L’armement se composait d’un canon de 75mm sur le pont et de quatre tubes lance-torpilles de 450mm avec huit torpilles, l’équipage se composant de 28 hommes.

-Le Valen est le premier sous-marin mouilleur de mines de la marine suédoise. Mis en service en 1925, il aurait du être désarmé en 1944 mais il est finalement profondément modernisé pour tenir quelques années de plus.

Il fera mieux que cela puisqu’il sera désarmé en mars 1955 et démoli après trente ans de carrière.

Ce sous-marin déplaçait 548 tonnes en surface et 730 tonnes en plongée, mesurant 57.10m de long pour 7.10m de large et un tirant d’eau de 3.10m.

Disposant d’une propulsion diesel-électrique (deux moteurs diesels de 670ch et deux moteurs électriques de 350ch) entrainant deux hélices il pouvait atteindre une vitesse maximale en surface de 14.8 nœuds et de 7.4 nœuds en plongée, une distance franchissable de 3000 miles nautiques à 10 nœuds et de 54 miles nautiques à 6 nœuds.

L’armement se composait d’un canon de 75mm sur le pont et de quatre tubes lance-torpilles de 450mm avec huit torpilles et de 20 mines (certaines sources mentionnent la présence d’un canon antiaérien de 25mm), l’équipage se composant de 31 hommes.

Le HMS Draken

-Les trois sous-marins formant la Classe Draken sont pour ainsi dire des miraculés car sans le déclenchement du second conflit mondial en septembre 1948 ils auraient été désarmés. Initialement conçus comme sous-marins mouilleurs de mines ils sont finalement achevés comme sous-marins d’attaque. Ils sont mis en service en 1929 (Draken Gripen) et 1931 (Ulven).

Usés par un service intensif ces trois submersibles sont désarmés durant le conflit, le Draken en septembre 1951, le Gripen en octobre 1952 et le Ulven en mars 1953 après avoir été endommagé dans une collision avec un cargo. Ils sont tous démolis dans l’immédiat après guerre.

Les unités de la classe Draken déplaçaient 667 tonnes en surface mais 850 tonnes en plongée, mesuraient 66.20m de long pour 6.20m de large et un tirant d’eau de 3.30m.

Disposant d’une propulsion diesel-électrique (deux moteurs diesels de 960ch et deux moteurs électriques de 500ch) entrainant deux hélices ils pouvaient atteindre une vitesse maximale en surface de 13.8 nœuds et de 8.3 nœuds en plongée, une distance franchissable de 5600 miles nautiques à 10 nœuds et de 38 miles nautiques à 6 nœuds, l’immersion maximale étant de 60m.

L’armement se composait d’un canon de 105mm sur le pont, d’un canon antiaérien de 25mm et de quatre tubes lance-torpilles de 533mm avec huit torpilles, l’équipage se composant de 35 hommes.

Comme nous l’avons vu plus haut les trois sous-marins de classe Draken devaient être des sous-marins mouilleurs de mines mais au cours du programme les priorités ont changé.

Le HMS Delfinen

C’est donc les trois unités de la Classe Delfinen qui vont compléter le Valen dans la mission de poser des bouchons de mines pour rendre impensable le passage de navires ennemis dans les eaux suédoises (à moins bien que sur qu’on ne préfère pas un usage plus offensif).

Ces trois sous-marins baptisés Delfinen Nordkapen et Springaren sont mises en service en 1936 et vont servir au sein de la Svenska Marinen jusqu’en 1955 quand ces unités sont désarmées puis démolies.

Ces navires déplaçaient 540 tonnes en surface et 720 tonnes en plongée, mesurant 63.1m de long pour 6.40m de large et 3.40m de tirant d’eau.

Disposant d’une propulsion diesel-électrique (deux moteurs diesels de 600ch et deux moteurs électriques de 400ch) entrainant deux hélices ils atteignaient une vitesse maximale en surface de 15 nœuds et de 9 nœuds en plongée, une distance franchissable de 3000 miles nautiques à 14 nœuds et de 54 miles nautiques à 6 nœuds, l’immersion maximale de 60m (non confirmée).

L’armement se composait d’un canon de 57mm, d’un canon de 25mm, de quatre tubes lance-torpilles de 533mm avec huit torpilles et de 20 mines, l’équipage se composant de 34 officiers et marins.

HMS Sjölejonet

Les unités de la Classe Sjölejonet sont conçus à partir de 1934 par la firme Kockums qui tire ici la quintescence de l’expérience suédoise en matière de conception sous-marine, expérience qui doit également beaucoup à des ingénieurs allemands qui en raison du traité de Versailles devaient monayer leurs talents à l’étranger.

Trois unités sont initialement prévues mais six autres sont commandées au moment où éclate la guerre de Pologne. En dépit du fait que ce conflit se termine rapidement, la construction se poursuit tout comme une «suédisation» du type III allemand pour une production sous licence, un choix qui fit tousser au pays.

Les neuf unités de classe Sjölejonet sont mis en service en 1938 (Sjölejonet), en 1939 (Sjöbjornen Sjöhunden), en 1941 (Svärdfisken Tumlaren Dykaren Sjöhasten) et en 1942 (Sjöborren), servant jusqu’à la fin des années soixante et le début des années soixante-dix après une solide modernisation comparable à notre programme programme AMTATE (Améliorations Tactiques et Techniques).

Ces sous-marins déplaçaient 580 tonnes en surface et 760 en plongée, mesurant 64.20m de long pour 6.40m de large et un tirant d’eau de3.40m.

Propulsés par deux moteurs diesels MAN de 1050ch chacun et par deux moteurs électriques de 500ch, entrainant deux hélices, ils pouvaient atteindre la vitesse maximale de 16.2 nœuds en surface et de 10 nœuds en plongée. Ils pouvaient plonger à 60m (information non confirmée) et pouvaient franchir 3000 miles nautiques à 10 nœuds en surface et de 54 nautiques à 6 nœuds.

L’armement se composait de deux canons de 40mm en tubes étanches, six tubes lance-torpilles de 533mm (trois de proue, un de poupe et deux orientables) avec dix torpilles.

-Les neuf sous-marins du type U sont entrés dans l’histoire non pas pour leurs performances ou leurs exploits guerriers mais par le fait qu’ils vont être les seuls sous-marins suédois à ne pas posséder de nom, la raison de ce choix étant encore ignoré aujourd’hui. Ces navires sont mis en service en 1942 (U-) en 1943 (U-2 et U-3) et en 1944 (U-4 à U-9). Ces sous-marins sont restés en service jusqu’en 1959 quand ils ont été désarmés puis démolis à l’exception du U-3.

Ces submersibles déplaçaient 367 tonnes en surface mais 450 tonnes en plongée, mesurant 49.6m de long pour 4.70m de large et 3.80m de tirant d’eau.

Propulsés par un diesel-générateur MAN entrainant deux moteurs électriques pour une puissance propulsive globale de 1350ch, ils atteignaient la vitesse maximale de 13.8 nœuds en surface et de 7.5 nœuds en plongée, la distance franchissable étant de 3000 miles nautiques à 14 nœuds et de 54 nautiques à 6 nœuds en plongée.

L’armement se composait d’un canon de 20mm et de quatre tubes lance-torpilles de 533mm avec huit projectiles (trois tubes à l’avant et un à la poupe), l’équipage se composant de 32 officiers et marins.

Les trois sous-marins de Classe Neptun (Neptun Najad Näcken) sont trois sous-marins mouilleurs de mines mis en service en 1943. Derniers de leur type au sein de la marine suédoise, ils effectuèrent une carrière honorable, le Neptun étant perdu suite à l’explosion d’une mine défectueuse le 17 mars 1952 (épave retrouvée en 1965), les deux autres étant désarmés en 1959 et 1961 respectivement puis démolis.

Ces sous-marins déplaçaient 550 tonnes en surface mais 730 tonnes en plongée, mesurant 62.6m de long pour 6.40m de large et 3.40m de tirant d’eau. Les deux moteurs diesel MAN développant 1800ch et les deux moteurs électriques développant 1000ch leur permettant d’atteindre la vitesse de 15 nœuds en surface et de 10 nœuds plongée. Ils pouvaient franchir 3000 miles nautiques à 14 nœuds en surface et 54 miles nautiques à 6 nœuds.

L’armement se composait de cinq tubes lance-torpilles de 533mm (trois à l’avant et deux à l’arrière) avec dix torpilles, vingt mines, un canon de 40mm et un de 20mm, l’équipage se composant de 35 officiers et marins.

-La Suède n’à aucun problème pour concevoir et fabriquer des porte-avions. Voilà pourquoi la décision d’acquérir la décision de fabrication des Type III à provoqué une petite polémique au pays de Nobel et de Fersen.

Ces six sous-marins baptisés Hajen Salen Valroose Bavern Illern et Uttern sont mis en service en 1945 pour les trois premiers et en 1947 pour les trois derniers.

Ces submersibles vont opérer en Baltique, le Haljen est perdu le 8 janvier 1953 victime d’un hydravion allemand qui le pris pour un sous-marin ennemi. Le Salen victime d’un incendie à quai le 17 mars 1954 est jugé trop endommagé pour être réparé, désarmé puis démoli après récupération de tout ce qui était récupérable. Les quatre autres sont désarmés entre 1959 et 1961 et démolis.

Les sous-marins de la Classe Hajen déplaçaient 480 tonnes en surface et 594 tonnes en plongée, mesurant 53.97m de long pour 5.22m de large et 4.57m de tirant d’eau.

Ils étaient propulsés par deux diesels MWM de 550ch en surface et par deux moteurs électriques de 305ch, les moteurs entrainant deux hélices.

Ils pouvaient filer à 13.5 nœuds en surface et à 9 nœuds en plongée, plonger à 150m, franchir 5850 miles nautiques à 8 nœuds en surface et 66 miles nautiques à 4 nœuds en plongée.

Ils étaient armés d’un canon de 37mm, d’un canon de 20mm, de quatre tubes lance-torpilles de 533mm concentrés à la proue avec six torpilles (quatre dans les tubes et deux en réserve) ou douze mines TMA. L’équipage se composait de 32 officiers et marins.

Pologne et Pays Neutres (86) Suède (21)

Torpilleurs et navires légers

Le torpilleur Spica futur Romulus

-En avril 1940 la Suède achète à l’Italie deux torpilleurs de classe Spica à la marine italienne, les Spica et Astore qui sont rebaptisés respectivement Romulus et Remus.

Ces navires qui avaient déjà cinq ans de service au sein de la Regia Marina sont modernisés en 1946/47 ce qui expliquent qu’ils ont été simplement désarmés en septembre 1958 (Romulus) et mars 1959 (Remus). Ils sont utilisés comme cibles de tir avant d’être envoyés à la casse.

Ces deux navires déplaçaient 808 tonnes (1040 tonnes à pleine charge), mesuraient 83.5m de long pour 8.1m de large et 2.55m de tirant d’eau.

Avec 19000ch de puissance propulsive (deux turbines à engrenages alimentées en vapeur par deux chaudières, le tout entrainant deux hélices), ils pouvaient atteindre la vitesse maximale de 34 nœuds et franchir 700 miles nautiques à 30 nœuds et 1750 miles nautiques à 15 nœuds.

L’armement d’origine se composait de trois canons de 100mm en affûts simples sous masque (un à l’avant deux à l’arrière), onze canons de 20mm, deux mitrailleuses de 13.2mm, quatre tubes lance-torpilles de 450mm (deux plate-formes doubles), 20 mines et des grenades ASM.

En Suède l’armement à été modifié avec trois canons de 105mm en affûts simples sous masque (un avant deux arrières), huit canons de 25mm, quatre tubes lance-torpilles de 450mm (deux plate-formes doubles), 20 mines et des grenades ASM. L’équipage se composait de 116 officiers et marins.

Le HMS Munin

La Classe Mode composée de quatre torpilleurs ou destroyers légers (Mode Magne Munin Mjölner) mis en service respectivement en 1942, en 1942, 1943 et 1942. Modernisés après guerre entre 1955 et 1957 ils sont transformés en frégates pour continuer leur carrière jusqu’à leur désarmement survenu respectivement en 1982, 1983, 1978 et 1979. Ils sont tous ferraillés.

Ces navires déplaçaient 1135 tonnes (1320 tonnes en pleine charge), mesurant 78m de long pour 8.10m de large et 2.70m de tirant d’eau. Disposant de deux turbines De Laval et de deux chaudières, développant 16000ch et entrainant deux hélices, ils pouvaient filer à 31 nœuds et franchir 1200 miles nautiques à 20 nœuds.

Pour compléter les navires de classe Molde, la Suède décide de commander six navires de classe Ariete, une évolution des Spica. Comme les chantiers Ansaldo ont des capacités limitées, Stockholm décide de commander deux navires à construire en Ligurie suivis de quatre à produire à l’Arsenal de Karlskrona.

L’Ariete

Ces navires baptisés Komet Meteor Orkab Vind Virgo et Sirius sont mis en service respectivement en mars 1944, juin 1945, septembre 1945, mai 1946, septembre 1947 et juin 1948. Ils forment la 1ère flottille de torpilleurs.

Ces navires malgré leur conception méditerranéenne se montrent plutôt à leurs aises dans les eaux de la mer Baltique.

Endommagé par un échouage, le Komet est désarmé dès septembre 1953 et non réarmé en raison d’avaries trop importantes pour justifier une réparation à un coût décent.

Le navire est cannibalisé au profit de ces cinq sister-ship qui après une modernisation entre 1956 et 1958 vont être désarmés en mars 1964 (Meteor), en octobre 1965 (Orkab), en mars 1966 (Vind) et enfin en juin 1967 (Virgo Sirius). Ils sont tous démolis dans les années soixante-dix.

Ces navires déplaçaient 757 tonnes (1118 tonnes à pleine charge), mesuraient 83.5m de long pour 8.62m de large et un tirant d’eau de 3.15m.

Les 22000ch générés par deux turbines à engrenages alimentées en vapeur par deux chaudières le tout entrainant deux hélices leur permettait d’atteindre la respectable vitesse de 31.5 nœuds et de franchir 2000 miles nautiques à 15 nœuds.

L’armement se composait de deux canons de 105mm en affûts simples sous masque, de quatre canons de 40mm en affûts simples et de six canons de 25mm en affûts doubles, de deux plate-formes triples lance-torpilles de 450mm, de grenades ASM et de 20 mines, le tout armé par 108 officiers et marins.

Vedettes lance-torpilles

Dans une mer aussi étroite et archipélagique que la Baltique la vedette lance-torpilles est une arme idéale surtout pour une marine défensive comme l’était la Svenska Marinen.

-Les premières torpedobat sont deux vedettes d’origine anglaise, les MTB-3 et 4 mises en service en 1925 et désarmées en août 1940. Elles sont ensuite utilisées comme auxiliaires portuaires, rôle de l’ombre qui s’achève par leur désarmement et leur démolition en 1952.

Du temps de leur carrière de vedette lance-torpilles, elles déplaçaient 12.5 tonnes, mesuraient 16.2m de long pour 3.40m de large et un tirant d’eau de 1.10m. Filant à 40 nœuds, elles étaient armées par sept hommes qui mettaient notamment en œuvre une mitrailleuse et les deux torpilles de 450mm embarquées.

-Les vedettes suivantes ont été baptisées T-3 et T-4. Mises en service en 1941 elles sont toujours là en septembre 1948 et même en 1954 quand le second conflit mondial se termine. Elles sont désarmées respectivement en 1964 et 1966.

Ces navires déplaçaient 20 tonnes pour une longueur de 18.3m, une largeur de 4.70m et un tirant d’eau de 1.50m. Avec leurs 2300 ch, les deux moteurs essence qui entrainaient chacun une hélice permettaient à ces navires de filer à 40 nœuds. L’armement se composait de deux mitrailleuses, de deux torpilles de 450mm, le tout manœuvré par huit hommes.

-A l’automne 1940 la Suède rachète à l’Italie quatre vedettes les MAS-513 514 515 et 516. Ces vedettes ne vont pas connaître une nouvelle carrière active mais vont servir aux ingénieurs suédois à mettre au point un nouveau modèle de torpedobat.

Précisons tout de même que ces vedettes italiennes déplaçaient 21.5 tonnes, mesuraient 17m de long pour 4.4m de large et un tirant d’eau de 1.30m, filaient à 44 nœuds (puissance propulsive de 2000ch assurée par deux moteurs diesels) avec un armement composée d’une mitrailleuse de 13.2mm, de deux torpilles de 450mm et de six grenades ASM, le tout mis en œuvre par dix hommes.

-Le travail mené sur les vedettes italiennes aboutit à la production de deux classes de vedettes lance-torpilles.

La première était composée de vedettes immatriculées T-15 à T-18 , des vedettes de 22.5t, mesurant 18.7m de long pour 4.60m de large et un tirant d’eau de 1.50m.

Propulsées par deux moteurs à essence développant 2300ch et entrainant deux hélices, elles pouvaient filer à 45 nœuds et étaient armées d’un canon de 20mm et de deux torpilles de 450mm, l’équipage se composant de 11 hommes.

La seconde était plus nombreuse car composée de vedettes immatriculées T-21 à T-31, des vedettes déplaçant 27 tonnes, mesurant 20m de long pour 5m de large et 1.50m de tirant d’eau, une puissance propulsive de 3000ch (deux moteurs essence, deux hélices) leur permettant d’atteindre la vitesse maximale de 49 nœuds. L’armement était plus puissant avec un canon de 20mm, deux torpilles de 533mm mais l’équipage était toujours composé de onze hommes.

Durant le conflit ces vedettes n’auront pas l’occasion de combattre mais toutes ne sortiront pas indemnes du conflit, la T-15 étant perdue le 14 mars 1949 dans une collision avec un caboteur, la T-21 étant victime d’un incendie le 8 septembre 1952 alors que les T-29 et T-30 furent coulées dans leur collision mutuelle au large de Stockholm le 8 janvier 1954. Les autres vedettes ont été retirées du service actif au milieu des années soixante.

Patrouilleurs

-En 1942 après cinquante et un an de service, la cannonière Svenskund est désarmée puis démolie, sa préservation en réserve ne se justifiant pas en raison de son âge et de son usure. C’était un navire de 280 tonnes, mesurant 38.5m de long pour 7.90m de large et un tirant d’eau de 3m, une vitesse maximale de 12.5 nœuds et un armement composé de deux canons de 57mm auxquelles pouvaient s’ajouter des mines quand la canonnière se transformait en mouilleur de mines occasionnel.

-En 1931 et 1932 la marine suédoise met en service deux patrouilleurs de Classe Asköfjard, des unités baptisées Asköfjard et Baggensfjärd. Ces navires vont servir dans la Svenska Marinen jusqu’en 1958 et 1959 quand ils sont désarmés puis démolis.

Ces navires déplaçaient 25 tonnes, mesuraient 19.3m de long pour 3.80m de large et un tirant d’eau de 1.50m. Leur moteur diesel de 92ch leur permettait d’atteindre la formidable vitesse de……11.5 nœuds, l’armement se limitant à un canon de 37mm, l’équipage à sept hommes.

-Si la classe Asköfjard se composait de deux unités, la Classe Edofjärd se composait elle de trois unités mises en service en 1933 (Kanholmsfjörd Lidöfjard Edöfjard), des unités qui vont servir jusqu’à leur désarmement survenu en 1959.

Ces navires déplaçaient 28 tonnes, mesuraient 21.2m de long pour 3.80m de large et un tirant d’eau de 1.50m, un diesel de 92ch entrainant une hélice leur permettant d’atteindre la vitesse de 11.5 nœuds. L’armement était identique aux précédents tout comme le nombre de membres d’équipage.

-Dans cette catégorie nous trouvons également cinq patrouilleurs type SVK-1 logiquement baptisés SVK-1 à SVK-5, ces cinq navires étant mis en service en 1944. Ils vont servir au sein de la Svenska Marinen jusqu’en 1959 quand ils sont transférés aux Douanes suédoises.

Ces navires déplaçaient 19 tonnes, mesuraient 16.5m de long pour 3.70m de large et 1.20m de tirant d’eau. Leur unique diesel de 100ch entrainant une hélice leur permettant d’atteindre la vitesse maximale de 10.5 nœuds. Leur armement se composait d’un canon de 20mm et de deux mitrailleuses, l’équipage était de 12 hommes.

-Les six patrouilleurs Type V51 appartenaient eux à la Kustartilleriet, l’artillerie côtière. Ils sont mis en service en 1944 (V-51 V-55) et en 1945 (V-52/V-53/V-54/V-56) pour une carrière qui s’acheva dans les années soixante-dix.

Déplaçant 120 tonnes (145 tonnes à pleine charge), ils mesuraient 32m de long pour 5.30m de large et un tirant d’eau de 2.20m. Propulsés par une machine verticale à triple expansion alimentée en vapeur par une chaudière (puissance maximale de 400ch), ils pouvaient atteindre la vitesse maximale de 11 nœuds. Le rôle des douze membres d’équipage était notamment de mettre en œuvre l’armement en l’occurrence un canon de 20mm et une mitrailleuse de 8mm.

-Le patrouilleur TV-116 mis en service en 1935 déplaçait 36 tonnes, mesurait 24.4m de long pour 4.20m mais j’ignore tout du reste de ses capacités.

Navires de soutien

Durant la Pax Armada la Svenska Marinen renforce sa flotte de soutien même si ses besoins sont sans commune mesure avec ceux des grandes marines qui ont elles besoin d’un important train d’escadre.

Elle remplace notamment des navires antédiluviens par des unités modernes dont elles reprennent le nom comme pour transmettre le flambeau.

Parmi les navires concernés on trouve un navire-hôpital le Verdande mis en service en 1943 et qui succède à un navire de 1880 utilisé jusqu’en 1920 et qui après son désarmement avait passé des années à attendre qu’on décide de son sort.

Même chose pour le bâtiment-dépôt Skagul qui succède à un navire utilisé dans ce rôle de 1923 à 1940, pour le bâtiment-base Skuld mis en service en 1940 et le bâtiment-base de sous-marins Skäggald mis en service en 1941.

Détail moderne pour l’époque ces différents navires partagent la même coque et la même propulsion ce qui explique que certains écrits regroupent tous ces navires dans une unique classe.

Cela explique aussi leurs dimensions semblables avec un déplacement standard de 6000 tonnes, une longueur de 108m pour 17m de large et un tirant d’eau de 5m. La propulsion est classique avec des turbines à engrenages alimentées en vapeur par des chaudières, la vitesse variant de 15 à 20 nœuds. Si le Verdande navire-hôpital oblige n’est pas armé, les autres disposent d’un armement composé de deux canons de 105mm, de canons de 25 et de 40mm et de mitrailleuses.

Ces navires vont aussi partager le privilège d’avoir une longue carrière puisque le Verdande n’est désarmé qu’en 1980, le Skagul en 1982, le Skuld en 1983 et le Skäggald en 1985. Si le navire-hôpital n’à pas été remplacé, les trois autres ont été remplacés par deux bâtiments de soutien polyvalent mais cela sort du cadre de l’histoire qui nous intéresse.

Navires de guerre des mines

-En 1940 et 1941 sont mis en service deux transports/mouilleur de mines baptisés Fällaren et Minören, des navires de 170 tonnes à pleine charge, mesurant 31.8m de long pour 6.20m de large et un tirant d’eau de 2.20m. Avec deux diesels de 120ch et une hélice, ces navires qui n’étaient pas armés pouvaient filer à 9 nœuds.

HMS Alvsnablen

-Deux ans plus tard en mai 1943 la marine suédoise met en service l’Alvsnablen, un mouilleur de mines hauturier. Son origine est singulière car il s’agissait d’une coque d’un cargo rachetée sur cale par la marine suédoise après la faillite de l’armateur qui l’avait commandé. Ce navire va servir de mouilleur de mines, de navire de transport et de bâtiment de soutien jusqu’à son désarmement en 1975.

Il déplaçait 4250 tonnes, mesurait 102m de long pour 13.6m de large et un tirant d’eau de 4.90m.

Propulsé par un moteur diesel de 3000ch entrainant une hélice, il pouvait atteindre la vitesse maximale de 14 nœuds et franchir 12400 miles nautiques à 13 nœuds. Il était solidement armé avec quatre canons de 152mm, huit canons de 40mm en deux affûts doubles, six canons de 25mm et jusqu’à 380 mines.

-Satisfaite de ce navire, la marine suédoise en commande deux quasiment identiques, des navires baptisés Alvsborg et Visgborg mis en service respectivement en septembre 1945 et mai 1947, des navires qui vont servir sous le pavillon bleu et or jusqu’en 1977 et 1979 respectivement.

-La Kustartilleriet disposait aussi de mouilleurs de mines côtiers, des Angkranpramen, le n°3 déplaçait 190 tonnes pour une vitesse de 6.5 nœuds, les n°5,6,7 et 8 eux déplaçaient 120 tonnes pour une vitesse maximale de 7.5 nœuds alors que le n°9 lui déplaçait 120 tonnes pour une vitesse de 9.1 nœuds.

Le Mul.10 mis en service en 1939 déplaçait lui 166 tonnes, mesurait 27.4m de long pour 5.64m de large et 2.30m de tirant d’eau, une vitesse maximale de 9.5 nœuds et un armement défensif d’une puissance redoutable soit quatre mitrailleuses de 8mm.

-Les dragueurs de mines Sökaren Sveparen et Sprangaren mis en service en 1918 ont été transformés en 1930 en remorqueur (Sökaren) et en tender pour les deux autres.

Ces trois navires qui vont être retirés du service durant le second conflit mondial car trop usés déplaçaient 227 tonnes (266 tonnes à pleine charge), mesuraient 27.8m de long pour 6.80m de large et 3m, filaient à 10 nœuds avec un armement composé d’un canon de 57mm, d’un système de déminage et parfois de mines, l’équipage se composant de 17 hommes.

-Les dragueurs de mines littoraux (MSC Minesweeper Coastal) M-1 et M-2 ont été mis en service en 1938 et vont servir dans la marine suédoise jusqu’au milieu des années soixante avant de servir de bâtiment-école à quai avant d’être démoli au milieu des années quatre-vingt.

Ces navires déplaçaient 61 tonnes (62 pour le M-2), mesuraient 30m de long (29.8 pour le M-2) pour 4.30m de large (3.95m pour le M-2) et un tirant d’eau de 1m (1.03m pour le M-2).

Ces deux navires pouvaient atteindre une vitesse respectable pour des navires de ce type à savoir respectivement 16.5 et 18 nœuds, la différence s’expliquant par 30ch de différence en terme de puissance propulsive. L’armement était en revanche identique avec une mitrailleuse de 13.2mm, des charges de profondeur et un système de déminage, le tout mis en œuvre par onze hommes.

-La marine suédoise met en œuvre une flotte appréciable de dragueurs de moines côtiers avec le Type M-3 et le Type M-15.

Le premier type est composé de douze navires immatriculés (M-3 à M-14), des navires mis en service en 1940 (M-3/5/7/9/11) et 1941 (M-6/8/10/12/14) et qui vont servir dans la marine suédoise jusqu’au début des années soixante sauf le M-3 perdu sur une mine suédoise et le M-14 victime d’un incident et qui coula à son poste.

Cette version simplifiée du M-1 déplaçait 50 tonnes, mesurait 25m de long pour 5.10m de large et un tirant d’eau de 1.40m, deux moteurs diesels développant 400ch entrainant deux hélices lui permettant d’atteindre la vitesse maximale de 13 nœuds. Ils étaient armés d’un canon de 20mm et d’un système de dragage de mines. A noter que pendant la guerre ils ont reçu deux mitrailleuses pour renforcer (sic) leur armement défensif.

Le second type est composé lui aussi de douze navires immatriculés (M-15 à M-26), des navires inspirés des précédents, des navires mis en service en 1941 sauf le M-19 en 1942. Deux navires sont perdus durant la guerre, le M-15 qui s’échoue sur une roche non cartographiée près de Goteborg et le M-27 qui coula dans une tempête biblique le 30 mars 1952. Les autres ont été désarmés au milieu des années soixante.

Ces navires déplaçaient 70 tonnes, mesuraient 27.7m de long pour 5m de large et un tirant d’eau de 1.50m. Propulsés par deux moteurs diesels de 205ch entrainant deux hélices, ils pouvaient atteindre la vitesse maximale de 13 nœuds, son armement étant identique aux précédents.

HMS Bremön

-Pour le dragage de mines océanique, la marine suédoise s’appuie sur les quatorze unités de la Classe Arholma.

Ces unités ont été mises en service en 1939 (Arholma Landsort), en 1940 (Bremön Holmön Koster Vinga) et en 1941 (Sandon Ulvön Bredskan Grönokar Ramskär örskär Kullen Ven). Modifiés et modernisés à la fin des années cinquante, ils ont été désarmés à la fin des années soixante et démolis.

A noter que ces dragueurs de mines servaient également de patrouilleur et d’escorteur côtier pour relayer des unités plus importantes et plus spécialisées

Ces navires déplaçaient 365 tonnes (442 tonnes à pleine charge), mesuraient 56.7m de long pour 7.60m de large et 2.10m de tirant d’eau, une propulsion composée deux turbines à engrenages alimentées en vapeur par deux chaudières développant 3200ch et entrainant deux hélices permettant une vitesse maximale de 17 nœuds.

Ils étaient armés de deux canons de 105mm, de quatre canons de 25mm et deux canons de 40mm, deux mortiers, des mines et des systèmes de dragage des mines. L’équipage se composait de 37 hommes.

Pologne et Pays Neutres (85) Suède (20)

Destroyers

En septembre 1939 le plus ancien destroyer suédois en service est le Wale mis en service en 1908. Il s’agit d’un petit navire dépassant 430 tonnes (461 tonnes à pleine charge), mesurant 66.1m de long sur 6.30m de large pour un tirant d’eau de 2.80m.

Propulsé par deux machines verticales à expansion entrainant deux hélices et alimentées en vapeur par quatre chaudières il pouvait grâce à ses 7665ch de puissance atteindre la vitesse maximale de 30 nœuds pour une distance franchissable de 1400 miles nautiques à 12 nœuds. Il était armé de deux canons de 75mm, de quatre canons de 57mm et deux tubes lance-torpilles de 450mm, l’équipage étant composé de 54 officiers et marins.

Désarmé en octobre 1940 il est mis en réserve. En septembre 1948 il est réarmé en patrouilleur pour protéger les côtes et la navigation littorale. Le 17 mars 1952 il s’échoue. Trop endommagé, il est désarmé et démantelé sur place après récupération de tout ce qui est récupérable.

HMS Vidar

Les trois destroyers de Classe Vidar (Vidar Ragnar Sigurd) mis en service respectivement en 1910, 1909 et 1909. Il fût un temps question de les moderniser mais au final la Svenska Marinen préféra les remplacer par des navires plus gros et plus modernes. En réserve ils ne sont pas réarmés et sont démolis après guerre.

Les destroyers de classe Vidar déplaçaient 430 tonnes (460 tonnes en charge), mesuraient 66.1m de long pour 6.30m de large et un tirant d’eau de 2.70m. Propulsés par deux machines verticales à triple expansion alimentées en vapeur par quatre chaudières Yarrow développant 7200ch et entrainant deux hélices, ces destroyers pouvaient filer à 30 nœuds et franchir 1400 miles nautiques à 12 nœuds. Ils étaient armés de deux canons de 75mm, quatre canons de 57mm et deux tubes lance-torpilles de 450mm, l’équipage se composant de 54 officiers et marins.

HMS Hugin

Les deux destroyers Hugin et Munin mis en service respectivement en 1911 et 1913 sont désarmés en 1945 et remplacés par des unités plus modernes. Non réarmés pendant la guerre ils sont démolis à la fin des années cinquante.

C’étaient des navires déplaçant 446 tonnes (500 à pleine charge), mesurant 66.3m de long pour 6.50m de large et un tirant d’eau de 3.50m, une propulsion assurée par des turbines à engrenages (deux) entrainant des hélices (deux), alimentées par quatre chaudières Yarrow. Avec une puissance de 10000ch, ils pouvaient filer à 33 nœuds et franchir 1500 miles nautiques à 16 nœuds. L’équipage de 72 hommes participe notamment à la mise en œuvre de l’armement en l’occurrence quatre canons de 75mm et deux tubes lance-torpilles de 450mm.

HMS Wrangel

Les deux destroyers formant la classe Wrangel (Wrangel Wachtmeister) sont mis en service en 1918, sont encore en service en septembre 1939 et même en septembre 1948. Pour cela ils ont été modernisés entre 1940 et 1942 avec une remise en état générale, une modernisation de la propulsion et comme nous le verrons une modification de l’armement.

Avec ces travaux ils peuvent faire la soudure avec des destroyers plus modernes et s’occuper de missions sous-dimensionnées pour les jagare les plus récents de la Svenska Marinen. Ils sont désarmés dès la fin du conflit car à bout de potentiel. Utilisés comme pontons (le Wrangel comme ponton électrique et le Wachtmeister comme ponton-école) ils sont finalement démolis au cours des années soixante-dix.

Durant leur carrière de destroyers, ces deux unités déplaçaient 415 tonnes (498 tonnes à pleine charge), mesurant 72m de long pour 6.90m de large avec un tirant d’eau de 2.80m. Son système propulsif composé de turbines à engrenages et de chaudières à vapeur dévellopait 13000ch entrainant deux hélices ce qui leur permettait d’atteindre une vitesse maximale de 34 nœuds, le mazout embarqué leur permettant de franchir 1300 miles nautiques à 18 nœuds.

L’armement d’origine se composait de quatre canons de 75mm, d’un canon de 25mm, de deux mitrailleuses de 6.5mm et de deux plate-formes lance-torpilles doubles de 457mm. Une fois modernisés ces deux navires disposaient d’un canon de 105mm, d’un canon de 75mm, de 4 canons de 25mm et de quatre tubes lance-torpilles de 450mm en deux plate-formes doubles.

Le HMS Ehrensköld

Les deux destroyers de la Classe Ehrensköld (Ehrensköld Nordenskjöld) sont mis en service en 1927 et sont toujours là quand le second conflit mondial débute. Transformés en frégates ASM en 1955/56 ces deux navires connaissent des destins différents, l’Ehrensköld servant de navire-école de 1963 à 1980 avant d’être démoli alors que le second désarmé en 1965 est démoli après avoir été privé de toutes les pièces détachées susceptibles d’intéresser son sister-ship.

Ces deux navires déplaçaient 974 tonnes (1160 tonnes à pleine charge) pour une longueur de 91.4m, une largeur de 8.88m et un tirant d’eau de 3.80m. Leur système propulsif (turbines à engrenages et chaudières à vapeur entrainant deux hélices as usual) développant 24000ch leur permettait de naviguer à 36 nœuds et de franchir 1600 miles nautiques à 12 nœuds.

L’armement d’origine se composait de trois canons de 120mm, de deux puis huit canons de 40mm, de deux plate-formes triples lance-torpilles de 533mm, de quatre grenadeurs (deux projecteurs latéraux et deux de sillage) et en cas de besoin de vingt mines. L’équipage se composait de 120 officiers et marins.

Transformé en frégate l’Ehrensköld était armé d’un canon de 76mm, de deux tourelles doubles de 40mm, d’un lance-roquettes ASM et de quatre plate-formes triples lance-torpilles ASM, le reste de l’armement étant débarqué.

Le HMS Klas Horn

Composée de deux unités (Klas Horn et Klas Uggla), la Classe Klas Horn est mise en service en 1932 mais pour la seconde unité la carrière s’achève brutalement le 17 mars 1941. Ce jour là une explosion dont l’origine n’à jamais pu être déterminée provoque le naufrage de trois destroyers (Goteborg Klas Horn Klas Uggla). De ce Désastre d’Harsfjarden le Klas Uggla n’en ressort pas. Trop endommagé il est démoli à la différence des deux autres navires qui sont renfloués, réparés et remis en service. Le Klas Horn est désarmé en août 1958 et démoli.

Les destroyers type Klas Horn déplaçaient 1004 tonnes (1190 tonnes à pleine charge), mesuraient 92.4m de long pour 8.90m de large et un tirant d’eau de 3.70m. Son système propulsif turbines à engrenages et chaudières à vapeur (respectivement deux et trois) développe 26000ch, entrainant deux hélices.

Filant à 37 nœuds, franchissant 1600 miles nautiques à 20 nœuds, ces destroyers armés par 119 hommes étaient armés de trois canons de 120mm, deux canons de 40mm (nombre porter à six durant le second conflit mondial), deux plate-formes triples lance-torpilles de 533mm, quatre grenadeurs et jusqu’à vingt mines en mission de mouillage de mines.

Le HMS Goteborg

La Classe Gotebörg est composée de six navires mis en service en 1936 (Göteborg), en 1937 (Stockholm), en 1939 (Malmö), en 1940 (Karlskrona) et en 1941 (Gävle Norrköping).

Ces navires vont former le cœur de la force de jagare de la marine suédoise, menant des patrouilles et des escortes pour protéger la navigation suédoise des belligérants. Ces navires sont modernisés à la fin des années cinquante avant d’être désarmés en 1969 (Gävle Stockholm), en 1971 (Göteborg Malmö) et en 1973 (Karlskrona Norrköping). Tous ont été démolis.

Ces destroyers déplaçaient 1024 tonnes (1184 tonnes à pleine charge), mesuraient 94.6m de long pour 9m de large et 3.80m de tirant d’eau.

Propulsés par deux turbines De Laval alimentées en vapeur par trois chaudières Penhoët (développant 32000ch) entrainant deux hélices, ces destroyers pouvaient filer à 39 nœuds et franchit 1200 miles nautiques à 20 nœuds.

L’armement se composait de trois canons de 120mm en affûts simples, deux affûts doubles de 25mm (quatre canons de 40mm Bofors sont ajoutés durant le second conflit mondial), deux mitrailleuses de 8mm, deux plate-formes triples lance-torpilles de 533mm, quatre grenadeurs et vingt mines en mission de mouillage de mines.

Ils étaient armés de trois canons de 105mm polyvalents en affûts simples sous masque, deux puis six canons de 40mm Bofors, deux puis quatre canons de 20mm Oerlikon et une plate-forme triple lance-torpilles de 533mm. Son équipage se composait de cent hommes.

Le destroyer HMS Visby

Les quatre unités de Classe Visby (Visby Sundsvall Hälsingborg Kalmar) ont été mises en service en 1943 pour les trois premiers et en 1944 pour la dernière. Modernisés entre 1960 et 192, ils sont désarmés respectivement en 1982, 1983, 1979 et 1981.

Ces navires déplaçaient 1135 tonnes (1320 tonnes à pleine charge), mesuraient 98m de long, 9m de large et 3.80m de tirant d’eau. Propulsés par des turbines à engrenages Laval alimentées en vapeur par trois chaudières, développant 32000ch et entrainant deux hélices, ils pouvaient filer à 39 nœuds et filer à 1600 miles nautiques à 20 nœuds.

Ils étaient armés de trois canons de 120mm, de quatre canons de 40mm (un double et deux simples, nombre porté durant la guerre à douze en six affûts doubles), deux affûts triples lance-torpilles de 533mm, quatre grenadeurs et 40 à 46 mines en mission de mouillage de mine. Son équipage se composait de 155 officiers et marins.

Le HMS Oland

Les deux unités de Classe Öland (Öland Uppland) sont mises en service en 1947 et 1948. Ils sont modernisés au début des années soixante puis désarmés respectivement en 1971 et 1973. Ils servent de cibles de tir avant d’être démolis.

Ces navires déplaçaient 1880 tonnes (2250 tonnes à pleine charge), mesurant 112m de long pour 11.2m de large et un tirant d’eau de 3.40m. Propulsés par deux groupes de turbines De Laval alimentées en vapeur par deux chaudières Penhoët dévéloppant 44000ch et entrainant deux hélices, il pouvait filer à 35 nœuds et franchir 2500 miles nautiques à 20 nœuds.

Ils étaient armés de deux tourelles doubles de 120mm, huit canons de 40mm en quatre affûts doubles, deux plate-formes triples lance-torpilles de 533mm, deux grenadeurs de sillage et en cas de mission de mouillage de mines 40 mines. Son équipage se composait de 210 officiers et mariniers.

Les destroyers de la Classe Vidar (Vidar Ragnar Sigurd Hugen) sont mis en service durant le second conflit mondial respectivement en 1950, 1951, 1952 et 1953. Refondus en 1962 et 1963, ils sont désarmés respectivement en 1975, en 1976, en 1977 et 1979.

Ces navires déplaçaient 1975 tonnes (2400 tonnes à pleine charge), mesurant 112m de long pour 11.2m de large et un tirant d’eau de 3.40m. Propulsés par deux groupes de turbines De Laval alimentées en vapeur par deux chaudières Penhoët dévéloppant 44000ch et entrainant deux hélices, il pouvait filer à 33 nœuds et franchir 2300 miles nautiques à 20 nœuds.

Ils étaient armés de trois tourelles doubles de 120mm, huit canons de 40mm en quatre affûts doubles, deux plate-formes triples lance-torpilles de 533mm, deux grenadeurs de sillage et en cas de mission de mouillage de mines 40 mines. Son équipage se composait de 210 officiers et mariniers.

Pologne et Pays Neutres (84) Suède (19)

Navires de surface

Cuirassés garde-côtes

A l’instar des autres pays scandinaves, la marine suédoise à disposé de cuirassés mais des cuirassés d’un type particulier le cuirassé de défense côtière, un navire bien protégé bien armé mais lent et aux capacités hauturières qui à mon avis aurait rendu périlleuse toute traversée d’une autre mer que la Baltique (et encore……..).

HMS Svea

La première classe est la Classe Svea que je cite uniquement pour mémoire car pour l’époque qui nous intéresse les trois navires baptisés Svea Göta et Thüle ne sont plus en service ayant été désarmés en 1923 puis démolis dans les années suivante.

HMS Niord

Même chose pour les trois unités de la Classe Oden (Oden Niord Thor) désarmées respectivement en 1937, 1922 (après échouage) et 1937.

Le cas du HMS Dristigheten est différent. Mis en service le 5 septembre 1901, il est transformé en ravitailleur d’hydravions en 1927 avec un hangar et un pont d’envol pour trois hydravions. Il est transformé en bâtiment-cible en 1947 et finalement démoli en 1961.

Maquette du HMS Äran

Les quatre unités de la Classe Äran sont elles toujours en service quand le second conflit mondial éclate. Ces navires sont mis en service en 1902 (Äran Wasa), en 1903 (Tapperheten) et en 1904 (Manlegheten).

Si le Wasa est désarmé dès mars 1940, les trois autres sont modernisés durant la Pax Armada pour compléter des cuirassés garde-côtes plus modernes.

L’Äran est désarmé en 1957 machines hors service et surtout changement de priorités. Il devient ponton-école à Karlskrona jusqu’en 1977 quand il est envoyé à la démolition. Le Manlegheten lui s’échoue le 21 mars 1950. Irrécupérable, il est démantelé sur place après récupération de tout ce qui est récupérable. Le Tapperheten lui est désarmé en mars 1957 vendu à la démolition en 1959 et démoli.

Les unités de classe Äran étaient des navires déplaçant 3650 tonnes, mesurant 89.7m de long (87.5m entre perpendiculaires) pour 15m de large et 5m de tirant d’eau, des machines verticales à triple expansion alimentées par huit chaudières développant 6500ch ce qui leur permettait d’atteindre la vitesse maximale de 17 nœuds et franchir 3000 miles nautiques à 12 nœuds.

La protection est plutôt solide avec une ceinture de 175mm, des tourelles blindées à 140/190mm, des barbettes à 190mm, des tourelles secondaires à 60/125mm, des barbettes secondaires à 100mm, un bloc-passerelle à 200mm et les ponts à 48mm.

L’armement comprend deux canons de 210mm en tourelles simples, six canons de 152mm en tourelles simples, dix canons de 57mm et deux tubes lance-torpilles. L’équipage se composant de 285 officiers et marins.

Le Pansarskepp (navire blindé) HMS Oscar II à été mis en service le 3 avril 1907. En 1918 il participe à l’opération menée par la Suède sur les îles Aland. Il est ensuite mis en réserve jusqu’en 1929 avant de reprendre du service. Il est modernisé entre 1939 et 1941 pour continuer à porter fièrement le pavillon bleu et or.

Après avoir traversé le second conflit mondial sans une égratinure, l’Oscar II est désarmé en 1957 devenant alors ponton-école jusqu’en 1972 quand il est envoyé à la ferraille.

C’était un navire de 4584 tonnes, mesurant 95.6m de long sur 15.4m de large et 5.49m de tirant d’eau, des machines verticales à triple expansion alimentées en vapeur par dix chaudières Yarrow développant 9400ch lui permettant d’atteindre la vitesse maximale de 18 nœuds, la distance franchissable étant de 3550 miles nautiques à 11 nœuds.

Il était protégé par une ceinture blindée de 100 à 150mm, des barbettes de 175mm, des tourelles de 60 à 125mm, des ponts blindés à 22mm, un bloc-passerelle avant protégé par 157mm et un bloc-passerelle arrière protégé par 100mm.

L’armement se composait de deux canons de 210mm en tourelles simples, quatre canons de 152mm en deux tourelles doubles, dix canons de 57mm, trois canons de 37mm et deux tubes lance-torpilles de 450mm. Son équipage était composé de 326 hommes (355 hommes en navire-amiral).

Ecole à feux pour le HMS Sverige

La Classe Sverige est composée de trois unités mises en service en 1917 (Sverige), en 1921 (Drottning Victoria) et en 1922 (Gustav V). Ces navires subissent une modernisation au milieu des années quarante pour leur permettre de tenir leur rang. A noter que le Gustav V à été reconstruit en 1929/30 et modernisé en 1937, le Drottning Victoria étant lui reconstruit en 1935.

Si le Sverige est désarmé dès le 30 janvier 1953 en raison de machines à bout de potentiel (il est démoli en 1958), le Drottning Victoria est désarmé en septembre 1957 (démoli deux ans plus tard en 1959) alors que le Gustav V désarmé en septembre 1959 est démoli entre octobre 1962 et février 1963.

Les unités de classe Sverige déplaçaient 7755 tonnes, mesuraient 121.6m (120m pour le Sverige) pour 18.6m de large et un tirant d’eau de 6.2m. Propulsés par des turbines à engrenages alimentées en vapeur par des chaudières, ils pouvaient atteindre la vitesse maximale de 23.5 nœuds (22.5 pour le Sverige).

Ils étaient protégés par une ceinture blindée de 200mm, des ponts blindés de 45mm, des tourelles protégés par 200mm, un bloc-passerelle protégé par 175mm.

L’armement se composait de quatre canons de 283mm (deux tourelles doubles), huit canons de 152mm (une tourelle double et six affûts simples), six canons de 75mm en affûts simples, deux canons de 57mm, deux mitrailleuses et deux tubes lance-torpilles de 450mm. L’équipage se composait de 427 officiers et marins (443 en navire-amiral).

Croiseurs

-Le plus ancien croiseur en service en septembre 1948 au sein de la marine suédoise est le HMS Fylgia, un vénérable navire mis en service en 1907. Plus petit croiseur cuirassé du monde, il est transformé en navire-école après 1918. Il est modernisé en 1939/40 pour à la fois rester un navire-école efficace mais aussi pour pouvoir servir éventuellement de croiseur opérationnel en dépit d’un relatif déclassement.

Désarmé en novembre 1953 en raison de machines usées et de faiblesses structurelles préoccupantes. Mouillé dans la base de Karlskrona, le vénérable croiseur coule en mai 1957 au cours d’une tempête. Relevé l’ex-croiseur est envoyé à la casse.

C’était un navire de 4980 tonnes, mesurant 117m de long 14.8m de large et 6.3m de tirant d’eau, propulsé par des machines verticales à triple expansion alimentés en vapeur par des chaudières lui permettant d’atteindre une vitesse maximale de 22 nœuds et de franchir 8000 miles nautiques à 10 nœuds.

Protégé par une ceinture de 100mm, le croiseur avait des tourelles possédant 50 à 125mm de blindage, les ponts étant épais de 22 à 35mm, le bloc-passerelle étant protégé par 100mm de blindage.

Son équipage de 322 hommes mettait notamment en œuvre l’armement composé de huit canons de 152mm, 14 canons de 57mm (dix casemates), deux canons de 37mm, deux tubes lance-torpilles de 450mm et 100 mines. Cet armement évolue et à la fin de sa carrière il était armé de huit canons de 152mm, quatre canons de 57mm, quatre canons de 40mm, deux canons de 25mm, un canon de 20mm, deux tubes lance-torpilles de 533mm et deux grenadeurs.

-Le HMS Clas Fleming était un croiseur mouilleur de mines mis en service dans la marine suédoise en février 1914. C’est le premier navire suédois à utiliser des turbines à engrenages en lieu et place des machines verticale à triple expansion. Il est reconstruit en 1939/40 avec notamment l’insertion d’un module de coque de 6m.

Au début du second conflit mondial il mouille des champs de mines défensifs puis sert de transport de troupes pour renforcer les garnisons des îles que Stockholm était bien décidé à défendre contre toute invasion étrangère. Mis en réserve en juin 1954, il est désarmé en septembre en 1959 puis démoli en 1961.

C’était un petit croiseur de 1575 tonnes, mesurant 80.2m de long sur 10.4m de large pour 4.3m de tirant d’eau, une puissance propulsive de 6500ch lui permettant d’atteindre la vitesse maximale de 20 nœuds. Il était protégé par 16 à 25mm pour les ponts et 75mm pour le bloc-passerelle. Il était armé de quatre canons de 120mm et de 190 mines. L’équipage se composait de 161 officiers et marins.

-Le HMS Gotland mis en service le 14 décembre 1934 est un croiseur porte-hydravions embarquant six appareils Fairey Osprey. Entre septembre 1946 et juin 1948 il est immobilisé pour une refonte et une transformation substantielle de ses capacités devenant un croiseur léger antiaérien.

Il opère comme croiseur de 1948 à 1953 avant d’être modifié comme navire de direction de chasse pour cette mission qu’il va assurer jusqu’en 1957.

Navire-école de 1957 à 1962, il est désarmé après un incendie en septembre 1962. Il est démoli en 1964.

Le HMS Gotland était un navire de 4600 tonnes (5500 tonnes à pleine charge), mesurant 134.8m de long pour 15.4m de large et 4.5m de tirant d’eau, des turbines à engrenages, des chaudières et deux hélices lui permettant d’atteindre la vitesse maximale de 27.5 nœuds. Il était armé de six canons de 152mm (deux tourelles doubles et deux simples), quatre canons de 75mm, quatre canons de 25mm, huit canons de 40mm, six tubes lance-torpilles de 533mm et des mines. Son équipage était composé de 467 officiers et marins (plus 60 pour les hydravions).

Le Tre Kronor

-Les deux croiseurs les plus modernes de la marine suédoise sont les deux unités de classe Tre Kronor, le HMS Tre Kronor est mis en service en septembre 1945 et son sister-ship le Göta Lejon mis en service en juin 1947. Ces deux navires sont mis en service pour servir de leader de flottille pour les destroyers. Ces croiseurs sont réalisés sur plan italiens (CRDA).

Ces navires vont mener des patrouilles de neutralité pour sécuriser les eaux territoriales suédoises et montrer la détermination de Stockholm.

Le Tre Kronor est désarmé en 1964 et démoli trois ans plus tard alors que le Göta Lejon désarmé en 1968 est remis en état, vendu au Chili en 1971 où il va servir jusqu’en 1986 sous le nom d’Almirante Lattore.

Les croiseurs de classe Tre Kronor déplaçaient 7519 tonnes (9348 tonnes à pleine charge), mesuraient 182m de long (174m entre perpendiculaires) pour 16.45m de large et un tirant d’eau de 5.94m.

Disposant de turbines à engrenages et de quatre chaudières, ils pouvaient grâce à une puissance propulsive de 100000ch atteindre une vitesse maximale de 33 nœuds et franchir 4350 miles nautiques à 14 nœuds.

Protégés par une ceinture de 70mm, des ponts blindés à 30mm, des tourelles protégées par 50 à 127mm de blindage, un bloc-passerelle protégé par 20 à 25mm.

L’armement de ces croiseurs se composait de sept canons de 152mm (une tourelle triple et deux tourelles doubles), vingt canons de 40mm Bofors, sept canons de 25mm, six tubes lance-torpilles de 533mm et 160 mines. L’équipage se composait de 618 officiers et marins.

Pologne et Pays Neutres (83) Suède (18)

Organisation

En mars 1945 la flotte suédoise est totalement réorganisée pour s’adapter aux besoins de la guerre moderne. Il à fallu plusieurs années de maturation pour aboutir à une structure adaptée qui est la suivante :

-Etat-major de la flotte

-Commandement opérationnel de la flotte

Ce commandement comme son nom l’indique ne s’occupe que des opérations. Il est chargé de piloter l’engagement des navires de surface comme des sous-marins.

-Commandement sous-marin

C’est sous ce nom qu’est désormais connu le département sous-marin (Ubatsavdelningen), le commandement ayant sous son autorité les divisions de sous-marins. Il comprend également une école de formation sous-marine, une école de plongée et un institut médical spécialisé dans les problèmes médicaux liés à la plongée que l’on commence à appréhender.

-Commandement de la Défense Côtière

Ce commandement regroupe sous son autorité la Kustartilleriet (artillerie côtière) mais aussi une nouvelle unité, un régiment de fusiliers de marine qui peut être considéré comme l’ancètre de la Svenska amfibiekaren même si cette dernière unité estime davantage descendre de la Kustartilleriet.

-Commandement de la préparation opérationnelle

Sous ce nom un peu passe-partout figure un commandement prennant sous son aile les Districts Navals chargés de gérer les bases navales et les installations logistiques, de préparer les hommes et les moyens militaires.

C’est sous l’autorité des districts que sont placés les navires en temps de paix soit la forme de navires isolés ou de flottilles exception faite des sous-marins qui dépendent d’un commandement particulier.