Le Conflit (86) Europe Occidentale (52)

Un camp de manœuvre pour champ de Bataille

Du 25 au 30 août 1949 à lieu la Bataille de Mourmelon, la grande bataille motomécanique de la Campagne de France, bataille opposant les 1. et 4. Panzerkorps à deux unités françaises, le 2ème CAC et le 3ème C.C. Nul doute qu’il y à une certaine ironie à ce qu’une bataille de chars ait pour théâtre un camp d’entrainement majeur de l’armée française.

Le 2ème Corps d’Armée Cuirassé (2ème CAC) à été peu engagé et brûle donc d’en découdre. Ce «sous-engagement» s’explique non pas par un manque de confiance du haut-commandement mais par la crainte de brûler toutes ses cartouches. Cette fois après la chute de Reims, il n’y à plus à reculer, il faut comme on dit «lâcher les chevaux».

De quels moyens dispose le 2ème CAC le 25 août à l’aube ? Pour se contenter de parler des chars, il dispose de 699 chars ! Une puissance irrésistible ? Faut voir car nombre d’entre-eux sont des chars légers.

On trouve d’abord le 39ème GRCA avec douze chars légers Hotchkiss H-39 et seize automitrailleuses de découverte (les automitrailleuses puissantes ne sont toujours pas là !).

La 2ème Division Cuirassée (2ème DCui) dispose tout d’abord de soixante et onze chars légers AMX-42 pour la reconnaissance (45 pour le régiment de découverte, le 9ème RCui et 26 pour les 18ème et 20ème Groupes de Reconnaissance). Ses quatre BCC regroupent un total de 90 chars moyens Renault G-1R et 68 chars lourds ARL-44. Cela nous donne un total de 229 chars légers, moyens et lourds.

La 4ème Division Cuirassée (4ème Dcui) dispose tout d’abord de soixante et onze chars légers AMX-42 pour la reconnaissance (45 pour le régiment de découverte, le 12ème RCui et 26 pour les 18ème et 20ème Groupes de Reconnaissance). Ses quatre BCC regroupent un total de 90 chars moyens Renault G-1R et 68 chars lourds ARL-44. Cela nous donne un total de 229 chars légers, moyens et lourds.

La 6ème Division Cuirassée (6ème Dcui) dispose tout d’abord de soixante et onze chars légers AMX-44 pour la reconnaissance (45 pour le régiment de découverte, le 14ème RCui et 26 pour les 18ème et 20ème Groupes de Reconnaissance). Ses quatre BCC regroupent un total de 90 chars moyens Renault G-1R et 68 chars lourds ARL-44. Cela nous donne un total de 229 chars légers, moyens et lourds.

A ses côtés on trouve le 3ème Corps de Cavalerie (3ème C.C) qui lui à été engagé notamment du côté Verdun. Il à donc comme on dit laissé des plumes avec la perte de chars et surtout d’hommes plus difficiles à remplacer que les véhicules, une partie des véhicules ayant été remplacé quand on trouvait des hommes pour les utiliser cela va sans le dire.

Ce Corps de Cavalerie disposait initialement de douze AMX-42 au sein du 37ème GRCA chargé d’éclairer et de préparer l’engagement des trois DLM aux côtés de seize automitrailleuses puissantes modèle 1940P.

La 2ème Division Légère Mécanique (2ème DLM) dispose comme les Divisions Cuirassées d’un régiment de découverte, le 8ème Régiment de Cuirassiers mais ce régiment est équipé de quarante-huit AM modèle 1940P.

En ce qui concerne les chars deux régiments d’automitrailleuses de combat (AMC même si en pratique on utilise le terme de char) regroupent un total de 192 Somua S-45, un char moyen comparable au Renault G-1 mais qui n’à aucun lien de parenté avec le duo Somua S-35/S-40. A cela s’ajoute vingt-six AMX-42 au sein de deux groupes de reconnaissance et pas moins de cent-vingt-six chars légers AMX-42 pour les deux régiments de dragons portés.

Cela nous donne un total de 344 chars mais ce chiffre imposant sur le papier est à tempéré avec la qualité des chars, les vrais chars de combat étant à peine plus que la moitié des chars.

La 4ème Division Légère Mécanique (4ème DLM) dispose comme sa consoeur d’un régiment de découverte, le 5ème Régiment de Cuirassiers mais ce régiment est équipé de quarante-huit AM modèle 1940P. Ce sont certes des véhicules puissants mais ce ne sont sûrement pas des chars.

En ce qui concerne les chars deux régiments regroupent un total de 192 Somua S-45. A cela s’ajoute vingt-six AMX-42 au sein de deux groupes de reconnaissance et pas moins de cent-vingt six chars légers AMX-42 pour les deux régiments de dragons portés.

Cela nous donne un total de 344 chars mais ce chiffre imposant sur le papier est à donc à tempéré avec la qualité des véhicules, la part des vrais chars de combat représentant à peine la moitié du parc.

La 8ème Division Légère Mécanique (8ème DLM) dispose comme sa consoeur d’un régiment de découverte, le 3ème Régiment de Cuirassiers mais ce régiment est équipé de quarante-huit AM modèle 1940P. Ce sont certes des véhicules puissants mais ce ne sont sûrement pas des chars.

En ce qui concerne les chars deux régiments regroupent un total de 180 Somua S-40. A cela s’ajoute vingt-six AMX-44 au sein de deux groupes de reconnaissance et pas moins de cent-vingt six chars légers AMX-44 pour les deux régiments de dragons portés.

Cela nous donne un total de 344 chars mais ce chiffre imposant sur le papier est à donc à tempéré avec la qualité des chars, la dernière née des DLM ne possédant que des chars à canon de 47mm ce qui limite sa puissance de feu contre les Panzerdivisionen.

Ces chiffres sont ceux avant le premier engagement de la Campagne de France (1949). Quand éclate la Bataille de Mourmelon le 3ème C.C dispose des moyens en chars suivants :

-Le 37ème GRCA est réduit à huit AMX-42 et huit AM modèle 1940P.

-La 2ème DLM à vu son régiment de découverte tomber à vingt-huit AM modèle 1940P, ces deux régiments de chars ne plus aligne que 120 Somua S-45 au lieu de 192 tandis que sur 152 AMX-42 on n’en compte plus que 96 soit un total de 216 chars de tous types sur 344.

-La 4ème DLM à un peu moins souffert puisque le régiment de découverte possède encore 36 AM modèle 1940P et en ce qui concerne les chars 148 Somua S-45 et 124 AMX-42 soit un total de 272 chars sur 344.

-La 8ème DLM dispose encore de trente-six AM modèle 1940P et surtout de 128 Somua S-40 et de 102 AMX-44 soit un total de 230 chars sur les 344 du départ.

Le 3ème Corps de Cavalerie aligne donc au moment de la Bataille de Mourmelon d’un total de 726 chars de tous type pour un total d’origine de 1044 chars soit une sacré saignée.

En face les allemands vont engager deux Corps Blindés, les 1. et 4.Panzerkorps qui comme le Corps de Cavalerie à du s’employer depuis le début de l’offensive à l’ouest.

Le 1er Corps Blindé dispose de trois Panzerdivisionen, les 2. 6. et 7.PzD, la première disposant de Panzer III à canon de 50mm et de Panzer IV à canon de 75mm long, les deux autres possédant des Panzer V Panther à canon de 75mm long.

Le 4ème Corps Blindé dispose de deux Panzerdivisionen, les 8. et 10.PzD mais aussi une division S.S, la 8ème Division S.S «Nordland». Les deux premières disposent pour la 8ème de chars moyens Panther associés à un bataillon de Tigre alors que la 10ème dispose de Panzer III et Panzer IV associés à deux bataillons de Tigre.

Ces cinq divisions blindées disposent au total d’environ 800 chars, les chiffres exacts n’ayant pas été trouvés dans les archives et l’étude des JMO ayant provoqué de nombreuses contradictions d’un livre à l’autre (au combat la tenue méticuleuse des documents n’est pas la priorité).

Le livre le plus fiable sur la question «La Bataille de Mourmelon : Tonnerre sur la Champagne !» de Pierre-Jean Colombier donne 92 Tigre, 196 Panzer III, 232 Panzer IV et 324 Panther soit un total de 844 chars alors qu’à l’origine les deux corps blindés alignaient plus de 1000 chars. Là aussi les allemands ont laissé des plumes.

Le 24 août 1949 les premiers escarmouches annonçant cette bataille homérique ont lieu. Elles opposent les unités d’éclairage couverts par l’aviation et l’artillerie.

Les «gros frères» qui attendent de se sauter à la gorge ont peut être pu voir les panaches de condensation dans un ciel d’un bleu azur, les affrontements entre la chasse française et la chasse allemande pour tenter d’obtenir une supériorité aérienne au moins locale pour faciliter l’action des avions de bombardement et de reconnaissance en éliminant le plus possible la chasse ennemie du secteur. Aucun des deux belligérants ne parviendra à surclasser l’autre et les chars vont devoir combattre sous un ciel disputé.

Pour ne rien arranger le lendemain le temps se dégrade brusquement. Le ciel se couvre de gris nuages, la pluie tombe drue, le vent. C’est bien simple c’est comme si l’automne avait eu deux mois d’avance.

«On peut d’avance oublier l’appui-aérien» grommela le chasseur Pistor du 14ème BCC, pilote d’un Renault G-1R et connu dans toute la division pour son mauvais caractère mais aussi pour ses qualités exceptionnelles de pilote «Bon il reste les artilleurs. Esperons que pour une fois ils viseront l’ennemi et pas nous».

Mauvais temps ou pas il faut attaquer et puis si le sol de la «Champagne pouilleuse» est détrempé ce n’est pas la raspoutitsa non plus comme pourront le constater un an plus tard les allemands enfoncés dans les plaines russes.

Ce sont les français qui tirent les premiers. Un violent barrage d’artillerie est lancé sur les coups de 05.00 par toutes les pièces allant de la pièce de corps d’armée de 105 et de 155mm à quelques pièces d’artillerie lourde sur voie ferrée qui sont parvenues à échapper aux allemands.

Par un travail de romain, les sapeurs et les pionniers ont pu adapter les infrastructures ferroviaires du camp pour permettre la mise en œuvre de plusieurs canons de 320mm et d’obusiers de 400mm.

Pour les allemands c’est «Der Gross Schlag» (le grand matraquage). Les positions de départ des deux Panzerkorps sont matraquées, plusieurs chars sont détruits par des coups direct (NdA curieusement même un Tiger digère mal un obus de 400mm comme quoi le Deutsche Kälitat même à l’époque c’était déjà un poil surfait), d’autres sont renversés par le souffle.

Plusieurs dépôts de munitions sautent, des chars qui en démarrant voulaient échapper à l’enfer entrèrent en collision, des fantassins blessés par des éclats ou victimes de ce qu’on appelle le «shock shell» («choc de l’obus» ou «obusite» et pas encore stress post-traumatique) s’effondrent littéralement.

Les français passent à l’attaque alors que l’artillerie qui visiblement à mieux tiré que ne le craignait le chasseur Pistor avait allongé son tir pour frapper l’arrière du front allemand. Quelques attaques aériennes ont lieu en profitant des rares éclaircies. A partir de 12.00 alors que les premiers affrontements ont lieu, le ciel clairement se refuse tant à l’Armée de l’Air qu’à la Luftwaffe.

Les premiers chars engagés sont les Renault G-1R, le haut-commandement français représenté ici par le général De Gaulle, commandant du 2ème CAC (après avoir été à la tête de la 4ème Division Cuirassée et qui aurait du prendre la tête d’une Armée du GA n°1 sans le déclenchement de l’offensive allemande) à choisit de jouer la carte «vitesse et mobilité» où le Renault G-1R est plus à l’aise que l’ARL-44 davantage fait pour le choc et la rupture.

Tous les BCC brûlaient d’en découdre, frustrés depuis le début de la Campagne de France. Il à fallu faire un choix et c’est le 19ème BCC qui s’est lancé le premier à l’assaut couvert par des chasseurs portés. Cette unité étant issue de la 4ème Division Cuirassée certains y ont vu du favoritisme de la part du chef.

Ce mouvement d’humeur ne dure pas car les autres bataillons ne vont pas tarder à être engagé couvert par les «lourds» ARL-44 qui avec leurs canons de 90mm pouvaient tenir à distance même le Tiger.

Les français ont tenté d’appliquer l’ordre oblique inventé par Epaminondas à Thèbes et remis au goût du jour par un certain Fréderic le Grand que le Troisième Reich à tenté d’exploiter pour sa propagande mais c’est un autre sujet.

Ils veulent déborder les deux corps blindés allemands pour les couper du reste de leurs unités et les réduire à l’état d’amas de ferraille.

Très vite le bel ordre, le bel agencement imaginé dans les état-majors cède le pas à une série de duels entre chars. Chasseurs portés et Panzergrenadier s’affrontent également pour tenir le terrain et éliminer les pièces antichars adverses.

Les deux combattants se livrent sans compter, les épaves de chars s’accumulent sur le champ de bataille.

Les «gros frères» du 2ème CAC ne sont pas les seuls à s’illustrer. Très vite le 3ème C.C qui affaiblit avait été d’abord préservé est engagé pour appuyer là où ça fait mal. La première journée se termine par un match nul.

Le lendemain 26 août 1949 les allemands passent à l’attaque après seulement quelques heures de repos. Enfin repos c’est vite dit car dans la nuit on à entendu quelques coups de feu, des escarmouches entre fantassins (les deux camps ont lancé quelques patrouilles offensives pour empêcher l’ennemi de dormir). Les mécaniciens et les hommes du train ont tenté de récupérer des chars immobilisés et/ou endommagés pour les réparer mais fort peu de chars endommagés le 25 pourront être réengagés le lendemain.

L’artillerie allemande tente de neutraliser le 2ème CAC et le 3ème C.C. Très vite l’artillerie française montre qu’elle s’y connait en matière de contrebatterie. En revanche le temps est toujours aussi pluvieux ce qui empêche une intervention massive de l’aviation qu’elle soit alliée ou allemande.

Les pertes matérielles et la fatigue physique/nerveuse commencent à se faire sentir dans les deux camps au point que certains commencent à se demander si cela vaut le coup de tout risquer sur une bataille alors qu’ailleurs sur le front la situation militaire est précaire (pour les allemands) ou critique (pour les alliés).

La pression allemande devient très forte et pour la soulager, des attaques sont lancées par les corps d’armées en retraite qui étaient chargés d’encager le champ de bataille. Ces attaques quoi que décousues et parfois brouillonnes atteignent leur but en forçant les allemands à détourner une partie de leurs moyens pour les contrer. Encore une fois la machine de guerre allemande que la propagande nazie représentait comme invincible montre ses limites.

Le 27 août 1949 les français attaquent en premier. Les allemands sont surpris tant ils pensaient avoir anéantit le gros des forces françaises la veille. Des succès locaux sont remportés tant par le 2ème CAC et le 3ème C.C.

Hélas pour les français le temps s’améliore brusquement et la Luftwaffe jette tout son poids dans la balance pour aider les troupes au sol. Bien entendu l’Armée de l’Air intervient mais dans la fièvre du combat au sol cette intervention est peu visible ce qui fera dire au chasseur Pistor «Nos aviateurs pour faire les beaux dans les bars à l’arrière ils sont là mais au combat il y à plus personne».

C’était bien entendu injuste mais le chasseur Pistor aux commandes de son Renault G-1 pardon de son char moyen modèle 1943R n’en avait cure de ce que les autres pensaient. Pas étonnant qu’il ait été promu deux fois sergent et retrogradé à chaque fois mais c’est une autre histoire.

Le 28 août 1949 la météo qui décidemment joue un rôle majeur dans cette bataille se dégrade à nouveau avec une tempête que certains ont qualifié de biblique avec des rafales de vent à 110km/h, de la pluie voir de la grèle.

Les combats sont pour ainsi dire gelés comme si par un accord tacite français et allemands avaient décidé de ne pas combattre dans cet enfer. Cela permet aux hommes de prendre un peu de repos et aux mécaniciens de remettre en état le plus de chars possible.

«Vivement que le temps s’améliore, Pistor est d’une humeur encore plus massacrante que d’habitude !» écrira dans ses carnets de guerre son chef de char, le sergent Pierre-François Colombier, le grand-père d’un certain Pierre-Jean Colombier.

Le 29 août 1949 le temps s’améliore un peu, le vent est tombé, la pluie ne tombe plus que par intermittences sous la forme de brèves et violentes averses. Les combats reprennent mais avec moins de virulence que les jours précédents. Les allemands ont clairement pris le dessus avec que les deux unités motomécaniques françaises souffrent clairement.

La bataille s’achève le lendemain 30 août 1949 par l’intervention inattendue de deux bataillons de chars de combat de quartier général, les 71ème et 72ème BCC équipés de 68 B-1ter, ultime évolution du B-1 même si l’ARL-44 Estienne peut être présenté comme une caisse de B-1 avec un canon de 90mm en tourelle.

Ces deux bataillons avec leurs chars à la conception un tantinet dépassée (obusier de 75mm en caisse et canon antichar de 47mm en tourelle) reçoivent l’ordre de mener une attaque en mode bélier pour bousculer les allemands au moment où ceux-ci doivent penser qu’ils peuvent transformer la retraite française en déroute.

Leur arrivée est une véritable surprise. Un message radio allemand intercepté est explicite «Mais bon sang d’où les français sortent-ils tous ces chars ?».

Les équipages de ces blindés ont conscience d’aller au sacrifice mais ils sont motivés, estimant ne faire là que leur devoir. Couvert par l’artillerie, appuyée par la 2ème DIT (2ème Division d’Infanterie Tchécoslovaque) (qui devait initialement gagner La Seine pour couvrir le repli général), ils vont bousculer les allemands pendant plusieurs heures avant de se replier en relatif bon ordre non sans avoir laissé 32 de leurs 68 chars sur le terrain (18 détruits et 14 en panne, certains étant réutilisés ultérieurement par les allemands).

Ce groupement improvisé baptisé Groupement Longerin sera cité à l’ordre du jour le lendemain «pour son extraordinaire bravoure et son sens du sacrifice, bravoure dont ont fait également preuve les tchécoslovaques qui montré qu’en 1938 les allemands n’auraient pas eu la partie facile en cas de guerre».

Cette dernière phrase assez acide vis à vis du pouvoir politique de l’époque sera censurée par Dame Anastasie et ne sera révélée au grand public que dans le livre de Pierre-Jean Colombier qui retrouva dans un carton cet ordre du jour qui avait «étrangement» disparu de son carton d’origine.

Clairement la Bataille de Mourmelon est une victoire allemande mais on peut la qualifier de victoire à la Pyrrhus tant les deux Panzerkorps ont été étrillés. Certains historiens estiment que c’est ce qui à empêché les allemands de franchir la Seine en force et que les lourdes pertes subies par le 2ème CAC et le 3ème C.C n’ont pas été inutiles.

Toujours selon le livre de Pierre-Jean Colombier, les deux Panzerkorps ont perdu 34 Tigre (22 pertes définitives 12 réparés remis ultérieurement en service), 89 Panzer III (62 pertes définitives 27 remis en service ultérieurement même si ce char va cesser d’être en première ligne fin 1949 après les Campagne de France et des Balkans), 72 Panzer IV (48 pertes définitives et 24 remis en service ultérieurement) et 64 Panzer V Panther (48 pertes définitives et 16 remis en service ultérieurement) soit un total de 259 chars sur 844 (30.68%)

Le 2ème CAC toujours en pointe (son chef n’aurait pas apprécié une autre attitude) à été durement étrillé. Le 39ème GRCA fidèle aux plus belles traditions de la cavalerie légère à vendu chèrement sa peau en perdant huit Hotchkiss H-39 et douze automitrailleuses de découverte. Autant dire que si l’unité n’est pas dissoute de jure elle est de facto.

La 2ème Division Cuirassée à perdu 36 AMX-42 (28 pertes définitives, 8 récupérés et évacués vers l’arrière hors de portée des allemands), 36 Renault G-1R (22 pertes définitives) et 24 ARL-44 (20 pertes définitives, 4 évacués) soit un total de 96 chars perdus sur 229 (41.92%)

La 4ème Division Cuirassée dite la «Division de Fer» (un surnom qui avait le dont d’agacer le chasseur Pistor de la 2ème DC «Parce que nous nous sommes une division en bakélite ?») à perdu 28 AMX-42 (16 pertes définitives, 12 remis en service ultérieurement après avoir été évacués tant bien que mal du champ de bataille), 48 Renault G-1R (36 pertes définitives et 12 remis en service ultérieurement) et 19 ARL-44 (10 pertes définitives et 9 remis en service ultérieurement) soit un total de 95 chars sur 229 (41.48%)

La 6ème Division Cuirassée à perdu 32 AMX-44 (18 pertes définitives), 24 Renault G-1R (12 pertes définitives 12 réparés) et 28 ARL-44 (20 pertes définitives) soit un total de 84 chars sur 229 (36.68%)

Le 2ème CAC à donc perdu au total de 283 chars dont 190 définitivement, ne parvenant donc à sauver que 93 chars qui seront certes réparés et remis en service mais pas toujours en première ligne.

Le 3ème Corps de Cavalerie à subit lui aussi de lourdes pertes perdant pour son 37ème GRCA tous ces véhicules !

-La 2ème DLM à perdu 68 Somua S-45 (42 pertes définitives), et 54 AMX-42 (32 pertes définitives) soit un total de 122 chars sur 216 ! (56.48% !).

La 4ème DLM à perdu 52 Somua S-45 (40 pertes définitives) et 40 AMX-42 (24 pertes définitives) soit un total de 92 chars sur 272 (33.82%)

-La 8ème DLM à perdu 54 Somua S-40 (36 pertes définitives) et 45 AMX-44 (21 pertes définitives) soit un total de 99 chars sur 230 (43.04%)

Au total le 3ème C.C à perdu 325 chars sur 726 soit quasiment la moitié de ces effectifs même si seulement 207 pertes définitives.

La France à donc perdu en cinq jours de bataille 608 chars soit des pertes bien plus élevées que les allemands. 608 chars perdus et/ou mis hors de combat sur les 1425 alignés avant le début de la bataille, un taux de pertes qu’aucune armée à part peut être la RKKA ne peut se permettre de supporter sur la durée.

Conséquence de cette saignée, le 2ème CAC et le 3ème C.C fusionnent sous la forme du 1er Corps de Cavalerie Motomécanique (CCM). Une solution provisoire pour maintenir en ligne les différentes divisions mais pour permettre de reconstituer ces deux grandes unités à l’abri de La Seine.

Le Conflit (75) Europe Occidentale (41)

Sur le sol de France : des combats violents et sans pitié

Le 18 juin 1949 après cinq semaines de combats éreintants en Belgique les troupes allemandes franchissent la frontière française. Pour les historiens c’est le début d’une phase appelée Bataille aux frontières. Celle-ci va durer près de deux mois puisqu’elle s’achève le 8 août 1949 quand le Groupe d’Armées n°1 se replie en bon ordre sur la Somme.

Es-ce le début de la fin pour les alliés ? Pas vraiment car les allemands sont épuisés mais surtout parce que le rôle des Heeresgruppe A et B est de provisoirement fixer le maximum de troupes alliées pour faciliter la future opération TIGER qui doit être lancée par le Heeresgruppe C (voir ci-après) et dont l’état-major allemand attend beaucoup trop peut être.

Quand l’opération TIGER est déclenchée le 22 juin 1949 les combats reprennent à nouveau sur la frontière. Les allemands vont multiplier les coups de sonde pour fixer les troupes alliées et surtout éviter le transfert de divisions du front nord au front est.

Pour cela ils vont multiplier les attaques locales et surtout laisser l’artillerie lourde (le déploiement de la EisenBahn Artillerie envisagée à été abandonné car logistiquement trop compliquée) et l’aviation mener des frappes d’interdiction contre les ponts, les routes, les ouvrages d’arts, les nœuds ferroviaires. Cela va entrainer une série de combats aériens absolument homériques où les deux camps se rendent coup pour coup. Les premiers héros de cette campagne sont largement mis en avant par la propagande.

Les combats déjà violents en Belgique vont l’être encore plus sur le sol de France. Non seulement les Furieux savent qu’ils défendent leur terre, leur pays, la terre de leurs ancêtres mais en plus parce qu’ils savent qu’ils ont infligé de lourdes pertes à l’ennemi.

Cette violence va se traduire par des pertes élevées mais aussi hélas par des exactions sur les civils et les prisonniers de guerre. On compte ainsi plusieurs cas de prisonniers sommairement exécutés, de blessés laissés volontairement sans soins ou encore de civils exécutés.

Si l’essentiel de ses exactions sont l’oeuvre de l’envahisseur, les alliés ont eut également leur part dans ces crimes.

Si après guerre les criminels de guerre allemands furent poursuivis par les justices françaises, britanniques et belges, en revanche pour le cas des soldats alliés ayant maltraité des civils et des prisonniers, les poursuites ont été plus que timides.

Quand la bataille de France va commencer en cette fin du mois de juin les alliés alignent au sein du GA n°1 un total de quarante et une Grandes Unités, trente-deux divisions d’infanterie et neuf divisions motomécaniques (deux divisions blindées britanniques, quatre divisions légères mécaniques et trois divisions cuirassées). A cela s’ajoute des divisions au repos ou en reconstitution à savoir onze grandes unités.

En face les Heeresgruppe A et B alignent quarante-six grandes unités dont sept Panzerdivision avec pas moins de quatorze divisions d’infanterie au repos.

Ce nombre important est critiqué au sein du haut commandement allemand mais pour les généraux engagés sur le front de l’ouest il s’agit de ménager un outil qui n’est pas extensible à l’infini d’autant que certaines unités doivent surveiller l’ancien allié soviétique et qu’ils sont au courant au moins dans les grandes lignes qu’une offensive dans les Balkans est prévue moins pour aider l’allié italien embourbé en Grèce que pour sécuriser le flanc méridional de la future opération BARBAROSSA.

En apparence donc les allemands ont une supériorité évidente. En apparence seulement car certaines divisions ont été très entamées par les rudes combats en Belgique, que certaines divisions sont composées de jeunes recrues et que le dispositif allié s’appuie dans certains secteurs sur les troupes de forteresse qui apportent un soutien évident aux troupes de campagne.

C’est surtout le cas pour le Groupe d’Armées n°2 qui couvre la frontière française entre Longwy et la frontière suisse.

C’est là que sont rassemblés les ouvrages les plus puissants de la Ligne Maginot qui en ses heures sombres va devoir prouver que les milliards investis étaient pleinement justifiés et non un gaspillage qui à empêché une motorisation et une mécanisation plus poussée de l’armée française.

De plus le GA n°2 n’à pas été entamé par les combats de mai et possède donc toutes ses capacités de combat.

A cela s’ajoute le fait que les leçons des premiers combats ont été vite transmises sans compter que les divisions de campagne déployées derrière la Ligne Maginot brûlent d’en découdre et les deux divisions polonaises ne sont pas les moins motivées, ayant quelques comptes à régler avec les teutons.

Au moment où l’opération TIGER est déclenchée, les alliés déploient au sein du GA n°2 un total de trente-quatre grandes unités dont six unités motomécaniques (trois DLM et trois Divisions Cuirassées) et donc vingt-huit divisions d’infanterie avec quatre divisions britanniques, deux divisions polonaises, une division tchèque et vingt et une divisions françaises.

En face le Heeresgruppe C ne dispose que de vingt-sept grandes unités dont trois divisions blindées (deux Panzerdivision et une S.S Panzerdivision) plus quatre divisions d’infanterie en réserve d’armée.

Ce qui va faire la différence ce sont les fameuses «Réserves Stratégiques» avec côté allié le fameux dispositif NorBourg (Normandie-Bourgogne) puisque les corps d’armée non intégrés aux armées étaient déployés grosso modo suivant un arc de cercle allant de la Normandie à la Bourgogne.

Suite aux combats en Belgique trois corps d’armée ont été «débloqués» pour soutenir le GA n°1, deux corps d’armée français (14ème et 32ème CA) et le 1er Corps d’Armée polonais. Les autres restent en réserve pour faire face aux prochains combats sur le sol de France.

Cela représente au total dix-huit grandes unités dont deux divisions motomécaniques, deux divisions blindées polonaises. A cela s’ajoute cinq divisions d’infanterie polonaises, quatre divisions d’infanterie coloniale, trois divisions d’infanterie nord-africaine et quatre divisions d’infanterie de ligne.

De leur côté les allemandes possèdent également des réserves stratégiques mais leur rôle est plus ambigu moins clair que pour les réserves stratégiques alliées. Il est probable que leur engagement répondra uniquement à une situation gravissime par exemple une menace d’invasion du Vaterland par les troupes alliées.

Mettons de côté les divisions prévues pour l’opération MARITSA visant la Yougoslavie et la Grèce, ces divisions étant au nombre de trois divisions blindées (1. PzD 5.PzD 12.PzD), d’une division d’infanterie de montagne (1. Gebirgsjäger), d’une division parachutiste (3. Fliegerdivision) et de sept divisions d’infanterie (3.ID 9.ID 14.ID 25.ID 31.ID 35.ID 5. Leichte Division) soit un total de douze grandes unités.

Les véritables réserves stratégiques sont placées sous l’autorité de la 2. Armee avec un corps d’armée, le 24.AK qui dispose de trois divisions d’infanterie, les 20. 21. et 24.ID et le 5.Panzerkorps qui regroupe deux divisions blindées en formation les 13. et 14.PzD

En revanche les unités S.S qui ne sont pas engagées à l’ouest ne sont pas placées sous l’autorité de la 2ème armée probablement pour des raisons politiques.

On trouve le bataillon Valkyria, l’équivalent S.S des commandos Brandebourgeois de l’armée, un bataillon dirigé par Otto Skorzeny, bataillon spécialisé dans les coups tordus.

On trouve également une brigade parachutiste S.S, la S.S-Fallschirmjagerbrigade qui est également en cours de montée en puissance, montée en puissance contrariée discrètement mais contrariée tout de même par la Luftwaffe peut désireuse de voir l’Ordre Noir empiéter sur ses plates-bandes.

-De nouvelles divisions S.S sont également mises sur pied en l’occurence une division de montagne S.S la 9. S.S Division «Prinz Eugen» et la 10. S.S Division «Florian Geyer».

Ces unités créées en janvier 1949 sont encore loin d’être opérationnelles quand les allemands attaquent, ces deux divisions devant attendre les suites des opérations dans les Balkans pour connaître leur baptême du feu ce qui sort du cadre de ce tome.

-Parlons également de l’équivalent allemand de la Réserve Générale la Heeres-Artillerie à savoir un regroupement de régiments d’artillerie lourde, des régiment destinés à un rôle plus stratégique que tactique c’est à dire d’obtenir la percée à la travers la «Muraille de France».

En septembre 1948, on trouve ainsi seize régiments d’artillerie lourde, un régiment disposant de canons de 356mm, deux régiments disposant de canons de 240mm, huit régiments disposant de canons de 170mm et cinq régiments disposant de cinq mortiers de 210mm.

A cela s’ajoute deux régiments d’artillerie lourde sur voie ferrée disposant de seize canons de 280mm K5 et de huit canons de 406mm K6.

Ces pièces lourdes vont rallier soit les côtes soit les frontières allemandes en vue par exemple de forcer la Ligne Maginot, d’éviter un débarquement allié ou de dissuader les soviétiques d’attaquer.

Faute de débarquement allié, l’ALVF va se concentrer sur la Ligne Maginot, les fortifications tchèques semblables dans leur conception servant de cobaye pour de nouvelles tactiques et de nouveaux obus à effet renforcé (explosif et de souffle).

Initialement les allemands voulaient noyer les ouvrages Maginot sous une pluie de bombes et d’obus mais cette stratégie qui connu ses heures de gloire au cours du premier conflit mondial avait montré ses limites notamment à Verdun où les allemands avaient été désagréablement surpris de trouver encore des unités françaises en état de combattre.

Il faut donc trouver des tactiques plus subtiles. On envisage des coups de main aéroportés mais les exemples belges ont déçu les allemands sans parler des pertes lors de l’opération MERKUR qui ont refroidit le haut commandement allemand sur l’utilité des opérations aéroportées.

Les allemands vont reprendre la tactique utilisée à la fin du premier conflit mondial, celle des Stosstruppen, de groupes d’assaut armés d’armes automatiques, de grenades, de lance-flammes pour s’emparer des ouvrages le tout couvert par l’artillerie et des canons d’assaut.

Une fois les principaux ouvrages neutralisés et/ou isolés, les allemands espèrent insérer leurs chars pour déboucher en terrain libre et foncer sur Paris en espérant prendre à revers les troupes déployées au nord contre les Heeresgruppe A et B.

Bien entendu et comme souvent ces plans grandioses dessinés sans tenir compte de la friction et de la réaction de l’ennemi sont largement fantasmagoriques.

Et si ces plans là avaient marché ? Si les alliés avaient réagit comme l’OKW l’avait voulu qu’auraient fait les allemands ? Conquérir la totalité de la France ? Se contenter de par exemple border la Loire et la côte Atlantique pour ne laisser qu’un nouveau Royaume de Bourges ? Nul ne le sait faute d’archives qui pour beaucoup ont disparu dans les bombardements.

Comme je l’ai dit à plusieurs reprises les allemands franchissent enfin la frontière franco-belge le 18 juin 1949. Enfin une avancée fulgurante ? Hélas pour eux non puisque les troupes alliées se replient en bon ordre sans panique. Elles sont certes affaiblies mais elles conservent vigueur et combativité bien aidées par l’arrivée de troupes fraiches. Les allemands en connaissaient l’existence mais ne pensaient pas que les alliés allaient les engager si vite.

De toute façon les allemands n’insistent guère, se contentant de titiller le dispositif allié pour le fixer, le maintenir sous pression pour empêcher un éventuel redéploiement pour repousser le plan TIGER.

Ce «Plan Tigre» doit être le coup décisif de l’offensif à l’ouest en forçant la ligne Maginot. Comme souvent dans l’art militaire allemand, le plan est simple avec une double pince pour aboutir à l’encerclement des troupes alliées.

Naturellement ils vont éviter les secteurs les plus puissants pour ceux moins bien protégés moins bien fortifiés. Ils décident d’axer leur effort sur le Secteur Défensif de la Sarre et sur le Secteur Fortifié d’Altkirch.

Es-ce à dire que le reste de la Ligne Maginot est épargnée ? Non bien sur les allemands adoptant la stratégie classique de «fixer et déborder».

Plusieurs assauts vont être menés après une intense préparation d’artillerie, intense non pas par sa durée mais par sa puissance et sa brutalité.

Du canon de 150mm au canon de 406mm en passant par des lance-roquettes multiples l’artillerie allemande tente de broyer les ouvrages pour faciliter le passage des groupes d’assaut. On à même envisager l’emploi de gaz de combat avant d’y renoncer probablement pour éviter une terrible et terrifiante escalade.

Ces derniers ont été mis sur pied avec les meilleurs éléments des InfanterieDivision qui ont bénéficié d’un entrainement spécifique mené par des vétérans des Stosstruppen. Ces derniers leur ont appris à manœuvrer, à utiliser de la manière la plus efficace les grenades, les armes automatiques et les lance-flammes.

Ils sont couvert par des Sturmgeschütz III des canons d’assaut disposant de canons de 75mm long tirant des obus explosifs mais aussi des obus fumigènes.

En face on trouve les unités de forteresse, les équipages d’ouvrages et les troupes d’intervalle soutenues par les troupes de campagne du GA n°2.

Face à cette agressivité allemande les français vont tenter de trouver la parade, la riposte la mieux adaptée.

Ils vont rappeler aux allemands leur maitrise de l’artillerie et surtout exploiter la furia francese en menant des raids pour perturber l’assaut à l’aide des corps francs qui avaient déjà mené une «petite guerre» entre septembre 1948 et mai 1949.

Les allemands vont mener plusieurs assauts les 22, 25, 28, 30 juin et 1er juillet 1949 avec des pertes assez élevées mais les divisions vont rester en ligne faute de pouvoir compter sur un nombre illimité de G.U en réserve. On verra même des recrues à peine instruites envoyées au sein des unités ! Pour faire l’amalgame on à connu mieux.

Plusieurs ouvrages sont pris et totalement neutralisés. Certains sont repris par les «fantassins du béton» qui justifient leur statut d’infanterie d’élite et surtout le lourd investissement consentit depuis la fin des années vingt.

Après quinze jours de très violents combats, les allemands ont obtenu deux têtes de pont l’une au nord et l’autre sud. Ils pourraient en théorie lancer deux pinces pour croquer le GA n°2 mais non seulement les allemands n’ont pas les moyens de leurs ambitions mais surtout le Groupe d’Armées n°2 ne va pas se laisser faire et va entamer un repli méthodique en tentant de tenir le plus longtemps possible les différentes villes. De leur côté les «fantassins du béton» ont pour consigne dans leurs ouvrages de tenir le plus longtemps possible avant d’évacuer ou de se rendre.

Le 7 juillet 1949 le jour même du lancement de l’opération MARITSA contre la Yougoslavie, les allemands relancent leur action sur le front nord. Depuis le 22 juin le front était non pas gélé mais les opérations avaient au ralenti au point que par endroit les alliés ont repris une partie du terrain perdu.

Les combats sont très violents non seulement parce que certaines unités ont des contentieux à régler mais aussi et peut être surtout parce que les Furieux défendent comme les Poilus leur pays, leurs villages, leurs fermes, leurs hameaux.

La violence des combats est telle qu’il semble avéré que le haut-commandement allemand à envisagé l’arrêt de MARITSA pour redéployer des unités sur le front occidental. Il semble que cette hypothèse à été abandonnée pour des raisons logistiques (on ne déplace pas une division sur plusieurs milliers de kilomètres d’un claquement de doigt, élément que les allemands oublieront deux ans plus tard lors de l’opération AVALANCHE) et de propagande (ne pas alimenter le fait que la machine de guerre allemande n’est pas si puissante que cela).

Nda j’entrerai dans les détails de l’opération TIGER dans la partie idoine

Du 9 au 14 juillet à lieu la Bataille de Lille. Elle oppose côté allié trois divisions : la 1st Infantry Division britannique, la 1ère division canadienne/1st Canadian Division et la 3ème Division d’Infanterie Motorisée (3ème DIM) associées à des éléments de forteresse du Secteur Fortifié de Lille, des éléments motomécaniques (14ème GRCA, 6ème GRDI, Un groupement de marche fournit par la 1ère division blindée britannique, la 1ère DLM) et des éléments d’appui avec des unités d’artillerie britanniques, le 125ème RALT, des éléments du génie.

En face les allemands ont engagé trois divisions, deux divisions d’infanterie (55 et 266.ID), une division blindée (1ère division blindée S.S), des éléments de reconnaissance, d’artillerie et du génie.

Surnomée The French (Division), la 1ère division britannique était restée en France après la guerre de Pologne, devenant la première unité étrangère stationnée en France en temps de paix depuis 1815 et la fin des guerres napoléoniennes.

Parfaitement intégrée à la vie lilloise, les soldats britanniques ont fait souche en se mariant avec des filles du cru avec descendance à la clé. De 1940 à 1948 il y eut 450 mariages franco-britanniques et 950 naissances.

Tous ne restaient pas à Lille même si le symbole faisait que les mouvements au sein de la division étaient rares, certains refusant une promotion pour rester à Lille où la vie était plutôt agréable.

Le lance corporal Edgar Brown s’était engagé dans l’armée britannique en septembre 1946 avec l’ambition de rejoindre cette division pas comme les autres. Son père avait combattu sur la Somme en 1916 où il avait été blessé. Une blessure salvatrice puisqu’il rencontra à l’hôpital son épouse et donc la mère d’Edgar Brown.

Arrivé en France en mars 1947, il se fond dans le décor, rencontrant une jeune lilloise Thérèse Ducroux qu’il épouse en mars 1948. En mai 1949 il devient père pour la première fois, son épouse donnant naissance à un fils prénommé Jean. Juste le temps de le saluer et le caporal Brown est partit en Belgique après l’invasion allemande.

Au cours des violents combats, il est blessé et fait prisonnier mais parvient à échapper à la vigilance des soldats allemands pour rejoindre son unité et combattre pour SA ville. Il était d’autant plus motivé qu’il savait sa femme et son fils à l’abri en Bretagne loin des combats.

Pour la postérité il va être connu sous le nom de «Mad Dog» (chien fou) pour son comportement lors de la bataille de Lille. Promu sergent suite aux combats en Belgique, il dirigeait un groupe de combat, une bande plus qu’une unité au point que la hiérarchie s’en ait inquiété.

Il faut dire que Edgar Brown et ses gars n’étaient pas vraiment fan de la discipline militaire et du règlement avec cette maxime «Si c’est pas interdit c’est autorisé, si c’est pas fixé pas surveillé et que tu en as besoin c’est à toi».

Ce qui est certain c’est que les allemands ont appris à redouter le sergent Brown. Celui-ci se spécialisa dans la patrouille offensive, le coup de main qui mit les allemands sur les dents. Encore aujourd’hui les forces spéciales britanniques considèrent le sergent Brown comme l’un de leurs «Pères Fondateurs».

Devenu un héros habilement mis en valeur par la propagande alliée, il à combattu jusqu’à la fin de la Campagne de France mais ne vit pas la fin du conflit, étant tué en Belgique en mars 1952, laissant une femme et deux orphelins, Jean et Marie.

Le premier suivit les traces de son père en s’engageant dans la Légion Etrangère en 1967 («Etant franco-britannique c’était un moyen de ne pas choisir entre Papa et Maman» dira-t-il avec humour) alors que sa sœur devint officier de marine au sein de La Royale, les enfants Brown se sentant plus français que britanniques.

Revenons à la Bataille de Lille. L’objectif des troupes françaises est de tenir le plus longtemps possible pour user l’outil militaire allemand.. il n’est pas forcément prévu de contre-attaquer mais le général Villeneuve n’exclut pas de «lâcher les chevaux» pour renvoyer les allemands d’abord en Belgique puis chez eux.

Si Lille à été fortifiée par Vauban ces fortifications sont davantage muséales qu’efficaces. Certes des travaux ont été menés notamment par les britanniques mais rien qui ne se rapproche de la Ligne Maginot.

Dans un premier temps les allemands ont espéré pouvoir dépasser Lille et la laisser avec une division en surveillance mais très vite le dispositif allié rendait cette solution impossible à choisir.

Non il fallait monter une opération de combat en bonne et due forme. Les combats commencent le 9 juillet soit deux jours après la relance des opérations sur le front nord alors que l’opération TIGER n’à pas obtenue les résultats escomptés et espérés.

Le premier jour les affrontements sont l’apanage des unités motomécaniques alliées comme ennemies, le 6ème GRDI engageant ses chars légers FCM-42, ses automitrailleuses puissantes et ses fusiliers motocyclistes contre leurs homologues allemands. L’artillerie alliée et l’artillerie allemande se lancent dans une série de duels homériques.

Le 10 juillet 1949 à l’aube l’aviation allemande se déchaine, la capitale de la Flandre française est sévèrement endommagée avec plusieurs centaines de morts. Ce raid de terreur ne fait que renforcer la détermination des défenseurs qu’ils soient britanniques, canadiens ou français.

Même des civils sont prêts à prendre les armes ! (Bon soyons honnête il s’agit de la minorité la plus décidée, nombre d’entre-eux ont légitiment préféré fuir ou se terrer dans les abris pour échapper aux affres de l’aviation et de l’artillerie).

Si la 1ère division britannique doit tenir la ville stricto sensu, les deux autres divisions couvrent la ville l’une à l’ouest (3ème DIM) et l’autre à l’est (1ère division canadienne), couverture d’autant plus capitale que comme nous allons le voir la ville de Dunkerque est tombée aux mains des allemands le 9.

Les allemands lancent deux attaques en ce 10 juillet mais elles sont repoussées avec de lourdes pertes des deux côtés. Le 11 le mauvais temps empêche toute action majeure des deux camps qui contentent de «tâter» le dispositif ennemi, prélude à de nouvelles opérations.

Le 12 juillet 1949 à la grande surprise des allemands les alliés lancent leurs unités motomécaniques dans une offensive destinée à alléger la pression allemande. Cette contre-attaque rempli parfaitement ses objectifs mais hélas ce n’est que reculer pour mieux sauter.

Les allemands repassent l’assaut le 13 juillet. Pendant que la division Panzer S.S fixe la 3ème DIM, les deux autres divisions d’infanterie s’occupe de la division britannique et de la division canadienne.

Les ouvrages de la place Vauban sont emportés mais les alliés décident de combattre dans les rues de Lille, aggravant encore les dégâts causés par l’aviation et par l’artillerie allemande.

Les combats sont violents se faisant à courte distance davantage avec le pistolet mitrailleur, le poignard, la grenade que le fusil. Cela ne veut pas dire que les autres armes ne sont pas engagées que ce soit le mortier, le fusil mitrailleur, la mitrailleuse et le fusil antichar utilisé contre toutes les cibles sauf celle pour laquelle il à été conçu.

Le lendemain pour le Bastille Day (14 juillet 1949) les troupes alliées évacuent en bon ordre la ville de Lille mais les allemands usés par de violents combats ne peuvent les poursuivre.

Tout juste l’aviation, l’artillerie et les éléments en pointe de la 1ère division blindée S.S reçoivent l’ordre de maintenir la pression pendant que les 55ème et 266ème DI pardon les 55 et 266.ID sont chargées de nettoyer la ville des éléments alliés isolés encore présent car ne pouvant ou ne voulant évacuer.

Six jours plus tôt donc la ville de Jean Bart Dunkerque était tombée aux mains des allemands. Cela n’était pas une surprise la ville formant une des pointes de feu la Poche d’Ostende où les soldats belges avaient combattu jusqu’à l’extrême limite de leurs forces.

Logiquement, normalement cette ville qui fût successivement espagnole, anglaise puis française aurait du tomber dans la foulée sauf que ce ne fût pas le cas pour deux raisons principales : l’épuisement des allemands et la présence des fortifications de la Station Navale de Dunkerque.

Ces fortifications sont un mélange de forts construits à la fin du 19ème siècle quand on était pas certain de l’attitude britannique et de fortifications construites durant la Pax Armada. Cela doit permettre à Dunkerque de devenir un véritable «hérisson» pour appuyer la manœuvre AUSTERLITZ et servir de «récif» sur lequel pourrait se briser un assaut allemand.

Pour ne pas alourdir inutilement le récit je vais rester dans les grandes lignes avec une première ligne s’appuyant sur les forts de Zuydcoote et du Mardyck et une seconde ligne composée de deux petits forts construits durant la Pax Armada.

Ces forts s’appuient sur d’autres ouvrages construits par l’armée de terre avec naturellement fossés, champs de mines et barbelés.

Si la puissance de feu des ouvrages terrestres reposent essentiellement sur des mitrailleuses et des canons antichars de 47mm, les défenses côtières disposent de pièces plus lourdes de 90, 138 et 194mm toutes modifiées pour tirer contre terre.

A cela s’ajoute une DCA correcte pour l’époque avec à la fois des pièces dépendant des ouvrages (canons de 25mm) mais aussi des pièces dépendant de la marine (1ère Batterie Anti-Aérienne de Marine avec canons de 90mm), de l’armée de terre (une batterie mixte de campagne du 7ème GAAC avec canons de 37mm et canons de 75mm) et de l’armée de l’air (Défense Antiaérienne du Territoire avec deux batteries légères de 25mm et une batterie lourde de 90mm).

Qui dit ouvrages dit garnison avec deux compagnies de fusiliers marins (1ère et 2ème) qui ne vont pas tarder à montrer aux «terriens» qu’un marin peut aussi combattre sur la terre ferme.

En ce qui concerne les troupes terrestres la 25ème DIM (Division d’Infanterie Motorisée) est chargée de défendre la ville en liaison avec le 5ème GRDI et le 43ème BCC. La 21ème DI et le 27ème GRDI sont chargés de couvrir le repli éventuel de la division hors de Dunkerque. A cela s’ajoute des éléments du génie et de l’artillerie avec notamment le 101ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (101ème RALT).

Côté allemand on trouve deux divisions d’infanterie (10. et 261.ID), un PanzerGruppe de la 2.PzD ainsi que des unités d’artillerie et de soutien.

Tout comme dans les villes belges et bientôt Lille les allemands espèrent s’emparer sans trop de difficultés de l’ancienne cité corsaire à croire qu’ils ignoraient la présence des fortifications défendant la place forte de Dunkerque. Tout comme à Liège en 1914 ils tentent un coup de main nocturne dans la nuit du 6 au 7 juillet mais sont sèchement repoussés par la garnison et par la 25ème DIM.

Le 7 juillet 1949 le 43ème BCC (30 Renault R-40) et le 5ème GRDI (16 Hotchkiss H-39 et 16 AM modèle 1940P) lancent une contre-attaque, bousculant la 10ème division d’infanterie allemande mais face à l’intervention des Panzer et de l’aviation le groupement motomécanique doit se replier à Dunkerque.

Les allemands attaquent en fin d’après midi pénétrant dans la nuit dans la ville de Jean Bart. Ils rechignent cependant à pénétrer plus en avant préférant attendre le lendemain pour reprendre leur avancée.

Le 8 juillet 1949 les combats reprennent avec une violence digne de la Campagne de Belgique, violence liée intrinséquement aux combats urbains mais aussi à la géographie.

En effet la ville est très compartimentée imposant un combat à une distance particulièrement réduite et augmentant donc encore les pertes et l’impact de la puissance de feu, les deux camps découvrant que l’artillerie et l’aviation rendaient davantage service au défenseur en créant de nouveaux fortins, de nouveaux obstacles. A cela s’ajoute à Dunkerque l’incendie des dépôts pétroliers (par sabotage et par la Luftwaffe). Comme le reconnaît le caporal Desnoler de la 25ème DIM l’atmosphère devenait parfois irrespirable.

«Parfois l’atmosphère était tellement irrespirable qu’on devait mettre notre masque à gaz. On ne voyait pas à dix mètres et parfois ont tombait sur l’ennemi de manière totalement fortuite. Celui qui frappait le plus fort gagnait l’autre mourait. Vraiment la guerre urbaine quelle saloperie à part pour quelques fondus travaillant à la dynamite !».

Dans la nuit du 8 au 9 juillet 1949 les troupes alliées présentes dans la ville reçoivent l’ordre de décrocher. Une poignée de volontaires acceptent de donner le change en faisant croire que la ville était encore solidement tenue et pour cela les Furieux de la 25ème DIM ne manquèrent pas d’imagination.

Quand les allemands hissent leur sinistre drapeau frappé de la svatiska la ville de Jean Bart est détruite à 85%. Aucun quartier n’est épargné, les immeubles encore debout sont rares. Nombre d’habitants ont tenté de fuir vers la Belgique ou d’embarquer à bord de quelques navires évacuant les militaires blessés.

Le port est encombré d’épaves plus ou moins volontaires, les chantiers navals ont été méthodiquement sabotés que ce soit les navires sur cale, les grues, les ateliers une fois vidés de leurs machines quand celles-ci étaient évacuables bien sur.

Les allemands ont espéré relancer l’industrie dunkerquoise mais ils vont très vite déchanter tant cela aurait nécessité d’investissements bien plus utiles ailleurs. Quelques entreprises vont relancer leur production davantage pour permettre aux ouvriers de survivre que par adhésion au nouvel occupant. D’ailleurs le premier fusillé dunkerquois pour faits de résistance est Léon Morel un patron d’une entreprise de BTP le 14 décembre 1949.

En ce qui concerne les unités ayant combattu à Dunkerque côté allié la 25ème DIM est considérée comme détruite mais sera reconstituée sous la forme d’une division…..parachutiste.

Ce choix répond à la volonté de placer sous de glorieux auspices la première division parachutiste de l’armée de terre surtout que comme nous le savons ce transfert à tout sauf été apprécié par les premiers concernés qui voulaient rester sous l’autorité de l’armée de l’air.

Le 5ème GRDI ne sera pas reconstitué directement mais comme la 5ème DIM va être maintenue avec un Groupement de Reconnaissance, ce dernier va prendre en charge les traditions et l’histoire de feu le 5ème GRDI. Le 43ème BCC sera lui aussi reconstitué pour être intégré à la 1ère Division Blindée (ex-1ère Division Cuirassée).

Coté allemand les différentes unités ont certes subit des pertes sensibles mais elles restent en ligne signe que la machine de guerre allemande est bien limitée en terme de Grandes Unités et d’effectifs disponibles.

Après la chute de Dunkerque et de Lille, les unités du GA n°1 doivent se replier en tiroir sur la Somme pour ne pas être enveloppés.

Cela va entrainer également le repli du GA n°2 mais par étapes sans panique, chaque ville formant autant de «forteresses» pour éviter la débandade des troupes alliées et pour éviter que les allemands ne prennent les alliés de vitesse.

Comme souvent ce sont les unités montées qui couvrent le repli des unités d’infanterie, repli accéléré par la mobilisation de tout le parc automobile disponible. Ce repli est couvert par l’artillerie française et par l’aviation.

NdA plus de détails dans la partie liée à l’opération TIGER.

Le Conflit (47) Europe Occidentale (13)

Réserve Générale

Dans cette partie je vais parler des régiments d’artillerie et des unités du génie qui ne sont pas affectés à des corps d’armée mais à la disposition du général Ganelon, chef d’état-major de l’armée de terre et vu par certains comme une simple «créature» du général Villeneuve.

Ces régiments forment donc une «réserve de feu» destinée soit à renforcer les unités d’artillerie de corps d’armée (Artillerie Lourde de Corps d’Armée ALCA) ou de former le poing d’une offensive majeure contre l’Allemagne ou l’Italie (voir scénario catastrophe l’Espagne).

Après la mobilisation, la Réserve Générale comprend les régiments suivants :

-364ème Régiment d’Artillerie Lourde Coloniale (364ème RALC) disposant de deux groupes de canons de 105L modèle 1936S et deux groupes de canons de 155mm GPF-T.

-17ème Régiment Léger d’Artillerie (17ème RLA) : trois groupes de trois batteries de quatre canons de 75mm TAZ modèle 1939

-34ème Régiment Léger d’Artillerie (34ème RLA) : trois groupes de trois batteries de quatre canons de 75mm TAZ modèle 1939

-43ème Régiment Léger d’Artillerie (43ème RLA) : trois groupes de trois batteries de quatre canons de 75mm TAZ modèle 1939

-184ème régiment d’artillerie lourde tractée : il dispose de trois groupes de deux batteries de 194GPF montés sur affût chenillé Rimailho.

-185ème régiment d’artillerie lourde tractée : quatre groupes de canons de 155 GPF/GPF-T

-188ème régiment d’artillerie lourde tractée : quatre groupes de canons de 155 GPF.

-190ème Régiment d’Artillerie Lourde Tractée : quatre groupes de 220C modèle 1916

-191ème Régiment d’Artillerie Lourde Tractée : quatre groupes de 220C modèle 16

-Le 192ème Régiment d’Artillerie Lourde Tractée : quatre groupes de 220C modèle 1916

-Le 194ème Régiment d’Artillerie Lourde Tractée : quatre groupes de 220C modèle 1916

-Le 195ème Régiment d’Artillerie Lourde Tractée : quatre groupes de 220C modèle 1916

-196ème Régiment d’Artillerie Lourde Tractée : quatre groupes de 220C modèle 1916

-Le 197ème Régiment d’Artillerie Lourde Tractée : quatre groupes de 220C modèle 1916

-Le 171ème Régiment d’Artillerie Lourde à Grande Puissance : deux groupes équipés de mortiers de 280mm Schneider TR.

-Le 172ème Régiment d’Artillerie Lourde à Grande Puissance : deux groupes équipés de mortiers de 280mm Schneider TR.

-Le 173ème Régiment d’Artillerie Lourde à Grande Puissance : trois groupes à deux batteries de quatre canons de 220L modèle 1917

-Le 174ème Régiment d’Artillerie Lourde à Grande Puissance : trois groupes à deux batteries de quatre canons de 220L modèle 1917

-351ème Régiment d’Artillerie Lourde Portée (351ème RALP) :trois groupes équipés de canons de 105L modèle 1936S

-355ème Régiment d’Artillerie Lourde Portée (355ème RALP) : trois groupes de trois batteries de quatre canons de 105L modèle 1941T

-356ème Régiment d’Artillerie Lourde Portée (356ème RALP) : deux groupes de canons de 105L modèle 1941T et un groupe de 155 Grande Puissance Filloux-Touzard

-357ème Régiment d’Artillerie Lourde Portée (357ème RALP) : trois groupes de canons de 105L modèle 1941T

-364ème Régiment d’Artillerie Lourde Portée (364ème RALP) : trois groupes de canons de 155 Grande Puissance Filloux-Touzard.

-370ème Régiment d’Artillerie Lourde sur Voie Ferrée (370ème RAVLF) : entretien et aménagement des voies nécessaires.

-371ème Régiment d’Artillerie Lourde sur Voie Ferrée (371ème RALVF : 1er groupe avec huit obusiers de 400mm modèle 1915 en deux batteries de quatre pièces, 2ème groupe disposant de huit canons de 340mm modèle 1912 en deux batteries de quatre pièces et un 3ème groupe avec huit canons de 320mm répartis en deux batteries de quatre pièces.

-372ème Régiment d’Artillerie Lourde sur Voie Ferrée (372ème RALVF) : 1er groupe équipé de huit obusiers de 400mm modèle 1915 répartis en deux batteries, 2ème groupe équipé de sept canons de 340mm modèle 1912 répartis en deux batteries de deux pièces et une batterie de trois pièces, 3ème groupe avec huit canons de 320mm répartis en deux batteries de quatre pièces.

-373ème Régiment d’Artillerie Lourde sur Voie Ferrée (373ème RALVF) : deux groupes de trois batteries de deux canons de 240mm modèle 1944

-374ème Régiment d’Artillerie Lourde sur Voie Ferrée (374ème RALVF) : deux groupes de trois batteries de deux canons de 240mm modèle 1944

-401ème Régiment Autonome Antichar (401ème RAAC) : trois groupes à quatre batteries (deux de 47mm et deux de 75mm)

-402ème Régiment Autonome Antichar (402ème RAAC) : trois groupes à quatre batteries (deux de 47mm et deux de 75mm)

-403ème Régiment Autonome Antichar (403ème RAAC) : trois groupes à quatre batteries (deux de 47mm et deux de 75mm)

-404ème Régiment Autonome Antichar (404ème RAAC) : trois groupes à quatre batteries (deux de 47mm et deux de 75mm)

-405ème Régiment Autonome Antichar (405ème RAAC) : trois groupes à quatre batteries (deux de 47mm et deux de 75mm)

-406ème Régiment Autonome Antichar (406ème RAAC) : trois groupes à quatre batteries (deux de 47mm et deux de 75mm)

*
**

La Réserve Générale comprend également huit bataillons de chars de combat équipés de B-1ter, ultime évolution de la famille B-1.

Ces bataillons ont été créé pour offrir au commandant en chef de l’armée de terre, une réserve de puissance utilisable selon sa seule volonté pour par exemple soutenir une division d’infanterie en phase défensive, renforcer une DLM ou obtenir la percée tant recherchée durant le premier conflit mondial.

Le 70ème BCC est créé en juin 1941, le 71ème BCC en septembre 1941, le 72ème BCC en janvier 1942, le 73ème BCC en avril 1942, le 74ème BCC en juillet 1942, le 75ème BCC en octobre 1942, le 76ème BCC en janvier 1943 et le 77ème BCC en juin 1943.

Ces bataillons vont chacun disposer de 34 B1ter, répartis selon le même modèle que les BCC équipés de chars lourds. On arrive un total de 272 chars en ligne auxquels s’ajoutent 136 chars de réserve dont certains seront ultérieurement détourellés pour remplacer des B1bis utilisés sans tourelle pour le dépannage.

Les huit bataillons de quartier général étaient encore équipés de B1ter en septembre 1948 bien que leur rééquipement en ARL-44 avait été sérieusement envisagé puis repoussé ultérieurement jusqu’à ce que la guerre paralyse provisoirement tout rééquipement majeur sauf après engagement au combat.

*
**

La Réserve Générale comprend également des unités du génie, des unités qui complètent les unités endivisionnées :

-La Brigade des chemins de fer de Versailles dispose du 5ème régiment de sapeurs de chemin de fer de Versailles et le 15ème régiment de sapeurs de chemin de fer de Toul.

-La Brigade des télégraphistes de Paris dispose du 8ème régiment de sapeurs-télégraphistes à Versailles, le 18ème à Nancy, le 28ème à Montpellier et le 38ème à Montargis.

On trouve également sept régiments de réserve générale, des régiments de sapeurs-mineurs, le 1er stationné à Strasbourg, le 2ème à Metz, le 3ème à Arras, le 4ème à Grenoble, le 6ème à Angers, le 7ème à Avignon et le 10ème à Besançon.

En ce qui concerne les unités de soutien outre les unités endivisionnées on trouve dans chaque région militaire (au nombre de 17) un groupement de transport du train pouvant en quatre ou cinq rotations transporter une DI à l’aide camions routiers et de camions tout-chemin. Ces groupements qui portent le numéro de leur région militaire se dédoublent à la mobilisation, les nouveaux groupes créés portant le numéro de leur corps d’origine augmenté de cent.

Cela nous donne la situation suivante :

-La 1ère région militaire correspond à la Province d’Ile de France (Paris) et met sur pied les 1er et 101ème groupements de transport du train

-La 2ème région militaire correspond à la Province de Flandre-Picardie (Lille) et met sur pied les 2ème et 102ème groupements de transport du train

-La 3ème région militaire correspond à la Province de Normandie (Rouen) et met sur pied les 3ème et 103ème groupements de transport du train

-La 4ème région militaire correspond à la Province de Bretagne (Nantes) et met sur pied les 4ème et 104ème groupements de transport du train

-La 5ème région militaire correspond à la Province du Poitou (Poitiers) et met sur pied les 5ème et 105ème groupements de transport du train

-La 6ème région militaire correspond à la Province d’Aquitaine (Bordeaux) et met sur pied les 6ème et 106ème groupements de transport du train

-La 7ème région militaire correspond à la Province d’Occitanie (Toulouse) et met sur pied les 7ème et 107ème groupements de transport du train

-La 8ème région militaire correspond à la Province du Languedoc (Montpelier) et met sur pied les 8ème et 108ème groupements de transport du train

-La 9ème région militaire correspond à la Province de Provence (Marseille) et met sur pied les 9ème et 109ème groupements de transport du train

-La 10ème région militaire correspond à la Province Alpine (Grenoble) et met sur pied les 10ème et 110ème groupements de transport du train

-La 11ème région militaire correspond à la Province du Val de Rhône (Lyon) et met sur pied les 11ème et 111ème groupements de transport du train

-La 12ème région militaire correspond à la Province de Bourgogne (Dijon) et met sur pied les 12ème et 112ème groupements de transport du train

-La 13ème région militaire correspond à la Province d’Auvergne (Clermont-Ferrand) et met sur pied les 13ème et 113ème groupements de transport du train

-La 14ème région militaire correspond à la Province du Val de Loire (Tours) et met sur pied les 14ème et 114ème groupements de transport du train

-La 15ème région militaire correspond à la Province de Champagne (Chalons en Champagne) et met sur pied les 15ème et 115ème groupements de transport du train

-La 16ème région militaire correspond à la Province d’Alsace (Strasbourg) et met sur pied les 16ème et 116ème groupements de transport du train

-La 17ème région militaire correspond à la Province de Lorraine (Metz) et met sur pied les 17ème et 117ème groupements de transport du train

Le Conflit (10) Norvège (10)

Et sur terre ? Bah pardi oui !

Quoi qu’en dise les marins et les aviateurs il est évident que la décision ne peut se faire qu’à terre ce qui obère un peu plus les partisans d’une solution aérienne et navale pour empêcher les allemands d’envahir et d’occuper la Norvège.

Bien que des signaux avant-coureurs aient pu être remontés il était difficile pour les alliés de préparer très en amont un corps expéditionnaire car cela pouvait donner des armes à la propagande allemande et crédibiliser la fadaise d’une intervention de Berlin pour protéger la neutralité danoise et norvégienne.

Au grand dam du «Général Tornade» les alliés ne pouvaient être que dans la réaction en espérant débarquer rapidement et surtout avant que l’armée norvégienne ne s’effondre totalement.

Les allemands n’ont pas les pudeurs des alliés et peuvent débarquer quand et où ils veulent. Les navires de charge sont chargés dès le 2 septembre et les premiers appareillent dans la discrétion la plus totale dès le 3.

Les navires de guerre appareillent par petits groupes dans le silence radio le plus complet prenant des directions divergentes dans l’espoir de confondre les alliés. Ces derniers se perdent en conjoncture : opération contre les îles britanniques ? La Scandinavie ? Manœuvres à grande échelle ? Guerre de course dans l’Atlantique ?

Ce n’est que le 5 septembre 1948 que les premiers bombardements aériens allemands sur les villes danoises et norvégiennes font dire aux alliés que la grande bagarre à enfin commencé.

Comme nous l’avons vu à propos des combats aériens, la Luftwaffe à lancé de gros moyens sur la Norvège et le Danemark dans l’espoir de détruire au sol toute opposition aérienne car il est évident qu’un avion au sol est plus facile à détruire qu’un avion en vol.

A ces frappes aériennes vont bientôt s’ajouter le bombardement des cuirassés et des croiseurs pour tenter de neutraliser les batteries côtières norvégiennes, des installations longtemps obsolètes mais qui avaient été sérieusement modernisées et augmentées durant la Pax Armada.

Comme pour les frappes aériennes les frappes navales n’auront qu’un impact médiocre en raison d’un manque de renseignements et surtout d’un temps excécrable.

Le plan allemand est simple comme bonjour. Au Danemark la frontière et son Nye Dannevirke doit être forcé puis les éléments motorisés doivent foncer en direction des différentes villes danoises, un assaut direct sur Copenhague devant faire s’effondrer la résistance danoise surtout si le roi et le gouvernement sont capturés.

En Norvège c’est plus compliqué et plus délicat avec non seulement une géographie très contraignante mais surtout la menace navale franco-britannique. Des groupes occasionnels doivent débarquer dans différents ports, les sécuriser et faire «tâches d’huile» pour pouvoir à terme contrôler tout le pays.

*

**

Panzer IV

L’invasion allemande du Danemark commence le même jour que la Norvège. Le plan est simple, basique. La 4ème division d’infanterie doit attaquer le Nye Dannevirke pour ouvrir le passage au Panzer Kampfgruppe Danmark qui doit foncer vers les différentes villes danoises. De son côté la 8ème division doit lancer un assaut frontal sur la capitale danoise.

A l’aube en ce cinquième jour de septembre, l’artillerie allemande matraque les fortifications frontalières pendant que l’aviation allemande se jette sur les aérodromes, les ponts et les grandes villes dans l’espoir de terroriser les populations civiles et de démoraliser les soldats, bref favoriser une avancée la plus rapide possible.

Comme nous allons le voir les combats vont durer bien plus longtemps que prévus, les allemands tablant sur quelques heures de résistance et non cinq jours ce qui constitue une véritable performance pour une armée qui n’avait pas connu le feu depuis 1864 !

Il semble que ce fait d’arme ait permis au gouvernement danois en exil d’obtenir la reconstitution d’une armée danoise et surtout son engagement dans de futures opérations qu’elles concernent directement ou non le territoire danois.

Soldats danois à l’exercice

Le premier obstacle sur la route des allemands est le Nye Dannevirke ainsi rebaptisé en référence au Dannevirke dont la chute en 1864 avait traumatisé le Danemark lors de la guerre des duchés.

Cette ligne fortifiée qui s’étend d’un bout à l’autre de la frontière dano-allemande (68km) est comparable à notre ligne CEZF ou à notre ligne Doumer à savoir une ligne de blockhaus de campagne disposant de mitrailleuses et de canons antichars.

Ils sont reliés entre-eux par des tranchées non couvertes, protégés par des dents de dragon, des mines et des barbelés.

En arrière on trouve des abris pour l’infanterie, des postes des commandement, une route pour amener des renforts et bien entendu des casernements pour la Force de Défense composée de quatre bataillons.

Avec cette ligne les danois espèrent tenir deux jours le temps de mobiliser le reste de l’armée et offrir la résistance la plus pugnace possible aux allemands.

Hélas pour les danois malgré un courage indéniable la ligne fortifiée danoise cède dès le 5 septembre au soir. Certes il faudra encore deux jours pour nettoyer des poches de résistance mais elles ne représentent tout au plus qu’une nuisance.

28cm K5. Une pièce de ce type à donné de la voix contre la Nye Dannevirke

Il faut dire qu’après une première attaque repoussée les allemands ont fait donner de l’artillerie lourde, des pièces sur voie ferrée de 280mm et même l’aviation. Avec un tel traitement une ligne fortifiée même bien construite résiste difficilement enfin le plus souvent.

La journée de résistance à néanmoins permis à une bonne partie de l’armée danoise de se replier, armée qui à de plus remporté une victoire en repoussant une tentative d’assaut direct sur Copenhague par des éléments de la Kriegsmarine et de la 8ème division d’infanterie. Ce n’est cependant que partie remise.

Les éléments résiduels de la Force de Défense parviennent à se replier tant bien que mal pour s’amalgamer avec les éléments de la Division du Jutland composée du 14ème bataillon antiaérien, du 2ème bataillon du génie, de quatre régiments d’infanterie (2ème, 3ème, 7ème RI et régiment des pionniers d’infanterie), un régiment de cavalerie (régiment des Dragons du Jutland) et un régiment d’artillerie (3ème régiment d’artillerie) sans compter un régiment de canons de 155mm et un régiment de canons de 105mm issus d’une réserve stratégique.

En dépit de leur courage et de leur motivation les soldats danois sont particulièrement démunis vis à vis notamment de l’aviation et des chars, leur utilisation conjointe empêchant les troupes danoises de fixer notamment les unités de la 4ème division d’infanterie.

Pour ne rien arranger la plaine du Jutland est un véritable «billard à char» pour le PanzerKampfGruppe Danmark.

Les soldats danois vont cependant parvenir à résister jusqu’au 7 septembre, permettant notamment au roi et au gouvernement danois de s’enfuir en Grande-Bretagne et d’alimenter la résistance qui se manifesta dès les premiers jours de l’occupation allemande d’abord de façon passive par une inertie complète aux ordres et aux demandes allemandes avant de passer en mode actif avec également des représailles de plus en plus sanglantes.

Des troupes parviennent à évacuer mais un certain nombre seront faits prisonniers. Rapidement libérés au nom de la «solidarité aryenne» ils choisiront des chemins souvent différents : rallier l’armée danoise en exil ou servir le gouvernement collaborateur danois, les plus motivés se retrouvant au sein du Freikorps Danmark, une unité d’infanterie qui allait s’illustrer positivement et négativement sur le front russe.

Le 8 septembre 1948 les troupes allemandes venues du Jutland et du Sjaelland font leur jonction à Randers occupant ainsi 90% du territoire danois.

Le 9 septembre 1948 à l’aube un groupement occasionnel (Kampfrgruppe) fournit par la 3. Fliegerdivision est largué dans la région d’Aalborg dans l’espoir de surprendre le gouvernement danois et le roi. Hélas pour les Fallschirmjäger et heureusement pour l’avenir de la résistance danoise, Frédéric IX et son gouvernement sont déjà en Grande-Bretagne.

Cette dernière attaque est le coup de grâce pour l’armée danoise qui après quatre jours d’une héroïque résistance capitule à 13.00. Elle à perdu 1500 hommes (tués) et 12500 faits prisonniers, d’autres ralliant la Grande-Bretagne pour créer une nouvelle armée danoise.

Le gros de l’opération WESERÜBUNG va donc concerner la Norvège ce qui au final quand on y réfléchit bien est tout de même logique.

Logiquement les allemands vont engager le gros de leurs moyens à l’extrême nord (Narvik) et à l’extrême sud (Bergen) histoire de prendre en tenaille le dispositif norvégien et allié. Plus facile à dire qu’à faire car la géographie ne facilite pas vraiment l’assaillant mais n’est pas un avantage décisif pour le défenseur. Cela explique pourquoi les alliés ont longtemps hésité à engager une offensive majeure en Scandinavie.

2cm Flak 38 en position terrestre lors de manœuvres en 1943

A Bergen c’est la Force A qui va ferrailler avec les norvégiens. Elle comprend deux divisions d’infanterie (163.ID et 181.ID), un bataillon de Panzer III de la 1. Panzerdivision, un bataillon de Panzer IV de la 5. Panzerdivision, une batterie antiaérienne de 20mm et une batterie de 37mm.

En dépit du fait que la «Deutsche MarMar» soit totalement mobilisée pour cette opération car le trafic était forcément interrompu par la guerre il était impossible d’envoyer tous les moyens en une seule vague.

Cela pourrait même être dangereux car avec des ports endommagés et/ou embouteillés, des ports pas toujours bien équipés cela offrait des cibles de choix à un bombardement aérien et à un bombardement naval.

La première vague de la Force A appelée aussi de manière officieuse Kampfgruppe Bergen (Kpfg. Bergen) comprend deux régiments d’infanterie (un de la 163ème et un autre de la 181ème), les deux batteries antiaériennes, une partie de l’artillerie et un détachement de Panzer III.

Panzer III à canon de 50mm

La deuxième vague comprend deux régiments d’infanterie (un de la 163ème DI et un autre de la 181ème DI), une partie de l’artillerie et le reste du bataillon de Panzer III.

Enfin la troisième vague comprend les deux derniers régiments d’infanterie, le reliquat de l’artillerie et le bataillon de Panzer IV.

Ca c’est sur le papier car l’aviation alliée et des sous-marins ont prélevé des navires de charge, le groupe de combat de Bergen perdant une partie des moyens alloués ce que normalement tout planificateur censé doit prévoir.

Les bombardements aériens ont lieu dès 04.45 suivis à partir de 06.45 par le bombardement naval destiné à neutraliser les batteries côtières qui défendent Bergen.

Me-109T

La force navale éployé au large de Bergen comprend notamment le porte-avions léger KMS Bautzen (32 appareils _18 Messerchmitt Me-109T 6 Junkers Ju-87C et huit Fieseler Fi169) qui va couvrir la mise à terre des troupes, les Ju-87C se chargeant de l’appui-feu alors que le Fi-169 assuraient la surveillance du secteur et des patrouilles anti-sous-marines.

Le cuirassé Bismarck

Il est accompagné par le cuirassé Bismarck, le croiseur lourd Admiral Reuter, le croiseur léger Dantzig et de six destroyers les Z.8 Bruno Heinemann et Z.9 Wolfang Zenker (escorte rapprochée du Bismarck) Z.12 Erich Giese et Z.19 Hermann Kühne (protection rapprochée des navires de transport d’assaut) Z.35 et Z.36 (escorte rapprochée du porte-avions Bautzen).

Le cuirassé Bismarck ouvre le feu avec ses canons de 380mm mais le gros du tir est assuré par les deux croiseurs, les allemands craignant d’être surpris par la flotte alliée dont ils savent l’approche non pas imminente mais proche.

Carte simplifiée de l’opération Weserubung

La défense du sud de la Norvège est assurée par les 1ère et 2ème divisions norvégiennes. Si la 2ème va rester opérationnelle jusqu’au bout, la 1ère perd une bonne partie de sa capacité de combat dès le premier jour en perdant son principal stock de munitions.

Les norvégiens vont cependant résister plusieurs jours en espérant voir arriver les alliés. C’est ainsi que les troupes norvégiennes retranchées dans le Telemark et qui bloquaient clairement l’avancée allemande vont résister jusqu’au 19 septembre 1948 même si il semble que les allemands n’ont pas fait tout ce qu’il fallait pour les neutraliser estimant non sans raison qu’ils représentaient davantage une nuisance qu’une menace.

De toute façon avec le contrôle d’Oslo et de Bergen les allemands ont fait plus que mettre le pied dans la porte et sécurisent le contrôle des détroits danois ce qui était l’un des objectifs de l’opération WESERÜBUNG.

De son côté la 2ème division va longtemps bloquer l’avance allemande vers le nord depuis Oslo. Ce n’est que le 15 septembre 1948 qu’une nouvelle offensive permettra aux allemands d’enfin neutraliser la division norvégienne, 2500 soldats parvenant à se faire interner en Suède, la majorité rejoignant la Grande-Bretagne pour reprendre la lutte au sein des unités norvégiennes reconstituées.

Je sais je sais tout le monde connait ce dessin mais je ne m’en lasse pas de le montrer encore et toujours

La 3ème division norvégienne déployée au nord de Bergen est l’une des mieux préparées de l’armée norvégienne, son commandant ayant pris l’initiative de mobiliser dès le 4 septembre 1948 ce qui lui valu les remontrances de ses supérieurs, remontrances vite oubliées quand la guerre débute.

La division va choisir de se replier sur le nord pour empêcher les allemands de sortir de Trondheim, une décision qui sera mal vécue à l’époque mais qui se révélera censée car les franco-polonais débarquant à Namsos la 3ème division norvégienne pourra lui tendre la main.

La Force B va débarquer à Kristiansand. Elle comprend une division d’infanterie la 169.ID, un bataillon de Panzer III fourni par la 1. PzD, une batterie de canons de 105mm fournit par l’équivalent allemand de la Réserve Générale, une batterie antichar disposant de canons de 50mm et une batterie antiaérienne disposant de canons de 20mm.

La première vague comprend un régiment d’infanterie et la batterie antichar, un régiment d’infanterie accompagné par les canons de 50mm antichars devant se retrancher dans la ville pour couvrir le débarquement du reste des unités. A noter que le troisième régiment d’infanterie est conservé en Allemagne comme une sorte de réserve stratégique.

Le croiseur léger KMS Karlsruhe

Les transports de la force B sont éclairés/escortés/appuyés par la Kriegsmarine en l’occurrence trois croiseurs légers Karlsruhe Köln Leipzig et des torpilleurs pour la protection ASM en l’occurrence deux torpilleurs type 35 (T.5 T.6) et type 39 (T.22 T.24).

Les croiseurs légers vont neutraliser les batteries côtières et couvrir le débarquement par un tir de barrage qui empêche les norvégiens si vraiment ils en avaient la capacité de rejeter les allemands à la mer.

La Force C doit débarquer à Trondheim qui à terme va devenir la principale base navale allemande en Norvège. Elle comprend une division d’infanterie (196.ID), un régiment d’infanterie de montagne de la 3. Gebirgsdivision, un bataillon de chars équipés de Panzer III à canon de 50mm (fournit par la 5. PzD) et un bataillon parachutiste de la 3. Fliegerdivision qui finalement sera largué dans la banlieue d’Oslo dans l’espoir de capturer le roi et le gouvernement.

KMS Leberecht Maas (Z-1)

Le Kampfgruppe Trondheim est couvert et appuyé par des moyens navals importants avec le cuirassé Hidenburg, le porte-avions Graf Zeppelin (52 appareils _vingt-quatre Focke-Wulf Fw-195, douze Fieseler Fi-167 et seize Junkers Ju-87C_), le croiseur lourd Tegetthoff, le croiseur léger Hamburg et six destroyers en l’occurence les KMS Z.1 Leberecht Maas Z.2 Georg Thiel (escorte rapprochée du Graf Zeppelin), Z.5 Paul Jacobi Z.6 Theodor Riedel Z.7 Heinan Schoemann et Z.20 Karl Gaster (escorte rapprochée du cuirassé Hidenburg). A cela s’ajoute trois torpilleurs, les T.26 T.19 et T.21.

Après les bombardements de la Luftwaffe, les avions du Graf Zeppelin décollent, les Fw-195 vont assurer la couverture aérienne pendant que les Ju-87C assurent l’appui-feu, les Fi-167 assurant la surveillance de zone et des patrouilles ASM.

L’Hidenburg tire plusieurs salves d’obus de 16 pouces mais très vite cesse son tir pour conserver suffisamment d’obus en cas de rencontre de surface. Nul doute que les marins du Lorraine auraient préféré que le cuirassé type H lâche plus d’obus sur les côtes norvégiennes.

Le Tegetthoff tire plus longtemps tout comme le Hamburg ce qui est un paradoxe pour ce dernier puisque le KMS Hamburg était un croiseur léger antiaérien. Les destroyers protègent le porte-avions et le cuirassé mais peuvent se tenir prêts à mener d’autres missions.

La Force D doit débarquer à Bodo et dans les Lofoten. Elle comprend un régiment de la 5. Leichte Division et pour l’assaut sur Bodo un régiment de la 3. Gebirgsdivision et un détachement motorisé comparable à un GRDI.

KMS Z.33

Le débarquement sur Bodo est couvert par le porte-avions léger Lutzen (dix-huit Messerchmitt Me-109T, six Junkers Ju-87C et huit Fieseler Fi-169), les croiseurs légers KMS Frankfurt am Main et Magdeburg ainsi que les destroyers Z.33 et Z.34 qui protègent le porte-avions léger.

Insigne de la 2ème division de montagne

La Force E/Kampfgruppe Narvik comprend deux divisions d’infanterie (214.ID et 2. Gebirgsdivision), un bataillon de Panzer III à canon de 50mm fournit par la 1. Panzerdivision et une compagnie de Fallschirmjäger fournit par la 3. Fliegerdivision.

Là encore trois vagues doivent conduire les troupes jusqu’à Narvik, la première vague prévoyant trois régiments d’infanterie (deux de la 214ème et un de la 2ème division de montagne), une compagnie de chars et des unités d’artillerie de la 214.ID.

La deuxième comprend le troisième régiment de la 214ème division et des éléments d’appui et de soutien de la 214.ID et de la 2ème division de montagne.

La troisième vague comprend le deuxième régiment de la 2ème division de montagne, le reliquat du bataillon de chars et différents éléments d’appui et de soutien.

La compagnie de parachutiste doit être larguée dès que possible pour obtenir une surprise stratégique.

Ce groupe occasionnel comprend curieusement pas de porte-avions mais une solide protection de surface avec deux cuirassés (Von der Tann Derfflinger), deux croiseurs de bataille (Oldenburg Nassau), le croiseur lourd Blücher et les destroyers pardon les Zerstörer Z.25 et Z.26 (escorte du croiseur de bataille Oldenbourg), Z.31 et Z.32 (escorte du croiseur de bataille Nassau), Z.39 et Z.40 (escorte du Von der Tann) Z.41 et Z.42 (escorte du Derfflinger)

Dès que les premières bombes allemandes tombent sur les villes de Norvège, le général Villeneuve n’attendant pas l’ordre du politique (ce qui en d’autres temps aurait terrorisé le personnel politique de la Troisième République) ordonne aux troupes prévues de faire mouvement vers les ports d’embarquement.

Les troupes du CEFAN vont embarquer sur des navires réquisitionnés dès le 1er septembre 1948 tant la guerre semblait imminente. L’utilisation de navires de guerre à été envisagée mais la marine nationale à décliné estimant que cela ferait d’un bon navire de guerre un mauvais navire de transport et un très mauvais navire de guerre.

Les britanniques vont aussi réagir rapidement et en attendant l’engagement des troupes au sol, unités aériennes et navales vont se montrer agressives pour faire comprendre aux allemands qu’ils ne faudrait pas trop prendre leurs aises.

Les français et les polonais prennent la décision de débarquer à Namsos pendant que les britanniques décident de débarquer à Tromso.

Les premières troupes mises à terre sont logiquement des unités britanniques dès le 7 septembre 1948 suivies le surlendemain 9 septembre par les premières unités franco-polonaises.

Les combats sont immédiatement violents. Les norvégiens galvanisés par l’engagement de troupes alliées sont bien décidées à faire de la Norvège le tombeau de la soldatesque teutonne. Bien entendu cela va rester un vœux pieux car l’écart est trop grand sur les plans qualitatifs et quantitatifs.

Dans l’ensemble les débarquements se passent bien mais comme toujours il y à des exceptions ou du moins une en l’occurrence Bodo où les allemands sévèrement matraqués par les norvégiens et les alliés ne peuvent se maintenir.

Même à Narvik la situation va vite dégénérer moins en raison du manque de troupes que de la timidité et la décision du commandant allemand il est vrai mis sous pression par les alliés et par des ordres contradictoires.

Les allemands arrêtent les frais à Bodo dès le 10 septembre, les survivants évacuent et sont envoyés à Trondheim. Dès le lendemain les britanniques envoient une partie de leurs forces.

Le 20 septembre 1948 les alliés ou plutôt les britanniques (mais quelques unités françaises sont intégrés plus pour des raisons politiques que militaires) s’emparent de Narvik.

Le 5 octobre 1948 le port de Namsos tombe aux mains des allemands. La ville est dévastée, le port totalement bloqué par les destructions volontaires des alliés et le plus souvent par les destructions menés par les allemands.

Les alliés sont repliés sur le nord s’appuyant sur les ports de Bodo, de Tromso et de Narvik. Il est décidé de résister le plus longtemps possible pour augmenter la note du boucher et pour évacuer le plus de possible de norvégiens et de norvégiennes souhaitant continuer la lutte.

Le 11 octobre 1948 la Task Force Vimy débarque à Bodo entre deux alertes aériennes malgré l’effort considérable des unités de chasse alliées qu’elles soient basées à terre et embarquées.

La Task Force Vimy kesako ? C’est tout simplement l’élément précurseur de la 2ème division canadienne disposant de 2389 officiers, sous-officiers et soldats.

Canon-obusier de 25 livres

Elle se compose d’un état-major tactique, d’un régiment d’infanterie, d’éléments de reconnaissance (quelques autos blindées et une poignée de chars légers), un groupe d’artillerie (trois batteries de quatre canons-obusiers de 25 livres, une compagnie de canons antichars de 6 livres), une compagnie du génie et quelques éléments de soutien.

Cet apport de troupes fraiches aussi modeste soit-il (car l’envoi du reste de la division sera annulé) remonte le moral des troupes françaises, britanniques et polonaises. En face les allemands sont fatigués d’autant que l’envoi de nouvelles unités prend un temps anormalement long.

Halte là ! Halte là ! Les montagnards sont là !

Le 12 octobre 1948 des chasseurs alpins débarquent à Narvik. Le port n’était que légèrement défendu mais est choisit en dépit de son exposition à l’aviation. C’est le début de l’opération DYNAMO, l’opération d’évacuation du maximum de troupes norvégiennes. En même temps tous les éléments inutiles pour la poursuite de la résistance sont également évacués.

Les allemands qui ont repris leur avance se sont emparés de Bodo le 16 octobre et tentent de s’emparer dans la foulée de Narvik mais les chasseurs alpins résistent avec une férocité qui surprend les allemands s’attendant à tomber sur des soldats démoralisés.

Parmi ces «Diables Bleus» qui donnent du fil à retordre aux allemands figure le caporal Edouard Bellefeuille, caporal au 27ème BCA qui connait un baptême du feu humide car au moment de son débarquement à Namsos il tombe à l’eau suite à l’explosion d’une bombe à proximité.

«Je me suis dit que je détestai encore plus les allemands car ils avaient essayé de me noyer moi le montagnard avant que j’ai pu me battre. Le seul avantage de ce bain forcé c’est que cela m’avait privé de toute sensation de peur ce qui quand j’y réfléchis n’était pas forcément une bonne chose».

Combattant à Namsos puis à Narvik il s’illustre à plusieurs reprises dans des coups de main que n’aurait pas renié un Conan ou un Darnand. Il est blessé à deux reprises et finira par être évacué par un hydravion britannique direction la Grande-Bretagne le 16 octobre 1948. Il est ensuite évacué sanitaire vers la France puis retrouvera son unité après son retour en France.

Dans la nuit du 18 au 19 octobre 1948 Narvik est évacué par les dernières troupes alliées, le «port du fer» étant occupé par les allemands le lendemain (les troupes allemandes qui avaient débarqué le 5 septembre s’étaient retranchés en dehors de la ville ce qui explique que les chasseurs alpins ont pu reprendre le port pour l’opération d’évacuation).

Des blessés intransportables laissés sur place sous la protection de la Croix Rouge sont massacrés par la soldatesque allemande.

Ce n’est hélas ni le premier ni le dernier crime de guerre. Si certains pensait que ce conflit aurait pu être une guerre de gentleman ils ont nul doute été dégrisés.

Une enquête à été menée. Deux auteurs ont été retrouvés après guerre, jugés par un tribunal norvégien et pendus.

Les combats qui suivent sont du niveau du baroud d’honneur mais les soldats alliés sont toujours aussi agressifs toujours aussi énergiques. Ils se battent avec l’énergie du désespoir rallier Tromso qui tombe le 21 octobre 1948.

Es-ce à dire que tous ces soldats sont condamnés aux camps de prisonniers allemands ? Non car non seulement les combats majeurs continuent jusqu’au 27 octobre mais jusqu’au 1er novembre 1948 des soldats norvégiens, polonais, britanniques et français vont continuer à tendre des embuscades pour récupérer nourriture, armes et munitions.

A l’instar de nos forces spéciales actuelles elles se déplaçaient la nuit et combattaient le jour, bénéficiant de l’aide de populations civils qui parfois payaient le prix de leur courage.

Ces soldats expérimentés et motivés étaient une denrée précieuse. Voilà pourquoi les marines alliées vont prendre des risques pour les récupérer, des destroyers et surtout des sous-marins qui arrachaient aux griffes allemandes des soldats qui vont dans un premier temps transmettre leur expérience à leurs collègues avant de reprendre le combat au sein de leurs corps d’origine ou dans de nouvelles unités de combat.

Bilan

Clairement la Campagne de Norvège (1948) se termine par une défaite alliée, une défaite que certains n’hésitent pas à qualifier d’attendue. Certes les soldats alliés ont débarqué en Norvège avec la ferme intention de gagner mais les moyens engagés étaient bien inférieurs à ceux nécessaires pour expulser les allemands du pays d’Haakon VII.

Si on fait un peu d’uchronie on aurait pu imaginer que l’engagement de moyens alliés supplémentaires aurait pu conduire les allemands à déclencher prématurément l’offensive prévue à l’ouest avec toutes les conséquences que l’on peut imaginer.

Croiseur léger La Gloire en 1937. Onze ans plus tard, il succombera au cours de la Campagne de Norvège

Les pertes en matériel sont sensibles, la marine française ayant par exemple perdu deux cuirassés (un coulé et un autre si endommagé que les français renoncent à le réparer préférant accélérer la construction du Languedoc et du Moselle), deux croiseurs (un coulé La Gloire et un autre très endommagé Le Waldeck-Rousseau et donc indisponible pour plusieurs mois), plusieurs unités médianes et sept sous-marins.

Si les avions perdus seront rapidement remplacés car les stocks sont conséquents, il faudra plus de temps pour les navires mais aussi pour les hommes qui doivent être entrainés et surtout amalgamés aux vétérans.

Sur le plan humain les pertes ont été lourdes car les combats ont été particulièrement violents. Ils ont surtout duré bien plus longtemps que prévu tant par les allemands (qui pensaient mener une promenade militaire en occupant les deux pays scandinaves avant l’arrivée des alliés) que par les alliés (qui ne pensaient pas tenir aussi longtemps).

Les chiffres exacts sont difficiles à donner car les archives en partie détruites se contredisent. Je vais donc donner pour chaque camp un ordre de grandeur.

Côté allemand les pertes totales tous services confondus sont estimés entre 5100 et 9600 hommes, la majorité des historiens s’accordant sur le chiffre de 7200 tués et blessés. A cela s’ajoute 250 prisonniers, essentiellement des aviateurs qui dès leur capture étaient rapidement exfiltrés vers la Grande-Bretagne. La Luftwaffe ne le sait pas encore mais cette perte aura des conséquences irréparables pour l’avenir des forces aériennes allemandes.

Côté norvégien les pertes sont de 2824 tués et blessés ainsi que 5000 prisonniers qui vont être pour beaucoup rapidement libérés, un geste que les allemands vont regretter car nombre de ces hommes vont s’empresser soit rallier la Grande-Bretagne ou d’intégrer la résistance.

Côté danois on compte 1500 tués et blessés et 12500 prisonniers même si ces prisonniers seront rapidement libérés.

Côté allié (France, Grande-Bretagne et Pologne) on compte 6800 tués et blessés et 2530 prisonniers (1200 britanniques, 980 français et 350 polonais).

C’est aussi ce qu’on appelle pas encore le RETEX (Retour d’Expérience), des leçons sont tirées des combats en Norvège et dans la mesure du possible sont exploitées.

Si au sein de l’armée britannique ce RETEX sera fait de manière empirique sans cadre clair, au sein de l’armée française alors que les anglo-saxons ont tendance à voir dans les latins de «sympathiques bordéliques» ce sera plus cadré.

Dès le 20 septembre 1948 le général Villeneuve fait passer une note demandant aux armées de terre, de mer et de l’air de faire remonter vers ses bureaux les leçons du conflit. Ces rapports seront triés, synthétisés et aboutiront à la mise à jour des doctrines d’emploi même si il y à toujours un gouffre entre la théorie et la pratique.

Que retenir de la Campagne de Norvège (1948) ? quelles leçons ont été tirées des combats navals, aériens, sous-marins et terrestres ?

-Dans le domaine du combat naval aucun révolution l’avantage se fait toujours en repérant, en analysant et en ouvrant le feu le premier. Les navires engagés disposaient pour beaucoup de radars mais leur utilisation à été décevante en raison notamment de la météo qui rendait le fonctionnement de l’électronique particulièrement aléatoire.

Les deux camps vont se lancer dans une course effrénée pour aboutir à des radars performants et surtout disponibles pour pouvoir équiper aussi bien un cuirassé qu’un contre-torpilleur, aussi bien un croiseur qu’un torpilleur.

L’analyse des rapports montrera que la dispersion des canons français n’était pas si élevée que crainte ou qu’analysée durant la Pax Armada. Des projets sont cependant lancés pour améliorer la précision des canons lourds. Cela aboutira à la fois à des systèmes techniques (retarder le tir d’un canon sur deux pour les tourelles doubles et quadruples) et par des tactiques de tir.

-Pour les canons médians la cadence de tir doit être augmentée tandis que pour les canons légers leur nombre doit être augmenté pour tendre un véritable mur de feu.

De nouveaux modèles de canons vont être mis au point. Une standardisation facilitant la logistique est décidée, le 114mm pour la Royal Navy et le 130mm pour la France, La Royale continua sur la route choisit en 1940 à savoir de faire du canon de 130mm le canon standard des navires médians de combat et de l’artillerie secondaire des cuirassés. C’est toujours le cas aujourd’hui en 2022.

Canons de 130mm modèle 1956

C’est ainsi que la Marine Nationale demanda la mise au point d’un nouveau canon automatique à très haute cadence de tir (CATHAC, le futur canon de 130mm modèle 1956) mais ce projet n’allait aboutir qu’après guerre à la fois en raison de problèmes techniques mais aussi parce que l’évolution du conflit imposait la production des modèles existants plutôt que la mise au point d’un nouveau canon qu’il fallait forcément roder sans oublier l’immobilisation du navire pour le remplacer de ou des tourelles.

-Dans le domaine des torpilles, des mines et des charges de profondeur les résultats sont aussi mitigés que contrastés.

Les torpilles ont plutôt donné satisfaction au grand dam des allemands. En revanche les mines et les charges de profondeur ont déçu, la France prenant la décision d’abandonner certains modèles de mines et les modèles plus légers de ses charges de profondeur. On commence également à travailler sur les futurs lance-roquettes ASM qui allaient bientôt faire des ravages au sein de la soumarinade teutonne.

-Dans le domaine aérien il devient évident qu’une escadre ne peut se maintenir longtemps sous la menace de l’aviation ennemie à moins d’accepter des pertes abominablement lourdes. Il est d’ailleurs peu probable que les français et les britanniques puissent accepter de telles pertes. En clair un porte-avions ou une base aérienne à terre à proximité de la zone d’opération est INDISPENSABLE.

Cela entrainera une évolution dans la planification des opérations, la capture d’un aérodrome ou d’un terrain rapidement aménageable pour déployer des unités de chasse devint un élément majeur de la rédaction d’un plan avant même la capture d’un port pour amener renforts et logistique aux troupes mises à terre.

Schéma du Dewoitine D-790, version navalisée du D-520

Sur le plan des combats aériens les chasseurs alliés ont fait jeu égal avec les chasseurs allemands même si clairement le D-790 est en fin de vie et que les pilotes des escadrilles du Painlevé sont impatients d’utiliser soit le D-795 voir de passer carrément au Bloch MB-159 qui pour le moment n’équipe que le Commandant Teste en Méditerranée.

Pour les bombardements la précision laisse clairement à désirer décevant ceux qui inspirés par Douhet et Mitchell espéraient faire du bombardier l’arme miracle capable de tout régler par sa seule présence.

Dans le domaine des munitions il est évident que les bombes explosives de moins de 100kg n’ont pas d’utilité. En revanche pour le domaine des bombes spéciales le poids n’est pas une norme décisive que ce soit pour les bombes éclairantes, les bombes à sous-munitions ou encore les bombes incendiaires. Les roquettes ont montré leur efficacité en tir air-sol mais en revanche en tir air-air c’est clairement une mauvaise idée.

Le sous-marin Casabianca

-Dans le domaine sous-marin les torpilleurs submersibles ont montré une très bonne efficacité, plusieurs unités majeures ayant été coulées notamment le croiseur lourd Blücher victime du Casabianca.

Si pour la lutte anti-surface et anti-sous-marine le sous-marin se montre efficace en revanche pour la reconnaissance et le renseignement les performance sont assez décevantes. De nouveaux usages sont également apparus que ce soit la récupération des pilotes abattus ou l’évacuation de ceux cherchant à éviter la captivité.

-A terre les leçons renouvellent les bases du combat à savoir la manœuvre, le choc et le feu. Il n’y à aucune révolution dans le domaine du combat terrestre.

Les armes se sont dans l’ensemble bien comportées mais les combats en Norvège ont montré qu’un fusil à longue portée n’à pas forcément une grande utilité et qu’une arme tirant vite à courte portée est plus utile.

Certains commencent à imaginer une arme intermédiaire entre le fusil et le pistolet mitrailleur mais il faudra beaucoup de temps pour aboutir en raison de difficultés techniques et surtout de nombreuses résistances, le fusil d’assaut bousculant trop de choses pour être forcément bien vu immédiatement.

MAS-40

Il y à certes côté français le fusil automatique MAS-40 et son dérivé MAS-44 (qui ne combat pas en Norvège) mais rien d’équivalent côté britannique ce qui est tout de même significatif (ou pas).

Tout comme durant le premier conflit mondial le RETEX confirme la nécessité de concentrer dès les plus bas échelons la plus grande puissance de feu possible.

Néanmoins même si ces leçons sont tirées quand va débuter la Campagne de France elles ne seront faute de temps qu’encore très partiellement appliquées.

La Campagne de Norvège (1948) confronte les alliés aux Nebelwerfer, les lance-roquettes multiples, une arme absente de l’arsenal allié. Très vite un affût est capturé, évacué, étudié et copié.

C’est aussi cette campagne qui va faire aboutir le concept de lance-roquettes portatif qui va donner à l’infanterie une arme redoutable contre le char même si comme on le verra le bazooka sera davantage utilisé contre les blockhaus et les nids de mitrailleuse que contre les chars.

L’armée de terre une profonde métamorphose : l’armée villeneuvienne (8)

Artillerie

L’artillerie française est réputée pour être la meilleure du monde en 1940, un titre acquis durant la Grande Guerre et qui lui vaut le respect de ses alliés comme de ses ennemis. Comme les autres armes, elle connait des changements non négligeables avec le quasi crépuscule de l’Artillerie Lourde sur Voie Ferrée et l’apparition d’automoteurs d’artillerie modernes appelés canons d’assaut et canons autoportés.

Artillerie Lourde sur Voie Ferrée (ALVF)

Commençons par l’ALVF. Cette dernière regroupe au printemps 1940 un échantillonnage de pièces de calibres divers avec des stocks limités en obus regroupés en cinq régiments dont quatre équipés de canons.

-Le 370ème Régiment d’Artillerie Lourde sur Voie Ferrée (370ème RALVF) ne dispose d’aucune pièce puisqu’il s’agit en réalité d’un régiment de construction sur voie ferrée.

obusier de 370mm durant le premier conflit mondial

-Le 371ème RALVF dispose de vingt-trois pièces répartis en trois groupes et dix batteries avec douze obusiers de 400mm modèle 1915, sept canons de 370mm modèle 1915 et 4 canons de 294mm modèle 1915.

Canon de 340mm modèle 1912

-Le 372ème RALVF dispose de vingt-six pièces répartis en six groupes et quinze batteries qui dispose de onze canons de 340mm modèle 1912, quatre canons de 320mm modèle 1917, quatre canons de 274mm modèle 1917, quatre obusiers de 400mm modèle 1915 et trois canons de 305mm modèle 1906.

Canons de 320mm sur voie ferrée

-Le 373ème RALVF dispose de trente-cinq pièces répartis en cinq groupes et dix batteries qui dispose de quatre canons de 340mm modèle 1912, vingt canons de 320mm modèle 1870-30, 8 canons de 274mm modèle 1917 et 3 canons de 305mm modèle 1906.

-Le 374ème RALVF dispose de quarante-trois pièces répartis en six groupes et treize batteries qui dispose de vingt-quatre canons de 194mm modèle 1870-93, quatre canons de 164mm modèle 1893-96 et quinze canons de 240mm modèle 1893-96.

Durant la guerre de Pologne, plusieurs batteries d’ALVF vont être déployée à proximité de la ligne Maginot pour couvrir les ouvrages et harceler les positions allemandes.

Ce conflit terminé, on s’interroge sur son avenir. Certains demandent le ferraillage de ses «antiquités militaires» et d’autre l’expansion de ces unités.

Le général Villeneuve choisit de préserver cette capacité utile pour percer la ligne Siegfried ou les ouvrages italiens dans les Alpes.

Au printemps 1940, décision est prise de réduire le nombre de RALVF à trois : le 370ème, le 371ème et le 372ème RALVF avec trois groupes de deux batteries de quatre canons soit un total de  48 canons :

-Le 371ème RALVF à Chalons sur Marne dispose de d’un 1er groupe équipé de huit obusiers de 400mm modèle 1915 répartis en deux batteries, d’un 2ème groupe équipé de huit canons de 340mm et d’un 3ème groupe avec huit canons de 320mm

-Le 372ème RALVF à Verdun dispose de d’un 1er groupe équipé de huit obusiers de 400mm modèle 1915 répartis en deux batteries, d’un 2ème groupe équipé de sept  canons de 340mm et d’un 3ème groupe avec huit canons de 320mm.

Les huit pièces excédentaires de 320mm sont stockées ou servent pour l’entrainement et la formation, les autres canons jugés trop anciens ou aux stocks d’obus insuffisants sont ferraillés.

Il semblait dit que l’ALVF allait disparaître sans combattre mais au final des pièces supplémentaires vont être commandées pour armer deux régiments, deux régiments à deux groupes de trois batteries de deux pièces soit un total de vingt-quatre pièces.

En 1945, les 373ème et 374ème RALVF sont récrés, le premier est basé à Grenoble et le second à Nice avec un équipement identique, vingt-quatre canons de 240mm modèle 1944, ces douze batteries devant viser principalement les fortifications italiennes.

Artillerie de position et artillerie mobile de forteresse

La construction de la ligne Maginot entraina un besoin accru d’unités d’artillerie. Deux types de régiments existent quand éclate la guerre de Pologne :

 -Les régiments d’artillerie mobile de forteresse (RAMF) sont au nombre de neuf, les 23ème, 39ème, 46ème, 49ème, 59ème, 60ème, 69ème, 70ème et 99ème RAMF. Sur ces neufs entités, trois seulement sont des régiments d’active (39ème, 49ème et 59ème RAMF) et les autres des régiments de mobilisation.

Canon de 155mm Schneider modèle 1917 préservé dans un musée finlandais

Leur équipement est composé soit de 75mm modèle 1897 hippomobile équipant le 99ème RAMF (qui est d’ailleurs officiellement le 99ème RAMFH) ou de 75mm modèle 1897 et 155mm modèle 1917 monté sur train rouleur ou sur train pneumatique.

Chaque régiment mobilisé comprend un état-major, une batterie hors-rang, deux groupes de 75mm et un groupe de 155mm à raison de vingt-quatre canons de 75mm et douze de 155mm soit un total de 36 canons par régiment.

A l’issue du conflit, le 99ème RAMFH est dissous tout comme quatre autres régiments de mobilisation en l’occurence le 46ème RAMF, les 60ème, 69ème et 70ème RAMF laissant donc les 23ème, 39ème, 49ème  59ème RAMF toujours équipés en septembre 1948 de canons de 75mm sur pneumatiques et de canons de 155 modèle 1917 anciens mais toujours efficaces.

-Les régiments d’artillerie de position (RAP) sont en temps de paix au nombre de sept, cinq étant déployés dans le Nord-Est et deux dans les Alpes. La mobilisation avec le rappel des réservistes permet la création de vingt et un RAP qui disposent d’un équipement extrêmement hétérogène peu mobile et souvent ancien.

Canon de 120mm De Bange modèle 1878

On trouve ainsi des canons de 65mm de montagne modèle 1906, des canons de 75mm modèle 1897, des canons de 105mm L modèle 1913 Schneider, des canons de 120mm L modèle 1878 de Bange, des canons de tranchée de 150T modèle 1917, le canons de 155mm C modèle 1915 de Saint Chamond, des canons de 145/155mm modèle 1916 Saint Chamond, le canon de 155mm L modèle 1877 de Bange, le canons de 155mm L modèle 1877/14 Schneider, le canon de 155 mm modèle 1918 Schneider, le canon de 220mm C modèle 1916, le canon de 220mm L modèle 1917, le canon de 240mm L modèle 1884, le canon de 280mm C modèle 1914, le mortier de 370mm Filloux.

A l’issue de la guerre de Pologne, un grand nombre de régiments d’artillerie de position de mobilisation sont dissous. Outre les sept d’active existants avant septembre 1939, trois autres sont préservés avec le matériel le plus moderne et le moins usé.

En septembre 1948, il existe donc quatre RAMF et dix RAP soit quatorze régiments qui vont appuyer les ouvrages de la ligne Maginot. 

Artillerie de campagne

Passons maintenant à l’artillerie de campagne qui connait un important bouleversement qu’il s’agisse du domaine de l’artillerie tractée ou du domaine de l’artillerie portée qui substitue aux canons transportés sur plateau des canons automoteurs pour appuyer les chars des DC et des DLM.

Canon de 75mm modèle 1897 monté sur pneumatiques

Honneur aux ainés avec le canon de 75mm modèle 1897, le fameux «75» qui montra largement ses qualités et ses limites durant le premier conflit mondial. Objet d’un véritable culte, il reste largement en service durant l’entre-deux-guerre, une partie étant adapté à la traction automobile avec un train de roulement pneumatique, près de 4500 pièces étaient encore en service au printemps 1940 à la fois comme pièce de campagne mais également comme pièce de forteresse et canon antiaérien.

Son remplacement devenant nécessaire, l’artillerie pensa lancer un concours pour un nouveau canon en 1941 mais la volonté d’accélérer le processus fit qu’on décida d’adopter le canon antichar de 75mm TAZ (Tous Azimut) modèle 1939 dont la production devait être lancé au printemps 1940.

En temps de paix, il devait équiper le régiment d’artillerie des différentes divisions d’infanterie à savoir trois groupes de trois batteries de quatre canons de 75mm (soit 36 canon), deux groupes de 105mm modèle 1934 ou 1935 et un groupe de 155mm court soit un total de 72 canons.

Le canon de 75mm TAZ modèle 1939 équipa également des unités antichars en l’occurence six régiments d’artillerie antichar (RAAC) mis sur pied à la mobilisation avec six batteries par régiment soit vingt-quatre canons, cent quarante quatre pour les six régiments.

Canon de 105mm Schneider modèle 1913

Le début de la guerre de position à la fin de 1914 montra l’erreur qu’avait fait la France de trop miser sur le «75» et de ne pas disposer de suffisamment de pièces lourdes comme le canon Schneider L13S de 105mm dérivé du canon de 107mm Putilov dont Schneider était le principal actionnaire.

Ce canon se montra très efficace et resta longtemps en service après guerre au sein de l’artillerie française mais également en Belgique, en Yougoslavie et en Pologne. La motorisation entraina une modification des affûts qui reçurent un train de roulement pneumatique et pour certains un tube plus long.

Ce canon fût peu à peu remplacé par deux nouveaux canons de 105mm en l’occurence le Schneider 105L modèle 1936S et le Tarbes 105L modèle 1941T.

Au printemps 1940, les régiments d’artillerie des DIM étaient équipés d’obusiers de 155mm modèle 1915 et 1917.

En dépit de son âge, ces pièces restèrent en service avec quelques modifications notamment un train de roulement plus léger et un canon plus long. Les RA modèle 1941 disposaient de trois groupes de 75mm modèle 1939, deux groupes d’obusiers de 105mm modèle 1935 et un groupe d’obusier de 155mm modèle 1917. Il fût peu à peu remplacé par une version remise à jour de cet obusier en l’occurence le modèle 1946.

Canon de 155mm Grande Puissance Filloux (GPF)

En 1917, l’artillerie française mit en service un excellent canon de 155mm, le canon de 155mm GPF ou Grande Puissance Filloux du nom de son créateur, le colonel Filloux.

Ce canon qui équipa aussi l’artillerie américaine se révéla si efficace qu’il resta en service jusqu’au second conflit mondial, équipant les RALA (Régiments d’Artillerie Lourde Automobile) des corps d’armée et de régiments d’artillerie lourde de la réserve générale.

A l’issue de la guerre de Pologne, ce canon reste en service mais décision est prise de reprendre sa production selon une version modernisée dite GPFT (Grande Puissance Filloux Touzard) du nom de l’inventeur d’un affût modernisé.

 

Canon de 65mm modèle 1906

La description de ces différentes pièces tractées ne serait pas complète sans un bref panorama des pièces de montagne. Là encore plusieurs modèles sont présents au printemps 1940 qu’il s’agisse du canon de 65mm modèle 1906, les canons de 75mm modèle 1919 et 1928 (qui n’ont remplacé que partiellement le canon de 65mm) et enfin le canon de montagne de 105mm modèle 1909. Les pièces de 75mm furent peu à peu remplacées par des obusiers de 75mm modèle 1942.

 —–

Sans l’armistice de novembre 1918, les alliés auraient lancé une puissante offensive au printemps 1919 destinée à les conduire en Allemagne. Durant cette offensive, l’artillerie française aurait mis en œuvre les premiers canons automoteurs de l’histoire, des canons de 194 et de 280mm.

Ces modèles acquis en petit nombre furent rapidement déclassés et le choix d’une stratégie défensive n’encouragea la mise au point de pièces d’artillerie automotrice sans compter les craintes des artilleurs de se voir déposséder d’une partie de leur matériel au profit des cavaliers.

La création des DLM entraina un besoin d’une pièce d’artillerie mobile pouvant soutenir au plus près les chars pardon les automitrailleuses de combats (AMC) de ces unités. Le Somua S-35 étant le principal véhicule des DLM et des Divisions de Cavalerie _qui doivent être transformés ultérieurement en DLM_ , un canon d’assaut est développé sur ce même châssis.

Somua Sau 40 encore équipé d’un canon de 75mm

Baptisé Sau40, il va équiper les DLM alors que les DCR vont recevoir l’ARL V-39, les deux véhicules disposant du même canon.

ARL V-39

Artillerie antichar

Bien que l’on se soit rapidement rendu compte que la meilleure arme antichar était le char, cela n’empêcha pas le dévellopement d’une artillerie spécialisée notamment pour protéger l’infanterie qui ne pouvait pas toujours compter sur les chars. Si l’essentiel des canons antichars sont tractés, des automoteurs antichars à roue et chenillés apparaissent durant les années 40.

Canon de 25mm Hotchkiss modèle 1934

En terme de calibre, le premier canon antichar français est le Hotchkiss modèle 1934 de 25mm et son cousin germain, le Puteaux modèle 1937, ce dernier étant plus léger et avait un tube plus long.

Ces deux canons produits à plusieurs milliers d’exemplaires (6415 au total) étaient toujours en service en 1948 bien que la production eut été rapidement arrêté en raison de la priorité donnée aux canons antichars de 47mm jugés plus à même d’affronter les nouveaux chars allemands dont on connaissait l’existence.

Canon de 47mm modèle 1937. Photo prise au cours de manoeuvres en 1947

Le deuxième canon antichar utilisé par l’armée de terre était donc un canon de 47mm, le modèle 1937 et le modèle 1939, le second partageant le même tube que son devancier mais avec un affût d’un nouveau modèle permettant de pointer à 360° ce qui n’était pas négligeable dans le domaine de la lutte antichar où il faut passer d’une cible à l’autre très rapidement.

L’artillerie antichar français va également disposer d’un canon antichar lourd en l’occurence le canon de 75mm TAZ modèle 1939 qui équipa d’abord en priorité les régiments d’artillerie comme pièce de campagne. Il n’équipera finalement des unités spécialisées antichars qu’à la mobilisation.

Un projet de canon de 90mm antichar dérivé du canon de 90mm antiaérien modèle 1926 déboucha sur la production d’une batterie expérimentale de douze pièces.

Les DLM et les DCR reçoivent également des canons antichars mais montés sur véhicules à roues et chenillés pour à la fois renforcer les unités de reconnaissance et pour couvrir les blindés amis en l’occurence des Laffly W15 TCC, des Lorraine 39L et des Renault 40R équipés de canons antichars de 47mm.

Artillerie antiaérienne

 Le 21 mars 1918, les allemands jouent leur va-tout sur le front de l’ouest en lançant une puissante offensive dans la région d’Amiens à la jointure entre les troupes françaises et britanniques. Le front est percée et Paris menacé une nouvelle fois. Les alliés demandent à l’aviation de freiner l’avance allemande le temps que les renforts arrivent. C’est la première fois que l’aviation enraye une offensive terrestre.

Au cours des manoeuvres de l’après guerre, la puissance de l’aviation n’échappa pas à personne et le besoin d’une DCA motorisé devant prégnant mais le manque de budget et de volonté fit qu’au printemps 1940, aucun programme concret n’avait comblé cette carence.

 Le choix résolu de la mécanisation nécessite une véritable unité de DCA chargée de couvrir les DLM et les DC en mouvement en attendant que la chasse balaye l’aviation d’assaut ennemie du secteur. Ces divisions disposaient bien d’une batterie antiaérienne équipés de six canons de 25mm mais cela était bien insuffisant.

En 1943, un véritable bataillon antiaérien divisionnaire est créé dans chaque division y compris les DIM qui devaient elles aussi se protéger de la Luftwafe ou de la Regia Aeronautica. Ce bataillon disposait d’une batterie de commandement et de soutien et de quatre batteries de canons antiaériens.

Les quatre batteries des bataillons antiaériens divisionnaires des DLM et DC disposaient du matériel suivant :

-La 1ère batterie dispose de 12 canon antiaériens de 25mm montés en affûts doubles sur six semi-chenillés Citroen-Kergresse. Elle est plus destinée à protéger l’état-major et les unités de soutien.

-Les 2ème et 3ème batteries sont également équipées de canons de 25mm mais leurs huit affûts doubles (soit 16 canons) sont montés sur un châssis chenillé en l’occurence celui du Somua S-35 ce qui leur permet de suivre les chars en tout terrain.

Canon de 37mm Schneider

-La 4ème batterie est équipée de 12 canons de 37mm Schneider modèle 1941 montés en affûts doubles sur des camions tout-chemin.

Le BAAD Moto disposait donc au total de 56 canons antiaériens.

Le BAAD des DIM disposait d’une 1ère batterie (12 canon antiaériens de 25mm montés en affûts doubles sur six semi-chenillés Citroen-Kergresse) 2ème et 3ème batterie disposaient chacun de 12 canons de 25mm tractés par des véhicules légers Laffly alors que la 4ème batterie disposait de de 12 canons de 37mm Schneider modèle 1941 montés en affûts doubles sur des camions tout-chemin.

 Le BAAD-Inf disposait donc au total de 48 canons

Les canons lourds de DCA (75 et 90mm) étaient du ressort de la Défense Aérienne du Territoire (DAT) rattachée à l’armée de l’air.