Dominions (65) Australie (9)

Croiseurs légers

HMAS Sydney 1935

Le HMAS Sydney

En septembre 1939, la marine royale australienne aligne un vieux croiseur léger, le HMAS Adelaïde qui sera désarmé en mars 1943 et trois croiseurs légers type Modified Leander, les HMAS Sydney, Hobart et Perth.

Lire la suite

Publicités

Grande Bretagne (34) croiseurs légers (3)

Croiseurs légers classe Leander

Les premiers croiseurs légers modernes de la Royal Navy

Après avoir suivit la “mode” du croiseur lourd à canons de huit pouces (203mm), la Royal Navy réfléchit au croiseur le mieux adapté à la mission principale des cruiser à savoir la protection des lignes de communication, de routes commerciales reliant la métropole aux colonies et aux dominions.

Le croiseur idéal devait être bien armé pour affronter des raiders qui pouvaient être de véritables navires de guerre ou simplement des croiseurs auxiliaires (Armed Merchant Cruiser) qui pouvaient être sérieusement armés. La vitesse était un atout tout comme l’endurance mais la protection n’était pas jugé comme un facteur dimensionnant.

Le canon de 203mm est jugé trop puissant pour cette mission et après avoir envisagé le canon de 5.5 pouces (133mm) choisit ultérieurement pour les Dido, les britanniques choisissent le 6 pouces, un retour au calibre des croiseurs légers antérieurs (Arethusa, Town, type C, type D et type E).

Les premières esquisses sortir en en janvier 1929 et rapidement la batterie principale choisie fût de huit canons de 6 pouces en quatre tourelles doubles superposées deux par deux dans un groupe avant et un groupe arrière.

La vitesse est privilégiée et la protection limitée aux machines et aux soutes à munitions avec un blindage de 3 pouces (76.2mm) suffisant pour protéger d’un obus de 152mm tiré à 10000 yards (9144m). Sur le devis de poids, la protection représente 11.7% du total.

Comme dans tous les projets, les nouveaux croiseurs légers prirent du poids passant de 5815 tonnes à 6490 tonnes notamment en raison de la décision d’embarquer une catapulte et deux hydravions.

Un premier navire est commandé au titre du programme 1929, trois autres au programme 1930 et un cinquième au programme 1931, des navires respectivement baptisés Leander Achilles Ajax Neptune Orion.

Les trois suivants sont considérés comme des «Modified Leander», des navires baptisés Amphion Apollo et Phaeton qui transférés ultérieurement à la marine australienne furent rebaptisés Perth Hobart Sydney. J’ai cependant décidé de les traiter dans cette partie même si ils seront également traités dans le Tome consacré à l’Australie.

Carrière opérationnelle

Le HMS Leander

Le HMS Leander

-Le HMS Leander est mis sur cale au Devonport Royal Dockyard le 1er août 1928 lancé le 13 juillet 1929 et admis au service actif le 23 juillet 1931.

Il est transféré le 30 avril 1937 à la New-Zealand Division of the Royal Navy et quand éclate la guerre de Pologne, il est affecté dans le Pacifique, restant présent sur zone au cas où le Japon entrerait en guerre aux côtés de l’Allemagne.

Sa participation au conflit est au final fort limitée puisque le Japon reste en dehors de ce court conflit.

Durant la Pax Armada, le Leander participe à des exercices avec des unités de la Royal Australian Navy ainsi que des unités de la Royal Navy déployées dans la région.

La création de la Royal New Zealand Navy le 6 juin 1944 entraine pour seul changement celui du préfixe, le HMS étant remplacés par le His Majesty New-Zealand Ship ou HMNZS.

Quand le second conflit mondial éclate, le HMNZS reste déployé dans la région mais pourrait si besoin est rejoindre Aden voir la Méditerranée ou la Home Fleet en indépendant ou au sein des ANZAC Squadron.

Le HMS Achilles

Le HMS Achilles

-Le HMS Achilles est mis sur cale aux chantiers Cammell Laird de Birkenhead le 11 juin 1931 lancé le 1er septembre 1932 et lancé le 10 octobre 1933.

Après moins de quatre ans au sein de la Royal Navy, il rejoint la New Zealand Division of the Royal Navy en 1937 à la même époque que le Leander.

Si son sister-ship reste déployé dans le Pacifique, l’Achilles va participer très activement à la guerre de Pologne au sein de la force G composée de son sister-ship Ajax mais également des croiseurs lourds Exeter et Cumberland.

La cible principale est le cuirassé Admiral Graf Spee qui est enfin répérée le 13 décembre, deux jours avant la suspension du conflit. La bataille qui s’en suivit vit le croiseur lourd Exeter être sévèrement endommagé, les dommages sur les croiseurs légers étant moins important.

Le cuirassé réfugié à Montevideo se saborda le 17 décembre 1939 sur ordre, les alliés ayant refusé un sauf conduit pour permettre au cuirassé de rentrer en Allemagne.

Après carénage et remise en état en Grande-Bretagne, le HMS Achilles retourne en Nouvelle-Zélande. Devenu le HMNZS Achilles le 6 juin 1944, le croiseur passa toute la période de la Pax Armada dans le Pacifique et en Extrême-Orient.

Quand éclate le second conflit mondial, il reste temporairement déployé dans le Pacifique en attendant de voir si le Pacifique n’allait pas s’embraser comme l’Europe.

Le HMS Ajax

Le HMS Ajax

-Le HMS Ajax est mis sur cale aux chantiers navals Vickers de Barrow-in-Furness le 7 février 1933 lancé le 1er mars 1934 et mis en service le 3 juin 1935.

Il est d’abord déployé en Méditerranée puis dans les Caraïbes au sein de l’American & West Indies Station. Quand éclate la guerre de Pologne, il appartient à la South American Division avec laquelle Il participe comme on l’à vu à la bataille du rio de la Plata où avec son sister-ship Achilles et le croiseur lourd Exeter il affronte le cuirassé de poche Admiral Graf Spee.

Suite à la réorganisation de la Royal Navy au milieu des années quarante, l’Ajax rejoint le 6th Cruiser Squadron avec ses sister-ship Neptune et Orion, cette division étant basée à Hong-Kong au sein de la China Station qui devient China Squadron à la création de la British Eastern Fleet

Le 5 septembre 1948, le croiseur est immobilisé pour entretien. Les travaux sont accélérés pour lui permettre de retrouver ses deux partenaires du 6th CS.

Le HMS Neptune

Le HMS Neptune

-Le HMS Neptune est mis sur cale au Portsmouth Royal Dockyard le 24 septembre 1931 lancé le 31 janvier 1933 et mis en service le 12 février 1934.

Déployé au sein du 6th Cruiser Squadron basé à Freetown, il participe à la guerre de Pologne dans l’Atlantique mais également dans l’Océan Indien au sein de la force K.

Si le conflit s’était prolongé, il aurait été redéployé en Méditerranée mais comme la guerre s’est arrêté dès le mois de décembre, le croiseur léger est resté en Afrique de l’Ouest.

Suite à la réorganisation de la Royal Navy, le Neptune est redéployé à Hong-Kong au sein d’un 6th Cruiser Squadron musclé par ses sister-ship Ajax et Orion avec lesquels il opérait régulièrement en Extrême-Orient.

Le 5 septembre 1948, il était à la mer, recevant des consignes de vigilance.

Le HMS Orion

Le HMS Orion

-Le HMS Orion est mis sur cale au Devonport Royal Dockyard le 26 septembre 1931 lancé le 24 novembre 1932 et mis en service le 18 janvier 1934.

Affecté dans un premier temps à le Home Fleet, le croiseur léger est affecté en 1937 à l’America & West Indies Station au sein du 8th Cruiser Squadron. Il s’y trouvait toujours quand la Grande Bretagne entra en guerre le 3 septembre 1939 en compagnie des croiseurs Berwick, York et Perth, ce dernier appartenant à la Royal Australian Navy.

Le conflit terminé, le croiseur reste déployé dans la région jusqu’au milieu des années quarante quand il rejoint le 6th Cruiser Squadron en Extrême-Orient, le 6th CS étant composé de l’Orion, du Neptune et de l’Ajax.

Toujours déployé en Extrême-Orient, l’Orion était à quai Hong-Kong quand le conflit éclate en Europe.

Le HMAS Perth ex-HMS Amphion

Le HMAS Perth ex-HMS Amphion

-Le HMAS Perth est mis sur cale au Portsmouth Royal Dockyard sous le nom d’Amphion le 26 juin 1933 lancé le 27 juillet 1934 et mis en service le 15 juin 1936.

Après trois années de service dans la Royal Navy, le HMS Amphion est vendu à la Royal Australian Navy (RAN) le 29 juin 1939 et rebaptisé le 10 juillet 1939.

Durant la guerre de Pologne, il est déployé au sein du 8th Cruiser Squadron dans les Caraïbes en compagnie du croiseur léger Orion, des croiseurs lourds Berwick et York.

En septembre 1941, le croiseur léger retourne en Australie où il est toujours déployé sept ans plus tard. Le 5 septembre 1948, il achevait un grand carénage, les travaux étant accélérés pour permettre au croiseur d’être opérationnel le plus rapidement possible.

Le HMAS Hobart ex-HMS Apollo

Le HMAS Hobart ex-HMS Apollo

-Le HMAS Hobart est mis sur cale au Devonport Royal Dockyard le 15 août 1934 sous le nom d’Apollo lancé le 9 octobre 1934 et mis en service le 13 janvier 1936.

Il est transféré à la marine australienne le 23 septembre 1938 et devient le HMAS Hobart, ce transfert étant payé par le transfert à la Royal Navy du ravitailleur d’hydravion HMAS Albatross devenu donc le HMS Albatross.

Il participe à la guerre de Pologne au sein du 4th Cruiser Squadron, couvrant l’Océan Indien jusqu’à la fin du conflit. Il retourne alors en Australie, participant à de nombreux exercices avec les marines déployées dans la région.

Le 5 septembre 1948, il reçoit pour mission d’escorter un convoi de transport de troupes australiennes et néo-zélandaises direction le Moyen-Orient. Il va être accompagné d’escorteurs mais également de deux croiseurs néo-zélandais. A la différence des deux croiseurs de type D, le HMAS Hobart va retourner aux antipodes.

Le HMAS Sydney

Le HMAS Sydney

-Le HMAS Sydney est mis sur cale aux chantiers navals Swan Hunter de Wallsend le 8 juillet 1933 sous le nom de Phaeton lancé le 22 septembre 1934 et mis en service le 24 septembre 1935

Le Phaeton est rebaptisé Sydney dès le 24 septembre 1935 sans avoir servit dans la marine britannique, remplaçant dans la Royal Australian Navy (RAN) le croiseur de classe Brisbane du même nom.

Il reste déployé aux antipodes durant la guerre de Pologne et quand le second conflit mondial se déclenche, il va patrouiller en mer de Corail notamment en direction des Salomons.

Classe Leander

Caractéristiques Techniques

Type Leander (Leander Neptune Orion Achilles Ajax)

Déplacement : standard 7096 tonnes pleine charge 7386 tonnes

Dimensions : longueur (hors tout) 169.01m (entre perpendiculaires) 159.1m largeur 16.76m (Leander) 17m (les autres) tirant d’eau 5.79m

Propulsion : quatre groupes de turbines Parsons alimentées en vapeur par six chaudières Admiralty à trois tubes dévellopant 72000ch et entrainant quatre hélices. Les turbines sont regroupées en deux salles et les six chaudières en trois salles

Performances : vitesse maximale 32.5 noeuds distance franchissable 5730 miles nautiques à 13 noeuds

Protection : parois latérales des machines 76.2mm parois latérales des soutes à munitions 89mm toit des soutes à munitions 50.8mm pont 25.4mm tourelles 25.4mm

Radars : Leander : un radar de veille surface type 273, un radar de veille aérienne type 291 Neptune : radar de veille aérienne type 281, radar de conduite de tir type 284 (artillerie principale) et radar de conduite de tir type 285 (artillerie antiaérienne) Orion : un radar de veille aérienne type 279, un radar de veille surface type 273, radar de conduite de tir type 284 (artillerie principale) et radar de conduite de tir type 285 (artillerie antiaérienne)

Achilles et Ajax : un radar de veille aérienne type 279, un radar de conduite de tir type 282 (artillerie antiaérienne légère), radar de conduite de tir type 285 (artillerie antiaérienne), un radar de conduite de tir type 272

Armement : 8 canons de 152mm (6 pouces) BL Mark XXIII groupés en quatre tourelles doubles Mark XXI (deux avant et deux arrières), 4 canons de 102mm (4 pouces) QF Mark V en quatre affûts simples Mark IV installés de part et d’autre de la cheminée. Avant 1939, tous les navires sauf l’Achilles ont remplacé leurs affûts simples par des affûts doubles MkXIX

-12 mitrailleuses de 12.7mm (0.5 inch) en trois affûts quadruples.

-Huit tubes lance-torpilles de 533mm (21 pouces) en deux plate-formes quadruples installées au milieu du navire.

La DCA à été renforcée entre 1940 et 1948, les mitrailleuses de 12.7mm étant remplacées par deux affûts Pom-Pom et huit canons de 20mm Oerlikon en affûts simples.

Installations aéronautiques : une catapulte installée à l’arrière sans hangar pour un hydravion Fairey Seafox ou Supermarine Walrus

Equipage : 570 officiers et marins
Type Leander modifié (Perth, Hobart et Sydney)

Déplacement : standard 6939 tonnes pleine charge 8891 tonnes

Dimensions : longueur (hors tout) 171.32m (entre perpendiculaires) 159.10m largeur 17.27m tirant d’eau 5.64m

Propulsion : quatre groupes de turbines à engrenages Parsons alimentées par quatre chaudières Amirauté à trois tubes dévellopant 72000ch et entrainant quatre hélices.

Performances : vitesse maximale 32.5 noeuds distance franchissable 7180 miles nautiques à 12 noeuds

Protection : ceinture blindée 25 à 76.2mm soutes à munitions 25 à 89mm tourelles 25mm

Electronique : un radar de veille aérienne type 281B, un radar de veille surface type 277, un radar de veille surface SG, un radar de veille surface et de veille aérienne rapprochée type 276, un radar de conduite de tir type 282 (artillerie antiaérienne légère), radar de conduite de tir type 285 (artillerie antiaérienne) et radar de conduite de tir type 283 (artillerie principale)

Armement : 8 canons de 152mm (6 pouces) BL Mark XXIII groupés en quatre tourelles doubles Mark XXI (deux avant et deux arrières), 4 canons de 102mm (4 pouces) QF Mark V en quatre affûts simples Mark IV installés de part et d’autre de la cheminée. Avant leur transfert, les Hobart et Perth ont remplacés leurs quatre affûts simples par quatre affûts doubles

-12 mitrailleuses de 12.7mm en trois affûts quadruples

-Huit tubes lance-torpilles de 533mm (21 pouces) en deux plate-formes quadruples installées au milieu du navire.

-La DCA à été renforcée, les mitrailleuses de 12.7mm étant remplacées par douze canons de 40mm Bofors et huit canons de 20mm Oerlikon.

Installations aéronautiques : Une catapulte entre les deux cheminées pour un Supermarine Walrus

Equipage : 570 officiers et marins

Grande Bretagne (31) Croiseurs lourds (2)

Croiseurs lourds classe York

Toujours plus avec moins

Comme nous l’avons vu à plusieurs reprises, les britanniques avaient des besoins en croiseurs différents des américains et des japonais.
Là où Tokyo et Washington avaient besoin d’éclaireurs puissants pouvant participer à la bataille décisive imaginée du côté des Phillipines, Londres avait besoin d’un grand nombre de croiseurs pour couvrir ses lignes de communication qui s’étendaient sur le monde telle une toile d’araignée.
Voilà pourquoi les croiseurs lourds de classe County ne plaisaient guère aux amiraux britanniques qui les avaient construit plus pour répondre aux autres pays que pour satisfaire un besoin national.
A cela s’ajoutait des problèmes budgétaires qui rendaient délicat tout investissement dans le domaine militaire, le pacifisme étant aussi présent dans l’opinion britannique que dans l’opinion publique française.
Aussi après la construction des treize County (quinze étaient prévus à l’origine), la Royal Navy étudia des modèles plus petits, déplaçant 8500 tonnes au lieu de 10000 tonnes avec un armement réduit à six canons de 8 pouces au lieu de huit.
Sept croiseurs de ce type furent initialement prévus mais au final seulement deux furent construits, les HMS York et Exeter étant les derniers croiseurs lourds type Washington construits pour la marine britannique.

Carrière opérationnelle

Le HMS York

Le HMS York

-Le HMS York est mis sur cale aux chantiers navals Palmers Shipbuilding & Iron Company de Jarrow le 18 mai 1927 lancé le 17 juillet 1928 et mis en service le 1er mai 1930.
Après une brève affection au 2nd Cruiser Squadron de la Home Fleet, le York rejoint les Bermudes, base principale de l’American & West Indies Station où il intègre le 8th Cruiser Squadron en compagnie du Berwick.
Mis à part un déploiement méditerranéen en 1935/36 lors de la guerre entre l’Italie et l’Abyssinie, le croiseur reste déployé dans les Antilles jusqu’à la guerre de Pologne, période durant laquelle il couvre depuis Halifax les convois amenant troupes canadiennes, matériel et produits divers en Europe tout en chassant les raiders allemands.
Il retourne le conflit terminé aux Bermudes où il va rester déployé jusqu’en 1945 date à laquelle il rejoint Freetown et la West African Station.
Si le HMS Berwick est refondu en 1947/48 à Gibraltar, le York est transformé en 1945/46, travaux devant lui permettre de servir une dizaine d’années en plus.
Quand le second conflit mondial éclate, le York est prêt depuis la future capitale de la Sierra Léone à lancer des patrouilles anti-raiders, bien aidé par le porte-avions HMS Colossus.

Le HMS Exeter

Le HMS Exeter

-Le HMS Exeter est mis sur cale à l’Arsenal de Devonport le 1er août 1928 lancé le 18 juillet 1929 et mis en service le 27 juillet 1931.
Après avoir passé quatre ans au sein de l’Atlantic Fleet/Home Fleet intégré au 2nd Cruiser Squadron, le dernier croiseur lourd construit pour la Royal Navy est redéployé aux Antilles (American & West Indies Station) même si il effectue des incursions en Méditerranée en 1935/36 durant la guerre italo-ethiopienne qui faillit provoquer un conflit entre Rome et Londres.

Quand la guerre de Pologne éclate en septembre 1939, il appartient à une South American Division en compagnie du croiseur lourd HMS Cumberland et du croiseur léger HMS Ajax, cette division étant aussi connue sous le nom de 2nd Cruiser Squadron.
Il s’illustre durant la bataille du Rio de Plata quand l’Exeter associé à l’Ajax et au Leander de la marine néo-zélandaise (officiellement New Zealand Division of the Royal Navy, la RNZN ne voyant le jour qu’en 1944) affronte le cuirassé de poche Admiral Graf Spee. Le croiseur lourd est sévèrement endommagé et il va subir une très longue remise en état avant d’être à nouveau opérationnel.
Au printemps 1940, la force de croiseur est réorganisée. Un 11th Cruiser Squadron est formé par les croiseurs lourds Cumberland et Exeter. Cette division est stationnée aux Antilles aux Bermudes au sein de l’American & West Indies Station en compagnie du 8th Cruiser Squadron et jusqu’en 1945 quand le 8th CS est redéployé à Freetown au sein de la West African Station.
En septembre 1948, la composition du 11th Cruiser Squadron est différente avec l’Exeter, le Devonshire et le Sussex.
L’Exeter subit des travaux importants aux Bermudes en 1946/47, un renforcement de ses structures, une modernisation de sa propulsion, un renforcement de sa DCA et l’embarquement de radars.
Quand le conflit éclate le 5 septembre 1948, le croiseur est à la mer pour entrainement. Il rallie son port d’attache pour se ravitailler (carburant, vivres, munitions) puis reprend la mer dès le 7 pour sa première patrouille anti-raiders du conflit.

HMS York schéma
Caracteristiques Techniques
Déplacement : standard 8500 tonnes (8390 pour l’Exeter) pleine charge 10350 tonnes (10410 tonnes)
Dimensions : longueur hors tout 175.25m (164.6m entre perpendiculaires) largeur 17.67m tirant d’eau 6.17m
Propulsion : turbines à engrenages Parsons alimentées en vapeur par huit chaudières Amirauté dévellopant 80000ch et entrainant quatre hélices
Performances : vitesse maximale 32.25 noeuds distance franchissable 10000 miles nautiques à 14 noeuds
Protection : ceinture 76mm pont inférieur environ 25mm soutes à munitions 102mm tourelles 20 à 40mm
Armement : six canons de 203mm en trois tourelles doubles (deux avant une arrière), quatre canons de 102mm antiaériens en affûts simples, huit affûts quadruples de 12.7mm remplacés ensuite par vingt-quatre canons de 20mm en affûts doubles et six tubes lance-torpilles en deux plate-formes triples.
Aviation : une catapulte avec un ou deux hydravions
Equipage : 623 officiers et marins (630 pour l’Exeter)
Croiseurs lourds classe Admiral

Finalement de nouveaux croiseurs lourds

Comme nous l’avons vu à plusieurs reprises, le croiseur lourd type Washington n’était pas en odeur de sainteté dans les bureaux de l’état-major de la marine britannique qui le trouvait trop gros pour ses besoins.

Es-ce pour cela que les County étaient considérés comme les moins bien réussis de tous les croiseurs lourds à canon de 203mm ?

En tout cas, à la fin des années trente, la marine britannique s’est faite sa religion sur le sujet. No more heavy cruiser plus de croiseurs lourds. Place au croiseur léger à canon de 152mm jugé plus économique et tout aussi efficace.
Ce choix n’est pas incensé (les premiers RETEX du conflit montrant que l’obus de six pouces avait une efficacité proche de celui de huit pouces) mais face à une marine allemande construisant de nombreux croiseurs lourds (sans compter l’apport à la défense de la Méditerranée contre l’Italie et de l’Extrême-Orient contre le Japon), il n’est pas concevable d’abandonner le Heavy Cruiser.
Mieux après avoir tenté le concept du petit croiseur lourd avec six canons de huit pouces, la Royal Navy rallie les nouveaux standards du croiseurs lourds que l’on peut classer dans la troisième génération avec les Baltimore américains, les Graf Spee allemands et les Saint Louis français.
Les croiseurs lourds de classe Admiral vont ainsi déplacer 17000 tonnes, filer à 33 noeuds avec un armement principal composé de neuf canons de 203mm semi-automatiques en trois tourelles triples (deux avant et une arrière), seize canons de 102mm en affûts doubles, une DCA légère, des tubes lance-torpilles, des radars et toujours une catapulte avec deux hydravions.
Quatre navires sont initialement prévus, des navires baptisés Cornwallis Blake Albemarle Hawke qui sont tous en service en septembre 1948. Quatre autres s’ajoutent (Raleigh Drake Malborough Blenheim) mais seuls les deux premiers sont en service, les deux derniers étant en achèvement à flot.
Aucun croiseur lourd n’est prévu dans les programmes de guerre, le délai d’achèvement étant jugé trop long pour rendre rentable la construction de croiseurs de ce type.
Carrière opérationnelle
-Le HMS Cornwallis est mis sur cale au Portsmouth Royal Dockyard le 4 septembre 1943 lancé le 14 mars 1945 et admis au service actif le 8 juillet 1946.
Dès sa mise en service, il est affecté à la Home Fleet au sein du 10th Cruiser Squadron qu’il forme à Rosyth en compagnie de ses sister-ship Blake et Albermale.
Quand le second conflit éclate, le croiseur est immobilisé au Rosyth Royal Dockyard pour son premier grand carénage.
Mis au sec depuis mai 1948, il ne devait pas être disponible avant le printemps mais en raison du conflit, les travaux non urgents sont reportés et le croiseur est remis en service à la fin du mois de septembre. Il ne tarde pas à être engagé en Norvège dans la première campagne du conflit.
-Le HMS Blake est mis sur cale au Rosyth Royal Dockyard le 17 octobre 1943 lancé le 8 mai 1945 et mis en service le 2 septembre 1946.
Affecté au 10th CS, le croiseur était disponible le 5 septembre 1948. Il reçoit l’ordre d’appareiller le plus rapidement possible pour trouver et détruire tous les navires allemands civils et militaires.
-Le HMS Albemarle est mis sur cale au Devonport Royal Dockyard le 4 novembre 1943 lancé le 17 juin 1945 et mis en service le 8 novembre 1946.
Avec sa mise en service, le 10th CS est au complet dans sa nouvelle composition. Le 5 septembre 1948, le croiseur lourd effectuait une école à feux dans les Orcades.
A l’annonce des bombardements allemands, l’entrainement est annulé, le croiseur se ravitaille en mer auprès d’un pétrolier de la Royal Fleet Auxiliary, charge vivres et munitions à Rosyth avant de prendre la mer pour traquer les navires allemands qu’ils soient de guerre ou de commerce.
-Le HMS Hawke est mis sur cale au Chatham Royal Dockyard le 8 décembre 1943 lancé le 2 septembre 1945 et mis en service le 14 février 1947.
A la différence des trois premiers Admirals, le Hawke est déployé en Méditerranée au sein du 1st Cruiser Squadron en remplacement du Devonshire qui va rallier le 11th CS dans les Antilles.
Basé à Alexandrie, le croiseur lourd était en patrouille au large des côtes de l’Afrique Septentrionale Italienne (actuelle Libye) quand le second conflit mondial éclate. Il reçoit des consignes de vigilances avant de se ravitailler le lendemain et de patrouiller dans le golfe de Syrte, attendant de régler son attitude sur celle des italiens.
-Le HMS Raleigh est mis sur cale au Portsmouth Royal Dockyard le 4 mai 1945 lancé le 10 novembre 1946 et mis en service le 14 mars 1948.
Il rallie dès sa mise en service la Méditerranée où il remplace au sein du 1st Cruiser Squadron le Shropshire qui rejoint Freetown et la West African Station.
Au 5 septembre 1948, le croiseur lourd était amarré à Alexandrie. Il devait relever le Hawke à la fin de sa patrouille prévue le 10 mais avec le conflit, le croiseur lourd est mis en alerte en attendant de savoir quelle attitude Mussolini allait adopter.
-Le HMS Drake est mis sur cale au Rosyth Royal Dockyard le 4 juillet 1945 lancé le 22 décembre 1946 et mis en service le 2 mai 1948.
Il rejoint ses sister-ship Hawke et Raleigh en Méditerranée au sein du 1st Cruiser Squadron où il relève le Sussex qui rejoint les Antilles au sein du 11th Cruiser Squadron.Le 5 septembre 1948, il à quai en compagnie du Raleigh. Mis en alerte, il se tient prêt à toute éventualité.

-Le HMS Marlborough est mis sur cale au Devonport Royal Dockyard le 14 octobre 1945 lancé le 8 septembre 1947. Il était en achèvement à flot quand le conflit éclate. Initialement il était prévu de l’affecter en Extrême-Orient mais avec le début de la guerre en Europe, il est probable qu’il restera affecté à la Home Fleet.
-Le HMS Blenheim est mis sur cale au Chatham Royal Dockyard le 2 décembre 1945 lancé le 20 novembre 1947. Il était en achèvement à flot quand le conflit éclate. Initialement il était prévu de l’affecter en Extrême-Orient mais avec le début de la guerre en Europe, il est probable qu’il restera affecté à la Home Fleet.

Carrière opérationnelle
Déplacement : standard 15000 tonnes Pleine Charge : 18000 tonnes

Dimensions : longueur : 205m largeur : 20m Tirant d’eau : 5.80m

Propulsion : 4 turbines Parson alimentées par 8 chaudières Amirauté suralimentées dévellopant une puissance totale de 130000 ch et actionnant 4 hélices

Performances : Vitesse maximale : 34 noeuds Distance Franchissable : 9800 miles nautiques à 15 noeuds

Protection : Ceinture 185mm Pont supérieur 85mm Pont inférieur 50mm Tour 90mm
Blockaus 215mm Tourelles : 95mm pour la face 70mm pour le toit et les côtés

Electronique : un radar de veille aérienne lointaine, un radar de veille surface, deux radars pour la conduite de tir de l’artillerie principale, deux radars de conduite de tir pour l’artillerie secondaire
différents systèmes de transmission

Armement : neuf canons de 8 pouces (203mm) Mark X groupés en trois tourelles triples Mark III (deux avant et une arrière), seize canons de 102mm QF Mark IV en huit affûts doubles, seize canons Bofors de 40mm en quatre affûts quadruples, vingt-quatre canons Oerlikon de 20mm en affûts simples, six tubes lance-torpilles de 533mm en deux plate-formes triples

Aviation : une catapulte et deux hydravions Supermarine Walrus

Equipage : 780 officiers et marins

Grande-Bretagne (11) Royal-Navy (3)

La guerre de Pologne

Ordre de bataille de la Royal Navy en septembre 1939

-Comme en 1914, la majorité des moyens navals britanniques sont rassemblés en mer du Nord pour faire face à l’Allemagne, Londres n’ayant plus les moyens de maintenir deux puissantes flottes en mer du Nord et en Méditerranée, laissant la garde de la Mare Nostrum à la Royale qui doit faire face à l’Italie qui restera neutre dans le conflit qui s’ouvre.

Home Fleet

Comme en 1914, la Home Fleet se rassemble à Scapa Flow dans les Orcades. Elle se compose des moyens suivants :

-Le 2nd Battle Squadron avec les cuirassés Nelson Rodney Royal Oak Royal Sovereign Ramillies

-Le Battlecruiser Squadron avec les croiseurs de bataille Hood et Repulse

-Le porte-avions Ark Royal

-18th Cruiser Squadron : croiseurs légers classe Town Newcastle Sheffield Edimburgh Belfast

-12th Cruiser Squadron : croiseurs légers Effingham Emerald Enterprise Cardiff Delhi Dunedin

-7th Cruiser Squadron : croiseurs légers Diomede Dragon Calypso Caledon

-Croiseur antiaérien Calcutta

-Poseur de filet Guardian

-Croiseur Aurora qui sert de navire de commandement pour les destroyers
-Deux flottilles de destroyers, la 6th Destroyer Flottilla avec huit navires et la 8th Destroye Flottilla avec neuf navires.

-navire-dépôt Greenwich

-1st Minesweeping Flotilla avec sept dragueurs océaniques

Le reste des moyens de la Home Fleet sont basés à Rosyth avec le porte-avions Furious qui ne sert plus que de porte-avions d’entrainement, à Dundee où se trouve la 2nd Submarine Flottilla (navire-dépôt Forth et quatorze sous-marins, à Blyth avec la 6th Submarine Flottilla (navire-dépôt Titania et sept sous-marins) et surtout dans l’estuaire de la Humber avec la Humber Force.

Cette force stationnée dans l’estuaire formé par les rivières Ouse et Trente est destinée à empêcher les raids allemands sur la côte est de la Grande-Bretagne. Elle dispose des moyens suivants :

-2nd Cruiser Squadron : croiseurs légers Southampton et Glasgow

-7th Destroyer Flottilla avec neuf destroyers

-Deux dragueurs de mines

Channel Force

Cette “Force de la Manche” est distincte de la Home Fleet. Elle est chargée de la défense de La Manche en liaison avec la Flotte de l’Atlantique et de l’Escadre Légère du Nord (ELN), deux formations de notre marine nationale. Elle dispose des moyens suivants :

-Cuirassés Resolution et Revenge

-Porte-avions Courageous et Hermes

-Croiseurs légers Ceres Caradoc Cairo (ce dernier est antiaérien)

-18th Destroyer Flottilla : neuf destroyers

Home War Organisation

Cette organisation mise en place au moment du déclenchement de la guerre de Pologne répartit dans des différents ports des flottilles de destroyers pour la défense locale et la couverture des convois.

-A Devonport sont stationnées deux flottilles de destroyers, le 11ème avec dix destroyers et la 17ème avec huit destroyers

-A Portland (comté de Dorset), la 12th Destroyer Flottilla dispose de six destroyers

-A Portsmouth, la 16th Destroyer Flottilla dispose de dix navires dont quatre attachés

-A Rosyth et Milford Haven, la 15th Destroyer Flottilla dispose de huit destroyers

-A Douvres, la 19th Destroyer Flottilla

Home Command

Sous ce commandement se trouvent des moyens d’escorte et de protection :

-Le Nore Command dispose à Douvres de trois dragueurs, dans l’Estuaire de la Tamise de douze dragueurs dont neuf chalutiers.

-Le Portsmouth Command dispose de huit dragueurs dont quatre chalutiers et de cinq chalutiers anti-sous-marins

-Le Western Approaches Command aligne six escorteurs, trois chalutiers ASM et trois chalutiers-dragueurs, tous stationnés à Devonport

-Enfin le Rosyth Command dispose de huit escorteurs

Mediterranean Fleet

Cette flotte chargée de couvrir la Méditerranée et le passage de convois en direction de l’Extrême-Orient via le détroit de Gibraltar et le canal de Suez dispose de moyens assez importants mais ses bases sont inadaptées soit parce qu’elles sont trop proches de l’ennemi (Malte), manquent d’infrastructures (Alexandrie) ou trop éloignée (Gibraltar).

La priorité de la Royal Navy sera d’ailleurs d’arracher les crédits pour améliorer les infrastructures égyptiennes de la marine britannique, une lutte de longue haleine qui finira par payer par l’installation d’une base moderne créée ex-nihilo à proximité d’Alexandrie.

En attendant en septembre 1939, elle dispose des moyens suivants :

-1st Battle Squadron avec les cuirassés Warspite Barham Malaya

-Porte-avions Glorious

-1st Cruiser Squadron : croiseurs lourds Devonshire Shropshire Sussex

-3rd Cruiser Squadron : croiseurs légers Arethusa Penelope Coventry (CLAA)

-Le commandement des destroyers est assuré par le croiseur léger Galatea et le navire-dépôt Woolwich. Sous leur autorité, on trouve quatre flottilles destroyers, les 1ère, 2ème, 3ème et 4ème avec respectivement, 9, 5, 9 et 8 navires mais la 2nd Destroyer Flottilla ne va pas tarder à rejoindre l’Angleterre.

-Quatre navires d’escorte

-1st MTB Flottilla avec le navire-dépôt Vulcan et douze vedettes lance-torpilles

-Poseur de filets Protector

-Mouilleur de mines Medusa

-3rd Minesweeping Flottilla avec cinq dragueurs

-Navire-atelier Resource

China Station

La Station de Chine dispose de moyens importants en raison de la menace japonaise. Elle s’appuie sur une base installée à Hong Kong ainsi que sur le “Gibraltar de l’Extrême-Orient”, Singapour, la base d’Alor Setar en Malaisie _vitale pour verrouiller le détroit de Malacca_ ainsi que les ports des dominions _Australie et Nouvelle-Zélande_ .

Les ports indiens peuvent servir de base mais ils sont mal équipés et surtout bien trop éloignés pour être utiles.

Durant la période de Pax Armada, la coopération avec les autres puissances coloniales de la région se dévellope et la China Station peut espérer s’appuyer sur les bases françaises (Haiphong, Saïgon et surtout Cam-Ranh _la base la mieux équipée de la région_), américaines (Manille et son arsenal de Cavite) et néerlandaises, la marine néerlandaise étant la seule déployant à titre permanent des navires de ligne.

Une base tactique de ravitaillement (sans installations de carénage) est installée sur l’île de Borneo à Kuching

En septembre 1939, cette force aligne les moyens suivants :

-5th Cruiser Squadron avec les croiseurs lourds Kent Cornwall Dorsetshire ainsi que le croiseur léger Birmingham

-Porte-avions Eagle

-21st Destroyer Flottilla (appelée en Méditerranée) avec neuf destroyers

-Cinq navires d’escorte

-4th Submarine Flottilla avec le navire-dépôt Medway, un destroyer et quinze sous-marins

-Cinq destroyers affectés à la défense de Hong-Kong

-Mouilleur de mines Redstart

-2nd Motor TorpedoBoat Flottilla (2nd MTB Flottilla) avec six vedettes lance-torpilles

-Vingt canonnières fluviales

-Monitor Terror

South Atlantic Commandand (Freetown, actuelle Sierra Leone)

-6th Cruiser Squadron avec le croiseur léger Neptune

-9th Cruiser Squadron avec les croiseurs légers Despatch Dauntless Danae Durban
-4th Destroyer Division (2nd Destroyer Flottilla) avec quatre navires

-Porte-hydravions Albatros

-Quatre navires d’escorte

-Deux sous-marins

North Atlantic Command (Gibraltar)

-Croiseurs Colombo et Capetown

-13th Destroyer Flottilla avec neuf destroyers

-Deux sous-marins

-Deux dragueurs de mines

American and West Indies Station (Halifax et Bermudes)

-8th Cruiser Squadron avec les croiseurs lourds Berwick et York ainsi que les croiseurs légers Orion et Perth (ce dernier appartenant à la marine australienne).

-Deux navires d’escorte

Autres formations

-En Inde est déployé le 4th Cruiser Squadron avec les croiseurs légers Gloucester Liverpool Manchester en compagnie de sept navires d’escorte dont cinq appartenant à la Royal Indian Navy.

-Des navires sont en réserve ou servant pour l’entrainement :

-Croiseurs lourds Hawkins et Frobisher

-Porte-avions Argus

-Croiseur mouilleur de mines Adventure

-Cinq destroyers

-Dix dragueurs de mines

-Porte-hydravions Pegasus

-La 5th Submarine Flottilla assure la formation des sous-mariniers avec un navire-dépôt
et huit sous-marins d’entrainement

-Croiseur-école Vindictive

-1st Flottilla Anti-Submarine Boat avec cinq vedettes anti-sous-marines

-Il ne faut pas oublier la participation des dominions qui en septembre 1939 disposent de moyens limités :
-Canada : six destroyers

-Australie : croiseurs lourds Canberra et Australia croiseurs légers Sydney Hobart Adelaïde trois destroyers et deux navires d’escorte

-Nouvelle-Zélande : croiseurs légers Leander et Achilles plus deux navires d’escorte

Si les deux premières disposent de marines indépendantes, la dernière n’en dispose pas encore, il faudra attendre 1944 pour que ce soit le cas.

En septembre 1939, d’autres navires sont en refonte ou en entretien et donc non opérationnels :

-Cuirassés Queen Elizabeth et Valiant

-Croiseur de bataille Renown

-Croiseurs lourds Suffolk London Norfolk

-Croiseurs légers antiaériens Curlew Curacoa Carlisle.

-Un navire d’escorte et quatorze destroyers

La Royal Navy dans la guerre de Pologne

Quand éclate le conflit le 3 septembre 1939, la priorité pour la marine britannique est de couvrir le passage en France du Corps Expéditionnaire Britannique (British Expeditionnary Force BEF) en France en les protégeant contre l’aviation et les sous-marins allemands. Une mission réussie.

Elle met en place comme en 1914 le blocus des côtes allemandes pour empêcher le trafic commercial allemand et forcer la Kriegsmarine à accepter un combat en haute-mer. Cette dernière bien inférieure en nombre et en puissance se dérobera toujours à cet affrontement espéré.

Naufrage du HMS Courageous sous les coups du U-29

Naufrage du HMS Courageous sous les coups du U-29

Plusieurs sous-marins allemands sont coulés durant ce bref conflit mais les U-Boot prennent leur revanche en détruisant le porte-avions HMS Courageous le 17 septembre 1939 (U-29) puis le cuirassé HMS Royal Oak par le U-47 du commandant Gunther Prien qui se glisse dans la nuit du 13 au 14 octobre 1939 dans la rade réputée inviolable de Scapa Flow pour détruire au mouillage le vénérable cuirassé.

La chasse aux raiders allemands est peu fructueuse mais marquée par la destruction du cuirassé de poche Admiral Graf Spee le 17 décembre 1939. Ce dernier réfugié à Montevideo doit se saborder, les alliés ayant refusé un sauf-conduit pour permettre au cuirassé de rentrer en Allemagne.

Quand le conflit se termine, la marine britannique à donc perdu un porte-avions, un cuirassé et plusieurs sous-marins.

Allemagne (10) Croiseurs Lourds

CROISEURS LOURDS

Croiseur cuirassé Scharnhorst

Croiseur cuirassé Scharnhorst

-La Kaiserliche Marine à mis en œuvre des croiseurs cuirassés et des croiseurs légers mais la majorité des navires sont soit déclassés, détruits ou cédés à la France et à l’Italie.
-Dans l’immédiat après guerre, la Reichsmarine ne dispose que de quelques croiseurs légers déclassés.

-L’Allemagne n’est pas concernée par le traité de Washington car corsetée par le traité de Versailles.
-Elle se rallie tardivement au croiseur lourd quand le réarmement devient officiel et inéluctable.

-La Kriegsmarine saute donc la phase du croiseur lourd bien armé, peu protégé et très rapide pour rallier directement la phase du croiseur lourd bien protégé, bien armé et rapide mais moins que leurs prédécesseurs.

Le croiseur lourd KMS Admiral Hipper au bassin en 1940

Le croiseur lourd KMS Admiral Hipper au bassin en 1940

-Cinq croiseurs lourds de classe Admiral Hipper sont initialement prévus mais le cinquième le Lutzow est vendu à l’URSS dans le cadre du pacte germano-soviétique.

-L’Admiral Hipper et le Blücher sont mis en service en 1939, le Prinz Eugen en 1940 et le Seydlitz en 1942.
-Déplacement standard différent d’un navire à l’autre, 14475 tonnes pour le Blücher, 14900 tonnes pour l’Admiral Hipper et le Seydlitz, 16974 tonnes pour le Prinz Eugen.
-Dimensions : 212m de long avec la proue Atlantique, 21.30m de large (21.50m pour le Prinz Eugen), 7.74m de tirant d’eau.

-Vitesse maximale 32 noeuds

-Protection : ceinture de 80mm pont blindé de 50mm (70mm pour le Prinz Eugen)

-Armement : huit canons de 203mm en quatre tourelles doubles, douze canons de 105mm en six affûts doubles, DCA légère (canons de 20 et de 37mm), douze tubes lance-torpilles en plate-formes triples.

-Aviation : une catapulte et trois hydravions.
-Quatre autres croiseurs lourds sont construits dans le cadre du plan Z.

-Ils reprennent la coque des Admiral Hipper mais la propulsion est revue et fiabilisée avec trois tourelles triples en remplacement des quatre tourelles doubles.

-L’Admiral Graf Spee est mis en service en septembre 1946, le Tegetthoff en mars 1947, l’Alexander von Humbolt en juillet 1948 et enfin l’Admiral Reuter en août 1948.

-Déplacement standard 17000 tonnes 212m de long sur 21.50m de large et 8.15m de tirant d’eau

-Vitesse maximale 32 noeuds

-Protection : ceinture 85mm pont blindé 70mm

-Armement : neuf canons de 203mm en trois tourelles triples (deux avant et une arrière) douze canons de 105mm en six affûts doubles, DCA légère (20 et 37mm), six tubes lance-torpilles en deux montages triples.

-Aviation : une catapulte et trois hydravions.

Allemagne (8) cuirassés et croiseurs de bataille

CUIRASSES ET CROISEURS DE BATAILLE

Avant-Propos

Quand elle nait, la marine impériale allemande, la Kaiserliche Marine était chétive, une petite marine destinée à la défense côtière, bien incapable d’inquiéter l’impérieuse Marine de Sa Gracieuse Majesté.

Sous l’impulsion de Guillaume II et de l’amiral Tirpitz, la marine impériale allemande connu une prodigieuse croissante qui lui permis non pas de surclasser la Royal Navy mais de poser des problèmes majeurs pour le contrôle de la mer du Nord.

Durant ce premier conflit mondial, les combats furent limités, la bataille du Jutland aux résultats indécis rendant les amiraux allemands prudents voir même pusillanimes.

Résultat, les cuirassés et les croiseurs de bataille allemands eurent bientôt des aussières en béton. Les équipages mutinés à Kiel accélérant la chute de Guillaume II.

Les navires de ligne allemands survivants rallièrent Scapa Flow dans les Orcades, restant plusieurs mois avant de se saborder le 21 juin 1919 pour ne pas être livrés aux alliés.

Miséricordieusement, les alliés accordèrent huit prédreadnought dont seulement six pouvaient être mis en œuvre simultanément. Autant préciser de suite que ces navires n’avaient aucune valeur militaire.

Cuirassé de poche Deutschland

Cuirassé de poche Deutschland

Il faut attendre le début des années trente pour assister au renouvellement du corps de bataille allemand avec la mise en service du Deutschland,un cuirassé de poche trop faible pour affronter les cuirassés orthodoxes mais qui surclassait les croiseurs lourds type Washington censés être les rois des mers en absence des cuirassés.

Ayant généré par ricochet la course aux cuirassés rapides (dit de 35000 tonnes), les Deutschland n’auront pas de descendance, les deux survivants de la guerre de la Pologne étant d’ailleurs reclassés schwere kreuzer (croiseurs lourds).

Croiseur de bataille KMS Scharnhorst

Croiseur de bataille KMS Scharnhorst

Avec les Scharnhorst et Gneiseneau, les allemands renouent avec des conceptions plus orthodoxe, des navires de 26000 tonnes armés de neuf canons de 280mm en trois tourelles triples, canons ultérieurement remplacés par des canons de 380mm en trois tourelles doubles.

Représentation du KMS Bismarck

Représentation du KMS Bismarck

Avec les deux Bismarck (Bismarck et Tirpitz), les allemands se rallient à l’orthodoxie mondiale avec deux 35000 tonnes rapides, bien protégés et bien armés (huit canons de 380mm en quatre tourelles doubles), faisant ensuite mieux que leurs ennemis français puisque les type H et les type H améliorés sont armés de huit canons de 406mm en quatre tourelles doubles.

Le Corps de Bataille allemand en septembre 1939

Cuirassés Schlesien et Schleswig-Holstein classe Deutschland en 1934

Cuirassés Schlesien et Schleswig-Holstein classe Deutschland en 1934

-Deux cuirassés type prédreadnought, le Schlesien et le Schleswig Holstein (1908,13120 tonnes,127.6×22.2×8.21,18 noeuds,4 canons de 280mm en deux tourelles doubles et 10 canons de 150mm)

KMS Admiral Scheer

KMS Admiral Scheer

-Trois cuirassés de poche classe Deutschland, le KMS Deutschland (1933,), le KMS Admiral Scheer (1934) et le KMS Graf Spee (1936) (10600 tonnes,186×20.69×5.81,26 noeuds,6 canons de 280mm en deux tourelles triples et 8 canons de 150mm en affûts simples).

Le KMS Gneiseneau se ravitaillant auprès du Westerwald (avril 1939)

Le KMS Gneiseneau se ravitaillant auprès du Westerwald (avril 1939)

-Deux croiseurs de bataille classe Scharnhorst, le KMS Scharnhorst (1939) et le KMS Gneisenau (1938) (31500 tonnes, 235x30x9.69, 32 noeuds, 9 canons de 280mm en trois tourelles triples et 12 canons de 150mm en affûts simples)

Par rapport à l’historique aucun changement puis qu’avant le point de divergence fixé au 9 novembre 1939

Evolution du Corps de Bataille allemand et sa situation en septembre 1948

-Les cuirassés prédreadnought Schlesien et Schleswig-Holstein sont désarmés respectivement en mars 1941 et juin 1942. L’artillerie est récupérée pour la défense côtière et le flotteur démoli, l’acier récupéré alimentant l’effort de guerre.

Le cuirassé de poche Admiral Graf Spee se saborde à Montevideo le 17 décembre 1939

Le cuirassé de poche Admiral Graf Spee se saborde à Montevideo le 17 décembre 1939

-Le cuirassé de poche Admiral Graf Spee interné à Montevideo après une bataille contre trois croiseurs britanniques est sabordé le 17 décembre 1939 faute de sauf conduit accordé par les alliés qui réclamaient son internement en Argentine ou en Uruguay.

-Le Deutschland est rebaptisé Lutzow le 25 novembre 1939 et reclassé croiseur lourd (schwere kreuzer) en juin 1941. Son sister-ship Admiral Scheer est lui aussi reclassé croiseur lourd

Schéma de refonte des Scharnhorst, les tourelles triples de 280mm ont cédé la place à des tourelles doubles de 380mm

Schéma de refonte des Scharnhorst, les tourelles triples de 280mm ont cédé la place à des tourelles doubles de 380mm

-Les croiseurs de bataille KMS Scharnhorst et Gneiseneau sont réarmés avec trois tourelles doubles de 380mm (NdA travaux prévus OTL mais jamais réalisés) en remplacement des tourelles triples de 280mm revendues aux néerlandais pour armer leurs croiseurs de bataille destinés aux Indes Néerlandaises. Travaux réalisés du 15 octobre 1940 au 2 novembre 1942 (Scharnhorst) et du 5 décembre 1942 au 20 janvier 1944 (Gneisenau).

-Comme je l’ai précisé dans l’introduction, l’Allemagne se rallie au concept du cuirassé rapide, du 35000 tonnes, un croisement alliant la protection des cuirassés lents avec la rapidité des croiseurs de bataille, un concept que certains considèrent comme remontant aux Queen Elizabeth britanniques.

Le KMS Tirpitz peu après sa mise en service

Le KMS Tirpitz peu après sa mise en service

-Les deux premiers « 35000 tonnes » germaniques sont les KMS Bismarck (1940,45451 tonnes,250.50x36x8.71m,30.8 noeuds,huit canons de 380mm en quatre tourelles doubles et douze canons de 150mm en six affûts doubles) et KMS Tirpitz (1941,45474 tonnes,253.60x36x8.92m,30.8 noeuds,huit canons de 380mm en quatre tourelles doubles et douze canons de 150mm en six affûts doubles).

-A l’origine, il était prévu un troisième Bismarck mais au final la Kriegsmarine préfère investir dans la classe H, une classe de cuirassés mieux armés avec des canons de 406mm en remplacement des pièces de 380mm.

-Six type H furent initialement envisagés mais au final, seulement quatre furent construits.

-Ces navires sont baptisés KMS Hidenburg Friedrich der Gross Ludendorff et Kaiser Wilhelm II et sont mis en service en 1943 pour le premier, en 1944 pour le second, en 1945 pour le troisième et en 1944 pour le dernier.

-A la différence de la clase Bismarck, ils sont identiques pour les caractéristiques générales (55453 tonnes, 277.80×37.10×10.20m,29 noeuds,8 canons de 406mm en quatre tourelles doubles, 12 canons de 150mm en six affûts doubles).

-Le plan Z planifie également la construction de quatre croiseurs de bataille (Schlachtkreuzer) destinés initialement à la guerre de course mais qui vont en réalité participer à la guerre d’Escadre.

-Le KMS Oldenburg est mis en service en 1943 en compagnie du KMS Nassau, le KMS Sachsen est mis en service en 1945 et le KMS Bayern en 1946.

-Caractéristiques Techniques identiques pour les quatre (28900 tonnes,256.50x30x8.02m,33.8noeuds,six canons de 380mm en trois tourelles doubles, huit canons de 105mm en quatre tourelles doubles).

Allemagne (4) : Artillerie et systèmes d’armes (1)

ARTILLERIE ET SYSTEMES D’ARMES

-Comme pour les autres puissances belligérantes, la Kriegsmarine dispose d’une large varieté de canons de marine, des pièces lourdes (plus de 203mm), des pièces médianes (105 à 203mm) et des pièces légères.

-Cette catégorie me verra également aborder les autres systèmes d’armes utilisés par la marine guerre allemande.

Artillerie lourde

-La pièce la plus lourde de l’arsenal allemand est le canon de 406mm SK C/34, un canon de 52 calibres tirant des obus de 1030kg (pour le modèle perforant) à une distance maximale de 36800m pour une cadence de tir de deux coups/minute.

Il équipe les cuirassés type H ou classe Hindenburg à raison de huit canons répartis en quatre tourelles doubles. Deux canons sont utilisés à Penenmünde pour expérimentation mais le projet de canons pour la défens côtière n’est pas poursuivit, les allemands préférant des canons de 280mm.

La tourelle double pèse 1452 tonnes pouvant pointer en site de -5° à +33° et en azimut sur 150°. Chaque canon est alimenté à 120 coups soit un total de 960 coups pour l’ensemble du navire.

Maquette du KMS Bismarck avec bien visible les tourelles doubles de 380mm "Anton" et "Bruno"

Maquette du KMS Bismarck avec bien visible les tourelles doubles de 380mm « Anton » et « Bruno »

-Deux modèles de canons de 380mm sont en service, le SK C/34 équipant les Bismarck et les Scharnhorst réarmés et le SK C/39 qui équipe les quatre croiseurs de bataille de classe Oldenburg ou type O

Le SKC/34 est un canon de 52 calibres tire des obus de 800kg à une distance maximale comprise entre 5000m (+2.2° d’élévation) à 36520m (30° d’élévation) à raison de 2.3 à 3 coups par minute.

La tourelle double Drh LC/38 pèse 1052 tonnes et peut pointer en site de -5.5° à +30° et en azimut sur 145°. La dotation en munitions est de 130 obus par canon soit un total de 1040 projectiles pour les Bismarck et de 780 pour les deux Scharnhorst qui à la différence du Bismarck et du Tirpitz ne disposent que de trois tourelles doubles (deux avant et une arrière).

Le SKC/39 de 52 calibres tire des obus de 800kg à une distance maximale comprise entre 5000m (2.2° d’élévation) à 36520m (30° d’élévation) à raison de 2.3 à 3 coups par minute. Par rapport au SK C/34, les améliorations sont minimes.

La tourelle double identiques à celle du Bismarch ou du Scharnhorst pèse 1052 tonnes et peut pointer en site de -5.5° à +30° et en azimut sur 145°. La dotation en munitions est de 130 obus par canon soit un total de 780 projectiles.

-Le calibre 280mm soit 11 pouces à longtemps été le calibre standard des cuirassés de la marine allemande, là où d’autres marines préféraient le 305mm, calibre que la Kaiserliche Marine adopta ultérieurement. Plusieurs modèles de canons de ce calibre existent.

-Le premier c’est le SK L/40, un canon de 40 calibres équipant les pré-dreadnought Schliesen et Schleswig-Holstein qui participèrent à la guerre de Pologne avant d’être désarmés en mars 1941 et juin 1942 et démolis. Leurs canons sont réutilisés pour la défense côtière à Kiel, Wilhelmshaven et Rügen.

Ce canon tire un projectile de 240kg, un projectile unitaire d’une portée maximale de 25640m sur cuirassé et de 27750m pour la défense côtière à raison de deux coups par minute.

La tourelle double permet aux canons de pointer en site de -4° à +30° et en azimut sur 150° de part et d’autre de l’axe. La dotation en munitions est de 85 obus par canon soit un total de 340 par navires.

Tourelle triple avant de 280mm de l'Admiral Graf Spee

Tourelle triple avant de 280mm de l’Admiral Graf Spee

-Le canon de 280mm SK C/28 équipe les croiseurs lourds ex-cuirassés de poche Lützow et Admiral Scheer, l’Admiral Graf Spee ayant été sabordé à Montevideo.

Ce canon de 52 calibres tire des obus de 300kg à une distance maximale de 36475 (+40°) à raison de 2 coups par minute, l’espérance de vie du tube étant de 340 coups à charge de combat.

La tourelle triple DrH LC/28 pèse 600 tonnes en ordre de combat et peut pointer en site de -10° à +40° à raison de 8° par seconde et en azimut sur 150° à raison de 6° par seconde sachant que le chargement se fait à +2°. La dotation globale en munitions est de 720 obus soit 120 obus par canon.

-Le canon de 280mm SK C/34 à équipé un temps les croiseurs de bataille Scharnhorst et Gneiseneau avant leur réarmement avec des tourelles doubles de 380mm qui remplacèrent un nombre équivalent de tourelles triples de 280mm.

Ce canon de 54.5 calibres tire des obus perforants de 330kg à une distance maximale comprise entre 5000 (+2°) et 40930m (+40°) à raison de 3.5 coups par minute.

La tourelle triple Drh LC/34 pèse 750 tonnes en ordre de combat et permet aux canons de 280mm de pointer en site de -8° à +40° (tourelles Anton et Cesar) et de -9° à +40° (tourelles Bruno) à raison de 8° par seconde et en azimut sur 150° à raison de 7.2° par seconde. La dotation en munitions est de 105 à 150 obus par canon soit un total de 945 à 1350 obus.

Les tourelles débarquées de « Salmon » et « Gluckstein » ont été revendues aux Pays-Bas pour équiper leurs croiseurs de bataille.

-Il existe également des prototypes de pièces lourdes, un canon de 530mm et un canon de 280mm modèle 1945