Etats Unis (69) Navires de soutien (4)

Navires-ateliers (AR)

L’apparition de la machine à vapeur entraîna de nouvelles servitudes pour l’entretien des navires de combat. Outre leur ravitaillement en carburant et en charbon, il fallait prévoir les réparations nécessaires surtout que les premières machines à vapeur n’étaient pas connues pour avoir une grande fiabilité.

Lire la suite

Etats Unis (67) Navires de soutien (2)

Ravitailleurs de destroyers (AD)

Appelés Destroyer Tender dans la langue de Shakespeare, ces navires étaient officiellement destinés à soutenir des divisions, des squadron de destroyers (DesRon) notamment à une époque où les feu Torpedo Boat Destroyer (TBD) avaient les jambes courtes.

Lire la suite

Etats Unis (48) destroyers (8)

Destroyers classe Gleaves

 

Avant-propos

Les seize destroyers de classe Gleaves sont une évolution des Sims avec une propulsion échelonnée pour réduire sa vulnérabilité aux torpilles. Les Gleaves financés aux budget 1938,1939 et 1940 (respectivement huit, quatre et quatre) sont également équipés de deux plate-formes lance-torpilles quintuples.

Lire la suite

Allemagne (44) Armée de terre (1)

ARMEE DE TERRE

Une brève histoire de l’armée allemande (1914-1948)

-En 1914, l’armée de terre allemande entre en guerre, sure de sa force, persuadée de pouvoir vaincre la France avant de se retourner contre la Russie qui ne saurait mobiliser 15 millions d’hommes avant que Paris ne soit vaincu.

-C’est le mythe de la Entscheidungsschlacht _la bataille décisive (parfois appelée Vernichtungssclacht _bataille d’anéantissement_) qui doit décider du sort du conflit avec une seule et unique bataille alors que l’expérience récente à montré la résilience des économies modernes à une défaite.

-L’Allemagne se retrouve dans le pire scénario à savoir combattre sur deux fronts. Elle va s’y épuiser et aurait été incapable de résister à l’offensive alliée prévue au printemps 1919, une offensive ayant Berlin pour objectif. En accordant l’armistice, les alliés arment une bombe à retardement, permettant aux vaincus de lancer la légende du coup de poignard dans le dos (Dolchlosslegend)

Caricature autrichienne symbolisant la légende du coup de poignard dans le dos

Caricature autrichienne symbolisant la légende du coup de poignard dans le dos

-Les contraintes du traité de Versailles sont sévères : 100000 hommes, pas d’état-major général, pas d’artillerie lourde ni de chars de combat. C’est l’acte de naissance de la Reichsheer qui dès sa création va poursuivre un but : préparer le réarmement dès que le contexte politique sera favorable.

-La Reichsheer qui voit le jour en 1921 aligne seulement sept divisions d’infanterie et trois divisions de cavalerie

-La formation des officiers est assuré par des écoles spécialisées installées à Munich pour l’infanterie (ultérieurement déplacée à Dresde), à Hanovre pour la cavalerie, à Jüterborg pour l’artillerie et encore à Munich pour le génie.

-Faute de matériel disponible, la Reichsheer phosphore pour tirer les leçons du premier conflit mondial, n’hésitant pas à expérimenter clandestinement de nouveaux matériels et de nouvelles tactiques notamment en URSS.

-Sur le plan des structures, l’armée de 100000 hommes est destiné à préparer les structures de l’armée prévue pour la revanche. Un plan décidé en 1930 prévoit vingt et une divisions d’infanterie par détriplement des divisions existantes mais le manque de matériel ne permet d’équiper immédiatement que 14 divisions.

-Les effectifs augmentent régulièrement passant à 300000 hommes le 1er novembre 1934 et 400000 hommes au printemps suivant au moment où le service militaire est rétablit.

-Pour encadrer cette masse, il faut 20000 officiers soit quatre fois plus que ne l’autorise le traité de Versailles (4500). Le chiffre est rapidement dépassé, cette augmentation (8000 en 1932 et 8000 en 1933) étant camouflé par le maintien à titre civil de certains officiers licenciés.
-A partir de 1935, Hitler dénonce les clauses du traité de Versailles ce qui permet au réarmement allemand de se faire au grand jour. L’objectif est ambitieux puisqu’il s’agit de mettre sur pied une armée de soixante-trois divisions.

-Problèmes d’encadrement

Ce formidable effort aboutit au printemps 1936 avec une armée composée de 480000 hommes organisée de la façon suivante :

Gruppenkommando I (Berlin)

-3. Panzer-Division

-I. Armee-Korps (Köningsberg) avec trois divisions d’infanterie, les 1. ID 11.ID et 21.ID

-II. Armee-Korps (Stettin) avec deux divisions d’infanterie, les 2. ID et 12. ID

-III. Armee-Korps (Berlin) avec trois divisions d’infanterie, les 3.ID 13.ID et 23.ID

-VIII. Armee-Korps (Breslau) avec deux divisions, les 8.ID et 18.ID

Gruppenkommando II (Cassel)

-2. Panzer-Division

-V. Armee-Korps (Stuttgart) avec deux divisions d’infanterie, les 5.ID et 15.ID

-VI. Armee-Korps (Munster) avec deux divisions d’infanterie, les 6.ID et 19.ID

-IX. Armee-Korps (Cassel) avec deux divisions d’infanterie, les 9.ID et 19.ID

Gruppenkommando III (Dresde)

-1. Panzer-Division

-IV. Armee-Korps (Dresde) avec trois divisions d’infanterie, les 4.ID 14.ID et 24.ID

-VII. Armee-Korps (Munich) avec trois divisions d’infanterie, les 7.ID 10.ID et 17.ID ainsi que la Gebirgsbrigade (avec deux puis trois régiments en 1937)

-X. Armee-Korps (Hambourg) avec deux divisions d’infanterie, les 20.ID et 22.ID

Cavalerie : deux divisions de cavalerie (1.KD et 2. KD) et une brigade indépendante

-Deux ans plus tard, les effectifs ont encore augmenté notamment par intégration de divisions de l’ancienne armée autrichienne après l’Anschluss.

-Pour l’offensive sur la Pologne, la Heer aligne quarante et une division d’infanterie, sept divisions blindées (sur dix existantes), quatre divisions légères et trois divisions d’infanterie de montagne soit un total de cinquante-cinq divisions, la majorité des unités, la frontière française n’étant gardée que par des unités moins bien équipées et moins bien entrainées ce qui fit craindre le pire aux allemands qui ne comprirent jamais jusqu’à la fin de la guerre de Pologne pourquoi les alliés n’ont pas attaqué à l’ouest.

-Au printemps 1940, la Heer commence à démobiliser, l’économie allemande ne pouvant supporter le maintien de plusieurs centaines de milliers d’hommes sous les drapeaux. Le processus de démobilisation s’achève en janvier 1941 et donne à la Heer l’aspect qu’elle aura jusqu’à la mobilisation entamée à l’été 1948.

-Des modifications de structures et des réorganisation ont lieu entre janvier 1941 et juin 1948 mais elles ne sont pas aussi profondes que lors de la montée en puissance des années trente.

-Outre la démobilisation, certaines divisions sont dissoutes et démantelées en raison de la guerre civile.

Elle aligne ainsi trente-deux divisions d’infanterie, trois divisions légères, trois divisions de montagne,  et douze divisions blindées soit un total de cinquante  grandes unités en temps de paix, leur nombre devant doubler à la mobilisation.

Les unités S.S (huit divisions d’infanterie et deux divisions blindées en cours d’organisation à l’été 1948) seront abordées ultérieurement et dépendent d’un état-major particulier.

-Cela nous donne l’organisation suivante :

-Etat-Major de l’armée implanté à Postdam (OberKommando der Heer OKH)

-Armée du Nord (E.M : Hambourg)

-I. Armee-Korps : défense du nord de l’Allemagne, des ports de la mer du Nord……. . Ce corps d’armée dispose de trois divisions d’infanterie : 1.ID 3.ID et 69.ID

-III. Armee-Korps : défense du nord de l’Allemagne vis à vis d’une action hostile venant du Benelux (moins des néerlandais et des belges qu’une attaque franco-britannique). Ce corps d’armée dispose de trois divisions d’infanterie, la 5.Leichte Division, la 2.ID et la 4.ID.

-V. Armee-Korps : défense de la Rhénanie contre une attaque française venue d’Alsace et de Lorraine. Ce corps d’armée dispose de trois divisions d’infanterie, la 163.ID, les 6. et 8. ID

-I. PanzerKorps : trois PanzerDivision, les 1.PzD 3.PzD et 5.PzD

Total : neuf divisions d’infanterie (dont une légère) et trois divisions blindées

-Armée du Sud (E.M : Stuttgart)

-II. Armee-Korps : défense du sud de l’Allemagne avec trois divisions d’infanterie, les 3. Leichte Division, la 9.ID et la 181.ID

-IV. Armee-Korps : défense du sud de l’Allemagne avec trois divisions d’infanterie, la 10.ID, la 7. Leichte Division et la 196.ID

-VI. Armee-Korps : défense de l’Autriche avec trois divisions d’infanterie, la 12.ID, la 13.ID et la 14.ID.

-II. PanzerKorps : trois PanzerDivision, les 2.PzD 4.PzD et 6.PzD

Total : neuf divisions d’infanterie (dont deux légères) et trois divisions blindées

-Armée du Sud-Est (E.M Dresde)

-VII. Armee-Korps (Berg) avec trois divisions de montagne, la 1. GebirgsjagerDivision 2. GebirgsjagerDivision et 3. GebirgsjagerDivision

-IX. Armee-Korps avec trois divisions d’infanterie, les 15.ID 17.ID et 19.ID

-XI. Armee-Korps avec trois divisions d’infanterie, les 16.ID 18.ID et 214.ID

-III. PanzerKorps : trois PanzerDivision, les 7. PzD 9.PzD et 11.PzD

Total : neuf divisions d’infanterie et trois divisions blindées

Armée de l’Est (E.M Rostock)

-VIII. Armee-Korps : trois divisions d’infanterie, la 20.ID la 21.ID et la 24.ID

-IX. Armee-Korps : deux divisions d’infanterie, les 22.ID et 23.ID

-IV. PanzerKorps : trois PanzerDivision, les 8.PzD 10. PzD et 12.PzD

Total : cinq divisions d’infanterie et trois divisions blindées

A la mobilisation, de nombreuses divisions d’infanterie sont mises sur pied par l’Armée de remplacement (ErsatzHeer).

Les huit premières divisions mises sur pied (25.ID 26.ID 27. ID 28.ID 29.ID 30.ID 31.ID 32.ID) sont destinées à remplacer les divisions engagées en Norvège (69.ID 163.ID 181.ID 196.ID 214.ID 2. et 3. de Montagne, 5. Leichte Division), elles intègrent donc les corps d’armée d’origine ce qui nous donne le tableau suivant :

-Armée du Nord (E.M : Hambourg)

-I. Armee-Korps  : 1.ID 3.ID et 25.ID

-III. Armee-Korps : , la 32.ID, la 2.ID et la 4.ID.

-V. Armee-Korps :  la 26.ID, les 6. et 8. ID

-I. PanzerKorps :  1.PzD 3.PzD et 5.PzD

Total : neuf divisions d’infanterie  et trois divisions blindées

-Armée du Sud (E.M : Stuttgart)

-II. Armee-Korps : les 3. Leichte Division, la 9.ID et la 27.ID

-IV. Armee-Korps : la 10.ID, la 7. Leichte Division et la 28.ID

-VI. Armee-Korps : la 12.ID, la 13.ID et la 14.ID.

-II. PanzerKorps : trois PanzerDivision, les 2.PzD 4.PzD et 6.PzD

Total : neuf divisions d’infanterie (dont deux légères) et trois divisions blindées

-Armée du Sud-Est (E.M Dresde)

-VII. Armee-Korps (Berg) : la 1. GebirgsjagerDivision, la 30.ID et la 31.ID

-IX. Armee-Korps : 15.ID 17.ID et 19.ID

-XI. Armee-Korps : 16.ID 18.ID et 29.ID

-III. PanzerKorps :  les 7. PzD 9.PzD et 11.PzD

Total : neuf divisions d’infanterie et trois divisions blindées

Armée de l’Est (E.M Rostock)

-VIII. Armee-Korps :  20.ID  21.ID 24.ID

-IX. Armee-Korps :  22.ID et 23.ID

-IV. PanzerKorps :  les 8.PzD 10. PzD et 12.PzD

Total : cinq divisions d’infanterie et trois divisions blindées

Trente-six autres divisions d’infanterie sont progressivement mises sur pied. Si les recrues sont là, le matériel ne suit pas toujours ce qui fait de ces divisions, des unités de seconde zone guère propres à des opérations de première ligne.

Ces divisions sont regroupés au sein de douze corps d’armée eux mêmes groupés en quatre armées.

Une fois ces divisions mises sur pied, les différentes armées reçoivent des numéros. Les cinq divisions engagées en Norvège forment une 1ère armée avec les cinq divisions d’infanterie, deux divisions de montagne et des divisions de parachutistes qui dépendent de la Luftwafe.

L’ancienne armée du Nord devient la 2ème armée, l’armée du Sud devient la 3ème armée, l’armée du sud-est devient la 4ème armée et l’armée de l’est la 5ème armée.

Les divisions de mobilisation forment quatre armées à trois corps d’armée, des armées numérotées 6ème, 7ème, 8ème et 9ème armée.

6ème armée (Ouest)

-X. Armee-Korps : trois divisions d’infanterie, les 33.ID 35.ID 37.ID

-XIII. Armee-Korps : trois divisions d’infanterie, les 39.ID 41.ID 43.ID

-XV. Armee-Korps : trois divisions d’infanterie, les 45.ID 47.ID 49.ID

7ème armée (Sud-Ouest)

-XII. Armee-Korps : trois divisions d’infanterie, les 34.ID 36.ID 38.ID

-XIV. Armee-Korps : trois divisions d’infanterie, les 40.ID 42.ID 44.ID

-XVI. Armee-Korps : trois divisions d’infanterie, les 46.ID 48.ID 50.ID

8ème armée (Sud-Est)

-XVII. Armee-Korps : trois divisions d’infanterie, les 51.ID 53.ID 55.ID

-XIX. Armee-Korps : trois divisions d’infanterie, les 57.ID 59.ID 61.ID

-XXI. Armee-Korps : trois divisions d’infanterie, les 63.ID 65.ID 67.ID

9ème armée (Est)

-XVIII. Armee-Korps : trois divisions d’infanterie : les 52.ID 54.ID 56.ID

-XX. Armee-Korps : trois divisions d’infanterie : les 58.ID 60.ID 62.ID

-XXII. Armee-Korps : trois divisions d’infanterie : les 64.ID 66.ID 68.ID

Allemagne (43) Ordre de bataille (4)

PROGRAMME DE GUERRE

Avant-propos

-Plan Z d’origine totalement irréaliste selon les capacités financières, industrielles et humaines de l’Allemagne surtout que comme en 1914, la marine devait faire face à la concurrence des autres services (Wehrmacht, Luftwafe et Waffen S.S).

-La mouture définitive de ce plan ne permet pas à la Kriegsmarine de vaincre les marines britanniques et français mais permet aux amiraux allemands d’envisager une solide dissuasion et de provoquer des pertes insupportables à long terme.

-Cette montée en puissance est perturbée par la guerre civile qui à défaut d’ensanglanter l’Allemagne perturbe la production militaire.

-Les construction sont ralenties ce qui explique que nombre de navires qui auraient du être opérationnels en septembre 1948 ne le sont pas encore.

-La Kriegsmarine espérait un report de l’opération Weserübung au printemps 1949 mais on lui fait rapidement comprendre à Berlin que c’est impossible en prétendant que les alliés allaient attaquer en octobre.

-Elle est néanmoins consciente qu’elle aborde ce conflit dans une position nettement plus confortable que neuf ans plus tôt. La marine allemande aborde le conflit avec un optimisme prudent mais un optimisme quand même.

Le 5 septembre 1948, les allemands envahissent la Norvège et le Danemark. Dans les jours qui suivent, la construction des navires est suspendue, le temps de voir quelle serait la réaction des alliés.

-Paris et Londres réagissant vigoureusement (bombardement aériens, envoi d’un corps expéditionnaire en Norvège, escarmouches à l’ouest entre corps francs des deux pays….), la construction de la majeure partie des navires est poursuivie, seuls les navires tous juste sur cale n’est pas reprise voir abandonnée pour accélérer la construction des navires les plus avancés.

En octobre 1949, un programme de guerre est voté, regroupant des commandes antérieures et de nouvelles commandes en fonction notamment des premiers retours d’expérience de la seconde guerre mondiale.

Navires en construction ou en achèvement le 5 septembre 1948

Liste des navires en construction

-Cuirassé Moltke (Schlachschiff O) sur cale aux chantiers navals AG Weser de Brême. Son achèvement est d’autant plus incertain qu’il est endommagé par un bombardement anglais le 8 septembre.

-Cuirassé Goeben (Schlachschiff P) en achèvement à flot au Rugen Kriegsmarinewerft

-Croiseurs légers antiaériens classe Dantzig, Friburg et Wien en construction aux chantiers navals Deutsche Werke de Kiel.

Si le premier est en achèvement à flot, le second est encore sur cale à plus de dix mois de son lancement.

-Croiseur léger antiaérien classe Dantzig, le Munchen sur cale aux chantiers navals Friedrich Krupp Germaniawerft de Kiel. Son lancement est prévu pour février 1949.

-Huit destroyers type 1942 (Z.53 à Z.60) sont en construction quand éclate le second conflit mondial : Les Z.53,Z.54, Z.55 et les Z.56 sont en achèvement à flot alors que les Z.57, Z.58, Z.59 et Z.60 sont encore sur cale

-Des torpilleurs sont également en construction, huit navires appartenant au type 46, une version dérivée du type 43.

Le T.45 et le T.46 sont en phase d’essais, les T.47 et T.48 sont en achèvement à flot, les T.49, T.50, les T.51 et T.52 sont encore sur cale.

-De nombreux sous-marins sont en construction quand le conflit commence, des sous-marins appartenant à deux modèles, le type XII et le type XVII.

Sur les douze sous-marins type XII (U-193 à U-204) commandés en septembre 1942, les six premiers (U-193 à U-198) sont sur le point d’entamer leurs essais ou d’entrer en service. Les six autres sont encore en construction (U-199 à U-204) plus précisément en achèvement à flot.

-Sur les douze sous-marins type XVII commandés en janvier 1946 (U-205 à U-216), les six premiers sont sur le point d’entrer en service, les six autres sont encore en construction

Si aucun navire léger (escorteur, vedettes….) n’est en construction, ce n’est pas le cas des navires de soutien.

-Quatre ravitailleurs type Siegfried sont en construction au Rugen Kriegsmarinewerft, des navires baptisés Siegfried Thor Odin et Wotan.

-Deux navires-ateliers sont en construction aux chantiers navals Schichau-Werke d’Elbing, des navires baptisés Loki et Irmin

Les constructions poursuivies, les constructions suspendues

Le 5 septembre 1948, les constructions sont suspendues le temps de voir comment évolue le conflit et surtout la réaction des alliés. Ces derniers réagissant de manière musclée, les allemands reprennent la majorité des constructions, certaines étant suspendues pour permettre l’accélération des autres constructions.

Schéma des cuirassés type H

Schéma des cuirassés type H

En ce qui concerne les deux cuirassés, la construction du Goeben est poursuivie sans hâte, son état d’achèvement rendant peu économique l’arrêt de la construction.

En revanche, la construction du Moltke encore sur cale et endommagé ultérieurement par un bombardement anglais (8 septembre) est stoppée. La coque est lancée et va servir de ponton à Brême.

En ce qui concerne les trois croiseurs légers antiaériens de classe Dantzig, leur construction est poursuivie, les premiers combats en Norvège ayant montré que les aviations françaises et britanniques étaient aussi redoutables que la Luftwafe et le Kriegsmarine FliegerKorps.

Pour des raisons pratiques, la construction du Wien et du Munchen encore sur cale est freinée au profit du Friburg qui lui est en achèvement à flot.

Pour les huit destroyers type 1942, la construction est poursuivie avec comme toujours priorité donnée pour la fourniture d’armes et d’équipements aux navires à flot à savoir les Z.53 Z.54 Z.55 et Z.56. La construction des autres est donc sérieusement ralentie même si les Z.57 Z.58 et Z.59 sont proches de leur lancement. Seul le Z.60 est à un stade peu avancé de la construction.

-Pour les huit torpilleurs type 46, la situation est semblable à celle décrite plus haut. Le T.45 et le T.46 sont en phase d’essais, les T.47 et T.48 sont en achèvement à flot, les T.49, T.50, les T.51 et T.52 sont encore sur cale.

La construction des T.49 à T.52 est suspendue pour accélérer celle des T.47 et T.48, les T.45 et T.46 étant techniquement achevés. Leur mise en service sera accélérée, les contraintes du temps de guerre n’étant pas les mêmes que les contraintes du temps de paix.

-La construction des sous-marins se poursuit normalement.

-En ce qui concerne les quatre ravitailleurs type Siegfried en construction au Rugen Kriegsmarinewerft, des navires baptisés Siegfried Thor Odin et Wotan,la construction des deux derniers est suspendue pour accélérer la construction des deux premiers.

-La construction des Deux navires-ateliers Loki et Irmin un temps suspendue se poursuit car leur utilité à été démontrée en Norvège.

Programme de guerre d’octobre 1948

Les commandes d’urgence

Quand le second conflit mondial éclate, la Kriegsmarine on l’à vu à un certain nombre de navires en construction dont deux cuirassés. Ses constructions sont pour certaines suspendues et pour d’autres poursuivies.

Très rapidement, les premières leçons du conflit sont tirées et des commandes d’urgence (Notsteuerungen) sont passées pour combler les premières pertes et resoudre certaines lacunes.

Le 10 septembre 1948, douze Neue Geleitboote immatriculés G.25 à G.36 sont commandés, six aux chantiers Blohm & Voss d’Hambourg et les six derniers aux chantiers navals Deschimag de Brême.

Deux autres commandes d’urgence sont passées concernant les vedettes lance-torpilles (trente-deux vedettes immatriculées S.86 à S.117), les Raum-Boote (douze navires immatriculés R.49 à R.60) et les navires amphibies, douze MarineInfanterieSchiff (MIS) commandés suite aux difficultés rencontrées dans la mise à terre des Panzer III, des chars pourtant relativement légers.

Le 20 septembre 1948, une commande de sous-marins est passée. Douze autres sous-marins (U-217 à U-228) appartenant au type XII sont commandés

Le programme de guerre du 12 janvier 1949

Ces premières commandes sont vraiment destinées à compenser les premières pertes. Pertes réelles ou imaginées. C’est donc logiquement que les sous-marins, les escorteurs, les S-Boote et les R-Boote sont commandés en premier.

Il faut cependant envisager l’avenir et prévoir un conflit à long terme avec la construction de navires amenés à servir dans le conflit voir même après.

La construction de cuirassés un temps envisagée est abandonnée pour donnée priorité à des navires plus rapidement disponibles. Si la construction avait été autorisé, les deux nouveaux navires envisagés auraient été identiques aux type H modifiés.

En revanche la construction de porte-avions est actée, les opérations en Norvège ayant clairement montré leur utilité.

Les Lutzen sont l'équivalent allemand des Colossus franco-britanniques (ici le HMS Colossus) à la différence que les navires allemands sont construits selon des normes militaires

Les Lutzen sont l’équivalent allemand des Colossus franco-britanniques (ici le HMS Colossus) à la différence que les navires allemands sont construits selon des normes militaires

Deux porte-avions sont commandés dans le cadre du programme de guerre, une version agrandie des Lutzen. Ces navires non encore baptisés lors de leur commande tirent les leçons de l’utilisation des ponts plats allemands avec un pont d’envol agrandit, des catapultes plus puissantes et une DCA renforcée. Deux autres navires s’ajoutent en option.

En ce qui concerne les croiseurs, comme les autres marines, les croiseurs légers sont privilégiés par rapport aux croiseurs lourds.

Six croiseurs légers inspirés des Berlin sont commandés dans le cadre du programme de guerre, des navires qui reprennent les grandes lignes des Berlin tout en apportant des améliorations avec une nouvelle suite de radars et une DCA renforcée.

Pour ce qui est des Zerstörer, douze type 48 (Z.61 à Z.72) sont commandés. Il s’agit d’une version austère du type 42 dont on à simplifié la fabrication pour réduire le temps sur cale. Les caractéristiques générales ne changent pas.

Huit autres torpilleurs type 46 (T.53 à T.60) sont commandés dans le cadre du programme de guerre, des navires identiques à ceux commandés avant guerre.

Provisoirement aucun sous-marin n’est commandé, le nombre étant jugé suffisant mais les premières pertes au large de la Norvège pousse les autorités navales à obtenir la commande de nouveaux sous-marin, douze type XVII (U-217 à U-228) sont commandés le 8 février 1949 dans le cadre d’une mise à jour du programme de guerre.

-Sur le plan des navires de soutien/auxiliaires, des commandes sont passées, douze M-Boote (M-61 à M-72) sont commandés suite à la découverte des nombreuses mines et les premières pertes au large de la Norvège. Deux pétroliers rapides inspirés des Dithmarschen sont également commandés.

Au final le programme de guerre du 12 janvier 1949 modifié du 8 février 1949 prévoit les commandes suivantes :

-Deux porte-avions

-Six croiseurs légers

-Douze Zerstörer type 48

-Huit torpilleurs type 46

-Douze sous-marins type XII et douze sous-marins type XVII

-Douze M-Boote

-Douze Neue Geleitboote

-Trente-deux vedettes lance-torpilles

-Douze R-Boote

-Douze MarineInfanterieSchiff (MIS)

-Deux pétroliers rapides

Allemagne (39) Bases Navales (2)

Bases navales allemandes en mer Baltique

Base navale de Kiel

Avant-propos

-Kiel est la base navale majeure de l’Allemagne en mer Baltique. La ville est située à 90km au nord d’Hambourg, au sud de la péninsule du Jutland, devenue allemande en 1867 après trois ans de co-gestion germano-autrichienne.

-Dès 1865, le roi de Prusse avait décidé d’en faire la principale base de la marine prussienne mais Il faut cependant attendre 1871 pour que Kiel et Wilhelmshaven soient désignés officiellement comme des ports de guerre impériaux (Reichskrieghäfen).

-Port majeur de la puissante flotte de haute mer (Hochseeflot), le port balte relié à la mer du Nord par le canal de Kiel est frappé par des mutineries en novembre 1918, mutineries qui favorisèrent la chute du Deuxième Reich.

-Après une période de déclin, Kiel redevient un port militaire de premier ordre avec le stationnement d’unités majeures (cuirassés et porte-avions) mais également par la présence de l’Ecole Navale.

-Les installations sont modernisées, les bassins et les dépôts agrandis, les fortifications démantelées en 1919 pour laisser la Baltique libre d’accès sont reconstruites.

Le site est implanté sur une baie (baie de Kiel ou Kieler Butch) relié à la ville par un «fjord» ou baie étroite, le Kieler Forde, un «espace» de 17km qui relie la baie à la ville de Kiel.

La base navale est implantée sur la rive est du Kieler Forde mais le chantier naval ex-arsenal est implanté en face.

Principales installations

-15km de linéaires de quai avec un bassin principal pour les unités majeures (cuirassés, croiseurs de bataille, porte-avions et croiseurs lourds), un bassin secondaires pour les croiseurs légers, les contre-torpilleurs et les torpilleurs, un bassin pour les sous-marins et un bassin auxiliaire pour les navires de soutien.

-Les installations d’entretien qui dépendaient jusqu’en 1918 du Kiel Kaiserliche Werft sont toujours opérationnelles en 1948 mais en 1918, l’Arsenal Imperial de Kiel est fermé suite à la défaite avant de renaitre sous la forme d’une entreprise privée, les chantiers navals Deutsche Werke qui disposent des installations suivantes :

-Deux formes de 300m, une forme n°1 et une forme n°2 pour les cuirassés, les porte-avions et les croiseurs lourds
-Deux formes de 175m, une forme n°3 et une forme n°4 pour les croiseurs légers et les contre-torpilleurs

-Cinq cales de 200m (Cale A, B,E,F et G)

-Deux cales de 300m (Cale C et D)

-Une cale H de 150m

Défenses côtières

Suite au traité de Versailles en 1919, les défenses côtières sur les côtes allemandes de la mer Baltique sont démantelées pour laisser la Baltique libre d’accès.

-Ces défenses sont reconstituées entre 1940 et 1943 avec des installations pour la défense rapprochée et des installations pour la défense lointaine.

-La défense rapprochée est assurée au niveau du Kieler Forde avec un groupement ouest (quatre canons de 280mm, six canons de 105mm, huit canons de 88mm, seize canons de 37mm en affûts doubles et des mitrailleuses de 7.92mm) et un groupement est (deux canons de 280mm, quatre canons de 105mm, huit canons de 88m, seize canons de 37mm en affûts doubles et des mitrailleuses de 7.92mm).
.
-La défense de la baie est assurée par d’autres ouvrages implantées à l’ouest à Weidefeld et à l’est sur l’île de Fehrman.

-La position ouest dispose de deux canons de 280mm sur plate-forme rotative protégée par un blockhaus en béton, de quatre canons de 150mm en position fixe, de six canons antiaériens de 88mm, de douze canons de 37mm en affûts doubles et de mitrailleuses de 7.92mm pour la défense contre l’infanterie.

La position est implantée à l’extrémité orientale de l’île de Fehrman dispose de quatre canons de 150mm en position fixe en arc de cercle concave avec au centre de ce demi-cercle, deux canons de 280mm sur plate-forme rotative.

La défense antiaérienne est assurée par quatre canons de 88mm, seize canons de 20mm en affûts doubles et les mitrailleuses de 7.92mm servant à la fois de défense contre l’infanterie mais également d’arme antiaérienne pour certaines d’entre-elles.

Côté terre, il n’y à pas de véritables fortifications. Des hauts murs ceinturent la base navale mais il n’y à pas de véritables défenses. Tout juste de points de contrôle mais qui ne pourraient opposer qu’une résistance limitée à un ennemi décidé.

Navires stationnés à Kiel en septembre 1948

-Porte-avions légers Lutzen et Bautzen

-Cuirassés Ludendorff et Kaiser Wilhelm II

-Croiseurs de bataille Oldenburg et Nassau

-Croiseurs lourds Admiral Hipper et Blücher

-Croiseurs légers Leipzig et Nurmberg

-Croiseurs légers Bremen et Emden

-Croiseur-école Postdam

-Croiseur léger antiaérien Salzburg

La base navale de Kiel dispose également de Zerstörerflottille avec des contre-torpilleurs/destroyers (Zerstörer) destinés principalement à l’escorte de grandes unités pour leur offrir une défense rapprochée contre leurs congénères ennemis, les sous-marins et les avions.

La 3.Zerstörerflottille d’abord stationnée à Swinenmünde est transférée à Kiel en septembre 1940 et dispose de deux divisions :

-5ème division (5. Z-Division) : Z.17 Diether von Roeder Z.18 Hans Ludemann et Z.19 Hermann Kühne

Les deux premiers assurent l’escorte du cuirassé Ludendorff alors que le Z.19 est un solitaire, sans navire à escorter, pouvant renforcer une escorte, servir d’éclaireur pour mener une mission spéciale.

-7ème division (9. Z-Division) : Z.23 Z.24 Z.25 et Z.26

Les Z.23 et Z.24 assurent l’escorte du cuirassé Kaiser Wilhem II alors que les Z.25 et Z.26 assurent celle de l’Oldenburg

-La 5. Zerstörerflottille dispose de la 10ème Z-Division avec les Zerstörer Z.31 Z.32 Z.33 et de la 12ème Z-Division avec les Z.34 Z.35 Z.36.

Les Z.31 Z.32 assurent l’escorte du croiseur de bataille Nassau ,les Z.33 et Z.34 assurent l’escorte du porte-avions léger Lutzen et les Z.35 et Z.36 assurent l’escorte de son sister-ship Bautzen.

-Aux côtés des Zerstörer, nous trouvons des torpilleurs (Torpedoboote) regroupés à Kiel en deux flottilles :

La 1. Torpedobooteflottille dispose à l’origine de six torpilleurs type 35 (T.1 T.2 T.3 T.4 T.9 et T.10) mais deux navires sont perdus avant le second conflit mondial (T.1 et T.3) réduisant la flottille à quatre navires.

La 6. Torpedobooteflottille est créee en avril 1939 avec les torpilleurs anciens Iltis Jaguar Seeadler et Wolf qui sont désarmés entre janvier et octobre 1943, étant remplacés par quatre torpilleurs type 39 (T.23 T.25 T.27 et T.29).

-En ce qui concerne les sous-marins, Kiel est une base majeure puisque c’est là qu’est implanté le commandement Baltique de l’U-Bootwafe. Elle accueille un certain nombre d’U-Flottille destinées à opérer en Baltique mais également en mer du Nord et dans l’Océan Atlantique.

-2. U-Flottile : U-93, U-95, U-97,U-132,U-133,U-134,U-136 et U-140

-4. U-Flottile : U-94, U-96, U-98, U-139, U-141, U-142, U-144,U-146

-Hors rang, sous-marins ravitailleurs U-191 et U-192

-On trouve également des navires légers de combat ou assimilés :

-Geleitboote F-8 utilisé comme auxiliaire

-1. Geleitboote Flottille avec les Geleitboote G.1, G.3, G.5,G.7,G.9 et G.11

-2. Minensucherboote Flottille qui dispose des M.2 M.6 M.9 M.10 M.11 et M.12 (type 1935)
-4. Minensucherboote Flottille des M.14 M.16 M.18 M.20 M.22 et M.24 (type 1935)
-3. Schnellbooteflottille avec les Vedettes lance-torpilles S.48 S.50 S.52 S.54 S.56 S.58 S.60 et S.62
-8. Schnellbooteflottille avec les S.65 S.67 S.69 S.71 S.73 S.75 S.77 et S.79
-1. Raum-Boote Flottille R.1 R.3 R.5 R.7 R.9 et R.11
-5. Raum-Boote Flottille R.25 R.26 R.27 R.28 R.29 et R.30
-Des navires de soutien sont également stationnés à Kiel :
-Pétrolier-ravitailleur KMS Altmark
-Pétrolier-ravitailleur KMSFranken
-Pétrolier-ravitailleur KMSHavel
-Ravitailleur rapide KMS Ostsee
-Ravitailleur pour vedettes lance-torpilles Tanga
-Ravitailleurs de sous-marins Mosel et Weichsel
-Bâtiments de barrage (Sperrübungsfahrzeugte) C16 et MT1
-Bâtiments hydrographes (Wermessungsschiffe) Hooge
-Navires pour expérimentations (Versuchsboote) Claus Van Bevern, Störtebecker Nautilus
-Transport de mines (Sperrübungsfahrzeugte) Otter
-Bâtiments cibles télécommandés (ex-cuirassés) Zähringen et Hessen
-Bâtiment-base (ex-croiseurs) Amazone ArconaHamburg Berlin et Medusa
-quatre navires type LSM, navires baptisés MarineInfanterieSchiff
Base navale de Swinenmünde

Avant-propos

La ville de Swinemünde est installée sur l’île de Usedom, une île qui avec celle de Wollin sépare la lagune de Stettin (Stettiner Haff) de la mer Baltique. Cette île à longtemps appartenu au duché de Poméranie puis occupée à partir de 1630 par la Suède mais entre 1648 et 1720, la Prusse et la Suède se disputèrent l’île, les premiers finissant par remporter le morceau.

A la fin du 18ème siècle, le royaume de Prusse lança une politique de dévellopement de l’île, élargissant la Swine, le bras de mer séparant la lagune de Stettin et la mer Baltique ce qui entraine la construction d’un port de mer. C’est l’acte de naissance de la ville de Swinemünde qui va être un port commercial et un port militaire.

Si le port civil est implanté sur la rive orientale de Swine, le port militaire est implanté sur la rive occidentale.

Il n’existe pas à proprement parlé d’arsenal mais deux formes de radoub ont été aménagées, une forme de 250m et une deuxième de 350m avec des grues de 7 tonnes, 15 tonnes et 25 tonnes. Le tout associé à des dépôts et des ateliers pour assurer la maintenance des navires stationnés.

Défenses côtières

Comme pour Kiel, les défenses côtières protégeant Swinemünde sont démantelées en 1919 pour respecter les termes du traité de Versailles. Elles sont reconstituées entre 1937 et 1940.

Les défenses principales sont implantées à l’ouest et à l’est de la ville, deux forts permettant une défense tout azimut. Chaque fort dispose de deux canons de 280mm en plate-forme rotative, quatre canons de 105mm _eux aussi sur plate-forme rotative_, six canons de 88mm antiaérien, contre-terre et antisurface, une DCA légère composée de canons de 37mm et de 20mm, des mitrailleuses et des mortiers pouvant assurer la défense contre l’infanterie.

Navires stationnés à Swinemünde

-Porte-avions d’escadre KMS Graf Zeppelin

-Croiseurs lourds (ex-cuirassés) Lutzow et Admiral Scheer

-Croiseur léger antiaérien Hamburg

-I.Zerstörerflottille composée de deux divisions, la 1. Z-Division composée des Z.2 Georg Thiele Z.3 Max Schultz et Z.1 Leberecht Maas et la 3. Z-Division composée des Z.14 Friedrich Ihn Z.15 Erich Steinbrinck
Les destroyers Z.1 et Z.2 escortent le Graf Zeppelin, le Z.3 n’est pas affecté à l’escorte de grandes unités, pouvant renforcer une escorte ou servir d’éclaireur tout comme les Z.14 et Z.15.

-La 3.Torpedobooteflottille avec les Torpilleurs type 37 T.15 T.17 T.19 et T.21.

-La 5. Torpedobooteflottille est formée en octobre 1938 avec les torpilleur anciens Falke Greif Kondor et Möwe désarmés entre mars et septembre 1942, ces navires étant remplacés par quatre torpilleurs type 37, les T.14 T.16 T.18 et T.20.

-10. U-Flottile avec trois sous-marins type IIB, les U-17, U-19,U-21; trois sous-marins type IIC, les U-59, U-61, U-63 et un unique type IID, le U-137

-12. U-Flottile avec quatre sous-marins type IIB, les U-18, U-20,U-22, U-24; trois type IIC, les U-56, U-58, U-62 et le deuxième et dernier type IID, le U-138.

-Geleitboote F-5 utilisé comme auxiliaire

-3. Geleitboote flottille avec les G.15 et G.17, les trois derniers (G.19,G.21 et G.23) étant encore en achèvement à flot, leur affectation à cette flottille est donc théorique.

-7. Minensucherboote Flottille : M.37 M.39 M.41 M.43 M.45 (type M1940)
-1. Schnellbooteflottille : S.33 S.35 S.37 S.39 S.41 S.43 S.47 S.80
-3. Raum-Boote Flottille : R.13 R.15 R.17 R.19 R.21 et R.23
-Pétrolier-ravitailleur KMSErmland
-Pétrolier-ravitailleur KMSHavelland
-Ravitailleur de sous-marins Erwin et Wassner
-Bâtiments de barrage (Sperrübungsfahrzeugte) MT2 C21 C22
-Navires pour expérimentations (Versuchsboote) Arkona et Otto Braun
Base navale de Rügen
Avant-propos
-Plus grande île d’Allemagne (926 km²) au nord-ouest de Rostock. Deux villes majeures, Bergen et Sassnitz. Elle n’est allemande que depuis 1815 après avoir été successivement danoise et suédoise.
-L’île de Rugen avec ses 926 km² est la plus grande île d’Allemagne. Située en mer Baltique au nord-est de Rostock, cette île et ses dépendances de Hiddensee et Ummanz, elle dispose de deux villes majeures, Bergen et la ville portuaire de Sassnitz.

-Vivant depuis longtemps du tourisme, elle est reliée au continent par un pont et une station balnéaire gigantesque baptisée Prora est aménagée pour pouvoir accueillir jusqu’à 20000 personnes.
Principaux aménagements
-Les études sont lancées à partir de 1938, le site choisit est situé au sud (base navale) et au sud-ouest (Arsenal) de Sassnitz
-La base opérationnelle se situe au sud du port de Sassnitz avec un bassin à flot pouvant accueillir tous les navires de la Kriegsmarine y compris les porte-avions et les cuirassés.
Un canal relie la mer Baltique à une vaste baie ouverte naturellement vers l’ouest. C’est sur cette baie au sud-ouest/ouest de Sassnitz qu’est installé le Rugen Kriegsmarinewerft, l’Arsenal de la Kriegsmarine de Rügen.
-Arsenal ultra-moderne, construit entre le printemps 1939 et septembre 1943. Outre une base de ravitaillement en carburant, vivres et munitions, le Rugen Kriegsmarinewerft dispose de cales de construction et de formes de radoub.
-Il dispose ainsi de trois formes de radoub de 350m de long, d’une forme de 200m et de six cales de construction, trois de 200m, deux de 300m et une de 350m. Le premier navire construit par cet arsenal sera le croiseur de bataille Saschsen.
Défenses côtières
Les fortifications protégeant la base navale de Rügen sont elles aussi neuves puisqu’aucune position fortifiée moderne n’avait été installée auparavant, l’île n’ayant aucun intérêt stratégique et les voisins n’étaient pas une vrai menace.
-Quatre blocs indépendants sont chargés de protégés la base et l’Arsenal, quatre blocs qui se flanquent mutuellement.
Chaque bloc dispose de quatre canons de 150mm sous masque, de quatre canons de 88mm antiaériens et antisurface, de pièces légères de 20 et de 37mm pour la défense antiaérienne ainsi que de mitrailleuses et de mortiers en cas d’attaque terrestre.
Navires stationnés à Rügen
-Croiseurs légers Dresden et Magdeburg
-7. Torpedobooteflottille avec les torpilleurs T.30 T.32 T.34 et T.36 (type 39)
-8. Torpedobooteflottille avec les torpilleurs T.39 T.40 T.41 et T.42 (type 43)
-6. U-Flottile : U-1, U-3, U-5 (type IIA) U-7,U-9,U-11,U-13 (type type IIB)

-8. U-Flottile : U-2, U-4, U-6 (type IIA), U-8, U-10, U-14 (type IIB)
-14. U-Flottile (Rügen) : U-168, U-169,U-170,U-171, U-172 et U-173 (type III)
-Navire auxiliaire KMS F.2 (ex-Geleitboote)
-5. Minensucherboote Flottille : M.27 M.29 M.31 M.33 et M.35 (type M1940)
-8. Minensucherboote Flottille : M.40 M.42 M.44 M.46 et M.48 (type M1940)
-5. Schnellbooteflottille : S.49 S.51 S.53 S.55 S.61 S.63 S.83 S.84
-7. Schnellbooteflottille : S.64 S.66 S.68 S.70 S.72 S.74 S.76 et S.78
-7. Raum-Boote Flottille R.31 R.33 R.35 R.37 R.39 et R.41
-Pétrolier-ravitailleur KMS Uckermark
-Pétrolier-ravitailleur KMS Nordmark
-Ravitailleur de sous-marins Lech et Isar
-Bâtiment hydrographe Süderoog
-Conducteurs-remorqueurs de cibles (ex-torpilleurs) Pfeil Blitz
-Six pontons type MarineFährPrahm
Base navale de Gotenhafen

Avant-propos

-Ville située sur la baide de Dantzig à 16 km au nord-ouest de la ville éponyme. Ville allemande depuis 1772 moins un court intermède polonais de 1919 à 1939, Gdingen devenant Gdynia.

-Travaux importants pour construire un port de haute mer, travaux lancés dès 1920 mais achevés seulement au cour des années trente. En 1938 c’est le port le plus moderne de la région. Suite à la guerre de Pologne, Gdynia est baptisée Gotenhafen.

-Le port de haute-mer fût transformé en base navale pour la Kriegsmarine et le chantier naval agrandit fût une annexe du chantier naval Deutsche Werke AG de Kiel.

Le Gotenhafen Kriegsmarinewerft dispose de trois cales de 250m et deux formes de même taille pour l’armement des navires et les carénages.

Défenses côtières

-Défenses tactiques pour protéger la base et l’arsenal d’un coup de main.

-Au sud et au nord de la ville, les fortins les plus puissants comprennent quatre canons de 150mm avec plate-formes rotatives sous bouclier chacun, canons appuyés par quatre pièces de 88mm, des canons de 20 et de 37mm sans oublier les mitrailleuses et les mortiers pour permettre aux fortins de se défendre contre l’infanterie.

Côté terre, six blocs isolés dont les feux se recoupent protègent les accès de la ville et du port depuis la terre, chaque bloc disposant de mitrailleuses, de mortiers et de canons antichars selon une disposition qui n’est pas sans rappeler la Ligne Maginot.

Navires stationnés à Gotenhafen

-Croiseurs lourds Prinz Eugen et Seydlitz

-Croiseurs légers Berlin et Frankfurt am Main

-Bâtiments de barrage (Sperrübungsfahrzeugte) C23 et C24

-Conducteurs-remorqueurs de cibles (ex-torpilleurs) Komet et Ludwig Preusser

En dépit des installations importantes, peu de navires sont stationnés à Gotenhafen mais il est plus que probable qu’en temps de guerre, il servir de base de déconcentration ainsi que de base de départ pour des transferts de troupes.

Allemagne (31) Aéronavale (3)

Organisation du Kriegsmarine Fliegerkorps (2) : Mer du Nord

-Mer Baltique quasi-sanctuaire pour la Kriegsmarine à la différence de la mer du Nord qui est une zone disputée entre l’Allemagne, la Grande-Bretagne et la France avec le soutien anecdotique des Pays-Bas et de la Belgique.

-Menaces sous-marines et aériennes importantes ce qui explique entre-autre la présence d’unités de chasse qui permet une défense minimale, la défense aérienne étant davantage du ressort de la Luftwafe que de l’aéronavale.

Les forces du KFK déployées sur les côtes de la mer du Nord dépendent d’un commandement appelé Marineflieger NordSee Kommando (MNK) installé sur la base aéronavale aménagée à Hambourg.

Si il ne dispose que d’un groupe aérien embarqué, le Tragergruppe 188 embarqué sur le KMS Peter Strasser, le MNK dispose de trois Marineflieger/Kriegsmarine Fliegerkorps Geschwader ainsi que d’un groupement d’hydraviation avec des hydravions destinés à des missions côtières et des hydravions destinés aux croiseurs et navires de lignes stationnés dans les bases navales de la mer du Nord.

Tragergruppe 188

Le TRG 188 est le seul groupe aérien embarqué stationné sur les côtes de la mer du Nord. Quand il n’est pas embarqué à bord du KMS Peter Strasser, le sister-ship du KMS Graf Zeppelin, il est basé à Hambourg dans une nouvelle base aéronavale aménagée dans ce but.

Sa composition issue des premiers essais menés par le Tragergruppe 186 à permis de faire évoluer la structure prévue, la structure du Tragergruppe 188 étant par la suite appliquée au TRG 186.

Quand le second conflit mondial éclate, le TRG 188 est organisé ainsi :

-13.J/TRG 186 (Tragergruppe 186) avec pour équipement douze Focke-Wulf Fw195

-15.J/TRG 186 (Tragergruppe 186) avec pour équipement douze Focke-Wulf Fw195

-16.St/TRG 186 (Tragergruppe 186) avec douze Fieseler Fi167 d’éclairage-torpillage

-14.St/TRG 186 (Tragergruppe 186) avec pour équipement seize Junkers Ju87C

Au total ce sont 52 appareils qui sont embarqués sur le Peter Strasser. A cela s’ajoute deux Junkers Ju52 pour le transport logistique, deux appareils qui ne peuvent bien entendu pas apponter sur le porte-avions à la différence des quatre Bucker Bu183, des avions d’entrainement, une version navalisée du Bu181 Bestmann

L’aviation basée à terre

Comme nous l’avons vu plus haut, le Marineflieger NordSee Kommando dispose de trois Marineflieger/Kriegsmarine Fliegerkorps Geschwader pour attaquer la navigation ennemie en mer du Nord, pour éclairer et appuyer la flotte, pour défendre les côtes.

Le 2. Marineflieger/Kriegsmarine Fliegerkorps Geschwader est stationné à Nordenay en Frise Orientale. Il dispose des unités suivantes :

-Une unité de reconnaissance maritime à long rayon d’action le 2. Kriegsmarine Fernaufklärungsgruppe équipé de vingt-quatre Focke-Wulf Fw200 Condor puis d’Heinkel He-179M, version de patrouille maritime du bombardier Heinkel He179, cette unité étant organisée en trois staffel de huit appareils.

-Une unité de reconnaissance et d’observation maritime équipée de vingt-sept de Focke-Wulf Fw-200 Neue Condor, une version améliorée du Fw200 ), unité baptisée 4. KFK-Aufklärungsgruppe, ce groupe disposant de trois staffel de neuf appareils .

Junkers Ju-188

Junkers Ju-188

-Deux unités de bombardement-torpillage équipées chacune de quarante-huit Junkers Ju-188, version améliorée du Junkers Ju-88 et baptisées 6. et 8. KFK-Kampfgruppe, chaque gruppe disposant de quatre staffel à douze appareils

Plan trois vues d'un Me-109F-2

Plan trois vues d’un Me-109F-2

-Une unité de chasse, le 10. KFK-Jagdgruppe composé de trois staffel de neuf Messerchmit Me-109F. Ces appareils sont identiques aux Friedrich de la Luftwafe et ne peuvent donc embarquer sur les porte-avions de la Kriegsmarine.
Le 2. KFK-Geschwader dispose de dix-sept staffel et d’un total de 126 appareils.

Au déclenchement du second conflit, le 10 KFK-Jagdgruppe rejoint l’île d’Heligoland pour en renforcer la défense aérienne contre de probables raids aériens britanniques. Deux staffel fournis par les 6. et 8. Kampfgruppe se joignent à ce déploiement avancé.

Le 4. Marineflieger/Kriegsmarine Fliegerkorps Geschwader est stationné à Hambourg et dispose des unités suivantes :

-Deux unités de reconnaissance et d’observation maritime équipées chacune de vingt-sept de Focke-Wulf Fw-200 Neue Condor, unités baptisées 10. et 12. KFK-Aufklärungsgruppe, chacun de ses groupes disposant de trois staffel de neuf appareils .

-Deux unités de bombardement-torpillage équipées chacune de quarante-huit Junkers Ju-188, version améliorée du Junkers Ju-88 et baptisées 11. et 13. KFK-Kampfgruppe, chaque gruppe disposant de quatre staffel à douze appareils

Le 4. KFK-Geschwader dispose donc de quatre gruppe et de quatorze staffel ainsi que de 150 appareils.

Le 6. Marineflieger/Kriegsmarine Fliegerkorps Geschwader est stationné sur l’île de Sylt sur la base aéronavale de List. Il dispose des unités suivantes :

-Une unité de reconnaissance maritime à long rayon d’action le 14. Kriegsmarine Fernaufklärungsgruppe équipé de vingt-quatre Heinkel He-179M, cette unité étant organisée en trois staffel de huit appareils.

-Deux unités de reconnaissance et d’observation maritime équipées chacune de vingt-sept de Focke-Wulf Fw-200 Neue Condor, unités baptisées 15. et 17. KFK-Aufklärungsgruppe, chacun de ses groupes disposant de trois staffel de neuf appareils .

-Deux unités de bombardement-torpillage équipées chacune de trente-six Junkers Ju-188, version améliorée du Junkers Ju-88 et baptisées 16. et 18. KFK-Kampfgruppe, chaque gruppe disposant de trois staffel à douze appareils

-Une unité de mouillage de mines rapides, le 19. SchnellMinenKampf Gruppe équipé de seize Junkers Ju-290M, ces appareils répartis en deux staffel de huit appareils peuvent également être utilisés pour la patrouille maritime.

-Une unité de chasse, le 20. KFK-Jagdgruppe disposant de vingt-quatre Messerchmit Me-109G répartis en trois staffel de neuf appareils.

Le 6. Marineflieger/Kriegsmarine Fliegerkorps Geschwader dispose au total de sept gruppe, vingt staffel et 190 appareils.

Hydraviation

La dernière unité sous le contrôle du Marine NordSee Kommando est le groupe d’hydraviation de la Mer du Nord ou NordSee Wasserflugzeug Geschwader (NWG) qui regroupe à la fois des hydravions basés à «terre» mais également les hydravions embarqués sur les cuirassés, croiseurs de bataille et croiseurs de la Kriegsmarine.

Arado Ar196

Arado Ar196

Le groupe des hydravions embarqués (Bordfliegergruppe) stationné à Wesermunde dispose d’Arado Ar 196 ou Ar 198. Les premiers sont embarqués sur les croiseurs lourds et légers, les seconds étant embarqués sur les cuirassés et les croiseurs de bataille.

Pour le cas des navires disposant de quatre hydravions, dans la pratique seuls deux sont embarqués, les deux autres restant à terre.

Le NWG-Bordfliegergruppe dispose des moyens suivants :

-Les croiseurs de bataille Scharnhorst et Gneisenau stationnés à Wilhelmshaven disposent de quatre Arado Ar 198 chacun

-Les cuirassés Bismarck et Tirpitz stationnés à Wesermunde disposent de quatre Arado Ar198 chacun

-Les cuirassés Hidenburg et Friedrich der Gross stationnés à Wilhelmshaven disposent de quatre Arado Ar198 chacun

-Les cuirassés Von der Tann et Derfflinger stationnés à Wilhelmshaven disposent de quatre Arado Ar198 chacun

-Les croiseurs de bataille Bayern et Saschsen stationnés à Wesermunde disposent de quatre Arado Ar196 chacun

-Les croiseurs lourds Admiral Graf Spee et Tegetthoff sont stationnés à Wilhelmshaven et disposent de trois Arado Ar196 chacun

-Les croiseurs lourds Amiral Reuter et Alexander von Humbolt stationnés à Wesermunde disposent de trois Arado Ar196 chacun

Le NWG-Bordfliegergruppe dispose au total de 32 Arado Ar198 et de 20 Arado Ar196 soit un total de 52 hydravions.

Le groupe des hydravions basés à «terre» (Kustenfliegergruppe) regroupe dans un premier temps les unités stationnées sur les côtes de la mer du Nord en septembre 1939 soit les unités suivantes :

-1. (M)/KuFlGr 106 stationnée à Nordenay avec des hydravions Heinkel He60 puis rapidement des Heinkel He 115

-2. (F)KüFlGr 106 stationnée à Nordenay avec des Dornier Do18

-3. (Mz) 106 stationnée à Nordenay avec des Heinkel He59
-1. (M)KuFlGr 306 stationnée à Nordenay avec pour équipement des Heinkel He60

-1. (M)KuFlGr 406 stationné à List sur l’île de Sylt avec pour équipement des Heinkel He60 et He115

-2. (F)KuFlGr 406 stationné à List sur l’île de Sylt avec pour équipement des Dornier Do18

-3.(Mz)/406 stationné à List sur l’île de Sylt avec pour équipement des Heinkel He59

-1. (M)/KüFiGr 706 stationné à Kamp avec pour équipement le Heinkel He60

-3.(Mz)/706 stationné à Kamp avec pour équipement le Heinkel He59

Le nombre d’unités augmente et le matériel est totalement renouvelé. En septembre 1948, le NWG-Kustenfliegergruppe dispose des unités suivantes

-12. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée sur l’île de Sylt avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138.

-14. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée à Nordenay avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138

-16. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée à Nordenay avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138

-18. Marine Kampf Staffel : unité de bombardement-torpillage stationnée sur l’île de Sylt avec pour équipement seize Heinkel He-117

-20. Marine Kampf Staffel : unité de bombardement-torpillage stationnée à Wilhelhmshaven avec pour équipement seize Heinkel He-117.

-22. Marine Kampf Staffel : unité de lutte anti-sous-marine stationnée à Wesermunde avec pour équipement de douze Blohm & Voss Bv138 adaptés à cette mission

Le Kustenfliegergruppe dispose au total de six staffel et de 80 hydravions

***

Chaque Kommando du Kriegsmarine FliegerKorps dispose d’un Marine Transport Staffel de douze appareils équipés de Junkers Ju-52 ainsi que d’un groupe d’entrainement, des Marine Schule Staffel qui disposent chacun de huit Bücker Bu181 et de quatre Bücker Bu183.

Suite à des problèmes de navalisation de jeunes pilotes passant de l’avion d’entrainement à l’hydravion opérationnel, deux Marine Schule Staffel supplémentaires équipés d’hydravions sont créés, un par commandement régional, chaque MSS (Wasserflugzeug) disposant de douze hydravions, des Heinkel He59, des Heinkel He60 et des Dornier Do18

Les hydravions géants Blohm & Voss Bv222 Wiking sont regroupés au sein du Kriegsmarine Kampfgruppe (KKF). Ces appareils ne sont pas engagés dans l’opération Weserübung mais restent en Baltique en attendant l’évolution du conflit.

Au total en septembre 1948, la marine allemande dispose de 1170 avions et hydravions, 478 en Baltique et 692 en mer du Nord.