Allemagne (42) Ordre de bataille (3)

Kriegsmarine FliegerKorps (KFK)

L’aéronavale allemande longtemps méprisée et sous la coupe de la Luftwafe à profité de la guerre civile (et des prémices qui commencent dès la mort de Guillaume II) pour obtenir son autonomie de l’armée de l’air puis son complet rattachement à la marine. En septembre 1948, elle est organisé de la façon suivante :

-Etat-Major de l’aéronavale stationné à Wilhelhmshaven (OberKommando der Kriegsmarine FliegerKorps OKFK)

-Deux groupements opérationnels à base géographiques, un pour la Baltique (KriegsmarineFliegerKorps OstSee Kommando) et un pour la mer du Nord (Kriegsmarine FliegerKorps NordSee Kommando)

Chaque commandement à sous son autorité des escadres (Geschwader) regroupant elles mêmes des groupes (Gruppe) formés d’escadrilles (Staffel)

Ces escadres sont soit des entités spécialisées ou à multi-spécialités comme les Tragergruppe, les groupes aériens embarqués des quatre porte-avions que possède la Kriegsmarine en septembre 1948.

Kriegsmarine FliegerKorps OstSee Kommando (MOSK) (Kiel-Holteneau)

La base aéronavale de Kiel-Holteneau abrite le commandement de l’aéronavale allemande ayant autorité sur toutes les unités stationnés sur les côtes Baltiques. C’est également la base majeure du KOSK qui dispose des unités suivantes :

-Tragergruppe 186 : (porte-avions Graf Zeppelin/base aéronavale de Kiel-Holteneau )

-5.J/TRG 186 (Tragergruppe 186) : douze Focke-Wulf Fw195

-6.J/TRG 186 (Tragergruppe 186) : douze Focke-Wulf Fw195

-2.St/TRG 186 (Tragergruppe 186) : douze Fieseler Fi167 d’éclairage-torpillage

-4.St/TRG 186 (Tragergruppe 186) : seize Junkers Ju87R

Fieseler Fi167 en vol

Fieseler Fi167 en vol

Au total ce sont 52 appareils qui sont embarqués sur le Graf Zeppelin. A cela s’ajoute deux Junkers Ju52 pour le transport logistique, deux appareils qui ne peuvent bien entendu pas apponter sur le porte-avions à la différence des quatre Bucker Bu183, des avions d’entrainement, une version navalisée du Bu181 Bestmann

Messerschmitt Me109T

Messerschmitt Me109T

-Tragergruppe 187 (porte-avions Lutzen et base aéronavale de Dievenow) :

-1.J/TRG 187 (Tragergruppe 187) avec pour équipement neuf Messerchmit Me109T

-3.J/TRG 187 (Tragergruppe 187) avec pour équipement neuf Messerchmit Me 109T

-7.St/TRG 187 (Tragergruppe 187) avec pour équipement six Junkers Ju87R

-8.St/TRg 187 (Tragergruppe 187) avec pour équipement huit Fieseler Fi169

Comme le Tragergruppe 186, le TRG 187 dispose de deux Junkers Ju52 de soutien logistique et de quatre Bucker Bu183

-Tragergruppe 189 (porte-avions léger Bautzen/base aéronavale de Dievenow) :

-9.J/TRG 189 avec pour équipement neuf Messerchmit Me109T

-10.J/TRG 189 avec pour équipement neuf Messerchmit Me109T

-11.St/TRG 189 avec pour équipement Junkers Ju87R

-12. St/TRG 189 avec pour équipement huit Fieseler Fi169

Comme le Tragergruppe 187, le TRG 189 dispose de deux Junkers Ju52 de soutien logistique et de quatre Bucker Bu183

Si au niveau des groupes aériens embarqués, le KOSK est le dominant, la situation est inverse pour l’aviation basée à terre.

Trois Marineflieger Geschwader (MFG) _ultérieurement devenus des KFK-Geschwader sont stationnés sur les côtes de la mer du Nord et un seulement sur les côtes de la mer Baltique.

Ces escadres d’action aéromaritime sont composées de Gruppe et de Stafell, des unités de reconnaissance maritime, de lutte anti-sous-marine et de torpillage.

Le 1. Marineflieger Geschwader (puis KriegsmarineFliegerKorps-Geschwader ou KFK-Geschwader) est stationné sur la base aéronavale de Dantzig, une base aménagée entre 1941 et 1943. Cette unité dispose des unités suivantes :

-Une unité de reconnaissance maritime à long rayon d’action le 1. Kriegsmarine Fernaufklärungsgruppe équipée d’Heinkel He-179M, cette unité étant organisée en trois staffel de huit appareils.

-Deux unités de reconnaissance et d’observation maritime, les 3. et 5. KFK-Aufklärungsgruppe équipées de Focke-Wulf Fw-200 Neue Condor, chaque groupe étant organisé en trois staffel de neuf appareils.

Junkers Ju-188

Junkers Ju-188

-Deux unités de bombardement-torpillage, les 7. et 9. KFK-Kampfgruppe équipées chacune de quarante-huit Junkers Ju-188.

Le 1. KFK-Geschwader dispose donc de cinq gruppe et dix-sept staffel ainsi que de 174 appareils.

La base aéronavale de Dantzig se révélant saturée, une partie des moyens sont déployés à Rugen (7. KFK-Kampfgruppe) et à Memel (5. KFK-Aufklärungsgruppe), les autres unités restant à Dantzig.

La dernière unité sous le contrôle du KFK OstSee Kommando est le groupe d’hydraviation de la Baltique ou OstSee Wasserflugzeug Geschwader (OWG) qui regroupe à la fois des hydravions basés à «terre» mais également les hydravions embarqués sur les cuirassés, croiseurs de bataille et croiseurs de la Kriegsmarine.

Le groupe des hydravions embarqués (Bordfliegergruppe) est stationné à Dievenow en Poméranie et dispose d’Arado Ar 196 ou Ar 198. Les premiers sont embarqués sur les croiseurs lourds et légers, les seconds étant embarqués sur les cuirassés et les croiseurs de bataille.

La flotte d’hydravions embarqués se composent de quarante-huit appareils, quarante Arado Ar196 et huit Arado Ar198.

Le groupe des hydravions basés à «terre» (Kustenfliegergruppe) regroupe les unités stationnées sur les côtes de la mer Baltique

Pour désengorger la base de Dievenow, deux nouvelles hydrobases sont aménagées, une sur l’île de Rugen et une deuxième à Memel, une ville libre annexée par la Lituanie puis par l’Allemagne.

Le nombre d’unités augmente et le matériel est totalement renouvelé. En septembre 1948, le OWG-Kustenfliegergruppe dispose des unités suivantes :

Blohm & Voss Bv138

Blohm & Voss Bv138

-11. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée à Rugen avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138

-13. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée à Memel avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138

-15. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée à Dievenow avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138

-17. Marine Kampf Staffel : unité de bombardement-torpillage stationnée à Dievenow en Poméranie avec pour équipement seize Heinkel He-117

Heinkel He115B

Heinkel He115B

-19. Marine Kampf Staffel : unité de bombardement-torpillage stationnée à Rugen avec pour équipement seize Heinkel He-115.

-21. Marine Kampf Staffel : unité de lutte anti-sous-marine stationnée à Memel avec pour équipement de douze Blohm & Voss Bv138 adaptés à cette mission

L’OWG-Kustenflieggergruppe dispose au total de quatre-vingt hydravions chargés en temps de guerre de surveiller la Baltique, d’éclairer la flotte, d’attaquer la flotte ennemie, de mener des missions de mouillage de mines.

Kriegsmarine FliegerKorps NordSee Kommando (KNK) (Hambourg)

Ce commandement est le pendant occidental du KOSK et regroupe tous les moyens de l’aéronavale allemande destinés à opérer en mer du Nord où ils auront fort à faire face à la Fleet Air Arm, au Coastal Command et aux unités de l’Aviation Navale (voir aux armées de l’air belges et néerlandaises, des forces d’appoint cela va s’en dire).

Si il ne dispose que d’un groupe aérien embarqué, le Tragergruppe 188 embarqué sur le KMS Peter Strasser, le MNK dispose de trois Marineflieger/Kriegsmarine Fliegerkorps Geschwader ainsi que d’un groupement d’hydraviation avec des hydravions destinés à des missions côtières et des hydravions destinés aux croiseurs et navires de lignes stationnés dans les bases navales de la mer du Nord.

-Tragergruppe 188 :

-Le TRG 188 est le seul groupe aérien embarqué stationné sur les côtes de la mer du Nord. Quand il n’est pas embarqué à bord du KMS Peter Strasser, le sister-ship du KMS Graf Zeppelin, il est basé à Hambourg dans une nouvelle base aéronavale aménagée dans ce but.

-13.J/TRG 186 (Tragergruppe 186) avec pour équipement douze Focke-Wulf Fw195

-15.J/TRG 186 (Tragergruppe 186) avec pour équipement douze Focke-Wulf Fw195

-12.St/TRG 186 (Tragergruppe 186) avec douze Fieseler Fi167 d’éclairage-torpillage

-14.St/TRG 186 (Tragergruppe 186) avec pour équipement seize Junkers Ju87R

Au total ce sont 52 appareils qui sont embarqués sur le Peter Strasser. A cela s’ajoute deux Junkers Ju52 pour le transport logistique, deux appareils qui ne peuvent bien entendu pas apponter sur le porte-avions à la différence des quatre Bucker Bu183, des avions d’entrainement, une version navalisée du Bu181 Bestmann

Comme nous l’avons vu dans l’introduction, le Marineflieger NordSee Kommando dispose de trois Marineflieger/Kriegsmarine Fliegerkorps Geschwader pour attaquer la navigation ennemie en mer du Nord, pour éclairer et appuyer la flotte, pour défendre les côtes.

Le 2. Marineflieger/Kriegsmarine Fliegerkorps Geschwader est stationné à Nordenay en Frise Orientale. Il dispose des unités suivantes :

-Une unité de reconnaissance maritime à long rayon d’action le 2. Kriegsmarine Fernaufklärungsgruppe équipé de vingt-quatre Heinkel He-179M, cette unité étant organisée en trois staffel de huit appareils.
-Une unité de reconnaissance et d’observation maritime, le 4. KFK-Aufklärungsgruppe équipée de vingt-sept de Focke-Wulf Fw-200 Neue Condor, ce groupe disposant de trois staffel de neuf appareils .

-Deux unités de bombardement-torpillage, les 6. et 8. KFK-Kampfgruppe équipées chacune de quarante-huit Junkers Ju-188, chaque gruppe disposant de quatre staffel à douze appareils

-Une unité de chasse, le 10. KFK-Jagdgruppe composé de trois staffel de neuf Messerchmit Me-109T

Le 2. KFK-Geschwader dispose donc de dix-sept staffel et d’un total de 126 appareils. Au déclenchement du second conflit mondial, le 10 KFK-Jagdgruppe rejoint l’île d’Heligoland pour en renforcer la défense aérienne contre de probables raids aériens britanniques. Deux staffel fournis par les 6. et 8. Kampfgruppe se joignent à ce déploiement avancé.
Le 4. Marineflieger/Kriegsmarine Fliegerkorps Geschwader est stationné à Hambourg et dispose des unités suivantes :

-Deux unités de reconnaissance et d’observation maritime, les 10. et 12. KFK-Aufklärungsgruppe équipées chacune de vingt-sept de Focke-Wulf Fw-200 Neue Condor, chacun de ses groupes disposant de trois staffel de neuf appareils.

-Deux unités de bombardement-torpillage, les 11. et 13. KFK-Kampfgruppe équipées chacune de quarante-huit Junkers Ju-188, chaque gruppe disposant de quatre staffel à douze appareils

Le 4. KFK-Geschwader dispose donc de quatre gruppe et de quatorze staffel ainsi que de 150 appareils.

Le 6. Marineflieger/Kriegsmarine Fliegerkorps Geschwader est stationné sur l’île de Sylt sur la base aéronavale de List. Il dispose des unités suivantes :

-Une unité de reconnaissance maritime à long rayon d’action le 14. Kriegsmarine Fernaufklärungsgruppe équipé de vingt-quatre Heinkel He-179M, cette unité étant organisée en trois staffel de huit appareils.

-Deux unités de reconnaissance et d’observation maritime, les 15. et 17. KFK-Aufklärungsgruppe équipées chacune de vingt-sept de Focke-Wulf Fw-200 Neue Condor, chacun de ces groupes disposant de trois staffel de neuf appareils.

-Deux unités de bombardement-torpillage, les 16. et 18. KFK-Kampfgruppe équipées chacune de trente-six Junkers Ju-188, chaque gruppe disposant de trois staffel à douze appareils.

-Une unité de mouillage de mines rapides, le 19. SchnellMinenKampf Gruppe équipé de seize Junkers Ju-290, ces appareils répartis en deux staffel de huit appareils peuvent également être utilisés pour la patrouille maritime.

-Une unité de chasse, le 20. KFK-Jagdgruppe disposant de vingt-quatre Messerchmit Me-109T répartis en trois staffel de huit appareils.

Le 6. Marineflieger/Kriegsmarine Fliegerkorps Geschwader dispose au total de sept gruppe, vingt staffel et 190 appareils.

La dernière unité sous le contrôle du KFK NordSee Kommando est le groupe d’hydraviation de la Mer du Nord ou NordSee Wasserflugzeug Geschwader (NWG) qui regroupe à la fois des hydravions basés à «terre» mais également les hydravions embarqués sur les cuirassés, croiseurs de bataille et croiseurs de la Kriegsmarine.

Le groupe des hydravions embarqués (Bordfliegergruppe) est stationné à Wesermunde dispose d’Arado Ar 196 ou Ar 198. Les premiers sont embarqués sur les croiseurs lourds et légers, les seconds étant embarqués sur les cuirassés et les croiseurs de bataille.

Le NWG-Bordfliegergruppe dispose au total de 32 Arado Ar198 et de 20 Arado Ar196 soit un total de 52 hydravions.

Le groupe des hydravions basés à «terre» (Kustenfliegergruppe) regroupe les unités suivantes :

-12. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée sur l’île de Sylt avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138.

-14. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée à Nordenay avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138

-16. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée à Nordenay avec pour équipement douze Blohm & Voss Bv138

-18. Marine Kampf Staffel : unité de bombardement-torpillage stationnée à Dievenow en Poméranie avec pour équipement seize Heinkel He-117

-20. Marine Kampf Staffel : unité de bombardement-torpillage stationnée à Rugen avec pour équipement seize Heinkel He-117.

-22. Marine Kampf Staffel : unité de lutte anti-sous-marine stationnée à Memel avec pour équipement de douze Blohm & Voss Bv138 adaptés à cette mission

Le Kustenfliegergruppe dispose au total de six staffel et de 80 avions

Au total en septembre 1948, la marine allemande dispose de 1092 avions et hydravions, 436 en Baltique et 656 en mer du Nord. Dans ce chiffre je ne compte pas les avions d’entrainement et d’essais.

Publicités

Allemagne (2) : Géopolitique

GEOPOLITIQUE

-L’une des obssessions allemandes était de dénoncer les clausses territoriales du traité de Versailles qui avait emputé l’Allemagne de nombreux territoires dont les cantons d’Eupen et Malmedy, l’Alsace-Lorraine et surtout à l’est, la renaissance de la Pologne isolant la Prusse Orientale du reste du territoire.

-Profitant de la faiblesse des démocraties occidentales, l’Allemagne récupère la Sarre, remilitarise la Rhénanie, annexe l’Autriche et les Sudètes avant de vassaliser la Bohème-Moravie (devenu un protectorat) alors que la Slovaquie théoriquement indépendante était en réalité sous la coupe de Berlin.

-Berlin se partage avec Moscou la Pologne, une partie est directement annexée et le reste devient un gouvernement général, une Pologne croupion.

-En Europe Centrale et Orientale, lutte d’influence entre l’Allemagne et les puissances occidentales avec une Roumanie totalement inféodée au Reich alors que la Yougoslavie pratique un vrai jeu de bascule même si peu avant le début du conflit, on peut considérer sa neutralité comme très favorable à la France et à la Grande-Bretagne.

-La Bulgarie elle reste indifférente aux approches occidentales, se contentant de se laisser courtiser par Berlin et Moscou alors que la Hongrie du régent Horthy est pro-allemande à la différence de la Grèce qui à clairement choisit le camp allié, n’attendant qu’un signe pour basculer d’une neutralité amicale au statut de belligérance.

-La Turquie inquiète de l’expansion de la flotte soviétique de la mer Noire reste neutre même si elle accepte les cadeaux de ses prétendants allemands et alliés.

-La Scandinavie reste neutre, la Norvège refusant toute participation alors que la Suède semble avoir une neutralité amicale vis à vis de l’Allemagne et que la Finlande bien que satellisée par l’URSS songe à prendre sa revanche.

-Ennemis potentiels : France, Grande-Bretagne, URSS et Etats-Unis

-Sur le plan des alliances, on trouve une alliance germano-italienne très déséquilibré, le poids économique, politique et militaire des deux partenaires n’étant pas égal sans parler d’un profond mépris des allemands vis à vis à des italiens.

-Pacte antikommintern plus symbolique qu’efficace, un pacte signé d’abord entre Berlin et Tokyo le 25 novembre 1936 auxquels se joignent bientôt l’Italie, la Hongrie et l’ESpagne. Le pacte germano-soviétique dénoncé en 1945 annule la plupart des dispositions de ce pacte qui devient bientôt une coquille vide

NdA : Ici pas vraiment de changements par rapport à l’histoire officielle. Les alliances sont les mêmes même si la présence de la France et de la Grande Bretagne peut rendre certains pays pro-allemands plus prudents qu’OTL.

Allemagne (1) : introduction et histoire politique

UNE AUTRE SECONDE GUERRE MONDIALE
T.2 L’ALLEMAGNE

AVANT-PROPOS

En juillet 2013, j’ai terminé la France et je me suis lancé quelques jours plus tard sur l’Allemagne, pensant le faire rapidement, ayant à la fois moins de sources que la France et surtout n’étant pas germanophone.

Hélas, cela ne s’est pas passé ainsi. Je suis passé de moments d’exaltations et des moments de doute, me demandant si je n’allais pas tout laisser tomber.

Aussi en septembre 2014 j’ai pris une décision radicale. J’ai abandonné l’idée de faire une œuvre très détaillée, méticuleuse pour une version plus synthétique.

A la réflexion, je me suis dit que détailler la carrière de tous les navires, de répéter cinq fois les mêmes exercices allait engendrer plus de lassitude que d’intérêt chez le lecteur.

L’Allemagne qui constitue le Tome 2 va être le premier pays que je vais écrire de cette façon, résumant de façon claire et concise ce que j’avais déjà écrit.

Faire une version austere ne dit version baclée. Je resterai le plus rigoureux possible et je glisserai ici ou là des explications sur mes choix.

Bonne lecture

UNE HISTOIRE POLITIQUE DE L’ALLEMAGNE (1871-1948)

-Première tentative d’unification en 1848 mais qui échoue pour deux raisons principales : refus du roi de Prusse de prendre la tête d’un mouvement hésitant entre monarchie et république + une divergence entre les partisans d’une grande Allemagne (avec l’Autriche) et d’une petite Allemagne sans l’empire des Habsbourg.

-Il faut attendre 1871 pour que l’unification allemande soit réalisée sous la férule des Hohenzollern, la dynastie au pouvoir en Prusse, le roi de Prusse Guillaume 1er devenant empereur d’Allemagne à l’issu du conflit avec la France qui provoqua la ralliement à la Confédération de l’Allemagne du Nord des monarchies du sud comme la Bavière. Le Deuxième Reich est né.

Guillaume II empereur d'Allemagne (1888-1918)

Guillaume II empereur d’Allemagne (1888-1918)

-Politique extérieure prudente sous l’influence de Bismarck mais cette politique ne plait pas du tout au nouvel empereur Guillaume II qui rêve d’une Weltpolitik (politique mondiale), une politique faite de conquêtes coloniales et de développement d’une puissante marine de guerre.

-Cette politique agressive lui alienne les dernières bonnes volontés britanniques.

-Le premier conflit mondial (1914-1918) est fatal à la monarchie des Hohenzollern. Le 9 novembre 1918, Guillaume II abdique et la république dite de Weimar est proclamée.

-Première véritable expérience démocratique en Allemagne, la République de Weimar se heurte à des difficultés considérables : poids des partis extrémistes, refus de la défaite avec la légende du «coup de poignard dans le dos» (Dolchlosslegend), intransigeance des alliés sur les réparations et difficultés économiques.

-Après des années noires entre 1919 et 1924, la République de Weimar connait une brève période de répit avec la fin des réparations et le soutien américain. La crise de 1929 provoque une interminable agonie qui se termine en janvier 1933 et la nomination d’Adolf Hitler comme Chancelier.

-La mort du président Hindenburg le 2 janvier 1934 marque la fin officielle de la république de Weimar au profit du IIIème Reich.

-Ce dernier se lance dans une politique extérieure agressive avec la dénonciation des différentes clauses du traité de Versailles. Outre le réarmement, le régime nazi réoccupe la Rhénanie, réalise l’Anschluss puis annexe les Sudètes, une région peuplée d’allemands mais qui n’avaient jamais appartenu à l’Allemagne.

-Après avoir satellisé la Bohème-Moravie et la Slovaquie, l’Allemagne se tourne vers la Pologne pour relier la Prusse Orientale au reste du territoire allemand en annexant Dantzig et priver la Pologne d’un accès à la mer Baltique.

-Cette fois Paris et Londres ne peuvent plus reculer et suite à l’invasion de la Pologne, les gouvernements britanniques et français déclarent à la guerre à la Pologne le 3 septembre 1939.

-Hélas pour la malheureuse Pologne, les gouvernements occidentaux n’engagent aucune offensive d’envergure jusqu’à la fin du conflit le 2 octobre 1939.

-On s’attend à une offensive à l’ouest mais octobre passe sans mouvement majeur côté allemand alors que des millions de soldats français et britanniques s’enfoncent dans la léthargie de la drôle de guerre.

-Ils en sont brutalement sortis par l’attentat le 9 novembre 1939 qui coûte la vie à Adolf Hitler et à quatorze autres personnes.

Note explicative : dans l’histoire telle que nous la connaissons, cet attentat commis par Georg Elser à bien eut lieu mais Hitler était parti bien avant l’explosion de la bombe. Dans mon uchronie, la bombe explose et tue le dictateur allemand.

Dans mon uchronie, il est exécuté en janvier 1940 après un procès sommaire alors que OTL (Official Time Line/L’Histoire officielle) il est exécuté à la fin du conflit quand il devint évident que la Troisième Reich est condamné.

-Un triumvirat de circonstance se forme avec Himmler, Goering et Borman. Ils se détestent cordialement et leur alliance est purement de circonstance.

-Ils prennent alors la décision de rappeler le vieil empereur Guillaume II de son exil néerlandais pour servir de caution présentable aux alliés. D’autant plus présentable que son aversion pour le nazisme est réelle.

-Le 15 décembre 1939, il annonce la suspension du conflit et propose la réunion d’une conférence internationale sur le sort de la Pologne. Les négociations préliminaires engagées à Coblence du 27 au 30 décembre 1939 sont un échec. En conséquence, Paris et Londres reconnaissent le gouvernement polonais en exil installé à Nantes.

-L’affrontement entre les trois triumvirs («c’est deux de trop » comme dira plus tard un haut responsable des renseignements britanniques) était à terme inévitable mais sans cesse repoussé  soit par la présence du Régent Guillaume II ou celle de son fils, le Kronprinz qui lui succède le 5 juin 1941.

-La position du nouveau Régent est nettement plus fragile. Il est bien plus influençable que son père et bien plus aisément manipulable.

-Le 8 mars 1943, la S.S lance un coup d’Etat pour évincer le Régent de son poste. Celui qui avait songé à devenir Guillaume III et établir un régime autoritaire et réactionnaire _bien différent du régime au pouvoir en Allemagne depuis 1933_ est arrêté puis enfermé à la prison de Plotenzsee.

-Une exécution faisant mauvais genre, le Kronprinz est exilé au Canada où il mourra en 1951 des suites d’une crise cardiaque.

-Le triumvirat est officiellement maintenu mais la situation ne peut qu’à terme dégénérer surtout que le 24 avril, Himmler se proclame Führer et que Heydrich prend le poste de Chancelier. Borman et Goering restent respectivement chef du parti et ministre-président de Prusse (en plus du commandement en chef de la Luftwaffe) mais ce n’est qu’une question de temps avant que n’éclate un affrontement ouvert.

-Le 3 septembre 1943, une tentative d’enlèvement de Borman à Munich par des hommes de la S.S déclenche une guerre civile qui va ensanglanter l’Allemagne jusqu’en mai 1945.

-Ensanglantée est un bien grand mot car les combats seront rares. Il s’agit plus d’une querelle de pouvoirs que de combats généralisés. Il y eut des combats certes, l’économie à été perturbée mais dans l’ensemble la majorité des citoyens allemands sont peu touchés et peu concernés par cette querelle.

-C’est fin 1944 que le conflit devient vraiment sanglant avec la destruction de Bonn et la mort de Goering (4 décembre 1944), laissant Borman seul face au duo Himmler/Heydrich.

-Cherchant des soutiens à l’étranger, Borman comment une erreur majeure qui provoque le ralliement de ses partisans les moins convaincus. Munich est prise le 9 mars 1945 sans combats et Martin Borman est capturé le 17 avril 1945. Jugé, il est fusillé le 7 mai 1945.

-Himmler et Heydrich ont désormais tous les pouvoirs. Ils préparent l’Allemagne et son peuple à un seul et unique objectif : la guerre.

-Remise en ordre à l’intérieur, expansion extérieure par l’économie et la propagande, réarmement qui atteint un niveau qui n’avait même pas été atteint en 1939.

-8-9 août 1947, réunion à bord du cuirassé Ludendorff pour décider des futures opérations militaires. A l’issue de cette réunion, les allemands prennent la décision d’envahir la Norvège et le Danemark.

-S’en suivra une opération contre la Corse et Malte pour couper la Méditerranée puis une éventuelle opération dans les Balkans pour sécuriser le flanc sud d’une future opération contre l’URSS jugée inévitable.

-Les préparatifs rentrent dans leur phase active au printemps 1948. Les alliés voient les préparatifs difficilement camouflables mais ils ne peuvent rien faire, une attaque préventive ne pouvant être efficace.

-Le 5 septembre 1948, les allemands lancent l’opération Weserübung. La Seconde Guerre Mondiale commence.

NdA : ici il s’agit d’une pure invention de ma part même si j’ai essayé de rester réaliste. Comme trois triumvirs c’est forcément deux de trop, il faisait choisir un vainqueur

Goering c’était impossible. Il aurait bloqué une véritable aéronavale avec des porte-avions et des groupes aériens sous contrôle de la Kriegsmarine. Borman aurait pu être un choix mais comment expliquer l’expansion de la branche militaire de la S.S en l’absence de Himmler et de Heydrich. Le choix de ce duo coulait de source.