9-Croiseurs légers (9)

Le Jean de Vienne

Le croiseur léger Jean de Vienne en 1937

Le croiseur léger Jean de Vienne en 1937

Le Jean de Vienne est mis sur cale à l’Arsenal de Lorient dans la Forme de Lanester le 20 décembre 1931, remplaçant le ravitailleur de sous marins Jules Verne. Il y est construit en très bonne compagnie puisqu’au même moment l’Arsenal de Lorient construit les contre-torpilleurs Le Fantasque et L’Audacieux.

Les travaux ne commencent cependant réellement que le 2 août 1933 et si la coque flotte pour la première fois le 15 mars 1934 lors de la mise à flot des deux contre-torpilleurs, la mise à flot du deuxième croiseur de 7600 tonnes n’ à lieu que le 31 juillet 1935.

Armé pour essais le 1er février 1936, il effectue sa première sortie à la mer le 2 avril 1936. Les  essais officiels commencent le 30 avril et s’achèvent par l’entrée au bassin pour démontage le 1er juillet.

Entré en armement définitif le 1er septembre 1936, les démontages sont achevés le 1er octobre et après d’ultimes vérifications, la clôture d’armement du croiseur est prononcée le 10 février 1937.

Le 9 mars 1937, le Jean de Vienne quitte son port constructeur pour Brest. La croisière d’endurance à cependant lieu depuis Lorient, le croiseur quittant le Morbihan le 2 avril, fait escale à Tanger du 4 au 6 avril avant d’arriver à Toulon le 7 avril jour de son admission au service actif.

L’arrivée de deux croiseurs légers entrainent une réorganisation des divisions de croiseurs de l’Escadre de la Méditerranée le 2 novembre 1937. La 1ère DC se compose désormais des croiseurs lourds Algérie Dupleix Foch et Colbert, la 2ème DC se compose désormais des croiseurs lourds Duquesne Tourville et Suffren et enfin la 3ème DC composée des croiseurs légers La Marseillaise (Amiral) Jean de Vienne et La Galissonnière.

A l’été 1939, la 3ème DC quitte Toulon pour Bizerte afin de faire pression sur les italiens dont on ignore à l’époque les desseins.

Le 1er juillet 1939 est formée la 4ème escadre composée de la 3ème DC et de contre-torpilleurs. Au printemps 1940, la 3ème DC devient 2ème DC en raison du choix de donner des numéros pairs aux divisions de croiseurs légers et des numéros impairs aux divisions de croiseurs lourds

Suite à d’importants mouvements de la Regia Marina au printemps 1940 avec notamment quatre convois fortement escortés en direction de la Libye, un dispositif de surveillance des côtes tunisiennes est mise en place avec l’aide d’avions et d’hydravions basés à terre, de poste de guêts alors qu’au large les unités de la 6ème Escadre Légère sont chargés de la surveillance hauturière.

Ce dispositif lourd et contraignant, inspiré de celui mis en place durant la Guerre d’Espagne voit la 2ème DC patrouiller dans un triangle Malte-Tunisie-frontière libyenne, les trois croiseurs se relayant jusqu’au 25 septembre 1940 quand ce dispositif est allégé puis supprimé le 31 décembre 1940.

Le Jean de Vienne effectue ainsi une mission de surveillance du 17 juin au 2 juillet 1940 avant une période d’indisponibilité du 3 au 14 juillet pour entretien et permissions de l’équipage.

Après quelques essais à la mer les 15 et 16 juillet, le croiseur relève son sister-ship La Marseillaise pour une nouvelle mission de surveillance du 19 juillet au 4 août suivit d’une seconde mission du même genre du 25 août au 6 septembre.

Entre ses deux missions, il reste à Bizerte où sort à proximité de son  port d’attache pour des entrainements en solitaire ou en compagnie de La Galissonnière du 7 au 15 septembre pour un entrainement au combat de nuit puis un entrainement de défense aérienne à la mer du 18 au 25 septembre. La dernière mission de surveillance du Jean de Vienne à lieu du 22 octobre au 14 novembre en relève de La Galissonnière.

Après une période d’entretien à flot du 15 novembre au 20 décembre 1940, le Jean de Vienne sort pour essais du 21 au 26 décembre avant une remise en condition du 28 décembre 1940 au 5 janvier 1941.

Le 7 janvier 1941, la 2ème DC sort au grand complet, le Jean de Vienne navire-amiral de la 6ème EL étant le premier navire à enbouquer le canal reliant le lac de Bizerte à la mer suivit par La Galissonnière _navire-amiral de la division_ et par La Marseillaise.

Les trois croiseurs font escale à Mers-El-Kebir pour se ravitailler du 10 au 12 janvier (même si les travaux de la base sont loin d’être encore achevés), franchit le détroit de Gibraltar puis gagne Brest où la division arrive le 16 janvier 1941.

La 2ème DC retrouve la 4ème DC composée des croiseurs légers Gloire Montcalm et Georges Leygues.

Les deux divisions vont manoeuvrer ensemble et avec une partie des contre-torpilleurs basés à Brest en l’occurence la 2ème DCT au complet (Jaguar Chacal et Léopard) et une partie seulement des 8ème DCT (Le Triomphant et Le Malin, l’Indomptable étant indisponible pour grand carénage) et 10ème DCT (Le Fantasque seul disponible, le Le Terrible étant en travaux à flot et L’Audacieux subissant une indisponibilité accidentelle).

Les six croiseurs et les six contre-torpilleurs appareillent de Brest le 18 janvier pour un exercice en mer d’Iroise. Tout commence par un exercice de combat antisurface, les contre-torpilleurs attaquant les croiseurs puis les croiseurs tentant d’intercepter des torpilleurs cherchant à gagner La Manche (18 au 25 janvier).

Après un ravitaillement auprès du pétrolier Nièvre mouillé en baie de Douarnenez (26 au 29 janvier), la 2ème DC se retrouve à attaquer la 4ème DC et les contre-torpilleurs avant que la 2ème DCT, La 8ème DCT et le 10ème DCT ne s’allie aux croiseurs «tunisiens» contre les croiseurs «brestois» (30 janvier au 9 février).

Après un mouillage en rade de Brest jusqu’au 16 février, la 2ème DC quitte la Bretagne, fait escale à Lorient du 18 au 21 février, à Saint Nazaire du 22 au 25 février, à Hendaye du 27 février au 1er mars, à Lisbonne du 3 au 7 mars, à Casablanca du 9 au 12 mars, franchit le détroit de Gibraltar le 14 mars avant de rentrer à Bizerte le 18 mars 1941.

Après une période d’indisponibilité du 19 au 30 mars, le Jean de Vienne sort pour essais du 1er au 4 avril avant de sortir pour entrainement en compagnie de La Marseillaise du 5 au 21 avril, faisant escale à La Valette du 22 au 27 avril, à Nicosie du 30 avril au 2 mai, à Lattaquié du 3 au 7 mai et à Beyrouth du 8 au 12 mai.

Le 21 mars 1941, la ville de Besançon devient ville-marraine du croiseur léger, Jean de Vienne premier amiral de France étant né à Dole dans la Jura à  proximité de Besançon.

Après un entrainement avec le Duguay-Trouin du 13 au 30 mai 1941, les deux croiseurs légers font escale à Alexandrie du 31 mai au 4 juin avant de rentrer à  Bizerte le 7 juin 1941.

Victime d’une avarie, le Jean de Vienne est en indisponibilité imprévue du 10 juin au 7 juillet avant des essais à la mer du 8 au 13 juillet suivis d’un entrainement en solitaire du 17 juillet au 4 août avant un retour à Bizerte le 7 août 1941.

Il sort avec son sister-ship La Marseillaise pour un entrainement combiné du 12 août au 7 septembre 1941, les deux navires ne passant que quelques heures dans le port de Sfax pour se ravitailler.

Ils enchainent successivement un entrainement au combat de nuit (12 au 20 août), un entrainement à la défense aérienne à la mer (22 au 28 août) et un entrainement au bombardement littoral suivi de la mise à terre des compagnies de débarquement pour la prise d’un ilôt désertique au large de Djerba (30 août au 7 septembre). Les deux navires sont de retour à Bizerte le 15 septembre après une escale à La Valette du 8 au 12 septembre 1941.

Le 25 septembre, le croiseur léger Jean de Vienne était au mouillage en alerte à 4h pour simuler un appareillage suite à une alerte au bombardement aérien, l’Amirauté voulant à tout prix éviter un embouteillage du lac suite à un bombardement ennemi (sous entendu italien) massif.

La base navale de Bizerte reçoit alors un SOS d’un hydravion de grande patrouille Bréguet Bizerte en difficulté au large du cap Bon. Le croiseur léger reçoit l’ordre d’appareiller le plus rapidement possible ce qu’il fait une heure et demi après la réception du SOS.

Après plusieurs heures de recherche (avec lancement de son hydravion Loire 130), le croiseur léger retrouve le Bréguet Bizerte et son équipage. Une remorque est passée mais alors que  l’on pensait pouvoir ramener le biplan trimoteur à sa base, le temps se dégrade et la remorque casse.

Pour éviter que l’épave ne soit une gêne pour la navigation, l’épave retrouvée le lendemain matin au large de Tunis est détruite à la mitrailleuse par un Bloch MB-175.

Rentré à Bizerte le 26 septembre 1941 dans la soirée, le Jean de Vienne ressort avec son sister-ship La Marseillaise du 4 au 21 octobre pour une série d’exercices avec tirs réels de 152mm contre terre et en mer sans oublier des lancement de torpilles contre un vieux cargo saisi par les Douanes. Ils sont de retour à Bizerte le 23 octobre 1941.

Après une période d’entretien à flot du 24 octobre au 12 novembre 1941, le Jean de Vienne ressort pour essais du 13 au 18 novembre avant une remise en condition effectuée en compagnie de son sister-ship La Marseillaise du 21 novembre au 12 décembre. Il sort encore une fois du 15 au 23 décembre pour un entrainement au combat de nuit.

Le 7 janvier 1942, le cuirassé Richelieu appareille pour une mission de représentation en Amérique du Sud, territoire où l’influence française n’était pas absente mais qui était tenté par un régime autoritaire de type fascisant.

Pour montrer le pavillon de façon convaincante, la France met les petits plats dans les grands avec une escadre composée du cuirassé Richelieu, du croiseur léger Jean de Vienne (venu pour l’occasion de Bizerte), les torpilleurs d’escadre Le Corsaire et Le Flibustier et le pétrolier Elorn, chargé de ravitailler tout ce petit monde.

La Division Navale Française (DNF) quitte donc Toulon le 7 janvier 1942 sous le commandement du contre-amiral François de Penvers, faisant escale à Casablanca le 13 janvier avant de traverser l’Atlantique, arrivant à Rio de Janeiro le 21 janvier.

Ouverts au public, les cinq navires remportent un très grand succès auprès des brésiliens qu’il s’agisse de simples visites ou de réceptions officielles. La DNF repart le 28 janvier direction Montevideo où elle fait escale du 29 janvier au 5 février 1942 avant de gagner le même jour Buenos Aires où la division reste mouillée jusqu’au 17 février 1942 quand elle appareille pour Valparaiso au Chili, arrivant à destination le 1er mars après une escale de deux jours les 20 et 21 février à Port Stanley, l’Elorn connaissant quelques ennuis mécaniques.

Le pétrolier L'Elorn

Le pétrolier L’Elorn

La DNF fait escale dans la principale base chilienne du 17 au 29 mars 1942 avant une brève escale à Callao au Pérou du 30 mars au 2 avril puis à Guyaquil (Équateur) du 5 au 7 avril. Elle franchit le canal de Panama le 9 avril et après une escale de ravitaillement à Fort de France les 14 et 15 avril, elle rentre à Toulon le 25 avril. La DNF est dissoute le lendemain. Le Jean de Vienne rentre dans la foulée à Bizerte  où il arrive le 27 avril à temps pour son grand carénage.

Le Jean de Vienne est échoué au bassin n°1 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah du 2 mai au 17 décembre 1942 pour une remise en état complète et une modernisation de ses capacités militaires. La coque est grattée et repeinte, les hélices sont changées. La catapulte un temps menacée est finalement conservée.

Un premier radar de veille surface est installé tandis que la DCA est modernisée : les 8 mitrailleuses de 13.2mm en quatre affûts doubles sont remplacés par huit canons de 37mm Schneider modèle 1941 en quatre affûts doubles et douze canons de 25mm Hotchkiss modèle 1939-40 en six affûts doubles.

Après des travaux à quai du 18 décembre 1942 au 4 janvier 1943, le croiseur léger est armé pour essais le 5 janvier. Il sort du 7 au 12 janvier pour essais en solitaire avant d’effectuer sa remise en condition en compagnie de son sister-ship La Galissonnière alors que La Marseillaise  à remplacé le Jean de Vienne dans le processus de grand carénage (26 décembre 1942 au 5 juin 1943).

La remise en condition du croiseur léger à lieu du 14 au 25 janvier 1943 avant une période complémentaire de travaux à flot jusqu’au 2 février date à laquelle le Jean de Vienne est (enfin selon certains) disponible.

La 2ème DC sort le 7 février 1943 pour accueillir au large de Bizerte le contre-torpilleur Hoche. Construit à Nantes, le puissant contre-torpilleur complète la 11ème DCT composée du Mogador et du Volta.

A noter que ces deux derniers sont encore armés de huit canons de 138mm en quatre pseudo-tourelles doubles et non de huit canons de 130mm en quatre pseudo-tourelles doubles comme le Hoche même si les travaux sont prévus sous peu.

Le contact est pris le 8 février, les deux croiseurs légers et le contre-torpilleurs manœuvrant ensemble jusqu’au 13 février quand ils retrouvent à Sfax les Mogador et Volta. Après un entrainement de la 11ème DCT (15 au 18 février), la 11ème DCT va affronter la 2ème DC du 21 au 27 février avant que les deux divisions ne rentrent ensemble à Bizerte le 1er mars 1943.

Le Jean de Vienne sort à nouveau pour un entrainement du 5 au 9 mars avant un déploiement au Levant toujours dans le but de dissuader l’Italie de toute menée hostile vis à vis de nos mandats.

Il arrive à Tartous en Syrie le 13 mars, faisant escale pendant cinq jours. Reprenant la mer le 18 mars, le croiseur fait escale à Beyrouth du 19 au 24 mars avant un exercice avec les forces de souveraineté présentes sur place et ce du 25 mars au 3 avril.

Rentré à Bizerte le 6 avril, il se ravitaille rapidement et ressort du 7 au 21 avril pour un exercice commun avec son sister-ship La Galissonnière, les deux croiseurs rentrant à Bizerte le 25 avril 1943 après une escale à Tunis du 22 au 24 avril 1943.

Le Jean de Vienne sort pour un entrainement au combat de nuit du 2 au 7 mai avant une escale à Sfax du 8 au 11 mai.

Reprenant la mer, il s’entraine à la surveillance aéromaritime, lançant à l’aube le 12 mai son Loire 130 et guidant plusieurs avions et hydravions sur des zones définies à l’avance. L’exercice se termine le 15 mai et le croiseur léger rentre à Bizerte le 17 mai 1943.

Après une période au mouillage dans le lac de Bizerte jusqu’au 22 mai, le croiseur léger sort pour un entrainement à la défense aérienne à la mer du 23 au 30 mai.

Le lendemain 1er juin, la 2ème DC (croiseurs légers La Galissonnière et Jean de Vienne) quittent Bizerte et participent du 2 au 12 juin 1943 à une partie des importantes manoeuvres menées par les 2ème et 4ème escadre depuis le 17 mai et jusqu’au 4 juillet. Les deux croiseurs rentrent à Bizerte  le 15 juin1.

Le Jean de Vienne est indisponible pour avarie du 15 juin au 5 juillet, une pollution du circuit d’alimentation en mazout ayant provoqué de sérieux dégâts sur au moins une chaudière que l’Arsenal de Sidi-Abdallah devra entièrement retuber. Après des essais à la mer convainquants du 6 au 12 juillet, le croiseur sort pour remise en condition du 13 au 30 juillet 1943.

Le Jean de Vienne sort pour un entrainement à la défense aérienne à la mer du 5 au 12 août suivit d’un entrainement au combat de nuit du 13 au 16 août. Du 17 au 30 août 1943, la 2ème DC sort pour entrainement avec notamment un spectaculaire tir de nuit dans le golfe de Gabès des 27 canons de 152mm de la division qui tirent un total de 270 obus de 152mm et des obus de 90mm. La 2ème DC rentre à Bizerte le 3 septembre 1943.

Après une période d’entretien à flot du 4 au 25 septembre, le Jean de Vienne sort pour essais du 26 au 30 septembre suivit d’un entrainement en solitaire du 1er au 10 octobre. Le 12 octobre, le Jean de  Vienne qui Bizerte pour Sfax le 14 octobre. Il y retrouve ses deux sister-ships de la 2ème DC et quatre torpilleurs de la 3ème DT.

Après une escale jusqu’au 18 octobre, la 2ème DC et la 3ème DT appareillent pour une série d’exercice : défense aérienne à la mer du 18 au 22 octobre, ravitaillement à la mer le 23 octobre, combat de nuit du 24 au 27 octobre, escorte et attaque de convois du 29 octobre au 5 novembre. Ils rentrent tous à Bizerte le 9 novembre.

Le 11 novembre 1943 pour le vingt-cinquième anniversaire de l’armistice à lieu une revue navale sur le lac de Bizerte, le résident général de Tunisie, Hugues de Puylaurent passe en revue à bord du croiseur La Galissonnière, le reste de la 2ème DC, la 3ème DT, les 7ème et 11ème DCT ainsi que plusieurs sous-marins.

Un défilé militaire à lieu également en ville avec des unités de l’armée de terre et des détachements des navires de la 6ème Escadre Légère y compris l’Emile Bertin alors en grand carénage. L’armée de l’air survole la ville avec les avions basés en Tunisie.

Le 14 novembre, le Jean de Vienne quitte Bizerte pour un entrainement au large du Sénégal. Il se ravitaille à Casablanca le 19 novembre puis arrive à Dakar le 22 novembre. Il s’entraine au tir à Rufisque du 25 novembre au 12 décembre avant un exercice combiné du 14 au 20 décembre 1943.

Il repart le lendemain 21 décembre, fait escale à Mers-El-Kebir du 27 au 30 décembre avant de rentrer à Bizerte le 3 janvier 1944.

La première sortie de l’année 1944 à lieu du 7 au 15 janvier quand la 2ème DC au complet sort pour un entrainement suivit d’une escale à La Valette du 16 au 24 janvier puis d’un déploiement dans les mandats libanais et syriens. La division est à Lattaquié en Syrie du 27 au 30 janvier puis à Beyrouth au Liban du 2 au 7 février avant de rentrer à Bizerte le 10 février 1944.

Du 14 février au 2  mars, les croiseurs de la 2ème DC par roulement participe à la remise en condition de l’Emile Bertin après son grand carénage. La Galissonnière sert de nounou du 14 au 21 février avant que le Jean de Vienne ne prenne sa place du 22 au 28 février alors que La Marseillaise ne ferme la marche du 29 février au 2 mars.

Le Jean de Vienne quitte Bizerte le 7 mars pour un essai de nouvelles torpilles, essais interrompus dès le 4 mars en raison de problèmes de chaudières qui font que le croiseur est indisponible du 5 mars au 12 avril. Après des essais satisfaisants du 13 au 20 avril, le croiseur léger est de nouveau déclaré disponible le 21 avril 1944.

Il sort pour un entrainement au combat de nuit du 22 au 26 avril puis un entrainement à la défense aérienne à la mer du 27 avril au 2 mai avant une escale à Sfax du 3 au 8 mai 1944.

Le 12 mai 1944 débutent les manoeuvres Harmattan destinés à répondre à des manoeuvres italiennes en Libye voisine. La 6ème Escadre Légère va y participer tout comme des unités des Forces Armées de Tunisie (FAT) et des unités de l’armée de l’air basés dans le protectorat.

Durant ces vingt-quatre jours d’exercices intensifs simulant une attaque de la ligne Mareth puis un raid sur les côtes tunisiennes, le Jean de Vienne et La Marseillaise vont aussi bien participer à des exercices de bombardement littoral en appui de troupes au sol, des exercices de combat de nuit, d’escorte et d’attaque de convois, de défense aérienne à la mer et même de mouillage de mines en protection de l’Emile Bertin. Les deux croiseurs rentrent à Bizerte le 10 juin après une escale à La Valette en compagnie de l’Emile Bertin.

Le 21 juin 1944, le Jean de Vienne appareille pour une nouvelle mission de présence au Levant, mission doublée d’une (discrète) mission de surveillance du Dodécannèse alors possession italienne.

Il fait escale à Lattaquié du 25 au 28 juin avant d’entamer sa mission de présence et de surveillance par une première patrouille du 30 juin au 12 juillet avant une escale au Pirée en Grèce du 13 au 17 juillet, une délégation d’officiers de la marine grecque visitant le croiseur pour la fête nationale française à savoir le 14 juillet.

Le croiseur léger effectue une nouvelle mission de surveillance et de présence du 18 juillet au 2 août, suivi à distance par un croiseur italien, le Pompeo Magno (classe Capitani Romani), les deux navires jouant au jeu du chat et de la souris. Après une ultime escale à Beyrouth du 2 au 9 août, le croiseur léger rentre  à Bizerte le 13 août et est indisponible jusqu’au 2 septembre 1944.

Il ressort pour essais du 3 au 7 septembre avant un entrainement de remise en condition du 8 au 16 septembre. De retour à Bizerte le 19 septembre, il sort pour un entrainement au combat de nuit en compagnie du contre-torpilleur Hoche et des torpilleurs de la 3ème DT du 25 septembre au 2 octobre.

Le Jean de Vienne ressort pour un entrainement à la défense aérienne à la mer du 12 au 20 octobre avant de préparer la remise en condition de son sister-ship La Galissonnière. Les deux croiseurs légers ne se quittent plus du 27 octobre au 12 novembre 1944, enchainant les entrainements à la navigation et au combat pour habituer un équipage qui dans le cas de La Galissonnière à été largement renouvelé.

Cette mise en condition à certes vu quelques écoles à feu mais pour un entrainement grandeur nature si l’on peut dire, mieux vaut aller à Rufisque près de Dakar pour

Les deux croiseurs légers quittent Bizerte le 14 novembre, font escale à Mers-El-Kebir pour se ravitailler le 17 novembre avant d’arriver à Dakar le 23 novembre. La traversée s’est déroulée à vitesse soutenue sans avaries mécaniques majeures.

Le stage à lieu du 24 novembre au 12 décembre avant de rentrer en Tunisie le 23 décembre après une escale de ravitaillement à Mers-el-Kebir le 18 décembre. Durant ce stage,  le Jean de Vienne à tiré un total de 180 obus de 152mm et 240 obus de 90mm. Le Jean de Vienne ne ressort plus jusqu’à la fin de l’année 1944.

La première sortie de l’année 1945 à lieu du 5 au 17 janvier pour une série de manoeuvres en compagnie de ses deux sister-ships La Galissonnière et La Marseillaise. Les trois croiseurs vont s’entrainer au combat de nuit, au lancement de torpilles, à l’utilisation de leur hydraviation, à la défense aérienne à la mer. La division fait ensuite escale à Sfax du 18 au 23 janvier puis à Alexandrie du 25 janvier au 1er février.

Les trois croiseurs légers vont manoeuvrer avec des unités de la Mediterranean Fleet basés au pays des Pharaon du 2 au 12 février avant une nouvelle escale à Alexandrie du 13 au 18 février. La 2ème DC fait ensuite escale à Beyrouth du 20 au 25 février avant de rentrer à Bizerte le 28 février.
Le Jean de Vienne est déclaré indisponible le 5 mars et commence à vidanger ses soutes et à débarquer ses munitions. On profite pour commencer à démonter ce qui doit être modifié comme la catapulte, les radars, les grues……….. .

Il est échoué au bassin n°3 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah le 20 mars pour un grand carénage. Il s’agit essentiellement de travaux de maintenance avec grattage et peinture de la coque, changement des hélices, retubage des chaudières, remplacement de plusieurs diesels-alternateurs.

Les canons de 152mm et de 90mm sont retubés, les pièces légères de DCA sont changées et des radars plus modernes installés. Un temps, on envisagea de débarquer la catapulte mais au final elle fût conservée.

Remis à flot le 4 septembre 1945, il est remorqué au quai d’armement pour des travaux complémentaires, notamment tout ce qui pouvait être réalisé hors du bassin. L’augmentation de la flotte mettait la pression sur les infrastructures notamment sur les bassins de carénage.

Armé pour essais le 21 septembre, le croiseur léger subit ses essais réglementaires du 23 au 28 septembre avant remise en condition du 29 septembre au 15 octobre en compagnie de ses deux sister-ship. La 2ème DC rentre au complet à Bizerte le 21 octobre après une escale à La Valette du 16 au 19 octobre 1945.

Les croiseurs légers Jean de Vienne et La Galissonnière sortent de Bizerte le 27 octobre et gagnent Mers-El-Kebir le 30 octobre. Du 1er au 9 novembre, elle vont servir de plastron aux défenses côtières du secteur d’Oran qui ont été totalement modernisées pour assurer une défense efficace de la base de la 4ème escadre ainsi que du port d’Oran à proximité qui est parfois utilisé par la marine.

Après un ravitaillement en carburant le 10 novembre, les deux croiseurs légers embarquent des hommes et du matériel pour la base aéronavale/station navale d’Ajaccio-Aspretto et quittent l’Afrique du Nord le 12 novembre pour la Corse où ils arrivent à l’aube le lendemain 13 novembre.

Le matériel débarqué, ils s’entrainent au large des îles Sanguinaires du 15 au 18 novembre avant une escale à Bonfiaccio du 19 au 23 novembre suivi d’un retour à Bizerte le 26 novembre 1945 à l’aube.

Du 7 au 15 décembre, la 2ème DC sort au complet pour un exercice de combat antisurface suivit d’une escale à Sfax du 16 au 22 décembre avant de rentrer à Bizerte le 24 décembre et de rester au port jusqu’à la fin de l’année 1945.

Le Jean de Vienne sort pour la première fois de l’année du 15 au 25 janvier 1946 pour un entrainement au large de Sfax où le croiseur léger fait escale du 26 janvier au 4 février avant de ressortir pour un nouvel entrainement du 5 au 17 février avant un retour à Bizerte le 25 février après une escale à La Valette sur l’île de Malte du 19 au 23 février.

Après une période d’entretien à flot (radars et artillerie) du 26 février au 4 mars, le Jean de Vienne ressort en compagnie de son sister-ship La Galissonnière pour entrainement du 14 au 23 mars 1946.

En escale à Sfax du 24 au 29 mars, les deux croiseurs légers y retrouvent le 30 mars les contre-torpilleurs de la 7ème DCT (Vauquelin Tartu et Chevalier Paul) pour un exercice en commun.

Tout commence par un affrontement entre les deux divisions du 1er au 7 avril avant un ravitaillement au dépôt pétrolier de Gabès (8 et 9 avril).

Du 10 au 16 avril 1946, La Galissonnière prend la tête de la 7ème DCT pour tenter d’intercepter le Jean de Vienne qui simulait un raider cherchant à intercepter des navires marchands et du 18 au 25 avril, c’est La Galissonnière qui devient le «méchant» poursuivit par le Jean de Vienne et les contre-torpilleurs. La 2ème DC et la 7ème DCT rentrent à Bizerte le 27 avril 1946.

Le Jean de Vienne ressort pour un entrainement au combat de nuit du 30 avril au 7 mai, mouillant la journée en baie de Gabès. Après un ravitaillement mouvementé (début d’incendie provoqué par la rupture d’un manche souple) le 8 mai, le croiseur léger ressort du 9 au 15 mai pour un entrainement de défense aérienne à la mer suivit après un nouveau ravitaillement à Gabès le 16 mai par un entrainement à l’escorte et à l’attaque de convois du 17 au 27 mai.

De retour à Bizerte le 30 mai 1946, le croiseur léger est indisponible du 1er au 24 juin (entretien courant et permissions de l’équipage) avant de sortir pour essais du 25 au 30 juin avant de reprendre l’entrainement par une sortie au large de Tunis du 2 au 13 juillet 1946.

Du 22 au 31 juillet 1946, le Jean de Vienne sort avec son sister-ship La Galissonnière pour un entrainement combiné avant une escale commune à La Valette du 2 au 8 août. Les deux croiseurs sont de retour à leur port d’attache le 10 août.

Le Jean de Vienne sort pour un entrainement aviation du 12 au 20 août, le croiseur effectuant de nombreux lancements de ses deux hydravions Dewoitine HD-731, des lancements simples, des lancements de nuit, des lancements avec charge militaire suivit de la délicate phase de récupération à la grue puisque le système de tapis d’amerrissage _théoriquement une bonne idée_ s’était révélée ingérable dans la pratique. Le croiseur léger rentre le 21 août à l’aube à Bizerte.

Après un exercice avec son sister-ship La Galissonnière du 30 aoû au 5 septembre, la 2ème DC va participer à la remise en condition du croiseur léger mouilleur de mines Emile Bertin.

C’est ainsi que du 9 au 21 septembre, la 2ème DC (La Galissonnière et Jean de Vienne) sort en compagnie de la 3ème DT pour participer à la remise en condition de l’Emile Bertin qui sortait de grand carénage et qui le 22 septembre redevint navire-amiral de la 6ème Escadre Légère en remplacement du contre-torpilleur Mogador qui avait assuré l’intérim.

Du 27 septembre au 3 octobre, les croiseurs légers Jean de Vienne et La Galissonnière sortent pour un entrainement commun avant de retrouver à la mer leur sister-ship La Marseillaise sortant de son grand carénage le lendemain, 4 octobre.

Les trois croiseurs vont s’entrainer de manière intensive jusqu’au 16 octobre qu’il s’agisse de la navigation de combat, de la défense aérienne à la mer, lancement de torpilles, tir de jour et de nuit…….. . Après un ravitaillement en baie de Gabès le 17 octobre, la division s’entraine jusqu’au 5 novembre (avec plusieurs ravitaillement à la mer) avant de rentrer à Bizerte le 8 novembre 1946.

La 2ème Division de Croiseurs sort au complet du 12 au 25 novembre avant une nouvelle croisière en direction du Levant, toujours dans le but de maintenir la pression sur l’Italie qui occupait le Dodécanèse.

Quittant Bizerte le 27 novembre, les trois croiseurs embouquent le canal de Bizerte (dans l’ordre : Jean de Vienne, La Galissonnière et La Marseillaise), contournent le cap Bon puis traversent le bassin oriental de la Méditerranée à grande vitesse jusqu’à Lattaquié où ils font escale du 2 au 8 décembre. Ils sont ensuite à Beyrouth du 9 au 15 décembre, à Haïfa du 16 au 19 décembre, à Alexandrie du 21 au 26 décembre avant de rentrer à Bizerte le 30 décembre 1946.

Les croiseurs légers La Galissonnière et Jean de Vienne sortent pour entrainement du 5 au 17 janvier avant une escale à Sfax du 18 au 23 janvier. Retrouvant à la mer le croiseur léger La Marseillaise le 24 janvier, la division au complet manoeuvre au large de la Tunisie jusqu’au 10 février, rentrant à Bizerte le 13 février 1947.

Le Jean de Vienne sort pour une mission spéciale du 14 au 21 février, apportant du matériel militaire à Aspretto, la base navale de la marine nationale en Corse. Au lieu de rentrer à Bizerte, le croiseur léger après une période au mouillage en Corse (22 au 28 février) gagne Toulon où  il arrive le 2 mars 1947

Ayant été choisit pour participer à un exercice franco-britannique, le Jean de Vienne va s’entrainer du 3 au 10 mars avec les autres navires choisis pour cet exercice : le porte-avions Joffre, le cuirassé Alsace, le croiseur lourd Henri IV, le croiseur léger De Grasse, les trois contre-torpilleurs de la 12ème DCT (Desaix Kleber Marceau), quatre torpilleurs d’escadre, trois sous-marins et deux pétroliers Elorn et Liamone.

Cette escadre baptisée Force T appareille de Toulon le 12 mars et arrive à La Valette le 15 mars  pour  participer à des exercices avec la Mediterranean Fleet sur le modèle des exercices Entente Cordiale qui engage la flotte de l’Atlantique et la Home Fleet. Cet exercice est baptisé «Cordial Agreement» en guise de clin d’oeil

Pour cette première, la flotte britannique de la Méditerranée à mobilisé les cuirassés Nelson et Rodney, le porte-avions Indomitable, les croiseurs légers Belfast et Newcastle, six destroyers et quatre sous-marins.

Inutile de vous dire que le vieux port de La Valette était largement embouteillé et les quais ouverts au public noirs de monde pour admirer cette magnifique escadre franco-britannique. Par courtoisie, les navires de chaque marine arboraient en plus de leur pavillon national, le pavillon de l’autre marine.

L’exercice commence par un exercice à terre le 16 mars pour s’accorder sur les règles lors des exercices et faire travailler la théorique. Les choses sérieuses commence le lendemain 17 mars par un exercice de lutte ASM.

Les sous-marins anglais et français vont ainsi tenter des attaques contre les navires français anglais selon plusieurs scénarios : soit des attaques contre des navires naviguant seuls ou des groupes occasionnels par exemple celui formé par les porte-avions Joffre et Indomitable, le cuirassé Alsace, les croiseurs légers De Grasse Jean Vienne et Belfast et plusieurs destroyers.

Le 18 mars, c’est un exercice de défense aérienne à la mer avec le matin, les deux groupes nationaux attaqués par des chasseurs bombardiers Supermarine Spitfire et des bombardiers torpilleurs Bristol Beaufort basés à Malte mais l’après midi, la force navale britannique attaque avec des bombardiers en piqué Douglas Dauntless et des avions torpilleurs Fairey Albacore les navires français.

Les 19 et 20 mars, c’est un combat d’escadre qui oppose la force T à son homologue britannique, à tour de rôle les deux forces cherchant à défendre Malte d’un raid amphibie.

Le 21 mars, les deux escadres gagnent la Tunisie, des îlots désertiques de la côte tunisienne servant de cible aux canons de 406,380, 203,152,130 et 120mm dans un bruyant concert sans parler des avions embarqués.

Les trois cuirassés, les deux porte-avions, les quatre croiseurs légers, le croiseur lourd, les neuf destroyers, les pétroliers et les sous-marins font ensuite escale à Bizerte où ils sont passés en revue par le résident général en Tunisie avant de se séparer le lendemain 22 mars, les navires français rentrant à Toulon le 24 mars 1947 au matin sauf le Jean de Vienne resté à Bizerte son port d’attache.

Après une période d’indisponibilité pour entretien du 23 mars au 7 avril, le Jean de Vienne sort pour essais du 8 au 15 avril puis pour remise en condition en compagnie de son sister-ship La Marseillaise du 17 avril au 5 mai, les deux croiseurs faisant escale à Tunis du 6 au 9 mai, à La Valette du 10 au 15 mai avant de rentrer à Bizerte le 17 mai 1947.

Le Jean de Vienne et La Marseillaise sortent de nouveau pour exercice du 27 mai au 4 juin avant une escale à Sfax du 5 au 10 juin. Les deux croiseurs manœuvrent à nouveau ensemble du 11 au 30 juin avant de rentrer à Bizerte le 3 juillet 1947.

Le 7 juillet, le Jean de Vienne appareille pour le Levant, arrivant à Beyrouth le 11 juillet et restant à quai jusqu’au 17 juillet quand le croiseur léger appareille pour des manoeuvres avec la Division Navale du Levant jusqu’au 30 juillet quand il arrive à Lattaquié pour une escale qui s’achève le 5 août, date de son départ pour Bizerte où il arrive le 10 août 1947.

La 2ème DC (Jean de Vienne et La Marseillaise) ressortent du 17 au 28 août pour un exercice combiné entre Bizerte et Tunis suivit après un ravitaillement rapide le 29 août par un entrainement à la défense aérienne à la mer du 30 août au 7 septembre puis un entrainement au combat de nuit du 8 au 15 septembre. Les deux croiseurs rentrent à Bizerte le 17 septembre 1947 à l’aube.

Après une période d’entretien à flot du 18 septembre au 5 octobre, le Jean de Vienne sort pour entrainement du 8 au 15 octobre avant de gagner Tunis où il retrouve le 19 octobre, son sister-ship La Galissonnière dont il va assurer la remise en condition.

Quittant Tunis le 20 octobre, les deux croiseurs manœuvrent au large des côtes de l’Afrique du Nord jusqu’au 29 octobre quand ils font escale à Mers-El-Kébir pour ravitaillement et ce jusqu’au 31 octobre. Reprenant la mer, les deux croiseurs légers vont gagner le polygone de tir de Rufisque pour entrainement au tir.

Ils arrivent à Dakar le 7 novembre 1947 et s’entrainent au polygone de Rufisque du 9 au 27 novembre avant une escale à Port-Etienne du 29 novembre au 3 décembre. Reprenant la mer, ils font une escale rapide à Mers-El-Kébir le 7 décembre avant de rentrer à Bizerte le 10 décembre 1947.

Le 12 décembre, La Galissonnière redevient navire-amiral de la 2ème DC et sort deux fois pour entrainement à savoir du 13 au 18 décembre et du 20 au 26 décembre 1947 en compagnie du Jean de Vienne.

La première sortie de la 2ème DC au complet à lieu du 5 au 15 janvier 1948 quand les trois croiseurs légers s’entrainent dans le sud tunisien en compagnie de plusieurs sous-marins et de l’armée de l’air qui tente de couler les trois croiseurs qui font mieux que se défendre.

Après une escale à Sfax du 16 au 19 janvier, les trois croiseurs légers retrouvent à la mer les torpilleurs légers de la 3ème DT mais également de la 1ère DT ( Le Fier L’Agile L’Entreprenant Le Farouche) venue de Toulon pour un entrainement du 20 janvier au 2 février avant un mouillage dans le Golfe de Gabès pour ravitaillement et repos jusqu’au 9 février 1948.

Les trois croiseurs et les huit torpilleurs légers vont ensuite s’entrainer au combat de nuit du 10 au 15 février avant de gagner le Levant pour une escale à Lattaquié (18 au 21 février), à Tartous (22 au 25 février) , à Beyrouth (26 février au 2 mars), Haïfa (4 au 7 mars) avant de rentrer à Bizerte le 11 mars 1948.

Le Jean de Vienne vidange alors ses soutes et débarque ses munitions avant d’être échoué au bassin n°3 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah le 15 mars pour des travaux jusqu’au 8 août 1948.

La coque est grattée, sablée et repeinte, les hélices changées, les chaudières retubées, les locaux-vie sont modernisés. L’électronique est remise à niveau, les canons  de 152 et de 90mm sont retubés et la DCA renforcée avec douze canons de 37mm Schneider modèle 1941 en trois affûts quadruples et seize canons de 25mm Hotchkiss modèle 1939-40 en huit affûts doubles. La catapulte est débarquée pour réduire un début de surcharge dans les hauts.

La guerre semblant chaque jour plus proche, les travaux sont accélérés. Les essais à la mer sont menés du 17 au 19 août avant remise en condition du 20 au 2 septembre quand il est de nouveau disponible, trois jours avant le début d’une nouvelle conflagration mondiale.

9-Croiseurs légers (8)

D-Croiseurs légers classe La Galissonnière

Le croiseur léger La Galissonnière en 1936

Le croiseur léger La Galissonnière en 1936

Avant-propos

Dans l’entre-deux-guerre la politique navale française est orienté toute entière vers un conflit contre l’Italie. Les motifs de friction ne manquent pas entre Paris et Rome notamment avec l’arrivée de Mussolini au pouvoir qui réclame l’annexion de terres considérées comme irrédentes : Nice, la Savoie, la Corse, la Tunisie et Djibouti.

Une véritable rivalité navale oppose la Royale à la Regia Marina et aux réalisations italiennes s’opposent les réalisations françaises et inversement. L’absence de construction de cuirassés reportent la rivalité dans les unités légères qu’il s’agissent des contre-torpilleurs et des croiseurs.

Les constructions navales françaises et italiennes sont également influencées par les traités navals de l’entre-deux guerre. Le traité de Washington de février 1922 identifie un croiseur comme un navire d’un tonnage maximal de 10000 tonnes et d’une artillerie principale d’un calibre maximal de 203mm.

Commence alors une course au croiseur lourd qui remplace la course au cuirassé antérieure et bien vite les limites sont atteintes par les différentes marines sans parler de l’agacement de la marine britannique qui se désole de ne pouvoir en construire suffisamment pour ses besoins.

Un nouveau traité est signé le 22 avril 1930 à Londres. Il définit deux catégories de croiseurs, la catégorie A («Heavy Cruiser» pour les marines américaines et anglaises; «Croiseur de 1ère classe» pour la marine nationale) qui comprend des croiseurs dont l’artillerie principale est d’un calibre compris entre 155 et 203mm et la catégorie B («Light Cruiser» ou «Croiseur de 2ème classe») qui comprend d’un navire d’un tonnage supérieur à 1850 tonnes Washington et dont l’artillerie est comprise entre 130 et 155mm.

La France avait anticipé le traité de Washington en construisant trois croiseurs dit spécialisés qu’il s’agisse du croiseur mouilleur de mines Pluton, du croiseur école Jeanne d’Arc et du croiseur léger Emile Bertin.

Ce dernier va servir de base aux premières études lancées dès la promulgation du traité de Londres en avril 1930. Une série de notes est échangé entre juin 1930 et juillet 1931. Les caractéristiques du projet sont ainsi définies :

-Déplacement : 8214 tonnes métriques (7720 tonnes Washington)

-Longueur : 172m entre perpendiculaires

-Propulsion : 4 lignes d’arbres et 4 chaudières

-Vitesse maximale : 31 noeuds

-Autonomie : 3000 miles nautiques à 18 noeuds

-Armement : 9 canons de 152mm en trois tourelles triples (deux avant et une arrière) 4 canons de 90mm en deux plate-formes doubles, 8 canons de 37mm, 8 mitrailleuses de 13.2mm, 6 tubes lance-torpilles de 550mm en deux plate-formes triples

-Protection : ceinture de 105mm pont blindé de 38mm
-Aviation : 4 hydravions d’1.6 tonnes (deux en hangar, un sur le pont et un sur la catapulte)

Comme on le voit, les caractéristiques techniques des nouveaux croiseurs sont en retrait par rapport à l’Emile Bertin. On recherche moins la performance pure que l’endurance.

Les nouveaux croiseurs de 2ème classe ont une forme de coque inspirée de l’Emile Bertin et du croiseur lourd Algérie mais à la poupe ronde en cul de poule, les La Galissonnière préférèrent une poupe carrée rendue nécessaire par l’utilisation d’un tapis flottant pour récupérer les hydravions. Cela leur valu le surnom de «culs carrés».

Le projet est donc définitivement validé en juillet 1931. Deux navires sont financées au budget 1931 et quatre autres au budget 1932. Ils sont baptisés en octobre 1931 (La Galissonnière et Jean de Vienne) et en décembre 1932 (La Marseillaise, Chateaurenault puis Georges Leygues, Gloire et Montcalm), la construction étant répartie entre six chantiers différents, les deux premiers étant construits par les Arsenaux et les quatre autres par les chantiers privés, «L’industrie» comme on disait à l’époque.

La Galissonnière

Le La Galissonnière peu avant son lancement

Le La Galissonnière peu avant son lancement

Il est mis en chantier le 27 octobre 1931 et mis sur cale le 15 décembre 1931 à la cale du Point au Jour. Il est lancé le 18 novembre 1933. Il est armé pour essais le 20 mars 1935.

Le La Galissonnière effectue sa première sortie à la mer le 24 mai et réalisé son essai de présentation en recette le 13 juin avant un passage au bassin jusqu’au 19 juin. Les essais officiels ont lieu du 20 juin au 14 juillet 1935 avant un passage au bassin et au quai d’armement pour démontages et vérification du 15 juillet 1935 au 15 janvier 1936.

Armé définitivement le 1er janvier 1936, il subit les essais de tirs le 17 janvier 1936 avant de subir les derniers travaux de mise au point. La clôture d’armement est prononcée le 1er avril, le croiseur effectuant ensuite sa traversée de longue durée, faisant escale à Beyrouth (3 mai 1936), Oran (15 au 17 mai) et Quiberon (20 au 24 mai).

Il est de retour à Brest le 25 mai et subit alors les visites de garantie du 1er juin au 1er septembre 1936. Admis au service actif le 29 octobre 1936, le nouveau fleuron des forces légères françaises appareille de Brest le même jour direction Toulon où il arrive le 11 novembre 1936 après une mission de présence au large de l’Espagne en pleine guerre civile.

A son admission au service actif, il forme une division baroque avec les croiseurs lourds Duquesne Tourville et Suffren, la 3ème DL devenue 3ème DC le 12 avril 1937.

L’arrivée de deux croiseurs légers entrainent une réorganisation des divisions de croiseurs de l’Escadre de la Méditerranée le 2 novembre 1937. La 1ère DC se compose désormais des croiseurs lourds Algérie Dupleix Foch et Colbert, la 2ème DC se compose désormais des croiseurs lourds Duquesne Tourville et Suffren et enfin la 3ème DC composée des croiseurs légers La Marseillaise (Amiral) Jean de Vienne et La Galissonnière.

A l’été 1939, la 3ème DC quitte Toulon pour Bizerte afin de faire pression sur les italiens dont on ignore à l’époque les desseins. Le 1er juillet 1939 est formée la 4ème escadre composée de la 3ème DC et de contre-torpilleurs. Au printemps 1940, la 3ème DC devient 2ème DC en raison du choix de donner des numéros pairs aux divisions de croiseurs légers et des numéros impairs aux divisions de croiseurs lourds

Suite à d’importants mouvements de la Regia Marina au printemps 1940 avec notamment quatre convois fortement escortés en direction de la Libye, un dispositif de surveillance des côtes tunisiennes est mise en place avec l’aide d’avions et d’hydravions basés à terre, de poste de guets alors qu’au large les unités de la 6ème Escadre Légère sont chargés de la surveillance hauturière.

Ce dispositif lourd et contraignant, inspiré de celui mis en place durant la Guerre d’Espagne voit la 2ème DC patrouiller dans un triangle Malte-Tunisie-frontière libyenne, les trois croiseurs se relayant jusqu’au 25 septembre 1940 quand ce dispositif est allégé puis supprimé le 31 décembre 1940.

La Galissonnière est ainsi à la mer du 25 mai au 16 juin (avec escale à La Valette du 2 au 5 juin) avant de renter à Bizerte le 18 juin. Après une période d’entretien à flot du 19 au 30 juin, il sort pour essais et remise en condition du 1er au 12 juillet avant une nouvelle mission de surveillance du 15 au 30 juillet puis du 2 au 17 août.

Après une période d’indisponibilité du 18 août au  5 septembre, le croiseur léger ressort avec son sister-ship Jean de Vienne pour un entrainement au combat de nuit du 7 au 15 septembre puis un entrainement à la défense aérienne à la mer du 18 au 27 septembre.

Rentré à Bizerte le 29 septembre 1940, La Galissonnière effectue une ultime mission de surveillance du 8 au 21 octobre avant de faire escale à La Valette du 22 au 27 octobre puis à Alger du 30 octobre au 5 novembre, rentrant le 7 novembre à Bizerte.

La Galissonnière sort pour entrainement au tir dans le sud de la Tunisie du 12 au 25 novembre, plusieurs obus de 152mm s’approchant dangereusement de la ligne Mareth à la grande fureur de l’armée de terre qui pesta contre «ces cochons de marins».

Le croiseur léger effectue ensuite un entrainement au combat de nuit du 30 novembre au 7 décembre avec des tirs réels d’obus de 152mm et des lancements de torpilles simulés. Il rentre à Bizerte le 9 décembre 1940. Le croiseur léger sort encore pour un entrainement en solitaire du 12 au 22 décembre, rentrant à Bizerte le 25 décembre 1940 et restant au port jusqu’à la fin de l’année.

Le 7 janvier, la 2ème DC sort au grand complet, le Jean de Vienne navire-amiral de la 6ème EL étant le premier navire à embouquer le canal reliant le lac de Bizerte à la mer suivit par La Galissonnière _navire-amiral de la division_ et par La Marseillaise.

Les trois croiseurs font escale à Mers-El-Kebir pour se ravitailler du 10 au 12 janvier (même si les travaux de la base sont loin d’être encore achevés), franchit le détroit de Gibraltar puis gagne Brest où la division arrive le 16 janvier 1941.

La 2ème DC retrouve la 4ème DC composée des croiseurs légers Gloire Montcalm et Georges Leygues. Les deux divisions vont manoeuvrer ensemble et avec une partie des contre-torpilleurs basés à Brest en l’occurence la 2ème DCT au complet (Jaguar Chacal et Léopard) et une partie seulement des 8ème DCT (Le Triomphant et Le Malin, l’Indomptable étant indisponible pour grand carénage) et 10ème DCT (Le Fantasque seul disponible, le Le Terrible étant en travaux à flot et L’Audacieux subissant une indisponibilité accidentelle).

Les six croiseurs et les six contre-torpilleurs appareillent de Brest le 18 janvier pour un exercice en mer d’Iroise. Tout commence par un exercice de combat antisurface, les contre-torpilleurs attaquant les croiseurs puis les croiseurs tentant d’intercepter des torpilleurs cherchant à gagner La Manche (18 au 25 janvier).

Après un ravitaillement auprès du pétrolier Nièvre mouillé en baie de Douarnenez (26 au 29 janvier), la 2ème DC se retrouve à attaquer la 4ème DC et les contre-torpilleurs avant que la 2ème DCT, La 8ème DCT et le 10ème DCT ne s’allie aux croiseurs «tunisiens» contre les croiseurs «brestois» (30 janvier au 9 février).

Après un mouillage en rade de Brest jusqu’au 16 février, la 2ème DC quitte la Bretagne, fait escale à Lorient du 18 au 21 février, à Saint-Nazaire du 22 au 25 février, à Hendaye du 27 février au 1er mars, à Lisbonne du 3 au 7 mars, à Casablanca du 9 au 12 mars, franchit le détroit de Gibraltar le 14 mars avant de rentrer à Bizerte le 18 mars 1941.

A noter que lors de l’escale nazairienne est signée la charte de parrainage entre le croiseur et la ville de Rochefort sur Mer, ville natale du marquis de la Galissonnière.

Le croiseur léger La Galissonnière débarque ses munitions le 23 mars, vidange ses soutes le 25 mars avant d’être échoué dans le bassin n°1 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah du 27 mars au 14 novembre 1941 pour un grand carénage initialement prévu en septembre……….. 1939.

La coque est grattée et repeinte, les hélices sont changées. La catapulte un temps menacé est finalement conservé. Un premier radar de veille surface est installé tandis que la DCA est modernisée : les 8 mitrailleuses de 13.2mm en quatre affûts doubles sont remplacés par huit canons de 37mm Schneider modèle 1941 en quatre affûts doubles et douze canons de 25mm Hotchkiss modèle 1939-40 en six affûts doubles.

Remis à flot, il est à quai pour des travaux complémentaires du 15 novembre au 12 décembre avant essais à la mer du 13 au 22 décembre puis remise en condition du 26 décembre au 11 janvier 1942.

Le croiseur La Galissonnière quitte Bizerte le 15 janvier 1942 pour un entrainement au polygone de Rufisque. Il fait escale pour se ravitailler à Casablanca du 21 au 23 janvier avant d’arriver à Dakar le 26 janvier. Il s’entraine et règle ses canons du 29 janvier au 19 février avant une escale à Port-Etienne du 21 au 27 février. Il rentre ensuite à Bizerte le 4 mars 1942.

Après une période de travaux à flot pour tirer les leçons de cette école à feu intensive du 5 au 12 mars, le croiseur léger ressort pour un entrainement en solitaire du 15 au 25 mars.

Le 7 avril 1942, la 2ème DC amputé du Jean de Vienne alors en croisière en Amérique du Sud  sort en compagnie de l’Emile Bertin pour une série d’exercices : défense aérienne à la mer (7 au 18 avril), combat de nuit (21 au  27 avril), attaque et escorte de convois (30 avril au 7 mai) et surveillance maritime (12 au 22 mai), les trois croiseurs rentrant à Bizerte le 25 mai 1942.

La Galissonnière et La Marseillaise sort ensemble du 7 au 17 juin pour un exercice de combat de nuit dans le Golfe de Gabès, haut lieu d’entrainement pour la 6ème escadre légère. Après une escale à Sfax du 18 au 23 juin, les deux croiseurs subissent un entrainement à la défense aérienne à la mer du 24 juin au 2 juillet avant de gagner le Levant pour une mission de présence, une façon de répondre à l’escale d’un croiseur léger italien,  le Raimundo Monteccucoli et de deux destroyers à Rhodes quelques jours auparavant.

Les deux croiseurs légers font escale à Lattaquié du 6 au 12 juillet, à Beyrouth du 13 au 17 juillet avant de manoeuvrer avec le croiseur léger Duguay Trouin, navire-amiral de la DNL du 18 au 27 juillet 1942 avant une escale à Haïfa du 28 juillet au 2 août, à Alexandrie du 4 au 7 août avant de rentrer à Bizerte le 14 août 1942.

Du 22 août au 2 septembre, La Galissonnière sort pour entrainement avec l’Emile Bertin puis après un mouillage en solitaire dans le golfe de Gabès jusqu’au 10 septembre, le croiseur léger, navire-amiral de la 2ème Division de Croiseurs reprend la mer pour un entrainement en solitaire du 11 au 28 septembre avec ravitaillement à la mer auprès du pétrolier Mékong avant une escale à La Valette du 29 septembre au 3 octobre avant un retour à Bizerte le 6 octobre 1942 à l’aube.

Le 12 octobre 1942, La Galissonnière sort pour un entrainement au combat de nuit avec La Marseillaise, entrainement qui à lieu jusqu’au 17 octobre avant une escale à Sfax du 18 au 25 octobre.

Les deux croiseurs quittent le port du sud tunisien le 26 octobre à  l’aube pour un entrainement en compagnie de la 3ème DT qui tente de les intercepter du 27 octobre au 4 novembre 1942 mais apparemment sans succès. Après une escale commune à La Valette du 5 au 10 novembre, les deux croiseurs et les quatre torpilleurs rentrent à Bizerte le 12 novembre 1942.

Le 14 novembre 1942, alors que l’Emile Bertin est immobilisé suite à un incendie, la 2ème DC toujours réduite à La Galissonnière et à La Marseillaise embouque le canal reliant le lac de Bizerte pour gagner la mer Méditerranée.

Il ne sont pas seuls puisque suivent la 11ème DCT (Mogador et Volta) et la 3ème DT au complet avec les torpilleurs légers  L’Alsacien Le Breton Le Corse et Le Tunisien.

Le premier exercice est un affrontement entre deux groupes  occasionnels. Du 15 au 23 novembre, le groupe Marseillaise (croiseur léger La Marseillaise et 11ème DCT) affronte le groupe Galissonnière (croiseur léger La Galissonnière et 3ème DT), chaque groupe étant à tour de rôle une escadre ennemi cherchant à forcer les accès au  golfe de Gabès ou à bombarder Sfax.
Après un ravitaillement à Sfax auprès de deux pétroliers civils réquisitionnés (le Mékong était à l’époque indisponible) du 24 au 27 novembre, les deux groupes s’entrainent avec l’aide de l’aéronavale et de l’armée de l’air à la défense aérienne à la mer et ce du 28 novembre au 8 décembre 1942.
Après un nouveau ravitaillement à Sfax du 9 au 11 décembre, les deux croiseurs légers, les deux contre-torpilleurs et les quatre torpilleurs légers effectuent un exercice de bombardement littoral dans le Golfe de Gabès du 12 au  20 décembre avant de rentrer à Bizerte le 22 décembre et d’y passer le reste de l’année à quai.
Le 17 décembre 1942, le Jean de Vienne avait quitté le bassin n°1 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah après plus de cinq mois de travaux entamés le 2 mai après son périple sud-américain. Après des travaux à quai du 18 décembre 1942 au 4 janvier 1943, le croiseur léger est armé pour essais le 5 janvier.
Il sort du 7 au 12 janvier pour essais en solitaire avant d’effectuer sa remise en condition en compagnie de son sister-ship La Galissonnière alors que La Marseillaise  à remplacé le Jean de Vienne dans le processus de grand carénage (26 décembre 1942 au 5 juin 1943).
La remise en condition du croiseur léger à lieu du 14 au 25 janvier 1943 avant une période complémentaire de travaux à flot jusqu’au 2 février date à laquelle le Jean de Vienne est (enfin selon certains) disponible.

La 2ème DC sort  le 7 février 1943 pour accueillir au large de Bizerte le contre-torpilleur Hoche. Construit à Nantes, le puissant contre-torpilleur complète la 11ème DCT composée du Mogador et du Volta.

Le contact est pris le 8 février, les deux croiseurs légers et le contre-torpilleurs manœuvrant ensemble jusqu’au 13 février quand ils retrouvent à Sfax les Mogador et Volta. Après un entrainement de la 11ème DCT (15 au 18 février), la 11ème DCT va affronter la 2ème DC du 21 au 27 février avant que les deux divisions ne rentrent ensemble à Bizerte le 1er mars 1943.

Après une période d’entretien à flot jusqu’au 21 mars, La Galissonnière sort pour essais du 22 au 25 mars avant un entrainement en solitaire du 27 mars au 5 avril puis en compagnie du Jean de Vienne revenu d’une déploiement au Levant du 7 au 21 avril, les deux croiseurs rentrant à Bizerte le 25 avril 1943 après une escale à Tunis du 22 au 24 avril.

Du 27 avril au 10 mai 1943, le navire-amiral de la 2ème DC sort pour entrainement aviation en l’occurence l’amarinisation de deux Dewoitine HD-731 qui remplacent avantageusement les deux Loire 130 qui équipaient jusque là le croiseur léger. Il rentre à Bizerte le 12 mai 1943.

Après une sortie du 14 au 22 mai pour entrainer les défenses côtières du secteur de Bizerte en servant de plastron pour des tirs simulés et/ou charges réduites, le croiseur léger participe le 30 mai à une cérémonie qui fait de lui le navire-amiral de la 6ème escadre légère en remplacement de l’Emile Bertin qui rentre en grand carénage.

Le lendemain 1er juin, la 2ème DC (croiseurs légers La Galissonnière et Jean de Vienne) quittent Bizerte et participent du 2 au 12 juin 1943 à une partie des importantes manoeuvres menées par les 2ème et 4ème escadre depuis le 17 mai et jusqu’au 4 juillet. Les deux croiseurs rentrent à Bizerte  le 15 juin.

Alors que le Jean de Vienne est indisponible pour une avarie (15 juin au 5 juillet), la Galissonnière va participer à la remise en condition de La Marseillaise.

Ce dernier avait été échoué au bassin du 26 décembre 1942 au 5 juin 1943 et subit une période de travaux à quai jusqu’au 20 juin quand il subit une semaine d’essais à la mer jusqu’au 27 juin avant un stage de remise en condition en compagnie de La Galissonnière du 30 juin au 15 juillet, date à laquelle il est disponible.

Après une période d’indisponibilité pour permettre à l’équipage de prendre quelques permissions (15 juillet au 5 août), le navire-amiral de la 6ème EL sort pour essais du 7 au 15 août puis pour remise en condition en compagnie du Jean de Vienne et de La Marseillaise du 17 au 30 août avec notamment un spectaculaire tir de nuit dans le golfe de Gabès des 27 canons de 152mm de la division qui tirent un total de 270 obus de 152mm et des obus de 90mm. La 2ème DC rentre à Bizerte le 3 septembre 1943.

La Galissonnière sort pour un entrainement en solitaire entre Tunis et Bizerte du 12 au 18 septembre avant une escale à Mers-El-Kebir du 19 au 22 septembre puis à Ajaccio du 23 au 27 septembre avant de rentrer à Bizerte le 30 septembre 1943.

Du 4 au 12 octobre, les croiseurs légers La Galissonnière et La Marseillaise sortent pour entrainement en compagnie de la 3ème DT.

Les deux croiseurs et les quatre torpilleurs légers sont ensuite rejoints le 14 octobre par le Jean de Vienne pour une escale commune à Sfax jusqu’au 18 octobre quand la 2ème DC et la 3ème DT appareillent pour une série d’exercice : défense aérienne à la mer du 18 au 22 octobre, ravitaillement à la mer le 23 octobre, combat de nuit du 24 au 27 octobre, escorte et attaque de convois du 29 octobre au 5 novembre. Ils rentrent tous à Bizerte le 9 novembre.

Le 11 novembre 1943 pour le vingt-cinquième anniversaire de l’armistice à lieu une revue navale sur le lac de Bizerte, le résident général de Tunisie, Hugues de Puylaurent passe en revue à bord du croiseur La Galissonnière, le reste de la 2ème DC, la 3ème DT, les 7ème et 11ème DCT ainsi que plusieurs sous-marins1.

Un défilé militaire à lieu également en ville avec des unités de l’armée de terre et des détachements des navires de la 6ème Escadre Légère y compris l’Emile Bertin alors en grand carénage. L’armée de l’air survole la ville avec les avions basés en Tunisie.

Après une période d’indisponibilité du 13 novembre au 2 décembre, le croiseur léger sort pour essais du 3 au 9 décembre puis pour remise en condition du 12 au 22 décembre avant de passer la fin de l’année à quai.

La première sortie de l’année 1944 à lieu du 7 au 15 janvier quand la 2ème DC au complet sort pour un entrainement suivit d’une escale à La Valette du 16 au 24 janvier puis d’un déploiement dans les mandats libanais et syriens. La division est à Lattaquié en Syrie du 27 au 30 janvier puis à Beyrouth au Liban du 2 au 7 février avant de rentrer à Bizerte le 10 février 1944.

Du 14 février au 2  mars, les croiseurs de la 2ème DC par roulement participe à la remise en condition de l’Emile Bertin après son grand carénage. La Galissonnière sert de nounou du 14 au 21 février avant que le Jean de Vienne ne prenne sa place du 22 au 28 février avant que La Marseillaise ne boucle la boucle du 29 février au 2 mars.

Ce même jour, l’Emile Bertin redevient navire-amiral de la 6ème Escadre Légère et La Marseillaise devient navire-amiral de la 2ème DC en remplacement du croiseur léger La Galissonnière qui va entrer en grand carénage.

Le croiseur léger La Galissonnière est échoué dans le bassin n°3 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah le 7 mars pour essentiellement des travaux de maintenance avec grattage et peinture de la coque, changement des hélices, retubage des chaudières, remplacement de plusieurs diesels-alternateurs.

Les canons de 152mm et de 90mm sont retubés, les pièces légères de DCA sont changées et des radars plus modernes installés. Un temps, on envisagea de débarquer la catapulte mais au final elle fût conservée.

Remis à flot le 12 septembre 1944, le croiseur léger subit des travaux complémentaires à quai au cours duquel un incendie se déclare, incendie vite maitrisé mais qui retarde la fin des travaux qui n’ à lieu que le 7 octobre au lieu du 30 septembre.

Armé pour essais le 9 octobre 1944, le La Galissonnière sort pour essais du 10 au 17 octobre puis du 19 au 24 octobre avant d’entamer sa remise en condition en compagnie du Jean de Vienne qui doit entré en carénage au printemps prochain.

La mise en condition à lieu du 27 octobre au 12 novembre au large de la Tunisie avant une école à feu commune à Rufisque. Les deux croiseurs légers quittent Bizerte le 14 novembre, font escale à Mers-El-Kebir pour se ravitailler le 17 novembre avant d’arriver à Dakar le 23 novembre.

Le stage à lieu du 24 novembre au 12 décembre avant de rentrer en Tunisie le 23 décembre après une escale de ravitaillement à Mers-el-Kebir le 18 décembre. Le 24 décembre, Le croiseur La Galissonnière redevient navire-amiral de la 2ème DC en remplacement du croiseur La Marseillaise.

La première sortie de l’année 1945 à lieu du 5 au 17 janvier pour une série de manoeuvres en compagnie de ses deux sister-ships. Les trois croiseurs vont s’entrainer au combat de nuit, au lancement de torpilles, à l’utilisation de leur hydraviation, à la défense aérienne à la mer. La division fait ensuite escale à Sfax du 18 au 23 janvier puis à Alexandrie du 25 janvier au 1er février.

Les trois croiseurs légers vont manoeuvrer avec des unités de la Mediterranean Fleet basés au pays des Pharaon du 2 au 12 février avant une nouvelle escale à Alexandrie du 13 au 18 février. La 2ème DC fait ensuite escale à Beyrouth du 20 au 25 février avant de rentrer à Bizerte le 28 février.

Le 5 mars 1945, le croiseur léger, navire-amiral de la 2ème DC sort pour un entrainement en solitaire jusqu’au 13 mars quand il retrouve à  la mer La Marseillaise (le Jean de Vienne s’apprête à entrer en carénage _en l’occurence du 20 mars au 4 septembre 1945_) pour un entrainement commun jusqu’au 21 mars quand les deux croiseurs font escale à La Valette du 22 au 28 mars avant de rentrer à Bizerte le 1er avril 1945.

Après une période d’entretien à flot du 2 au 14 avril 1945 (changement de la catapulte), La Galissonnière sort pour entrainement en compagnie de la 3ème DT. Tout commence par une simulation de combat antisurface du 20 au 27 avril avant un exercice de combat de nuit du 28 au 30 avril.

Après un ravitaillement en baie de Gabès (où un dépôt pétrolier à été aménagé pour ne pas immobiliser inutilement un pétrolier) les 1er et 2 mai, le croiseur léger et les quatre torpilleurs légers subissent les foudres de l’armée de l’air dans un grand exercice de défense aérienne à la mer du 3 au 8 mai non sans casse puisque certains passes sont réalisées avec des munitions réelles : l’Alsacien est endommagé par une bombe de 100kg et quatre avions sont abattus. Inutile de vous dire que les responsables ont pris un sacré savon………. .

Après un exercice d’interception du croiseur léger par les torpilleurs du 10 au 17 mai, le croiseur léger et les torpilleurs affrontent du 19 au 27 mai 1945, la 11ème DCT (Mogador Volta Hoche) avant que le croiseur léger, les trois contre-torpilleurs et les quatre torpilleurs légers ne rentrent à Bizerte jusqu’au 28 mai.

Le croiseur léger La Galissonnière reste à Bizerte à quai ou au mouillage jusqu’au 24 juin quand il ressort pour entrainement avec le croiseur léger La Marseillaise jusqu’au 1er juillet quand les deux croiseurs mouillent en baie de Gabès pour un ravitaillement.

Ils sortent très tôt le 2 juillet sur alerte, un hydravion ayant signalé un navire suspect qui est en réalité le pétrolier Mékong qui jouait le rôle d’un croiseur auxiliaire ennemi. Le croiseur auxiliaire échappe dans un premier temps aux deux croiseurs avant d’être intercepté le 4 juillet au large de Bizerte où il est «coulé». Les trois navires rentrent à Bizerte le même jour.

Après une période d’indisponibilité pour entretien à flot et permissions de l’équipage jusqu’au 27 juillet, Le croiseur léger La Galissonnière sort pour essais du 28 juillet au 4 août avant une remise en condition en compagnie de son sister-ship La Marseillaise et du contre-torpilleur Mogador du 6 au 24 août 1945.

La Galissonnière sort pour un entrainement en solitaire du 27 août au 7 septembre avant une escale à Sfax du 8 au 12 septembre avant de rentrer à Bizerte le 15 septembre.

Le Jean de Vienne à donc subi du 20 mars au 4 septembre 1945 un grand carénage avec passage au bassin n°3 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah. Après une période de travaux à quai jusqu’au 21 septembre, le croiseur léger subit ses essais réglementaires du 23 au 28 septembre avant remise en condition du 29 septembre au 15 octobre en compagnie de ses deux sister-ship. La 2ème DC rentre au complet à Bizerte le 21 octobre après une escale à La Valette du 16 au 19 octobre 1945.

Les croiseurs légers La Galissonnière et Jean de Vienne sortent de Bizerte le 27 octobre et gagnent Mers-El-Kebir le 30 octobre. Du 1er au 9 novembre, elle vont servir de plastron aux défenses côtières du secteur d’Oran qui ont été totalement modernisées pour assurer une défense efficace de la base de la 4ème escadre ainsi que du port d’Oran à proximité qui est parfois utilisé par la marine.

Après un ravitaillement en carburant le 10 novembre, les deux croiseurs légers embarquent des hommes et du matériel pour la base aéronavale/station navale d’Ajaccio-Aspretto et quittent l’Afrique du Nord le 12 novembre pour la Corse où ils arrivent à l’aube le lendemain 13 novembre.

Le matériel débarqué, ils s’entrainent au large des îles Sanguinaires du 15 au 18 novembre avant une escale à Bonfiacio du 19 au 23 novembre suivi d’un retour à Bizerte le 26 novembre 1945 à l’aube.

Du 7 au 15 décembre, la 2ème DC sort au complet pour un exercice de combat antisurface suivit d’une escale à Sfax du 16 au 22 décembre avant de rentrer à Bizerte le 24 décembre et de rester au port jusqu’à la fin de l’année.

Après une période d’entretien à flot du 2 au 15 janvier, le navire-amiral de la 2ème DC, le croiseur léger La Galissonnière sort pour un entrainement à la défense aérienne à la mer du 17 au 21 janvier avant de retrouver le lendemain à Sfax son sister-ship La Marseillaise.

Après trois jours d’escale (22 au 25 janvier), les deux croiseurs manœuvrent ensemble du 26 janvier au 4 février avant un ravitaillement à Gabès le 5 février suivit d’une mission de présence au large du Levant du 7 au 27 février (escales à Lattaquié du 12 au 15 février et à Beyrouth du 20 au 22 février) avant de rentrer à Bizerte le 2 mars 1946.

Alors que le croiseur léger La Marseillaise est entré en grand carénage (bassin n°3  12 mars au 17 septembre 1946), les croiseurs légers La Galissonnière et Jean de Vienne sortent pour entrainement du 14 au 23 mars 1946.

En escale à Sfax du 24 au 29 mars, les deux croiseurs légers y retrouvent le 30 mars les contre-torpilleurs de la 7ème DCT (Vauquelin Tartu et Chevalier Paul) pour un exercice en commun. Tout commence par un affrontement entre les deux divisions du 1er au 7 avril avant un ravitaillement au dépôt pétrolier de Gabès (8 et 9 avril).

Du 10 au 16 avril 1946, La Galissonnière prend la tête de la 7ème DCT pour tenter d’intercepter le Jean de Vienne qui simulait un raider cherchant à intercepter des navires marchands et du 18 au 25 avril, c’est La Galissonnière qui devient le «méchant» poursuivit par le Jean de Vienne et les contre-torpilleurs. La 2ème DC et la 7ème DCT rentrent à Bizerte le 27 avril 1946.

Du 4 au 15 mai 1946, le croiseur léger La Galissonnière sort pour un entrainement au combat de nuit en solitaire avant une escale à Sfax du 16 au 19 mai. Reprenant la mer le lendemain 20 mai, le croiseur léger retrouve la 3ème DT pour un entrainement en commun du 21 mai au 2 juin avant que tout le monde rentre au bercail le 4 juin 1946.

La Galissonnière sort pour un entrainement de défense aérienne à la mer du 10 au 16 juin 1946 suivit d’un entrainement au bombardement littoral dans le désert tunisien du 17 au 25 juin avant de rentrer à Bizerte le 28 juin.

Après une période d’indisponibilité du 29 juin au 15 juillet (entretien et permissions de l’équipage), le croiseur léger sort pour essais du 16 au 21 juillet avant un entrainement en compagnie du Jean de Vienne du 22 au 31 juillet. Ils rentrent à Bizerte le 10 août après une escale à La Valette du 2 au 8 août.

Après un exercice d’appareillage sur alerte le 13 août, La Galissonnière ressort pour un entrainement en solitaire du 20 au 28 août puis avec le Jean de Vienne du 30 août au 5 septembre  1946.

Du 9 au 21 septembre, la 2ème DC (La Galissonnière et Jean de Vienne) sortent en compagnie de la 3ème DT pour participer à la remise en condition de l’Emile Bertin qui sortait de grand carénage et qui le 22 septembre redevient navire-amiral de la 6ème Escadre Légère en remplacement du contre-torpilleur Mogador qui avait assuré l’intérim.

Le 17 septembre, le croiseur léger La Marseillaise quitte le bassin n°3 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah où il venait de passer six mois. Après une période de travaux à quai jusqu’au 2 octobre, le croiseur léger sort pour essais du 3 au 10 octobre avant d’entamer sa remise en condition.

Les croiseurs légers La Galissonnière et Jean de Vienne après un exercice de combat du 27 septembre au 3 octobre 1946 retrouvent leur congénère à la mer le lendemain 4 octobre pour douze jours d’entrainement intensif jusqu’au 16 octobre. Après un ravitaillement en baie de Gabès le 17 octobre, la division s’entraine jusqu’au 5 novembre avant de rentrer à Bizerte le 8 novembre 1946.

La 2ème division de croiseurs sort au complet du 12 au 25 novembre avant une nouvelle croisière en direction du Levant, toujours dans le but de maintenir la pression sur l’Italie qui occupait le Dodécanèse.

Quittant Bizerte le 27 novembre, les trois croiseurs embouquent le canal de Bizerte (dans l’ordre : Jean de Vienne, La Galissonnière et La Marseillaise), contournent le cap Bon puis traversent le bassin oriental de la Méditerranée à grande vitesse jusqu’à Lattaquié où ils font escale du 2 au 8 décembre. Ils sont ensuite à Beyrouth du 9 au 15 décembre, à Haïfa du 16 au 19 décembre, à Alexandrie du 21 au 26 décembre avant de rentrer à Bizerte le 30 décembre 1946.

Les croiseurs légers La Galissonnière et Jean de Vienne sortent pour entrainement du 5 au 17 janvier avant une escale à Sfax du 18 au 23 janvier. Retrouvant à la mer le croiseur léger La Marseillaise le 24 janvier, la division au complet manoeuvre au large de la Tunisie jusqu’au 10 février, rentrant à Bizerte le 13 février 1947.

Après deux courtes sorties d’entrainement en solitaire (17 au 23 février et 27 février au 4 mars), le croiseur léger cède son pavillon de navire-amiral à son sister-ship Jean de Vienne pour entrer en grand carénage.

Après avoir vidangé ses soutes et débarqué ses munitions, le croiseur léger est échoué dans le bassin n°3 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah le 15 mars 1947 pour une véritable remise en état et une modernisation.

La coque est grattée, sablée et repeinte, les hélices changées, les chaudières retubées, les locaux-vie sont modernisés. L’électronique est remise à niveau, les canons sont retubés et la DCA renforcée avec douze canons de 37mm Schneider modèle 1941 en trois affûts quadruples et seize canons de 25mm Hotchkiss modèle 1939-40 en huit affûts doubles. La catapulte est maintenue alors que les plans d’origine prévoyaient son débarquement.

Le croiseur léger est remis à flot le 13 septembre 1947 avec quelques jours de retard puis remorqué au quai d’armement pour des travaux complémentaires jusqu’au 27 septembre quand il est armé pour essais.

Après des essais au point fixe les 28 et 29 septembre, La Galissonnière sort pour essais du 30 septembre au 12 octobre avant une escale à Tunis du 13 au 18 octobre. Le 19 octobre, il retrouve dans la capitale du protectorat son sister-ship Jean de Vienne pour remise en condition.

Quittant Tunis le 20 octobre, les deux croiseurs manœuvrent au large des côtes de l’Afrique du Nord jusqu’au 29 octobre quand ils font escale à Mers-El-Kébir pour ravitaillement et ce jusqu’au 31 octobre. Reprenant la mer, les deux croiseurs légers vont gagner le polygone de tir de Rufisque pour entrainement au tir.

Ils arrivent à Dakar le 7 novembre 1947 et s’entrainent au polygone de Rufisque du 9 au 27 novembre avant une escale à Port Etienne du 29 novembre au 3 décembre avant de reprendre la mer pour une escale de ravitaillement à Mers-El-Kébir le 7 décembre puis de rentrer à Bizerte le 10 décembre 1947.

Le 12 décembre, La Galissonnière redevient navire-amiral de la 2ème DC et sort deux fois pour entrainement à savoir du 13 au 18 décembre et du 20 au 26 décembre 1947 en compagnie du Jean de Vienne.

La première sortie de la 2ème DC au complet à lieu du 5 au 15 janvier quand les trois croiseurs légers s’entrainent dans le sud tunisien en compagnie des sous-marins Aber Wrach et Tromelin et de l’armée de l’air qui tente de couler les trois croiseurs qui font mieux que se défendre.

Après une escale à Sfax du 16 au 19 janvier, les trois croiseurs légers retrouvent à la mer les torpilleurs légers de la 3ème DT mais également de la 1ère DT ( Le Fier L’Agile L’Entreprenant Le Farouche) venue de Toulon pour un entrainement du 20 janvier au 2 février avant un mouillage dans le Golfe de Gabès pour ravitaillement et repos jusqu’au 9 février 1948.

Les trois croiseurs et les huit torpilleurs légers vont ensuite s’entrainer au combat de nuit du 10 au 15 février avant de gagner le Levant pour une escale à Lattaquié (18 au 21 février), à Tartous (22 au 25 février) , à Beyrouth (26 février au 2 mars), Haïfa (4 au 7 mars) avant de rentrer à Bizerte le 11 mars 1948.

Alors que le Jean de Vienne entre en grand carénage (bassin n°3 15 mars au 8 août 1948), le croiseur léger La Galissonnière reste lui toujours aussi actif, sortant avec son sister-ship La Marseillaise du 21 mars au 4 avril suivit par une série d’escales à l’étranger : La Valette du 5 au 9 avril, Le Pirée en Grèce du 12 au 15 avril, Thessalonique du 17 au 21 avril, à Istanbul du 23 au 26 avril, à Beyrouth du 29 avril au 3 mai avant un retour à Bizerte le 7 mai 1948.

Après une période d’entretien à flot du 12 mai au 15 juin, le croiseur léger sort pour essais du 16 au 20 juin avant une remise en condition opérationnelle du 21 juin au 2 juillet 1948. La Galissonnière sort pour un entrainement au combat de nuit du 4 au 13 juillet puis un entrainement de défense aérienne à la mer du 15 au 22 juillet.

Après une période d’indisponibilité (permissions de l’équipage) du 23 juillet au 7 août, le croiseur léger passe dès le 8 août aux effectifs de guerre. Il sort pour une mission de surveillance des côtes libyennes du 12 au 27 août, rentrant à  Bizerte le 30 août 1948. Il reste ensuite au mouillage dans le lac de Bizerte, en alerte prêt à appareiller en compagnie de son sister-ship La Marseillaise.

9-Croiseurs légers (7)

D-Croiseur léger Émile Bertin

Le croiseur léger Emile Bertin

Le croiseur léger Emile Bertin

Un nouveau croiseur léger mouilleur de mines ?

Dès la fin des années vingt, l’état major de la marine se préoccupe de la nouvelle génération de croiseurs. Les trois Duguay Trouin sont très réussis mais leur artillerie de 155mm est jugée comme trop limitée et leur armement en torpilles est considéré comme excessif sans parler de l’absence de protection.

Parallèlement se pose aussi la question du mouillage de mines. Le Pluton était en construction mais il ne pouvait assurer tout seul les plans de mouillage de mines prévus. Les marins français s’interrogent alors : est-il bien utile de construire des mouilleurs de mines spécialisés ?

La Royale ne tarde pas à répondre nom et si le futur Émile Bertin est officiellement appelé «croiseur de 6000 tonnes mouilleur de mines», ce n’est en rien un Pluton bis mais un véritable croiseur ayant comme fonction secondaire le mouillage de mines.

L’acte de naissance de l’Emile Bertin peut être fixé le 18 décembre 1928 quand la décision ministérielle 1254 E.M.G/3 demande au STCN l’étude d’un nouveau croiseur léger. Le STCN aboutit ainsi en 1929 à un avant-projet qui donne un déplacement de 5980 tonnes Washington, un déplacement en charge normale de 6530 tonnes, une longueur de 177m, une puissance propulsive de 102000ch, une vitesse de 34 noeuds et un rayon d’action de 3000 miles nautiques à 18 noeuds.

C’est sous le nom administratif de Cl-1 qu’il est financé à la tranche 1930 votée le 12 janvier 1930 et qui prévoit également la construction d’un croiseur lourd (le futur Algérie), six contre-torpilleurs (future classe Le Fantasque), de deux avisos coloniaux type Bougainville, de six sous marins de 1ère lasse, d’un sous marin mouilleur de mines type Saphir et du mouilleur de filets Gladiateur.

Le 3 décembre 1930, le ministre de la Marine, Jacques-Louis Dumesnil baptisé Cl-1 du nom d’Émile Bertin. Le 26 août 1931, la construction est attribuée aux chantiers de Penhoët mais l’armement doit se faire au sein de l’Arsenal de Brest.

Carrière opérationnelle

L'Emile Bertin en construction

L’Emile Bertin en construction

-L’Emile Bertin est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers Navals de Saint Nazaire-Penhoët le 18 août 1931 et lancé le 9 mai 1933 en présence du ministre de la Marine Georges Leygues. Le croiseur est armé pour essais le 15 mai 1934 suivit de sa première sortie à la mer pour sa présentation en recette le 28 juin 1934.

Le croiseur quitte son port constructeur le 9 juillet 1934 pour Brest où il arrive le lendemain 10 juillet. Après une série d’essais réalisés du 17 juillet au 14 août (au cours desquels il atteint la vitesse de 40.2 noeuds !), il entre en démontages le lendemain 15 août.

Entré en armement définitif le 15 octobre 1934, il subit d’autres tests notamment pour recetter l’artillerie et les torpilles avant que la clôture de l’armement ne soit prononcée le 28 janvier 1935.

La Directive Ministérielle D.M.81 EMG/3 du 6 février 1935 affecte provisoirement l’Emile Bertin à la 2ème escadre basée à Brest en attendant que ne soient achevés les croiseurs légers La  Galissonnière et Jean de Vienne avec qui il doit former une division au sein de la 1ère escadre à Toulon.

Le 8 février 1935, le nouveau fleuron de la marine nationale appareille de Brest pour sa croisière d’endurance. Il fait successivement escale à Funchal (Ile de Madère) du 11 au 13 février, Port-Etienne (auj. Nouadibu en Mauritanie) pour la nuit du 15 au 16, Dakar du 17 au 20, Fort de France du 1er au 3 mars avant une tournée dans les Antilles françaises pour montrer le pavillon. Il quitte les Antilles le 19 mars pour Brest où il arrive le 1er avril 1935 après une escale à Ponta Delgada aux Açores du 26 au 28 mars 1935. Le matériel  s’est parfaitement comporté.

L’Emile Bertin est admis au service actif le 17 mai 1935 avec Brest pour port d’attache.

L’Émile Bertin devient le 1er septembre 1935,navire-amiral du Groupe des Contre-Torpilleurs de la 2ème escadre composé alors de la 4ème Division Légère (contre-torpilleurs Milan Epervier et Valmy) et de la 6ème Division Légère (contre-torpilleurs Bison Lion Vauban).

Il participe aux évacuations de ressortissants étrangers piégés par le déclenchement de la guerre d’Espagne.

Le 15 août 1936, le Groupe des Contre-Torpilleurs de la 2ème Escadre est rebaptisé «2ème Escadre Légère», composée alors de la 8ème DL (L’Indomptable, Le Triomphant et le Malin) et de la 10ème DL (Le Fantasque, L’Audacieux, Le Terrible).

De retour à Brest le 23 juillet, il entre en carénage pour deux mois. A l’issue de ce carénage, il doit être affecté à l’Escadre de la Méditerranée et en conséquence dès le 9 août, l’Emile Bertin cesse d’être bâtiment amiral de la 2ème EL, relevé par le contre-torpilleur Mogador qui avec ses 8 canons de 138mm en quatre pseudo-tourelles doubles ressemble à un petit croiseur.

De nouveau disponible le 15 septembre 1938, il appareille de Brest le 5 octobre, naviguant de conserve avec la Jeanne d’Arc jusqu’à l’escale de Casablanca où ils arrivent ensemble le 8 octobre pour trois jours de repos. Le 11, l’Emile Bertin appareille et met cap au nord, passant la nuit suivante mouillé en rade de Tanger puis se dirige vers Toulon où il arrive le 15 octobre 1938. Il est affecté à l’Escadre de la Méditerranée comme bâtiment hors rang.

L’Escadre de la Méditerranée est dissoute le 1er juillet 1939, remplacée par trois escadres distinctes formant la Flotte de la Méditerranée. L’Emile Bertin est affecté à la 4ème escadre basée à Bizerte.

Un temps, on envisagea de détacher l’Emile Bertin à Dakar pour la chasse aux raiders  allemands mais les problèmes techniques récurrents du croiseur et la fin de la guerre de Pologne le 15 décembre 1939 fit que le croiseur léger, véritable «Rolls-Royce» de la marine nationale resta en Méditerranée.

Suite à la grande réorganisation de septembre 1940, la 4ème escadre légère basée à Bizerte devient 6ème escadre légère avec l’Emile Bertin à sa tête comme navire-amiral. Le terme légère s’explique par l’absence de cuirassé affecté à demeure à cette entité qui dispose un an plus tard des navires suivants :

-2ème DC : croiseurs légers La Marseillaise Jean de Vienne et La Galissonnière

-1ère DCT : contre-torpilleurs Vauban Lion Épervier

-3ème DCT contre-torpilleurs Guépard Valmy Verdun 11ème DCT : contre-torpilleurs Milan Aigle et Bison

-12ème DT formée par les torpilleurs La Pomone la Bombarde et L’Iphigénie.
-Groupement de sous-marins : 17ème DSM : (Aréthuse, de l’Atalante, de la Vestale et de la Sultane), 20ème DSM : sous-marins mouilleurs de mines Turquoise, Rubis, Saphir et Nautilus; 9ème Division de Sous Marins (Caïman Morse Souffleur) et 10ème DSM (Phoque Dauphin Espadon) et la 11ème DSM (Marsouin Narval Requin).

-Pétrolier Dordogne et Mékong

-Mouilleur de mines Pollux

-Ravitailleur d’hydravions (ex-canonnière) L’Engageante

La mission de cette 6ème EL est clairement de couper les lignes de communication entre l’Italie et sa colonie de Libye par de brutales attaques de surface, des opérations de mouillage de mines et l’action décidée de sous-marins côtiers, adaptés à la Méditerranée.

De septembre 1940 à mars 1941, l’Emile Bertin subit un grand carénage destiné à améliorer ses performances mais surtout à fiabiliser un navire aux performances brillantes mais fragile. Il est échoué dans le bassin n°1 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah du 14 septembre 1940 au 10 mars 1941.

La coque est grattée et repeinte, les hélices sont changées. La catapulte un temps menacée est finalement conservé. Un premier radar de veille surface est installé tandis que la DCA est modernisée : les 8 canons de 37mm modèle 1933 groupés en quatre affûts doubles et les 8 mitrailleuses de 13.2mm en quatre affûts doubles sont remplacés par huit canons de 37mm Schneider modèle 1941 en quatre affûts doubles et douze canons de 25mm Hotchkiss modèle 1939-40 en six affûts doubles.

Remis à flot, il subit une période complémentaire de travaux à quai jusqu’au 25 mars 1941 quand il entame ses essais à la mer jusqu’au 6 avril. Il effectue ensuite sa remise en condition du 7 au 22 avril, date à laquelle il redevient officiellement navire-amiral de la 6ème Escadre Légère, remplaçant le Jean de Vienne qui l’avait suppléer durant son immobilisation.

Le croiseur léger participe ensuite à un exercice avec les contre-torpilleurs sous ses ordres du 2 au 12 mai, un exercice de protection et d’attaque de convois. Après une escale dans le port de La Valette du 13 au 20 mai 1941, l’Emile Bertin et deux divisions de contre-torpilleurs ( 1ère DCT : contre-torpilleurs Vauban Lion Epervier 3ème DCT contre-torpilleurs Guépard Valmy Verdun) participent à un exercice de défense aérienne à la mer du 21 mai au 2 juin 1941 avant de rentrer le lendemain à Bizerte.

Immobilisé pour une avarie de chaudière du 4 juin au 12 juillet, le croiseur léger mouilleur de mines  ressort pour essais du 13 au 17 juillet avant une remise en condition du 18 au 30 juillet avant une escale à Heraklion en Crète du 1er au 5 août avant un exercice avec la marine grecque du 6 au 13 août qui se termine par une escale au Pirée du 14 au 21 août avant de rentrer à Bizerte le 24 août.

Le 8 septembre, le croiseur léger Emile Bertin quitte Bizerte avec un chargement de mines d’exercices soit 60 mines. Profitant du mauvais temps, il échappe à ses «mouchards» en l’occurence trois contre-torpilleurs de la 1ère DCT chargés d’intercepter un mouilleur de mines ennemi et va déposer son chargement dans le Golfe de Gabès le 10 septembre 1941.

L’Emile Bertin file plein nord mais est «intercepté» par la 1ère DCT (Vauban Lion Epervier) qui coule le navire à  la torpille et au canon le 11 septembre. Le champ de mines n’est pas repéré jusqu’à ce qu’un cargo ne saute sur une mine.

Une observation aérienne repère le champ de mines qui est dragué par des aviso-dragueurs et des dragueurs auxiliaires (des chalutiers réquisitionnés) du 13 au 17 septembre. Une mine dérivante est coulée à la mitrailleuse par un hydravion de grande patrouille.

L’Emile Bertin rentré à Bizerte le 15 septembre ressort pour un exercice de combat de nuit du 23 au 27 septembre avant une escale à Sfax du 28 au 30 septembre puis Heraklion du 2 au 5 octobre avant de rentrer à Bizerte le 8 octobre 1941.

La 6ème Escadre Légère ressort au complet du 15 au 30 octobre pour des manoeuvres combinées avec pour thèmes l’escorte et l’attaque de convois, le bombardement littoral, le combat de nuit et la défense aérienne à la mer.

La 6ème EL fait escale à La Valette du 1er au 7 novembre puis à Alexandrie du 10 au 15 novembre avant un exercice avec la marine britannique jusqu’au 21 novembre quand les navires des deux marines se séparent.

L’Emile Bertin et ses contre-torpilleurs font escale à Lattaquié du 23 au 27 novembre puis à Beyrouth du 28 novembre au 2 décembre. Le croiseur mouilleur de mines manoeuvre avec le Primauguet, navire-amiral de la DNL du 3 au 12 décembre avant que la 6ème EL ne rentre à sa base le 16 décembre et d’y rester jusqu’à la fin de l’année 1941.

Après une période d’entretien à flot du 7 janvier au 15 février, l’Emile Bertin sort pour essais du 16 au 20 février 1942 avant une remise en condition du 21 février au 2 mars.

Le 4 mars 1942, la ville de Cherbourg devient ville-marraine du bâtiment, Emile Bertin étant décédé à La Glacerie, petite commune proche du grand port normand.

Le 5 mars, il sort pour un entrainement à la surveillance maritime pour habituer à la région le détachement aviation du croiseur qui vient de recevoir deux Dewoitine HD-731. Peu après l’appareillage, il s’échoue à l’entrée du canal relient le lac à la mer. Il se remet à flot tout seul et n’est heureusement n’est pas avarié.

Il repart le lendemain pour l’exercice prévu, exercice qui l’occupe du 6 au 20 mars avant de fréquents ravitaillement à Tunis ou dans le Golfe de Gabès. Il rentre à Bizerte le 22 mars 1942.

Le 7 avril 1942, l’Emile Bertin sort avec la 2ème DC amputé du Jean de Vienne alors en croisière en Amérique du Sud pour une série d’exercice : défense aérienne à la mer (7 au 18 avril), combat de nuit (21 au  27 avril), attaque et escorte de convois (30 avril au 7 mai) et surveillance maritime (12 au 22 mai), les trois croiseurs rentrant à Bizerte le 25 mai 1942.

Après une période d’indisponibilité accidentelle du 27 mai au 12 juin, l’Emile Bertin sort pour essais du 13 au 20 juin avant une remise en condition du 21 juin au 5 juillet. Il ressort pour un exercice en solitaire du 15 au 27 juillet suivit par une escale à Tunis du 28 au 31 juillet avant de rentrer à Bizerte le 2 août 1942.

Après une période d’indisponibilité pour les permissions de l’équipage du 2 au 21 août, l’Emile Bertin ressort pour entrainement du 22 août au 2 septembre en compagnie du croiseur La Galissonnière, les deux croiseurs faisant escale à La Valette du 3 au 10 septembre avant de rentrer à Bizerte le 12 septembre 1942

Le 24 septembre 1942, la 3ème Division de Torpilleurs arrive à Bizerte pour renforcer la 6ème Escadre Légère. Cette division est composée de quatre torpilleurs légers de type Le Fier (1100 tonnes) à savoir les  L’Alsacien Le Breton Le Corse et Le Tunisien. Cette arrivée entraine la dissolution de la 12ème DT, les trois torpilleurs devant être transformés en patrouilleurs.

La division sort avec son navire-amiral pour un entrainement au combat de nuit du 27 au 30 septembre avant une escale à Tunis du 1er au 5 octobre puis à La Valette du 6 au 11 octobre avant un retour à Bizerte le 13 octobre 1942 à l’aube.

Le 20 octobre, un incendie éclate dans le hangar à hydravion, détruisant un Dewoitine HD-731 démonté ce qui sauva le navire quand on connait le volatilité de l’essence à très haut indice d’octane.

L’incendie est rapidement circonscrit et les dégâts sont fort heureusement limités. Le croiseur est indisponible pour réparations du 22 octobre au 5 décembre 1942 avant de sortir pour essais du 6 au 13 décembre puis pour remise en condition du 14 au 24 décembre, passant la fin de l’année à quai à Bizerte.

La première sortie de l’année à lieu du 8 au 12 janvier pour un entrainement à la défense aérienne à la mer, l’armée de l’air cherchant à retrouver et à détruire le croiseur qui est officiellement coulé trois fois mais les aviateurs ont du reconnaître la perte d’une vingtaine d’appareils.

Après une escale à Sfax du 13 au 17 janvier 1943, le croiseur retrouve à la mer la 3ème DT le 18 janvier pour un exercice à double détente. Du 18 au 20 janvier, les torpilleurs pourchassent le croiseur qui simule tantôt un raider tantôt un mouilleur de mines avant qu’après un ravitaillement à Sfax, le croiseur n’attaque les torpilleurs qui simulent un convoi rapide (22 au 27 janvier). Les cinq navires rentrent à Bizerte le 29 janvier 1943.

Le 12 février 1943, l’Emile Bertin sort pour un entrainement au mouillage de mines dans le golfe de Gabès. Il mouille un chargement complet de mines d’entrainement soit 72 engins qui forment un champ de mines compact.

Le croiseur file alors vers le nord mais est intercepté par le sous-marin Aréthuse et touché par une torpille ce qui l’oblige à stopper avant qu’un deuxième projectile ne l’envoie par le fond.

Le champ de mines est repéré par hydravion avant d’être dragué par explosifs, les hydravions larguant des grenades anti-sous-marines qui détruise environ 40% des engins avant que le reste ne soit neutralisé par des moyens plus traditionnels.

Rentré à Bizerte le 15 février, le navire-amiral de la 6ème escadre légère ressort pour un entrainement au bombardement littoral. Quittant Bizerte le 20 février 1943, il fait escale à Mers-El-Kebir du 24 au 27 février, franchit le détroit de Gibraltar le 2 mars puis fait escale à Casablanca du 4 au 9 mars où Mohamed V, sultan du Maroc visite le navire.

Arrivé à Dakar le 13 mars 1943, l’Emile Bertin s’entraine au polygone de tir de Rufisque du 16 mars au 3 avril, tirant avec ses canons de 152mm, ses quatre canons de 90mm mais également sa DCA alors que sa compagnie de débarquement s’entraine à mener des opérations coup de poing digne des descentes du temps de la marine à voile.

Après une escale à Dakar du 4 au 7 avril, le croiseur léger appareille mais après quelques heures de mer, il est victime d’une avarie, un bris d’hélice comme constaté lors d’un passage au bassin à Dakar du 10 au 15 avril. L’hélice n’est pas remplacée, l’Emile Bertin devant subir un grand carénage à l’été 1943.
C’est donc sur trois pattes qu’il quitte Dakar le 17 avril. Après une escale à Casablanca du 20 au 22 avril, il franchit le détroit de Gibraltar le 24 avril, se ravitaille à Mers-el-Kebir le 26 avril avant de rentrer à Bizerte le 29 avril 1943.

Avec une hélice en moins, le croiseur léger ne sort que dans les atterrages immédiats de Bizerte soit du 1er au 7 mai, du 11 au 15 mai et du 20 au 25 mai.

Débarquant ses munitions le 30 mai, il est échoué dans le bassin n°3 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah du 1er juin 1943 au 15 janvier 1944, transmetttant son pavillon de navire-amiral au croiseur léger La Galissonnière.

A l’origine ce grand carénage devait s’achever fin novembre mais la découverte de parties corrodées sous la ligne de flottaison et dans les réservoirs de mazout retarde sa remise à flot. Après une période de travaux à quai (16 au 30 janvier 1944), le croiseur léger subit des essais à la mer du 1er au 12 février avant remise en condition en compagnie des navires de la 6ème EL du 14 février au 2 mars. Ce dernier jour, il redevient navire-amiral de la 6ème Escadre Légère.

Il ressort le 9 mars 1944 pour un exercice de mouillage de mines dans le Golfe de Gabès qui reçoit 84 mines d’exercices déployés en petits bouchons plutôt que dans un champ de mines uni ce qui oblige le croiseur à des manoeuvres acrobatiques.

Cette méthode de mouillage se révèle plus efficace et plus délicate à neutraliser mais ne sera pas généralisée, l’Amirauté préférant confier aux navires de surface rapides le mouillage de vastes champs de mines et aux sous-marins la dépose de bouchons de mines pour perturber l’accès aux ports et autres bases navales. L’Emile Bertin est de retour à Bizerte le 15 mars 1944.

Du 20 au 27 mars 1944, l’Emile Bertin subit un exercice de défense aérienne à la mer entre Malte et la Tunisie avant de faire escale à La Valette du 28 mars au 2 avril 1944. Rentré à Bizerte le 4 avril 1944, il ressort le 6 avril pour accompagner le paquebot Ile de France qui transportait le président de la République par interim Léon Lauray dans une tournée au Levant.

Le croiseur retrouve le paquebot entre la Tunisie et la Crète le 7 avril et l’escorte jusqu’à Beyrouth où les deux navires arrivent à destination le 10 avril 1944. Après l’escale commune jusqu’au 13 avril, le croiseur manoeuvre avec la DNL jusqu’au 20 avril quand il retrouve le paquebot qu’il escorte jusqu’à Toulon où les deux navires arrivent le 27 avril 1944. Le navire-amiral de la 6ème Escadre Légère repart le 29 avril et rentre à Bizerte le 3 mai 1944.

Du 12 mai au 5 juin 1944, l’Emile Bertin va participer à des manoeuvres interarmées baptisées Harmattan, impliquant la 6ème Escadre Légère, les Forces Armées de Tunisie (FAT) (armée de terre) et des unités de l’armée de l’air stationnés dans le protectorat.

Durant ces vingt-quatre jours d’exercices intensifs simulant une attaque de la ligne Mareth puis un raid sur les côtes tunisiens, l’Emile Bertin va aussi bien participer à des exercices de bombardement littoral en appui de troupes au sol, des exercices de combat de nuit, d’escorte et d’attaque de convois, de défense aérienne à la mer et même de mouillage de mines. Il rentre à Bizerte le 10 juin après une escale à La Valette en compagnie notamment des croiseurs légers Jean de Vienne et La Marseillaise.

Après une période d’indisponibilité du 11 juin au 9 juillet, l’Emile Bertin ressort pour essais du 10 du 15 juillet avant entrainement du 17 au 30 juillet.

Rentré à Bizerte le 1er août, il ressort pour un transport de troupes entre la Tunisie et la métropole en l’occurence un régiment de tirailleurs tunisiens qu’il embarque à Bizerte le 7 août et qu’il débarque à Toulon le 10 août pour des manoeuvres à Canjuers jusqu’au 25 août.

Durant ce laps de temps, l’Emile Bertin s’entraine dans le Golfe du Lion avec notamment la 5ème DCT (Aigle Albatros Gerfaut) pour un exercice de combat de nuit du 10 au 14 août 1944 puis un exercice  de défense de convois à l’aide de navires affrétés par la marine (deux cargos et un pétrolier) du 16 au 23 août. Il gagne alors Toulon où il rembarque les tirailleurs tunisiens qu’il ramène en Tunisie le 29 août 1944.

Le navire-amiral de la 6ème escadre légère ressort le 12 septembre 1944 avec la 7ème DCT (Vauquelin Tartu Chevalier Paul) et la 11ème DCT (Mogador Volta, Hoche) pour un exercice de combat.

Du 13 au 18 septembre, le croiseur léger et les six contre-torpilleurs s’entrainent au combat de nuit avant une escale à Sfax du 19 au 22 septembre puis un exercice de combat antisurface du 23 au 30 septembre, les contre-torpilleurs cherchant à intercepter l’Emile Bertin qui joue admirablement bien le raider ou le mouilleur de mines rapide, échappant aux interceptions des contre-torpilleurs sauf à deux reprises.

Après une escale à Tunis du 1er au 6 octobre et à La Valette du 7 au 11 octobre, les six navires s’entrainent à la défense aérienne à la mer du 12 au 17 octobre avant de rentrer à Bizerte le lendemain 18 octobre 1944.

Indisponible pour entretien à flot du 19 octobre au 15 novembre, le navire-amiral de la 6ème Escadre Légère ressort pour essais du 16 au 19 novembre avant un entrainement en solitaire du 22 novembre au 4 décembre avant de rentrer au port le lendemain 5 décembre 1944. Il sort encore deux fois pour un entrainement en solitaire : du 7 au 12 décembre et du 16 au 24 décembre avant de passer les fêtes de fin d’année à son port d’attache.

L’Emile Bertin sort pour entrainement en solitaire du 7 au 15 janvier 1945 avant un entrainement de groupe avec les 7ème et 11ème DCT qui sont au complet. Cet entrainement qui occupe ces sept navires du 21 janvier au 5 février est consacré aussi bien à la défense aérienne à la mer, au combat antisurface qu’à l’attaque et à l’escorte de convois. Après une escale à La Valette du 6 au 9 février, le croiseur léger et les contre-torpilleurs rentrent à Bizerte le 10 février 1945.

L’Emile Bertin ressort du 15 mars au 12 avril pour une mission de surveillance dans le sud tunisien en liaison avec l’armée de l’air, le croiseur se chargeant des atterrages immédiats de la côte et l’armée de l’air au dessus du désert. Le navire-amiral de la 6ème escadre légère rentre à Bizerte le 14 avril 1945.

Le 22 avril 1945, l’Emile Bertin sort pour un entrainement de défense aérienne à la mer jusqu’au 30 avril avant de mouiller dans le golfe de Gabès jusqu’au 4 mai avant de rentrer à Bizerte le 6 mai. Il entre en phase de simulation de conflit dans lequel il doit mouiller d’imposants champs de mines pour empêcher la marine italienne d’effectuer une démonstration en Tunisie.

Il charge 72 mines d’exercice et appareille à grande vitesse le 9 mai, échappant aux tirs (simulés) des batteries côtières puis à la 7ème DCT (Vauquelin Tartu et Chevalier Paul) en embuscade pour mouiller de nuit un champ de mines à 10 km de la frontière pour éviter tout incident dans la nuit du 12 au 13 mai. Le champ de mines est «dragué» par des dragueurs de mines qui sont attaqués par le croiseur léger qui rentre à Bizerte le 16 mai 1945.

Après des travaux de peinture et d’électronique à flot du 18 au 30 mai, il sort pour essais du 1er au 4 juin avant un entrainement en solitaire du 7 au 15 juin.

Le lendemain, 16 juin, le croiseur léger appareille de Bizerte, fait escale à Mers-El-Kebir du 20 au 25 juin, franchit le détroit de Gibraltar le 28 juin puis fait escale à Casablanca du 29 juin au 2 juillet avant de gagner Dakar où il arrive le 6 juillet 1945.

Il s’entraine au polygone de Rufisque du 9 au 21 juillet, tirant avec ses canons de 152 et de 90mm, connaissant un certain nombre de problèmes dans le chargement des pièces et l’échauffement des tubes.

Un canon (le III,  le canon bâbord de la tourelle n°1) explose même en ne faisant heureusement que quelques blessés. Le croiseur perd ce canon et l’ouverture est obturé mais ne sera remplacé qu’en 1946 lors du prochain grand carénage.

Après un exercice de défense aérienne à la mer au profit du ComAir AOF du 25 au 30 juillet et un exercice de défense littorale du 2 au 9 août, le croiseur léger quitte le Sénégal le 12 août, fait escale à Port-Etienne du 13 au 16 août, à Casablanca du 18 au 22 août, à Alger du 25 au 30 août avant de rentrer à  Bizerte le 3 septembre.

Après une période d’indisponibilité (permissions de l’équipage, entretien courant) du 4 au 29 septembre 1945, l’Emile Bertin sort pour essais du 30 septembre au 3 octobre avant un entrainement individuel dans le sud Tunisien du 7 au 16 octobre avant de rentrer à Bizerte le 18 octobre 1945.

Il sort pour une mission de surveillance du détroit de Sicile du 20 au 30 octobre puis un entrainement avec le contre-torpilleur Mogador qui sortait d’un grand carénage du 1er au 9 novembre avant de rentrer à Bizerte le 10 novembre. Le 11 novembre, la compagnie de débarquement du croiseur défile à Bizerte pour commémorer l’armistice.

L’Emile Bertin sort pour un exercice de combat du 15 au 27 novembre en compagnie de la 11ème DCT avant une escale commune à Sfax du 28 novembre au 2 décembre 1945 puis de rentrer à Bizerte le 4 décembre 1945. Le croiseur léger mouilleur de mines sort pour un entrainement en solitaire du 10 au 22 décembre 1945 avant de passer les fêtes de fin d’année au port.

L’Emile Bertin sort pour un exercice avec ses contre-torpilleurs du 7 au 21 janvier 1946 avant une escale  à Sfax du 22 au 25 janvier puis à La Valette du 27 au 30 janvier avant de rentrer à  Bizerte le  3 février 1946.

Il débarque ses munitions et vidange ses soutes du 4 au 8 février. Le 9 février 1946, le contre-amiral Prisset, commandant en chef de la 6ème escadre légère quitte l’Emile Bertin et met sa marque sur le contre-torpilleur Mogador qui reste endivisionné en dépit de sa nouvelle fonction.

L’Emile Bertin est échoué dans le bassin n°3 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah le 12 février 1946 pour d’importants travaux qui vont le voir immobiliser au sec pendant six mois jusqu’au 4 août 1946.

Il subit une remise en état complète de l’appareil propulsif avec le changement des chaudières et de plusieurs turbines. La coque est grattée, sablée et repeinte, les hélices sont remplacées. Les superstructures sont peu modifiées même si le mat radar doit être renforcé. La catapulte est changée même si on s’interrogea sur son débarquement.

Remis à flot le 4 août, il est remorqué au quai d’armement de l’Arsenal de Sidi-Abdallah pour des travaux complémentaires jusqu’au 25 août 1946. Il est en essais à la mer du 26 août au 4 septembre avant remise en condition du 9 au 21 septembre en compagnie notamment des torpilleurs légers de la 3ème DT et de la 2ème DC (La Galissonnière et Jean de Vienne, La Marseillaise étant en grand carénage).

Le 22 septembre 1946, l’Emile Bertin redevient navire-amiral de la 6ème Escadre légère en remplacement du Mogador.

Il sort pour un entrainement majeur en Méditerranée en compagnie de la 3ème DT et de la 11ème DCT soit dix navires de combat plus le transport Golo chargé de matériel et de munitions ainsi que le pétrolier Mékong.

Le pétrolier Mékong

Le pétrolier Mékong

Quittant Bizerte le 24 septembre, les navires de combat vont s’entrainer dans un triangle Malte-Tunisie-Libye jusqu’au 2 octobre pour entrainement au combat antisurface de jour comme de nuit, se ravitaillant en mer auprès du pétrolier Mékong.

Ils font escale à La Valette du 3 au 6 octobre pour se ravitailler en munitions et en vivres auprès du Golo qui les soutes vides regagna Bizerte pour un nouveau chargement. Le croiseur léger, les torpilleurs légers et les contre-torpilleurs reprennent la mer le lendemain pour un exercice de défense aérienne à la mer du 7 au 12 octobre au large de la Tunisie.

L’Emile Bertin fait ensuite escale à Patras du 13 au 16 octobre pendant que les torpilleurs légers et les contre-torpilleurs sont à Zanthe. Le 17 octobre, l’escadre française se réunit à la mer pour se ravitailler en carburant auprès du Mékong avant de gagner Le Pirée où ils font escale du 21 au 25 octobre avant un exercice avec la marine grecque jusqu’au 30 octobre quand les navires français sont à Thessalonique jusqu’au 5 novembre.

La compagnie de débarquement de l’Emile Bertin et des détachements des différents navires rendent hommage à l’Armée d’Orient en déposant une gerbe devant le monument aux morts.

Il reprend la mer pour une escale à Istanbul du 6 au 10 novembre puis à Iskenderun du 13 au 17 novembre et à Beyrouth du 20 au 24 novembre.

Après un exercice avec la DNL, la petite escadre fait escale à Haïfa en Palestine mandataire du 30 novembre au 3 décembre avant de rentrer à Bizerte le 7 décembre 1946. Il est indisponible pour entretien jusqu’à la fin de l’année.

Il sort pour la première fois du 7 au 12 janvier pour un exercice de combat de nuit en compagnie de la 3ème DT avant une escale à Tunis du 13 au 18 janvier suivit d’un exercice de défense aérienne à la mer du 19 au 25 janvier avant de rentrer à Bizerte le 27 janvier 1947.

Victime d’une avarie mécanique, l’Emile Bertin est indisponible du 28 janvier au 12 février avant de sortir pour essais du 13 au 18 février avant un stage de remise en condition du 20 février au 5 mars pour notamment amariner les  nouveaux appelés.

Le 18 mars 1947, le croiseur léger Emile Bertin quitte Bizerte et retrouve le lendemain à la mer le croiseur lourd Algérie pour une croisière en Méditerranée orientale.

Les deux navires font escale ensemble à Corfou du 23 au 28 mars avant de se séparer, l’Emile Bertin faisant escale à Patras du 30 mars au 2 avril alors que l’Algérie mouillait au large de l’île de Zanthe.

Les deux navires se retrouvent à La Canée en Crète pour une nouvelle escale commune du 5 au 9 avril avant de remonter vers le nord pour une escale commune au Pirée du 12 au 17 avril 1947.

C’est ensuite Thessalonique qui est l’objet de la visite des deux croiseurs français pour une escale du 20 au 24 avril avant une nouvelle séparation, l’Emile Bertin faisant escale à Mytilène sur l’île de Lesbos du 26 au 28 avril alors que l’Algérie gagne directement Rhodes où il arrive le 27 avril, y retrouvant l’Emile Bertin le 30 avril 1947.

Les deux croiseurs font ensuite escale à Antalya du 1er au 3 mai et à Iskenderun du 6 au 9 mai (théâtre au mois de février d’émeutes anti-françaises ce qui explique que les marins français ne purent descendre à terre) avant de se séparer une nouvelle fois, l’Algérie gagnant directement Beyrouth où le croiseur lourd arrive le 11 mai 1947 alors que l’Emile Bertin lui fait escale à Lattaquié du 10 au 13 mai, retrouvant son compère de traversée le lendemain 14 mai 1947.

Après un exercice avec la Division Navale du Levant (16 au 21 mai), le croiseur lourd et le croiseur léger font escale à Haïfa du 22 au 27 mai, à Alexandrie du 30 mai au 3 juin puis à La Valette du 8 au 12 juin 1947. Les deux navires se séparent alors : l’Emile Bertin rentre à Bizerte le lendemain 13 juin alors que l’Algérie file directement sur Toulon où il arrive le 16 juin.

Après une période d’indisponibilité (entretien et permissions de l’équipage) du 17 juin au 13 juillet 1947, le croiseur léger reprend la mer pour essais du 15 au 22 juillet avant un entrainement en solitaire du 24 juillet au 8 août, rentrant à Bizerte le 15 août après une escale à La Valette du 9 au 13 août 1947.

Il sort pour un mouillage de mines le 24 août après avoir chargé 72 mines de guerre pour un véritable mouillage de mines à la frontière entre la Tunisie et la Libye. Contrairement aux exercices mené par le passé, le croiseur léger n’est pas intercepté ni menacé. Les mines sont mouillés le 28 août 1947 de nuit avec succès avant de rentrer à Bizerte à grande vitesse le 30 août 1947.

Il sort entre le 2 et le 10 septembre pour un entrainement de défense aérienne à la mer puis un entrainement au combat de surface avec la 3ème DT. Cet exercice qui à lieu du 15 au 23 septembre est suivit d’une escale à La Valette du 24 au 27 septembre et à Sfax du 30 septembre au 2 octobre avant de rentrer à Bizerte le 4 octobre.

L’Emile Bertin sort pour un entrainement en compagnie de la 11ème DCT du 7 au 24 octobre 1947, restant en mer et étant ravitaillé par le Mékong. Le croiseur léger et les contre-torpilleurs rentrent à Bizerte le 2 novembre après une escale à La Valette du 26 au 30 octobre.

L’Emile Bertin sort pour entrainement avec la 7ème DCT du 4 au 24 novembre suivant le même modèle que l’entrainement avec la 11ème DCT. Après une escale à Sfax du 25 au 29 novembre, il rentre à Bizerte le 1er décembre 1947.

Du 8 au 20 décembre, le croiseur léger Emile Bertin sort avec les deux divisions de contre-torpilleurs pour un entrainement combiné avec un entrainement au combat de nuit, un entrainement à l’escorte et à l’attaque de convois, à la défense aérienne à la mer et au bombardement littoral. Ils rentrent à Bizerte le 22 décembre et restent au port jusqu’à la fin de l’année.
Le 4 janvier 1948, le croiseur léger quitte Bizerte pour une tournée en Méditerranée occidentale afin de montrer l’un des fleurons de la marine nationale. Il fait escale à Alger du 7 au 12 janvier, à Oran du 13 au 18 janvier, à Tanger du 20 au 24 janvier, à Gibraltar du 25 au 27 janvier, à Barcelone du 30 janvier au 3 février, à Marseille du 6 au 12 février.

Après une période d’entretien à flot à Toulon du 13 février au 2 mars 1948, le navire-amiral de la 6ème escadre légère fait escale à Nice du 4 au 8 mars, à Bastia du 9 au 13 mars, à Ajaccio du 15 au 21 mars, à Bonifaccio du 23 au 27 mars avant de rentrer à Bizerte le 30 mars dans la soirée.

Le 5 avril 1948, l’Emile Bertin appareille avec les 7ème et 11ème DCT pour un exercice de combat à double détente. Dans un premier temps (6 au 11 avril), le croiseur doit échapper à la meute des contre-torpilleurs lancé à sa poursuite et après un ravitaillement à la mer auprès du Mékong le 12 avril, le croiseur doit intercepter la 7ème DCT en compagnie de la 11ème DCT avant que les rôles ne s’inversent (13 au 24 avril). La petite escadre rentre à Bizerte le 26 avril 1948.

L’Emile Bertin sort pour une nouvelle opération de mouillage de mines à la frontière tunisio-libyenne le 5 mai, larguant son chargement du 8 au 15 mai avant une mission de présence au large de la Libye du 16 au 27 mai 1948, rentrant à Bizerte le 1er juin 1948.

Il ressort du 7 au 15 juin pour un entrainement à la défense aérienne à la mer suivit d’un entrainement avec deux navires de la 7ème DCT, le Vauquelin et le Chevalier Paul  du 18 au 24 juin 1948 avant une escale à Sfax du 24 au 27 juin puis à Tunis du 29 juin au 2 juillet avant de rentrer le lendemain au port.

Après une période d’indisponibilité du 4 juillet au 2 août, l’Emile Bertin sort pour essais et remise en condition du  4 au 17 août en compagnie du Tartu qui lui aussi sortait d’une période d’entretien. Les deux navires mouillent dans le golfe de Gabès du 18 au 25 août avant de rentrer à Bizerte le 27 août 1948.

Il est alors armé à effectifs de guerre et reste en permanence en alerte notamment en cas de coup de force italien en direction de la Tunisie.

CL Emile Bertin profil

Caractéristiques Techniques du croiseur léger mouilleur de mines Emile Bertin

Déplacement : déplacement Washington 5984 tonnes déplacement en charge normale 6530 tonnes déplacement en surcharge 8480 tonnes.

Dimensions : Longueur (hors tout) 177m (entre perpendiculaires) 167m Largeur : 15.84m Tirant d’eau (déplacement Washington) 5.33m (surcharge) 6.00m Tirant d’air en charge normale 32.50m

Propulsion : Quatre ensembles de turbines à vapeur Parson alimentées par six chaudières Penhoët (27 kg/cm² et 330°) à surchauffe du type à petits tubes d’eau et flamme directe, dévellopant une puissance totale normale de 102000ch et entrainant quatre hélices tripales

Performances : Vitesse maximale : 33 noeuds Distance franchissable : 6000 miles nautiques à 15 noeuds, 2800 miles nautiques à 20 noeuds, 1100 miles nautiques à 33 noeuds

Protection : parois latérales du blockhaus et de la soute à munitions 30mm. Étroit compartimentage avec quatorze tranches (A à N) et donc treize cloisons transversales sans ouverture du fond au pont principal.

Armement : 9 canons de 152mm (6 pouces) modèle 1930 en trois tourelles triples modèle 1930 (deux avant et une arrière). 4 canons de 90mm (3.5 pouces) Schneider modèle 1926 en un affût double axial modèle 1930 et deux affûts simples latéraux modèle 1926.

4 canons de 37mm modèle 1925 en affûts simples (deux à tribord et deux à babord au niveau du bloc passerelle) puis en 1939, 8 canons de 37 mm modèle 1933 en quatre affûts CAD et 8 mitrailleuses de 13.2mm Hotchkiss modèle 1929 en quatre affûts doubles. Cette DCA périmée est remplacée par huit canons de 37mm Schneider modèle 1941 en quatre affûts doubles et douze canons de 25mm Hotchkiss modèle 1939-40 en six affûts doubles

 6 tubes lance-torpilles de 550mm en deux plate-formes triples modèle 1928T tirant des torpilles modèle 23D qui porte à 9000m à 39 noeuds et 13000m à 35 noeuds. 21 grenades ASM Guilbaud de 52kg (CM : 35kg de tolite) larguées par gravité à l’aide de deux glissières.

 84 mines mises en oeuvres par deux voies démontables Decauville de 50m. Les mines emportées sont de type Bréguet B4 pesant 530kg (CM = 80kg de tolite) pouvant être mouillé dans des eaux d’une profondeur n’excedant pas 90m.

 Aviation : Catapulte Penhoët orientable à air comprimé de 20m de long installée en position axiale entre les deux cheminées pouvant lancer un des deux hydravions Gourdou-Lesseure GL832 récupérés à la mer par deux mats de charge électrique. Le croiseur dispose d’un atelier mécanique et d’une réserve en carburant de 2400 litres. Le GL-832 à ensuite été remplacé par le Deswoitine HD-731

 Equipage : l’Emile Bertin est commandé par un capitaine de vaisseau avec un état major de 22 autres officiers et L’équipage se compose de 9 premiers maitres, 24 maîtres, 60 seconds maîtres et 427 quartiers maîtres et matelots. Gréé en navire-amiral, l’Emile Bertin peut embarquer un officier général, un état major de cinq officiers et 17 à 18 non-officiers. Quatre passagers civils peuvent être embarqués.

8-Croiseurs légers (6)

C-Croiseur mouilleur de mines Pluton

Le croiseur mouilleur de mines Pluton en 1932

Le croiseur mouilleur de mines Pluton en 1932

NdA : théoriquement, je ne devrai pas aborder le Pluton vu qu’il est détruit avant mon point de divergence (13 septembre 1939) mais il me semble nécessaire d’en parler à la fois pour comprendre la suite de l’histoire des croiseurs légers français et au moins par respect pour la mémoire des marins fauchés en ce jour de septembre.

Genèse d’un navire particulier

La mine marine est apparue au cours de la guerre de Sécession mais ce n’est qu’au vingtième siècle qu’elle devient une arme redoutablement performante avec un rapport prix/coût de reviens défiant toute concurrence.

Les alliés utilisèrent massivement la mine durant le premier conflit mondial pour protéger les convois contre les sous marins, créant de véritables corridors pour les convois avec un succès mitigé tout comme celui des bâteaux-piège (Q-ship), l’utilisation des convois, de l’Asdic et d’escorteurs armés de grenades ASM se révélant plus efficaces.

La guerre terminée, la Royale s’interroge sur le futur usage des mines marines. A la fin des années vingt, le seul adversaire potentiel est la marine allemande et pour gêner ses mouvements, la marine française envisage deux usages de la mine : des bouchons de mines dans les estuaires et à des points de passage obligés de la côte allemande et de vastes champs de mines pour barrer de larges passages ou de créer des zones dangereuses pour les forces navales navales allemandes notamment dans des mers resserrées comme la mer du Nord.

Si pour le premier emploi, des sous marins mouilleurs de mines sont prévus (la classe Rubis) pour le second, des navires de surface spécialisés sont nécessaires.

C’est dans ce but qu’à la tranche 1925 (votée le 13 juillet 1925) est financée la construction d’un croiseur de 1ère classe (le futur Suffren), trois contre-torpilleurs de classe Guépard, quatre torpilleurs d’escadre de classe Adroit (les six premiers avaient été financés à la tranche 1924), sept sous marins de 1ère classe, deux sous marins mouilleur de mines de classe Saphir, le transport d’hydravions Commandant Teste et un «croiseur de 6000 tonnes mouilleur de mines» baptisé Pluton.

Carrière opérationnelle

-Le Pluton est mis sur cale à l’Arsenal de Lorient le 16 avril 1928 lancé le 10 avril 1929 et armé pour essais le 15 mai 1930. Il est armé définitivement le 15 novembre 1931 et admis au service actif le 25 janvier 1932.

Le 16 janvier 1932, il quitte Lorient pour Toulon où il est affecté à la Division d’instruction de la 1ère escadre plus précisément comme navire de «l’école d’application du Tir à la mer». Également utilisé comme transport de troupes, il est utilisé dans ces deux rôles jusqu’en 1939.

Le 10 juin 1939, la Division d’instruction est dissoute et le Pluton rejoint la 5ème escadre à Lorient et c’est à ce moment que la décision est prise de le transformer en navire-école d’Application des enseigne de vaisseau en complément du croiseur école Jeanne d’Arc sous le nom de La Tour d’Auvergne.

Il est cependant à noter que jamais le Pluton n’a été officiellement rebaptisé puisque ce changement de nom ne devait être effectif que lors de sa transformation en navire-école d’application pour seconder et soulager le croiseur Jeanne d’Arc.

Le 28 août, il forme théoriquement avec la «Jeanne» la 7ème division de croiseurs mais cette division n’aura aucune réalité effective.

Au moment où éclate la guerre, la France craint une démonstration des cuirassés allemands sur les côtes marocaines. Le 2 septembre 1939, le Pluton appareille de Brest avec un chargement de 125 mines B4 et arrive à Casablanca le 5 septembre 1939.

Entre temps l’opération de minage est devenue sans objet et le Pluton reçoit l’ordre de débarquer ses mines. Le désamorçage et le déchargement des engins doivent avoir lieu le 13 septembre 1939 mais dès le début de l’opération, une énorme explosion ravage le navire et entraine son naufrage. Trois bateaux de pêche amarrés à côté coulent également : l’Etoile du Matin, le Sultan et la Marie Merveilleuse provoquant la mort de 207 hommes.

CL Pluton schéma

Caractéristiques techniques du Pluton

Déplacement :  Washington 5300 tonnes En surcharge 6214 tonnes

Dimensions :  longueur hors tout 152.5m entre perpendiculaires 144m largeur maximum 15.55m tirant d’eau en charge normale (5321 tonnes) 4m à l’avant 5.2m à l’arrière

Propulsion :  deux groupes de turbines à engrenages alimentées en vapeur par quatre chaudières groupées deux par deux et dévellopant en service courant 57000ch et entrainant deux hélices tripales.

Performances :  vitesse maximale 30 noeuds distance franchissable 4150 miles nautiques à 14 noeuds

Protection :  compartimentage très serré

Armement d’origine : 4 canons de 138mm modèle 1923 en affûts simples sous masque, 10 canons de 37mm modèle 1925 en affûts simples, 12 mitrailleuses Hotchkiss de 8mm en six affûts doubles et 2 canons de 47mm modèle 1885 pour les embarcations

Equipements particuliers :  220 mines, nombre pouvant être si besoin est porté à 250 engins mises à l’eau par quatre voies

Equipage :  513 officiers et matelots

9-Croiseurs légers (5)

B-Croiseur-école d’application Jeanne d’Arc

Croiseur école Jeanne d'Arc Portsmouth 1937 2

Une Ecole flottante

La formation des futurs officiers ne peut être que théorique, elle doit comprendre une formation pratique à la mer. Au sein de la marine nationale avant la construction des magnifiques bâtiments de l’Ecole Navale à Brest, les futurs officiers étaient formés sur le «Borda», un ancien navire à voile transformé en ponton école avant un stage à la mer sur le croiseur école Duguay Trouin, l’un des navires qui abritait l’Ecole d’application créée par le décret du 12 octobre 1964.

En 1912, on décide de confier la tâche de navire-école au croiseur cuirassé Jeanne d’Arc. Le choix de ce dernier n’est pas innocent : la «Pucelle d’Orléans» symbolise le patriotisme français de ce début de siècle et l’étendard de la revanche pour récupérer les provinces perdues.

Ce croiseur cuirassé dont les plans avaient été dessinés par un certain Emile Bertin est mis sur cale à l’Arsenal de Toulon le 24 octobre 1896 lancé le 8 juin 1899 et admis au service actif le 19 mai 1903.

Il est d’abord affecté à l’Escadre du Nord puis à l’Escadre de la Méditerranée à partir de juillet 1906 puis de nouveau à l’Escadre du Nord.

Placé en réserve en 1909, il est désigné en mars 1912 pour servir d’école d’application des aspirants jusqu’au 27 juillet 1914, inaugurant ainsi la tradition de placer le navire école de la Royale sous le saint patronnage de la «Bergère de Domremy».

Il participe à la première guerre mondiale en Méditerranée orientale avant de reprendre son rôle de croiseur école de décembre 1919 à 1928. Rayée le 15 février 1933 et condamnée le 21 mars, elle est vendue à la démolition aux chantiers de la Seyne sur Mer le 9 juillet 1934.

Dès le début des années vingt, la marine s’interroge sur le successeur à donné à la Jeanne d’Arc usé par un service intensif notamment durant le premier conflit mondial. On envisage plusieurs hypothèses, la première consistant en la conversion d’un navire de guerre ancien, la second consistant en l’achat et en la conversion d’un paquebot.

Ces deux hypothèses sont rapidement écartées : la première est séduisante sur le papier mais elle coûte cher surtout que la marine nationale ne dispose d’aucun navire qu’elle pourra sacrifier pour une mission secondaire par rapport aux missions de combat alors que la seconde est couteuse à l’achat comme à l’aménagement.

Il faut donc construire un navire neuf. La tranche 1926 financée le 4 août 1926 prévoit ainsi la  construction d’un croiseur lourd (le futur Colbert), de trois contre-torpilleurs de classe Guépard, des quatre derniers torpilleurs d’escadre de classe L’Adroit, du sous marin croiseur Surcouf, de cinq sous marins de 1ère classe, d’un sous marin mouilleur de mines, du ravitailleur de sous marins Jules Verne, deux pétroliers de type Mékong et d’un «croiseur à déplacement réduit» spécifiquement conçu pour l’écolage mais qui est avant tout un véritable navire de guerre.

La mise en service de ce navire est prévue pour 1931 mais la «Jeanne à six tuyaux» alias «l’étui à cigarettes» est dans un état matériel tel qu’il ne peut attendre et doit donc être remplacé. La solution intérimaire choisie est la conversion d’un croiseur cuirassé, l’Edgar Quinet.

Croiseur cuirassé Edgar Quinet 1911
Ce dernier effectue une première croisière en 1928 mais lors de la seconde croisière, il s’échoue sur une roche inconnue de la côte algérienne au large du Cap Blanc le 4 janvier 1930 et ne peut être sauvé, il se casse en deux et coulera quatre jours plus tard.
Comme le Jeanne d’Arc n’est pas encore prêt à accueillir ses élèves, la croisière d’application 1930-1931 aura lieu à bord des croiseurs lourds Duquesne Tourville et Suffren qui se partageront la promotion 1928.

Carrière opérationnelle

Le croiseur école Jeanne d'Arc

Le croiseur école Jeanne d’Arc en 1936

-La Jeanne d’Arc est mise sur cale par la Société des Ateliers et Chantiers de Saint Nazaire-Penhoët dans ses chantiers de Saint-Nazaire le 7 août 1928. Lancé le 14 février 1930, le croiseur est armé pour essais le 15 décembre 1930.

Il subit un premier armement définitif le 1er avril 1931, reprenant ses essais à partir du 25 juin après la fin des travaux. La clôture d’armement est prononcée le 14 septembre 1931.

Le 6 octobre 1931, le croiseur-école d’application Jeanne d’Arc est admis au service actif avec Brest pour port d’attache

Durant toute la première décennie de sa carrière opérationnelle, le croiseur-école va effectuer une croisière annuelle d’octobre à juillet, passant les semaines le séparant d’une nouvelle croisière en entretien.

La première croisière voit le croiseur-école être absent de son port d’attache Brest du 10 octobre 1931 au 4 juillet 1932 avant de subir un premier carénage de juillet à septembre 1932 avant une deuxième croisière d’application du 5 octobre 1932 au 5 juillet 1933, effectuant un véritable tour du monde.

La troisième croisière école d’application voit le croiseur s’absenter de Brest du 5 octobre 1933 au 6 juillet 1934 alors que la quatrième à lieu du 5 octobre 1934 au 4 juillet 1935. La cinquième croisière école d’application à elle lieu du 5 octobre 1935 au 4 juillet 1936.

Durant ces croisières, la Jeanne d’Arc outre la formation des élèves officiers embarqués va manoeuvrer avec des navires français présents su zone mais également servir d’outil de diplomatie navale.

La sixième campagne à lieu du 5 octobre 1936 au 4 juillet 1937 alors que la septième à lieu du 4 octobre 1937 au 2 juillet 1938 et que la huitième voit «La Jeanne» s’absenter de son port d’attache du  5 octobre 1938 au 16 avril 1939.

Les préparatifs de la neuvième croisière école d’application sont interrompus le 23 août 1939 avec l’imminence de la guerre.

Comme il était prévu, le croiseur-école devenu pour l’occasion croiseur léger, est affecté aux Forces Navales Françaises aux Antilles (FNFA) pour des missions de patrouille et d’interception des raiders allemands en action dans l’Atlantique. Il va également assurer des missions de transport d’avions et d’or entre la métropole, les Antilles et le Canada.

Bien que la guerre de Pologne s’achève dès le 15 décembre 1939, la Jeanne d’Arc va rester déployer aux Antilles jusqu’au mois de juin 1940 quand les besoins en encadrement d’une marine en expansion pousse l’Amirauté à reprendre les croisières d’application.

Les arsenaux métropolitains étant saturés, l’Amirauté décide de faire subir des travaux dans un chantier étranger, Fort de France pouvant assurer l’entretien régulier, les petits carénages mais point des travaux de plus grande ampleur.
Le choix se porte sur un chantier américain en l’occurence le Charleston Naval Shipyard en Caroline du Sud. Le croiseur léger quitte les Antilles le 21 juin 1940 et arrive aux Etats Unis le 26 juin 1940. A noter qu’il à débarqué avant son départ de la Martinique, ses hydravions CAMS 37 et ses munitions.

Il est échoué au bassin dès le 28 juin pour une remise en état complète à laquelle participe des ouvriers américains mais également une équipe de l’Arsenal de Brest notamment pour familiariser les ouvriers «yankees» aux côtes métriques.

Le croiseur subit une remise en état complète : changement des hélices et des gouvernails, réalésage des lignes d’arbre, refonte des locaux vie et des locaux d’instruction, grattage et peinture de la coque…… . Il faut noter que les travaux d’armement seront réalisés à Brest.

Remis à flot le 14 août 1940, il subit des essais à la mer du 15 au 24 août avant une période de travaux complémentaires à flot jusqu’au 4 septembre 1940.

Le lendemain, 5 septembre 1940, le croiseur école quitte Charleston arborant le pavillon tricolore mais également le Stars & Stripes, cadeau des ouvriers de l’Arsenal. Il traverse l’Atlantique et rentre à Brest le 11 septembre 1940.

Il subit ensuite une période de travaux notamment en ce qui concerne l’armement : si les canons de 75mm sont maintenus tout comme les quatre tourelles de 155mm, la DCA légère est modifiée avec le débarquement des deux canons de 37mm modèle 1925 et son remplacement par deux affûts doubles en attendant la disponibilité de pièces plus modernes.

Après une nouvelle période d’essais à la mer du 21 au 24 septembre 1940, le croiseur-école prépare sa neuvième croisière école d’application. Embarquant 160 élèves (dont deux roumains et deux yougoslaves), le croiseur école quitte Brest le 4 octobre 1940.

Considéré comme un navire-école, il va être le seul navire de la Royale à faire régulièrement escale en Italie au moins jusqu’en 1946 quand les tensions diplomatiques deviennent telles que l’Italie interdit ses ports à des navires militaires français alors que les navires marchands sont soumis à de multiples restrictions qui ressemblent souvent des mesquineries pathétiques.

Il fait escale à Bordeaux du 7 au 9 octobre, à Vigo du 11 au 14 octobre, à Lisbonne du 16 au 20 octobre, à Casablanca du 22 au 25 octobre, à Gibraltar du 26 au 29 octobre, à Palma de Majorque du 1er au 4 novembre, à Bastia du 6 au 9 novembre, à La Spezia du 10 au 14 novembre, à Civitavecchia du 16 au 19 novembre, à Naples du 20 au 23 novembre, à Tunis du 25 au 27 novembre et à Alexandrie du 29 novembre au 2 décembre.

Après avoir franchit le canal de Suez, le 4 décembre 1940, le croiseur-école file directement vers Djibouti où il arrive le 8 décembre. Il va manoeuvrer avec l’aviso colonial Savorgnan de Brazza du 9 au 13 décembre avant de reprendre sa croisière école.

Il fait escale à Aden du 14 au 18 décembre, à Mascate du 20 au 22 décembre avant de passer Noël à Bombay où la Jeanne d’Arc fait escale du 23 au 27 décembre.

Il reprend la mer le 28 décembre, direction Cochin où il fait escale du 30 décembre 1940 au 2 janvier 1941. Il fait ensuite escale à Diego Suarez pour ravitaillement et quelques réparations du 7 au 13 janvier avant de manoeuvrer avec le D’Entrecasteaux du 14 au 18 janvier.

Le croiseur école est à Durban du 24 au 28 janvier, à Simonstown du 31 janvier au 4 février avant de traverser l’Atlantique et de faire escale à Buenos Aires du 7 au 10 février, à Montevideo du 11 au 15 février, à Rio de Janeiro du 18 au 22 février, à Dakar du 26 février au 1er mars, à Cadix du 5 au 8 mars, à Porto du 11 au 16 mars, à Bordeaux du 19 au 22 mars avant de rentrer à Brest le 25 mars 1941 après presque six mois en mer.

Il subit un petit carénage du 2 avril au 8 mai, étant échoué dans le bassin n°3 du 2 au 20 avril pour inspection des œuvres vives et des hélices comme après chaque campagne. Il reçoit également une DCA moderne : les canons de 37mm modèle 1933 et les mitrailleuses de 13.2mm sont remplacés par six canons de 37mm Schneider modèle 1941 en affûts simples et quatre canons de 25mm Hotchkiss modèle 1939-40, également en affût simple. Un temps, on envisagea d’installer une catapulte avant d’y renoncer à nouveau.

Après une période d’essais à la mer du 10 au 15 mai, le croiseur léger qui à renouvelé une part non négligeable de son équipage subit un stage de remise en condition du 20 au 31 mai avant de gagner  Rufisque pour une école à feux.

Il quitte Brest le 5 juin 1941, fait escale à Casablanca du 10 au 12 juin avant d’arriver à Dakar le 16 juin. L’entrainement au tir à lieu du 18 juin au 7 juillet. Après une escale à Dakar jusqu’au 10 juillet, le croiseur école rentre à Brest le 15 juillet 1941. Il est indisponible jusqu’au 20 août avant de reprendre la mer pour essais du 21 au 27 août avant un entrainement individuel du 30 août au 4 septembre 1941.

Le 10 septembre 1941, il quitte Brest avec un chargement d’or direction Halifax où le précieux chargement est débarqué le 17 septembre. Il rentre dans la foulée pour Brest où il arrive le 23 septembre.

Le 24 septembre 1941, la ville d’Orléans devient ville-marraine du croiseur-école pour des raisons historiques qui n’est pas utile de préciser.

La dixième campagne école d’application commence le 3 octobre 1941 quand le croiseur quitte Brest pour traverser l’Atlantique et arrive à Halifax le 10 octobre pour quatre jours d’escale avant de reprendre la mer, direction Boston pour trois jours d’escale du 15 au 20 octobre.

Après une escale à New York du 22 au 25 octobre et à Philadelphie du 27 au 30 octobre, le croiseur école fait escale à Charleston du 4 au 8 novembre, à Miami du 12 au 16 novembre, à La Havane du 19 au 22 novembre, à Veracruz du 24 au 28 novembre, à Colon du 2 au 6 décembre.

Après avoir traversé le canal de Panama, il fait escale à Acapulco du 11 au 15 décembre, à San Diego du 20 au 25 décembre, à Seattle du 29 décembre au 3 janvier et à Vancouver  6 au 11 janvier 1942.

Après une mouillage à Clipperton du 17 au 22 janvier, le croiseur école repasse le canal de Panama le 27 janvier avant une escale à Carthagène du 2 au 7 février, à Caracas du 10 au 14 janvier, à Fort de France du 17 au 21 janvier.

Il traverse l’Atlantique, direction Dakar où il arrive le 26 janvier. Victime d’une avarie, il rester dans la capitale de l’AOF jusqu’au 12 février. Après une sortie d’essai le 13 février, il reprend sa croisière école d’application qui se poursuit par une boucle en Afrique du Nord.

Il fait escale à Casablanca du 18 au 21 février, à Tanger du 23 au 26 février, à Oran du 28 février au 2 mars, à Alger du 3 au 7 mars et à Tunis du 10 au 14 mars. Il enchaine par une escale à Cagliari du 16 au 19 mars, à Valence du 22 au 25 mars, à Gibraltar du 29 mars au 2 avril, à Lisbonne du 6 au 10 avril, à La Rochelle du 14 au 19 avril avant de rentrer à Brest le 21 avril 1942 après près de six mois de mer.

Le croiseur école subit une période d’entretien à flot du 25 avril au 5 juin. Il reçoit notamment une catapulte rendant l’utilisation de son hydravion bien plus facile. Le reste de l’armement ne change pas mais un radar de navigation est installé à la fois pour la conduite du navire mais également pour la formation des élèves.

Après une série d’essais à la mer du 7 au 15 juin, le croiseur subit un entrainement individuel du 16 au 21 juin avant d’être indisponible jusqu’au 15 juillet 1942 afin de permettre à l’équipage de prendre ses permissions.

Le croiseur école effectue des sorties d’entrainement individuel du 16 au 21 juillet, du 25 au 28 juillet et du 4 au 7 août pour entrainement de l’équipage, parfois renforcés de réservistes de la 2ème région maritime.

Il est indisponible pour une avarie sur une chaudière du 12 au 20 août avant de sortir pour essais du 21 au 25 août puis pour entrainement du 27 août au 5 septembre, entrainement en mer d’Iroise suivit d’une escale à Dublin du 7 au 12 septembre, avant un retour à Brest le 14 septembre 1942

Alors que la onzième campagne est sur le point de commencer, l’Amirauté s’interroge sur l’utilité de campagnes aussi longues alors que les promotions de l’École Navale sont de plus en plus importantes en termes d’effectifs et certains de proposer des campagnes plus courtes afin d’en réaliser deux voir trois par an. Dans l’immédiat, cette idée n’est pas retenue mais l’idée n’est pas oubliée.

Le 24 septembre 1942, le croiseur école quitte Brest avec 164 élèves officiers à bord pour une croisière centrée davantage sur l’Afrique et le Proche Orient. La Jeanne d’Arc fait escale à Lisbonne du 28 au 30 septembre avant de manoeuvrer jusqu’au 3 octobre avec la marine portugaise.

Le détroit de Gibraltar franchit le 5 octobre, il fait escale à Oran du 7 au 10 octobre puis à Tunis du 12 au 15 octobre. Après un exercice avec les navires de la 6ème escadre légère (dont le navire-amiral est le croiseur léger mouilleur de mines Émile Bertin), la Jeanne d’Arc fait escale à Tripoli du 19 au 21 octobre, à Lattaquié du 24 au 27 octobre puis à Beyrouth du 29 octobre au 2 novembre.

Il franchit le canal de Suez le 5 novembre, fait escale à Djibouti du 9 au 12 novembre, à Aden du 14 au 16 novembre, à Diego Suarez du 18 au 21 novembre, à Maputo du 24 au 29 novembre, au Cap du 3 au 7 décembre, à Luanda du 10 au 12 décembre, à Recife du 14 au 17 décembre, escale suivit d’exercices avec la marine brésilienne puis d’une longue escale à Cayenne jusqu’au 2 janvier 1943.

La Jeanne d’Arc reprend la mer le 5 janvier et fait escale à Georgetown du 6 au 11 janvier puis à Port of Spain (Trinidad et Tobago) du 14 au 17 janvier. C’est ensuite Fort de France où le croiseur subit un arrêt technique du 18 janvier au 24 février, les élèves officiers suivant des cours à terre.

Reprenant la mer après essais le 27 février, le croiseur-école fait escale à San Juan de Porto rico du  1er au 4 mars, à Nassau (Bahamas) du 6 au 9 mars, à Miami du 10 au 13 mars, à Charleston du 15 au 18 mars et à New York du 20 au 25 mars 1943.

Traversant l’Atlantique, il fait escale à La Corogne du 29 mars au 4 avril avant de rentrer directement sur Brest le 6 avril 1943.

Le croiseur-école subit un petit carénage du 12 avril au 14 septembre 1943, étant échoué au bassin n°3 du 14 avril au 25 août. Il subit ensuite des travaux au quai d’armement jusqu’au 14 septembre.

Les essais à la mer ont lieu du 15 au 22 septembre avant remise en condition et préparation de la douzième campagne école d’application du 24 septembre au 5 octobre 1943.

Le 7 octobre 1943, le croiseur-école appareille pour une nouvelle campagne. Après un exercice en mer d’Iroise avec des unités de la Flotte de l’Atlantique, la Jeanne d’Arc gagne l’Irlande, faisant escale à Dublin du 9 au 11 octobre avant de gagner Belfast où il est en escale du 13 au 16 octobre.

Traversant la mer d’Irlande, le croiseur fait escale à Glasgow du 19 au 22 octobre puis contourne l’Écosse pour faire escale à Aberdeen du 27 au 30 octobre puis à Newcastle du 2 au 5 novembre avant de franchir la mer du Nord pour plusieurs escales en Scandinavie.

Il fait escale à Bergen du 8 au 12 novembre, à Stavanger du 14 au 17 novembre, à Oslo du 19 au 21 novembre, à Göteborg du 22 au 24 novembre, à Copenhague du 25 au 28 novembre puis à Stockholm du 30 novembre au 2 décembre puis à Helsinki du 4 au 8 décembre, devant être accompagné d’un brise-glaces pour sortir du port.

Le croiseur-école quitte la Baltique, franchit l’Oresund, le Kattegat et le Skagerak le 12 décembre 1943, faisant escale à Rotterdam du 18 au 26 décembre puis à Londres du 27 au 30 décembre avant de traverser la Manche, direction Brest où il arrive le 4 janvier 1944.

Après une escale pour ravitaillement et entretien (quelques avaries causées par les eaux froides de la Baltique), le croiseur-école reprend la mer le 16 janvier pour une tournée nord-américaine qui commence par le Canada.

Il fait escale à Saint John (Terre-Neuve) du 22 au 26 janvier, à Saint Pierre et Miquelon du 27 au 30 janvier, à Halifax du 2 au 7 février 1944, à Boston du 10 au 14 février, à New York du 16 au 19 février et enfin à Washington dans la rivière Potomac du 21 au 25 février 1944.

Il fait ensuite escale à Miami du 28 février au 2 mars, à La Havane du 4 au 8 mars, à Kingston (Jamaïque) du 10 au 13 mars, à Saint Domingue du 15 au 18 mars, à Fort de France du 20 au 27 mars, à Dakar du 1er au 5 avril, à Port-Etienne du 7 au 9 avril, à Casablanca du 11 au 14 avril, à Cadix du 16 au 19 avril, à Lisbonne du 21 au 24 avril, à Saint-Nazaire du 27 avril au 1er mai avant de rentrer à Brest le lendemain 2 mai 1944.

Le croiseur est en entretien à flot du 3 au 27 juin 1944 avant une campagne d’essais à la mer du 28 juin au 5 juillet avant une remise en condition du 7 au 20 juillet.

Il appareille de Brest le 22 juillet pour Dakar où il arrive le 26 juillet. Il effectue une école à feu à Rufisque du 28 juillet au 12 août avant de rentrer à Brest le 16 août. Il est indisponible jusqu’à la fin du mois pour permettre à l’équipage de prendre ses permissions.

Il reprend la mer pour des sorties locales du 3 au 10 septembre (escale à Cherbourg du 11 au 13 septembre) et du 15 au 20 septembre pour un exercice en mer d’Iroise. Il prépare ensuite une nouvelle campagne qui sera cette fois un véritable tour du monde.

Le 24 septembre 1944, le croiseur-école quitte Brest, fait escale à Lisbonne du 28 septembre au 2 octobre puis après un exercice avec la marine portugaise, franchit le détroit de Gibraltar, fait escale à Tanger du 5 au 7 octobre puis à Valence du 9 au 11 octobre.

Après une escale à Marseille du 13 au 15 octobre, le croiseur-école est à Civitavecchia du 18 au 21 octobre puis à Tarente du 23 au 27 octobre avant un arrêt technique à Bizerte du 28 octobre au 5 novembre.

Reprenant la mer, il fait escale à Alexandrie du 8 au 12 novembre avant de franchir le canal de Suez le 13 novembre pour une escale à Djibouti du 17 au 20 novembre puis à Aden (22 au 25 novembre), à Mascate (26 au 29 novembre), à Bombay (1er au 4 décembre), à Cochin (6 au 8 décembre), à Colombo (10 au 13 décembre) et à Singapour du 14 au 18 décembre 1944.

Après un exercice avec les marines britanniques et néerlandaises, le croiseur-école fait escale à Batavia du 26 au 30 décembre puis à Saïgon du 3 au 8 janvier et à Manille du 11 au 14 janvier 1945.

Après un exercice avec l’Asiatic Fleet, la Jeanne d’Arc fait escale à Yokohama du 21 au 26 janvier puis à Pearl Harbor du 1er au 5 février et à Vancouver du 10 au 14 février. Le croiseur-école fait ensuite escale à Seattle du 16 au 20 février, à San Diego du 23 au 27 février avant de mouiller à Clipperton du 28 février au 5 mars.

Au cours de ce mouillage, un équipe d’ingénieurs étudie l’atoll pour éventuellement implanter en cas de conflit un aérodrome/hydrobase mais rapidement, cette possibilité est écartée.

Le croiseur-école reprend la mer le 6 mars, faisant escale à Acapulco du 9 au 12 mars avant de franchir le canal de Panama le 15 mars pour déboucher en mer des Caraïbes. Il file vers Kingston où il fait escale du 19 au 22 mars avant de gagner La Havane pour une escale du 24 au 27 mars.

Comme quasiment à chaque croisière, le croiseur-école fait escale à La Nouvelle Orléans du 30 mars au 3 avril puis à Miami du 6 au 10 avril et aux Bermudes du 13 au 16 avril. Il fait escale à Dakar du 21 au 25 avril puis à Casablanca du 28 avril au 3 mai.

Après une escale à Cadix du 5 au 8 mai 1945, le croiseur est à Porto du 11 au 14 mai, à Bordeaux du 17 au 20 mai avant de rentrer à Brest le 22 mai 1945.

Le croiseur-école entre alors en petit carénage dès le lendemain 23 mai. Il échoué au bassin n°3 du 27 mai au 14 août 1945 avec à la clé grattage et peinture de la coque, changement des hélices, modernisation des auxiliaires, installation de nouveaux radars, renforcement de la DCA (huit canons de 37mm Schneider en quatre affûts doubles et douze canons de 25mm Hotchkiss en six affûts doubles).

Remis à flot, il subit des travaux à quai jusqu’au 31 août. Il sort pour essais du 1er au 8 septembre avant remise en condition et préparation de la quatorzième croisière école d’application et ce jusqu’au 21 septembre 1945.

Le 25 septembre 1945, le croiseur-école quitte Brest pour sa nouvelle campagne école d’application centrée sur une circumnavigation autour du continent américain. Il traverse l’Atlantique en direction d’Halifax où il arrive le 1er octobre pour une escale jusqu’au 5 octobre avant un exercice avec la marine canadienne jusqu’au 8 octobre.

Il reprend ensuite la mer pour une escale à New York du 9 au 13 octobre puis à Norfolk du 16 au 19 octobre, à Miami du 22 au 25 octobre, à Veracruz du 28 au 31 octobre et après un exercice avec la marine mexicaine, le croiseur-école fait escale à La Havane du 4 au 9 novembre puis à Carthagène du 12 au 15 novembre, à Caracas du 18 au 20 novembre et à Cayenne du 22 au 25 novembre 1945.

Après un exercice avec l’aviso colonial Lapérouse et un destroyer brésilien, le croiseur-école fait escale à Belem du 30 novembre au 3 décembre puis à Rio de Janeiro du 7 au 12 décembre. C’est ensuite Montevideo qui accueille le croiseur-école du 14 au 16 décembre, embarquant quatre élèves-officiers uruguayens pour entrainement du 17 au 23 décembre avant que le croiseur-école ne passe les fêtes de fin d’année à Buenos Aires du 24 décembre au 2 janvier.

Après un exercice avec la marine argentine du 3 au 7 janvier, le croiseur-école fait escale à Mar del Plata du 10 au 14 janvier puis à Port Stanley du 17 au 20 janvier, le commandant du croiseur esquivant poliment les questions des journalistes anglais et argentins sur le devenir de l’archipel.

Il franchit ensuite le détroit de Magellan dans des conditions de mer difficiles ce qui fait que l’escale à Valparaiso du 1er au 5 février à des allures d’arrivée au paradis. Après un exercice avec la marine chilienne, le croiseur fait escale à Antofagasta du 12 au 15 février, à Lima du 19 au 22 février, à Guayaquil du 25 février au 1er mars avant de franchir le canal de Panama le 4 mars pour rentrer en métropole.

Il fait escale à San Juan de Porto Rico du 8 au 11 mars, à Fort de France du 13 au 17 mars puis après un exercice avec les FNFA, le croiseur-école traverse l’Atlantique direction Casablanca où il arrive le 22 mars.

Reprennant la mer le 27 mars, il fait escale à Gibraltar du 28 mars au 2 avril puis à Cadix du 4 au 8 avril, à Lisbonne du 12 au 17 avril, à Bordeaux du 20 au 24 avril, à Plymouth du 28 avril au 2 mai avant de rentrer à Brest le 5 mai 1946.

Après une période d’entretien à flot du 6 mai au 20 juin et une indisponibilité (permissions de l’équipage) jusqu’au 13 juillet, le croiseur léger sort pour essais du 15 au 22 juillet avant un stage de remise en condition en compagnie d’unités de la 2ème escadre du 23 juillet au 12 août 1946.

Il sort pour entrainement d’officiers de réserve du 21 au 27 août avec escale à Cherbourg jusqu’au 30 août. Rentré à Brest le lendemain 1er septembre, il sort pour entrainement au combat de nuit du 4 au 9 septembre, manquant de peu de s’échouer à l’entrée du goulet.

Rentré à Brest, il est indisponible du 12 au 18 septembre avant de sortir pour essais du 19 au 22 septembre puis de préparer la quinzième croisière école d’application.

Il quitte Brest le 27 septembre,fait escale à Vigo en Galice du 30 septembre au 2 octobre puis à Lisbonne du 4 au 7 octobre, escale délicate en raison d’une bagarre entre marins français et jeunes portugais pour apparemment une vulgaire histoire de fille.

Reparti le 7 octobre avec vingt-quatre heures d’avance, il fait escale à Casablanca du 9 au 12 octobre puis à Tanger du 13 au 15 octobre avant de franchir le détroit de Gibraltar le 16 octobre, direction Malaga où le croiseur-école fait escale du 18 au 21 octobre.

Le périple espagnol continu par une escale à Carthagène du 23 au 27 octobre, l’escale suivante à Valence du 1er au 5 novembre, étant précédé d’un exercice avec la marine espagnole (ce sera d’ailleurs le dernier du genre avant le conflit).

Après une escale à Barcelone du 6 au 10 novembre, le croiseur-école fait escale à Gênes du 12 au 15 novembre, à Naples du 18 au 21 novembre, à Patras du 23 au 26 novembre, au Pirée du 29 novembre au 2 décembre, à Thessalonique du 5 au 8 décembre, à Istanbul du 10 au 13 décembre et à Izmir du 15 au 18 décembre.

Après une exercice avec la DNL, la Jeanne d’Arc fait escale à Beyrouth du 23 au 27 décembre puis à Haïfa du 29 décembre 1946 au 3 janvier 1947 avant de franchir le canal de Suez et de gagner Djibouti où il fait escale du 10 au 15 janvier.

Le croiseur-école fait ensuite escale à Monbassa du 21 au 25 janvier, à Maputo du 29 janvier au 2 février, à Durban du 5 au 9 février, à Simonstown du 12 au 16 février puis à Luanda du 19 au 23 février 1947.

La Jeanne d’Arc franchit ensuite l’Atlantique Sud direction l’Argentine, faisant escale à Buenos Aires du 28 février au 3 mars, à Montevideo du 4 au 8 mars, à Rio de Janeiro du 12 au 15 mars, à Recife du 18 au 22 mars, à Cayenne du 25 au 28 mars, à Port of Spain du 30 mars au 2 avril, à Nassau du 6 au 8 avril, à Norfolk du 11 au 14 avril et à Boston du 17 au 21 avril. Après une ultime escale à Halifax du 25 au 30 avril, le croiseur-école franchit l’Atlantique et arrive à Brest le 5 mai 1947.

Le Jeanne d’Arc est échoué au bassin n°3 pour un petit carénage du 10 mai au 10 juillet 1947, un petit carénage qui voit surtout une remise en état des œuvres vives et des parties non accessibles à mer ou à flot.

Remis à flot le 10 juillet, il subit des travaux à flot jusqu’au 25 août. Il est en essais du 27 août au 4 septembre avant remise en condition et préparation de la seizième campagne du 6 au 18 septembre 1947.

Il appareille le 25 septembre 1947 direction le Canada, faisant escale à Halifax du 1er au 4 octobre puis après un exercice avec la marine canadienne, le croiseur-école fait escale à New York du 12 au 15 octobre puis à Philadelphie du 17 au 21 octobre et à Miami du 25 au 30 octobre.

Après une escale à Port au Prince du 3 au 7 novembre, le croiseur-école est à Kingston du 9 au 14 novembre puis à Colon du 16 au 19 novembre avant de franchir le canal de Panama le lendemain.

Dans le Pacifique, il mouille à Clipperton du 22 au 27 novembre avant de mettre cap au nord, faisant escale à Acapulco du 2 au 7 décembre puis à San Diego du 10 au 14 décembre, à San Francisco du 16 au 19 décembre, à Seattle du 22 au 27 décembre puis à Vancouver du 29 décembre 1947 au 4 janvier 1948.

Il met ensuite cap au sud, faisant escale à Los Angeles du 8 au 12 janvier puis franchit le canal de Panama le 19 janvier pour retrouver la mer des Caraïbes. Il fait escale à Carthagène du 23 au 27 janvier puis à Fort de France du 1er au 7 février.

Traversant l’Atlantique, il fait escale à Dakar du 12 au 16 février  puis à Casablanca du 19 au 22 février avant d’effectuer une boucle en Méditerranée. Franchissant le détroit de Gibraltar le 24 février 1948, la Jeanne d’Arc fait escale à Oran du 27 février au 1er mars puis à Tunis du 4 au 9 mars, à Ajaccio du 12 au 16 mars puis à Marseille du 17 au 21 mars.

Après une ultime escale à Nice du 23 au 27 mars, le croiseur-école reprend le chemin de Brest, faisant escale à Gibraltar du 2 au 5 avril puis à Bordeaux du 9 au 12 avril avant de rentrer à Brest le 16 avril.

Le croiseur Jeanne d’Arc est indisponible du 17 avril au 24 mai pour permettre à l’équipage de prendre ses permissions et au navire de subir un entretien à flot destiné à améliorer ses capacités militaires, la guerre étant jugé tellement proche que certains s’interrogent sur la pertinence de maintenir la dix-septième campagne d’application.

Après une sortie d’essais du 27 mai au 4 juin, le croiseur léger subit un stage de remise en condition du 8 juin au 2 juillet, enchainant par une école à feu sur le polygone de Rufisque. Il quitte pour cela Brest le 5 juillet et arrive à Dakar le 10 juillet. Le stage d’entrainement à lieu du 11 juillet au 15 août. Après une escale à Port-Etienne du 17 au 20 août, il rentre à Brest le 25 août 1948.

Alors qu’il préparait la dix-septième campagne, le croiseur-école reçoit l’ordre le 30 août de passer aux effectifs de guerre. La campagne école est annulée et comme huit ans plutôt, la Jeanne d’Arc est affecté aux Antilles pour une mission de présence, de surveillance et d’interception de navires allemands.

Il appareille à l’aube le 3 septembre, deux jours avant l’attaque allemande contre le Danemark et la Norvège que le croiseur apprend alors qu’il était en plein Atlantique. Il arrive à Fort de France le 10 septembre 1948 et ressort dès le lendemain pour une première patrouille dans les Petites Antilles avec pour mission de traquer les raiders allemands dont on soupçonnait la présence notamment suite à des interceptions radio.

Croiseur école Jeanne d'Arc 1940 schéma

Caractéristiques du croiseur-école Jeanne d’Arc

Déplacement :  standard théorique 6600 tonnes en charge normale 7893 tonnes le déplacement Washington est de 6496 tW.

Dimensions :  longueur hors tout 170m longueur entre perpendiculaires 160m largeur maximale 17.53m (17.50m à la flottaison) tirant d’eau en charge normale 5.85m

Propulsion : deux groupes de turbines à engrenages alimentées en vapeur par quatre chaudières à petits tubes de type Du Temple dévellopant 32500ch et entrainant deux lignes d’arbres terminées par des hélices tripales.

Performances :  Théoriquement, le croiseur-école doit pouvoir dévelloper 32500ch à 300 tours/minute soit une vitesse de 25 noeuds mais au courant des essais, la Jeanne d’Arc à pu filer à 27.035 noeuds (puissance maximum normale PMN) et 27.86 noeuds à feux poussées (43600ch) au déplacement moyen de 6600 tonnes

La distance franchissable est de 6670 miles nautiques à 11 noeuds, 5600 miles nautiques à 16 noeuds, 3500 miles nautiques à 22 noeuds, 2900 miles nautiques à 24 noeuds et 2300 miles nautiques à 27 noeuds.

«Protection» :  autour des groupes avant et arrière des soutes à munitions, entre la cale et le premier faux pont, l’épaisseur des cloisons est portée à 20mm. Autour du blockaus la carapace à 30mm en deux plans de 15mm. Autour du tube reliant le blockaus aux postes centraux, la paroi à 20mm. Aucune protection horizontale.

Armement : 8 canons de 155mm modèle 1921 en quatre tourelles doubles, 4 canons de 75mm modèle 1922 en quatre affûts simples, deux canons de 37mm modèle 1925 en deux affûts contre-avions simples (CAS), huit mitrailleuses de 13.2mm en quatre affûts doubles, deux mitrailleuses Hotchkiss de 8mm et deux tubes simples modèle 1926 avec un champ de batttage allant de 40 à 140° pour le tube tribord et de 320 à 220°.

La DCA légère à été sensiblement modifiée, les canons de 37mm et les mitrailleuses ont été remplacés par huit canons de 37mm Schneider modèle 1941 et douze canons de 25mm modèle 1939-40 en affûts doubles

Aviation : Une catapulte pour un hydravion (à partir de 1942)

Equipage :  26 officiers, 105 officiers-mariniers et 351 quartiers maitres et matelots soit 482 hommes plus 156 officiers-élèves, ces derniers étant répartis entre six postes de douze et six postes de quatorze

9-Croiseurs légers (4)

Le Primauguet

Le croiseur léger Primauguet

Le croiseur léger Primauguet

-Le Primauguet est mis sur cale à l’Arsenal de Brest le 16 août 1923 lancé le 21 mai 1924, armé pour essais le 1er février 1926, armé définitivement le 1er octobre 1926 et admis au service actif au sein de la 3ème division légère avec ses deux sister-ship en avril 1927.

Le troisième croiseur léger de classe Duguay-Trouin est le premier navire français à recevoir une catapulte pour hydravions de type Penhoët. D’août à octobre 1927, le Primauguet est déployé en Extrême Orient pour une croisière qui le conduit jusqu’au Japon.

Il effectue une autre mission de représentation en septembre 1928 avant de rallier Toulon, allant aux Antilles avec le Lamotte-Picquet début 1930 avant de retourner en Extrême Orient de mai 1932 à janvier 1936 et de novembre 1937 à juillet 1939, l’intermède étant occupé par une remise en état à Lorient.

Il passe les trois mois de la guerre de Pologne (septembre-décembre 1939) à Dakar pour patrouiller contre les raiders allemands écumant l’Atlantique.

Il reste déployé dans le port ouest-africain jusqu’au printemps 1940 avant de subir une période d’entretien au bassin du 4 juin au 2 septembre 1940. Après essais et remise en condition du 3 septembre au 1er octobre, il est détaché à Casablanca pour sécuriser le détroit de Gibraltar en liaison avec les britanniques alors qu’il dépendait déjà de la 6ème DC.

Le 4 novembre 1940, le Primauguet venu de Casablanca arrive à Toulon pour retrouver la 6ème DC qui atteint donc son format définitif à trois croiseurs.

La division ressort au complet pour exercices du 12 au 24 novembre avant une escale à Ajaccio du 25 au 30 novembre, à Tunis du 2 au 7 décembre, à Oran du 9 au 14 décembre avant de rentrer à Toulon le 15 décembre 1940 dans la soirée.

L’Amirauté décide de détacher à tour de rôle un «8000 tonnes» au Levant pour renforcer les moyens de la Division Navale du Levant (DNL). Le Primauguet est le premier à y être détaché à savoir de décembre 1940 à avril 1941.

Le croiseur léger va effectuer des missions de surveillance, de présence au large des mandats, de transports de troupes et d’appui-feu quand les patrouilles tombaient dans des embuscades. Le 16 avril 1941, le Duguay-Trouin arrive à Beyrouth et relève le Primauguet qui devient au passage navire-amiral de la 6ème DC et rentre à Toulon le 20 avril 1941.

Après une période d’entretien à flot jusqu’au 2 mai, il sort en compagnie du Lamotte-Picquet pour entrainement du 3 au 12 mai 1941 avant une escale commune à Alger jusqu’au 16 mai 1941. Après un exercice de bombardement littoral pour entrainer les défenses côtières du secteur d’Alger du 17 au 24 mai, les deux croiseurs font escale à Tunis du 26 au 30 mai, sont en entretien à flot à Bizerte du 31 mai au 8 juin 1941 avant de rentrer à  Toulon le 10 juin 1941.

Le 15 juin 1941, la ville de Brest devient ville-marraine du croiseur léger, Hervé de Potzmorguer dit Primauguet ayant périt dans cette ville au cours d’un combat contre les anglais.

Le Primauguet et le Lamotte-Picquet reprennent la mer pour des exercices avec deux divisions contre-torpilleurs de la 2ème escadre du 20 juin au 2 juillet 1941 en l’occurrence les  4ème DCT (contre-torpilleurs Tigre Lynx Panthère) et 7ème DCT contre-torpilleurs (Vautour Albatros Gerfaut) , les croiseurs servant d’abord de plastron aux contre-torpilleurs avant de pourchasser les lévriers des mers. Le groupe occasionnel (deux croiseurs et six contre-torpilleurs) fait escale à Nice du 3 au 10 juillet avant de rentrer à Toulon le 13 juillet 1941.

Le 21 juillet 1941, Port-Vendres inaugure sa nouvelle gare maritime pour les liaisons avec le Maroc et l’Algérie. Le Primauguet comme navire-amiral de la 6ème DC représente la marine pour la cérémonie d’inauguration, restant dans le port occitan jusqu’au 25 juillet quand il reprend la mer pour rentrer à Toulon le 28 juillet 1941. Il est indisponible du 28 juillet au 13 août 1941, reprenant la mer pour essais du 14 au 19 août avant remise en condition du 20 au 27 août 1941.

Le Duguay-Trouin reprend la mer pour essais du 16 au 18 septembre avant de s’entrainer avec le Primauguet qui lui rétrocède le pavillon de navire-amiral de la la 6ème DC. Les deux croiseurs sont à la mer du 21 septembre au 12 octobre, faisant escale à La Ciotat du 28 au 30 septembre et à Marseille du 13 au 16 octobre avant de rentrer à Toulon le 18 octobre 1941.

Les deux croiseurs sont de nouveau à la mer pour exercice du 20 au 30 octobre avant une escale à Nice du 1er au 4 novembre, le Primauguet et le Duguay-Trouin rentrant à Toulon le 6 novembre 1941.

Le 13 novembre 1941, le Primauguet arrive à Beyrouth pour relever son sister-ship. Après deux jours d’exercices en commun, le Lamotte-Picquet quitte le Levant le 16 novembre, ce dernier rentrant à Toulon le 25 novembre.

Le Primauguet comme lors de son premier séjour (décembre 1940-avril 1941) va effectuer des missions de surveillance et de présence au large des côtes de Levant, va surveiller les positions italiennes dans le Dodécannese ainsi que de missions d’entrainement et de maintien de l’ordre via notamment sa compagnie de débarquement ou en transportant des troupes.

Le 22 mars 1942, le Duguay-Trouin arrive à Beyrouth pour relever le Primauguet qui quitte Beyrouth le jour même, gagnant Bizerte. A noter qu’il fait le voyage à vide, ayant débarqué ses munitions à Beyrouth (obus de 155 et de 75mm, torpilles, grenades ASM) avant d’appareiller.

Arrivé le 25 mars à l’aube en Tunisie, il traverse le canal de Bizerte et mouille dans le lac avant d’être échoué dans le bassin n°3 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah pour une véritable modernisation dont le contenu est identique à celle qu’à subit le Duguay-Trouin.

Les hélices sont inspectées puis changées, la coque est grattée et repeinte, les principaux travaux concernent surtout l’électronique et l’armement. En effet, plusieurs radars sont installés, l’armement en torpilles est allégé avec les seules douze torpilles en poste dans les tubes et la DCA est changée.

Les 4 canons de 75mm modèle 1922 sont remplacés par 4 canons de 90mm modèle 1926 en affûts simples et les 6 affûts doubles de 13.2mm sont remplacés par 8 canons de 37mm Schneider modèle 1941 en affûts doubles. La catapulte est maintenue mais le Gourdou-Lesseure GL.832 est remplacé par un Loire 130 plus moderne et plus efficient.

Il est remis à flot le 27 novembre puis conduit au quai d’armement pour des travaux complémentaires jusqu’au 15 décembre avant des essais à la mer au large de la Tunisie du 16 au 21 décembre suivit d’un stage de remise en condition avec école à feu du 22 décembre 1942 au 7 janvier 1943 avant de rentrer à Toulon le 12 janvier 1943.

A cette époque, le Primauguet est le seul croiseur léger de la 6ème DC disponible, le Lamotte-Picquet étant en travaux à Bizerte alors que le Duguay-Trouin avait déjà quitté la 6ème DC pour gagner l’Indochine et être affecté aux FNFEO dont il va devenir au mois de mai le navire-amiral.

Le Primauguet ressort pour entrainement du 21 au 28 janvier avant une escale à Nice du 29 janvier au 4 février suivit d’un entrainement au combat de nuit du 5 au 9 février. Après une escale à Bastia du 10 au 15 février et en rade de Villefranche du 16 au 19 février, il rentre à Toulon le 21 février 1943.

Après une indisponibilité accidentelle mise à profit pour embarquer huit canons de 25mm Hotchkiss modèle 1940-41 en affûts doubles du 2 au 15 mars, le croiseur léger sort pour essais au large de Toulon du 16 au 20 mars avant de reprendre l’entrainement en servant de plastron aux défenses côtières du secteur de Toulon et ce du 22 mars au 2 avril. Il mouille aux Salins d’Hyères du 3 au 9 avril avant de rentrer à Toulon le lendemain 10 avril 1943.

Le 15 avril 1943, il quitte Toulon chargé de matériels, de techniciens et d’ouvriers militaires qu’il débarque à Casablanca le 19 avril 1943. Ses soutes complétées, le Primauguet arrive à Dakar le 23 avril pour un stage au polygone de tir de Rufisque du 25 avril au 8 mai 1943. Après une escale à Port-Etienne du 9 au 15 mai et à Casablanca du 17 au 21 mai, il rentre à Toulon le 26 mai 1943 dans la soirée.

Le Primauguet sort à nouveau du 4 au 12 juin pour un entrainement de défense aérienne à la mer où sa DCA doit défendre le navire contre des avions torpilleurs Bloch MB-175T, des bombardiers horizontaux Bréguet Br695 et des bombardiers en piqué Douglas SBD-3 Dauntless. Après une escale à Nice du 13 au 20 juin, le croiseur léger rentre à Toulon le 22 juin.

Le Primauguet participe du 2 au 13 juillet à la remise en condition de son sister-ship le Lamotte-Picquet, les deux croiseurs rentrant le lendemain à Toulon, les compagnies de débarquement défilant à Toulon pour la fête nationale.

Le 10 octobre 1943, Le Lamotte-Picquet sort de Toulon pour accueillir le Chateaurenault. Ce dernier avait été construit à La Seyne sur Mer  mais venait de réaliser sa traversée de longue durée en Amérique du Sud suivit d’une école à feu à Rufisque.

Le Primauguet aurait du faire de même mais il est immobilisé pour une avarie technique jusqu’au 5 octobre. Réparé, il sort pour essais du 6 au 10 octobre avant un entrainement combiné du 11 au 18 octobre, rentrant à Toulon le lendemain.

Le 19 octobre 1943, la 6ème DC est dissoute mais reconstituée dès le lendemain avec le De Grasse et le Chateaurenault en attendant le Guichen. Le Primauguet est lui placé hors rang en attendant son redéploiement outre-mer.

Le Primauguet ressort pour un exercice avec deux division de contre-torpilleurs de la 2ème Escadre du 21 au 31 octobre en l’occurence les 2ème DCT (Guépard Lion Bison) et 5ème DCT (Aigle Albatros Gerfaut) plus le contre-torpilleur Marceau chargés d’intercepter plusieurs cargos «ennemis» symbolisés par des cargos affrétés durant cette période par la marine. Le croiseur léger, les torpilleurs et les contre-torpilleurs rentrent à Toulon le soir même.

Après un entrainement aviation du 1er au 5 novembre, le croiseur léger subit une période d’entretien à flot du 6 au 12 novembre avant les essais à la mer réglementaires du 13 au 16 novembre et la remise en condition du 18 au 30 novembre 1943. Après une escale à Bastia du 1er au 5 décembre, il rentre à Toulon le 7 décembre à l’aube.

Le 12 décembre 1943, le croiseur léger Guichen arrive à Toulon. Le troisième croiseur léger de classe De Grasse avait été construit à Bordeaux et venait d’être admis au service actif après son départ de Dakar. A son arrivée à Toulon, il est affecté à la 6ème DC qui atteint son format définitif à trois bâtiments.

Le Primauguet va rester déployé en métropole jusqu’au printemps 1944 le temps que le Guichen prenne ses marques et que son équipage soit rodé. Comme un passage de témoin, le Primauguet va sortir avec le Guichen du 15 au 24 décembre 1943 pour un entrainement combiné dans le Golfe du Lion.

Il est décidé de l’affecter aux Antilles aux sein des Forces Navales Françaises aux Antilles (FNFA) dont la base principale est Fort de France en Martinique. Avant de rejoindre son nouveau théâtre d’opérations, le croiseur léger va subir un petit carénage à Toulon.

Il est déclaré indisponible le 27 décembre 1943, débarque ses munitions et vidange ses soutes. Il est échoué le 2 janvier dans le bassin n°2 du Missiessy pour deux mois de travaux jusqu’au 15 mars 1944 quand il est remis à flot et remorqué au quai d’armement pour des travaux complémentaires.

Armé pour essais le 6 avril 1944, il sort en mer du 7 au 15 avril puis du 18 au 25 avril avant de refaire le plein de munitions et d’embarquer son nouvel hydravion, un Dewoitine HD-731 flambant neuf mais l’appareil qui lui est destiné s’abime à l’amerrissage.

Après un stage de remise en condition au large de Toulon du 28 avril au 12 mai 1944, le croiseur léger quitte le Var le 14 mai, fait escale à Casablanca le 19 mai puis traverse l’Atlantique en direction de Fort de France où il arrive le 25 mai 1944.

Le 26 mai 1944, le croiseur léger Primauguet devient navire-amiral des Forces Navales Françaises aux Antilles (FNFA) avec Fort de France comme port d’attache

Le nouveau navire-amiral à une vaste zone de responsabilité correspondant à l’actuelle Zone Maritime Antilles-Guyane (ZMAG) avec comme principaux navires deux avisos coloniaux, le Bougainville stationné à Fort de France et le Lapérouse déployé à Cayenne en Guyane française puis le pétrolier Loing chargé de ravitailler les dépôts carburants depuis les gisements vénézuéliens, mexicains et texans. Le reste est composée d’une véritable poussière navale fait de navires construits sur place ou des unités de seconde main, plusieurs chalutiers notamment.

Après une période d’indisponibilité jusqu’au 9 juin 1944, le croiseur léger ressort pour entrainement avec le Bougainville, un exercice de défense et d’attaques de convois du 12 au 25 juin avant une escale à Pointe à Pitre jusqu’au 30 juin.

Les deux navires ressortent pour un exercice de défense aérienne à la mer du 1er au 8 juillet 1944, l’aviso colonial inaugurant sa nouvelle DCA. Aux quatre canons de 37mm modèle 1925 et aux six mitrailleuses de 13.2mm en trois affûts doubles, le Bougainville à préféré quatre canons de 37mm modèle 1941 en deux affûts doubles et six canons de 25mm modèle 1939-40 en trois affûts doubles.

Après une nouvelle escale à Pointe à Pitre du 9 au 12 juillet, les deux navires rentrent le lendemain à Fort de France. Le 14 juillet 1944, une mini-revue navale est organisée au large de Fort de France avec le croiseur léger, l’aviso colonial et le pétrolier qui dans la foulée prend la mer pour le Texas afin de charger du mazout.

Le croiseur léger Primauguet ressort pour un exercice combiné du 20 juillet au 8 août 1944 avant de rentrer le lendemain à Fort de France. Il est indisponible jusqu’à la fin du mois d’août avant de ressortir pour essais du 1er au 5 septembre et du 7 au 12 septembre avant de reprendre l’entrainement par une série d’exercices (défense aérienne à la mer, bombardement littoral, défense et attaque de convois, raids amphibies) du 15 septembre au 18 octobre 1944.

Le 25 octobre 1944, le croiseur léger quitte Fort de France pour une croisière de représentation dans sa zone de déploiement. Il fait escale à Caracas (Venezuela) du 27 au 30 octobre, à Port of Spain (Trinité et Tobago) du 2 au 4 novembre et à Cayenne du 7 au 13 novembre 1944. Il repart le lendemain, faisant escale à Belem (Brésil) du 15 au 20 novembre avant de remontrer vers le nord direction Georgetown (Guyana) où le croiseur fait escale du 24 au 28 novembre.

Il mouille ensuite à San Juan (Porto Rico) du 4 au 8 décembre, à Kingston (Jamaïque) du 11 au 15 décembre avant de rentrer à Fort de France le 19 décembre et d’être indisponible jusqu’à la fin de l’année pour réparations et entretien courant, toujours l’occasion d’améliorations diverses et variées.

Après une sortie d’essais du 3 au 10 janvier 1945, le croiseur léger ressort pour entrainement avec le Bougainville du 11 au 30 janvier avant de faire escale à Basse Terre du 1er au 4 février puis de rentrer le lendemain à Fort de France.

Le 5 février 1945, le croiseur léger quitte Fort de France pour le Sénégal, arrivant à Dakar le 11 février 1945, faisant trois jours escale jusqu’au 14. Il assure une Ecole à feu à Rufisque du 15 février au 3 mars avant de revenir dans le port de Dakar.

Il embarque un bataillon de 600 tirailleurs sénégalais et appareille le 5 mars pour Cayenne où il arrive le 9 mars. Il débarque ce bataillon destiné à renforcer la défense de la Guyane française suite à plusieurs attaques de postes par des éléments non identifiés.

Le croiseur léger reprend la mer le 11 mars 1945, manoeuvre avec l’aviso colonial Lapérouse du 12 au 19 mars avant de regagner Fort de France le 27 mars 1945.

Après une période d’entretien à flot du 28 mars au 15 avril, le croiseur léger est à la mer pour essais du 16 au 20 avril avant un exercice combiné avec l’armée de l’air, le croiseur s’entrainant contre les chasseurs Dewoitine D-520 basés à Fort de France et contre les bombardiers moyens Douglas DB-7 du 25 avril au 2 mai 1945.

Rentré à Fort de France le 3 mai 1945, il appareille en urgence le 5 mai avec à son bord une compagnie de gendarmes mobiles qu’il transporte à Pointe à Pitre secouée par de violentes émeutes liés à la mort d’un leader indépendantiste peu après son arrestation. La présence du croiseur est dissuasif pour éviter l’extension des émeutes qui vont néanmoins secouer la Guadeloupe jusqu’à la mi-mai.

Elles servent d’électrochoc et accélère le vote du statut d’autonomie de la colonie qui devient une généralité _un statut à mi-chemin entre le département et la province_ tout comme la Martinique, la Guyane mais également la Réunion.

Le Primauguet rembarque les gendarmes mobiles le 20 mai 1945 et rentre à Fort de France le 22 mai. Il ressort pour un exercice de combat de nuit du 24 au 28 mai avant une escale à Castries (Saint Lucie) du 29 mai au 5 juin. Il rentre à Fort de France le lendemain 6 juin 1945.

Le 12 juin 1945, le Dewoitine HD-730 n°1 s’abime peu après son catapultage au large de Fort de France alors que le croiseur menait un exercice de surveillance et de protection de la Martinique mais son équipage est récupéré après ce bain renforcé.

Le deuxième appareil est interdit de vol mais l’enquête montre que c’est la catapulte qui est en cause et celle-ci est débarquée, une autre est commandée en métropole. En attendant sa livraison, le Dewoitine HD 730 n°2 va être mis à l’eau par la grue mais ne sera pas récupéré, rentrant directement à l’hydrobase de Fort de France.

L’exercice interrompu est repris sans catapulte le 18 juin et s’achève le 25 juin, le navire-amiral des FNFA rentrant à Fort de France le lendemain 26 juin avant une période d’indisponibilité jusqu’au 15 juillet 1945.

Il reprend la mer pour essais du 16 au 20 juillet avant remise en condition avec l’aviso colonial Bougainville du 21 juillet au 3 août. Les deux navires font escale font ensuite escale à Oranjestad (Aruba) du 4 au 8 août, à Wilhelmstad (Curaçao) du 9 au 14 août, à Caracas (Venezuela) du 16 au 19 août avant de rentrer à Fort de France le 22 août 1945.

Il sort à nouveau pour entrainement du 1er au 12 septembre 1945, se ravitaillant à la mer au pétrolier Loing équipé depuis peu d’un système de ravitaillement à la mer à couple. Après une escale à Pointe à Pitre (Guadeloupe) du 13 au 16 septembre, le croiseur léger rentre à Fort de France le lendemain 17 septembre 1945.

Le 21 septembre 1945, le cargo Victor Schoelcher arrive à Fort de France. A bord, des obus de 138mm, de 155mm et de 90mm, plusieurs radars en pièces détachées et surtout une catapulte hydraulique Penhoët et trois Dewoitine HD-731 flambants neufs, les 7ème, 11ème et 13ème appareils de série

Le Primauguet est en travaux du 22 au 27 septembre pour recevoir sa nouvelle catapulte toujours sur la plage arrière, catapulte essayée sans appareils puis en mer avec un Dewoitine HD-731 du 28 au 30 septembre. Il effectue un exercice de surveillance du 1er au 12 octobre avant une escale à Port of Spain du 14 au 19 octobre avant de rentrer à Fort de France le 21 octobre 1945.

Il effectue un exercice de défense aérienne à la mer du 25 au 30 octobre puis un exercice de bombardement littoral du 2 au 8 novembre, guidé par les Dewoitine D-720 de coopération de l’armée de l’air.

Le 12 novembre 1945, il quitte Fort de France pour une Ecole à feu à Rufisque. Il arrive à Dakar le 19 novembre et entame son entrainement le 21 novembre.

Il tire contre la terre du 21 au 25 novembre, en mer du 26 au 30 novembre avant de servir de plastron aux défenses côtières du secteur de Dakar du 2 au 8 décembre.

Après une ultime escale dans la capitale de l’AOF du 9 au 11 décembre, le croiseur rentre à Fort de France le 18 décembre et reste indisponible jusqu’à la fin de l’année.

Après une sortie d’essais du 4 au 10 janvier 1946, il sort pour un entrainement en solitaire, restant en mer non stop du 11 au 30 janvier, ravitaillé à la mer par le Loing.

Il enchaine successivement par un exercice de défense aérienne à la mer (11 au 15 janvier), de bombardement littoral (16 au 21 janvier), de raid amphibie (22 au 25 janvier) et de couverture de la navigation commerciale (26 au 30 janvier) avant de rentrer le lendemain à Fort de France.

Il est indisponible pour avarie du 2 au 20 février 1946, passant au bassin du 3 au 15 février. Il sort pour essais du 21 au 25 février avant remise en condition du 26 février au 5 mars 1946. Il ressort à nouveau pour un exercice de protection des lignes de navigation du 12 au 21 mars avant de rentrer à Fort de France le lendemain 22 mars.

Le 25 mars 1946, il appareille pour une mission de présence dans le sud de sa zone de responsabilité. Il fait escale à Port of Spain (Trinidad et Tobago) du 28 au 31 mars, à Georgetown du 2 au 6 avril et à Cayenne du 9 au 14 avril. Il fait une escale à Belem (Brésil) du 16 au 21 avril avant de rentrer à Fort de France le 27 avril.

Après un exercice de combat de nuit du 1er au 6 mai 1946, le Primauguet transporte une compagnie d’infanterie coloniale entre Fort de France et Pointe à Pitre pour une simulation de raid amphibie couvert par des tirs simulés et des tirs d’obus fumigènes et ce du 8 au 15 mai. Il rentre à Fort de France le lendemain 16 mai 1946.

Le désarmement du Lamotte-Picquet entraine une réorganisation du dispositif français dans l’Océan Indien. On envisage un temps de déployer une division de contre-torpilleurs avant de finalement choisir de déployer à Djibouti le croiseur léger Primauguet. La décision est officiellement prise le 17 mai 1946.

Le Primauguet subit un petit carénage à Fort de France du 24 mai au 12 juillet 1946 pour une remise en état complète, un changement des hélices, une visite des turbines, des chaudières, un grattage de la coque et une nouvelle peinture.

La DCA est renforcée portée à 12 canons de 25mm en six affûts doubles, le nombre de canons de 37mm reste identique (huit en quatre affûts doubles).

Après essais réglementaires du 13 au 25 juillet, le Primauguet appareille le 28 juillet de la Martinique, fait escale à Dakar du 7 au 9 août, Douala au Cameroun du 12 au 15 août, Simonstown (Afrique du Sud) du 22 au 24 août, Diego-Suarez du 27 au 29 août avant de gagner Djibouti le 4 septembre 1946.

Le Primauguet déployé à Djibouti effectue une mission de surveillance dans le Golfe d’Aden du 12 au 20 septembre avant une escale à Aden du 21 au 27 septembre suivit d’une nouvelle mission de présence et de surveillance du 28 septembre au 4 octobre. Il rentre à Djibouti le 6 octobre 1946. Il sort à la mer pour un exercice de défense aérienne du 10 au 15 octobre avant d’être de retour au port le lendemain, 16 octobre 1946.

Le 10 septembre 1946, le croiseur lourd Duquesne s’échoue au Cap Saint-Jacques en Indochine. A l’issue de longs et coûteux travaux de renflouage, le Duquesne est récupéré mais jugé irrécupérable et désarmé le 4 octobre puis condamné le 9 octobre 1946.

Dès le 12 octobre 1946, décision est prise de transférer le Tourville en Indochine et de relocaliser le Primauguet à Diego-Suarez.

Le croiseur léger reste cependant pour l’instant à Djibouti, sortant pour une mission de surveillance dans le Golfe d’Aden et au large de la Somalie italienne du 20 au 30 octobre.

A cette occasion, on frôle d’ailleurs l’incident diplomatique, le Dewoitine HD-731 du croiseur est intercepté par un chasseur italien qui probablement dissuadé par sa hierarchie renonce à obliger l’hydravion à amerrir en Somalie. Le croiseur léger rentre à Djibouti le 4 novembre.

Il passe au bassin du 5 au 20 novembre pour inspection suite à des vibrations à grande vitesse et les travaux terminés, il sort pour essais du 22 au 27 novembre avant d’enchainer par un entrainement avec l’aviso colonial Savorgnan de Brazza du 28 novembre au 4 décembre 1946.

Le 11 décembre 1946, après seulement deux mois à Djibouti, le croiseur léger quitte le territoire de la Côte Française des Somalis pour Madagascar. Le 17 septembre 1946 à 50 miles de Diego-Suarez, il croise le croiseur lourd Tourville en route pour l’Indochine. Le Primauguet s’amarre au quai Gallieni le lendemain 18 décembre 1946.

Le 20 décembre 1946, le croiseur léger Primauguet devient navire-amiral des Forces Navales en Afrique Equatoriale Française (FNAEF).

Après une période d’entretien à flot du 21 décembre 1946 au 8 janvier 1947, le croiseur léger sort pour essais du 9 au 12 janvier avant un entrainement au large de Diego-Suarez du 13 au 22 janvier.

Il ressort le 2 février 1947 pour un exercice avec l’aviso colonial D’Entrecasteaux jusqu’au 12 février, les deux navires faisant escale à La Réunion du 13 au 18 février puis à Port Louis (Ile Maurice) du 19 au 25 février avant de rentrer à Diego Suarez le 28 février 1947.

Après une période d’indisponibilité accidentelle du 2 au 20 mars, le croiseur léger ressort pour essais du 21 au 25 mars avant remise en condition du 26 mars au 5 avril 1947. Il enchaine par un exercice de défense aérienne à la mer du 9 au 15 avril puis par un exercice de bombardement littoral du 17 au 23 avril 1947. Il est de retour à Diego Suarez le 30 avril après une escale à Port-des-Galets à La Réunion du 24 au 28 avril.

Le 5 mai 1947, le croiseur léger appareille pour une vaste tournée dans l’Océan Indien. Il fait escale à Maputo, capitale du Mozambique portugais  du 9 au 14 mai, à Dar-es-Salam (Tanzanie) du 17 au 21 mai, à Zanzibar du 22 au 25 mai, à Monbassa du 26 au 29 mai, à Mogadiscio (Somalie italienne) du 31 mai au 2 juin (et ce en dépit des tensions entre Paris et Rome), à Djibouti du 5 au 8 juin, à Aden du 10 au 13 juin, à Mascate du 15 au 18 juin, à Karachi du 20 au 23 juin, à Bombay du 26 au 28 juin, à Cochin du 30 juin au 2 juillet puis à Colombo du 4 au 7 juillet. Il reprend ensuite le chemin du retour, faisant escale à Mahé du 9 au 11 juillet, à La Réunion du 13 au 15 juillet avant de rentrer à Diego Suarez le 18 juillet 1947.

Après une période d’indisponibilité du 19 juillet au 30 août 1947, le Primauguet ressort pour essais du 1er au 4 septembre avant remise en condition en compagnie du D’Entrecasteaux du 6 au 21 septembre 1947.

Le croiseur léger et l’aviso colonial ressortent pour un exercice de combat de nuit, exercice mené du 24 au 29 septembre 1947, exercice qui se termine par un abordage sans gravité du croiseur par l’aviso mais mis à part un enfoncement à tribord et quelques trous, il n’y à rien à signalé.

Le croiseur léger effectue ensuite un transport rapide, celui d’une compagnie de tirailleurs malgaches à La Réunion pour compléter la garnison désormais organisée autour du bataillon mixte d’infanterie malgache (BMIM) quittant pour cela Madagascar le 2 octobre et arrive le 5 octobre à Port-des-Galets.

Il sert ensuite de plastron aux nouvelles batteries côtières récemment aménagées du 7 au 12 octobre avant de rentrer à Diego Suarez le 14 octobre 1947.

Du 2 au 8 novembre 1947, le Primauguet est à la mer pour un exercice de défense aérienne à la mer avant de gagner Port Louis (Ile Maurice) pour une escale du 10 au 15 novembre, prétexte à une célébration franco-britannique de la fin du premier conflit mondial. Après une escale à La Réunion du 17 au 22 novembre, le croiseur léger rentre à Diego Suarez le 24 novembre.

Après une période d’indisponibilité du 25 novembre au 4 décembre, le croiseur léger sort pour essais du 5 au 8 décembre avant de s’entrainer intensivement du 9 au 13 décembre et du 17 au 23 décembre, passant les fêtes de fin d’année à La Réunion jusqu’au 3 janvier quand il reprend la mer pour rentrer à Diego-Suarez le 5 janvier 1948.

Après une sortie au large du Cap d’Ambre du 10 au 16 janvier 1948, le croiseur léger rentre à Diego-Suarez le lendemain. Il transfert le pavillon de navire-amiral à l’aviso D’Entrecasteaux le 18 janvier puis débarque ses munitions et vidange ses soutes.

Il est échoué dans le bassin n°1 le 20 janvier 1948 et reste au sec jusqu’au 24 juin. La coque est grattée et repeinte, les hélices et les gouvernails inspectées, l’électronique remise à jour, l’artillerie modernisée.

Remis à flot le 24 juin, il passe au quai d’armement jusqu’au 12 juillet quand il est armé pour essais, essais réalisés du 13 au 17 juillet avant remise en condition opérationnelle du 18 au 30 juillet 1948.

Le 2 août 1948, le croiseur léger redevient navire-amiral des FNAEF en remplacement du D’Entrecasteaux qui à son tour va entrer en carénage.

Le croiseur léger sort pour exercices du 5 au 12 août (défense aérienne à la mer). Au cours de cet exercice, le Dewoitine D-720 du GCRO (Groupe Colonial de Reconnaissance et d’Observation) chargé de surveiller le déroulement de l’exercice est abattu accidentellement par la DCA du croiseur mais fort heureusement, l’équipage parvient à sauter en parachute avant que l’avion ne s’abime en mer. Inutile de vous dire que les canonniers à la gâchette un peu trop facile ont entendu parlé du pays……….. .

Après un exercice de bombardement littoral du 13 au 18 août, le croiseur léger s’entraine à la navigation et au combat de nuit du 21 au 26 août, mouillant le jour dans différents lieux de la côte malgache.

Rentré à Diego-Suarez le 27 août 1948, il sort encore pour un exercice de surveillance et d’attaque antinavire du 29 août au 3 septembre, rentrant à Diego-Suarez le 7 septembre après une escale à Port Louis.

Le Primauguet en 1939

Le Primauguet en 1939

Caractéristiques Techniques de la classe Duguay-Trouin

Déplacement :  charge normale 8760 tonnes surcharge 9656 tonnes

Dimensions : longueur hors tout 181.03m longueur à la flottaison : 175m largeur maximum à la flottaison : 17.2m Tirant d’eau maximum 5.86m

Propulsion : 4 groupes de turbines Parson alimentées par 8 chaudières Guyot du Temple dévellopant une puissance totale de 102000 ch et actionnant quatre hélices quadripales

Performances : Vitesse maximale : 34 nœuds Distance Franchissable : 3600 miles nautiques à 14 noeuds

Protection : Pont principal 10mm premier pont 20mm Tourelles 30mm Blockhaus 30mm

Électronique :  radars installés au cours de la décennie quarante essentiellement un radar de veille surface, un radar de veille aérienne, deux radars de conduite de tir pour l’artillerie principale.

Armement d’origine :  8 canons de 155mm modèle 1921 en quatre tourelles doubles; 4 canons de 75mm modèle 1922 en quatre affûts simples. Ce canon de 50 calibres tir des obus de 6 kilos à 15000m avec un plafond de 7500m à raison de 12 coups par minute

-12 mitrailleuses de 13.2mm en six affûts doubles  

-12 tubes lance-torpilles de 550mm en quatre plate-formes triples avec un stock de 24 torpilles. La torpille standard est la 23DT qui porte à 9000m à 39 noeuds et 13000m à 35 noeuds.

-15 grenades ASM de 35kg

Aviation :  une catapulte installée à la poupe avec un hydravion généralement un Gourdou-Lesseure GL-832, un Loire 130 puis un Bréguet Br790 ou un Dewoitine HD-731.

Equipage :  27 officiers 102 officiers mariniers et 452 matelots.

9-Croiseurs légers (3)

Le Lamotte-Picquet

Le croiseur léger Lamotte-Picquet en mars 1932

Le croiseur léger Lamotte-Picquet en mars 1932

-Le Lamotte-Picquet est mis sur cale à l’Arsenal de Lorient le 17 janvier 1923, lancé le 21 mars 1924 et armé pour essais le 1er février 1926. Il est armé définitif le 1er septembre 1926 et admis au service actif le 5 mars 1927.

Après plusieurs croisières (Angleterre, Amérique du Sud et Antilles), le Lamotte-Picquet et la 3ème DL est affecté à la 1ère Escadre en Méditerranée en juin 1928 et ce jusqu’en 1932. En 1932, le croiseur est affecté à la 2ème Escadre en compagnie du Duguay Trouin.

Après un grand carénage à Lorient (septembre 1933-décembre 1934), le croiseur est affecté aux Forces Navales  d’Extrême d’Orient (FNEO), quittant Brest le 2 novembre 1935 pour Saigon où il arrive le 30 décembre 1935.

Il reste déployé en Extrême Orient jusqu’au début du mois de juillet 1940 quand il est décidé de le renvoyer en Méditerranée en dépit des protestations du commandement local qui estime nécessaire conserver un croiseur sur place notamment pour dissuader la marine siamoise d’attaquer l’Indochine.

Après une période d’entretien à flot, il quitte Saïgon le 7 juillet 1940 et arrive à Singapour le 14 juillet 1940. Il passe au bassin jusqu’au 22 juillet pour inspection de la coque et des hélices en très bon état alors qu’il n’a pas subit de grands travaux depuis son départ de la métropole.

Il quitte la colonie britannique le 23 juillet, traverse l’Océan Indien à bonne vitesse, fait une escale de ravitaillement à Djibouti le 2 août, remonte la mer Rouge et franchit le canal de Suez le 10 août 1940. Arrivé à Bizerte le 15 août, il est échoué au bassin n°1 pour une période d’entretien jusqu’au 30 août, regagnant Toulon le lendemain 31 août 1940.

Bien qu’officiellement affecté à la 6ème DC, il est loin d’être opérationnel, subissant des essais à la mer du 2 au 9 septembre avant un exercice de remise en condition avec le Duguay-Trouin du 15 au 25 septembre 1940. Les deux croiseurs font escale à Calvi du 26 au 30 septembre et à Bastia du 1er au 8 octobre. Ils sont de retour à Toulon le 10 octobre.

Le 4 novembre 1940, le Primauguet venu de Casablanca arrive à Toulon pour retrouver la 6ème DC qui atteint donc son format définitif à trois croiseurs. La division ressort au complet pour exercices du 12 au 24 novembre avant une escale à Ajaccio du 25 au 30 novembre, à Tunis du 2 au 7 décembre, à Oran du 9 au 14 décembre avant de rentrer à Toulon le 15 décembre 1940 dans la soirée.

L’Amirauté décide alors de détacher à tour de rôle un «8000 tonnes» au Levant pour renforcer les moyens de la Division Navale du Levant (DNL). Le Primauguet est le premier à y être détaché à savoir de décembre 1940 à avril 1941

Le Lamotte-Picquet sort pour la première fois en 1941 du 12 au 21 janvier pour un exercice combiné avec le Duguay-Trouin , les deux croiseurs se poursuivant mutuellement avant de faire escale à Nice du 22 au 27 janvier, rentrant à Toulon le 28 janvier 1941.

Le Lamotte-Picquet ressort pour exercice du 5 au 25 février 1941 entre Corse et continent avant de faire escale à Bastia du 26 février au 1er mars. Après un exercice de combat de nuit jusqu’au 8 mars, le croiseur  mouille en rade de Villefranche jusqu’au 12 mars avant de rentrer à Toulon le 14 mars.

Le Lamotte-Picquet ressort pour un exercice de défense aérienne à la mer du 20 au 27 mars avant de mouiller aux salins d’Hyères jusqu’au 30 mars avant de rentrer à Toulon le 2 avril 1941 à l’aube.

Le 3 avril 1941, la ville de Rennes devient ville-marraine du croiseur léger, Toussaint Guillaume Picquet de la Motte étant né dans cette ville de Bretagne.

Le 6 avril 1941, le Duguay-Trouin quitte Toulon, fait une escale de ravitaillement à Bizerte le 10 avril et arrive à Beyrouth le 16 avril. Il relève le Primauguet au sein de la DNL, transmettant son rôle de navire-amiral de la 6ème DC au croiseur relevé.

Le Primauguet arrive à Toulon le 20 avril 1941 et après une période d’entretien à flot jusqu’au 2 mai, il sort en compagnie du Lamotte-Picquet pour entrainement du 3 au 12 mai 1941 avant une escale commune à Alger jusqu’au 16 mai 1941.

Après un exercice de bombardement littoral pour entrainer les défenses côtières du secteur d’Alger du 17 au 24 mai, les deux croiseurs font escale à Tunis du 26 au 30 mai, sont en entretien à flot à Bizerte du 31 mai au 8 juin 1941 avant de rentrer à Toulon le 10 juin 1941.

Du 20 juin au 2 juillet 1941,  les  4ème DCT (contre-torpilleurs Tigre Lynx Panthère) et 7ème DCT contre-torpilleurs (Vautour Albatros Gerfaut) s’entrainent avec les croiseurs légers Primauguet et Lamotte-Picquet, les croiseurs servant d’abord de plastron aux contre-torpilleurs avant de pourchasser les lévriers des mers. Le groupe occasionnel (deux croiseurs et six contre-torpilleurs) fait escale à Nice du 3 au 10 juillet avant de rentrer à Toulon le 13 juillet 1941.

Après une période d’indisponibilité du 14 au 31 juillet, il se prépare à relever le Duguay-Trouin au sein de la Division Navale du Levant (DNL)

Il quitte le Var le 10 août, fait escale à Bizerte le 13 août pour se ravitailler et reprend la mer quelques heures plus tard pour arriver à Beyrouth le 17 août 1941. Il va rester déployé au sein de la DNL jusqu’au mois de novembre 1941.

Le 13 novembre 1941, le Primauguet arrive à Beyrouth pour relever son sister-ship. Après deux jours d’exercices en commun, le Lamotte-Picquet quitte le Levant le 16 novembre, se ravitaille à Bizerte le 19 novembre avant d’arriver à Toulon le 25 novembre 1941. Il retrouve la 6ème DC après une période d’entretien du 26 novembre au 3 décembre 1941.

Les deux croiseurs sortent ainsi du 4 au 12 décembre pour un entrainement combiné qui se termine par une escale à Ajaccio où les deux navires sont présents du 13 au 17 décembre avant de rentrer à Toulon le 21 décembre après un exercice de défense aérienne à la mer pour entrainer l’aviation basée en Corse.

Après une période d’indisponibilité du 1er au 15 janvier, le Lamotte-Picquet sort pour essais à la mer du 16 au 23 janvier avant un entrainement individuel du 24 janvier au 10 février avant de rentrer à Toulon le 11 février 1942.

Après des essais à la mer du 15 au 27 février 1942, le Duguay-Trouin sort pour entrainement avec son sister-ship Lamotte-Picquet du 28 février au 5 mars. Rentré à Toulon le lendemain 6 mars, le Duguay-Trouin ressort le 12 mars 1942 direction le Levant pour un nouveau déploiement au sein de la DNL.

Le Lamotte-Picquet devient navire-amiral de la 6ème DC dont il est le seul navire disponible puisque le Duguay-Trouin est au Levant et que le Primauguet est en travaux à Bizerte jusqu’à la fin de l’année 1942.

Le Lamotte-Picquet quitte Toulon le 15 mars pour un entrainement dans le golfe du Lion du 18 mars au 7 avril avant une escale à Port Vendres du 8 au 13 avril, à La Ciotat du 15 au 18 avril avant de rentrer à Toulon le 20 avril 1942.

Il ressort du 2 au 9 mai pour un entrainement au combat de nuit avant une escale à Calvi du 10 au 13 mai puis un entrainement au combat antisurface avec pour cible le ravitailleur d’escadre L’Adour qui simule un croiseur auxiliaire. Cet entrainement à lieu du 14 au 25 mai avant de rentrer à Toulon le 29 mai après une escale à Nice du 26 au 28 mai 1942.

Après une période d’indisponibilité du 29 mai au 14 juin pour entretien et permissions de l’équipage, le Lamotte-Picquet reprend la mer pour essais du 15 au 23 juin avant un entrainement avec des unités de la 2ème escadre du 24 juin au 2 juillet 1942.

Il quitte Toulon le 10 juillet 1942, fait escale à Bizerte du 14 au 16 juillet pour ravitaillement et réparations avant de gagner Beyrouth le 21 juillet. Il s’entraine avec le Duguay-Trouin jusqu’au 25 juillet quand le premier croiseur de 8000 tonnes rentre à Toulon.

Le Lamotte-Picquet va rester déployé au sein de la Division Navale du Levant (DNL) jusqu’au mois de décembre 1942. Il ne sera pas relevé, la marine française estimant que la menace sur le Levant est limitée et ne nécessite pas le déploiement permanent d’un croiseur.

Comme durant les autres déploiements, le Lamotte-Picquet va effectuer de nombreuses patrouilles, des escales de courtoisie dans les ports de la région et des entrainements notamment au profit des futures marines libanaises et syriennes, l’indépendance étant prévue pour 1943 (elle ne sera en réalité accordé qu’en mars 1948…….).

Le Lamotte-Picquet quitte Beyrouth le 7 décembre 1942 et arrive le 11 décembre 1942. Il débarque ses munitions et est échoué dans le bassin n°3 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah pour un grand carénage bien mérite qui s’apparente à une véritable refonte à mi-vie.

La coque est grattée et repeinte, les hélices sont changées, des éléments des lignes d’arbre sont changées tout comme la catapulte pour hydravions. Les radars sont changés pour essayer de mettre fin aux interférences régulièrement signalées.

Au niveau de l’armement, les quatre canons de 75mm sont remplacés par quatre canons de 90mm, les torpilles de réserve sont débarquées et la DCA légère totalement bouleversée et modernisée avec huit canons de 37mm Schneider modèle 1941 en quatre affûts doubles et douze canons de 25mm Hotchkiss modèle 1940-41 en six affûts doubles.

Le croiseur est remis à l’eau le 25 mai 1943 et subit des travaux à quai jusqu’au 17 juin. Il est armé pour essais le 19 juin et subit une batterie d’essais jusqu’au 30 juin 1943.

Il est en remise en condition en compagnie du croiseur léger Primauguet du 2 juillet au 13 juillet 1943, rentrant à Toulon le 14 juillet 1943. Il reste affecté temporairement à Toulon le temps que le Chateaurenault _deuxième croiseur léger de classe De Grasse_ arrive et prenne ses marques.

Le Lamotte-Picquet reprend la mer le 25 juillet pour un entrainement combiné dans le golfe du Lion jusqu’au 4 août quand il fait escale à Marseille jusqu’au 9 août 1943. Reprenant la mer, il manoeuvre avec les contre-torpilleurs du 10 au 20 août avant que le croiseur et les contre-torpilleurs ne mouillent en rade de Villefranche près de Nice du 22 au 27 août avant de rentrer à Toulon le 29 août 1943.

Le Lamotte-Picquet ressort du 4 au 12 septembre pour un entrainement de défense aérienne à la mer avant une escale à Bastia du 13 au 18 septembre avant un nouvel exercice, cette fois de combat de nuit du 19 au 24 septembre. Il rentre à Toulon le lendemain 25 septembre 1943.

Le 10 octobre 1943, il sort de Toulon pour accueillir le Chateaurenault. Ce dernier avait été construit à La Seyne sur Mer mais venait de réaliser sa traversée de longue durée en Amérique du Sud suivit d’une école à feu à Rufisque.

Les deux croiseurs vont manoeuvrer ensemble du 10 au 19 octobre 1943, date à laquelle la 6ème DC est dissoute mais est recrée le lendemain 20 octobre avec le De Grasse et le Chateaurenault en attendant le Guichen dont la mise en service est prévue pour fin 1943-début 1944 (Le Primauguet encore à Toulon est placé hors rang).

Après une période d’entretien à flot du 21 au 30 octobre 1943, le Lamotte-Picquet quitte Toulon le 31 octobre, fait escale à Bizerte le 4 novembre pour se ravitailler en carburant avant de gagner la Méditerranée, franchissant le canal de Suez le 12 novembre après un ravitaillement en carburant à Port Saïd. Il arrive à Djibouti le 17 novembre 1943.

Le 19 novembre 1943, le croiseur léger Lamotte-Picquet devient navire-amiral des Forces Navales de l’Afrique Equatoriale Française (FNAEF).

On peut s’étonner que le navire-amiral des FNAEF ne soit pas stationné à Diego-Suarez, la base navale la mieux équipée (ou en voie de l’être) mais il faut rappeler qu’à l’époque l’Italie revendique Djibouti et que ce point d’appui en apparence en cul de sac peut s’appuyer sur le Somaliland  et le Yémen britannique.

Après un passage au bassin du 18 novembre au 15 décembre 1943, le Lamotte-Picquet sort pour essais du 16 au 22 décembre avant un entrainement en compagnie de l’aviso colonial Savorgnan de Brazza du 23 décembre au 2 janvier 1944.

Le Lamotte-Picquet quitte Djibouti le 15 janvier 1944 pour entrainement dans l’Océan Indien en compagnie du Savorgnan de Brazza. Du 18 au 24 janvier, les deux navires se pourchassent, simulant à tour de rôle un navire corsaire et son poursuivant.

Après une escale à Mahé (Seychelles) du 26 au 31 janvier, les deux navires s’entrainent à l’escorte de convois _le Savorgnan de Brazza simulant un cargo rapide transportant un chargement précieux_ du 1er au 8 février avant une escale à Diego-Suarez du 9 au 12 février 1944.

Le 13 février 1944, le Lamotte-Picquet sort avec le Savorgnan de Brazza et le D’Entrecasteaux pour une phase d’entrainement intensive. Cela commence par un exercice de bombardement littoral du 14 au 19 février suivit d’un ravitaillement à Diego-Suarez avant un entrainement au combat de nuit du 21 au 28 février.

Après un nouveau ravitaillement à Diego-Suarez, le Savorgnan de Brazza et le D’Entrecasteaux embarquent chacun 120 hommes pour une opération amphibie à La Réunion.

Le Lamotte-Picquet se charge de neutraliser les défenses côtières de Port-des-Galets le 3 mars avant que les deux aviso ne forcent l’entrée du port pour débarquer ses troupes et reprendre l’île.

Les trois navires patrouillent ensuite autour de l’île de la Réunion pour soutenir la reconquête menée par les 240 fantassins coloniaux en simulant des tirs contre la terre jusqu’au 9 mars 1944.

Après une école à feu en mer les 10 et 11 mars, les trois navires font escale à Port-des-Galets du 12 au 16 mars 1944 avant de se séparer, le D’Entrecasteaux rentre à Diego-Suarez alors que le Lamotte-Picquet et le Savorgnan de Brazza rentrent à Djibouti le 20 mars 1944.

Après une période d’indisponibilité du 21 mars au 2 avril, le Lamotte-Picquet sort pour un entrainement dans le Golfe d’Aden, entrainement qui le voit engagé en mer du 3 au 12 avril avant une escale à Aden du 13 au 17 avril avant de rentrer à Djibouti le 21 avril 1944.

Il ressort pour une mission de surveillance dans le Golfe d’Aden, quittant Djibouti le 28 avril pour une première patrouille du 28 avril au 8 mai. Après une escale à Aden du 9 au 11 mai, il effectue une deuxième et dernière patrouille du 12 au 19 mai avant de rentrer à Djibouti le 21 mai 1944.

Du 24 au 27 mai 1944, le croiseur lourd Tourville fait escale à Djibouti. C’est là qu’à lieu la cérémonie de transfert du pavillon entre le Lamotte-Picquet et le Tourville, ce dernier devenant navire-amiral des FNAEF.

Le croiseur léger repart le 8 juin pour un entrainement en compagnie du Savorgnan de Brazza jusqu’au 18 juin, date de leur arrivée à Aden. Le jour même de leur arrivée, des émeutes éclatent dans cette ville.

Les commandants des deux navires français proposent l’intervention de leurs compagnies de débarquement. Cette aide précieuse est acceptée par les autorités locales et 98 soldats français participent à la répression des émeutes non pas directement mais en sécurisant certains lieux sensibles, libérant ainsi des troupes britanniques.

Les deux navires français repartent le 24 juin 1944 pour un nouvel exercice commun en mer d’Oman jusqu’au 5 juillet avant de faire escale jusqu’au 8 juillet à Mascate avant de rentrer à Djibouti le 13 juillet, les compagnies de débarquement des deux navires paradant en ville le lendemain pour la fête nationale.

Indisponible pour avarie du 17 juillet au 4 août, le Lamotte-Picquet ressort du 5 au 8 août pour essais avant remise en condition du 9 au 21 août. Il enchaine par une mission de surveillance dans le Golfe d’Aden en appareillant de Djibouti le 24 août.

Le 27 août, en pleine nuit, il repère un navire naviguant tous feux éteints dont l’attitude lui paraît suspecte. Le croiseur arraisonne le cargo suédois Wilhem Carlsson qui transportait du coton entre l’Inde et Egypte. Après vérifications, le cargo est libre de repartir après avoir rallumé ses feux de navigation.

La mission de surveillance s’achève le 12 septembre par une escale à Aden jusqu’au 21 septembre où le croiseur peut réparer un diesel-alternateur recalcitrant qui obligeait le navire à limiter sa consommation électrique. Il est de retour à Djibouti le 24 septembre 1944.

Après une courte sortie d’entrainement du 27 au 30 septembre, le croiseur léger Lamotte-Picquet quitte Djibouti le 10 octobre pour retrouver le lendemain au large, le croiseur lourd Tourville pour un entrainement en commun.

Les deux croiseurs manœuvrent ensemble du 12 au 19 octobre avant de faire escale à Aden du 20 au 23 octobre et à Mascate du 25 au 28 octobre avant de se séparer : le Lamotte-Picquet rentre à Djibouti son port d’attache le 1er novembre alors que le Tourville rentre à Diego Suarez le 4 novembre 1944.

Le 12 novembre 1944, le croiseur léger quitte Djibouti pour une croisière aux Indes. Il fait escale à Aden le 15 novembre pour débarquer deux marins malades avant de gagner Mascate pour une escale du 18 au 20 novembre.

Il traverse la mer d’Oman pour faire escale à Karachi du 22 au 27 novembre, à Bombay du 29 novembre au 2 décembre, à Cochin du 4 au 8 décembre puis à Trinconmalee du 12 au 15 décembre avant de faire demi-tour, faisant escale à Mahé du 17 au 19 décembre avant de rentrer à Djibouti le 25 décembre 1944.

Le Lamotte-Picquet débarque ses munitions et vidange ses soutes du 5 au 8 janvier 1945 pour subir un petit carénage. Il est échoué au bassin du 12 janvier au 25 juin 1945 avant d’être remis à flot pour des travaux complémentaires à quai jusqu’au 4 juillet. Après des essais à la mer du 5 au 12 juillet, il est en remise en condition du 13 juillet au 14 août 1945.

Il reprend la mer pour un entrainement commun avec l’aviso colonial Savorgnan de Brazza du 20 août au 2 septembre 1945 suivit d’une escale à Aden du 3 au 7 septembre, à Mascate du 9 au 11 septembre. Ils franchissent le détroit d’Ormuz le 13 septembre, font escale à Abu Dhabi du 15 au 18 septembre puis à Koweit City du 20 au 24 septembre avant de faire demi-tour, se ravitaillant à Mascate le 29 septembre, faisant la dernière partie du voyage sans escale, arrivant ainsi à Djibouti le 4 octobre 1945.

Après une période d’indisponibilité du 5 au 15 octobre pour entretien à flot et repos de l’équipage, le croiseur léger reprend la mer pour des essais du 16 au 19 octobre alors qu’on apprend que son désarmement est envisagé pour 1947/48. Il effectue un entrainement en solitaire dans le Golfe d’Aden du 20 octobre au 3 novembre avant de rentrer à Djibouti le lendemain 4 novembre.
Il ressort pour une mission de surveillance de la Somalie italienne le 12 novembre 1945, patrouillant du 12 au 28 novembre avant une escale à Aden jusqu’au 1er décembre quand il reprend la mer pour une deuxième patrouille du 2 au 10 décembre. Après un rapide ravitaillement à Aden le 11 décembre, il effectue une troisième patrouille du 12 au 22 décembre avant de rentrer à Djibouti le 24 décembre 1945.

Le Lamotte-Picquet effectue une petite sortie du 3 au 7 janvier 1946 au large de Djibouti pour une mission de sécurisée suite à plusieurs incidents armés entre tirailleurs sénégalais et bandits armés.

Le 12 janvier 1946, le croiseur léger était au mouillage dans le grand bassin du port de Djibouti, se préparant à appareiller pour un exercice de défense aérienne à la mer. A 9.45, alors qu’il montait en pression, une chaudière explose tuant cinq chauffeurs tandis que douze étaient grièvement brûlés (trois décéderont par la suite).

L’explosion provoque un incendie qui est vite contenu puis maitrisé. Cette explosion désaxa les turbines bâbord et donc les lignes d’arbre bâbord, les hélices endommageant gravement la poupe avant qu’elle ne soient découplées, provoquant des voies d’eau significative.

Le navire est échoué pour éviter un possible naufrage. Les voies d’eau sont colmatées et l’eau évacuée par les pompes des remorqueurs. Le navire est allégé de son mazout et de ses munitions puis mis au bassin le 15 janvier 1946.

L’inspection montre de très graves avaries d’autant plus graves pour un navire aussi âgé. Sa remise en état ne se justifiant plus, le couperet tombe le 2 février 1946 : le Lamotte-Picquet est désarmé.  

Un temps, on envisagea de conserver l’ancien navire comme batterie flottante à Djibouti mais in fine on préféra le ramener en métropole. Le croiseur est privé de toute son artillerie qui va servir à Djibouti pour renforcer la protection de la Côte Française des Somalis (CFS), quatre canons de 155mm étant installés dans des emplacements bétonnés, les autres étant préservés comme pièces de rechange.

La coque du croiseur léger est prit en charge par le croiseur lourd Colbert le 26 avril 1946 puis remorquée jusqu’en métropole, franchissant le canal de Suez le 3 mai, rentrant à Toulon le 13 mai.

Mouillé au Brégaillon, il est ensuite échoué sur le dock flottant des chantiers navals de la Seyne sur Mer du 14 au 30 septembre pour colmater les brèches dans la coque. La coque est remorquée à Saint Mandrier pour servir de brise-lames puis de ponton-caserne.

Il est mis en place le 12 octobre 1946 et devient officiellement ponton-caserne au printemps 1947, l’intérieur de la coque et les superstructures étant transformées en dortoirs pour le personnel de la BAN, le personnel extérieur voir les navires en refonte à Toulon.

Quand la guerre éclate le 5 septembre 1948, le ponton-caserne reçoit des pièces de DCA pour sa propre protection et celle du port de Toulon, plus précisément huit canons de 37mm Schneider modèle 1941 en affûts simples plus des mitrailleuses Darne de 7.5mm dont l’effet était plus psychologique qu’efficace.