Italie (45) Aéronavale (3)

Bombardiers et Bombardiers-torpilleurs

Avant-propos

Localiser l’ennemi en mer c’est une bonne chose. L’attaquer c’est mieux ce qui explique que toutes les marines ou presque disposaient d’unités d’assaut aéromaritime, des unités chargées d’attaquer les navires ennemis en haute-mer en coopération, en coordination avec les croiseurs et les cuirassés.

Lire la suite

Publicités

Japon (52) Aéronavale (6)

Les avions de l’aéronavale japonaise (4) : les avions de reconnaissance embarqués

Avant-propos

Si l’avion s’est vite immiscé dans la conduite des opérations navales, c’est parce que les amiraux voulaient voir au delà de l’horizon. Comme le ballon se révéla être une fausse bonne idée, l’avion et son demi-frère l’hydravion furent chargés de balayer le «brouillard de guerre» cher à Clausewitz.

Lire la suite

Allemagne (79) Armée de l’Air (12)

Heinkel He-179

Contrairement à ce qu’on à longtemps cru, l’Allemagne avait bien voulu développer une force de bombardement stratégique et non limiter sa force de bombardement à des bombardiers légers et moyens adaptés à l’appui des troupes au sol mais moins à l’aise pour attaquer les infrastructures ennemis.

Seulement voilà mettre sur pied une force de bombardement stratégique réclame du temps et de l’argent. La guerre approchant, la priorité allant à l’appui des troupes au sol, la Luftwafe sacrifia ses projets de bombardiers rapides et privilégia la construction des bombardiers médians Junkers Ju-88, Heinkel He-111 et Dornier Do-17.

La guerre de Pologne s’arrêtant plus tôt que prévu, les allemands peuvent envisager à nouveau le dévellopement de bombardiers lourds en l’occurrence deux modèles, le Heinkel He-177 et un hexamoteur géant, le Focke-Wulf Ta-400.

L'infortuné Heinkel He-177

L’infortuné Heinkel He-177

Le développement du Heinkel He-177 Greif (griffon) fût un véritable calvaire à tel point que l’appareil fût rapidement surnommé Luftwaffenfeuerzeug, le briquet de la Luftwafe en raison de sa prompention à prendre feu, la surchauffe des moteurs (deux par nacelle) se révélant impossible à résoudre.

La maquette fût complétée en novembre 1937 et le premier vol eut lieu le 9 novembre 1939, se terminant au bout de douze minutes suite à une surchauffe des moteurs. Il fût suivit de tsept autres prototypes, le quatrième s’écrasant en mer Baltique après avoir été incapable de se remettre d’un piqué modéré, le cinquième s’écrasant au sol.

Face à des problèmes constants et le bureau d’études d’Heinkel perdant patience, le projet est abandonné en septembre 1941.

Il se dit alors que jamais la Luftwafe ne possédera de bombardiers lourds mais en mars 1942, le programme est relancé sous une nouvelle forme.

Baptisé Heinkel He-177B, ce nouvel appareil reprenait le fuselage du Heinkel He-177 mais avec quatre moteurs séparés. Deux prototypes sont commandés officiellement en août 1942, le Heinkel He-177B V-1 effectuant son premier vol le 5 mai 1943 et le second (Heinkel He-177B V-2) décollant pour la première fois le 8 juillet 1943.

Les performances sont nettement meilleures et les autorités de la Luftwafe décident de commander le nouvel appareil en série en décembre 1943 pour équiper deux escadres (Geschwader) de trois Gruppen de trois escadrilles (Staffel) de six appareils soit un total de 108 appareils.

La guerre civile perturbe gravement la production de l’appareil qui ne démarre réellement qu’en septembre 1945, les premiers appareils étant en livrés en janvier 1946 sous la nouvelle désignation Heinkel He-179,les derniers l’étant en mars 1947.

Deux appareils sont perdus avant septembre 1948, le premier le 4 mars 1946 au cours d’un vol d’entrainement, l’appareil s’écrase près de Pennmunde en Poméranie (équipage tué) et le second le 14 août 1948 mais l’équipage parvient à s’en sortir.

Quand le conflit éclate le 5 septembre 1948, les Heinkel He-179 vont mener des opérations de mouillage de mines au large des ports britanniques et de certains ports français, belges et néerlandais.

Ce n’est qu’à partir du 15 septembre 1948 que des cibles industrielles françaises et britanniques vont être visées, les agglomérations étant pour le moment interdites dans le cadre d’un accord tacite entre belligérants qui craignent que le conflit ne dégénère.

Caractéristiques Techniques du Heinkel He-179

Type : bombardier lourd quadrimoteur

Poids : à vide 17500kg en charge 33000kg

Dimensions : longueur 22m envergure 31.44m hauteur 6.67m

Motorisation : quatre Daimler-Benz DB-612 de 2300ch chacun dans des nacelles séparées

Performances : vitesse maximale 570 km/h à 6000m rayon d’action de combat 1540km distance franchissable 4500km plafond opérationnel 8500m

Armement : un canon de 20mm et une mitrailleuse de 13mm (ou deux de 7.92mm) dans la gondole ventrale d’observation, deux mitrailleuses de 7.92mm dans le nez, deux mitrailleuses de 7.92mm en postes latéraux, deux mitrailleuses de 7.92mm en tourelle dorsale et une mitrailleuse de 13mm en poste de queue. 6400 kg de bombes répartis entre des bombes ou deux torpilles en soute et deux sous les ailes.

Equipage : neuf hommes

Focke-Wulf Ta-400

Maquette du Focke-Wulf Ta-400

Maquette du Focke-Wulf Ta-400

Dans la période précédent le second conflit mondial, durant la Pax Armada, l’Allemagne envisage un conflit avec les Etats-Unis. Se pose la question de pouvoir frapper les Etats-Unis depuis l’Allemagne, nécessitant un bombardier à très long rayon d’action.

C’est le projet Amerika qui voit plusieurs constructeurs proposer leurs solutions pour un bombardier rapide et bien armé. Seule la firme Focke-Wulf proposa un projet vraiment abouti, le Ta-400, un avion hexamoteur.

Deux prototypes sont commandés en septembre 1942, appareils livrés en juin 1943 et mars 1944,des appareils intensivement testés qui aboutissent à la commande de douze appareils dont la construction est menée entre septembre 1944 et novembre 1945.

L’apparition de ce formidable appareil entrainera la riposte française avec un intercepteur lourd, le Dewoitine D-555 et un bombardier hexamoteur, l’Amiot 415 basé en Tunisie.

Caractéristiques Techniques du Focke-Wulf Ta-400

Type : bombardier lourd hexamoteur

Masse : en charge 60000kg

Dimensions : longueur 28.7m envergure 45.8m hauteur 5.70m

Motorisation : six moteurs radiaux BMW-801F développant 2700ch chacun

Performances : vitesse maximale 540 km/h Distance franchissable 9000km

Armement : dix canons de 20mm MG-151 répartis en cinq tourelles doubles 10000kg de bombes

Allemagne (78) Armée de l’Air (11)

Heinkel He-111

Heinkel He-111

Heinkel He-111

Le traité de Versailles limitait sérieusement les possibilités allemandes en matière de recherche et de développement de nouveaux équipements militaires ce qui n’empêcha pas les allemands de contourner rapidement (pour ne pas dire tout de suite) ces limitations en délocalisant leurs bureaux d’études ou en camouflant leurs recherches.

Si les chars furent classés comme “tracteurs”, les avions et notamment les bombardiers furent officiellement annoncés comme des avions de transport de passagers et de fret. C’est le cas du futur Heinkel He-111.

Cet élégant bimoteur reconnaissable entre-tous était issu d’un monomoteur le Heinkel He-70 Blitz (Eclair) à tel point que son surnom fût “Doble-Blitz”. Le premier prototype effectue son vol inaugural le 24 février 1935, le premier prototype d’une version très proche des appareils de série décollant le 10 janvier 1936.

La première variante à apparaître est le He-111C, une version de transport de passagers destinée à la Lufthansa qui mot également en œuvre des He-111G, une version améliorée du précédent.

Une transformation de l’avion commercial en bombardier n’étant pas chose difficile, la variante militaire du “Doble-Blitz” ne tarde pas à apparaître. Le He-111A n’est produit qu’à dix exemplaires et sous-motorisés ces appareils sont revendus à la Chine où ils seront remotorisés avec des moteurs américains.

Le He-111B lui succéda dès 1936 suivit dès fin 1937 par le He-111D mais en raison d’une pénurie de moteurs, le He-111E lui succéda rapidement sur les chaines de montage de Heinkel dont l’usine était implantée à Rostock, les premiers exemplaires sortant en février 1938 et sont envoyés en Espagne au sein de la Legion Condor.

Au He-111E succède le He-111F qui n’intègre que des modifications mineures tandis que le He-111J censé devenir le bombardier-torpilleur standard de l’aviation navale (qui dépend jusqu’en 1945 de la Luftwafe) ne dépasse pas le stade du prototype, le Kriegsmarine FliegerKorps préférant le Ju-188M.

La variante P est produite en petit nombre ce qui ne l’empêche pas de participer en compagnie du He-111H à la guerre de Pologne, le He-111 formant l’épine dorsale de la force de bombardement allemande en compagnie du Do-17.

La dernière variante du He-111 est le He-111Z Zwilling (jumeaux), deux He-111 reliés par un élément central avec un cinquième moteur pour pouvoir remorquer les planeurs géants Messerschmitt Me-321 Giant. Quelques exemplaires sont produits.

En septembre 1939, cinq escadres sont équipées de Heinkel He-111 mais en septembre 1948 seulement deux unités disposent encore de cet appareil qui n’aurait jamais participé au conflit sans les retards du programme He-119, le nouveau bombardier médiant de la Luftwafe.

A l’export, l’appareil à été vendu à la Turquie, à la Chine, à l’Espagne, à la Roumanie, à la Slovaquie et à la Hongrie. Une commande japonaise fût annulée avant la livraison des premiers appareils.

Trois Heinkel He-111 en formation

Trois Heinkel He-111 en formation

Caractéristiques Techniques du Heinkel He-111H

Type : bombardier médian bimoteur multiplace

Masse : à vide 8680kg en charge 12030kg maximale au décollage 14000kg

Dimensions : longueur 16.4m envergure 22.60m hauteur 4.00m

Motorisation : deux moteurs en ligne Jumo 211F-1 ou F-2 de 1300 ou 1340ch chacun

Performances : vitesse maximale 440 km/h distance franchissable 2300km Plafond opérationnel 6500m

Armement : sept mitrailleuses de 7.92mm MG-15 ou MG-81 (deux dans le nez, une en poste dorsale, deux latérales et deux dans le poste ventral), certaines remplacées par un canon de 20mm ou une mitrailleuse de 13mm. 2000Kg de bombes en soute et jusqu’à 3600kg en externe.

Heinkel He-119

En septembre 1942, le bureau d’études de la firme Heinkel lance une étude pour un nouveau bombardier médian destiné à remplacer le Heinkel He-111.

Il s’agissait d’obtenir un bombardier bimoteur à long rayon d’action, rapide et bien protégé pour à la fois assurer des missions d’interdiction sur le champ de bataille mais également pour pouvoir frapper l’arrière _la queue par rapport aux dents_ ainsi que l’industrie, les ports et les aérodromes.

Fort occupés avec la mise au point du Heinkel He-177 (au point que l’appareil sera abandonné au profit du Heinkel He-179), rencontrant le manque d’intérêt de la Luftwafe qu allait disposer du Do-217, le bureau d’études de la firme de Rostock ne se pressa guère pour le mettre au point.

Deux prototypes sont construits à l’été 1943, l’un propulsé par des moteurs en ligne Daimler-Benz DB-612 et le second propulsé par des moteurs radiaux BMW 801F. Le premier effectue son vol inaugural le 12 janvier 1944 mais suite à une surchauffe de son moteur, s’écrase le 16, tuant son équipage.

Le second décolle pour la première fois le 14 mars 1944. Deux autres prototypes effectuent leur premier vol le 8 juillet 1944 (moteur en ligne) et le 14 septembre 1944 (moteur radial).

Les performances sont similaires ce qui pose un cas de conscience aux responsables allemands. Ce qui va trancher c’est la question des moteurs. Le BMW-801F étant moins demandé, il est choisit comme moteur pour le nouveau appareil baptisé Heinkel He-119.

La guerre civile et la production du Heinkel He-179 (dans sa version bombardier et sa version patrouille maritime pour le Kriegsmarine Fliegerkorps) retarde la production en série qui ne commence qu’en septembre 1946.

Les premiers appareils sont livrés en mai 1947 au sein d’une unité d’entrainement opérationnelle mais aucun Geschwader de bombardement n’à encore reçu l’appareil qui ne connaitra son baptême du feu qu’au cours de l’hiver 1948/49.

Caractéristiques Techniques du Heinkel He-119

Type : bombardier médian bimoteur multiplace

Masse : à vide 9950kg en charge 13030kg maximale au décollage 14800kg

Dimensions : longueur 17.80m envergure 24.00m hauteur 4.30m

Motorisation : deux moteurs radiaux BMW-801F de 2700ch entrainant des hélices tripales

Performances : vitesse maximale 540 km/h distance franchissable 3200km Plafond opérationnel 8000m

Armement : deux mitrailleuses MG-81Z de 7.92mm dans le poste avant servies par le navigateur-bombardier, une mitrailleuse MG-131 ou deux mitrailleuses MG-81Z dans la tourelle dorsale, une mitrailleuse de 13mm MG-131 dans le poste de queue, une mitrailleuse de 7.92mm MG-81 dans le poste ventral, deux mitrailleuses de 7.92mm MG-81 en postes latéraux.

2500kg de bombes en soute et jusqu’à 4000kg en externe.

Equipage : pilote, copilote, navigateur-bombardier, cinq mitrailleurs soit huit hommes

Allemagne (77) Armée de l’Air (10)

Les avions en service (3) : bombardiers moyens et lourds

Dornier Do-17

Dornier Do-17

Dornier Do-17, le premier sous couleurs finlandaises et le second sous les couleurs de la Luftwafe

Frankreich, Do 17

A l’origine du “crayon volant” figure un appel d’offres lancé en 1932 pour un courrier postal destiné à la Lufthansa et un avion cargo pour la Deutschebahn. La firme Dornier dont l’usine était installée à Friedrichshafen sur les rives du lac de Constance.

Le projet lancé en août 1932 puis accéléré par l’arrivée des nazis au pouvoir. La construction des prototypes ne commencent que le 20 mai 1934 et le 23 novembre, le Do-17V1 décolle pour la première fois.

Ce prototype est muni d’une dérive unique à la différence des deux autres, la configuration à double dérive se révélant plus stable et est donc sélectionné. Au total neuf prototypes furent produits.

L’appareil est mis en service début 1937 avec le Do-17E suivit d’une variante pour la reconnaissance tactique baptisée Do-17F mais cette variante est produite en petit nombre, la Luftwafe préférant utiliser le Focke-Wulf Fw-189 et des variantes de la famille Ju-88/Ju-188 pour la reconnaissance.

La variante Do-17L n’est pas produite en série à la différence de la variante Do-17M qui abandonnait les moteurs radiaux pour des moteurs en ligne. Une variante de reconnaissance baptisée Do-17P est envisagée mais non produite.

Quand commence la guerre de Pologne, cinq escadres sont équipées des différentes variantes du Do-17, trois équipées de Do-17E et deux équipées de Do-17M.

A l’origine il était prévu la production du Dornier Do-17Z mais les allemands préférèrent passer au Do-217, un appareil étroitement issu du Do-17.

Résultat en septembre 1948, les Do-17 ne sont plus en service. Des appareils sont utilisés pour les liaisons, l’entrainement, le remorquage des cibles et les expérimentations.

Il est encore en service en Yougoslavie, en Espagne, en Bulgarie, en Finlande, en Hongrie et en Roumanie.

Dornier Do17 3

Caractéristiques Techniques du Dornier Do-17

Type : bombardier moyen bimoteur quadriplace

Masse : à vide 5210kg à vide équipé 5963kg maximale au décollage 8837kg

Dimensions : longueur 15.8m envergure 18m hauteur 4.56m

Motorisation : deux moteurs radiaux Bramo 323P 9 cylindres développant 986ch et entrainant des hélices tripales.

Performances : vitesse maximale 350 km/h au niveau de la mer vitesse de croisière 300km/h Distance franchissable 600km avec 1540 litres de carburant et 1000kg de bombes Plafond opérationnel 8200m

Armement : six mitrailleuses MG-15 de 7.92mm, 1000kg de bombes en soute, la charge pouvant être emportée à l’extérieur

Dornier Do-217

Dornier Do-217 en vol

Dornier Do-217 en vol

Alors que le Do-17 était en plein développement, les ingénieurs de chez Dornier et les autorités aéronautiques allemandes du RLM se penchèrent sur son successeur dès 1938. La raison à été expliquée à plusieurs reprises : le développement d’un avion prend plusieurs années et à l’époque un avion qui entre en service est quasi-périmé.

En février 1938 est officiellement lancé un programme pour un bombardier bimoteur capable également de mener des missions de reconnaissance à long rayon d’action. Les ingénieurs de la firme de Friedrichshafen partirent de la dernière version du Do-17, le Do-17M ainsi que du Do-17Z qui ne dépassa pas le stade du projet.

Le dévellopement pris du temps en raison d’une demande pour une version bombardement en piqué et pour une version d’attaque maritime. Au final d’autres appareils furent choisis et à partir de janvier 1939, les ingénieurs de Dornier se concentrèrent sur une version dédiée au bombardement.

Cet appareil fût d’abord baptisé Dornier Do-215 avant de recevoir la désignation de Do-217. Le premier prototype effectue son premier vol le 4 octobre 1938 mais s’écrase sept jours plus tard, le deuxième prototype effectuant son premier vol le 5 novembre 1938. Un troisième prototype décolle le 25 février 1939 avec une nouvelle motorisation, le quatrième prototype décollant en avril 1939 et le cinquième en juin 1939.

Les versions Do-217A et C furent produites en petit nombre, les D et F n’étant jamais produits en série, ne dépassant pas le stade de la planche à dessin. La première version de série produite en nombre allait donc être le Do-217E.

Alors que la production allait être lancée, le RLM préféra concentrer les capacités de Dornier sur le Do-17, repoussant sine die la production de son successeur qui n’est lancée qu’en septembre 1944 avec le Do-217E et une version améliorée, le Do-217G. Une version de reconnaissance à haute altitude, le Do-217P est produite en petit nombre.

Les premières unités sont équipées en octobre 1945, une escadre est équipée en mars 1946, une seconde en juin, une troisième en janvier 1947 et une quatrième en juillet de la même année. Les appareils de reconnaissance à haute altitude sont livrés entre septembre 1947 et mars 1948 pour équiper une escadre de reconnaissance spéciale.

Caractéristiques Techniques du Dornier Do-217

Type : bombardier médian bimoteur quadriplace

Masse : à vide 91000kg maximale au décollage 13180kg

Dimensions : longueur 17.20m envergure 19m hauteur 5.00m

Motorisation : deux moteurs en ligne Daimler-Benz DB-603A de 1726ch chacun

Performances : vitesse maximale 557 km/h à 5700m Vitesse de croisière 400 km/h Distance franchissable 2145km Plafond opérationnel : 7370m

Armement : quatre mitrailleuses de 7.92mm MG-81 dans le nez et sur les côtés, deux mitrailleuses de 13mm MG-131 en tourelle dorsale et en position ventrale 4000kg de bombes dont 3000kg en soute.

Allemagne (68) Armée de l’Air (1)

LUFTWAFE

Historique

Durant le premier conflit mondial, comme les autres armées, l’Allemagne impériale utilise les moyens aériens non pas dans une unique force mais dispersés entre l’armée de terre et la marine. Ces forces sont démantelées en mai 1920, privant l’Allemagne de forces aériennes et ce jusqu’au 26 février 1935 date officielle de la création de la Luftwafe.

Cette interdiction est contourné par différents subterfuges comme la pratique du vol sur des appareils légers ou le vol commercial au sein de la Lufthansa. En 1924, un centre de vol clandestin est établit à Lipetsk pour permettre à l’Allemagne et à l’URSS de se former à l’aviation de combat. Ce centre est fermé en 1933.

Dès l’arrivée au pouvoir des nazis, les étapes de la reconstitution d’une force aérienne indépendante sont mises en place notamment la création du Ministère de l’Air (Reichsluftfahrtministerium) en avril 1933, ministère chargé notamment de planifier les constructions et de tester les nouveaux appareils à Rechlin.

Au mois de mai, les différentes organisations paramilitaires d’aviation sont placées sous l’autorité du RLM. Nombre des membres de la Luftwafe étant membres du parti, le caractère national-socialiste de l’armée de l’air allemande était nettement plus prononcée que les autres branches des forces armées allemandes.

Sur le plan de l’équipement, l’Allemagne étudia sérieusement la mise sur pied d’une force de bombardement stratégique mais le manque de temps et d’expérience ainsi que le coût la fit reporter à une date ultérieure, la Luftwafe privilégiant la constitution d’une puissante force de bombardement tactique pour appuyer les futures offensives de l’armée de terre. De plus, les allemands craignant qu’une stratégie de terreur entraineraient des représailles britanniques et françaises.

Si les bombardiers en piqué étaient chargés de l’appui-direct aux troupes au sol en neutralisant blockhaus et positions d’artillerie, les bombardiers légers et médians pouvaient mener des missions d’interdiction qui ne concernent pas le champ de bataille stricto-sensu.

Il faut rappeler qu’en septembre 1939, la France et la Grande-Bretagne ne sont pas mieux lotis dans ce domaine notamment la France dont l’aviation de bombardement est dans un état de faiblesse préoccupant.

En résumé, la Luftwafe en 1939 est une force aérienne tactique, taillée pour l’ouest du continent européen mais qui aurait du mal à affronter une puissance maritime comme l’Angleterre (le rayon d’action des bombardiers allemands imposant un départ de Belgique, des Pays-Bas et de France) ou d’une puissance continentale comme l’URSS qui pouvait compter sur sa profondeur stratégique pour épuiser l’envahisseur allemand.

Quand la guerre de Pologne éclate, la force aérienne allemande dispose des moyens suivants :

Messerschmitt Me-109E du JG-51

Messerschmitt Me-109E du JG-51

-Neuf escadres de chasse (Jagdgeschwader) équipées de Messerschmitt Bf109

-Quatre escadres de chasse lourde (Zerstörergeschwader) équipées de Messerschmitt Bf110

-Onze escadres de bombardement équipées de Heinkel He111 (six), de DornierDo17 (cinq) alors que le Junkers Ju-88A commence à faire son apparition.

Junkers Ju-87B en formation au dessus de la Pologne en 1939

Junkers Ju-87B en formation au dessus de la Pologne en 1939

-Quatre escadres de bombardement en piqué (Sturzkampfgeschwader) équipées de Junkers Ju-87 et de Henschel Hs-123.

Cela nous donne une force composée de 4201 avions, 1191 bombardiers, 361 bombardiers en piqué, 788 chasseurs monomoteurs, 431 chasseurs bimoteurs et 488 avions de transports soit au moins sur le papier, une force puissante.

La guerre de Pologne voit la Luftwafe écraser rapidement l’aviation polonaise, la maitrise totale du ciel favorisant la progression des divisions de Panzer qui n’avaient plus à craindre l’intervention des chasseurs et bombardiers polonais.

Durant la période de Pax Armada, la Luftwafe va continuer sa croissance. Le nombre de grandes unités va augmenter, des escadres de bombardiers stratégiques sont mises sur pied avec enfin un bombardier lourd efficace (le Heinkel He-179), des appareils plus modernes comme le Focke-Wulf Fw-190 est mis en service.

Quand le second conflit mondial éclate, la Luftwafe n’à rien à envier en terme de puissance à l’armée de l’air et à la Royal Air Force (RAF). Les appareils sont modernes, les équipages bien entrainés mais comme le veut l’adage, seul le combat révèle vraiment la valeur des hommes et des machines.

Comme l’armée de l’air, la Luftwafe connait une croissance de ses moyens avec en septembre 1948 les grandes unités suivantes :

-Seize escadres de chasse de jour, neuf équipées de Me-109 et sept de Focke-Wulf Fw- 190

Messerschmitt Bf 110

Messerschmitt Bf 110

-Six escadres de chasse lourdes avec trois équipées de Me-110, une équipée de Me- 210 et deux équipées du Me-410 _version améliorée du précédent_

-Douze escadres de bombardement, deux équipées de bombardiers lourds (Heinkel He-179 et une poignée de Focke-Wulf Ta-400), deux équipées de Heinkel He-111, quatre équipées de Dornier Do-217 et quatre équipées de Junkers Ju-88/Ju-188.

Heinkel He-111

Heinkel He-111

-Quatre escadres de bombardement en piqué équipées de Junkers Ju-87

-Quatre escadres d’attaque au sol équipées de Focke-Wulf Fw-190 (trois) et de Henschel Hs-129 (une)

-Une escadre de reconnaissance tactique équipée de Junkers Ju-188

-Une escadre de reconnaissance stratégique équipée de Dornier Do-217P

-Quatre groupes indépendants de reconnaissance équipés de Focke-Wulf Fw-189 et de Fieseler Fi-156 Storch

-Deux escadres de transport équipées de Junkers Ju-52 et de Junkers Ju-90

Junkers Ju-90

Junkers Ju-90

-Une escadre spéciale équipée d’avions géants Messerschmitt Me-323 et de Focke- Wulf Fw-200

-Des unités de planeurs et d’écolage

La Luftwafe aligne un total de 41 escadres soit approximativement 3690 appareils de première ligne

Organisation

 Reichsmarschall von Greim

Reichsmarschall von Greim

-Etat-major implanté en plein cœur de Berlin. Il est placé sous l’autorité de Goering puis après son élimination politique puis physique sous l’autorité du Reichsmarschall von Greim.

A la différence du gros Herman, il n’est que commandant en chef de la Luftwafe à la tête de l’OberKommando der Luftwafe (OKL), le poste de ministre de l’Air étant dissocié du poste de commandant en chef de la Luftwaffe.

-Le poste de chef d’état-major est occupé par le GeneralOberst Jeschonnek puis à partir de septembre 1946 par le GeneralOberst von Rchitoffen, cousin du célèbre as du premier conflit mondial.

-Les plus grandes unités de la Luftwaffe sont les flottes aériennes ou Luflotten, quatre existant avant le conflit, chacune couvrant un quart du territoire allemand. Il est prévu la création de Luffloten «expéditionnaires» pour une opération spécifique.

-La Luftflotte 1 couvre le nord et l’est de l’Allemagne depuis son état-major implanté à Berlin. La Luftflotte 2 depuis Braunschweig couvre le nord-ouest de l’Allemagne alors que la Luftflotte 3 depuis Munich s’occupe du sud-ouest de l’Allemagne. La Luftflotte 4 dont l’état-major est implanté à Vienne couvre le sud-Est de l’Allemagne.

-Ces flottes aériennes sont à la fois des entités opérationnelles chargées d’exécuter des opérations mais également d’assurer l’entrainement et la formation des nouveaux pilotes. L’organisation est donc différente par rapport à la France où il existe deux chaines de commandement distinctes.

-Pour la gestion administrative, la zone de responsabilité des Luflotten est divisée en Luftgaue alors que la gestion opérationnelle est assurée par des Fliegerkorps. Ces entités dont la composition peut évoluer portent des chiffres romains.

-Chaque Luflotte à sous son autorité via les Fliegerkorps un certain nombre d’unités, des divisions ou des corps, chaque division ou chaque corps disposant de Geschwader (escadres) et parfois des unités plus petites, des groupes (Gruppen) et des escadrilles (Staffeln).

La numérotation est semblable à celle de l’armée de l’air française. Par exemple le 1er groupe de la 1ère escadre de chasse est le I./JG.1.

-Une escadre (Geschwader) aligne en moyenne 80 à 90 avions

-Les Geschwader sont spécialisées dans la chasse (monomoteurs ou bimoteurs), dans le bombardement en piqué, l’appui tactique, la reconnaissance tactique, le bombardement moyen, le bombardement lourd et le transport.

-Voici la liste des différents types d’escadres :

-Jagdgeschwader (chasse)

-Zerstörergeschwader (chasse lourde)

-KampfGeschwader (bombardement)

-SchnellKampfGeschwader (bombardement rapide)

-Sturzkampfgeschwader (bombardement en piqué)

-Schlachtgeschwader (attaque au sol)

-Transportgeschwader (transports)

-Lehrgeschwader (entrainement avancé)

-Kampfschulgeschwader (école d’entrainement au bombardement)

-Luftlandegeschwader (planeurs)

-Un temps la Luftwafe contrôle l’aviation maritime basée à terre mais après 1945, la Kriegsmarine reprend le contrôle de ses unités d’avions et d’hydravions basées à terre.

-Chaque escadre dispose de quatre groupes de trois staffel de douze appareils soit en théorie 144 appareils.

-La Luftwafe à également sous son autorité une défense antiaérienne destinée à la défense du territoire, des bataillons légers, mixtes et lourds accompagnés d’unités de projecteurs.

-Des unités sont fixes ou mobiles avec notamment des trains antiaériens. Les bataillons sont regroupés en régiments eux mêmes regroupés en brigades, brigades étant regroupés en corps antiaériens.

-On trouve également des unités parachutistes. A la différence de beaucoup de pays, l’Allemagne à confier la création des unités parachutistes à son armée de l’air et non à son armée de terre.

Allemagne (34) Aéronavale (6)

Les avions basés à terre du Kriegsmarine Fliegerkorps

En septembre 1939, la patrouille maritime et l’action en mer depuis la terre est du ressort de la Luftwafe.

Cette situation qui n’est pas isolée (le Coastal Command dépend de la RAF et non de la Royal Navy) perdure jusqu’en septembre 1945 quand la Kriegsmarine profita de l’afaiblissement de la Luftwafe (liée à l’élimination politique et physique de Goering) pour prendre le contrôle de tous les avions et de tous les hydravions engagés en mer.

Sur le plan de l’équipement, la modernisation est spectaculaire avec de nouveaux avions de patrouille maritime (Heinkel He-179M, Fw-200 Neue Condor, Junkers Ju-290M) et un avion d’attaque, le Junkers Ju-188, dérivé du Ju-88 dont les performances n’ont rien à envier au Bloch MB-175T, son homologue de l’Aviation Navale.

Focke-Wulf Fw-200 Condor et Fw-200 Neue Condor

Focke-Wulf Fw200 Condor en vol

Focke-Wulf Fw200 Condor en vol

-A l’origine du Focke-Wulf Fw-200 Condor figure une proposition de Kurt Tank pour réaliser un avion capable de franchir l’Atlantique à une époque où l’hydravion en était le seul capable.

-Alors que la firme créatrice du Fw-190 dévellopait cet appareil pour la Lufthansa, le Japon demanda une version militarisée du condor pour des missions de patrouille maritime. Si Tokyo ne donna pas suite à ce projet, la Luftwafe se montra intéressée par un quadrimoteur de bombardement et de patrouille maritime.

La version militarisée du Condor entre en service au printemps 1940, étant utilisé pour la patrouille maritime mais également pour le transport. 276 appareils sont construits, toutes version incluses.

Quand en mai 1945 les unités basées à terre sont transférées de la Luftwafe au Kriegsmarine Fliegerkorps, deux unités sont encore équipée de Fw-200 Condor.

Il s’agit du 1. Kriegsmarine Fernaufklärungsgruppe stationné à Dantzig et intégré au sein du 1. Marineflieger/KFK Geschwader (vingt-quatre appareils répartis en trois staffel de huit appareils) et du 2. Kriegsmarine Fernaufklärungsgruppe stationné à Nordenay en Frise Orientale, cette unité du 2. Marineflieger/KFK Geschwader disposant lui aussi de vingt-quatre appareils répartis en trois staffel de huit appareils.

Ces appareils sont remplacés au printemps 1947 par des Heinkel He-179M, version de patrouille maritime du bombardier quadrimoteur Heinkel He-179 lui même issu de l’infortuné Heinkel He-177, un avion si peu fiable qu’il fût surnommé le «Briquet de la Luftwafe» (Luftwaffenfeuerzeug).

Sur les quarante-huit appareils retirés du service, seulement trente-six sont stockés, les douze autres trop endommagés sont feraillés.

Caractéristiques Techniques du Focke-Wulf Fw-200 Condor

Type : quadrimoteur de patrouille maritime et de bombardement

Poids à vide 17005kg maximal au décollage 24250kg

Dimensions : longueur 23.45m envergure 32.85m hauteur 6.30m

Motorisation : quatre moteurs radiaux BMW/Bramo 323R-2 de 1200ch chacun

Performances : vitesse maximale 360 km/h à 4800m vitesse de croisière 335 km/h distance franchissable 3560km endurange 14 heures plafond opérationnel 6000m

Armement : un canon de 20mm MG-151 à l’avant de la gondole ventrale et quatre mitrailleuses de 13mm MG-131 2100kg de bombes

Equipage : cinq hommes et jusqu’à trente soldats équipés en configuration transport.
En dépit de qualités indéniables, le bureau d’études de Focke-Wulf travailla sur une nouvelle version du Condor, cette fois spécifiquement destinée à un usage militaire. Baptisée Neue Condor (Nouveau Condor), ce nouvel appareil reprennait la structure générale du Fw-200 mais disposait de moteurs plus puissants, d’un radar aéroporté et d’un armement défensif accru.

Deux prototypes sont commandés en mai 1943 mais leur construction est perturbée par la guerre civile et le premier vol n’à lieu qu’en septembre 1944 pour le Fw-200 V3 et en janvier 1945 pour le Fw-200 V4.

Le dévellopement se passe sans réels problèmes et la commande de série est passée dès le mois de mars pour un total de 189 appareils, les appareils étant livrés entre juillet 1945 et septembre 1946 pour équiper les unités suivantes :

-Au sein du 1. KFK-Geschwader stationné à Dantzig, nous trouvons les 3. et 5. KFK-Aufklärungsgruppe qui disposent chacune de vingt appareils répartis en trois staffel de neuf appareils.

-Au sein du 2. KFK-Geschwader stationné à Nordenay en Frise Orientale, nous trouvons le 4. KFK-Aufklärungsgruppe qui dispose de vingt Focke-Wulf Fw-200 Neue Condor répartis en trois staffel de neuf appareils.

-Au sein du 4. KFK-Geschwader stationné à Hambourg, se trouve les 10. et 12. KFK-Aufklärungsgruppe qui disposent chacun de vingt-sept appareils répartis logiquement en trois staffel de neuf avions.

-Enfin au sein du 6. KFK-Geschwader stationné sur l’île de Sylt, se trouve les 15. et 17. KFK-Aufklärungsgruppe eux aussi équipés de vingt-sept Neue Condor.

Le Focke-Wulf Fw-200 Neue Condor est toujours en service en septembre 1948, les appareils déployés en mer du Nord devant couvrir le passage de la flotte d’invasion de l’opération Weserübung avant d’opter pour une posture plus agressive contre les flottes françaises et britanniques.

La production n’est pas poursuivie, le KFK ayant décidé de miser sur le Junkers Ju-290M comme appareil standard de patrouille maritime.

Caractéristiques Techniques du Focke-Wulf Fw-200 Neue Condor

Type : quadrimoteur de patrouille maritime et de bombardement

Poids à vide 17800kg maximal au décollage 25150kg

Dimensions : longueur 23.65m envergure 32.85m hauteur 6.35m

Motorisation : quatre moteurs radiaux BMW/Bramo 325 de 1700ch chacun

Performances : vitesse maximale 430 km/h à 4800m vitesse de croisière 405 km/h distance franchissable 3600km endurange 16 heures plafond opérationnel 6000m

Armement : un canon de 20mm et une mitrailleuse de 13mm (ou deux de 7.92mm) dans la gondole ventrale d’observation, deux mitrailleuses de 7.92mm dans le nez, deux mitrailleuses de 7.92mm en postes latéraux, deux mitrailleuses de 7.92mm en tourelle dorsale et une mitrailleuse de 13mm en poste de queue. 2400 kg de bombes

Equipage : huit hommes

Heinkel He-179M

Heinkel He-177 en vol

Heinkel He-177 en vol

-Les années vingt et trente voit le dévellopement d’un débat sur le bombardement aérien avec des théoriciens comme Douhet et Mitchell qui vantent le bombardement stratégique capable de remporter des guerres en rasant des villes pour terroriser l’ennemi.

-L’Allemagne pour des raisons diverses (théoriques _plus tacticiens que stratèges, coût, temps) renonça à une force de bombardement stratégique au profit d’une force de bombardement tactique composée en 1939 d’Heinkel He111 et de Dornier Do17.

-La guerre de Pologne passée, les allemands décident de constituer une force de bombardement stratégique avec le Heinkel He-179 et une poignée de Focke-Wulf Ta-400.

-Ce n’était pas ce qui était prévu à l’origine. A l’origine du He-179 (et de sa version patrouille maritime, le He-179M) figure le fameux «briquet de la Luftwafe» (luftwaffenfeuerzeug), le Heinkel He-177 Greif (Griffon), une véritable “bête à chagrin” dont le dévellopement est abandonné en septembre 1941.

Un nouveau projet baptisé Heinkel He-177B puis rebaptisé Heinkel He-179 est lancé en mars 1942, les deux prototypes effectuant leur premier vol le 5 mai et le 8 juillet 1943. La commande est passée en décembre 1943 mais la guerre civile perturbe les livraisons, les premiers appareils sont livrés en janvier 1946.

-La marine allemande cherchait à cette époque un appareil de patrouille maritime à plus grand rayon d’action que le Condor et son successeur Neue Condor. Elle testa un prototype du Heinkel He-179 et décida de passer commander d’une version adaptée à la patrouille maritime, le Heinkel He-179M.

Soixante-douze appareils sont commandés en septembre 1946 et livrés à partir du printemps 1947 au sein de groupes de reconnaissance maritime lointaine :

-Le 1. Kriegsmarine Fernaufklärungsgruppe du 1. KFK Geschwader dispose de vingt-quatre appareils répartis en trois staffel de huit appareils.

-Le 2. Kriegsmarine Fernaufklärungsgruppe du 2. KFK Geschwader dispose de vingt-quatre appareils répartis en trois staffel de huit appareils

-Le 14. Kriegsmarine Fernaufklärungsgruppe du 6. KFK Geschwader dispose lui aussi de vingt-quatre appareils répartis en trois staffel de huit avions.

-Entre les deux versions, il existe quelques différences, le He-179M disposant d’un radar aéroporté de surveillance maritime, un traitement anti-corrosion, un dispositif de flottabilité pour permettre à l’équipage d’évacuer et une soute agrandie pour permettre l’embarquement de torpilles.

-Les soixante-douze appareils sont toujours en service en septembre 1948 et vont participer à plusieurs missions comme la couverture de l’opération Weserübung, la surveillance des bases navales ennemies (un appareil abattu le 9 septembre au dessus de Rosyth) et des missions de mouillage de mines.

Caractéristiques Techniques du Heinkel He-179M

Type : avion de patrouille maritime et d’attaque à long rayon d’action

Poids : à vide 17500kg en charge 33000kg

Dimensions : longueur 22m envergure 31.44m hauteur 6.67m

Motorisation : quatre Daimler-Benz DB-612 de 2300ch chacun dans des nacelles séparées

Performances : vitesse maximale 570 km/h à 6000m rayon d’action de combat 1540km distance franchissable en mission de patrouille maritime 6000km plafond opérationnel 8500m

Armement : un canon de 20mm et une mitrailleuse de 13mm (ou deux de 7.92mm) dans la gondole ventrale d’observation, deux mitrailleuses de 7.92mm dans le nez, deux mitrailleuses de 7.92mm en postes latéraux, deux mitrailleuses de 7.92mm en tourelle dorsale et une mitrailleuse de 13mm en poste de queue. 6400 kg de bombes répartis entre des bombes ou deux torpilles en soute et deux sous les ailes.

Equipage : neuf hommes

Junkers Ju-290M

Junkers Ju-90

Junkers Ju-90

-Le Condor et le Neue Condor étaient de bons appareils de patrouille maritime mais le KFK songea à l’avenir en se dotant d’un appareil plus moderne.

-Tout en surveillant le projet du Neue Condor, le Kriegsmarine FliegerKorps étudia avec intérêt une proposition de Junkers pour un appareil de patrouille maritime quadrimoteur.

-Le Junkers Ju-290 conçu dès l’origine comme un appareil militaire était dérivé du Junkers Ju-90 déjà utilisé par la Luftwafe pour des missions de transport (fret et personnel).

-Programme lancé en juin 1942, un programme qui connait un certain nombre de problèmes sans oublier la guerre civile.

-En dépit de ces qualités, le Junkers Ju-290M est dans un premier temps délaissé au profit du Neue Condor moins performant mais qui à l’avantage d’être fabriquable rapidement, à moindre coût et pouvant être mis en œuvre facilement par des équipages habitués au Condor.

Néanmoins,il décidé qu’à terme, les Condor et les Neue Condor seront remplacés par le Junkers Ju-290M qui en septembre 1948 n’équipe qu’une unité.

Il s’agit d’une unité de mouillage de mines rapides, le 19. SchnellMinenKampf Gruppe équipé de seize Junkers Ju-290M, ces appareils répartis en deux staffel de huit appareils peuvent également être utilisés pour la patrouille maritime. Intégré au 6. KFK-Geschwader, cette unité doit mener des missions de mouillage de mines rapide ainsi que des missions de surveillance maritime.

Caractéristiques techniques du Junkers Ju-290M

Type : avion de patrouille maritime quadrimoteur

Poids : à vide 330005kg maximal au décollage 44970kg

Dimensions : longueur 28.64m envergure 42.00m hauteur 6.83m

Motorisation : quatre moteurs radiaux BMW 801 de 1700ch chacun

Performances : vitesse maximale 440 km/h distance franchissable 6150km plafond opérationnel 6000m

Armement : six canons de 20mm MG-151 et deux mitrailleuses de 13mm 3000kg de bombes en soute remplacées parfois par des torpilles, des mines ou des roquettes.

Equipage : huit hommes

Junkers Ju-188M

Junkers Ju-188

Junkers Ju-188

-A l’origine du Ju-188 figure le Ju-88, un bimoteur polyvalent puisqu’il fût utilisé comme bombardier horizontal, bombardier en piqué, avion torpilleur et chasseur lourd (jour et nuit) bien qu’il n’y ait qu’une version et que les projets de variantes spécifiques ne virent pas le jour.

-La version torpillage du Ju-88 se concrétisa par le vol d’un prototype le 9 juin 1942 mais ce projet n’alla pas plus loin, la Luftwafe qui à l’époque avait le contrôle sur l’aviation basée à terre préféra reporter ses investissements sur une version améliorée baptisée Junkers Ju-188 Adler (Aigle) et plus précisément Ju-188M. Le premier prototype effectue son premier vol le 8 septembre 1943 et le second le 4 janvier 1944.

-Le dévellopement se passe bien et la commande en série est passée en septembre 1944 pour un total 360 exemplaires livrés entre janvier 1945 et mars 1948. La production continue à cadence réduite pour constituer un volant de fonctionnement. Les appareils en service sont répartis de la façon suivante :

-Au sein du 1. Kriegsmarine FliegerKorps Geschwader se trouvent les 7. et 9. KFK-Kampfgruppe qui disposent chacun de quarante-huit appareils répartis en quatre staffel de douze appareils.

-Le 2. Kriegsmarine FliegerKorps Geschwader se trouvent les 6. et 8. KFK-Kampfgruppe eux aussi équipés de quarante-huit appareils répartis en quatre staffel de douze appareils

-Le 4. Kriegsmarine FliegerKorps Geschwader se trouvent les 11. et 13. KFK-Kampfgruppe disposent de quarante-huit appareils répartis en quatre staffel de douze appareils.

-Le 6. Kriegsmarine FliegerKorps Geschwader se trouvent les 16. et 18. KFK-Kampfgruppe disposent de trente-six appareils répartis en trois staffel de douze appareils.

Tous les appareils sont toujours en service en septembre 1948. Quand éclate le second conflit mondial, le Junkers Ju-188M va participer à des raids contre la marine norvégienne planquée dans ses fjords, des opérations de mouillage de mines et des missions de recherche des navires ennemis pour empêcher les navires britanniques et français d’intercepter les différents convois en direction de la Norvège.

Caractéristiques Techniques du Junkers Ju-188M

Type : bombardier-torpilleur bimoteur

Poids : à vide 9900kg en charge 14500kg

Dimensions : longueur 15m envergure 22m hauteur 4.4m

Motorisation : deux moteurs radiaux BMW-801 G-2 de 1700ch chacuns

Performances : vitesse maximale 499 km/h distance franchissable 2190km plafond opérationnel 9500m

Armement : un canon de 20mm à l’avant de la gondole ventrale, une mitrailleuse de 7.92mm à l’arrière, une mitrailleuse de 13mm dans le poste supérieur et une mitrailleuse de 13mm (ou deux de 7.92mm) dans le nez vitré. 3000Kg de bombes ou deux torpilles aéroportées
Equipage : cinq hommes