Etats-Unis (16) cuirassés et croiseurs de bataille (2)

Cuirassés classe Pennsylvania

Rassurés par l’effet de souffle d’une tourelle double sur une tourelle triple, les américains passent la vitesse supérieure en équipant leurs cuirassés de quatre tourelles triples de 14 pouces soit douze canons de 356mm.

Lire la suite

Etats-Unis (15) Cuirassés et croiseurs de bataille (1)

CUIRASSES ET CROISEURS DE BATAILLE

Avant-propos

Sans la fougue de l’amiral Fisher, le cuirassé à artillerie monocalibre, le all big gun battleship aurait hérité du nom de Michigan, le Michigan (BB-27) et le South Carolina (BB-26) étant mis sur cale avant le HMS Dreadnought mais mis en service ultérieurement.

USS Michigan 4

Le USS Michigan (BB-27)

Lire la suite

Etats-Unis (14) US Navy (10)

Artillerie Médiane (102 à 203mm)

6 Inch (152mm) Mark 12

Canon de 152mm 53 calibres US Navy 2

6 Inch Mark 12 en tourelle double sur un croiseur de classe Omaha

Ce canon de 53 calibres (soit un tube long de 8.056m) à été initialement mis au point pour l’armement secondaire des cuirassés et des croiseurs de bataille dont la construction à été annulée par le traité de Washington.

Lire la suite

Etats-Unis (13) US Navy (9)

ARTILLERIE ET SYSTEMES D’ARMES

Artillerie lourde (203 à 406mm)

16 Inch (406mm) Mark 1 5 et 8

Canons de 406mm Mark 2 & 3 3

Canon  de 406mm Mark 2 

Ce canon de 406mm est la pièce la plus lourde et la plus ancienne de l’arsenal américain. Mis au point pour les Colorado, il équipe donc trois cuirassés, les Colorado Maryland et West Virginia à raison de huit canons en quatre tourelles doubles (deux avant et deux arrières). Ce canon est toujours en service en septembre 1948. Des évolutions ont fait évoluer ce canon en Mark 5 puis en Mark 8.

Lire la suite

Etats-Unis (11) US Navy (7)

Navires auxiliaires

Plus qu’aucune autre marine, l’US Navy ne peut se permettre de négliger la logistique. Son théâtre d’opérations privilégié, le Pacifique impose un énorme train d’escadre pour ravitailler et réparer les navires, pour fournir de l’eau et des vivres aux hommes, pour les soigner….. .

Lire la suite

Etats-Unis (10) US Navy (6)

Destroyers

USS Clemson (DD-186)

Le USS Clemson (DD-186) l’un des nombreux flush-decker construit à la fin du premier conflit mondial par l’US Navy. 

Dans le domaine des destroyers, la marine américaine hérite du premier conflit mondial d’une importante flotte de flush-decker dont certains ont été mis en réserve dès leur achèvement faute de besoins une fois la paix revenue.

Lire la suite

Etats-Unis (9) US Navy (5)

Croiseurs lourds

Dans la nature, il existe parfois des générations spontanées. C’est aussi le cas dans le domaine militaire. Sans le traité de Washington qui interdisait le cuirassé à savoir un navire de plus de 10000 tonnes armés de canons d’un calibre supérieur à 203mm, il n’y aurait peut être pas eu de heavy cruiser, de croiseur de 1ère classe.

Un navire de guerre est généralement le compromis imparfait entre la vitesse, la protection et la puissance de feu. Parfois on privilégiait un facteur sur un autre notamment quand les contraintes sont fortes.

Ainsi les premiers croiseurs lourds sont rapides, bien armés mais si peu protégés qu’ils sont ironiquement baptisés Thinclad Battleship ou cuirassés en papier d’étain.

Les générations suivantes de croiseurs lourds vont revenir à de plus sages proportions à savoir une vitesse moins élevée, un armement souvent amputé d’un ou deux canons et une protection plus sérieuse augmentant la survivabilité de ces navires.

Si la Grande-Bretagne avait besoin de croiseurs pour protéger son trafic commercial, les Etats-Unis avaient surtout besoin de croiseurs et de croiseurs lourds pour un combat de rencontre avec la marine japonaise, une «bataille décisive» censée se dérouler entre Okinawa et les Phillipines.

Il fallait donc des navires puissants et très endurants en raison des distances gigantesques d’un théâtre d’opérations hors-norme.

Comme dans les autres catégories de navires, les américains respectent très sérieusement les limitations des traités. Libérés de ces limites, ils peuvent construire les Baltimore considérés en septembre 1948 comme les meilleurs croiseurs lourds du monde avec les Saint Louis français.

A noter que les premiers croiseurs lourds mis en service ont été tous désarmés avant 1948 pour permettre la mise en service de croiseurs lourds modernes. Ils sont cependant maintenus sous cocon près à être réarmés au cas où.

En septembre 1939, l’US Navy aligne dix-huit croiseurs lourds, la plus importante flotte du monde devant le Japon (14) et la Grande-Bretagne (13).

USS Pensacola (CA-24) (1)

USS Pensacola (CA-24)

Ces navires se répartissent entre la classe Pensacola (Pensacola Salt Lake City), la classe Northampton (Northampton, Chester, Louisville, Chicago, Houston et Augusta), la classe Portland (Portland Indianapolis), la classe New Orleans ( New Orleans, Astoria Minneapolis Tuscaloosa San Francisco Quincy et Vincennes) et l’unique USS Wichita combinant la coque d’un Saint Louis avec un armement de neuf canons de 203mm, cet unique navire étant considéré comme le prototype des Baltimore.

USS Wichita (CA-45) 2

Le USS Wichita (CA-45)

Les deux Pensacola sont désarmés en 1945 suivis des Northampton qui quittent le service actif entre janvier 1946 et juin 1948 au fur et à mesure de la mise en service des Baltimore. Si les premiers croiseurs lourds américains sont rayés des registres dès leur désarmement, les Northampton sont mis sous cocon mais en théorie toujours réarmables même si réarmer un croiseur lourd est autrement plus difficile que réarmer un destroyer.

Signe qui ne trompe pas, leurs noms vont être repris par les nouveaux croiseurs lourds de classe Oregon City.

Si le Portland est toujours en service en septembre 1948, l’Indianapolis lui a été coulé suite à une collision avec le cuirassé USS Oklahoma le 14 septembre 1944.

Les sept New Orleans et le Wichita sont toujours en service quand la seconde déflagration mondiale commence en septembre 1948 dans les eaux froides et brumeuses de la Norvège.

USS Baltimore (CA-68) 2

USS Boston (CA-68)

Entre-temps les croiseurs lourds de classe Baltimore sont rentrés peu à peu en service, donnant un punch certain à l’US Navy, ces navires étant rapides (33 nœuds), bien protégés et bien armés avec neuf canons de 203mm en trois tourelles triples, configuration devenu pour ainsi dire standard dans la plupart des marines.

Les huit premiers sont commandés en 1940. Suivant la tradition américaine, ces nouveaux croiseurs reçoivent des noms de ville en l’occurence Baltimore (CA-67) Boston (CA-68) Pittsburgh (CA-69) et Saint-Paul (CA-70) Albany (CA-71) Rochester (CA-72) Columbus (CA-73) et Missoula (CA-74), leur admission en service actif s’étalant entre septembre 1943 pour le Baltimore et décembre 1946 pour le Missoula.

Quatre unités supplémentaires sont commandées en 1942. Elles sont baptisés Bremerton (CA-75) Fall River (CA-76) Macon (CA-77) et Toledo (CA-78). Leur mise sur cale à lieu entre juin 1944 et mars 1945, leur admission en service actif ayant lieu entre septembre 1947 et octobre 1948.

Les quatre derniers Baltimore sont commandés en 1943. Baptisés Los Angeles (CA-79) Dallas (CA-80) Tulsa (CA-81) et Princeton (CA-82) ils ne sont mis sur cale qu’à partir de janvier 1946 et donc toujours en construction quand le conflit éclate en Europe mais ils sont mis en service entre mars et décembre 1949, à temps donc pour contrer l’attaque japonaise de mars 1950.

En septembre 1948, l’US Navy aligne 20 croiseurs lourds, un étant en achèvement à flot et quatre à différents stades de construction sur cale ou proche d’un lancement.

Dans le cadre du programme de guerre, l’US Navy obtient la commande de seize nouveaux croiseurs de type Oregon City.

USS Oregon City (CA-122) essais constructeurs

Le USS Oregon City (CA-83)

Ils sont baptisés Oregon City (CA-83) Spokane (CA-84) Pensacola (CA-85) Salt Lake City (CA-86), Northampton (CA-87) Chester (CA-88) Louisville (CA-89) Chicago (CA-90) Houston (CA-91) Augusta (CA-92) Newport News (CA-93) Salem (CA-94) mais au final seulement douze seront achevés, trois étant annulés avant mise sur cale (CA-91, CA-92 et CA-94) et un dernier abandonné alors qu’il était achevé à 47% (CA-93).

Croiseurs légers

Si les croiseurs lourds sont une véritable «génération spontanée» qui ne seraient pas forcément apparu sans le traité de Washington, les croiseurs légers peuvent se prévaloir d’une ascendance en ligne directe via les croiseurs-éclaireurs et autres croiseurs protégés.

Ces croiseurs légers qui manquèrent tant à la marine française en 1914 étaient destinés à mener les missions des frégates de la marine à voile à savoir l’éclairage au profit des escadres, la protection du trafic commercial, l’attaque du commerce ennemi….. .

Les croiseurs légers les plus anciens de la marine américaine en septembre 1939 sont les Omaha conçus pour accompagner les cuirassés et les croiseurs de bataille foudroyés par le traité de Washington de 1922.

Ils sont mis en service en 1923 (Omaha Milwaukee Detroit Richmond Concord), en 1924 (Cincinatti Raleigh Trenton Marblehead) et 1925 pour le Menphis. Ces navires de 7200 tonnes, filant à 34 nœuds étaient armés de douze canons de 152mm (dix pour les Detroit Richmond Cincinatti Raleigh Marblehead) ont été vite déclassés par les progrès techniques.

Ces navires sont cependant maintenus en service jusqu’au milieu des années quarante, le temps que les Cleveland soient mis en service, douze navires remplaçant dix croiseurs, douze croiseurs modernes remplaçant dix croiseurs déclassés. L’Omaha et le Milwaukee sont désarmés en mai 1944, les Détroit et Richmond le sont en septembre 1944, le Concord et le Cincinatti en février 1945, le Raleigh et le Trenton en juin 1945, le Marblehead et le Menphis l’étant en décembre 1945.

Totalement dépassés, ils sont rayés des registre le jour même de leur désarmement ou peu de temps après et vendu à la démolition, les noms étant repris pour baptiser les nouveaux Cleveland (CL-107 à 118) commandés en septembre 1946 et toujours en construction en septembre 1948.

Un temps le croiseur léger est délaissé au profit des croiseurs lourds. Cette course entraine la réunion d’une nouvelle conférence navale à Londres aboutissant au premier traité éponyme qui clarifie la définition du croiseur, faisant du cruiser un navire de 1850 tonnes à 10000 tonnes, les croiseurs légers étant armés de canons de 130 à 155mm, les croiseurs lourds de 155 à 203mm.

Ayant atteint leur quota de croiseurs lourds mais jugeant leur flotte toujours trop faible, les japonais décidèrent de ruser en construisant de grands croiseurs légers armés de quinze canons de 155mm en attendant de les réarmer avec dix canons de 200mm quand les traités arriveront à expiration ou quand Tokyo les dénoncera.

Pour répondre à cette menace, les américains choisissent de produire des croiseurs légers armés eux aussi de quinze canons mais de 6 pouces soit 152mm répartis en cinq tourelles triples, trois à l’avant et deux à l’arrière. C’est l’acte de naissance de la classe Brooklyn et de leurs dérivés, les Saint Louis.

Admis au service actif en 1937 (Brooklyn Philadelphia) et en 1938 (Savannah Nashville Phoenix Boise Honolulu), les Brooklyn sont des navires de 9800 tonnes à pleine charge, filant à 32.5 noeuds armés de quinze canons de 152mm en cinq tourelles triples (trois avant deux arrière) et de 8 canons de 127mm en affûts simples.

Ils sont toujours en service en septembre 1948 tout comme le Saint Louis et l’Helena mis en service en 1939 considérés tantôt comme faisant partie de la même classe tantôt comme formant une classe à part.

A ces neuf puissants croiseurs immatriculés CL-40 à CL-43, CL-46 à Cl-50 s’ajoutent des croiseurs légers conventionnels de classe Cleveland et des croiseurs légers plus hétérodoxes formant la classe Atlanta.

Les croiseurs légers de classe Atlanta sont comparables aux Dido britanniques et à l’unique Waldeck-Rousseau français à savoir des croiseurs destinés à la protection des escadres contre l’aviation et au commandement des destroyers.

Quatre navires sont financés par le Vinson-Trammell Act. Baptisés Atlanta (CL-51) Juneau (CL-52) San Diego (CL-53) San Juan (CL-54) ils sont mis en service en 1942 et 1943.

Huit autres navires sont commandés en 1944 et immatriculés CL-99 à CL-106. Ils sont baptisés Oakland (CL-99) Reno (CL-100) Pasadena (CL-101) Tucson (CL-102) Spokane (CL-103) Fresno (CL-104) Wilmington (CL-105) et Biloxi (CL-106) . Ils sont mis en service entre 1948 et 1950.

Les Cleveland sont une évolution des Helena. Une tourelle de 152mm est remplacée par deux affûts doubles de 127mm pour augmenter la défense contre-avions. La coque est certes élargie de 61cm mais cela n’empêchera par les nouveaux croiseurs légers de connaître des problèmes récurrents de stabilité.

Deux navires sont financés au budget 1940, deux autres au budget 1941, quatre au budget 1942, deux au budget 1943 et deux au budget 1944, des navires immatriculés CL-55 à CL-66 et baptisés respectivement Cleveland Columbia Montpelier Denver Amsterdam Santa Fe Tallahassee Birmingham Mobile Flint Springfield et Topeka. Ces navires sont mis en service entre 1943 et 1947.

Douze autres navires sont commandés en septembre 1946 alors que la guerre s’annonce chaque jour plus proche. Ils reprennent pour les dix premiers le nom des Omaha récément démolis et sont donc baptisés Omaha (CL-107) Milwaukee (CL-108) Detroit (CL-109) Richmond (CL-110) Concord (CL-111) Cincinatti (CL-112) Raleigh (CL-113) Trenton (CL-114) Marblehead (CL-115) Menphis (CL-116) New Haven (CL-117) et Huntington (CL-118).

Les premiers sont mis sur cale début 1947 et mis en service à temps pour l’attaque japonaise du 21 mars 1950. Quatre sont alors en service (Omaha Detroit Concord Raleigh), quatre en achèvement à flot (Milwaukee Richmond Cincinatti Trenton) et quatre encore sur cale (Marblehead Menphis New Heaven Huntington).

Quand la seconde guerre mondiale éclate en septembre 1948, l’US Navy aligne sept croiseurs légers de classe Brooklyn, deux croiseurs légers de classe Héléna, huit croiseurs légers type Atlanta (quatre en achèvement à flot) et seize croiseurs légers de classe Cleveland soit un total de trente-trois croiseurs légers, le double de la flotte de septembre 1939 composée à l’époque de sept croiseurs légers (les Brooklyn) et des dix croiseurs anciens de classe Omaha.

Dans le cadre du programme de guerre, d’autres croiseurs légers vont être commandés pour anticiper sur de probables pertes face à la marine japonaise.

Huit croiseurs légers type Fargo et seize croiseurs légers de classe Worcester sont ainsi commandés en avril 1950.

Si les Fargo ne sont qu’une version légèrement élargie des Cleveland avec une seule cheminée pour augmenter le champ de battage de l’artillerie antiaérienne,les Worcester sont des croiseurs légers différents, un déplacement et des dimensions plus importants pour résoudre les problèmes de stabilité des Cleveland.

Au final seulement six Fargo et huit Worcester seront achevés, certains l’étant alors que le second conflit mondial était terminé.

Les six Fargo achevés sont baptisés USS Fargo (CL-119) Newark (CL-120) Buffalo (CL-121) Vallejo (CL-122) Roanoke (CL-123) et Cheyenne (CL-124), les Chattanooga (CL-125) et Helena (CL-126) étant abandonnés à respectivement 35 et 17% d’achèvement.

Pour ce qui est des Worcester, sur les seize prévus, seulement huit sont baptisés, les huit derniers (CL-135 à 142) jamais baptisés étant pour ainsi dire abandonnés dès le début du programme de guerre ou peu s’en faut.

Les huit premiers eux sont tous achevés, des navires baptisés USS Worcester (CL-127) USS Gary (CL-128) Seattle (CL-129) Charlotte (CL-130) Pueblo (CL-131) Frederick (CL-132) Huron (CL-133) et Anchorage (CL-134).