Allemagne (8) cuirassés et croiseurs de bataille

CUIRASSES ET CROISEURS DE BATAILLE

Avant-Propos

Quand elle nait, la marine impériale allemande, la Kaiserliche Marine était chétive, une petite marine destinée à la défense côtière, bien incapable d’inquiéter l’impérieuse Marine de Sa Gracieuse Majesté.

Sous l’impulsion de Guillaume II et de l’amiral Tirpitz, la marine impériale allemande connu une prodigieuse croissante qui lui permis non pas de surclasser la Royal Navy mais de poser des problèmes majeurs pour le contrôle de la mer du Nord.

Durant ce premier conflit mondial, les combats furent limités, la bataille du Jutland aux résultats indécis rendant les amiraux allemands prudents voir même pusillanimes.

Résultat, les cuirassés et les croiseurs de bataille allemands eurent bientôt des aussières en béton. Les équipages mutinés à Kiel accélérant la chute de Guillaume II.

Les navires de ligne allemands survivants rallièrent Scapa Flow dans les Orcades, restant plusieurs mois avant de se saborder le 21 juin 1919 pour ne pas être livrés aux alliés.

Miséricordieusement, les alliés accordèrent huit prédreadnought dont seulement six pouvaient être mis en œuvre simultanément. Autant préciser de suite que ces navires n’avaient aucune valeur militaire.

Cuirassé de poche Deutschland

Cuirassé de poche Deutschland

Il faut attendre le début des années trente pour assister au renouvellement du corps de bataille allemand avec la mise en service du Deutschland,un cuirassé de poche trop faible pour affronter les cuirassés orthodoxes mais qui surclassait les croiseurs lourds type Washington censés être les rois des mers en absence des cuirassés.

Ayant généré par ricochet la course aux cuirassés rapides (dit de 35000 tonnes), les Deutschland n’auront pas de descendance, les deux survivants de la guerre de la Pologne étant d’ailleurs reclassés schwere kreuzer (croiseurs lourds).

Croiseur de bataille KMS Scharnhorst

Croiseur de bataille KMS Scharnhorst

Avec les Scharnhorst et Gneiseneau, les allemands renouent avec des conceptions plus orthodoxe, des navires de 26000 tonnes armés de neuf canons de 280mm en trois tourelles triples, canons ultérieurement remplacés par des canons de 380mm en trois tourelles doubles.

Représentation du KMS Bismarck

Représentation du KMS Bismarck

Avec les deux Bismarck (Bismarck et Tirpitz), les allemands se rallient à l’orthodoxie mondiale avec deux 35000 tonnes rapides, bien protégés et bien armés (huit canons de 380mm en quatre tourelles doubles), faisant ensuite mieux que leurs ennemis français puisque les type H et les type H améliorés sont armés de huit canons de 406mm en quatre tourelles doubles.

Le Corps de Bataille allemand en septembre 1939

Cuirassés Schlesien et Schleswig-Holstein classe Deutschland en 1934

Cuirassés Schlesien et Schleswig-Holstein classe Deutschland en 1934

-Deux cuirassés type prédreadnought, le Schlesien et le Schleswig Holstein (1908,13120 tonnes,127.6×22.2×8.21,18 noeuds,4 canons de 280mm en deux tourelles doubles et 10 canons de 150mm)

KMS Admiral Scheer

KMS Admiral Scheer

-Trois cuirassés de poche classe Deutschland, le KMS Deutschland (1933,), le KMS Admiral Scheer (1934) et le KMS Graf Spee (1936) (10600 tonnes,186×20.69×5.81,26 noeuds,6 canons de 280mm en deux tourelles triples et 8 canons de 150mm en affûts simples).

Le KMS Gneiseneau se ravitaillant auprès du Westerwald (avril 1939)

Le KMS Gneiseneau se ravitaillant auprès du Westerwald (avril 1939)

-Deux croiseurs de bataille classe Scharnhorst, le KMS Scharnhorst (1939) et le KMS Gneisenau (1938) (31500 tonnes, 235x30x9.69, 32 noeuds, 9 canons de 280mm en trois tourelles triples et 12 canons de 150mm en affûts simples)

Par rapport à l’historique aucun changement puis qu’avant le point de divergence fixé au 9 novembre 1939

Evolution du Corps de Bataille allemand et sa situation en septembre 1948

-Les cuirassés prédreadnought Schlesien et Schleswig-Holstein sont désarmés respectivement en mars 1941 et juin 1942. L’artillerie est récupérée pour la défense côtière et le flotteur démoli, l’acier récupéré alimentant l’effort de guerre.

Le cuirassé de poche Admiral Graf Spee se saborde à Montevideo le 17 décembre 1939

Le cuirassé de poche Admiral Graf Spee se saborde à Montevideo le 17 décembre 1939

-Le cuirassé de poche Admiral Graf Spee interné à Montevideo après une bataille contre trois croiseurs britanniques est sabordé le 17 décembre 1939 faute de sauf conduit accordé par les alliés qui réclamaient son internement en Argentine ou en Uruguay.

-Le Deutschland est rebaptisé Lutzow le 25 novembre 1939 et reclassé croiseur lourd (schwere kreuzer) en juin 1941. Son sister-ship Admiral Scheer est lui aussi reclassé croiseur lourd

Schéma de refonte des Scharnhorst, les tourelles triples de 280mm ont cédé la place à des tourelles doubles de 380mm

Schéma de refonte des Scharnhorst, les tourelles triples de 280mm ont cédé la place à des tourelles doubles de 380mm

-Les croiseurs de bataille KMS Scharnhorst et Gneiseneau sont réarmés avec trois tourelles doubles de 380mm (NdA travaux prévus OTL mais jamais réalisés) en remplacement des tourelles triples de 280mm revendues aux néerlandais pour armer leurs croiseurs de bataille destinés aux Indes Néerlandaises. Travaux réalisés du 15 octobre 1940 au 2 novembre 1942 (Scharnhorst) et du 5 décembre 1942 au 20 janvier 1944 (Gneisenau).

-Comme je l’ai précisé dans l’introduction, l’Allemagne se rallie au concept du cuirassé rapide, du 35000 tonnes, un croisement alliant la protection des cuirassés lents avec la rapidité des croiseurs de bataille, un concept que certains considèrent comme remontant aux Queen Elizabeth britanniques.

Le KMS Tirpitz peu après sa mise en service

Le KMS Tirpitz peu après sa mise en service

-Les deux premiers « 35000 tonnes » germaniques sont les KMS Bismarck (1940,45451 tonnes,250.50x36x8.71m,30.8 noeuds,huit canons de 380mm en quatre tourelles doubles et douze canons de 150mm en six affûts doubles) et KMS Tirpitz (1941,45474 tonnes,253.60x36x8.92m,30.8 noeuds,huit canons de 380mm en quatre tourelles doubles et douze canons de 150mm en six affûts doubles).

-A l’origine, il était prévu un troisième Bismarck mais au final la Kriegsmarine préfère investir dans la classe H, une classe de cuirassés mieux armés avec des canons de 406mm en remplacement des pièces de 380mm.

-Six type H furent initialement envisagés mais au final, seulement quatre furent construits.

-Ces navires sont baptisés KMS Hidenburg Friedrich der Gross Ludendorff et Kaiser Wilhelm II et sont mis en service en 1943 pour le premier, en 1944 pour le second, en 1945 pour le troisième et en 1944 pour le dernier.

-A la différence de la clase Bismarck, ils sont identiques pour les caractéristiques générales (55453 tonnes, 277.80×37.10×10.20m,29 noeuds,8 canons de 406mm en quatre tourelles doubles, 12 canons de 150mm en six affûts doubles).

-Le plan Z planifie également la construction de quatre croiseurs de bataille (Schlachtkreuzer) destinés initialement à la guerre de course mais qui vont en réalité participer à la guerre d’Escadre.

-Le KMS Oldenburg est mis en service en 1943 en compagnie du KMS Nassau, le KMS Sachsen est mis en service en 1945 et le KMS Bayern en 1946.

-Caractéristiques Techniques identiques pour les quatre (28900 tonnes,256.50x30x8.02m,33.8noeuds,six canons de 380mm en trois tourelles doubles, huit canons de 105mm en quatre tourelles doubles).

Publicités

Allemagne (5) Artillerie et systèmes d’armes (2)

Artillerie médiane

Tourelles doubles de 203mm du Prinz Eugen. Notez la présence d'un affût quadruple de 20mm à titre de test

Tourelles doubles de 203mm du Prinz Eugen. Notez la présence d’un affût quadruple de 20mm à titre de test

-Bien que non concernée par le traité de Washington, la marine allemande à choisit le canon de 203mm pour ses Schwere Kreuzer en l’occurrence les quatre croiseurs de classe Admiral Hipper et les quatre croiseurs de classe Admiral Graf Spee.

L’unique modèle utilisé est le SK C/34, un canon de 60 calibres tirant des obus de 122kg à une distance comprise entre 5000m (site : +1.9) et 33500m (site : +37°) à raison de 4 à 5 coups par minute.

La tourelle double pèse 249 tonnes (tourelles A et D) et 263 tonnes (tourelles B et C) et peut pointer en site de -10° à +37° à raison de 8° par seconde et en azimut sur 145° à raison de 6 à 8°. L’angle de chargement est de 3°. La dotation en munitions est de 140 obus par canon soit un total de 1120 obus de 203mm.

La tourelle triple pèse 255 tonnes et permet aux canons de pointer en site de -10° à +40° à raison de 6° par seconde et en azimut sur 150° à raison de 3.5° degré par seconde. Le rechargement se fait à +5°. La dotation en munitions est de 150 obus par canon soit 1350 obus pour l’ensemble du navire.

D’autres pièces vont être fabriquées pour la défense côtière notamment en Norvège.

Tourelle double de 150mm sur le croiseur de bataille Scharnhorst

Tourelle double de 150mm sur le croiseur de bataille Scharnhorst

-A la différence du calibre précédent, plusieurs modèles de canons de 150mm sont en service dans la Kriegsmarine.

-Un mot rapide sur le 15CM SK L/45, une pièce du premier conflit mondial encore utilisé sur les croiseurs auxiliaires allemands et pour la défense côtière. Ce canon de 45 calibres tire des obus de 45kg à une distance maximale de 13500m à raison de 5 à 7 coups par minute.

-Des pièces de ce calibre plus modernes ont été mises au point, constituant l’armement principal des destroyers et des croiseurs légers ainsi que l’armement secondaire des cuirassés et croiseurs de bataille.

-Le SK C/28 est utilisé sur les croiseurs lourds ex-cuirassés de poche et les Scharnhorst en affûts simples et en tourelles doubles sur les autres navires de ligne ainsi que les porte-avions.

Ce canon de 55 calibres tire des obus de 45kg à une distance maximale de 22000m (site : +35°) à raison de 10 coups par minute, l’espérance de vie du tube étant de 1100 coups.

L’affût simple MPL35 pèse 24 tonnes en ordre de combat et peut pointer en site de -10° à +35° à raison de 8° par seconde et en azimut sur 360° à raison de 9° par seconde. La dotation en munitions est de 150 obus par tube.

L’affût double C28 pèse 116 tonnes et peut pointer en site de -10° à +40° et en azimut sur 360°. La dotation est de 105 coups par canon.

Les ex-cuirassés de poche disposaient de huit affûts simples, les Scharnhorst de douze affûts simples alors que les Bismarck possédaient six tourelles doubles équipées de ce canon.

Les cuirassés type H disposent de six tourelles doubles tandis que le Graf Zeppelin et le Peter Strasser disposaient de seize canons de 150mm en huit casemates doubles.

Ce dernier modèle d’affût baptisé MPL36 pèse 47.6 tonnes et permet aux canons de pointer en site de -10 à +37° à raison de 8° par seconde.

Ce canon va aussi équiper les croiseurs légers de classe Berlin avec une nouvelle tourelle triple inspirée de celle des Leipzig, Nürnberg et des trois navires de classe K.

La tourelle triple Drh Tr C/31 pèse 150 tonnes et permet aux canons de pointer en azimut sur 360° et en site de -10 à +40° à raison de 8° par seconde. La dotation en munitions est de 160 coups par canon soit un total de 1440 obus de 150mm.

Le canon de 150mm SKC/25 mis en service en 1929 équipe les croiseurs légers en service en septembre 1939 en l’occurrence le Leipzig, le Nürmberg, le Koln, le Karlsruhe et Königsberg).

C’est un canon de 60 calibres tirant des obus explosifs ou perforants de 45.5kg à une distance maximale de 25700m (à +40°) à raison de 6 à 8 pour le Leipzig et les trois navires de classe K alors que le Nurnberg pouvait tirer dix à douze coups par minute.

La tourelle triple TrC/25 équipant le Leipzig et les trois K pèse 136 tonnes et permet aux canons de pointer en azimut sur 360° et en site de -10° à +40° à raison de 6 à 8° par seconde. La tourelle TrC/26 du Nürnberg pèse 147 tonnes et dispose de performances similaires. La dotation en munitions est de 120 coups par canon soit un total de 1080 projectiles.

Enfin, le dernier canon de 150mm utilisé par la Kriegsmarine est le canon Tbts KC/36. Ce canon de 48 calibres tire des obus de 45.3kg à une distance maximale de 21950m pour les affûts simples (+30°) et de 23500m pour les tourelles doubles (+47°) à raison de 7 à 8 coups par minute.

L’affût simple Tbts LC/36 pèse 16 tonnes et permet au canon de pointer de -10° à 30° en site et sur 360° en azimut à la vitesse de 3° par seconde.

La tourelle double Ldrh LC/38 pèse 60 tonnes et permet au canon de pointer en site de -10° à +65° et en azimut sur 145° de part et d’autre de l’axe à la vitesse de 8° par seconde.

La dotation en munitions est de 120 coups par canon. Il est utilisé par les destroyers type 1936A où il y est employé à raison d’une tourelle double à l’avant et de trois affûts simples à l’arrière.

Il équipe également les croiseurs de bataille type O à raison de trois tourelles doubles, le croiseur-école Postdam à raison de trois tourelles doubles également et des croiseurs légers de classe Berlin à raison de trois tourelles triples déjà décrites au dessus.

destroyer allemand KMS Leberecht Maas (Z-1) armé de canons de 127mm sous masque

destroyer allemand KMS Leberecht Maas (Z-1) armé de canons de 127mm sous masque

-La marine allemande utilise également un canon de 127mm (en réalité 128mm) pour équiper des destroyers (Zerstörer dans la langue de Goethe) mais également des croiseurs sous-marins et des croiseurs légers antiaériens.

Le premier canon utilisé est le SK C/34, une pièce de 45 calibres dessinée en 1930 et mise en service quatre ans plus tard en 1934. Il tire des obus de 28kg à une distance maximale de 17400m (+30°) à raison de quinze à dix-huit coups par minute.

-Les Zersöster type 1934, 1936 et 1942 disposent de cinq canons de ce type en affûts simples avec deux affûts à l’avant, un au milieu et deux à l’arrière alors que les croiseurs sous-marins type XI disposent de quatre canons en deux tourelles doubles.

-L’affût simple MPLC/28 semblable à ceux utilisés pour les canons de 105mm pèsent 10.22 tonnes et permet aux canons de pointer en site de -10° à +30° et en azimut sur 360°. La dotation en munitions est de 120 coups par pièce soit un total théorique de 600 pour les destroyers.

-La tourelle double Drh LC/38 utilisée par les croiseurs sous-marins type XI pèse 42.2 tonnes et permet aux canons de pointer en site de -10° à +40° et en azimut sur 360°. La doation en munitions est de 270 obus par pièce soit un total de 1080 coups.

Le deuxième modèle baptisé SK C/41 est une version nettement améliorée du précédent modèle avec une différence de taille : il est à double emploi pouvant attaquer des cibles en surface et dans les airs.

Il va équiper les croiseurs antiaériens de classe Dantzig à raison de huit tourelles doubles soit seize canons, les destroyers type 1942 et 1946 à raison de trois tourelles doubles soit six pièces ainsi que les cuirassés type H amélioré où il remplace à la fois les canons de 105 et de 150mm à raison de douze tourelles doubles.

Il va également être utilisé en défense côtière, les pièces étant montées sur des plate-formes rotatives protégées par des parapets en béton, les servant étant protégés par un bouclier.

Ce canon de 45 calibres tire des obus de 49kg à une cadence de 15 à 18 coups par minute à une distance maximale de 22000m en tir antisurface (+40°) et de 12200m en tir antiaérien (+70°).

La tourelle double Drh LC/42 pèse 43 tonnes et permet au canon de pointer en site de -10° à +80° et en azimut sur 170° de part et d’autre de l’axe.

La dotation en munitions est de 120 coups par canon pour les Zerstörer soit un total de 720 obus, de 180 obus par canon pour les croiseurs antiaériens (total : 2160 coups) et de 240 pour les type H améliorés soit un total de 3840 projectiles.

-La Kriegsmarine utilise également des canons de 105mm embarqués aussi bien sur des navires de combat que sur des navires de soutien.

Canons de 105mm sur le croiseur de bataille Scharnhorst

Canons de 105mm sur le croiseur de bataille Scharnhorst

Il existait tout d’abord un certain nombre de canons de 105mm issus du premier conflit mondial et encore utilisé trente-ans plus tard à bord de navires auxiliaires voir certains croiseurs auxiliaires réarmés avec des pièces de récupération.

Parmi ces différentes pièces présentes en nombre infime en 1948, citons le canon de 105mm SK L/45, un canon de 45 calibres tirant des obus de 25.5kg à une distance maximale de 12700m à raison de quinze coups à la minute.

La première pièce moderne de 105mm de la marine allemande est le SK C/28. Utilisé principalement par les torpilleurs type 23 et 24, ce canon de 54 calibres tire des obus de 14.7kg à une distance maximale de 17250m à raison de quinze coups à la minute.

Ce canon n’est pas antiaérien, l’affût sur lequel il est installé ne pouvant pointer qu’à +30°. Les torpilleurs type 23 et 24 embarquent trois canons de ce type avec une pièce à l’avant et deux à l’arrière.

La deuxième pièce «moderne» est le canon de 105mm SK C/32, une version améliorée du précédent et conçue comme pièce antisurface et sur le tard antiaérienne.

Ce canon de 45 calibres tire des obus de 15.10kg à une distance maximale en tir antisurface de 15175m (+44°)et en tir antiaérien de 10300m (+80°) à raison de 15 coups par minute.

Elle équipe les torpilleurs type 35 et 37 à raison d’un seul canon, les type 39 ou classe Elbing à raison de quatre canons, les sous-marins type IX à raison d’un canon et les dragueurs type M à raison là aussi d’une pièce.

Le canon de 105mm SK C/33 est le canon antiaérien standard de la marine allemande. Conçue dès l’origine comme une pièce duale antisurface/antiaérienne, elle équipe les cuirassés et croiseurs de bataille allemands mais également les deux porte-avions de classe Graf Zeppelin et certains croiseurs.

Ce canon de 65 calibres tire des obus de 23.5kg (explosif incendiaire) 26.5 ou 27.35 (explosifs) à une distance de 17700 en tir à but surface(site : +45°) et à 12500m en tir antiaérien (site : +80°) à raison de 15 à 18 coups par minute.

L’affût double Dop. L. C31 ou 37 pèse 27 tonnes et peut pointer de -10° à +80° en site et sur 360° en azimut.

Les Scharnhorst disposent de sept affûts doubles, les Lutzow de trois affûts doubles et les croiseurs lourds de six affûts doubles. Les Bismarck et Tirpitz disposent de huit affûts et les Graf Zeppelin de quatre affûts doubles.

La dotation en munitions par canon est de 400 coups pour les cuirassés, les croiseurs de bataille et les porte-avions et de 420 coups pour les croiseurs lourds.

Pour les cuirassés type H et les croiseurs de bataille type O, une véritable tourelle double, la Dop. L. C38 est prévue et réalisée raison de huit exemplaires pour les premiers et quatre pour les seconds.

Cette tourelle double pèse 44 tonnes et permet aux canons de pointer en site de -10 à +80° à raison de 12° par seconde et en azimut sur 360° à raison de 10° par seconde.

Une version allégée est mise au point pour les torpilleurs type 43 et type 46.

Allemagne (4) : Artillerie et systèmes d’armes (1)

ARTILLERIE ET SYSTEMES D’ARMES

-Comme pour les autres puissances belligérantes, la Kriegsmarine dispose d’une large varieté de canons de marine, des pièces lourdes (plus de 203mm), des pièces médianes (105 à 203mm) et des pièces légères.

-Cette catégorie me verra également aborder les autres systèmes d’armes utilisés par la marine guerre allemande.

Artillerie lourde

-La pièce la plus lourde de l’arsenal allemand est le canon de 406mm SK C/34, un canon de 52 calibres tirant des obus de 1030kg (pour le modèle perforant) à une distance maximale de 36800m pour une cadence de tir de deux coups/minute.

Il équipe les cuirassés type H ou classe Hindenburg à raison de huit canons répartis en quatre tourelles doubles. Deux canons sont utilisés à Penenmünde pour expérimentation mais le projet de canons pour la défens côtière n’est pas poursuivit, les allemands préférant des canons de 280mm.

La tourelle double pèse 1452 tonnes pouvant pointer en site de -5° à +33° et en azimut sur 150°. Chaque canon est alimenté à 120 coups soit un total de 960 coups pour l’ensemble du navire.

Maquette du KMS Bismarck avec bien visible les tourelles doubles de 380mm "Anton" et "Bruno"

Maquette du KMS Bismarck avec bien visible les tourelles doubles de 380mm « Anton » et « Bruno »

-Deux modèles de canons de 380mm sont en service, le SK C/34 équipant les Bismarck et les Scharnhorst réarmés et le SK C/39 qui équipe les quatre croiseurs de bataille de classe Oldenburg ou type O

Le SKC/34 est un canon de 52 calibres tire des obus de 800kg à une distance maximale comprise entre 5000m (+2.2° d’élévation) à 36520m (30° d’élévation) à raison de 2.3 à 3 coups par minute.

La tourelle double Drh LC/38 pèse 1052 tonnes et peut pointer en site de -5.5° à +30° et en azimut sur 145°. La dotation en munitions est de 130 obus par canon soit un total de 1040 projectiles pour les Bismarck et de 780 pour les deux Scharnhorst qui à la différence du Bismarck et du Tirpitz ne disposent que de trois tourelles doubles (deux avant et une arrière).

Le SKC/39 de 52 calibres tire des obus de 800kg à une distance maximale comprise entre 5000m (2.2° d’élévation) à 36520m (30° d’élévation) à raison de 2.3 à 3 coups par minute. Par rapport au SK C/34, les améliorations sont minimes.

La tourelle double identiques à celle du Bismarch ou du Scharnhorst pèse 1052 tonnes et peut pointer en site de -5.5° à +30° et en azimut sur 145°. La dotation en munitions est de 130 obus par canon soit un total de 780 projectiles.

-Le calibre 280mm soit 11 pouces à longtemps été le calibre standard des cuirassés de la marine allemande, là où d’autres marines préféraient le 305mm, calibre que la Kaiserliche Marine adopta ultérieurement. Plusieurs modèles de canons de ce calibre existent.

-Le premier c’est le SK L/40, un canon de 40 calibres équipant les pré-dreadnought Schliesen et Schleswig-Holstein qui participèrent à la guerre de Pologne avant d’être désarmés en mars 1941 et juin 1942 et démolis. Leurs canons sont réutilisés pour la défense côtière à Kiel, Wilhelmshaven et Rügen.

Ce canon tire un projectile de 240kg, un projectile unitaire d’une portée maximale de 25640m sur cuirassé et de 27750m pour la défense côtière à raison de deux coups par minute.

La tourelle double permet aux canons de pointer en site de -4° à +30° et en azimut sur 150° de part et d’autre de l’axe. La dotation en munitions est de 85 obus par canon soit un total de 340 par navires.

Tourelle triple avant de 280mm de l'Admiral Graf Spee

Tourelle triple avant de 280mm de l’Admiral Graf Spee

-Le canon de 280mm SK C/28 équipe les croiseurs lourds ex-cuirassés de poche Lützow et Admiral Scheer, l’Admiral Graf Spee ayant été sabordé à Montevideo.

Ce canon de 52 calibres tire des obus de 300kg à une distance maximale de 36475 (+40°) à raison de 2 coups par minute, l’espérance de vie du tube étant de 340 coups à charge de combat.

La tourelle triple DrH LC/28 pèse 600 tonnes en ordre de combat et peut pointer en site de -10° à +40° à raison de 8° par seconde et en azimut sur 150° à raison de 6° par seconde sachant que le chargement se fait à +2°. La dotation globale en munitions est de 720 obus soit 120 obus par canon.

-Le canon de 280mm SK C/34 à équipé un temps les croiseurs de bataille Scharnhorst et Gneiseneau avant leur réarmement avec des tourelles doubles de 380mm qui remplacèrent un nombre équivalent de tourelles triples de 280mm.

Ce canon de 54.5 calibres tire des obus perforants de 330kg à une distance maximale comprise entre 5000 (+2°) et 40930m (+40°) à raison de 3.5 coups par minute.

La tourelle triple Drh LC/34 pèse 750 tonnes en ordre de combat et permet aux canons de 280mm de pointer en site de -8° à +40° (tourelles Anton et Cesar) et de -9° à +40° (tourelles Bruno) à raison de 8° par seconde et en azimut sur 150° à raison de 7.2° par seconde. La dotation en munitions est de 105 à 150 obus par canon soit un total de 945 à 1350 obus.

Les tourelles débarquées de « Salmon » et « Gluckstein » ont été revendues aux Pays-Bas pour équiper leurs croiseurs de bataille.

-Il existe également des prototypes de pièces lourdes, un canon de 530mm et un canon de 280mm modèle 1945

Allemagne (3) : Histoire de la Kriegsmarine

KRIEGSMARINE : UNE BREVE HISTOIRE

Dans cette partie, je vais parler de l’histoire de la marine allemande jusqu’en septembre 1948. Bien que j’ai promis de faire synthétique et concis, il me semble important de parler de l’histoire de la marine allemande y compris de la Kaiserliche Marine. Rassurez-vous je vais rester concis sans entrer dans des détails rendant la lecture indigeste.

La Kaiserliche Marine

-Etat récent, puissance continentale, la marine allemande reste longtemps d’une puissance modeste, une force destinée essentiellement à la défense côtière.

-La Kaiserliche Marine est officiellement créée en 1871 quand est proclamé le Deuxième Empire Allemand dans la galerie des glaces du château de Versailles. Elle succède à la marine de la Confédération d’Allemagne du Nord créée en 1867 à partir de la marine prusienne.

-Bismarck ayant une politique européenne, isolant la France, il ne peut se permettre de braquer la Grande-Bretagne avec une politique d’expansion navale et coloniale.

-Le nouvel empereur Guillaume II rêve d’expansion coloniale, d’une politique mondiale (Weltpolitik) souhaite dévelloper une puissante marine, le petit-fils de Victoria se reconnaissant bien là.

Le GrossAmiral Tirpitz qui mit en musique les volontés navales de Guillaume II

Le GrossAmiral Tirpitz qui mit en musique les volontés navales de Guillaume II

-Cela entraine le départ de Bismarck en 1890, laissant le champ libre à Guillaume II et à l’amiral Tirpitz qui en ministre de la Marine va mettre en musique les volontés du Kaiser.

-Partant de rien, les deux hommes vont offrir à l’Allemagne une puissante flotte de haute mer (Hochseeflote) certes inférieure à la Home Fleet de la Royal Navy qui peut poser des problèmes dans le cadre d’une stratégie de Fleet-in-Being ou flotte en attente, une flotte dont sa seule présence obligera la marine plus puissante à maintenir une vigilance telle qu’elle sera limitée ou corsetée dans ses choix tactiques et stratégiques.

-La Kaiserliche Marine connait une guerre contrastée avec des affrontements indécis avec la marine britannique. Seuls les sous-marins font craindre le pire à la Grande-Bretagne au bord de l’étranglement au prix de l’entrée en guerre des Etats-Unis suis à la guerre sous-marine à outrance.

Le SMS Bayern

Le SMS Bayern

-Les cuirassés et les croiseurs de bataille allemands ont bientôt des aussières en béton ce qui influe gravement sur le moral des marins qui travaillés par la propagande bolchevique se mutinent précipitant la défaite de l’Allemagne et l’abdication de Guillaume II.

B-Le sabordage de Scapa Flow et la Reichmarine (1919-1935)

L’armistice est signé le 8 novembre 1918 et entre en vigueur trois jours plus tard le 11. Se pose alors la question de l’avenir de la marine allemande dont les plus beaux fleurons sont provisoirement internés à Scapa Flow dans les Orcades en attendant que son sort final soit tranché.

-Apprenant la livraison de la flotte aux alliés, l’amiral Reuter donne l’ordre de saborder la flotte en profitant de l’absence de la Home Fleet en manoeuvres. Ainsi finit la Kaiserliche Marine.

B-De la Vorlaüfige ReichsMarine à la Kriegsmarine (1919-1935)

-A la Kaiserliche Marine, succède dès le 16 avril 1919, la Vorlaüfige Reichsmarine ou marine provisoire, composée des rares unités que les alliés acceptent de laisser en Allemagne. Autant dire des navires sans aucune valeur militaire.

-Le traité de Versailles limite la marine à 15000 hommes dont 1500 officiers avec seulement huit vieux pré-dreadnought, huit croiseurs légers, seize contre-torpilleurs et seize torpilleurs.

-L’aéronautique navale est interdite tout comme les sous-marins et les navires de plus de 10000 tonnes armés de canons supérieurs à 280mm.

-Le 31 mars 1921, la Vorlaüfige Reichsmarine cède la place à la Reichsmarine qui doit faire avec des moyens réduits. Ainsi sur les huit pré-dreadnought accordés seulement six pourront être utilisés, six sur huit croiseurs légers, seize contre-torpilleurs, seize torpilleurs, trente-sept dragueurs de mines et différents navires auxiliaires.

-La Reichsmarine commence son dédéveloppement partir de 1928 sous l’impulsion de l’amiral Raeder. L’objectif est d’obtenir une marine capable de jouer le rôle d’une Fleet-in-Being pour forcer la France à infléchir sa politique.

-La mise en service du Deutschland, un cuirassé rapide peu protégé mais très endurant avec sa propulsion diesel provoque la stupeur dans les marines étrangères et est indirectement à l’origine de la course aux 35000 tonnes.

Le cuirassé de poche KMS Deutschland en 1936

Le cuirassé de poche KMS Deutschland en 1936

-Plan d’armement décidé en 1932, un plan officiel pour remplacer les unités existantes et un plan clandestin d’expansion qui prévoyait la construction de nouvelles unités entre 1936 et 1943.

-Après l’arrivée des nazis au pouvoir, un nouveau plan d’expansion sur cinq ans est proposé,le plan X un plan nettement plus ambitieux avec cinq cuirassés de poche, deux croiseurs porte-avions, cinq croiseurs lourds, un croiseur léger, vingt-deux contre-torpilleurs, dix-huit torpilleurs et vingt-deux sous-marins.

-Le 21 mai 1935, la Reichsmarine (marine du Reich) devient la Kriegsmarine (marine de guerre), un changement de nom qui en dit long.

C-Dévellopement et opérations : La Kriegsmarine (1935-1939)

-Le développement de la Kriegsmarine est favorise par l’accord naval anglo-allemand (Anglo-German Naval Agreement/Deutsch-britisches Flottenabkomen) signé le 18 juin 1935 qui officialise le développement de la marine allemande.

-Cet accord permet à la Kriegsmarine d’avoir un tonnage global équivalent à 35% de celui de la Royal Navy et 45% pour les sous-marins.

-Aux trois Deutschland succède deux croiseurs de bataille, les Scharnhorst et Gneiseneau armés de trois tourelles triples de 280mm en attendant la disponibilité des tourelles doubles de 380mm.

-31 décembre 1936 : le traité de Washington expire, libérant tout le monde des limitations imposées en février 1922 même si l’Allemagne n’était pas officiellement concernée.

-Plusieurs tranches de construction pour faciliter la montée en puissance avec trois cuirassés, deux porte-avions, trois croiseurs lourds, six contre-torpilleurs, dix-huit torpilleurs, quarante-six sous-marins, des navires légers et des navires auxiliaires.

Ces tranches construites sont les prémices d’un plan nettement plus ambitieux. Baptisé Plan Z, il doit doter l’Allemagne d’une marine océanique dont la puissance n’aurait rien à envier à celle de la défunte Kaiserliche Marine.

-Genèse chaotique de ce plan d’expansion : plusieurs hypothèses et une multiplication des classes de navires, des objectifs contradictoires (marine de guerre de course ou Fleet-in-Being) expliquant ce cafouillage.

-La première version de décembre 1938 prévoit six cuirassés type H (H, J,K,L,M et N, le I étant sauté pour éviter la confusion avec le chiffre romain), douze cuirassés de poche améliorés(Verbessertes Panzerschiff), deux porte-avions de 12000 tonnes, seize croiseurs légers, vingt-deux croiseurs-éclaireurs, trente-huit contre-torpilleurs, quatre-vingt dix torpilleurs, deux-cent quarante-neuf sous-marins, soixante-quinze vedettes lance-torpilles, dix mouilleurs de mines, cent-douze dragueurs de mines, quarante-huit R-Boot, deux bâtiments-base pour dragueurs de mines et douze escorteurs.

-Deuxième mouture en janvier 1939 avec une accélération du calendrier, le remplacement des cuirassés de poche par des croiseurs de bataille, la réduction à douze du nombre de croiseurs légers, la suspension des croiseurs éclaireurs et l’augmentation du nombre de sous-marins à 291.

-Si cette mouture avait été adopté, la marine allemande aurait disposé de seize navires de ligne (six type H, deux Bismarck, deux Scharnhorst à canons de 380mm, trois croiseurs de bataille type O et trois cuirassés de poche), quatre porte-avions, cinq croiseurs lourds, douze croiseurs légers (plus six options pour remplacer les croiseurs légers existants), vingt-deux croiseurs éclaireurs, soixante-huit contre-torpilleurs, quatre-vingt dix torpilleurs, 291 sous-marins, 85 vedettes lance-torpilles, 10 mouilleurs de mines, 112 dragueurs de mines type M, 48 R-Boote, 12 canonnières, 10 escorteurs type F et 8 avisos coloniaux, douze bâtiments-base spécialisés.

-La guerre de Pologne surprend la marine de guerre allemande en pleine croissance. Heureusement le conflit est bref et la menace navale polonaise inexistante, la majorité des navires modernes ralliant la Grande Bretagne et constituant l’embryon d’une marine polonaise libre sous commandement britannique.

-Pour ce bref conflit (1er septembre-15 décembre 1939), la Kriegsmarine engage ses sous-marins et ses raiders dans l’Atlantique ainsi que des moyens non négligeables en mer Baltique à savoir trois croiseurs légers, sept destroyers, huit vedettes lance-torpilles, des unités de soutien et deux vieux pré-dreadnought modernisés, les cuirassés Schliesen et Schleswig-Holstein.

-Aucun affrontement de surface, les navires allemands menacés par les sous-marins et les mines servant de force de bombardement. La campagne s’achève dès le 2 octobre pour la Kriegsmarine.

-Ailleurs, elle coule porte-avions HMS Courageous et le paquebot Athena mais perd le cuirassé Admiral Graf Spee sabordé le 17 décembre 1939, deux jours après la fin du conflit, les alliés ayant refusé un sauf-conduit au navire refugié à Montevideo.

D-Le plan Z définitif et la montée en puissance de la Kriegsmarine (1941-1948)

-Le Plan Z définitif est validé en juin 1941, les tranches 1938/39 et 1939/40 du plan originel sont néanmoins maintenues

-Tranche 1938/39 : un cuirassé type H (J), trois croiseurs légers (N/O/P), six contre-torpilleurs, trois torpilleurs, 33 sous-marins, quatre vedettes lance-torpilles, six avisos-dragueurs type M, huit R-Boote, deux navires-dépôts pour U-Boot et deux brise-glace.

-Tranche 1939/40 : un cuirassé type H (K), un croiseur de bataille type O (O), deux croiseurs légers (Q et R), dix contre-torpilleurs, trois torpilleurs, 33 sous-marins, 31 vedettes lance-torpilles, huit aviso-dragueurs, huit R-Boote et un navire-dépôt pour sous-marins.

-Les tranches précédentes prévoyaient la construction de trois cuirassés, deux croiseurs de bataille, trois cuirassés de poche (dont un déjà perdu dans l’Atlantique Sud), cinq croiseurs lourds (un revendu à la Russie au titre du pacte germano-soviétique), sept croiseurs légers, vingt-huit contre-torpilleurs, trente-trois torpilleurs et quatre-vingt deux sous-marins.

Les deux tranches du plan Z initial ajoute deux cuirassés, un croiseur de bataille, cinq croiseurs légers, seize contre-torpilleurs, six torpilleurs, soixante-six sous-marins, trente-cinq vedettes lance-torpilles, quatorze avisos-dragueurs et quatorze R-Boot, trois navires-dépôt et deux brise-glace.

-La Tranche 1940/41 finance la construction d’un cuirassé type H (L), un croiseur de bataille type O (P), un croiseur léger, six contre-torpilleurs, six torpilleurs, neuf aviso-dragueurs type M et deux pétroliers-ravitailleurs.

-La tranche 1941/42 prévoit la construction d’un croiseur de bataille type O (Q), d’un croiseur lourd, d’un porte-avions léger, de quatre contre-torpilleurs, de six torpilleurs, de neuf aviso-dragueurs type M, de douze sous-marins, de onze vedettes lance-torpilles et d’un ravitailleur.

-La tranche 1942/43 finance la construction d’un cuirassé type H Mod. (M), d’un porte-avions léger, de deux croiseurs légers antiaériens, de quatre contre-torpilleurs, de six contre-torpilleurs et de neuf aviso-dragueurs de mines type M.

-La Tranche 1943/44 prévoit la construction d’un croiseur de bataille type O (R), d’un croiseur lourd, de deux torpilleurs, de douze sous-marins, de douze escorteurs et d’un pétrolier.

-La Tranche 1944/45 finance la construction de deux cuirassés type H Mod. et O), d’un croiseur lourd, de deux croiseurs légers antiaériens, de deux torpilleurs légers, de six sous-marins et d’un ravitailleur.

-La Tranche 1945/46 planifie la construction d’un cuirassé type H Mod. (P), d’un croiseur lourd, de deux croiseurs légers antiaériens, de quatre contre-torpilleurs, de six torpilleurs, de douze escorteurs (Neue Geleitboote) et de huit aviso-dragueurs type M.

-Pour lisser les constructions, on abandonne l’idée de planifier de nouvelles tranches couvrant les années 1946/47 et 1947/48. Non seulement ces navires ne seront pas en service au moment du déclenchement du conflit mais la guerre civile à perturbé les approvisionnements et ralentit les constructions.

Au final, le plan Z doit donner le visage suivant à la Kriegsmarine

-Dix cuirassés (deux classe Bismarck, quatre type H et quatre type H modifiés) mais seulement six sont en service, les quatre derniers sont en construction à différents stades d’achèvement quand éclate le second conflit mondial.

-Six croiseurs de bataille (deux de type Scharnhorst et quatre type O)

-Quatre porte-avions

-Dix croiseurs lourds (deux anciens cuirassés de poche et huit croiseurs lourds)

-Quatorze croiseurs légers (cinq croiseurs légers déjà en service en 1939, six de classe Berlin et trois croiseurs légers antiaériens plus trois en construction)

-Cinquante cinq contre-torpilleurs et huit en achèvement à flot

-Quarante-trois torpilleurs et huit en construction

-Cent soixante-dix huit sous-marins

-Soixante-quatre vedettes lance-torpilles (S-Boot)

-Vingt-sept dragueurs de mines plus huit autres en construction quand éclate le second conflit mondial

-Quarante-huit R-Boote

-Vingt-quatre chalutiers armés répartis en quatre flottilles de six navires

-Douze escorteurs (Neue Geleitboote) plus douze en construction ou en achèvement à flot

-Vingt-quatre chalutiers armés de 496 tonnes en quatre flottilles de six

-Sept Geleitboote utilisés comme auxiliaires

-Treize ravitailleurs de différents types

-Trois pétroliers ravitailleurs

– deux tenders pour les flottilles de sous-marins

-deux gardes-pêches,

-quatorze bâtiments de barrage,

-quatre bâtiments hydrographiques et différents auxiliaires et bâtiments d’expérimentation.

-Différents navires amphibies financés hors plan Z avec des LSM, des ferry Siebel et des MarineFährPr (MFP), des pontons automoteurs.