Dominions (8) Canada (8)

La Royal Canadian Navy dans le second conflit mondial

Situation en septembre 1948

Le 5 septembre 1948, l’Allemagne viole les neutralités danoises et norvégiennes en déclenchant l’opération Weserübung.

La raison est la menace selon Berlin d’une attaque franco-britannique contre Oslo et Copenhague et que les allemands sont là uniquement pour protéger ces deux états. Bien entendu personne n’est dupe.

Lire la suite

Publicités

Italie (48) Bases Navales (3)

Base Navale de Leros (Dodécanèse)

En guise d’historique ces quelques phrases

En 1911, l’Italie entre en guerre contre l’Empire ottoman, «l’homme malade» de l’Europe. Cette guerre à pour but de s’emparer de la Tripolitaine et de la Cyrenaïque, régions qui allaient devenir l’Africa Septentrionale Italiana (ASI) avant que cette colonie italienne devienne une Libye indépendante.

Lire la suite

Etats Unis (66) Navires de soutien (1)

NAVIRES DE SOUTIEN

Avant-Propos

Longtemps le fardeau logistique imposé par la marine de guerre était pour le moins limité notamment en terme d’infrastructures. Les galères et autres trirèmes étaient tirées au sec sur la plage qui faisait office de base navale. Il fallait prévoir des vivres pour les rameurs et les soldats embarqués mais sorti de cela, point besoin de munitions ou de carburant.

Lire la suite

Grande Bretagne (70) Bases navales (2)

Les autres bases de la Royal Navy

Simonstown

Implantée à False Bay sur la face orientale de la péninsule du Cap, la ville de Simonstown et sa base navale jouent un rôle non négligeable pour la marine britannique, lui permettant de contrôler le Cap de Bonne Espérance. Son rôle à été réduit par l’ouverture du canal de Suez en 1869 mais il n’est pas nul pour autant.

Entre 1940 et 1948, des travaux sont menés pour augmenter les capacités d’accueil des navires, les capacités d’entretien et de ravitaillement.

Les navires stationnés à demeure sont peu importants puisqu’on ne trouve que deux sloops, le HMS Londonderry de classe Grimsby et le HMS Auckland de classe Egret ainsi que deux vedettes ASM et deux cannonières.

Quand le conflit éclate, Simonstown va devenir une escale importante pour certains convois de fret et de troupes mais également la base de la nouvelle Royal South African Navy (RSAN) qui voit le jour en 1945.

Longtemps sans véritables navires, elle se contente de détacher du personnel sur des navires de la Royal Navy ou de la RFA, d’armer des pièces de défense côtière, d’effectuer des taches administratives.

En septembre 1947, elle reçoit deux destroyers type V&W (les HMS Wakeful et Wryneck) pour former des équipages pour des navires de combat avant de mettre en oeuvre quatre Hunt IV commandés seulement en septembre 1948.

C’est donc à bord de navires de la RN que la marine sud-africaine va participer aux premières opérations du second conflit mondial.

Si elle renonce à armer un porte-avions léger type Colossus en l’occurence le Triumph, elle décide de commander quatre Hunt IV supplémentaires et deux destroyers type R pour former une petite mais efficace marine, efficacité augmentée par l’acquisition d’un pétrolier, d’un ravitailleur, de vedettes lance-torpilles et d’hydravions Consolidated Catalina.

Freetown

L’actuelle capitale de la Sierra Leone et son port en eau profonde à été fondée en 1792 par des esclaves affranchis par les abolitionnistes britanniques.

C’est la principale base navale britannique en Afrique noire et c’est de la que partent la majorité des convois venant d’Afrique et ralliant Liverpool.

Le rôle de Freetown augmente avec le déploiement d’un porte-avions léger, le HMS Colossus, véritable navire-amiral de la West African Station qui dispose de moyens importants pour protéger les convois et traquer les raiders allemands.

Comme dans nombre de ports coloniaux, point de base mais l’utilisation du port de commerce avec tout de même des dépôts mais pas de forme de radoub, les grands travaux devant être réalisées chez les froggies à Dakar ou sur le rocher à Gibraltar.

Ce n’est qu’après le début du conflit qu’un dock-flottant commandé aux Etats-Unis sera installé pour permettre de menus travaux.

En septembre 1948, les navires suivants sont stationnés à Freetown :

-Porte-avions léger HMS Colossus

-8th Cruiser Squadron (8th CS) avec les croiseurs lourds type County HMS Shropshire et Berwick ainsi que le croiseur lourd HMS York

-5th Destroyer Flottilla 2nd Division avec les destroyers type K HMS Khartoum Kelvin Kipling Kimberley

-11th Patrol Flottilla : chalutiers armés HMS Bern, Biggal, Blackbird, Bressay, Brora, Bruray Bryher et Burra

-Deux vedettes anti-sous-marines et deux dragueurs de mines légers

-Pétroliers RFA Belgol (classe Belgol) et RFA War Bharata (classe War)

-Le navire-atelier HMS Resource et la 3rd Submarine Flottilla accompagné du ravitailleur de sous-marins HMS Andaman rejoignent le site après le déclenchement du conflit.

Bermudes

Découvert en 1515 par le navigateur espagnol Bermudez (qui lui donna son nom),l’Archipel des Bermudes qui appartient encore aujourd’hui à la Grande-Bretagne (avec néanmoins une grande autonomie) à rapidement attiré l’oeil de Londres qui voyait là une zone stratégique pour le contrôle de l’Atlantique.

La première implantation britannique date de 1609 mais il faut attendre 1684 pour que cette colonisation soit officialisée.

Il faut cependant attendre 1795 pour que soit créé le Royal Navy Dockyard Bermuda destiné à remplacer les bases d’Amérique perdues suite à l’indépendance des treize colonies. En 1818, il devient le siège du commandement de la North American & West Indies Station en remplacement d’Halifax.

Cette base associée à une base de la FAA était toujours active en septembre 1948 pour pouvoir participer à la protection de la navigation commerciale dans l’Atlantique.

Les installations d’entretien sont améliorées. Le terrain ne se prêtant pas à la construction de formes en dur, les travaux sont menés depuis trois dock flottants, un de 250m, un de 170m et un troisième de 120m.

Sont augmentées la capacité des dépôts tandis que les défenses côtières sont régénérées pour éviter un coup de main ennemi.

Plus qu’une occupation en bonne et due forme, on craint un raid comparable aux descentes du temps de la marine à voile. Voilà pourquoi la garnison déployée par la British Army est également renforcée en qualité et en quantité.

En septembre 1948, les navires suivants sont stationnés aux Bermudes :

-8th Escort Flottilla avec quatre frégates classe River (quatre en construction) avec les HMS Annan Avon Awe et Braid en attendant si les projets sont suivis les HMS Cam Deveron Dovey et Fal

-Sloop HMS Wellington classe Grimsby

-10th Patrol Flottilla : chalutiers armés Ailsa Craig, Annet, Anticosti, Arran, Baffin, Balta, Bardsey, Benbecula,

-Deux vedettes anti-sous-marines, Deux canonnières, deux dragueurs de mines légers

-Pétroliers RFA Abeydale et Broomdale (classe Dale)

-Citerne à eau RFA Freshet

Gibraltar

En 711, un chef berbère converti à l’islam prénommé Tarik franchit les Colonnes d’Hercules prend pied en Europe marquant le début de sept-cent quatre-vingt une années de domination arabe sur la péninsule ibérique, les différents régimes occupant jusqu’à 2/3 des territoires actuels de l’Espagne et du Portugal.

L’endroit où le conquérant berbère débarqua fût alors connu sous le nom de Djebel-Tarik (“le rocher de Tarik”) qui de déformation en déformation devint Gibraltar.

Sous contrôle castillan de 1309 à 1333, il redevient espagnol en 1492, cette zone stratégique est conquise par les britanniques durant la guerre de succession d’Espagne en 1704. La propriété mais non la souveraineté est reconnue par le traité d’Utrecht en 1714. L’Espagne tente de récupérer le Rocher entre 1779 et 1781 mais échoue.

Zone stratégique, Gibraltar est un point d’appui capital pour la Royal Navy aussi bien pour la longue traversée en direction des Indes que pour ses opérations en Méditerranée.

Sa position stratégique est encore renforcée avec l’ouverture du canal de Suez en 1869 qui permet à la Grande-Bretagne de contrôler les accès est et ouest de la Mare Nostrum.

La base est implantée à l’ouest du rocher, cette base étant baptisée HMS Rooke du nom du général ayant conquis le rocher alors que la base aéronavale qui sert également de base pour la RAF est baptisé HMS Cormoran.

Déjà bien outillée en 1939, elle subit que peu de travaux jusqu’en septembre 1948 (l’autre raison c’est le site très contraint). Tout juste améliore-t-on la capacité des dépôts, les moyens de levage et les équipements d’entretien.

En septembre 1948, les navires déployés à Gibraltar dépendent du Gibraltar Command, un commandement autonome dépendant directement du commandement de la marine britannique.

Ce commandement à pour mission principale la couverture des convois Le Cap-Freetown-Liverpool ainsi que la sécurisation de l’accès à la Méditerranée en liaison avec la marine française qui dispose de forces non négligeables dans son protectorat marocain.

Si aucune unité majeure (cuirassé, croiseur,porte-avions) n’est stationnée à Gibraltar, les forces du Gibraltar Command ne sont pas négligeables :

-9th Destroyer Flottilla : huit destroyers type L, les HMS Laforey Lightning Lookout Loyal à canon de 120mm, les HMS Lance Larne Lively Legion à canon de 102mm

-13th Destroyer Flottilla : six destroyers légers type Hunt I, les HMS Fernie Garth Hambledon Holderness Cotswold et Cottesmore

-6th Escort Flottilla avec six frégates de classe River, les HMS Tay Test Teviot Trent Tweed Waveney en attendant les Wear et Aire.

-5th Minesweeping Flottilla avec des dragueurs de mines de classe Bangor, les HMS Brixham Clacton Cromarty Dormoch Dunbar Greenock Hartlepool et Harwich

-9th Minesweeping Flottilla équipée de chalutiers-dragueurs de mines classe Isle, les HMS Bute Cailiff Caldy Campobello Copinsay Crowlin Cumbrae et Damsay

-Deux canonnières, deux patrouilleurs anti-sous-marins, une vedette de sauvetage et 4 HDML

-Pétroliers RFA Oligarch (classe Ol) RFA Darkdale (classe Dale) et RFA Brown Ranger (classe Ranger)

20-Ordre de bataille et programme de guerre (2)

Bilan : la marine nationale en septembre 1948

NdA : le tonnage est celui à pleine charge ou approchant

Cuirassés :  13 navires en service, 2 en construction et 1 dont la mise sur cale n’à pas encore eut lieu

-Cuirassés classe Bretagne : Bretagne Provence Lorraine 75000 tonnes

-Croiseurs de bataille Dunkerque et Strasbourg 62320 tonnes

-Cuirassés classe Richelieu Richelieu Jean  Bart Clemenceau 126177 tonnes

-Cuirassé Gascogne 40657 tonnes

-Cuirassés classe Alsace Alsace Normandie Flandre Bourgogne 168 400 tonnes

Les treize cuirassés en service représentent un tonnage cumulé de 472 464 tonnes

-Les trois cuirassés de classe Languedoc (Languedoc Moselle sur cale plus un troisième non nommé dont la mise sur cale n’à pas encore eut lieu quand éclate le second conflit mondial) doivent déplacer théoriquement 48000 tonnes.

Porte-Avions : Cinq navires en service, aucun sur cale mais des projets dans les cartons

-Porte-avions d’escadre classe Joffre Joffre et Painlevé 48400 tonnes

-Porte-avions lourd Commandant Teste 26200 tonnes

-Porte-avions léger classe Alienor d’Aquitaine Alienor d’Aquitaine et Henriette de France 17000 tonnes

Les cinq porte-avions en service répresentent un tonnage de 91600 tonnes

Croiseurs lourds : neuf croiseurs lourds en service plus un en construction

-Croiseur lourd classe Duquesne : le Tourville 12200 tonnes

-Croiseurs lourds classe Suffren Suffren Colbert Foch Dupleix 51120 tonnes

-Croiseur lourd Algérie 14341 tonnes

-Croiseurs lourds classe Saint Louis Saint Louis Henri IV Charlemagne 56280 tonnes

-Le quatrième Saint Louis baptisé Charles Martel est légèrement différent ce qui pourrait entrainer une augmentation de son déplacement à pleine charge.

Les neuf croiseurs lourds en service répresentent un déplacement total de 133941 tonnes

Croiseurs légers : dix sept croiseurs légers en service et trois en construction

-Croiseurs légers classe Duguay-Trouin Duguay-Trouin et Primauguet 17520 tonnes

-Croiseur-école Jeanne d’Arc 7893 tonnes

-Croiseur léger mouilleur de mines Emile Bertin 6530 tonnes

-Croiseurs légers classe La Galissonnière La Galissonnière, Jean de Vienne,La Marseillaise, Montcalm,La Gloire et Georges Leygues 46320 tonnes

-Croiseurs légers classe De Grasse De Grasse Chateaurenault Guichen Gambetta Condé Latouche-Treville 48000 tonnes

-Croiseur léger antiaérien Waldeck-Rousseau 7500 tonnes

-En construction : les trois croiseurs légers Dupuy de Lôme

Les dix-sept croiseurs légers représentent un déplacement de 133763 tonnes

Contre-torpilleurs :  35 navires en service et 6 en construction

-Classe Aigle : Aigle Gerfaut Vautour Albatros soit 10640 tonnes

-Classe Milan : Milan Epervier soit 5320 tonnes

-Classe Vauquelin : Vauquelin Tartu Chevalier-Paul Kersaint Cassard soit 13170 tonnes

-Classe Le Fantasque : Le Fantasque L’Audacieux Le Malin Le Terrible Le Triomphant L’Indomptable soit 17040 tonnes

-Classe Mogador : Mogador et Volta soit 8036 tonnes

-Classe Hoche : Hoche Desaix Kléber Marceau soit 16072 tonnes

-Classe Bayard :  Bayard Du Guesclin Turenne Bugeaud Du Chayla et Dupetit-Thouars soit 24804 tonnes

-Classe Bruix :  Bruix D’Assas La Tour d’Auvergne Magon Dunois et La Hire soit 24804 tonnes

-Les six unités de classe Guépratte ( Guépratte Ronar’ch Maillé Brézé D’Estaing Vautreuil et Aumale) qui devaient théoriquement remplacer les Aigle sont sur cale quand débute le second conflit mondial. Ils représenteront un 25344 tonnes.

Les trente-cinq contre-torpilleurs en service en septembre 1948 répresentent un tonnage de 119886 tonnes

Torpilleurs d’escadre :  39 en service et 4 en construction

-Classe Le Hardi :  Le Hardi, Le Fleuret, L’Epée, Le Mameluk, Le Casque, Le Lansquenet, Le Corsaire et Le Flibustier soit huit navires représentant 14376 tonnes

-Classe Intrépide : L’Intrepide,Le Téméraire,L’Aventurier,L’Opiniâtre,L’Inconstant,L’Eveillé,l’Alerte
La Rapière, L’Hallebarde,Le Bouclier, Le Cimeterre, Le Durandal, La Dague, L’Arquebuse, Le Sabre, Le Voltigeur, Le Claymore, Le Bombardier, Le Mousquet, Le Goumier, Le Hussard, Le Spahi et Le Tirailleur soit vingt-trois navires répresentant 41469 tonnes

-Classe Empire : Les huit navires en service en septembre 1948 (Le Berthier, Le Murat, Le Ney, Le Lannes, Le Davout et L’Augereau) représentent 14424 tonnes

Les torpilleurs d’escadre en service sont au nombre de trente-neuf navires en septembre 1948 pour un tonnage global de 70269 tonnes

Quatre autres sont en construction aux Etats-Unis (Bernadotte Kellerman Bessières Jourdan) pour un tonnage global de 7212 tonnes

Sous-marins : 82 sous-marins en service et 4 en construction

-Sous-marins classe Redoutable (type 1500 tonnes) douze encore en service :  Casabianca Sfax Centaure, L’Espoir, Agosta, Bévéziers, Ouessant, Sidi Ferruch, Le Glorieux, Le Heros, Le Conquerant, Le Tonnant représentant donc 18000 tonnes

-Sous-marins classe Rolland Morillot/La Praya (1800 tonnes) Rolland Morillot,La Praya,La Martinique,La Guadeloupe,La Réunion, Ile de France, Ile de Ré, Ile d’Yeu, Kerguelen, Crozet, Belle-Ile, Ile d’Oleron, Ile de Brehat, Ile d’Aix, Saint Marcouf; Ile de Molène; Aber Wrach; Ile de Batz; Ile de Porquerolles, Ile d’If, Mayotte,Nouvelle Calédonie,Tromelin Wallis et Futuna,Clipperton,St Pierre et Miquelon soit 26 submersibles représentant 46800 tonnes

-Sous-marins de 600 tonnes : six encore en service  : Venus Iris Pallas Minerve  Junon et Cerès réprésentant un tonnage de 3600 tonnes

-Sous-marins classe Aurore (800 tonnes) : Aurore, Créole, Antigone,La Bayadère, L’Astrée,La Favorite, La Gorgone,L’Africaine, l’Hermione,La Clorinde,L’Andromède, L’Andromaque, L’Amirde,L’Artemis,La Cornélie soit un total de quinze navires et 12000 tonnes

-Sous-marins classe Phenix (925 tonnes) : Phenix, Ventôse,Frimaire,Prairial, Vendémiaire, Nivôse,floréal,Messidor,Fructidor,Brumaire,Pluviose,Germinal et Thermidor soit treize navires représentant un tonnage de 12025 tonnes

-Sous-marins mouilleur de mines classe Saphir : Saphir Turquoise Nautilus Rubis soit quatre navires représentant 2676 tonnes

-Sous-marins mouilleur de mines classe Emeraude : Emeraude Agate Corail L’Escarboucle soit quatre navires représentant 3448 tonnes

-Sous-marins d’essais et d’expérimentation, les Roquebert et Laubeuf représentant un tonnage de 3400 tonnes

Les sous-marin en service sont au nombre de quatre-vingt deux pour un déplacement global de 101949 tonnes

-Quatre sous-marins sont en construction, quatre Rolland Morillot modifiés, des navires baptisés Jean Autric Jean Corre Rene Audry et Trinite Schillemans représentant un tonnage de 7600 tonnes

Avisos et canonnières

-Quelques avisos et canonnières anciennes sont encore en service en septembre 1948, généralement pour des missions secondaires (combat ou soutien) en l’occurence trois unités de classe Aisne (Marne Somme Yser) soit 1698 tonnes, cinq de classe Agile (L’Audacieuse La Dédaigneuse La Lurone L’Etourdi La Tapageuse) soit 1750 tonnes, deux de classe Diligente (La Diligente L’Engageante) soit 700 tonnes et onze avisos de classe Amiens (Amiens Arras Calais Coucy Ypres Lassigny Tahure Epinal Vauquois,Les Eparges et Nancy) représentant 9350 tonnes soit un total de vingt et navire et un déplacement de 13498 tonnes

-Dix avisos-coloniaux de classe Bougainville (Bougainville, Dumont d’Urville, Savorgnan de Brazza, D’Entrecasteaux, Rigault de Genouilly, Amiral Charner, D’Iberville, La Grandière, Beautemps-Beaupré, Lapérouse) représentant un tonnage global de 26000 tonnes.

-Treize avisos-dragueurs classe Elan (Elan Commandant Bory Commandant Delage Commandant Duboc Commandant Rivière L’Impétueuse La Curieuse La Batailleuse La Boudeuse La Gracieuse La Moqueuse La Capricieuse Le Commandant Dominé) qui représentent un déplacement de 11635 tonnes

-Vingt-quatre aviso-dragueurs coloniaux classe Chamois (Chamois Chevreuil Gazelle Laotien Surprise _ex-Bambara_ Matelot Leblanc Rageot de la Touche Amiral Sénès Enseigne Ballande La Joyeuse La Trompeuse et La Furieuse Ambitieuse, Malicieuse, Sérieuse, Enseigne Bisson, Généreuse, Précieuse,Victorieuse, Amiral Duperré, Heureuse, Rieuse Alfred de Courcy et Amiral Gourdon) qui représentent un déplacement de 15528  tonnes.

-Chalutiers ASM : quatre de classe La Cancalaise ( La Cancalaise La Lorientaise L’Havraise La Nantaise ) répresentant un déplacement total de 2950 tonnes et la classe L’Ajacienne ( L’Ajacienne La Sétoise  La Toulonnaise La Bônoise) représentant un déplacement de 3600 tonnes

-Chalutiers armés (réquisitionnés en septembre 1939 mais ultérieurement achetés par la marine nationale) : L’Heureux Jutland L’Atlantique Patrie Notre Dame de France représentant un tonnage total de 6222 tonnes

Dans cette catégorie, nous trouvons donc 81 navires représentant un tonnage de 79433 tonnes

Canonnières, corvettes et vedettes lance-torpilles

-Canonnières fluviales : deux unités de classe My-Tho (My-Tho et Tourane) représentant 220 tonnes, la Francis Garnier qui déplace 690 tonnes, quatre unités de classe Ill (Ill Thur Emne Reuss) répresentant un déplacement de 3400 tonnes alors que celle de classe Son Hong (Song Hong Bassac Tonle Sap Song Do) plus petites ne représentent que 3200 tonnes. Le total atteint 7510 tonnes

-Corvettes : trente deux unités classe La Malouine ( La Malouine La Bastiaise La Dieppoise La Paimpolaise La Remoise La Dunkerquoise La Versaillaise L’Antillaise La Nimoise La Calaisienne La Calvaise La Troyenne La Rennaise La Rochellaise La Agenaise La Paloise La Parisienne La Rouennaise La Messine, La Nancéenne, La Strasbourgeoise La Lilloise La Caennaise La Clermontoise La Lyonnaise L’Algéroise L’Oranaise L’Aixoise La Sablaise La Quimperoise La Servannaise et La Cherbourgeoise.) représentant un tonnage total de 37120 tonnes.

-Chasseurs de sous-marins : 31 navires de différents types répresentant 4130 tonnes

-Vedettes lance-torpilles : Deux vedettes de 28 tonnes _utilisées pour le secours en mer_ , dix navires type 40K soit un tonnage total de 300 tonnes, huit vedettes type 23 tW représentant un déplacement total de 184 tonnes, dix-huit vedettes MTB représentant un déplacement de 882 tonnes et douze vedettes MTB améliorées représentant un déplacement de 600 tonnes soit un total de 50 navires et de 2022 tonnes.

-Dragueurs de mines : Douze navires de classe Ouistreham sont commanfés aux Etats-Unis mais seulement quatre (Ouistreham Avranches Pornic Saint-Brieuc) sont en service pour un déplacement total de 3480 tonnes. Huit autres sont à différents stades de fabrication (Frejus Menton Port-Vendres Sartène Arcachon Quimperlé Zuydcotte Porticcio)

Les navires en service dans cette catégorie sont au nombre de 122 pour un déplacement total de  54262 tonnes

Navires de soutien

-Pétroliers : Vingt-trois pétroliers sont en service en septembre 1948 répartis entre cinq pétroliers caboteurs (L’Aube de 2830 tonnes et les quatre de classe Nièvre _Nièvre Ardèche Lèze Blavet représentant un tonnage global de 10000 tonnes soit un total de 12830 tonnes ), Six pétroliers (Le Loing de 10138 tonnes, les quatre de classe Mékong _Mékong Niger Var Elorn_ représentant un tonnage global de 60600 tonnes et le Sèvre _ex-Nivôse_ de 16500 tonnes), six Pétroliers Ravitailleurs d’Escadre de classe La Seine (La Seine La Saône Le Liamone La Medjerda,Le Rhône La Garonne) représentant un tonnage global de 127200 tonnes et enfin six Ravitailleurs Rapides de classe L’Adour (L’Adour Le Lot La Charente La Mayene La Baïse Le Tarn) qui représentent un tonnage total de 72750 tonnes.

Les vingt-trois pétroliers de la Marine Nationale représentent un tonnage global 300018 tonnes

-Ravitailleur de sous-marins Jules Verne qui déplace 6340 tonnes

-Est en construction un deuxième ravitailleur de sous-marins L’Atlantide qui doit déplacer à terme 8150 tonnes

-Ravitailleurs d’hydravions classe Sans Souci (Sans Souci Sans Peur Sans Pareil Sans Reproche) oit un tonnage global de 8400 tonnes

-Cargos rapides classe Oranie (Mers-El-Kebir, Oran, Sidi-Bel-Abbès, Tlemcen Mostaganem  plus le Chelif en armement à flot le 5 septembre 1948) soit un tonnage de 105000 porté ensuite à 126000 tonnes.

-Mouilleur de filets Gladiateur 2293 tonnes

-Goelettes écoles Etoile et Belle-Poule soit 450 tonnes

-Cotre Mutin de 57 tonnes

-Transport littoral Golo 2239 tonnes

-Aviso-hydrographe Amiral Mouchez 719 tonnes

-Bâtiment-cible L’Impassible 2410 tonnes

-Hydrographes Astrolabe et Octant de 920 tonnes  La Perouse, La Chimère de 700 tonnes

-Navire-école et navire hydrographe Président Théodore Tissier de 1307 tonnes

-Hydrographes classe Goeland  (Goéland Pélican Cormoran Mouette Ibis Bengali) de 840 tonnes chacun soit un déplacement total de 5040 tonnes

La catégorie des navires de soutien regroupe au total de 51 navires pour un déplacement total de 436593 sans compter les navires en construction ou en achèvement en l’occurence un ravitailleur de sous-marin et un cargo rapide (29150 tonnes)

En septembre 1948, la marine nationale dispose de 454 navires de combat et de soutien représentant un tonnage de 1694160 tonnes.

19-Marine marchande (20)

Compagnie Nantaise des Chargeurs de l’Ouest

La Compagnie Nantaise de Navigation à Vapeur connue également sous le diminutif de «La Nantaise» à été créée en janvier 1882 et à l’été 1948 dispose de la flotte suivante :

-Cargo Cassard (1920) 1596 TJB Nantes en réparations

-Cargo Cens (1926) 2384 TJB Nantes

-Cargo Divatte (1918) 2266 TJB En mer entre Liverpool et Le Havre avec une cargaison de charbon

-Cargo Quartier Graslin (ex-Graslin) (1924) 2323 TJB Glasgow

-Cargo Isac (1926) 2385 TJB Le Verdon

-Cargo Kervegan (1922) 2018 TJB En mer entre Inverness et Le Havre

-Cargo Monselet (1929) 3372 TJB Glasgow

-Cargo Penchateau (1920) 995 TJB Immobilisé pour avarie à Saint Nazaire. Sort final incertain

-Cargo Pénestin (1921) 1336 TJB Londres

-Cargo Beaumanoir (1920) 2324 TJB Honfleur

-Cargo type Commission Ile Gloriette (1945) 6500 TJB A la mer entre Casablanca et Nantes

-Cargo type Commission Ile Saint Anne (1946) 6500 TJB Dakar

-Cargo type Commission L’Ile Feydeau (1948) 6500 TJB Port Etienne

Compagnie Nationale de Navigation

Cette compagnie créée en 1929 dispose de deux pétroliers en 1948 bien que leur remplacement eut été un temps envisagé.

-Pétrolier Frimaire (1929) 9242 TJB Charge du pétrole brut à Haïfa

-Pétrolier Vendémiaire (1929) 9228 TJB En mer, ayant appareillé du Verdon le 9 août avec du mazout et du gazole pour Fort de France

Compagnie Navale des Pétroles

C’est la branche maritime de la Compagnie Française des Pétroles. Cet armateur dispose en 1948 des navires suivants :

-Pétrolier caboteur Française II (1935)  584 TJB Oran

-Pétrolier caboteur Octane (1939) 2020 TJB Port de Bouc

-Pétrolier Palmyre (1940) 13750 TJB A la mer entre Texas City et Le Verdon
-Pétrolier type Commission Babylone (1944) 7500 TJB Donges

-Pétrolier type Commission Mycène (1944) 7500 TJB A la mer entre Arzew et Port de Bouc

-Pétrolier type Commission El Dorado (en construction)

Compagnie Normande de Navigation à Vapeur

Cette compagnie dispose des navires suivants quand éclate la guerre de Pologne :

-Paquebot côtier Adolphe Leprince (1926) 343 TJB Rouen

-Paquebot côtier Emile Deschamps (1922) 349 TJX Saint Malo

-Paquebot côtier Trouville (1910) 294 TJB Newhaven

-Cargo Villerville (1920) 114 TJB Charge à Londres direction Dunkerque

-Paquebot côtier Granville (1947) 500 TJB Le Havre

-Paquebôt côtier Antifer (1948) 500 TJB Southampton

Compagnie de Navigation Mixte

La Compagnie de Navigation Mixte dispose à l’été 1948 de la flotte suivante :

-Paquebot Chella (1934) 8920 TJB Sert sur une ligne Marseille-Oran-Casablanca-Dakar. Le 12 août, il est à Dakar. Il doit être transformé en transport de troupes

-Paquebot El Biar (1927) 4678 TJB Sert sur une ligne Marseille-Alger-Tunis. Le 12 août, il est à Marseille en entretien courant

-Paquebot El Djézaïr (1934) 5790 TJB En mer entre Marseille et Alger

-Paquebot El Kantara (1932) 5079 TJB Sert sur une ligne Marseille-Diego Suarez-Saïgon-Haïphong. Le 12 août, il est à Saïgon et reçoit l’ordre de rentrer à Marseille pour devenir un croiseur auxiliaire

-Paquebot El Mansour (1933) 5818 TJB Port-Vendres

-Paquebot Gouverneur Général Cambon (1922) 3509 TJB ( appartient au gouvernement français) Port Vendres

-Paquebot Gouverneur Général Lépine (1923) 3509 TJB Casablanca

-Paquebot Kairouan (1942) 8601 TJB Affecté sur une ligne Marseille-Tunis-Beyrouth. Le 12 août, il est à Beyrouth et doit participer au transfert de troupes du Levant en Afrique du Nord ou en Métropole

-Pétrolier C.I.P (1921) 6587 TJB Port de Bouc

-Pétrolier Motrix (1922) 6587 TJB Haïfa
-Cargo Djebel Amour (1931) 2908 TJB Lattaquié

-Cargo Djebel Aurès (1929)  2635 TJB Izmir

-Cargo Djebel Dira (1930) 2435 TJB Thessalonique

-Cargo Djebel Nador (1938) 3168 TJB En mer entre Marseille et Beyrouth

-Cargo type Commission Djebel Chambi (1945) 6500 TJB Casablanca

-Cargo type Commission Djebel Nefoussa (1947) 6500 TJB Valence

-Pétrolier type Commission Bellatrix (1947) 7500 TJB Charge du brut à Batoumi pour le décharger à Port Bouc

Compagnie de Navigation Sud-Atlantique

Cette compagnie créée en 1912 dispose à l’été 1948 de la flotte suivante :

-Paquebot Massilia (1920) 15563 TJB Le Verdon

-Paquebot Pasteur (1939) 29253 TJB En mer entre Buenos Aires et Bordeaux

-Paquebot Laënnec (1946) 23500 tonnes Buenos Aires

-Paquebot Charles Tellier (1948) 23500 tonnes En mer entre Bordeaux et Rio de Janeiro

Compagnie de Navigation France-Amérique (filiale de la SGTM)

Cette filiale de la Société Générale du Transport Maritime à été créée en 1909 dispose en septembre 1948 de la flotte suivante :

-Paquebot Ipanéma (1921) 4282 TJB En refonte à La Rochelle (Delmas & Viellejeux)

-Paquebot Reina de Cordoba (1945) 18000 tonnes Buenos Aires

-Paquebot Amazonas (1947) 18000 tonnes Entre Marseille et Buenos Aires

Compagnie de navigation Paquet

La Compagnie de Navigation Nicolas Paquet Ainé et Cie dispose à l’été 1948 de la flotte suivante :

-Cargo Bamako (1930) 2357 TJB Sfax

Le Rhin réquisitionné par la marine comme navire d'opérations  spéciales

Le Rhin réquisitionné par la marine comme navire d’opérations spéciales

-Cargo Le Rhin (1920) 2456 TJB Brest. Réquisitionné par la marine pour servir pour des missions spéciales

-Cargo Oued Grou (1921) 792 TJB Dakar

-Cargo Oued Sebou (1925) 792 TJB Marseille

-Cargo Oued Yquem (1920) 1370 TJB A la mer entre Marseille et Tripoli du Liban, transporte du matériel pour l’Aviation Navale

-Cargo Favor (1940) 1323 TJB (appartient au gouvernement français) Charge du matériel à Toulon pour les Forces Armées de Tunisie

-Paquebot Azrou (1930) 2998 TJB Casablanca. Doit être réquisitionné comme transport de troupes et croiseur auxiliaire

-Paquebot Djenné (1931) 8790 TJB En entretien courant à Marseille

-Paquebot Imerethie II (1924) 3713 TJB Constanza

-Paquebot Koutoubia (1931) 8790 TJB A la mer entre Casablanca et Marseille

-Paquebot Maréchal Lyautey (1924) 8256 TJB A la mer entre Marseille et Casablanca

-Paquebot Médie II (1928) 5078 TJB Marseille

-Cargo type Commission Wadi (1944) 6500 TJB Tunis

-Cargo type Commission Oued El Khatt (1945) 6500 TJB Split

-Cargo type Commission Oued Tiflet (1945) 6500 TJB Athènes

-Cargo type Commission Ouergha (1946) 6500 TJB Beyrouth

-Paquebot mixte Nicolas Paquet (1947) 18000 tonnes Affecté sur une ligne Marseille-Casablanca-Dakar-Buenos Aires

Compagnie des Transports Maritimes et Fluviaux (Heuzey & Chastellain)

Cette compagnie conserve en 1948 ces trois vieux navires.

-Cargo Formigny (1916) 2166 TJB Nantes

-Cargo Gonneville (1912) 2285 TJB Rouen

-Cargo Villiers (1923) 2548 TJB A la mer entre Le Havre et Glasgow

Compagnie des Transports maritimes de l’AOF

-Cargo Kindia (1919) 1972 TJB Nantes

Compagnie Worms

La compagnie Worms dispose à l’été 1948 des navires suivants :

-Cargo Barsac (1923) 1049 TJB Le Verdon. Devait être réquisitionné comme patrouilleur comme en 1939 mais le 13 août, il s’échoue dans l’estuaire de la Gironde. Considéré comme perdu.

-Cargo Biscarosse (1919) 1937 TJB Rouen. Décharge du blé russe
-Cargo Cérons (1923) 1049 TJB Dieppe

-Cargo Château Larose (1930) 2047 TJB A la mer entre Rotterdam et Dunkerque

-Cargo Château Latour (1914) 1912 TJB A la mer entre Anvers et Le Havre

-Cargo Château Palmer (1914) 1912 TJB Ouistreham

-Cargo Château Pavie (1930) 2047 TJB Caen

-Cargo Château Yquem (1935) 2436 TJB Caen

-Cargo Espiguette (1920) 1909 TJB (appartient au gouvernement français ancien de France Navigation) Lisbonne

-Cargo Guilvinec (1920) 3222 TJB (appartient au gouvernement français ancien de France Navigation) A la mer entre Lisbonne et Le Verdon

-Cargo Kerkena (1922) 1579 TJB Bastia

-Cargo Léoville (1922) 1056 TJB Le Havre

-Cargo Le Trait (1934) 1158 TJB Immobilisé par une avarie de chaudière au Verdon. Sera réquisitionné une fois les réparations terminées

-Cargo Médoc (1930) 1166 TJB Porto

-Cargo Mérignac (1929) 767 TJB Brest

-Cargo Normanville (1921) 1803 TJB A la mer entre Belfast et Saint Nazaire

-Cargo Lussac (1922) 1586 TJB Nantes

-Cargo Perros Guirec (1921) 2012 TJB En réparations à Rouen.

-Cargo Pomérol (1930) 1166 TJB Plymouth

-Cargo Pontet Canet (1916) 1176 TJB A la mer dans l’Atlantique entre Halifax et Le Havre

-Cargo Sauternes (1922) 1049 TJB Inverness

-Caboteur Grand Quevilly (1914) 2844 TJB Dakar

-Caboteur Jumièges (1913) 1708 TJB A la mer dans l’Atlantique entre Brest et Casablanca

-Caboteur La Mailleraye (1918) 490 TJB Bordeaux

-Cargo type Commission Bidassoa (1944) 6500 TJB Boston

-Cargo type Commission Caudebec (1945) 6500 TJB  Nantes

-Cargo type Commission Margaux (1947) 6500 TJB Boston
-Cargo type Commission Pessac (1948) 6500 TJB Portsmouth

-Cargo type Commission Fronsac (1946) 6500 TJB   A la mer entre Halifax et Le Havre

-Cargo type Commission Listrac (1948) 6500 TJB Nantes

Courtage et Transport

-Pétrolier Capitaine Damiani (1922) 4854 TJB Port de Bouc, décharge du brut saharien à raffiner en Provence

Delmas-Viellejeux

La compagnie rochellaise dispose à l’été 1948 de la flotte suivante :
-Cargo Agen (1921) 4186 TJB (appartient à la SNCF) La Pallice

-Cargo Albi (1920)  4191 TJB (appartient à la SNCF) A la mer entre Liverpool et Bordeaux

-Cargo Aurillac (1921) 4268 TJB (appartient à la SNCF) Cardiff

-Cargo Bourges (1919) 2910 TJB (appartient à la SNCF) Port La Nouvelle

-Cargo Châteauroux (1921) 4185 TJB (appartient à la SNCF) Dakar

-Cargo Cornouaille (1928) 3324 TJB Bordeaux

-Cargo Medjerda (1923) 4578 TJB Pointe Noire. Charge du bois précieux qui doit être débarqué à La Rochelle

-Cargo Montauban (1920) 4191 TJB (appartient à la SNCF) Glasgow

-Cargo Poitiers (1921) 4185 TJB (appartient à la SNCF) Glasgow

-Cargo Saint Nazaire (1919) 2910 TJB (appartient à la SNCF) Belfast

-Cargo Vendôme (1920) 4192 TJB (appartient à la SNCF) A la mer entre Belfast et Le Havre

-Cargo Tours II (1943) 4500 TJB Rouen
-Cargo Saumur II (1944) 4500 TJB Constanza

-Cargo  Maurice Delmas II (1945) 4500 TJB Split

-Cargo Cévennes II (1946) 4500 TJB Salvador de Bahia

-Cargo Auvergne II (1946) 4500 TJB Buenos Aires

-Cargo Argonne II (1947) 4500 TJB Dakar

-Cargo André Thomé II (1948) A la mer entre La Pallice et Pointe Noire

-Le cargo Lorient II (en construction)
Les autres navires sont encore en service en septembre 1948.

19-Marine marchande (18)

Compagnie Auxiliaire de Navigation

Cette compagnie fondée en 1912 par Henri Desprez s’est spécialisée dans le transport du pétrole et dispose en 1948 de la flotte suivante :

-Pétrolier Ophélie (1922) 6477 TJB en réserve

-Pétrolier Monique (1922) 7011 TJB en réserve

-Pétrolier Melpomène (1923) 7011 TJB en réserve

-Pétrolier Beauce (1925) 4870 TJB (appartenant au gouvernement français mais géré par cette compagnie) Charge du mazout au Texas et doit rallier Donges

-Pétrolier Pallas (1925) 5260 TJB En mer entre Le Verdon et le Vénézuela

-Pétrolier Rhéa (1928) 7813 TJB Charge du pétrole brut à Batoumi pour l’Etang de Berre

-Pétrolier Roxane (1928) 7813 TJB Marseille en entretien courant

-Pétrolier Henry Desprez (1932) 9895 TJB Le Havre

-Pétrolier Shéhérazade (1935) 13647 TJB En mer entre Haïfa et l’Etang de Berre

-Pétrolier Théodora (1941) 10500 TJB En mer entre le Mexique et le Verdon avec du brut à raffiner

-Pétrolier Salomé (1941) 13000 TJB En mer entre Le Verdon et le Mexique pour charger du brut à raffiner

-Pétrolier type Commission Zoé (1944) 7500 TJB En mer dans l’Océan Indien direction l’Iran pour charger du brut en compagnie de son sister-ship Irène

-Pétrolier type Commission Euphrosyne (1945) 7500 TJB Décharge une cargaison de carburant aviation à Alger pour l’aviation navale et l’armée de l’air.

-Pétrolier type Commission Irène (1947) 7500 TJB En mer dans l’Océan Indien direction l’Iran pour charger du brut en compagnie de son sister-ship Zoé

– Pétrolier type Commission Pulchérie (1948) 7500 TJB Marseille en entretien courant

Compagnie des Affréteurs Français

Cette compagnie à été créée en 1924 avec des navires d’occasion. En 1948, elle dispose des navires suivants :

-Cargo Cérès (1918) 3073 TJB Saint Nazaire

-Cargo Mars (1918) 721 TJB Saint Nazaire

-Cargo Rabelais (1921) 4999 TJB Valence

-Cargo type Commission Gargantua (1946) 6500 TJB Nantes

-Cargo type Commission Pantagruel  (1947) 6500 TJB La Pallice

Compagnie Africaine d’Armement

-Pétrolier Mérope (1923) 7011 TJB En mer entre Le Verdon et le Vénézuela pour charger du brut à raffiner

-Pétrolier type Commission Sisyphe (1945) 7500 TJB Charge du brut mexicain non raffiné à Veracruz

-Pétrolier type PPC Etoile du Désert (1944) 1500 TJB Arzew

-Pétrolier type PPC Etoile du Sahel  (1944) 1500 TJB Etang de Berre

-Pétrolier type PPC Etoile du Rif  (1945) 1500 TJB en mer entre Arzew et l’Etang de Berre

Compagnie des Bateaux à vapeur du Nord

Cette compagnie qui est l’une des rares à encore desservir des ports allemands (en dépit de nombreuses tracasseries administratives) dispose à l’été 1948 de la flotte suivante :

-Cargo Douaisien (1920) 2954 TJB Hambourg. Victime d’une avarie, il ne peut appareiller mais quand il peut quitter le port allemand, il est bloqué par les autorités allemandes en dépit des protestations diplomatiques

-Cargo Cambraisien (1921) 3151 TJB Stockolm

-Cargo Champenois (1921) 3482 TJB En mer entre Pétrograd et Le Havre avec un chargement de blé russe

-Cargo Roublaisien (1921) 3152 TJB Dantzig

-Cargo Sainte Madeleine  (1922) 962 TJB (appartient au gouvernement français) Belfast.

-Cargo Alsacien (1923) 3819 TJB En mer entre Inverness et Dunkerque avec un chargement de minerais de fer

-Cargo Lorrain (1923) 3819 TJB Oslo

-Cargo Amienois (1932) 3713 TJB Bergen

-Cargo Nancéen (1929) 2895 TJB Dieppe

-Cargo Strasbourgeois (1929) 2895 TJB Caen

-Cargo Rémois (1932) 3713 TJB En mer entre Liverpool et Le Havre

-Cargo type Commission L’Algérie (1944) 6500 TJB Rouen

-Cargo type Commission Le Lillois (1945) 6500 TJB Nantes

-Cargo type Commission Le Tourquennois (1946) 6500 TJB Helsinki

Compagnie Côtière de l’Annam

Cette compagnie indochinoise dispose en 1948 des navires suivants

-Cargo Song Gang (1922) 1065 TJB En mer entre Haïphong et Saïgon

-Cargo Kontum (1923) 1565 TJB Travaux d’entretien à Saïgon

-Cargo Tran Minh (1928) 1463 TJB Batavia

-Cargo type Commission Courlis (1944) 6500 TJB Yokohama

-Cargo type Commission Petrel (1944) 6500 TJB Shanghaï

Compagnie Commerciale de l’Afrique Equatoriale (Delmas-Viellejeux)

-Cargo Mécanicien Principal Carvin (1921)  4281 TJB. Affrété par la marine pour du transport de munitions entre Brest et Dakar

Compagnie Daher

Cette compagnie à été créée en 1863 et dispose en 1948 des navires suivants :

-Cargo Baalbeck (1923) 2115 TJB La Corogne

-Cargo Vigor (1921) ? TJB Porto

-Cargo Sainte Marguerite II (1921) 1854 TJB Vigo

-Cargo type Commission Judée (1944) 6500 TJB En mer entre Casablanca et Le Verdon

-Cargo type Commission Samarie (1945) 6500 TJB En mer entre Casablanca et Le Verdon

Compagnie de Navigation D’Orbigny

Cette compagnie rochelaise à été créée en 1865 et dispose à l’été 1948 de la flotte suivante, flotte qui opère essentiellement en direction de l’Afrique Noire et de l’Amérique Latine

-Cargo Arijon (1938) 4374 TJB Dakar

-Cargo Criton (1927) 4564 TJB Port Etienne

-Cargo Fauzon (1938) 4376 TJB En mer entre Cayenne et La Pallice avec un chargement de bois

-Cargo Gazcon (1932) 4131 TJB Le Verdon

-Cargo Lyon (1940) 5000 TJB Boston

-Cargo Mâcon (1919) 5141 TJB (appartient au gouvernement français) Transporte du matériel militaire commandé aux Etats Unis. Le 12 août, il est en mer entre New York et Saint Nazaire

-Cargo Moron (1930) 4128 TJB En réparations  à La Pallice suite à une avarie de moteur

-Cargo Myson (1927) 4564 TJB Pointe Noire

-Cargo Pavon (1930) 4128 TJB Halifax

-Cargo Platon (1925) 4550 TJB La Pallice

-Cargo Solon (1925) 4550 TJB Bordeaux

-Cargo Strabon (1938) 4572 TJB  Le Verdon

Compagnie Fabre

Cette compagnie dispose en septembre 1948 des navires suivants :

-Paquebot Banfora (1914) 9347 TJB En mer sur la ligne Le Verdon-Lisbonne-Casablanca-Dakar-Abidjan

-Paquebot Sinaïa (1922) 8567 TJB Casablanca

-Paquebot Sinfra (1929) 4470 TJB Le Verdon

-Bananier Edéa (1936) 3747 TJB Fort de France

-Cargo type Commission Maupassant (1944) 6500 TJB En mer entre Dakar et Le Havre

-Cargo type Commission Bel Ami (1945) 6500 TJB Le Havre

-Paquebot Belle Province (1947) 18000 tonnes En mer sur une ligne Saint Nazaire-La Havanne-Veracruz

-Paquebot Québec (en construction) 18000 tonnes Doit être achevé directement comme transport de troupes/navire hôpital.

Compagnie de navigation Fraissinet

A l’été 1948, la Compagnie de Navigation Fraissinet dispose des navires suivants :

-Bananier Benty (1938) 3078 TJB Pointe à Pitre

-Bananier Cap des Palmes (1935) 3082 TJB Fort de France

-Bananier Tamara (1937) 3347 TJB Le Havre

-Bananier Victor Schoelcher (1938) 4510 TJB (appartient au gouvernement français) Dunkerque. Il doit rallier Cherbourg pour être transformé en croiseur auxiliaire pour renforcer la surveillance des Antilles

-Cargo Tombouctou (1919) 5302 TJB Dakar

-Paquebot Cap Corse (1929) 2444 TJB Porto Vecchio. A son retour à Marseille, doit rallier Toulon où l’Arsenal doit le transformer en croiseur auxiliaire

-Paquebot Cyrnos (1925) 2406 TJB Ajaccio. Doit rallier Toulon pour être transformé en croiseur auxiliaire

-Paquebot Général Bonaparte (1922) 2796 TJB Marseille. Sa réquisition n’est pas prévue, il doit normalement continuer le service Marseille-Ajaccio presque comme en temps de paix

-Paquebot Hoggar (1923) 5146 TJB Abidjan

-Paquebot Ile de Beauté (1930) 2600 TJB (appartient au gouvernement français) Transporte du matériel militaire entre Toulon et Oran

-Paquebot Pascal Paoli (1931) 3200 TJB En mer entre Marseille et Ajaccio. Comme en 1939, doit être réquisitionné comme croiseur auxiliaire et déployé dans l’Océan Indien

-Paquebot Sampiero Corso (1936) 3823 TJB Bastia

-Paquebot Touareg (1924) 5135 TJB Pointe Noire

-Paquebot Ville d’Ajaccio (1929) 2444 TJB En mer entre Ajaccio et Marseille. Comme en 1939, doit être réquisitionné comme croiseur auxiliaire et déployé en Méditerranée orientale et en mer Rouge

-Paquebot-ferry transméditteranéen Ville de Bonifacio (1946) 3500 TJB Ajaccio

-Paquebot-ferry transméditerranéen Ville de Corte (1948) 3500 TJB Bastia