Etats Unis (98) OdB et Programme de Guerre (8)

Porte-avions

Avant-propos

Les Etats-Unis comme le Japon ont très vite compris l’intérêt du porte-avions pour la future guerre dans le Pacifique. L’éclairage, l’attaque de la ligne ennemie, l’achèvement des unités endommagées, la couverture aérienne, rien ne pouvait se faire sans la présence de porte-avions dans cette étendue d’eau gigantesque.

Lire la suite

Etats Unis (96) OdB et Programme de guerre (6)

Asiatic Fleet (HQ Cavite, baie de Manille)

La défense des Philippines et la présence en Asie dépend de l’Asiatic Fleet regroupée depuis la fin des années trente aux Philippines avec la base de Cavite en baie de Manille et celle de Subic dans la baie du même nom.

Lire la suite

Etats Unis (91) OdB et Programme de guerre (1)

ORDRE DE BATAILLE ET PROGRAMME DE GUERRE

Ordre de bataille

Avant-propos

L’organisation de l’US Navy quand la guerre embrase l’Europe est classique avec trois flottes, une dans l’Atlantique, une seconde dans le Pacifique et une troisième pour couvrir l’Asie même si en pratique l’Asiatic Fleet s’occupe surtout de défendre les Philippines.

Lire la suite

Etats Unis (89) Bases et Arsenaux (3)

Pacific Fleet/Flotte du Pacifique

Puget Sound Navy Yard

Puget Sound Naval Shipyard 34.jpg

Comme nous l’avons vu, la marine américaine à d’abord construit six arsenaux sur la côte est (Portsmouth, Norfolk, New York, Boston, Philadelphie et Washington), s’appuyant sur ses installations pour opérer dans l’Atlantique.

Lire la suite

Etats-Unis (3) Histoire (2)

Les Etats-Unis au 20ème siècle (2) : isolationisme ou interventionisme ?(1919-1939)

 
-Durant la période qui sépare le premier conflit mondial de la guerre de Pologne (ou Three Months War pour certains historiens), quatre présidents se succèdent, Warren Harding (1921-1923) Calvin Coolidge (1923-1929), Herbert Hoover (1929-1933) et enfin Franklin Delano Roosevelt, le seul et unique président à avoir fait trois mandats puis qu’élu en 1932, il est réélu en 1936 et en 1940.
-Sur le plan politique,on assiste donc au triomphe de l’isolationisme, les américains se retirent des affaires du monde ou plutôt de l’Europe, se consacrant à leur propre pays mais également à leur domaine réservé à savoir l’Amérique Latine, une véritable diplomatie de la canonnière héritière du Big Stick cher à Teddy Roosevelt.
-Sur le plan économique, la situation est difficile comme dans de nombreux pays en raison de la reconversion des industries de guerre sans compter que des millions d’anciens combattants retournent sur le marché du travail.
-Des grèves éclatent dans tous le pays (4.1 millions de grévistes en 1919), des grèves doublées d’attentats anarchistes. La peur du «Rouge» s’installe entraînant notamment une réduction drastique de l’immigration sous forme de quotas nationaux. C’est dans ce contexte houleux que sont exécutés deux anarchistes italiens, Sacco et Vanzetti.
-Une forme de réaction puritaine se fait jour avec la mise en place de la Prohibition (Volstead Act) en 1919, treize années durant lesquelles la fabrication, l’importation et la vente d’alcool furent interdites, faisant la fortune de la pègre notamment un certain Al Capone.
-La reprise s’amorce au milieu des années vingt. Cette reprise n’est cependant pas homogène, l’agriculture continue de souffrir alors que de nouvelles industries voient le jour ou connaissent une importante croissance.
-Les 20 et 21 mai 1927, Charles Linbergh est officiellement le premier homme à relier New-York et Paris par la voie des airs à bord du Spirit of Saint Louis. La confiance est là, des gratte-ciel se construisent comme le Chrystler Building ou l’Empire State Building.
-Tout vole en éclat avec la Grande Dépression provoqué par le krach de Wall Street survenu lors du jeudi Noir le 24 octobre 1929. Cette crise est provoquée par un équipement productif surdimensionné pour un marché pas assez mature. L’économie américaine est aussi trop dépendante de certains secteurs comme le BTP et l’automobile.
-Le chômage explose (24% de la population active soit 13 millions de personnes en sous-emploi), un investissement négligeable, des prix et des salaires en chure libre.

Herbert Hoover, président des Etats-Unis de 1928 à 1932

-Contrairement à ce qu’on à longtemps écrit, le président Hoover n’est pas inactif face à cette crise même si sa phrase malheureuse («la prospérité est au coin de la rue») allait plomber le bilan de son action et rendre impossible sa réélection en 1932.
Il mène une politique protectioniste qui aggrave les effets de la crise car tous les pays imitent les Etats-Unis ce qui réduit encore les échanges. Des décrets tentent de maintenir les prix agricoles et un programme de grands travaux sont lancés pour tenter de résorber le chomage mais ces actions sont sans effet immédiat, la crise s’aggrave.
L’agitation sociale est importante et la crainte de la subversion communiste entraine une violente répression qui augmente le ressentiment vis à vis de l’administration Hoover. L’élection du démocrate Franklin Delano Roosevelt _cousin de Teddy_ en novembre 1932 est donc tout sauf une surprise.
Habile communiquant avec ses causeries au coin du feu, le 32ème président des Etats-Unis aidé de ses brillants conseillers (le Brain Trust, le trust des cerveaux) une politique de la Nouvelle Donne ou New Deal.
Pendant des années cette politique fût vu comme révolutionnaire mais depuis trente ans les historiens ont revu leur jugement, cette politique de la Nouvelle Donne étant une prolongation de la politique de Hoover.
L’amélioration n’est pas immédiate puisque l’apogée de la crise est atteinte en 1933. On assiste à la migration vers l’ouest de plus de trois millions d’agriculteurs victimes du Dust Bowl, de violentes tempêtes de poussière qui ravagaient tout sur leur passage. Cette crise à été magnifiquement dépeinte par le roman de John Steinbeck, Les Raisins de la Colère.
La situation s’améliore peu à peu mais il faudra attendre la fin de la décennie et les commandes massives françaises et anglaises ainsi que le début du réarmement américain pour que la situation s’améliore franchement.
-Le 16 février 1933 alors qu’il n’est pas encore entré en fonction (à l’époque le président élu devenait président de plein exercice le 6 mars de l’année suivante), il échappe à un attentat commis par un déséquilibré italien Anthony Zangara, attentat qui coûte la vie à Anton Cermak.
-Le 6 mars 1933, Franklin D. Roosevelt devient officiellement le 32ème président des Etats-Unis
-En avril 1933, le Volstead Act qui imposait depuis 1920 la Prohibition est abrogé ce qui entrave le crime organisé et permet au gouvernement américain de lever de nouvelles taxes.
-Injection massive de capitaux dans l’économie avec par exemple 3.3 milliards de dollars injectés via le National Industry Recovery Act (NIRA) soit environ 50 milliards de dollars au cours actuel.

-Des grands projets d’aménagement sont menés comme la mise en valeur de la vallée du Tennessee ou des commandes pour l’armée et surtout la marine ce qui permet à la fois de préserver un savoir-faire et d’entamer timidement le réarmement même si en 1934, il était difficile d’imaginer qu’une nouvelle guerre allait éclater en septembre 1939.
-L’action de Roosevelt est décuplée après les élections de mi-mandat de 1934 qui donnent une majorité démocrate confortable au Sénat comme à la Chambre des Représentants.
-Bien que la situation soit encore très délicate, Roosevelt est triomphalement réélu en novembre 1936 avec onze million de voix et une victoire dans 46 états sur 48 face au républicain Alfred Landon, un candidat sans envergure alors que le parti républicain était divisé. Autant dire que le pauvre Landon à été envoyé au casse-pipe.
-L’économie connait d’ailleurs une rechute avec une panique bancaire à l’été 1937, le chômage remontant à 19% de la population active en 1938.
-On assiste à une montée des oppositions et si les démocrates conservent la majorité au Congrès après les élections de mi-mandat de 1938, l’alliance pratique des républicains et des démocrates conservateurs du sud stoppe dans les faits le New Deal à la fin de 1938.
-En matière de politique extérieure, Roosevelt s’inscrivait plutôt dans les pas de Wilson mais sous la pression de l’opinion, il dut faire un virage vers l’isolationnisme, se contentant de condamnations morales vis à vis des agressions italiennes, allemandes et japonaises.
-En Amérique Latine, il inaugure une politique de bon voisinage (good-neighbouring policy) qui s’éloigne un peu de la doctrine Monroe et du Big Stick. Il abroge en 1934 l’amendement Platt qui permettait à Washington d’intervenir dans les affaires intérieures de Cuba et rapatrie les Marines déployés à Haïti depuis 1915.
Les Philippines obtiennent plus d’autonomie mais il faudra attendre le 14 mars 1945 pour que le Commonwealth of Phillipina soit proclamé, les Etats-Unis assurant néanmoins la défense du pays le temps que l’armée philippine monte en puissance.
Enfin en 1936, le droit d’intervention au Panama est aboli mais les américains conservent la souveraineté sur la zone du canal, situation qui perdurera jusque dans les années 90.
-Les lois isolationnistes se multiplient au grand dam de Roosevelt qui aurait souhaité une intervention plus active des Etats-Unis dans les affaires du monde.
-Quand éclate la guerre de Pologne, les Etats-Unis réaffirment leur neutralité vis à vis du conflit qui démarre. Sa fin rapide dès le mois de décembre fait néanmoins bouger les lignes puisque les isolationnistes commencent à être vus comme des égoïstes se désintéressant du sort du monde.
Il faudra néanmoins attendre plusieurs années avant que les Etats-Unis commencent à envisager de réintégrer véritablement le concert international.
Les Etats-Unis au 20ème siècle (3) : Pax Armada (1939-1948)
-La tradition voulait qu’un président ne fasse que deux mandats. Pourtant à l’automne 1940, Franklin D. Roosevelt voulut se présenter pour un troisième mandat. Il profitait de l’incertitude à l’international et de la division de son opposition. Il fût réélu avec 55% des suffrages et la victoire dans 38 états sur 48.
-Il consacra surtout son troisième mandat au réarmement et à la politique extérieure, le congrès qui allait basculer côté républicain en 1940 bloquant toute réforme jugée trop progressiste.

-Alors que le climat international se dégrade (offensive japonaise victorieuse en Chine au printemps 1943, coup d’état S.S et guerre civile en Allemagne), Roosevelt obtient les crédits nécessaires pour sérieusement moderniser les forces armées américaines notamment l’US Navy qui peut financer de nouveaux porte-avions et de nouveaux cuirassés, la priorité étant donné à la guerre contre le Japon.
-Alors que s’annonce les élections de 1944, on se demande ce que va faire Roosevelt. Sa maladie est de notoriété publique et si ses facultés intellectuelles sont intactes, le physique ne suit plus.
-La convention républicaine de Chicago du 26 au 28 juin 1944 avait investit Charles Lingbergh comme candidat aux élections présidentielles de 1944 avec Thomas Dewey _son plus sérieux rival_ comme colistier. Auréolé de sa traversée de l’Atlantique, sanctifié par l’enlèvement et le meurtre de son jeune fils, il représentait un candidat redoutable bien que ses sympathies pour l’Allemagne nazie interrogent les plus lucides.
-Personne ne se bouscule chez les démocrates pour défier un tel monument national. Roosevelt qui se sait condamné à brève échéance doit se résoudre à se présenter une quatrième fois avec Harry S. Truman comme colistier.
Cet attelage est logiquement défait par le duo républicain qui joue davantage sur la forme que sur le fond. Charles Linbergh devient le 33ème président des Etats-Unis avec 57% des voix et une victoire dans 42 états sur 48.
Investit en janvier 1945, le nouveau président eut comme première décision de proposer un amendement limitant à deux mandats consécutifs ou non le nombre de mandats présidentiels, cet amendement, le 22ème étant validé en septembre 1945. Le vote de cet amendement était une façon de calmer ses détracteurs qui voyaient en lui un futur dictateur.
Sa politique intérieure fût à rebours de Roosevelt même si contrairement aux souhaits de nombreux républicains, il refusa de revenir sur tous les acquis de New Deal qui donnèrent enfin leur pleine mesure. Sur le plan extérieur, il poursuivit une politique isolationniste tout en préparant les Etats-Unis à la guerre.

Il continue la politique de bon voisinage en Amérique du Sud en proposant de financer le réarmement des pays d’Amérique Latine pour empêcher l’Europe d’importer un conflit potentiellement iminent dans le sous-continent sud-américain.
Outre la livraison d’armes terrestres ainsi que d’avions, les Etats-Unis financent la modernisation des marines brésiliennes et argentines en réarmant les cuirassés de canons plus modernes, des canons de 356mm britanniques fabriqués sous licence, identiques à ceux équipant le cuirassé turc Suleiman livré en 1942 mais qui ne sera au final opérationnel qu’en 1945. Ils financent partiellement ou totalement l’acquisition de porte-avions.
Quand le second conflit mondial éclate en septembre 1948, le président Linbergh en piste pour son deuxième mandat décide de maintenir les Etats-Unis neutres tout en se montrant plus souple sur les livraisons d’armes à la France, la Grande-Bretagne et la Chine notamment.

Harry Truman. Président des Etats-Unis de 1952 à 1960. Après son échec en 1944 comme vice-président, il succède à Charles Linbergh

Opposé à Harry Truman, Charles Linbergh est réelu à une confortable majorité, 55% et 40 états sur 48. Les élections à la chambre des représentants lui sont également favorables avec une majorité solide.

Il peut ainsi se montrer plus ferme avec le Japon. Il impose un embargo sur le matériel militaire, sur l’acier et le pétrole venant des Etats-Unis ce qui oblige Tokyo à se tourner vers d’autres ressources venant des Indes Néerlandaises et d’URSS, Moscou voulant à tout prix éviter une guerre avec Tokyo ignorant que l’option Nord et continentale à été abandonnée depuis longtemps.
Le président Linbergh décide de renforcer les moyens des forces armées américaines, une partie de la Battle Fleet est déployée à Pearl Harbor tandis que les moyens de l’Asiatic Fleet déployée aux Phillipines sont renforcés (croiseurs et destroyers modernes notamment).
La tension monte en Asie et dans le Pacifique mais il faudra attendre le printemps 1950 pour que la guerre éclate dans cette partie du monde alors qu’elle fait rage depuis bientôt deux ans en Europe.

21-Armée de terre (12)

Régiments d’infanterie coloniale (R.I.C)

Les troupes dites coloniale regroupent plusieurs réalités. Nous venons de voir les régiments de tirailleurs qui appartiennent à la Coloniale. A part leur encadrement, ils sont formés d’indigènes qu’ils soient sénégalais (en réalité de toute l’Afrique Noire), algériens, marocains, tunisiens, malgaches ou indochinois.

L’autre versant de la Coloniale se sont les régiments coloniaux qui sont eux formés d’engagés métropolitains qui ne doivent eux pas être confondus avec les troupes de l’Armée d’Afrique comme les zouaves ou les chasseurs d’Afrique.

Les troupes coloniales ont pour origine les compagnies ordinaires de la mer créées par le cardinal de Richelieu pour fournir de l’infanterie aux navires de la marine royale et ainsi participer à l’arbordage des navires ennemis.

Surnomés marsouins (et bigors pour les artilleurs), les fantassins de la marine participe à la guerre franco-allemande de 1870 au sein de la Division Bleue. Ce conflit terminé, l’infanterie de marine participa aux conquêtes coloniales en Afrique et en Asie.

En 1872, on trouvait quatre régiments d’infanterie de marine en métropole, des régiments logiquement basés dans les bases de la Royale, le 1er étant stationné à Cherbourg, le 2ème à Brest, le 3ème à Rochefort et le 4ème à Toulon.

En 1890, les régiments de métropole se dédoublent, le 5ème et le 6ème RIM étant basés à Lyon, le 7ème à Bordeaux et le 8ème à Toulon. On trouve également quatre régiments en Indochine (9ème à Hanoï, le 10ème à Haïphong, le 11ème et le 12ème à Saïgon). De nouveaux régiments sont régulièrement créés pour faire face aux besoins de la conquête coloniale

Le 7 juillet 1900, une loi est promulguée faisant passer ces troupes dans le giron du Ministère de la Guerre, les Troupes de Marine prennent le nom de Troupes coloniales.

Placé sous l’autorité de la 8ème direction du ministère de la guerre (7 janvier 1901), les troupes coloniales sont cependant placées sous l’autorité du ministère des Colonies quand elles sont déployées dans l’Empire.

En 1902, le nombre de régiments d’infanterie coloniale passe à 24 régiments avant de bientôt retomber à vingt et un suite à des dissolutions.

Si les régiments dans l’Empire restent indépendants, les douze régiments d’infanterie coloniale stationnés en métropole forment trois divisons d’infanterie coloniale à deux brigades de deux régiments d’infanterie coloniale chacune, ses trois divisions formant un corps d’armée colonial.

Durant le premier conflit mondial, les troupes coloniales écrivent avec leur sang les plages les plus glorieuses notamment dans la boue des tranchées.

Avec le deuxième empire du monde derrière l’Empire britannique, les troupes coloniales sont plus que jamais nécessaires et comme avant le premier conflit mondial, elles sont à la fois stationnées en métropole et dans l’Empire. Ainsi en septembre 1939, la Coloniale affiche pour ces régiments d’infanterie le visage suivant :

-Le 1er régiment d’infanterie coloniale (1er RIC) stationné à Paris est intégré à la 3ème DIC

-Le 2ème régiment d’infanterie coloniale (2ème RIC) stationné à Brest est intégré à la 4ème DIC

-Le 3ème régiment d’infanterie coloniale (3ème RIC) stationné à Bordeaux est intégré à la 1ère DIC

-Le Régiment d’Infanterie Coloniale du Maroc (R.I.C.M) stationné à Aix appartient lui à la 2ème DIC

-Le 9ème régiment d’infanterie coloniale est déployé en Indochine

-Le 11ème régiment d’infanterie coloniale est déployé en Indochine

-Le 16ème régiment d’infanterie coloniale est déployé en Chine

-Le 21ème régiment d’infanterie coloniale (21ème RIC) stationné à Paris appartient à la 3ème DIC

-Le 23ème régiment d’infanterie coloniale (23ème RIC) stationné à Paris appartient à la 3ème DIC.

-le bataillon autonome d’infanterie coloniale est stationné à Ouezzan au Maroc

-Le bataillon de marche d’infanterie coloniale stationné au Levant devient peu après la mobilisation le 24ème régiment de marche d’infanterie coloniale puis en 1944, le 24ème régiment d’infanterie coloniale. Il intégre ensuire la 191ème DIA qu’il forme avec le 12ème RTT (le 16ème RTT qui appartenait à la division à été dissous quand les DIA ont été reformés sur le mode DLI à deux RI.)

-Le bataillon d’infanterie coloniale de l’AOF est déployé au Sénégal

-103ème bataillon de marche d’infanterie coloniale stationné en Chine

-104ème bataillon de marche d’infanterie coloniale stationné en Chine

-108ème bataillon de marche d’infanterie coloniale stationné en Chine

-Le 10ème régiment mixte d’infanterie coloniale est stationné en Indochine

-Le19ème régiment mixte d’infanterie coloniale est stationné en Indochine

-Quatre compagnies mixtes d’infanterie coloniale basée à Fort de France, à Camp Jacob (Guadeloupe), à Cayenne et à Papeete.

La situation évolue entre septembre 1939 et septembre 1948. La compagnie mixte d’infanterie coloniale stationnée à Fort de France devient le 12ème régiment d’infanterie coloniale qui dispose de deux bataillons plus un troisième activé à la mobilisation.

La compagnie mixte stationnée à Camp Jacob en Guadeloupe devient un bataillon mixte d’infanterie coloniale.

La compagnie mixte stationnée à Cayenne en Guyane est complétée en 1945 par un bataillon de tirailleurs sénégalais de Guyane.

La compagnie mixte stationnée à Papeete devient un bataillon appelé le 1er bataillon d’infanterie coloniale du Pacifique.

-Un régiment d’infanterie coloniale du Pacifique est créé en septembre 1945 avec un recrutement chez les caldoches alors qu’un temps il fût prévu que le régiment soit mixte. Ce régiment reçoit en juin 1948 le n°1 pour prévoir la création éventuelle d’autres régiments de ce type.

A la mobilisation générale d’août 1948, trois nouvelles divisions d’infanterie coloniale sont mises sur pied, les 5ème, 6ème et 7ème DIC.

Trois nouveaux régiments d’infanterie coloniale sont ainsi créés, le 1er régiment d’infanterie coloniale donne naissance au 4ème RIC qui intègre la 5ème DIC en compagnie des 11ème et 21ème RTS, le 2ème RIC donne naissance au 5ème RIC qui intègre la 6ème DIC en compagnie des 19ème et 22ème RTS alors que le 3ème RIC donne naissance au 7ème RIC qui intègre la 7ème DIC en compagnie des 20ème et 25ème RTS.

21-Armée de terre (11)

Régiments de tirailleurs

Les régiments de tirailleurs sont semblables aux régiments d’infanterie de ligne même si certains alignent quatre bataillons. Il existe cependant des différences notables entre les régiments de tirailleurs basés en Métropole et ceux basés dans l’Empire.

Si les RT basés en métropole sont généralement bien armés en matière antichar, ceux déployés dans l’Empire le sont beaucoup moins en raison d’une menace antichar inexistante ou diffuse.

Il faut également tenir compte du terrain et de la géographie qui peut rendre difficile le maniement de certains armes notamment le mortier de 120mm ce qui explique que les régiments de tirailleurs déployés dans l’Empire conservent le 81mm plus facile à transporter que son successeur.

On trouve également la particularité de régiments mobiles et portés de tirailleurs sénégalais qui déployés en Afrique se déplacent telles de véritables colonnes mobiles.

Régiments de tirailleurs des DINA et des DIC déployés en métropole

Leur organisation est identique aux régiments d’infanterie type Nord-Est tout comme leur équipement.

-La Compagnie de Commandement dispose d’un PC, de moyens de transmissions, de renseignement, des éclaireurs motocyclistes et des sapeurs pionniers

-Trois bataillons d’infanterie

-Un Etat-major et une section de commandement

-Une Compagnie d’accompagnement avec une section de commandement, quatre sections de     quatre mitrailleuses MAC-36 de   7.5mm pour la lutte antiaérienne et antichar à l’aide     d’ogives perforantes et une section d’engins avec deux canons de 25 puis de 47mm et deux     mortiers de 81mm puis de 120mm.

-Trois compagnies de fusiliers-voltigeurs avec une section de commandement avec un     mortier de 60mm et quatre sections de combat

-La Compagnie Régimentaire d’Engins (CRE) dispose de deux mortiers de 81mm puis 120mm ainsi que de 6 canons de 25mm puis 47mm

-La Compagnie Hors-Rang est chargé du ravitaillement, de l’approvisionement, du dépannage et du soutien sanitaire

Régiments de tirailleurs déployés dans l’Empire

Par rapport aux régiments de tirailleurs déployés à demeure en métropole, les régiments de tirailleurs déployés dans l’Empire sont moins bien armés, devant faire face à un ennemi nettement moins mordant que les divisions allemandes. Ils sont donc organisés de la façon suivante :

-La Compagnie de Commandement dispose d’un PC, de moyens de transmissions, de renseignement, des éclaireurs motocyclistes et des sapeurs pionniers

-Quatre bataillons d’infanterie

-Un Etat-major et une section de commandement

-Une Compagnie d’accompagnement avec une section de commandement, trois sections de     quatre mitrailleuses MAC-36 de 7.5mm ou de Hotchkiss modèle 1914 de 8mm et une     section d’engins avec deux canons de 25mm et deux mortiers de 81mm.

-Trois compagnies de fusiliers-voltigeurs avec une section de commandement avec un     mortier de 60mm et quatre sections de combat

-La Compagnie Régimentaire d’Engins (CRE) dispose de deux mortiers de 81mm ainsi que de 8 canons de 25mm.

-La Compagnie Hors-Rang est chargé du ravitaillement, de l’approvisionement, du dépannage et du soutien sanitaire

Régiments mobiles et «portés» de tirailleurs sénégalais

Au Sénégal, on trouve les 1er et 7ème régiments mobiles de tirailleurs sénégalais alors qu’au Cameroun est déployé le régiment de tirailleurs sénégalais du Cameroun. Ces régiments peuvent être considérés comme des régiments «portés».

Se déplaçant comme de véritables colonnes mobiles, ils sont totalement motorisés et peuvent ainsi nomadiser dans le desert ou dans la savane pour opposer une résistance diffuse à un ennemi majeur ou traquer les pillards et les bandes armées. Ils sont organisés de la façon suivante :

-Une Compagnie de Commandement qui dispose d’un PC, de moyens de transmissions, de renseignement, des éclaireurs motocyclistes et des sapeurs pionniers

-Deux bataillons d’infanterie avec un troisième qui peut être activé à la mobilisation qui sont organisés de la manière suivante :

-Un état-major associé à une section de commandement

-Une compagnie d’accompagnement à trois sections de quatre mitrailleuses (7.5 ou 8mm), une section de deux mortiers de 81mm et de deux canons de 25mm

-Trois compagnies de tirailleurs  avec une section de commandement avec un mortier de 60mm et quatre sections de combat

-La Compagnie Régimentaire d’Engins (CRE) dispose de deux mortiers de 81mm et de 4 canons de 25mm (deux sections de deux).

-La Compagnie Hors-Rang est chargé du ravitaillement, de l’approvisionement, du dépannage et du soutien sanitaire

Liste des régiments de tirailleurs en septembre 1939 et leur évolution ultérieure

Régiments de tirailleurs marocains

-1er régiment de tirailleurs marocains (Meknès) intégré à la 1ère Division Marocaine.

-Le 5ème bataillon du 1er régiment de tirailleurs marocain est déployé au Levant au sein de la Demi-brigade algéro-marocaine. Il sert de noyau dur à la formation du 9ème régiment de tirailleurs marocains qui intègre la Division Légère d’Infanterie du Levant (DLIL) devenue à la mobilisation d’août 1948, la 2ème DLI.

-2ème régiment de tirailleurs marocains (Marrakech) est dissous en septembre 1940 puis reconstitué en septembre 1948 lors de la réactivation de la 3ème Division Marocaine.

-3ème régiment de tirailleurs marocains (Saint-Dié) intégré à la 43ème DI de Strasbourg

-4ème régiment de tirailleurs marocains (Taza) intégré un temps à la 82ème DIA est mis en sommeil à l’automne 1940

-5ème régiment de tirailleurs marocains (Bourg) intégré à la 1ère DINA de Lyon

-6ème régiment de tirailleurs marocains (Verdun) intégré à la 2ème DINA de Toul

-Le 7ème régiment de tirailleurs marocains disposait de trois bataillons à Meknès et d’un quatrième à Bastia. Ce quatrième bataillon rallie le Maroc réunifiant le régiment qui est intégré à la 1ère Division Marocaine

-8ème régiment de tirailleurs marocains (Belfort) intégré à la 13ème DI de Besançon

-9ème régiment de tirailleurs marocains stationné au Levant au sein de la Division Légère d’Infanterie du Levant qui succède à la demi-brigade algéro-marocaine. Il est basé à Alep.

A la mobilisation de septembre 1948, les régiments de tirailleurs marocains basés au Maroc vont créer de nouveaux régiments de tirailleurs. Le 1er RTM donne naissance au 10ème RTM, le 3ème RTM donne naissance au 11ème RTM et le 5ème RTM donne naissance au 12ème RTM soit trois nouveaux régiments.

Le 10ème RTM et le 11ème RTM vont intégrer la 5ème division d’infanterie nord-africaine, le 12ème RTM intégrant la 6ème division d’infanterie nord-africaine.

Régiments de tirailleurs algériens

-1er régiment de tirailleurs algériens (1er RTA) stationné à Blida intégré à la 5ème brigade d’infanterie algérienne puis à la 81ème Division d’Infanterie d’Afrique.

-2ème régiment de tirailleurs algériens (2ème RTA) stationné à Mostaganem intégré à la 4ème brigade d’infanterie algérienne de la Division d’Oran. A la mobilisation de septembre 1939, il est dissous et non reconstitué par la suite.

-3ème régiment de tirailleurs algériens (3ème RTA) stationné à Bône intégré à la 7ème brigade d’infanterie algérienne de la Division de Constantine puis à la 83ème DIA. Il est préservé après la dissolution.

-4ème régiment de tirailleurs algériens (4ème RTA) déployé au Levant au sein de la DLIL par amalgame des 4ème bataillons des 6ème et 7ème RTA.

-5ème régiment de tirailleurs algériens (5ème RTA) stationné à Maison-Carrée intégré à la 5ème brigade d’infanterie algérienne de la Division d’Alger. A la mobilisation de septembre 1939, il est dissous et non reconstitué par la suite.

-6ème régiment de tirailleurs algériens (6ème RTA) stationné à Tlemcen intégré à la  à la 4ème brigade d’infanterie algérienne de la Division d’Oran.

Il est préservé à la mobilisation de septembre 1939, devenant une unité autonome qui remplace le 6ème REI déployé au Maroc au sein de la 4ème DLI, le 6ème RTA ralliant lui le Levant

-7ème régiment de tirailleurs algériens (7ème RTA) stationné à Constantine intégré à la 7ème brigade d’infanterie algérienne de la Division de Constantine puis à la 83ème DIA

-9ème régiment de tirailleurs algériens (9ème RTA) stationné à Miliana intégré à la 5ème brigade d’infanterie algérienne de la Division d’Alger puis à la 81ème DIA

-11ème régiment de tirailleurs algériens (11ème RTA) stationné à Sétif intégré à la 7ème brigade d’infanterie algérienne de la Division de Constantine puis à la 85ème DIA. Dissous en septembre 1940.

-13ème régiment de tirailleurs algériens (13ème RTA) basé à Metz et intégré à la 2ème DINA

-14ème régiment de tirailleurs algériens (14ème RTA) basé à Chateauroux et intégré à la 3ème DINA

-15ème régiment de tirailleurs algériens (15ème RTA) basé à Perigueux et intégré à la 3ème DINA

-17ème régiment de tirailleurs algériens (17ème RTA) intégré à la 87ème DIA

-18ème régiment de tirailleurs algériens (18ème RTA) intégré à la 87ème DIA

-19ème régiment de tirailleurs algériens (19ème RTA) intégré à la 85ème DIA est dissous en même temps que la division à laquelle il est rattaché
-21ème régiment de tirailleurs algériens (21ème RTA) basé à Epinal et intégré à la 6ème DINA

-22ème régiment de tirailleurs algériens (22ème RTA) basé à Toul et intégré à la 2ème DINA

-23ème régiment de tirailleurs algériens (23ème RTA) basé à Morhange et intégré à la 4ème DINA

-25ème régiment de tirailleurs algériens (23ème RTA) basé à Morhange et intégré à la 4ème DINA

-27ème régiment de tirailleurs algériens (27ème RTA) basé à Avignon et intégré à la 1ère DINA

Les 4ème bataillons des 6ème RTA et 7ème RTA stationnés à Alep forment ultérieurement un 4ème régiment de tirailleurs algériens, intégré à la Division Légère d’Infanterie du Levant en compagnie du 9ème régiment de tirailleurs marocains. Le 6ème RTA déployé en Algérie et reconstitué à quatre bataillons remplace le 6ème REI comme régiment indépendant au Levant.

A la mobilisation d’août/septembre 1948, six nouveaux régiments de tirailleurs algériens sont créés à partir des régiments stationnés en Afrique du Nord.

C’est ainsi que le 8ème RTA est créé à partir du 1er RTA, le 10ème RTA est créé à partir du 2ème RTA, le 12ème RTA à partir du 3ème RTA, le 16ème RTA à partir du 5ème RTA, le 19ème RTA à partir du 7ème RTA et le 20ème RTA à partir du 9ème RTA. Ces régiments restent stationnés en Afrique du Nord.

Le 8ème RTA intègre la 5ème DINA en compagnie des 10ème et 11ème RTM, les 10ème et 12ème RTA intègrent la 6ème DINA en compagnie du 12ème RTM alors que les 16ème et 19ème RTA intègrent la 7ème DINA. Le 20ème RTA  intègre la 8ème DINA

Régiments de tirailleurs tunisiens

-4ème régiment de tirailleurs tunisiens (4ème RTT) est stationné à Sousse et intégré à la Division de Tunis. Après avoir échappé de peu à la dissolution, il est déployé à Bizerte avec pour mission de défendre la base navale en liaison avec les fusiliers marins.

-8ème régiment de tirailleurs tunisiens (8ème RTT) est stationné à Bizerte et intégré à la Division de Tunis puis à la 84ème DIA, division qui dispose également du 4ème régiment de zouaves

-12ème régiment de tirailleurs tunisiens (12ème RTT) est maintenu après la démobilisation au sein de la 191ème DIA déployée au Levant

-16ème régiment de tirailleurs tunisiens (16ème RTT) est stationné à Soueïda au Levant au sein de la 191ème DIA mais il est dissous en juillet 1940

-Le 20ème régiment de tirailleurs tunisiens (20ème RTT) rattaché à la 86ème DIA est dissous en juillet 1940. Il est reconstitué en septembre 1948 au sein de la 85ème DIA.

-24ème régiment de tirailleurs tunisiens (24ème RTT) stationné à La Roche sur Yon au sein de la 3ème DINA

-28ème régiment de tirailleurs tunisiens (28ème RTT) stationné à Montélimar au sein de la 1ère DINA

A la mobilisation d’août 1948, trois nouveaux régiments de tirailleurs tunisiens sont mis sur pied à partir des régiments stationnés en Tunisie et au Levant.

-Le 5ème RTT est créé à partir du 4ème RTT et est intégré à la 7ème DINA en compagnie des 12ème et 16ème RTA

-Le 6ème RTT est créé à partir du 8ème RTT et est intégré à la 8ème DINA en compagnie du 17ème RTA et du 7ème RTT

-Le 7ème RTT est créé à partir du 16ème RTT et est intégré à la 8ème DINA en compagnie donc du 6ème RTT et du 17ème RTA.

Régiments de tirailleurs sénégalais

-3ème régiment de tirailleurs sénégalais (3ème RTS) de Fès est dissous après la réduction de la 2ème Division Marocaine à deux régiments. Il est néanmoins reconstitué en septembre 1948 suite à la réactivation de la 85ème DIA qu’il forme avec le 20ème RTT.

-4ème régiment de tirailleurs sénégalais (4ème RTS) de Toulon intégré à la 2ème Division d’Infanterie Coloniale de Toulon

-5ème régiment de tirailleurs sénégalais (5ème RTS) de Monastir intégré à la division de Sousse puis déployé sur la ligne Mareth.

-6ème régiment de tirailleurs sénégalais (6ème RTS) de Casablanca est dissous en août 1940 en même temps que la 3ème Division Marocaine.

-8ème régiment de tirailleurs sénégalais (8ème RTS) de Toulon intégré à la 2ème Division d’Infanterie Coloniale de Toulon

-9ème régiment de tirailleurs sénégalais (9ème RTS) basé à Djibouti (ancien bataillon de tirailleurs sénégalais de la Côte des Somalis)

-10ème régiment de tirailleurs sénégalais (10ème RTS) de Bizerte intégré à la divison de Sousse puis à la 88ème DIA en compagnie du 18ème RTS.

-11ème régiment de tirailleurs sénégalais (11ème RTS) déployé au sein de la 181ème DIA est dissous en même temps que la division à laquelle il est rattachée.

-12ème régiment de tirailleurs sénégalais (12ème RTS) de La Rochelle intégré à la 1ère Division d’Infanterie Coloniale de Bordeaux

-13ème régiment de tirailleurs sénégalais (13ème RTS) à Alger intégré à la 1ère brigade d’infanterie algérienne (Division d’Alger) puis à la 181ème DIA. Régiment dissous en août 1940

-Le 4ème bataillon du 13ème RTS est dissous en même temps que le reste du régiment.

-14ème régiment de tirailleurs sénégalais (14ème RTS) de Mont de Marsan  intégré à la 1ère Division d’Infanterie Coloniale de Bordeaux

-15ème régiment de tirailleurs sénégalais (15ème RTS) de Philippeville est intégré à la 3ème brigade d’infanterie algérienne (Division de Constantine)
-16ème régiment de tirailleurs sénégalais (16ème RTS) de Montauban intégré à la 4ème DIC de Toulouse

-17ème régiment de tirailleurs sénégalais (17ème RTS) de Beyrouth dissous en septembre 1940

-18ème régiment de tirailleurs sénégalais (18ème RTS) de Gabès et intégré à la Division de Sousse puis à la 88ème DIA en compagnie du 10ème RTS.

-24ème régiment de tirailleurs sénégalais (24ème RTS) de Perpignan intégré à la 4ème DIC de Toulouse

A la mobilisation d’août/septembre 1948, trois nouvelles divisions d’infanterie coloniale (D.I.C) sont mises sur pied en Afrique du Nord avec des recrues européennes et des recrues sénégalaises, nécessitant la création de neuf nouveaux régiments dont six régiments de tirailleurs sénégalais.

C’est ainsi que le 4ème donne naissance au 11ème RTS qui intègre la 5ème DIC, le 5ème RTS donne naissance au 19ème RTS qui intègre la 6ème DIC, le 8ème RTS donnant naissance au 20ème RTS qui intègre la 7ème DIC.

Le 10ème RTS donne naissance au 21ème RTS qui intègre la 5ème DIC. Le 22ème RTS qui intègre la 6ème DIC est mis sur pied à partir du 16ème RTS et le 25ème RTS qui intègre la 7ème DIC est créé à partir du 24ème RTS.

Autres régiments de tirailleurs

Les autres unités de tirailleurs sont peu nombreuses. Elles se situent toutes en Asie et dans l’Océan Indien.

-Sur la Grande Ile (Madagascar) on trouve les 1er et 2ème régiments de tirailleurs malgaches, toujours en ligne en septembre 1948.

-En Indochine, on trouve quatre régiments indépendants de tirailleurs tonkinois, les 1er, 2ème, 3ème et 4ème RTTon, le 1er régiment de tirailleurs annamites, le 1er régiment de tirailleurs cambodgiens et le 4ème régiment de tirailleurs montagnards (ex-bataillon).