Le Conflit (33) Scandinavie (33)

Jutland et Danemark

Fortifications allemandes

Plus encore que la Norvège la position du Danemark est stratégique pour la défense allemande puisque le pays des Dans contrôle le Skagerrak et le Kattegat permettant d’accéder à la mer Baltique, une mer censée être une mare germanicum ce qui est moins vrai avec la montée en puissance de la Flotte de la Baltique.

De solides fortifications vont protéger la côte occidentale du Danemark et les accès à la mer Baltique en liaison avec des fortifications situées dans le sud de la Norvège notamment du côté de Kristiansand et d’Oslo.

10, 5 cm Krupp, Odderøya

La défense du Skagerrak est assuré côté danois par plusieurs batteries comme les deux Batteries de Hirtshals qui comprennent quatre canons de 105mm sous béton, le tout associé à des postes d’observation, des soutes à munitions souterraines, des abris pour les troupes.

La défense rapprochée est assurée par des pièces légères de DCA (20 et 37mm) et par des tourelles de char démontées, des tourelles de Panzer II (canon de 20mm et mitrailleuse de 7.92mm).

Batterie de 380mm de quoi calmer bien des témérités (ou pas)

A Hanstholm se trouve une puissance batterie de défense côtière qui verrouille le Skagerrak avec la batterie de Vara en Norvège. Elle comprend quatre canons de 380mm sous béton.

Des pièces plus légères sont également présentes comme quatre canons de 170mm, quatre canons de 105mm et quatre canons de 88mm, le tout sous béton. On trouve également des postes de commandement et d’observation sous béton, des abris pour troupes, des dépôts de munitions, des blockhaus d’infanterie disposant de mitrailleuses et de canons antichars associés à des tourelles de char déclassées.

La presqu’ile de Skagen qui marque la limite entre la mer du Nord et la mer Baltique est défendue par une batterie disposant de quatre canons de 120mm modèle 1913, des canons danois retrouvés dans les dépôts de la marine danoise.

Montés sur plate-formes rotatives protégées par du béton, elles disposaient comme de coutumes de postes d’observation, de postes de commandement, d’abris pour la troupe et pour les munitions.

La défense rapprochée de cette batterie est assurée par deux tourelles de Panzer II et par quatre blockhaus d’infanterie disposant chacun d’un canon antichar de 47mm et de deux mitrailleuses de 7.92mm, le tout couvert par des mortiers de 81mm.

En septembre 1952 en raison de la pénurie d’obus de 120mm, ces canons sont remplacés par des canons de 127mm allemands.

Au sud de Skagen on trouve la ville de Frederikshvan avec un dispositif étoffé se composant de soixante-douze bunkers de différente taille, des postes d’observation, des postes de commandement, des abris pour servants, des soutes à munitions bétonnées et bien entendu des blockhaus d’infanterie pour défendre les canons contre un coup de main.

La puissance de feu est conséquente avec six canons de 120mm danois puis six canons de 150mm allemands, des canons antiaériens de 105mm, des canons antiaériens de 20 et de 37mm, des blockhaus d’infanterie disposant d’un canon antichar et de deux mitrailleuses, des tourelles de chars déclassées.

La côte occidentale du Danemark, le Jutland est naturellement sérieusement modifiée car vue comme le meilleur moyen pour les alliés de prendre pied au Danemark (comme nous l’avons vu ce n’est pas si évident que cela).

Des batteries sont implantées à Thyboron, à Agger, à Stavning, à Esjberg, à Oxby et sur l’île de Fano.

A Thyboron on trouve deux canons de 105mm sous masque avec des pièces légères de DCA, des blockhaus d’infanterie et des tourelles de chars déclassées.

A Agger on trouve deux canons de 150mm sous masque, deux canons de 75mm belges eux aussi sous masque, des pièces légères de DCA (20 et de 37mm), deux blockhaus d’infanterie (canon antichar de 37mm tchèque et une mitrailleuse de 7.92mm) et deux tourelles de Panzer II.

A Stavning on trouve quatre canons de 105mm sous masque montés sur plate-formes rotatives le tout protégées par une épaisse couche de béton armé.

On trouve deux postes d’observation, un poste de commandement, quatre abris pour les servants, quatre soutes à munitions (une par pièce) associées à une soute centrale.

On trouve également huit canons de 37mm antiaériens et deux blockhaus d’infanterie (un canon antichar de 37mm tchèque et une mitrailleuse de 7.92mm).

Le port d’Esjberg est couvert par six points d’appui disposant chacun de deux canons de 105mm associés à des pièces légères de DCA (37 et 20mm), des blockhaus d’infanterie (canons antichars et mitrailleuses), des mortiers de 81mm en fosse et des tourelles de Panzer III.

A Oxby il était prévu deux tourelles doubles de 380 et de 406mm mais au final seule une tourelle de 380mm à été aménagée pour repousser au loin la flotte ennemie. L’action de ces canons est relayé par deux canons de 170mm et quatre canons de 150mm.

Cette position est protégée par une solide DCA (canons de 88mm, de 37 et de 20mm), des blockhaus d’infanterie et des tourelles de char déclassées.

Sur l’île de Fano, on trouve quatre canons de 105mm et deux canons de 150mm sous masque montés sur plate-formes rotatives, le tout protégé par du béton. Ces canons sont associés à des pièces de DCA légère (20 et 37mm) et des blockhaus d’infanterie.

A Aalborg une base de sous-marine bétonnée devait être construite mais quand les alliés attaquent on trouve simplement deux alvéoles immergeables et asséchables plus quatre autres encore en travaux, travaux stoppés et qui ne seront jamais repris.

Après guerre la marine danoise envisage d’utiliser cette installation mais y renonce rapidement en raison de nombreuses malfaçons. Les installations sont abandonnées puis détruites non sans mal dans les années quatre-vingt.

La défense de cette base sous-marine est assurée par deux batteries légères à l’entrée du port d’Aalborg, chacune disposant de deux canons de 105mm, de pièces de DCA légères et de blockhaus d’infanterie.

Sur le papier ce dispositif est impressionant, rassurant les allemands et inquiétant les alliés même si on le saura plus tard toutes les batteries ne furent pas toutes armées faute de personnel disponible.

Unités allemandes déployées

Le destroyer Z.15 Erich Steinbrick

-Destroyer Z.15 Erich Steinbrick basé à Aalborg

-Torpilleur T.52 stationné à Aalborg

-Escorteur G.27 stationné à Copenhague

-17. R.-Flottille : R.86 R.90 R.92 à Aalborg R.88 R.94 R.96 à Copenhague

-Dragueurs de mines M.63 M.66 M.107 à Copenhague, M.67 et M.68 à Aalborg

-1. U-Flottille stationnée à Aalborg : U-32 U-34 U-48 U-248 U-250 U-252 U-289 U-290

-Un transport armé et un forceur de blocus

-MIS-6 à Copenhague MIS-7 à Aalborg

-12. Marine Aufklärung Staffel : douze Blohm & Voss Bv-138M stationnés à Esjberg

*
**

Les forces aériennes allemandes déployées au Danemark sont regroupées au sein du X. Fliegerkorps appelé également Fliegerkorps Danmark. Il regroupe les moyens suivants :

Schéma d’un Me-109K

-Jagdgeschwader 10 : 1er groupe volant sur Messerschmitt Me-109K, 2ème groupe volant sur Messerschmitt Me-109L, 3ème groupe volant sur Messerschmitt Me-109L, 4ème groupe volant sur Messerschmitt Me-410 Hornisse.

Dornier Do-217 en vol

-Kampfgeschwader 10 : 1er groupe volant sur Dornier Do-217, 2ème groupe volant sur Dornier Do-217, 3ème groupe volant sur Junkers Ju-388, 4ème groupe volant sur Heinkel He-119

-Aufklärunggeschwader 10 : 1er groupe volant sur Focke-Wulf Fw-189 2ème groupe volant sur Focke-Wulf Fw-189, 3ème groupe volant sur Fieseler Fi-156 Storch 4ème groupe volant sur Focke-Wulf Fw-189

-Transport Gruppen Danmark : Junkers Ju-52/3m et Junkers Ju-90

*
**

Les troupes de la Heer assurant la défense du Danemark sont placées sous le commandement de la 6.Armee. Ces moyens sont les suivants :

-Un état-major implanté à Copenhague

Panzer VI Tiger

-La 34. PanzerDivision une unité créé au printemps 1953 et donc largement inexpérimentée et à l’équipement largement perfectible puisqu’elle ne dispose que de 70% de ses chars 45% de ses semi-chenillés ou encore 54% de son artillerie. Son positionnement loin du Jutland sera critique après guerre mais pas certain que sa présence y aurait changé quoi que ce soit.

canon automoteur Hummel

Sur le plan matériel l’unité dispose de Panzer V Panther et de Panzer VI Tiger, de semi-chenillés Sdkfz 250 et d’automoteurs de 150mm Hummel.

-60ème Corps d’Armée (LX. ArmeeKorps) : 275ème division d’infanterie, 277ème division d’infanterie, le 717ème bataillon de canons d’assaut, un régiment d’artillerie lourde, un régiment antiaérien, un régiment antichar et un bataillon du génie

-61ème Corps d’Armée (LXI ArmeeKorps) : 276ème division d’infanterie, 278ème division d’infanterie, le 718ème bataillon de canons d’assaut, un régiment d’artillerie lourde, un régiment antiaérien, un régiment antichar et un bataillon du génie.

Si le 60ème CA couvre le Jutland, le 61ème est davantage déployé sur la frontière en couverture des unités qui combattent les alliés en Allemagne.

-Festung Copenhaguen : «garnison» de Copenhague composée de deux bataillons composites de faible valeur militaire associé à deux batteries d’artillerie lourde et une compagnie du génie. Les fortifications sont essentiellement celles héritées du Danemark avec quelques blockhaus mais rien de bien extraordinaire.

-Des garnisons dispersées sur les îles danoises là aussi de faible valeur militaire, ne dépassant le volume de la compagnie renforcée.

Ces garnisons sont présentes à Laeso et Anholt (Kattegat), à Samso Endelave et Sejero (entre la péninsule du Jutland et l’île de Sjaelland) ainsi qu’à Bornholm en Baltique.

Unités alliées déployées

La Jutland Task Force placée sous commandement américain comprend les moyens navals suivants :

USS Arizona (BB-39)

-Cuirassés USS Arizona (BB-39) et HMS Iron Duke

-Porte-avions USS Block Island (CVL-34)

-Croiseur lourd USS Toledo (CA-78)

Le USS Brooklyn (CL-40)

-Croiseurs légers USS Brooklyn (CL-40) USS Raleigh (CL-113) HMS Minotaur Defence et Duquesne

-Escorteur d’escadre (ex-Contre-torpilleur) Guepratte

-Destroyers USS Farragut (DD-348) USS Worden (DD-352) USS Aylwin (DD-355) USS Preston (DD-379) HDMS Zealand Bornholm et HMCS Chippewa

-Sous-marins Martinique Mayotte HMS Virtus et Visigoth

-Transport et escorte de la force d’assaut : quatre transports d’assaut  USS Craighead (AK-144) USS Dodridge (AK-145) USS Faribaut (AK-148) Fentress (AK-149), douze LST (dont six canadiens), sept LCI et six LCT canadiens, huit LSL et six LSM le tout escortés par quatre type Hunt IV (HMS Answer Antaeus Ardent Argosy) et deux frégates de classe River, les HMS Plym et Wye.

-Pétrolier RFA Arndale

-Transports rapide HMS Latonna et RFA Fort Beauharnais

Le dispositif aérien est étoffée avec des moyens fournis par la Grande-Bretagne et surtout par les Etats-Unis.

Consolidated Catalina britannique approchant de l’île de Malte

La couverture de la force de combat et de transport est assurée par le Coastal Command avec les hydravions du squadron 212 en l’occurrence des Consolidated Catalina et des bimoteurs du squadron 269 en l’occurence les Blackburn Buccaneer.

Grumman F8F Bearcat

A bord du USS Block Island (CVL-34) on trouve le Carrier Air Group Thirty-Four (CAG-34) qui se composait de deux flottilles de chasse volant sur Grumman F8F Bearcat, une flottille de bombardement en piqué volant sur Curtiss SB2C Helldiver et une flottille de bombardement-torpillage volant sur Grumman TBF Avenger.

Des unités aériennes basées à terre sont également de la partie pour couvrir, éclairer et appuyer les troupes au sol. Ces unités sont fournies par les Etats-Unis et le Danemark.

Republic P-47 Thunderbolt

Côté américain on trouve d’abord quatre groupes de chasse, le 48th Fighter Group volant sur Republic P-47 Thunderbolt, le 361th Fighter Group volant sur Lockheed P-38 Lightning, le 364th Fighter Group volant sur North American P-51 Mustang et le 406th Fighter Group volant sur Bell P-39 Airacobra.

Douglas A-26 Invader

Deux unités d’attaque sont également engagées, le 394th Attack Group volant sur Douglas A-26 Invader et le 410th Attack Group volant sur Republic P-47 Thunderbolt.

North American B-25 Mitchell

Deux unités de bombardement médian sont également engagées, le 44th Combat Bombardement Group volant sur North American B-25 Mitchell et le 467th Combat Bombardement Group volant sur Martin B-26 Marauder.

Lockheed F.7 Lightning

Une unité de reconnaissance est également engagée, le 10th Photo Reconnaissance Group volant sur Lockheed F.7 Lightning.

Supermarine Spitfire Mk IX

Les deux unités danoises de la RAF sont également engagées, le N°464 Squadron (Danish)  volant sur Supermarine Spitfire Mk IX et le N°465 Squadron (Danish)  volant sur des Bristol Beaumont Mk IIID.

Les unités terrestres engagées au Danemark sont les suivantes :

-1ère Brigade mobile danoise (1. Dansk Mobilbrigade)

-Un régiment blindé indépedant, le Régiment des Dragons du Jutland

-Un régiment d’artillerie danois et un groupe d’artillerie norvégien

-1er bataillon de Rangers

-31st Infantry Division (US)

-Eléments blindés fournis par la 1ère division blindée française, un groupement de marche composé de deux escadrons de chars moyens Renault G-2R (appelation officielle : char moyen modèle 1949R), un bataillon d’infanterie mécanisée disposant de VBCI Renault modèle 1949 et un groupe d’artillerie automotrice de 105mm.

-La 11ème division parachutiste (11ème DP) est transportée par voie maritime pour l’exploitation et non parachutée à la grande déception des rivaux de la 25ème DP.

A l’assaut ! (épisode 5)

La préparation du débarquement est classique pour une opération amphibie avec de nombreuses frappes aériennes menées depuis la Grande-Bretagne et même depuis l’Allemagne pour obliger les allemands à disperser leurs moyens de défense.

Les aérodromes sont pilonnés tout comme les sites stratégiques. Les défenses côtières sont naturellement visées via notamment des raids commandos pour neutraliser le maximum de pièces, des opérations «choc et effroi» mais aussi des opérations plus subtiles comme le sabotage des groupes électrogènes, des optiques, des réservoirs de carburant…… .

A l’aube l’aviation en remet une couche pour secouer les défenses allemandes, perturber les communications et gener les mouvements des troupes allemandes.

Les alliés ont envisagé l’engagement des bombardiers lourds de la 8th Air Force pour créer un effet sidération avant d’y renoncer pour une raison obscure. Plusieurs hypothèses peuvent être émises comme la crainte de toucher les civils danois, de trop bouleverser le terrain sans compter les réticences des « gros» à être gaspillés sur le plan tactique.

Alors que les batteries côtières sont à peine remises d’un bombardement aérien plus efficace qu’ailleurs, la flotte ouvre le feu. Les deux cuirassés peuvent quasiment vider leurs soutes pour neutraliser les batteries lourdes, laissant aux croiseurs les batteries médianes et légères.

Enfin les troupes au sol sont mises à terre. Politique oblige c’est la Dansk Mobilbrigade qui est mise à terre en premier pour s’emparer d’une tête de pont dans la direction d’Esjberg.

Les combats sont violents mais les soldats danois submergent les défenses côtières et s’installent solidement en défense. En deuxième vague des éléments blindés fournis par la 1ère Division Blindée française sont mis à terre en compagnie d’éléments du régiment d’artillerie danois.

Cela permet de contrer plusieurs contre-attaques allemandes avec l’aide de l’aviation et de l’artillerie de marine. Très vite les allemands renoncent à rejeter les alliés à la mer préférant couvrir les accès en direction de la frontière allemande et de Copenhague. En clair ils s’enterrent pour contrer l’attaque alliée qui ne vient pas immédiatement.

En effet les alliés décident d’attendre la mise à terre de la 31st Infantry Division (US) mais aussi du régiment de Dragons du Jutland et même de la 11ème Divisison Parachutiste (11ème DP) qui va opérer comme une unité d’infanterie de ligne ce qui ne plut guère aux principaux intéressés.

Ce n’est que le 15 octobre 1953 que les alliés vont reprendre leur avancée sous la forme de trois groupements, un groupement Nord, un groupement Centre et un groupement Sud.

On trouve un groupement Nord sous commandement danois comprenant la 1. Danske Brigade associé à un escadron de dragons, à un régiment d’infanterie américain, un régiment de paras français et un groupe d’artillerie danois.

Ce groupe nord va mettre cap sur Herning puis sur Alborg pour sécuriser tout le nord du Danemark. Il va réaliser également des coups de main vers les îles de Laeso et d’Anholt. Il y rencontre moins de résistance qu’ailleurs et peu ensuite renforcer les deux autres groupes qui se heurtent à davantage de résistance.

Un groupement Centre sous commandement américain comprend un régiment d’infanterie américain, un régiment de parachutistes français un escadron de dragons, quelques éléments de la 1ère division blindée française ainsi que le groupe d’artillerie norvégien. Il met cap sur Vejle et Arhus.

Un groupement Sud sous commandement américain comprend un régiment d’infanterie américain, le reliquat du régiment de dragons, un régiment de paras français et des éléments d’appui américains et danois (notamment le reste du régiment d’artillerie danois). Ses objectifs sont Odense et Copenhague.

Le temps du débarquement est terminé, le temps de l’exploitation est venu.

Revenons un peu en arrière et parlons des pertes navales dans les deux camps. Des pertes lourdes chez les allemands, plus légères chez les alliés.

Côté allemand, les forces navales sont pour ainsi dire anéanties sous les coups de l’aviation et des navires alliés.

Le destroyer Z.15 Erich Steinbrick appareille à l’aube dans l’espoir de surprendre une partie de la flotte alliée, de détruire le maximum de navire et tel un corsaire de disparaître en direction d’eaux moins mal fréquentées. Il n’en aura pas le temps. Son appareillage n’à pas échappé aux alliés qui vont l’attendre de pied ferme.

Après avoir tiré quelques obus de 127mm et lancé une torpille qui ne toucha aucune cible, le destroyer est coulé par les avions du USS Block Island (CVL-34), les F8F Bearcat mitraillant les pièces d’artillerie pendant que les avions d’assaut Curtiss SB2C Helldiver et Grumman Avenger ne passent à l’attaque, le destroyer disparaissant dans un énorme boule de feu, touché selon toute vraisemblance par quatre bombes et deux torpilles !

Le torpilleur T.52 stationné à Aalborg est capturé par les danois, coulé droit dans le port après avoir été sabordé par les allemands dans l’espoir de bloquer le port. Le navire est relevé, inspecté en vue d’une éventuelle remise en service mais très vite les danois comprennent que ce serait un gaspillage de temps et d’argent et préfèrent donc l’envoyer directement à la casse.

L’escorteur G.27 est coulé le 11 octobre 1953 par des Spitfire danois qui le surprennent en plein mer, le détruisant à l’aide de roquettes et de bombes perforantes.

En ce qui concerne les R-Boot, deux sont capturés par les danois et réutilisés par ces derniers (R.86 R.94), deux autres sont victimes de l’aviation américaine (R.88 R.90), le R.92 est frappé par une bombe qui ne lui laisse aucune chance alors que le R.96 est sabordé.

En ce qui concerne les dragueurs de mines, les M-Boote, le M.63 est coulé par un Blackburn Buccaneer du Coastal Command, les M.66 et M.67 sont victimes de mines posées par la Luftwaffe sans que la Kriegsmarine soit au courant (!), le M.68 capturé est remis en service et utilisé par la Danske Marinen jusqu’en 1967 alors que le M.107 est surpris et coulé par le destroyer HDMS Zealand.

Les sous-marins stationnés à Aalborg ne sont comme leurs homologues norvégiens pas tous engagés dans l’opération BOREALIS.

Le U-32 en mer surprend un LST qu’il coule à la torpille. Hélas pour les allemands non seulement ce navire était vide mais en plus le sous-marin est victime des charges de profondeur d’un Consolidated Catalina qui veillait au grain (ou presque).

Le U-34 est lui aussi victime d’un Catalina le 11 octobre 1953 alors qu’il tentait de trouver une position de tir dans l’espoir de couler le USS Faribaut (AK-148) et si jamais l’hydravion américain n’avait pas fait mouche, plusieurs escorteurs fonçaient à pleine vitesse en direction l’importun.

Le U-48 immobilisé pour réparations est sabordé à Aalborg. L’épave est relevée après guerre mais trop dégradée, elle est rapidement envoyée à la ferraille.

Les autres sous-marins sont déployés loin du Danemark que ce soit dans l’Atlantique (U-248 et U-250 coulés respectivement les 5 et 9 novembre 1953) ou dans l’Arctique (U-252 U-289 U-290), ces trois derniers sous-marins étant coulés respectivement le 2 décembre 1953 (un hydravion soviétique), le 21 novembre 1953 (mine) et entre le 8 et le 13 octobre 1953 (cause inconnue)

-Le transport armé et le forceur de blocus incapables de prendre la mer sont sabordés pour embouteiller le port d’Aalborg.

Le MIS-6 capturé par les américains est cédé aux britanniques alors que le MIS-7 est coulé par les Bristol Beaumont Mk IIID.

Les alliés souffrent aussi des coups de l’ennemi mais naturellement à un degré moindre. Le destroyer HMCS Chippewa à pour triste privilège d’être la seule unité à être coulée. Le responsable est un bimoteur Junkers Ju-388, ultime déclinaison (le Ju-488 ne dépassa pas le stade prototypal) du Ju-88. Surgissant d’un trou dans la couche nuageuse, le bimoteur place deux bombes dont l’une explose sur une plate-forme lance-torpilles. Le navire coule rapidement après avoir été coupé en deux.

Deux LSM et un LST sont également coulés par des batteries côtières, les coastal battery représentant jusqu’au bout une menace ou du moins une nuisance. D’autres navires amphibies sont perdus notamment un LST canadien, deux LCI, un LST et quatre LCM eux aussi canadiens.

Un certain nombre de navires vont être endommagés comme le croiseur léger USS Raleigh (CL-113) ou encore le HDMS Zealand.

D’autres navires sont endommagés que ce soit accidentellement (échouage sans gravité du destroyer américain Aylwin) ou sous les coups de l’ennemi comme le croiseur léger français Duquesne touché par une bombe et des roquettes ce qui lui impose plusieurs semaines de réparations.

Le sous-marin Mayotte est secoué par l’explosion d’une mine. Il parvient à rallier non sans mal Chatham mais la guerre est finie pour lui, les travaux se terminant en juin 1954 et sa carrière sera naturellement raccourcie par rapport à d’autres submersibles.

Le Conflit (30) Norvège (30)

Namsos

Fortifications allemandes

Le port de Namsos est lui aussi protégé par des fortifications de défense côtière, des défenses moins puissantes qu’ailleurs mais qui ne sont pas négligeables.

Canon de 150mm de l’Atlantikwall

Au nord on trouve deux batteries disposant pour la première de deux canons de 150mm et la seconde de quatre canons de 105mm, des pièces installées sur des plate-formes rotatives protégées par du béton. A cela s’ajoute des postes d’observation, des postes de commandement, des abris pour la troupe et les munitions. A cela s’ajoute une batterie lance-torpilles de 533mm à quatre tubes.

Au sud on trouve également deux batteries disposant d’un total de six canons de 155mm et deux canons de 170mm datant du premier conflit mondial.

Comme pour les batteries du Nord, ces canons sont installés sous béton tout comme les soutes à munitions, les postes de commandement, les postes d’observation, les casernements pour la troupe.

La construction d’une batterie lance-torpilles lancée en août 1953 n’à pas été achevée en octobre quand les alliés déclenchent l’opération BOREALIS.

La défense rapprochée de ces batteries est assurée par des blockhaus d’infanterie armés de mitrailleuses et de canons antichars de 47mm de prise (ici des canons de 47mm venant de Belgique), blockhaus reliés entre-eux par des tranchées semi-couvertes. On trouve également des fosses avec des mortiers de 81mm.

Côté terre ferme, des blockhaus ont été coulés pour assurer la protection des approches au cas où l’ennemi débarquerait loin de Namsos pour attaquer la ville par la terre ferme. Le haut commandement allemand est cependant lucide : ce n’est pas cette demi-douzaine de blockhaus qui va empêcher la prise de la ville. Ces blockhaus sont armés de mitrailleuses et de canons antichars.

Unités allemandes déployées

Comme à Narvik des moyens navals, aériens et terrestres sont déployés pour défendre Namsos. Ils ne sont pas négligeables mais ne sont pas extraordinaires non plus.

Sur le plan naval et aéronaval, on trouve les moyens suivants :

-Destroyer Z.66

-Escorteur (Neue Geleitboote) G.36

S-Boote en mer

-12. Schnellbootflottille : S.102/104/106/108/110/112/114/116

-Navire amphibie MIS-4

-Un transport armé

Junkers Ju-288

16. KFK-Kampfgruppe qui dispose de trente-six bombardiers-torpilleurs Junkers Ju-288

Sur le plan aérien la Luftwaffe déploie le XII. Fliegerkorps qui comprend les unités suivantes :

Schéma du Messerschmitt Me-109K (« Karl »)

-Jagdgeschwader 12 : 1er groupe volant sur Messerschmitt Me-109K, 2ème groupe volant sur Messerschmitt Me-109H, 3ème groupe volant sur Messerschmitt Me-109H et 4ème groupe volant sur Messerschmit Me-410 Hornisse

-Kampfgeschwader 12 : 1er groupe volant sur Heinkel He-119, 2ème groupe volant sur Junkers Ju-288 et 3ème groupe volant lui aussi sur Ju-288.

Focke-Wulf Fw-189

-Aufklärunggeschwader 12 : 1er groupe volant sur Focke-Wulf Fw-189 2ème groupe volant sur Focke-Wulf Fw-189 et 3ème groupe volant sur Fieseler Fi-156 Storch.

La défense de Namsos sur le plan terrestre est du ressort du 73. ArmeeKorps (73.AK) qui comprend les unités suivantes :

-Deux divisions d’infanterie : 208ème division d’infanterie et 2ème division de chasseurs

Panzer IV Ausf G

-Un bataillon de chars, le 219ème bataillon de chars (Panzer IV)

Sturmgeschütz III

-Un bataillon de canons d’assaut le 719ème bataillon de canons d’assaut (Stug III)

-un régiment antichar

-un régiment antiaérien

-un bataillon du génie.

A cela peut s’ajouter les éléments dépendant de la 21ème armée à savoir un régiment d’artillerie lourde (canons de 150mm et de 210mm), un régiment de Nebelwerfer (lance-roquettes multiples), le 217ème bataillon de Panzers (Panzer IV Ausf H), le 717ème bataillon de canons d’assaut (Stug IV), un régiment antichar (canons de 75mm), un régiment antiaérien (canons de 88mm) et un bataillon du génie mais ces moyens doivent aussi soutenir les deux autres corps d’armée.

Unités alliées déployées

Pour transporter, escorter et appuyer les troupes engagées à Namsos, la Royale et ses alliés effectuent un effort important en déployant les moyens suivants :

-Cuirassé Moselle (navire-amiral)

Schéma originel du cuirassé Gascogne qui restera unique

-Cuirassé Gascogne

-Porte-avions Anne de Bretagne

-Croiseur lourd HMS Albermale

Le HMS Belfast

-Croiseurs légers Waldeck Rousseau (détaché de la force de réserve) Montcalm Sully Lamotte-Picquet HMS Belfast et HMNoS Bergen

Le contre-torpilleur Milan

-Escorteurs d’escadre (ex-contre torpilleurs) Milan Le Triomphant Ronar ‘ch D’Estaing Vautour Cassard

-Escorteurs rapides Le Foudroyant L’Ouragan Le Sirocco La Palme La Tempête

-Escorteurs rapides (ex-torpilleurs d’escadre) Durandal Dague

-Escorteurs rapides (ex-Torpilleurs légers) classe Kabyle L’Algérien Le Sénégalais L’Arabe Le Marocain

-Avisos-dragueurs L’Impétueuse La Boudeuse La Trompeuse La Sérieuse

-Corvettes ASM La Malouine La Versaillaise La Nimoise L’Agenaise

-Patrouilleurs Coléoptère Sauterelle Araignée Scorpion

Le USS Casa Grande (LSD-13) est le navire tête de liste d’une classe de LSD. Le Foudre et l’Harmattan sont similaires

Le transport des troupes mises à terre est assurée par les deux LSD de la Marine Nationale, le Foudre et l’Harmattan, huit Bâtiments de Débarquement de Chars (BDC/LST), huit Bâtiments de Débarquement Médian (BDM/LSM) et douze Bâtiments de Débarquement d’Infanterie (BDI/LSL).

A cela s’ajoute deux transports d’assaut canadiens, les HMCS Canadian Star et Newfoundland

Deux sous-marins sont chargées de protéger la force d’assaut contre leurs congénères allemands à savoir les vétérans Casabianca et Ile de Ré.

Le soutien logistique est assuré par le pétrolier-ravitailleur Dordogne et le ravitailleur rapide Lot.

La marine canadienne assure également la guerre des mines en mobilisant plusieurs dragueurs de mine en l’occurence les HMCS Winnipeg Boniface Middlesex Rocklife.

L’appui aérien est assuré à la fois par l’Armée de l’Air et par l’Aviation Navale.

Consolidated B-32 Dominator

On trouve tout d’abord la 56ème Escadre de Bombardement ex-Escadre de Bombardement du Nord, escadre regroupant trois groupes, les deux premiers (I/56 et II/56) volant sur Consolidated modèle 33F Géant II alors que le troisième (III/56) volant sur Amiot Berry.

La 31ème Escadre de Bombardement Moyen (31ème EBM) est également de la partie avec trois groupes homogènes volant sur Lioré et Olivier Léo 458ter.

Ces bombardiers bi et quadrimoteurs ont été engagés au début pour affaiblir les défenses allemandes à la différence des unités d’assaut et de bombardement en piqué qui vont opérer pour appuyer les troupes au sol en l’occurence le GBA II/35 volant sur Bréguet Br697 et le GBA II/40 volant sur Loire-Nieuport LN-435 (ultime évolution du LN-430).

On trouve également des unités de chasse, une escadre (en attendant une deuxième début novembre) avec des monomoteurs et des bimoteurs. Si les bimoteurs sont déployés dès le début, les monomoteurs vont être essentiellement déployés dès que les aérodromes norvégiens furent sécurisés.

L’escadre en question est la 8ème Escadre de Chasse qui comprend quatre groupes, trois groupes de monomoteurs (GC I/8 GC II/8 GC III/8) et un groupe de bimoteurs (GC IV/8). C’est donc ce dernier volant sur Farman F.275 Frelon qui opère en premier en attendant l’engagement des trois autres qui volaient sur Bloch MB-157ter, ultime évolution du MB-157 et dernier chasseur à moteur à piston de la firme de Marcel Bloch.

Bloch MB-157

Ultérieurement une nouvelle escadre va appuyer la 8ème EC en l’occurrence la 1ère EC, escadre de tous les combats depuis septembre 1948. Cette escadre comprend un groupe de Farman F.275 Frelon et trois groupes d’Arsenal VG-52 Phenix, ultime évolution d’une famille née avec le VG-33.

chasseur biplace bimoteur Hanriot NC-600

Deux groupes de chasse de nuit vont d’abord protéger la Grande-Bretagne contre les (rares) incursions allemandes, les GC I/23 et II/23, deux groupes volant sur Hanriot NC-600ter, évolution du NC-600 avec un radar et quatre canons de 30mm.

La reconnaissance n’est pas oubliée avec le GR II/36 disposant de Bloch MB-176ter.

De son côté l’Aviation Navale déploie un groupe aérien embarqué, la 12ème Flottille d’Aviation Navale (12ème FAN) embarquée sur le porte-avions Anne de Bretagne avec deux escadrilles de chasse (18C et 22C) disposant de Dewoitine D-795ter, une escadrille de bombardement en piqué (9B) volant sur Loire-Nieuport LN-425 et une escadrille de bombardement-torpillage (25T) volant sur Latécoère Laté 299-5ter.

Bréguet Br790

On trouve également deux escadrilles directement impliquées dans la protection du groupe occasionnel Namsos à savoir l’escadrille 1T (Latécoère Laté 299-7) et l’escadrille 3R avec des Bréguer Br790.

En ce qui concerne les troupes au sol, la principale unité engagée est la 27ème Division d’Infanterie Alpine (27ème DIAlp) une véritable unité d’élite qui va opérer aux côtés de la 2. Norske Lysbrigader (2ème brigade légère norvégienne), du Corps Franc du Nord (CFN), d’un groupement blindé fournit par la 1ère Division Blindée (ex-1ère Division Cuirassée), d’éléments d’artillerie (dont un groupe norvégien) et du génie. Pour l’exploitation la 1ère Division Légère d’Infanterie (1ère DLI) sera mise à terre.

A l’assaut ! (épisode 2)

Comme ailleurs c’est l’aviation française qui ouvre le bal en visant d’abord les aérodromes pour empêcher la Luftwaffe de perturber l’opération.

C’est un succès ce qui explique que l’aviation allemande à nettement moins perturbé les opérations de débarquement qu’ailleurs et quand les avions à la Balkenkreuze sont intervenus le comité d’accueil était musclé et sur le pied de guerre.

Es-ce à dire que l’aviation à épargné les batteries côtières ? Non bien sur mais c’est l’aviation embarqué qui à précédé le tir de barrage des cuirassés et des croiseurs qui ont sérieusement malmené les défenses côtières non sans que ces dernières ne rendent les coups.

Le calvaire des artilleurs de marine (dépendant de la Kriegsmarine) et des artilleurs côtiers (dépendant de la Heer) n’est pas finit car les hommes encore opérationnels sont assaillis par les hommes du Corps Franc du Nord (CFN) habitué à harceler depuis sa création batteries côtières, stations radars et aérodromes.

Cette tactique que les français ont proposé de généraliser à l’ensemble de l’opération explique en grande partie pourquoi à Namsos le débarquement à été rapidement considéré comme une réussite et que le haut-commandement allemand à estimé au bout de seulement quelques heures que rejeter les français à la mer était du domaine de l’impossible.

Pour le symbole c’est la 2ème brigade légère norvégienne qui est mise à terre la première ce qui fût très apprécié de la part du gouvernement en exil mais aussi des populations ravies de voir des hommes portant certes le battle dress britannique mais avec un petit drapeau norvégien cousu sur la manche droite.

Les combats sont assez violents, les soldats norvégiens plient mais ne rompent pas en partie parce qu’ils sont galvanisés par l’appui-feu des navires et des avions français mais surtout par la mise à terre en deuxième vague des «hommes à la tarte» de la 27ème DIAlp.

La ville et le port de Namsos sont sécurisés dès le lendemain 12 octobre 1953, plusieurs contre-attaque sont brisées par la tenacité des troupes franco-norvégiennes bien appuyées par l’artillerie qu’elle soit navale ou terrestre puisqe les appuis (artillerie et chars de combat de la 1ère Division Blindée) ont été mis à terre très vite à tel point que le commandement à sollicité d’enclencher très vite l’exploitation vers le nord ou le sud.

Le haut-commandement américain à refusé demandant d’attendre la mise à terre des voltigeurs de la 1ère DLI chargée de l’exploitation.

Selon certains historiens si le haut-commandement avait accepté la demande française la Campagne de Norvège (1953/54) se serait achevée bien plus tôt et avec elle la guerre mais bien entendu on ne refait pas l’histoire à moins de se livrer au jeu dangereux et immature de l’uchronie.

Les navires allemands présents à Namsos subissent de très lourdes pertes. Le destroyer Z.66 qui appareille dès que le radar alerte sur le survol d’avions français tente de répérer la flotte d’invasion alliée.

Après des échanges incertains qui endommagent plusieurs LST et provoquant la mort de soldats et de marins embarqués, le destroyer est surpris par l’aviation, deux Laté 299-5ter disposant d’une torpille pour attaquer des navires ayant quitté Namsos ou un fjord avoisinant attaquent le Zerstörer qui encaissent deux torpilles même si un appareil est abattu et son équipage tué.

Le G.36 est attaqué par des Loire-Nieuport LN-425 qui le voyant tenter d’appareiller se détourne des cibles initiales. Certes les bombes explosives ne sont pas les meilleures pour attaquer des navires mais elles provoquent de sérieux dégâts et un début de panique parmi l’équipage peu expérimenté ce qui provoque le naufrage du navire à quai, l’épave étant relevée dès le mois de mars, remorquée en haute mer puis sabordée.

Sur les huit vedettes lance-torpilles basées à Namsos (S-102/104/106/108/110/112/114/116), deux sont saisies après l’opération par les norvégiens, les S-102 et S-116 devenues les O-1 et O-4. Les autres ont été coulées par l’aviation (S-104 et S-106) et par des navires de surface (S-108 S-110 S-112 S-114).

Le transport amphibie MarineInfanterieSchift 4 (MIS-4) était immobilisé par une avarie depuis quinze jours. Ne pouvant appareiller, il est remorqué pour être sabordé et géner l’accès au port de Namsos mais le transport armé qui assurait le remorquage est touché par l’aviation et incendié, entrainant le naufrage du MIS-4, naufrage qui ne gêne aucunement la navigation.

De leur côté les alliés ont également laissé des plumes dans cette opération avec des navires endommagés et deux navires coulés.

Le Triomphant à la mer

Deux bâtiments de la Royale sont victimes des batteries côtières, le premier est le contre-torpilleur Le Triomphant qui est sévèrement endommagé par deux obus de 150mm et deux obus de 105mm.

En dépit des efforts des marins, le navire finit par sombrer dans la soirée après une lente et longue agonie.

C’est plus rapide pour le patrouilleur Scorpion coulé par un obus de 127mm qui ne lui laisse aucune chance, l’obus mettant le feu au navire qui sombre après un sinistre terrifiant.

Le Winnipeg est coulé par un chasseur-bombardier allemand qui plaçant une bombe de 250kg ne lui laisse aucune chance, bombe le coupant en deux. Maigre consolation, le chasseur et son pilote n’y survivent pas.

Les autres navires ne sont qu’endommagés que ce soit le Waldeck-Rousseau par une batterie côtière (un obus de 105mm), le Vautour (une bombe de 250kg lancé par un avion en maraude), le Cassard (un obus de 155mm).

Pologne et Pays Neutres (120) Turquie (10)

Armement

Armes de l’infanterie

Pistolets et Revolvers

FN modèle 1910

-Pistolets automatiques FN modèle 1910 et 1922

Pistolets Mitrailleurs

-MAT-49

-Sten Mk III

MP-40

-MP-40

Fusils

Fusil Mauser modèle 1898K

-Fusil Mauser 98K

-Fusil Mosin-Nagant modèle 1891

-Fusil Lebel modèle 1892

-Fusil Mannlicher modèle 1895

-Fusil Lee Enfield

Fusils mitrailleurs et mitrailleuses

Fusil mitrailleur Hotchkiss modèle 1922

-Fusils mitrailleurs : FM Madsen modèle 1922 Hotchkiss modèle 1922 (7.92x57mm) FM 1924/29 et ZB vz.26

mitrailleuse MG-08

-Mitrailleuses : MG-08, Breda modèle 1931, ckm wz.30/39T, Maxim M-1910

Armes antichars individuelles

-Des Fire Crossbows livrés par les britanniques durant le conflit

Mortiers

-Mortier de 81mm modèle 1942

Mortier lourd M2 4.2 Inch Mortar

-Mortier lourd M.2 4.2 Inch Mortar

Artillerie de Montagne

-Canon de montagne de 75mm Krupp M.1904 (138 exemplaires commandés en 1905 tous livrés en 1908)

-Canon de 75mm Skoda modèle 1915

-Canon de montagne de 75mm Bofors modèle 1934

-Obusier de montagne de 100mm Skoda modèle 1916

Artillerie de Campagne

-Canon de 76mm modèle 1902

-8cm Feldkanone C/80

-Canon de 105mm Krupp M.1905

Obusier de 105C modèle 1934S

-Obusier de 105C modèle 1934S

Artillerie lourde

-Canon de 120mm Krupp M.1905

15cm Schwere Feldhaubitze 13

-15cm Schwere Feldhaubitze 13

-15cm Hruba Houfnice vzor.3

-15cm Kanone 39 (15cm K-39)

-Canon de 210mm K52

-Canon de 240mm K39

Artillerie antichar

Canon antichar allemand de 37mm conservé au musée militaire d’Helsinki (Finlande)

-Canon de 37mm Pak 36

-Canon de 50mm Pak 41

-Canon de 57mm (QF 6 Pounder)

Artillerie antiaérienne

-Canon de 25mm Hotchkiss modèle 1938

-Canon de 40mm Bofors

Vickers modèle 1931

-Canon antiaérien de 75mm Vickers model 1931

Véhicules

Autos blindées

BA-6

-Soixante BA-6

-Livraison pendant le conflit de M-8 Greyhound (utilisées essentiellement pour l’entrainement), de Daimler Dingo et de Panhard AMD-178

Chars

-Renault FT acquis en 1928 pour l’entrainement et l’initiation à la chose blindée

-Soixante T-26

-Cinq T-27

Renault R-35

-100 Renault R-35 ont été livrés en mars 1940

-Un T-37A

T-28

-Deux T-28

-Deux Hotchkiss H-39 pour un projet de construction sous licence qui ne se concrétisa pas

-La Turquie reçoit des Panzer IV à canon court et à canon long

-Durant le second conflit mondial les Etats-Unis livrent des M-4 Sherman, la France quelques Renault G-1 et la Grande-Bretagne des Cromwell.

Autres véhicules

-Camions Zis-6, Ford, Nag III

-Tracteurs tchèques Praga

Pologne et Pays Neutres (98) Pologne (10)

Organisation et Ordre de Bataille

Organisation des grandes unités polonaises

Division d’infanterie (1939)

Défilé d’une unité polonaise

En septembre 1939 l’armée polonaise dispose de trente-neuf divisions d’infanterie dont trente d’active soit un total de 84 régiments d’infanterie de ligne et de six régiments de montagne. Chaque division est organisée de la façon suivante :

-Trois régiments d’infanterie

-Un régiment d’artillerie légère à trente-six pièces

-Un bataillon d’artillerie lourde à douze pièces

-Un bataillon du génie

-Une compagnie de transmissions

-Une batterie antiaérienne

Division d’infanterie (Armée Polonaise en France)

Fantassins polonais durant la campagne de France. Les combats sont violents _ le visage des combattants en ait la preuve_ mais le regard montre une grande détermination.

-Un état-major

-Des unités de soutien

-Trois régiments d’infanterie

-Un régiment d’artillerie lourde

-Un régiment d’artillerie

-Une batterie divisionnaire antichar

-Un bataillon de défense antiaérienne polonais

-Un bataillon du génie

Brigade autonome des chasseurs de Podhale

Brigade autonome des chasseurs de Podhale

-Un état-major

-Deux demi-brigades à deux bataillons d’infanterie à quatre companies chacune

-Un régiment d’artillerie légère

-Une compagnie antichar et antiaérienne

-Une compagnie du génie

-Des unités de soutien

Brigade de cavalerie

Tankette TK-3

Les onze brigades de cavalerie de l’armée polonaise en septembre 1939 sont organisées de la façon suivante :

-Trois ou quatre régiments montés

-Une compagnie blindée avec huit autos blindées et treize tankettes

-Un escadron d’artillerie de douze pièces

-Une batterie antiaérienne

-Une compagnie du génie

-Des services

Unités de chars

Char polonais 7TP. En septembre 1939 il n’à rien à envier aux chars allemands auxquels il fait face

En septembre 1939 l’armée polonaise ne possède pas d’unités motomécanique sur le modèle de la DLM ou de la Panzerdivision. Elle dispose de trois bataillons et de cinq compagnies indépendantes, de deux brigades blindées qui ne sont qu’un regroupement de chars. Les brigades de cavalerie disposent d’une compagnie de chars tout comme onze DI.

Au total l’armée polonaise dispose de 139 7TP, 102 Renault FT, 38 Vickers 6-Ton, 574 chenillettes de reconnaissance, 100 automitrailleuses Wz.

Artillerie

En plus de l’artillerie divisionnaire, on compte des unités d’artillerie indépendantes :

-Vingt-trois groupes d’artillerie lourde

-Trois Groupes d’artillerie super lourde

-Vingt sections d’artillerie légère

Ordre de bataille au 1er septembre 1939

Armée des Carpathes

Elle est créée le 11 juillet 1939 et comprend les grandes unités suivantes :

-2ème brigade de montagne

-3ème brigade de montagne

-Demi-brigade carpathique de défense nationale

-1er régiment d’artillerie motorisée

-9ème régiment d’artillerie lourde

Le plan de mobilisation prévoit la création du Groupe Tarnow composé de la 22ème division d’infanterie de montagne et de la 38ème division d’infanterie. Le 4 septembre trois jours après l’attaque allemande, les 11ème et 24ème DI s’y ajoutent.

Armée de Cracovie

Elle est créée le 23 mars 1939 et comprend cinq divisions d’infanterie, une division d’infanterie de montagne, une brigade de cavalerie motorisée, une brigade de cavalerie et une brigade de montagne :

-6ème Division d’Infanterie (6ème DI)

-7ème Division d’Infanterie (7ème DI)

-11ème Division d’Infanterie (11ème DI)

-23ème Division d’Infanterie (23ème DI)

-55ème Division d’Infanterie (55ème DI)

-21ème Division d’Infanterie de Montagne

-Brigade de cavalerie de Cracovie

-10ème brigade de cavalerie motorisée

-1ère brigade de montagne

Armée de Lublin

Armée improvisée créée dans l’urgence le 4 septembre 1939 avec une brigade motorisée et différentes petites unités.

Armée de Lodz

Elle est mise sur pied le 23 mars 1939 et doit être placée entre les armées de Cracovie et de Poznan.

Elle dispose de quatre divisions d’infanterie (2ème division d’infanterie légionnaire, la 10ème DI, la 28ème DI et la 30ème dI), les brigades de cavalerie Kresoria et Wolynska et la brigade de Défense Nationale de Sieradz.

Armée de Modlin

Créée le 23 mars 1939, elle doit assurer la défense de Varsovie à l’aide des unités suivantes :

-8ème Division d’Infanterie (8ème DI)

-20ème Division d’Infanterie (20ème DI)

-Brigade de Cavalerie Nowogradzka

-Brigade de Cavalerie Mazowiecka

-Brigade de Défense Nationale de Varsovie

Armée de Poméranie

Cette arme qui assure la défense du corridor polonais comprend les unités suivantes :

-4ème Division d’Infanterie (4ème DI)

-9ème Division d’Infanterie (9ème DI)

-15ème Division d’Infanterie (15ème DI)

-16ème Division d’Infanterie (16ème DI)

-27ème Division d’Infanterie (27ème DI)

-Brigade de Défense Nationale de Poméranie

-Brigade de Défense Nationale de Chelno

-Brigade de Cavalerie de Poméranie

-Unités indépendantes Chojnice et Kosciezyna

Armée de Poznan

-14ème Division d’Infanterie (14ème DI)

-17ème Division d’Infanterie (17ème DI)

-25ème Division d’Infanterie (25ème DI)

-26ème Division d’Infanterie (26ème DI)

-Brigades de cavalerie Wielkopolska et Podolska

Armée de Prusse

-3ème Division d’Infanterie légionnaire

-12ème Division d’Infanterie (12ème DI)

-13ème Division d’Infanterie (13ème DI)

-19ème Division d’Infanterie (19ème DI)

29ème Division d’Infanterie (29ème DI)

-36ème Division d’Infanterie (36ème DI)

-39ème Division d’Infanterie (39ème DI)

-44ème Division d’Infanterie (44ème DI)

-Brigade de cavalerie Willenska

-1er Bataillon de chars

Armée de Varsovie

Créée le 10 septembre 1939

-2ème Division d’Infanterie légionnaire

-8ème Division d’Infanterie (8ème DI)

-13ème Division d’Infanterie (13ème DI)

-15ème Division d’Infanterie (15ème DI)

-20ème Division d’Infanterie (20ème DI)

-25ème Division d’Infanterie (25ème DI)

-28ème Division d’Infanterie (28ème DI)

-44ème Division d’Infanterie (44ème DI)

-Brigade de cavalerie combinée

-1er et 2ème régiments tchécoslovaques

Groupe opérationnel Wyszkow

-1ère Division d’Infanterie légionnaire

-35ème Division d’Infanterie (35ème DI)

-41ème Division d’Infanterie (41ème DI)

-Train blindé Bartosz Glawacki

-Eléments du 2ème régiment d’artillerie lourde

Groupe opérationnel indépendant de la Narew

-18ème Division d’Infanterie (18ème DI)

-33ème Division d’Infanterie (33ème DI)

-Brigade de cavalerie Podlaska

-Brigade de cavalerie Suwalska

Groupe opérationnel indépendant de Polésie

Ce G.O comprend sept bataillons d’infanterie (Groupe Köbryn), cinq bataillons d’infanterie, deux compagnies de chars légers et deux trains blindés (Groupe Brzesc), trois bataillons d’infanterie (groupe Poleski Drohiczyn), un bataillon d’infanterie (groupe Jasiolda), la flottille fluviale de la marine polonaise. Le 29 septembre ce G.O comprend les 50ème et 60ème DI plus une division de cavalerie de marche.

Organisation de l’Armée Polonaise en France à sa création

-Etat-major installé Compiège

-Régiments d’artillerie lourde

-301ème Régiment d’Artillerie Lourde Polonaise (301ème RALPol) disposant de canons de 155mm GPF-T

-302ème Régiment d’Artillerie Lourde Polonaise (302ème RALPol) disposant de canons de 194mm GPF-T

-303ème Régiment d’Artillerie Lourde Polonaise (303ème RALPol) disposant de canons de 155mm GPF-T

-304ème Régiment d’Artillerie Lourde Polonaise (304ème RALPol) disposant de canons de 155mm GPF-T

-Régiments de soutien

-1er Régiment du Génie polonais

-2ème Régiment du Génie polonais

-Deux régiments polonais du train (3ème et 4ème RTPol)

-Deux régiments de transmission (5ème et 6ème RtransPol)

-Deux antennes chirurgicales d’armée

-Deux groupements d’intendance

-1er Corps d’Armée polonais

Daimler Dingo

-Un GRCA (autos blindées Daimler Dingo)

-Un groupement antichar à canons de 47mm

-Un groupement antiaérien à canons de 40mm

-5ème Division d’Infanterie Polonaise (5ème DIP)

-5ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie Polonais avec Daimer Armoured Car et des AMX-42 à partir d’avril 1949.

-1ère Division de Grenadiers de la Garde (1ère DGG)

-6ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie Polonais avec des Daimler Armoured Car mais les chars légers prévus n’ont pas été livrés avant l’attaque allemande.

-2ème Corps d’Armée polonais

-Un GRCA équipé de Daimler Armoured Car

-Un groupement antichar à canons de 47mm

-Un groupement antiaérien à canons Bofors de 40mm

-6ème Division d’Infanterie Polonaise (6ème DIP)

-7ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie Polonais avec des Humber Armoured Car mais les AMX-44 prévus n’ont pas été livrés au moment de l’attaque allemande.

-2ème Division de Grenadiers de la Garde (2ème DGG)

-8ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie Polonais avec des Daimler Armoured Car mais pas de chars légers quand les allemands attaquent.

-3ème Corps d’Armée polonais

-Un GRCA équipé de Daimler Armoured Car

-Un groupement antichar à canons de 47mm

-Un groupement antiaérien à canons Bofors de 40mm

-7ème Division d’Infanterie Polonaise (7ème DIP)

-9ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie polonais avec des Humber Armoured Car et des AMX-44 livrés en avril 1949

-3ème Division de Grenadiers de la Garde (3ème DGG)

-10ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (10ème GRDI Pol) avec des Daimler Armoured Car mais à la différence du 9ème GRDI, les chars n’ont pas encore été livrés le 10 mai 1949.

-Corps de Cavalerie polonais (4ème Corps de Cavalerie)

-Un état-major

-Des unités de génie et de soutien

-Un régiment d’artillerie lourde, le 305ème RALPol équipé de canons de 105mm modèle 1941

-10ème Division Blindée

-21ème Division Blindée

NdA pour les unités polonaises placées directement sous commandement français je renvoi aux parties consacrées à la France

Pologne et Pays Neutres (76) Suède (11)

Artillerie

Artillerie de campagne

-Le 7.5cm KANON m/02-33 est un canon conçu par la firme Krupp mais produit sous licence par la firme Bofors. On peut donc le considérer comme une pièce d’artillerie de campagne germano-suédoise.

Comme sa désignation l’identique les 108 exemplaires utilisés par l’Armen étaient une version modernisée en 1933 d’un modèle mis en service en 1902. Toujours en service en septembre 1948 bien que passablement déclassé, ce canon à été retiré du service en 1955 et remplacé par des canons plus modernes.

Le 7.5cm KANON m/02-33 pesait 1400kg en configuration transport disposait d’un tube de 30 calibres (longueur du tube 4.44m) pour tirer un obus explosif de 6.6kg à une distance maximale de 10000m à raison de 15 coups par minute. L’équipe de pièce de sept hommes protégée par un bouclier de 4.75mm d’épaisseur pouvait pointer la pièce en site de -3° à +43° et en azimut sur 50°

Le 7.5cm KANON m/40 est un canon de campagne de conception et de fabrication suédoise qui remplaça partiellement le modèle 1902/33.

Je dis bien partiellement car seulement 64 canons ont été produits. Ce canon à été utilisé par l’armée suédoise jusqu’en 1959 quand les derniers ont quitté le service actif mais pas le service actif car deux canons servant de canon de salut au palais royal de Stockholm.

Le 7.5cm KANON m/40 est un canon de campagne léger pesant 1435kg en position tir, tirant un obus de 6.6kg (75x278R) via un tube de 37.5 calibres (longueur 2.812m) à une distance maximale de 10700m à raison de quinze coups par minute, l’équipe de pièce de sept hommes protégée par un bouclier de 4.75mm pointant le canon en site de -5° à +43° et en azimut sur 50°.

Artillerie de montagne

-Canon de montagne de 75mm Bofors modèle 1934

-Le 10.5cm BERGHAUBITS m/10-24 est comme son nom l’indique un obusier de montagne lourd chargé de compléter le canon précédent. Enfin il faut le dire vite car il n’à été produit qu’à quatre exemplaires mis en service en 1926. Toujours en service en septembre 1948 ces pièces ont été retirées du service et envoyées à la ferraille sauf une pièce conservée dans un musée.

Le 10.5cm BERGHAUBITS m/10-24 est un obusier de montagne de conception et de fabrication suédoise pesant 1100kg en position de tir, disposant d’un tube de 12 calibres (1.680m), tirant un obus de 14.6kg à une distance maximale de 8000m à raison de six coups par minute. L’équipe de pièce de sept hommes peut pointer l’obusier en site de -5° à +43° et en azimut sur 5.5°.

Artillerie lourde

Le 10.5cm HAUBITS m/10 est un obusier de conception et de fabrication suédoise issu de la célèbre firme Bofors. Mis en service dans l’Armen en 1911, il à été produit à 160 exemplaires qui étaient tous en service en septembre 1948. Après une longue carrière ces obusiers ont été remplacés par des pièces plus modernes au début des années soixante.

Le 10.5cm HAUBITS m/10 pèse 1100kg en position de tir, disposait d’un tube de 14 calibres (longueur du tube 1.470m) qui lui permettait le tir d’un obus de 14.6kg (105×98) à une distance maximale de 5800m. L’équipe de pièce composée de huit hommes pouvait pointer la pièce jusqu’à +43° et en azimut sur 5.5°.

10.5cm cannon modell 1927 mis en œuvre par des artilleurs allemands

-10.5cm cannon modell 1927 : Ce canon à surtout connu un succès à l’export (Pays-Bas et Hongrie où il à été produit sous licence) à été utilisé à seulement quatre exemplaires d’abord par l’artillerie côtière puis par l’artillerie de campagne. Toujours en service en service en septembre 1948 mais retirés du service pendant la guerre car trop usés.

-10.5cm Kanon m/34

Quatre exemplaires sont acquis par l’artillerie côtière et cinquante-six par l’armée de terre soit soixante pièces pour l’armée suédoise sous la désignation de 10.5cm Fältkanon m/34.

Huit autres canons d’une version améliorée ont été acquis en 1942 et ultérieurement les pièces d’artillerie côtière furent cédée à l’armée suédoise soit un total de soixante-huit canons (les pièces ayant appartenu à la marine suédoise étant connus sous la désignation de 10.5 cm Fältkanon m/34M).

Ce canon à aussi été exporté en Suisse (production sous licence), en Finlande et en Thaïlande.

10.5cm Haubits m/39 : désignation suédoise du 10.5cm Leichte Feldhaubitze 18 acquis à 142 exemplaires.

-10.5cm Haubits m/40 : obusier de 105mm exporté également en Finlande, en Estonie, en Suisse, aux Pays-Bas et en Thaïlande. L’artillerie suédoise à utilisé plus de 400 pièces en cinq versions différentes.

-Le 10.5cm KANON m/34 est un canon de 105mm de corps d’armée. Produit à cinquante-six exemplaires, il devait assurer l’appui des divisions d’infanterie en leur offrant une couverture, un appui-feu à longue distance sans oublier la traditionnelle mission de contrebatterie.

Ce canon de conception et de fabrication suédoise pesait 3750kg en position de tir disposant d’un tube de 39.9 calibres (longueur : 4.189m) permettant le tir d’un obus explosif de 15.5kg (105×764) à une distance maximale de 18100m à raison de six coups par minute.

L’équipe de pièce de huit hommes protégée par un bouclier de 4.5mm pouvait pointer le canon en site de -5° à +42° et en azimut sur 60°. Le canon était remorqué par un camion.

Bofors 12cm m/14 : nombre inconnu utilisé par l’Armen jusqu’à une date tardive

-Le 15cm HAUBITS m/06 est un obusier moyen germano-suédois issu d’une coopération entre Krupp et Bofors. Il à été produit à cinquante-six exemplaires et mis en service à partir de 1906. Ils sont retirés du service à la fin des années cinquante car trop usés.

Pesant 2150kg en position de tir, il dispose d’un tube de 11 calibres (longueur du tube 1.650m) permettant le tir d’un obus de 41kg à une distance maximale de 6700m à raison de quatre coups par minute. L’équipe de pièce de neuf hommes pouvait pointer le canon en site de -5° à +43° et en azimut sur 2.5°.

-Le 15cm HAUBITS m/39 est un obusier de corps d’armée de conception et de fabrication suédoise, un produit de la célèbre firme Bofors. Mis en service en 1941, il à été produit à 113 exemplaires avant qu’une complément de production ne porte le parc à 147 exemplaires. Comme son prédecesseur, il était remorqué par un camion le plus souvent Volvo L TL 1931 Tractor. Il à été remplacé par des pièces plus modernes au milieu des années soixante.

Le 15cm HAUBITS m/39 pesait 2150kg en position de tir (mais 5720kg en configuration transport), disposant d’un tube de 23 calibres (3.450m) permettant le tir d’un obus explosif de 41.5kg à une distance maximale de 14600m à raison de six coups par minute. L’équipe de pièce de neuf hommes peut pointer le tube en site de -5° à +65° et en azimut sur 45°.

-Le 21cm HAUBITS m/17 est un obusier lourd de conception et de fabrication allemande datant de 1918 dont la Suède possédait 12 exemplaires. Cet obusier obsolète est retiré du service à la fin du second conflit mondial sans avoir pu faire parler de sa puissance.

Le 21cm HAUBITS m/17 pesait 7530kg en position de tir (et transport en deux fardeaux) disposant d’un tube de 14.5 calibres (2.67m) pour permettre le tir d’un obus explosif de 120.75kg (210×231) à une distance maximale de 10200m à raison de deux coups par minute.

L’équipe de pièce pouvait pointer le tube en site de -6° à +70° et en azimut sur 4°.

-Huit 21cm Kanone 39

Artillerie antiaérienne

-20mm Maskinkanon M.40S

Appelé aussi PANSARVÄRNSLUFTVÄRNSKANON m/40 (Nda A vos souhaits) est un canon automatique de 20mm utilisable comme canon antichar malgré son faible calibre et comme canon antiaérien. Il à repris certains éléments des canons Bofors de 25 et de 40mm. Ce canon à aussi été utilisé à bord de véhicules blindés. 2700 exemplaires ont été utilisés uniquement par l’armée suédoise.

Le PANSARVÄRNSLUFTVÄRNSKANON m/40 est un canon automatique de conception et de fabrication suédoise pesant 310kg en configuration transport et 65kg en position de tir. Il disposait d’un canon de 70 calibres (1.32m de long) permettant le tir d’un obus de 20mm de 0.145kg (20x145mm) à une distance maximale de 5000m en tir sol-sol et de 2000m en tir antiaérien sachant que la pénétration est de 25mm à 500m à 90°. Alimenté par des chargeurs de 25 coups, il pouvait tirer 360 coups à la minute.

L’équipe de pièce se compose de quatre hommes (chef de pièce, tireur et deux pourvoyeurs) qui pouvaient pointer le canon en site de -5° à +85° et en azimut sur 360°

-2cm Flak 30 et Flak 38

-Canon de 40mm Bofors

LUFTVÄRNSKANON m/29 et LUFTVÄRNSKANON m/30 : désignations officielles du Canon de 75mm Bofors modèle 1929, une arme largement exportée en Argentine, en Chine, en Finlande, en Grèce, en Hongrie, en Perse aux Pays-Bas et en Thaïlande.

-LUFTVÄRNSKANON m/37 : version modifiée et modernisée du précédent.

Artillerie antichar

-Canon antichar de 37mm Bofors

Pologne et Pays Neutres (74) Suède (9)

Ordre de bataille simplifié de l’armée de terre

Reconstitution d’un uniforme suédois modèle 1939

-Etat-major général de l’armée de terre

-Conseil Militaire Supérieur

Organe consultatif qui se met en disponibilité en temps de guerre

Zones Militaires

Suite à une réforme de septembre 1941, les zones militaires et les districts militaires sont fusionnés, le territoire suédois étant divisé en sept zones militaires chargées en temps de paix de gérer la formation des conscrits, le soutien et prépare la mobilisation des unités qui sont ensuite placées sous le commandement des corps d’armée.

Les zones militaires assurent la défense locale, la défense territoriale au travers de régiments spécifiques et en prennant sous son aile les unités de la Home Guard.

Les sept zones militaires ont leur état-major stationné à Kristianstad (zone militaire n°1), à Ostersünd (zone militaire n°2), à Skövde (zone militaire n°3), à Stockholm (zone militaire n°4), à Karlstadt (zone militaire n°5), à Böden (zone militaire n°6) et à Visby (zone militaire n°7).

Chaque zone militaire dispose de deux régiments d’infanterie, d’un bataillon de cavalerie, d’un régiment d’artillerie, de deux compagnies du génie et d’unités de la Home Guard.

Corps d’Armée

En septembre 1948 l’armée suédoise commence à mettre sur pied quatre corps d’armée qui vont engerber chacun deux divisions d’infanterie soit huit divisions d’infanterie. Aux deux unités d’infanterie vont s’ajouter des unités d’appui et de soutien selon le schéma suivant :

-Un état-major

-Une compagnie d’état-major (soutien, ravitaillement et protection)

-Un groupement de soutien logistique

-Un régiment d’artillerie lourde

-Un régiment du génie

-Un bataillon mobile (cavalerie et autos blindées)

-Un régiment de transmissions

Groupement mobile

Ce groupement mobile regroupe sous son commandement quatre brigades, des unités qui mélangent unités montées et unités motomécaniques, une version suédoise de nos divisions «pétrole-picotin».

Il semble qu’il s’agissait d’une situation provisoire en attendant la transformation en division motomécaniques mais cette transformation ne se fera qu’à la fin du conflit soit faute de temps ou de moyens ou de volonté.

Organisation des grandes unités

Infanterie suédoise durant le second conflit mondial

Division d’infanterie

-Un état-major

-Une compagnie d’état-major

-Un bataillon de sécurité

-Un groupement de soutien logistique (maintenance, ravitaillement, soutien sanitaire) qui remplacent le bataillon de service et le bataillon médical.

-Une compagnie de transmissions

-Une compagnie d’autos blindées

-Un bataillon de cavalerie

-Une compagnie antichar et antiaérienne

-Trois régiments d’infanterie

-Un régiment d’artillerie

-Un bataillon du génie

Brigades mobiles

-Un état-major

-Une compagnie d’état-major

-Un bataillon de service

-Une compagnie de transmissions

-Une compagnie d’autos blindées

-Deux bataillons de chars légers

-Deux régiments montés

-Un régiment d’artillerie (motorisée pour les 1ère et 3ème brigades, hippomobile pour les 2ème et 4ème)

-Une compagnie antichar et antiaérienne

Régiment d’infanterie

-Un état-major

-Une compagnie d’état-major (soutien, ravitaillement et protection)

Mortier de 81mm Granatskare m/29, un Stokes-Brandt profondément modifié par Tampella

-Une compagnie de mortiers et de mitrailleuses

-Une compagnie antichar

-Trois bataillons d’infanterie à trois compagnies de fusiliers, une compagnie d’éclaireurs et une compagnie d’appui

Régiment monté

-Un escadron de commandement et de soutien

-Trois escadrons montés

-Un escadron d’appui avec un peloton de mitrailleuses, un peloton de mortiers et un peloton de canons antichars

Régiment d’artillerie

-Une batterie de commandement et de soutien

-Une batterie de conduite de tir

-Trois groupes à trois batteries de quatre pièces soit trente-six bouches à feu

Bataillon d’infanterie

-Une compagnie de commandement et de soutien

-Trois compagnies de fusiliers

-Une compagnie d’éclairage

-Une compagnie d’appui (section de mortiers, section de mitrailleuses, section de canons automatiques)

Bataillon de cavalerie

-Un escadron de commandement et de soutien

-Trois escadrons montés à trois pelotons montés et un peloton de mitrailleuses

-Un escadron d’appui (un peloton de mortiers, un peloton de mitrailleuses et un peloton de canons antichars)

Bataillon de chars légers

Char léger Stridsvagn m/31

-Une compagnie de commandement et de soutien

-Trois compagnies à trois pelotons de quatre chars et un peloton de quatre autos blindées soit dix-sept véhicules par compagnie, cinquante-trois au total répartit entre deux chars pour le commandant du bataillon et son adjoint, dix-sept véhicules par compagnie (douze chars légers, quatre autos blindées et un char léger pour le commandant de compagnie).

Bataillon du génie

-Une compagnie de commandement et de soutien

-Une compagnie de pontonniers

-Une compagnie de déminage

-Une compagnie de travailleurs (construction et aménagement)

Bataillon de service

-Une compagnie de maintenance

-Une compagnie de ravitaillement

-Une compagnie sanitaire

Compagnie d’autos blindées

-Un peloton de commandement et de soutien

-Un peloton motocycliste

-Trois pelotons de quatre autos blindées

Compagnie antiaérienne et antichar

Canon de 37mm Bofors

-Une section de commandement et de ravitaillement

-Deux sections de quatre canons antichars

-Deux sections de quatre canons antiaériens

Pologne et Pays Neutres (63) Suisse (13)

Artillerie

Artillerie de campagne et de montagne

7.5cm Gebirgskanone 06

-Le 7.5cm Gebirgskanone 06 à été remplacé par le canon de 75mm Bofors modèle 1934 et relégué aux ouvrages fortifiées. 13 pièces acquises en Suède et 51 produites sous licence. Désignation suisse : 7.5cm Gebirgskanone 1933 L22.

7.5cm Gebirgskanone 1933 L22

7,5 cm Motor-Gebirgskanone 1938 : évolution du 7.5cm Gebirgskanone 1933 L22

-Le 10.5cm kanone 1935 L42 est le canon suédois 10.5cm kanon m/34 produit sous licence à raison de 352 exemplaires

10.5cm Haubits m/40 modifiés par les finlandais

-Le 10.5cm Hb Model 46. est la version produite sous licence du 10.5cm Haubits m/40.

Artillerie lourde

12cm Kanone 1882

12cm Kanone 1882

Cette pièce de conception et de fabrication allemande pesait 4100kg (dont 1427kg pour le tube), un canon de 25 calibres (longueur du tube : 3m) tirant un obus de 18kg à 9000m à raison de deux coups par minute. Quelques pièces encore en service en septembre 1948.

12cm Feldhaubitze 1912/39 L14

La Suisse à acquis 86 exemplaires de cet obusier, un autre produit de la firme Krupp. Ces armes étaient utilisées au sein de l’artillerie lourde divisionnaire, chaque division possédant deux batteries à quatre pièces.

63 exemplaires ont été reconstruits à la fin des années trente avec une portée augmentée de 6 à 8.5kg et un train pneumatique pour permettre la traction automobile. Certains canons non modernisés ont été utilisés par l’artillerie de forteresse.

Cet obusier de campagne disposait d’un tube de 14 calibres (1.675m) permettant le tir d’un obus de 18kg à une distance maximale de 8500m à raison de dix coups par minute, l’affût permettant le pointage en site de -5° à +43° et en azimut sur 2°.

15cm Schwere Feldhaubitze 1916

Cet obusier Krupp pèse 2200kg dispose d’un tube de 14 calibres (longueur : 2.1m) tirant à une distance maximale de 8500m un obus de 42kg à raison de six coups par minute, l’équipe de pièce étant composé de dix hommes. La Suisse à acquis huit batteries soit trente-deux pièces.

15cm Bofors howitzer M1942

Artillerie antichar

-Canon antichar de 47mm modèle 1935 («Böhler»)

-Arquebuse antichar Ab A-CH-38 et 41 de 24mm

Artillerie antiaérienne

-Canon de 20mm Oerlikon

-Canon de 20mm Solothurn ST-5

2cm Flak 38

-Canon de 20mm Flak 30 et 38

-Canon antiaérien de 34mm modèle 1938

Canon de 40mm Bofors

-Canon antiaérien de 40mm Bofors

-Canon de 76.2mm Vickers modèle 1931

Chars et véhicules blindés

Chenillettes Universal Carrier

-Cinq Renault FT ont été acquis dans l’immédiat premier conflit mondial. Ces véhicules ont permis aux helvètes de s’initier au combat motomécanique.

Ils ont été retirés du service en septembre 1942 car usés jusqu’à la corde. Les tourelles de ces cinq chars (trois mitrailleurs et deux à canon) sont réutilisés sur des fortifications.

-Huit chars légers Vickers Carden-Lloyd encore en service en septembre 1948. Forment une compagnie de marche durant le second conflit mondial. Ils sont retirés du service en juin 1954 et ferraillés.

-Un Landsverk L-60 acquis pour essais (sort final inconnu)

-24 LT vzor.38

-Douze Renault R-35 acquis en 1940. Dix encore en service en septembre 1948 et huit en juin 1954. Ils sont retirés du service en 1957 et envoyés à la ferraille sauf deux préservés dans des musées.

Pologne et Pays Neutres (49) Irlande (10)

Corps Aérien (An tAerchór)

Historique

En septembre 1948 l’Irlande ne possède pas d’armée de l’air indépendante mais un corps aérien ou An tAerchór. Ce corps aérien à pour origine le service aérien de l’armée nationale qui réalisa sa première mission durant les négociations du traité anglo-irlandais quand un Martinsyde type A Mark II fût mis en alerte sur l’aéroport de Croydon pour permettre à Michaels Collins de rentrer rapidement en Irlande en cas d’échec des négociations.

Martinsyde Buzzard

Le service aéronautique est officiellement mis sur pied en juillet 1922, les appareils mis en service étant issus des surplus britanniques. Elle comprend à la fin de l’année dix avions à savoir six chasseurs Bristol F2B et quatre Martinsyde F4. Les effectifs sont de 400 hommes. Le Corps Aérien est mis sur pied en 1924 quand l’armée nationale est remplacée par les forces de défense.

Gloster Gladiator

En 1938 quatre chasseurs Gloster Gladiator furent livrés. Huit autres commandés furent bloqués un temps par la guerre de Pologne avant qu’au final les appareils soient livrés. D’autres appareils furent par la suite acquis comme seize Avro Anson Mk I de bombardement léger et de patrouille maritime, trois hydravions Supermarine Walrus, six Westland Lysander de coopération et de liaison et des appareils d’entrainement (Avro 621, Avro 626, Miles Master et Magister, DH.84 Dragon).

Certains Hawker Hurricane ont été préservés jusqu’à aujourd’hui en état de vol

Durant la Pax Armada l’aviation irlandaise fût réorganisée et rééquipée. Si les Hawker Hind de seconde main furent utilisés pour l’entrainement, les seize Hawker Hurricane vont compléter et peu à peu supplanter des Gloster Gladiator usés et clairement dépassés. Des Lockheed Hudson sont également acquis.

En septembre 1948 l’ An tAerchór dispose de deux squadrons de chasse, le N°1 Squadron volant sur Hawker Hurricane Mk II et le N°3 Squadron volant sur Gloster Gladiator. Ils sont associés avec le N°2 Squadron de bombardement disposant de douze Avro Anson et de huit Lockheed Hudson. Ces derniers vont par la suite former le N°4 Squadron pour des raisons logistiques.

A ces quatre squadrons de combat s’ajoute un squadron d’hydravion, le N°5 Squadron disposant de trois Supermarine Walrus et de trois Bréguet Br790 cédés par la France, un squadron de coopération le N°6 Squadron volant sur six Westland Lysander. Un squadron d’entrainement non numéroté regroupe les appareils d’entrainement.

Dès le début du second conflit mondial le corps aérien irlandais va mettre l’île en état de défense avec des ballons captifs destinés à protéger les villes des bombardements en liaison avec l’artillerie antiaérienne lourde, deux compagnies protégeant Cork et Dublin.

Durant le conflit d’autres canons antiaériennes seront acquis pour renforcer le dispositif, renforcement qui devint très vite inutile, les bombardements aériens allemands se faisant de plus en plus rare en raison de besoins plus urgents et probablement parce que cela était politiquement contre-productif.

Il y eut quelques interceptions de bombardiers allemands (selon les sources quatre à sept appareils abattus) et d’avions alliés égarés mais à part cela peu d’opérations à mener.

En fait les pilotes irlandais les plus actifs furent ceux qui s’engagèrent dans l’Armée de l’Air voir dans la RAF, certains combattant au sein de la RCAF (Royal Canadian Air Force) ou de l’USAAF.

Le meilleur as irlandais de la guerre fût Rory MacEllroy engagé dans l’Armée de l’Air qui aux commandes de son Arsenal VG-40 remportant vingt-sept victoires. Rentré en Irlande, il devint commandant du corps aérien irlandais en 1965 la faisant passer à la propulsion à réaction.

Durant le conflit l’équipement évolue avec le remplacement des Hawker Hurricane et des Gloster Gladiator par des Supermarine Sptifire, les Avro Anson et les Lysander par des Dewoitine D-720 français de seconde main, les Lockheed Hudson par des Bristol Beaufighter. En revanche les hydravions ne sont pas remplacés.

Organisation

Un état-major

Un commandement de l’entrainement et de la logistique

Spitfire Mk V

N°1 Squadron : seize Hawker Hurricane puis douze Supermarine Spitfire

N°2 Squadron : douze Avro Anson puis douze Dewoitine D-720

N°3 Squadron : douze Gloster Gladiator puis douze Supermarine Spitfire

Bristol Beaufighter

N°4 Squadron : huit Lockheed Hudson puis six Bristol Beaufighter

N°5 Squadron : trois Supermarine Walrus et trois Bréguet Br790

N°6 Squadron : six Westland Lysander puis six Dewoitine D-720

Squadron d’entrainement : Avro 621 Avro 626 Hawker Hind De Havilland DH.84 Dragon Miles Master et Magister

Unité de ballons de barrage

Avions et hydravions en service

Chasse

-Gloster Gladiator

-Hawker Hurricane

-Supermarine Spitfire

Bombardement

Des Avro Anson sont encore en état de vol de nos jours

-Avro Anson

-Lockheed Hudson

-Bristol Beaufighter

Reconnaissance et coopération

-Westland Lysander

Dewoitine D-720

-Dewoitine D-720

-Supermarine Walrus

-Bréguet 790

Entrainement

Avro 621

-Avro 621

-Avro 626

-Hawker Hind

-Miles Master

-Miles Magister

Pologne et Pays Neutres (48) Irlande (9)

Armement

Pistolets et Pistolets mitrailleurs

-Pistolet Webley et Colt M1911A1 (achetés aux Etats-Unis via une collecte de fond menée auprès de la diaspora irlandaise)

L’armée irlandaise disposait de Sten Mk III et de Thompson M1928

-Pistolet mitrailleur Sten Mk III et Thompson M1928

Fusils

Short Magazine Lee Enfield Mk III

-Fusil Lee-Enfield SMLE Mk III

Fusils mitrailleurs

Le fusil mitrailleur BAR (Browning Automatic Rifle) M1918

-Fusils mitrailleurs Browning Automatic Rifle (BAR) modèle 1918, Madsen modèle 1922 et Bren

Mitrailleuses

Mitrailleuse Vickers modèle 1912

-Mitrailleuses Hotchkiss modèle 1909, Lewis et Vickers

Mortiers

Ordnance SBML 2 Inch mortar

-Ordnance SBML 2-inch mortar

-Mortier de 81mm Brandt modèle 1927/31

Armes antichars individuelles

Fusil antichar Boys

-Fusil antichar Boys

-Lance-Roquettes Portatif (LRP) «Tube»

Artillerie de campagne

Canon-obusier de 25 livres (87.8mm)

-QF 18 Pounder

-QF 25 Pounder

-Ordnance QF 4.5 Inch Howitzer

Artillerie antichar

-QF 2 Pounder

QF 6 Pounder

-QF 6 Pounder

Artillerie antiaérienne

-20mm Polsten

QF 3.7 Inch Gun

-QF 3.7 Inch Gun

Véhicules

-Chars légers Landsverk L-60 et FCM-42

-Autos blindées Landsverk L-180/181

Daimler Dingo

-autos blindées Daimler Dingo

-autos blindées Humber Armoured Car (ont remplacé les autos blindées Rolls-Royce)

-autos blindées Dodge et Beaverette

-autos blindées Leyland Armoured Car

-autos blindées Ford Mk V armoured vehicle et Ford Mk VI

Universal Carrier Mk II

-Chenillette Universal Carrier

-Camions blindés GSR Morris Mk IV

-CMP Field Artillery Tractor

Pologne et Pays Neutres (34) Portugal (14)

Artillerie

Artillerie de campagne et de montagne

Canon de 75mm modèle 1897

-Canon de 75mm modèle 1897

-Canon de 75mm Schneider PD-6

Obice da 75/18 modello 34

-Obusier de 75mm modèle 1934 (Obice da 75/18 modello 34)

-Ordnance QF 25 Pounder

-Rock Island Arsenal M-101 Howitzer

Artillerie lourde

10.5cm Leiche FeldHaubitze 18

-10.5cm Leichte Feldhaubitze 18

-Ordnance QF 4.5 Inch Howitzer

-Ordnance BL 5.5 Inch Medium Gun

-15cm Schwere Feldhaubitze 18

Canon de 155C Schneider modèle 1917

-Canon de 155C modèle 1917S

-M-114 155mm (155mm Howitzer M1)

Artillerie antichar

Canon antichar de 37mm Bofors

-Canon antichar de 37mm Bofors

-Canon antichar de 57mm QF 6 Pounder

Artillerie antiaérienne

-Canon antiaérien de 40mm

Canon de 75mm Vickers modèle 1931 mis en œuvre par des néerlandais

-Canon antiaérien de 75mm Vickers model 1931

-Canon antiaérien de 90mm Ansaldo modèle 1939 (deux batteries de huit pièces)

Chars et Véhicules blindés

-FN Tricar

-Carden-Lloyd Tankette

-M-3 Scout Car

-M-2 Half-Track et M-3 Half-Track

Daimler Dingo

-Daimler Dingo

-Humber Armoured Car

-M-8 Greyhound

-Chars légers Carden-Lloyd Mk VI

Vickers 6-Ton Mark E

-Deux chars Vickers 6-Ton Mark E

-Valentine Tank

-66 Renault R-35 livrés au Portugal

-Des M-24 Chaffee, des M-4 Sherman et des Grizzly livrés à la fin de la guerre