14-Navires légers (9) avisos coloniaux classe Bougainville (8)

Le La Grandière

L'aviso-colonial La Grandière

L’aviso-colonial La Grandière

-Le La Grandière est mis sur cale aux Ateliers et Chantiers de Provence de Port de Bouc sous le nom de Ville d’Ys le 23 février 1938 lancé le 20 juin 1939, rebaptisé La Grandière en mars  et admis au service actif le 20 juin 1940.

Il quitte Toulon le 27 juin 1940 pour rallier Beyrouth le 1er juillet suivant. Affecté à la DNL, il doublonne le D’Iberville même si cette situation est temporaire, le dernier nommé devant rallier à l’automne 1940 le Pacifique.

En dépit de la présence de formes de radoub à Beyrouth, c’est à Haïfa en Palestine mandataire que le La Grandière va se faire caréner.  Nous pouvons y voir un geste politique pour plaire à nos alliés britanniques.

Arrivé à destination le 5 septembre 1940, il est échoué au bassin du 6 septembre au 5 novembre 1940. Armé pour essais le 20 novembre, il sort pour essais du 21 au 23 puis pour remise en condition du 25 novembre au 10 décembre 1940, date de son retour à Beyrouth.

Il reprend alors ses missions de patrouille en Méditerranée avec des incursions en mer Adriatique mais également en mer Noire. Comme ses sister-ships, il montre le pavillon tricolore dans les ports étrangers et fait respecter les mandats attribués à la France sur le Liban et la Syrie.

Le 7 décembre 1942, le croiseur léger Lamotte-Picquet quitte Beyrouth sans être relevé, transférant le pavillon de navire-amiral de la DNL à l’aviso-colonial La Grandière.

Il effectue également des exercices avec les navires de passage dans la région comme du 12 au 19 février 1943 quand il manoeuvre avec les torpilleurs légers de la 1ère DT venus de Toulon.

Les cinq navires font escale à Haïfa du 20 au 23 février avant un entrainement à la défense aérienne à la mer commun du 24 février au 4 mars, les cinq navires rentrant à Beyrouth le 5 mars 1943 et la 1ère DT quitte le Levant trois jours plus tard.

Du 5 au 12 avril, l’aviso La Grandière manoeuvre avec les contre-torpilleurs Vauquelin Tartu et Chevalier Paul de la 7ème DCT venus de Bizerte. Les quatre navires font escale à Lattaquié du 13 au 18 avril avant que les contre-torpilleurs ne rentrent en Afrique du Nord.

Décidément fort demandé, le La Grandière manoeuvre avec les contre-torpilleurs Mogador Volta Hoche de la 11ème DCT et ce du 30 juin au 4 juillet avant une escale commune à Beyrouth du 5 au 8 juillet 1943.

Il subit un nouveau grand carénage à Haïfa, étant échoué au bassin du 14 janvier au 6 mars 1944, subissant remise en état et modernisation (suppression des installations d’hydraviation, modernisation de la DCA).
Armé pour essais le 16 mars, il sort pour essais les 16 et 17 mars puis pour remise en condition du 19 au 30 mars, date de son retour à Beyrouth.

Victime d’une avarie, le La Grandière est indisponible du 5 au 30 juin 1944, remplacé dans sa mission par les contre-torpilleurs Vauquelin et Tartu. Réparé, il sort pour essais les 1er et 2 juillet puis pour remise en condition du 3 au 10 juillet date à laquelle il peut reprendre ses missions.

Le 7 juillet 1945, le cuirassé Clemenceau accompagné des torpilleurs d’escadre Rapière et Hallebarde et du pétrolier-ravitailleur La Mayenne arrive à Beyrouth.

La petite escadre manoeuvre avec La Grandière avec un entrainement de défense aérienne à la mer du 9 au 15 juillet avant un ravitaillement à la mer.

Les soutes vides, La Mayenne cingle vers Haïfa en compagnie de La Grandière pour recompléter ses soutes.

Le 21 juillet 1945, les deux navires reprennent la mer pour ravitailler à la mer le cuirassé et ses deux torpilleurs avant un entrainement au combat antisurface du 22 au 31 juillet 1945, date à laquelle La Grandière rentre à Beyrouth.

Du 19 au 27 octobre 1945, l’aviso colonial La Grandière effectue un exercice commun avec les contre-torpilleurs Mogador Volta Hoche de la 11ème DCT, les quatre navires faisant escale à Lattaquié du 28 au 30 octobre avant un exercice de synthèse du 2 au 7 novembre, les trois contre-torpilleurs rentrant alors à Bizerte.

Le 17 janvier 1946, les contre-torpilleurs Le Triomphant et L’Indomptable arrivent à Beyrouth dans le cadre d’un entrainement de division. Après des exercices en duo du 19 janvier au 2 février, les deux contre-torpilleurs font escale avec l’aviso colonial à Lattaquié du 3 au 7 février.

Du 8 au 13 février, la 10ème DCT affronte l’aviso colonial qui simule un croiseur auxiliaire avant que du 15 au 22 février, les deux contre-torpilleurs alternent entre protection et attaque du La Grandière. Les trois navires sont à Beyrouth du 23 au 27 février avant que les deux contre-torpilleurs ne prennent le chemin du retour.

Au printemps 1946, La Grandière manoeuvre avec les contre-torpilleurs Aigle Albatros Gerfaut de la 5ème DCT, les torpilleurs légers de la 1ère DT Le Fier L’Entreprenant L’Agile et Le Farouche ainsi que les sous-marins L’Atalante Vestale et Sultane de la 17ème DSM.

Du 17 au 27 mars 1946, La Grandière simule un raider ennemi cherchant à s’en prendre au trafic commercial et traqué par la 1ère DT et la 5ème DCT avant de prendre la tête de la 1ère DT pour contrer un raid artillerie de la 5ème DCT contre Beyrouth.

Du 29 mars au 5 avril, l’aviso La Grandière  protégé par la 1ère DT est attaqué par les sous-marins de la 17ème DSM, la 5ème DCT assurant la traque en solitaire des sous-marins qui tentent aussi de torpiller les cargos sortant et arrivant dans le port de Beyrouth. La petite escadre fait une escale à Beyrouth du 6 au 10 avril avant que la 5ème DCT et la 1ère DT ne rentrent à Toulon et la 17ème DSM à Bizerte.

La Grandière subit un nouveau grand carénage à Haïfa, étant échoué au bassin du 5 mars au 10 juin 1947. Armé pour essais le 22 juin, il sort pour essais du 23 au 25  puis pour remise en condition du 27 juin au 9 juillet date de son retour à Beyrouth.

Le 16 septembre 1947, les contre-torpilleurs Aigle Albatros Gerfaut (5ème DCT) accompagnés par les Bayard Du Guesclin Turenne (2ème DCT) et du PRE Liamone arrivent à Beyrouth. Du 28 septembre au 1er octobre, les deux divisions assurent un exercice d’attaque et de défense de convois, un convoi symbolisé par l’aviso colonial et le pétrolier-caboteur Ardèche.

Quand la Seconde Guerre Mondiale éclate le 5 septembre 1948, l’aviso est à la mer au large de la Palestine mandataire. Il rallie Beyrouth pour recompléter ses soutes avant de rallier la région du Dodécanèse, possession italienne qu’il devait surveiller.

10-Contre-torpilleurs (23)

Le Tartu

Le contre-torpilleur Tartu

Le contre-torpilleur Tartu

La construction du Da-13 est attribuée par le marché n°5268D signé entre la marine nationale et les Ateliers et Chantiers de la Loire (ACL) de Nantes, marché signé comme les cinq autres de la classe Vauquelin le 17 octobre 1929.

-Le Tartu est mis sur cale le 14 septembre 1930 et lancé le 7 décembre 1931. Après la traditionnelle période d’achèvement à flot, il quitte Nantes le 28 juillet 1932 pour Lorient, son port d’armement.

Le programme d’essais est rondement mené du 4 au 26 août, entrant ensuite dans la traditionnelle phase de démontage et de modifications.

Du 24 novembre au 9 décembre, il sort pour les essais de bon fonctionnement après modifications avant d’embarquer munitions et torpilles à Brest et de revenir à Lorient.

La clôture d’armement est prononcée le 31 décembre 1932 et le 26 janvier 1933, le Tartu qui définitivement Lorient pour Toulon où il arrive le 7 février 1933.

Le 8 février 1933, le contre-torpilleur Tartu est admis au service actif au sein de la 1ère escadre

A son admission au service actif, le Tartu est affecté à la 5ème DL en surnombre en compagnie des contre-torpilleurs Gerfaut Aigle et Vautour.  Il est cependant indisponible de la fin du mois d’avril au début du mois de juillet pour démontages et visites de fin de garantie.

Le 14 septembre 1933, le Tartu est affecté à la 7ème DL en remplacement du Guépard, retrouvant dans cette division son sister-ship Cassard et l’Albatros. Le 29 septembre, le contre-amiral Laborde met sa marque sur le Tartu, le «Comte Jean» commandant les 5ème et 7ème DL.

Le 1er octobre 1934, la 7ème DL (Tartu Albatros Chevalier Paul) devient 5ème DL alors que la 5ème DL (Gerfaut Albatros Aigle) devient 7ème DL. Le groupe des contre-torpilleurs de la 1ère Escadre est renforcé par l’arrivée de Brest de la 6ème DL (Maillé-Brézé, Kersaint Vauquelin) qui devient la 9ème DL une fois arrivée à Toulon.

La composition de la 5ème DL évolue pour l’année d’instruction 1935-36, le Tartu étant désormais accompagné par le Chevalier Paul et le Cassard, le Tartu restant navire-amiral du groupe des contre-torpilleurs de la 1ère escadre, portant la marque du contre-amiral Ollive.

Pour l’année 1936-37, la 5ème DL qui est une composante de la 3ème Escadre Légère (nouveau nom du groupe des contre-torpilleurs de la 1ère Escadre) est composée des contre-torpilleurs Tartu Vauquelin et Chevalier Paul.

Le Tartu comme les autres contre-torpilleurs de la 3ème EL va participer aux opérations au large de l’Espagne pour faire respecter la liberté de navigation menacée par les deux camps et leurs alliés.

Le 12 avril 1937, la 5ème DL est rebaptisée 5ème Division de Contre-Torpilleurs (5ème DCT) et sa composition va rester identique jusqu’au déclenchement de la guerre de Pologne en septembre 1939 soit Tartu Chevalier Paul et Vauquelin.

De septembre à décembre 1939, les trois contre-torpilleurs vont effectuer des escortes de convois et des missions de surveillance sans oublier de poursuivre l’entrainement avec écoles à feux, lancement de torpilles, entrainement au combat antisurface.

La 5ème DCT commence l’année 1940 par un entrainement du 7 janvier au 2 février, entrainement marqué par des mouillages aux Salins d’hyères du 16 au 21 et du 28 janvier au 1er février 1940, rentrant le lendemain à Toulon.

Le Tartu, le Vauquelin et le Chevalier Paul subissent une période d’entretien à flot du 3 au 25 février 1940, sortant pour essais du 26 février au 1er mars avant remise en condition du 2 au 21 mars 1940.

La 5ème division de contre-torpilleurs sort ensuite pour un entrainement de division en Méditerranée occidentale du 27 mars au 14 mai, entrainement marqué par des escales à Calvi, Ajaccio, Port-Vendres et Marseille.

Le 21 mai, le Tartu et le Chevalier-Paul appareillent de Toulon quelques heures après le Chevalier Paul pour le poursuivre et l’empêcher d’atteindre Villefranche ce qu’ils échouent à faire, les deux contre-torpilleurs ayant la désagréable surprise de voir le Vauquelin déjà au mouillage le 23 mai.

La 5ème DCT reconstituée sert de but rapide aux sous-marins de la 5ème DSM (Espoir Pégase Monge) du 24 au 27 mai avant d’enchainer par une école à feux de jour comme de nuit du 28 mai au 5 juin, date de leur retour à Toulon.

Le Tartu et le Chevalier Paul sortent pour une école à feux du 9 au 17 juin, faisant escale à Nice du 18 au 20 juin avant de rentrer à Toulon le lendemain 21 juin. Ils participent ensuite à la remise en condition du Vauquelin du 23 juin au 12 juillet. Le Tartu et le Chevalier Paul sont indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 13 au  30 juillet, sortant pour essais et remise en condition du 2 au 27 juin 1940 en compagnie du Vauquelin.

La 5ème DCT va alors sortir pour son dernier entrainement de division avant un cycle de neuf mois durant lequel la division sera toujours réduite à deux unités, le troisième larron de la division étant en grand carénage. Cet entrainement début à l’aube le 5 septembre et s’achève le 8 octobre quand la division rentre à Toulon.

Alors que le Vauquelin est en grand carénage, le Tartu et le Chevalier Paul quittent Toulon le 14 octobre pour aller mouiller aux salins d’Hyères du 15 au 27 octobre, sortant pour une école à feux du 28 octobre au 4 novembre avant de mouiller en baie d’Ajaccio à proximité de la base aéronavale d’Aspretto du 5 au 13 novembre 1940, anticipant sur l’aménagement d’un bassin pour une station navale.

Le 14 novembre, un hydravion torpilleur Latécoère Laté 298 de l’escadrille 3S6 basée à Aspretto envoie sa SOS suite à un problème moteur. L’hydravion amerrit dans le golfe de Sagone. Le Tartu qui était en alerte à deux heures appareille aussitôt pour retrouver l’hydravion le lendemain 15 novembre. Il le prend en remorque pour le ramener à la BAN d’Aspretto où il sera réparé et remis en service.

Reprenant la mer le 17 novembre, le Tartu et le Chevalier Paul effectuent une école à feux du 17 au 26 novembre avant une escale à Sète du 27 au 30 novembre avant de rallier Toulon le 1er décembre 1940.

Les deux contre-torpilleurs sont indisponibles pour permissions de l’équipage jusqu’au 16 décembre quand les deux contre-torpilleurs sortent pour essais du 17 au 20 décembre et remise en condition du 21 décembre 1940 au 4 janvier 1941, date de leur retour à Toulon.

Après une école à feux du 7 au 11 janvier 1941, le Tartu navire-amiral de la 5ème DCT cède son pavillon au Chevalier Paul avant d’être échoué au bassin n°3 du Missiessy le 15 janvier 1941 où il succède au Vauquelin. Ce grand carénage est limité à une remise en état complète, la modernisation des capacités AA et ASM devant attendre le prochain grand carénage prévu en 1943/44.

Le 12 avril 1941, le Tartu quitte le bassin n°3 du Missiessy, étant remplacé par le Chevalier Paul dès le lendemain. Il sort pour essais du 13 au 17 avril avant sa remise en condition assurée par le Vauquelin et ce du 19 avril au 12 mai, date à laquelle le Tartu redevient navire-amiral de la 5ème DCT en remplacement du Vauquelin qui avait temporairement assuré ce rôle depuis le 12 avril 1941.

Après un mouillage aux salins d’Hyères du 17 au 24 mai, les deux contre-torpilleurs sortent pour un entrainement au combat de nuit du 25 au 28 mai avant de faire escale à Sète du 29 mai au 4 juin puis d’enchainer par une école à feux du 5 au 12 juin, les deux navires rentrant à Toulon le 21 juin après une escale à Marseille du 13 au 20 juin 1941.

Alors que le Vauquelin est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage, le Tartu sort pour entrainement, sortant pour une école à feux du 23 au 27 juin puis pour un entraineement au mouillage de mines du 28 juin au 3 juillet.

Après un mouillage aux salins d’Hyères du 5 au 11 juillet, le Tartu sort pour une nouvelle école à feux du 12 au 18 juillet avant de participer du 20 juillet au 11 août 1941 à la remise en condition du Chevalier Paul en compagnie du Vauquelin. Il est ensuite indisponible du 12 au 31 août pour entretien et permissions de l’équipage, recevant une nouvelle DCA (six canons de 37mm en trois affûts doubles et quatre canons de 25mm en affûts simples).

Le 31 août 1941, il  quitte Toulon pour gagner les salins d’Hyères où il retrouve le Vauquelin et le Chevalier Paul. Les trois navires de la 5ème DCT sortent ainsi pour les essais et la remise en condition du Tartu du 1er au 22 septembre 1941, les trois navires rentrant le lendemain à Toulon.

La 5ème DCT sort ensuite pour un important entrainement de division. Les trois contre-torpilleurs quittent Toulon le 27 septembre, font escale à Casablanca pour se ravitailler le 2 octobre puis gagnent Dakar où ils arrivent le 6 octobre 1941. Ils vont s’y entrainer jusqu’au 30 novembre, quittant Dakar le 1er décembre, se ravitaillent à Casablanca le 5 décembre puis rentrent à Toulon le 10 décembre 1941, terminant l’année par une période d’entretien à flot.

Le 1er janvier 1942, la réorganisation des divisions de contre-torpilleurs entre en vigueur : le Tartu et ses sister-ships Chevalier Paul et Vauquelin forment une nouvelle 7ème DCT, affectée à la 6ème Escadre Légère avec Bizerte comme port d’attache.

Le 4 janvier 1942, le Tartu, le Vauquelin et le Chevalier Paul quittent Toulon salués par les canons des forts protégeant la rade. Les trois contre-torpilleurs secoués par le mauvais temps se mettent à l’abri à Ajaccio puis reprennent la mer le 7 janvier pour gagner Bizerte où ils arrivent le 9 janvier 1942.
La 7ème DCT entame son déploiement au sein de la 6ème EL par un entrainement de division. Le Vauquelin appareille le premier le 15 janvier suivit par le Tartu alors que le Chevalier Paul ferme la marche. Les trois navires de la 7ème Division de Contre-Torpilleurs vont manoeuvrer du 15 janvier au 20 février, date du retour des trois navires à Bizerte.

Le Tartu et le Vauquelin sortent pour entrainement au combat antisurface du 25 février au 5 mars, faisant escale à Sfax à partir du 6 mars. Le lendemain, le Chevalier Paul «guéri» de ses avaries retrouve ses deux compères pour une remise en condition menée du 8 au 18 mars, date du retour des trois navires à Bizerte.

La 7ème DCT appareille le 30 mars 1942 pour un nouvel entrainement de division mais cette fois un entrainement prévu dans l’Océan Indien, entrainement qui à lieu du 13 avril au 2 juin 1942.

La 7ème DCT quitte la Côte Française des Somalis le 2 juin, franchissent le canal de Suez le 6 juin, se ravitaillent à Alexandrie avant d’enchainer par une période de présence au Levant. Les trois contre-torpilleurs sont à Beyrouth du 9 au 12 juin, à Lattaquié du 13 au 16 juin, à Limassol (Chypre) du 17 au 21 juin avant de rentrer à Bizerte le 25 juin 1942.

Les trois navires de la 7ème DCT sont indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage du 26 juin au 15 juillet 1942, sortant pour essais du 16 au 20 juillet avant un stage de remise en condition du 22 juillet au 14 août en compagnie de la 11ème DCT composée des puissants contre-torpilleurs Mogador et Volta (8 canons de 138mm en quatre tourelles doubles).

Après un mouillage en baie de Gabès du 21 au 28 août 1942, la 7ème DCT sort pour son entrainement de division automnal qui l’occupe du 29 août au 31 octobre, rentrant à Bizerte le 3 novembre après avoir fait escale à Sfax, à La Valette, Tunis et Alger.

Décidément inséparables, les trois contre-torpilleurs de la 7ème DCT sont en entretien à flot du 4 au 22 novembre, sortant pour essais du 23 au 27 novembre avant remise en condition du 30 novembre au 15 décembre. Ils sortent une dernière fois pour une école à feux du 18 au 27 décembre, rentrant à Bizerte le lendemain 28 décembre 1942.

La 7ème DCT commence l’année 1943 par une école à feux et des lancements de torpilles au large de Bizerte le 5 janvier mais le Tartu victime d’une avarie doit rentrer à Bizerte pour réparations. Le Tartu est ainsi indisponible jusqu’au 13 janvier quand il quitte Bizerte pour rallier Sfax le 15 janvier où il retrouve ses deux compères de la 7ème DCT. Les trois contre-torpilleurs sortent pour entrainement du 16 au 30 janvier, faisant escale à Tunis du 31 janvier au 4 février avant de rentrer à Bizerte le lendemain 5 février 1943.

Le 12 février 1943, la 7ème DCT appareille pour un entrainement de division au large de la Tunisie avant un exercice prévu avec la marine britannique en Egypte. Le Vauquelin (Al), le Tartu et le Chevalier Paul s’entrainent ensemble jusqu’au 1er mars quand les trois navires arrivent à La Valette (Malte).

La division reprend la mer le 5 mars pour un entrainement au combat antisurface qui s’achève le 10 mars, date de leur arrivée à Alexandrie. La 7ème DCT va s’entrainer avec les destroyers britanniques, une joute nautiques de cinq jours du 12 au 17 mars quand les trois contre-torpilleurs et les quatre destroyers font escale à Haïfa.

La 7ème DCT qui devait repartir dès le 20 mars va rester jusqu’au 27 mars le temps que les émeutes s’apaisent. Le haut commissaire Sir Harold MacMichael félicitera les marins français par une lettre au contre-amiral Perrot, commandant de la 6ème EL.
La 7ème DCT est à Beyrouth du 28 mars au 4 avril, manœuvrant avec l’aviso colonial La Grandière du 5 au 12 avril avant une nouvelle escale à Lattaquié du 13 au 18 avril. Les trois contre-torpilleurs rentrent à Bizerte le 27 avril après une escale à Tunis du 22 au 26 avril 1943.

Les trois contre-torpilleurs mouillés au milieu du lac connaissent une période d’entretien à flot du 28 avril au 15 mai avant de sortir pour essais du 16 au 19 mai avant un entrainement de base au large de Tunis du 20 au 31 mai, les trois contre-torpilleurs relâchant dans la capitale du protectorat du 1er au 5 juin.

Après un ravitaillement à Bizerte le 6 juin, les trois contre-torpilleurs effectuent un entrainement de division du 7 juin au 1er juillet avec au programme mouillage de mines, école à feux et entrainement DAM.

Le Tartu et le Chevalier Paul sortent pour une école à feux du 4 au 14 juillet, faisant escale à Tunis du 17 au 20 juillet, rentrant à Bizerte le lendemain 21 juillet. Le Tartu est indisponible jusqu’au 13 août, sortant pour essais et remise en condition du 14 août au 3 septembre en compagnie du Vauquelin. La 7ème DCT sort au complet pour la remise en condition du Chevalier Paul du 4 au 23 septembre 1943.

Les trois contre-torpilleurs vont alors sortir pour le dernier entrainement de division avant un nouveau cycle de grand carénage, grand carénage combinant une remise en état avec une modernisation des capacités militaires. Cet entrainement de division occupe le Tartu et ses deux compères du 1er octobre au 2 novembre avec des escales à Sfax et à Tunis.

Le 11 novembre 1943 pour le vingt-cinquième anniversaire de l’armistice à lieu une revue navale sur le lac de Bizerte, le résident général de Tunisie, Hugues de Puylaurent passe en revue à bord du croiseur La Galissonnière, les croiseurs légers Jean de Vienne et La Marseille, la 3ème DT, les 7ème et 11ème DCT ainsi que plusieurs sous-marins.

Un défilé militaire à lieu également en ville avec des unités de l’armée de terre et des détachements des navires de la 6ème Escadre Légère y compris l’Emile Bertin alors en grand carénage. L’armée de l’air survole la ville avec les avions basés en Tunisie.

Le Tartu et le Chevalier-Paul sort pour entrainement de division du 16 novembre au 7 décembre, faisant escale à La Valette du 8 au 12 décembre, les deux navires rentrant à Bizerte le 13 décembre. Les deux navires sont indisponibles pour permissions de l’équipage du 14 décembre 1943 au 3 janvier 1944.

Les deux contre-torpilleurs sortent pour essais du 4 au 7 janvier avant un entrainement commun du 8 au 18 janvier, rentrant le lendemain 19 janvier 1944 à Bizerte.

Le 20 janvier 1944, le Vauquelin est remis à flot, quittant le bassin n°1 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah où il est remplacé par le Tartu le 21 janvier. En travaux à sec jusqu’au 24 mars, il subit une remise en état complète et une modernisation de ses capacités.

Sur le plan de l’armement, les canons de 138mm sont remplacés par cinq canons de 130mm modèle 1932 en cinq  affûts simples sous masque modèle 1941. La DCA est modernisée, les canons de 25mm sont remplacés par d’autres pièces de 37mm portant leur nombre à dix canons Schneider modèle 1941 en cinq affûts doubles. L’armement ASM est renforcée avec de nouvelles grenades légères plus nombreuses rendant le Vauquelin plus apte à des missions de lutte ASM.

Remis à flot le 24 mars 1944, le Tartu cède sa place au Chevalier Paul  Il sort pour essais du 25 au 28 mars et pour remise en condition du 30 mars au 17 avril, à chaque fois en compagnie du Vauquelin. Les deux navires rentrent à Bizerte le 22 avril après une escale à Alger du 18 au 21 avril 1944.

La 7ème DCT sort pour un entrainement au mouillage de mines le 27 avril mais le mauvais temps annule l’exercice et pour ne rien arranger, les deux navires gênés par le mauvais temps entre en collision. Rentrés à Bizerte, ils sont indisponibles pour réparations jusqu’au 12 mai quand ils ressortent pour essais et remise en condition (avec une école à feux) et ce jusqu’au 22 mai date de leur retour à Bizerte.

Le Tartu et le Vauquelin sortent à nouveau pour un entrainement au mouillage qui se déroule cette fois sans incident du 1er au 6 juin, date à laquelle ils rallient le Levant et Beyrouth pour une mission de surveillance des côtes libanaises et syriennes suite à une avarie de l’aviso La Grandière.

Les deux navires vont ainsi se relayer dans cette mission menée en liaison avec les hydravions de surveillance Loire 130 de la 10R et les CAO-700M de la 14B. Le Tartu lui étant en mission de surveillance du 16 au 23 juin et du 2 au 9 juillet, date à laquelle les deux contre-torpilleurs après un ravitaillement regagnent la Tunisie, arrivant à Bizerte le 12 juillet 1944.

Du 20 juillet au 4 août 1944, le Tartu et le Vauquelin participent à la remise à condition du Chevalier Paul qui sortait de grand carénage.

Le Tartu et le Vauquelin sont indisponibles pour entretien et permissions de l’équipage du 5 au 21 août avant de sortir pour essais et remise en condition en compagnie du Chevalier Paul du 22 août au 8 septembre 1944.

Le 12 septembre 1944, le Tartu et ses compagnons de la 7ème DCT quittent Bizerte en compagnie des Mogador et du Volta de la 11ème DCT et du croiseur léger Emile Bertin pour un exercice de combat antisurface du 13 au 18 et du 23 au 30 septembre avec une escale à Sfax du 19 au 22 septembre.

Après une escale à Tunis du 1er au 6 octobre et à La Valette du 7 au 11 octobre, les cinq navires s’entrainent à la défense aérienne à la mer du 12 au 17 octobre avant de rentrer à Bizerte le lendemain 18 octobre 1944.

La 7ème DCT sort pour un entrainement de division au large de la Tunisie du 23 octobre au 17 décembre, faisant escale à Sfax, à La Valette et à Tunis avant de rentrer à Bizerte.

Ils terminent l’année par une école à feux commune du 20 au 27 décembre 1944, subissant ensuite une période d’entretien à flot du 28 décembre au 8 janvier, sortant pour essais du 9 au 13 janvier 1945.

Du 21 janvier   au 5 février, le Tartu et ses compères de la 7ème DCT sortent pour un entrainement commun avec la 11ème DCT (Mogador Volta Hoche) et le croiseur léger Emile Bertin. Après une escale à La Valette du 6 au 9 février, le croiseur léger et les contre-torpilleurs rentrent à Bizerte le 10 février 1945.

Le Tartu participe ensuite à un entrainement de division du 16 février au 31 mars, faisant escale à Tunis du 1er au 7 avril avant de rentrer à Bizerte le 8 avril.

Après un entrainement avec les autres navires de sa division du 1er au 7 mai, le Tartu et les deux autres contre-torpilleurs de la 7ème DCT quittent Bizerte pour se positionner entre Sfax et Kerkena pour tenter d’intercepter l’Emile Bertin chargé de mines.

Ils échouent, le croiseur parvenant à mouiller ses mines puis à attaquer les dragueurs de mines sans que les contre-torpilleurs puissent l’intercepter.

Le Tartu s’entraine ensuite avec le Chevalier-Paul et le Vauquelin du 19 mai au 27 juin, faisant escale à Tunis du 28 au 30 juin, avant de rentrer à Bizerte le 1er juillet 1945.

Le Tartu sort pour une école à feux du 8 au 15 juillet, faisant escale à Tunis du 16 au 19 juillet avant de rentrer à Bizerte le lendemain 20 juillet. Il est ensuite indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 23 juillet au 12 août, sortant pour essais et remise en condition du 13 au 31 août en compagnie du Vauquelin. Il participe ensuite avec le Vauquelin aux essais et à la remise en condition du Chevalier Paul du 3 au 23 septembre

La 7ème DCT sort alors pour un entrainement de division au large de Dakar. Quittant Bizerte le 27 septembre,  ils se ravitaillent à Mers-El-Kébir le 30 septembre, relâchent à Casablanca du 3 au 6 octobre avant de rallier Dakar le 10 octobre. La division va manoeuvrer au large des côtes de l’AOF du 12 octobre au 2 décembre, les trois contre-torpilleurs quittant Dakar le 3 décembre en compagnie du Sfax qu’ils escortent jusqu’à Brest où les quatre navires arrivent le 12 décembre 1945.

Les trois contre-torpilleurs quittent Brest le 15 décembre, font escale à Lisbonne du 18 au 20 décembre, à Mers-El-Kébir pour se ravitailler le 23 décembre avant de rentrer à Bizerte le 27 décembre 1945 après trois mois loin de son port d’attache.

Le Vauquelin, le Chevalier Paul et le Tartu sont indisponibles pour entretien du 28 décembre au 21 janvier, passant dans un bassin du port de Bizerte pour inspection, le Tartu l’étant du 15 au 21 janvier). L’état matériel de ces navires est jugé satisfaisant.

La 7ème DCT sort pour essais du 22 au 25 janvier avant remise en condition du 26 janvier au 10 février, faisant escale à Tunis du 11 au 15 février avant d’enchainer par un école à feux du 16 au 20 février, un entrainement à la défense aérienne à la mer du 21 au 28 février et un entrainement au combat antisurface du 2 au 13 mars, faisant une escale à La Valette du 14 au 17 mars avant de rentrer à Bizerte le lendemain 18 mars 1946.

Après une nouvelle école à feux du 21 au 28 mars, les trois contre-torpilleurs se ravitaillent rapidement à Bizerte pour rallier Sfax le 30 mars où ils retrouvent les croiseurs légers La Galissonnière et Jean de Vienne (2ème DC). Les deux divisions vont s’entrainer ensemble du 1er au 25 avril, rentrant à Bizerte le 27.

Le Tartu participe ensuite à un entrainement de division du 4 mai au 19 juin, faisant escale à Tunis du 20 au 27 juin, rentrant à Bizerte le 28 juin 1946.

Indisponible du 29 juin au 16 juillet, il sort pour essais et remise en condition du 17 juillet au 7 août en compagnie Vauquelin. Il participe ensuite aux essais et à la remise en condition du Chevalier Paul du 8 août au 2 septembre. Le Tartu et le Chevalier Paul participent aux essais et à la remise en condition du Vauquelin du 3 au 18 septembre 1946.

Le 23 septembre  1946, la 7ème DCT quitte Bizerte et retrouve en haute mer la 8ème DC (croiseurs légers Latouche-Tréville et Gambetta) et la 4ème DCT (contre-torpilleurs Magon Dunois La Hire), deux unités de la 4ème Escadre venue de Mers-El-Kébir en compagnie du ravitailleur rapide Tarn.
Les deux croiseurs légers et les six contre-torpilleurs s’entrainent ensemble du 23 septembre au 27 octobre. Après une dernière escale à Bizerte du 28 octobre au 3 novembre, la 8ème DC, la 4ème DCT et le Tarn quittent la Tunisie pour rentrer en Algérie arrivant à Mers-El-Kébir le 6 novembre 1946.

La 7ème DCT termine l’année par un entrainement de division, le dernier avant un nouveau cycle de grand carénage qui va amputer la division d’un navire pendant huit mois. Le Tartu, le Vauquelin et le Chevalier Paul vont manoeuvrer ensemble du 12 novembre au 26 décembre, faisant escale à Tunis.

Le Tartu et le Chevalier Paul sortent pour un entrainement de division du 10 janvier au 27 février, rentrant à Bizerte le lendemain 28 février 1947.

Le Tartu en rentrant à Bizerte est victime d’une avarie propulsion qui l’immobilise à l’entrée du lac obligeant un remorqueur à le dégager de l’accès du canal pour le quai des travaux de l’Arsenal de Sidi-Abdallah où il est indisponible du 28 février au 16 mars, sortant pour essais du 17 au 21 mars avant un entrainement en solitaire du 22 mars au 5 avril 1947.

Le 9 avril 1947, le Vauquelin est remis à flot et dès le lendemain le Tartu le remplace dans le bassin n°1 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah pour des travaux de remise en état achevés le 15 juillet 1947 quand il est remis à flot et mouille au milieu du lac. Le Tartu et le Vauquelin sont à la mer du 16 au 19 juillet pour les essais puis du 21 juillet au 12 août pour la remise en condition.

Le Tartu seul contre-torpilleur disponible de la 7ème DCT sort pour une école à feu du 15 au 22 août, faisant escale à Tunis du 23 au 26 août avant de rentrer à Bizerte le 29 août. Il sort à nouveau pour un entrainement de défense aérienne à la mer du 4 au 11 septembre puis pour un entrainement au mouillage de mines du 15 au 18 septembre, faisant escale à La Valette du 19 au 22 septembre, rentrant le 24 septembre à Bizerte.

Le Tartu et le Vauquelin sort pour entrainement de base du 1er au 12 octobre, rentrant à Bizerte le 13 octobre pour participer aux essais et à la remise en condition du Chevalier Paul. Les trois navires sortent pour les essais du dernier navire nommé du 16 au 19 octobre puis pour sa remise en condition du 21 octobre au 2 novembre 1947.

Du 4 au 24 novembre, la 7ème DCT sort pour entrainement avec le croiseur léger Emile Bertin. Après une escale à Sfax du 25 au 29 novembre, ils rentrent à Bizerte le 1er décembre 1947. La division sort à nouveau avec le croiseur léger Emile Bertin du 8 au 20 décembre, rentrant à Bizerte le 22 décembre.

Le Tartu sort en compagnie du Chevalier Paul pour une école à feux du 10 au 17 janvier 1948 avant de gagner Sfax le lendemain 18 janvier. Le 22 janvier, le Vauquelin réparé après une avarie mécanique retrouve ses compères au mouillage. La division reconstituée sort pour entrainement du 23 janvier au 3 mars, rentrant à Bizerte le 5 mars 1948.

Le Tartu est indisponible suite à un  problème de chaudière du 6 au 17 mars, sortant pour essais et entrainement du 18 au 30 mars, mouillant au milieu du lac de Bizerte le 31 mars à l’aube. Il enchaine ensuite par un entrainement commun à la 7ème, à la 11ème DCT ainsi qu’à l’Emile Bertin du 5 au 24 avril, rentrant à Bizerte le 26 avril 1948.

Après une courte période d’entretien à flot du 27 avril au 9 mai, le Tartu sort pour essais du 10 au 13 mai avant d’enchainer par une école à feux du 14 au 22 mai.  Après un ravitaillement à Bizerte le 23 mai, le Tartu qui joue cavalier seul effectue un entrainement au mouillage de mines du 24 au 28 mai avant une escale à Sfax du 29 mai au 3 juin 1948.

Il reste au mouillage à Bizerte du 4 au 21 juin, sortant pour entrainement du 22 juin au 3 juillet mais connait une nouvelle avarie en rentrant à Bizerte ce qui impose une indisponibilité pour entretien et réparations du 5 au 28 juillet sortant pour essais du 29 juillet au 3 août avant d’effectuer sa remise en condition en compagnie de l’Emile Bertin du 4 au 17 août. Les deux navires mouillent dans le golfe de Gabès du 18 au 25 août avant de rentrer à Bizerte le 27 août 1948.

Comme ses deux sister-ships, le Tartu passe à l’effectif de guerre le 28 août et appareille pour amariner les réservistes. Le 1er septembre 1948, il couvre le retour du Vauquelin et du Chevalier Paul qui venaient de mouiller des mines à la frontière tuniso-libyenne. La 7ème DCT rentre à Bizerte le 3 septembre et à partir de cette date maintien un navire prêt à appareiller et les deux autres en alerte à 6h.