Mitteleuropa Balkans (139) Yougoslavie (27)

Mortiers

Mortier de 60mm modèle 1935

mortier de 60mm modèle 1935

Ce mortier est une version réduite du mortier de 81mm Brandt.

Elle est servit par cinq hommes et est toujours en service en septembre 1948 après que le projet initial de deux armes par compagnie soit devenue réalité avec un deuxième mortier nécessitant de réduire le groupe de chaque pièce à un chef de pièce, un tireur, un pourvoyeur-artificier et un conducteur soit huit hommes pour deux pièces.

Sur le plan industriel, 1500 mortiers de 60mm sont commandés pour équiper les unités d’active et les unités de série A. 350 sont disponibles en juin 1936, 1050 le 1er février 1937, 2100 au 1er janvier 1938 sur les 4200 jugés nécessaires.

Quand éclate la guerre de Pologne, 4646 mortiers de 60mm ont été livrés mais la production continue pour au moins constituer un volant de fonctionnement, la cadence étant de 150 pièces par mois, cadence qui aurait été portée à 300 au printemps 1940 si la guerre s’était poursuivit.

La production ne cesse qu’en septembre 1944. Au 1er mai 1940, on trouvait 4900 mortiers en ligne, chiffre porté à 5800 en décembre 1940, 7000 en décembre 1941, 8200 en décembre 1942, 8800 en décembre 1943 et 9250 en septembre 1944.

La production va reprendre à la mobilisation pour être sur de pouvoir équiper les unités françaises mais également des unités tchèques et polonaises.

L’armée yougoslave reçoit ce mortier pour rééquiper ses unités péniblement reconstituées en Egypte. Ces armes vont compléter les mortiers de 76.2mm d’origine britannique.

Au sein de la Compagnie d’infanterie type 1950, ce mortier va équiper chacune des quatre sections de combat à raison d’un groupe de deux mortiers de 60mm plus un groupe de mortiers de 60mm au sein de la section d’appui de la compagnie de combat.

Cette arme va être utilisée par l’armée de terre yougoslave jusqu’en 1964 quand ces mortiers sont remplacés par des mortiers soviétiques de même calibre.

Caractéristiques Techniques du mortier de 60mm Brandt modèle 1935

Calibre : 60mm Poids : 17.7kg Longueur du tube : 727mm Cadence de tir : 20 coups/minute Portée pratique : 1700m avec l’obus de 1.33kg, 1000m avec l’obus de 1.6kg

8.1cm M31/38

Mortier de 81mm modèle 1927/31

Sous sa désignation yougoslave de mortier de 8.1cm modèle 1931/38 se cache le célèbre mortier Brandt de 81mm modèle 1927/31.

Le mortier d’infanterie est apparu durant le premier conflit mondial sous la forme du mortier Stokes, une arme d’une simplicité biblique avec un tube, un bipied et une plaque de base. Cela explique sa formidable longévité alors que son cousin le mortier de tranchée qu’il soit appelé Crapouillot ou Minenwerfer n’à pas eu de descendance.

Perfectionné par la firme Brandt, le mortier d’infanterie allait devenir la principale arme d’appui des fantassins, le canon d’infanterie se révélant in fine une fausse bonne idée.

L’armée yougoslave à ainsi acquis 1600 mortiers, une partie ayant été produite en France et le reste sous licence dans le désormais très connu arsenal de Kragujevac. Ces armes étaient toujours en service en juillet 1949 et vont jouer le rôle qu’on attendait d’eux à savoir appuyer l’infanterie yougoslave aussi bien durant les phases offensives que durant les phases défensives.

Quelques mortiers ont pu échapper à l’enfer de la Campagne de Yougoslavie mais généralement en raison de l’encombrement les armes étaient sabotées ou démontées puis enterrées. Des décennies plus tard il n’est pas rare de retrouver un mortier démonté lors de travaux de terrassement.

Quand l’armée yougoslave se reconstitua en Egypte, elle ne reçut pas de nouveaux mortiers de 81mm comme on pouvait s’y attendre mais des mortiers de 3 pouces d’origine britannique ce qui encore aujourd’hui est assez incompréhensible.

Le mortier 8.1cm M31/38 était un mortier d’infanterie de conception française d’un calibre de 81mm, pesant 58.5kg en ordre de combat et disposant d’un tube de 1.267m. Tirant un projectile de 3.25kg, il pouvait atteindre une cible à une distance comprise entre 240 et 1200m à raison de 12 à 18 coups par minute, l’équipe de pièce se composant de six hommes. Le pointage se fait en site de °45° à +80° et en azimut sur 6°

Ordnance ML 3 inch Mortar Mk II

Petite infidélité faite à la France, l’infanterie yougoslave choisit comme mortier d’infanterie non pas une arme de chez Brandt mais un mortier de 76.2mm de conception et de fabrication britannique.

Ce mortier est issu du Stokes et peut donc être considéré comme le cousin du précédent. Le Mark I était identique au Stokes mais d’un calibre inférieur à savoir 76.2mm au lieu de 81mm mais le Mark II apportait un certain nombre de modifications qui le rapproche du modèle 1927/31.

Ces mortiers sont livrés par les britanniques début 1950 pour participer à la montée en puissance des unités yougoslaves, une montée en puissance laborieuse comme nous le savons.

Avec ces mortiers, l’infanterie yougoslave va combattre dans les Balkans, le mortier de 3 pouces appuyant l’infanterie durant les phases offensives mais aussi pour briser les offensives ennemies.

Ce mortier est resté en service jusqu’en 1962 quand il est remplacé par des mortiers de 82mm de conception et de fabrication soviétique.

L’Ordnance ML 3 inch Mortar Mk II était un mortier de conception et de fabrication britannique de 76.2mm (3 pouces) pesant 57.2kg en ordre de combat et tirant un projectile explosif de 4.540kg à une distance maximale de 2515m à raison de douze coups par minute, l’équipe de pièce se composant de quatre hommes. L’arme peut pointer en site de +45° à +80° et en azimut sur 11°.

Armes antichars individuelles

Projector Infantry Anti-Tank (PIAT)

Projector Infantry Anti-Tank utilisé par des fantassins canadiens

Après l’apparition du char l’infanterie chercha la parade pour stopper ce monstre. Après des solutions de type bricolage (paquets de grenades par exemple) des armes adaptées furent mises en service notamment le fusil antichar, le premier exemple étant le Mauser Gewher-T, une arme d’un calibre de 13mm tirant des projectiles spéciaux.

Les britanniques mirent au point leur propre fusil antichar le fusil antichar Boys mais cette arme se révéla ratée ou du moins moyenne. Londres à remis l’ouvrage sur le métier aboutissant non pas à une grenade à fusil comme en France mais à un projecteur, un système muni d’un puissant ressort lançant une bombe de 1.1kg d’où le nom attribué à l’arme Projector Infantry Anti-Tank (PIAT) en français Projecteur Antichar d’infanterie.

Cette arme se révéla plus efficace que le Boys mais n’étais pas sans défaut avec une portée réduite (110m) et un ressort qui devait parfois être réarmé manuellement ce qui nécessitait beaucoup de force. Néanmoins l’absence de fumée rendait le tireur plus discret.

Les premiers PIAT sont mis en service courant 1943 mais un temps la production est suspendue suite à plusieurs incidents au moment du lancement. Les problèmes sont résolus au printemps 1944 et la distribution peut se poursuivre pour remplacer le fusil antichar Boys.

Intégrée au niveau du platoon (équivalent de la section), cette arme était servie par deux hommes, un tireur et un pourvoyeur. Chaque platoon disposait de trois équipes ce qui offrait un duo antichar à chaque section (équivalent du groupe).

Cette arme à été exportée en Australie, au Canada, en Grèce, en Inde, en Nouvelle-Zélande et en Yougoslavie.

Après la production d’un PIAT MK I, un Mk II amélioré (ressort plus facile à réarmer, projectiles plus aérodynamiques ce qui permet d’augmenter la portée) est produit à partir de mars 1947.

Cette arme ne connaitra pas de descendance, la Grande Bretagne et la France mettant au point une arme appelée à un grand avenir : le lance-roquettes portatif.

La Yougoslavie à reçu quelques exemplaires avant guerre mais son utilisation durant l’opération MARITSA à été pour le moins limitée. Quelques armes ont été exfiltrés par l’Egypte mais la plupart des armes utilisées par l’armée yougoslave reconstituée étaient des exemplaires neufs fournis par des britanniques.

Cette arme fût utilisé aussi bien contre les chars que contre les véhicules blindés ou les positions fortifiées. Durant le conflit les PIAT furent remplacés par des lance-roquettes plus modernes.

Le PIAT Mk I était une arme de conception et de fabrication britannique pesant 14.52kg d’une longueur 991mm et tirant un projectile de 89mm de 1.13kg à une distance maximale de 300m (110m pratique) à raison de deux coups par minute.

Fire Crossbow

Bazooka

Face à l’augmentation du blindage des chars, l’infanterie en l’absence de chars ou de chasseurs de chars se trouvait fort dépourvue, subissant les afres de ce que les allemands ont appelé Panzerschreck (la peur du blindé).

Le canon antichar fût longtemps le protecteur de l’infanterie mais devant l’augmentation des blindages son poids le réservait à l’artillerie. Il fallait trouver une nouvelle arme, une arme portable d’un poids modeste pouvant détruire ou du moins neutraliser un char. C’est l’acte de naissance du Lance-Roquettes Portatif (LRP) plus connu sous le nom de Bazooka.

Sans se concerter les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France ont mis au point une arme semblable à savoir simple et efficace mais qui connu un destin paradoxal.

Enfin conçu initialement pour détruire des chars et ne pas laisser l’infanterie sans protection, il fût au final davantage utilisé pour neutraliser des bunkers et autres positions fortifiés. On verra certains sapeurs l’utiliser faire détonner des champs de mines !

Appelé Bazooka aux Etats-Unis, Fire Crossbow (arbalète de feu) en Grande-Bretagne et Metro en France (en référence au tube du métro parisien), le lance-roquettes portatif va être largement distribué aux alliés

A la fin du conflit des LRP (Lance-roquettes portatifs) de plus gros calibre furent mis au point. Si celui de 90mm fût d’un usage relativement courant, l’usage de celui de 120mm côté américain, de 107mm côté britannique et de 112mm côté français fût au mieux anecdotique.

Les yougoslaves ont reçu leurs premières «arbalète de feu» en septembre 1952 mais en petit nombre. C’est ainsi que lors du baptême du feu des troupes yougoslaves lors de l’opération SLEDGEHAMMER (mai 1953), le PIAT et la Fire Crossbow ont cohabité, la seconde remportant nettement plus de suffrages que le premier. Quelques mois plus tard tous les PIAT ont été remplacés dans les unités de première ligne.

Le LRP était une arme pesant 6.5kg mesurant 1.52m de long tirant une roquette de 90mm pesant 4.06kg à une distance maximale théorique de 913m qui en pratique tombait à 250 au mieux 300m, roquette pouvant percer 152mm de blindage à 0° d’incidence ce qui ne mettait aucun char allemand à l’abri de cette arme.

Mitteleuropa Balkans (133) Yougoslavie (21)

Les forces armées de l’Etat Indépendant de Croatie

Troupes croates combattant aux côtés des allemands. Date et lieu inconnu

Qui dit Etat dit forces armées et l’Etat indépendant de Croatie se préoccupe quasiment immédiatement de mettre sur pied non pas une mais deux armées, une garde nationale croate destinée à la défense intérieure et au maintien de l’ordre et une armée pour ce qu’on pourrait appeler par anachronisme les opérations extérieures.

La Garde Nationale Croate va tristement s’illustrer dans les opérations anti-guerilla, des opérations d’une violence et d’un sadisme extrême à tel point que les allemands vont demander à Pavelic de modérer ses sbires non par humanisme mais simplement parce que cela la situation sur place tellement insécure qu’il fallait déployer des troupes plus utiles ailleurs.

L’armée de son côté va déployer un régiment d’infanterie sur le front russe. Ce régiment ni pire ni meilleur que les autres est rapatrié en Croatie début 1952 suite à des désertions de plus en plus importantes.

En novembre 1952 la garde nationale croate absorbe l’armée. Cette garde nationale qui a été comparée à la Waffen S.S (ce qui est sûrement lui faire trop d’honneurs) est une véritable armée politique toujours plus violente, lancée dans une fuite en avant que rien ne semble pouvoir stopper.

Au printemps 1954 elle se désintègre à son tour. C’est sauve qui peut et si certains parviennent à s’enfuir et à disparaitre (on en retrouvera certains dans la Légion Etrangère) d’autres sont faits prisonniers par les partisans et les maquisards, subissant un sort aussi horrible que celui de leurs victimes juives, serbes et roms.

La Garde Nationale Croate (Hrvatsko Domobranstvo) est créée dès le 1er septembre 1949. Cette force armée dont la création à été pilotée par les allemands doit assurer la défense du territoire et le maintien de l’ordre.

C’est une armée très politisée puisqu’elle va très vite absorber la Milice Oustachis et différents groupes armés informels qui explique nombre d’exactions de la garde nationale croate.

A sa création elle comprend seize bataillons d’infanterie et deux escadrons de cavalerie soit 16000 hommes. Les seize bataillons d’infanterie sont augmentés pour devenir quinze régiments d’infanterie à deux bataillons répartis en cinq commandements divisionnaires.

Ultérieurement deux compagnies de chars légers, quatre bataillons du génie, dix bataillons d’artillerie et un régiment de cavalerie (qui absorbe les deux escadrons d’origine).

Après plusieurs opérations de nettoyage contre la résistance et de ratissage, la Hrvatsko Domobranstvo est réorganisée. Il s’agit notamment de s’adapter au contexte des opérations contre les maquisards et les partisans.

Elle aligne quatre commandements divisionnaires à douze régiments d’infanterie, quatre brigades de montagne à trois bataillons de chasseurs et un bataillon d’artillerie, un bataillon de chars légers (regroupant les deux compagnies indépendantes), quatre bataillons du génie, six bataillons d’artillerie (les quatre autres bataillons ont été transférés aux brigades de montagne) et un régiment de cavalerie.

En 1951 une Gendarmerie est créée tout comme deux bataillons de chasseurs destinés à traquer dans les montagnes de Bosnie les maquisards et autres partisans.

Des opérations de nettoyage et de ratissage sont régulièrement menées pour tenter de rétablir une certaine sécurité. Ces opérations entrainent son lot de massacres, d’exactions et d’exécutions sommaires. Comme on le sait les allemands vont rappeler à l’ordre des croates estimant ces opérations contre-productives.

L’efficacité de la garde nationale croate va peu à peu se réduire en raison de la perte des meilleurs éléments (tués ou blessés), l’arrivée de recrues moins motivées et surtout l’infiltration par les maquisards et les partisans ce qui explique que certaines unités faisaient preuve d’un zèle tout relatif dans la traque des «terroristes»

En novembre 1952 la garde nationale croate fusionne ou plutôt absorbe l’armée nationale croate, donnant naissance aux Forces Armées Croates (Hrvatske oružane snage).

L’Armée Nationale Croate (hrvatska nacionalna vojska) voit le jour le 17 janvier 1950. Très rapidement cette force va montrer ses limites. Si le régiment d’infanterie croate (Kroatisches Infanterieregiment) déployé sur le front russe ne se montra ni pire ni meilleur que les autres, les autres unités ne vont guère briller par leurs performances.

Cela explique par la conjonction de plusieurs phénomènes : les militants croates les plus motivés préféraient intégrer la très politique et la très idéologique garde nationale, les recrues restantes avait un niveau médiocre et une motivation qui l’était tout autant.

canon d’assaut Stug III Ausf E à canon long de 75mm. L’armée croate à utilisé quelques exemplaires, souvent des véhicules anciennement allemands et reconditionnés.

A son apogée elle possédait deux divisions d’infanterie (qui contrairement à celles de la garde nationale croate étaient de véritables unités de combat), une brigade motorisée (infanterie portée, autos blindées, quelques chars et quelques canons d’assaut), un régiment de cavaliers montés, un régiment d’artillerie, deux bataillons du génie et une compagnie de chasseurs.

Le Kroatisches Infanterieregiment était un régiment de marche composé de volontaires issus des différentes unités. Il se composait d’un état-major, d’une compagnie de commandement et de soutien, trois compagnies de combat et une compagnie d’appui.

Engagé dès le début de l’opération BARBAROSSA, il subit des pertes sérieuses mais dans un premier temps les volontaires ne manquent pas ce qui permet de recompléter et même d’accroitre les effectifs. L’unité est réorganisée à temps pour l’opération FRIEDRICH avec un état-major, deux bataillons d’infanterie, une compagnie de mitrailleuses, une compagnie de mortiers, une compagnie antichar et une compagnie antiaérienne.

Les lourdes pertes vont clairement affaiblir l’unité qui début 1952 est rapatrié en Croatie puis dissous, les projets de reconstituer l’unité sous la forme d’un régiment pérenne n’ayant pas vu le jour.

En novembre 1952 donc la Garde Nationale et l’Armée Nationale Croate fusionnent pour donner naissance aux Forces Armées Croates (Hrvatske oružane snage).

On trouve trois divisions d’infanterie légère (trois bataillons d’infanterie, un bataillon d’artillerie, un escadron de cavalerie, une compagnie antichar, une compagnie antiaérienne, des unités de soutien), une brigade motorisée _considérée comme la garde prétorienne du régime_ (un état-major, deux bataillons d’infanterie motorisée, un bataillon de chars légers, un bataillon d’artillerie), deux brigades de montagne, un bataillon de chasseurs, un régiment de cavalerie, quatre bataillons du génie, six bataillons d’artillerie.

Cette arme dont l’équipement et l’entrainement s’améliore va opérer contre les partisans et les maquisards mais aussi contre les alliés qui remontent la péninsule balkanique. L’usure opérationnelle va provoquer la déliquescence de cette armée qui ne peut plus reconstituer aussi facilement ses forces.

Comme l’ensemble de l’Etat qu’elles défendaient avec plus ou moins d’ardeur, les Forces Armées Croates s’effondrent au printemps 1954. Les désertions importantes deviennent massives.

A noter que certains croates décidèrent de s’engager dans la Waffen S.S plutôt que de défendre le régime d’Ante Pavelic que certains considéraient comme trop modéré (sic).

Ils formèrent la 13ème division d’infanterie de montagne de la Waffen S.S «Handschar» (1. Croatsiche), une division d’infanterie et certains croates estimés comme allemands ethniques (Volksdeutsche) ou issus du Banat intégrèrent la 7ème division de montagne «Prinz Eugen» et la 1ère division de grenadiers de la Waffen S.S (1. Galician).

Dans l’ensemble ces unités se montrèrent plus efficaces que les forces armées croates soit parce qu’elles étaient plus motivées ou parce qu’elles étaient fortement corsetées par les allemands qui placèrent des officiers à des postes clés. Ces divisions ont combattu essentiellement sur le front de l’est.

Les forces armées collaborationnistes.

Outre les troupes croates, d’autres unités militaires collaborationistes ont opéré aux côtés des allemands et des italiens.

Dans l’ensemble leur efficacité à été limitée par l’absence d’un Etat même à la souveraineté limitée qui aurait pu légitimer leur action. Le recrutement à été difficile, les meilleurs éléments ayant soit rejoint le gouvernement en exil ou la résistance (qu’elle soit royaliste ou communiste), laissant aux mouvements collaborationnistes les plus enragés ou les plus désespérés.

Les allemands (en Serbie) et les italiens (ailleurs) s’en méfiaient beaucoup et ne les employaient qu’avec beaucoup de parcimonie. Outre une efficacité militaire très moyenne, ils provoquaient souvent incidents et massacres qui généraient le cycle infernale des attentats et des répresailles.

Quand les alliés ont repris l’offensive ces éléments montrèrent fort peu d’envie et se dissolvèrent sous les coups de boutoir de la résistance ou des alliés. Leur sort varia mais dans l’ensemble à l’exception de ceux capables de se faire oublier ou ayant rejoint la Legion Etrangère ils connurent pour la plupart la détention et la mort.

Le 9 septembre 1951 est créée la Slovensko Domobranstvoen français la Garde Nationale Slovène.

Sa création à été piloté par les italiens qui se sont appuyés sur différents mouvements nationalistes slovènes. Comme souvent dans ce genre de situation, aux militants politiquement motivés s’ajoutèrent des éléments criminels ou des éléments cherchant simplement à ne pas mourir de faim.

Dans un premier temps elle est appréciée car vue par la majorité des slovènes comme l’embryon d’une armée slovène dans une Slovénie indépendante ou du moins autonome. Avec le temps les domobranci furent vus comme les marionettes des italiens puis des allemands.

Les premières unités sont des unités locales d’autodéfense en l’occurence quarante-trois compagnies d’infanterie de recrutement local ce qui leur permet de récevoir renseignements, aide et assistance d’une partie de la population.

Leur efficacité se révélant limité, la SD est totalement réorganisée en juin 1952. On conserve vingt compagnies locales mais les 23 autres sont dissoutes pour récupérer recrues et cadres.

Cela permet de créer six bataillons d’infanterie dits bataillons d’intervention (intervencijski bataljon) qui en théorie devaient intervenir en renfort des compagnies statiques mais ce beau schéma ne fût jamais respecté à la lettre.

Même chose pour les deux compagnies d’autos blindées qui récupérèrent des véhicules de feu l’armée yougoslave ou des véhicules cédés de mauvaise grâce par les italiens et les allemands. A cela s’ajoutait des bricolages locaux avec camions et voitures du tourisme sur lesquels on greffait une caisse blindée. Autant dire un joyeux foutoir qui obérait grandement les capacités opérationnelles de ces unités.

A cela s’ajoutait un bataillon du génie, quatre bataillons d’artillerie (là aussi équipé de bric et de broc avec des problèmes insolubles en matière de ravitaillement en munitions entre les canons capturés, les pièces italiennes, allemandes…..), une compagnie ferroviaire avec cinq trains blindés ainsi que des unités de soutien. Cela représentait un effectif proche des 12000 hommes.

En juillet 1953 un corps de police militarisé est créé. Ce corps va tristement s’illustrer par sa brutalité et sa férocité contre les juifs et tous les ennemis réels ou supposés du peuple slovène.

A la fin du conflit la garde nationale slovène se liquéfie comme tant d’unités de ce type. Un certain nombre d’entre-eux se réfugient en Carinthie (Autriche) espérant être considérés comme des prisonniers de guerre mais les alliés leur niant ce droit ils sont livrés au gouvernement yougoslave ce qui entrainera un grand nombre d’exécutions sommaires.

Durant le second conflit mondial, la Bosnie fût intégrée en grande partie à l’Etat indépendant de Croatie (des territoires furent annexés par les italiens et d’autres occupés par le gouvernorat militaire de Serbie sous contrôle allemand).

Si des bosniens ont servit dans l’armée de l’Etat Indépendant de Croatie, d’autres ont rallié la Résistance et d’autres ont mis sur pied des groupes dits d’autodéfense même si ils étaient davantage alliés aux germano-italiens qu’aux résistants.

Ces unités ont souvent connu une existence éphémère et leur efficacité militaire à été pour le moins douteuse. Connues sous le nom de global de milices musulmanes (muslimanske milicije), elles étaient souvent l’oeuvre d’un leader qui regroupait autour de lui des hommes de sa famille, de son clan ainsi que des personnes attirées par son charisme.

A plusieurs reprises il y eut des tentatives pour organiser, encadrer et rationnaliser ces milices musulmanes mais sans succès en raison d’une indiscipline chronique et de querelles de personnes.

Déjà mises en difficultés par les partisans communistes, les miliciens musulmans se sont pour la plupart évanouis dans la nature et ceux capturés étaient souvent sommairement exécutés par leurs ennemis communistes et royalistes.

Au Monténégro notons l’existence d’une Crnogorska Narodna Vojska ou Armée Nationale Monténégrine, existence éphémère puisqu’elle est créée sous l’impulsion des italiens en février 1953 mais dissoute dès le mois de décembre 1953 par les allemands qui la considérait comme un rassemblement de bons à rien inaptes à toute opération militaire !

En Serbie on trouvait un Corps de Protection Russe (Russische SchutzKorps en allemand), un corps levé par les allemands au sein des russes blancs ou plutôt de leurs descendants qui avaient émigré en Serbie après la révolution bolchévique.

A son apogée cette unité disposait de quatre régiments d’infanterie, d’un régiment de cavalerie (Régiment des Cosaques de Serbie), quelques unités d’artillerie et de génie. Il fût question d’organiser plusieurs divisions mais le temps, les hommes et les moyens manquaient pour créer une armée de plusieurs divisions.

Utilisée comme unité anti-partisans, le corps de protection russe se montra très efficace ce qui lui valut le soutien des allemands. En revanche engagés contre les troupes alliés lors de l’opération SWORD, son efficacité décrut en raison d’un manque de motivation et de nombreuses désertions.

Les volontaires russes qui portaient initialement l’uniforme de l’armée impériale avec un casque tchécoslovaque et des parements allemands furent ensuite rhabillés en felgrau, les seuls éléments distinctifs étant un drapeau russe sur l’épaule droite et sur l’épaule gauche la mention «Russische SchutzKorps».

Leur armement était composé essentiellement d’armes allemandes avec parfois des armes de prise réutilisées. A la fin du conflit nombre d’entre-eux capturés par les partisans furent passés par les armes.

Troupes de la Garde d’Etat Serbe défilant à Bulgare, date et lieu inconnus.

Aux côtés de ces volontaires russes on trouvait également la Garde d’Etat Serbe (Srpska državna straža), une unité levée parmi les serbes nationalistes qui estimaient que la dynastie Karageorjevic s’était fourvoyée dans l’idée yougoslave et que leur fuite à l’étranger les rendaient désormais inaptes à toute prétention politique.

Cette garde d’Etat voit le jour en septembre 1950, son origine venant de deux régiments de la gendarmerie yougoslave qui avaient rallié le gouvernement collaborateur serbe du général Nedic ce qui leur vallut le surnom de Nediveci.

Dès l’origine la SDS se caractérisa par une réputation méritée de férocité et de brutalité. Outre les opérations anti-partisans, l’unité assura la garde de plusieurs camps de concentration où étaient internés juifs, royalistes et communistes.

Parallèlement l’unité fût rapidement infiltrée par la résistance qu’elle soit royaliste et communiste ce qui explique des purges régulières menées par les allemands qui cédèrent leur création aux royalistes qui s’empressèrent d’interner tous ces membres (hormis ceux en fuite) qui furent pour beaucoup exécutés, certains moins compromis étant condamnés à des peines de prison avant un exil leur permettant de se faire oublier.

Cette garde nationale serbe comprennait un corps rural, un corps de police urbaine, un corps de garde-frontières et un corps mobile. Plus qu’une armée c’était une véritable force de gendarmerie théoriquement chargée de la sécurité et du maintien de l’ordre mais qui du face aux partisans et autres maquisards mener de véritables missions de guerre.

Son armement se composait essentiellement d’armes russes saisies en grand nombre lors des premières semaines de BARBAROSSA mais aussi quelques armes allemandes et des armes récupérées dans des dépôts delaissés de l’armée royale yougoslave. En ce qui concerne les uniformes il s’agissait soit d’anciennes tenues de l’armée yougoslave ou de tenues issues de l’armée serbe.

Aux côtés de la SDS on trouve également un Corps des Volontaires Serbes soit en version originale Srpski dobrovoljački korpus (SDK). Cette force plus militaire que la précédente disposait initialement de cinq bataillons d’infanterie légère à trois compagnies de combat et une compagnie d’armes lourdes.

Ces cinq bataillons furent immédiatement engagés contre les partisans et les maquisards. Des opérations de nettoyage sont menés aux côtés des allemands notamment d’unités de la Waffen S.S.

Avec des armes d’origine yougoslaves, italiennes et allemandes, des uniformes yougoslaves et des casques italiens et tchécoslovaques, ces bataillons d’infanterie légère furent constament sur la brèche.

Intégrés à la Waffen S.S en octobre 1952, les volontaires serbes formèrent désormais le Corps de Protection Serbe (Serbische SchutzKorps SSK), prélude à la création d’une division serbe de la Waffen S.S mais ce projet n’à pas pu aboutir faute de temps et de moyens.

Des unités d’artillerie, du génie, de soutien, des unités blindées ont été mises sur pied mais la division ne fût jamais créées.

Après avoir lutté contre les partisans et les maquisards, les «S.S Serbes» ont été engagés contre les alliés lors de leurs offensives dans les Balkans avec des résultats mitigés, le très bon cotoyant le médiocre.

A l’époque le SSK était organisé en quatre régiments à deux bataillons d’infanterie plus un bataillon d’artillerie et d’armes lourdes associés à un bataillon du génie, deux compagnies blindées (une de chars légers Hotchkiss H-39 hérités de l’armée yougoslave ou récupérés en France et une d’autos blindées avec des véhicules de différentes origines) et une compagnie de transmissions.

Quand les derniers troupes de l’Axe capitulent en Yougoslavie le 4 mars 1954, il restait un régiment de marche encore en état de combattre, une compagnie du génie, une compagnie blindée de marche et des unités de soutien. Faits prisonniers par les sud-africains, ils sont internés puis autorisés à s’exiler sauf ceux convaincus de crimes de sang qui furent livrés au gouvernement yougoslave. Les personnes concernées furent jugées, condamnées et pour certaines exécutées.

Mitteleuropa Balkans (95) Roumanie (25)

Armes de l’infanterie (5) : mortiers

ARUNCĂTORULUI 6cm Mod. 1935

mortier de 60mm modèle 1935

Plus connu sous le nom de mortier de 60mm Brandt modèle 1935, ce mortier léger était le mortier standard de l’armée roumaine. De conception et de fabrication française il à été copié par d’autres pays comme les Etats-Unis et la Chine alors que la Roumanie va acheter des exemplaires aux usines Brandt avant d’acquérir la licence de fabrication.

Cette arme était de conception classique pour un mortier avec une plaque de base, un tube et un bipied. Cela s’explique en partie parce que ce mortier de 60mm est la version réduite du mortier de 81mm modèle 1927/31 lui même étant un descendant du Stokes, le premier mortier d’infanterie.

La France avait produit 9250 exemplaires jusqu’en septembre 1944 pour équiper ses compagnies d’infanterie à raison d’une puis deux exemplaires le tout à effectifs constants. Des armes capturées par les allemands furent réutilisées au cours du second conflit mondial sous la désignation de 6cm Granatwerfer 225(f).

La Roumanie va donc acheter cette arme puis la produire sous licence chez Voina Works à Brasov, les chiffres exacts ne sont pas connus avec certitude mais les évaluations les plus fines donnent 1400 exemplaires produits jusqu’à la fin de la guerre.

Ces mortiers ont été utilisés pour la défense et pour l’attaque, menant parfois des missions de harcèlement contre les positions soviétiques tirant quelques obus avant de rapidement se replier pour semer le doute et le désordre chez l’ennemi.

Cette arme était toujours en service en avril 1954 et quelques exemplaires ont connu une nouvelle carrière dans l’armée populaire roumaine pour entrainer de nouveaux tireurs de mortiers avant que des mortiers soviétiques ne prennent le relais. Quelques pièces ont pu être stockés pour une éventuelle réutilisation en cas de conflit.

Caractéristiques Techniques

Calibre : 60mm Poids 19.7kg Poids du projectile 1.3kg (2.2kg pour le projectile lourd) Longueur du tube 72.4cm Portée maximale effective 100 à 1700m pour l’obus standard 100 à 950m pour l’obus explosif lourd Cadence de tir maximale théorique 20 à 26 coups par minute Champ de tir vertical +40 à +83° Champ de tir horizontal 14° Equipe de pièce : trois à cinq hommes

ARUNCĂTORULUI 8cm Mod. 1939

Mortier de 81mm modèle 1927/31 mis en œuvre par des soldats français

Sous ce nom se cache le mortier de 81mm Brandt modèle 1927/31, le mortier pour ainsi dire standard de l’époque puisqu’issu du Stokes et largement produit pour la France et pour l’export.

Par rapport à son devancier, le mortier Brandt dispose d’un amortisseur de recul (disjoncteur) par le verrouillage du tube sur la plaque de base, par un appareil de pointage perfectionné et un bipied permettant de réaliser des corrections de devers qui élimine la nécessité d’un terrassement pour mettre l’engin en batterie.

Cette arme est issue du programme du 21 février 1921 qui demandait un poids total de 46kg (le Stokes pèse 54kg), une vitesse de tir maximale assortie d’une bonne précision, un nombre de charges réduit, un projectile ne dépassant pas 3kg avec une portée comprise entre 1500 et 1800m.

Six constructeurs se proposent, cinq avec un projet de mortier de 75mm et Brandt avec un projet de mortier de 81mm mais aucun n’atteint les spécifications demandées.

La mise au point d’un projectile plus sur pour le mortier Stokes (modèle 24) permet à Brandt de prendre une avance décisive avec un nouveau mortier de 81mm, le modèle 1927 qui modifié et adopté en octobre 1929 devient le mortier modèle 1927/31.

1573 mortiers sont commandés en 1930 mais seulement 602 sont livrés un an plus tard en raison de problèmes techniques nécessitant la modification de la plaque de base. Au 1er janvier 1937 cependant, 2600 mortiers sont en service, 2800 au 1er septembre 1939.

Les dotations atteintes la production se poursuit pour permettre d’équiper de nouvelles unités et surtout pour former un volant de fonctionnement.

C’est ainsi que la production se poursuit jusqu’en juin 1942 au rythme de 150 par mois d’octobre 1939 à mai 1940 portant le total de mortiers produit à 4000 en mai 1940, 5400 en décembre 1940, 7800 en décembre 1941 et donc au final 9000 mortiers en juin 1942 quand la production est stoppée.

Il est utilisé par la compagnie d’accompagnement des bataillons d’infanterie à raison de deux engins par compagnie, chaque mortier étant servit par cinq hommes (un chef de pièce, un pointeur, un télémetreur, un chargeur et un artificier) soit huit mortiers par régiment (deux pièces pour chaque compagnie d’accompagnement au sein du bataillon et deux à la compagnie régimentaire d’engins).

Il utilise trois types de projectiles : explosif non préfragmenté, explosif à grande capacité fumigène et un obus d’exercice fumigène.

Ce mortier à été progressivement remplacé à partir de 1942 au sein des unités d’infanterie par le mortier de 120mm mais avec la mobilisation, le vénérable mortier reprendra du service.

Ce mortier fût utilisé produit en Pologne (d’abord en copie pirate puis sous licence officielle) mais aussi en Roumanie. Il à été également exporté en Autriche, en Tchécoslovaquie, en Chine, au Danemark, en Estonie, en Finlande, en Irlande, en Italie, au Japon, aux Pays-Bas, au Portugal, en URSS, aux Etats-Unis et en Yougoslavie

La Roumanie va d’abord acquérir 188 exemplaires auprès de la France avant d’acquérir la licence de fabrication pour produire 1000 exemplaires mais en septembre 1948 seulement 750 pièces ont été livrées à l’armée roumaine. Il faudra attendre mars 1950 pour que la commande soit enfin honorée.

De nombreux exemplaires sont perdus durant la première phase de l’opération BARBAROSSA. La production de quelques pièces permet de compenser un peu les pertes tout comme la livraison par l’Allemagne de mortiers de ce type capturés en France soit sur le champ de bataille ou alors dans des dépôts qui n’avaient été vidés à temps. Cette arme est restée en service jusqu’à la fin du conflit et pas impossible que quelques mortiers aient été un temps conservés dans les dépôts d’une armée roumaine qui n’était plus royale mais populaire.

Caractéristiques Techniques du mortier de 81mm modèle 1927/31

Calibre : 81mm Poids: 58.5kg (divisible en trois fardeaux) Longueur du tube : 1267mm Cadence de tir : 12 à 18 coups/minute Portée : 240 à 1200m avec l’obus à grande capacité de 6.5kg et 2000m avec l’obus standard modèle 1924 de 3.25kg Champ de tir vertical +45° à +85° Champ de tir horizontal 12° Equipe de pièce 5 hommes

ARUNCĂTORULUI 12cm Mod. 1952

Mortier de 120mm modèle 1938

Durant la période de la Pax Armada l’armée roumaine envisage d’acquérir le mortier de 120mm Brandt modèle 1942 mais ce projet n’aboutit pas du moins pas totalement puisque la Roumanie commande simplement douze pièces pour des tests avant de les stocker.

L’Armata Regala Romana entre donc en guerre en septembre 1948 avec un mortier de 60 et un autre de 81mm. Dès juin 1950 elle est confrontée au redoutable mortier de 120mm modèle 1938 de la RKKA, mortier qui ironie de l’histoire devait beaucoup au mortier Brandt que Bucarest n’à pas acquis en quantité suffisante.

La capture de quelques pièces fût l’occasion qui fit le larron. Impressionnés par les performances de l’arme soviétique, les roumains décidèrent purement et simplement de la copier mais aussi de remettre en service les mortiers français encore disponibles (en l’occurence dix des douze exemplaires, un ayant explosé au cours d’essais intensifs et un autre ayant été rayé car trop usé).

Les travaux furent menés avec toute la célérité possible et les premiers Aruncatorului 12cm Mod.1952 purent participer à l’opération FRIEDRICH à savoir l’offensive en direction du Caucase.

Elles se montrèrent à leur avantage et furent d’un précieux réconfort pour l’infanterie roumaine qui avait fort à faire en face d’Ivan qui en dépit de pertes abominables s’accrochait au terrain, ne reculant qu’à l’extrême limite de ses forces.

A la fin du conflit l’armée roumaine possédait environ 120 mortiers de ce type sur un total de 450 pièces produites en deux ans ce qui assez remarquable quand on connait l’état de l’industrie roumaine.

Ces pièces ont été stockées à la fin des années cinquante puis ressorties périodiquement dans les années soixante-dix lors de manœuvres et d’exercices de mobilisation. Les derniers mortiers de 120mm modèle 1952 ont visiblement été retirés du service en 1980 et envoyés à la casse sauf deux préservés à titre patrimonial.

Caractéristiques Techniques

Calibre : 120mm Poids en ordre de combat 285kg Poids du projectile 15.6kg Longueur du tube 1862mm Champ de tir vertical +45° à +85° Champ de tir horizontal 6° Portée 1300 à 6049m Cadence de tir 12 coups par minute (cinq en pratique) Equipe de pièce 6 hommes

Armes de l’infanterie (6) : armes antichars individuelles

PTRD-41

En septembre 1948 l’armée royale roumaine ne possède pas d’arme antichar individuelle, son infanterie devant compter sur les canons antichars avec toutes les limites inhérentes à ce type d’arme.

Voilà pourquoi les fantassins roumains utilisaient des armes improvisées comme le célèbre Cocktail Molotov, des paquets de grenades ou des fusils antichars soviétiques capturés et retournés contre leurs anciens propriétaires.

Le ProtivoTankovoye Ruzhyo Degtyaryova modèle 1941 (fusil antichar Degtyarev modèle 1941) est un fusil antichar tirant la puissante cartouche de 14.5x114mm.

Arme tirant au coup par coup, ce fusil est incapable de percer le blindage d’un Panther ou d’un Tiger mais peut le neutraliser en visant le moteur, les optiques voir un Borderfuhrer (chef de char) exposé en dehors de la tourelle. Voilà pourquoi certaines équipes de PTRD-41 furent sommairement exécutées sur le champ de bataille.

En ce qui concerne les chars et les véhicules plus légers il pouvait percer leur blindage et les détruire.

Au cours du conflit ce fusil antichar annonça les prémices du sniping lourd, le tir de précision lourd pour la destruction des points d’appui renforcés ou pour la neutralisation des sniper en milieu urbain. Je dis bien prémices car les résultats furent décevants en raison d’un manque d’expérience mais surtout de cartouches inadaptées au tir de précision.

Le développement de ce fusil commence en 1939 après la capture en Pologne de fusils antichar wzor modèle 1935, des fusils qui avaient prouvé leur efficacité au combat. Vassili Degtyarev s’est aussi inspiré du fusil antichar allemand Panzerbüchse 38.

Cette arme est présentée à l’été 1941. Les essais sont rapides et après quelques modifications pour la forme, la production est lancée. Les premières armes sont livrées en 1942, la production cessant en 1946 après la livraison de toutes les armes commandées.

Accompagné par le PTRS-41 (semi-automatique), le PTRD-41 est toujours en service en juin 1950 même si elle est en voie de déclassement. Elle va néanmoins rester en service jusqu’en 1960 quand les derniers fusils antichars sont retirés du service actif car obsolètes.

Des armes ont été capturées par les allemands, les finlandais, les hongrois et les roumains mais peu utilisés en raison du manque de munitions. Durant les conflits de la décolonisation, quelques PTRD-41 sont capturés par les français, les anglais, les portugais et les américains.

Le second conflit mondial terminé, des PTRD-41 sont livrés à la Bulgarie, aux communistes chinoises, à la Tchécoslovaquie et à la Pologne. La production totale est estimée à 140000 exemplaires.

Les roumains vont donc utiliser cette arme sur le champ de bataille dès que l’occasion s’en faisait sentir. Certains soldats roumains faisaient preuve d’une extrême témérité en plaçant un paquet de grenade sur un char et en tirant dessus avec un PTRD-41 pour provoquer l’explosion en espérant que cela suffise non pas à détruire le char mais au moins à l’immobiliser pour qu’il ne représente plus une menace majeure. Le nombre de fusils récupéré par les roumains est incertains mais tourne visiblement autour d’une centaine.

Caractéristiques Techniques

Calibre : 14.5mm (14.5x114mm) Poids : 17.4kg à vide Longueur hors tout 2020mm Longueur du tube 1350mm Portée maximale effective : 300m sur du personnel à découvert Portée maximale : 1000m Performances : 35 à 40mm de blindage à 100m à incindence 0° Alimentation : coup par coup

Panzerschreck et Panzerfaust

La Roumanie va également recevoir quelques lance-roquettes réutilisables Panzerschreck et quelques lance-roquettes jetables Panzerfaust.

Ces armes ont été mises au point pour fournir à l’infanterie un moyen de se protéger contre les chars ennemis alors que l’augmentation de l’épaisseur des blindages avait entrainé le déclassement des canons antichars légers d’infanterie.

Les alliés comme les allemands imaginèrent une arme simple et légère combinant pour simplifier une charge creuse avec une fusée.

Les allemands inspirés du Bazooka américain (même si ils s’en défendaient) mirent d’abord au point un lance-roquettes réutilisable fonctionnant selon le même principe que ses homologues américains, français et britanniques avec un calibre plus élevé et un petit bouclier pour protéger le tireur d’un éventuel retour de flamme.

Cette arme se révéla efficace mais jamais l’industrie allemande ne fût capable d’en produire suffisamment pour répondre aux besoins colossaux de ses forces voir de celles de ses alliés.

Si la Roumanie à pu mettre en œuvre le Panzerschreck c’est visiblement selon une initiative locale et non une décision politique au sommet. En clair les troupes allemandes en dépit de leurs remarques acerbes sur leurs alliés (qui étaient les boucs-émissaires de toutes leurs débacles militaires) voulaient qu’ils puissent les appuyer ce qui explique l’utilisation par l’armée roumaine de quelques centaines (le chiffre de 250 est souvent avancé mais ne réponse sur aucun archive fiable) de ces lance-roquettes.

Ironie de l’histoire, ces armes tout comme le Panzerfaust que nous verrons après ont été davantage utilisées comme arme anti-bunker en combat urbain que comme arme antichar pure.

A la fin du conflit les roumains possédaient encore quelques armes de ce type et on ignore le sort final de ces armes.

Outre l’Allemagne et la Roumanie, cette arme à été utilisée par la Finlande, l’Italie (le gouvernement fasciste combattant aux côtés des allemands après le basculement de mars 1953), la Hongrie, la Bulgarie, l’URSS et la résistance intérieure polonaise.

Panzerschreck

Le Panzerschreck pesait 11kg à vide, mesurait 1640mm de long, affichait un calibre de 88mm et une portée maximale effective de 150m. Selon des tests réalisés après guerre, il pouvait percer 95mm de blindage à inclinaison de 30°.

Le Panzerschreck était sans conteste une bonne arme mais elle souffrait de deux défauts. Le premier c’est qu’elle était relativement longue à fabriquer et que son utilisation réclamait de nombreuses heures d’entrainement.

Or l’Allemagne reculait sur tous les fronts et manquait de temps pour produire des armes et pour former ses soldats. D’où l’idée d’un lance-roquettes facile à produire et à utiliser. Cela excluait donc un lance-roquettes réutilisable au profit d’un lance-roquettes jetable nécessitant une instruction minimale.

C’est l’acte de naissance du «poing blindé», une arme d’une simplicité biblique. On lance et on jette. Produit à plusieurs millions d’exemplaires, cette arme fût utilisée aussi bien comme arme antichar que comme arme anti-bunker et anti-bâtiment même si sur la défensive, les allemands n’avaient pas forcément beaucoup l’occasion d’attaquer des blockhaus ennemis.

Si la Roumanie n’à reçut que fort peu de Panzerschreck, en revanche l’Allemagne fût plus prodigue en ce qui concerne le Panzerfaust qui fût utilisé par les roumains à plusieurs milliers d’exemplaires, des armes utilisées avec succès contre les chars alliés et contre des positions fortifiées de campagne que les alliés aménageaient dès que le front se figeait ou était figé. Il semble que des usines roumaines ont produit des Panzerfaust pour les unités nationales mais aussi pour les allemands (chiffre exact inconnu)

Outre le nombre exact inconnu on ignore quels modèles ont été utilisés par les bulgares entre le Panzerfaust 30 klein, le Panzerfaust 30, le Panzerfaust 60 (la version la plus courante), le Panzerfaust 100, le Panzerfaust 150 et le Panzerfaust 250.

Outre l’Allemagne et la Roumanie, le Panzerfaust à été utilisé par la Finlande, la Hongrie, l’Italie pro-allemande, la résistance intérieure polonaise, la résistance intérieure tchécoslovaque, la Bulgarie, l’URSS (armes capturées), les Etats-Unis (armes capturées). Après guerre l’Argentine, la Pologne et la Suède produisirent des copies plus ou moins directes du premier lance-roquettes jetable de l’histoire.

Panzerfaust

Le Panzerfaust 60 pesait 6.8kg mesurait environ 1m pouvait atteindre une cible à 60m. Sa tête militaire de 149mm pouvait pénétrer 200mm de blindage homogène.

Mitteleuropa Balkans (90) Roumanie (20)

Organisation

Division d’infanterie

-Un état-major

-Une compagnie antiaérienne

-Une compagnie antichar

-Une compagnie d’autos blindées

canon d’assaut Stug III Ausf E à canon long de 75mm

-(certaines) une compagnie de canons d’assaut

-Une brigade d’infanterie à trois régiments d’infanterie

-Une brigade d’artillerie à deux régiments d’artillerie

-Un bataillon de soutien logistique

-Un bataillon du génie

-Une compagnie de transmissions

-Un détachement sanitaire

Division légère d’infanterie

Ces divisions légères d’infanterie ont été créées après les lourdes pertes consécutives à l’opération URANUS. Il s’agit de recréer des unités plus rapidement en allégeant les structures mais en évitant si possible de perdre trop de capacités de combat soit une véritable gageure.

-Un état-major

-Une compagnie antiaérienne et antichar

-Une compagnie d’autos blindées et de canons d’assaut

-Deux régiments d’infanterie

-Un régiment d’artillerie

-Une compagnie du génie

-Une compagnie de transmissions

-Un détachement sanitaire

Division de Montagne

-Un état-major

-Une compagnie antichar

-Une compagnie antiaérienne

-Deux brigades à trois bataillons de montagne

-Un groupe d’artillerie de montagne

-Deux bataillons d’obusiers de montagne

-Une compagnie du génie

-Un détachement sanitaire

-Une section de transmissions

Division de cavalerie

-Un état-major

-Une compagnie de chars légers

-Une compagnie d’autos blindées

-Trois régiments montés

-Un régiment d’artillerie

-Un bataillon du génie

-Une compagnie de transmissions

-Une compagnie logistique

-Un détachement sanitaire

Division blindée

-Un état-major

-Un groupement logistique

-Une compagnie d’autos blindées

-Un régiment de chars moyens

-Un régiment de chars légers

-Deux régiments d’infanterie portée

-Un régiment d’artillerie motorisée

-Un bataillon du génie

-Une compagnie de transmissions

-Un détachement sanitaire

Brigade de montagne

Lors des premières opérations de la campagne de Russie, les roumains engagent les 1ère, 2ème et 3ème brigade de montagne, des brigades issues respectivement de la 1ère, de la 2ème et de la 4ème division de montagne. Cela s’explique par la volonté de conserver des troupes de montagne en cas d’attaque hongroise.

Régiments

Régiment d’infanterie

-Un état-major

-Une compagnie de commandement et de soutien

-Trois bataillons avec un état-major, trois compagnies d’infanterie et une compagnie de mitrailleuses lourdes

Mortier de 81mm modèle 1927/31 Brandt, le mortier médian standard de l’armée roumaine (ici avec des servants français)

-Un bataillon d’appui avec un état-major, une compagnie de mortiers, une compagnie de canons antichars légers, une compagnie de mitrailleuses et une compagnie d’éclaireurs.

Régiment de chars/Régiment monté

-Un état-major

-Un escadron de commandement et de soutien

-Trois escadrons de chars ou trois escadrons montés organisés en un peloton de commandement et de soutien et trois pelotons de combat

-Un escadron d’appui avec un peloton de mortiers lourds, un peloton de canons antichars et un peloton de mitrailleuses.

Régiment d’artillerie

-Un état-major

-Une batterie de commandement et de soutien

-Une batterie de conduite de tir

-Trois groupes de trois batteries de quatre pièces pour les régiments divisionnnaires soit trente-six pièces (Deux groupes de deux batteries à quatre pièces pour les régiments lourds soit seize pièces)

Bataillons

Bataillon d’infanterie

-Un état-major

-Trois compagnies d’infanterie

-Une compagnie de mitrailleuses lourdes

Bataillon d’appui (régiment d’infanterie)

-Un état-major

-Une compagnie de mortiers

Canon de 37mm Bofors modèle 1934.

-Une compagnie de canons antichars légers

-Une compagnie de mitrailleuses

-Une compagnie d’éclaireurs

Bataillon de montagne

-Une compagnie de commandement et de soutien

-Trois compagnies de montagne

-Une compagnie d’appui avec un peloton d’éclaireurs-skieurs (NdA inspiré des Sections d’Eclaireurs Skieurs [SES] françaises), un peloton de mortiers de 81mm et un peloton de mitrailleuses

Bataillon d’obusiers de montagne

-Un état-major

-Une batterie de commandement et de soutien

-Une batterie de conduite de tir

-Trois batteries de six obusiers de montagne soit dix-huit pièces

Bataillon du génie

-Un état-major

-Une compagnie de pionniers

-Une compagnie de sapeurs

-Une compagnie de déminage

Bataillon de soutien logistique

-Un état-major

-Une compagnie de maintenance

-Une compagnie de ravitaillement

-Une compagnie de transport

Compagnies

Compagnie d’infanterie

-Un état-major de compagnie avec le capitaine commandant de la compagnie, un sergent major comme adjoint et soldat qui sert d’ordonnance.

Cet état-major se compose également d’une équipe de transmissions de quatre hommes disposant d’un téléphone de campagne, d’une équipe d’éclaireurs-observateurs de quatre hommes, d’une équipe chimique avec trois hommes et d’une équipe médicale avec cinq hommes.

-Trois pelotons de fusiliers disposant chacun d’un état-major (lieutenant commandant le peloton, un sergent comme adjoint et un sniper), une équipe antichar de deux hommes avec des grenades antichars, une équipe mortier de six hommes avec un mortier de 60mm M.36 et quatre sections (groupes) de fusiliers.

ZB vz.30

Chaque groupe de fusiliers dispose d’une équipe disposant d’un fusil mitrailleur ZB.30 (cinq hommes) et d’une équipe de fusiliers de cinq hommes tous armés de fusils comme leur nom l’indique.

Escadrons de cavalerie

-Un peloton de commandement et de soutien

-Trois pelotons de combat

Compagnie antiaérienne et antichar

-Un peloton de commandement et de ravitaillement

-Trois pelotons de quatre ou six pièces selon les modèles

Compagnie d’autos blindées

-Un peloton de commandement et de soutien

-Trois pelotons de quatre voitures

Compagnie de canons d’assaut

-Un peloton de commandement et de soutien

-Trois pelotons de six canons d’assaut

-Un peloton d’autos blindées

Compagnie mixte d’autos blindées et de canons d’assaut

-Un peloton de commandement et de soutien

-Deux pelotons de six canons d’assaut

-Un peloton de six autos blindées

-Un peloton d’infanterie portée (éclairage et protection)

Compagnie du génie

-Un état-major

-Un peloton de pionniers

-Deux pelotons de sapeurs

-Un peloton de déminage

Compagnie de transmissions

-Un état-major

-Une section télégraphiste

-Une section de téléphoniste

-Une section de cryptage/decryptage

Détachement sanitaire

-Un groupe d’ambulance

-Une antenne sanitaire avancée

-Un groupe de guerre chimique

Mitteleuropa Balkans (56) Bulgarie (20)

Fusils et armes antichars

L’armée bulgare va comme toutes les armées de l’époque utiliser des fusils antichars, des armes lourdes, longtemps seule arme efficace de l’infanterie. Hélas pour les fantassins leur efficacité se heurta à l’augmentation de l’épaisseur du blindage. Ces armes furent donc très vite utilisées contre des blindés légers et des autos blindées. Certaines armées inaugurèrent le sniping lourd notamment en zone urbaine. La Bulgarie va utiliser trois modèles de fusils antichars, deux allemands et un suisse.

Fusil antichar Panzerbüsche 39

Le premier est le PANZERBÜCHSE 38, un fusil antichar apparu en 1939 tout comme son évolution le PANZERBÜCHSE 39. La Bulgarie va recevoir 150 exemplaires de ces deux armes, fusils antichars utilisées contre les blindés légers, les autos blindées et pour certaines cibles à haute valeur ajoutée. C’est ainsi qu’en janvier 1953 une équipe bulgare audacieuse parvint à faire exploser un dépôt de munitions grec en tirant avec un Panzerbüschse 39 sans se faire attraper.

Le PANZERBÜCHSE 38 était un fusil antichar pesant 16.2kg en ordre de combat, mesurant 1615mm (1085mm pour le canon). D’un calibre de 7.92mm (7.92x94mm), il était servit par deux hommes (un tireur et un pourvoyeur) qui pouvaient toucher une cible à 1500m à raison de 10 coups par minute, perçant 29mm à 300m (inclinaison 30°). L’arme ne dispose pas de chargeurs, l’arme tirant au coup par coup.

Le PANZERBÜCHSE 39 était un fusil antichar de 12.6kg en ordre de combat mesurant 1620mm de long (1085mm pour le canon). D’un calibre de 7.92mm (7.92x94mm), il était servit par deux hommes (un tireur et un pourvoyeur) qui pouvaient toucher une cible à 1500m (300m en tir efficace) à raison de 10 coups par minute, perçant 29mm à 300m (inclinaison 30°). L’arme ne dispose pas de chargeurs, l’arme tirant au coup par coup.

Le troisième fusil antichar était le Solothurn S-18/100, un fusil antichar livré à l’armée bulgare à 308 exemplaires en 1939. Cette arme servit par deux hommes était une arme d’un calibre de 20mm.

Mesurant 1760mm de long (925mm pour le canon), il pesait 40.5kg en ordre de combat. D’un calibre de 20mm (20x105B), il pouvait toucher une cible à 2000m (500m en pratique) à raison de 20 coups par minute, percant 11mm de blindage à 500m à 30° d’inclinaison. L’alimentation se faisait par des chargeurs de 10 coups.

-Outre ces trois fusils antichars standards l’armée bulgare à utilisé quelques fusils antichars soviétiques capturés en l’occurence des PTRD-41.

-La Bulgarie va également recevoir quelques lance-roquettes réutilisables Panzerschreck et quelques lance-roquettes jetables Panzerfaust.

Ces armes ont été mises au point pour fournir à l’infanterie un moyen de se protéger contre les chars ennemis alors que l’augmentation de l’épaisseur des blindages avait entrainé le déclassement des canons antichars légers d’infanterie.

Les alliés comme les allemands imaginèrent une arme simple et légère combinant pour simplifier une charge creuse avec une fusée.

Les allemands inspirés du Bazooka américain (même si ils s’en défendaient) mirent d’abord au point un lance-roquettes réutilisable fonctionnant selon le même principe que ses homologues américains, français et britanniques avec un calibre plus élevé et un petit bouclier.

Cette arme se révéla efficace mais jamais l’industrie allemande ne fût capable d’en produire suffisamment pour répondre aux besoins colossaux de ses forces voir de celles de ses alliés.

Si la Bulgarie à pu mettre en œuvre le Panzerschreck c’est visiblement selon une initiative locale et non une décision politique au sommet. En clair les troupes allemandes en dépit de leurs remarques acerbes sur leurs alliés (qui étaient les boucs-émissaires de toutes leurs débacles militaires) voulaient qu’ils puissent les appuyer ce qui explique l’utilisation par l’armée bulgare de quelques centaines (le chiffre de 200 est souvent avancé mais ne réponse sur aucun archive fiable) de ces lance-roquettes.

Ironie de l’histoire, cette arme tout comme le Panzerfaust que nous verrons après ont été davantage utilisés comme arme anti-bunker en combat urbain que comme arme antichar pure.

A la fin du conflit il ne restait qu’une poignée de ces lance-roquettes aux mains des bulgares. Ces derniers furent récupérés par les soviétiques qui n’en firent pas grand usage, ayant déjà capturé de nombreux exemplaires de ces armes pour les évaluer et mettre au point leur propre arme de ce type même si la série des RPG devait davantage au Panzerfaust qu’au Panzerschreck.

Outre l’Allemagne et la Bulgarie, cette arme à été utilisée par la Finlande, l’Italie (le gouvernement fasciste combattant aux côtés des allemands après le basculement de mars 1953), la Hongrie, la Roumanie, l’URSS et la résistance intérieure polonaise.

Le Panzerschreck pesait 11kg à vide, mesurait 1640mm de long, affichait un calibre de 88mm et une portée maximale effective de 150m. Selon des tests réalisés après guerre, il pouvait percer 95mm de blindage à inclinaison de 30°.

Le Panzerschreck était sans conteste une bonne arme mais elle souffrait de deux défauts. Le premier c’est qu’elle était relativement longue à fabriquer et que son utilisation réclamait de nombreuses heures d’entrainement.

Or l’Allemagne reculait sur tous les fronts et manquait de temps pour produire des armes et pour former ses soldats. D’où l’idée d’un lance-roquettes facile à produire et à utiliser. Cela excluait donc un lance-roquettes réutilisable au profit d’un lance-roquettes jetable nécessitant une instruction minimale.

C’est l’acte de naissance du «poing blindé», une arme d’une simplicité biblique. On lance et on jette. Produit à plusieurs millions d’exemplaires, cette arme fût utilisée aussi bien comme arme antichar que comme arme anti-bunker et anti-bâtiment même si sur la défensive, les allemands n’avaient pas forcément beaucoup l’occasion d’attaquer des blockhaus ennemis.

Si la Bulgarie n’à reçut que fort peu de Panzerschreck, en revanche l’Allemagne fût plus prodigue en ce qui concerne le Panzerfaust qui fût utilisé par les bulgares à plusieurs milliers d’exemplaires, des armes utilisées avec succès contre les chars alliés et contre des positions fortifiées de campagne que les alliés aménageaient dès que le front se figeait ou était figé.

Outre le nombre exact inconnu on ignore quels modèles ont été utilisés par les bulgares entre le Panzerfaust 30 klein, le Panzerfaust 30, le Panzerfaust 60 (la version la plus courante), le Panzerfaust 100, le Panzerfaust 150 et le Panzerfaust 250.

Outre l’Allemagne et la Bulgarie, le Panzerfaust à été utilisé par la Finlande, la Hongrie, l’Italie pro-allemande, la résistance intérieure polonaise, la résistance intérieure tchécoslovaque, la Roumanie, l’URSS (armes capturées), les Etats-Unis (armes capturées). Après guerre l’Argentine, la Pologne et la Suède produisirent des copies plus ou moins directes du premier lance-roquettes jetable de l’histoire.

Le Panzerfaust 60 pesait 6.8kg mesurait environ 1m pouvait atteindre une cible à 60m. Sa tête militaire de 149mm pouvait pénétrer 200mm de blindage homogène.

Mortiers

En guise d’avant-propos

Le mortier d’infanterie apparaît durant le premier conflit mondial et son intérêt n’échappe pas à l’armée bulgare qui commande des mortiers allemands Erhardt ainsi que des mortiers venus d’Autriche-Hongrie.

Sur les 380 exemplaires en service en novembre 1918 seulement 40 sont laissés à l’armée bulgare dont les effectifs ont été limités à 20000 hommes par le Traité de Neuilly-sur-Seine. Ces mortiers Erhardt sont obsolètes au milieu des années trente et l’acquisition de mortiers modernes est l’une des priorités de l’armée bulgare dès qu’elle peut entamer son réarmement.

367 mortiers sont en service dans l’armée bulgare à la fin de la guerre de Pologne mais environ 3500 mortiers sont en service en septembre 1948 quand éclate le second conflit mondial. En mai 1954 le nombre d’armes disponible est encore non négligeable avec selon les sources entre 400 et 670 armes en service, cette différence s’expliquant probablement par le modèle de calcul.

Elle va donc redevoir trois modèles, un modèle léger de 50mm d’origine allemande et deux modèles de 81mm, un modèle français et un modèle allemand.

Les différents modèles de mortiers en service dans l’armée bulgare

Le premier est le 5cm Leichte Granatwerfer 36, un mortier léger ou plutôt un lance-grenades dont le fonctionnement était différent.

Plutôt que de suivre les canons imposés par le mortier Stokes tube, plaque de base et bipied, les allemands décidèrent de mettre au point une arme nettement plus complexe mais qui fût jugée suffisamment efficace pour être adoptée sous le nom de 5 cm Leichte Granatwerfer 36 ce qui donne en français Lance-grenades léger de 5cm (50mm) modèle 1936.

Si les ingénieurs de la Rheinmettall-Borsig AG étaient pleinement satisfaits de leur création, sur le terrain, la troupe n’était pas vraiment emballée par cette arme complexe aux performances moyennes avec un projectile de 900 grammes et une portée limitée à 520m.

Arme complexe à fabriquer, couteuse en matière première, elle bénéficia d’un sursis avec la fin prématurée de la guerre de Pologne mais elle n’était plus en odeur de sainteté ce qui fait qu’en 1944 les allemands stoppèrent la production de cette arme au profit d’une version allégée et raccourcie du 8cm Schwere Granatwerfer 34.

La Bulgarie à reçu 812 exemplaires à partir de 1943. A la différence des allemands les bulgares ont apprécié cette arme au point de récupérer d’autres armes issus des stocks allemands. A noter que dans l’armée bulgare l’arme était servie par trois hommes.

Cette arme à été utilisée par la Bulgarska Armiya jusqu’à la fin du conflit mais à notre connaissance elle n’à pas été réutilisée par exemple pour entraîner les tireurs de mortiers de la nouvelle armée bulgare probablement parce que son fonctionnement était trop différent

Le 5cm Leichte Granatwerfer 36 était un mortier léger de 50mm disposant d’un tube de 0.46m de long pesant 14kg en ordre de combat. Tirant un projectile de 0.900kg, il pouvait atteindre une cible à une portée minimale de 50m et maximale de 520m à raison de 15 à 25 coups par minute. L’équipe de pièce composée de deux hommes pouvait pointer l’arme en azimut sur 34° de part et d’autre de l’axe et en site de +42° à +90°.

Le premier des mortiers médians de l’armée bulgare était le célèbre Mortier Brandt modèle 1927/31, une évolution du Stokes du premier conflit mondial et qui à définitivement fixé les canons du mortier d’infanterie avec plaque de base, tube et bipied.

L’armée bulgare va récupérer 533 armes de ce type. Elle chercha à en récupérer d’autres durant la Pax Armada en espérant que la France cède quelques armes issues de ses stocks mais Paris ne donna pas suite à la demande de Sofia.

Utilisé avec le 8cm Schwere Granatwerfer 34 au sein des sections mortiers des compagnies d’appui, les mortiers Brandt se montrèrent efficaces, un soldat français dont l’histoire à oublié le nom ayant dit un jour «On ne peut dire la guerre c’est l’enfer sans avoir été un jour sous un tir de mortiers».

Les bulgares vont utiliser ce mortier jusqu’à la fin de la guerre. Quelques armes stockées au moment du désarmement furent remise en service pour former les nouveaux tireurs mortiers de l’armée bulgare communiste avant que l’arrivée de mortiers soviétiques n’entraine leur retrait du service.

Le M.27/31 était un mortier médian d’infanterie de 81mm (calibre réel 81.4mm) pesant 56kg en ordre de combat.

Disposant d’un tube de 1.257m, il tirait un projectile de 3.25kg à une distance comprise entre 1000 et 3116m à raison de douze à dix-huit coups par minute. L’équipe de pièce de cinq hommes pouvait pointer l’arme de 8 à 12° de part et de l’autre de l’axe en azimut et en site de +45° à +80°.

8 cm Schwere Granatwerfer 34 (8cm sGrW 34)

-Le deuxième mortier médian de l’armée bulgare était donc le 8cm Schwere Granatwerfer 34 (8cm SgrW 34), un mortier qui était pour ainsi dire une copie du mortier Brandt modèle 1927/31.

C’était donc une arme sans caracteristiques remarquables, son efficacité reposant sur un entrainement rigoureux de ses servants pour un pointage rapide et un tir foudroyant destiné à faciliter la percée, la prise de la cible ou pour briser une attaque ennemie foudroyée par les éclats des projectiles.

Deux versions dérivées ont été mises au point, une version destinée à être montée sur véhicule semi-chenillés pour appuyer les Panzergrenadier et une version raccourcie appelée Kurzer Granatwerfer 42 mais également Stummelwerfer.

Cette version était initialement destinée aux Fallschirmjager (qui rappelons-le appartenaient à la Luftwaffe et non à l’armée de terre) mais à finit par remplacer le 5cm Leichte Granatwerfer.

La Bulgarie à commandé 320 exemplaires en 1936 suivit de 120 en 1938, les premiers étant identiques aux mortiers de la Heer mais les suivants étaient légèrement différents.

Deux autres commandes passées en 1947 et 1949 ont porté le parc à 1070 exemplaires. A la fin du conflit environ 250 mortiers de ce type étaient encore disponibles et il n’est pas impossible que certaines pièces soient restées plusieurs années en réserve pour un potentiel réarmement.

Le 8cm Schwere Granatwerfer 34 était un mortier médian d’infanterie de 81mm pesant 62kg en batterie. Disposant d’un tube de 1.14m, il tirait un projectile de 3.5kg à une distance maximale de 2400m (1200m en pratique) à raison de 15 à 25 coups par minute. L’éuipe de pièce de cinq hommes pouvait pointer l’arme en site de +45° à +90° et en azimut de 10° à 23°.

Mitteleuropa Balkans (17) Hongrie (17)

Armes de l’infanterie (2) : armes collectives

Fusils mitrailleurs et Mitrailleuses

GOLYÓSZÓRÓ 31M (Hongrie)

La principale mitrailleuse hongroise est la GOLYÓSZÓRÓ 31M, la désignation hongroise de la Solothurn S-200, une mitrailleuse qui annonçait le duo MG-34/42. Entre 2000 et 3000 exemplaires ont été livrés à l’armée hongroise qui va l’utiliser jusqu’à la fin du conflit aux côtés d’armes plus anciennes et d’armes plus récentes.

Lire la suite

Scandinavie (81) Finlande (19)

Armes de l’infanterie (3) : mortiers

Mortier de 50mm RM-38/RM-39/RM-40/RM-41

RM-38 2

Mortier de 50mm RM-38

En septembre 1939 les seuls mortiers en service dans l’armée finlandaise étaient des mortiers de 81mm, les Breda modèle 1935 mais aussi le Kranaatinheitin m/33.

Lire la suite

Scandinavie (55) Danemark (26)

Armes collectives de l’infanterie

Fusil mitrailleur

REKYLGEVÆR m 1924 (Danemark)

-En septembre 1948 le fusil mitrailleur standard de l’armée danoise est le Rekylgevaer m/1924 plus connu sous le nom de Madsen modèle 1924, un descendant d’une arme plus ancienne, le modèle 1902 qui connu son baptême du feu lors de la guerre russo-japonaise (1904-05) dans les rangs de la cavalerie russe.

Lire la suite

Scandinavie (19) Norvège (19)

Comme l’évacuation des troupes norvégiennes s’est faite sous la pression de l’ennemi la priorité à été d’évacuer les hommes et non les armes. Si des fusils, des fusils mitrailleurs, des mitrailleuses voir des mortiers ont pu traverser la mer du Nord en direction des îles britanniques aucun canon n’à été embarqué, la plupart des pièces ayant été soit démolies ou alors sabotées.

Lire la suite

Scandinavie (17) Norvège (17)

Mortiers

mortier de 81mm modèle 1927 31

mortier de 81mm modèle 1927/31. Le Bombekastere m/35 est la version produite sous licence par Kongsberg

-En septembre 1948, le seul mortier en service dans l’armée de terre norvégienne est le Bombekastere m/35 qui n’est pas un inconnu pour nous puisqu’il s’agissait du mortier de 81mm Brandt modèle 1927/31 produit sous licence par Kongsberg.

De 1935 à 1945 pas moins de 300 mortiers de ce type ont été produits même si ils n’étaient évidement pas tous mis en ligne en temps de paix. Ce mortier était utilisé par la compagnie d’armes lourdes du régiment d’infanterie.

Ce dernier disposait de trente-six fusils mitrailleurs Madsen modèle 1922, de neuf mitrailleuses moyennes Browning-Kronsberg et de neuf mortiers de 81mm servis chacun par cinq hommes.

Comme il était prévu douze régiments d’infanterie et un besoin de 108 armes on voit que la production à été largement excédentaire. Une partie fût sortie des magasins au moment de la mobilisation, certaines armes réquisitionnés par les alliés et d’autres capturées par les allemands qui firent main basse sur un certain nombre de ces mortiers qui allaient participer à des opérations de ratissage contre la Résistance mais surtout dans les blockhaus construits en grand nombre par l’Allemagne.

Ces mortiers vont donc participer aux combats découlant de l’opération BOREALIS. L’arme était à l’époque ancienne mais ne manquait pas de qualités au point qu’un chasseur alpin de la 27ème DIAlp déclara «qu’on ne peut savoir ce qu’est l’enfer de la guerre avant d’être pris sous un tir de mortiers».

Dans les rangs de l’armée norvégienne libre, peu de mortiers ont réussi à passer la mer du Nord, la priorité allant aux hommes et non aux armes lourdes. On estime qu’à peine une trentaine de mortiers ont pu rallier les îles britanniques ce qui était naturellement trop peu pour recréer une armée.

Aussi ces mortiers ont été vite relegués à l’entrainement et remplacés par des mortiers britanniques de 3 pouces (76.2m), mortiers avec lesquels les brigades légères vont opérer en Norvège lors de l’opération BOREALIS, brisant plusieurs contre-attaques locales.

Caractéristiques Techniques

Calibre : 81mm Poids en ordre de combat 60.6kg Poids du projectile 3.25kg Longueur du tube 1.267m Champ de tir horizontal 12° Champ de tri vertical +45° à +85° Portée minimale 100m maximale 2850m

Ordnance ML 3 inch Mortar 5

Ordnance ML 3 Inch Mortar

-Le Bombekastere m/35 à donc été remplacé par un mortier britannique de 3 pouces, le Ordnance ML 3 inch Mortar Mk II, une arme ancienne puisqu’elle à été mise au point durant le premier conflit mondial mais régulièrement améliorée ce qui explique qu’elle était encore en service en septembre 1948.

Les norvégiens ont reçu cette arme pour équiper la compagnie d’armes lourdes des brigades légères reconstituées en Grande-Bretagne pour continuer le combat aux côtés des alliés. Cette compagnie mettait en œuvre des fusils mitrailleurs Bren, des mitrailleuses Browning M1919A4 et donc des mortiers de 3 pouces à savoir neuf armes servies chacune par cinq hommes.

Ce mortier va rester en service jusqu’en 1965 quand il est remplacé par un mortier de 81mm de conception et de fabrication française.

Caractéristiques Techniques du Ordnance ML 3 Inch Mk II

Calibre : 76.2mm Longueur hors tout 1.29m Longueur du tube 1.19m Poids en ordre de combat 57.200kg Poids du projectile (HE) 4.540kg Pointage en site : +45° à +80° Pointage en azimut : 11° Portée maximale 2515m Equipe de pièce : 4 hommes

Armes antichars de l’infanterie

PIAT 18

PIAT

-En septembre 1948 l’infanterie norvégienne n’est pas la mieux équipée en matière d’armes antichars. Toute juste trouvons nous dans les stocks de l’armée norvégienne quelques PIAT acquis courant 1944 pour des tests en vue d’une acquisition à grande échelle voir d’une production sous licence. Aucun de ces deux projets et les armes utilisées pour l’évacuation furent stockées avec quelques projectiles. Autant dire que pour transformer la Norvège en cimetière de blindés allemands on repassera hein….. .

Quand l’Allemagne déclencha l’opération Weserübung, les PIAT furent ressortis de l’oubli et utilisés par les chanceux fantassins norvégiens qui remportèrent quelques succès contre des blindés allemands (essentiellement des autos blindées).

La première arme antichar individuelle britannique fût le fusil antichar Boys mais cette arme se révéla décevante dans son rôle premier mais apprécié dans un rôle inattendu à savoir la neutralisation des meurtrières voir la destruction à distance de systèmes stratégiques comme les radars.

Pour ne pas laisser ses fantassins sans arme antichar individuelle, l’armée britannique envisagea d’abord la grenade à fusil mais peut être parce que cette technologie fût choisie par la France, Londres préféra inventer un projecteur, un système muni d’un puissant ressort lançant une bombe de 1.1kg d’où le nom attribué à l’arme Projector Infantry Anti-Tank (PIAT) en français Projecteur Antichar d’infanterie.

Cette arme se révéla plus efficace que le Boys mais n’étais pas sans défaut avec une portée réduite (110m) et un ressort qui devait parfois être réarmé manuellement ce qui nécessitait beaucoup de force. Néanmoins l’absence de fumée rendait le tireur plus discret.

Les premiers PIAT sont mis en service courant 1943 mais un temps la production est suspendue suite à plusieurs incidents au moment du lancement. Les problèmes sont résolus au printemps 1944 et la distribution peut se poursuivre pour remplacer le fusil antichar Boys.

Intégrée au niveau du platoon (équivalent de la section), cette arme était servie par deux hommes, un tireur et un pourvoyeur. Chaque platoon disposait de trois équipes ce qui offrait un duo antichar à chaque section (équivalent du groupe).

Cette arme à été exportée en Australie, au Canada, en Grèce, en Inde, en Nouvelle-Zélande et en Yougoslavie et donc en Norvège à moins de cinquante exemplaires. Ces derniers furent distribués au petit bonheur la chance sans doctrine d’utilisation cohérente mais es-ce que cela aurait changé grand chose aux combats…… .

Après la production d’un PIAT MK I, un Mk II amélioré (ressort plus facile à réarmer, projectiles plus aérodynamiques ce qui permet d’augmenter la portée) est produit à partir de mars 1947.

Cette arme ne connaîtra pas de descendance, la Grande Bretagne et la France mettant au point une arme appelée à un grand avenir : le lance-roquettes portatif.

Caractéristiques Techniques du PIAT Mk I

Calibre : 89mm Poids du lanceur 14.52kg Poids du projectile 1.13kg Longueur : 991mm Portée maximale : 300m Portée pratique : 110m Cadence de tir : deux coups/minute

Lors de la reconstitution de leurs forces armées, les norvégiens ont reçu des PIAT Mk II mais très vite l’ont remplacé par une arme nouvelle, le lance-roquettes portatif. Sans se concerter les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France ont mis au point une arme simple, efficace qui connu un destin paradoxal.

Enfin conçu initialement pour détruire des chars et ne pas laisser l’infanterie sans protection, il fût au final davantage utilisé pour neutraliser des bunkers et autres positions fortifiés. On verra certains sapeurs l’utiliser faire détonner des champs de mines !

Bazooka M1A1

Bazooka

Appelé Bazooka aux Etats-Unis, Fire Crossbow (arbalète de feu) en Grande-Bretagne et Metro en France (en référence au tube du métro parisien), le lance-roquettes portatif va être largement distribué aux alliés et notamment aux norvégiens qui l’utilisèrent en très grande quantité pour aussi bien la lutte antichar que la lutte antinavire, certains commandos norvégiens l’utilisant contre des embarcations et des navires légers ennemis.

A la fin du conflit des LRP (Lance-roquettes portatifs) de plus gros calibre furent mis au point. Si celui de 90mm fût d’un usage relativement courant, l’usage de celui de 120mm côté américain, de 107mm côté britannique et de 112mm côté français fût au mieux anecdotique.

Les norvégiens vont utiliser l’arbalète de feu jusqu’au milieu des années soixante quand un nouveau lance-roquettes imaginé cette fois par la firme suédoise Bofors allait être mis en service.

Le LRP était une arme pesant 6.5kg mesurant 1.52m de long tirant une roquette de 90mm pesant 4.06kg à une distance maximale théorique de 913m qui en pratique tombait à 250 au mieux 300m, roquette pouvant percer 152mm de blindage à 0° d’incidence ce qui ne mettait aucun char allemand à l’abri de cette arme.