Pologne et Pays Neutres (95) Pologne (7)

FORCES ARMEES POLONAISES (1) : ARMEE DE TERRE

Une histoire militaire de la Pologne

Aux temps jadis

Parmi les premiers grands événements de l’histoire militaire de la Pologne figure la Bataille de Legnica survenue le 9 avril 1241 (NdA date incertaine) entre les polonais alliés aux chevaliers teutoniques face aux mongols.

C’est une déroute pour les troupes chrétiennes mais fort heureusement pour le reste de l’Europe les mongols mettent cap au sud-est renoncent à avancer plus à l’ouest. A noter que sur le plan tactique cette bataille montre la vulnérabilité de la cavalerie lourde aux archers, une leçon qui ne pas comprise par certains suivez mon regard.

**

*

Représentation de l’Armée polono-lituanienne

La République des Deux Nations disposait naturellement d’une armée composée de plusieurs unités comme les Wojsko Kriarciane (unités régulières soldées), les Wojsko Komputowe (unités semi-régulières créées pour la durée d’une guerre qui sont intégrées en 1652 avec les premières dans une nouvelle armée permanente), la Pospolite Ruzzenie (levée en masse de la Szlachta), les Piechota lanowa et les Piechota wyzbraniecka (unités de paysans recrutés).

On trouve également des cosaques enregistrés (troupes formées par des cosaques utilisées surtout à l’infanterie, rarement à la cavalerie avec des tabors recrutés jusqu’en 1699), la Garde Royale, des Mercenaires et des armées privées dépendant des grands féodaux.

*

**

La Guerre Nordique de Sept Ans à lieu de 1563 à 1570. La Suède est opposée à une coalition dano-polono-lübeckoise, l’élément déclencheur étant un contentieux dano-suédois depuis la fin de l’Union de Kalmar. Je cite ce conflit pour information car les troupes polonaises ne sont pas engagées !

De 1605 à 1618 les polonais affrontent les russes, de 1600 à 1629 les polonais affrontent les suédois et de 1620 à 1621 les ottomans.

Durant ce dernier conflit les ottomans défont les polonais la bataille de Tutoia (17 septembre au 7 octobre 1620), les polonais subissant de lourdes pertes.

L’année suivante une imposante armée ottomane (100 à 250000 hommes selon les sources !) repart en campagne avec premier objectif la conquête de l’Ukraine et pour les plus ambitieux d’atteindre la mer Baltique en détruisant la République des Deux-Nations !

Cette campagne sera un échec avec une défaite contre les polonais et les cosaques zaporogues à Khotin (2 septembre au 9 octobre 1621).

En 1633/34 11 à 30000 polonais et alliés affrontent 55000 ottomans et alliés dans une nouvelle guerre polono-ottomane.

De 1654 à 1667 les polonais et les russes s’affrontent, conflit se terminant par une victoire russe. A l’origine du conflit une révolte de cosaques contre la Pologne, révolte soutenue par la Russie.

En juillet 1654, 41000 russes envahissent la République des Deux-Nations. Les villes de Bely et de Dorogobsy sont prises, Smolensk assiégée. C’est ensuite la bataille de Chklow (12 août 1654) et de Szepielewicze (24 et 25 août 1654), les russes l’emportant à chaque fois. En revanche la bataille de Ochmatow (janvier/février 1655) se termine par un résultat indécis à la différence de la bataille de Jaehkiv qui est une victoire polono-tatare.

La Première Guerre du Nord à lieu de 1655 à 1660 opposant la Suède à la République des Deux-Nations.

En juillet 1655 l’Armée suédoise envahit la Pologne-Lituanie depuis la Poméranie suédoise à l’ouest et par la Livonie au nord. C’est 13650 hommes et 72 canons d’un côté, 21200 de l’autre. En face les polono-lituaniens n’alignent que 14000 hommes. Une partie de la noblesse polonaise rallie le roi de Suède après la bataille d’Ujscee le 25 juillet 1655. En août 1655, le Grand-Duché de Lituanie se place sous la protection suédoise, le 8 septembre 1655 Varsovie est occupée.

Les suédois sont victorieux à Zarnow le 16 septembre et Wojnicz le 3 octobre. Jean II Casimir est capturé et exilé en Silésie. Cracovie capitule le 19 octobre et le lendemain un traité est signé à Kedainiei, la Lituanie est unie à la Suède, la majorité de l’armée polonaise se rendant à la Suède.

Très vite l’occupation suédoise suscite une violente opposition en Pologne, entrainant une guerilla et en réponse une répression sanglante. A la bataille de Golab en février 1656, 11000 suédois défont 2400 polonais. Les suédois sont défaits à Zamosc puis le 7 avril 1656 à Warka.

Les suédo-brandebourgeeois l’emporte à Varsovie (28 au 30 juillet 1656), Jean II Casimir se retire à Lublin. La victoire polonaise à Leczyca le 4 octobre 1656 est sans lendemain.

De 1672 à 1676 les polonais affrontent les ottomans perdant à cette occasion la Podolie. Les polonais l’emporte à Khotin le 11 novembre 1673, une victoire remportée par le Hetman (chef de l’armée) Jean Sobieski. En revanche la bataille de Jouravno (25 septembre au 14 octobre 1676) se termine par une victoire ottomane.

De 1683 à 1699 c’est la Grande Guerre Turque, un conflit opposant le Saint-Empire Romain Germanique à l’Empire ottoman. La Maison d’Autriche n’est pas seule pouvant compter également sur l’aide de la Pologne (NdA bah oui sinon je parlerai pas de ce conflit), des Etats Pontificaux, de Venise, de Gênes, de la Toscane, de la Savoie, de l’Espagne et du Portugal, le tout formant la Sainte Ligue.

When the wing hussar arrive !

Le climax, l’apogée de ce conflit c’est naturellement le siège de Vienne et l’intervention décisive de l’armée du roi de Pologne Jean III Sobieski qui dégage la capitale du Saint-Empire. C’est surtout le début du déclin irrémédiable de la Sublime Porte.

Les 150000 hommes de l’armée ottomane franchissent la frontière le 29 juin. L’armée de Charles V de Lorraine (beau-frère de Léopold 1er) est battue le 2 juillet, la cour impériale quittant Vienne le 7 juillet pour Linz puis Passau. Vienne est assiégée à partir du 14 juillet 1683.

L’armée coalisée arrive sous les murs de Vienne le 3 septembre alors que la capitale autrichienne chancèle. Les 75000 hommes de Sobieski franchissent le Danube s’installent sur les hauteurs de Kahlenberg et de Leopoldsberg.

Les polonais et les impériaux attaquent le 12 septembre 1683, la cavalerie polonaise et notamment ses fameux hussards ailés (When the winged hussars arrive comme chante Sabaton) s’illustre mettant les ottomans en déroute. 15000 turcs sont tués, dix fois moins pour les coalisés.

La menace écartée, Léopold 1er est de retour à Vienne, ne pardonant pas à Jean III Sobieski d’être entré le premier dans sa ville.

Après un temps d’hésitation, les coalisés se lancent à la poursuite des ottomans, remportant une nouvelle victoire à Parkany le 9 octobre. La ville hongroise d’Esztergon tombe le 25 octobre suivie d’une ultime victoire le 1er novembre. L’armée polonaise se replie. Le 25 décembre 1683, Kara Mustafa et étranglé sur ordre du sultan. A noter que les polonais ne participent pas à la suite du conflit.

Ce conflit se termine par le Traité de Karlowitz (26 janvier 1699), traité qui voit la Pologne récupérer la Podolie perdue en 1672.

La Grande Guerre du Nord (1700-1721)

La Pologne ne participe pas officiellement mais va être un enjeu de la lutte entre la Suède et la Saxe dont l’électeur est également roi de Pologne (1700-1709).

Après avoir neutralisé la Russie, Charles XII se tourne vers la Saxe et la Pologne d’Auguste II. La Pologne-Lituanie est envahie le 18 juillet 1701 quand l’armée du dernier roi de Suède impérialiste franchit la rivière Dagauva.

En 1702 la Suède affronte les troupes de l’hetman de Lituanie Michal Serwacy Wisniowicki et s’empare de Wilno au mois d’avril. L’armée saxo-polonaise est écrasée le 19 juillet 1702 à Kliszow à 50km au nord de Varsovie.

Auguste II se replie sur Sandormiez pendant que les suédois occupent Cracovie puis Varsovie. Le roi de Pologne n’à d’autre choix que de se retirer en Saxe. Charles XII fait élire comme nous l’avons vu un nouveau roi Stanislas Leczynskiy.

L’armée saxonne est à nouveau vaincue à Fraustadt (Wschowa) près de la frontière avec la Silésie, cette défaite entrainant le Traité de Altranstadt (24 septembre 1706). Auguste II reconnaît Stanislas comme roi de Pologne.

Charles quitte la Saxe en août 1707, laissant en Pologne 24000 homms pour aller avec 35000 hommes combattre en Russie. La suite est connue, Poltava tout ça tout ça. En 1710 l’armée suédoise se retire de Pologne direction la Poméranie. La mort de Charles XII entraine la division de la coalition, les différents protagonistes se disputant nombre de territoires, la menace russe étant un moteur majeur des négociations.

La guerre russo-polonaise (1792)

Du 18 mai au 27 juillet 1792 les polonais et les russes s’affrontent pour l’ultime épisode des guerres polono-russes, ce conflit aboutissant au deuxième partage de la Pologne, la République des Deux-Nations entrant en phase de décomposition et d’agonie. Le résultat du conflit était pour ainsi dire écrit d’avance, Saint-Pétersbourg engageant 106000 hommes, Varsovie 37000.

Les russes sont organisées en deux armées, l’Armée de Kakhavsky dispose de 64000 hommes répartis en quatre corps d’armée, l’Armée de Kretchetnikov comprend lui 38000 hommes avec quatre corps d’armée dont celui de la confédération de Targowice.

En face les polono-lituaniens peuvent en théorie aligner 48000 polonais et 15000 lituaniens mais en réalité seulement 37000 hommes sont engagés.

Le 14 juin 1792 les russes l’emporte à Boruszhowice, 5000 russes défaisant 1800 polono-lituaniens, ces derniers prennant leur revanche à Zielence (15357 polonais contre 11000 russes) le 18 juin 1792.

Les polonais l’emporte à nouveau à Dubienka le 18 juillet 1792, engageant 5000 hommes contre 18000 russes. Les russes l’emporte à Zelva (4 et 5 juillet 1792) après avoir engagé 6500 hommes contre 7000 polonais.

Les polonais l’emporte à Kzemien le 24 juillet 1792 après avoir engagé 12000 hommes contre 4500 russes. Les polonais remportent une ultime bataille le 26 juillet 1792 (Nda lieu inconnu)

Les unités de volontaires polonais au service de la France

Le 9 janvier 1797 deux légions polonaises sont créées pour intégrer l’Armée de la république lombarde, chaque légion comprenant trois bataillons à six compagnies de 125 hommes auxquelles on ajoute trois compagnies d’artillerie. Les effectifs atteignent très vite 5000 hommes.

Ces unités combattent en Italie et répriment de nombreuses révoltes bien loin de leur espoir de combattre pour libérer leur patrie. En mai 1798 les polonais occupent Rome. La même année les effectifs atteignent 10000 hommes, les polonais combattant les anglais dans le Royaume de Naples.

En 1799 les pertes sont particulièrement sévères, les polonais se retrouvant en première ligne, les meilleures troupes se trouvant en Egypte. Les polonais participent aux batailles de Novi et de Zurich.

Le 10 février 1800 les survivants des légions polonaises d’Italie sont réorganisées à Marseille sous la forme de la Légion italique censée aligner 9000 hommes mais les effectifs vont atteindre péniblement 5000 hommes.

Le 8 septembre 1799 est créée la Légion du Danube composée d’un état-major, d’unités d’artillerie, de quatre bataillons d’infanterie et d’un régiment de uhlans à quatre escadrons. Elle combat en Bavière et participe à la bataille de Hohenlinden (3 décembre 1800).

En 1801 les polonais sont envoyés dans le Royaume d’Etrurie et de Toscane. Le moral est très bas car ces soldats veulent combattre les partageurs de la Pologne et non réprimer les révoltes.

Le 21 décembre 1800 les légions polonaises sont dissoutes et transformées en trois demi-brigades, la légion polonaise d’Italie forme le gros des 1ère et 2ème demi-brigades étrangères, la Légion du Danube formant la 3ème demi-brigade étrangère. Ces unités intègrent ensuite l’armée française sous la forme des 113ème et 114ème demi-brigades de ligne.

Après l’Italie les polonais vont combattre aux Antilles à Saint-Domingue en 1802/03. 4000 polonais vont y mourir, 400 restant sur l’île, d’autres se sont dispersés dans les Caraïbes, 700 retournant en France.

En 1805 les polonais stationnés en Italie forment la 1ère légion polonaise et en 1806 les légions de Dombrowski et du Danube sont réduites à un régiment d’infanterie et de cavalerie, combattant en Italie.

Toujours en 1806, une Légion du Nord est formée, légion qui est bientôt accompagnée par une division polonaise à trois régiments. Les troupes dans cette unité sont cependant de piètre qualité. Une 2ème légion du Nord est mise sur pied le 23 septembre 1806 mais elle fusionne avec la première dès mars 1807.

En juin 1807 la Légion du Nord composée de quatre régiments d’infanterie et de trois régiments de cavalerie est à Varsovie, Kalisz et Cracovie.

La division polonaise (trois régiments d’infanterie et de trois régiments de chasseurs de Posen) est avec le 8ème Corps d’Armée du général Mortier participe à la bataille de Friedland (14 juin 1807). En mars 1808 la Légion du Nord est versée dans l’armée du Duché de Varsovie.

Le 5 avril 1807 une légion polacco-italienne est créée avec un régiment de lanciers et trois régiments d’infanterie.

Légion de la Vistule

Elle passe au service de la Westphalie en octobre 1807 puis à nouveau au service de la France en mars 1808. le 29 mars 1808 l’unité devient la Légion de la Vistule, le régiment de lanciers comprend quatre escadrons soit 47 officiers et 1171 hommes. Les trois régiments d’infanterie comprennent 140 hommes par compagnie, 840 par bataillons, 1680 par régiment, 5040 pour trois régiments. A la mi-1808 les effectifs sont passés à 6000 hommes.

Après la victoire de Wagram on tente de mettre sur pied une légion avec les prisonniers de guerre polonais de l’armée autrichienne mais faute d’effectifs suffisants elle fusionne avec la Légion de la Vistule. Cette dernière combat en Espagne puis s’illustre en Russie, en Allemagne et en France, 96000 polono-lituaniens participant à la campagne de Russie en 1812.

Quand la Grande Armée repasse le Niémen à la suite de la retraite, la légion sur la Vistule ne compte plus que 1500 hommes sur les 7000 du départ. Les polonais se sont illustrés à la bataille de la Moskova, à Winkowo et sur la Bérézina qui contrairement à ce qu’on pense souvent est une victoire française et non un désastre. En 1813 les polonais participent à la bataille de Leipzig et en 1814 à la campagne de France. Des polonais sont encore là sur l’île d’Elbe et pendant les Cent-Jours.

Parmi ces polonais figure le 1er régiment de chevau-légers lanciers polonais de la Garde impériale, une unité créée le 6 avril 1807 et dissoute le 1er octobre 1815. Elle combat en Espagne, s’illustrant sur le col de la Somossiera, en Autriche (1809), en Espagne (1810/11), en Russie (1812), en Allemagne (1813), en France (1814) avant d’accompagner Napoléon dans son exil sur l’île d’Elbe puis lors de l’aventure des Cent Jours.

Les guerres de la 4ème coalition (1806/07)

Unité de l’armée du Duché de Varsovie

Cette guerre qui à la Prusse et la Pologne pour théâtre aboutità la création du Duché de Varsovie, un compromis entre le maintien de la domination étrangère sur la Pologne et la renaissance d’un véritable royaume de Pologne, un compromis qui ne satisfait guère les polonais, les plus optimistes y voyant une première étape.

Ce sont les victoires françaises de Saalfeld (10 octobre 1806), Iena et Auerstaedt (14 octobre) _Berlin tombant le 27 octobre 1806_ , Eylau le 8 février 1807 et Friedland le 14 juin 1807, ces combats aboutissant à la paix de Tilsit et à une éphémère alliance franco-russe.

Pologne et Pays Neutres (9) Espagne (9)

FORCES ARMEES ESPAGNOLES

Armée de terre

Histoire de l’armée espagnole de la Reconquista à la guerre d’Espagne

Contrairement aux autres tomes je ne vais pas détailler l’histoire militaire de l’Espagne même si c’est diablement tentant. Je vais me contenter de quelques dates, de quelques événements saillants. Je renvoie également le lecteur à ma chronologie militaire située plus haut.

Statue du « Gran Capitan »

L’armée de terre espagnole voit le jour au 15ème siècle et s’illustre au cours des Guerres d’Italie (1494-1559) avec notamment El Gran Capitan Gonzalve de Cordoue qui va initier le processus aboutissant aux célèbres tercios. Ces derniers comprennent des piquiers, des hallebardiers et des arquebusiers.

L’armée espagnole est également engagée dans la Guerre de Quatre-Vingt Ans (1568-1648), lutte contre les raids ottomans, soutien les ligueurs français dans les différentes guerres de religion et combat les anglais durant la guerre anglo-espagnole (1585-1604).

Les effectifs ne cessent d’augmenter. On passe d’environ 20000 hommes dans les années 1470 à 300000 hommes dans les années 1630 alors que l’Espagne est engagée dans la Guerre de Trente Ans.

Les effectifs sont composés d’espagnols mais aussi d’italiens et de flamands. De 1703 à 1820 on trouve au sein de la Garde Royale espagnole une unité de Gardes Wallons (Guardia Valona). A cela s’ajoutait des régiments de ligne recrutés dans ce qui n’était pas encore la Belgique.

Viggo Mortensen dans « Capitaine Alatriste »

Souvent mal payés ou pas payés du tout (cf Capitaine Alatriste) ils vivent sur le pays, n’hésitant pas à saccager des villes (17000 morts à Anvers en 1576) ou à livrer des places fortes à l’ennemi.

La guerre de Trente Ans marque la fin de la supériorité militaire espagnole. Le tercio jadis roi des champs de bataille est sérieusement malmené par les néerlandais et les suédois avant que sa réputation d’invincibilité soit définitivement balayée par le duc d’Enghien à la bataille de Rocroi en 1643. Il faut dire que l’ennemi à appris, à mis au point des structures plus flexibles et plus souples que le tercio.

L’acte officiel de création du tercio peut être fixé à l’ordonance de Gênes de 1536. Initialement ils se composent de dix compagnies de piquiers et de deux d’arquebusiers, les premiers devant assurant la protection rapprochée des porteurs d’armes à feu. Cela représente en théorie 3000 hommes par tercio.

Ces unités tirent leur force de leur discipline, d’un sens de l’honneur exacerbé et d’une fidélité au roi et à la foi catholique, des éléments particulièrement utiles quand ces hommes combattaient ceux que l’Eglise catholique considéraient comme des hérétiques.

Les tercios se dispersent entre l’Espagne, la Flandre, l’Italie et l’Afrique. En 1685 l’effectif des tercios est réduit à environ un millier d’hommes. Plusieurs refontes ont ensuite lieu jusqu’en 1704 quand le terme disparaît.

L’armée espagnole participe également aux opérations outre-mer.

Avec l’arrivée des Bourbons à Madrid l’armée espagnole est réorganisée sur le modèle français. Les vieilles unités sont transformées en régiments.

En 1764 une première école militaire est créée en Espagne, l’Ecole Royale d’Artillerie à Ségovie.

En 1768 le roi Charles III publie l’ordonnance royale pour l’organisation, la discipline, l’obéissance et le service dans ses armées, un texte dont les grandes lignes seront encore appliquées en 1978 !

A la fin du 18ème siècle la menace terrestre et faible pour ne pas dire inexistante, l’Espagne délaissant son armée de terre au profit de la marine. Les officiers devaient davantage leur poste au patronage qu’à leur compétence, la troupe était composée de paysans peu instruits, peu entrainés et peu motivés. Comme souvent dans les armées de l’époque, les meilleures unités sont composées de volontaires étrangers qui y sont ici essentiellement irlandais, italiens, suisses et wallons. Les unités d’artillerie et du génie sont d’un bon niveau.

Si aux plus bas échelons le niveau tactique est bon en revanche aux échelons les plus élevés de la hiérarchie les tactiques sont démodées et ne prennent pas en compte la révolution tactique amorcée par les unités de la France républicaine, les espagnols n’étant ni les premiers ni les derniers à subir les conséquence de la Furia francese.

L’Espagne affronte la France de 1793 à 1795 puis le Portugal aux côtés de la France en 1804 dans la Guerre des Oranges. L’Espagne va ensuite participer à la guerre péninsulaire aux côtés des britanniques avec à la fois des unités régulières mais aussi un guérilla endémique qui va épuiser l’armée française.

A la fin des guerres napoléoniennes tout est à reconstruire notamment les infrastructures qu’il s’agisse des casernes, des dépôts ou des manufactures d’armes. Pour ne rien arranger le contexte politique est particulèrement compliqué.

Non seulement les colonies sud-américaines secouent le joug colonial espagnol mais l’Espagne métropolitaine doit faire face à une querelle entre le très réactionnaire Ferdinand VII et les libéraux.

Echaudée par les dernières expériences, l’armée espagnole tourne le dos aux volontaires et aux mercenaires au profit du conscrit. Si cela peut éliminer le problème de la discipline et réduire la charge financière cela ne résout pas tous les problèmes.

Ces réformes se heurtent à l’instabilité du pays, aux pronunciamento et aux guerres carlistes. Les militaires espagnols sont davantage préoccupés par la politique que par la capacité de l’armée à faire face à un adversaire digne ce nom.

En 1920 alors que l’armée espagnole s’enlise au Maroc les effectifs sont d’environ 500000 hommes.

En juillet 1936 si une majeure partie de l’armée rejoint par affinité idéologique le camp nationaliste une partie reste fidèle au gouvernement légal. A ces professionnels de la guerre pas toujours bien vu par les autres républicains vont s’ajouter des unités plus politisées venant aussi bien du parti socialiste que du parti communiste ou des différents mouvements anarchistes. A cela va s’ajouter des unités étrangères comme les Brigades Internationales qui quittent le conflit à la fin de 1938.

Soldats républicains

Après une période flottement, l’armée républicaine est réorganisée sous la forme d’une Ejercito Popular de la Republica très influencée par les communistes qui à la différence des anarchistes préféraient gagner la guerre avant de faire la révolution. Les différentes milices politiques sont dissoutes le 16 octobre 1936 et intégrées à la nouvelle armée populaire. Tous les hommes âgés de 20 à 45 ans sont appelés sous les drapeaux.

Aux colonnes et autres milices on préfère la brigade mixte, les six premières (dont deux brigades internationales) sont créées le 18 octobre 1936. Elles se composent chacune de quatre bataillons, chaque bataillon disposant d’un nombre variable de compagnies sachant que les effectifs ne devaient pas dépasser 3000 hommes.

Ultérieurement l’armée républicaine se composa de régiments, de divisions, de corps d’armées et d’armée de campagne.

Sur le plan matériel la situation est très difficile jusqu’au printemps 1937. Si nombre de carences et de manques ont alors été résolues certaines unités vont manquer d’armes, de munitions et d’uniformes et ce jusqu’à la fin de la guerre.

L’armée républicaine est très influencée par les communistes espagnoles et les soviétiques ce qui provoque des tensions et des tiraillements avec les socialistes, les trotskistes et les anarchistes.

L’armée républicaine atteint son efficacité maximale à la bataille de l’Ebre (deuxième semestre 1938) mais c’est aussi au cours de cette bataille qu’elle est détruite et que le gouvernement républicain ne pourra la reconstituer faute de moyens et faute de temps.

Après la victoire franquiste les soldats républicains sont souvent fusillés ou emprisonnés dans des camps. D’autres parviennent à passer la frontière et à se réfugier en France. Nombre d’entre-eux vont s’engager dans la Légion Etrangère dans l’espoir d’une future guerre contre l’Espagne devenue franquiste mais comme on le sait jamais la France ne se lancera dans une expédition militaire au sud des Pyrénées.

En mai 1937, l’armée populaire était structuré en plusieurs armées, l’armée du Centre autour de Madrid, l’armée du Sud en Andalousie et en Extremadure, l’armée du Levant, l’armée de l’Est en Aragon, l’Armée du Nord dans le pays Basque isolé du reste de la zone républicaine.

A la fin de l’année on trouvait l’Armée du Centre, l’Armée d’Andalousie, l’Armée du Levant, l’Armée de l’Est et l’Armée de Manoeuvre.

En avril 1938 le territoire républicain est coupé en deux quand les franquistes atteignent la Méditerranée au sud de Valence. Deux groupes d’armées sont alors formés, le groupe d’armées de la région centrale et le groupe d’armées de la région orientale.

Le premier comprend l’Armée du Centre (six corps d’armée et quinze divisions), l’Armée d’Extremadure (deux corps d’armées et cinq divisions), l’Armée d’Andalousie (deux corps d’amées et cinq divisions) et l’Armée du Levant (sept corps d’armée et 17 divisions) soit un total de dix-sept corps d’armée et trente-sept divisions.

Le second comprend l’Armée de l’Est (trois corps d’armée et neuf divisions) et l’Armée de l’Ebre (quatre corps d’armée et quatorze divisions) soit un total de sept corps d’armée et de vingt-trois divisions.

Défilé à Paris le 14 juillet d’un détachement de la Légion espagnole

Durant la guerre d’Espagne l’armée se divise entre républicains et nationalistes. Les seconds bénéficiant de l’aide précieuse de l’Armée d’Afrique avec ses unités d’élite comme les regulares ou encore le Tercio la Légion Etrangère espagnole. L’apport de contingents allemands, italiens mais aussi irlandais et portugais à joué aussi un rôle important.

En juillet 1936 quand l’armée d’Afrique se révolte, l’armée se divise mais pas aussi nettement qu’on l’à écrit puisque en ce qui concerne les officiers on trouve 9294 côté nationaliste et 8929 côté républicain. On trouve 140604 soldats et sous-officiers côté nationaliste (dont 47127 hommes pour l’Armée d’Afrique) et 116051 côté républicain.

Si les hauts gradés restent majoritairement loyaux à la république, les officiers subalternes rallient majoritairement la rébellion ce qui va faire la différence sur le terrain. Durant le conflit le nombre d’officiers va augmenter côté nationaliste mais va chuter dans le camp d’en face.

Une fois qu’il devint évident que la guerre allait durer, les unités insurgées vont être réorganisées pour pouvoir durer. On trouve ainsi l’Armée du Nord sous le commandement du général Mola et l’Armée du Sud sous le commandement du général Queipo de Llano.

En avril 1937 les divisions organiques sont transformées en corps d’armée, la 5ème division organique devenant le corps d’armée d’Aragon, la 6ème le corps d’armée de Navarre, la 7ème le corps d’armée de Castille et la 8ème le corps d’armée de Galice. La zone de responsabilité de ces divisions sont reprises par des régions militaires recrées.

Défilé d’une unité des réquetes

A l’époque on trouve sous le pavillon national environ 300000 hommes contre 500000 côté républicain mais ce écart numérique est compensé par un meilleur niveau global des unités nationales (Armée d’Afrique, carlistes……). Outre les unités en ligne on trouve le commandement du général Orgaz une réserve composée de plus de 200 bataillons d’infanterie de 70 batteries d’artillerie. A la fin de 1938 les nationalistes alignent plus d’un million d’hommes.

Les différents divisions sont placées sous l’autorité de l’Armée du Sud (Queipo de Llano) en Andalousie, de l’Armée du Centre (Saliquet), de l’Armée du Nord (Davila) et de l’Armée du Levant (Orgaz).

Alors que la guerre touche à son terme, le camp nationaliste regroupe 1065941 hommes avec un total de 61 divisions (840000 hommes), 15323 cavaliers, 19013 artilleurs, 35000 hommes de l’Armée d’Afrique, 32000 italiens (Corpo Truppe Volontarie), 5000 allemands de la Legion Condor et 119594 auxiliaires.

A la fin du conflit on compte 850000 fantassins, 19000 artilleurs et un grand nombre d’unités de cavalerie, l’armée espagnole étant fort peu motorisée et fort peu mécanisée.

A l’été 1939 le général Franco décide de démobiliser, l’objectif étant de passer de 61 à 30 divisions pour permettre de libérer de la main d’oeuvre pour relancer une économique exsangue et sinistrée.

Le déclenchement de la guerre de Pologne entrainera une suspension de la démobilisation de crainte que la France ne profite pour envahir l’Espagne. Elle ne reprendra qu’au début de 1940 quand il devint évident que la Pax Armada allait durer.

L’armée d’Afrique (Ejercito de Africa) voit officiellement le jour en 1859 et va durant presque un siècle symboliser la présence espagnole en Afrique notamment au Maroc, le Sahara occidental, la Guinée Equatoriale ne représentant que des territoires très secondaires.

Cette armée d’Afrique peut puiser ses racines jusqu’au 16ème siècle quand l’Espagne dans la foulée de la Reconquista occupe des territoires en Afrique du Nord notamment les villes de Ceuta et de Melilla, de véritables avant-postes qu’il faut défendre. Cette défense est assurée par des unités faites de bric et de broc : marins, compagnies disciplinaires, infanterie de marine (le Tercio de Armada fondé en 1537 est la plus ancienne unité d’infanterie de marine du monde) et détachements d’unités métropolitaines.

Une querelle existe sur la date exacte de création. Certaines sources donnent 1859 mais d’autres disent 1893 avec la constitution du 1er régiment d’infanterie d’Afrique (Regimiento de Africa N°1).

Après la campagne de Melilla de 1909/1910 l’Espagne augmente sa zone d’influence sur le Maroc ce qui impose une sérieuse augmentation des effectifs. Comme souvent en pareilles circonstances, on recrute du personnel indigène sous la forme d’une police appelée Policia Indigena (Police Indigène).

En 1911 les espagnoles créés les Regulares, des unités d’infanterie et de cavalerie composées d’indigènes encadrées par des officiers espagnols.

Appelées officiellement Fuerzas Regulares Indigenas, ces unités sont crées quand l’Espagne à besoin de davantage de troupes pour pacifier sa zone d’influence au Maroc mais que l’envoi de conscrits métropolitains peut se révéler délicat voir explosif (cf la Semaine Sanglante en Catalogne en 1909).

Un premier bataillon indigène (batallon indigena) est créé et en 1914 on quatre groupes (Grupos d’une taille équivalente à un régiment). Des unités de cavalerie sont aussi mises sur pied.

Chaque groupe se composait d’un état-major, d’une compagnie de soutien, de deux tabors (bataillons) d’infanterie, d’un tabor (escadron) de cavalerie, d’une fanfare et d’un corps de trompettes rattaché à l’état-major.

En 1922 les groupes sont passés au nombre de cinq, groupes basés respectivement à Melilla, Tétouan, Ceuta, Alhucemas et Larache.

Unité de Regulares

Les regulares s’illustrèrent dans la guerre non-conventionnelle ce qui déplaisait souvent aux officiers espagnols (durant la guerre d’Espagne les Regulares s’infiltraient dans les lignes républicaines pour capturer des chars, exécutant l’équipage à l’arme blanche avant de ramener le char dans les lignes nationalistes). Parmi ces officiers promis à un brillant avenir, un certain Francisco Franco.

En 1923 un détachement de Regulares montra la garde au palais royal de Madrid. En 1934 les Regulares participent avec le Tercio à la répression du soulèvement des mineurs asturiens, une répression féroce.

Les Regulares jouèrent un rôle clé durant les premières phases de la guerre d’Espagne. Durant la guerre cinq autres groupes d’infanterie furent levés plus deux de cavalerie. Très à l’aise dans les campagnes espagnoles, ils le furent moins en milieu urbain. Jusqu’à la fin de la guerre ils furent surtout utilisés comme troupes de choc.

La guerre d’Espagne terminée les unités furent réduites à huit groupes d’infanterie et deux groupes de cavalerie sans compter un détachement d’honneur qui accompagnait le Caudillo.

On trouve également des unités moins connues comme les Tiradores de Ifni (Tirailleurs d’Ifni), une unité destinée à protéger le territoire d’Ifni, un territoire situé au sud du Maroc qui finira par intégrer le territoire chérifien en 1969.

Les tirailleurs d’Ifini sont créés en 1934 (décret du 9 juin 1934) sur le modèle des tirailleurs nord-africains de l’armée française. Les effectifs sont ceux d’un régiment avec 1235 hommes dont 31 officiers (dont 10 marocains), 38 sous-officiers et 1166 hommes du rang, l’unité étant organisée en trois tabors.

Durant la guerre d’Espagne six tabors sont envoyés en Espagne. Une bandera indépendante (Bandera de Ifni-Sahara) est aussi présente. Ces unités vont participé au défilé de la victoire à Madrid en 1939.

Les tirailleurs d’Ifni vont retourner dans leur région d’origine, servant jusqu’à la rétrocession du territoire au Maroc, l’unité étant alors dissoute, les cadres espagnoles retrouvant la métropole et les hommes de troupes marocains étant transférés dans la nouvelle armée royale marocaine.

On trouve également la Guardia Colonial de la Guinea Espanola (garde coloniale de la Guinée Espagnole), une unité militaire qui assurait la fonction de gendarmerie et de douane au sein de la Guinée Espagnole (Guinée Equatoriale), une unité créée en 1908 et qui à disparue en 1968 quand la Guinée espagnole est devenue indépendante.

Elle se compose à sa création de 430 hommes, des espagnols et des indigènes. Elle va mener des opérations de pacification notamment contre l’ethnie Fang dans le Rio Muni.

En 1926 le corps déploie des garnisons sur tout le territoire et en 1929 la Guinée Espagnole est considérée comme pacifiée.

Au moment de la guerre d’Espagne, le corps se rallie à la rébellion sauf quelques éléments qui vont être évacués vers Barcelone et réintégrer l’armée républicaine.

Le conflit terminé, la garde est réorganisée, ses effectifs augmentés passant à 750 hommes pour assurer des missions régulières de pacification.

Autre unité de l’armée d’Afrique la Légion Espagnole créée par un décret royal du roi Alphonse XIII en date du 28 janvier 1920, une unité modelée sur la Légion Etrangère à savoir un corps de volontaires plus facilement employable que les conscrits espagnols. Les premières recrues arrivent le 20 septembre 1920, une date célébrée chaque année que l’on peut comparer toutes proportions gardées au 30 avril pour la Légion (célébration de la mémoire de la bataille de Camerone).

Bien qu’il y eut la volonté de recruter de nombreux étrangers, l’idéologie très nationaliste de ce corps fit que les étrangers furent très peu nombreux (aujourd’hui les étrangers peuvent intégrer ce corps mais doivent avoir une résidence espagnole).

Créé sous le nom de Tercio de Extranjeros (Tercio des étrangers), il connait son baptême du feu dans la guerre du Rif. L’unité est ensuite rebaptisée en 1925 Tercio de Marueccos (Tercio des marocains), terme très vite abrégé en Tercio puis enfin La Legion en 1937.

A notez qu’il y eut un précédent dans l’histoire de l’armée espagnole puisqu’en 1835 le roi Louis-Philippe 1er offrit à Isabelle II les services de la Légion Etrangère pour combattre durant la première guerre carliste. 4000 hommes débarquent à Tarragone le 17 août 1835 et vont combattre jusqu’à sa dissolution le 8 décembre 1838. A cette époque il restait seulement 500 hommes ! Il y eu également une légion britannique (Legion Britanica) qui participa à ce conflit.

Clairement son créateur le Lieutenant-Colonel José Millan-Astray Terreros s’est inspiré de la Légion Etrangère pour créer ce corps de volontaire qui très vite à acquis une mentalité d’unité d’élite mais comme nous l’avons vu plus haut le recrutement fût très majoritairement hispanisant pour ne pas dire espagnol.

L’unité devint un creuset nationaliste, le choix des termes (Tercio, Banderas plutôt que bataillons) étant des plus explicites. En 1934 pour la première fois les légionnaires vont combattre en Espagne pour réprimer avec les regulares la révolte des mineurs asturiens.

A son apogée durant la guerre d’Espagne, la Légion comprennait 18 banderas plus une bandera de chars, un bandera de génie d’assaut et un groupe d’opérations spéciales.

La guerre d’Espagne terminée le nombre de tercio va être réduit à huit tous déployés au Maroc espagnol. Leur nombre passe à douze suite à la mobilisation de septembre 1948 mais retombe à huit à la fin du second conflit mondial puis à six en 1970 et quatre aujourd’hui, tous portant des noms de grands capitaines espagnols :

-1er Tercio «Gran Capitan Gonzalez Fernandez de Cordoue»

-2ème Tercio «Fernando Alvarez de Tolède, duc d’Albe»

-3ème Tercio «Don Juan de Austria»

-4ème Tercio «Alexandre Farnèse, duc de Parme»

Lors de la guerre du Rif, l’armée d’Afrique était composée de la Légion espagnole, des Regulares, des cazadores (infanterie légère métropolitaine), de l’artillerie, du génie et des unités de soutien soit environ 30000 hommes la plupart professionnels à comparer aux 100000 hommes du reste de l’armée espagnole majoritairement des conscrits.

D’autres unités vont être créés notamment une gendarmerie (Mehalas de la Mehalla’Jalifiana) qui vont intervenir en soutien des autres unités militaires.

A la fin de la guerre du Rif l’armée d’Afrique voit ses effectifs réduits. Aux unités déjà citées vont s’ajouter sept bataillons d’infanterie, six escadrons de cavalerie et six batteries d’artillerie venus de métropole. Ces unités n’étaient pas permanentes mais envoyées par rotation par les différents régiments métropolitains.

Le rôle de l’armée d’Afrique fût capital dans la guerre d’Espagne. Grâce à un pont aérien au dessus du détroit de Gibraltar 1500 hommes furent envoyés en Andalousie jouant un rôle clé dans le contrôle de Séville. D’autres hommes gagnèrent la péninsule par la mer, la marine républicaine affaiblie par l’arrestation et l’exécution de nombreux officiers. Sans l’armée d’Afrique les nationalistes auraient eu du mal à l’emporter.

Durant la Pax Armada les effectifs furent réduits mais politiquement elle fût importante. Des tirailleurs d’Ifni furent envoyés en garnison aux Canaries et une garde maure (Guardia Mora) servait d’unité de parade pour les grandes cérémonies.

En 1960 avec l’indépendance du Maroc les marocains de l’armée d’Afrique furent transférées à la nouvelle armée marocaine. Il ne restait que la Legion et les Regulares de nationalité espagnole ce qui entraina la dissolution de l’armée d’Afrique.

Quand la guerre d’Espagne se termine l’armée franquiste aligne plus d’un million d’hommes répartis en soixante divisions. Au début de 1940 les effectifs sont tombés à 250000 hommes avec une majorité de conscrits qui effectuent un service militaire de deux ans.

Le territoire métropolitain espagnol est divisé en huit régions militaires (Madrid, Barcelone, Seville, Valence, Saragosse, Burgos, Valladolid et La Corogne). En 1944 une neuvième région (Grenade) va s’ajouter et l’armée de l’air devient indépendante.

Après la mobilisation de septembre 1948 l’armée de terre aligne 750000 hommes. Le territoire métropolitain est défendu par huit corps d’armée disposant pour quatre d’entre-eux de trois divisions d’infanterie et pour les quatre autres de deux divisions soit un total de 20 divisions d’infanterie.

Il faut ajouter l’Armée d’Afrique (deux corps d’armée), un commandement général aux Canaries, un autre aux Baléares, une division de cavalerie et une réserve générale d’artillerie. Durant le conflit une réserve générale à trois DI est mise sur pied tout comme une division blindée, la division Brunete à l’équipement baroque. Des unités spécialisées sont également mises sur pied.

Le second conflit mondial terminé les effectifs sont réduits à 22000 officiers, 3000 sous-officiers et environ 300000 hommes du rang.

L’équipement qui n’à pu être vraiment renouvelé depuis la fin de la guerre d’Espagne est en grande partie obsolète. En clair si l’armée espagnole s’était engagée aux côtés des alliés ou de l’Axe, elle aurait davantage représenté un poids qu’un atout. Il faudra attendre 1960 pour que la situation évolue.

Mitteleuropa Balkans (180) Grèce (24)

ARMEE DE TERRE

Miscellanées historiques

Avant-propos

Dans cette partie je vais balayer rapidement l’histoire militaire grecque au travers de batailles, de grandes figures, d’armées, d’unités. Une sorte de pot-pourri que j’avais voulu réaliser pour la marine mais sans y trouver un bon angle d’attaque. Je pense l’avoir trouvé pour cette partie.

Hoplites

L’hoplite est le fantassin lourd de la Grèce antique c’est le soldat d’élite grec par excellence. Devant payer son équipement, l’hoplite est donc un citoyen aisé qui doit défendre ses biens ce qui le rend selon les penseurs grecs plus apte à défendre la cité.

L’origine du terme est incertaine. Selon Thucydide cela viendrait du mot hoplon (bouclier) mais le problème c’est que les autres historiens appellent le bouclier astis. L’hypothènse la plus couramment admise est que le terme hoplite vient de ta hopla qui regroupe les armes et la protection.

L’équipement se compose d’un casque (kranos), une cuirasse (thorax), des protége-tibias (knémides), un bouclier (hoplon/aspis), une ou deux lances (dory) et une épée courte (xyphos ou kopes).

Naturellement cet équipement de base évolue vers un allègement de la protection pour gagner en mobilité. En ce qui concerne l’armement, on voit l’abandon d’une lance sur deux en raison du développement des armes de jet. Selon certaines études, le poids de l’équipement serait de 30kg soit pas vraiment supérieur à celui d’un soldat moderne qui porte casque, gilet pare-balles et paquetage.

L’apparition de l’hoplite combattant en phalange est incertaine. Elle daterait probablement du 8ème siècle avant notre ère.

Peltaste

Venant du mot Pelté (bouclier léger), c’est l’infanterie légère grecque qui apparaît au 4ème siècle, des unités de mercenaires des époques classiques et hellénistiques.

Vennant essentiellement de Thrace avant qu’autres régions fournissent ce type d’unité, les peltaste ne sont pas protégés, disposant d’un bouclier rond ou en croissant en osier, de javelots et d’épée.

Initialement ils forment des unités d’appoint servant à contrer la cavalerie ennemie en lançant des javelots. Ils sont également utilisés pour la poursuite. A plusieurs reprises des unités de peltaste l’ont emporté contre des hoplites pourtant plus lourdement protégés et armés.

A l’époque hellénistique ils sont toujours là. On trouve des thraces, des illyriens, des agrianes, l’équipement s’alourdit ce qui s’inscrit dans un mouvement plus général. Le petit bouclier est ainsi remplacé par un bouclier ovale le thureos qui serait d’origine celte.

Gymnète

C’est une autre unité d’infanterie légère. Il ne dispose pas d’armure, portant une simple tunique appelée chiton. Son nom signifiant nu, on comprend que sa protection est inexistante. Il est armé d’un arc, d’une fronde, de javelots. Il peut aussi disposer d’une épée (machaira) ou d’un gourdin.

A Sparte cette unité était issue des hilotes. Ils lancent des projectiles avant de se retirer au profit des hoplites. Très utiles dans les embuscades et la petite guerre, ces unités ont longtemps été méprisées ils acquièrent une importance croissante suite à la deuxième guerre médique et surtout à la Guerre du Péloponnèse, une guerre totale qui impose toujours plus de soldats sur le terrain.

Avec le temps les peltastes sont devenus spécialistes du javelot, les gymnètes étaient désormais surtout des archers et des frondeurs.

Phalange

Phalange grecque

En grec ancien la Phalanx désigne une formation de lanciers qui l’emporte par un choc frontal. Les grecs ne l’ont cependant pas inventé puisqu’on trouve des unités de ce type à l’époque sumérienne.

La plus connue c’est la phalange hoplitique des cités grecques de l’époque classique même si la phalange macédonienne et sa célèbre sarisse peut lui contester ce titre.

La phalange macédonienne de Philippe II et d’Alexandre le Grand était connue pour sa manoeuvrabilité ou la protection était plus légère que celle des cités-Etats du sud de la Grèce.

Sous les diadoques elle s’alourdit à nouveau. Elle succombera sous les coques de la légion romaine plus souple et plus évolutive.

La phalange hoplitique apparaît au 8ème siècle, Homère évoquant une formation hoplitique dans son célèbre poème épique l’Illiade. Elle prend sa forme définitive au 7ème siècle en profitant d’un certain nombre de progrès techniques, politiques et culturels :

-Apparition du bouclier rond (aspeis koite) de 90cm de diamètre

-Apparition du casque corinthien parfois à cimier fait d’une seule pièce de bronze martelée

-La phalange est un outil politique en faveur des tyrans qui s’appuient sur les masses face à l’aristocratie. Cela n’empêchera pas la phalange hoplitique de symboliser également la démocratie.

-Le développement culturel (mise en place de la cité et de ses institutions) et économique (augmentation de la richesse) favorise la mise en place de la phalange.

Comment opère-t-elle ?

Arrivée sur le lieu de la bataille les hoplites se déploient sur huit à douze rangs. Solidement protégé, l’hoplite offre fort peu de parties de son corps vulnérables aux coups.

La phalange opère avec la cavalerie (même si les unités montées ont un rôle secondaire à l’époque) et des troupes légères armées d’arcs, de javelots et de frondes.

L’assaut est frontal au pas de course pour réduire le temps d’exposition aux armes de jets.

Les thébains ont modifié l’engagement des hoplites avec l’ordre oblique qui voit l’engagement de 25 ou 50 rangs de profondeur. Le grand stratège Epaminondas met ses meilleures troupes à gauche son aile marchante face aux meilleures troupes adverses ce qui est une surprise tactique et psychologique.

Les hoplites doivent être en bonne condition physique mais l’entrainement collectif est sommaire se limitant aux manœuvres. L’incertitude vulnérabilise la phalange. Sous Philippe II de Macédoine, la phalange évolue avec l’apparition d’une unité d’élite les Pezhetairoi (Compagnons à pied). Otage à Thèbes, le père d’Alexandre le Grand s’inspire de ce qu’il voit dans la cité d’Epaminondas pour réorganiser et moderniser son armée.

Au début de son règne, le royaume de Macédoine est un royaume pauvre. Les piquiers macédoniens sont légèrement armés avec une sarisse, une pique d’infanterie longue de 5 à 7m pouvait être utilisé en charge ou en défense (plantée dans le sol, elle peut repousser les charges de cavalerie). Le bouclier passe de 90 à 60cm de diamètre, le casque est plus simple en fer, la cuirasse en fer est réservée aux officiers.

En charge les quatre premiers rangs décalés d’un mètre abaissent leur sarisse, formant un mur de pique, les rangs suivants l’inclinant légèrement vers l’avant pour protéger les quatre premiers rangs des flèches et des traits ennemis. Pour le combat au corps à corps l’armement est complété par une épée en fer.

La phalange macédonienne passe à seize rangs de profondeur. L’entrainement est bien plus poussé qu’ailleurs, les soldats macédoniens à l’instar des prussiens du Grand Frédéric deviennent de véritables automates. La discipline est bien plus stricte.

Au simple choc frontal comme jadis, Philippe II ajoute des manœuvres savantes pour semer la surprise et le desarroi dans les rangs ennemis.

Sous Alexandre la phalange occupe la cavalerie se chargeant du choc et de la manœuvre. Durant son expédition l’armée s’adapte en permanence avec des contingents locaux.

La phalange possède les défauts de ses qualités : son caractère compact la rend peu souple en cas d’imprévu, la rend peu souple en terrain accidenté et vulnérable à toute autre attaque autre que frontale.

Ces défauts seront accentués à l’époque hellénistique où les soldats seront lourdement protégés et armés. Cela pouvait aller tant que la phalange affrontait une autre phalange mais face à une troupe plus mobile et moeux entrainée comme la légion manipulaire, les défauts devenaient rédhibitoires.

Leuctres, ordre oblique et bataillon sacré

A la fin du quatrième siècle, Thèbes supplante Sparte comme puissante dominante du monde grec, puissance qui passe par un outil militaire de pointe symbolisé par plusieurs choses : un stratége (Epaminondas), un tactique (l’ordre oblique qui sera remis au goût du jour par Fréderic le Grand) et une unité d’élite, le bataillon sacré dont le nom sera repris par une unité commando de l’Armée Grecque de Libération.

La légende à fait du Hieros Lochos une troupe invincible unie par un lien homosexuel. Cette histoire notamment propagée par Plutarque est certes en partie vraie mais il faut rappeler que dans la Grèce antique l’homosexualité était considérée comme normale.

En réalité ce qui faisait la force du bataillon sacré c’est tout simplement qu’ils étaient des professionnels parmi les amateurs.

Forcément quand vous passez votre temps à vous entrainer et que vous êtes engagés face à des militaires à temps partiel comme c’est la majorité des cas dans les cités grecques forcément vous faites la différence. Si cette unité est l’une des plus célèbres de l’histoire militaire grecque, elle n’est pas unique puisqu’à on trouvé des unités semblables à Argos et à Elis.

Cette unité est équipée comme tout hoplite de l’époque à savoir un casque de bronze (plus léger et moins encombrant que ceux des guerres médiques), une cuirasse de lin doublé au lieu du bronze lourd et onéreux, une lance qui une fois brisée est remplacée par une épée qu’elle soit à double (Scythos) ou simple tranchant (Kopis). Le bouclier appelé aspis koilé mesure 90cm de diamètre.

Cette unité connait son baptême du feu en 375 où elle triomphe des redoutables spartiates mais son chef d’oeuvre c’estt 371 et la bataille de Leuctres où Epaminondas inflige une cuisante défaite aux spartiates et à leurs alliés.

Il utilise pour cela l’ordre oblique, renforçant son aile marchante avec 50 rangs d’hoplites contre 8 à 12 habituellement. Au chox frontal jusqu’ici utilisé lors des combats entre cités, le stratège thébain préfère la manœuvre et le débordement.

L’hégémonie thébaine ne dure cependant pas. En 362 Epaminondas est tué à la bataille de Matinée contre les athéniens et les spartiates. La cité de Béotie épuisée ne peut rien faire face à la montée en puissance du royaume macédonien.

En 338 à la célèbre bataille de Chéronée, le bataillon sacré est quasiment anéanti. Sur les 300 hommes de son effectif seuls six vont survivre, intégrant la garde personnelle du père d’Alexandre le Grand.

L’armée d’Alexandre de Macédoine à la conquête du monde

Buste d’Alexandre III

L’armée d’Alexandre c’est surtout celle de son père Philippe II de Macédoine qui en quelques années transforme un petit royaume considéré comme semi-barbare par les grecs du Sud en nouvelle puissance du monde héllénophone succédant à la cité de Thèbes.

Longtemps le père d’Alexandre le Grand est passé dans l’histoire pour roi ivrogne et bon à rien alors qu’il était au contraire un stratège brillant et un fin politique. En même temps comment paraître brillant quand on à pour fils un conquérant qui à fasciné des générations de rois et d’empereur impatients de l’imiter voir de l’égaler…… .

Quand il devient roi en -359, Philippe II ne dispose que d’une petite armée avec certes une cavalerie bien entrainée mais de taille réduite. De plus son infanterie est composée de paysans levés au coup par coup donc peu ou pas entrainés, peu ou pas armés. En ce qui concerne les effectifs on estime qu’il passe de 10000 fantassins et 600 cavaliers à 20000 fantassins et 3000 cavaliers.

Bien entendu l’armée macédonienne n’est pas passé de l’indigence à l’opulence du jour au lendemain. Très pragmatique le père d’Alexandre le Grand à réformé progressivement son armée, testant, se trompant avant de réussir. Ses sources d’inspiration sont à chercher à Thèbes où otage il à pu observer nombre de choses.

Il n’à probablement pas créé la phalange, elle existait probablement avant même son avènement même si aucune source n’existe à ce sujet mais comme nous le savons l’absence de sources ne signifie pas absence du dit phénomène tout comme une loi interdisant un phénomène ne signifie pas la disparition du dit phénomène surtout si cette interdiction est répétée à de multiples reprises.

L’armée macédonienne fonctionne selon un système militaire complet. La phalange et la cavalerie lourde opèrent ensemble. A la cavalerie lourde le choc, à la phalange l’occupation du terrain. C’est d’autant plus efficace qu’ailleurs la cavalerie n’est pas très développée faute de volonté et probablement de moyens. On trouve également des unités de cavalerie légère pour l’éclairage, le flanquement et la poursuite.

A ces deux entités majeures s’ajoutent des troupes légères notamment les javeliniers (lanceurs de javelots) et les frondeurs. Elles désorganisent la phalange adverse avant le choc mais sont aussi utilisées pour la petite guerre qui à existé bien avant Clausewitz.

On trouve des archers crétois et scythes, des frondeurs (peltastes) thraces et agrianiens (Bulgarie actuelle) et illyriens.

On trouve également ce qu’on appelle les hypaspites ou porte-boucliers qui doivent assurer la protection rapprochée de la phalange.

En temps de paix les effectifs sont modestes avec un noyau mobiliaire, des mercenaires (que l’on retrouve surtout chez les troupes légères) et la garde ou hetaroi. En temps de guerre des recrues sont levées à cette occasion.

Alexandre poursuivra l’oeuvre de son père mais sa principale différence sera d’engager davantage les armes de jet.

Si son père les utilisait uniquement pour les sièges, lui les utilisait aussi dans des batailles rangées probablement parce que le contexte était différent : batailles isolées ou campagnes limitées pour l’un, campagne de longue durée en terrain étranger pour l’autre.

La phalange continuera d’évoluer sous les diadoques, elle s’alourdira et perdra la mobilité de celle de Philippe II et d’Alexandre. Les guerres entre les anciens lieutenants d’Alexandre le Grand verront l’opposition de deux phalanges toujours plus lourdes, toujours plus protégées et toujours moins mobiles ce qui aura de terribles conséquences quand les phalanges affronteront des légions plus mobiles, mieux structurées et surtout habituées à affronter des adversaires différents.

Phalange vs Légion

Comment la Légion romaine à vaincu la Phalange grecque ? Les grecs sont choqués par l’agressivité romaine. Face à des troupes hellénistiques habitués au combat à la sarisse à distance ils voient des romains lancer leurs javelots puis chercher le combat au corps à corps où leur entrainement au gladius (les légionnaires s’entrainent avec des épées en bois plus lourdes ce qui est un plus évident) fait la différence.

La phalange grecque très efficace, redoutable en terrain plat est vite mise en difficultés sur un terrain accidenté. La Légion plus souples avec ses manipules et ses centuries est plus adaptable.

D’autres facteurs clés vont faire la différence : recrutement et prime à l’expérience (on encourage l’initiative permise par un meilleur encadrement), discipline de fer, équipement qui rend le légionnaire capable de s’adapter à une situation imprévue (les romains contrairement aux grecs ont affrontés des adversaires très variés) et pratique de ce qu’on pourrait appeler par anachronisme le RETEX.

Comme les carthaginois l’ont appris à leurs dépends, les romains peuvent perdre une, deux, trois batailles mais si ils ont décidé de remporter un conflit ils mettent tout en œuvre pour aboutir à cet objectif.

Les macédoniens étaient équipés d’une longue lance (7 à 8m), une sarissa utilisable pour le choc collectif et non comme arme individuelle ou comme arme de jet. Le légionnaire dispose lui d’un armement nettement plus variés avec deux pilum, un javelot utilisable également une lance mesurant entre 1.65 et 1.70m (manche en bois de 95cm, pointe en fer de 70 à 75cm), un gladius une épée courte de 60 à 70cm et un poignard de 20cm.

Aux côtés des légions et des phalanges on trouve des unités auxiliaires, des unités complétant l’action de ce qu’on pourrait appeler le «corps de bataille».

Les greco-macédoniens ont employé des troupes légères thraces, des cavaliers thessaliens, des archers crétois, des cathaphractaires (cavaliers cuirassés ancètres de nos chevaliers du Moyen-Age), des éléphants et des chars de guerre.

Cette intégration sera aussi faite par les romains avec leurs troupes auxiliaires mais ils veilleront à ne pas se laisser déborder et perdre en cohésion à la différence des armées hellénistiques qui ressembleront à la fin à des agrégats de troupes variées sans cohésion avec parfois des unités à la volonté et à la loyauté douteuse.

Miscellanées sur l’armée byzantine

Cathapractaire

Faisons maintenant un bon dans le temps en parlant de l’armée byzantine, l’armée de l’Empire Romain d’Orient qui allait peu à peu abandonné son côté latin au profit de son côté grec, Justinien étant considéré comme le dernier empereur romain siégeant à Byzance.

Commençons d’abord par présenter l’armée byzantine (promis je serais synthétique). C’est l’héritière des légions romaines, la langue de commandement était le latin puis le grec à partir du 6ème siècle qui correspond au basculement de Byzance du côté grec.

Si l’armée romaine avait basé ses succès sur l’infanterie, sa descendante s’appuyait davantage sur la cavalerie notamment les Kataphractos (cataphractaires) qui sont une évolution d’une unité de cavalerie romaine datant de l’époque d’Hadrien (Clibanarii). L’infanterie intervient davantage en soutien de la cavalerie.

Du côté de l’infanterie on trouve de l’infanterie lourde (Skutatoi puis Kontarioi) et de l’infanterie légère composée essentiellement d’archers (psiloi).

A cette force composée de volontaires et de conscrits s’ajoute des mercenaires notamment la célèbre garde varègue.

Sous Justinien sur le plan de l’organisation les lourdes légions manipulaires ont fait place à des unités plus petites et plus souples appelées tagma/numerus, des unités de 300 à 400 soldats.

Deux tagmata (le pluriel de tagma) ou plus forment une brigade (moira), deux brigades ou plus formaient une division ou meros.

Sous Justinien on trouve six grands ensembles :

-La garde présente à Constantinople et dans ses environs immédiats

-Les comitatenses/Stratiotai (force de manœuvre)

-Les limitanei ou troupes frontalières

-Les foederati (fédérés) composées uniquement de barbares fédérés puis mixtes à partir du 6ème siècle

-Les alliés : troupes recrutées chez les barbares non fédérés (Huns, Herules et Goths essentiellement). Ces unités sont commandés par leurs propres chefs, recevant des terres et une subvention annuelle.

-Les bucellaires : armées privées des généraux et aux préféts du prétoire. Leur niveau d’entrainement et d’équipement dépendait de la richesse de leur propriétaire.

Sous l’empereur Justinien les effectifs sont estimés à 300 à 350000 hommes mais en campagne pour des raisons logistiques on ne déploie pas plus de 20 à 25000 hommes.

L’équipement évolue au contact notamment des perses : côte de mailles, cuirasse, casques et jambières.

Sous Constant II (empereur de 641 à 668) le dispositif militaire est réorganisé avec la mise en place des thèmes, des circonscriptions gérées par des stratèges où des hommes en assurent la mise en valeur et la défense. Les thèmes sont d’abord très grands mais après plusieurs révoltes aristocratiques, le nombre augmente et leur taille se réduit. C’est ainsi qu’on passe de 4 à 38 en quelques années seulement.

Après ces premières révoltes les empereurs se découvrent le besoin de posséder non pas une simple garde mais une véritable armée qui leur soit fidèle. Une admnistration séparée prend sous son contrôle les tagmata.

Parmi ces unités on trouve des unités prestigieuses et d’autres qui le sont moi. C’est ainsi qu’on trouve les Scholai (écoles) descendants directs des gardes impériales de Constantin, les Esckoubitoi (vigiles) établies par Léon 1er, les Arithmoi (nombres) ou Vigila (la veille) établis entre la fin du 5ème et le début du 6ème siècle et les Hekamatoi (capables) établis par Nicephore 1er.

Ces unités étaient des bataillons de cavalerie dont les effectifs variaient entre 1000 à 6000 hommes avec en moyenne 4000 hommes.

On trouvait également des unités d’infanterie comme les Noumeroi, les Optimatoi et le Tagma ton Teikhon qui comme son nom l’indique assurait la défense des murs de la cité. A noter que la Vigila et les Noumeroi assistait la police de Constantinople.

L’armée byzantine était bonne dans l’ensemble mais elle possédait une faiblesse importante : elle dépendait beaucoup de la personnalité de l’empereur. Un chef décidé, un stratège charismatique et elle donnait le meilleur d’elle même mais en revanche un empereur faible et l’armée se désintégrait sur ses bases.

Au Moyen-Age sous les Comnène on trouve une armée professionnelle et disciplinée. On trouve la garde varègue une unité d’infanterie et les Immortels une unité de cavalerie lourde, ces deux unités étant stationnées à Constantinople.

On trouve des unités légères dans les provinces avec des recrues venant essentiellement de Macédoine, de Thessalie et de Thrace, les unités étant des unités d’infanterie et de cavalerie.

Avec l’affaiblissement de l’empire, les unités de mercenaires augmentent avec tout ce que cela comporte d’indiscipline et de fidélité douteuse. A la chute de Constantinople en 1453, l’armée byzantine défendant la capitale comprend 7000 hommes dont 2000 mercenaires étrangers (essentiellement génois).

Garde varègue

Reconstitution moderne de gardes varègues

Appelée aussi Garde varègue, la Tagma ta Varangon était une unité militaire byzantine composée de soldats venus d’abord du monde scandinave puis de plus du monde anglo-saxon.

En 874 les Rus (des vikings qui donnèrent naissance à la Russie) rentrent au service de l’Empire byzantin. La garde varègue est officiellement fondée en 988 par Basile II Bulgaroctone.

Ce dernier (NdA mon empereur byzantin favori) devait faire face aux rébellions de Bardas Phocas et de Bardas Skléros et n’avait pas confiance dans sa garde byzantine. Un traité signé avec la Russie kiévienne de Vladimir 1er permet l’envoi d’un contingent de 6000 hommes.

Jusqu’au 11ème siècle, les gardes varègues sont essentiellement scandinaves (Suède, Danemark, Norvège, Islande) mais après la conquête normande de l’Angleterre (1066) nombre d’anglo-saxons s’enfuient et s’engageant dans cette garde.

Outre la protection de l’empereur, cette garde à été engagée en Italie au 11ème siècle contre les normands et les lombards. La garde défend la ville de Constantinople en 1204, les croisés évitant les remparts défendus par les guerriers scandinaves et anglo-saxons.

Disparaissant suite à cet événement dont l’empire byzantin ne se révélera jamais vraiment, la garde varègue renait à Nicée sous la forme d’un régiment de porteurs de hache (Keltai Pelekophroi), l’un des cinq régiments de la garde. Ce régiment veille également sur le trésor impérial.

Les gardes varègues affichent une grande loyauté à l’empereur en fonction ce qui étonne les grecs habitués aux complots et au «machiavélisme». Je dis bien en fonction et non à l’homme car dès qu’un empereur était détroné et/ou assassiné, les gardes prêtaient serment à son successeur surtout après avoir pu se servir dans le trésor impérial.

Les sources se font plus discrètes à partir du début du 15ème siècle, la garde varègue passant alors de l’histoire à la légende.

Cataphractaires

Appelés en grec Kataphractos (entièrement protégé) ce sont des cavaliers lourds qui sont les ancètres de nos chevaliers médievaux. Ils sont appelés indifférement cataphractaires et cataphractes.

Le cavalier et la monture sont recouverts d’une cote de maille et leur armement principale est la lance appelée contus.

Ce n’est pas une exclusivité byzantine puisqu’on à trouvé ce type d’unité chez les Scythes, les Sarmates, les Achéménides séleucides, les Pathes, les Alains, les Sassanides, les romains, les arméniens et donc les byzantins.

L’armée romaine dont est issue l’armée byzantine à longtemps négligé la cavalerie. On trouvait bien des unités montées mais les equites étaient des unités de cavalerie légère surtout utilisées pour la poursuite et l’éclairage.

Ce n’est que très progressivement que des cavaliers lourds vont intégrer l’armée romaine. On trouve la mention d’une unité auxiliaire de cataphractaires sarmates sous le règle d’Hadrien mais il faut attendre le 3ème siècle quand la cavalerie lourde arrive en force sous le règle de l’empereur Gallien (253 à 268) à une époque où l’armée romaine à été totalement réorganisée avec une armée montant la garde aux frontières et une force d’intervention composée essentiellement d’unités montées. On trouve par exemple 5500 cataphractaires sarmates en Bretagne au 2ème siècle.

Les cataphractaires portaient une côte de maille, une lance de 4m semblable à la sarisse grecque, pas d’étriers, un fouet, une hache (NdA on ne sait pas si il s’agissait d’une arme de guerre ou de parade) et un arc.

Les cataphractaires disparaissent des sources à la fin du 10ème siècle mais seraient apparus sous la dynastie des Comnènes. L’Empire byzantin à disposé de cavaliers lourds jusqu’à la fin.

Scandinavie (51) Danemark (22)

ARMEE DE TERRE DANOISE

Une histoire

Avant-propos

L’histoire militaire danoise est très ancienne. Si aujourd’hui le petit royaume scandinave est un modèle de pacifisme et de neutralité, cela n’à pas toujours été le cas. Entre la fureur viking, les combats pour le contrôle de la Scanie (partie sud-ouest de la Suède), l’intervention malheureuse de Christian IV dans la guerre de Trente Ans, les guerres napoléoniennes ou encore la guerre pour les duchés, la richesse de l’histoire militaire danoise est indéniable.

Lire la suite

Benelux (27) Pays-Bas (27)

ARMEE DE TERRE NEERLANDAISE

Une brève histoire militaire des Pays-Bas

Aux temps jadis (ou presque)

De Zeven Provincien 2

Arquebusiers néerlandais au 16ème siècle

La Koninklijke Landmacht est officiellement créée le 9 janvier 1814 mais l’armée néerlandaise à des origines nettement plus anciennes puisqu’elle peut revendiquer avoir des racines remontant à 1572 quand la Staatse Leger ou l’Armée des Etats voit le jour dans le cadre de la Guerre des Quatre-Vingt Ans, la guerre d’indépendance des Provinces-Unies qui se termine en 1648 (1568-1648).

Lire la suite