Grande-Bretagne (15) Royal Navy (7)

Navires légers

Avant-propos

L’irruption des U-Boot durant le premier conflit mondial entraina l’apparition des premiers escorteurs. C’était des navires légers armés d’un canon médian et de grenades ASM. Ce fût l’arme la plus efficace contre les submersibles bien moins à l’aise en attaquant les convois. Bien plus efficace que les corridors protégés par des champs de mines ou les bateaux-pièges,les Q-Ship aux exploits mythifiés.

Malheureusement durant la période 1919-1939, la lutte anti-sous-marine n’est pas au cœur des préoccupations des amiraux britanniques. En partie par manque d’intérêt mais aussi en raisons de choix budgétaires fort contraints et d’une difficulté à prévoir le bon modèle d’escorteur.

En effet comment trouver un modèle unique d’escorteur quand il faut navire affrontant les sous-marins et les éléments déchainés dans l’Atlantique Nord, des mines, des vedettes lance-torpilles et des sous-marins en Méditerranée, des grandes unités de surface sur les autres océans.

Impossible donc de produite un unique modèle d’escorteur, il faut du sur-mesure, des navires adaptés aux menaces potentielles même si l’adage veut qu’une marine participe à un conflit avec des navires conçus pour un autre genre de confrontation.

En septembre 1939, la Royal Navy dispose des navires d’escorte suivants :

-Des chalutiers armés

-38 Sloops répartis en différentes classes

Les destroyers devant escorter les grandes unités sans oublier d’attaquer les lignes de communication ennemies à la torpille et au canon, il manquait clairement des escorteurs spécialisés ainsi qu’un navire intermédiaire entre le pur escorteur et le destroyer, un navire dont la mission principale est l’escorte mais qui est capable si nécessaire de combattre un ennemi au canon et à la torpille.

Durant la Pax Armada, la Royal Navy va augmenter et renouveler ses forces d’escorte en construisant différents modèles de navires légers :

Le sloop HMS Black Swan (U-57)

Le sloop HMS Black Swan (U-57)

-Des sloops de classe Black Swan modifié pour remplacer les avisos construits durant les
années trente

La corvette HMS Abelia (K-184)

Une corvette de classe Flower à la mer

-Des corvettes de classe Flower, navires déjà commandés par la France

-Des frégates de classe River

-De nouveaux dragueurs de mines suffisamment armés pour pouvoir opérer comme
escorteurs de fortune

-La construction de chalutiers se poursuit pour permettre de disposer à peu de frais
de nombreux patrouilleurs et navires de présence notamment outre-mer.

-Des destroyers légers type Hunt comparables aux torpilleurs légers français.

Quand le second conflit mondial éclate, la marine britannique dispose d’une solide force d’escorte qui va mener la vie dure aux sous-marins, avions et vedettes lance-torpilles ennemis.

Chalutiers armés

-Septembre 1939, la Royal Navy dispose de quinze chalutiers armés en service, quatre chalutiers armés polyvalents, huit chalutiers anti-sous-marins et trois chalutiers dragueurs.

-Ces navires anciens sont remplacés par seize nouveaux navires de classe Isle, des navires armés d’un canon de 3 ou 4 pouces (76 ou 102mm) selon les disponibilités, de quelques canons antiaériens, de mitrailleuses et de grenades ASM.

Ces seize navires vont d’abord opérer en mer du Nord puis vont être rédéployés en outre-mer au fur et à mesure que des escorteurs plus puissants sont mis en service.

-Huit autres navires sont construits ultérieurements, plus adaptés au dragage de mines et au contrairement à leurs devanciers, ils sont déployés en Metropole.

-Seize chalutiers armés classe Tree quasiment identiques aux Isles sont commandés en juin 1945.

Sloops

Aux côtés des chalutiers armés, on trouve des sloops, des navires légers destinés à l’escorte et à la lutte anti-sous-marine. Trente-huit navires sont en service répartis entre différentes classes :

-Un sloop type 24

-Deux classe Bridgewater

-Quatre classe Hastings

-Huit classe Shoreham

sloop HMS Grimsby

sloop HMS Grimsby

-Huit classe Grimsby

-Neuf classe Kingfisher

-Trois classe Bittern

HMS Egret (L-75)

HMS Egret (L-75)

-Trois classe Egret

-Huit classe Black Swan en construction

Entre septembre 1939 et septembre 1948, la flotte évolue, les sloops les plus anciens (type 24, Bridgewater Hastings et Shoreham) sont désarmés, démolis ou mis en réserve avec des réarmements périodiques pour essais et instruction.

Les Grimsby, Kingfisher, Bittern, Egret et Black Swan sont toujours en service soit un total de trente et un navires.

Un seul modèle est commandé, la classe Black Swan mod., des navires plus longs et plus larges pour améliorer la stabilité. La DCA est renforcée.

Dix-sept navires sont commandés en mars 1941, mis sur cale courant 1941 et mis en service en 1943/44, portant la flotte de sloop à quarante-six navires. La commande de huit autres envisagée en 1945 est abandonnée au profit de frégates de classe River supplémentaires.

Corvettes et frégates

Les sloop étaient des navires d’escorte acceptables mais c’était encore des navires militaires, relativement complexes et coûteux à fabriquer. Sans compter que les chantiers navals spécialisés dans les constructions militaires devaient aussi construire des cuirassés, des croiseurs, des porte-avions, des destroyers…. .

L’escorte impliquant plus d’endurance que de performances, germa l’idée d’un navire simple à construire, quasi-consommable avec un armement limité au strict nécessaire : un canon médian pour affronter un sous-marin surpris en surface, des pièces antiaériennes légères, des mitrailleuses pour la défense rapprochée et bien entendu un lot conséquent de grenades ASM.

Les britanniques reprirent le design d’un baleinier pour dessiner un nouveau navire. A nouveau navire, nouvelle désignation, c’est le terme corvette qui est choisit, ressuscitant un terme de la marine à voile, disparu avec la vapeur.
C’est l’acte de naissance des corvettes de classe Flower. Ce programme anglo-français va aboutir à la construction de trente-deux corvettes pour la Marine Nationale et soixante-quatre pour la Royal Navy.

Ces soixante-quatre navires sont mis sur cale entre 1939 et 1942, lancées entre 1940 et 1943 et mises en service entre 1940 et 1944.

Quarante-huit seulement seront au final mises en oeuvre par la Royal Navy, huit rejoignant la marine canadienne et huit autres la marine australienne. Si les premières vont participer à l’escorte des convois transatlantiques, les huit Australian Flower vont protéger la navigation aux antipodes.

La marine canadienne qui mit en œuvre ses Flower dès 1941 se rendit compte rapidement des limites des corvettes notamment par mauvais temps et travailla sur un modèle de navire plus gros, des large corvette avant que ces navires de classe River soit considérés comme des frigate, des frégates, une autre désignation de la marine à voile remise au goût du jour.

La marine canadienne passe commande en septembre 1942 de douze navires de ce type.

L’Australie va passer commande de huit navires pour compléter les Flower déjà en service. Comme les corvettes, elles vont être construites en Australie.

Intéressée la marine britannique va passer commande en juin 1942 de seize navires suivis en septembre 1945 (huit initialement prévues, les huit suivantes remplaçant les Modified Black Swan envisagés) de seize autres navires même si parmi ces derniers seule une partie va mettre mise en service. Anticipant sur les pertes du conflit à venir, seize navires sont commandés dès le mois de septembre 1948.

Dragueurs de mines

La mine et la torpille partage une origine commune avant de diverger vers deux armes totalement différentes. Si la torpille devint mobile, la mine resta immobile, posée à la surface de l’eau ou au fond de l’océan ce qui ne la rendait pas moins redoutable comme la Royal Navy pu s’en rendre compte en perdant au cours du premier conflit mondial plusieurs navires sur mines dont un cuirassé flambant neuf, le HMS Audacious ou le croiseur cuirassé HMS Hampshire dans lequel se trouvait le ministre de la Guerre lord Kitchener.

La présence de dragueurs de mines au sein de la Marine de Sa Majesté n’est donc pas chose étonnante et en septembre 1939, la Royal Navy dispose des dragueurs de mines suivants :

-Trois chalutiers-dragueurs

-Vingt-trois dragueurs de mines classe Hunt

-Vingt et un dragueurs de mines classe Halcyon

Cette flotte modeste va connaitre une certaine croissance durant la Pax Armada avec la nécessité de renouveler la flotte et d’augmenter cette dernière, la mine étant une arme d’un rapport coût/efficacité impatable.

Si les Halcyon sont encore largement capables, les Hunt commencent à se faire vieux. D’où la commande avant même le début de la guerre de Pologne de deux nouvelles classes de dragueurs de mines, les classes Bangor et Algérine.

Les dragueurs de mines classe Bangor sont des dragueus de mines côtiers commandés au printemps 1940, mis sur cale à l’automne 1940 (douze) et au printemps 1941 (douze). Leur lancement s’échelonne entre l’automne 1941 et l’automne 1942 pour une mise en service prononcée entre mai 1942 et septembre 1943 .

Cela permet de désarmer les vingt-trois Hunt et si la majorité est démolie, huit sont transférés à la marine polonaise libre.

La seconde est une classe de dragueurs de mines océaniques (minesweeper oceanic). Commandée en septembre 1943 à douze exemplaires, les navires sont mis sur cale entre le printemps 1944 et l’automne 1945, lancés entre septembre 1945 et mars 1947 avec une mise en service prononcée entre janvier 1947 et juin 1948.

Ainsi quand le second conflit mondial éclate, la Royal Navy dispose de 21 dragueurs de classe Halcyon, de 24 dragueurs de classe Bangor et de 12 dragueurs de classe Algérine soit un total de cinquante-sept dragueurs de mines.

Le programme de guerre fait la part belle aux dragueurs de mines avec la commande de 24 Bangor et de 36 Algerine, ces commandes massives s’expliquant par la crainte de pertes importantes.

Torpilleurs légers

Les torpilleurs et les destroyers étaient à l’origine de petites unités mais rapidement, ce type de navire à pris du poids, la barre des 1000 tonnes étant approchée avant le début du premier conflit mondial (voir les torpilleurs de 800 tonnes français) et dépassée durant celle qui aurait du être la “Der des ders”, les V&W de la Royal Navy atteignant 1300 tonnes.

Si la majorité des pays disposaient à côté de leurs destroyers, de torpilleurs, ce n’était pas le cas de la marine britannique.

Les destroyers devant escorter les grandes unités sans oublier d’attaquer les lignes de communication ennemies à la torpille et au canon, il manquait clairement des escorteurs spécialisés ainsi qu’un navire intermédiaire entre le pur escorteur et le destroyer, un navire dont la mission principale est l’escorte mais qui est capable si nécessaire de combattre un ennemi au canon et à la torpille.

C’est l’acte de naissance des destroyers légers de type Hunt, des navires armés de six canons de 102mm en trois tourelles doubles et d’un armement appréciable en torpilles. C’est l’équivalent des Le Fier français.

Le HMS Albrighton (L-12) type Hunt I

Le HMS Albrighton (L-12) type Hunt I

Vingt-trois Hunt I sont commandés en 1939. Ils sont mis sur cale dans le courant cette année, lancée fin 1940 ou début 1941, les navires étant mis en service en 1942/43.

Neuf autres appartenant au type Hunt II sont commandés en décembre 1939, mis sur cale en septembre 1940 lancés en mars 1942 et mis en service en mai 1943.

Dix autres appartenant au type Hunt III sont commandés en mars 1943, mis sur cale en juin 1944, lancés en septembre 1945 et mis en service en octobre 1946.

Quarante-deux destroyers légers sont donc en service en septembre 1948 dans la Royal Navy. Huit sont commandés par la marine australienne en septembre 1943, construits à l’Arsenal de Cockatoo et mis en service en juin 1947.

Quand le conflit éclate, de nouveaux navires appartenant à un type Hunt IV sont commandés, douze navires, huit pour la marine britannique et quatre finalement revendus à la marine sud-africaine (Royal South African Navy), ces navires couvrant les convois dans l’Océan Indien et dans l’Atlantique Sud.

Publicités

Allemagne (3) : Histoire de la Kriegsmarine

KRIEGSMARINE : UNE BREVE HISTOIRE

Dans cette partie, je vais parler de l’histoire de la marine allemande jusqu’en septembre 1948. Bien que j’ai promis de faire synthétique et concis, il me semble important de parler de l’histoire de la marine allemande y compris de la Kaiserliche Marine. Rassurez-vous je vais rester concis sans entrer dans des détails rendant la lecture indigeste.

La Kaiserliche Marine

-Etat récent, puissance continentale, la marine allemande reste longtemps d’une puissance modeste, une force destinée essentiellement à la défense côtière.

-La Kaiserliche Marine est officiellement créée en 1871 quand est proclamé le Deuxième Empire Allemand dans la galerie des glaces du château de Versailles. Elle succède à la marine de la Confédération d’Allemagne du Nord créée en 1867 à partir de la marine prusienne.

-Bismarck ayant une politique européenne, isolant la France, il ne peut se permettre de braquer la Grande-Bretagne avec une politique d’expansion navale et coloniale.

-Le nouvel empereur Guillaume II rêve d’expansion coloniale, d’une politique mondiale (Weltpolitik) souhaite dévelloper une puissante marine, le petit-fils de Victoria se reconnaissant bien là.

Le GrossAmiral Tirpitz qui mit en musique les volontés navales de Guillaume II

Le GrossAmiral Tirpitz qui mit en musique les volontés navales de Guillaume II

-Cela entraine le départ de Bismarck en 1890, laissant le champ libre à Guillaume II et à l’amiral Tirpitz qui en ministre de la Marine va mettre en musique les volontés du Kaiser.

-Partant de rien, les deux hommes vont offrir à l’Allemagne une puissante flotte de haute mer (Hochseeflote) certes inférieure à la Home Fleet de la Royal Navy qui peut poser des problèmes dans le cadre d’une stratégie de Fleet-in-Being ou flotte en attente, une flotte dont sa seule présence obligera la marine plus puissante à maintenir une vigilance telle qu’elle sera limitée ou corsetée dans ses choix tactiques et stratégiques.

-La Kaiserliche Marine connait une guerre contrastée avec des affrontements indécis avec la marine britannique. Seuls les sous-marins font craindre le pire à la Grande-Bretagne au bord de l’étranglement au prix de l’entrée en guerre des Etats-Unis suis à la guerre sous-marine à outrance.

Le SMS Bayern

Le SMS Bayern

-Les cuirassés et les croiseurs de bataille allemands ont bientôt des aussières en béton ce qui influe gravement sur le moral des marins qui travaillés par la propagande bolchevique se mutinent précipitant la défaite de l’Allemagne et l’abdication de Guillaume II.

B-Le sabordage de Scapa Flow et la Reichmarine (1919-1935)

L’armistice est signé le 8 novembre 1918 et entre en vigueur trois jours plus tard le 11. Se pose alors la question de l’avenir de la marine allemande dont les plus beaux fleurons sont provisoirement internés à Scapa Flow dans les Orcades en attendant que son sort final soit tranché.

-Apprenant la livraison de la flotte aux alliés, l’amiral Reuter donne l’ordre de saborder la flotte en profitant de l’absence de la Home Fleet en manoeuvres. Ainsi finit la Kaiserliche Marine.

B-De la Vorlaüfige ReichsMarine à la Kriegsmarine (1919-1935)

-A la Kaiserliche Marine, succède dès le 16 avril 1919, la Vorlaüfige Reichsmarine ou marine provisoire, composée des rares unités que les alliés acceptent de laisser en Allemagne. Autant dire des navires sans aucune valeur militaire.

-Le traité de Versailles limite la marine à 15000 hommes dont 1500 officiers avec seulement huit vieux pré-dreadnought, huit croiseurs légers, seize contre-torpilleurs et seize torpilleurs.

-L’aéronautique navale est interdite tout comme les sous-marins et les navires de plus de 10000 tonnes armés de canons supérieurs à 280mm.

-Le 31 mars 1921, la Vorlaüfige Reichsmarine cède la place à la Reichsmarine qui doit faire avec des moyens réduits. Ainsi sur les huit pré-dreadnought accordés seulement six pourront être utilisés, six sur huit croiseurs légers, seize contre-torpilleurs, seize torpilleurs, trente-sept dragueurs de mines et différents navires auxiliaires.

-La Reichsmarine commence son dédéveloppement partir de 1928 sous l’impulsion de l’amiral Raeder. L’objectif est d’obtenir une marine capable de jouer le rôle d’une Fleet-in-Being pour forcer la France à infléchir sa politique.

-La mise en service du Deutschland, un cuirassé rapide peu protégé mais très endurant avec sa propulsion diesel provoque la stupeur dans les marines étrangères et est indirectement à l’origine de la course aux 35000 tonnes.

Le cuirassé de poche KMS Deutschland en 1936

Le cuirassé de poche KMS Deutschland en 1936

-Plan d’armement décidé en 1932, un plan officiel pour remplacer les unités existantes et un plan clandestin d’expansion qui prévoyait la construction de nouvelles unités entre 1936 et 1943.

-Après l’arrivée des nazis au pouvoir, un nouveau plan d’expansion sur cinq ans est proposé,le plan X un plan nettement plus ambitieux avec cinq cuirassés de poche, deux croiseurs porte-avions, cinq croiseurs lourds, un croiseur léger, vingt-deux contre-torpilleurs, dix-huit torpilleurs et vingt-deux sous-marins.

-Le 21 mai 1935, la Reichsmarine (marine du Reich) devient la Kriegsmarine (marine de guerre), un changement de nom qui en dit long.

C-Dévellopement et opérations : La Kriegsmarine (1935-1939)

-Le développement de la Kriegsmarine est favorise par l’accord naval anglo-allemand (Anglo-German Naval Agreement/Deutsch-britisches Flottenabkomen) signé le 18 juin 1935 qui officialise le développement de la marine allemande.

-Cet accord permet à la Kriegsmarine d’avoir un tonnage global équivalent à 35% de celui de la Royal Navy et 45% pour les sous-marins.

-Aux trois Deutschland succède deux croiseurs de bataille, les Scharnhorst et Gneiseneau armés de trois tourelles triples de 280mm en attendant la disponibilité des tourelles doubles de 380mm.

-31 décembre 1936 : le traité de Washington expire, libérant tout le monde des limitations imposées en février 1922 même si l’Allemagne n’était pas officiellement concernée.

-Plusieurs tranches de construction pour faciliter la montée en puissance avec trois cuirassés, deux porte-avions, trois croiseurs lourds, six contre-torpilleurs, dix-huit torpilleurs, quarante-six sous-marins, des navires légers et des navires auxiliaires.

Ces tranches construites sont les prémices d’un plan nettement plus ambitieux. Baptisé Plan Z, il doit doter l’Allemagne d’une marine océanique dont la puissance n’aurait rien à envier à celle de la défunte Kaiserliche Marine.

-Genèse chaotique de ce plan d’expansion : plusieurs hypothèses et une multiplication des classes de navires, des objectifs contradictoires (marine de guerre de course ou Fleet-in-Being) expliquant ce cafouillage.

-La première version de décembre 1938 prévoit six cuirassés type H (H, J,K,L,M et N, le I étant sauté pour éviter la confusion avec le chiffre romain), douze cuirassés de poche améliorés(Verbessertes Panzerschiff), deux porte-avions de 12000 tonnes, seize croiseurs légers, vingt-deux croiseurs-éclaireurs, trente-huit contre-torpilleurs, quatre-vingt dix torpilleurs, deux-cent quarante-neuf sous-marins, soixante-quinze vedettes lance-torpilles, dix mouilleurs de mines, cent-douze dragueurs de mines, quarante-huit R-Boot, deux bâtiments-base pour dragueurs de mines et douze escorteurs.

-Deuxième mouture en janvier 1939 avec une accélération du calendrier, le remplacement des cuirassés de poche par des croiseurs de bataille, la réduction à douze du nombre de croiseurs légers, la suspension des croiseurs éclaireurs et l’augmentation du nombre de sous-marins à 291.

-Si cette mouture avait été adopté, la marine allemande aurait disposé de seize navires de ligne (six type H, deux Bismarck, deux Scharnhorst à canons de 380mm, trois croiseurs de bataille type O et trois cuirassés de poche), quatre porte-avions, cinq croiseurs lourds, douze croiseurs légers (plus six options pour remplacer les croiseurs légers existants), vingt-deux croiseurs éclaireurs, soixante-huit contre-torpilleurs, quatre-vingt dix torpilleurs, 291 sous-marins, 85 vedettes lance-torpilles, 10 mouilleurs de mines, 112 dragueurs de mines type M, 48 R-Boote, 12 canonnières, 10 escorteurs type F et 8 avisos coloniaux, douze bâtiments-base spécialisés.

-La guerre de Pologne surprend la marine de guerre allemande en pleine croissance. Heureusement le conflit est bref et la menace navale polonaise inexistante, la majorité des navires modernes ralliant la Grande Bretagne et constituant l’embryon d’une marine polonaise libre sous commandement britannique.

-Pour ce bref conflit (1er septembre-15 décembre 1939), la Kriegsmarine engage ses sous-marins et ses raiders dans l’Atlantique ainsi que des moyens non négligeables en mer Baltique à savoir trois croiseurs légers, sept destroyers, huit vedettes lance-torpilles, des unités de soutien et deux vieux pré-dreadnought modernisés, les cuirassés Schliesen et Schleswig-Holstein.

-Aucun affrontement de surface, les navires allemands menacés par les sous-marins et les mines servant de force de bombardement. La campagne s’achève dès le 2 octobre pour la Kriegsmarine.

-Ailleurs, elle coule porte-avions HMS Courageous et le paquebot Athena mais perd le cuirassé Admiral Graf Spee sabordé le 17 décembre 1939, deux jours après la fin du conflit, les alliés ayant refusé un sauf-conduit au navire refugié à Montevideo.

D-Le plan Z définitif et la montée en puissance de la Kriegsmarine (1941-1948)

-Le Plan Z définitif est validé en juin 1941, les tranches 1938/39 et 1939/40 du plan originel sont néanmoins maintenues

-Tranche 1938/39 : un cuirassé type H (J), trois croiseurs légers (N/O/P), six contre-torpilleurs, trois torpilleurs, 33 sous-marins, quatre vedettes lance-torpilles, six avisos-dragueurs type M, huit R-Boote, deux navires-dépôts pour U-Boot et deux brise-glace.

-Tranche 1939/40 : un cuirassé type H (K), un croiseur de bataille type O (O), deux croiseurs légers (Q et R), dix contre-torpilleurs, trois torpilleurs, 33 sous-marins, 31 vedettes lance-torpilles, huit aviso-dragueurs, huit R-Boote et un navire-dépôt pour sous-marins.

-Les tranches précédentes prévoyaient la construction de trois cuirassés, deux croiseurs de bataille, trois cuirassés de poche (dont un déjà perdu dans l’Atlantique Sud), cinq croiseurs lourds (un revendu à la Russie au titre du pacte germano-soviétique), sept croiseurs légers, vingt-huit contre-torpilleurs, trente-trois torpilleurs et quatre-vingt deux sous-marins.

Les deux tranches du plan Z initial ajoute deux cuirassés, un croiseur de bataille, cinq croiseurs légers, seize contre-torpilleurs, six torpilleurs, soixante-six sous-marins, trente-cinq vedettes lance-torpilles, quatorze avisos-dragueurs et quatorze R-Boot, trois navires-dépôt et deux brise-glace.

-La Tranche 1940/41 finance la construction d’un cuirassé type H (L), un croiseur de bataille type O (P), un croiseur léger, six contre-torpilleurs, six torpilleurs, neuf aviso-dragueurs type M et deux pétroliers-ravitailleurs.

-La tranche 1941/42 prévoit la construction d’un croiseur de bataille type O (Q), d’un croiseur lourd, d’un porte-avions léger, de quatre contre-torpilleurs, de six torpilleurs, de neuf aviso-dragueurs type M, de douze sous-marins, de onze vedettes lance-torpilles et d’un ravitailleur.

-La tranche 1942/43 finance la construction d’un cuirassé type H Mod. (M), d’un porte-avions léger, de deux croiseurs légers antiaériens, de quatre contre-torpilleurs, de six contre-torpilleurs et de neuf aviso-dragueurs de mines type M.

-La Tranche 1943/44 prévoit la construction d’un croiseur de bataille type O (R), d’un croiseur lourd, de deux torpilleurs, de douze sous-marins, de douze escorteurs et d’un pétrolier.

-La Tranche 1944/45 finance la construction de deux cuirassés type H Mod. et O), d’un croiseur lourd, de deux croiseurs légers antiaériens, de deux torpilleurs légers, de six sous-marins et d’un ravitailleur.

-La Tranche 1945/46 planifie la construction d’un cuirassé type H Mod. (P), d’un croiseur lourd, de deux croiseurs légers antiaériens, de quatre contre-torpilleurs, de six torpilleurs, de douze escorteurs (Neue Geleitboote) et de huit aviso-dragueurs type M.

-Pour lisser les constructions, on abandonne l’idée de planifier de nouvelles tranches couvrant les années 1946/47 et 1947/48. Non seulement ces navires ne seront pas en service au moment du déclenchement du conflit mais la guerre civile à perturbé les approvisionnements et ralentit les constructions.

Au final, le plan Z doit donner le visage suivant à la Kriegsmarine

-Dix cuirassés (deux classe Bismarck, quatre type H et quatre type H modifiés) mais seulement six sont en service, les quatre derniers sont en construction à différents stades d’achèvement quand éclate le second conflit mondial.

-Six croiseurs de bataille (deux de type Scharnhorst et quatre type O)

-Quatre porte-avions

-Dix croiseurs lourds (deux anciens cuirassés de poche et huit croiseurs lourds)

-Quatorze croiseurs légers (cinq croiseurs légers déjà en service en 1939, six de classe Berlin et trois croiseurs légers antiaériens plus trois en construction)

-Cinquante cinq contre-torpilleurs et huit en achèvement à flot

-Quarante-trois torpilleurs et huit en construction

-Cent soixante-dix huit sous-marins

-Soixante-quatre vedettes lance-torpilles (S-Boot)

-Vingt-sept dragueurs de mines plus huit autres en construction quand éclate le second conflit mondial

-Quarante-huit R-Boote

-Vingt-quatre chalutiers armés répartis en quatre flottilles de six navires

-Douze escorteurs (Neue Geleitboote) plus douze en construction ou en achèvement à flot

-Vingt-quatre chalutiers armés de 496 tonnes en quatre flottilles de six

-Sept Geleitboote utilisés comme auxiliaires

-Treize ravitailleurs de différents types

-Trois pétroliers ravitailleurs

– deux tenders pour les flottilles de sous-marins

-deux gardes-pêches,

-quatorze bâtiments de barrage,

-quatre bâtiments hydrographiques et différents auxiliaires et bâtiments d’expérimentation.

-Différents navires amphibies financés hors plan Z avec des LSM, des ferry Siebel et des MarineFährPr (MFP), des pontons automoteurs.