Benelux (57) Belgique (18)

Armes de l’Infanterie (2) : fusils mitrailleurs, mitrailleuses et mortiers

Fusils mitrailleurs

Les mitrailleuses du premier conflit mondial étaient des armes d’une mortelle efficacité mais cette efficacité se payait avec un poids qui la rendait impropre à accompagner les troupes à l’assaut des tranchées ennemies. D’où l’idée d’inventer une sorte de mitrailleuse légère pouvant faire baisser la tête de l’ennemi.

Lire la suite

Benelux (30) Pays-Bas (30)

La Koniklijke Nederlands Indische Leger (KNIL) dans le second conflit mondial

Le dilemme qui se pose à la KNIL est le suivant : comment défendre efficacement un territoire absolument gigantesque qui rapporté à l’Europe équivaudrait à couvrir un territoire allant de l’Irlande à la mer Caspienne ?

Lire la suite

Dominions (76) Australie (20)

Armes et Véhicules de l’armée australienne

Armes de l’infanterie

Armes individuelles (1) : pistolets et revolvers

revolver Enfield N°2 Mk I.jpg

Enfield n°2 Mk I

La principale arme de poing du soldat australien est le revolver Enfield n°2 Mk I. C’est un revolver de conception classique issu du Mk I qui tirait une lourde cartouche de 11.6mm (.476 Enfield), arme en service de 1880 à 1911 avant d’être remplacée par le n°2 Mk I qui tirait une cartouche plus légère en calibre .38. L’arme mesurait 292mm de long dont 146 pour le canon, pouvait tirer à 22m dix-huit coups par minute sachant que l’alimentation se faisait par un barillet de 6 coups.

Lire la suite

Dominions (25) Canada (25)

Armes et Véhicules de l’Armée Canadienne

Armes de l’infanterie

Les armes de l’infanterie canadienne sont quasi-exclusivement britanniques mais quelques armes américains ont parfois joué les intruses. Il y à des pistolets automatiques et des revolvers, quelques pistolets mitrailleurs, des fusils à répétition, des fusils-mitrailleurs, des mitrailleuses et des mortiers. On trouve également des grenades et des lanceurs antichars PIAT.

Lire la suite

URSS (69) Armée de Terre (17)

Les armes de l’Armée Rouge (2) : armes collectives de l’infanterie

Fusils mitrailleurs

Fedorov_Avtomat

Fedorov Avtomat.JPG

Le fusil automatique Fedorov est un peu l’équivalent russe du Browning Automatic Rifle (BAR) américain à savoir une arme hybride entre le fusil d’infanterie et le fusil mitrailleur.

Lire la suite

Allemagne (48) Armée de terre (5)

Mitrailleuses et fusils mitrailleurs

Mitrailleuse Maxim SMG 08

mitrailleuse MG-08

mitrailleuse SMG-08

-C’est le britannique Hiram Maxim qui invente la mitrailleuse moderne, un modèle exporté dans le monde entier, les licences de production permettant la production dans de nombreux pays européens.

-L’efficacité des mitrailleuses allemandes contre les soldats français en pantalon garance et capote bleue aurait pu faire croire que cette nouvelle arme à été accueillie avec enthousiasme par les cadres de l’armée allemande. Ce ne fût pas le cas et les premières armes acquises par l’Allemagne furent payées par l’empereur Guillaume II en personne.

-Ce n’est qu’au début du vingtième siècle que l’Allemagne et la firme Maxim signèrent un accord pour la fabrication de la mitrailleuse Maxim sous licence par l’entreprise Deutsche Waffen und Munitionsfabriken installée à Spandau près de Berlin d’où le nom générique de «Spandau» données aux mitrailleuses allemandes.

-Après plusieurs modèles, le premier modèle standard fût la Schwere Maschinegewehr 08 ou SMG 08. Cette arme solidement construite montée sur trepied fût un véritable cauchemar pour les alliés, stoppant les offensives.

Cette arme dont fût extrapolée un fusil-mitrailleur (voir ci-après) resta en service après guerre, l’Allemagne comme on l’à vu ne pouvant développer officiellement de nouvelles armes.

-La mise au point de la MG-15 et surtout de la MG-34 provoqua le retrait du service actif des sMG 08 qui étaient encore disponibles dans les dépôts en septembre 1939 et en septembre 1948 en compagnie d’armes polonaises, tchèques et autrichiennes, certaines mitrailleuses ressortant des stocks pour armer les unités de mobilisation faute de MG-34/42 et 45 en nombre suffisant.

Caractéristiques Techniques de la sMG 08

Calibre : 7.92mm Longueur de l’arme 1.17m longueur du canon 0.71m Poids de l’arme avec pièces de rechange 62kg poids de l’affût-traineau 37.650kg Vitesse initiale 900 m/s Cadence de tir 300 à 450 coups/minute Alimentation : bande-chargeur de 250 cartouches.

Fusil-mitrailleur/mitrailleuse légère sMG 08/15 et 08/18

fusil-mitrailleur MG 08/15

fusil-mitrailleur MG 08/15

-La Spandau était une excellente mitrailleuse mais comme beaucoup de ses consœurs était extrêmement lourde ce qui rendait son déplacement problématique. Certes dans la guerre de position cela ne posait pas de problèmes mais pour accompagner les soldats lors de l’assaut des tranchées ennemies….. .

-Les différents pays cherchèrent une arme ayant la puissance de feu de la mitrailleuse mais avec un poids permettant son utilisation par un seul homme.

L’Allemagne n’échappa pas à la règle et développa elle aussi une mitrailleuse légère ou fusil mitrailleur, la sMG 08/15.

-Il s’agit d’une adaptation de la sMG08 avec une crosse en bois et un bipied mais sa conception n’en fait pas une arme très réussie. Elle est encombrante et son système d’alimentation peu pratique_bandes de toile dans un chargeur circulaire_ en font une arme bien inférieure aux fusils mitrailleurs de conception étrangère qui eux disposaient de chargeurs.

-Une version améliorée est apparue ultérieurement, la sMG 08/18 qui ne fût que peu utilisée durant le premier conflit mondial. Elle se différenciait de la précédente par la présence d’un tube percé pour permettre son refroidissement par air.

Il existait également une version destinée à l’aviation baptisée LMG 08/15 qui équipa les chasseurs et les bombardiers allemands en remplacement d’une version air (Luft) de la sMG 08 baptisée LMG   08.

Après guerre ces armes restent en service. Elles sont peu à peu remplacées par la MG-15 puis par la MG-34 et les suivantes.

Caractéristiques Techniques de la MG 08/15

Calibre : 7.92mm Longueur totale 1.39m longueur du canon 0.71m Poids complet 18kg Cadence de tir : 450 coups/minute Approvisionnement : chargeurs à bandes de 50, 100 ou 250 cartouches

Mitrailleuse légère MG-15

MG-15

MG-15

-Le traité de Versailles interdit à l’Allemagne de développer de nouvelles armes notamment des armes automatiques (pistolet-mitrailleurs, mitrailleuses et fusil-mitrailleurs).

-Pour contourner cette interdiction, les firmes allemandes installent des bureaux d’études à l’étranger ou rachètent des entreprises étrangères comme Rheinmetall qui rachète la firme suisse Solothurn.

-Solothurn met au point la mitrailleuse S2-200 qui est adoptée par l’Autriche (mitrailleuse modèle 1930) et par la Hongrie (mitrailleuse légère modèle 1931). C’est cette arme qui sert de base à la MG-15.

-Cette nouvelle MG-15 ne doit pas être confondue avec une précédente MG-15 mise au point durant le premier conflit mondial.

-La S2-200 est adaptée pour l’Allemagne sous la forme d’une MG-30 non adoptée par la Reichswehr  mais adoptée par l’Autriche et la Suisse sous la désignation de S2-100.

Cette arme à d’abord été conçue pour l’aviation où elle continuera à être utilisée alors qu’au sein de l’infanterie elle sera rapidement remplacée par la MG 34. Néanmoins à partir du printemps 1941, de nouvelles mitrailleuses vont commencer à remplacer la MG-15 notamment la MG-81.

Par rapport à sa cousine aéronautique, la MG-15 destinée à l’usage terrestre reçoit un cache-flamme, un bipied repliable et une crosse métallique.

Ces armes ont été stockées après leur retrait du service et vont reprendre du service au sein des unités de mobilisation aux côtés d’armes récupérées auprès de pays occupés ou annexés.

Caractéristiques Techniques de la mitrailleuse MG-15

Calibre : 7.92x51mm Longueur (hors tout) : 1078mm (canon) 600mm Poids (arme seule) : 8.1kg (avec munitions) 12.4kg (boite-chargeur de 75 cartouches) 4.24kg  Cadence de tir : 1000 coups par minute  

Mitrailleuse polyvalente MG-34

mitrailleuse polyvalente MG-34

mitrailleuse polyvalente MG-34

-MG-15 bonne mitrailleuse mais pas la mitrailleuse parfaite. D’où le développement d’une nouvelle arme.

-Jusqu’ici il existait la mitrailleuse, une arme assez lourde mise en œuvre par plusieurs hommes et le fusil-mitrailleur ou mitrailleuse légère, une arme mise en œuvre par une ou deux personnes, très efficace pour accompagner l’assaut.

-En partant encore de la MG-30, les armuriers allemands inventent une arme polyvalente, utilisable sur bipied (configuration FM) et sur trépied (configuration mitrailleuse).

-La nouvelle arme appelée Maschinegewehr modell 34 et plus connue sous le nom de MG-34 pouvait donc servir sur bipied ou sur tripied avec même une double système d’alimentation, un chargeur tambour double de 75 cartouches _déjà utilisé par la MG-15_ ou un système de bandes de 50 coups.

-Là encore les allemands innovèrent avec la possibilité de lier rapidement plusieurs bandes pour augmenter l’alimentation en munitions.

-Cette nouvelle mitrailleuse rencontra un succès immédiat même si sa fabrication prenait du temps et était très couteuse. Le coût était aggravé par un trépied complexe et par une multitude d’accessoires certes conçus dans une bonne intention mais qui étaient semble-t-il  superflus.

Cette arme adoptée comme son nom l’indique en 1934 fût un succès immédiat et s’illustra dans la guerre d’Espagne où elle fût utilisée par les troupes allemandes appuyant les nationalistes du général Franco.

Des variantes furent rapidement développées avec la MG-34m (appelée également MG-34 Panzerlauf) destinée à servir d’arme coaxiale sur les chars et les véhicules blindés, les MG-34s à canon plus court et uniquement pour le tir automatique avec une cadence de tir moins élevée pour réduire la dispersion.

Si la première arme fût produite en grande quantité (d’autant que la MG-42 n’était pas adaptée au montage coaxial), la seconde fût produite dans une quantité limitée, la MG-39/41 et prototype de la MG-42 se révélant nettement plus prometteuse.

La MG-34 servit également de base au dévellopement d’une nouvelle mitrailleuse destinée à l’aviation, la MG-81 (ainsi que sa variante double la MG-81Z), mitrailleuse destinée à remplacer la MG-15.

Caractéristiques Techniques de la Maschinegewehr Modell 34 (MG-34)

Calibre : 7.92mm Longueur totale : 1.219m longueur du canon : 0.627m Poids :11.5kg Cadence de tir 800-900 coups/minute Alimentation : bandes de 50 cartouches ou double chargeur-tambour de 75 cartouches

Mitrailleuses polyvalentes MG-42 et MG-45

mitrailleuse polyvalente MG-42

mitrailleuse polyvalente MG-42

-La MG-34 est une excellente arme mais cette excellence se paye au prix d’un sophistication et d’un coût trop important pour être produite en très grande quantité, une obligation pour le temps de guerre aux contraintes bien différentes du temps de paix.

-D’où le lancement d’une étude pour une mitrailleuse tout aussi efficace mais moins couteuse à produire. On s’inspira des méthodes de fabrication du MP-40 (estampage) et on bonifia le mode de fonctionnement de la MG-34 en exploitant les modes de fonctionnement de mitrailleuses tchèques et de projets polonais.

-Tout cela aboutit à la MG-39/41, version de pré-série de la Maschinegewehr modell 42.  Cette arme à servit essentiellement dans l’infanterie mais à également servir sur les positions fortifiées en affût double et pour la défense antiaérienne avec deux ou quatre mitrailleuses pour la défense antiaérienne à basse altitude pour protéger les terrains d’aviation.

Cette arme très efficace donna ultérieurement naissance à la MG-45, un modèle amélioré à la cadence de tir plus élevée. Extérieurement, elle était identique à la MG-42.

Caractéristiques Techniques de la Maschinegewehr modell 42

Calibre : 7.92mm Longueur : 1.22m Longueur du canon : 0.53m Poids : 11.5kg Cadence de tir maximale 1500 coups/minute Alimentation : 50 coups

Les mitrailleuses et fusil-mitrailleurs étrangers récupérés

-En dépit d’une production importante, les besoins en armes automatiques étaient tels que l’armée allemande dispose en septembre 1939 de mitrailleuses autrichiennes et polonaises ainsi que de fusils-mitrailleurs tchèques. Ces armes sont utilisées aussi bien par les unités de sécurité que par les unités de première ligne.

fusil mitrailleur Vz30 mis en œuvre par des soldats roumains

fusil mitrailleur Vz30 mis en œuvre par des soldats roumains

-Les fusil-mitrailleurs Lehky Zulomet ZB vz26  et vz30 furent réutilisés par les allemands sous les noms de MG 26(t) et MG 30 (t). Ces fusil-mitrailleurs ont été exporté en Chine, en Yougoslavie et en Espagne (vz26), en Iran et en Roumanie pour le vz30, cette arme servant de base pour le célébrissime Bren britannique. Ces armes étaient toujours en service en septembre 1948.

mitrailleuse ZB modèle 1937

mitrailleuse ZB modèle 1937

-La mitrailleuse ZB modèle 1937 en calibre 7.92mm est elle aussi acquise par les allemands. Sa production continue mais le nombre d’exemplaires produit est loin d’égaler celui de la MG-34 et de la MG-42.

-La conquête de la Pologne outre le fait qu’il permis à l’Allemagne de mettre la main sur des prototypes de mitrailleuses qui permirent la naissance de la MG-42, offrit à la Deutsche Heer des stocks non négligeables d’armes automatiques.

C’est le cas du fusil-mitrailleur modèle 1928 qui n’était qu’une version chambrée en 7.92mm du BAR (Browning Automatic Rifle) modèle 1918. Ces armes en compagnie des fusil mitrailleurs tchèques étaient encore largement utilisé en septembre 1948 aussi bien dans les unités de première ligne que celles de l’arrière.

-L’armée allemande récupère également des mitrailleuses calibre 7.92mm modèle 1930. Il s’agit là encore d’une arme de la firme Browning achetée par la Pologne puis copiée par la manufacture d’Etat de Varsovie.

Cette arme véritable copie pirate de la M1917A1 à refroidissement par eau (différente de la M1919A4 à refroidissement par air) est produite pour la Pologne, la Roumanie et l’Espagne. Les armes saisies par les allemands ne semblent pas êtres sortis des stocks avant le conflit.

-L’Anschluss permit de faire main basse sur des mitrailleuses modèle 1930 et de vieilles mitrailleuses Schwarzlose modèle 1907 et ultérieurs. Si les premières furent utilisées, les secondes (saisies également en Tchécoslovaquie) ne furent pas utilisées en raison d’un calibre peu courant (8mm).

24-Armée de l’air (35)

O-Forces combattantes : l’infanterie de l’air les fusiliers de l’air et le génie de l’air

Préambule

Outre les avions, l’armée de l’air dispose de troupes combattant au sol dans des phases offensives et défensives.

Fantassins de l'air sur les Champs Elysées pour le défié du 14 juillet 1937

Fantassins de l’air sur les Champs Elysées pour le défié du 14 juillet 1937

Les deux Groupes d’Infanterie de l’Air sont les premiers parachutistes français et sont chargés de raids, de descentes comme on disait du temps de la marine à voile. Des plans sont dressés pour saisir des objectifs stratégiques en soutien des forces cuirassées et mécaniques.

Les fusiliers de l’air créé en mars 1944 sont intégrés aux groupes de chasse, de bombardement, de reconnaissance, d’observation et de transport à raison d’une section. Montés sur des véhicules légers tout-terrains, ils sont armés de fusils, de pistolets mitrailleurs, de fusils-mitrailleurs et de mortiers pour assurer la défense des terrains contre un raid ennemi mené aussi bien par des parachutistes que par des unités motorisées.

Quand au génie de l’air, une section est intégrée dans chaque groupe de chasse, de bombardement, de reconnaissance, d’observation et de transport pour assurer l’aménagement des terrains et surtout les réparations après un raid pour permettre à la plate-forme de redevenir opérationnelle le plus vite possible.

L’Infanterie de l’Air

Le 602ème GIA à Montelimar en 1939

Le 602ème GIA à Montelimar en 1939

En 1931, les soviétiques sont les pionniers de l’utilisation militaire des parachutistes et quatre ans plus tard, le 12 septembre 1935, la France créé le Centre d’Instruction Parachutiste implanté sur la base aérienne d’Avignon-Pujaut placé sous le commandement du capitaine Greille qui revenait d’un stage parachutiste et moniteur en URSS.

Il faut cependant attendre le 1er avril 1937 pour que soient créés officiellement les Troupes Aéroportées ou TAP et six mois plus tard, le 1er octobre 1937, deux groupes d’infanterie de l’air, le 601ème et le 602ème GIA, le premier étant stationné à Reims et le second à Baraki à 15km d’Alger.

Chaque G.I.A comprend un état-major, une escadrille de transport de troupes avec des avions destinés à la mise en oeuvre des fantassins de l’air et une compagnie d’infanterie de l’air (207 hommes) organisée en un groupe de commandement, une section d’engins (un groupe de mitrailleuses et un groupe de canons de 37mm) et trois sections de voltigeurs.

En février 1939, le 601ème GIA fait mouvement sur Baraki pour retrouver son homologue et former un Groupement d’Infanterie de l’Air, le CIP de Pujaut était dissous en mai 1939.

Quand la guerre de Pologne éclate, le GIA n°601 rallie Avignon-Pujaut et le GIA n°602 Montelimar et se tiennent prêt à sauter sur un objectif comme Walcheren aux Pays Bas dans le cadre de la manoeuvre Dyle-Breda mais cette manoeuvre n’ayant pas été exécuté, les fantassins de l’air sont restés l’arme au pied.

Suite à la démobilisation de l’été 1940, les deux Groupes d’Infanterie de l’Air retrouvent leurs bases d’origine et sont réorganisés au printemps 1942.

Tout en conservant leurs avions de transport, ils reçoivent une deuxième compagnie d’infanterie de l’air, les deux compagnies étant réorganisées avec un groupe de commandement, une section d’engins avec mitrailleuses et mortiers et trois sections de voltigeurs qui reçoivent des fusils antichars MAS modèle 1940AC (des Mauser T-Gewehr transformés) puis des Boys britanniques.

Mauser T-Gewehr ultérieurement remis en service sous le nom de MAS 1940AC (AntiChar)

Mauser T-Gewehr ultérieurement remis en service sous le nom de MAS 1940AC (AntiChar)

Jusqu’au déclenchement du second conflit mondial, les deux G.I.A participent à toutes les manoeuvres de l’armée pour peaufiner leur modus operandi tactique à savoir le parachutage non pas de tout le GIA sur un objectif mais de petits groupes de combat derrière les lignes ennemies pour mener des raids sur des objectifs stratégiques et mener des actions de sabotage.

A la mobilisation d’août 1948, le G.I.A n°601 rallie la base aéronavale de Calais-Marck soutenus par des Douglas Transporteur de la 1ère ETM pour un saut éventuel sur les bouches de l’Escaut ou l’embouchure du Rhin dans le cadre de la manoeuvre Dyle-Breda.

Quand au G.I.A n°602, il rallie la base aérienne de Tunis pour mener une opération aéroportée contre la Libye italienne à moins que l’île de Lampedusa puisse être l’occasion d’un raid de ce qu’on appelle par encore les commandos.

Contrairement à 1939, le Centre d’Instruction Parachutiste (C.I.P) d’Avignon-Pujaut reste ouvert pour former de nouveaux parachutistes, l’armée de l’air ayant obtenu de pouvoir former deux nouveaux G.I.A d’un nouveau type.

Le 603ème G.I.A dont la base définitive doit être Reims (pour pouvoir opérer en Rhénanie) est organisé en une section de commandement, une compagnie d’engins (section de mitrailleuses de 7.5mm, section de mortiers de 81mm et section antichar équipée de canons de 25mm) et deux compagnies de combat.

Le 604ème GIA dont la base définitive doit être Calvi en Corse pour pouvoir opérer contre des objectifs italiens est organisé comme le 603ème G.I.A.

Ces deux Groupes d’Infanterie de l’Air ne seront néanmoins pas opérationnels avant la fin de l’année 1948.

Les fusiliers de l’air

Pour assurer la protection terrestres des échelons roulants et plus généralement des aérodromes, décision est prise en juin 1944 de créer au nouveau du groupe, une section de protection de fusiliers de l’air (SPFA) simplifiée en section de fusiliers de l’air (SFA).

Cette section de 24 hommes transportée dans trois véhicules légers tout terrain Laffly disposent de fusils MAS 36, de pistolets mitrailleurs MAT-42, de deux fusils mitrailleurs MAC modèle 1924-29 ou SE MA 38 et de deux mortiers de 60mm.

Pistolet mitrailleur MAT 42

Pistolet mitrailleur MAT modèle 1942 dit MAT-42

Cette section assure la protection du périmètre ou des gardes fixes en liaison avec des unités de l’armée de terre et la gendarmerie.

Le génie de l’air

Pour faciliter les travaux d’infrastructure et réparer facilement et rapidement les dégâts des bombardements ennemis, chaque groupe de chasse, de bombardement et de reconnaissance dispose d’une section de génie de l’air d’une trentaine d’hommes équipés de véhicules légers et d’outils mécaniques pour remettre sommairement en état une piste et permettre aux opérations aériens de se poursuivre le plus normalement possible.