Le Conflit (48) Europe Occidentale (14)

Ligne Maginot

Secteur Fortifié des Flandres (SFF)

Unités

-221ème régiment de travailleurs à cinq compagnies de 200 hommes chargés de l’entretien et de la garde des ouvrages en attendant le déploiement des unités de campagne.

-10ème et 11ème batteries du 161ème Régiment d’Artillerie de Position. La 10ème batterie reste équipée de canons de 75mm modèle 1897 alors que la 11ème à reçu des canons de 75mm TAZ modèle 1939.

-174ème bataillon de sapeurs mineurs

Principaux ouvrages du secteur

Dans cette partie je présenter de manière sommaire les principaux ouvrages du secteur. Dans ce secteur, il n’y à pas d’ouvrages puissants, la frontière franco-belge ayant été exemptée d’ouvrages puisque de 1920 à 1936, Paris et Bruxelles sont alliés.

Ce sont donc des ouvrages de campagne qui annoncent la ligne CEZF et qui sont plus proches des ouvrages des lignes Chauvineau et Doumer.

-La position de résistance dispose de six organisations de type Fortification de Campagne Renforcée (FCR) ou blocs Billote , de huit organisations type STG (Service Technique du Génie) , d’un blockhaus type Da, de cinq abris de tir et vingt-neuf tourelles démontables (dix-sept armées d’une mitrailleuse de 7.5mm et douze armés d’un canon de 25mm).

-La Bretelle de Cassel est elle couverte par huit blockhaus STG.

Secteur Fortifié de Lille

Unités

-16ème régiment de travailleurs

-1st Infantry Division [UK] restée sur le sol français après la démobilisation et durant la période dite de la Pax Armada.

Principaux ouvrages du secteur

Le Secteur Fortifié de Lille dispose au total de soixante-cinq blockhaus, de vingt-trois abris de tir et de neuf tourelles démontables (quatre équipées de canons antichars de 25mm et cinq équipés de mitrailleuses de 7.5mm).

Secteur Fortifié de l’Escaut (SFE)

Unités

-54ème régiment d’infanterie de forteresse (trois bataillons de mitrailleurs et trois compagnies d’équipage d’ouvrage ou CEO)

-17ème régiment de travailleurs

-1er groupe du 161ème RAP équipé de 16 canons de 75mm modèle 1897 en deux batteries et une batterie équipée de huit canons de 105L modèle 1913S, ces canons disposant d’un train de roulement sur pneumatique pour permettre la traction automobile.

-1ère compagnie du 212ème bataillon de Sapeurs-Mineurs

Principaux ouvrages du secteur

-La position de résistance dispose de vingt organisations type FCR, seize ouvrage type STG et cinq ouvrages type 1ère Région Militaire. Le vieux fort de la Maulde s’intègre à cette position tout comme un ouvrage type CORF (Commission d’Organisation des Régions Fortifiées).

-On trouve également vingt constructions type 1ère RM, un abri de tir, un blockhaus type STG, deux blockhaus type FCR et huit observatoires.

-La ville de Valenciennes est protégée par une série de quatorze ouvrages, douze étant du type FCR (et deux du type STG.

-La Commission d’Etudes des Zones Fortifiées (CEZF) réalise des travaux complémentaires dans le SFE avec quarante casemates type STG.

-La position de la forêt de Raismes dispose de douze constructions type CORF.

Secteur Fortifié de Maubeuge

Unités

Le 12 septembre 1948 le Secteur Fortifié de Maubeuge devient la 101ème Division d’Infanterie de Forteresse (101ème DIF)

-84ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (84ème RIF) disposant de trois bataillons de mitrailleurs et deux compagnies d’équipage d’ouvrage.

-87ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (87ème RIF) réactivé le 1er septembre 1948 à partir du régiment précédent. Il dispose de deux bataillons de mitrailleurs et de trois compagnies d’équipage d’ouvrages.

-1er régiment de mitrailleurs

-18ème régiment de travailleurs

-2ème groupe du 161ème RAP équipé de 16 canons de 75mm modèle 1897 (deux batteries) et 8 canons de 105mm modèle 1913S en une batterie.

-226ème bataillon du génie de forteresse (1ère compagnie de sapeurs mineurs, 81ème et 82ème compagnies de transmission et le 21ème parc du génie).

Principaux ouvrages du secteur

Dans le Sous-secteur Hainaut, la position de résistance dispose de cinq ouvrages CORF alors que la ligne d’arrêt comprend trente-six ouvrages répartis en différents types : six ouvrages type FCR, vingt-huit ouvrages type 1ère RM et deux ouvrages type STG.

La bretelle de la forêt de Mormal est tenue par quatre casemates simples flanquant vers l’est, six casemates simples flanquant vers l’ouest, trois casemates doubles et neuf observatoires.

Dans le Sous-Secteur Thierarche on trouve deux blockhaus type STG, sept ouvrages type FCR, six ouvrages type CORF, quarante-neuf type 1ère RM, trente-trois tourelles démontables,

Secteur Fortifié des Ardennes

Unités

Après le début de la guerre le SFA devient la 102ème Division d’Infanterie de Forteresse (102ème DIF)

-482ème régiment de pionniers

-42ème demi-brigade de mitrailleurs coloniaux

-52ème demi-brigade de mitrailleurs coloniaux officiellement réactivée à la fin du mois d’août

-148ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (148ème RIF) disposant de trois bataillons de mitrailleurs et d’une compagnie cycliste

-160ème régiment d’artillerie de position : 2ème groupe avec les 4ème et 6ème batteries disposant de canons de 75mm modèle 1897 et 3ème groupe (7ème 8ème et 9ème batteries) équipées de canons de 155C Saint Chamond modèle 1915 et de canons de 155L modèle 1877.

-141ème bataillon de génie de forteresse avec une compagnie de sapeurs mineurs, les 81ème et 82ème compagnies de transmission et du 83ème détachement colombophile.

-227ème bataillon du génie de forteresse (1ère compagnie de sapeurs-mineurs, la 81ème compagnie de télégraphiste et la 82ème compagnie radio).

Principaux ouvrages du secteur

-Dans la Région Trélon-Rocroi on trouve quatre ouvrages type FCR et vingt-six ouvrages type 1ère RM mais aussi vingt tourelles démontables (huit à canon de 25mm et douze armées de mitrailleuses) et quatre observatoires.

-La partie nord de la Forêt de Saint-Michel est couverte par vingt-neuf casemates type simplifié sur deux lignes parallèles

-La Forêt de Saint Michel et l’avancée de Rocroi située à l’est de la position précédente comprend trente-six ouvrages (quinze FCR et vingt et un STG),quatre-vingt cinq abris de différents types et quatre postes d’observation.

-Le cours de la Meuse situé à l’est de la position que nous venons de décrire est protégé par soixante-cinq abris de tir Barbeyrac ou fortifications de campagne et un poste d’observation.

-Le Sous-secteur de Sécheval couvre la région comprise entre le sud de Revin et le nord de Nouzonville. Il dispose d’une ligne de maisons fortes à proximité de la frontière belge et d’une LPR (Ligne Principale de Résistance) composée de vingt-sept abris de tir de différents types.

-Le Sous-secteur d’Etion situé à l’est du précédent englobe les villes de Nouzonville à Charleville-Mézières comprend quatre maisons fortes sur la frontière belge, huit blockhaus type STG et un abri de tir type Barbeyrac pour défendre la tête de pont de Charleville-Mézières et une LPR composée d’un unique casemate d’artillerie, de deux postes d’observation et de quarante abris de tir.

-Le Sous-secteur de Bouzicourt ne dispose pas de maisons fortes mais la LPR est symbolisée par trois casemates type STG et quarante abris de tirs de type divers.

Comme on peut le voir ce dispositif est clairement le point faible de la Ligne Maginot et les conséquences auraient pu être terribles si l’ennemi avait eu l’idée ingénieuse d’y appliquer son Schwerpunkt.

La période de la Pax Armada est propice pour de sérieux travaux de renforcement menés par la CEZF qui va réaliser trois fronts successifs. Ces fronts vont être encore renforcés durant la période septembre 1948-mai 1949. Cela nous donne le schéma suivant :

-Le Front Nord dit «Est du Chesne» dispose d’Omont à Stonne de quinze kilomètres d’obstacles antichars (rails doublé d’un fossé) et de dix-sept casemates pour battre l’obstacle par les feux car un obstacle non défendu ne sert STRICTEMENT A RIEN !

-Le Front Centre dit «Dun-sur-Meuse» dispose de la forêt de Belval à Brandeville de seize kilomètres d’obstacles antichars et de dix-huit casemates.

-Le Front Est dit «Etain-Spincourt» qui s’étend de la côte de Romagne à celle de Boismont dispose de vingt kilomètres d’obstacles antichars battus par les feux de vingt-deux casemates.

Durant la période septembre 1948-mai 1949 les troupes présentes sur place vont aménager de nouveaux obstacles, certaines unités se révélant particulièrement imaginatives pour parsemer leur dispositif de pièges savants qui vont provoquer de lourdes pertes parmi les Landser.

Secteur Fortifié de Montmedy

Unités

Devient ultérieurement la 103ème Division d’Infanterie de Forteresse (103ème DIF)

-132ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (132ème RIF)

-136ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (136ème RIF)

-147ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (147ème RIF)

-155ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (155ème RIF)

-169ème Régiment d’Artillerie de Position (169ème RAP) disposant des moyens suivants :

-Un groupe avec une batterie de 155mm et deux batteries de 105mm

-Un deuxième groupe avec deux batteries d’ouvrages (une pour les forts de Verdun et un autre pour les casemates du secteur) et une batterie de 105mm.

-Une batterie antichar de douze canons de 47mm modèle 1937

-211ème bataillon de sapeurs mineurs avec la 81ème compagnie télégraphiste et la 82ème compagnie radio

Principaux ouvrages du secteur

-Le Sous-secteur de Sedan s’étend comme son nom l’indique de la ville de Sedan (plus précisément de la limite du SF des Ardennes) aux ouvrages de Paletto et du Grand-Pâquis, ce secteur ayant donc la Meuse comme colonne vertébrale.

Ce secteur dispose d’abord de huit maison-fortes qui doivent servir de sonnettes pour avertir la Ligne Principale de Résistance (LPR) qui s’étend de Grand-Condé à Longues-Orgières avec huit ouvrages type FCR et un ouvrage STG.

-Le Sous-secteur de Mouzion comprend une ligne de sept maisons fortes puis une LPR qui s’étend de Paletto à Fond-Dur avec huit blockhaus type FCR et douze blockhaus type STG. A cela s’ajoute 104 abris de tir, 4 postes d’observation et 3 postes de commandement.

Une Seconde ligne suit le cours de la Meuse avec quatorze abris de tir de type Barbeyrac. La ligne CEZF dans ce secteur est symbolisée par la présence de onze blockhaus type STG.

-Le Sous-secteur de la Tête de Pont de Montmedy comprend deux casernement de sûreté implantés à La Ferté et à Montmédy, treize abris de tir et un abri passif à Villy alors que la LPR comprend deux abris de tir type Barbeyrac, trois ouvrages type STG, un ouvrage type CFR et des ouvrages type CORF, les ouvrages qui symbolisent la «Muraille de France».

On trouve l’ouvrage de La Ferté (Petit Ouvrage à deux blocs), l’ouvrage du Le Chesnois (ouvrage d’artillerie à six blocs et entrée mixte) et l’ouvrage de la Thonnelle (ouvrage d’infanterie à quatre blocs) auxquels il faut ajouter trois ouvrages type CORF, trois ouvrages type STG et huit ouvrages type FCR.

-Le Sous-secteur de Marville comprend la Ligne de Défense de la Chiers (sept ouvrages type STG et quatre ouvrages type FCR), une LPR comprenant deux ouvrages type STG, un ouvrage type FCR et huit ouvrages type RFM (Region Fortifiée de Metz) et la bretelle Mangiennes-Pierrepont avec douze casemates type STG et un fossé antichar continu.

Secteur Fortifié de la Crusnes

Unités

-128ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (128ème RIF) réactivé dès le 21 août 1948

-139ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (139ème RIF) réactivé le 30 août 1948

-149ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (149ème RIF)

-46ème Régiment d’Artillerie Mobile de Forteresse (46ème RAMF) disposant de deux groupes de 75mm appuyant respectivement les 128ème et 139ème RIF et d’un groupe de 155C appuyant le 149ème RIF.

-152ème Régiment d’Artillerie de Position (152ème RAP) disposant de deux batteries de 155C et deux batteries de 155mm modèle 1877

-142ème bataillon du génie de forteresse (deux compagnies de génie, 81ème compagnie télégraphiste, 82ème compagnie radio et 83ème détachement colombophile)

Principaux ouvrages du secteur

-Le Sous-secteur d’Arrancy comprend pour commencer l’ouvrage de Ferme-Chappy (ouvrage d’infanterie à deux blocs) et l’ouvrage du Fermont (ouvrage d’artillerie à sept blocs et deux entrées).

Pour couvrir l’espace le séparant de l’ouvrage du Latiremont (un ouvrage d’artillerie à six blocs et deux entrées) on trouve trois casemates simples flanquant vers l’est, un observatoire et quatre casemates simples flanquants vers l’ouest.

-Le Sous-secteur de Morfontaine comprend entre Latiremont et Mauvais-Bois cinq casemates et un observatoire de type CORF.

L’ouvrage de Mauvais-Bois est lui un ouvrage d’infanterie à trois blocs et entre cet ouvrage et celui du Bois-du-Four on trouve quatre constructions type CORF (une casemate double, deux casemates simples flanquant vers l’est et une casemate simple flanquant vers l’ouest).

L’ouvrage du Bois-du-Four est un ouvrage d’infanterie monobloc qui à reçu ultérieurement une casemate d’artillerie pour canon de 75mm pour compenser le fait que cet ouvrage n’ait pas été achevé comme ouvrage d’artillerie.

-On trouve ensuite six ouvrages type CORF avec deux casemates simples flanquant vers l’ouest, une casemate simple flanquant vers l’est, une casemate cuirassée, une casemate double et un observatoire.

-Le Sous-secteur d’Aumetz comprend successivement d’ouest en est une casemate simple flanquant vers l’ouest, l’ouvrage du Brehain (un ouvrage d’artillerie à huit blocs et deux entrées), dix ouvrages type CORF (deux casemates simples flanquant vers l’ouest, quatre casemates flanquant vers l’est, trois casemates cuirassées et un observatoire), l’ouvrage d’Aumetz (un ouvrage d’infanterie à trois blocs), cinq casemates type CORF (une casemate simple flnaquant vers l’est, trois casemates simples flanquant vers l’ouest et un abri de surface) et des ouvrages de campagne à savoir sept cuves pour canons de 65mm, quarante-neufs tourelles démontables (dix-sept à canons de 25mm, trente-deux armées de mitrailleuses), neuf boucliers pour canons de 25mm, quinze PC, onze observatoires et deux casemates Pamart.

Secteur Fortifié de Thionville

Unités

-167ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (167ème RIF)

-168ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (168ème RIF)

-169ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (169ème RIF) mobilisé à partir du 168ème RIF comme en septembre 1939.

-151ème Régiment d’Artillerie de Position (151ème RAP) à cinq groupes répartis en deux groupes de 155L, un groupe disposant de deux pièces de 240, un groupe disposant de deux pièces de 220L, et un groupe regroupant les batteries d’ouvrages et l’artillerie d’anciens forts allemands.

-70ème Régiment d’Artillerie Mobile de Forteresse (70ème RAMF) avec deux groupes de 75mm (ayant appartenu de septembre 1940 à août 1948 au 151ème RAP) et un groupe de 155C

-203ème bataillon du génie de forteresse qui dispose de deux compagnies de génie (1ère et 2ème), la 81ème compagnie télégraphiste et la 82ème compagnie radio.


Principaux ouvrages du secteur

-Le Sous-secteur d’Angevillers comprend tout d’abord l’ouvrage de Rochonvilliers (ouvrage d’artillerie à neuf blocs et deux entrées), huit ouvrages couvrant l’espace compris entre l’ouvrage de Rochonvilliers et de Molvange (une casemate double, trois abri-cavernes, deux casemates simples flanquant vers l’ouest, une casemate simple flanquant vers l’est et une casemate cuirassée), l’ouvrage de Molvange (ouvrage d’artillerie à neuf blocs et deux entrées) et cinq ouvrages CORF (deux abris de surface, une casemate cuirassée, une casemate simple flanquant vers l’ouest et une casemate simple flanquant vers l’est).

-Le Sous-secteur d’Hettange-Grande comprend d’ouest en est un abri de surface, l’ouvrage de l’Immerhof (ouvrage à trois blocs et une entrée), trois abris de surface et deux observatoires, l’ouvrage de Soetrich (ouvrage d’artillerie à six blocs et deux entrées), un observatoire, une casemate simple flanquant vers l’est, un abri de surface, l’ouvrage du Bois-Karre (ouvrage d’infanterie monobloc), trois abris, une casemate simple flanquant vers l’ouest, une casemate simple flanquant vers l’est, l’ouvrage du Kobenbusch (ouvrage d’artillerie à sept blocs et deux entrées) et l’ouvrage d’Oberheide (ouvrage d’infanterie monobloc).

-Le Sous-secteur d’Elzange comprend d’ouest en est un observatoire, une casemate simple flanquant vers l’est, l’ouvrage du Galdenberg (ouvrage d’artillerie à six blocs et deux entrées), l’ouvrage du Sentzrich (ouvrage d’infanterie monobloc), un blockhaus équipé d’un créneau JM/AC-47, un abri caverne, deux casemates simples flanquant vers le nord et deux casemates simples flanquant vers le sud, l’ouvrage du Métrich (ouvrage d’artillerie à dix blocs et deux entrées), l’ouvrage de Billig (ouvrage d’artillerie à sept blocs et une entrée) et des constructions de campagne (dix petits blockhaus pour mitrailleuses ou canons antichars, quatre cuves pour canons de 65mm, quarante tourelles démontables douze à canons de 25mm et vingt-huit armées de mitrailleuses , trois boucliers de 25mm, quinze PC et six observatoires).

Secteur Fortifié du Boulay

Unités

-160ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (160ème RIF)

-161ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (161ème RIF)

-162ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (162ème RIF)

-164ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (164ème RIF)

-23ème Régiment d’Artillerie Mobile de Forteresse (23ème RAMF) disposant de deux groupes de 75mm d’un groupe de 155C et d’un groupe antichar équipé d’une batterie de 75mm et d’une batterie de 47mm

-153ème Régiment d’Artillerie de Position (153ème RAP) disposant de deux groupes de 75mm, deux groupes de 105mm et un groupe équipé de pièces lourdes en l’occurrence quatre canons de 240L et 4 canons de 155L.

-202ème bataillon du génie de forteresse qui prend sous son aile également une compagnie télégraphiste et une compagnie radio.

Principaux ouvrages du secteur

-Le Sous-secteur d’Hombourg-Dudange comprend d’ouest en est un abri-caverne, une casemate simple flanquant vers le nord, une casemate simple flanquant vers le sud, l’ouvrage du Hackenberg (dix-sept blocs mais les plans initiaux prévoyaient trente blocs !), deux casemates simples (l’un flanquant vers le nord et l’autre vers le sud), un abri-caverne, l’ouvrage du Coucou (ouvrage d’infanterie à deux blocs), deux abris de surface deux abris-cavernes et un observatoire, l’ouvrage du Mont-Des-Welches (ouvrage d’artillerie à cinq blocs et deux entrées), une casemate double type CORF, un blockhaus type STG simple flanquant à gauche, l’ouvrage du Michelsberg (ouvrage d’artillerie à cinq blocs et une entrée), un blockhaus simple flanquant à droite type STG un abri de surface une casemate simple flanquant vers le nord, un casemate simple flanquant vers le sud et un abri de surface, l’ouvrage du Hobling (ouvrage d’infanterie à cinq blocs) et enfin un abri à caverne.

-Le Sous-secteur de Burtoncourt comprend d’ouest en est une casemate simple flanquant vers le nord, une casemate simple flanquant vers le sud, un abri de surface, un observatoire, un abri-caverne, ‘louvrage de la Bousse (ouvrage d’infanterie à trois blocs et une entrée), l’ouvrage d’Anzeling (ouvrage d’artillerie à sept blocs et deux entrées), l’ouvrage de Berenbach (ouvrage d’infanterie à trois blocs), un abri de surface et un PC de bataillon, un abri de surface et un abri-casemate de surface.

-Le Sous-secteur de Tromborn comprend d’ouest en est une casemate simple flanquant vers le nord, l’ouvrage du Bovenberg (ouvrage d’infanterie à six blocs bien loin des dix-huit blocs intialement prévus, une casemate d’artillerie pour deux canons de 75mm de campagne compensant l’absence d’ouvrage d’artillerie), une casemate d’artillerie, une casemate simple flanquant vers le nord une casemate simple flanquant vers le sud, l’ouvrage du Denting (ouvrage d’infanterie à trois blocs), l’ouvrage de Village-de-Coume (ouvrage d’infanterie à trois blocs) et enfin l’ouvrage Annexe Nord de Coune (ouvrage d’infanterie monobloc)

-Le Sous-secteur de Narbéfontaine comprend successivement l’ouvrage de la Coume (ouvrage d’infanterie à deux blocs), l’ouvrage annexe sud de la Coune (ouvrage mixte à quatre blocs), une casemate cuirassée, une casemate flanquant vers le nord, deux casemates simples flanquant vers le sud, l’ouvrage du Mottenberg (ouvrage d’infanterie à trois blocs), une casemate double et des ouvrages de campagne (trente et un blockhaus pour mitrailleuse et canon antichar, quatre casemates type STG, une casemate type Pamart, quatre cuves pour canons de 65mm, quarante-deux tourelles démontables trente pour mitrailleuses et douze pour canons de 25mm , dix boucliers pour canons de 25mm, dix-sept PC et dix observatoires)

Secteur Fortifié de Faulquemont

Unités

-146ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (146ème RIF)

-156ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (156ème RIF) réactivé le 2 septembre 1948 avec un noyau fournit par le 146ème RIF.

-163ème Régiment d’Artillerie de Position (163ème RAP) disposant en septembre 1948 de deux groupes de 75mm, un groupe de 155C Saint Chamond et un groupe d’artillerie lourde équipé de canons de 155L.

-39ème Régiment d’Artillerie Mobile de Forteresse (39ème RAMF) disposant en septembre 1948 de deux groupes de 75mm et un groupe de 155C auquel s’ajoute rapidement un groupe antichar équipé de canons de 47mm.

-201ème bataillon de génie de forteresse qui prend sous son aile une compagnie télégraphiste et une compagnie radio.

Principaux ouvrages du secteur

-Le Sous-secteur de Steinbesch comprend successivement l’ouvrage du Kerfent (ouvrage d’infanterie à quatre blocs), deux casemates d’artillerie de campagne de 75mm (pour compenser le fait que l’ouvrage précédent n’avait pas été achevé comme ouvrage d’artillerie), l’ouvrage du Bambesch (ouvrage d’infanterie à trois blocs), une casemate d’artillerie pour deux canons de 75mm deux casemates cuirassées une casemate simple flanquant vers le nord, l’ouvrage d’Enseling (ouvrage d’infanterie monobloc), deux casemates cuirassées une casemate simple flanquant vers le sud et une casemate d’artillerie et l’ouvrage du Laudrefang (ouvrage mixte à quatre blocs)

-Le Sous-secteur du Bois-des-Chênes comprend successivement deux casemates cuirassées, l’ouvrage du Téting (ouvrage d’infanterie à trois blocs), un casemate d’artillerie pour deux canons de 75mm type RFM pour couvrir l’ouvrage précédent et différents ouvrages dit de campagne à savoir trente-trois blockhaus pour mitrailleuses et canons antichars (16 modèle 1935 et 17 modèle 1936), quatre casemates Pamart, sept cuves pour canons de 65mm, trente-quatre tourelles démontables (vingt-deux pour mitrailleuses et douze pour canons de 25mm), huit boucliers pour canon de 25mm, environ quarante PC et huit observatoires.

Secteur Fortifié de la Sarre

Unités

-133ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (133ème RIF)

-69ème Régiment de Mitrailleurs d’Infanterie de Forteresse (69ème RMIF)

-82ème Régiment de Mitrailleurs d’Infanterie de Forteresse (82ème RMIF)

-174ème Régiment de Mitrailleurs d’Infanterie de Forteresse (174ème RMIF)

-41ème Régiment de Mitrailleurs de l’Infanterie Coloniale (41ème RMIC)

-51ème Régiment de Mitrailleurs de l’Infanterie Coloniale (51ème RMIC)

-166ème Régiment d’Artillerie de Position (166ème RAP) qui dispose d’un groupe équipé de canons de 75mm et de canons de 155C Saint Chamond, d’un groupe équipé de canons de 75mm et de canons de 155L et un groupe équipé de canons de 120, de 220 et de 280mm.

-49ème Régiment d’Artillerie Mobile de Région Fortifiée (49ème RAMRF) créé à partir du précédent en août 1948 dispose de deux groupes de 75mm et d’un groupe de 155C.

-208ème bataillon du génie de forteresse

Principaux ouvrages du secteur

-Le Sous-secteur de Lixing dispose de dix blockhaus type STG (dix double et deux simples) et deux blockhaus MOM abritant chacun un canon de 75mm modèle 1897 flanquant vers l’ouest. On trouve également les PAF (Points d’Appui Fortifiés) d’Altviller et d’Holbach.

-Le Sous-secteur de Leyviller comprend deux ouvrages MOM pour un canon de 75mm modèle 1897 flanquant vers l’est, neuf ouvrages type STG (quatre simples et cinq doubles) et les PAF d’Henriville et de Marienthal.

-Le Sous-secteur de Saint-Jean-Les-Rohrbach comprend dix ouvrages type STG (sept doubles et trois simples), quatre blockhaus CORF pour déclencher les inondations défensives et les PAF de Louperhouse, Guebenhouse et Ernestviller.

-Les Sous-Secteur de Kappelkinger et de Sarraube ne disposent d’aucune formation type CORF ou STG mais uniquement des organisations de campagne assez légères. Ces deux sous-secteurs disposent aussi de PAF, le premier celui de Grundviller et de la côte 252, le second à Willerwald et de Kisswald.

-Le Sous-secteur de Kalhausen dispose lui d’ouvrages CORF avec d’ouest en est deux casemates simples flanquant vers l’est, l’ouvrage du Haut-Poirier (ouvrage d’infanterie à trois blocs et une entrée de type réduit), trois casemates doubles et vingt-deux casemates type CEZF (C1 à C22).

Secteur Fortifié de Rorbach

Unités

-37ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (37ème RIF)

-153ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (153ème RIF)

-7ème compagnie du 400ème régiment de pionniers

-59ème Régiment d’Artillerie Mobile de Forteresse (59ème RAMF) équipé de deux groupes de 75mm, un groupe de 155C et un groupe antichar équipé de canons de 75mm.

-150ème Régiment d’Artillerie de Position (150ème RAP) qui dispose d’un groupe armés de canons de 155L et de 145L et un groupe équipé de 155L, 155C et 105C en remplacement des 120L De Bange.

-207ème bataillon du génie de forteresse

Principaux ouvrages du secteur

-Le Sous-secteur de Bining comprend successivement une casemate double, deux casemates simples flanquant vers l’ouest, l’ouvrage du Welschof (PO à trois blocs), une casemate double, l’ouvrage du Rohrbach (petit ouvrage à trois blocs), deux blockhaus modèle 1936 type RFM pour canons de 75mm, une casemate double type 1934, un abri de surface et un PC de compagnie.

-Le Sous-secteur du Légeret comprend une casemate simple flanquant vers l’ouest, une casemate simple flanquant vers l’est, une casemate simple flanquant vers l’ouest, une casemate simple flanquant vers l’est, un abri-caverne pour compagnie à trois coffres, deux casemates simples flanquant vers l’ouest, une casemate double, un abri-caverne, une casemate simple flanquant vers l’est, l’ouvrage du Simserhof (ouvrage d’artillerie à huit blocs et deux entrées), une casemate simple flanquant vers l’est, un abri-caverne, un observatoire, un abri-caverne, une casemate simple flanquant vers l’ouest, un abri-caverne, quatre avant-postes et une maison forte.

-Le Sous-secteur de Bitche comprend successivement l’ouvrage du Schiesseck (ouvrage d’artillerie à huit blocs et deux entrées), une casemate simple flanquant vers l’ouest, une casemate simple flanquant vers l’est, un observatoire auxiliaire, l’ouvrage d’Otterbiel (ouvrage mixte à quatre blocs et une entrée), une casemate simple flanquant vers l’est, une casemate simple flanquant vers l’ouest, un abri-caverne + PC de Bataillon, une casemate simple flanquant vers l’ouest, deux casemates simples flanquant vers l’est, un casemate flanquant vers l’ouest, une casemate simple flanquant vers l’est et un abri de surface.

Secteur Fortifié des Vosges

Unités

Devient ultérieurement la 104ème Division d’Infanterie de Forteresse (104ème DIF)

-154ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (154ème RIF)

-165ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (165ème RIF)

-5ème compagnie du 400ème régiment de pionniers

-168ème Régiment d’Artillerie de Position (168ème RAP) avec un groupe à trois batteries équipées de canons de 75mm, un groupe à trois batteries équipées de canons de 155mm, un groupe antichar indépendant équipé de canons de 47mm.

-143ème bataillon du génie de forteresse (143ème BGF)

Principaux ouvrages du secteur

-Le Sous-secteur de Phillipsbourg comprend tout d’abord l’ouvrage du Grand-Hohékirkel un ouvrage d’artillerie à cinq blocs et deux entrées.

On trouve ensuite une série de petites positions de campagne : deux abris-cavernes à deux coffres, une casemate simple flanquant vers l’ouest, une casemate simple flanquant vers l’est, une casemate d’artillerie type RFL pour deux canons de 75mm modèle 1897, quatre blockhaus doubles, une casemate simple, deux blockhaus simples, un blockhaus double, une casemate simple flanquant vers l’est, quatre casemates doubles, une casemate simple flanquant vers l’ouest, une casemate simple flanquant vers l’est et trois casemates doubles.

-Le Sous-secteur de Langensoultzbach comprend une casemate simple flanquant vers l’est, une casemate double, une casemate cuirassée, une casemate d’artillerie type RFL pour deux canons de 75mm modèle 1897, un blockhaus double, un blockhaus simple flanquant vers l’est et un blockhaus simple flanquant vers l’ouest.

On trouve ensuite un blockhaus simple flanquant vers l’est, un blockhaus simple flanquant vers l’ouest, un blockhaus double, deux blockhaus simples flanquant vers l’ouest, un blockhaus double, deux blockhaus simple flanquant vers l’est, un blockhaus double, un blockhaus simple flanquant vers l’ouest, un blockhaus simple flanquant vers l’est, une casemate double, trois blockhaus doubles, une casemate simple flanquant vers l’ouest.

C’est ensuite l’ouvrage du Lembach (PO à trois blocs et une entrée type réduit) et l’ouvrage du Four-à-Chaux (ouvrage d’artillerie à six blocs et deux entrées).

Secteur Fortifié d’Haguenau

Unités

-22ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (22ème RIF)

-23ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (23ème RIF)

-68ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (68ème RIF)

-79ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (79ème RIF)

-6ème compagnie du 400ème régiment de pionniers

-156ème Régiment d’Artillerie de Position (156ème RAP) avec un groupe équipé de canons de 155mm, un groupe équipé de canons de 75mm et un groupe antichar équipé de canons de 47mm

-206ème bataillon du génie de forteresse

Principaux ouvrages du secteur

-Le Sous-secteur de Pechelbronn comprend d’ouest en est une casemate double, l’ouvrage du Hochwald (ouvrage d’artillerie à onze blocs, neuf casemates et trois entrées), ce monstre étant suivis par des ouvrages moins puissants que ce soit deux abris-cavernes pour deux sections, une casemate simple flanquant vers le nord, une casemate simple flanquant vers le sud ces deux derniers étant reliés par une galerie souterraine , une casemate double reliée à une casemate simple flanquant vers le sud par une galerie souterraine.

On trouve ensuite l’ouvrage du Schoenenbourg (ouvrage d’artillerie à six blocs et deux entrées), un abri-caverne, un abri de surface, une casemate simple flanquant vers l’est et une casemate simple flanquant vers l’ouest.

-Le Sous-secteur d’Hoffen comprend d’ouest en est une casemate double, un observatoire, deux casemates simples flanquant vers l’ouest, une casemate simple flanquant vers l’est, deux abris, une casemate simple flanquant vers l’ouest, deux casemates simples flanquant vers l’est, une casemate simple flanquant vers l’ouest, quatre casemates doubles et un observatoire.

-Le Sous-secteur de Soufflenheim comprend une casemate simple flanquant vers le nord, une casemate simple flanquant vers le sud, une casemate double, un abri de surface, une casemate simple flanquant vers le sud, une casemate simple flanquant vers le nord, une casemate simple flanquant vers le sud, une casemate simple flanquant vers le nord, une casemate simple flanquant vers le nord, une casemate simple flanquant vers le sud, une casemate simple flanquant vers le nord, une casemate simple flanquant vers le sud, trois abris, une casemate simple flanquant vers l’est, un abri de surface, une casemate double, une casemate simple flanquant vers le nord et un abri de surface.

-Le Sous-secteur de Sessenheim comprend successivement une casemate simple flanquant vers le sud relié par une galerie souterraine au casemate simple flanquant vers le nord cité dans la partie précédente, deux casemate simples flanquant vers le nord.

-La Ligne du Rhin est défendue du nord au sud par une casemate double type M2F, deux abris, trois casemates doubles type M2F, une casemate double, deux casemates doubles type M2F et un abri type A Cl.

-Une ligne d’avant-postes est réalisée de Climbach à Niederroeden

-Durant la guerre de Pologne est réalisée une deuxième position entre Losbann et Rittershoffen sous l’autorité de la CEZF avec un total de onze blockhaus type STG répartis entre cinq casemates flanquant à droite et six flanquant à gauche

-Sont également construites des maisons fortes au nombre de dix-sept.

-Ce dispositif sera encore étoffé mais à la marge durant la période séparant le début du second conflit mondial de l’offensive allemande du 10 mai 1949.

Secteur Fortifié du Bas-Rhin (SFBR)

Unités

Devient ultérieurement la 105ème Division d’Infanterie de Forteresse (105ème DIF)

-70ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (70ème RIF)

-172ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (172ème RIF)

-34ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (34ème RIF)

-226ème Régiment d’Infanterie de Secteur Fortifié défendant la place de Strasbourg.

-155ème Régiment d’Artillerie de Position (155ème RAP) disposant d’un groupe de 75mm, deux groupes équipés de canons de 75mm, de 155mm, de mortiers de tranchées de 150T, d’un groupe armant les forteresses ex-allemandes du secteur et un groupe antichar équipé de canons de 47mm.

-228ème bataillon du génie de forteresse

Principaux ouvrages du secteur

-Le Sous-secteur d’Herllisheim comprend une première ligne composée de casemates de berges avec successivement du nord au sud deux casemates simples, deux casemates doubles et deux casemates simples, une deuxième ligne dite ligne des abris (trois abris) et une troisième ligne dite ligne des villages composée de cinq casemates doubles type SFBR.

-Le Sous-secteur de Strasbourg comprend du nord au sud cinq casemates doubles, un blockhaus de défense des ponts type STG, deux autres casemates doubles type M2F, deux casemates doubles, une casemate simple, deux casemates doubles, deux casemates simples et deux casemates doubles.

-Le Sous-secteur d’Erstein comprend une première ligne composée de cinq casemates simples, une deuxième ligne avec deux abris et une troisième ligne composée de neuf casemates type CORF.

Secteur Fortifié de Colmar

Unités

Devient ultérieurement la 106ème Division d’Infanterie de Forteresse (106ème DIF)

-28ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (28ème RIF)

-42ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (42ème RIF)

-242ème Régiment d’Infanterie de Secteur Fortifié à deux bataillons

-1er groupe du 170ème Régiment d’Artillerie de Position (170ème RAP) disposant d’une batterie de 75mm et d’une batterie de 155mm

-229ème bataillon du génie de forteresse

Principaux ouvrages du secteur

-Le Sous-secteur d’Elsenheim comprend une première ligne avec du nord au sud trois abris, deux casemates simples, un abri, cinq casemates doubles, une deuxième ligne disposant de trois abris et une troisième ligne composée de quatre casemates CORF type SFBR, deux casemates CORF type SFBR Special et trois casemates type M2F

-Le Sous-secteur de Dessenheim comprend en première ligne deux casemates type M2F, un abri, une casemate type M1F, une casemate simple flanquant vers le sud et sept casemates type M2F, une deuxième ligne avec quatre abris et une troisième ligne composée de treize casemates type M2F et une casemate type spécial.

Secteur Fortifié de Mulhouse

Unités

Devient ultérieurement la 107ème Division d’Infanterie de Forteresse (107ème DIF)

-10ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (10ème RIF)

-2ème Groupe du 159ème Régiment d’Artillerie de Position (159ème RAP) avec un groupe disposant de canons de 75mm et de 155mm, une batterie de canons antichars de 47mm modèle 1937 et une batterie de mortiers de tranchée 150T remplacés avant mai 1949 par des mortiers de 120mm modèle 1942.

-230ème Bataillon de Génie de Forteresse (230ème BGF)

Principaux ouvrages du secteur

-La 1ère ligne ou ligne des berges est composée de deux casemates doubles type M2P et deux casemates doubles type M2F mais aussi de quatre abris

-La 2ème ligne ou ligne des abris comprend une casemate double et une casemate simple flanquant vers le sud.

-La 3ème ligne ou ligne des villages dispose de deux casemates doubles type CORF, de deux casemates doubles type CORF et de deux blockhaus doubles type STG.

-La Bretelle de Kembs disposent de quinze blockhaus STG

Secteur Fortifié d’Altkirch

Unités

-171ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (171ème RIF)

-173ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (173ème RIF)

-3ème et 4ème groupe du 159ème Régiment d’Artillerie de Position (159ème RAP) équipés de canons de 75mm et de 155mm plus un groupe antichar de 47mm modèle 1937.

-205ème Bataillon du Génie de Forteresse (205ème BGF)

Principaux ouvrages du secteur

-Le Sous-secteur de Franken comprend trente-deux blockhaus type STG avec successivement du nord au sud trois casemate d’artillerie pour deux matériels de 75mm 97/33 flanquant à droite, un blockhaus simple flanquant vers le nord, un blockhaus simple flanquant vers le sud, trois blockhaus doubles, un blockhaus simple flanquant vers le nord, huit blockhaus doubles, un blockhaus double allégé un blockhaus double, un blockhaus simple allégé flanquant vers le nord, deux blockhaus doubles allégés, un blockhaus double, une casemate d’artillerie pour deux matériels de 75mm 97/33 flanquant à gauche, un blockhaus double, quatre blockhaus doubles allégés, une casemate d’artillerie pour deux matériels de 75mm 97/33 flanquant à gauche et deux blockhaus doubles.

-Le Sous-secteur de l’Ill dispose de cinq casemates STG (une casemate d’artillerie pour deux matériels de 75mm 97/33 flanquant à gauche, un blockhaus double, une casemate d’artillerie pour deux matériels de 75mm 97/33 flanquant à gauche, un blockhaus double et un blockhaus double allégé), des barrages de route avec canons de 47mm sous blockhaus et mitrailleuses de 8mm sous coupoles mobiles ainsi que quatre positions d’artillerie : Huit emplacements pour canons de 155L modèle 1916 avec six abris, quatre emplacements pour canons de 240 Saint Chamond avec 4 abris.

-Le Glaserberg est défendue par une ligne fortifiée type MOM avec treize blockhaus, deux observatoires et quatorze abris.

Secteur Fortifié de Montbéliard

Unités

-12ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (12ème RIF)

-7ème groupe du 159ème Régiment d’Artillerie de Position (159ème RAP) disposant de canons de 75mm modèle 1897 et de 155mm type GPF.

-Différentes unités de soutien

Principaux ouvrages du secteur

-Pas d’ouvrages spécifiques, on s’est contenté de moderniser les vieux forts Serré de Rivière construits à la fin du 19ème siècle.

Région Fortifiée de Belfort

Unités

-371ème Régiment d’Infanterie

-5ème groupe du 159ème RAP équipés de canons de 75mm modèle 1897 et de 155mm GPF.

Principaux ouvrages du secteur

-Pas d’ouvrages spécifiques, on s’est contenté de moderniser les vieux forts Serré de Rivière construits à la fin du 19ème siècle.

Secteur Fortifié du Jura

Unités

Devient ultérieurement la 108ème Division d’Infanterie de Forteresse (108ème DIF)

-81ème Bataillon Alpin de Forteresse (81ème BAF)

-91ème Bataillon Alpin de Forteresse (91ème BAF)

-6ème groupe du 159ème Régiment d’Artillerie de Position (159ème RAP) avec des canons de 75mm modèle 1897 et de 155mm GPF.

Principaux ouvrages du secteur

On trouve trois forts type Seré de Rivière (Larmont, Joux et Saint-Antoine), quelques bloc et sept casemates type STG.

Secteur Défensif du Rhône

Unités

-230ème Demi-Brigade Alpine de Forteresse (230ème DBAF) avec les 179ème et 189ème BAF, le 199ème Bataillon de Chasseurs de Haute Montagne et la 2ème compagnie du 440ème régiment de pionniers pour des travaux de renforcement et d’entretien des ouvrages du secteur.

-1ère batterie du 164ème Régiment d’Artillerie de Position (164ème RAP) avec six canons de 105mm modèle 1913S et trois canons de 155mm GPF.

-Deux sections du génie

Principaux ouvrages du secteur

Le Sous-secteur Faucille-Fort l’Ecluse comprend le Fort-L’Ecluse (un fort inférieur reconstruit de 1816 à 1828 et un fort supérieur construit de 1834 à 1848), ce fort étant complété par des petits ouvrages de campagne disposant de mitrailleuses et de canons antichars.

-Le Sous-secteur du Chablais dispose deux emplacements pour arme antichar, dix blockhaus pour arme antichar, six blockhaus pour fusil-mitrailleur, six blockhaus modèle 1936, dix-huit Briançon armé d’un ou deux fusils mitrailleurs et deux abris sous roc.

-Le Sous-secteur de l’Arve est assurée par un blockhaus pour arme antichar, quatre blockhaus pour FM, un abri sous-rocher en attendant six blockhaus type STG.

Secteur Fortifié de Savoie

Unités

-16ème Demi-Brigade Alpine de Forteresse (16ème DBAF) regroupant les 101ème et 111ème BAF ainsi que le 6ème BCM.

-30ème Demi-Brigade Alpine de Forteresse (30ème DBAF) regroupant les 70ème et 71ème BAF ainsi que le 8ème BCM.

-2ème et 3ème compagnie du 440ème Régiment de Pionniers (440ème RP)

-Quatre groupes du 164ème RAP avec deux groupes de 75mm, un groupe de 155mm et un groupe antichar mixte (75mm et 47mm).

-214ème Bataillon de sapeurs mineurs

Principaux ouvrages du secteur

-Le Sous-secteur du Beaufortin comprend l’ouvrage des Séloges, un avant-poste à sept blocs actifs et une entrée.

-Le Sous-secteur de Tarentaise comprend un avant-poste et un barrage antichar, le Fort de la Redoute-Ruinée (construit entre 1891 et 1894 renforcé en 1932), un avant-poste disposant d’une casemate de mitrailleuse (plus une cloche GFM et un emplacement pour mortier de 60mm), deux abris d’avant-poste, un barrage de route, deux ouvrages d’infanterie, un ouvrage d’action frontale, des tourelles démontables et des emplacements pour troupes de campagne.

Le sous-secteur récupère et intègre les fortifications imaginées par Séré de Rivières avec le Fort de Vulmis (1890-91 modernisé en 1940), le Fort de Truc (1891-94 modernisé en 1940), le Blockhaus de La Platte (1892-1894) et la batterie d’artillerie du Courbaton.

-Le Sous-secteur du Palet-Vanoise comprend un avant-poste et une seconde ligne pour protéger la Vanoise. La Vallée de l’Arly est défendue par seize Briançon, un bloc pour canon antichar

La Vallée du Doron de Beaufort est défendue par quatre Briançon et un bloc pour canon antichar de 25mm.

-La Vallée de la Tarentaise (position de la Villette) comprend sept Briançon et un bloc antichar pour canon de 25mm.

-La Vallée du Doron de Bozel est défendu par un bloc pour deux mitrailleuses, un bloc pour FCM et un total de onze Briançon

-Le Sous-secteur de la Haute-Maurienne comprend plusieurs dispositifs avec dans le quartier du Mont-Cenis deux abris de section, deux blockhaus pour deux mitrailleuses associés à un abri, un blockhaus type A2, un blockhaus type A3 et un abri.

-On trouve ensuite au Revets un avant-poste à trois blocs et une entrée (pour interdire le col du Mont Cenis).

-Le Fort de la Turra est un fort construit entre 1897 et 1910 puis modernisé durant la Pax Armada.

-Dans le quartier du Val d’Ambin on trouve le Fort de Mont Froid qui dispose d’un blockhaus Est, d’un blockhaus Ouest, quatre abris et un barrage antichar.

-Le Sous-secteur de Moyenne-Maurienne est défendu par des ouvrages de campagne type CEZF construits entre 1942 et 1946.

-Dans le quartier d’Amodon on trouve deux abris de type alpin, un abri caverne, un observatoire et un bloc de combat mais aussi des tourelles démontables.

-Dans le quartier de l’Arc on trouve au Sapey un ouvrage d’artillerie à quatre blocs et une entrée, le Fort du Replaton (construit entre 1884 et 1892), l’ouvrage de Saint Gobain (ouvrage mixte à quatre blocs et une entrée), l’ouvrage Saint-Antoine (un ouvrage d’artillerie à deux blocs et une entrée + une casemate d’infanterie en guise de casemates annexe).

Le Tunnel de Modane est défendu par un blockhaus-magasin.

-Dans le Quartier des Cols Sud on trouve quatre observatoires de campagne, un central téléphonique et surtout l’ouvrage du Lavoir qui est un ouvrage d’artillerie à cinq blocs et deux entrées.

On trouve également l’ouvrage du Pas du Roc, un ouvrage d’artillerie à quatre blocs et une entrée mixte, un avant-poste sur Le Frejus (cinq blocs bétonnés pour interdire le col du même nom), un avant-poste destiné à interdire le col de la Roue (cinq blocs bétonnés), un avant-poste destiné à interdire le col de Vallée-Etroite et l’ouvrage d’Arrondaz (ouvrage d’infanterie).

-Le Sous-secteur de Basse-Maurienne comprend deux casemates légères pour fusils mitrailleurs dans le quartier de Valmeiner. Dans le quartier de Valloire, on trouve l’ouvrage des Rochilles un ouvrage d’infanterie à trois blocs et une entrée plus une deuxième position avec trois verrous au col de la Portée, au pas du Roc et au col des Trois Croix. Ces verrous disposeront de petits blocs armés de mitrailleuses et de canons antichars. Cette position bénéficie également de l’appui du vieux Fort du Télégraphe avec des canons de 95 et de 155mm.

Secteur Fortifié du Dauphiné

Unités

-75ème Demi-Brigade Alpine de Forteresse (75ème DBAF) avec les 72ème, 82ème et 92ème BAF

-157ème Demi-Brigade Alpine de Forteresse (157ème DBAF) avec les 73ème, 83ème et 102ème BAF

-4ème et 5ème compagnies du 440ème Régiment de Pionniers (440ème RP)

-154ème Régiment d’Artillerie de Position (154ème RAP) avec deux groupes de 75mm TAZ modèle 1939, un groupe de 105mm modèle 1913S et un groupe de 155mm modèle 1945S

-162ème Régiment d’Artillerie de Position (162ème RAP) disposant d’un groupe d’ouvrages et de deux groupes à trois batteries (une de 75mm modèle 1897, une de 105 modèle 1913S et une de 155mm GPF).

-216ème Bataillon de Génie de Forteresse (216ème BGF)

Principaux ouvrages du secteur

-Le Sous-secteur Haute Clarée-Guisane est divisé en plusieurs quartiers à savoir celui du Chardonnet (aucun ouvrage spécifique), celui de Bufere-Granon qui comprend plusieurs ouvrages comme l’ouvrage du Col-de-Buffere (ouvrage d’infanterie à trois blocs et une cheminée), un blockhaus d’avant 1914 renové et un avant-poste composé d’une galerie avec un créneau JM.

-Le Sous-secteur Haute Durance-Cerveyrette comprend au sein du quartier Vachette-Janus l’ouvrage de La Vachette (ouvrage d’infanterie à deux blocs), un barrage antichar léger défendu par un ouvrage CORF, un observatoire de campagne, un emplacement pour canons de 75mm modèle 1897 pour couvrir Montgenèvre, l’ouvrage CORF du Janus implanté dans le fort du même nom composé de sept blocs, une entrée et deux cheminées et enfin l’ouvrage MOM du Chenaillet (deux galeries disposant de deux casemates de mitrailleuses).

Au sein du quartier Gondran-Aittes on trouve l’ouvrage de Gondran (ouvrage d’infanterie à cinq blocs), l’ouvrage des Aittes (ouvrage d’infanterie à trois blocs et une entrée) mais aussi pas moins de 149 emplacements pour armes automatiques.

-Le Sous-secteur du Guil comprend au sein des quartiers du Péas, du Queyras, du Sommet-Bucher et du Ceillac des ouvrages MOM (blocs pour mitrailleuses, fusil-mitrailleur et des tourelles démontables). Un point fort est réalisé à Abriès avec six pilules armés chacune d’une fusil-mitrailleur.

-Le Sous-secteur Ubaye-Ubayette comprend au sein du quartier Saint Paul l’ouvrage de Plate-Lombarde, un ouvrage d’infanterie à quatre blocs, une entrée et une sortie de secours.

Au sein du quartier Meyronnes on trouve un barrage antichar léger défendu par un blockhaus, l’ouvrage de Larche (avant-poste à quatre blocs, une cheminée et une entrée), l’ouvrage de Saint Ours-Haut (ouvrage mixte à quatre blocs et une entrée), deux abris passifs, l’ouvrage de Saint Ours-Bas (ouvrage d’infanterie monobloc), un observatoire, l’ouvrage de la Roche-la-Croix (ouvrage mixte à cinq blocs et une entrée), un abri passif, une batterie du 19ème siècle reconstruite, des observatoires à la Duyère et aux Challanches (observatoires construits avant 1914 mais reconstruits), le Fort de Tournoux (un fort du 19ème siècle largement modernisé) et le batterie du Vallon Claous (une position du 19ème siècle largement modernisée).

-Le Sous-secteur Jausiers comprend au sein du quartier des Sagnes une série d’ouvrages MOM (six blocs, une entrée et une casemate active) alors qu’au sein du quartier de Restefond on trouve l’ouvrage Col-de-Restefond (abri actif à deux entrée), l’ouvrage du Restefond (ouvrage mixte à cinq blocs et une entrée), l’ouvrage de Granges-Communes (ouvrage d’infanterie à deux blocs) et l’ouvrage des Fourches (avant-poste à cinq blocs)

Au sein du quartier Rougna on trouve l’ouvrage de la Moutère (ouvrage d’infanterie à deux blocs), un abri alpin à quatre entrées, l’ouvrage du Le Pra (avant-poste à quatre blocs et une entrée), le tout associé à des ouvrages de campagne à savoir trente-six blocs et dix-sept abris sans compter des tourelles démontables.

Secteur Fortifé des Alpes Maritimes (SFAM)

Unités

-40ème Demi-Brigade Alpine de Forteresse (40ème DBAF) avec les 74ème, 75ème et 84ème BAF

-58ème Demi-Brigade Alpine de Forteresse (58ème DBAF) avec les 76ème, 86ème et 96ème BAF

-61ème Demi-Brigade Alpine de Forteresse (61ème DBAF) avec les 94ème, 95ème et 97ème BAF

-450ème Régiment de Pionniers (450ème RP)

-157ème Régiment d’Artillerie de Position (157ème RAP) avec un groupe équipé de canons de 105L modèle 1913S et de 155mm GPF, un groupe de 75mm modèle 1897, un groupe antichar équipé de canons de 47mm modèle 1937 et deux groupes armant les forts.

-158ème Régiment d’Artillerie de Position (158ème RAP) avec un groupe lourd (canons de 220L modèle 1917), un groupe de 155mm disposant de canons de 155mm GPF-T, deux groupes de 75mm modèle 1897 et un groupe antichar de 47mm disposant de canons de 47mm modèle 1937.

-Le 167ème Régiment d’Artillerie de Position (167ème RAP) disposant d’un groupe de 155mm GPF et deux groupes de 75mm modèle 1897.

-251ème Bataillon du Génie de Forteresse (251ème BGF)

Principaux ouvrages du secteur

-Le Sous-secteur Mounier est subdivisé en plusieurs quartiers comme le Quartier du Haut-Var qui comprend un avant-poste sis à Saint-Dalmas-Selvage (cinq blocs) et si les ouvrages du Col-de-Jallorgues et du Col-de-Pal ne sont pas construits en revanche l’ouvrage du Col-de-Crous voit le jour sous la forme d’un ouvrage d’infanterie à quatre blocs accompagné à proximité par deux abris alpins.

Au sein du quartier Beuil on trouve l’avant-poste d’Isola, un AP à quatre blocs avec une entrée, l’ouvrage du Col-de-la-Valette (ouvrage d’infanterie à quatre blocs) associé à un abri alpin pour une section.

-Le Sous-secteur Tinée-Vesubie est subdivisé en deux quartiers avec d’abord le Quartier Gaudissart qui comprend l’avant-poste de Valabres Nord à trois blocs, l’avant-poste de Valabres Sud monobloc, l’ouvrage de Fressinea (ouvrage d’infanterie à trois blocs), l’ouvrage du Rimplas (ouvrage mixte à cinq blocs et une entrée) et l’ouvrage de Valdeblore (ouvrage d’infanterie à trois blocs).

Le quartier Tournairet-Vesubie comprend l’ouvrage de la Séréna, un ouvrage d’infanterie à trois blocs, deux casemates type STG, l’ouvrage du Care-Gros (ouvrage d’infanterie à quatre blocs), l’ouvrage de Conchetas (avant-poste à sept blocs), une casemate type STG allégé, l’ouvrage du Col-Du-Fort (ouvrage d’infanterie à quatre blocs), l’avant-poste de Castel-Vieil (cinq blocs), une casemate type STG, l’ouvrage du Gordolon (ouvrage mixte à deux blocs et une entrée), l’ouvrage bas de Gordolon (deux petits blocs à créneau JM), une casemate type 1bis, l’avant-poste du Planet (six blocs), l’ouvrage de Flaut (ouvrage mixte à quatre blocs et une entrée).

A cela s’ajoute des ouvrages dit de campagne pour compléter le dispositif à savoir deux casemates type STG allégé et quatre ouvrages supplémentaires durant la Pax Armada.

-Le Sous-secteur d’Authion est divisé en deux quartiers, le quartier Forca et le quartier de Cabanes-Vieilles.

Le premier comprend l’avant-poste du Col-de-Raus (cinq blocs), l’ouvrage CORF de Baisse-de-Saint-Veran (ouvrage d’infanterie à trois blocs), le blockhaus de Pointe-des-Trois-Communes (ouvrage de 1900 réarmé et modernisé en 1941), un blockhaus mixte et les vieux forts de La Lorca et de Mille-Fourches sommairement modernisés.

Au sein du second on trouve l’ouvrage de Plan-Caval (ouvrage mixte à cinq blocs et une entrée), l’ouvrage de la Béole (ouvrage d’infanterie à trois blocs), un abri actif à trois blocs installé à La Déa, un autre abri actif à trois blocs est installé au Col-D’Agnon, le tout associé à des casemates d’intervalles.

-Le Sous-secteur de Sospel comprend trois quartiers avec tout d’abord le quartier Brouis qui comprend un avant-poste installé à la Croix de Cougoule (avant-poste à quatre blocs), l’ouvrage du Col de Brouis (ouvrage d’infanterie à trois blocs) et l’ouvrage du Monte Grosso (ouvrage mixte à sept blocs).

Le quartier Braus comprend d’abord une casemate STG allégé sur le Vallon de Nieva, une casemate armée d’une mitrailleuse et de deux fusil-mitrailleur, l’ouvrrage de l’Agaisen (ouvrage mixte à quatre blocs), un abri actif à trois blocs installé au Champ-de-Tir-de-l’Agaisen, un abri actif à trois blocs installé à La Tourraque, deux casemates barrant le lit de la Beverra, une casemate armée de deux FM pour barrer la trouée de Sospel, un avant-poste à cinq blocs installé à Caste-Ruines, deux casemates armés d’une mitrailleuse et de deux FM, l’ouvrage de Saint-Roch (ouvrage mixte à trois blocs).

On trouve également une casemate à Campaost (une mitrailleuse et deux FM), le Fort Suchet (1883-1886) modernisé et intégré à la Ligne Maginot en remplacement d’un ouvrage prévu à La Lavigna.

Le quartier Saint Jean ne possède pas d’organisations bétonnées.

-Le Sous-secteur des Corniches comprend lui trois quartiers. Le premier est le quartier du Castillon qui comprend cinq casemates MOM, l’avant-poste de Baisse-de-Scuvion (avant-poste à trois blocs), l’avant-poste de Pierre-Pointue (avant-poste à cinq blocs), l’ouvrage du Castillon (ouvrage mixte à quatre blocs et une entrée), un observatoire installé à Pic-de-Garuche et un ouvrage de campagne installé à la côte 902.

Le quartier Sainte-Agnès comprend un abri actif à trois blocs installé au Col-des-Blanquettes, un avant-poste à trois blocs installé à La Péna, un avant-poste à cinq blocs installé à La Colletta, deux casemates type T1, l’ouvrage de Saint-Agnès (ouvrage mixte à cinq blocs), un point d’appui installé au Castellar (six abris bétonnés), deux casemates type T1 installé au Gorbio.

L’Ouvrage du Col de Garde est un ouvrage d’infanterie à quatre blocs suivit au Vallon de Gorbio par une casemate STG alors que l’ouvrage du Mont Agel est un ouvrage d’artillerie à quatre blocs et trois entrées.

Le quartier Menton comprend l’avant-poste du Collet-du-Pilon (cinq blocs), l’observatoire du Mont-Gros-de-Ropuebrune complète l’observatoire du Mont-Agel. L’ouvrage de Roquebrune est un ouvrage mixte à trois blocs et une entrée, un abri actif, un abri passif, l’ouvrage du Cap-Martin (ouvrage mixte à trois blocs), un barrage de route installé à Pont-Saint-Louis couvert par un bloc actif.

-La LPR est renforcée en 1939-40 par la MOM qui construit un certain nombre de casemates de campagne.

-Le SFAM à également réalisé une deuxième position de résistance à base de casemates type STG (Service Technique du Génie) armés d’une ou deux mitrailleuses et d’un canon de 25mm voir d’une simple mitrailleuse. Quelques vieux forts et chiuses anciennes furent intégrées au dispositif.

Corse

Unités

Secteur Nord

-373ème Régiment d’Infanterie Alpine (373ème RIA) à sept bataillons (unité également appelée 373ème DBIA)

-3ème régiment de mitrailleurs

-Equipages d’ouvrages

Secteur Sud

-173ème Régiment d’Infanterie Alpine (173ème RIA) qui devient à la mobilisation la 173ème DBIA avec pas moins de ssix bataillons, le trois bataillons du temps de paix se dédoublant.

-Equipages d’ouvrages

-5ème régiment de mitrailleurs

-92ème Régiment d’Artillerie de Montagne : deux groupes de 75mm (1er à Bastia 2ème à Bonifaccio), deux groupes de 155mm courts (3ème à Ajaccio et 4ème à Porto-Vecchio).

-363ème Régiment d’Artillerie Lourde Portée (363ème RALP) avec deux groupes de 155mm longs équipés de canons de 155mm GPF-T, ce régiment basé à Ajaccio servant de régiment de réserve.

-30ème Bataillon de Chars de Combat (30ème BCC) équipés de quarante-cinq Renault R-40. Ce bataillon est stationné à Bastia.

-Groupement Motorisé de Corse (GMC) : unité équivalente aux GRDI avec douze chars légers Hotchkiss H-39 et huit automitrailleuses de découverte Panhard AMD-178 à canon de 25mm. Il est stationné à Ajaccio.

On trouve également des unités de génie et des transmissions, de l’intendance et du service de santé ainsi qu’un Régiment de Pionniers de Corse chargé de travaux d’aménagement et de fortifications.

Suite au déclenchement du second conflit mondial, la défense de la Corse en première ligne face à l’Italie est nettement renforcée avec l’envoi de la 3ème Division Marocaine, de la 27ème Demi-Brigade de Chasseurs Alpins et de la 4ème DIT, une DLI de recrutement tchécoslovaque.

Principaux ouvrages du secteur

-Pour la défense des plages, on trouve un point fortifié autour de Porto-Vecchio avec deux casemates d’artillerie (L’Aréna et Saint Cyprien) dont les feux se recoupent pour défendre la rade et deux casemates d’infanterie pour défendre les plages, l’un étant implanté à Georges-Ville et l’autre à Ziglione.

-Une casemate d’infanterie isolée interdisant la baie de Santa-Giulia

-Un point fortifié interdisant le Golfe de Santa-Manza avec une casemate d’artillerie à Santa-Manza appuyant les casemates de Rondinara, Capo Bianco Nord et Capo Bianco Sud

-Un point fortifié défendant la plage de Ventilegne et la route Sartène-Bonifacio avec une casemate d’infanterie à Ventilegne et un autre à Catarello.

-Pour la défense du front de terre de Bonifacio est organisé un barrage de route entre Porto-Vecchio et Bonifaccio, barrage s’appuyant sur les fortifications de Ventilègne et de Santa-Manza ainsi que sur deux casemates d’infanterie (Spinella est et ouest)

-Pour la défense de Pertusato, on trouve un point fortifié sur le plateau du même nom avec deux casemates d’infanterie (Pertusato I et V), cinq abris (Pertusato II III IV VI et VII) et deux batteries côtières disposant de quatre canons de 138mm modèle 1893 et six canons de 164mm, l’ensemble ayant été construit en 1928.

-Durant la guerre de Pologne et jusqu’à la démobilisation de l’été/automne 1940, sont construits d’autres ouvrages pour compléter le dispositif de défense de la Corse.

Le nord de l’île jusque là négligé voit la construction de deux casemates doubles sur les plages de Saint Florent et de l’Arinella près de Bastia plus deux petits blockhaus.

La plateau de Corbo au sud est également mis en état de défense. C’est ainsi qu’entre les casemates de Spinella et de Catarello, trente-cinq créneaux pour arme automatique et quinze abris enterrés sont réalisés, le tout étant baptisé «Ligne Mollard» du nom du commandant supérieur de la défense de l’île.
La construction de la base aérienne de Solenzara sur la plaine orientale entraine également la construction par la CEZF d’ouvrages destinés à protéger ce véritable porte-avions pointé directement sur l’Italie.

L’entrée terrestre de la base est protégée par deux casemates type STG avec deux créneaux, un créneau équipé d’un jumelage de mitrailleuses de 7.5mm et un créneau combinant un canon antichar de 47mm et une mitrailleuse de 7.5mm.

La défense depuis la plage est assurée par six petits casemates armés d’un jumelage de mitrailleuses de 7.5mm.

Le Conflit (47) Europe Occidentale (13)

Réserve Générale

Dans cette partie je vais parler des régiments d’artillerie et des unités du génie qui ne sont pas affectés à des corps d’armée mais à la disposition du général Ganelon, chef d’état-major de l’armée de terre et vu par certains comme une simple «créature» du général Villeneuve.

Ces régiments forment donc une «réserve de feu» destinée soit à renforcer les unités d’artillerie de corps d’armée (Artillerie Lourde de Corps d’Armée ALCA) ou de former le poing d’une offensive majeure contre l’Allemagne ou l’Italie (voir scénario catastrophe l’Espagne).

Après la mobilisation, la Réserve Générale comprend les régiments suivants :

-364ème Régiment d’Artillerie Lourde Coloniale (364ème RALC) disposant de deux groupes de canons de 105L modèle 1936S et deux groupes de canons de 155mm GPF-T.

-17ème Régiment Léger d’Artillerie (17ème RLA) : trois groupes de trois batteries de quatre canons de 75mm TAZ modèle 1939

-34ème Régiment Léger d’Artillerie (34ème RLA) : trois groupes de trois batteries de quatre canons de 75mm TAZ modèle 1939

-43ème Régiment Léger d’Artillerie (43ème RLA) : trois groupes de trois batteries de quatre canons de 75mm TAZ modèle 1939

-184ème régiment d’artillerie lourde tractée : il dispose de trois groupes de deux batteries de 194GPF montés sur affût chenillé Rimailho.

-185ème régiment d’artillerie lourde tractée : quatre groupes de canons de 155 GPF/GPF-T

-188ème régiment d’artillerie lourde tractée : quatre groupes de canons de 155 GPF.

-190ème Régiment d’Artillerie Lourde Tractée : quatre groupes de 220C modèle 1916

-191ème Régiment d’Artillerie Lourde Tractée : quatre groupes de 220C modèle 16

-Le 192ème Régiment d’Artillerie Lourde Tractée : quatre groupes de 220C modèle 1916

-Le 194ème Régiment d’Artillerie Lourde Tractée : quatre groupes de 220C modèle 1916

-Le 195ème Régiment d’Artillerie Lourde Tractée : quatre groupes de 220C modèle 1916

-196ème Régiment d’Artillerie Lourde Tractée : quatre groupes de 220C modèle 1916

-Le 197ème Régiment d’Artillerie Lourde Tractée : quatre groupes de 220C modèle 1916

-Le 171ème Régiment d’Artillerie Lourde à Grande Puissance : deux groupes équipés de mortiers de 280mm Schneider TR.

-Le 172ème Régiment d’Artillerie Lourde à Grande Puissance : deux groupes équipés de mortiers de 280mm Schneider TR.

-Le 173ème Régiment d’Artillerie Lourde à Grande Puissance : trois groupes à deux batteries de quatre canons de 220L modèle 1917

-Le 174ème Régiment d’Artillerie Lourde à Grande Puissance : trois groupes à deux batteries de quatre canons de 220L modèle 1917

-351ème Régiment d’Artillerie Lourde Portée (351ème RALP) :trois groupes équipés de canons de 105L modèle 1936S

-355ème Régiment d’Artillerie Lourde Portée (355ème RALP) : trois groupes de trois batteries de quatre canons de 105L modèle 1941T

-356ème Régiment d’Artillerie Lourde Portée (356ème RALP) : deux groupes de canons de 105L modèle 1941T et un groupe de 155 Grande Puissance Filloux-Touzard

-357ème Régiment d’Artillerie Lourde Portée (357ème RALP) : trois groupes de canons de 105L modèle 1941T

-364ème Régiment d’Artillerie Lourde Portée (364ème RALP) : trois groupes de canons de 155 Grande Puissance Filloux-Touzard.

-370ème Régiment d’Artillerie Lourde sur Voie Ferrée (370ème RAVLF) : entretien et aménagement des voies nécessaires.

-371ème Régiment d’Artillerie Lourde sur Voie Ferrée (371ème RALVF : 1er groupe avec huit obusiers de 400mm modèle 1915 en deux batteries de quatre pièces, 2ème groupe disposant de huit canons de 340mm modèle 1912 en deux batteries de quatre pièces et un 3ème groupe avec huit canons de 320mm répartis en deux batteries de quatre pièces.

-372ème Régiment d’Artillerie Lourde sur Voie Ferrée (372ème RALVF) : 1er groupe équipé de huit obusiers de 400mm modèle 1915 répartis en deux batteries, 2ème groupe équipé de sept canons de 340mm modèle 1912 répartis en deux batteries de deux pièces et une batterie de trois pièces, 3ème groupe avec huit canons de 320mm répartis en deux batteries de quatre pièces.

-373ème Régiment d’Artillerie Lourde sur Voie Ferrée (373ème RALVF) : deux groupes de trois batteries de deux canons de 240mm modèle 1944

-374ème Régiment d’Artillerie Lourde sur Voie Ferrée (374ème RALVF) : deux groupes de trois batteries de deux canons de 240mm modèle 1944

-401ème Régiment Autonome Antichar (401ème RAAC) : trois groupes à quatre batteries (deux de 47mm et deux de 75mm)

-402ème Régiment Autonome Antichar (402ème RAAC) : trois groupes à quatre batteries (deux de 47mm et deux de 75mm)

-403ème Régiment Autonome Antichar (403ème RAAC) : trois groupes à quatre batteries (deux de 47mm et deux de 75mm)

-404ème Régiment Autonome Antichar (404ème RAAC) : trois groupes à quatre batteries (deux de 47mm et deux de 75mm)

-405ème Régiment Autonome Antichar (405ème RAAC) : trois groupes à quatre batteries (deux de 47mm et deux de 75mm)

-406ème Régiment Autonome Antichar (406ème RAAC) : trois groupes à quatre batteries (deux de 47mm et deux de 75mm)

*
**

La Réserve Générale comprend également huit bataillons de chars de combat équipés de B-1ter, ultime évolution de la famille B-1.

Ces bataillons ont été créé pour offrir au commandant en chef de l’armée de terre, une réserve de puissance utilisable selon sa seule volonté pour par exemple soutenir une division d’infanterie en phase défensive, renforcer une DLM ou obtenir la percée tant recherchée durant le premier conflit mondial.

Le 70ème BCC est créé en juin 1941, le 71ème BCC en septembre 1941, le 72ème BCC en janvier 1942, le 73ème BCC en avril 1942, le 74ème BCC en juillet 1942, le 75ème BCC en octobre 1942, le 76ème BCC en janvier 1943 et le 77ème BCC en juin 1943.

Ces bataillons vont chacun disposer de 34 B1ter, répartis selon le même modèle que les BCC équipés de chars lourds. On arrive un total de 272 chars en ligne auxquels s’ajoutent 136 chars de réserve dont certains seront ultérieurement détourellés pour remplacer des B1bis utilisés sans tourelle pour le dépannage.

Les huit bataillons de quartier général étaient encore équipés de B1ter en septembre 1948 bien que leur rééquipement en ARL-44 avait été sérieusement envisagé puis repoussé ultérieurement jusqu’à ce que la guerre paralyse provisoirement tout rééquipement majeur sauf après engagement au combat.

*
**

La Réserve Générale comprend également des unités du génie, des unités qui complètent les unités endivisionnées :

-La Brigade des chemins de fer de Versailles dispose du 5ème régiment de sapeurs de chemin de fer de Versailles et le 15ème régiment de sapeurs de chemin de fer de Toul.

-La Brigade des télégraphistes de Paris dispose du 8ème régiment de sapeurs-télégraphistes à Versailles, le 18ème à Nancy, le 28ème à Montpellier et le 38ème à Montargis.

On trouve également sept régiments de réserve générale, des régiments de sapeurs-mineurs, le 1er stationné à Strasbourg, le 2ème à Metz, le 3ème à Arras, le 4ème à Grenoble, le 6ème à Angers, le 7ème à Avignon et le 10ème à Besançon.

En ce qui concerne les unités de soutien outre les unités endivisionnées on trouve dans chaque région militaire (au nombre de 17) un groupement de transport du train pouvant en quatre ou cinq rotations transporter une DI à l’aide camions routiers et de camions tout-chemin. Ces groupements qui portent le numéro de leur région militaire se dédoublent à la mobilisation, les nouveaux groupes créés portant le numéro de leur corps d’origine augmenté de cent.

Cela nous donne la situation suivante :

-La 1ère région militaire correspond à la Province d’Ile de France (Paris) et met sur pied les 1er et 101ème groupements de transport du train

-La 2ème région militaire correspond à la Province de Flandre-Picardie (Lille) et met sur pied les 2ème et 102ème groupements de transport du train

-La 3ème région militaire correspond à la Province de Normandie (Rouen) et met sur pied les 3ème et 103ème groupements de transport du train

-La 4ème région militaire correspond à la Province de Bretagne (Nantes) et met sur pied les 4ème et 104ème groupements de transport du train

-La 5ème région militaire correspond à la Province du Poitou (Poitiers) et met sur pied les 5ème et 105ème groupements de transport du train

-La 6ème région militaire correspond à la Province d’Aquitaine (Bordeaux) et met sur pied les 6ème et 106ème groupements de transport du train

-La 7ème région militaire correspond à la Province d’Occitanie (Toulouse) et met sur pied les 7ème et 107ème groupements de transport du train

-La 8ème région militaire correspond à la Province du Languedoc (Montpelier) et met sur pied les 8ème et 108ème groupements de transport du train

-La 9ème région militaire correspond à la Province de Provence (Marseille) et met sur pied les 9ème et 109ème groupements de transport du train

-La 10ème région militaire correspond à la Province Alpine (Grenoble) et met sur pied les 10ème et 110ème groupements de transport du train

-La 11ème région militaire correspond à la Province du Val de Rhône (Lyon) et met sur pied les 11ème et 111ème groupements de transport du train

-La 12ème région militaire correspond à la Province de Bourgogne (Dijon) et met sur pied les 12ème et 112ème groupements de transport du train

-La 13ème région militaire correspond à la Province d’Auvergne (Clermont-Ferrand) et met sur pied les 13ème et 113ème groupements de transport du train

-La 14ème région militaire correspond à la Province du Val de Loire (Tours) et met sur pied les 14ème et 114ème groupements de transport du train

-La 15ème région militaire correspond à la Province de Champagne (Chalons en Champagne) et met sur pied les 15ème et 115ème groupements de transport du train

-La 16ème région militaire correspond à la Province d’Alsace (Strasbourg) et met sur pied les 16ème et 116ème groupements de transport du train

-La 17ème région militaire correspond à la Province de Lorraine (Metz) et met sur pied les 17ème et 117ème groupements de transport du train

Le Conflit (44) Europe Occidentale (10)

Groupe d’Armées n°3

5ème Armée (Armée des Alpes)

-Quatre régiments de pionniers : 405ème, 415ème, 425ème et 435ème régiments de pionniers.

-Groupement de Bataillons de Chars de Combat 505 (GBCC-505) : Ce groupement n’à qu’une existence administrative pour prendre sous son autorité des BCC issus d’autres groupements notamment en cas d’offensive contre l’Italie.

-5ème Groupement Anti-Aérien de Campagne (5ème GAAC)

-Un Etat-major

-Une Batterie Hors Rang

-Deux batteries de canons de 75mm disposant de canons de 75mm contre-avions modèle 1944

-Deux batteries de canons de 37mm disposant de canons de 37mm contre-avions Schneider modèle 1941

-Unités du génie et de soutien

-Dans le domaine du soutien, on trouve des unités dépendant de l’artillerie (parc de réparations d’artillerie n°5, parc de réparation des équipages et des ferrures n°5, le parc de réparation automobile n°5, le parc d’essence et ingrédients d’armée n°5 et le parc de munitions d’armée n°5).

-Le génie aligne diverses unités de sapeurs mineurs et de sapeurs routiers, une compagnie d’électro-mécaniciens et un parc de génie d’armée.

-En ce qui concerne les transmissions, on trouve le 805me bataillon de sapeurs télégraphistes d’armée, le 825ème parc de transmissions d’armée et diverses unités associées.

-Le train soutien la deuxième armée avec sept compagnies hippomobiles et six compagnies automobiles dont deux sanitaires ainsi qu’une compagnie citerne.

-L’intendance, le service de santé, le service vétérinaire, le service des remontes dispose également d’unités intervenant en soutien de la 6ème Armée.

-La gendarmerie déploie pour maintenir l’ordre sur l’arrière et gérer les prisonniers un commandement de la gendarmerie et forces prévôtales de la 5ème armée.

-Groupement Aviation de la 5ème Armée (GRAVIA-VA)

-16ème Escadre de Chasse : trois groupes de chasse avec vingt-sept Arsenal VG-39 et neuf Bréguet Br700C2 chacuns.

-33ème Escadre de Bombardement Léger : trois groupes de bombardement volant sur Douglas DB-7D

-Un Groupe de Reconnaissance, le GR I/39 volant sur Bloch MB-176

-13ème Corps d’Armée (13ème CA)

-Etat-major mis sur pied par la 13ème Région Militaire (Clermont-Ferrand)

-613ème Régiment de Pionniers (613ème RP)

-13ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (13ème GRCA) disposant de chars légers AMX-42 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P

-117ème Régiment d’Artillerie Lourde Hippomobile (117ème RALH) disposant de deux groupes de 105mm équipés de canons de 105L modèle 1936S et de deux groupes de 155mm équipés de canons de 155L modèle 1945S

-Unités du génie et de soutien

-Groupe Aérien d’Observation n°513 (GAO-513) : Huit Bloch MB-175 Douze Dewoitine D-720 et Quinze ANF-Les Mureaux ANF-123

-15ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (15ème GRDI) disposant de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-10ème Division d’Infanterie (10ème DI) : Cette division dispose de de trois régiments d’infanterie de ligne (5ème, 24ème et 46ème RI), de deux régiments d’artillerie (32ème RAD et 232ème RALD), de la 610ème Batterie Divisionnaire Antichar, du 610ème Bataillon de défense aérienne, du 23ème bataillon du génie et d’unités de soutien.

-31ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (31ème GRDI) disposant de chars légers AMX-42 et d’automitrailleuses de découverte en attendant la disponibilité des AM modèle 1940P (Ces AMP ne sont toujours pas là le 10 mai 1949).

-20ème Division d’Infanterie (20ème DI) : Cette division dispose de trois régiments d’infanterie de ligne (2ème, 47ème et 115ème RI), de deux régiments d’artillerie (7ème RAD et 207ème RALD), de la 620ème Batterie Divisionnaire Antichar, du 620ème Bataillon de défense aérienne, du 92ème bataillon du génie et de quelques unités de soutien.

-18ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (18ème GRDI) disposant de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-23ème Division d’Infanterie (23ème DI) : Cette division dispose de trois régiments d’infanterie de ligne (32ème, 107ème et 126ème RI), de deux régiments d’artillerie (41ème RAD et 241ème RALD), de la 623ème Batterie Divisionnaire Antichar, du 623ème Bataillon de défense aérienne, du 30ème bataillon du génie et de quelques unités de soutien.

-29ème Corps d’Armée (29ème CA)

-Etat-major de Corps d’Armée mis sur pied par la 12ème RM de Dijon

-629ème Régiment de Pionniers (629ème RP)

-29ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (29ème GRCA) disposant de chars légers AMX-42 et d’automitrailleuses de découverte en attendant les automitrailleuses puissantes qui se font encore désirer en mai 1949.

-123ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (123ème RALT) disposant de deux groupes de 105mm équipés de canons de 105L modèle 1941T et deux groupes de 155mm équipés de canons de 155mm GPF-T.

-Unités du génie et de soutien :

-Groupe Aérien d’Observation n°529 (GAO-529) : Huit Bloch MB-176, Douze Dewoitine D-720 et Quinze ANF-Les Mureaux ANF-123

-25ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (25ème GRDI) disposant de chars légers FCM-42 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P

-14ème Division d’Infanterie (14ème DI) : Elle dispose de deux régiments d’infanterie de ligne (35ème et 152ème RI), d’une demi-brigade de chasseurs à pied (3ème DBCP); de deux régiments d’artillerie (4ème RAD et 204ème RALD), de la 614ème Batterie Divisionnaire Antichar, du 614ème Bataillon de défense antiaérienne, du 26ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

-19ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (19ème GRDI) disposant de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses de découverte

-16ème Division d’Infanterie (16ème DI) : Cette division dispose de trois régiments d’infanterie de ligne (29ème,56ème et 89ème RI); de deux régiments d’artillerie (37ème et 237ème RALD), de la 616ème Batterie Divisionnaire Antichar, du 616ème Bataillon de Défense Antiaérienne, du 93ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

-26ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (26ème GRDI) disposant de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses de découverte en attendant l’arrivée d’automitrailleuses puissantes qui se font encore désirer en mai 1949.

-30ème Division d’Infanterie Alpine (30ème DIAlp) : Cette division dispose de deux régiments d’infanterie alpine (55ème et 81ème RIA), d’une demi-brigade de chasseurs alpins (26ème DBCA avec les 65ème, 67ème et 86ème BCA); de deux régiments d’artillerie (95ème RAM et 295ème RALM); de la 630ème Batterie Divisionnaire Antichar, du 630ème bataillon de défense antiaérienne, du 94ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

-30ème Corps d’Armée (30ème CA)

-Etat-major mis sur pied par la 13ème Région Militaire (Clermont-Ferrand)

-30ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (30ème GRCA) disposant de chars légers AMX-42 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P

-124ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (124ème RALT) disposant de deux groupes de canons de 105L modèle 1941T et deux groupes de canons de 155mm GPF-T.

-Groupe Aérien d’Observation n°530 (GAO-530) : Huit Bloch MB-176 Douze Dewoitine D-720 et Quinze ANF-Les Mureaux ANF-123

-46ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (46ème GRDI) disposant de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses de découverte

-17ème Division d’Infanterie (17ème DI)  : Cette division de deux régiments d’infanterie de ligne (83ème et 135ème RI) associés à une demi-brigade de chasseurs alpins, la 27ème DBCA (87ème, 91ème et 95ème BCA); deux régiments d’artillerie (84ème RAD et 284ème RALD), de la 617ème Batterie Divisionnaire Antichar, du 617ème bataillon de défense antiaérienne , du 95ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

En novembre 1948, la 27ème DBCA sera envoyée en Corse pour renforcer les défenses de l’île, laissant la division avec seulement deux régiments.

-34ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (34ème GRDI) disposant de chars légers FCM-42 et d’automitrailleuses de découverte

-29ème Division d’Infanterie Alpine (29ème DIAlp) : Cette division dispose de deux brigades d’infanterie alpine, la 57ème BIAlp avec la 6ème DBCA (22ème 24ème et 25ème BCA) et le 3ème Régiment d’Infanterie Alpine et la 58ème BIAlp avec la 2ème DBCA (9ème 18ème 20ème BCA) et le 141ème Régiment d’Infanterie Alpine.

Cette division dispose également du 94ème Régiment d’Artillerie de Montagne associé au 294ème Régiment d’Artillerie Lourde de Montagne; de la 629ème Batterie Divisionnaire Antichar, du 629ème Bataillon de défense antiaérienne, du 33ème bataillon du génie et de différentes unités de soutien.

-91ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (91ème GRDI) disposant de chars légers AMX-44 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-1ère Division d’Infanterie Nord-Africaine (1ère DINA) : Cette division dispose de trois régiments de tirailleur, le 27ème régiment de tirailleurs algériens, le 28ème régiment de tirailleurs tunisiens et le 5ème régiment de tirailleurs marocains; de deux régiments d’artillerie (54ème RANA et 254ème RALNA), de la 601ème Batterie Divisionnaire Antichar Nord-Africaine, du 601ème Bataillon de défense aérienne nord-africain, du 35ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

6ème Division Légère Mécanique (6ème DLM)

-Un état-major divisionnaire

-Unités du génie et de soutien : le 6ème bataillon du génie avec trois compagnies de sapeurs mineurs portés et une compagnie d’ouvriers de pont, deux compagnies de transmission (une compagnie téléphonique et une compagnie télégraphiste), une compagnie automobile de quartier général, une compagnie automobile de transport, un bataillon sanitaire divisionnaire, un groupe d’exploitation divisionnaire et un escadron de réparations divisionnaire, le 17ème ERD rattaché administrativement au 4ème dragons.

-Un régiment de découverte, le 2ème régiment de cuirassiers (2ème RC) disposant d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P

-11ème Brigade légère mécanique : un état-major de brigade, un régiment de chars le 4ème Régiment de Dragons (4ème RD) disposant de Somua S-40 et un Régiment de Dragons Portés, le 9ème Régiment de Dragons Portés (9ème RDP) disposant de VDP Laffly S20T, de motos side-cars et de chars légers AMX-42. Ces deux régiments sont associés au 11ème groupe de canons d’assaut (Somua Sau-40), au 11ème escadron antichar porté (Laffly W15 TCC), au 11ème escadron antiaérien porté (Laffly W15 + bitube de 25mm) et au 11ème groupe de reconnaissance disposant de chars légers AMX-42.

-12ème Brigade légère mécanique : un état-major de brigade, un régiment de chars le 11ème Régiment de Chasseurs à cheval (11ème Rch) disposant de Somua S-40 et un régiment de dragons portés, le 10ème Régiment de Dragons (10ème RDP) qui comme les autres RDP dispose de VDP Laffly S20T, de motos side-cars et de chars légers AMX-42. Ces deux régiments sont associés au 12ème groupe de canons d’assaut (Somua SAu-40), au 12ème escadron antichar porté (Laffly W15 TCC), au 12ème escadron antiaérien porté (Laffly W15 avec bitube de 25mm) et au 12ème groupe de reconnaissance lui aussi équipé d’AMX-42.

-Un régiment d’artillerie le 70ème Régiment d’Artillerie de Division Légère Mécanique (70ème RADLM) (canons de 75mm TAZ modèle 1939 et obusiers de 105mm 105C modèle 1935B)

Commandement des Forces de Défense de la Corse (CFDC)

Secteur Nord

-373ème Régiment d’Infanterie Alpine (373ème RIA) à sept bataillons (unité également appelée 373ème DBIA)

-3ème régiment de mitrailleurs

-Equipages d’ouvrages

Secteur Sud

-173ème Régiment d’Infanterie Alpine (173ème RIA) qui devient à la mobilisation la 173ème DBIA avec pas moins de six bataillons, le trois bataillons du temps de paix se dédoublant.

-Equipages d’ouvrages

-5ème régiment de mitrailleurs

-92ème Régiment d’Artillerie de Montagne : deux groupes de 75mm équipés de canons de 75mm TAZ modèle 1939 (1er à Bastia 2ème à Bonifaccio), deux groupes de 155mm courts équipés de canons de 155C modèle 1917S (3ème à Ajaccio et 4ème à Porto-Vecchio).

-363ème Régiment d’Artillerie Lourde Portée (363ème RALP) avec deux groupes de 155mm longs équipés de canons de 155mm GPF-T, ce régiment basé à Ajaccio servant de régiment de réserve.

-30ème Bataillon de Chars de Combat (30ème BCC) équipés de quarante-cinq Renault R-40. Ce bataillon est stationné à Bastia.

-Groupement Motorisé de Corse (GMC) : unité équivalente aux GRDI avec douze chars légers Hotchkiss H-39 et huit automitrailleuses de découverte Panhard AMD-178 à canon de 25mm. Il est stationné à Ajaccio.

On trouve également des unités de génie et des transmissions, de l’intendance et du service de santé ainsi qu’un Régiment de Pionniers de Corse chargé de travaux d’aménagement et de fortifications.

Suite au déclenchement du second conflit mondial, la défense de la Corse en première ligne face à l’Italie est nettement renforcée avec l’envoi de la 3ème Division Marocaine (2ème régiment de tirailleurs marocains et 21ème régiment de zouaves) et de la 27ème Demi-Brigade de Chasseurs Alpins (87ème, 91ème et 95ème BCA), prémices à l’envoi éventuel du reste de la 17ème DI sans parler de l’envoi d’autres divisions si l’île devait être attaquée où servir de base un assaut contre la Sardaigne où l’Italie péninsulaire.

La 4ème DIT (4ème Division d’Infanterie Tchécoslovaque) est envoyée sur l’île en novembre 1948 pour renforcer les défenses de l’île. Cette DLI (Division Légère d’Infanterie) sera en première ligne lors de l’opération MERKUR où elle fera taire les derniers sceptiques sur la valeur combative des unités tchécoslovaques en exil.

Le Conflit (43) Europe Occidentale (9)

6ème Armée

NdA : couvre la frontière entre Colmar et Montbéliard soit les secteurs fortifiés de Colmar, de Mulhouse et d’Altkirch

-406ème, 416ème, 426ème et 436ème régiments de pionniers

-Groupement de Bataillons de Chars de Combat n°506 (GBCC n°506)

-6ème BCC : quarante-cinq chars légers Renault R-40

-20ème BCC : quarante-cinq chars légers Renault R-40

-31ème BCC : bataillon de mobilisation disposant d’abord de seize Hotchkiss H-39 en attendant l’arrivée de quarante-cinq AMX-44

-40ème BCC : bataillon de mobilisation disposant d’abord de vingt Hotchkiss H-39 en attendant l’arrivée de quarante-cinq AMX-44

-6ème Groupement Anti-Aérien de Campagne (6ème GAAC)

-Un Etat-major

-Une Batterie Hors Rang

-Deux batteries de canons de 75mm équipés de canons de 75mm contre-avions modèle 1944

-Deux batteries de canons de 37mm équipés de canons de 37mm contre-avions Schneider modèle 1941

Unités du génie et de soutien

-Dans le domaine du soutien, on trouve des unités dépendant de l’artillerie (parc de réparations d’artillerie n°6, parc de réparation des équipages et des ferrures n°6, le parc de réparation automobile n°6, le parc d’essence et ingrédients d’armée n°6 et le parc de munitions d’armée n°6).

-Le génie aligne diverses unités de sapeurs mineurs et de sapeurs routiers, une compagnie d’électro-mécaniciens et un parc de génie d’armée.

-En ce qui concerne les transmissions, on trouve le 806me bataillon de sapeurs télégraphistes d’armée, le 820ème parc de transmissions d’armée et diverses unités associées.

-Le train soutien la sixième armée avec sept compagnies hippomobiles et six compagnies automobiles dont deux sanitaires ainsi qu’une compagnie citerne.

-L’intendance, le service de santé, le service vétérinaire, le service des remontes dispose également d’unités intervenant en soutien de la 6ème Armée.

-La gendarmerie déploie pour maintenir l’ordre sur l’arrière et gérer les prisonniers un commandement de la gendarmerie et forces prévôtales de la 6ème armée.

-Groupement d’Aviation de la 6ème Armée (GRAVIA-VIA)

-14ème Escadre de Chasse (14ème EC) : cinquante-quatre Arsenal VG-33, vingt-sept VG-36 et vingt-sept Bréguet Br700C2 soit 108 appareils répartis en trois groupes de trente-six appareils (vingt-sept monomoteurs et neuf bimoteurs).

-Un Groupe de Bombardement léger, le GB III/32 volant sur Douglas DB-7

-Un Groupe de Bombardement léger, le GB I/62 volant sur Glenn-Martin 167F et 187F

-Deux Groupes de Bombardement Median, les GB I/11 et III/11 volant sur Lioré et Olivier Léo 458

-Un Groupe de Reconnaissance, le GR III/33 volant sur Bloch MB-175

-9ème Corps d’Armée (9ème CA)

-Etat-major mis sur pied par la 9ème Région Militaire de Marseille

NdA couvre le secteur fortifié de Colmar

-609ème régiment de pionniers

-9ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (9ème GRCA) équipé dès la mobilisation de chars légers AMX-42 et d’Automitrailleuses de Découverte (AMD) en attendant les AM modèle 1940P. En revanche les fusiliers motocyclistes sont toujours là.

-121ème Régiment d’Artillerie Lourde Hippomobile (121ème RALH) disposant de deux groupes de 105mm disposant de canons de 105L modèle 1941T et deux groupes de 155mm disposant de canons de 155L modèle 1945S

-Unités du génie et de soutien

-Groupe Aérien d’Observation n°509 (GAO-509) : Huit Bloch MB-175 Douze Dewoitine D-720 et Quinze ANF-Les Mureaux ANF-123

-17ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (17ème GRDI) disposant de chars légers AMX-42 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P

-13ème Division d’Infanterie (13ème DI) : Cette division dispose de deux régiments d’infanterie de ligne (21ème et 60ème RI), d’un régiment de tirailleurs marocains (8ème RTM); de deux régiments d’artillerie (28ème RAD et 228ème RALD); de la 613ème Batterie Divisionnaire Antichar, du 613ème bataillon de défense antiaérienne, du 25ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

-38ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (38ème GRDI) disposant de chars légers AMX-42 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P

-32ème Division d’Infanterie (32ème DI) : Cette division dispose de trois régiments d’infanterie de ligne (7ème, 122ème et 143ème RI); de deux régiments d’artillerie (3ème RAD et 203ème RALD); de la 632ème Batterie Divisionnaire Antichar, du 632ème bataillon de défense antiaérienne, du 84ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

12ème Corps d’Armée (12ème CA)

-Etat-major mis sur pied par la 12ème Région Militaire de Dijon

NdA couvre le secteur fortifié de Mulhouse

-612ème régiment de pionniers

-12ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (12ème GRCA) disposant à la mobilisation de fusiliers motocyclistes, de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses de découverte en attendant la disponibilité des chars légers AMX-44 et des automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P. Au 10 mai 1949, le rééquipement à été réalisé.

-112ème Régiment d’Artillerie Lourde Hippomobile (112ème RALH) disposant de deux groupes de 105mm équipés de canons de 105L modèle 1936S et de deux groupes de 155mm équipés de canons de 155L modèle 1917 puis modèle 1945S.

-Unités du génie et de soutien

-Groupe Aérien d’Observation 512 (GAO n°512) : Huit Bloch MB-176 Douze Dewoitine D-720 et Quinze ANF-Les Mureaux ANF-123

-29ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (29ème GRDI) disposant de chars légers Renault R-40 et d’automitrailleuses de découverte en attendant la disponibilité des chars légers FCM-42 et des automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P. Au 10 mai 1949, les FCM sont là mais pas les AMP toujours dans les dépôts au 10 mai 1949.

-35ème Division d’Infanterie (35ème DI) : Cette division dispose de de trois régiments d’infanterie avec deux régiments de ligne (11ème et 123ème RI) et un régiment de la Légion Etrangère (8ème REI); deux régiments d’artillerie (14ème et 214ème RALD), la 635ème Batterie Divisionnaire Antichar, le 635ème Bataillon Antiaérien, un bataillon du génie et diverses unités de soutien.

-43ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (43ème GRDI) disposant de chars légers Hotchkiss H-39 et d’Automitrailleuses de Découverte (AMD) en attendant les AMP qui ne sont toujours pas là le 10 mai 1949.

-40ème Division d’Infanterie (40ème DI) : Cette division dispose de trois demi-brigades de chasseurs à pied avec la 6ème (43ème, 47ème et 51ème BCP), la 7ème (44ème, 48ème et 52ème BCP) et la 8ème demi-brigade de chasseurs à pied (53ème, 54ème et 55ème BCP).

L’appui-feu est assuré par deux régiments d’artillerie (79ème RAD et 279ème RALD), de la 640ème Batterie Divisionnaire Antichar, du 640ème bataillon de défense antiaérienne, du 86ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

28ème Corps d’Armée (28ème CA)

NdA : Ce corps couvre le secteur Fortifié d’Altkirch

-Etat-Major mis sur pied par la 11ème Région Militaire de Lyon

-628ème Régiment de Pionniers (628ème RP)

-28ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (28ème GRCA) qui dispose de fusiliers motocyclistes, de chars légers AMX-42 et d’automitrailleuses de découverte en attendant la disponibilité des automitrailleuses puissantes qui vont arriver à la fin du mois d’avril au point que le commandant de l’unité décidera de conserver par devers lui une flotte mixte.

-120ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (120ème RALT) qui dispose de deux groupes de 105mm équipés de canons de 105L modèle 1936S et de deux groupes de 155mm équipés de canons de 155mm GPF-T.

-Unités du génie et de soutien

-Groupe Aérien d’Observation n°528 (GAO-528) : Huit Bloch MB-176 Douze Dewoitine D-720 et Quinze ANF-Les Mureaux ANF-123

-32ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (32ème GRDI) disposant de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-43ème Division d’Infanterie (43ème DI) : Elle dispose d’un régiment d’infanterie de ligne (le 158ème RI), d’une demi-brigade de chasseurs à pied (la 4ème DBCP) et d’un régiment de tirailleurs (le 3ème Régiment de Tirailleurs Marocains); de deux régiments d’artillerie (12ème RAD et 212ème RALD), de la 643ème Batterie Divisionnaire Antichar, du 643ème bataillon de défense antiaérienne, d’un bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

-20ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (20ème GRDI) disposant de chars légers FCM-42 et d’automitrailleuses de découverte en attendant la disponibilité des automitrailleuses puissantes. Au 10 mai 1949 les AM modèle 1940P se font encore désirer.

-27ème Division d’Infanterie Alpine (27ème DIAlp) : Elle dispose de la 53ème brigade d’infanterie alpine (99ème RIA et 5ème demi-brigade de chasseurs alpins) et de la 54ème brigade d’infanterie alpine (159ème RIA et 7ème demi-brigade de chasseurs alpins) ; de deux régiments d’artillerie (93ème Régiment d’Artillerie de Montagne et 293ème Régiment d’Artillerie Lourde de Montagne); de la 627ème Batterie Divisionnaire Antichar; du 627ème Bataillon de défense antiaérienne, du 32ème bataillon du génie et d’unités de soutien.

8ème Armée

NdA cette armée couvre les secteurs fortifiés de Montbéliard et du Jura

-408ème, 418ème, 428ème, 438ème régiments de pionniers

-Groupement de Bataillons de Chars de Combat n°508 (GBCC n°508)

-9ème BCC : quarante-cinq chars légers FCM-42

-22ème BCC : quarante-cinq chars légers Hotchkiss H-39

-33ème BCC : quarante-cinq chars légers AMX-44 (M)

-48ème BCC : quarante-cinq chars légers Renault R-40 (M)

-8ème Groupement Anti-Aérien de Campagne (8ème GAAC)

-Un Etat-major

-Une Batterie Hors Rang

-Deux batteries de canons de 75mm équipées de canons de 75mm contre-avions modèle 1944

-Deux batteries de canons de 37mm équipées de canons de 37mm contre-avions Schneider modèle 1941.

-Unités du génie et de soutien

-Dans le domaine du soutien, on trouve des unités dépendant de l’artillerie (parc de réparations d’artillerie n°8, parc de réparation des équipages et des ferrures n°8, le parc de réparation automobile n°8, le parc d’essence et ingrédients d’armée n°8 et le parc de munitions d’armée n°8).


-Le génie aligne diverses unités de sapeurs mineurs et de sapeurs routiers, une compagnie d’électro-mécaniciens et un parc de génie d’armée.

-En ce qui concerne les transmissions, on trouve le 808me bataillon de sapeurs télégraphistes d’armée, le 821ème parc de transmissions d’armée et diverses unités associées.

-Le train soutien la deuxième armée avec sept compagnies hippomobiles et six compagnies automobiles dont deux sanitaires ainsi qu’une compagnie citerne.

-L’intendance, le service de santé, le service vétérinaire, le service des remontes dispose également d’unités intervenant en soutien de la 6ème Armée.

-La gendarmerie déploie pour maintenir l’ordre sur l’arrière et gérer les prisonniers un commandement de la gendarmerie et forces prévôtales de la 8ème armée.

-Groupement d’Aviation de la 8ème Armée (GRAVIA-VIIIA)

-15ème Escadre de Chasse (15ème EC) : deux groupes volant sur Arsenal VG-36 et Bréguet Br700C2, un troisième groupe volant sur Arsenal VG-39 et Bréguet Br700C2

-Un Groupe de Bombardement Médian, le GB III/11 volant sur Lioré et Olivier Léo 458

-Deux Groupes de Bombardements légers, les GB II et III/62 volant sur Glenn-Martin 167F et 187F

-Un Groupe de Reconnaissance, le GR IV/33 volant sur Bloch MB-175

-10ème Corps d’Armée (10ème CA)

NdA couvre le Secteur Fortifié de Montbéliard

-Etat-major mis sur pied par la 10ème Région Militaire (Grenoble)

-610ème Régiment de Pionniers (610ème RP)

-10ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (10ème GRCA) disposant de fusiliers motocyclistes, de chars légers AMX-42 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-113ème Régiment d’Artillerie Lourde Hippomobile (113ème RALH) disposant de deux groupes de 105mm équipés de canons de 105L modèle 1936S et de deux groupes de 155mm équipés de canons de 155L modèle 1917.

-Unités du génie et de soutien

-Groupe Aérien d’Observation n°510 (GAO-510) : Huit Bloch MB-176 Douze Dewoitine D-720 et Quinze ANF-Les Mureaux ANF-123

-61ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (61ème GRDI) disposant de chars légers AMX-44 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P qui ont remplacé les véhicules utilisés à la mobilisation retournés au dépôt (Hotchkiss H-39 et AMD).

-58ème Division d’Infanterie (58ème DI) : Elle dispose de trois régiments d’infanterie de ligne (204ème, 227ème et 334ème RI); de deux régiments d’artillerie (48ème et 248ème RALD), de la 658ème Batterie Divisionnaire Antichar, du 658ème Bataillon de défense antiaérienne, du 87ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

-1er Groupe de cavalerie tchèque : unité montée qui doit être motorisée mais ce n’est pas encore le cas en mai 1949 en raison de problèmes d’approvisionnement et de la priorité donnée aux unités françaises.

-1ère Division d’Infanterie Tchèque (1ère DIT) : Elle dispose de trois régiments d’infanterie (1er régiment tchèque, 2ème régiment tchèque et 3ème régiment tchèque), de deux régiments d’artillerie (1er régiment d’artillerie tchèque et 2ème régiment d’artillerie tchèque, le 1er étant l’équivalent d’un RAD et le second l’équivalent d’un RALD), la 1ère Batterie Divisionnaire Antichar tchèque, le 1er Bataillon de défense antiaérienne tchèque, le 88ème bataillon du génie et diverses unités de soutien.

11ème Corps d’Armée (11ème CA)

NdA couvre le Secteur Fortifié du Jura

-Etat-major mis sur pied par la 11ème Région Militaire (Lyon)

-611ème Régiment de Pionniers (611ème RP)

-11ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (11ème GRCA) disposant de chars légers FCM-42 (qui ont remplacé les H-39), de fusiliers motocyclistes et d’automitrailleuses de découverte en attendant les automitrailleuses puissantes même si le terrain est un atout pour les AMD plus légères que les AMP.

-114ème Régiment d’Artillerie Lourde Hippomobile (114ème RALH) disposant de deux groupes de 105mm équipés de canons de 105L modèle 1936S et de deux groupes de 155mm disposant de canons de 155L modèle 1917.

-Groupe Aérien d’Observation n°511 (GAO-511) : Huit Bloch MB-175, Douze Dewoitine D-720 et Quinze ANF-Les Mureaux ANF-123

44ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (44ème GRDI) disposant de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses de découverte en attendant la disponibilité d’automitrailleuses puissantes.

-54ème Division d’Infanterie (54ème DI) : Cette division dispose de trois régiments d’infanterie de ligne (302ème, 317ème et 330ème RI), de deux régiments d’artillerie (44ème RAD et 244ème RALD), la 654ème Batterie Divisionnaire Antichar, le 654ème Bataillon de défense antiaérienne, un bataillon du génie et diverses unités de soutien.

-62ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (62ème GRDI) disposant de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses de découverte en attendant la disponibilité d’automitrailleuses puissantes.

-57ème Division d’Infanterie (57ème DI) : Cette division dispose de deux régiments d’infanterie de ligne (235ème et 261ème RI), d’un régiment d’infanterie alpine (96ème RIA); de deux régiments d’artillerie (47ème RAD et 247ème RALD), de la 657ème Batterie Divisionnaire Antichar, du 657ème Bataillon de défense antiaérienne, du 89ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

27ème Corps d’Armée (27ème CA)

NdA : en réserve locale pour par exemple aider la Suisse à faire face à une agression allemande

-Etat-major mis sur pied par la 10ème Région Militaire de Grenoble

-627ème Régiment de Pionniers (627ème RP)

-27ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (27ème GRCA) disposant de chars légers Hotchkiss H-39, de fusiliers motocyclistes et d’automitrailleuses de découverte en attendant les automitrailleuses puissantes qui ne sont toujours pas là au 10 mai 1949.

-116ème Régiment d’Artillerie Lourde Hippomobile (116ème RALH) disposant de deux groupes de 105mm équipés de canons de 105L modèle 1936S et de deux groupes de 155mm disposant de canons de 155L modèle 1917.

-Groupe Aérien d’Observation n°527 (GAO-527) : Huit Bloch MB-176, Douze Dewoitine D-720 et Quinze ANF-Les Mureaux ANF-123

-40ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (40ème GRDI) disposant de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses de découverte en attendant les automitrailleuses puissantes qui ne sont toujours pas là au 10 mai 1949.

-7ème Division d’Infanterie (7ème DI) : Cette division dispose de trois régiments d’infanterie de ligne (93ème, 102ème et 130ème RI), de deux régiments d’artillerie (31ème RAD et 231ème RALD), de la 607ème Batterie Divisionnaire Antichar, du 607ème Bataillon de défense antiaérienne, du 90ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

-45ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (45ème GRDI) disposant de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses puissantes qui ont remplacé les automitrailleuses de découverte utilisées pour mettre sur pied l’unité lors de la mobilisation générale.

-28ème Division d’Infanterie Alpine (28ème DIAlp) : Cette division dispose de trois régiments d’infanterie alpine (97ème, 140ème et 203ème RIA), de deux régiments d’artillerie (2ème RAM et 202ème RALM), de la 28ème Batterie Divisionnaire Antichar, du 28ème Bataillon de défense antiaérienne, du 91ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

3ème Corps de Cavalerie

-637ème régiments de pionniers (637ème RP)

-37ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (37ème GRCA) : chars légers AMX-42 associés à des Automitrailleuses de Découverte (AMD) en attendant des Automitrailleuses Puissantes (AMP), ces dernières arrivant en mars 1949. On trouve aussi des fusiliers motocyclistes.

-339ème Régiment d’Artillerie Tout-Terrain à Tracteur (339ème RATTT)

-Trois groupes de 105mm équipés d’obusiers de 105mm en l’occurence des canons de 105L modèle 1936S

-2ème Division Légère Mécanique (2ème DLM)

-Un état-major de division

-Des unités de génie et de soutien : le 12ème escadron de réparation divisionnaire rattaché administrativement au 29ème régiment de dragons, quatre compagnies du génie formant bataillon, le 2ème bataillon du génie, deux compagnies de transmission, deux compagnies du train (compagnie automobile du QG et compagnie automobile de transport), un bataillon sanitaire divisionnaire et un groupe d’exploitation divisionnaire

-Un régiment de découverte, le 8ème régiment de cuirassiers équipé d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-3ème brigade légère mécanique avec un état-major de brigade, un régiment de chars, le 13ème Régiment de Dragons (13ème RD) disposant de Somua S-45 et un régiment de dragons portés, le 1er Régiment de Dragons Portés (1er RDP) disposant de VDP Laffly S20T, de motos side-cars et de chars légers AMX-42, le tout accompagné et appuyé par le 3ème groupe de canons d’assaut (Somua Sau-40), le 3ème escadron antichar (Laffly W15TCC), le 3ème escadron antiaérien porté (Laffly W15 associé à un bitube de 25mm sous masque) et le 3ème groupe de reconnaissance disposant de chars légers AMX-42.

-4ème brigade légère mécanique avec un état-major de brigade, un régiment de chars, le 29ème Régiment de Dragons (29ème RD) disposant de Somua S-45 et un régiment de dragons portés, le 6ème Régiment de Dragons Portés (6ème RDP) disposant comme les autres de VDP Laffly S20T, de motos side-cars et de chars légers AMX-42, le tout accompagné et appuyé par le 4ème groupe de canons d’assaut (Somua SAu-40), le 4ème escadron antichar porté (Laffly W15 TCC), le 4ème escadron antiaérien porté (Laffly W15 + bitube de 25mm sous masque) et le 4ème groupe de reconnaissance disposant de chars légers AMX-42.

-Un régiment d’artillerie tractée tout terrain, le 71ème régiment d’artillerie de division légère mécanique (71ème RADLM) disposant de canons de 75mm TAZ modèle 1939 et d’obusiers de 105C modèle 1935B

-4ème Division Légère Mécanique (4ème DLM)

-Un état-major de division

-Des unités de génie et de soutien : le 14ème escadron de réparation divisionnaire rattaché administrativement au 8ème régiment de dragons, quatre compagnies du génie formant bataillon à savoir le 4ème bataillon du génie (trois compagnies de sapeur mineur et une compagnie d’ouvriers de pont), deux compagnies de transmission, deux compagnies du train (compagnie automobile du QG et compagnie automobile de transport), un bataillon sanitaire divisionnaire et un groupe d’exploitation divisionnaire

-Un régiment de découverte, le 5ème régiment de cuirassiers disposant d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P

-7ème brigade légère mécanique avec un état-major de brigade, un régiment de chars le 8ème Régiment de Dragons (8ème RD) disposant de Somua S-45 et un régiment de dragons portés, le 3ème Régiment de Dragons Portés (3ème RDP) disposant de VDP Laffly S20T, de motos side-cars et de chars légers AMX-42, le tout accompagné et appuyé par le 7ème groupe de canons d’assaut (Somua Sau-40), le 7ème escadron antichar porté (Laffly W15 TCC), le 7ème escadron antiaérien porté (Laffly W15 + bitube de 25mm sous masque) et le 7ème groupe de reconnaissance disposant de chars légers AMX-42.

-8ème brigade légère mécanique avec un état-major de brigade, un régiment de chars le 18ème Régiment de Chasseurs à Cheval (18ème Rch) disposant de Somua S-45 et un régiment de dragons portés, le 7ème Régiment de Dragons Portés (7ème RDP) disposant comme les autres RDP de motos side-cars, de VDP Laffly S20T et de chars légers AMX-42, le tout accompagné et appuyé par le 8ème groupe de canons d’assaut (Somua Sau-40), le 8ème escadron antichar porté (Laffly W15TCC), le 8ème escadron antiaérien porté (Laffly W15 + bitube de 25mm) et le 8ème groupe de reconnaissance équipé de chars légers AMX-42.

-Un Régiment d’Artillerie, le 73ème régiment d’artillerie de division légère mécanique (73ème RADLM) disposant de canons de 75mm TAZ modèle 1939 et d’obusiers de 105C modèle 1935B.

-8ème Division Légère Mécanique (8ème DLM)

-Un état-major de division

-Unités du génie et de soutien : Un bataillon du génie, le 8ème BG (trois compagnies de sapeurs-mineurs et une compagnie d’ouvriers de pont), une compagnie télégraphique et une compagnie radio, deux compagnies du train (compagnie automobile de quartier général et compagnie automobile de transport, un bataillon sanitaire divisionnaire, un groupe d’exploitation divisionnaire et le 19ème escadron de réparations divisionnaire rattaché administrativement au 2ème hussards

-Un régiment de découverte, le 3ème régiment de cuirassiers disposant d’AM modèle 1940P

-15ème brigade légère mécanique avec un état-major de brigade, un régiment de chars, le 2ème Régiment de Hussards (2ème RH) disposant encore de Somua S-40 et un régiment de dragons portés, le 13ème Régiment de Dragons Portés (13ème RDP) qui disposait de motos side-cars, de Laffly S20T et de chars légers AMX-44 accompagnés et appuyés par le 15ème groupe de canons d’assaut (Somua Sau-40), le 15ème escadron antichar porté (Laffly W15 TCC), le 15ème escadron antiaérien porté (Laffly W15 avec bitube de 25mm) et le 15ème groupe de reconnaissance qui disposait lui aussi de chars légers AMX-44.

-16ème brigade légère mécanique avec un état-major de brigade, un régiment de chars le 3ème Régiment de Chasseurs à cheval (3ème Rch) disposant de Somua S-40 et un régiment de dragons portés le 14ème Régiment de Dragons Portés (14ème RDP) qui comme les autres RDP disposait de Laffly S20T, de motos side-cars et de chars légers AMX-44, le tout appuyé et protégé par le 16ème groupe de canons d’assaut (Somua SAu-40), le 16ème escadron antichar porté (Laffly W15 TCC), le 16ème escadron antiaérien porté (Laffly W15 + bitube de 25mm) et le 16ème groupe de reconnaissance équipé d’AMX-44.


-Un Régiment d’Artillerie, Le 77ème Régiment d’Artillerie de DLM (77ème RADLM) disposant de canons de 75mm TAZ modèle 1939 et d’obusiers de 105C modèle 1935B

Le Conflit (41) Europe Occidentale (7)

9ème Armée

NdA Secteur opérationnel : Fourmies-Sedan

-402ème 403ème 445ème et 481ème régiments de pionniers

-9ème et 19ème compagnies de garde de quartier général

-Groupement de Bataillons de Chars de Combat n°509 (GBCC-509)

-5ème BCC : quarante-cinq chars légers Renault R-35 mod.

-16ème BCC : quarante-cinq chars légers Renault R-40

-29ème BCC : quarante-cinq chars légers Renault R-40 (M)

-39ème BCC : quarante-cinq chars légers Renault R-40 (M)

-La 3ème brigade de spahis est rattaché directement à l’état-major de la 9ème armée mais peut être mis à disposition pour emploi à l’un des trois corps d’armée.

-102ème Division d’Infanterie de Fortereresse

Cf la partie sur la ligne Maginot

-Dans le domaine du soutien, on trouve des unités dépendant de l’artillerie (parc de réparations d’artillerie n°9, parc de réparation des équipages et des ferrures n°9, le parc de réparation automobile n°9, le parc d’essence et ingrédients d’armée n°9 et le parc de munitions d’armée n°9).

-On trouve également des unités du génie notamment trois bataillons de sapeurs mineurs, des compagnies d’électromécaniciens ou un parc de génie d’armée. Les transmissions sont représentées par le 809ème bataillon de sapeurs télégraphistes d’armée et le 824ème parc de transmissions d’armée.

Le train dispose de quatre compagnies automobiles et d’une compagnie hippomobile pour le transport et le soutien sanitaire; l’intendance déployant une compagnie de ravitaillement en viande, deux détachements et une section de transport tout comme le service de santé qui dispose de plusieurs unités spécialisées pour l’évacuation et le traitement des blessés.

La gendarmerie dispose d’une force prévôtale avec notamment deux compagnies pour assurer l’ordre et la gestion des prisonniers.

-9ème Groupement Anti-Aérien de Campagne (9ème GAAC)

-Un Etat-Major

-Une Batterie Hors-Rang (soutien logistique)

-Deux batteries de 75mm équipées de canons de 75mm contre-avions modèle 1944

-Deux batteries de 37mm équipés de canons de 37mm Schneider modèle 1941

-Groupement d’Aviation de la 9ème Armée (GRAVIA-IXA)

-1ère Escadre de Chasse : 81 Arsenal VG-33 et 27 Bréguet Br700C2 répartis en trois groupes de trente-six appareils (vingt-sept monomoteurs et neuf bimoteurs)

-Un groupe de bombardement en piqué, le GBp II/40 volant sur Loire-Nieuport LN-430

-Un groupe de bombardement d’assaut, le GBA I/51 volant sur Bréguet Br691 et 693

-Un groupe de bombardement médian, le GB III/12 volant sur Lioré et Olivier Léo 451

-Un groupe de reconnaissance, le GR III/35 volant sur Bloch MB-176

-3ème Corps d’Armée (3ème CA)

-Etat-Major mis sur pied par la 3ème Région Militaire de Rouen

-3ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (3ème GRCA) équipé de chars légers Hotchkiss H-39, d’automitrailleuses puissantes modèle 1940P et de fusiliers motocyclistes

-102ème Régiment d’Artillerie Lourde Automobile/A Tracteurs (102ème RALA/T) : deux groupes de 105mm équipés de canons de 105L modèle 1936S et deux groupes de 155mm équipés de canons de 155mm GPF-T.

-361ème Régiment d’Artillerie Lourde Portée (361ème RALP) disposant de deux groupes de 105mm équipés de canons de 105L modèle 1936S et un groupe de 155mm équipé de canons de 155mm GPF-T.

-Groupe Aérien d’Observation 503 (GAO-503) : Huit Bloch MB-175 Douze Dewoitine D-720 et Quinze ANF-Les Mureaux ANF-123

-1er Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (1er GRDI) disposant de chars légers FCM-42 et d’automitrailleuses puissantes modèle 1940P

-5ème Division d’Infanterie Motorisée (5ème DIM) : Cette division dispose de dispose de trois régiments d’infanterie de ligne (8ème, 39ème et 129ème RI), deux régiments d’artillerie (le 11ème RAD et le 211ème RALD), de la 605ème batterie divisionnaire antichar, du 605ème bataillon de défense antiaérienne, du 17ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

-30ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (30ème GRDI) : vingt chars légers FCM-42 et vingt-huit automitrailleuses modèle 1940P qui ont remplacé les AMD-178B à canon de 47mm

-18ème Division d’Infanterie (18ème DI) : Cette division dispose de trois régiments d’infanterie de ligne (66ème, 77ème et 125ème RI), de deux régiments d’artillerie (19ème et 219ème RALD), de la 618ème batterie divisionnaire antichar, du 618ème bataillon de défense antiaérienne, du 70ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

-4ème Corps d’Armée (4ème CA)

-Etat-major mis en place par la 4ème Région Militaire (Nantes)

-604ème Régiment de Pionniers (604ème RP)

-4ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (4ème GRCA) équipé de Hotchkiss H-39 en attendant la disponibilité des AMX-44 (NdA les «39» sont toujours là le 10 mai 1949) et des automitrailleuses AM modèle 1940P sans oublier des fusiliers motocyclistes.

-111ème Régiment d’Artillerie Lourde à Cheval (111ème RALCH) équipéé de deux groupes de 105mm disposant de canons de 105L modèle 1936S et de deux groupes de 155mm équipés de canons de 155L modèle 1945S.

-Unités du génie et de soutien

Groupe Aérien d’Observation 504 (GAO-504) : Huit Bloch MB-175 Douze Dewoitine D-720 et Quinze ANF-Les Mureaux ANF-123

-94ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (94ème GRDI) équipé de chars légers AMX-42 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-4ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (4ème DINA) : Elle dispose de trois régiments d’infanterie à savoir le 13ème régiment de zouaves, les 23ème et 25ème régiment de tirailleurs algériens; de deux régiments d’artillerie (33ème RANA et 233ème RALNA), de la 604ème batterie divisionnaire antichar nord-africaine, du 604ème bataillon de défense antiaérienne nord-africaine, du 38ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

-24ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (24ème GRDI) : vingt chars légers AMX-42 et vingt-huit automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P

-22ème Division d’Infanterie (22ème DI) : Elle dispose de trois régiments d’infanterie de ligne (19ème, 62ème et 116ème RI), de deux régiments d’artillerie (18ème RAD et 218ème RALD), de la 622ème batterie divisionnaire antichar, du 622ème bataillon de défense antiaérienne, d’un bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

21ème Corps d’Armée (21ème CA)

-Etat-major mis sur pied par la 4ème Région Militaire (Nantes)

-621ème Régiment de Pionniers

-21ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (21ème GRCA) disposant de Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses AMD-178 en attendant les AMX-44 et les AM modèle 1940P (NdA ces deux véhicules sont toujours là le 10 mai 1949)

109ème Régiment d’Artillerie Lourde Hippomobile (109ème RALH) : deux groupes de 105mm équipés de canons de 105L modèle 1936S et de deux groupes de 155mm équipés de canons de 155L modèle 1918.

-Unités du génie et de soutien

-Groupe Aérien d’Observation 521 (GAO-521) : Huit Bloch MB-175 Douze Dewoitine D-720 et Quinze ANF-Les Mureaux ANF-123

-66ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (66ème GRDI) équipé de chars légers AMX-42 et d’AM modèle 1940P qui ont remplacé in extremis les AMD-178 utilisés depuis la mobilisation.

-53ème Division d’Infanterie (53ème DI) : Cette division dispose de de trois régiments d’infanterie de ligne (208ème, 239ème et 329ème RI); de deux régiments d’artillerie (22ème RAD et 222ème RALD), de la 653ème batterie divisionnaire antichar, du 653ème bataillon de défense antiaérienne, d’un bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

-9ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (9ème GRDI) disposant de chars légers Hotchkiss H-39 et d’AMD-178 toujours là, les premières AM modèle 1940P arrivant le…..9 mai 1949 et donc pas vraiment encore utilisées par l’unité.

-61ème Division d’Infanterie (61ème DI) : Cette division dispose de de trois régiments d’infanterie de ligne (248ème, 265ème et 337ème RI), de deux régiments d’artillerie (51ème RAD et 251ème RALD), de la 661ème batterie divisionnaire antichar, du 661ème bataillon de défense antiaérienne, du 72ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

2ème Armée

NdA Secteur Sedan-Longuyon

-412ème et 422ème régiments de pionniers

-2ème et 12ème compagnies de garde de QG

-Groupement de Bataillons de Chars de Combat n°502 (GBCC n°502)

-2ème BCC : quarante-cinq chars légers Renault R-40

-10ème BCC : quarante-cinq chars légers FCM-42

-18ème BCC : quarante-cinq chars légers FCM-42 (M)

-35ème BCC : quarante-cinq chars légers Renault R-40 (M)

-2ème Groupement Anti-Aérien de Campagne (2ème GAAC)

-Un état-major

-Une Batterie Hors-Rang

-Deux batteries de canons de 75mm équipées de canons de 75mm contre-avions modèle 1944

-Deux batteries de canons de 37mm équipés de canons de 37mm Schneider modèle 1941

-Unité du génie et de soutien

-Dans le domaine du soutien, on trouve des unités dépendant de l’artillerie (parc de réparations d’artillerie n°2, parc de réparation des équipages et des ferrures n°2, le parc de réparation automobile n°2, le parc d’essence et ingrédients d’armée n°2 et le parc de munitions d’armée n°2).

-Le génie aligne diverses unités de sapeurs mineurs et de sapeurs routiers, une compagnie d’électromécaniciens et un parc de génie d’armée.

-En ce qui concerne les transmissions, on trouve le 802ème bataillon de sapeurs télégraphistes d’armée, le 817ème parc de transmissions d’armée et diverses unités associées.

-Le train soutien la deuxième armée avec sept compagnies hippomobiles et six compagnies automobiles dont deux sanitaires ainsi qu’une compagnie citerne.

-L’intendance, le service de santé, le service vétérinaire, le service des remontes dispose également d’unités intervenant en soutien de la 2ème Armée.

-La gendarmerie déploie pour maintenir l’ordre sur l’arrière et gérer les prisonniers un commandement de la gendarmerie et forces prévôtales de la 2ème armée.

-Groupement d’Aviation de la 2ème Armée (GRAVIA-IIA)

-4ème Escadre de Chasse (4ème EC) : 81 Curtiss H-81 et 27 Lockheed H-322 soit 108 appareils répartis en trois groupes de trente-six chasseurs (vingt-sept monomoteurs et neuf bimoteurs)

-Deux groupes de bombardement léger, les GBI/32 et GB II/32 volant sur Douglas DB-7D

-Un groupe de bombardement médian, le GB I/34 volant sur Amiot 351

-Un groupe de reconnaissance, le GR IV/35 volant sur Bloch MB-176

-5ème Corps d’Armée (5ème CA)

-Etat-major mis sur pied par la 5ème Région Militaire (Poitiers)

-605ème Régiment de Pionniers (605ème RP)

-5ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (5ème GRCA) : chars légers Hotchkiss H-39 et automitrailleuses de découverte AMD-178B à la mobilisation. Au 10 mai 1949, l’équipement est mixte avec des H-39, des FCM-42, des AMD-178B et des AM modèle 1940P. On trouve également des fusiliers motocyclistes.

-110ème Régiment d’Artillerie Lourde Coloniale Hippomobile (110ème RALCH) : deux groupes de 105mm équipés de canons de 105L modèle 1941T et deux groupes de 155mm équipés de canons de 155mm modèle 1917L

-Groupe Aérien d’Observation n°505 (GAO-505) : Huit Bloch MB-175, Douze Dewoitine D-720 et Quinze ANF-Les Mureaux ANF-123

-93ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (93ème GRDI) disposant de vingt chars légers Hotchkiss H-39 et de vingt-huit automitrailleuses de découverte AMD-178B en attendant la disponibilité de FCM-42 et de AM modèle 1940P. Au 10 mai 1949 l’équipement est mixte comme pour le 5ème GRCA.

-3ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (3ème DINA) : Cette division dispose de deux régiments de tirailleurs, les 14ème et 15ème régiments de tirailleurs algériens ainsi qu’un régiment de zouaves, le 12ème régiment de zouaves.

Elle dispose également de deux régiments d’artillerie (20ème RANA et 220ème RALNA), de la 603ème batterie divisionnaire antichar nord-africaine, du 603ème bataillon de défense antiaérienne nord-africain, du 37ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

-64ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (64ème GRDI) disposant de vingt chars légers Hotchkiss H-39 et de vingt-huit automitrailleuses de découverte AMD-178 toujours là au 10 mai 1949.

-55ème Division d’Infanterie (55ème DI) : Elle dispose de trois régiments d’infanterie de ligne (213ème, 295ème et 331ème RI), de deux régiments d’artillerie (45ème RAD et 245ème RALD), de la 655ème batterie divisionnaire antichar, du 655ème bataillon de défense antiaérienne, d’un bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

-6ème Corps d’Armée (6ème CA)

-Etat-major de corps d’armée mis sur pied par la 6ème Région Militaire (Bordeaux)

-606ème Régiment de Pionniers (606ème RP)

-6ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (6ème GRCA) qui dispose de chars légers Hotchkiss H-39 (en attendant la disponibilité de FCM-42) et d’automitrailleuses de découverte AMD 178 (en attendant AM modèle 1940P) + fusiliers motocyclistes. Au 10 mai 1949, le 6ème GRCA dispose de FCM-42 mais encore des AMD, les AMP se faisant encore désirer.

-118ème Régiment d’Artillerie Lourde Hippomobile (118ème RALH) disposant de deux groupes de 105mm équipés de canons de 105L modèle 1936S et de deux groupes de 155mm équipés de canons de 155L modèle 1917.

-Unités du génie et de soutien

-Groupe Aérien d’Observation n°506 (GAO-506) : Huit Bloch MB-176 Douze Dewoitine D-720 et Quinze ANF-Les Mureaux ANF-123

-71ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (71ème GRDI) disposant de vingt chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-1ère Division d’Infanterie Coloniale (1ère DIC) : Cette division dispose d’un régiment d’infanterie coloniale (3ème RIC) et de deux régiments de tirailleurs sénégalais (12ème et 14ème RTS). Elle aligne également deux régiments d’artillerie (1er Régiment d’Artillerie Colonial et 201ème Régiment d’Artillerie Lourde Coloniale), de la 601ème batterie divisionnaire antichar coloniale, du 601ème bataillon de défense antiaérienne coloniale, du 35ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

-36ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (36ème GRDI) qui dispose de vingt Hotchkiss H-39 et de vingt-huit AMD-178 en attendant la disponibilité des AM modèle 1940P qui ne sont pas encore là en mai 1949.

-41ème Division d’Infanterie (41ème DI) : Cette division dispose de de trois régiments d’infanterie de ligne (101ème, 103ème et 104ème RI), de deux régiments d’artillerie (13ème RAD et 213ème RALD), de la 641ème batterie divisionnaire antichar, du 641ème bataillon de défense antiaérienne, d’un bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

-22ème Corps d’Armée (22ème CA)

-Etat-major mis sur pied par la 5ème Région Militaire (Poitiers)

-622ème Régiment de Pionniers

-22ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (22ème GRCA) disposant de chars légers Hotchkiss H-39 en attendant la disponibilité des FCM-42 et des AMD-178 en attendant les AM modèle 1940P. Le rééquipement est achevé à la fin du mois d’avril 1949 donc à temps pour l’offensive allemande.

-180ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (180ème RALT) disposant de deux groupes de 105mm équipés de canons de 105L modèle 1941T et de eux groupes de 155mm disposant de canons de 155 GPF-T.

-Unités du génie et de soutien

-Groupe Aérien d’Observation n°522 (GAO-522) : Huit Bloch MB-176 Douze Dewoitine D-720 et Quinze ANF-Les Mureaux ANF-123

-73ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (73ème GRDI) disposant de vingt chars légers AMX-44 et de vingt-huit automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P

-3ème Division d’Infanterie Coloniale (3ème DIC) : Cette division d’active dispose de trois régiments d’infanterie coloniale (1er, 21 et 23ème RIC), de deux régiments d’artillerie (3ème RAC et 203ème RALC), la 603ème batterie divisionnaire antichar coloniale, du 603ème bataillon de défense antiaérienne coloniale, du 37ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

-60ème Groupement de Reconnaissance d’Infanterie (60ème GRDI) qui dispose de chars légers Hotchkiss H-39 et de vingt-quatre AMD-178B en attendant la disponibilité des AM modèle 1940P qui ne sont pas arrivées au 10 mai 1949.

-71ème Division d’Infanterie (71ème DI) : Cette division dispose de trois régiments d’infanterie (120ème, 205ème et 246ème RI), de deux régiments d’artillerie (38ème RAD et 238ème RALD), la 671ème batterie divisionnaire antichar, du 671ème bataillon de défense antiaérienne, d’un bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

1er Corps de Cavalerie

-635ème régiment de pionniers

-35ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (35ème GRCA) : chars légers AMX-42 Panhard AMD-178 (en attendant les AMP qui ne sont toujours pas là au moment de l’offensive allemande) et fusiliers motocyclistes.

-329ème Régiment d’Artillerie Tout-Terrain à Tracteurs (329ème RATTT)

Trois groupes de 105mm équipés canons de 105L modèle 1936S

-1ère Division Légère Mécanique (1ère DLM)

-Un Etat-major de Division (EMD)

-Unités du génie et de soutien : 11ème escadron de réparation divisionnaire rattaché au 4ème régiment de cuirassiers, quatre compagnies du génie formant bataillon, le 1er bataillon du génie, deux compagnies de transmission, deux compagnies du train (301ème compagnie automobile du QG et 401ème compagnie automobile de transport), un bataillon sanitaire divisionnaire et un groupe d’exploitation divisionnaire

-Un régiment de découverte, le 6ème Régiment de Cuirassiers disposant d’AM modèle 1940P et différents modèles dérivés d’appui ou de soutien.

-1ère brigade légère mécanique avec un régiment de chars, le 4ème régiment de cuirassiers (4ème RCui) disposant de Somua S-45 et un régiment de dragons portés, le 15ème Régiment de Dragons Portés (15ème RDP) disposant de VDP Laffly S20T, de motos side-cars et de chars légers FCM-44 associés au 1er groupe de canons d’assaut (Somua SAu-40), au 1er escadron antichar porté (Laffly W15 TCC), au 1er escadron antiaérien porté (Laffly W15 avec un bitube de 25mm) et au 1er groupe de reconnaissance disposant de FCM-44.

-2ème brigade légère mécanique avec un régiment de chars, le 18ème Régiment de Dragons (18ème RD) disposant de Somua S-45 et un Régiment de Dragons Portés le 14ème Régiment de Dragons Portés (14ème RDP) disposant de VDP Laffly S20T, de motos side-cars et de chars légers FCM-44 associés au 2ème groupe de canons d’assaut (Somua SAu-40), au 2ème escadron antichar porté (Laffly W15 TCC), au 2ème escadron antiaérien porté (Laffly W15 avec un bitube de 25mm ) et au 2ème groupe de reconnaissance disposant lui aussi de FCM-44.

-74ème régiment d’artillerie de division légère mécanique (74ème RADLM) disposant de canons de 75mm TAZ modèle 1939 et d’obusiers de 105C modèle 1935B.

-5ème Division Légère Mécanique (5ème DLM)

-Un état-major de division

-Unités du génie et de soutien : 15ème escadron de réparation divisionnaire rattaché au 6ème régiment de dragons, quatre compagnies du génie formant bataillon, le 5ème bataillon du génie, deux compagnies de transmission (le détachement colombophile est supprimé), deux compagnies du train (compagnie automobile du QG et compagnie automobile de transport), un bataillon sanitaire divisionnaire et un groupe d’exploitation divisionnaire.

-Un régiment de découverte, le 11ème régiment de cuirassiers disposant d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P sans compter différentes variantes d’appui et de soutien.

-9ème brigade légère mécanique avec un état-major de brigade, un régiment de chars le 6ème Régiment de Dragons (6ème RD) disposant de Somua S-45 et un régiment de dragons portés, le 2ème Régiment de Dragons Portés (2ème RDP) disposant VDP Laffly S20T, de motos side-cars et de chars légers de FCM-44.

Ces deux régiments sont associés au 9ème groupe de canons d’assaut (Somua SAu-40), au 9ème escadron antichar porté (Laffly W15 TCC), au 9ème escadron antiaérien porté (Laffly W15 avec bitube de 25mm) et au 9ème groupe de reconnaissance équipé d’un peloton de commandement et de trois pelotons de quatre FCM-44.

-10ème brigade légère mécanique avec un état-major de brigade, un régiment de chars le 4ème Régiment de Hussards (4ème RH) disposant de Somua S-45 et un Régiment de Dragons Portés, le 8ème Régiment de Dragons Portés (8ème RDP) qui dispose de Laffly S20T, de motos side-cars et de chars légers FCM-44.

Ils sont associés au 10ème groupe de canons d’assaut (Somua SAu-40), au 10ème escadron antichar porté (Laffly W15TCC) au 10ème escadron antiaérien porté (Laffly W15 avec bitube de 25mm) et au 10ème groupe de reconnaissance organisé en un peloton de commandement et de trois pelotons de quatre FCM-44.

-Un régiment d’artillerie, le 72ème Régiment d’Artillerie de Division Légère Mécanique (72ème RADLM) disposant comme les autres de canons de 75mm TAZ modèle 1939 et d’obusiers de 105C modèle 1935B.

2ème Corps de Cavalerie

-636ème régiment de pionniers

-36ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (36ème GRCA) : chars légers AMX-42 et des automitrailleuses de découverte (AMD) en attendant des automitrailleuses puissantes (AMP) qui ne sont toujours pas là en mai 1949.

-359ème Régiment d’Artillerie Tout-Terrain à Tracteurs (359ème RATTT)

Trois groupes de 105mm équipés de canons de 105L modèle 1936S

-3ème Division Légère Mécanique (3ème DLM)

-Un Etat-major Divisionnaire (EMD)

-Unités du génie et de soutien : 13ème escadron de réparation divisionnaire rattaché au 29ème régiment de dragons, quatre compagnies du génie formant bataillon en l’occurence le 3ème bataillon du génie, deux compagnies de transmission (le détachement colombophile est supprimé), Deux compagnies du train (compagnie automobile du QG et compagnie automobile de transport),un bataillon sanitaire divisionnaire et un groupe d’exploitation divisionnaire.

-Un régiment de découverte, le 1er Régiment de Hussards (1er RH) disposant d’automitrailleuses puissantes

-5ème Brigade Légère Mécanique : un état major de brigade, un régiment de chars le 1er régiment de Chasseurs à Cheval (1er RCh) disposant de Somua S-45 et un Régiment de Dragons Portés, le 5ème Régiment de Dragons Portés (RDP) qui dispose de VDP Laffly S20T, des motos side-cars et surtout des chars légers FCM-44.

Ces deux régiments sont associés au 6ème groupe de canons d’assaut (Somua SAu-40), au 6ème escadron antichar (Laffly W15TCC), au 6ème escadron antiaérien porté (Laffly W15 avec bitube de 25mm) et au 6ème groupe de reconnaissance disposant lui aussi de FCM-44

-Un régiment d’artillerie, le 75ème Régiment d’Artillerie de Division Légère Mécanique (75ème RADLM) disposant de canons de 75mm TAZ modèle 1939 et d’obusiers de 105C modèle 1935B.

-7ème Division Légère Mécanique (7ème DLM)

-Un état-major

-Unités du génie et de soutien : 7ème bataillon du génie, 13ème compagnie télégraphique, 14ème compagnie radio, 307ème compagnie automobile de quartier général, 407ème compagnie automobile de transport, 43ème bataillon sanitaire divisionnaire et un groupe d’exploitation divisionnaire

-Un régiment de découverte, le 1er régiment de cuirassiers disposant d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-13ème brigade légère mécanique : un état-major de brigade, un régiment de chars le 3ème Régiment de Hussards (3ème RH) disposant encore de Somua S-40 et un régiment de dragons portés, le 11ème Régiment de Dragons Portés (11ème RDP) qui dispose comme les autres RDP de motos side-cars, de véhicules de dragons portés Laffly S20T et de chars légers FCM-44.

Ces deux régiments sont associés au 13ème groupe de canons d’assaut (Somua SAu-40), au 13ème escadron antichar porté (Laffly W15 TCC), au 13ème escadron antiaérien porté (Laffly w15 avec bitube de 25mm sous masque) et au 13ème groupe de reconnaissance équipé lui aussi de chars légers FCM-44.

-14ème brigade légère mécanique : un état-major de brigade, un régiment de chars le 5ème Régiment de Dragons (5ème RD) monté sur Somua S-40 et un régiment de dragons portés, le 12ème Régiment de Dragons Portés (12ème RDP) qui dispose comme les autres RDP de motos side-cars, de véhicules de dragons portés Laffly S20T et de chars légers FCM-44.

Ces deux régiments sont associés au 14ème groupe de canons d’assaut (Somua SAu-40), au 14ème escadron antichar porté (canon antichar de 47mm sur Laffly W15), au 14ème escadron antiaérien porté (bitube de canons antiaériens de 25mm montés sur Laffly W15) et au 14ème groupe de reconnaissance équipé de FCM-44.

-Un régiment d’artillerie, le 76ème Régiment d’Artillerie de Division Légère Mécanique (76ème RADLM) disposant de canons de 75mm TAZ modèle 1939 et d’obusiers de 105C modèle 1935B.

Pologne et Pays Neutres (97) Pologne (9)

La renaissance militaire polonaise

Les troupes polonaises en Norvège

La Pologne ne tarde pas à faire parler la poudre dans le second conflit mondial en décidant d’intégrer le corps expéditionnaire franco-britannique envoyé en Norvège.

Deux chasseurs de Podhale servant un fusil mitrailleur Chatellerault

Ils envoient une brigade de montagne, la Brigade autonome de chasseurs de Podhale (en polonais Samodzielna Brygada Strzelców Podhalańskich) et une compagnie de chars, la 1ère compagnie polonaise blindée issue de la 21ème DB polonaise, une compagnie de marche de dix-huit Hotchkiss H-39.

Hotchkiss H-39

Placées sous commandement français, les troupes polonaises débarquent à Namsos non sans mal pour soutenir les troupes norvégiennes qui se battent bien mais sont clairement inférieures en nombre et en capacités par rapport aux allemands.

Les franco-polonais tentent de rallier les troupes norvégiennes qui combattent dans le Télémark mais ces dernières capitules le 19 septembre rendant sans objet l’offensive franco-polonaise. Quant au port de Namsos il tombe aux mains des allemands le 5 octobre 1948.

Les polonais vont combattre aux côtés de la 1ère DLI (en réalité une division légère de marche avec des éléments de la 11ème DLI) jusqu’au bout, multipliant les coups de main pour maintenir les allemands sous pression.

Les combats vont durer jusqu’au 27 octobre 1948 avec de lourdes pertes. Sur 6175 polonais débarqués en Norvège, 574 ont tués et 350 faits prisonniers.

La compagnie autonome de chars qui à perdu ses chars (huit détruits et sept sabotés car ne pouvant être évacués rapidement) est dissoute, le personnel retrouvant sa division d’origine pour diffuser le retour d’expérience.

La Brigade autonome de chasseurs de Podhale évacuée sur la Grande-Bretagne est transférée en Bretagne dans la région de Malestroit (Morbihan) pour repos et reconstitution en attendant un nouvel engagement au combat, les polskie diably brûlant d’en découdre à nouveau avec les allemands.

Les troupes polonaises dans la Campagne de France

Soldats polonais photographiés sur le front français

Dès la mise sur pied du gouvernement en exil à Nantes la constitution d’une armée polonaise en France est prévue. L’arrêt brutal de la guerre de Pologne met ce projet en attente mais qui à l’avantage de permettre aux autorités polonaises de paufiner les structures très inspirées des structures françaises.

Les moyens humains et matériels sont importants ce qui permet à la Pologne de voir grand avec la constitution de nombreuses grandes unités mais aussi d’unités d’appui et de soutien.

Dans un premier temps le gouvernement polonais en exil met en place des unités placées sous commandement français en attendant une armée autonome ou semi-autonome car dépendant de la France pour son équipement et son ravitaillement.

La 1ère Division d’Infanterie Polonaise (1ère DIP) intègre le 7ème Corps d’Armée qui dépend de la 3ème Armée, la 36ème DI cohabitant avec la division polonaise.

Elle dispose de trois régiments d’infanterie appelés grenadiers, le 1er régiment de grenadiers de Varsovie (1er RIP), le 2ème régiment de grenadiers de Grande Pologne (2ème RIP) et le 3ème régiment de grenadiers de Silésie (3ème RIP);

L’appui des régiments d’infanterie est assurée par deux régiments d’artillerie (1er Régiment d’artillerie polonaise ou régiment d’artillerie légère de Vilnius et le 201ème Régiment d’Artillerie Lourde Polonaise ou régiment d’artillerie lourde de Poméranie).

Quand à la lutte antichar et à la lutte antiaérienne, elle est du ressort de la 1er batterie divisionnaire antichar polonaise et du 1er bataillon de défense antiaérienne polonais. On trouve également un bataillon du génie (1er BGPol ou 76ème BG) et diverses unités de soutien.

Elle bénéficie du soutien du 8ème régiment de Uhlans qui assure le même rôle que les GRDI à la différence qu’ici, cette unité reste une unité montée et n’est que partiellement motorisée. Sa motorisation n’à pas le temps d’avoir lieu avant l’offensive allemande à l’ouest.

Les polonais vont donc combattre à cheval retrouvant les manes de l’automne 1939 même si cette fois point de charges glorieuses à la lance mais des combats à pied, les uhlans opérant comme des dragons.

La 2ème Division d’Infanterie Polonaise (2ème DIP) intègre la 8ème Corps d’Armée qui dépend de la 4ème Armée, une armée du GA n°2 placée entre entre la 3ème et la 6ème Armée.

Cette division est organisée à la France avec trois régiments d’infanterie (4ème, 5ème et 6ème régiments d’infanterie polonaise appelés également 1er, 2ème et 3ème régiments de chasseurs), deux régiments d’artillerie (2ème régiment d’artillerie polonais et 202ème régiment d’artillerie polonais), de la 2ème batterie divisionnaire antichar polonaise, du 2ème bataillon de défense antiaérienne polonais, du 81ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

AMD Laffly 80 AM « Laffly-Vincennes »

Elle bénéficie également du soutien du 2ème GRDI polonais (le 1er étant assimilé au 8ème régiment de uhlan) qui lui est une unité motorisée avec des chars légers Hotchkiss H-39 et des automitrailleuses Laffly-Vincennes AM-80 en attendant la disponibilité de véhicules plus modernes en l’occurence des Panhard AMD-178.

Une autre division polonaise sous commandement français est la 3ème Division d’Infanterie Polonaise (3ème DIP) qui dépend elle du 31ème CA, un corps d’armée de réserve qui dispose également de la 6ème DIC.

Elle comprend comme les autres trois régiments d’infanterie (7ème régiment d’infanterie polonaise, 8ème régiment d’infanterie polonaise et 9ème régiment d’infanterie polonaise), deux régiments d’artillerie (3ème RAPol et 203ème RAPol), de la 603ème Batterie Divisionnaire Antichar Polonaise, du 603ème bataillon de défense antiaérienne polonais, du 103ème bataillon du génie et de différentes unités de soutien.

Elle bénéficie du soutien du 3ème GRDI polonais, une unité motorisée équipée d’automitrailleuses Daimler Dingo en attendant la disponibilité de chars légers en l’occurrence des AMX-44 qui seront livrés en janvier 1949.

Une quatrième division d’infanterie polonaise est mise sur pied, une division intégrée au 32ème Corps d’Armée, un autre corps de la réserve stratégique qui comprend également la 7ème Division d’Infanterie Coloniale (7ème DIC)

La 4ème Division d’Infanterie Polonaise (4ème DIP) dispose de trois régiments d’infanterie (les 10ème 11ème et 12ème RIP), de deux régiments d’artillerie (4ème RAPol et 204ème RAPol), de la 604ème Batterie Divisionnaire Antichar polonaise, du 604ème Bataillon de défense antiaérienne polonais, du 105ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

Elle bénéficie du soutien du 4ème GRDI polonais, une unité motorisée équipée d’automitrailleuses Daimler Dingo en attendant la disponibilité de chars légers en l’occurence des AMX-44 livrés juste à temps pour permettre à l’unité de participer à la Campagne de France.

Après la création de ces unités qui durant la Pax Armada seront longtemps des unités-cadre et non des unités pleinement opérationnelles, le gouvernement polonais qui dispose encore de ressources importantes propose qu’en cas de guerre une armée polonaise autonome soit mise sur pied.

Le gouvernement français accepte et le 14 mars 1943 est créée l’Armia Polska we Francji, l’Armée polonaise en France. Cette armée doit compléter les divisions placées sous commandement français. Comme une partie des DIP déjà présentées, l’APF doit servir de réserve stratégique.

Sa montée en puissance à été longue voir laborieuse, moins faute de ressources financières que du manque de matériels, l’industrie française devant déjà équiper une armée nombreuse et accumuler les stocks pour une future mobilisation.

Néanmoins, en septembre 1948, l’Armée Polonaise en France aligne trois corps d’armée à deux divisions plus un corps de cavalerie à deux divisions blindées plus quatre régiments d’artillerie lourde, des unités du génie, des transmissions, du train et de l’intendance. Cela nous donne un total de douze divisions polonaises !

Canon de 155mm GPF.

L’Armée Polonaise en France (APF) dispose d’un état-major installé à Compiègne, de quatre régiments d’artillerie lourde (deux de canons de 194mm _302ème et 304ème RALPol_ et deux de 155mm _301ème et 303ème RALPol_), des unités du génie, de soutien et de transmissions (deux régiments du génie à trois bataillons chacun _les 1er et 2ème RGPol_, deux régiments du train, deux régiments de transmission, deux antennes chirurgicales d’armée et deux groupement d’intendance), trois corps d’armée à deux divisions d’infanterie et un corps de cavalerie à deux divisions blindées.

Le 1er Corps d’Armée polonais comprend un GRCA équipée d’autos blindées Daimler Dingo, un groupement antichar à canons de 47mm, un groupement antiaérien à canons de 40mm Bofors et deux divisions d’infanterie.

La 5ème DIP comprend trois régiments d’infanterie (13ème, 15ème et 17ème RIP), deux régiments d’artillerie (5ème RAPol et 205ème RAPol), de la 5ème batterie divisionnaire antichar polonaise, du 5ème bataillon de défense antiaérienne polonais, d’un bataillon du génie et d’unités de soutien.

Daimler Armoured Car

Elle bénéficie également du soutien du 5ème GRDI polonais, une unité motorisée équipée d’automitrailleuses britanniques Daimler Armoured Car en attendant la disponibilité de chars légers français pour les compléter , la priorité étant naturellement donnée aux unités françaises. Elle reçoit ses AMX-42 en avril 1949 peu avant l’attaque allemande.

La 1ère Division de Grenadiers de la Garde (1ère DGG) comprend trois régiments d’infanterie (4ème, 5ème et 6ème régiments de grenadiers), de deux régiments d’artillerie (6ème RAPol et 206ème RAPol), de la 6ème batterie divisionnaire antichar polonaise, du 6ème bataillon de défense antiaérienne, d’un bataillon du génie et d’unités de soutien.

Elle bénéficie également du soutien du 6ème GRDI polonais, une unité motorisée équipée d’automitrailleuses britanniques Daimler Armoured Car en attendant la disponibilité de chars légers français pour les compléter. A la différence du 5ème GRDI les chars ne sont pas là quand les allemands attaquent le 10 mai 1949.

Le 2ème Corps d’Armée polonais comprend un GRCA équipé de Daimler Armoured Car, un groupement antichar à canons de 47mm et un groupement antiaérien à canons Bofors de 40mm.

Ce corps d’armée comprend la 6ème DIP qui dispose de trois régiments d’infanterie (14ème, 16ème et 18ème RIP), de deux régiments d’artillerie (7ème RAPol et 207ème RAPol), de la 7ème batterie divisionnaire antichar polonaise, du 7ème bataillon de défense antiaérienne polonais, d’un bataillon du génie et d’unités de soutien.

Humber Armoured Car

Elle bénéficie également du soutien du 7ème GRDI polonais, une unité motorisée équipée d’automitrailleuses britanniques Humber Armoured Car en attendant la disponibilité de chars légers français pour les compléter, l’AMX-44 prévu pour équiper l’unité n’à pas encore été livré à l’unité en mai 1949 quand les allemands attaquent.

La 2ème DGG est l’autre unité de ce corps d’armée, une division ternaire avec trois régiments d’infanterie (7ème, 8ème et 9ème régiments de grenadiers), de deux régiments d’artillerie (8ème RAPol et 208ème RAPol), de la 8ème batterie divisionnaire antichar polonaise, du 8ème bataillon de défense antiaérienne, d’un bataillon du génie et d’unités de soutien.

Elle bénéficie également du soutien du 8ème GRDI polonais, une unité motorisée équipée d’automitrailleuses britanniques Daimler Armoured Car en attendant la disponibilité de chars légers français pour les compléter, chars qui n’ont pas été livrés en mai 1949.

Canon de 40mm Bofors utilisé par la Hongrie

Le 3ème Corps d’Armée polonais comprend un GRCA disposant d’autos blindées Humber Armoured Car, un groupement antichar canons de 47mm, un groupement antiaérien à canons Bofors de 40mm et deux divisions d’infanterie.

La 7ème DIP comprend trois régiments d’infanterie (19ème, 20ème et 22ème RIP), de deux régiments d’artillerie (9ème RAPol et 209ème RAPol), de la 9ème batterie divisionnaire antichar polonaise, du 9ème bataillon de défense antiaérienne polonais, d’un bataillon du génie et d’unités de soutien.

Elle bénéficie également du soutien du 9ème GRDI polonais, une unité motorisée équipée d’automitrailleuses britanniques Humber Armoured Car en attendant la disponibilité de chars légers français pour les compléter, des AMX-44 étant livrés en avril 1949.

La 3ème DGG comprend trois régiments d’infanterie (10ème, 11ème et 12ème régiments de grenadiers), de deux régiments d’artillerie (10ème RAPol et 210ème RAPol), de la 10ème batterie divisionnaire antichar polonaise, du 10ème bataillon de défense antiaérienne, d’un bataillon du génie et d’unités de soutien.

Elle bénéficie également du soutien du 10ème GRDI polonais, une unité motorisée équipée d’automitrailleuses britanniques Daimler Armoured Car en attendant la disponibilité de chars légers français pour les compléter , la priorité étant naturellement donnée aux unités françaises. A la différence du 9ème GRDI, les chars n’ont pas encore été livrés le 10 mai 1949.

-Le Corps de Cavalerie polonais porte le numéro 4 à la fois parce qu’il existe déjà trois corps d’armée mais aussi parce qu’il à y à trois Corps de Cavalerie français. Il comprend un état-major, des unités du génie et de soutien, un régiment d’artillerie lourde équipée de canons de 105L modèle 1941T et deux divisions blindées, les 10ème et 21ème DB.

B1bis

Les deux divisions blindées polonaises sont organisées en un état-major, des unités de soutien, un régiment de reconnaissance (10ème ou 20ème régiment de uhlans) équipée d’Humber Armoured Car et de douze Hotchkiss H-39, un bataillon de chars lourds équipés de trente-deux B1bis ex-français, deux bataillons de chars moyens équipés chacun de vingt-quatre chars, la 10ème DB disposant de Renault R-40 et la 20ème DB de Hotchkiss H-39, un régiment d’artillerie équipé de canons de 75mm modèle 1897 en attendant des canons de 75mm TAZ modèle 1939 et des canons de 105mm.

A l’issue de la campagne de France quand le front se stabilise à l’automne, les troupes polonaises ont subit de pertes sérieuses mais pas catastrophiques. Le fait qu’elles n’aient pas pris le choc principal en Belgique explique peut être cela.

Résultat au début de 1950, les forces polonaises en exil conservent encore de beaux restes :

-Les 1ère et 4ème DIP très affaiblies sont reconstituées sous la forme de Divisions Légères d’Infanterie (DLI) à deux régiments d’infanterie, un régiment d’artillerie, un bataillon antichar, un bataillon antiaérien, une compagnie d’autos blindées, une compagnie du génie et différentes unités de soutien.

Ces divisions vont être placées en réserve mais ne vont plus désormais combattre qu’en Italie, la 1ère DLIP participant à la reconquête de la Sardaigne alors que la 4ème DLIP sera engagée dans des combats en Sicile puis à l’opération SKYLOCK, le débarquement mené dans la région de Tarente.

-La 2ème DIP est reconstituée sur le modèle standard et va intégrer le 1er Corps d’Armée polonais en compagnie de la 3ème DIP, ces deux divisions ayant moins souffert des combats que leurs devancières. A la différence des 1ère et 4ème DIP, ces divisions vont combattre sur le front occidental jusqu’à la fin du conflit.

-Les 1ère et 2ème DGG (Divisions de Grenadiers de la Garde) assez peu entamées également forment le 2ème Corps d’Armée polonais nouvelle version.

-Le 3ème Corps d’Armée polonais est formé de la 10ème DB et de la 7ème DIP.

-Les autres divisions (3ème DGG, 5ème et 6ème DIP, 20ème DB) sont dissoutes pour compléter les effectifs des autres divisions ce qui ne va pas sans mouvements d’humeur et déception.

Cette armée polonaise combat en soutien des unités françaises, britanniques et américaines, ayant un statut comparable aux unités belgo-néerlandaises. Elle combat en Belgique, aux Pays-Bas puis en Allemagne, restant sous commandement français, le passage sous commandement britannique un temps envisagé se heurtant à la question de la logistique, les unités polonaises consommant français.

Les troupes polonaises au combat : Balkans et Méditerranée

Après la Campagne de France au cours de laquelle les unités polonaises s’illustrent, un autre théâtre d’opérations voit l’engagement des unités polonaises à savoir les Balkans dans le cadre du Corps Expéditionnaire Allié en Grèce (CEAG), une entité qui n’à qu’une existence symbolique car les unités françaises, britanniques et polonaises sont placées sous le commandement direct de l’armée grecque ce qui fort apprécié à Athènes car vu comme une marque de confiance.

Les polonais qui doivent reconstituer leurs unités en France n’engagent en Grèce que la Brigade autonome de chasseurs de Podhale, une brigade certes mais une brigade prestigieuse car s’étant illustrée en Norvège. Evacuée sur la Grande-Bretagne puis sur la France, elle à été reconstituée en vue de défendre la Corse ou la Sardaigne mais elle n’était pas prête à y être envoyée. C’est donc en Grèce que les ces solides montagnards polonais vont combattre sous le commandement du 8ème Corps d’Armée qui dépendait lui même de l’Armée d’Attique.

Elle combat mais n’est pas engagée dans les combats les plus virulents. En février 1950 elle rallie l’île de Zakynthos aux côtés de la 1ère DLI, sa « soeur de combat » car la 1ère Division Légère d’Infanterie avait combattu à ses côtés en Norvège.

Cette île située au large de la côte ouest de la Grèce est vitale pour empêcher tout débordement de l’Axe dans une redite méditerranéenne de la course à la mer de 1914.

A l’automne 1950 les premiers éléments de la 14ème division d’infanterie grecque arrive sur l’île, une division légère reconstituée sur le modèle des 6ème et 7ème DLI mais qui pour une raison inconnue à conservé son numéro d’origine. La relève est complète début octobre, français et polonais peuvent rallier la Tunisie pour repos, recomplément des effectifs et reprise de l’entrainement.

Début 1951 la brigade de montagne devient division légère de montagne. Elle reçoit des renforts venus de France et même des américains d’origine polonaise préférant combattre sous l’uniforme frappé de l’aigle blanc sur fond rouge plutôt que comme G.I.

A nouveau opérationnelle à l’automne 1951, elle va participer à l’opération HUSKY en Sicile déclenchée le 15 juillet 1952. Les combats sont violents, apres ce qui provoque son lot inévitable de pertes.

L’unité est d’ailleurs mise au repos de décembre 1952 à mars 1953 ce qui est significatif. Elle est engagée en Italie en avril juste après le changement de camp et va combattre dans la péninsule jusqu’à la fin de la guerre, terminant le conflit dans le sud de l’Autriche.

Comme nous l’avons vu plus haut, les 1ère et 4ème DLIP vont également participer aux opérations en Italie, la première en Sardaigne (opération DRAGON en août 1952) puis l’île pacifiée, la 1ère division légère d’infanterie polonaise va participer aux combats en Italie péninsulaire aux côtés de la 4ème DLIP qui elle avait combattu en Sicile (derniers combats et opérations de nettoyage) puis en Italie péninsulaire depuis l’opération SKYLOCK.

Les unités polonaises sous commandement soviétique

En 1990 peu avant sa disparition l’URSS à reconnu que les 7250 officiers polonais officiellement portés disparus avaient été exécutés par le NKVD (cet acte avait été attribué au allemands qui selon la théorie en vigueur à l’époque auraient pris d’assaut les « camps modèles » (sic) où se trouvaient les officiers polonais et qu’ils les avaient exécutés).

Cela représente un tiers des officiers polonais d’active et de réserve capturés par l’URSS. Si une partie fascinée par l’idéologie communiste avait choisit de rester en URSS, d’autres avaient été libérés à la condition express de ne pas rentrer en Pologne. Nombre d’entre-eux se sont retrouvés au sein de l’Armée Polonaise en France.

Les polonais restés en URSS ont d’abord été vus avec beaucoup de suspicions mais peu à peu ont été du moins acceptés du moins tolérés. Quand l’Allemagne déclenche l’opération BARBAROSSA nombre de ces polonais souhaitent se battre pour défendre leur patrie d’adoption.

Comme toute aide est bonne à prendre les soviétiques acceptent la création d’une division polonaise qui prend le nom de Tadeusz Kocisuzsko, division opérationnelle début 1951 et qui va combattre lors de l’opération FRIEDRICH.

Trois autres divisions vont être mises sur place ce qui permet la mise sur pied d’une 1ère Armée Polonaise dite Armée Polonaise de l’Est (Wojska wschodniopolskie) placée sous commandement soviétique, fortement corsetée par les soviétiques qui en ouvrant ou en fermant les vannes du ravitaillement montrent aux polonais les limites de la marge de manœuvre.

Cette Wojska Wschodniopolskie va combattre à partir de 1952, terminant la guerre en Pologne sur la frontière Oder-Neisse, la future frontière entre la Pologne et les Nouveaux Pays Allemands

Mitteleuropa Balkans (220) Slovaquie (14)

Artillerie antichar

3.7cm KANÓN PROTI ÚTOČNÉ VOZBĚ VZOR.34

Dès qu’une arme apparaît, la riposte ne tarde pas. Le char de combat ne fait pas exception et après le fusil le canon antichar fait également son apparition, une pièce d’artillerie légère et compacte d’un calibre allant de 25 à 57mm, les pièces d’un calibre supérieure étant par leur poids réservé à l’artillerie.

Parmi les calibres les plus utilisés figure le 37mm qui permet d’obtenir dans les années vingt et trente un bon compromis pour une arme capable de détruire l’immense majorité des blindés en service. Accessoirement le canon antichar était développé en canon de char.

C’est le cas du 3.7cm Kanon Proti Utocne Vozbé vozbé vzor.34, un canon antichar de 37mm mis en service dans l’armée tchécoslovaque en 1934. Il à été produit à 1379 exemplaires répartis entre un modèle destiné à l’infanterie (806 modèle 1934P), à la cavalerie (53 modèle 1934J) et aux unités motorisées (520 modèle 1934M).

Il répondait à une demande de l’armée tchécoslovaque pour un canon antichar capable de pénétrer 30mm de blindage à 1000m mais aussi capable de tirer un obus explosif à 4000m pour servir de canon d’infanterie pour par exemple neutraliser des blockhaus de campagne et des nids de mitrailleuse (comme le faisait par exemple le canon de 37mm TR modèle 1916)

Comme pour nombre de canons antichars, le 3.7cm KPIV vzor.34 à donné naissance à un canon de char qui à équipé un chasseur de chars légers le T-32 mais aussi deux chars légers, le LT vz.34 et le LT vz.35.

Après le démantèlement de la Tchécoslovaquie ce canon à été récupéré par les allemands et les slovaques

La Slovaquie à récupéré des pièces pour équiper moins ses unités antichars que ses compagnies d’armes lourdes (une par bataillon) qui disposait de six pièces chacune soit un total de 162 canons en ligne

Le 3.7cm Kanon Proti Utocne Vozbé vzor.34 était un canon antichar de conception et de fabrication tchécoslovaque de 37mm pesant 370kg en batterie (infanterie, 380kg pour les deux autres variantes) disposant d’un tube de 17.8 calibres (longueur 1.778mm) permettant le tir d’un projectile (37.2x268R) pensant 0.850kg à une distance maximale de 5000m avec l’obus explosif sachant que les meilleures performances en matière de pénétration étant de 31mm à 500m (incidence 30°), performances tombant à 22mm à 1500m. La cadence de tir étant de 23 coups par minute.

L’équipe de pièce composée de cinq hommes protégée par un bouclier de 4.7mm pouvait pointer le canon en site de -8° à +26° et en azimut sur 50°.

Ce canon pouvait être remorqué par un cheval ou par un camion léger.

3.7cm KANÓN PROTI ÚTOČNÉ VOZBĚ VZOR.37

Le 3.7cm KPUV vz.37 est une évolution du précédent. Mieux même il était censé le remplacer mais la Tchécoslovaquie disparu avant que cela soit possible. Seulement 196 exemplaires ont été produites de 1936 à 1939 répartis entre un modèle 34P pour l’infanterie (160 exemplaires), modèle 34J pour la cavalerie (22 exemplaires) et un modèle 34M pour les troupes cyclistes (14 exemplaires).

Il fût utilisé ensuite par l’Allemagne puis la Slovaquie qui récupéra la majorité des pièces (en l’occurence 113) juste à temps pour participer à la guerre hungaro-slovaque puis à la guerre de Pologne.

En revanche il n’était plus en service en 1950 quand les troupes de Bratislava ont été engagés en URSS à une époque où ce canon antichar ne pouvait détruire au mieux que des autos blindées et des chars légers très légers. Quelques pièces étaient encore stockées mais elles ont été ferraillées dans l’immédiat après guerre.

Le 3.7cm KPUV vz.37 était un canon antichar de conception et de fabrication tchécoslovaque pesant 370kg en ordre de combat (et 400kg en configuration transport), disposant d’un tube de 47.8 calibres (longueur 1.77m) permettant le tir d’un obus (QF 37×268) de 0.8kg à une distance maximale pratique de 900m avec une cadence de tir pratique de 12 coups par minute, (23 coups en théorie) pouvant percer 31mm à 500m (incidence 30°).

L’équipage de cinq hommes protégé par un bouclier de 4.7mm disposait d’un affût permettait au canon de pointer en site de -8° à +26° et en azimut sur 50°.

4.7cm KPÚV vz. 38

En dépit de la production massive de deux modèles de canons de 37mm, l’armée tchécoslovaque estimait le calibre insuffisant et demanda la mise au point d’un canon antichar de 47mm, donnant naissance au 4.7cm KPUV vz.38.

Ce canon antichar à l’aspect archaïque était cependant efficace ce qui explique qu’après la disparition de la Tchécoslovaquie les allemands ont récupéré toutes les pièces disponibles tout en continuant la production au profit notamment de leurs alliés hongrois et slovaques.

A noter que plusieurs prototypes de chasseurs de chars légers ont été mis au point en utilisant des châssis de chars déclassés (PanzerKampfwagen I et II essentiellement mais également d’anciens chars tchèques) avec un canon de 47mm vz38 dans une superstructure tirant vers l’avant ou vers l’arrière. La production pourrait être lancé avec un faible préavis. Au final ce ne sera pas le cas, les allemands préférant produire des Panzerjäger plus puissants.

Au sein de la Slovenska Armada le 4.7cm KPUV vz.38 équipait les compagnies antichars des deux divisions d’infanterie et la compagnie antichar et antiaérienne de la division blindée.

Cela donne trente-deux pièces en ligne, vingt-quatre (deux fois douze pièces) pour les divisions d’infanterie et huit pièces pour la division blindée (deux pelotons de quatre pièces).

Quelques pièces vont être employées par les forces paramilitaires pour lutter contre les mouvements de résistance et d’autres ont été employées depuis des positions fixes de campagne.

A la fin du conflit ce canon est totalement dépassé et les pièces sont rapidement envoyées à la ferraille, quelques canons antichars de 47mm modèle 1938 survivant aux chalumeaux des démolisseurs pour couler une paisible retraite dans les musées en Tchécoslovaquie et à l’étranger.

Le canon antichar de 47mm Skoda kanon P.U.V vz 36 était un canon antichar de conception et de fabrication tchécoslovaque de 570kg (585kg en configuration transport) disposant d’un tube de 43 calibres (2.04m) permettant le tir d’un obus (47x405R) de 1.64kg à raison de 12 coups par minute à une distance maximale de 4000m, pouvant perforer 48 mm de blindage à 500m (incidence 30°). L’affût permet à l’équipe de pièce de 5 hommes protégé par un bouclier de 4.7mm d’épaisseur de pointer le canon en site de -8° à +26° et en azimut sur 50°

Autre canons antichars

Canon antichar de 47mm modèle 1937

L’armée tchécoslovaque en France qui disposait au sein de ses divisions d’infanterie d’une batterie divisionnaire antichar (BDAC) disposait essentiellement comme canon antichar du canon de 47mm modèle 1937.

Devant le déclassement de ce canon et suite à la volonté d’utiliser que du 105mm au sein de l’artillerie divisionnaire, les canons de 75mm TAZ modèle 1939 sont transférés à la BDAC puis remplacées par des pièces neuves.

Artillerie antiaérienne

2cm VELKORÁŽNÍ KULOMET PROTI LETADLŮM VZOR.36

Ce canon de 20mm est tout simplement le célèbre canon de 20mm Oerlikon que l’armée tchécoslovaque va acquérir à 227 exemplaires en 1937/38 pour équiper essentiellement ses divisions rapides.

Quand la Tchécoslovaquie disparaît toutes les armes de feu l’armée tchécoslovaque sont récupérées par les allemands. Ces canons de 20mm ne sont pas remis en service au sein de la Heer qui les cèdent à ses alliés et notamment la Slovaquie.

Cette dernière va équiper ses deux divisions d’infanterie et sa division blindée avec respectivement une compagnie antiaérienne et une compagnie antiaérienne et antichar soit un total de trente-deux canons antiaériens, les divisions d’infanterie disposant d’une compagnie de douze pièces (trois pelotons de quatre plus un peloton d’état-major et un peloton de ravitaillement en munitions) alors que la division blindée possédait huit pièces (deux pelotons de quatre canons antiaériens plus deux pelotons de quatre canons antichars, un peloton d’état-major et un peloton de ravitaillement en munitions).

Ce canon servit aussi bien comme pièce de DCA que comme arme sol-sol. En raison du manque de pièces détachées, ce canon à été progressivement remplacé par des canons allemands de même calibre. Une poignée d’Oerlikon était encore en service en avril 1954 mais ils ont été rapidement envoyés à la casse car trop usés pour être d’un quelconque usage.

Le 2cm Velkorazni Kulomet Proti Letadlum vzor.36 était un canon antiaérien de conception et de fabrication suisse de 20mm pesant 62kg en position de tir (mais 295kg en configuration transport), disposant d’un canon de 65 calibres (1.4m) permettant le tir d’un projectile (20x101RB) pesant 0.12kg à une distance maximale de 3700m en tir antiaérien et de 5000m en tir sol-sol à raison de 280 coups par minute (120 en pratique) sachant que l’alimentation se faisait par des chargeurs de 15 coups.

L’équipe de pièce composée de sept hommes (chef de pièce, tireur, deux pourvoyeurs, deux assistants pourvoyeurs et deux transporteurs de munitions) pouvait pointer le canon en site de -8° à +75° et en azimut sur 360° (60° si le tir se fait sans enlever l’affût à deux roues utilisé pour le transport).

2cm Flak 30/38

2cm Flak 38

La pièce antiaérienne la plus légère de l’armée allemande était le 20mm, un calibre que l’on peut considérer comme international à la différence du 25mm français par exemple.

A l’origine de ces deux modèles de canons de 20mm figure le Flak 28, un canon mis au point à la fin du premier conflit mondial. Le traité de Versailles ayant interdit à l’Allemagne de développer de nouvelles armes, les bureaux d’études allemands soient vende leurs projets ou alors continue leur développement à l’étranger notamment en Suisse.

Comme les choses ne sont jamais simples, le Flak 30 à également pour origine le Solothurn ST-5 un canon suisse adopté par la Kriegsmarine sous l’a désignation de 20mm C/30 avant que Rheinmetall ne produise une version adaptée pour l’armée de terre qui l’adopta sous le nom de 2cm Flak 30.

L’affût était composé de deux roues mais pour le tir, il reposait sur le sol sur une plate-forme qui permettait un tir plus précis car le tir était plus stable. Seul problème, la cadence de tir _120 coups/minute_ était faible pour une arme de ce calibre.

D’où le lancement du modèle Flak 38 qui affichait une cadence quasiment doublée avec 220 coups/minute avec un poids légèrement plus faible (420 au lieu de 450kg). Le Flak 38 est mis en service en 1939 et la Kriegsmarine l’adopte également sous le nom du C/38.

Une version allégée destinée aux troupes de montagne et aux parachutistes baptisée Gebirgsflak 38 (2cm GebFlak 38) est également mise au point par Mauser, les performances étant identiques mais le poids nettement plus faible avec seulement 276kg. Les premières pièces sont produites en 1942.

Ces canons de 20mm sont utilisés en affûts simples, en affûts doubles et en affûts quadruples pour améliorer les performances en concentrant davantage de munitions dans un plus petit périmètre.

Ces affûts étaient montés sur des camions et des semi-chenillés, des prototypes de canons antiaériens chenillés étant mis au point en installant un affût quadruple sur un chassis de Panzer III. Les trains blindés étaient également équipés de ces canons.

Outre l’Allemagne, la Finlande, la Lituanie et la Bulgarie ont reçu ces modèles de canons et ce à partir de 1937/38 avec une première commande de 250 exemplaires suivit d’une deuxième de 162 exemplaires. D’autres canons de ce type vont être commandés ce qui fait qu’en septembre 1948 l’armée bulgaire possédait 550 pièces de ce type.

La Slovaquie va recevoir des pièces durant le second conflit mondial pour remplacer ses canons de 20mm Oerlikon qui étaient encore efficaces mais qui faisaient face à une pénurie préjudiciale de pièces détachées rendant leur utilisation peu sure.

La Slovenska Armada à reçu au total cinquante-quatre canons de ce type visiblement des pièces neuves même si la perte de beaucoup d’archives ne permet pas de le confirmer avec certitude. Ce qui est sur en revanche c’est que ce canon n’à pas été réutilisé après guerre par l’armée tchécoslovaque.

Le 2cm Flak 30 était un canon léger antiaérien de 20mm de conception et de fabrication allemande pesant 470kg en configuration transport et 364kg en batterie et disposant d’un tube de 65 calibres (longueur : 1.3m) permettant le tir d’un projectile (20x138B) de 0.136kg à une distance maximale de 4800m en tir sol-sol et de 2134m en tir antiaérien à raison de 280 coups par minute (120 en pratique) sachant que l’alimentation se faisait par des chargeur de vingt coups. A noter que l’obus perforant pouvait percer 20mm à 500m (30°).L’équipe de pièce de sept hommes pouvait pointer le canon en site de -20° à +90° et en azimut sur 360°

8.35cm PL kanon vz.22

Ce canon de 83.5mm à été mis au point par la firme Skoda en 1922 pour équiper l’armée tchécoslovaque d’un canon antiaérien médian.

En dépit de la mise au point de canons antiaériens plus modernes, cette pièce était encore en service en 1938 et va donc armer l’armée slovaque qui disposait d’un régiment antiaérien médian censé disposer de 36 pièces.

Comme l’armée slovaque n’à récupéré que vingt-neuf pièces, le régiment à du faire face à ce déficit de sept pièces.

En septembre 1948 ce canon est clairement dépassé et pour ne pas voir sa DCA être totalement déclassée, la Slovaquie demande la livraison de «88» pour les remplacer ce que Berlin refuse, préférant lui livrer des 8cm PL kanon vz.37 de seconde main. Bratislava qui connait parfaitement la fragilité de sa position accepte.

Les deux modèles de canon vont cependant cohabiter au sein du régiment jusqu’à la fin du conflit ! La guerre terminée les quelques 8.35m PL kanon vz.22 sont envoyés à la ferraille sans autre forme de procès.

Le 8.35cm PL kanon vz.22 était un canon antiaérien médian de conception et de fabrication tchécoslovaque pesant 8800kg disposant d’un tube de 55 calibres (longueur du tube 4.6m) permettant le tir d’un obus (83.5x677mm) explosif de 10kg à une distance maximale en tir antiaérien de 11300m à raison de douze coups par minute. L’équipe de pièce pouvait pointer le canon en site de 0° à +85° et en azimut sur 360°.

8cm PROTILETADLOVÝ VZOR.37

Le 8cm Protiletadlovy vzor.37 était un canon antiaérien de conception et de fabrication tchécoslovaque mis au point en 1937. D’un calibre de 76.5mm, il ne fût produit qu’à quatre-vingt seize exemplaires avant la disparition de la Tchécoslovaquie.

Les allemands capturèrent la majorité des pièces, les slovaques en récupérant un exemplaire au moment de leur déclaration d’indépendance. Ce canon fût surtout utilisé pour l’entrainement et la propagande mais par un begaiement dont l’histoire est friande ce canon allait servir sous les couleurs slovaques avec la livraison de pièces ayant brièvement servies dans les unités allemandes.

Comme nous l’avons vu plus haut l’unique régiment antiaérien médian de la Slovenska Armada devait disposer de trois groupes à trois batteries de quatre pièces soit trente-six canons en ligne. Or seulement vingt-neuf pièces étaient disponibles ce qui laissait un déficit de sept canons.

En septembre 1948 le 8.35cm PL kanon vz.22 étant clairement dépassé, Bratislava demande la livraison de canons de 88mm plus modernes. Berlin refuse mais propose de livrer des 8cm PL kanon vz.37 de seconde main ce que l’armée slovaque de mauvaise grace accepte.

Situation baroque le régiment disposait encore de douze canons de 83.5mm et de vingt-quatre canons de 76.5mm, situation qui perdura jusqu’à la fin de la guerre et si les canons de 83.5mm furent rapidement ferraillés, les 76.5mm furent brièvement conservés par l’armée tchécoslovaque.

Le 8cm Protiletadlovy vzor.37 était un canon antiaérien médian de conception et de fabrication tchécoslovaque pesant 3800kg en position de tir mais 5370kg en position de transport sur un affût à deux essieux.

Disposant d’un tube de 52.8 calibres (longueur du tube 4.040m), il pouvait tirer un obus de 14.58kg à une distance maximale de 11500m en tir antiaérien et de 16900m en tir sol-sol à raison de 10 à 15 coups par minute. L’équipe de pièce composée de 6 hommes pouvait pointer le canon en site de -1° à +85° et en azimut sur 360°

Autres canons antiaériens

Canon de 37mm Schneider modèle 1941

L’armée tchécoslovaque en exil disposait au sein de ses deux premières divisions d’infanterie d’un bataillon divisionnaire d’artillerie antiaérienne avec trente-six canons, douze canons de 37mm Schneider modèle 1941/49 et vingt-quatre canons de 25mm Hotchkiss modèle 1938/48, équipement qui ne variera pas jusqu’à la fin du conflit.

Canon de 25mm antiaérien Hotchkiss

Mitteleuropa Balkans (218) Slovaquie (12)

Artillerie

Artillerie de campagne

8cm LEHKÝ KANON VZOR.17

Le canon léger de 8cm modèle 1917 _traduction littérale de sa désignation tchècoslovaque_ n’est autre que l’ancien 8cm Feldkanone M.17, un canon de 76.5cm construit par la firme Skoda pour l’armée austro-hongroise. Naturellement après l’effondrement de la Double-Monarchie, cette pièce à été réutilisée par les états lui ayant succédé mais aussi d’anciens ennemis comme la Roumanie.

La Tchécoslovaquie arma son artillerie divisionnaire avec ce canon avant de procéder à sa modernisation. Comme naturellement une modernisation ne pouvait être une alternative crédible à une pièce neuve, ce canon à été progressivement remplacé par des canons plus modernes comme le Lehky Kanon vzor.30 mais en 1938 267 pièces étaient encore en service.

Quand la Tchécoslovaquie disparaît en mars 1939 les allemands saisissent des pièces dans leur protectorat de Bohème-Moravie mais n’en font pas grand chose.

En revanche la Slovaquie va l’utiliser dans les premières années de l’existence de la Slovenska Armada avant de la remplacer par des canons plus modernes. Si les soviétiques ont capturé une poignée de ces vénérables pièces d’artillerie il semble qu’il s’agissait de pièces utilisées pour la formation et non de canons opérationnels. Ce qui est certain c’est que tous ces canons survivants ont rapidement rejoint la ferraille.

Le 8cm Lehky Kanon vzor.17 était un canon de conception et de fabrication austro-hongroise pesant 2245kg en configuration transport et 1335kg en batterie. Disposant d’un tube de 30 calibres (longueur 2.29m) il pouvait tirer un obus explosif de 6.64kg (76.5x233R) à une distance maximale de 10500m à raison de huit coups par minute. L’équipe de pièce composée de dix hommes protégée par un bouclier de 4.2mm pouvait pointer en site de -8° à +45° et en azimut sur 8°.

8cm LEHKÝ KANON VZOR.30

Pour remplacer le 8cm Lehky Kanon vzor.17 la firme Skoda proposa d’abord le 8cm Lehky Kanon vzor.28 mais si ce canon fût exporté il ne fût pas utilisé à grande échelle par la Tchécoslovaquie qui préféra un autre modèle le canon léger de 8cm modèle 1930.

Les différences entre les deux modèles sont techniquement assez faibles. La principale différence c’est l’impossibilité pour le canon de pouvoir au moins théoriquement viser des cibles, le vz.28 ayant été conçu comme pièce de campagne, pièce de montagne et canon antiaérien.

Au total 204 pièces ont été produites à partir de 1933 pour l’armée tchécoslovaque. Ces canons utilisés au niveau de la division pouvaient soit être remorqués par six chevaux ou par un camion vz.29.

En mars 1939 les allemands vont saisir l’immense majorité des pièces de ce type pour équiper notamment l’artillerie des premières unités militaires de la S.S. Ultérieurement les slovaques vont récupérer des canons de ce type pour équiper les régiments d’artillerie des deux divisions d’infanterie et de la future division blindée. Cela donnait soixante-douze pièces en ligne plus quelques pièces en réserve.

Ce canon fût engagé en Pologne et surtout sur le front de l’est avec les troupes slovaques engagées dans l’opération BARBAROSSA. Quelques pièces furent capturées par les soviétiques mais elles n’ont pas été réutilisées.

Le 8cm Lehky Kanon vzor.30 était un canon de conception et de fabrication tchécoslovaque pesant 2977kg en configuration transport (2086 en version motorisée) et 1816kg en batterie. Disposant d’un tube de 40 calibres (longueur 3.060m) il pouvait tirer un obus explosif de 8kg (76.5x233R) à une distance maximale de 13500m à raison de dix coups par minute. L’équipe de pièce composée de dix hommes protégée par un bouclier de 4.2mm pouvait pointer en site de -8° à +80° et en azimut sur 8°.

10cm LEHKÁ HOUFNICE VZOR.14/19

A l’origine du 10cm LEHKÁ HOUFNICE VZOR.14/19 figure l’obusier léger de 100mm modèle 1914 une arme conçue par la firme Skoda pour l’armée austro-hongroise.

Outre l’Autriche-Hongrie, cet obusier va être utilisé par l’Autriche, l’Albanie, la Tchécoslovaquie, l’Allemagne (après l’Anschluss et le démembrement de la Tchécoslovaquie), la Grèce, la Hongrie, la Pologne, la Yougoslavie et donc l’Italie au titre notamment des dommages de guerre.

Cet obusier à été d’abord conçu avec un tube en bronze mais les derniers exemplaires produits disposaient d’un tube en acier.

Initialement cette pièce était hippomobile, six chevaux étant nécessaires pour remorquer l’obusier jusqu’à sa position de tir. Si nécessaire, cet obusier pouvait être divisé en trois fardeaux pour le transport en terrain difficile.

Après le premier conflit mondial certains obusiers furent munis de pneumatiques pour être remorqués par des camions, les sièges montés sur l’affût qui avaient leur raison d’être lors du remorquage hippomobile mais qui étaient inutiles pour le remorquage automobile.

L’obusier de 100mm modèle 1914/19 est une version très améliorée du précédent. 600 exemplaires ont été produits pour l’armée tchécoslovaque plus d’autres exemplaires pour l’exportation (Grèce, Pologne et Yougoslavie), obusier utilisé au niveau divisionnaire au sein du régiment d’artillerie des divisions d’infanterie.

La Slovaquie à récupéré quelques obusiers de ce type qui ont fait le coup de feu en Pologne et sur le front de l’est. Peu de pièces ont survécu au second conflit mondial.

Le 10cm LEHKÁ HOUFNICE VZOR.14/19 était un obusier léger de conception et de fabrication tchécoslovaque remorqué par un attelage de six chevaux pesant 1548kg en position de tir (mais 2937kg en configuration transport), disposant d’un tube de 2.4m (24 calibres) lui permettant de tirer un obus de type séparé (100x132mm) pesant 16kg à une distance maximale de 9800m à raison de six coups par minute. L’équipe de pièce composée de dix hommes protégée par un bouclier de 4.7mm pouvait pointer l’obusier en site de -8° à +50° et en azimut sur 6°.

10cm LEHKÁ HOUFNICE VZOR.30

Le 10cm houfnice vz.30 est un obusier léger de campagne, une variante modifiée de l’houfnice vz.28, il à été mis au point pour remplacer des pièces héritées de l’empire austro-hongrois ce qu’il ne fit que partiellement. A notez qu’il va partager le même affût que le 8cm LK vz.30.

Cette pièce va être utilisée par les allemands (158 exemplaires essentiellement par la S.S), par les slovaques (30 exemplaires) et surtout par la Roumanie qui commanda 720 pièces, 248 auprès de la Tchécoslovaquie et 472 exemplaires auprès des allemands durant la Pax Armada.

A noter que la production de pièces détachées en Roumanie ont permis à l’Armata Regala Romana de faire durer son parc jusqu’à la fin de la guerre.

Les trente obusiers de l’armée slovaque ont été utilisés essentiellement sur le front russe au sein du corps expéditionnaire slovaque pour appuyer les troupes slovaques en phase de défensive comme en phase offensive. Plusieurs exemplaires ont été capturés par les soviétiques et quand les slovaques rentrent au pays il ne reste qu’une poignée de pièces en service (quatre ou dix selon les sources).

Le 10cm Lehka Houfnice vzor.30 était un obusier de conception et de fabrication tchécoslovaque hippo (six chevaux) ou automobile (camion médiant) pesant 1798kg en ordre de tir (3077kg en configuration transport), disposant d’un tube de 25 calibres (longueur du tube 2.5m) lui permettant le tir d’un obus (100x132R) de 16kg à une distance maximale de 10600m à raison de six coups par minute. L’équipe de pièce de dix hommes protégée par un bouclier de 4.2mm pouvait pointer la pièce en site de -8° à +80° et en azimut sur 7.5°.

10.5cm Leichte Feldhaubitze 18

10.5cm Leiche FeldHaubitze 18

Suite à la défaite de 1918 l’Allemagne doit sérieusement réduire la voilure en terme militaire, le traité de Versailles signé sept mois après l’Armistice de Rethondes réduit l’armée de terre à 100000 hommes avec peu d’armes lourdes.

Faisant contre mauvais fortune bon cœur, les allemands étudient avec soin le premier conflit mondial en tirant de nombreuses conclusions comme le fait que le 77mm est jugé comme état un calibre trop faible.

Le 105mm est choisit comme calibre de base pour l’artillerie de campagne (ce qui n’empêchera pas le canon de 77mm d’être encore présent en septembre 1939).

A l’époque la Reichswehr possédait 84 10.5cm Leichte Feldhaubitze 16, un obusier de campagne correct mais qui devait être remplacé par une pièce plus moderne. C’est l’acte de naissance du 10.5cm Leichte Feldhaubitze qui est mis en service à partir de 1935.

La Slovaquie va recevoir cet obusier léger pour équiper son artillerie divisionnaire. Cet obusier va servir dans la Slovenska Armada jusqu’à la fin du conflit. Quelques pièces auraient été utilisées par la nouvelle armée tchécoslovaque mais probablement pour peu de temps.

Le 10.5cm Leichte Feldhaubitze 18 était un obusier léger de campagne de 105mm de conception et de fabrication allemand. Pesant 1985kg en batterie (3490kg en configuration transport), il disposait d »un tube de 28 calibres (2.94m) permettant le titre d’un obus de type séparé (jusqu’à six charges 105x155mmR) de 14.81kg à une distance maximale de 10675m à raison de six à huit coups par minute. L’équipe de pièce permet à l’obusier de pointer en site de -5° à +42° et en azimut sur 56°.

10.5cm HRUBÝ KANON VZOR.35

Le canon lourd de 10.5cm modèle 1935 était probablement la meilleure pièce d’artillerie tchécoslovaque qui aurait probablement rendu de grands service à l’armée du gouvernement de Prague si la guerre avait du éclater contre l’Allemagne. Produit à 106 exemplaires pour l’armée tchécoslovaque, il à également été exporté en Bulgarie et en Yougoslavie.

Voilà pourquoi les allemands après s’être emparé d’une majorité des pièces tchécoslovaques (les sources les plus fiables donnent 76 pièces pour les allemands et 24 pour les slovaques, le sort des six pièces restantes étant incertain) vont s’emparer de quelques pièces yougoslaves, pièces essentiellement utilisées pour la défense côtière.

Les slovaques vont les utiliser au sein des régiments d’artillerie lourde, la Slovenska Armada disposant de deux régiments à trente-six pièces pièces soit soixante-douze canons lourds en ligne.

Les 24 10.5cm Hruby Kanon vzor.35 vont équiper le premier régiment et vont combattre essentiellement en Russie où nombre de pièces seront perdues lors des contre-attaques soviétiques.

A la fin du conflit les slovaques ne possédaient que quatre pièces toutes en mauvais état et qui ont été vite envoyées à la ferraille par les nouvelles autorités tchécoslovaques.

Le 10.5cm Hruby Kanon vzor.35 était un canon lourd de campagne de 105mm de conception et de fabrication tchécoslovaque pesant 4200kg en batterie (mais 4600kg en configuration transport, le remorquage se faisant au sein de l’armée tchécoslovaque par un camion Tatra vz.29) disposant d’un tube de 42 calibres (longueur 4.4m) lui permettant de tirer un obus de 18kg à une distance maximale de 18100m à raison de 8 coups par minute.

L’équipe de pièce composée de neuf hommes protégé par un bouclier de 4.7mm peut pointer le canon en site de -6° à +42° et en azimut sur 50° de part et d’autre de l’axe.

Autre canons de campagne

Les divisions d’infanterie de l’armée tchécoslovaque en exil dépendant de la France, il était logique que l’équipement soit 100% français.

C’est ainsi que l’artillerie divisionnaire disposait de canons de 75mm TAZ modèle 1939, d’obusiers d’obusiers de 105C modèle 1935B et de canons de 155mm modèle 1946S.

Mitteleuropa Balkans (191) Grèce (35)

Artillerie

Artillerie de campagne

8cm Feldkanone C/80

Le 8cm Feldkanone C/80 était un canon de conception et de fabrication allemande mis au point par Krupp à la fin du XIXème siècle (1880).

Cette arme à été utilisée par l’armée allemande mais aussi es pays étrangers à savoir l’Albanie, la Bulgarie, le Brésil, le Chili, la Grèce, le Monténégro, l’Etat libre d’Orange, l’empire ottoman, la Roumanie et la Serbie. Au total 1880 pièces ont été produites pour l’Allemagne et pour l’export.

L’armée de terre grecque à utilisé ce canon au cours de la désastreuse guerre gréco-ottomane de 1897, durant les deux guerres balkaniques, durant le premier conflit mondial et durant la guerre gréco-turque de 1919 à 1922, le canon étant retiré du service au cours des années vingt puis envoyé à la casse, aucun canon n’ayant fait le coup de feu durant le second conflit mondial.

Le 8cm Feldkanone C/80 était une pièce d’artillerie de campagne de conception et de fabrication allemande de 75mm pesant 850kg et disposant d’un tube de 27 calibres (longueur du tube 2m) permettant le tir d’un obus de type séparé de 4.3 (standard ou shrapnel) ou 4.9kg (canister) à une distance maximale de 6000m à raison de dix coups par minute. L’équipe de pièce peut pointer le canon en site de -8° à +24° (la pièce est fixé en azimut).

Canon de 75mm Krupp modèle 1904/10

Ce canon de conception et de fabrication allemande à été acquis en 1910 par l’armée grecque à raison de 128 exemplaires. Elle va connaître le feu durant les deux guerres balkaniques, le premier conflit mondial, la guerre gréco-turque et même le second conflit mondial en dépit de son obsolescence pour une grande partie du parc.

En effet une partie du parc à été modernisée avec des pneumatiques pour permettre le remorquage par véhicule, un nouveau bouclier, de nouveaux viseurs mais à part deux prototypes, le tube d’origine fût conservé. Sur les 128 pièces livrées en 1910 moins de quarante canons ont ainsi été modernisés.

Quelques canons ont survécu à l’ouragan de la Campagne de Grèce. Elles ont été installées en position fixe pour défendre le front du Péloponnèse. Elles ont été retirées du service au cours du printemps 1952 après le quasi-épuisement des munitions. Un canon à été préservé et les autres envoyés à la casse.

Le Canon de 75mm Krupp modèle 1904/10 était un canon de conception et de fabrication allemande pesant 1070kg en position de tir mais 1770kg en configuration transport (traction hippomobile).

Avec son tube de 30 calibres (longueur 2.25m) ce canon tirait des obus de 6.35kg à une distance maximale de 8000m à raison de huit coups par minute. L’équipe de pièce de sept hommes protégée par un bouclier de 4mm d’épaisseur pouvait pointer en site de -5° à +15° en site et sur 6° en azimut.

Canon de 75mm Schneider modèle 1908

Ce canon de campagne de conception et de fabrication française à été acquis par l’armée grecquee comme son nom l’indique en 1908. Cinquante-six exemplaires qui ont été utilisés durant les deux guerres balkaniques, la première guerre mondiale et la guerre gréco-turque.

Toujours en service en septembre 1948 mais à l’époque totalement obsolète ce canon va participer à la Campagne de Grèce, servant aussi bien de canon de campagne que de canon antichar improvisé en dépit d’une inadaptation totale à ce rôle. Quelques pièces sont parvenues jusque dans le Péloponnèse mais elles étaient tellement usées qu’elles ont été rapidement envoyées à la casse.

Le canon de 75mm Schneider modèle 1908 était un canon léger de campagne hippomobile de conception et de fabrication française pesant 1040kg en position de tir mais 1798kg en configuration transport. Avec son tube de 31.4 calibres (longueur 2.350m), il pouvait tirer un obus explosif (75x280R) de 6.5kg à une distance maximale de 7300m à raison de douze coups par minute. Protégée par un bouclier de 4mm d’épaisseur, l’équipe de pièce de sept hommes pouvait pointer le canon en site de -8° à +16° et en azimut sur 6°.

Canon de 75mm modèle 1917

Le 75mm M1917 est un canon intérimaire destiné à l’armée américaine après l’entrée en guerre des Etats-Unis dans le premier conflit mondial. L’équipement reposant sur les alliés et notamment la France, le canon de campagne standard de l’American Expeditionnary Force doit être notre célébrissime «75».

Comme l’industrie française en dépit de prodiges peinait à fournir suffisamment de canons, les américains voulurent produire le modèle 1897 outre-Atlantique. Cela se heurta à de nombreux problèmes : plans incomplets et inadaptés, problèmes liés à l’utilisation du système métrique alors que l’industrie américaine utilisait le système impérial.

A l’époque les Etats-Unis avaient produit 851 canons QF-18 pounder pour l’armée britannique et devant les difficultés citées plus haut les américains réagirent de façon très pragmatique en décidant de rechambrer les QF 18 pounder pour pouvoir utiliser les munitions françaises. Il se distinguait extérieurement par un tube plus court et naturellement plus étroit.

Ironie de l’histoire le canon arriva trop tard pour participer au premier conflit mondial. L’US Army l’utilisa donc en temps de paix jusqu’à son remplacement par des canons plus modernes et d’un calibre plus élevé, les américains privilégiant le canon de 105mm pour l’artillerie divisionnaire.

La Grèce acheta 74 canons de ce type aux Etats-Unis et les utilisa durant la seconde guerre mondiale notamment durant l’invasion du pays par les italiens (opération CAESAR 5 mai 1949) puis lors de l’invasion allemande destinée à sécuriser le flanc sud de la future opération BARBAROSSA et accessoirement secourir une armée italienne dans la panade (opération MARITSA 7 juillet 1949).

Aucun canon n’à survécu à la campagne de Grèce qui s’achève en avril 1950 avec l’occupation d’une bonne partie du pays.

Le 75mm M1917 était un canon de 75mm de conception et de fabrication américaine pesant 1310kg (dont 450kg pour le seul canon) tirant via un tube de 28 calibres (2.24m) un obus QF 75x350mm de 7.3kg (shrapnel) ou de 5.6kg (explosif) à une distance maximale de 5938m (shrapnel) 7400m (explosif fusée courte) ou 6810m (fusée courte) à raison de 4 à 20 coups par minute. L’affût permet au canon de pointer en site de -5° à +16° et en azimut sur 4.5°.

Canon de 75mm modèle 1897

Pour renouveler son parc d’artillerie, la Grèce à choisit une nouvelle pièce d’artillerie française, le canon de 75mm TAZ (Tous Azimut) modèle 1939 mais en attendant que les pièces soient livrées, la France accepte de céder des canons de 75mm modèle 1897 de seconde main qui ont été reconditionnés par Schneider avant livraison à un bon client.

Le canon de 75mm modèle 1897 est une légende à tel point que l’on parle du «75» pour le désigner, une pièce qui à fait l’objet d’un véritable culte au point d’empêcher l’acquisition en masse de pièces lourdes ce que la France allait amèrement regretter en 1914.

Ce canon utilisé comme pièce de campagne, pièce antichar, pièce antiaérienne et pièce navale reste en service après 1918, une partie du parc est modernisée et adaptée à la traction automobile. La pièce reste capable de combattre même si elle est clairement en voie de déclassement.

Outre la France, ce canon va être utilisé par la Chine, les Etats-Unis, la Pologne, la Belgique, la Serbie, la Roumanie, l’Allemagne (pièces capturées), la Finlande, le Portugal, l’Espagne, la Grande-Bretagne, le Mexique et bien entendu la Grèce.

La Grèce va recevoir 92 canons de 75mm reconditionnés ainsi qu’un stock appréciable d’obus. Elles sont utilisées en compagnie d’autres pièces plus anciennes. Elles vont cohabiter avec leur successeur, Athènes n’ayant pas le luxe de se priver de canons même déclassés ou en voie de l’être.

Le «75» va être utilisé sous les couleurs grecques durant le second conflit mondial contre les italiens puis contre les allemands et les bulgares. Les italiens vont capturer huit pièces, les allemands six et les bulgares quatre soit un total de dix-huit canons capturés. Leur réutilisation est incertaine mais ce qui est certain c’est que ces pièces ont toutes disparu dans la fournaise du second conflit mondial.

Le canon de 75mm modèle 1897 était un canon de conception et de fabrication française pesant 1140kg en position de tir mais 1970kg en ordre de route. Avec un tube de 36 calibres (longueur 2.69m), il peut tirer un obus de 6.195kg à une distance maximale de 11100m à raison de vingt coups par minute. L’équipe de pièce de sept hommes peut pointer la pièce en site de -11° à +18° et en azimut sur 6°

Canon de 75mm TAZ modèle 1939

Canon de 75mm TAZ modèle 1939

Ce canon Tous Azimut est le successeur du célébrissime «75», le canon de 75mm modèle 1897, une pièce moderne et polyvalente car capable de servir à la fois de pièce d’artillerie de campagne mais aussi de canon antichar.

En effet il disposait d’une capacité de pointage en azimut sur 360° ce qui était une qualité indéniable pour la lutte antichar où il faut passer rapidement d’une cible à une autre.

Les premières pièces sortent d’usine en avril 1940 et intensivement testées durant le printemps et l’été à la fois pour le tir antipersonnel et pour le tir antichar.

La production en série commence à l’automne 1940 et au printemps 1941, les premières pièces commencent à remplacer les canons de 75mm au sein des DLM et des DC qui conservent des pièces tractées en plus des canons d’assaut.

Ils remplacent ensuite les canons de 75mm modèle 1897 au sein des RAD des DI, des DIM, des DIC et des DINA à raison de trois groupes à trois batteries de quatre pièces soit un total 36 pièces par régiment.

En juillet 1948, on trouve un total de 2860 canons de 75mm TAZ modèle 1939 répartis entre les Régiments d’Artillerie Divisionnaire (960 exemplaires), les Régiments d’Artillerie Coloniale (528 exemplaires), les Régiments d’Artillerie Nord-Africain (372 exemplaires), les Régiments Légers d’Artillerie (216 exemplaires), les Régiments d’Artillerie Tractée Tout-Terrain (240 exemplaires), les Régiments d’Artillerie Mobile de Forteresse (288 exemplaires) et les Régiments d’Artillerie de Position (256 exemplaires).

La Grèce à commandé 48 pièces en septembre 1944, pièces livrées entre janvier et juin 1946. Une deuxième commande est passée en juin 1947 pour 32 pièces qui sont livrées entre septembre 1947 et avril 1948.

Ces canons vont équiper les régiments d’artillerie des divisions d’active. Ils vont être utilisés comme pièce de campagne et comme canon antichar pour compenser le manque de canons antichars au sein de l’armée grecque.

Sur les 80 pièces livrées avant guerre, 36 ont survécu à la guerre italo-grecque puis à la Campagne de Grèce. Elles restent en ligne au sein des unités grecques défendant le Péloponnèse et l’isthme de Corinthe, livrant un duel intense avec l’artillerie italienne.

Pour reconstituer l’artillerie divisionnaire des cinq DI la Grèce à acquis de nouveaux canons dans un modèle amélioré qui intégrait les leçons des premières opérations du second conflit mondial mais aussi un certain nombre de solutions techniques pour accélérer la production, accélération d’autant plus nécessaire que la France par l’invasion de son territoire avait perdu une partie de son tissu industriel et seulement une partie puisque dès avant guerre un plan de déménagement des «usines stratégiques» devait préserver l’essentiel.

L’AGL à reçu 164 pièces de ce type sachant que chaque régiment d’artillerie divisionnaire disposait de vingt-quatre pièces. Cela faisait un total de 128 pièces en ligne sachant que les cinq DI et les trois DLI disposaient de seize pièces pour leur RAD. Si les trois DLI (6ème et 7ème DLI, 14ème DI) ne possédaient que des canons de 75mm, les cinq DI disposaient au sein de leur RAD de deux groupes de 75mm (quatre batteries de quatre pièces) et d’un groupe de 105mm (deux batteries de quatre pièces).

Comme durant la Campagne de Grèce (1949-1950) ce canon va appuyer les fantassins héllènes pour la libération de leur territoire. Assurant leur appui-feu, neutralisant des points durcis et coulant même des navires légers (certains canons placés sur la côte détruisant de la «poussière navale» qui cherchait soit à harceler les troupes au sol ou à évacuer des soldats isolés). Ces canons ont également servit de pièces antichars en dépit d’un armement plus fourni qu’en 1949/50.

A la fin du conflit il devient clair que le 75mm est un calibre trop faible même pour l’artillerie divisionnaire. Ces canons vont ainsi être remplacés au cours des années soixante par des canons de 105mm américains. Quatre canons de 75mm ce type sont toujours utilisés à Athènes comme canons de salut et deux pièces ont été préservés dans le musée de la guerre à Athènes.

Le canon de 75mm TAZ modèle 1939 est un canon de 40 calibres (longueur du tube 2.995m), pesant 2000kg en batterie, tirant des obus de 7.250kg à une distance maximale de 12500m à raison de vingt coups par minute (une cadence théorique, en pratique c’était plus faible et surtout il fallait se mettre à l’abri de la contre-batterie ennemie).

Son affût permettait un pointage en site de -11° à +25° et en azimut sur 360° sur la plate-forme prévue était adaptée. Si cette plate-forme n’était pas utilisée, le pointage en azimut était limitée à 15° de part et d’autre de l’axe.

Canon de 85(mm) modèle 1927 Schneider

Exhibit at the War Museum in Athens, Greece.

Ce canon de campagne d’un calibre assez inhabituel est un autre produit issu des bureaux d’études de la firme Schneider. Utilisé uniquement par l’armée grecque, il aurait été évalué par le Japon pour permettre la mise au point du canon de 75mm type 90 mis en service en 1931.

Les grecs vont utiliser ces 48 canons au niveau de leurs corps d’armée durant le second conflit mondial contre les italiens, les bulgares et les allemands qui capturèrent un certain nombre de pièces mais visiblement ces canons n’ont pas été réutilisés.

Quelques pièces (douze exemplaires au total) ont survécu à la terrible ordalie que constitua la Campagne de Grèce, servant depuis des positions fixes dans l’isthme de Corinthe. Ces canons livrèrent des duels avec l’artillerie italienne jusqu’à ce que le manque de munitions entraine leur retrait du service actif et leur envoi à la ferraille (septembre 1951).

Le canon de 85 modèle 1927 Schneider était un canon de conception et de fabrication française pesant 1985kg en configuration de tir et 2330kg en configuration transport (hippomobile avec huit chevaux ou motorisé avec un tracteur Somua MCG-5). Avec son tube de 34.8 calibres (longueur 2.96m) il pouvait tirer un obus de 8.8 ou de 10kg à une distance maximale de 15150m à raison de six coups par minute. L’équipe de pièce de sept hommes protégée par un bouclier de 3.5mm d’épaisseur peut pointer le canon en site de -6° à 65° et en azimut sur 54°.

Obusier léger de 100mm modèle 1914

Die gro

L’obusier léger de 100mm modèle 1914 est une arme conçue par la firme Skoda pour l’armée austro-hongroise.

Outre l’Autriche-Hongrie, cet obusier va être utilisé par l’Autriche, l’Albanie, la Tchécoslovaquie, l’Allemagne (après l’Anschluss et le démenbrement de la Tchécoslovaquie), la Hongrie, la Pologne, la Yougoslavie, l’Italie et la Grèce.

Cet obusier à été d’abord conçu avec un tube en bronze mais les derniers exemplaires produits disposaient d’un tube en acier.

Initialement cette pièce était hippomobile, six chevaux étant nécessaires pour remorquer l’obusier jusqu’à sa position de tir. Si nécessaire, cet obusier pouvait être divisé en trois fardeaux pour le transport en terrain difficile.

Après le premier conflit mondial certains obusiers furent munis de pneumatiques pour être remorqués par des camions, les sièges montés sur l’affût qui avaient leur raison d’être lors du remorquage hippomobile mais qui étaient inutiles pour le remorquage automobile furent alors démontés.

Dans l’immédiat après la firme Skoda devenue tchécoslovaque mit au point une version très améliorée, le modèle 1914/19 (10cm houfnice vz. 14/19) qui va être exportée en Pologne, en Grèce et en Yougoslavie.

L’armée grecque disposait d’un nombre inconnu de ces obusiers quand les italiens attaquent en mai 1949. Ce n’était pas leur baptême du feu puisqu’entre septembre 1948 et mai 1949 au cours de violents incidents de frontière ces obusiers légers ont participé à des duels d’artillerie avec des pièces italiennes et peut être des cousines.

Ces obusiers vont participer également à la Campagne de Grèce, certaines pièces parvenant jusqu’en territoire grec libre mais le manque de munitions et l’usure des obusiers déjà anciens rendit leur utilisation limitée et surtout problématique.

Après la livraison d’obusiers de 105mm américains, les quelques survivants ont rejoint la ferraille sans passer par les écoles d’artillerie.

Le 10cm Leichte Feldhaubitze mod.14 était un obusier de conception et de fabrication tchécoslovaque pesant 1350kg en position de tir, disposant d’un tube de 19 calibres (1.93m) lui permettant de tirer un obus de type séparé (100x183mm) pesant 14kg à une distance maximale de 8400m à raison de six à huit coups par minute. L’équipe de pièce composée de six hommes pouvait pointer l’obusier en site de -8° à +50° et en azimut sur 6°.

105mm Howitzer M-2A1

En dépit d’une puissante industrie, l’armée américaine fût largement équipée d’armes françaises après son entrée dans le premier conflit mondial. C’est ainsi que les DIUS disposaient de canons de 155mm Schneider.

Dans les années vingt après analyse de l’utilisation de l’artillerie dans le premier conflit mondial, l’armée américaine estime avoir besoin au niveau divisionnaire d’un obusier de 105mm.

Comme souvent dans cette période, les commandes de matériel modernes sont remis à des jours meilleurs et l’US Army continue d’utiliser des armes issues du premier conflit mondial soit des canons français et britanniques.

Il faut attendre le début des années quarante pour voir enfin l’artillerie divisionnaire américaine être régénérée par la mise au point de nouveaux canons et de nouveaux obusiers. Parmi ces armes figurent le 105mm Howitzer M2A1.

Il fait suite au M2 testé à Fort Still en 1932 et construit à moins d’une centaine d’exemplaires. Le M2A1 qui lui succède est fort proche de son ainé mais montre un certain nombre de différences notamment une élévation verticale accrue et un affût renforcé pour permettre un remorquage automobile à plus grande vitesse.

Les premières commandes sont passées à l’automne 1940. Elles augmentent significativement à partir de l’automne 1945 avant de littéralement explosées après septembre 1948 pour permettre d’équiper les groupes divisionnaires mais également les groupes de la Réserve Générale.

Au final ce sont 9750 obusiers de 105mm HM2 qui sont produits avant la fin du conflit, 8536 pour les forces armées américaines et 1214 pour les alliés.

La Grèce à reçu des obusiers de ce type pour équiper les RAD de ces cinq divisions d’infanterie à raison de huit pièces par régiment soit quarante obusiers auxquels il faut ajouter seize pièces pour les tests et l’entrainement.

Ces obusiers vont opérer en appui des troupes grecques soit en préparant le terrain pour l’assaut ou pour contrer une offensive ennemie en déclenchant un tir de barrage ou un contre-barrage.

Ces obusiers sont restés en service jusqu’en 1977 quand ils sont remplacés par des obusiers légers de 155mm.

Le 105mm Howitzer M-2A1 est un obusier de conception et de fabrication américaine pesant 2260kg en configuration de tir. Disposant d’un tube de 22 calibres (longueur 2.310m), il tirait un obus explosif de 19kg à une distance maximale de 11720m à raison de deux à quatre coups par minute. L’équipe de pièce peut pointer l’obusier en site de -5° à +66° et en azimut sur 46°.

Mitteleuropa Balkans (140) Yougoslavie (28)

Artillerie

Artillerie de campagne

7.5cm M.1912

Le 7.5cm M.1912 était le canon de 75mm Schneider modèle 1912, un canon léger destiné à la cavalerie, une pièce livrée à la Serbie avant le premier conflit mondial, pièce également utilisée par la France et la Pologne.

La Yougoslavie à reçu au total 100 exemplaires de cette pièce pour équiper l’artillerie de sa puis de ses divisions de cavalerie. Une partie du parc fût modernisée ce qui explique que des canons de ce type ont fait le coup de feu contre les allemands et les italiens lors de l’opération MARITSA.

Aucun canon de ce type n’à été évacué vers la Grèce ou l’Egypte. Les allemands ont capturé douze pièces qu’ils ont rétrocédé à l’Etat indépendant de Croatie, les hongrois six et les italiens vingt, Budapest ne les réutilisant visiblement pas faute de munitions alors que les italliens les ont utilisé depuis des positions fixes. Aucun canon de ce type n’à survécu au second conflit mondial.

Le 7.5cm M.1912 était un canon de conception et de fabrication française pesant 960kg en batterie et 1550kg en configuration transportant, disposant d’un tube de 1.905m soit 25.4 calibres tirant un projectile explosif de 5.5kg (75x350R) à une distance maximale de 7500m à raison de 15 coups par minute. Protégé par un bouclier de 3.5mm d’épaisseur, l’équipe de pièce de sept hommes peut pointer le canon en site de -8° à +17° et en azimut sur 9°.

7.5cm Gebirgskanone M.15

Connu en version originale sous le nom de Skoda 7.5cm Gebirgskanone M.15, le canon de 75mm Skoda modèle 1915 est comme son nom l’indique un canon de montagne dont le caractère démontable entraina un fragilité préjudiciable lors des remorquages en terrain difficile.

Utilisé durant le premier conflit mondial par les austro-hongrois et par les allemands (ces derniers comme canon d’infanterie), il à été utilisé une fois le conflit terminé par l’Italie qui à reçu ces canons au titre des dommages de guerre.

Il à été naturellement utilisé par les pays ayant succédé à la Double-Monarchie à savoir l’Autriche, la Tchécoslovaquie, la Hongrie, la Pologne et la Yougoslavie mais aussi la Bulgarie, la Roumanie et la Turquie.

La mise au point de ce ce canon à été longue en raison des incertitudes des services techniques qui hésitaient entre un canon démontable en multiples fardeaux ou un canon démontable en ensembles plus gros.

Voilà pourquoi ce canon dont l’étude à été lancé en 1911 n’à été mis en service qu’en avril 1915 soit un an de retard sur le planning initial. Après guerre une version améliorée baptisée modèle 1928 à été mise au point.

Ce canon était toujours en service dans l’armée yougoslave en juillet 1949, étant utilisé principalement par l’artillerie de montagne mais aussi par certaines unités de campagne. Ces canons furent appréciés pour leur discrétion et leur maniabilité ce qui à permis également leur évacuation vers l’Egypte où leur utilisation ne dépassa pas le stade de l’entrainement. Certaines pièces furent réutilisés par les croates ou par les résistants yougoslaves.

Le 7.5cm Gebirgskanone M.15 était un canon de conception et de fabrication austro-hongroise (tchèque) pesant 614kg en position de tir et tirant avec son tube de 15.4 calibres (longueur du tube 1.15m) un projectile de 6.35kg (75x129R) à une distance maximale de 8250m à raison 6 à 8 coups par minute. L’équipe de pièce de six hommes peut pointer le canon en site de -10° à +50° et en azimut sur 7°.

Canon de 75mm Skoda modèle 1928

Le canon de 75mm Skoda modèle 1928 est comme son nom l’indique un canon de conception et de fabrication tchécoslovaque. C’est un canon principalement destiné aux troupes de montagne mais également utilisable comme pièce d’artillerie de campagne légère.

Cette pièce à été utilisée par la Tchécoslovaquie, la Yougoslavie, l’Allemagne, l’Etat indépendant de Croatie, la Roumanie et la Colombie.

La Yougoslavie à reçut 250 pièces suite à une première commande suivit de 450 autres au milieu des années trente soit un total de 700 canons.

Ces pièces furent utilisées par l’artillerie de montagne et par l’artillerie de campagne. Occasionellement durant l’opération MARITSA certains canons furent utilisés pour la lutte antichar.

Quelques canons furent évacués vers la Crète puis vers l’Egypte, canons utilisés pour l’entrainement pour former de nouveaux artilleurs en attendant la livraison de nouveaux canons par les britanniques chargés du rééquipement des yougoslaves dans le domaine de l’artillerie et du génie.

Quelques pièces ont été récupérées par les italiens, les allemands et les croates, pièces souvent utilisées depuis des positions fixes au sein de bases d’appui-feu. Les maquisards et les partisans même si ils préféraient être légers et furtifs ont parfois utilisé ce canon. Quelques pièces ont été préservées après guerre comme canon de salut.

Le Canon de 75mm Skoda modèle 1928 était un canon de conception et de fabrication tchécoslovaque pesant 1816kg en batterie (2977kg en transport en configuration hippomobile, 2086kg en configuration automobile), disposant d’un tube de 40 calibres (3.060m) lui permettant de tirer un obus explosif de 8kg (75x174R) à une distance maximale de 13500m à raison de douze coups par minute. L’équipe de pièce de six hommes protégée par un bouclier de 4.2mm peut pointer en site de -8° à +80° et en azimut sur 8°.

8cm M.05/08

Le 8cm Feldkanone M.5 est un canon de campagne (Feldkanone) mis en service en 1907/08 au sein de l’armée austro-hongroise. Si son aspect extérieur est conventionnel, le tube n’est pas en acier mais en bronze.

Ce choix anachronique s’explique par le fait que l’Autriche-Hongrie peinait à fournir suffisamment d’acier de bonne qualité. La mise au point à été longue ce qui explique que bien que le canon soit de modèle 1905 il à en fait été mis en service en 1907/08. Peu après un modèle amélioré baptisé M.05/08 à été mis en service avec un tube en acier.

Outre l’Autriche-Hongrie, ce canon à été utilisé par l’Autriche, la Tchécoslovaquie, la Hongrie, l’Italie et la Yougoslavie. Outre le premier et le second conflit mondial, le canon de 76.5mm à été utilisé par les italiens lors de la guerre italo-abyssinienne (1935/36).

Outre les rôles d’artillerie de campagne et d’artillerie de montagne ce canon à été utilisé pour la défense antiaérienne, le canon étant installé sur une plate-forme permettant au canon de pointer sur 360°. Les canons ainsi modifiés étaient baptisés 8 cm Luftfahrzeugabwehr-Kanone M 5/8 MP dans l’armée austro-hongroise et Cannone da 77/28 CA (contraereo) dans l’armée italienne.

L’armée royale yougoslave à reçu 270 exemplaires de cette arme, un canon déjà déclassé dans les années vingt.

Ce canon était encore en service en septembre 1948 à une époque où il était totalement obsolète et le canon ne fût pas d’une grande utilité face à l’offensive germano-italo-hongroise.

Le 8cm Feldkanone M.5 est un canon pesant 1816kg (2977kg en configuration transport) disposant d’un tube de 2.285m (30 calibres) permettant le tir d’un obus encartouché QF 76.5x283mm pesant 8.31kg à une distance maximale de 13500m à raison de 12 coups par minute. L’équipe de pièce qui sert ce canon se compose de sept hommes protégés par un bouclier de 3.5mm et peut pointer en site de -5° à +23° et en azimut sur 8°.

QF-25 Pounder (canon-obusier de 25 livres)

Dès la fin de la Campagne de Yougoslavie, le gouvernement yougoslave en exil s’empressa de soliciter les alliés pour permettre la remise sur pied d’une armée digne de ce nom. Plus facile à dire qu’à faire.

Non seulement les troupes yougoslaves étaient dispersées en Grèce mais en plus les alliés étaient divisés sur la question. Il fallut un peu de temps pour que tout le monde accorde ses violons.

Finalement la remise sur pied de quatre divisions d’infanterie et d’une division blindée est décidée, l’équipement devant être assurée par la France (infanterie), la Grande-Bretagne (artillerie et génie) et les Etats-Unis (blindés).

Chaque division d’infanterie yougoslave devant disposer d’un régiment d’artillerie à vingt-quatre pièces Londres accepta de fournir l’équipement nécessaire sous la forme du canon-obusier de 25 livres ou en version originale, le QF 25 Pounder.

Cette arme remarquable qui n’à rien à envier avec le canon de 75mm TAZ modèle 1939 est un canon-obusier puisque si il à été conçu comme obusier (canon court, angle d’élévation important) il fût davantage utilisé comme canon voir même comme canon antichar en attendant l’arrivée massive d’un canon de 17 livres spécifiquement dédié à la destruction des blindés ennemis (encore que ce canon pouvait également être utilisé en artillerie sol-sol).

Les premiers canons-obusiers de 25 livres mis en service en 1940 reprennaient l’affût du QF 18 Pounder Mk IV avec tout de même une différence majeure à savoir une plate-forme permettant de pivoter sur 360° ce qui facilitait le passage d’une cible à l’autre.

Au printemps 1942 le Mk II entre en production avec un nouvel affût qui ne devait rien au canon de 18 livres. En 1945 le Mk III remplace le Mk II sur les chaines de montage alors qu’en Australie le Mk IV ou Mk I Short était une version allégée et démontable en plusieurs fardeaux produite uniquement en Australie pour permettre son emploi en terrain difficile comme la jungle.

Outre l’Australie (qui disposait également de Mk I et II), le canon-obusier à été exporté au Canada (qui à ensuite décidé de le produire sous licence), en Afrique du Sud, en Irlande, au Portugal, en Norvège au Danemark et en Yougoslavie.

96 QF 25 Pounder Mk III sont livrés pour équiper les régiments d’artillerie plus 16 QF 25 Pounder Mk II de seconde main pour permettre l’entrainement des artilleurs yougoslaves.

Ces canons vont accompagner les troupes yougoslaves dans la reconquête des Balkans et la libération du royaume de Yougoslavie. Ils vont rester en service jusqu’au milieu des années soixante, étant remplacé par des obusiers D-30 de 122mm.

Le Ordnance QF 25 pounder était un canon de 25 livres (87.6mm) tirant via un tube de 31 calibres (2.715m) un obus de 11.340kg (qu’il soit explosif, fumigène, éclairant ou chimique) à une distance maximale de 12253m à raison de six à huit coups par minute. L’équipe de pièce se compose de six hommes (même si en cas d’urgence quatre personnes peuvent le mettre en œuvre) et peut grâce à l’affût pointer en azimut sur 360° (8° en n’utilisant que l’affût) et en site de -5° à +40°.

10cm Leichte Feldhaubitze M.14

L’obusier léger de 100mm modèle 1914 est une arme conçue par la firme Skoda pour l’armée austro-hongroise.

Outre l’Autriche-Hongrie, cet obusier va être utilisé par l’Autriche, l’Albanie, la Tchécoslovaquie, l’Allemagne (après l’Anschluss et le démembrement de la Tchécoslovaquie), la Grèce, la Hongrie, la Pologne, la Yougoslavie et donc l’Italie au titre notamment des dommages de guerre.

Cet obusier à été d’abord conçu avec un tube en bronze mais les derniers exemplaires produits disposaient d’un tube en acier.

Initialement cette pièce était hippomobile, six chevaux étant nécessaires pour remorquer l’obusier jusqu’à sa position de tir. Si nécessaire, cet obusier pouvait être divisé en trois fardeaux pour le transport en terrain difficile.

Après le premier conflit mondial certains obusiers furent munis de pneumatiques pour être remorqués par des camions, les sièges montés sur l’affût qui avaient leur raison d’être lors du remorquage hippomobile mais qui étaient inutiles pour le remorquage automobile.

A noter que la Tchécoslovaquie à mis au point une version très améliorée, le modèle 1914/19 (10cm houfnice vz. 14/19) qui va être exportée en Pologne, en Grèce et en Yougoslavie.

L’armée royale yougoslave à utilisé cet obusier principalement au sein de son artillerie divisionnaire mais aussi au sein de son artillerie d’armée. Cet obusier bien qu’ancien était toujours bon pied bon œil et joua son rôle pour appuyer les fantassins yougoslaves ou repousser les troupes ennemies.

Aucun obusier n’à été évacué en direction de la Grèce ou de l’Egypte mais les allemands, les italiens et les croates ont récupéré des obusiers de ce type pour être réutilisés notamment au combat contre les partisans, les maquisards mais aussi contre les troupes régulières alliées.

Le 10cm Leichte Feldhaubitze était un obusier de conception et de fabrication tchécoslovaque pesant 1350kg en position de tir, disposant d’un tube de 1.93m (19 calibres) lui permettant de tirer un obus de type séparé (100x183mm) pesant 14kg à une distance maximale de 8400m à raison de six à huit coups par minute. L’équipe de pièce composée de six hommes pouvait pointer l’obusier en site de -8° à +50° et en azimut sur 6°.

Obusier de montagne de 100mm Skoda modèle 1916

L’obusier de montagne de 100mm Skoda modèle 1916 est une pièce d’artillerie mise au point pour l’armée austro-hongroise mais qui va connaître une très longue carrière dans de nombreux pays.

Outre son pays d’origine il à été utilisé par l’Autriche, la Tchécoslovaquie, l’Allemagne, la Grèce, la Hongrie, l’Italie, la Pologne, la Roumanie, la Yougoslavie et la Turquie, cette dernière dans une variante en calibre 105mm.

Cet obusier fût utilisé par l’artillerie de campagne mais aussi par l’artillerie de montagne. Quelques pièces ont été évacuées vers la Grèce mais n’ont pas été réutilisées par l’armée yougoslave reconstituée faute de munitions adaptées. Les pièces stockées dans le Péloponnèse ont été ferraillées après guerre.

L’obusier de montagne de 100mm Skoda modèle 1916 était une pièce de conception et de fabrication tchécoslovaque pesant 1235kg en position de tir disposant d’un tube de 1.9m (19 calibres) permettant le tir d’un obus explosif de 14kg (100x132R) à une distance maximale de 8490m à raison de cinq coups par minute. L’équipe de pièce composée de 11 hommes était protégée par un bouclier de 4.2mm et pouvait pointer en site de -8° à +70° et en azimut sur 5°.

10cm M.1928

L’obusier de 100mm modèle 1928 était une arme de conception et de fabrication tchécoslovaque, une autre réalisation de la célèbre firme Skoda. Vingt exemplaires ont été commandés et livrés à la Yougoslavie.

L’objectif était de créer une arme combinant les qualités d’un obusier et d’un canon de montagne sur une seule arme. Au premier il empruntait une grande élévation en site et au second la légèreté et une capacité à être démontée en trois fardeaux. Si l’armée tchécoslovaque ne le commanda pas, elle prit livraison d’un grand nombre de son successeur, le modèle 1930.

Cet obusier va participer à l’opération MARITSA appuyant l’infanterie yougoslave en phase offensive comme en phase défensive. Quelques pièces se retrouvèrent en Grèce, étant mises en œuvre par leurs servants en soutien des troupes grecques. Malheureusement quand il fallu évacuer la Grèce continentale en direction du Péloponnèse on décida de saboter les pièces.

Quelques pièces (bis) ont été capturées par les allemands qui les ont remis en état avant de les céder à leurs alliés croates qui bénéficièrent de pièces neuves issus des stocks de l’armée tchécoslovaque et un temps utilisé par les allemands.

Le 10cm M.1928 était un obusier de campagne léger de conception et de fabrication tchécoslovaque de 100m pesant 1798kg en position de tir (3077kg en configuration transport) et disposant d’un tube de 25 calibres (longueur 2.5m) ce qui lui permet de tirer un projectile de type séparé de 16kg (100x132R) à une distance maximale de 10600m à raison de huit coups par minute. L’équipe de pièce de dix hommes protégée par un bouclier de 4.2mm peut pointer l’obusier en site de -8° à +80° et en azimut sur 8°.

10.5cm M.1913

Canon de 105mm modèle 1913S dans un musée finlandais

Le 10.5cm M.1913 est tout simplement le canon de 105L modèle 1913S, un produit de la maison Schneider qui devait beaucoup à un canon de 107mm de la firme Putilov où la maison Schneider avait beaucoup investit avant guerre.

Ce canon fût utilisé par la France mais aussi par ses alliés comme la Belgique et l’Italie. Après guerre la Pologne et la Yougoslavie ont récupéré des canons pour équiper leur armée.

C’est ainsi que l’armée royale yougoslave va récupérer 60 canons de ce type, des canons d’abord à traction hippomobile puis utilisés via une traction automobile. Ces canons étaient utilisés au niveau de l’armée, l’équivalent yougoslave de notre ALCA (Artillerie Lourde de Corps d’Armée).

Aucune pièce n’à pu être évacuée vers la Grèce mais les italiens ont récupéré douze pièces qu’ils vont réutiliser au profit de leurs troupes déployées dans les Balkans. Aucune des soixante pièces n’à survécu au second conflit mondial.

Le 10.5cm M.1913 était un canon lourd de conception et de fabrication française pesant 2350kg en position de tir mais 2750kg en configuration de tir. Avec son tube de 28.5 calibres (soit 2.987m) il pouvait tirer un obus explosif de 15.74kg à une distance maximale de 12000m à raison de 6 coups par minute. L’équipe de pièce composée de huit hommes pouvait derrière son bouclier de 4.5mm d’épaisseur pointer le canon en site de -5° à +37° et en azimut sur 6°.

10.5cm M.1936

Le 10.5cm M.1936 est la désignation yougoslave d’un autre canon tchèque, le 10.5cm hruby kanon vz.35 (canon de 105mm lourd modèle 1935). Sa carrière dans l’armée tchécoslovaque est courte mais elle va continuer au sein des armées allemandes, slovaques et yougoslaves.

Bien que désigné modèle 1936 il à été en réalité mis en service en 1937 dans l’armée royale yougoslave qui après avoir acquis 120 canons directement auprès de Prague se lança dans une production sans licence, la production chaotique et difficile s’achevant en septembre 1946 après la sortie de 160 pièces supplémentaires pour équiper essentiellement l’artillerie d’armée (équivalent en Yougoslavie de notre Artillerie Lourde de Corps d’Armée).

Ces canons furent surtout utilisés pour des missions de contrebatterie et pour gêner les derniers préparatifs des attaques et des offensives alliées.

En raison d’un poids important, son évacuation et sa sortie de batterie fût délicate pour ne pas dire impossible ce qui explique le grand nombre de pièces sabotées par leurs servants quand il fallait échapper à l’ennemi. Certains de ces canons furent volontairement (?) mal sabotés et réutilisés ultérieurement par les allemands essentiellement pour la défense côtière.

Une poignée de canons à pu être évacué par les yougoslaves en direction de la Crète où ils furent utilisés pour défendre le port de La Sude contre un éventuel débarquement amphibie ennemi. Son utilisation à cessé au printemps 1953 en raison de l’épuisement des stocks de munitions.

Le 10.5cm M.1936 était un canon lourd de campagne de 105mm de conception et de fabrication tchécoslovaque pesant 4200kg en batterie (mais 4600kg en configuration transport) disposant d’un tube de 42 calibres (longueur 4.4m) lui permettant de tirer un obus de 18kg à une distance maximale de 18100m à raison de 8 coups par minute. L’équipe de pièce composée de huit hommes protégé par un bouclier de 4.7mm peut pointer le canon en site de -6° à +42° et en azimut sur 50° de part et d’autre de l’axe.