URSS (69) Armée de Terre (17)

Les armes de l’Armée Rouge (2) : armes collectives de l’infanterie

Fusils mitrailleurs

Fedorov_Avtomat

Fedorov Avtomat.JPG

Le fusil automatique Fedorov est un peu l’équivalent russe du Browning Automatic Rifle (BAR) américain à savoir une arme hybride entre le fusil d’infanterie et le fusil mitrailleur.

Lire la suite

Publicités

Japon (65) Armée de Terre (5)

Armes collectives de l’infanterie (1) : fusils-mitrailleurs

Avant-Propos

Quand on interroge des gens sur la première guerre mondiale, les premières images qui surgissent sont les tranchées, les barbelés, le no-man’s land balayé par le feu des mitrailleuses, les soldats tués pour des avancées de quelques mètres.

Lire la suite

Etats Unis (115) Armée de Terre (5)

Armement

Armement de l’infanterie (1) pistolets, revolvers et pistolets mitrailleurs

Revolver Colt New Service

Colt New Service 2.jpg
Ce revolver adopté par l’US Army en 1892 est issu du Colt New Navy, revolver adopté en 1889 par l’US Navy.

Lire la suite

23-Armée de terre Ligne Maginot (14)

Les armes du béton : mitrailleuses, canons, fusils-mitrailleurs, mortiers et lance-bombes

Le béton c’est bien, avec du cuirassement c’est mieux mais sans armement, cela ne sert à rien, un obstacle non battu par les feux ne va ralentir l’ennemi que quelques minutes, quelques heures tout au plus.

La Ligne Maginot va donc recevoir un armement puissant même si la non réalisation des canons de 145mm (portée : 30km) va réduire la puissance de la Muraille de France.

Cette puissance ne devant surtout pas être amoindrie, il est décidé de l’équiper d’un armement spécifique pour éviter ce qui c’était passé en 1915 à savoir le désarmement des forts notamment de Verdun qui avait mis en difficulté l’armée française en 1916 lors de l’offensive de février.

L’armement peut être divisé en deux catégories : l’artillerie chargée de missions d’interdiction lointaine et l’infanterie chargée de missions de défense rapprochée, au contact direct avec l’ennemi.

 Les matériels d’artillerie (1) : les matériels de 75mm

En ce qui concerne ce calibre historique de l’artillerie française avec le fameux «75» de 1897, on trouve un total de huit modèles pour casemates et tourelles dont deux réservés aux fortifications du Nord Est.

-Le premier modèle est un canon-obusier modèle 1929 qui dont le tube est dérivé du canon de 75mm modèle 1897 avec un berceau auquel il est relié par un frein de tir et un récupérateur.

Au Nord-Est, ce matériel équipe cinq casemates de flanquement (quatre à trois pièces et une à deux pièces) alors que le Sud-Est dispose de douze pièces et que la Corse dispose de quatre pièces.

La portée maximale à +40° est de 12900m (11000m à +30°) avec une cadence de tir de douze coups à la minute en tir normal, de 24 en tir accéléré, des tests ayant permis une cadence de 36 coups à la minute en séries d’une dizaine de coups.

Portée maximale : 12100m Cadence de tir : douze coups à la minute Longueur du tube : 2.721m Pointage : en direction 45° de chaque côté et en site de -8° à +40° (limité à 30° pour certains casemates)

-Le second modèle est un obusier de 75mm modèle 1932. C’est un matériel à tir rapide et court recul destiné à armer certaines casemates de flanquement. Par rapport au précédent, le tube est raccourci de 30cm ce qui réduit la volée à 0.45m contre 1.50m. Vingt-trois matériels sont livrés entre mars 1933 et mai 1934. Les performances sont semblables à celle du matériel précédent.

Portée maximale : 11900m Cadence de tir : douze coups à la minute Longueur du tube : 2.421m Pointage : en direction 45° de chaque côté et en site de -9° à +40° (limité à 30° pour certains casemates)

-Le troisième modèle est un obusier de 75mm modèle 1932R. Il s’agit d’un matériel à tir rapide et court recul destiné à équiper initialement les coffres flanquants des ouvrages de la fortification permanente puis certains blocs de flanquement.

Il se compose d’un tube de 75mm modèle 1905 raccourci avec une culasse Nordenfeld. Comme les coffres de flanquement ont été abandonnés, seuls neufs matériels vont être livrés pour équiper les ouvrages de Billig, du Hackenberg et du Hochwald.

Il aurait du remplacer le mortier de 75mm modèle 1931 de portée insuffisante. Dans les autres ouvrages (Soetrich, Mont-des-Welches et Schoenenbourg), les casemates prévus ont été remplacés par des tourelles.

Portée maximale : 9200m Cadence de tir : douze coups à la minute Longueur du tube : 1.555m Pointage : en direction 45° de chaque côté et en site de -3° à +35°

-Le quatrième matériel est l’un des deux réservés aux fortifications Maginot implantés dans les Alpes. Il s’agit du canon-obusier modèle 1933 destiné à équiper certains casemates en terrain rocheux.

Considéré comme une excellente arme, il est destiné à équiper les casemates d’action frontale et ne présente aucune volée vulnérable à un coup ennemi. Pour ce qui est de ses caractéristiques techniques, elles sont identiques au modèle 1932 exception faite de sa portée qui est de 12000m.

-Le deuxième matériel spécifique aux ouvrages du Sud-Est est le mortier de 75mm modèle 1931. Construit par l’Atelier de Puteaux, il dispose d’un tube très court tourillonnant à la bouche et monté sur un affût poutre. Trente exemplaires de ce matériel destiné à battre les défilements aux abords des ouvrages. Un projet de mortier sous tourelle à été abandonné et remplacé _uniquement en Alsace-Lorraine_ par les tourelles de 75mm modèle 1932R.

Portée maximale : 5900m Cadence de tir : douze coups à la minute Longueur du tube : 1.371m Pointage : en direction 45° de chaque côté et en site de -5° à +35°

-Le canon-obusier de 75mm modèle 1933 sous tourelle est en fait un canon-obusier modèle 1929 raccourci de 30cm et utilisé en jumelage de deux tubes avec des caractéristiques techniques identiques. Au total vingt et un tourelles ont été installées, seize dans le Nord-Est et cinq dans le Sud-Est.

Portée : 11900m Cadence de tir : 26 coups par minute par tourelle Longueur du tube : 2,421m Pointage en direction : 360° en site -2° à +40°

-Le canon-obusier de 75mm modèle 1932R en tourelle est identique à son homologue en casemate. Vingt-quatre canons en douze tourelles ont été installés dans le Nord-Est

-Le canon-obusier de 75mm modèle 1905R est une version modifiée/modernisée de ces tourelles installées sur les forts de la génération précédente. Une seule tourelle à été installée, tourelle dont l’angle de tir est passé de +12°45′ à +30°.

Portée : 8200m Cadence de tir : 20 coups par minute par tourelle Longueur du tube : 1.555m Pointage en direction : 360° en site 0° à +30°

Pour ce qui est de munitions, on trouve des obus explosifs, des obus de rupture, des obus à balles ou encore des boites à mitraille. Généralement, la proportion est de 25% d’obus à balles, 70% d’obus explosifs, 3% d’obus de rupture et 2% de boites à mitrailles.

Les matériels d’artillerie (2) : matériels de 135 et de 81mm

Tourelle de 135mm à éclipse

Tourelle de 135mm à éclipse

-Le lance-bombes de 135mm modèle 1932 est une arme spécifiquement étudié pour la fortification pour être utilisé indifférement sous casemate ou sous tourelle. Il se compose d’un tube très court de 1.145m avec une culasse à coin, à déplacement horizontal, l’ouverture étant automatique et l’affût est à sélette.

Ce système ayant été long à mettre au point, il à été installé sur la Ligne Maginot à seulement quarante-trois exemplaires, neuf en casemates (7 dans le Nord-Est et 2 dans le Sud-Est) et trente-quatre en tourelles (32 dans le Nord-Est et 2 dans le Sud-Est).

Portée : 5600m Cadence ce tir : 6 coups/min (casemate) et 2 coups/min (tourelle) Longueur
du tube : 1.145m Pointage : en direction 360° en tourelle 45° en casemate 0 à +40° en site
pour les lance-bombes en casemate et +9° à +45° pour les lance-bombes en tourelle

-Comme les différentes pièces de 75mm, le mortier de 81mm modèle 1932 est dérivé d’une  arme existante en l’occurence le mortier Stokes-Brandt modèle 1927-31. Son tube est cependant lisse avec une portée limitée à 3600m.

Cette arme va être utilisée sous casemate à 86 exemplaires, seulement dix-huit pièces pour le Nord-Est et soixante-huit pour le Sud-Est et sous tourelle à 42 exemplaires en vingt et une tourelles confiées uniquement aux ouvrages du Nord-Est.

mortier de 81mm modèle 1932  jadis installé dans la Ligne Maginot

mortier de 81mm modèle 1932 jadis installé dans la Ligne Maginot

Portée : 3600m Cadence ce tir : 13 coups/minute (casemate) et 26 coups/minute (tourelle, treize par tube) Longueur du tube : 1.575m Pointage : en direction 360° en tourelle 45° en casemate en site 45° (site fixe)

Si les ouvrages du Nord-Est sont équipés de matériels neufs, les ouvrages du Sud-Est, dans les Alpes ont bénéficié de l’appui de matériels anciens issus des forts du 19ème siècle comme le canon de 95mm modèle 1888 sous casemate (portée : 7000m 45° en direction 40° en site) et le canon de 155mm modèle 1877 monté sous tourelle Mougin ou sous casemates.

Les matériels d’infanterie

Le flanquement par feux d’infanterie et la défense rapprochée des ouvrages dévolus aux armements d’infanterie vont, en raison de l’évolution des menaces, se scinder en deux : antipersonnel et antichar.

-En ce qui concerne l’armement antipersonnel, on trouve d’abord le fusil-mitrailleur de 7.5mm modèle 1924/29. Fabriqué par la Manufacture d’Armes de Chatelleraut (MAC), ce fusil-mitrailleur qui à succédé au calamiteux Chauchat va armer les cloches GFM, les caponnières de défense rapprochée, les portes blindées et les blockaus de défense intérieure monté sur créneaux (type A) ou sur rotules (type B) dans les cloches ou les créneaux sous bétons ou encore sur un collier pour les créneaux de porte.

Calibre : 7.5mm Longueur du canon : 50cm Portée pratique : 600m Cadence de tir : 500
coups par minute (200 dans la pratique) Alimentation : chargeurs droits de vingt coups

-La mitrailleuse MAC 31 de 7.5mm est montée en jumelages, des jumelages dit Reibel du nom du général ayant fait adopter cet équipement (16 octobre 1930). Il équipe les cloches de mitrailleuses, les tourelles et les créneaux sous béton, les ouvrages puissants du Nord-Est disposant de 61 tourelles.

Calibre : 7.5mm Longueur du canon : 60cm Portée pratique : 1200m (600m en tir rasant) Cadence de tir : 500 coups par minute Alimentation : chargeurs camenbert de 150 coups

L’action de ces armes à tir tendu est complétée par diverses armes spécialement étudiées pour couvrir les défilements ou les angles morts : les goulottes et les mortiers.

goulotte lance-grenades pour la défense des fossés diamants

goulotte lance-grenades pour la défense des fossés diamants

-La goulotte lance-grenades est destinée à assurer la défense des fossés diamants qui couvrent l’arrière des ouvrages. Les premiers ouvrages sont équipés d’un créneau de pied pour fusil-mitrailleur mais rapidement, une solution moins couteuse est adoptée à savoir un tube d’un mètres de long incliné à 45° qui permet d’envoyer dans le fossé une grenade F1 à bouchon allumeur modèle 1916B

-Il était prévu également un mortier de 60mm modèle 1931 installé dans une cloche lance grenades mais en 1940, ce système est loin d’être au point et seuls les ouvrages CEZF seront équipés de cette arme destinée à battre les angles morts aux abords du bloc.

 Calibre : 60mm Portée : 200 à 1700m Cadence de tir : 15 coups/minute Alimentation : une noria permet de livrer au mortier 25 coups à la minute Angle de tir : +55° à +90° Poids du projectile : 1.1kg

-A la différence du précédent, le mortier de 50mm modèle 1935 à lui équiper les «vieux ouvrages» de la ligne Maginot. Il à ainsi été produit à 1600 exemplaires dont seulement quatorze installés hors cloche, neuf pour la défense des fossés (Nord-Est) et cinq en flanquement de position (Sud-Est).

Calibre : 50mm Longueur du tube : 45cm Poids du matériel : 11kg Portée maximale : 695m
(+20° site fixe) Cadence de tir : 10 à 15 coups par minute

A l’origine, il n’était pas prévu d’armement antichar mais dès 1931, l’évolution des menaces implique l’installation d’obstacles et d’armes spécifiquement conçues pour contrer les blindés.

Cette mise en place ne se fit pas sans mal car la seul façon d’équiper les blocs d’infanterie d’armes antichar était de se priver d’un jumelage de mitrailleuses ce qui réduisait sensiblement la puissance de feu des blocs.

On à donc adopté une position pragmatique avec une alternance selon les besoins entre un canon et des mitrailleuses. Monté sur rails fixés au toit , le canon pouvait tirer depuis l’un des deux créneaux après effacement du jumelage de mitrailleuses.

Deux canons vont être utilisés dans cette position. Le premier est le canon antichar de 47mm modèle 1934. Ce canon de 50 calibres tirait des obus de 1.67kg ou de 2kg (boulets de marine modèle 1902…..) à une distance maximale utile de 1000m où il peut perforer 56mm de blindage (les premiers Panzer III avaient 15mm de blindage) à raison de vingt coups par minute. Il peut pointer en hauteur de -15° à +10° et en direction sur 45° à droite et à gauche.

Le second est le canon antichar de 37mm modèle 1934. Ce canon de 47 calibres tirait des obus de 0.9kg (boulets modèle 1936) à une distance maximale utile de 1000m où il peut perforer 30 à 40mm de blindage à raison de 20 coups par minute. Il peut pointer en hauteur de -15° à +10° et en direction sur 45° à droite et à gauche.

Les canons antichars de 47 et de 37mm sont destinés à équiper des chambres de tir pour le tir en flanquement mais ne répond pas à la problématique de défense antichar depuis les organes dépourvus de chambre de tir et pour le tir frontal.

On décide d’équiper la Ligne Maginot de canons antichars de 25mm Hotchkiss modèle 1934 en modifiants certains cuirassements pour qu’ils puissent recevoir une version adaptée à la forteresse de ce canon de 25mm déjà adopté par les unités de campagne.

En ce qui concerne les cloches, outre la modification des cloches JM (Jumelage de Mitrailleuses), on trouve des cloches spécifiques appelés cloches AM (Arme Mixte).

En ce qui concerne les tourelles, certaines tourelles d’avant 1914 seron modifiées tout comme d’autres tourelles de mitrailleuses. D’autres seront conçus spéciacelement combinant canon de 25mm et mortiers de 50mm.

Le canon de 25mm modèle 1934 était un canon ayant un tube allant de 1.00m (tourelles et cloches avec mitrailleuses) à 1.50m (tourelle AM) en passant par 1.18m pour les cloches AM. Il tire des projectiles de 0.320kg à une distance maximale allant de 500 (cloche) à 800m (tourelle AM).

Au total, les ouvrages de la ligne Maginot (non comptés ceux de la CEZF) vont disposer de douze tourelles à armes mixtes (toutes dans le Nord-Est) et sept tourelles à une arme mixte + mortier de 50mm, elles aussi toutes présentes dans le Nord-Est.

Enfin signalons la présence de mitrailleuses de 13.2mm Hotchkiss modèle 1930 dans les ouvrages des Basse-Vosges ou du Rhin dont on peut douter de l’efficacité antichar sauf contre des véhicules légers.

 

mitrailleuse de 13.2mm Hotchkiss modèle 1930

mitrailleuse de 13.2mm Hotchkiss modèle 1930

22-Armée de terre : armement et matériel (63)

Étuis pour armes de poing et équipement associé au fusil-mitrailleur

Comme dans les autres domaines, il existe différent type d’étuis pour arme de poing, certains récents, d’autres plus anciens sans oublier les anciens modèles adaptés à une nouvelle arme ou au nouvel équipement modèle 1935.

On trouve l’étui de pistolet automatique modèle 1916 _spécialement conçu pour le pistolet Ruby_, l’étui de pistolet automatique modèle 1916 modifié 1937 (pour s’adapter au grand équipement modèle 1935) et l’étui de pistolet automatique modèle 1937 _conçu pour les PA modèle 1935 A et S_.

Pour ce qui est des révolvers, on trouve un étui modèle 1893 modifié 1909 destiné à toutes les armes sauf la cavalerie qui utilise un étui modèle 1916. Ces étuis sont modifiés pour s’adapter à l’équipement modèle 1935.

Des cartouchières destinées aux pistolets mitrailleurs sont également mises au point.

La mise au point de l’équipement modèle 1935 permet d’unifier l’équipement au niveau du groupe de combat quelque soit la fonction du combattant au sein du groupe de combat.

Auparavant, des effets spécifiques sont mis au point pour adapter tant bien que mal l’équipement ancien modèle au fusil-mitrailleur modèle 1924 modifié 1929 et pour quelques rares unités encore équipées du Chauchat.

Pour le fusil mitrailleur modèle 1915 (nom officiel du Chauchat), on voit l’introduction d’une musette porte-cartouches fabriquée dans le même matériau que celui utilisé pour le havresac en l’occurence de la forte toile. Elle peut contenir quatre chargeurs et une trousse ou huit chargeurs.

On trouve également un havresac pour fusil mitrailleur (BO du 25 mai 1917) qui peut contenir huit chargeurs et une trousse de 64 cartouches ou douze chargeurs. Comme pour la musette décrite plus haut, ce matériel existe en une version pour le Châtellerault modèle 1924 modifié 1929.

Pour le fusil-mitrailleur de la Manufacture d’Armes de Châtellerault, on trouve un havresac modèle 1924 porté par le chargeur de l’arme avec un total de huit chargeurs et par les trois pourvoyeurs qui emportent quatre chargeurs chacun alors que la musette modèle 1924 est portée par le caporal adjoint ou chef de groupe, par le tireur et par le chargeur avec deux ou trois chargeurs dans la musette.

Les cavaliers et les dragons portés utilisent une cartouchière modèle 1924 pouvant transporter deux chargeurs de FM avec les balles vers le bas.

 

On trouve pour toutes les armes des musettes porte-grenades apparues durant le premier conflit mondial. Chaque groupe de combat disposent de deux musettes par groupe de combat d’infanterie, transportées dans les voiturettes à munitions et 80 musettes par régiment de cavalerie, transportées sur la voiture à grenades régimentaire.

Les outils

Devant vivre sur le terrain, les fantassins et les cavaliers embarquent des outils pour creuser, couper et aménager le terrain surtout à une époque où la guerre des tranchées est dans toutes les têtes et où l’un des premiers réflexes du combattant est de s’enterrer. Quand aux hommes du génie, les outils sont leur raison de vivre.

Parmi les outils individuels on trouve la pelle ronde portative modèle 1916, la pioche portative d’infanterie modèle 1916 (qui remplace un modèle antérieur plus petit), la pelle-pioche modèle 1909, le pic à tête portatif, la bêche portative emmanchée, la hache portative à main emmanchée, la hache portative ordinaire emmanchée, la serpe portative et le coupe-coupe sénégalais.

On trouve également une scie égoïne portative, une scie égoïne modèle 1929, une scie articulée modèle 1879 et plusieurs modèles de cisailles portatives.

Le génie utilise un pic à tête, une pioche portative ordinaire, une pelle ronde portative, une hache de parc, une pince à main, un exploseur boulanger et enfin une trousse d’artificier avec tout le nécessaire pour manipuler les explosifs.

Les différents outils sont répartis de la façon suivante au sein de l’infanterie, de la cavalerie et du génie :

-Au sein du groupe de combat d’infanterie, le sergent-chef de groupe dispose d’une cisaille renforcée, le caporal adjoint une hache portative à main, le grenadier VB (puis un voltigeur) une pelle pioche, les quatre voltigeurs disposent de chacun d’une pelle, le tireur FM une bêche, le chargeur une pelle pioche et les trois pourvoyeurs disposent de deux bêches et une serpe.

-Au niveau de la section, l’agent de transmission dispose d’une bêche, l’observateur d’une pelle-pioche et le caporal VB une scie égoïne et un mètre pliant en cuivre.

-Au niveau de la section de commandement de compagnie, le sergent transmissions/renseignements dispose d’une scie égoïne, le sergent comptable dispose d’une cisaille renforcée, le caporal comptable d’une cisaille à main, les quatre agents de transmissions se partagent deux bêches et deux pelles-pioches, un signaleur à une pelle modèle 1916 et son collègue une hache portative à main, un observateur à une pelle modèle 1916 et son collègue une hache portative à main, le caporal d’ordinaire dispose d’une serpe, les quatre cuisiniers se partagent deux pelles modèle 1916, une pioche modèle 1916 et une hache portative ordinaire, le tailleur, le coiffure et l’ordonnance d’un officier monté ont une pelle modèle 1916, le cordonnier une pioche modèle 1916.

-Au niveau de la section de commandement du régiment, les sous-officiers de liaison possèdent
chacun une cisaille à main portative, le sergent téléphoniste une scie égoïne, les quatre caporaux téléphonistes se partagent deux serpes et deux cisailles renforcées.

Les vingt téléphonistes se partagent huit bêches, huit pelles-pioches et quatre haches portatives à main, le sergent radio dispose d’une scie égoïne, les trois caporaux radio se partagent deux serpes et une cisailles renforcée et les onze radios se partagent quatre bêches, quatre pelles-pioches et trois haches portatives à main.
Le sous-officier renfort transmissions dispose d’une cisaille renforcée, les deux caporaux renfort transmissions disposent chacun d’une serpe et les vingt-six soldats renfort transmissions se partageaient onze bêches, onze pelles-pioches et quatre haches portatives à main.

Le sergent signaleur dispose d’une cisaille renforcée, le caporal signaleur une serpe et les quatre signaleurs se partagent deux pelles modèle 16, une pioche modèle 16 et une hache portative à main.

Les deux colombophiles disposent d’une bêche ou d’une pelle-pioche, le sous-officier adjoint OR dispose d’une cisaille renforcée, le sergent observateur dispose d’une cisaille renforcée, le caporal observateur dispose d’une serpe, les quatre soldats observateurs disposent de deux pelles modèle 16, une pioche modèle 16 et une hache portative à main, les six ordonnances d’officier montés se partageant trois pelles modèle 16 et trois pioches modèle 16.

-Au niveau de la section de commandement du bataillon, le caporal adjoint dispose d’une cisaille à main portative, le caporal téléphoniste dispose d’une cisaille renforcée, les cinq téléphonistes se partagent deux bêches, deux pelles-pioches et une hache portative à main.

Le caporal radio dispose d’une serpe, les trois radios se partagent une bêche, une pelle-pioche et une hache portative à main; les quatre signaleurs, les deux colombophiles et les deux coureurs se partagent deux pelles modèle 16, une pioche modèle 16, deux bêches, deux pelles-pioches et une hache portative à main.

Le sergent renseignement dispose d’une cisaille renforcée, les quatre observateurs se partagent deux pelles modèle 16, une pioche modèle 16 et une hache portative à main; les deux cuisiniers disposent pour l’un une pelle modèle 16 et une hache portative ordinaire; le caporal manutentionnaire dispose d’une serpe, les quatre manutentionnaires se partagent trois pelles modèle 16 et une pioche modèle 16; les quatre sous-officiers en réserve disposent chacun d’une cisaille renforcée et les dix caporaux en réserve se partagent cinq haches portatives à main et cinq pioches modèle 16.

-au sein du groupe de combat (monté) de cavalerie, tous les cavaliers possèdent une pelle-pioche, quatre hommes disposant d’un second outil.

Le brigadier chef d’escouade disposent d’une cisaille à main ou d’une pince universelle; l’un des pourvoyeurs dispose d’une serpe, le brigadier chef de l’escouade d’éclaireurs dispose d’une scie articulée modèle 1879 et l’un des trois éclaireurs dispose d’une cisaille renforcée.

Des pelles portatives du génie, des haches portatives à main et des pioches portatives petites sont transportées dans les voitures et peuvent transportées attachés à la selle, les autres outils sont fixés sur le ceinturon au côté droit pour le combat à pied. Les chasseurs d’Afrique et les spahis disposent également de coupe-coupe sénégalais.

-La compagnie de sapeurs mineurs dispose au total de 24 haches portative ordinaire, 16 scies articulées, 8 cisailles portatives modèle 1930, 4 pinces à pied de biche de 0.60m, 48 pelles rondes portative, 48 pioche portative ordinaire, 8 pic à tête portatif modèle 1929, 4 hache à main d’ouvrier en bois, 12 scies égoïnes modèle 1929, 8 tarières, 4 marteaux et tenailles de charpentier, 4 clés à molette de 30mm d’ouverture et pince universelle, 4 masses à tranche avec burin et 4 trousses d’artificier.

-La compagnie de mineurs artificiers dispose au total de 24 haches portatives ordinaires, 1é scies articulées, 8 cisailles portatives modèle 1930, 4 pinces à pied de biche de 0.60m, 4 pistolets de mine de 0.70 et curette de 0.70m, 44 pelles rondes portatives, 44 pioches portatives ordinaires, 8 pic à tête portatif modèle 1929, 4 hache à main d’ouvrier en bois, 12 scies égoïne modèle 1929, 8 tarières, 4 marteau et tenaille de charpentier, 4 clé à molette de 30mm d’ouverture et pince universelle, 4 masses à tranche avec burin et 12 trousses d’artificier.

-La compagnie de sapeurs pontonniers dispose au total de 24 haches portatives ordinaires, 1é scies articulées, 8 cisailles portatives modèle 1930, 4 pinces à pied de biche de 0.60m, 40 pelles rondes portatives, 40 pioches portatives ordinaires, 8 pic à tête portatif modèle 1929, 8 hache à main d’ouvrier en bois, 16 scies égoïne modèle 1929, 12 tarières, 8 marteau et tenaille de charpentier, 8 clé à molette de 30mm d’ouverture et pince universelle, 4 masses à tranche avec burin et 4 trousses d’artificier.

Le matériel de campement

A part l’équipement apparu avec le modèle 1935, tous les effets décrits dans ce chapitre étaient déjà en service avant 1914, ou depuis la fin de la première guerre mondiale pour la boite à vivres.

Outre le matériel individuel, on trouve du matériel collectif comme une gamelle de campement (deux par groupe de combat), une marmite de campement (deux par groupe de combat), un sceau en toile (deux par groupe de combat), un moulin à café (un par section), une lanterne pliante (une par section), un couteau à conserves (un pour trois hommes), une brosse à habits, une brosse à laver et une brosse à chaussures pour trois hommes.

-On trouve ainsi des sacs et sachets pour vivres en différents modèles plus ou moins grand avec un sac à distribution, un sachet à vivres collectifs (artillerie), un sachet à pain de guerre et un sachet pour vivres de réserve.

-On trouve également une serviette (60x70cm), un seau en toile apparu en 1876 avec une hauteur de 30cm pour un diamètre extérieur de 23cm. Pour le campement, on trouve des lanternes pliante système Montjardet fabriquée en fer blanc et lucarnes en mica.

-Pour le campement, les hommes disposent d’un morceau de tente individuelle modèle 1897. Cela permet de réaliser un abri de fortune mais pour réaliser une vraie tente pour six soldats, il faut six toiles (quatre pour le toit et deux pour les portes). Une tente individuelle apparaît en 1935 mais ce nouveau modèle est quasiment identique à son devancier.

-Les soldats bénéficient également d’une demi-couverture de campement (couvre-pieds) est destiné à protéger la partie de l’homme qui n’est pas abritée par la capote d’où le nom de couvre-pieds. Elle mesure 180 sur 135cm en laine marron.

-Pour les repas, les hommes disposent de gamelle individuelle modèle 1852 _remplacée progressivement par une gamelle modèle 1935_, un quart ou tasse modèle 1865 qui accompagne le bidon de deux litres modèle 1877 et le quart modèle 1935 qui accompagne la marmite modèle 1935.

-Pour boire, le bidon de deux litres modèle 1877 défini pour les troupes d’Afrique et généralisé pour tous en 1915. Un nouveau bidon modèle 1935 apparaît avec le nouvel équipement pour remplacer son ainé.

-On trouve la gamelle et marmite pour quatre hommes (bouthéon) et un moulin à café filtre klepper modèle 1866 et une boite à vivres de réserve apparue en 1918.
Cette dernière contient la ration de réserve qui se compose 450 grammes de pain de guerre, 80 grammes de sucre, 36 grammes de café torréfié en tablettes, 175 grammes de chocolat en tablette type commerce, 20 grammes de tabac et deux boites de 300g de viande stockée au fond du havresac. On trouve également un peu d’alcool (thé pour les nord-africains, café et sucre pour les indigènes).

L’allocation normale est de deux rations sauf dans l’infanterie qui reçoit une ration et un repas composé de 200 grammes de pain de guerre, 300 grammes de viande en conserve et 125 grammes de chocolat.

-Les soldats bénéficient également d’une trousse garnie pour des travaux de couture, un sac de petite monture pour les travaux de cirage avec tout le matériel nécessaire.