Dominions (49) Afrique du Sud (14)

Armes et Véhicules de l’Armée Sud-Africaine

En dépit de relations souvent conflictuelles et ambivalentes avec Londres, la quasi-totalité des armes de l’Armée de Terre sud-africaines sont d’origine et de fabrication britannique.

Lire la suite

Allemagne (57) Armée de terre (14)

Armement (6) : canons automoteurs

Avant-Propos

La mise en œuvre et le transport de pièces d’artillerie et jadis des armes de siège posa toujours de redoutables problèmes aux planificateurs. Il y avait bien la traction animale mais cela nécessitait de nombreux animaux qu’il fallait entrainer et nourrir.

En dépit de ces inconvénients, la traction hippomobile resta le moyen de déplacement privilégié des pièces d’artillerie ce qui nécessitait pour les plus grosses de les diviser en plusieurs fardeaux.

L’invention du moteur à explosion puis de la chenille permis la mise au point de tracteurs d’artillerie qui permettait le remorquage des pièces les plus lourdes de façon plus efficace que la traction hippomobile même si pour les mastodontes de siège, il fallait toujours diviser la pièce en un ou deux fardeaux.

L’utilisation de tracteurs chenillés Baby Holt ou Caterpillar pour tracter les pièces donna des idées à certains, l’idée de monter le canon sur un châssis chenillé pour pouvoir suivre l’infanterie et les chars dans la profondeur du dispositif ennemi.

A part la France aucun pays ne développa une artillerie d’exploitation et surtout pas l’Allemagne qui ne crut même pas dans le char de combat, l’A7V étant un mastodonte maladroite, une réponse aux tanks anglais mais pas un véhicule issue d’une véritable réflexion.

La guerre terminée, l’artillerie se désintéressa d’une artillerie automotrice. Il fallut attendre la fin des années trente pour qu’une artillerie autonome revoit le jour dans le but d’appuyer les chars de combat.

Plusieurs réponses furent apportées à la problématique de l’appui des chars dans la profondeur et si les Stukas de la Luftwafe furent conçus en partie pour soutenir les chars et anéantir les points de résistance ennemis, la Heer ne resta pas les bras croisés en mettant au point des canons automoteurs en combinant des châssis de chars en voie de déclassement et des pièces d’artillerie mis au point à l’origine pour l’artillerie de campagne.

Elle développa également un modèle de canon d’assaut, le Stug destiné à l’origine au soutien rapproché de l’infanterie mais qui devint également un succédané de canon automoteur.

Automoteur Wespe

Automoteur Wespe en batterie au cours d'un exercice. Au combat, ils étaient davantage dispersés et souvent camouflés

Automoteur Wespe en batterie au cours d’un exercice. Au combat, ils étaient davantage dispersés et souvent camouflés

Pour appuyer les chars, l’artillerie allemande ne disposait à l’origine que de pièces tractées qui seraient bien incapables de suivre les chars dans la profondeur et en cas de mauvais temps, l’aviation ne pourrait pas prendre le relais.

Il fallait donc une pièce d’artillerie automotrice aussi rapide et mobile que le char. La solution la plus simple était installé une pièce d’artillerie de campagne sur un châssis de char, permettant aux Panzer de toujours disposer d’un appui-feu.

En 1939 si le Panzer III et le Panzer IV sont les chars principaux des Panzerdivisionen, il reste encore en service des Panzer I et II totalement dépassés ou en passe de l’être.
Ces châssis sont disponibles pour une reconversion. Si le Panzer I équipé d’un canon de 150mm SiG-33 ne dépasse pas le stade du prototype, le Panzer II va connaitre une deuxième jeunesse comme canon automoteur, les chassis utilisés étant soit d’anciens chars transformés ou des châssis neufs tout juste sortis d’usine.

C’est l’acte de naissance du FH 18/2 auf Fgst Kpfw II (Sf) SdKfz 142 Wespe plus connu sous le nom de Wespe. Il combinait un châssis de Panzerkampfwagen II Ausf F avec un canon de 105mm FH 18, une superstructure remplaçant la tourelle.

Au sein des régiments d’artillerie des Panzerdivisionen, il équipait trois des cinq groupes d’artillerie   soit un total de vingt-quatre Wespe par régiment et de 288 pour l’ensemble des Panzerdivisionen.

La production continua pour constituer un volant de fonctionnement et anticiper la mise sur pied de nouvelles divisions blindées voir d’unités de chars plus petites.

Caractéristiques Techniques du Sdkfz 142 Wespe

Type : canon de campagne automoteur

Poids : 11 tonnes  Longueur : 4.81m largeur : 2.28m hauteur : 2.30m

Moteur : Maybach à essence de 140ch

Performances : vitesse maximale sur route 40km/h autonomie maximale 220km

Armement : un canon de 105mm FH 18 et une mitrailleuse de 7.92mm MG-34.

Equipage : cinq hommes

Automoteur Hummel

automoteur Hummel

automoteur Hummel

Le canon de 105mm monté sur le Wespe était un excellent canon mais pour augmenter la puissance de feu des PzD, il fallait un canon de plus gros calibre. Si la combinaison canon de 105mm/châssis de Panzer II était efficace, pourquoi ne pas imaginer un châssis plus gros et un canon plus lourd.

C’est l’acte de naissance du 15cm Panzerfeldhaubitze 18M auf GW III/IV SdKfz 165 Hummel plus connu sous le simple nom de Hummel (bourdon).

Il combinait un châssis reprenant à la fois des éléments de celui du Panzer III et du Panzer IV et appelé Geschützwagen III/IV avec un obusier de campagne, le 15cm Feldhaubitze 18.

Les premiers prototypes sont réalisés en 1941 mais la priorité donnée au Wespe et les perturbations liées à la guerre civile font qu’il faut attendre 1944 pour que le Hummel commence à équiper deux des cinq groupes du régiment d’artillerie des Panzerdivisionen soit un total de seize Hummel.

Les premiers exemplaires étaient équipés d’un frein de bouche mais à l’usage, il se révéla peu utile et à partir du 51ème exemplaire de série, le frein de bouche fût supprimé.
La production du Hummel, comme celle du Wespe se poursuivit après la livraison des véhicules destinés aux divisions pour anticiper sur les pertes et faciliter la constitution de nouvelles unités à base de chars.

Caractéristiques Techniques du Sdkfz 165 Hummel

Type : canon de campagne

Poids : 24 tonnes Longueur : 4.81m largeur : 2.28m hauteur : 2.30m

Moteur : Maybach à essence de 265ch

Performances : vitesse maximale sur route 42 km/h autonomie maximale 220km

Armement : un obusier de 150mm FH18 et une mitrailleuse de 7.92mm MG-34

Equipage : cinq hommes

Sturmgeschütz III

canon d'assaut Stug III Ausf E à canon long de 75mm

canon d’assaut Stug III Ausf E à canon long de 75mm

Comme vous le savez, le char d’assaut, le tank à été inventé pour percer le front, franchir barbelés et tranchées, permettant à l’infanterie d’occuper le terrain même si le sol bouleversé par les obus, rempli de boue et d’eau n’était pas le plus facile pour les fantassins.

Émergea au délà du char le besoin d’un véhicule d’appui pour l’infanterie qui pouvait suivre les fantassins sur le terrain pour détruire les obstacles, les blockhaus. C’est l’acte de naissance du canon d’assaut.

C’est en 1936 que ce projet est lancé. Sur un châssis de Panzer III, on installait un canon court de 75mm tirant des obus explosifs, installé en superstructure ce qui le rendait plus simple à produire et le rendait plus discret car sa hauteur ne devait pas dépasser celle d’une hauteur d’homme.

Les premiers Sturmgeschütz III (Ausf A à D) étaient armés de ce canon court et une mitrailleuse de 7.92mm, intégrés à un bataillon de quarante-huit véhicules au sein de chaque Panzerdivisionen.

En septembre 1944 apparait la version Ausf E équipé d’un canon long de 75mm _identique à celui des dernières versions du Panzer IV_ tirant des obus explosifs et des obus perforants, faisant du canon d’assaut un chasseur de chars.

En raison d’une priorité donné au réarmement des Panzer IV à canon court, les premiers Sturmgeschütz III Ausf E n’arrivent en unité qu’au printemps 1946 et en septembre 1948, seules six des douze Panzerdivisionen ont reçut des Ausf E.

Schéma d'un Stug III Ausf A à canon court de 75mm

Schéma d’un Stug III Ausf A à canon court de 75mm

Caractéristiques Techniques du Stug III Ausf E

Type : canon d’assaut

Poids : 23.9 tonnes

Moteur à essence Maybach de 265ch

Longueur : 6.77m largeur 2.95m hauteur 2.16m

Vitesse maximale sur route 40 km/h Autonomie sur route 165km

Armement : un canon long de 75mm et deux mitrailleuses de 7.92mm

Equipage : 4 hommes

Les chasseurs de chars

prototype de Panzerjäger I

prototype de Panzerjäger I

Comme nous l’avons vu à propos du Sturmgeschütz III, le canon d’assaut d’infanterie avec son canon court et ses obus explosifs évolua en un véhicule plus polyvalent avec un canon de 75mm long et tirant à la fois des obus explosifs mais également des obus perforants, le rendant apte à la lutte antichar.

Cette évolution eut un impact sur les projets de chasseurs de chars (Panzerjäger) qui ne dépassèrent le statut de l’étude ou du prototype.

A l’instar de la France, l’Allemagne prépara des prototypes de chasseurs de chars pour pouvoir les produire plus rapidement que les chars de combat.

Elle réutilisa des châssis de chars déclassés pour ses projets en l’occurrence les Panzer I et II ainsi que les chars tchèques Pzkpw 35 et 38 (t).

Parmis les projets, on trouvait le Panzerjäger I qui combinait un châssis de Panzer I avec un canon Skoda de 47mm sous bouclier, le Marder I qui combinait un châssis de Panzer II avec un canon de 50mm Pak 38, le Marder II qui combinait un châssis de Panzer II avec un canon antichar de 75mm alors que le Marder III installait le même canon sur un châssis de char tchèque déclassé.

Les projets

Dans le domaine des canons automoteurs, plusieurs projets ne dépassèrent pas le stade du prototype. Citons le SIG 33 auf Geschützwagen qui voyait l’installation d’un canon de 150mm SIG-33 sur un châssis de Panzer I ou le SdKfz 138 connu sous le nom de Bison qui installait le même canon sur le châssis du Pzkpw 38 (t).

Allemagne (48) Armée de terre (5)

Mitrailleuses et fusils mitrailleurs

Mitrailleuse Maxim SMG 08

mitrailleuse MG-08

mitrailleuse SMG-08

-C’est le britannique Hiram Maxim qui invente la mitrailleuse moderne, un modèle exporté dans le monde entier, les licences de production permettant la production dans de nombreux pays européens.

-L’efficacité des mitrailleuses allemandes contre les soldats français en pantalon garance et capote bleue aurait pu faire croire que cette nouvelle arme à été accueillie avec enthousiasme par les cadres de l’armée allemande. Ce ne fût pas le cas et les premières armes acquises par l’Allemagne furent payées par l’empereur Guillaume II en personne.

-Ce n’est qu’au début du vingtième siècle que l’Allemagne et la firme Maxim signèrent un accord pour la fabrication de la mitrailleuse Maxim sous licence par l’entreprise Deutsche Waffen und Munitionsfabriken installée à Spandau près de Berlin d’où le nom générique de «Spandau» données aux mitrailleuses allemandes.

-Après plusieurs modèles, le premier modèle standard fût la Schwere Maschinegewehr 08 ou SMG 08. Cette arme solidement construite montée sur trepied fût un véritable cauchemar pour les alliés, stoppant les offensives.

Cette arme dont fût extrapolée un fusil-mitrailleur (voir ci-après) resta en service après guerre, l’Allemagne comme on l’à vu ne pouvant développer officiellement de nouvelles armes.

-La mise au point de la MG-15 et surtout de la MG-34 provoqua le retrait du service actif des sMG 08 qui étaient encore disponibles dans les dépôts en septembre 1939 et en septembre 1948 en compagnie d’armes polonaises, tchèques et autrichiennes, certaines mitrailleuses ressortant des stocks pour armer les unités de mobilisation faute de MG-34/42 et 45 en nombre suffisant.

Caractéristiques Techniques de la sMG 08

Calibre : 7.92mm Longueur de l’arme 1.17m longueur du canon 0.71m Poids de l’arme avec pièces de rechange 62kg poids de l’affût-traineau 37.650kg Vitesse initiale 900 m/s Cadence de tir 300 à 450 coups/minute Alimentation : bande-chargeur de 250 cartouches.

Fusil-mitrailleur/mitrailleuse légère sMG 08/15 et 08/18

fusil-mitrailleur MG 08/15

fusil-mitrailleur MG 08/15

-La Spandau était une excellente mitrailleuse mais comme beaucoup de ses consœurs était extrêmement lourde ce qui rendait son déplacement problématique. Certes dans la guerre de position cela ne posait pas de problèmes mais pour accompagner les soldats lors de l’assaut des tranchées ennemies….. .

-Les différents pays cherchèrent une arme ayant la puissance de feu de la mitrailleuse mais avec un poids permettant son utilisation par un seul homme.

L’Allemagne n’échappa pas à la règle et développa elle aussi une mitrailleuse légère ou fusil mitrailleur, la sMG 08/15.

-Il s’agit d’une adaptation de la sMG08 avec une crosse en bois et un bipied mais sa conception n’en fait pas une arme très réussie. Elle est encombrante et son système d’alimentation peu pratique_bandes de toile dans un chargeur circulaire_ en font une arme bien inférieure aux fusils mitrailleurs de conception étrangère qui eux disposaient de chargeurs.

-Une version améliorée est apparue ultérieurement, la sMG 08/18 qui ne fût que peu utilisée durant le premier conflit mondial. Elle se différenciait de la précédente par la présence d’un tube percé pour permettre son refroidissement par air.

Il existait également une version destinée à l’aviation baptisée LMG 08/15 qui équipa les chasseurs et les bombardiers allemands en remplacement d’une version air (Luft) de la sMG 08 baptisée LMG   08.

Après guerre ces armes restent en service. Elles sont peu à peu remplacées par la MG-15 puis par la MG-34 et les suivantes.

Caractéristiques Techniques de la MG 08/15

Calibre : 7.92mm Longueur totale 1.39m longueur du canon 0.71m Poids complet 18kg Cadence de tir : 450 coups/minute Approvisionnement : chargeurs à bandes de 50, 100 ou 250 cartouches

Mitrailleuse légère MG-15

MG-15

MG-15

-Le traité de Versailles interdit à l’Allemagne de développer de nouvelles armes notamment des armes automatiques (pistolet-mitrailleurs, mitrailleuses et fusil-mitrailleurs).

-Pour contourner cette interdiction, les firmes allemandes installent des bureaux d’études à l’étranger ou rachètent des entreprises étrangères comme Rheinmetall qui rachète la firme suisse Solothurn.

-Solothurn met au point la mitrailleuse S2-200 qui est adoptée par l’Autriche (mitrailleuse modèle 1930) et par la Hongrie (mitrailleuse légère modèle 1931). C’est cette arme qui sert de base à la MG-15.

-Cette nouvelle MG-15 ne doit pas être confondue avec une précédente MG-15 mise au point durant le premier conflit mondial.

-La S2-200 est adaptée pour l’Allemagne sous la forme d’une MG-30 non adoptée par la Reichswehr  mais adoptée par l’Autriche et la Suisse sous la désignation de S2-100.

Cette arme à d’abord été conçue pour l’aviation où elle continuera à être utilisée alors qu’au sein de l’infanterie elle sera rapidement remplacée par la MG 34. Néanmoins à partir du printemps 1941, de nouvelles mitrailleuses vont commencer à remplacer la MG-15 notamment la MG-81.

Par rapport à sa cousine aéronautique, la MG-15 destinée à l’usage terrestre reçoit un cache-flamme, un bipied repliable et une crosse métallique.

Ces armes ont été stockées après leur retrait du service et vont reprendre du service au sein des unités de mobilisation aux côtés d’armes récupérées auprès de pays occupés ou annexés.

Caractéristiques Techniques de la mitrailleuse MG-15

Calibre : 7.92x51mm Longueur (hors tout) : 1078mm (canon) 600mm Poids (arme seule) : 8.1kg (avec munitions) 12.4kg (boite-chargeur de 75 cartouches) 4.24kg  Cadence de tir : 1000 coups par minute  

Mitrailleuse polyvalente MG-34

mitrailleuse polyvalente MG-34

mitrailleuse polyvalente MG-34

-MG-15 bonne mitrailleuse mais pas la mitrailleuse parfaite. D’où le développement d’une nouvelle arme.

-Jusqu’ici il existait la mitrailleuse, une arme assez lourde mise en œuvre par plusieurs hommes et le fusil-mitrailleur ou mitrailleuse légère, une arme mise en œuvre par une ou deux personnes, très efficace pour accompagner l’assaut.

-En partant encore de la MG-30, les armuriers allemands inventent une arme polyvalente, utilisable sur bipied (configuration FM) et sur trépied (configuration mitrailleuse).

-La nouvelle arme appelée Maschinegewehr modell 34 et plus connue sous le nom de MG-34 pouvait donc servir sur bipied ou sur tripied avec même une double système d’alimentation, un chargeur tambour double de 75 cartouches _déjà utilisé par la MG-15_ ou un système de bandes de 50 coups.

-Là encore les allemands innovèrent avec la possibilité de lier rapidement plusieurs bandes pour augmenter l’alimentation en munitions.

-Cette nouvelle mitrailleuse rencontra un succès immédiat même si sa fabrication prenait du temps et était très couteuse. Le coût était aggravé par un trépied complexe et par une multitude d’accessoires certes conçus dans une bonne intention mais qui étaient semble-t-il  superflus.

Cette arme adoptée comme son nom l’indique en 1934 fût un succès immédiat et s’illustra dans la guerre d’Espagne où elle fût utilisée par les troupes allemandes appuyant les nationalistes du général Franco.

Des variantes furent rapidement développées avec la MG-34m (appelée également MG-34 Panzerlauf) destinée à servir d’arme coaxiale sur les chars et les véhicules blindés, les MG-34s à canon plus court et uniquement pour le tir automatique avec une cadence de tir moins élevée pour réduire la dispersion.

Si la première arme fût produite en grande quantité (d’autant que la MG-42 n’était pas adaptée au montage coaxial), la seconde fût produite dans une quantité limitée, la MG-39/41 et prototype de la MG-42 se révélant nettement plus prometteuse.

La MG-34 servit également de base au dévellopement d’une nouvelle mitrailleuse destinée à l’aviation, la MG-81 (ainsi que sa variante double la MG-81Z), mitrailleuse destinée à remplacer la MG-15.

Caractéristiques Techniques de la Maschinegewehr Modell 34 (MG-34)

Calibre : 7.92mm Longueur totale : 1.219m longueur du canon : 0.627m Poids :11.5kg Cadence de tir 800-900 coups/minute Alimentation : bandes de 50 cartouches ou double chargeur-tambour de 75 cartouches

Mitrailleuses polyvalentes MG-42 et MG-45

mitrailleuse polyvalente MG-42

mitrailleuse polyvalente MG-42

-La MG-34 est une excellente arme mais cette excellence se paye au prix d’un sophistication et d’un coût trop important pour être produite en très grande quantité, une obligation pour le temps de guerre aux contraintes bien différentes du temps de paix.

-D’où le lancement d’une étude pour une mitrailleuse tout aussi efficace mais moins couteuse à produire. On s’inspira des méthodes de fabrication du MP-40 (estampage) et on bonifia le mode de fonctionnement de la MG-34 en exploitant les modes de fonctionnement de mitrailleuses tchèques et de projets polonais.

-Tout cela aboutit à la MG-39/41, version de pré-série de la Maschinegewehr modell 42.  Cette arme à servit essentiellement dans l’infanterie mais à également servir sur les positions fortifiées en affût double et pour la défense antiaérienne avec deux ou quatre mitrailleuses pour la défense antiaérienne à basse altitude pour protéger les terrains d’aviation.

Cette arme très efficace donna ultérieurement naissance à la MG-45, un modèle amélioré à la cadence de tir plus élevée. Extérieurement, elle était identique à la MG-42.

Caractéristiques Techniques de la Maschinegewehr modell 42

Calibre : 7.92mm Longueur : 1.22m Longueur du canon : 0.53m Poids : 11.5kg Cadence de tir maximale 1500 coups/minute Alimentation : 50 coups

Les mitrailleuses et fusil-mitrailleurs étrangers récupérés

-En dépit d’une production importante, les besoins en armes automatiques étaient tels que l’armée allemande dispose en septembre 1939 de mitrailleuses autrichiennes et polonaises ainsi que de fusils-mitrailleurs tchèques. Ces armes sont utilisées aussi bien par les unités de sécurité que par les unités de première ligne.

fusil mitrailleur Vz30 mis en œuvre par des soldats roumains

fusil mitrailleur Vz30 mis en œuvre par des soldats roumains

-Les fusil-mitrailleurs Lehky Zulomet ZB vz26  et vz30 furent réutilisés par les allemands sous les noms de MG 26(t) et MG 30 (t). Ces fusil-mitrailleurs ont été exporté en Chine, en Yougoslavie et en Espagne (vz26), en Iran et en Roumanie pour le vz30, cette arme servant de base pour le célébrissime Bren britannique. Ces armes étaient toujours en service en septembre 1948.

mitrailleuse ZB modèle 1937

mitrailleuse ZB modèle 1937

-La mitrailleuse ZB modèle 1937 en calibre 7.92mm est elle aussi acquise par les allemands. Sa production continue mais le nombre d’exemplaires produit est loin d’égaler celui de la MG-34 et de la MG-42.

-La conquête de la Pologne outre le fait qu’il permis à l’Allemagne de mettre la main sur des prototypes de mitrailleuses qui permirent la naissance de la MG-42, offrit à la Deutsche Heer des stocks non négligeables d’armes automatiques.

C’est le cas du fusil-mitrailleur modèle 1928 qui n’était qu’une version chambrée en 7.92mm du BAR (Browning Automatic Rifle) modèle 1918. Ces armes en compagnie des fusil mitrailleurs tchèques étaient encore largement utilisé en septembre 1948 aussi bien dans les unités de première ligne que celles de l’arrière.

-L’armée allemande récupère également des mitrailleuses calibre 7.92mm modèle 1930. Il s’agit là encore d’une arme de la firme Browning achetée par la Pologne puis copiée par la manufacture d’Etat de Varsovie.

Cette arme véritable copie pirate de la M1917A1 à refroidissement par eau (différente de la M1919A4 à refroidissement par air) est produite pour la Pologne, la Roumanie et l’Espagne. Les armes saisies par les allemands ne semblent pas êtres sortis des stocks avant le conflit.

-L’Anschluss permit de faire main basse sur des mitrailleuses modèle 1930 et de vieilles mitrailleuses Schwarzlose modèle 1907 et ultérieurs. Si les premières furent utilisées, les secondes (saisies également en Tchécoslovaquie) ne furent pas utilisées en raison d’un calibre peu courant (8mm).

Allemagne (46) Armée de Terre (3)

Armement (1) : les armes individuelles et collectives de l’infanterie

Avant-propos

Fusil Mauser modèle 1898K

Fusil Mauser modèle 1898K

-Quand la guerre de Pologne éclate le 1er septembre 1939, l’armement de l’infanterie allemande est un mélange d’armes anciennes et d’armes développées durant les années trente. Le fusil (Mauser 98K) appartient à cette première catégorie alors que les pistolets mitrailleurs notamment les MP-38 et MP-40 appartenaient à la seconde catégorie.

-On trouvait également des pistolets automatiques comme le Luger P08, le pistolet automatique standard de l’armée de terre qui utilise également des modèles plus anciens mais également des armes de prises qu’elles soient autrichiennes, tchécoslovaques ou polonaises.

Luger P08

Luger P08

En ce qui concerne les mitrailleuses, en septembre 1939, la vénérable Mauser MG-08 est encore présente en compagnie de modèles plus modernes comme la MG08/15, la MG-15 et la MG-34, la première mitrailleuse polyvalente car capable d’être utilisée comme fusil mitrailleur avec son bipied et comme mitrailleuse avec un trépied.

mitrailleuse MG-08

mitrailleuse MG-08

L’infanterie allemande utilise également des fusils antichars mais ces armes atteignent très rapidement leurs limites ce qui réduit leur utilisation à des cibles peu ou pas blindées ce qui est assez paradoxal.

Un domaine où l’armée allemande n’à pas à rougir de la concurrence c’est le domaine des mortiers. Si le mortier de 5cm se caractérise par une complexité qui n’à guère de sens sur le champ de bataille, le mortier de 8cm est une arme de valeur dont l’efficacité n’à rien à envier au mortier Brandt de 81mm équipant la France.

Domaine où l’infanterie allemande se différencie de la France et de la Grande-Bretagne c’est la présence au sein même des régiments d’infanterie de canons d’infanterie, un canon de 75mm et un obusier de 150mm ce qui permettait à un régiment d’infanterie d’être totalement autonome.

-Dans le domaine crucial de la lutte antichar, l’infanterie allemande dispose d’un canon de 37mm vite surclassé et remplacé peu à peu par un canon de 50mm.

-Durant l’entre-deux-guerre, durant la Pax Armada (décembre 1939-septembre 1948), l’armement de l’infanterie allemande évolue peu.

En dépit de plusieurs tentatives, le Mauser modèle 1898 est toujours en service. Il faudra l’apparition sur le champ de bataille des MAS 40 et 44 pour qu’un fusil automatique moderne soit mis en service au sein de l’infanterie allemande.

Les pistolets mitrailleurs sont toujours là, les MP-18 et MP-28 ont quasiment tous disparus, laissant la place aux MP-38 et MP-40.

-En ce qui concerne les pistolets automatiques, là aussi, on à tenté sans réellement parvenir au bout de rationnaliser le parc en éliminant les armes les plus anciennes au profit de pistolets plus modernes, les P08 et P38 étant dominants.

Mortier de 80mm

Mortier de 80mm

Pour les mortiers, le 5cm est en voie de retrait du service, le 8cm étant privilégié, les canons d’infanterie étant toujours en service même si on commence à s’interroger sur l’utilité de canons intégrés aux IR, les contempteurs de ces armes estimant que cela immobilise des effectifs qui seraient utiles dans les unités de combat.

Pour la lutte antichar, le canon de 50mm à remplacé le canon de 37mm qui est incapable de percer le blindage de la majorité des chars ennemis.

Enfin pour les mitrailleuses, la MG-34 est devenue la mitrailleuse d’infanterie standard, mitrailleuse bientôt rejointe par la MG-42. La Maschinegewehr modèle 1942 est une mitrailleuse plus simple à produire et d’un fonctionnement également simplifié par rapport à la Maschinegewehr modèle 1934.

Fusil Mauser modèle 1898

-C’est un fusil à répétition, largement utilisé durant le premier conflit mondial. Il reste en service au sein de la Reichswehr.

-En 1935, sonne crois-t-on l’heure de la retraite avec la mise en service d’une version raccourcie la Karabiner 98K  mais en réalité le Gewehr 1898 va reprendre du service pour équiper les unités de mobilisation, la production d’armes neuves ne parvenant pas à satisfaire la demande.

-Des variantes apparaissent dès le premier conflit mondial notamment une variante pour le tir de précision. A la différence des fusils standards, la variante de précision était toujours en service en septembre 1948.

-Toujours durant le premier conflit mondial, apparaît la variante carabine du Gewehr 1898, la Karabiner 98a, variante qui peut être considérée comme l’équivalent de nos mousquetons. Cette variante est encore en service mais en petit nombre en septembre1948.

-La Karabiner 98b est en réalité un fusil, une version améliorée du Gewehr 1898, une version stockée en septembre 1948.

-La Karabiner 98k est donc l’ultime version de ce fusil et l’arme longue standard de l’infanterie allemande durant la guerre de Pologne mais également durant le second conflit mondial, les essais pour un nouveau fusil n’ayant pas débouchés. Il faudra attendre le douloureux affrontement avec des soldats français armés de MAS-40 et de MAS-44 pour qu’un nouveau fusil équipe enfin l’infanterie allemande.

-Le Mauser Gewehr 1898 à aussi été exporté dans différents pays avec un calibre adapté aux désideratas des clients qu’il s’agisse de la Turquie, de la Chine, de la Belgique, de la Tchécoslovaquie, Espagne,Suède, Serbie,Chili ou du Mexique.

Caractéristiques Techniques

Calibre : 8x57mm puis 7.92mm Poids : 4.09kg à vide pour le Gewehr 98, 3.50kg pour la Karabiner 98a Longueur : 1250mm pour le Gewehr 98, 1090mm pour la Karabiner 98a Longueur du canon : 740mm (590mm pour la Karabiner 98a) Portée maximale efficace : 500m (800m avec une optique de précision Alimentation : chargeur interne de cinq coups

Pistolets Mitrailleurs

-La guerre fraiche et joyeuse d’août 1914 s’enlise à l’automne avec l’enterrement des belligérants dans un réseau de tranchées courant de la mer du Nord à la frontière suisse sur 700km. Le fusil long conçu pour tirer loin avec précision devient mal-aise quand il s’agit de combattre dans les tranchées.

-Au fusil à répétition on préfère la grenade, le pistolet et l’arme blanche  même si cette dernière est psychologiquement difficile à utiliser.

-Emerge l’idée d’une arme compacte avec un chargement en munitions important pour provoquer une “boule de feu” et faire baisser la tête à l’ennemi. C’est l’acte de naissance du Maschenpistole, le pistolet-mitrailleur appelé également mitraillette, le premier du genre étant le MP-18.

Bergman MP18.1

Bergman MP18.1

-Ce MP-18 pose les canons des premiers pistolets mitrailleurs avec une crosse en bois, un canon recouvert d’un manchon perforé, un chargeur escargot ou tambour de 32 cartouches.

-Cette arme est utilisée en petit nombre à la fin du premier conflit mondial. Elle théoriquement interdite par le traité de Versailles mais dans la pratique cette interdiction est rapidement contournée par différents subterfuges.

-Remplacé dans la Heer par le MP-28 et le MP-38, le MP-18 n’est plus en service en septembre 1939 mais il n’est pas impossible que des exemplaires soit encore stockés neuf ans plus tard, prêts à resservir si besoin est.

Caractéristiques Techniques du pistolet mitrailleur Bergman MP 18

Calibre : 9mm Parabellum  Longueur : 820mm longueur du canon 196mm Contenance du chargeur :  32 cartouches Poids :  5.9kg (chargé)  Portée pratique : 100m (maximale 200m) Cadence de tir  : 500 coups/minute  

Pistolet-Mitrailleur Bergman MP-28

MP-28

MP-28

-Le MP-18 est une bonne arme mais largement perfectible. Aussi la firme Bergman travaille sur un modèle amélioré baptisé MP-28. Le chargeur droit replace le chargeur escargot, le système de visé est perfectionné, reçoit un système de fixation pour une baïonnette et un sélecteur de tir pour tirer par rafales ou au coup par coup.

-Cette arme équipa d’abord la police puis la Wehrmacht qui l’utilisa en compagnie d’autres armes de ce type. Si les MP-34 et MP-35 équiperont quasi-exclusivement la S.S, les MP-38 et MP-40 complèteront le MP-28 avant de peu à peu le remplacer.

Au sein de la Kriegsmarine, le MP-28 fit de la résistance, équipant encore en septembre 1948 les compagnies de débarquement et les unités chargées de la défense côtière.

Cette arme à également été exportée en Belgique, en Espagne, en Chine, en Bolivie, au Portugal (en 7.65mm) et au Japon, les armes exportées étant principalement fabriquées sous licence en Suisse par la firme SIG de Neuhausen.

Caractéristiques Techniques du pistolet mitrailleur Bergman MP 28

Calibre : 9mm Parabellum  Longueur : 812mm longueur du canon 196mm Contenance du chargeur :  32 cartouches Poids :  5.9kg (chargé) 4.01kg (vide)  Portée pratique : 100m (maximale 200m) Cadence de tir  : 500 coups/minute  

Pistolet-Mitrailleur Bergman MP-34 et MP-35

MP-34

MP-34

-Les MP-34 et MP-35 sont assez proches du MP-28 et descendent donc du MP-18. La différence majeure c’est la présence du chargeur à droite au lieu de la gauche, une poignée d’armement fixe pendant le tir et la détente comporte un sélecteur de tir (rafales ou coup par coup).

-Le MP-34 n’est produit qu’à 2000 exemplaires pour équiper les forces de police mais le MP-35 est produit à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires qui vont équiper principalement la S.S mais est également exporté en Bolivie, en Espagne, en Ethiopie, en Suède (où il est produit sous licence sous le nom de M-39) et au Danemark, Copenhague recevant des armes produites en Suède.

-La production du MP-35 se poursuit à bonne cadence jusqu’en 1944 avant de peu à peu décliner, la production étant stoppée en 1949 pour tenter de rationaliser la production d’armement alors qu’une guerre longue se profile.

MP-35

MP-35

Caractéristiques Techniques du pistolet-mitrailleur MP-35

Calibre : 9mm Longueur : 840mm longueur du canon 200mm Poids de l’arme chargée 4.730kg Capacité du chargeur : 24 ou 32 cartouches Cadence de tir : 650 coups/minute

Pistolet-Mitrailleur Erma MP-38 et MP-40

MP-38

MP-38

-Les premiers pistolets mitrailleurs étaient conçus selon les mêmes règles que les armes d’avant à savoir l’utilisation de matières nobles et une finition impeccable.

-La guerre industrielle ne peut se permettre un tel luxe. Les besoins quantitatifs l’emporte sur les besoins qualitatifs ce qui implique de produire vite à bon coût. On remplace donc le bois par le métal et le plastique ce qui n’interdit pas une finition de qualité avec des pièces soigneusement usinées.

-Bien que mis au point en 1936, ce n’est que deux ans plus tard qu’il fût adopté par la Deutsche Heer pour remplacer progressivement les MP-18 et MP-28.

-Lors de la guerre de Pologne, les combats révélèrent un grave défaut de fonctionnement. Le MP-38 fonctionnait avec la culasse ouverte. Si un chargeur était engagé, le seul fait que le pistolet-mitrailleur heurte le sol ou un obstacle et le chargeur pouvait être vidé ce qui provoqua plusieurs accidents.

-Pour résoudre ce problème, le MP-38 fût modifié avec l’installation d’une sécurité qui bloquait la culasse tant que la gâchette n’était pas actionnée. Cette modification donna naissance au MP-38/40.

-La nécessité de simplifier la production entraina le remplacement de l’usinage des pièces par l’estampage et le MP-38 donna naissance au MP-40 qui devint rapidement le pistolet-mitrailleur standard de l’armée allemande, une arme utilisée aussi bien pour le combat rapproché par les Panzergrenadier que par les servants d’armes lourdes ou les services de l’arrière qu’ils soient chargés de la logistique ou de la sécurité.

MP-40

MP-40

Caractéristiques Techniques du Erma MP-40

Calibre : 9mm Longueur avec crosse 833mm sans crosse 630mm Longueur du canon 251mm Poids de l’arme (chargée) 4.7kg Capacité du chargeur 32 cartouches Cadence de tir : 500 coups/minute

Les pistolet-mitrailleurs de prise

Outre les pistolet-mitrailleurs conçus pour elle, l’armée de terre allemande (et plus généralement l’ensemble des unités de la Wehrmacht et de la Waffen S.S) récupéra des armes étrangères, parfois de conception allemande suite aux annexions des années trente.

Ces armes étaient disponibles en petite quantité ce qui pouvait parfois poser des problèmes d’approvisionnement moins en cartouches qu’en chargeurs adaptés. Elles étaient donc le plus souvent utilisés pour l’instruction, l’entrainement ou pour des troupes de réserve en attendant que la production de modèles standards soit suffisamment importante pour les équiper.

Parmi les modèles les plus utilisés citons, le Steyr-Solothurn S-1-100 et le pistolet-mitrailleur tchèque muni d’un bipied (sic), le ZK-383.

22-Armée de terre : armement et matériel (7)

Mitrailleuses

Préambule

Mitrailleuse Saint-Etienne modèle 1907

Mitrailleuse Saint-Etienne modèle 1907

Quand éclate le premier conflit mondial, deux mitrailleuses sont en service dans l’armée française, la mitrailleuse Saint-Étienne modèle 1907 et la mitrailleuse Hotchkiss modèle 1914 mais seule la seconde fit véritablement carrière, pouvant fonctionner même dans un bain de boue à la différence de la première.

La mitrailleuse Hotchkiss n’était pourtant pas exempt de défauts notamment un poids très élevé et un système d’alimentation par bande métallique qui ne permettait pas un tir continu et efficace.

En 1919, l’état-major décide de concentrer les mitrailleuses au niveau du bataillon sous la forme d’une compagnie à quatre sections de quatre armes soit seize mitrailleuses par bataillon et quarante-huit pour l’ensemble du régiment.

A l’époque la menace aérienne est connue et crainte tout comme celle encore lointaine des chars d’où l’idée de deux mitrailleuses cohabitant au sein de la compagnie : une mitrailleuse pour le tir antipersonnel et une mitrailleuse plus spécialement conçue pour le tir antiaérien et le tir antichar.

Le programme de 1921 qui si il avait aboutit dans son intégralité aurait permis à la France de se doter d’un système d’armes légères moderne complet envisage la mise au point d’une mitrailleuse légère  tirant la nouvelle cartouche (la future cartouche de 7.5mm) et une mitrailleuse lourde de 13.5mm abandonnée au profit d’une mitrailleuse de 13.2mm rejetée par l’armée de terre (trop lourde, projectile trop dangereux lors de sa descente) puis d’une mitrailleuse de 9mm modèle 1937 qui sera elle aussi abandonnée, l’idée d’une mitrailleuse antichar étant devenue caduque et la défense aérienne étant plus du ressort de l’artillerie antiaérienne légère à base de canons de 25 et de 37mm.

Pour ce qui est de la mitrailleuse de 7.5mm, sa mise au point va être une véritable saga tant est grande la volonté de perfection des services officiels qui souhaitent obtenir une mitrailleuse légère mais également efficace.

En 1931 est mis en service une version de forteresse du fusil-mitrailleur modèle 1924/29 avec chargeur à tambour et canon lourd sous le nom de mitrailleuse MAC modèle 1931 dite mitrailleuse Reibel du nom de son inventeur, le général Reibel qui équipera également les chars.

Cette arme qui donnera naissance modèle 1934 destinée à l’aviation aurait pu convenir à l’infanterie sous réserve d’un changement d’alimentation mais cette solution est trop simple et il va falloir attendre encore quelques années pour qu’une mitrailleuse de 7.5mm soit mise au point, la MAC modèle 1936.

Étudiée avec un chargeur de 35 cartouches, cette mitrailleuse recevra finalement une alimentation par bandes à maillons détachables de 250 cartouches ce qui retardera sa mise en service qui ne sera prononcée qu’en septembre 1941, permettant à l’Hotchkiss modèle 1914 de prendre une retraite bien méritée.

Mitrailleuse St Etienne modèle 1907

Mitrailleuse Saint-Etienne modèle 1907

Mitrailleuse Saint-Etienne modèle 1907

Cette mitrailleuse de la Manufacture d’Armes de Saint-Étienne (MAS) à été mise au point pour concurrencer l’œuvre de la maison Hotchkiss. Cette tentative succédait à une première tentative infructueuse, la mitrailleuse Puteaux modèle 1905 étant retiré du service à peine deux ans après sa mise en service.

La mise au point d’une mitrailleuse «publique» était difficile en raison de l’épais matelas de brevets qui protégeait la création Hotchkiss mais la MAS y parvint, obtenant une mitrailleuse médiocre au fonctionnement compliqué, fonctionnement encore compliqué par la boue des tranchées, problème que ne rencontra pas la Hotchkiss. Résultat, la Saint-Étienne fût progressivement retirée du service dès le début du premier conflit mondial.

Pourtant quand éclate la guerre de Pologne, la Saint-Étienne reprend du service non pas au sein de l’infanterie mais au sein du train, de l’artillerie et du génie comme arme antiaérienne. Néanmoins, dès 1941, la Saint-Étienne modèle 1907 à été retiré du service des unités d’active ou de réserve.

Caractéristiques Techniques de la mitrailleuse Saint-Étienne modèle 1907

Calibre 8mm Lebel Longueur 1.18m Poids de l’arme seule 23.8kg Poids de l’affût 26.5kg Portée 2400m Cadence de tir 600 coups/minute Alimentation : bandes-rigides de 25 cartouches ou bande de toile de 300 coups

Mitrailleuse Hotchkiss modèle 1914

Mitrailleuse Hotchkiss modèle 1914

Mitrailleuse Hotchkiss modèle 1914

Cette mitrailleuse était issue d’un brevet déposé par un capitaine austro-hongrois racheté par la firme française qui développa une arme automatique qui connu son baptême du feu au cours de la guerre russo-japonaise dans le camp japonais, obtenant ce qu’on appelle aujourd’hui le label combat proven.

Cette mitrailleuse fût donc mis en service dans les rangs de l’armée française, deux cents armes étant en ligne au début du premier conflit mondial, ne tardant pas à supplanter la Saint-Étienne comme mitrailleuse standard de l’armée française.

Cette arme resta en service même après l’adoption de la cartouche de 7.5mm, plusieurs projets n’aboutissant pas à tel point qu’en 1938 la production est reprise pour disposer de suffisamment d’armes pour équiper tous les régiments d’infanterie, chaque RI disposant au sein de chaque bataillon d’une compagnie d’accompagnement disposant de quatre sections de quatre mitrailleuses, chaque arme étant servie par cinq hommes.

Cette mitrailleuse était fiable, solide mais son calibre de 8mm gênait l’infanterie qui tendait vers le calibre 7.5mm et rien d’autre. La mise au point de la MAC modèle 1936 entraina le retrait à partir de septembre 1941 de la vénérable Hotchkiss mais il n’est pas impossible que certaines armes aient repris du service en septembre 1948 au moins pour l’instruction.

Caractéristiques Techniques de la mitrailleuse Hotchkiss modèle 1914

Calibre 8mm Lebel Longueur 1.31m Poids de l’arme seule 25kg Poids de l’affût 24kg Portée 2500m Cadence de tir pratique 450 coups/minute Alimentation : bandes-rigides de 25 cartouches ou bande de toile de 251 coups, ces dernières étant interdites pour le tir antiaérien
Mitrailleuse MAC (Manufacture d’Armes de Châtellerault) modèle 1936

Si la Hotchkiss modèle 1914 est restée si longtemps en service c’est faute d’une mitrailleuse moderne en calibre 7.5mm pour la remplacer.

Ce ne sont pas les candidates qui manquaient qu’il s’agisse d’armes dérivées du Châtellerault (MAC-31 pour les chars et les ouvrages de la ligne Maginot, MAC-34 pour les avions) ou une proposition privée dédaignée par les services officiels à savoir la Darne, une arme extrêmement moderne pour son époque.

Finalement, le choix des services officiels se porta sur la MAC modèle 1936, une arme extrêmement sophistiqué avec notamment de deux cadences de tir différentes, l’une pour le tir terrestre et une autre pour le tir antiaérien.

La mise au point d’un système d’alimentation fiable et performant retarde la mise en service de l’arme qui n’est officiellement prononcée qu’en septembre 1941, les premières armes étant livrées peu après pour permettre la relève de la Hotchkiss.

Cette arme va équiper tous les régiments d’infanterie à raison d’une compagnie de quatre sections de quatre mitrailleuses par bataillon soit seize armes par bataillon et quarante-huit pour l’ensemble du régiment.

Une version simplifiée, la MAC modèle 1936 modifiée 1944 voit le jour en 1944 selon le principe qui à vu en Allemagne la MG-42 succéder à la MG-34, très efficace mais chère et compliquée à construire.

Caractéristiques Techniques de la mitrailleuse MAC modèle 1936

Calibre : 7.5mm Cartouche : modèle 1929C et D Longueur totale 1160mm longueur du canon 700mm Poids de l’arme : 14.6kg avec crosse Poids de l’affût : 12kg Alimentation : chargeur droit de 35 cartouches pour les prototypes, bandes à maillon détachable de 250 cartouches sur les machines de série Cadence de tir : 550 ou 950 coups/minute selon la configuration choisie Portée : 2500m

Mitrailleuses Hotchkiss modèle 1929 et modèle 1930 de 13.2mm

Mitrailleuse de 13.2mm hotchkiss en affût double

Mitrailleuse de 13.2mm hotchkiss en affût double

Cette mitrailleuse lourde à été mise au point dans les années vingt comme arme antiaérienne et antichar en s’inspirant des fusils antichars allemands Mauser, la Browning M2 américaine ayant la même filiation.

L’armée de terre refusa cette arme pour l’infanterie en raison d’une cartouche trop lourde qui risquait de blesser les troupes en retombant au sol. Elle l’adopta néanmoins comme arme antichar sur la ligne Maginot notamment dans les casemates du Rhin mais également sur certains véhicules blindés légers notamment l’AMR-35.

En juin 1940, deux-cent mitrailleuses furent commandées par l’armée de terre pour servir d’armes antiaériennes de l’arrière pour permettre aux état-majors et aux «plots» logistiques de se protéger des avions ennemis qui pourraient être tentés de frapper dans la profondeur.

Ces armes livrées entre février et décembre 1941 furent suivies de trois centre-autres commandées en septembre 1944 et livrés entre juin 1945 et juillet 1946, toujours pour la même mission.

Caractéristiques de la mitrailleuse Hotchkiss de 13.2mm

Calibre : 13.2mm Longueur du canon 1.67m Poids (non chargé) 37.5kg Portée : 2500m en tir horizontal 1600m en tir vertical Cadence de tir 450 coups/minute Alimentation : chargeurs de 30 coups pour le modèle 1929, alimentation par bandes de 150 coups pour les mitrailleuses sur véhicule blindé

Mitrailleuse MAC-37 de 9mm

En 1921, le programme d’armement de l’infanterie prévoyait une mitrailleuse lourde antiaérienne et antichar d’un calibre approchant de 13.5mm, le calibre du fusil antichar Mauser Gewher T qui allait inspirer la cartouche de 12.7x99mm utilisée par «Ma Deuce», la célébrissime Browning M2.

Ce programme donna naissance à la mitrailleuse Hotchkiss de 13.2mm qui fût adoptée en 1930 par la Défense Aérienne du Territoire (DAT) mais refusée par l’infanterie en raison du poids de sa cartouche et de son projectile jugé dangereux lors de sa retombée.

Un an plus tard, l’infanterie lança un programme pour une nouvelle mitrailleuse d’un calibre compris entre 7.5 et 11mm. Le calibre 9mm fût choisit et le prototype de la Manufacture d’Armes de Châtellerault fût adoptée sous le nom de mitrailleuse de 9mm MAC modèle 1937.

Cette adoption fût sans lendemain, la surcharge des arsenaux et l’augmentation du blindage des chars ainsi que l’accroissement de la vitesse des avions rendait peu rentable une arme de ce calibre qui rejoignit le musée des projets morts nés tout comme l’acquisition d’une mitrailleuse de 20mm Oerlikon commandée en 1939 à 1253 exemplaires mais les exemplaires livrés furent transférés à la D.A.T.