Le Conflit (122) Europe Occidentale (87)

Opération AVALANCHE (18 juin 1951) : les combats

Phase 1 : franchissement et sécurisation ça cogne fort !

Préparatifs et diversion

Un mois avant le jour J, les alliés préparent vraiment l’opération AVALANCHE, les troupes commencent leurs mouvements (quasi exclusivement de nuit), les dépôts sont établis, les chemins sont préparés, la batelerie et les pontons rassemblés le plus discrètement possible en espérant que les allemands regardent ailleurs.

Les travaux sont herculéens, on ne compte plus les kilomètres de voie ferrée, de route, les ponts doublés, triplés ou renforcés, les dépôts aménagés. Les pièces d’artillerie rallient leurs positions aux côtés de pièces leurres.

Au 30 mai 1951 l’essentiel des troupes prévues pour cette opération majeure est en place. Les unités de Réserve Stratégique rallient les zones d’attente sauf celles qui sont appelées à jouer un rôle majeur dans la phase 1 de l’opération AVALANCHE.

C’est ensuite la phase de préparation avec l’engagement d’unités aériennes et d’unités d’artillerie lourde pour comme dit le général Villeneuve en privé «attendrir le fridolin».

Les premières frappes aériennes liées directement à l’opération AVALANCHE ont lieu dans la nuit du 3 au 4 juin 1951. Il s’agit d’isoler les troupes allemandes de leur hinterland.

On espère ainsi faciliter le franchissement de La Seine, la sécurisation des têtes de pont et surtout l’exploitation qui doit être menée par deux corps blindés français et un corps blindé britannique.

Sont visées les ponts, les routes, les voies de chemin de fer, les gares de triages, les gares de voyageur, les casernes….. .

Les opérations sont menées de jour et de nuit. Les résultats sont médiocres en dépit des efforts de planification et bien entendu du courage des pilotes. Il faut aussi ajouter que la Luftwaffe bien que très engagée à l’est conservait des moyens non négligeables à l’ouest ne serais-ce pour protéger le glacis qui lui même protégeait le Vaterland.

Néanmoins l’impact des attaques aériennes fait l’effet d’un acide à effet lent. Je m’explique, la destruction des infrastructures rendait difficile le ravitaillement des unités de première ligne mais aussi l’envoi rapide de renforts.

Plus que jamais la guerre moderne est une question de vitesse, plus vous allez vite et plus l’ennemi sera dans l’incapacité de rétablir un front ou du moins un dispositif cohérent.

Du 3 au 10 juin 1951, les frappes sont régulières mais leur intensité ne surprend pas les allemands qui se demandent alors si ils ne se sont pas trompés et si les alliés (les allemands ont fait prisonnier des pilotes canadiens, français et britanniques) n’ont mené qu’une opération aérienne de longue durée pour user le Heeresgruppe D en vue d’une opération qui ne serait déclenchée qu’à moyen terme.

Dès le 11 juin ils se rendent compte de leur erreur. Les opérations aériennes sont nettement plus intenses et certaines unités de bombardement venues de Grande-Bretagne abandonnent un temps la destruction de l’industrie et des villes allemandes au profit de bombardement sur le sol de France. Si on ignore la réaction des pilotes britanniques et du Commonwealth, nul doute que les pilotes français n’ont pas décollé de gaïeté de ccoeur en sachant qu’ils allaient bombarder des villes de France.

A cela s’ajoute à partir du 12 des tirs d’artillerie qui ressemblent d’abord à des tirs de réglage avant d’être des tirs nettement plus soutenus sans pour autant être aussi puissants et vigoureux qu’à l’aube d’une attaque massive.

Si dans les état-majors on se perd en conjectures, sur le front les Westkampfer («combattants de l’ouest») les plus expérimentés sont convaincus que la Grande Explication est pour bientôt.

En profitant de la grande autonomie laissée aux officiers subalternes et aux sous-officiers, l’armée allemande permet aux unités qui le souhaite de prendre des mesures de précaution comme par exemple évacuer rapidement les avant-poste sur le front pour se replier sur la deuxième ligne dans l’espoir que l’artillerie ennemie se concentre sur les AP en oubliant l’arrière.

Es-ce efficace comme tactique ? Probablement pas autant qu’espéré pour la simple et bonne raison que les alliés se sont déjà retrouvés dans la situation d’attendre l’assaut ennemi.

L’intensité des tirs d’artillerie est très variable. Tant que la préparation est limitée à quelques salves de pièces lourdes et super lourdes les allemands ne s’inquiètent pas mais quand les canons de 105 et de 155mm des corps d’armée français, les canons de 4.5 et de 5.5 pouces des corps d’armée britanniques et du Commonwealth ouvrent le feu l’inquiétude monte d’un cran.

L’inquiétude atteint un tel niveau que les unités de première ligne réclament un tir de contre-préparation mais le haut-commandement refuse de dilapider une ressource d’autant plus limitée que le ravitaillement est difficile et que les usines situées en Allemagne si elles tournent à plein régime doivent d’abord alimenter un front de l’est très gourmand en munitions.

Dans la nuit du 16 au 17 juin 1951 quelques infiltrations d’éléments ennemis sont signalées côté allemand. Officiellement selon la propagande du Reich, les unités ennemies ont été repoussées avec de lourdes pertes de leur côté.

Qu’en est-il réellement ? Outre l’infiltration de commandos pour semer la discorde chez l’ennemi, des sapeurs du génie ont franchit La Seine pour tenter de supprimer des pièges et de préparer quelques passages qu’il sera toujours temps d’élargir.

Ces opérations rencontrent un succès variable en fonction des secteurs. A cela s’ajoute le fait que certains secteurs sont marqués comme faussement déminés pour tromper l’ennemi mais hélas trois hélas cela provoquera de terribles confusions.

La journée du 17 juin 1951 est marqué par de violentes attaques aériennes alliées et quelques attaques aériennes allemandes même si les raids sur les aérodromes ont provoqué des pertes et surtout une belle confusion. On signale également quelques duels d’artillerie dans le secteur du GA n°1 mais aussi du GA n°2 pour maintenir les allemands dans un total état d’incertitude.

Comme à chaque fois ces diversions remportent un succès médiocre. Les allemands ont repéré les barges plus ou moins camouflées, des pontons motorisés, des éléments de ponts pour franchir la Seine. Ils sont convaincus que l’effort principal allié sera mené entre Paris et la Manche et non entre Paris et le lac Léman.

La nuit du 17 au 18 juin 1951 c’est clairement une veillée d’arme. Peu de soldats dorment cette nuit là. Il faut dire que les premières opérations vont commencer à l’aube en profitant d’un soleil qui se lève très tôt (05h09).

Dès minuit, les hommes se préparent au combat. Le matériel est vérifié et vérifié à nouveau. Des hommes prient, d’autres écrivent une dernière lettre confiée au vaguemestre.

Les derniers ordres sont également donnés, les consignes en cas d’imprévus même si on sait qu’à la guerre la première victime est le plan…. .

A 00.30, les premières salves d’artillerie partent du camp allié en direction du camp allemand. Ce sont les canons lourds sur voie ferrée qui font les basses avant d’être relayé par des canons plus légers venant de la Réserve Stratégique, les canons de l’artillerie de corps d’armée préservant leurs tubes et leurs munitions pour une autre phase de la préparation celle précédant l’engagement des fantassins.

La préparation à été orchestrée comme une symphonie, chaque batterie ayant une liste de cibles à traiter à une période donnée. Ordre est donnée de ménager les pièces et rares sont les batteries qui font tirer en même temps toutes leurs pièces.

De toute façon en cas de besoin des pièces de réserve ont été accumulées à l’arrière du front pour remplacer des pièces usées et/ou détruites.

Les obus tirés sont à la fois des explosifs mais aussi des fumigènes et des éclairants pour provoquer une belle pagaille chez les allemands qui se terrent dans leurs abris en attendant de pouvoir riposter.

Et l’artillerie allemande dans tout ça ? Elle tente de riposter et contrebattre l’artillerie alliée avec des résultats décevants, les artilleurs allemands manquant d’informations sur l’origine des tirs (les radars de contrebatterie n’existent pas encore et la destruction des transmissions gênent l’afflux des informations).

Pour ne rien arranger côté allemand l’aviation alliée va relayer l’action des artilleurs en prolongeant leur action. Les infrastructures sont systématiquement matraquées, les ponts, les routes, les voies ferrées sont visées pour «encager» les unités allemandes et empêcher l’arrivée des renforts allemands qui vont devoir faire mouvement sous un ciel disputé.

L’artillerie alliée ouvrent le feu de manière continue ou peu s’en faut de 00.30 à 02.30 avant une pause jusqu’à 03.30 quand l’artillerie et l’aviation combinent leur puissance de feu pour faire baisser la tête aux allemands et couvrir l’engagement des premières unités alliées et contrairement à ce qu’on pouvait penser ne sont pas engagées sur la Seine….. .

Diversion vous avez dit diversion

Dans le domaine de la diversion/déception les maitres sont clairement les russes avec le concept de déception appelé maskirovka que l’ont peut traduire par déception et tromperie. Il s’agit de camoufler les préparatifs à l’ennemi mais aussi lui montrer ce qu’on veut qu’il sache. Reste à savoir si l’ennemi va mordre à l’hameçon.

Dès le début de la planification des diversions sont prévues. Moultes opérations sont envisagées, étudiées et pour beaucoup abandonnées.

Finalement deux diversions vont être menées : des raids courts et brutaux sur les côtes du Nord et de la Picardie et surtout une offensive baptisée GLACIATION menée depuis la Poche de Paris avec les unités défendant la capitale et le 6ème Corps d’Armée qui couvre la capitale face au 25.AK allemand.

Plusieurs raids amphibies vont être menés par les Royal Marines britanniques, les fusiliers marins commandos français et plus étonnant la Demi-Brigade de Marche des Chasseurs Pyrenéens, des montagnards qui débarquent sur les plages de la Manche pour des raids cours et brutaux.

A l’aube du 18 juin 1951, des navires français et britanniques approchent de l’estuaire de la Somme.

Sous l’autorité du croiseur léger HMS Southampton nous trouvons le contre-torpilleur pardon l’escorteur d’escadre Dupetit-Thouars, le destroyer polonais ORP Warszawa, les torpilleurs légers Le Parisien et Le Provencal, les destroyers légers HMS Exemoor et Derwent qui couvrent le mouilleur de mines HMS Abdiel et des navires amphibies transportant les troupes d’assaut.

Le tout est accompagné par les sous-marins La Praya et Ile de Ré chargé de faire écran vers le nord pour le premier et vers le sud pour le second mais aussi par un dispositif aérien composé des hydravions Bréguet Br790 de l’escadrille 1R, des hydravions Potez-CAMS 143 de la 5E, des avions Bloch MB-175T de l’escadrille 1B ainsi que des chasseurs Arsenal VG-36 et Farman F.275 Frelon de la 2ème Escadre de Chasse.

Le croiseur léger, l’escorteur d’escadre et le destroyer polonais mènent un bombardement court et violent mélant obus explosifs et fumigènes.

Profitant de la confusion créé par le bombardement, l’Abdiel met à l’eau les troupes d’assaut dans des chalands de débarquement pendant que d’autres navires amphibies au tirant d’eau plus faible avancent dans l’estuaire du fleuve picard.

De petits groupes de combat débarquent à Abbeville pour semer la discorde chez l’ennemi. Ces groupes sont composés de Royal Marines Commandos, de fusiliers-marins commandos et plus étonnant de chasseurs pyrénéens qui trouvent enfin l’occasion d’en découdre eux qui se morfondaient dans leurs belles montagnes.

En dépit des consignes données aux abbevillois de rester chez eux (ce n’est qu’un raid pas la libération attendue depuis presque deux ans), des civils accueillent chaleureusement soldats français et britanniques. Certains tommies vont ainsi repartir au pays avec du maroilles, des bouteilles d’alcool local que certains soldats britanniques ont trouvé plus fait pour récurer les cuivres que pour soulager des gosiers assoiffés.

Sur le plan militaire, les soldats français et britanniques ont pour mission de neutraliser le port et les défenses côtières mais aussi toutes les unités allemandes présentes sur les côtes, des unités généralement de seconde zone, loin des meilleures logiquement déployées sur le front.

Après une journée de combat, les soldats français et britanniques rembarquent direction Douvres où ils parviennent sans encombre dans la soirée.

Deux autres opérations sont menées dans la phase I de l’opération AVALANCHE, un raid sur Dieppe le 20 juin 1951 et un autre contre Boulogne le 23 juin 1951.

Le premier voit le port normand être sérieusement endommagé mais au prix de pertes sérieuses pour les unités d’assaut. Plusieurs navires sont légèrement endommagés mais cela aurait pu être pire, l’aviation britannique déployée dans le sud du pays se mettant en quatre pour empêcher la Luftwaffe de faire un sort aux navires d’assaut (les mêmes que pour le raid sur Abbeville) et aux troupes embarqués.

Le raid sur Boulogne est lui un raid réduit mené uniquement par les Royal Marines Commandos qui déposés par des vedettes lance-torpilles (débarrassées de leurs anguilles) vont tenter de saboter des navires allemands. Attendus de pied ferme, ils sont violement repoussés ce qui poussera le haut-commandement allié à abandonner des raids plus ambitieux contre Zeebruge ou le Helder au grand dam des belges et des néerlandais qui espéraient y participer avec leurs forces aériennes, navales et terrestres.

En dépit de la bravoure des soldats alliés ces opérations n’ont donc pas eu un impact démentiel sur le cours des combats menés depuis le 18 juin 1951. De l’utilité et des limites des diversions…… .

Alors que les fusiliers marins commandos, les Royal Marines et les chasseurs pyrenéens opèrent sur les côtes de la Manche, des soldats français sont engagés depuis la Poche de Paris.

Deux corps d’armée sont engagés, les 6ème et 31ème CA (ex-Garnison de Paris) regroupés sous l’autorité de la 8ème Armée réactivée pour l’occasion, une réactivation normalement temporaire et éphémère.

Cette 8ème armée nouvelle version comprend les éléments suivants :

-6ème Corps d’Armée (6ème CA) :

606ème régiment de pionniers, 6ème GRCA (FCM-42, AM modèle 1940P et fusiliers motocyclistes), 118ème RALT (deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm équipés respectivement 105L modèle 1936S et 155L modèle 1945S), EACA-506, 1ère DIC, 3ème DINA, 55ème DI. Ce corps d’armée reçoit les renforts du 346ème RALC (24 canons de 105mm et 12 canons de 155mm) et du 184ème RALT (36 canons de 194L GPF-T).

-31ème Corps d’Armée (31ème CA) :

42ème Demi-Brigade de Mitrailleurs Coloniaux (42ème DBMC), 148ème RIF, 160ème RAP, 31ème GRCA (AMX-42, AM modèle 1940P et fusiliers motocyclistes), 144ème RALT (deux groupes de 105L modèle 1941T et deux groupes de 155L modèle 1945S), 6ème DIC et 12ème DIM.

Ces deux corps d’armée doivent fixer puis déborder le 25.ArmeeKorps (25.AK) et faciliter la progression tant du GA n°1 et du GA n°2. Ensuite il sera toujours temps d’envisager une autre opération probablement sous le contrôle de l’un des GA.

Comme nous le savons rien ne va se passer comme prévu. En dépit d’une supériorité écrasante, les deux corps d’armée vont faire preuve d’une prudence telle que le général Villeneuve envisagera de relever ses commandants avant d’y renoncer probablement pour des raisons de moral et de propagande.

Avec un art consommé du combat défensif, les troupes du général Grecht commandant le 25.AK et les troupes qui lui sont rattachés pour l’occasion vont empêcher tout débouché allié depuis Paris et éviter le scénario catastrophe de deux Groupes d’Armées séparées et ne pouvant se soutenir mutuellement en cas de besoin.

Nul doute qu’un tel scénario aurait changé le cours de la guerre. Certains pensent que la guerre aurait pu être racccourcie de plusieurs mois mais ce ne sont que des hypothèses qui ne prennent pas en compte nombre de paramètres.

De toute façon il devient évident que le sort de la guerre ne va pas se jouer depuis la Poche de Paris mais depuis la Seine voir depuis le Morvan mais là encore tout ne va pas se passer comme prévu.

Le Conflit (116) Europe Occidentale (81)

Ordre de Bataille allié (2) : Groupe d’Armées n°2

En guise d’avant-propos

Ce Groupe d’Armées n°2 était initialement tendu par trois armées françaises à savoir les 3ème, 4ème et 6ème Armées. Durant l’opération NIBELUNGEN elles ont multiplié les attaques locales courtes et brutales pour fixer le maximum de troupes ennemies et éviter leur transfert vers la Seine.

Une fois l’ultime offensive stratégique allemande à l’ouest terminée, ce groupe d’armées n°2 est profondément transformé par l’arrivée de la 3ème Armée US qui va remplacer la 3ème Armée qui après un temps en réserve va prendre un créneau capital sur le front puisque couvrant notamment la Ville Lumière.

Après le déclenchement d’AVALANCHE, de nouvelles divisions blindées et d’infanterie vont arriver en France permettant la création d’une 7ème Armée US ce qui par corollaire entrainera la création du 1st USAG (First United States Armies Group) mais ceci est une autre histoire qu’il sera utile de raconter en temps voulu.

-3ème Armée US

-Un Etat-Major

-Unités du génie et de soutien logistique

-Groupement d’Artillerie Lourde

Huit groupes d’obusiers de 203mm et huit groupes de canons de 240mm

-Groupement de Bataillons de Chars

-1st 3rd 5th & 7th Independent Heavy Tank Bataillon disposant de chars lourds M-26 Pershing

-Groupement de chasseurs de chars

Quatre bataillons de chasseurs de chars équipés de M-18 Hellcat et deux bataillons de chasseurs de chars équipés de M-36 Jackson

-3rd US Corps

-Un Etat-Major

-Un Groupement de Soutien Logistique

-Un Régiment d’Artillerie Lourde disposant de canons de 155mm M-1 155mm Gun on Carriage M1 «Long Tom»

-Un Groupement de chasseurs de chars disposant de deux bataillons de M-18 Hellcat et de deux bataillons de M-36 Jackson.

-Un Bataillon de reconnaisance disposant de chars légers M-24 Chaffee et d’autos blindées M-17

-1st Armored Division

-24th Infantry Division (US)

-58th Infantry Division (US)

-8th US Corps

-Un Etat-Major

-Un Groupement de Soutien Logistique

-Un Régiment d’Artillerie Lourde disposant de canons de 155mm M-1 155mm Gun on Carriage M1 «Long Tom»

-Un Groupement de chasseurs de chars disposant de deux bataillons de M-18 Hellcat et de deux bataillons de M-36 Jackson

-Un Bataillon de reconnaissance disposant de chars légers M-24 Chaffee et d’autos blindées M-17

-1st Infantry Division (US)

-42nd Infantry Division (US)

-12th US Corps

-Un Etat-Major

-Un Groupement de Soutien Logistique

-Un Régiment d’Artillerie Lourde disposant de canons de 155mm M-1 155mm Gun on Carriage M1 «Long Tom»

-Un Groupement de chasseurs de chars disposant de deux bataillons de M-36 Jackson et de quatre bataillons de M-18 Hellcat

-Un Bataillon de reconnaisance disposant de chars légers M-24 Chaffee et d’autos blindées M-17

-10th Armored Division (US)

-38th Infantry Division (US)

-52th Infantry Division (US)

4ème Armée Française

-Un Etat-Major d’Armée

-Unités dépendant directement de la 4ème Armée

-Groupement Anti-Aérien de Campagne de la 4ème Armée (GAAC-IV) :

Après l’opération NIBELUNGEN, il est réorganisé sur le même modèle que les GAAC du GA n°1 à savoir des batteries polyvalentes regroupant pièces lourdes et pièces légères pour tenter de créer un barrage aux avions ennemis.

Initialement il y avait huit batteries, quatre lourdes (deux de 75mm et deux de 90mm) et quatre légères disposant de canons de 37mm. Comme désormais il n’y aura plus que trois corps d’armée en ligne au lieu de quatre, le nombre de batteries va donc tomber à trois au lieu de quatre initialement prévues, deux batteries disposant de 75mm et de 37mm, une disposant de canons de 90mm et de 37mm, les pièces et les artilleurs en surnombre étant transférées vers d’autres unités.

-Groupement d’Aviation de la 4ème Armée (GRAVIA-IVA)

-Groupement de Bataillons de Chars de Combats 504 :

74ème, 76ème et 77ème BCC disposant chacun de trente-quatre chars lourds ARL-44 à canon de 90mm soit un total de 102 chars.

-Groupement de Soutien Logistique d’Armée

-25ème Corps d’Armée

Ce Corps d’Armée est en réserve d’armée au moment du déclenchement de l’opération AVALANCHE et ne doit monter en ligne qu’une fois le front fermement stabilisé au nord de Paris mais bien entendu tout se passe rarement comme les planificateurs l’ont prévu. Ce corps d’armée comprend les moyens suivants :

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-625ème RP

-25ème GRCA : seize AMX-42, seize AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-181ème RALT : deux groupes de 105mm équipés de 105L modèle 1941T et deux groupes de 155mm équipés de 155L GPF-T

-EACA 525

-1ère DIM

-47ème DI

-61ème DI

-26ème Corps d’Armée (26ème CA)

-Etat-Major de Corps d’Armée

-626ème Régiment de Pionniers (626ème RP)

-26ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (26ème GRCA) : seize chars légers AMX-42, seize AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-182ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (182ème RALT) : deux groupes de 105mm 105L modèle 1936S et deux groupes de 155mm équipés de 155L GPF-T

-Unités du génie et de soutien

-Elément Aérien de Corps d’Armée 526 (EACA-526)

-4ème Division d’Infanterie Coloniale (4ème DIC)

-22ème Division d’Infanterie (22ème DI)

-53ème Division d’Infanterie (53ème DI)

-8ème Corps d’Armée (8ème CA)

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-608ème Régiment de Pionniers

-8ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (8ème GRCA) : seize chars légers AMX-42, seize AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes.

-108ème Régiment d’Artilerie Lourde à Tracteurs (108ème RALT) : deux groupes de 105mm 105L modèle 1936S et deux groupes de 155mm équipés de 155L GPF-T

-Unité de Génie et de Soutien

-Element Aérien de Corps d’Armée 508 (EACA-508)

-45ème Division d’Infanterie (45ème DI)

-2ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (2ème DINA)

-2ème Division d’Infanterie Tchécoslovaque (2ème DIT)

-16ème Corps d’Armée (16ème CA)

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-616ème Régiment de Pionniers

-16ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (16ème GRCA) : seize chars légers AMX-42, seize AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-142ème RALT (ex-142ème RALH) : deux groupes de 105mm 105L modèle 1941T et deux groupes de 155mm équipés de 155L modèle 1945S

-Unités du génie et de soutien

-Element Aérien de Corps d’Armée 516 (EACA-516)

-6ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (6ème DINA)

-8ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (8ème DINA)

-52ème Division d’Infanterie (52ème DI)

6ème Armée Française

-Un Etat-Major d’Armée

Unités dépendant de la 6ème Armée

-Groupement Anti-Aérien de Campagne de la 6ème Armée (GAAC-VIA) :

Réorganisé selon un modèle proche de celui de la 4ème Armée, le 6ème GAAC est organisé désormais en un état-major et trois batteries polyvalentes disposant chacune de canons de 75mm et de canons de 37mm pour protéger les trois corps d’armée en ligne, le quatrième étant mis en réserve d’armée pour ménager une ressource humaine que l’on sait difficilement extensible.

-Groupement d’Aviation de la 6ème Armée (GRAVIA-VIA)

-Unités du génie et de soutien logistique

-34ème Corps d’Armée

Ce Corps d’Armée est placé en réserve d’armée pour faire face à une nouvelle attaque allemande ou plutôt pour relever un CA en ligne pour préserver un réservoir humain qu’il convient déjà de ménager. Il comprend les éléments suivants :

-Un Etat-major de corps d’armée

-634ème RP

-34ème GRCA : douze chars légers AMX-42, douze automitrailleuses AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-147ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (147ème RALT) : deux groupes de 105mm 105L modèle 1936S et deux groupes de 155mm équipés de 155L GPF-T.

-EACA-534

-Unités du génie et de soutien

-28ème Division d’Infanterie Alpine (28ème DIAlp)

-66ème Division d’Infanterie (66ème DI)

-67ème Division d’Infanterie (67ème DI)

-9ème Corps d’Armée (9ème CA)

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-609ème Régiment de Pionniers

-9ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (9ème GRCA) : seize AMX-42, seize AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-121ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (121ème RALT) : deux groupes de 105mm équipés de 105L modèle 1936S et deux groupes de 155mm équipés de 155L modèle 1945S

-Elément Aérien de Corps d’Armée 509 (EACA-509)

-Unités du génie et de soutien

-31ème Division d’Infanterie Alpine (31ème DIAlp)

-32ème Division d’Infanterie (32ème DI)

-13ème Division d’Infanterie (13ème DI)

-12ème Corps d’Armée (12ème CA)

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-612ème Régiment de Pionniers (612ème RP)

-12ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (12ème GRCA) : douze chars légers AMX-44, douze AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-112ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (ex-122ème RALH) : deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm

-Elément Aérien de Corps d’Armée 512 (EACA-512)

-Unités du génie et de soutien

-35ème Division d’Infanterie (35ème DI)

-40ème Division d’Infanterie (40ème DI)

-1ère Division d’Infanterie Tchécoslovaque (1ère DIT)

-28ème Corps d’Armée (28ème CA)

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-628ème Régiment de Pionniers (628ème RP)

-28ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (28ème GRCA) : douze chars légers AMX-42, douze AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-120ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (120ème RALT) : deux groupes de 105 équipés de 105L modèle 1941T et deux groupes de 155mm équipés de 155L GPF-T.

-Elément Aérien de Corps d’Armée 528 (EACA-528)

-Unités du génie et de soutien

-43ème Division d’Infanterie (43ème DI)

-27ème Division d’Infanterie Alpine (27ème DIAlp)

-54ème Division d’Infanterie (54ème DI)

2ème Corps de Combat Blindé (2ème CCB)

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-Un groupement de soutien logistique

-638ème Régiment de Pionniers

-2ème Groupement de Reconnaissance de Combat Blindé (2ème GRCB) :

seize chars légers AMX-44, seize automitrailleuses puissantes, un escadron motocycliste et le 15ème Bataillon de Chasseurs Portés (15ème BCP)

-119ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (119ème RALT) :

deux groupes de 105L modèle 1936S et deux groupes de 155L GPF-T

-4ème Division Blindée (ex-4ème Division Cuirassée)

-6ème Division Blindée (ex-3ème DLM)

-7ème Division Blindée (ex-5ème DLM)

Le Conflit (115) Europe Occidentale (81)

1ère Armée Britannique

NdA : par rapport au dispositif en place lors de l’opération NIBELUNGEN, le corps blindé est placé en arrière pour contre-attaquer, obligeant les trois corps d’armée d’infanterie à augmenter leur zone de responsabilité (AOR)

-Un Etat-Major d’Armée

-Un Groupement de Soutien Logistique d’Armée

1st British Corps (1st BC)

-Un Etat-Major

-Des unités du génie et du soutien logistique

-Deux régiments d’artillerie lourde, un régiment équipé de BL 4.5 Inch Medium Field Gun et un régiment équipé de BL 5.5 Inch Medium Gun

-Un régiment antichar (canons antichars de 6 livres et de 17 livres)

-Un régiment antiaérien (canons antiaériens de 94mm et de 40mm)

-Un bataillon de reconnaissance disposant de chars légers Tetrach II et d’autos blindées Humber Armoured Car

-1st Infantry Division (1st ID)

-4th Infantry Division (4th ID)

-52nd Lowland Infantry Division

-2nd British Corps (2nd BC)

-Un Etat-Major

-Des unités du génie et du soutien logistique

-Deux régiments d’artillerie lourde, un régiment équipé de BL 4.5 Inch Medium Field Gun et un régiment équipé de BL 5.5 Inch Medium Gun

-Un régiment antichar (canons antichars de 6 livres et de 17 livres)

-Un régiment antiaérien (canons antiaériens de 94mm et de 40mm)

-Un bataillon de reconnaissance disposant de chars légers Tetrach II et d’autos blindées Humber Armoured Car

-44th «Home Counties» Division

-50th Northumberland Division

-2nd Infantry Division (2nd ID)

-3rd British Corps

-Un Etat-Major

-Des unités du génie et du soutien logistique

-Deux régiments d’artillerie lourde un régiment équipé de BL 4.5 Inch Medium Field Gun et un régiment équipé de BL 5.5 Inch Medium Gun

-Un régiment antichar (canons antichars de 6 livres et de 17 livres)

-Un régiment antiaérien (canons antiaériens de 94mm et de 40mm)

-Un bataillon de reconnaissance disposant de chars légers Tetrach II et d’autos blindées Humber Armoured Car

-3rd Infantry Division (3rd ID)

-48th «South Middland» Division

-6th Infantry Division (6th ID)

-1st British Armoured Corps (1st BAC)

-Un Etat-Major

-Des unités du génie et de soutien logistique

-Un régiment d’artillerie lourde équipé de BL 4.5 Inch Medium Field Gun et de BL 5.5 Inch Medium Gun

-Un régiment antichar (canons antichars de 6 livres et de 17 livres)

-Un régiment antiaérien (canons antiaériens de 94mm et de 40mm)

-Un bataillon de reconnaissance disposant de chars légers Tetrach II et d’autos blindées Humber Armoured Car

-1st Armoured Division (UK)

-2nd Armoured Division (UK)

2ème Armée Française (dite également «Armée Franco-Polonaise» mais uniquement de manière officieuse)

NdA : Située à l’est de la 1ère Armée britannique, elle perd le contrôle du corps d’armée qui couvre Paris qui passe sous l’autorité de la 3ème Armée.

-Un état-major

-Unités dépendant directement de la 2ème Armée

-GRAVIA-IIA (Groupement d’Aviation de la 2ème Armée)

-Groupement Anti-Aérien de Campagne (GAAC) de la 2ème Armée (GAAC-IIA) : six batteries avec huit canons de 75mm et douze canons de 37mm soit un total de 120 pièces.

-Groupement de Soutien Logistique d’Armée

-Groupement de Bataillons de Chars de Combats 502 :

70ème et 72ème BCC disposant chacun de trente-quatre chars lourds ARL-44 à canon de 90mm soit un total de 68 chars lourds.

-5ème Corps d’Armée (5ème CA)

-Un Etat-Major

-605ème Régiment de Pionniers

-5ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (5ème GRCA) : seize chars légers FCM-42, seize AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-110ème RALT (ex-110ème RALCH) : deux groupes de 105mm (un groupe de 105L modèle 1941T, un groupe de 105L modèle 1936S) et deux groupes de 155mm (155L modèle 1945S).

-Element Aérien de Corps d’Armée 502 (EACA-502)

-3ème Division d’Infanterie Motorisée (3ème DIM)

-23ème Division d’Infanterie (23ème DI)

-7ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (7ème DINA)

-1er Corps d’Armée Polonais (1er CAPol)

-Un état-major de corps d’armée

-Un groupement de soutien logistique

-Un groupement antichar disposant de seize canons de 47mm Puteaux modèle 1937 et de douze canons de 75mm TAZ modèle 1939

-Un groupement antiaérien disposant de vingt-quatre canons de 40mm Bofors

-Un Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (GRCA), le 1er GRCA polonais disposant de douze AMX-44, de douze autos blindées Daimler Armoured Car et de fusiliers motocyclistes.

-1er Régiment d’Artillerie Lourde Polonais (1er RALPol) disposant de deux groupes de 155L GPF-T et de deux groupes de 194 GPF-T.

-2ème Division d’Infanterie Polonaise (2ème DIP)

-3ème Division d’Infanterie Polonaise (3ème DIP)

-3ème Corps d’Armée Polonais (3ème CAPol) :

-Un état-major de corps d’armée

-Un groupement de soutien logistique

-Un groupement antichar disposant de seize canons de 47mm Puteaux modèle 1937 et de douze canons de 75mm TAZ modèle 1939

-Un groupement antiaérien disposant de vingt-quatre canons de 40mm Bofors

-3ème Régiment d’Artillerie Lourde Polonais (deux groupes de 155L et deux groupes de 194L)

-Un Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (GRCA) le 3ème GRCA Polonais disposant de douze AMX-44, de douze autos blindées Daimler Armoured Car et de fusiliers motocyclistes.

-10ème Division Blindée (10ème DB)

-7ème Division d’Infanterie Polonaise (7ème DIP).

-2ème Corps d’Armée Polonais (2ème CAPol)

-Un Etat-Major

-Un Groupement de Soutien Logistique

-Un Groupement Antichar avec des chasseurs de chars Laffly W17TCC (6×6 à canon de 75mm)

-Un Groupement Antiaérien avec des canons de 40mm Bofors remorqués en attendant l’arrivée potentielle de canons antiaériens automoteurs

-2ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée Polonais (2ème GRCA Pol) disposant de douze chars légers AMX-44 et de douze Humber Armoured Car.

-2ème Régiment d’Artillerie Lourde Polonais (2ème RALPol) deux groupes de 155mm équipés de 155L GPF-T et deux groupes de 194mm équipés de 194 GPF-T.

-1ère Division de Grenadiers de la Garde (1ère DGG)

-2ème Division de Grenadiers de la Garde (2ème DGG)

3ème Armée Française

Initialement déployée à l’est de Paris, cette armée après avoir été relevée par les troupes américaines passe un temps en Réserve Stratégique avant de monter au front et de s’insérer entre la 2ème Armée et la ville de Paris, prenant sous son autorité le corps d’armée couvrant Paris défendu par une garnison.

-Un état-major

-Unités dépendant directement de la 3ème Armée

-GRAVIA-IIIA (Groupement d’Aviation de la 3ème Armée)

-Groupement Anti-Aérien de Campagne (GAAC) de la 3ème Armée :

six batteries disposant chacune de huit canons de 75mm et de douze canons de 37mm soit un total de 120 pièces.

-Groupement de Soutien Logistique d’Armée

-23ème Corps d’Armée (23ème CA)

-Etat-Major de Corps d’Armée

-623ème Régiment de Pionniers

-23ème Groupement de Reconnaissance Corps d’Armée (23ème GRCA) (seize AMX-42, seize AM modèle 1940P, fusiliers motocyclistes)


-11ème Régiment d’Artillerie Lourde Colonial à Tracteur (11ème RALCT) : deux groupes de 105mm (105L modèle 1936S) et deux groupes de 155mm (155L GPF-T)

-Elément Aérien de Corps d’Armée 523 (ex-GAO-523)

-2ème Division d’Infanterie (2ème DI)

-56ème Division d’Infanterie (56ème DI)

-5ème Division d’Infanterie Motorisée (5ème DIM)

-24ème Corps d’Armée (24ème CA)

-Etat-Major de Corps d’Armée

-624ème Régiment de Pionniers

-24ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (24ème GRCA) : douze AMX-44, douze AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-103ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (103ème RALT) : deux groupes de 105mm (105L modèle 1936S) et deux groupes de 155mm (155L GPF-T)

-26ème Division d’Infanterie (26ème DI)

-42ème Division d’Infanterie (42ème DI)

-2ème Division d’Infanterie Coloniale (2ème DIC)

-7ème Corps d’Armée (7ème CA)

-Etat-Major de Corps d’Armée

-607ème Régiment de Pionniers

-7ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (7ème GRCA) : douze AMX-44, douze AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-107ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (107ème RALT) : deux groupes de 105mm (105L modèle 1941T) et deux groupes de 155mm (155L GPF-T)

-Element Aérien de Corps d’Armée 507 (EACA-507)

-1ère Division Marocaine (1ère DM)

-18ème Division d’Infanterie (18ème DI)

-4ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (4ème DINA)

-6ème Corps d’Armée (6ème CA)

NdA couvre Paris et sa garnison. Doit jouer un rôle important dans l’opération AVALANCHE.

-606ème Régiment de Pionniers (606ème RP)

-6ème Groupement de Reconnaisance de Corps d’Armée (6ème GRCA) : seize FCM-42, seize AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes.

-118ème Régiment d’Artilerie Lourde à Tracteur (118ème RALT) (ex-118ème RALH) reconstitué avec deux groupes de 105L modèle 1936S et deux groupes de 155L modèle 1945S

-Unités de génie et de soutien

-Element Aérien de Corps d’Armée 506 (EACA-506)

-1ère Division d’Infanterie Coloniale (1ère DIC)

-3ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (3ème DINA)

-55ème Division d’Infanterie (55ème DI)

-Garnison de Paris

Si le 6ème Corps d’Armée (6ème CA) couvre les approches de Paris, les alliés sont bien décidés à tenir la ville avec une garnison qui constitue une unité spécifique. C’est aussi un habile jeu de propagande puisque cela signifie que la ville est toujours sous contrôle allié.

-Un Etat-Major fournit par le 31ème CA (NdA ce qui signifie qu’en cas d’engagement des forces, la Garnison de Paris pourrait fournir un 31ème CA)

-Un groupement de soutien logistique

-42ème Demi-Brigade de Mitrailleurs Coloniaux (42ème DBMC)

-148ème RIF

-160ème RAP : deux groupes de 155L modèle 1946S

-31ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (31ème GRCA) : douze chars légers AMX-42 (NdA qui n’ont finalement pas été remplacés par des canons d’assaut), douze AM modèle 1940P et des fusiliers motocyclistes.

-144ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (144ème RALT) (ex-144ème RALH) avec deux groupes de 105L modèle 1941T et un groupe de 155L modèle 1945S.

-1er Régiment de Paris : régiment fournit par la Garde Républicaine et qui assure le maintien de l’ordre à Paris.

-6ème Division d’Infanterie Coloniale (6ème DIC)

-12ème Division d’Infanterie Motorisée (12ème DIM)

NdA ces deux divisions ont été réorganisées selon le nouveau modèle issu du RETEX de la Campagne de France.

1er Corps de Combat Blindé (1er CCB)

Initialement les CCB devaient dépendre de la Réserve Stratégique Interalliée mais après mure réflexion, décision est prise de répartir les trois CCB entre les deux Groupes d’Armées, les 1er et 3ème CCB sous l’autorité du GA n°1, le 2ème CCB sous l’autorité du GA n°2.

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-Un groupement de soutien logistique

-635ème Régiment de Pionniers

-1ème Groupement de Reconnaissance de Corps Blindé (1er GRCB) :

seize chars légers AMX-44, seize AM modèle 1940P, un escadron de fusiliers motocyclistes et le 13ème Bataillon de Chasseurs Portés (13ème BCP).

-329ème Régiment d’Artillerie Tout-Terrain à Tracteurs (329ème RATTT) :

deux groupes de 105L modèle 1936S et deux groupes de 155L GPF-T

-1ère Division Blindée (ex-1ère Division Cuirassée)

-3ème Division Blindée (ex-1ère Division Légère Mécanique)

-5ème Division Blindée (ex-2ème Division Cuirassée)

3ème Corps de Combat Blindé (3ème CCB)

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-Un Groupement de Soutien Logistique

-636ème Régiment de Pionniers

-3ème Groupement de Reconnaissance de Corps Blindé (3ème GRCB) :

seize chars légers AMX-44, seize automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P, un escadron de fusiliers motocyclistes et le 20ème Bataillon de Chasseurs Portés (20ème BCP).

-122ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (122ème RALT) :

deux groupes de 105L modèle 1936S et deux groupes de 155L GPF-T.

-2ème Divisions Blindée (ex-2ème DLM)

-8ème Division Blindée (ex-6ème DLM)

Le Conflit (114) Europe Occidentale (80)

Ordre de Bataille allié (1) : Groupe d’Armées n°1

NdA l’organisation est la même que celle au moment de l’opération NIBELUNGEN à la différence que la 3ème Armée Française après sa relève par les troupes américaines est passé sous le commandement du GA n°1.

Pour le schéma voici la légende : GR = Groupe de reconnaissance P = Pionniers AL = Artillerie Lourde EACA = Elément Aérien de Corps d’Armée, LRM = Lance-Roquettes Multiples G = Génie GRAVIA = Groupement d’Aviation d’Armée GAAC = Groupement Antiaérien de Campagne GBCC = Groupement des Bataillons de Chars de Combat ATK = Artillerie Antichar AA= Artillerie Antiaérienne

Armée Canadienne en France (ACF)

En dépit de la volonté britannique de placer sous le commandement de Londres toutes les troupes de Commonwealth, les canadiens encouragés par les français ont accepté la proposition du général Villeneuve de tenir une portion sensible du front à savoir l’estuaire de la Seine. La composition de l’ACF/CAF (Canadian Army in France) est la même qu’un an plus tôt :

-Un état-major implanté d’abord à Salisbury puis à Orléans

-1er Corps d’Armée Canadien (1er CACAN) :

-Un état-major

-Unités du génie et de soutien logistique

-Un bataillon de reconnaissance motorisé (chars légers Tetrach II et autos blindées Daimler Armoured Car)

-Un régiment d’artillerie lourde équipé de BL 5.5 Inch Medium Gun

-Un bataillon de lance-roquettes multiples équipé de lance-roquettes multiples Land Matress

-Un bataillon de pontonniers

-1ère Division Canadienne (1st Canadian (Infantry) Division)

-3ème Division Canadienne (3rd Canadian (Infantry) Division)

-2ème Corps d’Armée Canadien (2ème CACAN)

-Un état-major

-Unités du génie et de soutien logistique

-Un bataillon de reconnaissance motorisé (chars légers Tetrach II et autos blindées Daimler Armoured Car)

-Un régiment d’artillerie lourde équipé de BL 4.5 Inch Medium Field Gun

-Un bataillon de lance-roquettes multiples Land Matress

-Un bataillon de pontonniers

-2ème Division Canadienne (2nd Canadian (Infantry) Division)

-4ème Division Canadienne (4th Canadian (Infantry) Division)

-3ème Corps d’Armée Canadien (3ème CACAN)

-Un état-major

-Unités du génie et de soutien logistique

-Un bataillon de reconnaissance motorisé (chars légers Tetrach II et autos blindées Daimler Dingo)

-Un régiment d’artillerie lourde équipé de BL 4.5 Inch Medium Field Gun et de BL 5.5 Inch Medium Gun

-Un bataillon de lance-roquettes multiples Land Matress

-Un bataillon de pontonniers

-1ère Division Blindée Canadienne (1st Canadian Armoured Division) disposant de chars moyens M-4 Sherman et de chars lourds Churchill

-2ème Division Blindée Canadienne (2nd Canadian Armoured Division) disposant de chars moyens M-4 Sherman et de chars lourds Churchill.

1ère Armée Française

Cette 1ère Armée couvre donc le flanc oriental de l’ACF/CAF et doit jouer un rôle capital soit en cas de nouvelle tentative allemande de franchissement ou lorsque l’offensive avec un grand O sera lancée. Elle à donc bénéficié de la priorité pour l’arrivée de renforts et de matériels modernes.

-Un état-major implanté à Dreux

-Unités dépendant directement de la 1ère Armée

-GRAVIA-IA (Groupement d’Aviation de la 1ère Armée) :

Etat-major chargé comme nous le savons de prendre sous son contrôle les unités de chasse, de chasse lourde, d’attaque, de bombardement en piqué, de bombardement et de reconnaissance destinées à la couverture, à l’éclairage et à l’appui de la 1ère Armée. A l’usage on essayera dans la mesure du possible de confier aux mêmes unités aériennes le soutien des unités terrestres pour créer des automatismes entre appuyant et appuyés.

-Groupement Anti-Aérien de Campagne (GAAC) de la 1ère Armée (GAAC-IA) :

Ce Groupement six batteries polyvalentes avec pour chacune d’entre-elles huit canons de 75mm modèle 1944 et douze canons de 37mm modèle 1950 soit un total de cent vingt pièces pour l’ensemble du GAAC.

-Groupement de Soutien Logistique d’Armée

-Groupement de Bataillons de Chars de Combats 501 :

71ème, 73ème et 75ème BCC disposant chacun de trente-quatre ARL-44 soit un total de 102 chars lourds.

-1er Corps d’Armée (1er CA)

-Un état-major

-601ème Régiment de Pionniers (601ème RP)

-1er GRCA : seize chars légers AMX-44, seize automitrailleuses AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes.

-101ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (101ème RALT) : deux groupes de 105mm équipés de canons de 105L modèle 1936S et deux groupes de 155mm équipé de canons de 155 GPF-T (Grande Puissance Filloux-Touzard)

-Unités du génie et de soutien

-Element Aérien de Corps d’Armée 501 (EACA-501): remplace le GAO-501 mais comme le GRAVIA-IA il est un simple état-major qui prend son autorité des avions essentiellement de reconnaissance et d’observation mais on verra des chasseurs et des avions d’attaque passer sous son contrôle.

-68ème Division d’Infanterie (68ème DI)

-4ème Division d’Infanterie (4ème DI)

-21ème Division d’Infanterie (21ème DI) :

-18ème Corps d’Armée (18ème CA)

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-618ème régiment de pionniers

-18ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (18ème GRCA) : douze chars légers AMX-44, douze AM modèle 1940P et des fusiliers motocyclistes.

-115ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (115ème RALT) deux groupes de 105L modèle 1936S et deux groupes de 155L GPF-T

-Différentes unités du génie et de soutien

-Element Aérien de Corps d’Armée 518 (EACA-518)

-9ème Division d’Infanterie Motorisée (9ème DIM) :

-1ère Division d’Infanterie Nord-Africaine (1ère DINA)

-5ème Division d’Infanterie Coloniale (5ème DIC)

-17ème Corps d’Armée (17ème CA)

-617ème Régiment de Pionniers

-17ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (17ème GRCA) : douze AMX-44, douze AM modèle 19940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-143ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (143ème RALT) (ex-143ème RALH) avec deux groupes de 105L modèle 1941T et deux groupes de 155L modèle 1945S (NdA pièce initialement hippomobile mais devenue ensuite automobile)

-Des unités du génie, du train, des transmissions, de l’intendance et du service de santé

-Elément Aérien de Corps d’Armée 517 (EACA-517)

-15ème Division d’Infanterie Motorisée (15ème DIM)

-3ème Division d’Infanterie Coloniale (3ème DIC)

-24ème Division d’Infanterie (24ème DI)

Le Conflit (103) Europe Occidentale (69)

1er Corps de Combat Blindé (1er CCB)

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-Un groupement de soutien logistique

-635ème Régiment de Pionniers

-1er Groupement de Reconnaissance de Corps Blindé (1er GRCB) : seize chars légers AMX-44, seize AM modèle 1940P, un escadron de fusiliers motocyclistes et le 13ème Bataillon de Chasseurs Portés (13ème BCP).

-329ème Régiment d’Artillerie Tout-Terrain à Tracteurs (329ème RATTT) : deux groupes de 105L modèle 1936S et deux groupes de 155L GPF-T

-1ère Division Blindée (ex-1ère Division Cuirassée)

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique

-Une compagnie de transmissions

-1er Bataillon Antiaérien Divisionnaire Blindé (BAADB) disposant de trois batteries de Lorraine 39L à bitube de 25mm en attendant un véritable canon antiaérien automoteur

-1er Bataillon Divisionnaire Antichar Blindé (BDAC) disposant de trois groupes de chasseurs de chars modèle 1950

-Un régiment de découverte (chars légers et automitrailleuses puissantes), le 7ème Régiment de Cuirassiers : un escadron de commandement et de soutien, un escadron de chars légers AMX-44 et deux escadrons d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-305ème Régiment d’Artillerie Autoportée (305ème RAAP) avec trois groupes de Renault R-40 Au-105B.

-Trois Bataillons de Chars de Combat médians : 25ème, 26ème et 42ème BCC (char moyen modèle 1943R)

-Trois Bataillons de Chars de Combat lourds : 28ème, 37ème et 41ème BCC (char lourd modèle 1944 ARL)

-Trois Bataillons de Chasseurs Portés : 3ème, 5ème et 7ème BCP.

-9ème Bataillon du Génie

-3ème Division Blindée (ex-1ère Division Légère Mécanique)

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique

-Une compagnie de transmissions

-3ème Bataillon Antiaérien Divisionnaire Blindé (BAADB) : au moment de NIBELUNGEN, des problèmes d’approvisionnement font que le bataillon qui devait recevoir des VDAA chenillés dispose encore de Laffly W15 avec un bitube de 25mm et de quelques exemplaires modifiés localement avec un unique canon de 37mm.

-3ème Bataillon Divisionnaire Antichar Blindé (BDAC) : trois groupes équipés de chasseurs de chars Laffly W17TCC à canon de 75mm (NdA là aussi cet équipement est provisoire puisqu’à terme cette unité doit recevoir des chasseurs de chars chenillés).

-Un régiment de découverte (chars légers et automitrailleuses puissantes), le 6ème Régiment de Cuirassiers : un escadron de commandement et de soutien, un escadron de chars légers AMX-44 et deux escadrons d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-3ème Régiment d’Artillerie Autoportée (3ème RAAP ex-74ème RADLM) avec trois groupes de Renault R-40 Au-105B.

-Trois Bataillons de Chars de Combat médians équipés de Somua S-45, le 4ème bataillon de cuirassiers (ex-4ème régiment), le 18ème bataillon de dragons (ex-18ème régiment) et le 3ème bataillon de chasseurs à cheval (ex-3ème régiment)

-Trois Bataillons de Chars de Combat lourds : 49ème, 50ème et 52ème BCC (char lourd modèle 1944 ARL)

-Trois Bataillons de Dragons Portés : 3ème, 14ème et 15ème BDP

-1er Bataillon du Génie

-5ème Division Blindée (ex-2ème Division Cuirassée)

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique

-Une compagnie de transmissions

-5ème Bataillon Antiaérien Divisionnaire Blindé (BAADB) disposant de trois batteries de Renault 40L à bitube de 25mm en attendant un véritable canon antiaérien automoteur

-5ème Bataillon Divisionnaire Antichar Blindé (BDAC) disposant de trois groupes de chasseurs de chars modèle 1950

-Un régiment de découverte (chars légers et automitrailleuses puissantes), le 9ème Régiment de Cuirassiers : un escadron de commandement et de soutien, un escadron de chars légers AMX-44 et deux escadrons d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-309ème Régiment d’Artillerie Autoportée (309ème RAAP) avec trois groupes de Renault R-40 Au-105B.

-Trois Bataillons de Chars de Combat médians : 14ème, 27ème et 57ème BCC (char moyen modèle 1943R)

-Trois Bataillons de Chars de Combat lourds : 8ème, 15ème et 56ème BCC (char lourd modèle 1944 ARL)

-Trois Bataillons de Chasseurs Portés : 6ème, 14ème et 17ème BCP

-10ème Bataillon du Génie

2ème Corps de Combat Blindé (2ème CCB)

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-Un groupement de soutien logistique

-638ème Régiment de Pionniers

-2ème Groupement de Reconnaissance de Combat Blindé (2ème GRCB) : seize chars légers AMX-44, seize automitrailleuses puissantes, un escadron motocycliste et le 15ème Bataillon de Chasseurs Portés (15ème BCP)

-119ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (119ème RALT) : deux groupes de 105L modèle 1936S et deux groupes de 155L GPF-T

-4ème Division Blindée (ex-4ème Division Cuirassée)

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique

-Une compagnie de transmissions

-4ème Bataillon Antiaérien Divisionnaire Blindé (BAADB) disposant de trois batteries de Renault 40L à bitube de 25mm en attendant un véritable canon antiaérien automoteur

-4ème Bataillon Divisionnaire Antichar Blindé (BDAC) disposant de trois groupes de chasseurs de chars modèle 1950

-Un régiment de découverte (chars légers et automitrailleuses puissantes), le 12ème Régiment de Cuirassiers : un escadron de commandement et de soutien, un escadron de chars légers AMX-44 et deux escadrons d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-322ème Régiment d’Artillerie Autoportée (322ème RAAP) avec trois groupes de Renault R-40 Au-105B.

-Trois Bataillons de Chars de Combat médians : 19ème, 44ème et 55ème BCC (char moyen modèle 1943R)

-Trois Bataillons de Chars de Combat lourds : 46ème, 47ème et 54ème BCC (char lourd modèle 1944 ARL)

-Trois Bataillons de Chasseurs Portés : 11ème, 12ème et 18ème BCP

-12ème Bataillon du Génie

-6ème Division Blindée (ex-3ème DLM)

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique

-Une compagnie de transmissions

-6ème Bataillon Antiaérien Divisionnaire Blindé (BAADB) : Laffly W15 VDA avec un bitube de 25mm et pour quelques exemplaires un canon de 37mm.

-6ème Bataillon Divisionnaire Antichar Blindé (BDAC) : trois groupes équipés de chasseurs de chars Laffly W17TCC à canon de 75mm (NdA là aussi cet équipement est provisoire puisqu’à terme cette unité doit recevoir des chasseurs de chars chenillés).

-Un régiment de découverte (chars légers et automitrailleuses puissantes), le 1er Régiment de Hussards : un escadron de commandement et de soutien, un escadron de chars légers AMX-44 et deux escadrons d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-6ème Régiment d’Artillerie Autoportée (6ème RAAP ex-75ème RADLM) avec trois groupes de Renault R-40 Au-105B.

-Trois Bataillons de Chars de Combat médians équipés de Somua S-45, le 1er bataillon de chasseurs à cheval, le 8ème bataillon de chasseurs à cheval et le 8ème bataillon de dragons.

-Trois Bataillons de Chars de Combat lourds : , 7ème, 17ème et 32ème BCC (Ces nouveaux bataillons reprennent les numéros des BCC des GBCC qui sont devenus des bataillons de canons d’assaut ou de chasseurs de chars) (char lourd modèle 1944 ARL)

-Trois Bataillons de Dragons Portés : 5ème, 7ème et 19ème BDP.

-3ème Bataillon du Génie

-7ème Division Blindée (ex-5ème DLM)

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique

-Une compagnie de transmissions

-7ème Bataillon Antiaérien Divisionnaire Blindé (BAADB) : Laffly W15 VDA avec un bitube de 25mm et pour quelques exemplaires un canon de 37mm.

-7ème Bataillon Divisionnaire Antichar Blindé (BDAC) : trois groupes équipés de chasseurs de chars Laffly W17TCC à canon de 75mm (NdA là aussi cet équipement est provisoire puisqu’à terme cette unité doit recevoir des chasseurs de chars chenillés).

-Un régiment de découverte (chars légers et automitrailleuses puissantes), le 11ème Régiment de Cuirassiers : un escadron de commandement et de soutien, un escadron de chars légers AMX-44 et deux escadrons d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-7ème Régiment d’Artillerie Autoportée (7ème RAAP ex-72ème RADLM) avec trois groupes de Renault R-40 Au-105B.

-Trois Bataillons de Chars de Combat médians équipés de Somua S-45, 6ème bataillon de dragons, 3ème et 4ème bataillon de hussards

-Trois Bataillons de Chars de Combat lourds : 45ème, 51ème et 53ème BCC (char lourd modèle 1944 ARL)

-Trois Bataillons de Dragons Portés : 2ème, 8ème et 13ème BDP

-5ème Bataillon du Génie

3ème Corps de Combat Blindé (3ème CCB)

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-Un Groupement de Soutien Logistique

-636ème Régiment de Pionniers

-3ème Groupement de Reconnaissance de Corps Blindé (3ème GRCB) : seize chars légers AMX-44, seize automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P, un escadron de fusiliers motocyclistes et le 20ème Bataillon de Chasseurs Portés (20ème BCP).

-122ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (122ème RALT) : deux groupes de 105L modèle 1936S et deux groupes de 155L GPF-T.

-2ème Divisions Blindée (ex-2ème DLM)

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique

-Une compagnie de transmissions

-2ème Bataillon Antiaérien Divisionnaire Blindé (BAADB) : Laffly W15 VDA avec un bitube de 25mm et pour quelques exemplaires un canon de 37mm.

-2ème Bataillon Divisionnaire Antichar Blindé (BDAC) : trois groupes équipés de chasseurs de chars Laffly W17TCC à canon de 75mm (NdA Cet équipement est provisoire puisqu’à terme cette unité doit recevoir des chasseurs de chars chenillés).

-Un régiment de découverte (chars légers et automitrailleuses puissantes), le 8ème Régiment de Cuirassiers : un escadron de commandement et de soutien, un escadron de chars légers AMX-44 et deux escadrons d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-2ème Régiment d’Artillerie Autoportée (2ème RAAP ex-71ème RADLM) avec trois groupes de Renault R-40 Au-105B.

-Trois Bataillons de Chars de Combat médians équipés de Somua S-45, 5ème bataillon de dragons, 13ème bataillon de dragons et 29ème bataillon de dragons,

-Trois Bataillons de Chars de Combat lourds : 1er, 11ème et 24ème BCC (NdA ces numéros ont été libérés par la transformation des BCC des GBCC en bataillons de chasseurs de chars et de canons d’assaut) (char lourd modèle 1944 ARL)

-Trois Bataillons de Dragons Portés : 1er, 6ème et 14ème bataillons de dragons portés

-2ème Bataillon du Génie

-8ème Division Blindée (ex-6ème DLM)

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique

-Une compagnie de transmissions

-8ème Bataillon Antiaérien Divisionnaire Blindé (BAADB) : Laffly W15 VDA avec un bitube de 25mm et pour quelques exemplaires un canon de 37mm.

-8ème Bataillon Divisionnaire Antichar Blindé (BDAC) : trois groupes équipés de chasseurs de chars Laffly W17TCC à canon de 75mm (Cet équipement est provisoire puisqu’à terme cette unité doit recevoir des chasseurs de chars chenillés).

-Un régiment de découverte (chars légers et automitrailleuses puissantes), le 2ème Régiment de Cuirassiers : un escadron de commandement et de soutien, un escadron de chars légers AMX-44 et deux escadrons d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-8ème Régiment d’Artillerie Autoportée (8ème RAAP ex-70ème RADLM) avec trois groupes de Renault R-40 Au-105B.

-Trois Bataillons de Chars de Combat médians équipés de Somua S-45, 4ème bataillon de dragons, 11ème bataillon de chasseurs à cheval et 2ème bataillon de hussards

-Trois Bataillons de Chars de Combat lourds : 5ème, 16ème et 34ème BCC (NdA ces numéros ont été libérés par la transformation des BCC des GBCC en bataillons de chasseurs de chars et de canons d’assaut) (char lourd modèle 1944 ARL)

-Trois Bataillons de Dragons Portés : 9ème, 10ème et 12ème Bataillon de Dragons Portés

-6ème Bataillon du Génie

Le Conflit (102) Europe Occidentale (68)

Armée Belge Libre

Cette Armée Belge Libre regroupe sous ce nom des unités belges et néerlandaises avec une participation symbolique du Luxembourg. Cette armée est officiellement créée le 7 mai 1950 soit trois jours après le déclenchement de l’opération NIBELUNGEN.

Cela ne veut pas dire que depuis le mois de juin 1949 les belges et les néerlandais se sont tournés les pouces mais il fallait se mettre d’accord sur les structures, la répartition des postes et surtout obtenir des alliés les armes et les véhicules. Comme naturellement les français et les britanniques privilégiaient leurs propres unités cela à pris beaucoup de temps.

Voilà pourquoi l’Armée Belge Libre (ABL) est d’office placée en Réserve Stratégique pour un engagement ultérieur.

-Un Etat-Major d’Armée

-Un Groupement de Soutien Logistique d’Armée

-Un Groupement Anti-Aérien de Campagne (GAAC)

Il à été fourni par les Pays-Bas avec deux batteries équipées de canons de 75mm Vickers model 1931 et deux batteries équipées de canons de 40mm Bofors.

-1er Corps d’Armée Belge

-Un Etat-Major

-Un Groupement de Soutien Logistique

-Un Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée disposant d’autos blindées Daimler Armoured Car Mk II et de chars légers M-24 Chaffee

-Un Régiment d’Artillerie Lourde disposant de deux groupes de 105L modèle 1947 (version améliorée du 105L modèle 1936S propre à la Belgique) et de deux groupes de 155mm M1A1.

-1ère Division d’Infanterie (BEL)

-Un état-major

-Un groupement de soutien logistique

-Un bataillon de reconnaissance équipées d’autos blindées Daimler Armoured Car Mk II et de motocyclistes

-Un bataillon de canons d’assaut disposant de canons d’assaut modèle 1950 (ex-GPM-4 Hotchkiss H-39 avec un obusier de 105C modèle 1935B)

-Un bataillon antichar et antiaérien disposant de canons antichars de 47mm modèle 1948 et de canons antiaériens Bofors de 40mm

-Trois régiments d’infanterie : 4ème régiment de ligne, 1er régiment de chasseurs à pied et 2ème régiment de grenadiers

-Un régiment d’artillerie disposant de canons de 75mm TAZ modèle 1939 et de canons de 105mm modèle 1946

-Un bataillon du génie

-Un bataillon de transmissions

2ème Division d’Infanterie (BEL)

-Un état-major

-Un groupement de soutien logistique

-Un bataillon de reconnaissance équipées d’autos blindées Daimler Armoured Car Mk II et de motocyclistes

-Un bataillon de canons d’assaut disposant de canons d’assaut modèle 1950

-Un bataillon antichar et antiaérien disposant de canons antichars de 47mm modèle 1948 et de canons antiaériens Bofors de 40mm

-Trois régiments d’infanterie : 12ème régiment de ligne, 1er régiment de carabiniers et 9ème régiment de chasseurs à pied

-Un régiment d’artillerie disposant de canons de 75mm TAZ modèle 1939 et de canons de 105mm modèle 1946

-Un bataillon du génie

-Un bataillon de transmissions

-2ème Corps d’Armée Belge

-Un Etat-Major

-Un Groupement de Soutien Logistique

-Un Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée disposant d’autos blindées Daimler Armoured Car Mk II et de chars légers M-24 Chaffee

-Un Régiment d’Artillerie Lourde disposant de deux groupes de 105mm belges et deux groupes de 155mm néerlandais.

-3ème Division d’Infanterie (BEL)

-Un état-major

-Un groupement de soutien logistique

-Un bataillon de reconnaissance équipées d’autos blindées Daimler Armoured Car Mk II et de motocyclistes

-Un bataillon de canons d’assaut disposant de canons d’assaut modèle 1950

-Un bataillon antichar et antiaérien disposant de canons antichars de 47mm modèle 1948 et de canons antiaériens Bofors de 40mm

-Trois régiments d’infanterie : 1er régiment de chasseurs ardennais, 7ème régiment de ligne et 3ème régiment de chasseurs à pied

-Un régiment d’artillerie disposant de canons de 75mm TAZ modèle 1939 et de canons de 105mm modèle 1946

-Un bataillon du génie

-Un bataillon de transmissions

-1ère Division Cuirassée Belge/Division Blindée «Piron»

-Un état-major

-Un groupement de soutien logistique

-Un bataillon de reconnaissance équipé d’autos blindées lourdes modèle 1950 (AM modèle 1940P) et de chars M-4 Sherman

-Deux régiments de chars équipés de Renault G2R à canon de 75mm, le 1er régiment de lanciers et le 2ème régiment de chasseurs à cheval

-Deux régiments d’infanterie motorisés montés sur véhicules tout-terrain type half-track, le 1er régiment de grenadiers et le 10ème régiment de ligne

-Un régiment d’artillerie automotrice équipés de M-7 Priest

-Un bataillon antichar et antiaérien disposant de canons antichars de 47mm modèle 1948 et de canons antiaériens Bofors de 40mm

-Un bataillon du génie

-Un bataillon de transmissions

Corps d’Armée Néerlando-Belge

-Un Etat-Major

-Un Groupement de Soutien Logistique

-Un Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée disposant de chars légers M-24 Chaffee fournis par la Belgique et d’autos blindées Daimler Armoured Car fournis par les Pays-Bas

-Un Régiment d’Artillerie Lourde néerlandais disposant de canons de 155mm M1A1.

1ère Division d’Infanterie (Néerlandaise)

-Un état-major

-Une compagnie de transmission

-Trois régiments d’infanterie : 1er, 7ème et 9ème régiments d’infanterie

-Un régiment d’artillerie : deux groupes de canons de 75mm TAZ modèle 1939 deux groupes de canons-obusiers de 25 livres

-Un bataillon antichar et antiaérien disposant initialement de canons antichars britanniques de 6 livres et de canons antiaériens de 20mm Oerlikon et de 40mm Bofors.

-Une compagnie de reconnaissance équipée d’autos blindées Daimler Armoured Car

-Une compagnie du génie

-Une compagnie de ravitaillement

-Une compagnie du train

4ème Division d’Infanterie (Belgique)

-Un état-major

-Un groupement de soutien logistique

-Un bataillon de reconnaissance équipées d’autos blindées Daimler Armoured Car Mk II et de motocyclistes

-Un bataillon de canons d’assaut équipés de canons d’assaut modèle 1950

-Un bataillon antichar et antiaérien disposant de canons anticharsde 47mm modèle 1948 et de canons antiaériens de 40mm Bofors

-Trois régiments d’infanterie : 3ème régiment de ligne, 5ème régiment de chasseurs à pied et 2ème régiment de carabiniers

-Un régiment d’artillerie équipés de canons de 75mm TAZ modèle 1939 et de canons de 105mm modèle 1946

-Un bataillon du génie

-Un bataillon de transmissions

1ère Division Blindée Néerlandaise/Division «Princesse Irène»

-Un état-major

-Une compagnie de transmission

-Un bataillon de reconnaissance (autos blindées Daimler Armoured Car et chars légers M-24 Chaffee)

-Une compagnie antichar disposant de chasseurs de chars M-10 Tank Destroyer

-Une compagnie antiaérienne disposant de canons de 40mm Bofors

-Deux demi-brigades composées chacune de deux bataillons de chars M-4 Sherman, un bataillon d’infanterie portée sur M-3 Halftrack et un bataillon d’artillerie automotrice disposant de M-7 Priest

-Une compagnie du génie

-Une compagnie de soutien logistique

2ème Armée Britannique

Cette 2nd Army (UK) regroupe les divisions qui avaient commencé la bataille de France sous commandement français. Elle dispose donc initialement de deux corps d’armée, les 4th et 5th British Corps en attendant l’arrivée d’autres divisions venues de Grande-Bretagne où elles brûlent d’en découdre. C’est ainsi que les deux corps d’armée doivent passer de deux à trois divisions d’infanterie.

4th British Corps (4th BC)

-Un Etat-major de Corps d’Armée

-Un Groupement de Soutien Logistique

-Un régiment antiaérien disposant de canons de 40mm Bofors et de 94mm Vickers

-Un régiment antichar disposant de canons de 6 et de 17 livres

-Deux régiments d’artillerie lourde (un régiment équipé de canons de 4.5 pouces un autre de 5.5 pouces)

-51th Highland Division

-58th Northumbrian Division

-49th (West Riding Infantry) Infantry Division

5th British Corp(5th BC)

-Un Etat-major de Corps d’Armée

-Un Groupement de Soutien Logistique

-Un régiment antiaérien disposant de canons de 40mm et de 94mm Vickers

-Un régiment antichar disposant de canons de 6 et de 17 livres

-Deux régiments d’artillerie lourde ‘un régiment équipé de canons de 4.5 pouces et un autre de 5.5 pouces)

-5th Infantry Division

-42nd East Lancashire Division

-54th East Anglian Infantry Division

NdA A terme un troisième corps d’armée britannique doit arriver sur le continent mais rien n’à été encore enclenché au moment de NIBELUNGEN. Ce corps d’armée doit normalement porter le numéro six.

7ème et 9ème Armée Françaises

Etat-majors qui doivent prendre sous leur autorité des unités placées en réserve, des unités en repos et/ou en reconstitution.

Ces etat-majors gèrent également l’entrainement des nouvelles recrues via des divisions-cadres qui reprennent les noms de divisions provisoirement ou non hors de combat en l’occurence les divisions suivantes :

7ème Armée

-7ème DI

-36ème DI

-41ème DI

-57ème DI

-58ème DI

9ème Armée

-62ème DI

-63ème DI

-71ème DI

-5ème DINA

-7ème DIC

Des etat-majors de corps d’armée sont également présents sous l’autorité des 7ème et 9ème Armée, des corps d’armée qui ne sont là aussi que des coquilles vides mais qui pourraient très vite remonter en puissance. Bien entendu ces corps d’armée pourraient aussi prendre en charge des divisions sur d’autres théâtre d’opérations avec ou sans les unités d’appui et de soutien qui y sont rattachés.

-2ème CA

-3ème CA

-4ème CA

-10ème CA

-11ème CA

-15ème CA

-19ème CA

-20ème CA

-21ème CA

-22ème CA

-27ème CA

-32ème CA

Le Conflit (101) Europe Occidentale (67)

6ème Armée Française

Unités dépendant de la 6ème Armée

-6ème Groupement Anti-Aérien de Campagne (6ème GAAC) :

un état-major, quatre batteries lourdes équipées de canons de 75mm et quatre batteries légères équipées de canons de 37mm.

-Groupement d’Aviation de la 6ème Armée (GRAVIA-VIA)

-Unités du génie et de soutien logistique

9ème Corps d’Armée (9ème CA)

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-609ème Régiment de Pionniers

-9ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (9ème GRCA) : seize AMX-42, seize AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-121ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (121ème RALT) : deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm

-Element Aérien de Corps d’Armée 509 (EACA-509)

-Unités du génie et de soutien

31ème Division d’Infanterie Alpine (31ème DIAlp)

-Un Etat-Major Divisionnaire

-Un Groupement de Soutien Logistique

-31ème Groupement de Reconnaissance au Contact (31ème GRC) : douze chars légers AMX-44, douze AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-631ème Bataillon Divisionnaire Antichar (631ème BDAC) (huit canons de 75mm et seize canons de 47mm)

-631ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire (631ème BAAD) (douze canons de 37mm et vingt-quatre de 25mm)

-56ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire (56ème RAD) : un groupe de 105mm, un groupe de 155mm et deux groupes d’obusiers de montagne de 75mm.

-Deux régiments d’infanterie : 81ème et 96ème Régiments d’Infanterie Alpine (81ème et 96ème RIA)

-42ème Demi-Brigade de Chasseurs Alpins (89ème, 93ème et 98ème BCA)

-31ème Bataillon de canons d’assaut disposant de canons d’assaut modèle 1949R

-31ème Bataillon de chasseurs de chars disposant de chasseurs de chars modèle 1950

-120ème Bataillon du Génie

32ème Division d’Infanterie (32ème DI)

-Un Etat-Major Divisionnaire

-Un Groupement de Soutien Logistique

-32ème Groupement de Reconnaissance au Contact (32ème GRC) : douze chars légers AMX-42, douze AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-632ème Bataillon Divisionnaire Antichar (631ème BDAC) (huit canons de 75mm et seize canons de 47mm)

-632ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire (631ème BAAD) (douze canons de 37mm et vingt-quatre de 25mm)

-3ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire (3ème RAD) : deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm

-Trois Régiments d’infanterie de ligne : 7ème, 122ème et 143ème RI

-32ème Bataillon de canons d’assaut disposant de canons d’assaut modèle 1949R

-32ème Bataillon de chasseurs de chars disposant de chasseurs de chars modèle 1950

-84ème Bataillon du Génie

13ème Division d’Infanterie (13ème DI)

-Un Etat-Major Divisionnaire

-Un Groupement de Soutien Logistique

-13ème Groupement de Reconnaissance au Contact (13ème GRC) : douze chars légers AMX-44, douze AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-613ème Bataillon Divisionnaire Antichar (631ème BDAC) (huit canons de 75mm et seize canons de 47mm)

-613ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire (631ème BAAD) (douze canons de 37mm et vingt-quatre de 25mm)

-28ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire (28ème RAD) : deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm

-Deux Régiments d’infanterie de ligne : 21ème et 60ème RI

-Un Régiment de Tirailleurs Marocains : 8ème RTM

-32ème Bataillon de canons d’assaut disposant de canons d’assaut modèle 1949R

-32ème Bataillon de chasseurs de chars disposant de chasseurs de chars modèle 1950

-25ème Bataillon du Génie (25ème BG)

12ème Corps d’Armée (12ème CA)

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-612ème Régiment de Pionniers (612ème RP)

-12ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (12ème GRCA) : douze chars légers AMX-44, douze AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-112ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (ex-112ème RALH) : deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm

-Element Aérien de Corps d’Armée 512 (EACA-512)

-Unités du génie et de soutien

35ème Division d’Infanterie (35ème DI)

-Un Etat-Major Divisionnaire

-Un Groupement de Soutien Logistique

-35ème Groupement de Reconnaissance au Contact (35ème GRC) : douze FCM-42, douze AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-635ème Bataillon Divisionnaire Anti-Char (635ème BDAC) (douze canons de 75mm et vingt-quatre canons de 47mm)

-635ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire (635ème BAAD) (douze canons de 37mm et vingt-quatre canons de 25mm)

-14ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire (14ème RAD) : deux groupes de 105C modèle 1935B et deux groupes de 155C modèle 1946S

-Trois Régiments d’Infanterie : 11ème et 123ème RI, 8ème REI

-35ème Bataillon de canons d’assaut disposant de canons d’assaut modèle 1949H

-35ème Bataillon de chasseurs de chars disposant de chasseurs de chars modèle 1950

-86ème Bataillon du Génie

40ème Division d’Infanterie (40ème DI)

-Un Etat-Major Divisionnaire

-Un Groupement de Soutien Logistique

-40ème Groupement de Reconnaissance au Contact (40ème GRC) : douze AMX-44, douze AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-640ème Bataillon Divisionnaire Anti-Char (635ème BDAC) (douze canons de 75mm et vingt-quatre canons de 47mm)

-640ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire (635ème BAAD) (douze canons de 37mm et vingt-quatre canons de 25mm)

-79ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire (79ème RAD) : deux groupes de 105C modèle 1935B et deux groupes de 155C modèle 1946S

-Trois Demi-brigades de chasseurs à pied : 6ème DBCP (43ème, 47ème et 51ème BCP), 7ème DBCP (44ème, 48ème et 52ème BCP) et 8ème DBCP (53ème, 54ème et 55ème BCP)

-40ème Bataillon de canons d’assaut disposant de canons d’assaut modèle 1949R

-40ème Bataillon de chasseurs de chars disposant de chasseurs de chars modèle 1950

-52ème Bataillon du Génie

1ère Division d’Infanterie Tchécoslovaque (1ère DIT)

-Un Etat-Major Divisionnaire

-Un Groupement de Soutien Logistique

-1er Groupement de Reconnaissance au Contact Tchécoslovaque (1er GRCT) : douze FCM-42, douze AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-1er Bataillon Divisionnaire Anti-Char Tchécoslovaque (1er BDACT) (douze canons de 75mm et vingt-quatre canons de 47mm)

-1er Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire Tchècoslovaque (1er BAADT) (douze canons de 37mm et vingt-quatre canons de 25mm)

-1er Régiment d’Artillerie Tchécoslovaque (1er RAT) : deux groupes de 105C modèle 1935B et deux groupes de 155C modèle 1946S

-Trois Régiments d’Infanterie : 1er, 2ème et 3ème régiment tchèque

-1er Bataillon Mixte Tchécoslovaque avec deux groupes de canons d’assaut modèle 1949H et deux groupes de chasseurs de chars modèle 1950.

-88ème Bataillon du Génie

28ème Corps d’Armée (28ème CA)

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-628ème Régiment de Pionniers (628ème RP)

-28ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (28ème GRCA) : douze chars légers AMX-42, douze AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-120ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (120ème RALT) : deux groupes de 105 long et deux groupes de 155mm long.

-Element Aérien de Corps d’Armée 528 (EACA-528)

-Unités du génie et de soutien

43ème Division d’Infanterie (43ème DI)

-Un Etat-Major Divisionnaire

-Un Groupement de Soutien Logistique

-43ème Groupement de Reconnaisance au Contact (43ème GRC) : douze Hotchkiss H-39, douze automitrailleuses AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-643ème Bataillon Divisionnaire Antichar (643ème BDAC) (douze canons de 75mm et vingt-quatre canons de 47mm)

-643ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire (643ème BAAD) (trente-six canons de 37mm).

-12ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire (12ème RAD) : deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm.

-Un régiment d’infanterie de ligne, le 158ème RI

-Un régiment de tirailleurs marocains, le 3ème RTM

-Un demi-brigade de chasseurs à pied, la 4ème DBCP (1er, 10ème et 29ème BCP)

-43ème Bataillon de canons d’assaut disposant de canons d’assaut modèle 1949H

-43ème Bataillon de chasseurs de chars disposant de chasseurs de chars modèle 1950

-116ème Bataillon du Génie (116ème BG)

27ème Division d’Infanterie Alpine (27ème DIAlp)

-Un Etat-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique

-27ème Groupement de Reconnaissance au Contact (27ème GRC) : douze chars légers FCM-42, douze automitrailleuses AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-627ème Bataillon Divisionnaire Antichar (627ème BDAC) : (huit canons de 75mm et seize canons de 47mm)

-627ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire (627ème BAAD) : (douze canons de 37mm et vingt-quatre canons de 25mm)

-93ème Régiment d’Artillerie de Montagne (93ème RAM) : un groupe de 105mm et trois groupes d’obusiers de montagne de 75mm.

-53ème Brigade d’Infanterie Alpine : 99ème RIA et 5ème demi-brigade de chasseurs alpins

-54ème Brigade d’Infanterie Alpine : 159ème RIA et 7ème demi-brigade de chasseurs alpins

-27ème Bataillon de canons d’assaut disposant de canons d’assaut modèle 1949R

-27ème Bataillon de chasseurs de chars disposant de chasseurs de chars modèle 1950

-32ème Bataillon du Génie

54ème Division d’Infanterie (54ème DI)

-Un Etat-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique

-54ème Groupement de Reconnaissance au Contact (54ème GRC) : douze Hotchkiss H-39, douze automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-654ème Bataillon Divisionnaire Antichar (654ème BDAC)

-654ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire (654ème BAAD)

-44ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire (44ème RAD) : deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm

-Trois Régiments d’Infanterie de ligne (302ème, 317ème et 330ème RI)

-54ème Bataillon de canons d’assaut disposant de canons d’assaut modèle 1949H

-54ème Bataillon de chasseurs de chars disposant de chasseurs de chars modèle 1950

-117ème Bataillon du Génie

34ème Corps d’Armée (34ème CA)

-Un Etat-major de corps d’armée

-634ème Régiment de Pionniers (634ème RP)

-34ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (34ème GRCA) : douze chars légers AMX-42, douze automitrailleuses AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-147ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (147ème RALT) : deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm.

-Element Aérien de Corps d’Armée 534 (EACA-534)

-Unités du génie et de soutien

28ème Division d’Infanterie Alpine (28ème DIAlp)

-Un Etat-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique

-28ème Groupement de Reconnaissance au Contact (28ème GRC) : douze Hotchkiss H-39, douze AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-628ème Bataillon Divisionnaire Anti-Char (628ème BDAC) : (huit canons de 75mm et seize canons de 47mm)

-628ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire (628ème BAAD) : (douze canons de 37mm et vingt-quatre canons de 25mm)

-2ème Régiment d’Artillerie de Montagne (2ème RAM) : un groupe de 105mm, un groupe de 155mm et deux groupes d’obusiers de montagne de 75mm

-Trois Régiments d’Infanterie Alpine : 97ème, 140ème et 203ème RIA

-28ème Bataillon de canons d’assaut équipés de canons d’assaut modèle 1949R

-28ème Bataillon de chasseurs de chars équipés de chasseurs de chars modèle 1950

-91ème Bataillon du Génie

66ème Division d’Infanterie (66ème DI)

-Un Etat-major Divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique

-66ème Groupement de Reconnaissance au Contact (66ème GRC) : douze chars légers Hotchkiss H-39, douze automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-666ème Bataillon Divisionnaire Anti-Char (666ème BDAC) : (douze canons de 75mm et vingt-quatre canons de 47mm)

-666ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire (666ème BAAD) : (trente-six canons de 37mm)

-9ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire (9ème RAD) : deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm

-Trois régiments d’infanterie : 215ème, 281ème et 343ème RI

-66ème Bataillon de canons d’assaut disposant de canons d’assaut modèle 1949H

-66ème Bataillon de chasseurs de chars disposant de chasseurs de chars modèle 1950

-108ème Bataillon du Génie

67ème Division d’Infanterie (67ème DI)

-Un Etat-major Divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique

-67ème Groupement de Reconnaissance au Contact (67ème GRC) : douze chars légers Hotchkiss H-39, douze automitrailleuses de découverte et un escadron de fusiliers motocyclistes.

-667ème Bataillon de Défense AntiChar (667ème BDAC) : (douze canons de 75mm et vingt-quatre canons de 47mm)

-667ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire (667ème BAAD) : (douze canons de 37mm et vingt-quatre canons de 25mm)

-57ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire (57ème RAD) : deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm

-Trois Régiments d’Infanterie de Ligne : 211ème, 214ème et 220ème RI

-67ème Bataillon de canons d’assaut disposant de canons d’assaut modèle 1949H

-67ème Bataillon de chasseurs de chars disposant de chasseurs de chars modèle 1950

-109ème Bataillon du Génie.

Le Conflit (100) Europe Occidentale (66)

3ème Armée Française

Déployée à l’est de Paris c’est la première armée du Groupe d’Armées n°2 (GA n°2). Epargnée par l’opération HUBERTUS, elle ne s’est pas tournée les pouces menant des reconnaissances offensives et des attaques locales pour rendre les allemands plus prudents.

Selon certains historiens ces attaques quoi que limitées et décousues ont empêché les allemands d’engager davantage de troupes à l’ouest de Paris.

Cette armée va conserver ces différents corps d’armée avec parfois des transferts de divisions, certaines ralliant la Réserve Stratégique pour une potentielle/possible/hypothétique reconstitution.

-Un état-major

-Unités dépendant directement de la 3ème Armée

-GRAVIA-IIIA (Groupement d’Aviation de la 3ème Armée)

-Groupement Anti-Aérien de Campagne (GAAC) de la 3ème Armée :

Reconstitué après la Campagne de France (1949) il va comprendre six batteries permettant d’affecter deux batteries à chaque corps d’armée, une batterie légère avec douze canons de 37mm et une batterie lourde avec huit canons de 75mm. Certes cela ne permet pas de dresser un barrage infranchissable mais cela peut compléter les unités de DCA des unités de combat.

-Groupement de Soutien Logistique d’Armée

-Groupement de Bataillons de Chars de Combats 503 :

74ème, 76ème et 77ème BCC disposant chacun de trente-quatre chars lourds ARL-44 à canon de 90mm soit un total de 102 chars lourds.

-2ème Corps d’Armée Polonais (2ème CAPol)

-Un Etat-Major

-Un Groupement de Soutien Logistique

-Un Groupement Antichar avec des chasseurs de chars Laffly W17TCC (6×6 à canon de 75mm)

-Un Groupement Antiaérien avec des canons de 40mm Bofors

-2ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée Polonais (2ème GRCA Pol) disposant de douze chars légers AMX-44 et de douze Humber Armoured Car.

-2ème Régiment d’Artillerie Lourde Polonais (2ème RALPol) deux groupes de 155mm équipés de 155L GPF-T et deux groupes de 194mm équipés de 194L GPF-T.

-1ère Division de Grenadiers de la Garde (1ère DGG)

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique (train, transmissions, ravitaillement…..)

-1er Groupement de Reconnaissance au Contact Polonais (2ème GRCPol) disposant de douze AMX-42, douze Daimler Dingo et des fusiliers motocyclistes

-6ème bataillon divisionnaire antichar polonais (huit canons de 75mm et douze canons de 47mm)

-6ème bataillon Anti-Aérien Divisionnaire polonais (trente-six canons de 37mm)

-6ème Régiment d’Artillerie Polonais (6ème RAPol) avec deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm.

-Trois régiments de grenadiers : 4ème, 5ème et 6ème régiments de grenadiers

-1er bataillon de chasseurs de chars polonais disposant de M-10 Tank Destroyer

-74ème Bataillon du Génie

2ème Division de Grenadiers de la Garde (2ème DGG)

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique (train, transmissions, ravitaillement…..)

-4ème Groupement de Reconnaissance au Contact Polonais (4ème GRCPol) disposant de douze AMX-42, douze Daimler Armoured Car et des fusiliers motocyclistes

-8ème bataillon divisionnaire antichar polonais (douze canons de 75mm et vingt-quatre canons de 47mm)

-8ème bataillon Anti-Aérien Divisionnaire polonais (douze canons de 40mm et vingt-quatre canons de 20mm)

-8ème Régiment d’Artillerie Polonais (8ème RAPol) avec deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm.

-Trois régiments de grenadiers : 7ème, 8ème et 9ème régiments de grenadiers

-1er bataillon de chasseurs de chars polonais disposant de M-10 Tank Destroyer

-110ème Bataillon du Génie

-23ème Corps d’Armée (23ème CA)

-Etat-Major de Corps d’Armée

-623ème Régiment de Pionniers

-23ème Groupement de Reconnaissance Corps d’Armée (23ème GRCA) (seize AMX-42, seize AM modèle 1940P, fusiliers motocyclistes)

-11ème Régiment d’Artillerie Lourde Colonial à Tracteur (11ème RALCT) : deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm

-Elément Aérien de Corps d’Armée 523 (EACA-523) (ex-GAO-523)

2ème Division d’Infanterie (2ème DI)

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique (train, transmissions, ravitaillement…..)

-2ème Groupement de Reconnaissance au Contact (2ème GRC) disposant de douze AMX-44, de douze AM modèle 1940P et de fusiliers motocyclistes

-602ème Bataillon Divisionnaire Antichar (huit canons de 75mm et seize canons de 47mm)

-602ème Bataillon de Défense Antiaérienne (douze canons de 37mm et vingt-quatre canons de 25mm)

-34ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire (34ème RAD) : deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm

-Trois régiments d’infanterie de ligne : 33ème, 73ème et 127ème RI

-2ème Bataillon de canons d’assaut équipés de canons d’assaut modèle 1949H

-2ème Bataillon de chasseurs de chars équipés de chasseurs de chars modèle 1950

-77ème Bataillon du Génie

56ème Division d’Infanterie (56ème DI)

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique (train, transmissions, ravitaillement…..)

-56ème Groupement de Reconnaissance au Contact (56ème GRC) : douze AMX-44, douze AM modèle 1940P et fusiliers motocyclistes

-656ème Bataillon Divisionnaire AntiChar (douze canons de 75mm et vingt-quatre canons de 47mm)

-656ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire (trente-six canons de 37mm)

-26ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire (26ème RAD) : deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm

-Trois régiments d’infanterie de ligne : 294ème RI, 306ème et 332ème RI

-56ème Bataillon de canons d’assaut disposant de canons d’assaut modèle 1949R (issu du 3ème BCC)

-56ème Bataillon de chasseurs de chars disposant de chasseurs de chars modèle 1950 (issu du 3ème BCC)

-78ème Bataillon du Génie

5ème Division d’Infanterie Motorisée (5ème DIM)

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique (train, transmissions, ravitaillement…..)

-5ème Groupement de Reconnaissance au Contact (5ème GRC) : douze FCM-42, douze AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-605ème Bataillon Divisionnaire Antichar (douze canons de 75mm et vingt-quatre canons dee 47mm)

-605ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire (douze canons de 37mm et vingt-quatre canons de 25mm)

-11ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire (11ème RAD) : deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm

-Trois régiments d’infanterie : 8ème, 39ème et 129ème RI

-5ème Bataillon de canons d’assaut disposant de canons d’assaut modèle 1949R (issu du 13ème BCC)

-5ème Bataillon de chasseurs de chars disposant de chasseurs de chars modèle 1950 (issu du 13ème BCC).

-17ème Bataillon du Génie

-24ème Corps d’Armée (24ème CA)

-Etat-Major de Corps d’Armée

-624ème Régiment de Pionniers

-24ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (24ème GRCA) : douze AMX-44, douze AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-103ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (103ème RALT) : deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm

26ème Division d’Infanterie (26ème DI)

-Un Etat-Major divisionnaire

-Un Groupement de Soutien Logistique

-26ème Groupement de Reconnaissance au Contact (26ème GRC) : douze AMX-42, douze AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-626ème Bataillon Divisionnaire Antichar (douze canons de 75mm et vingt-quatre canons de 47mm)

-626ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire (douze canons de 37mm et vingt-quatre canons de 25mm)

-36ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire (36ème RAD) : deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm

-Trois Régiments d’Infanterie de Ligne : 86ème, 98ème et 105ème RI

-26ème Bataillon de canons d’assaut disposant de canons d’assaut modèle 1949H

-26ème Bataillon de chasseurs de chars disposant de chasseurs de chars modèle 1950

-79ème Bataillon du Génie

42ème Division d’Infanterie (42ème DI)

-Un Etat-Major divisionnaire

-Un Groupement de Soutien Logistique

-42ème Groupement de Reconnaissance au Contact (42ème GRC) : douze chars légers FCM-42, douze AM modèle 1940P et un escadron motocycliste

-642ème Bataillon Divisionnaire Antichar (huit canons de 75mm et seize canons de 47mm)

-642ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire (vingt-quatre canons de 37mm)

-61ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire (61ème RAD) : deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm

-Trois Régiments d’Infanterie : 80ème Régiment d’Infanterie Alpine (80ème RIA), 94ème et 151ème Régiments d’Infanterie

-42ème Bataillon de canons d’assaut disposant de canons d’assaut modèle 1949R (issu du 21ème BCC)

-42ème Bataillon de chasseurs de chars disposant de chasseurs de chars modèle 1950 (issu du 21ème BCC)

-30ème Bataillon du Génie

-2ème Division d’Infanterie Coloniale (2ème DIC)

-Un Etat-Major Divisionnaire

-Un Groupement de Soutien Logistique

-2ème Groupement de Reconnaissance au Contact Colonial (2ème GRCCol) : douze AMX-42, douze AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes.

-2ème Bataillon Divisionnaire Antichar Colonial (huit canons de 75mm et seize canons de 47mm)

-2ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire Colonial (douze canons de 37mm et douze canons de 25mm)

-2ème Régiment d’Artillerie Colonial (2ème RAC) : deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm

-Trois Régiments d’Infanterie : Régiment d’Infanterie Coloniale du Maroc (RICM), 4ème et 8ème Régiments de Tirailleurs Sénégalais (4ème et 8ème RTS)

-2ème Bataillon Mixte de canons d’assaut et de chasseurs de chars colonial : deux groupes de canons d’assaut modèle 1949H et deux groupes de chasseurs de chars modèle 1950. (issu du 36ème BCC)

-71ème Bataillon du Génie

-7ème Corps d’Armée (7ème CA)

-Etat-Major de Corps d’Armée

-607ème Régiment de Pionniers

-7ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (7ème GRCA) : douze AMX-44, douze AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-107ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (107ème RALT) : deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm

-Element Aérien de Corps d’Armée 507 (EACA-507)

1ère Division Marocaine (1ère DM)

-Un Etat-Major Divisionnaire

-Un Groupement de Soutien Logistique

-1er Groupement de Reconnaissance au Contact Marocain : douze Hotchkiss H-39, douze AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-601ème Bataillon Divisionnaire Antichar Marocain (huit canons de 75mm et seize canons de 47mm)

-601ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire Marocain (douze canons de 37mm et douze canons de 25mm)

-64ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire (64ème RAD) : deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm

-Trois régiments de tirailleurs marocains : 1er, 2ème et 7ème RTM

-1er Bataillon Marocains de Canons d’Assaut et de Chasseurs de Chars : deux groupes de canons d’assaut modèle 1949H et deux groupes de chasseurs de chars modèle 1950 (issu du 12ème BCC)

-43ème Bataillon du Génie

18ème Division d’Infanterie (18ème DI)

-Un Etat-Major Divisionnaire

-Un Groupement de Soutien Logistique

-18ème Groupement de Reconnaissance au Contact (18ème GRC) : douze FCM-42, douze AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-618ème Bataillon Divisionnaire AntiChar (douze canons de 75mm et vingt-quatre canons de 47mm)

-618ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire (trente-six canons de 37mm)

-19ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire (19ème RAD) : deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm

-Trois Régiments d’Infanterie de Ligne : 66ème, 77ème et 125ème RI

-18ème Bataillon de canons d’assaut équipé de canons d’assaut modèle 1949R (issu du 23ème BCC)

-18ème Bataillon de chasseurs de chars équipé de chasseurs de chars modèle 1950 (issu du 23ème BCC)

-70ème Bataillon du Génie

4ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (4ème DINA)

-Un Etat-Major Divisionnaire

-Un Groupement de Soutien Logistique

-4ème Groupement de Reconnaissance au Contact Nord-Africain (4ème GRCNA) : douze AMX-42, douze AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-604ème Bataillon Divisionnaire Antichar Nord-Africain (huit canons de 75mm et seize canons de 47mm)

-604ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire Nord-Africain (douze canons de 37mm et vingt-quatre de 25mm)

-Trois régiments d’infanterie : 13ème régiment de zouaves, 23ème et 25ème régiment de tirailleurs algériens

-33ème Régiment d’Artillerie Nord-Africaine (33ème RANA) : deux groupes de 105 et deux groupes de 155mm

-4ème Bataillon Mixte Nord-Africain de canons d’assaut et de chasseurs de chars (issu du 38ème BCC) avec deux groupes de canons d’assaut modèle 1949H et deux groupes de chasseurs de chars modèle 1950.

-38ème Bataillon du Génie

4ème Armée Française

-Un Etat-Major d’Armée

Unités dépendant directement de la 4ème Armée

-4ème Groupement Anti-Aérien de Campagne (4ème GAAC) :

offre aux unités socles des quatre corps d’armée des moyens de Défense Contre-Avions. On trouve huit batteries, quatre batteries lourdes disposant de canons de 75mm (deux) et de 90mm (deux), quatre batteries légères disposant de canons de 37mm.

-Groupement d’Aviation de la 4ème Armée (GRAVIA-IVA)

-Groupement de Soutien Logistique d’Armée

-26ème Corps d’Armée (26ème CA)

-Etat-Major de Corps d’Armée

-626ème Régiment de Pionniers (626ème RP)

-26ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (26ème GRCA) : douze chars légers AMX-42, douze AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-182ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (182ème RALT) : deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm

-Unités du génie et de soutien

-Element Aérien de Corps d’Armée 526 (EACA-526)

4ème Division d’Infanterie Coloniale (4ème DIC)

-Un Etat-Major Divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique

-4ème Groupement de Reconnaisance au Contact Colonial (4ème GRCCol) : douze AMX-44, douze AM modèle 1940P et un escadron motocycliste

-604ème Bataillon Divisionnaire Antichar Colonial (huit canons de 75mm et seize canons de 47mm)

-604ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire Colonial (douze canons de 37mm et vingt-quatre canons de 25mm)

-12ème Régiment d’Artillerie Colonial (12ème RAC) : deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm

-Trois régiments d’infanterie : 2ème régiment d’infanterie coloniale, 16ème et 24ème régiments de tirailleurs sénégalais

-4ème Bataillon Mixte Colonial de chasseurs de chars et de canons d’assaut (issu du 6ème BCC) : deux groupes de canons d’assaut modèle 1949H et deux groupes de chasseurs de chars modèle 1950

-39ème Batailon du Génie

22ème Division d’Infanterie (22ème DI)

-Un Etat-Major Divisionnaire

-Un Groupement de Soutien Logistique

-22ème Groupement de Reconnaissance au Contact (22ème GRC) : seize AMX-42, seize AM modèle 1940P et un escadron motocycliste

-622ème Bataillon Divisionnaire Antichar (douze canons de 75mm et vingt-quatre canons de 47mm)

-622ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire (trente-six canons de 37mm)

-18ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire (18ème RAD) : deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm

-Trois régiments d’infanterie de ligne : 19ème, 62ème et 116ème RI

-22ème Bataillon de canons d’assaut (issu du 20ème BCC) disposant de canons d’assaut modèle 1949H

-22ème Bataillon de chasseurs de chars (issu du 20ème BCC) disposant de chasseurs de chars modèle 1950

-24ème Bataillon du Génie

53ème Division d’Infanterie (53ème DI)

-Un Etat-Major Divisionnaire

-Un Groupement de Soutien Logistique

-53ème Groupement de Reconnaissance au Contact (53ème GRC) disposant de seize chars légers AMX-42, de seize AM modèle 1940P et d’un escadron motocycliste.

-653ème Bataillon Divisionnaire Antichar (huit canons de 75mm et seize canons de 47mm)

-653ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire (douze canons de 37mm et vingt-quatre canons de 25mm)

-22ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire (22ème RAD) : deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm

-Trois Régiments d’Infanterie : 208ème, 239ème et 329ème RI

-53ème Bataillon de Canons d’Assaut disposant de canons d’assaut modèle 1949R (issu du 31ème BCC)

-53ème Bataillon de Chasseurs de Chars disposant de chasseurs de chars modèle 1950 (issu du 31ème BCC)

-27ème Bataillon du Génie

-8ème Corps d’Armée (8ème CA)

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-608ème Régiment de Pionniers

-8ème Groupement de Reconnaisance de Corps d’Armée (8ème GRCA) : seize chars légers AMX-42, seize AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes.

-108ème Régiment d’Artilerie Lourde à Tracteurs (108ème RALT) : deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm

-Unité de Génie et de Soutien

-Element Aérien de Corps d’Armée 508 (EACA-508)

45ème Division d’Infanterie (45ème DI)

-Un Etat-Major Divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique

-45ème Groupement de Reconnaisance au Contact (45ème GRC) : douze chars légers AMX-42, douze AM modèle 1940P et un escadron motocycliste

-645ème Bataillon Divisionnaire Antichar (douze canons de 75mm et vingt-quatre canons de 47mm)

-645ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire (trente-six canons de 37mm)

-55ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire (55ème RAD) : deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm.

-Trois régiments d’infanterie : 31ème, 85ème et 113ème RI

-45ème Bataillon de canons d’assaut disposant de canons d’assaut modèle 1949R (issu du 40ème BCC)

-45ème Bataillon de chasseurs de chars disposant de chasseurs de chars modèle 1950 (issu du 40ème BCC)

-80ème Bataillon du Génie

2ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (2ème DINA)

-Un Etat-Major Divisionnaire

-Un Groupement de Soutien Logistique

-2ème Groupement de Reconnaisance au Contact Nord-Africain (2ème GRCNA) : seize AMX-44, seize AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-602ème Bataillon Divisionnaire Antichar Nord-Africain (huit canons de 75mm et seize canons de 47mm

-602ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire Nord-Africain (douze canons de 25mm et vingt-quatre de 37mm)

-40ème Régiment d’Artilerie Nord-Africain (40ème RANA) : deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm

-Trois régiments d’infanterie : 13ème et 22ème Régiments de Tirailleurs Algériens (13ème et 22ème RTA), 11ème régiment de zouaves.

-2ème Bataillon Mixte Nord-Africain de canons d’assaut et de chasseurs de chars avec deux groupes de canons d’assaut modèle 1949R et deux groupes de chasseurs de chars modèle 1950

-36ème Bataillon du Génie

2ème Division d’Infanterie Tchècoslovaque (2ème DIT)

-Un Etat-Major Divisionnaire

-Un Groupement de Soutien Logistique

-2ème Groupement de Reconnaisance au Contact Tchécoslovaque : douze AMX-44, douze AM modèle 1940P et un escadron motocycliste

-2ème Bataillon Divisionnaire Antichar Tchécoslovaque (huit canons de 75mm et douze canons de 47mm)

-2ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire Tchécoslovaque (douze canons de 37mm et douze canons de 25mm)

-3ème Régiment d’Artilerie Tchèque (3ème RAT) : deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm

-Trois régiments d’infanterie : 4ème, 5ème et 6ème RIT

-2ème Bataillon Mixte Tchéque de canons d’assaut et de chasseurs de chars avec deux groupes de canons d’assaut modèle 1949H et deux groupes de chasseurs de chars modèle 1950.

-96ème Bataillon du Génie

-16ème Corps d’Armée (16ème CA)

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-616ème Régiment de Pionniers

-16ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (16ème GRCA) : seize chars légers AMX-42, seize AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-142ème RALT (ex-142ème RALH) : deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm

-Unités du génie et de soutien

-Element Aérien de Corps d’Armée 516 (EACA-516)

6ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (6ème DINA)

-Un Etat-Major Divisionnaire

-Un Groupement de Soutien Logistique

-6ème Groupement de Reconnaisance au Contact Nord-Africain : douze chars légers AMX-44, douze AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes.

-606ème Bataillon Divisionnaire Antichar Nord-Africain (douze canons de 75mm et vingt-quatre canons de 47mm)

-606ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire Nord-Africain (douze canons de 37mm et vingt-quatre canons de 25mm).

-6ème Régiment d’Artillerie Nord-Africain (6ème RANA) : deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm

-Trois Régiments d’Infanterie : deux régiments de tirailleurs algériens (9ème et 10ème RTA) et un régiment de tirailleurs marocains (12ème RTM)

-6ème Bataillon Mixte Nord-Africain de canons d’assaut et de chasseurs de chars : deux groupes de canons d’assaut modèle 1949H et deux groupes de chasseurs de chars modèle 1950. (issu du 22ème BCC)

-98ème Bataillon du Génie.

8ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (8ème DINA)

-Un Etat-Major Divisionnaire

-Un Groupement de Soutien Logistique

-8ème Groupement de Reconnaisance au Contact Nord-Africain : douze chars légers AMX-44, douze AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes.

-608ème Bataillon Divisionnaire Antichar Nord-Africain (douze canons de 75mm et vingt-quatre canons de 47mm)

-608ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire Nord-Africain (douze canons de 37mm et vingt-quatre canons de 25mm).

-8ème Régiment d’Artillerie Nord-Africain (8ème RANA) : deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm

-Trois Régiments d’Infanterie : deux régiments de tirailleurs tunisiens (6ème et 7ème RTT) et un régiment de tirailleurs algériens (17ème RTA)

-8ème Bataillon Mixte Nord-Africain de canons d’assaut et de chasseurs de chars : deux groupes de canons d’assaut modèle 1949R et deux groupes de chasseurs de chars modèle 1950 (issu du 33ème BCC).

-99ème Bataillon du Génie.

52ème Division d’Infanterie (52ème DI)

-Un Etat-Major Divisionnaire

-Un Groupement de Soutien Logistique

-52ème Groupement de Reconnaisance au Contact (52ème GRC) : huit Hotchkiss H-39, douze automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P et un escadron motocycliste

-652ème Bataillon Divisionnaire Antichar (652ème BDAC) (douze canons de 75mm et vingt-quatre canons de 47mm)

-652ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire (652ème BAAD) (trente-six canons de 37mm)

-17ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire (17ème RAD) : deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm

-Deux régiments d’infanterie de ligne : 291ème et 348ème RI

-Une demi-brigade de chasseurs à pied : 5ème DBCP avec les 42ème, 46ème et 50ème BCP.

-52ème Bataillon de Canons d’Assaut disposant de canons d’assaut modèle 1949H (issu du 48ème BCC)

-52ème Bataillon de Chasseurs de Chars disposant de chasseurs de chars modèle 1950 (issu du 48ème BCC)

-82ème Bataillon du Génie

25ème Corps d’Armée (25ème CA)

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-625ème Régiment de Pionniers (625ème RP)

-25ème Groupement de Reconnaisance de Corps d’Armée (25ème GRCA) : douze AMX-42, douze AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-181ème Régiment d’Artillerie Lourde Tractée (181ème RALT) : deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm

-Element Aérien de Corps d’Armée 525 (EACA 525)

1ère Division d’Infanterie Motorisée (1ère DIM)

NdA : Cette division est une division hybride issue de la fusion des 1ère et 11ème DIM. A noter que le 43ème RI dans lequel à servit le général Villeneuve va devenir le régiment de garde du quartier général, un rôle qui est loin de se limiter à des missions de parade et de protocole. Certains y verront la volonté du «Général Tornade» de se créer une garde prétorienne aux veilleitées putschistes.

-Un Etat-Major Divisionnaire

-Un Groupement de Soutien Logistique

-1er Groupement de Reconnaissance au Contact (1er GRC) : douze AMX-44, douze AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-601ème Bataillon Divisionnaire Antichar (601ème BDAC ) : (douze canons de 75mm et vingt-quatre canons de 47mm)

-601ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire (601ème BAAD) (trente-six canons de 37mm)

-15ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire (15ème RAD) : deux groupes de canons automoteurs de 105mm Renault R-40 Au 105B et deux groupes de 155mm tractés 155C modèle 1946S (en attendant un canon automoteur de 155mm compact)

-Deux régiment d’infanterie : 1er RI et 110ème RI

-1er demi-brigade de chasseurs à pied (8ème, 16ème et 30ème BCP)

-1er Bataillon de Chasseurs de Chars disposant de chasseurs de chars modèle 1950

-1er Bataillon de canons d’assaut disposant de canons d’assaut modèle 1949R

-15ème Bataillon du Génie

47ème Division d’Infanterie (47ème DI)

-Un Etat-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique

-47ème Groupement de Reconnaissance au Contact (47ème GRC) : douze FCM-42, douze AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-647ème Bataillon Divisionnaire Anti-Char (647ème BDAC) : (douze canons de 75mm et vingt-quatre canons de 47mm)

-647ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire (647ème BAAD) : (douze canons de 37mm et vingt-quatre canons de 25mm)

-5ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire (5ème RAD) : deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm

-Deux régiments d’infanterie : 44ème et 109ème RI

-2ème Demi-brigade de chasseurs à pied (41ème, 45ème et 49ème BCP)

-47ème Bataillon de canons d’assaut disposant de canons d’assaut modèle 1949H

-47ème Bataillon de chasseurs de chars disposant de chasseurs de chars modèle 1950

-42ème Bataillon du Génie

61ème Division d’Infanterie (61ème DI)

-Un Etat-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique

-61ème Groupement de Reconnaissance au Contact (61ème GRC) : douze Hotchkiss H-39, douze AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-661ème Bataillon Divisionnaire Anti-Char (647ème BDAC) : (douze canons de 75mm et vingt-quatre canons de 47mm)

-661ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire (647ème BAAD) : (douze canons de 37mm et vingt-quatre canons de 25mm)

-51ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire (51ème RAD) : deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm

-Trois régiments d’infanterie : 248ème, 265ème et 337ème RI

-61ème Bataillon de canons d’assaut disposant de canons d’assaut modèle 1949H

-61ème Bataillon de chasseurs de chars disposant de chasseurs de chars modèle 1950

-72ème Bataillon du Génie

Le Conflit (99) Europe Occidentale (65)

1ère Armée Britannique

Comme nous l’avons vu plus haut les britanniques devaient remettre sur pied, réorganiser leur armée avant de pouvoir jouer un rôle militaire crédible. En théorie il était prévu la mise sur pied du British Expeditionnaries Armies Group (BEAG) mais en pratique le BEAG restera une coquille vide, les deux armées britanniques n’étant pas en ligne en même temps.

En effet si la 1st Army (UK) est très vite remontée en ligne, en étant capable de faire face à l’opération NIBELUNGEN, la 2nd Army (UK) était en Réserve Stratégique y compris quand l’opération AVALANCHE sera déclenchée.

Théoriquement l’Armée Canadienne en France (ACF) était placée sous commandement britannique mais comme nous le savons elle à été placée à gauche de la 1ère Armée Française, couvrant l’estuaire de la Seine et une partie du cours du fleuve.

Cette première armée britannique est censée aligner quatre corps d’armée, trois corps d’armée à trois divisions d’infanterie et un corps d’armée blindé à deux divisions blindées soit un total de onze divisions mais au moment de NIBELUNGEN, seuls deux corps d’armée à trois divisions d’infanterie et un corps d’armée blindé à deux divisions sont opérationnels.

Tout comme l’Armée Canadienne en France (ACF) mais à la différence des Armées Françaises, le corps blindé britannique, le 1st British Armoured Corps (1st BAC) tient un secteur du front avec à sa gauche le 1st British Corps et à sa droite le 2nd British Corps. Ce choix est compréhensible mais certains estiment que cela est une mauvaise idée, le corps blindé étant jugé plus adapté pour percer et contre-attaquer plutôt que pour défendre.

1st British Corps (1st BC)

-Un Etat-Major

-Des unités du génie et du soutien logistique

-Deux régiments d’artillerie lourde

-Un régiment antichar (canons de 6 livres et de 17 livres)

-Un régiment antiaérien (canons de 94mm et de 40mm)

-1st Infantry Division (1st ID)

-4th Infantry Division (4th ID)

-52nd Lowland Infantry Division

1st British Armoured Corps (1st BAC)

-Un Etat-Major

-Des unités du génie et de soutien logistique

-Un régiment d’artillerie lourde

-Un régiment antiaérien

-1st Armoured Division (UK)

-2nd Armoured Division (UK)

2nd British Corps (2nd BC)

-Un Etat-Major

-Des unités du génie et du soutien logistique

-Deux régiments d’artillerie lourde

-Un régiment antichar (canons de 6 livres et de 17 livres)

-Un régiment antiaérien (canons de 94mm et de 40mm)

-44th «Home Counties» Division

-50th Northumberland Division

-2nd Infantry Division (2nd ID)

3rd British Corps

Ce corps d’armée est créé en février 1950 dans la région d’Orléans. Il est donc encore dans l’enfance quand les allemands déclenchent l’opération NIBELUNGEN. Il n’aura pas à intervenir, les allemands échouant rapidement à prendre le dessus sur les troupes alliées.

-Un Etat-Major

-Des unités du génie et du soutien logistique

-Deux régiments d’artillerie lourde

-Un régiment antichar (canons de 6 livres et de 17 livres)

-Un régiment antiaérien (canons de 94mm et de 40mm)

-3rd Infantry Division

-48th «South Middland» Division

-6th Infantry Division (6th ID)

2ème Armée Française

Cette armée déployée à l’est de la 1ère Armée Britannique couvre également Paris avec un unique corps d’armée ce qui est jugé suffisant alors que le dispositif allemand s’est allégé, opération BARBAROSSA oblige.

Cette armée dispose de trois Corps d’Armée, deux couvrant l’est du dispositif de la 1ère Armée Britannique et un corps d’armée couvrant Paris.

En réalité cette armée dispose de quatre corps d’armée puisqu’un corps d’armée polonais est placé en Réserve d’Armée sachant qu’un autre corps d’armée polonais est en ligne au moment de NIBELUNGEN.

-Un état-major

-Unités dépendant directement de la 2ème Armée

-GRAVIA-IIA (Groupement d’Aviation de la 2ème Armée)

-Groupement Anti-Aérien de Campagne (GAAC) de la 2ème Armée :

Reconstitué après la Campagne de France (1949) il va comprendre six batteries permettant d’affecter deux batteries à chaque corps d’armée, une batterie légère avec douze canons de 37mm et une batterie lourde avec huit canons de 75mm. Certes cela ne permet pas de dresser un barrage infranchissable mais cela peut compléter les unités de DCA des unités de combat.

-Groupement de Soutien Logistique d’Armée

-Groupement de Bataillons de Chars de Combats 502 :

70ème et 72ème BCC disposant chacun de trente-quatre chars lourds ARL-44 à canon de 90mm.

-3ème Corps d’Armée Polonais (3ème CAPol) :

10ème Division Blindée (10ème DB) et 7ème Division d’Infanterie Polonaise (7ème DIP).

-5ème Corps d’Armée (5ème CA)

-Un Etat-Major

-605ème Régiment de Pionniers

-5ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (5ème GRCA) : douze chars légers FCM-42, douze AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-110ème RALT (ex-110ème RALCH) : deux groupes de 105mm (un groupe de 105L modèle 1941T, un groupe de 105L modèle 1936S) et deux groupes de 155mm (155L modèle 1945S).

-Elément Aérien de Corps d’Armée 505 (EACA-505): remplace le GAO-505 mais comme le GRAVIA-IIA il est un simple état-major qui prend son autorité des avions essentiellement de reconnaissance et d’observation mais on verra des chasseurs et des avions d’attaque passer sous son contrôle.

-3ème Division d’Infanterie Motorisée (3ème DIM)

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique (train, transmissions, ravitaillement…..)

-3ème Groupement de Reconnaissance au Contact (3ème GRC) : douze FCM-42, douze AM modèle 1940P et des fusiliers motocyclistes

-603ème Bataillon Antichar Divisionnaire (603ème BACD) (douze canons de 75mm et vingt-quatre canons de 47mm)

-603ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire (603ème BDAA) (trente-six canons de 37mm)

-42ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire (42ème RAD) avec deux groupes de 105C modèle 1935B et deux groupes de 155C modèle 1946S.

-Trois Régiments d’Infanterie de Ligne : 51ème, 67ème et 91ème RI

-3ème bataillon de canons d’assaut (issu du 29ème BCC) disposant de canons d’assaut modèle 1949H

-3ème bataillon de chasseurs de chars (issu du 29ème BCC) disposant de chasseurs de chars modèle 1950

-16ème Bataillon du Génie

-23ème Division d’Infanterie (23ème DI)

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique (train, transmissions, ravitaillement…..)

-23ème Groupement de Reconnaissance au Contact (23ème GRC) disposant de seize Hotchkiss H-39, de seize automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P et d’un escadron de fusiliers motocyclistes

-623ème Bataillon Divisionnaire Antichar (623ème BDAC) (douze canons dee 75mm et vingt-quatre canons de 47mm)

-623ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire (623ème BAAD) (trente-six canons de 37mm)

-41ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire (41ème RAD) avec deux groupes d’obusiers de 105C modèle 1935B et deux groupes de canons de 105C modèle 1946S.

-Trois régiments d’infanterie de ligne : 32ème, 107ème et 126ème RI

-23ème Bataillon de Canons d’assaut (issu du 39ème BCC) disposant de canons d’assaut modèle 1949R

-23ème Bataillon de Chasseurs de Chars (issu 39ème BCC) disposant de chasseurs de chars modèle 1950.

-118ème Bataillon du Génie

-7ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (7ème DINA)

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique (train, transmissions, ravitaillement…..)

-7ème Groupement de Reconnaissance au Contact Nord-Africain (7ème GRCNA) disposant de douze Hotchkiss H-39, seize automitrailleuses puissantes modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-7ème Bataillon Antichar Nord-Africain (7ème BANA) (douze canons de 75mm et vingt-quatre canons de 47mm)

-7ème Bataillon de Défense Antiaérienne Nord-Africaine (7ème BDAANA) (trente-six canons de 37mm)

-81ème Régiment d’Artillerie Nord-Africain (81ème RANA) avec deux groupes de 105mm (105C modèle 1935B) et un groupe de 155mm (155C modèle 146S) (NdA un deuxième groupe était en cours de création au moment de l’opération NIBELUNGEN).

-Trois régiments de tirailleurs : 5ème Régiment de Tirailleurs Tunisiens (5ème RTS), 12ème Régiment de Tirailleurs Algériens (12ème RTA) et 16ème Régiment de Tirailleurs Algériens (16ème RTA)

-7ème Bataillon Mixte Nord-Africain de canons d’assaut et de chasseurs de chars avec deux escadrons de canons d’assaut (canons d’assaut modèle 1949H) et deux escadrons de chasseurs de chars (chasseurs de chars modèle 1950). (issu du 2ème BCC)

-100ème Bataillon du Génie.

-1er Corps d’Armée Polonais (1er CAPol)

-Un état-major de corps d’armée

-Un groupement de soutien logistique

-Un groupement antichar disposant de seize canons de 47mm Puteaux modèle 1937 et de douze canons de 75mm TAZ modèle 1939

-Un groupement antiaérien disposant de vingt-quatre canons de 40mm Bofors


-Un Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (GRCA) disposant de douze AMX-44, de douze autos blindées Daimler Armoured Car et de fusiliers motocyclistes.

-1er Régiment d’Artillerie Lourde Polonais (1er RALPol) disposant de deux groupes de 155L GPF-T et de deux groupes de 194 GPF-T.

-2ème Division d’Infanterie Polonaise (2ème DIP)

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique (train, transmissions, ravitaillement…..)

-2ème Groupement de Reconnaissance au Contact Polonais (2ème GRCPol) disposant de douze AMX-42, douze Daimler Dingo et des fusiliers motocyclistes

-602ème bataillon divisionnaire antichar polonais (douze canons de 75mm et seize canons de 47mm)

-602ème bataillon de défense antiaérien polonais (vingt-quatre canons de 37mm)

-2ème Régiment d’Artillerie Polonais (2ème RAPol) avec deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm.

-Trois régiments d’infanterie : 4ème, 5ème et 6ème RIP (appelés également 1er, 2ème et 3ème régiments de chasseurs)

-2ème bataillon de chasseurs de chars disposant de M-10 Tank Destroyer

-81ème Bataillon du Génie

-3ème Division d’Infanterie Polonaise (3ème DIP)

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique (train, transmissions, ravitaillement…..)

-3ème Groupement de Reconnaissance au Contact Polonais (2ème GRCPol) disposant de douze AMX-42, douze Daimler Dingo et des fusiliers motocyclistes

-6033ème bataillon divisionnaire antichar polonais (douze canons de 75mm et douze canons de 47mm)

-603ème bataillon anti-aérien divisionnaire polonais (douze canons de 20mm et douze canons de 40mm)

-3ème Régiment d’Artillerie Polonais (3ème RAPol) avec deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm.

-Trois régiments d’infanterie : 7ème, 8ème et 9ème Régiments d’Infanterie Polonaise

-3ème bataillon de chasseurs de chars polonais disposant de M-10 Tank Destroyer

-103ème Bataillon du Génie

-6ème Corps d’Armée (6ème CA)

Ce 6ème CA à une mission cruciale puisqu’avec ses trois divisions et ses unités d’appui il couvre Paris qui forme une poche au nord de la Seine. A cela s’ajoute une Garnison de Paris qui assure la défende de la capitale stricto sensu, les limites de son AOR épousant le tracé de la dernière enceinte couvrant Paris, l’enceinte dite de Thiers construite en 1840 alors qu’Adolphe Thiers était président du conseil de Louis Philippe 1er et que de nouvelles tensions avec Londres laissait craindre un nouveau conflit.

A l’époque naturellement cette enceinte à disparu mais il n’y à aucune construction. Résultat dès le début du conflit des tranchées et des blockhaus sont construits, des constructions vues d’abord comme inutiles mais qui allaient devenir diablement importants par la suite.

-606ème Régiment de Pionniers (606ème RP)

-6ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (6ème GRCA) : seize FCM-42, seize AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes.

-118ème Régiment d’Artilerie Lourde à Tracteur (118ème RALT) (ex-118ème RALH) reconstitué avec deux groupes de 105L modèle 1936S et un groupe de 155L modèle 1945S (NdA un deuxième groupe est en cours de constitution au moment de NIBELUNGEN)

-Unités de génie et de soutien

-Element Aérien de Corps d’Armée 506 (EACA-506)

-1ère Division d’Infanterie Coloniale (1ère DIC)

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique (train, transmissions, ravitaillement…..)

-1er Groupement de Reconnaisance au Contact Colonial (1er GRCCol) disposant de seize AMX-44, seize AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes.

-601ème Bataillon Divisionnaire Antichar Colonial (huit canons de 75mm et seize canons de 47mm)

-601ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire Colonial (vingt-quatre canons de 37mm)

-1er Régiment d’Artillerie Coloniale (1er RAC) avec deux groupes d’obusiers de 105C modèle 1935B et deux groupes de canons de 155C modèle 1946S.

-Trois régiments d’infanterie : un régiment d’infanterie coloniale (3ème RIC) et deux régiments de tirailleurs sénégalais (12ème et 14ème RTS).

-1er Bataillon mixte de canons d’assaut et de chasseurs de chars colonial (issu du 10ème BCC) avec deux escadrons de canons d’assaut modèle 1949R et deux escadrons de chasseurs de chars modèle 1950.

-35ème Bataillon du Génie

-3ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (3ème DINA)

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique (train, transmissions, ravitaillement…..)

-3ème Groupement de Reconnaisance au Contact Nord-Africain (3ème GRCNA) disposant de seize FCM-42, de seize AM modèle 1940 et d’un escadron de fusiliers motocyclistes.

-603ème Bataillon Divisionnaire Antichar Nord-Africain (huit canons de 75mm et seize canons de 47mm)

-603ème Bataillon de Défense Antiaérienne Nord-Africain (vingt-quatre canons de 37mm)

-20ème Régiment d’Artillerie Nord-Africain (20ème RANA) avec deux groupes de 105C modèle 1935B et deux groupes de 155C modèle 1946S.

-Trois régiments d’infanterie : 14ème et 15ème régiments de tirailleurs algériens (14ème et 15ème RTA) et le 12ème régiment de zouaves.

-3ème bataillon mixte de canons d’assaut et de chasseurs de chars disposant de deux escadrons de canons d’assaut modèle 1949H et deux escadrons de chasseurs de chars modèle 1950

-37ème Bataillon du Génie

-55ème Division d’Infanterie (55ème DI)

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique (train, transmissions, ravitaillement…..)

-55ème Groupement de Reconnaisance au Contact (55ème GRC) : douze AMX-44, douze AM modèle 1940P et un escadron de reconnaisance au contact.

-655ème Bataillon Divisionnaire AntiChar (douze canons de 75mm et vingt-quatre de 47mm)

-655ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire (trente-six canons de 37mm)

-45ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire (45ème RAD) : deux groupes de 105C modèle 1935 et deux groupes de 155C modèle 1946S

-Trois régiments d’infanterie : 213ème, 295ème et 331ème Régiments d’Infanterie de ligne

-55ème Bataillon de Canons d’Assaut disposant de canons d’assaut modèle 1949H

-55ème Bataillon de Chasseurs de Chars disposant chasseurs de chars modèle 1950

-28ème Bataillon du Génie

-Garnison de Paris

Si le 6ème Corps d’Armée (6ème CA) couvre les approches de Paris, les alliés sont bien décidés à tenir la ville avec une garnison qui constitue une unité spécifique. C’est aussi un habile jeu de propagande puisque cela signifie que la ville est toujours sous contrôle allié.

La structure de commandement est fournie par 31ème Corps d’Armée (31ème CA) qui n’est pas réorganisé après HUBERTUS. Cela signifie que les troupes de la Garnison de Paris pourraient former un 31ème CA mais nous en sommes loin.

La Garnison de Paris comprend donc différentes unités de combat, d’appui, de soutien mais aussi de sécurité.

Au moment de l’opération NIBELUNGEN, la Garnison de Paris comprend les moyens suivants :

-Un état-major

-Un groupement de soutien logistique

-42ème Demi-Brigade de Mitrailleurs Coloniaux (42ème DBMC)

-148ème RIF

-160ème RAP : un groupe disposant de canons de 155C

-31ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (31ème GRCA) : douze chars légers AMX-42, douze AM modèle 1940P et des fusiliers motocyclistes. A noter que les chars légers devaient être remplacés par des canons d’assaut mais cela ne s’est pas réalisé au moment de l’ultime attaque allemande majeure avant l’opération AVALANCHE.

-144ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (144ème RALT) (ex-144ème RALH) avec deux groupes de 105L modèle 1941T et un groupe de 155L modèle 1945S.

-1er Régiment de Paris : régiment fournit par la Garde Républicaine et qui assure le maintien de l’ordre à Paris.

Les deux divisions qui suivent ont été affaiblies par les combats de la Campagne de France ce qui explique le choix de ces divisions pour tenir Paris sans que l’on sache si ces divisions seront réorganisées sur le nouveau modèle .

-76ème GRDI : douze AMX-44 et douze AMD

-6ème Division d’Infanterie Coloniale (6ème DIC) : un état-major divisionnaire, des unités de soutien, deux régiments d’infanterie (5ème RIC et 19ème RTS), un régiment d’artillerie coloniale (14ème RAC), 606ème Batterie Mixte Antichar et Antiaérienne, 102ème Bataillon du Génie.

-3ème GRDI : douze AMX-42, douze AM modèle 1940P

-12ème Division d’Infanterie Motorisée (12ème DIM) : un état-major divisionnaire, des unités de soutien, deux régiments d’infanterie (106ème RI et 8ème régiment de zouaves), un régiment d’artillerie divisionnaire (25ème RAD), 612ème Batterie Mixte Antichar et Antiaérienne, 19ème Bataillon du Génie.

Le Conflit (98) Europe Occidentale (64)

Vingt mois d’inactivité ou presque

Ordre de Bataille des Forces Alliées (1) : Forces Terrestres

Après l’échec de l’opération HUBERTUS les alliés peuvent enfin souffler ce qu ne les empêchent pas de rester vigilants en cas d’un nouveau coup de Jarnac des allemands. Tout en maintenant une garde vigilante sur le front qui balafre à nouveau le territoire national, les troupes françaises vont se réorganiser selon un format plus réduit, les pertes ne permettant pas de maintenir un format identique à celui de la mobilisation.

Cela ne se fera pas sans déchirements et murmures, certaines unités qui s’étaient brillamment illustrées se retrouveront dissoutes par la force des choses. Ces mouvements d’humeur ne durent cependant pas.

A cela s’ajoute la remontée en puissance progressive des britanniques, des canadiens, des belges et des néerlandais ces derniers formant une armée commune appelée Armée Belge Libre (ABL).

Ce ordre de bataille est daté du 31 mars 1950 à une date où les plaies d’HUBERTUS et de la Campagne de France ont été pansées et où on commence à envisager la contre-attaque, contre-attaque espérée pour l’été 1950. comme nous le verrons ce ne serra pas encore le cas.

Le dispositif allié est à l’époque essentiellement tenu par les français. Les américains qui viennent d’entrer en guerre ne sont naturellement pas là mais le président Lindbergh à promis l’envoi rapidement de plusieurs divisions pour participer à la lutte contre l’Allemagne.

Aux côtés des différentes armées françaises, on trouve deux armées britanniques composées essentiellement des divisions de l’ancien BEF reconstituées mais avec aussi de nouvelles divisions ainsi qu’une Armée Canadienne en France, une armée théoriquement sous commandement britannique mais qui dispose en réalité d’une grande autonomie.

En Réserve Stratégique, nous avons une Armée Belge Libre (ABL) (en réalité belgo-néerlandaise), une armée britannique et deux armées françaises qui ne sont en réalité que des état-majors, des coquilles vides.

Le dispositif allié se compose de deux groupes d’armées, le GA n°1 qui va de la Mer du Nord à Paris et le GA n°2 qui couvre le front de l’est de Paris à la frontière suisse. A noter que la 5ème Armée dite Armée des Alpes devient indépendante, le GA n°3 ayant été mis en sommeil puisqu’une offensive alpine n’est pas ou n’est plus d’actualité.

Au printemps 1950 le GA n°1 comprend de l’ouest à l’est l’Armée Canadienne en France (ACF), la 1ère Armée Française, la 1ère Armée Britannique et la 2ème Armée Française qui couvre Paris.

Le GA n°2 lui dispose d’ouest en est la 3ème Armée Française (qui doit à terme être relevée par les américains pour rallier le GA n°1), la 4ème Armée Française et la 6ème Armée Française.

A ces armées de première ligne on trouve à la fois des unités en Réserve Stratégique à savoir l’Armée Belge Libre (ABL), la 2ème Armée Britannique, les 7ème et 9ème Armée Françaises qui ne sont que des état-major, de véritables coquilles vides qui vont prendre sous leur commandement des divisions au repos et/ou en reconstitution.

La question des unités motomécaniques à été rapidement tranchée. Alors qu’initialement on voulait créer des Corps Blindés intégrés aux différentes armées on préféra finalement recréer des Corps Autonomes dépendant des état-majors de Groupe d’Armée sous la forme des Corps de Combat Blindé (CCB) qui vont regrouper les différentes Divisions Blindées.

C’est ainsi que le 1er CCB va regrouper les 1ère, 3ème et 5ème DB, le 2ème CCB les 4ème, 6ème et 7ème alors que le 3ème CCB va prendre sous son aile les 3ème et 8ème DB.

En ce qui concerne les deux divisions parachutistes, elles sont placées sous le commandement direct du commandant en chef de l’armée de terre, étant considérées comme des unités à vocation stratégique.

La Réserve Générale est toujours là même si structures et moyens ont été rationalisés là encore pour compenser les pertes et les déficits en effectifs alors que l’industrie à produit largement de quoi remplacer les centaines de canons et d’obusiers détruits et perdus durant la Campagne de France.

On trouve des régiments d’artillerie lourde à tracteur (RALT) à trois groupes de trois batteries de six pièces soit des régiments de 54 pièces. Les canons utilisés sont des canons de 155mm, de 194mm et un nouveau venu un canon de 220L modèle 1950, une évolution radicale du 220L modèle 1917S avec un tube plus long et plus épais (pour permettre d’utiliser des obus plus lourds), de nouveaux outils de pointage et un affût inspiré des 194GPF en attendant une version automotrice (NdA ce canon remplace en production le 194GPF qui reste en service mais va peu à peu céder sa place au nouveau venu).

On trouve également des régiments d’artillerie lourde portée non pas que les canons soient portés comme des automoteurs mais qu’il s’agisse de pièces plus lourdes à savoir du 220mm et du 280mm.

Enfin on trouve des régiments d’artillerie lourde sur voie ferrée, des pièces qui vont parvenues non sans mal à rallier le territoire français sous contrôle allié. Deux régiments sont remis sur pied avec des canons de 320mm, des obusiers de 400mm et des canons de 240mm, ces pièces étant préservées pour la future offensive majeure.

De nouvelles unités de DCA et de défense antichar sont également créées aux côtés d’unités de lance-roquettes multiples pour contrer les Wurfgranate Abteilung.

Armée Canadienne en France (ACF)

Dès la mise en place du BEF il était prévu la mise sur pied d’une Armée Canadienne en France, une Canadian Army in France pour combattre les allemands et renouer avec les heures aussi sanglantes que glorieuses de Passenchdaele et de Vimy.

Cette armée était en théorie sous commandement britannique mais le choix fait par les français de la placer sur le front occidental avec la Manche à l’ouest était un habile coup politique puisqu’entre les canadiens et les britanniques se trouvait la 1ère Armée Française.

Certains britanniques y vont un «coup de Jarnac» du «Général Tornade» ce qui n’est pas forcément impossible mais je ne suis pas là pour sonder les cœurs et les esprits.

Justement en ce printemps 1950 avant l’opération NIBELUNGEN quel visage affiche l’Armée Canadienne en France ?

-Un état-major implanté à Salisbury (qui doit rallier Orléans à terme)

-1er Corps d’Armée Canadien (1er CACAN) :

-Un état-major

-Unités de soutien logistique

-Un bataillon de reconnaissance motorisé (chars légers et autos blindées)

-Un régiment d’artillerie lourde

-Un bataillon de lance-roquettes multiples

-Un bataillon de pontonniers

-1ère Division Canadienne (1st Canadian (Infantry) Division)

-3ème Division Canadienne (3rd Canadian (Infantry) Division)

-2ème Corps d’Armée Canadien (2ème CACAN) :

-Un état-major

-Unités de soutien logistique

-Un bataillon de reconnaissance motorisé (chars légers et autos blindées)

-Un régiment d’artillerie lourde

-Un bataillon de lance-roquettes multiples

-Un bataillon de pontonniers

-2ème Division Canadienne (2nd Canadian (Infantry) Division)

-4ème Division Canadienne (4th Canadian (Infantry) Division)

-3ème Corps d’Armée Canadien (3ème CACAN)

-Un état-major

-Unités de soutien logistique

-Un bataillon de reconnaissance motorisé (chars légers et autos blindées)

-Un régiment d’artillerie lourde

-Un bataillon de lance-roquettes multiples

-Un bataillon de pontonniers

-1ère Division Blindée Canadienne (1st Canadian Armoured Division)

-2ème Division Blindée Canadienne (2nd Canadian Armoured Division)

1ère Armée Française

Cette 1ère Armée couvre le flanc oriental de l’ACF et est considérée comme celle devant encaisser le choc d’une nouvelle tentative allemande de franchissement de la Seine.

Ce n’est pas un hasard si elle va comprendre trois corps d’armée à trois divisions d’infanterie et que le 1er CCB est placé dans sa zone de responsabilité opérationnelle (AOR Area of Responsability) pour réagir rapidement à une éventuelle percée teutonne.

De plus les divisions destinées à la composer ont bénéficié de la plus haute priorité en terme d’affectation de personnels et de matériels au point que cela à susciter certaines jalousies et certaines aigreurs que l’on trouvait moins dans les rapports officiels que dans les lettres des soldats.

-Un état-major implanté à Dreux

-Unités dépendant directement de la 1ère Armée

-GRAVIA-IA (Groupement d’Aviation de la 1ère Armée) : à la différence de la situation avant l’offensive allemande, ce groupement ne possède plus en propre d’unités aériennes qui ont toutes rejoint le giron de l’armée de l’air.

Ce n’est qu’un simple état-major prenant sous son commandement des unités de chasse, d’assaut, de bombardement, de bombardement en piqué, de reconnaissance en fonction des besoins du moment.

Les «terriens» ont d’abord eu peur que les «aviateurs» rechignent à détacher les unités mais cette peur va être très vite balayée.

-Groupement Anti-Aérien de Campagne (GAAC) de la 1ère Armée : Reconstitué après la Campagne de France (1949) il va comprendre six batteries permettant d’affecter deux batteries à chaque corps d’armée, une batterie légère avec douze canons de 37mm et une batterie lourde avec huit canons de 75mm. Certes cela ne permet pas de dresser un barrage infranchissable mais cela peut compléter les unités de DCA des unités de combat.

-Groupement de Soutien Logistique d’Armée

-Groupement de Bataillons de Chars de Combats 501 : A la différence du GBCC-501 première version, ce nouveau groupement regroupe des bataillons de chars lourds pour offrir une réserve blindée en cas de besoin.

Pour la trouver l’état-major de l’armée de terre n’à pas eu besoin de chercher très loin puisque c’était le prétexte pour préserver les BCC dits de quartier général que certains auraient bien aimé voir disparaître.

C’est ainsi que le GBCC-501 comprend les 71ème, 73ème et 75ème BCC qui ont troqué leurs B-1ter dépassés pour de rutilants ARL-44, ce remplacement déjà prévu avant guerre étant vu comme une récompense pour les actes de bravoure menés durant la Campagne de France.

-1er Corps d’Armée (1er CA)

-Un état-major

-601ème Régiment de Pionniers (601ème RP)

-1er GRCA : seize chars légers AMX-44, seize automitrailleuses AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes.

-101ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (101ème RALT) : deux groupes de 105mm équipés de canons de 105L modèle 1936S et deux groupes de 155mm équipé de canons de 155 GPF-T (Grande Puissance Filloux-Touzard)

-Unités du génie et de soutien

-Elément Aérien de Corps d’Armée 501 (EACA-501): remplace le GAO-501 mais comme le GRAVIA-IA il est un simple état-major qui prend son autorité des avions essentiellement de reconnaissance et d’observation mais on verra des chasseurs et des avions d’attaque passer sous son contrôle.

-68ème Division d’Infanterie (68ème DI)

-Un état-major divisionnaire

-Un Groupement de Soutien Logistique

-68ème Groupement de Reconnaissance au Contact (68ème GRC) (douze AMX-44, douze AM modèle 1940P et un détachement de fusiliers motocyclistes)

-668ème Bataillon Divisionnaire Antichar (douze canons de 75mm et vingt-quatre canons de 47mm)

-68ème Bataillon Antiaérien Divisionnaire (trois batteries de canons de 37mm 36 pièces)

-89ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire (89ème RAD _deux groupes de 105C et deux groupes de 155C_)

-Trois régiments d’infanterie de ligne : 224ème, 225ème et 341ème RI

-68ème Bataillon de Canons d’Assaut disposant de canons d’assaut modèle 1949H (Hotchkiss H-39 avec canon de 75mm en superstructure) (issu du 7ème BCC)

-68ème Bataillon de Chasseurs de Chars disposant de chasseurs de chars modèle 1950 (Somua S-40 associé à un canon de 90mm en superstructure) (issu du 7ème BCC)

-68ème Bataillon du Génie

-4ème Division d’Infanterie (4ème DI)

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique

-4ème Groupement de Reconnaissance au Contact (4ème GRC) (douze AMX-44, douze AM modèle 1940P et un détachement de fusiliers motocyclistes)

-604ème Bataillon Divisionnaire Antichar (vingt-quatre canons de 47mm)

-4ème Bataillon de Défense Antiaérienne (trois batteries de canons de 37mm 36 pièces)

-29ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire (29ème RAD _deux groupes de 105C et deux groupes de 155C_)

-Trois régiments d’infanterie de ligne : 45ème, 72ème et 124ème RI

-4ème Bataillon de Canons d’Assaut disposant de canons d’assaut modèle 1949R (Renault R-40 avec un obusier de 105mm) (issu du 17ème BCC)

-4ème Bataillon de Chasseurs de Chars disposant de chasseurs de chars modèle 1950 (Somua S-40 avec un canon 90mm en superstructure) (issu du 17ème BCC)

-66ème Bataillon du Génie

-21ème Division d’Infanterie (21ème DI) :

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique

-21ème Groupement de Reconnaissance au Contact (21ème GRC) (douze FCM-42 _remplacement prévu à terme par l’AMX-44_, douze AM modèle 1940P et un détachement de fusiliers motocyclistes)

-621ème Bataillon Divisionnaire Antichar (douze canons de 75mm vingt-quatre canons de 47mm)

-21ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire (trois batteries de canons de 37mm 36 pièces)

-35ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire (35ème RAD deux groupes de 105C et deux groupes de 155C)

-Trois régiments d’infanterie de ligne : 48ème, 65ème et 137ème RI

-21ème Bataillon de Canons d’Assaut disposant de canons d’assaut modèle 1949H (issu du 32ème BCC)

-21ème Bataillon de Chasseurs de Chars disposant de chasseurs de chars modèle 1950 (Somua S-40 avec un canon de 90mm en superstructure). (issu du 32ème BCC)

-29ème Bataillon du Génie

-18ème Corps d’Armée (18ème CA)

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-618ème régiment de pionniers

-18ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (18ème GRCA) : douze chars légers AMX-44, douze AM modèle 1940P et des fusiliers motocyclistes.

-115ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (115ème RALT) (ex-115ème RALH) avec deux groupes de 105L modèle 1936S et un groupe de 155L GPF-T (NdA un deuxième groupe est en cours de création quand l’opération NIBELUNGEN est lancée)

-Différentes unités du génie et de soutien

-Elément Aérien de Corps d’Armée 518 (EACA-518)

-9ème Division d’Infanterie Motorisée (9ème DIM) :

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique

-9ème Groupement de Reconnaissance au Contact (9ème GRC) (douze AMX-44, douze AM modèle 1940P et un détachement de fusiliers motocyclistes)

-609ème Bataillon Divisionnaire Antichar (douze canons de 75mm et vingt-quatre canons de 47mm)

-9ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire (trois batteries de canons de 37mm 36 pièces)

-35ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire (35ème RAD deux groupes de 105C et deux groupes de 155C)

-Trois régiments d’infanterie de ligne : 13ème, 95ème et 131ème RI

-9ème Bataillon de Canons d’Assaut disposant de canons d’assaut modèle 1949X (châssis d’AMX-42 avec une superstructure disposant d’un obusier de 105mm muni d’un frein de bouche) (issu du 1er BCC)

-9ème Bataillon de Chasseurs de Chars disposant de chasseurs de chars modèle 1950 (Somua S-40 avec un canon de 90mm en superstructure) (issu du 1er BCC).

-18ème Bataillon du Génie

1ère Division d’Infanterie Nord-Africaine (1ère DINA)

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique

-1er Groupement de Reconnaissance au Contact Nord-Africain (1er GRCNA) (douze AMX-44, douze AM modèle 1940P et un détachement de fusiliers motocyclistes)

-601ème Bataillon Divisionnaire Antichar Nord-Africain (douze canons de 75mm et vingt-quatre canons de 47mm)

-601ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire (trois batteries de canons de 37mm 36 pièces)

-54ème Régiment d’Artillerie Nord-Africaine (54ème RANA) (deux groupes de 105C et un groupe de 155C NdA un deuxième est en cours de création à l’époque de NIBELUNGEN)

-Trois Régiments de Tirailleurs : 27ème Régiment de Tirailleurs Algériens (27ème RTA), 28ème Régiment de Tirailleurs Tunisiens (28ème RTT) et le 5ème Régiment de Tirailleurs Marocains (5ème RTM)

-1er Bataillon Mixte de Canons d’Assaut et de Chasseurs de Chars Nord-Africain avec deux escadrons de canons d’assaut modèle 1949R (Renault R-40 avec un obusier de 105mm) et deux escadrons de chasseurs de chars modèle 1950 (Somua S-40 avec un canon de 90mm en superstructure). Il est issu du 11ème BCC.

-119ème Bataillon du Génie

5ème Division d’Infanterie Coloniale (5ème DIC)

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique

-5ème Groupement de Reconnaissance au Contact Colonial (5ème GRCC) (douze AMX-42, douze AM modèle 1940P et un détachement de fusiliers motocyclistes)

-605ème Bataillon Divisionnaire Antichar Colonial (douze canons de 75mm et vingt-quatre canons de 47mm)

-605ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire Colonial (trois batteries de canons de 37mm 36 pièces)

-13ème Régiment d’Artillerie Coloniale (13ème RAC) (un groupe de 105C et deux groupes de 155C. NdA un groupe de 105C est en cours de création à cette époque)

-Trois Régiments de Tirailleurs Sénégalais : 11ème, 21ème et 23ème RTS

-5ème Bataillon Mixte de Canons d’Assaut et de Chasseurs de Chars Colonial avec deux escadrons de canons d’assaut modèle 1949R (Renault R-40 avec un obusier de 105mm) et deux escadrons de chasseurs de chars modèle 1950 (Somua S-40 avec un canon de 90mm en superstructure) (issu du 24ème BCC)

-101ème Bataillon du Génie

-17ème Corps d’Armée (17ème CA)

-617ème Régiment de Pionniers

-17ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (17ème GRCA) : douze AMX-44, douze automitrailleuses de découverte (NdA solution d’attente en attendant la livraison d’automitrailleuses puissantes)

-143ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (143ème RALT) (ex-143ème RALH) avec deux groupes de 105L modèle 1941T et un groupe de 155L modèle 1945S (NdA un deuxième groupe est en cours de constitution au moment de l’opération NIBELUNGEN).

-Des unités du génie, du train, des transmissions, de l’intendance et du service de santé

-Elément Aérien de Corps d »Armée 517 (EACA-517)

15ème Division d’Infanterie Motorisée (15ème DIM)

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique

-15ème Groupement de Reconnaissance au Contact (15ème GRC) (douze FCM-42, douze AM modèle 1940P et un détachement de fusiliers motocyclistes)

-615ème Bataillon Divisionnaire Antichar (douze canons de 75mm vingt-quatre canons de 47mm)

-615ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire (trois batteries de canons de 37mm 36 pièces)

-1er Régiment d’Artillerie Divisionnaire (1er RAD) (deux groupes de 105C et deux groupes de 155C)

-Trois Régiments d’infanterie de ligne : 4ème, 27ème et 134ème RI

-15ème Bataillon de Canons d’Assaut disposant de canons d’assaut modèle 1949H (issu du 34ème BCC)

-15ème Bataillon de Chasseurs de Chars disposant de chasseurs de chars modèle 1950. (issu du 34ème BCC également).

-20ème Bataillon du Génie

3ème Division d’Infanterie Coloniale (3ème DIC)

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique

-3ème Groupement de Reconnaissance au Contact Colonial (3ème GRCC) (douze AMX-44, douze AM modèle 1940P et un détachement de fusiliers motocyclistes)

-603ème Bataillon Divisionnaire Antichar Colonial (douze canons de 75mm et vingt-quatre canons de 47mm)

-603ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire Colonial (trois batteries de canons de 37mm 36 pièces)

-3ème Régiment d’Artilerie Coloniale (3ème RAC) (deux groupes de 105C et deux groupes de 155C. )

-Trois Régiments d’infanterie coloniale : 1er, 21ème et 23ème RIC

-3ème Bataillon Mixte de Canons d’Assaut et de Chasseurs de Chars Colonial avec deux escadrons de canons d’assaut modèle 1949R (Renault R-40 avec un obusier de 105mm) et deux escadrons de chasseurs de chars modèle 1950 (Somua S-40 avec un canon de 90mm en superstructure). Il est issu du 5ème BCC.

-41ème Bataillon du Génie

24ème Division d’Infanterie (24ème DI)

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique

-24ème Groupement de Reconnaissance au Contact (24ème GRC) (douze FCM-42, douze AM modèle 1940P et un détachement de fusiliers motocyclistes)

-624ème Bataillon Divisionnaire Antichar (douze canons de 75mm et vingt-quatre canons de 47mm)

-624ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire (trois batteries de canons de 37mm 36 pièces)

-21ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire (21ème RAD) (deux groupes de 105C et deux groupes de 155C)

-Trois Régiments d’infanterie de ligne : 50ème, 63ème et 78ème RI

-24ème Bataillon de Canons d’Assaut disposant de canons d’assaut modèle 1949H (issu du 16ème BCC)

-24ème Bataillon de Chasseurs de Chars disposant de chasseurs de chars modèle 1950 (issu du 16ème BCC)

-97ème Bataillon du Génie