22-Armée de terre : armement et matériel (78) ordre de bataille (12)

Groupe d’Armées n°2

Le Groupe d'Armées n°2 est chargée de garder la frontière franco-allemande

Le Groupe d’Armées n°2 est chargée de garder la frontière franco-allemande

Préambule

Quand éclate la guerre de Pologne, le Groupe d’Armées n°2 couvre la frontière est franco-luxembourgeoise et surtout franco-allemande de Longuyon à Selestat.

Cette frontière, voie naturelle des invasions depuis le Vème siècle et les invasions barbares est solidement protégée par la Ligne Maginot.

Cette «Muraille de France» véritable chef d’œuvre de technicité est destinée à protéger la France d’une attaque surprise de l’Allemagne, une attaque improbable avant 1930 mais qui redevient possible avec le rétablissement du service militaire en 1935 suivit l’année suivante de la remilitarisation de la Rhénanie à laquelle la France ne répond que par un discours grandiloquent («Nous ne laisserons pas Strasbourg sous le feu des canons allemands» dixit le président du conseil Albert Sarrault) mais sans acte concret.

Ce groupe d’armées dispose de trois armées, les 3ème, 4ème et 5ème armée soit quarante divisions, un nombre important alors que la ligne Maginot est censée économiser des hommes en les remplaçant par du béton. Au lieu de cela, la muraille de France devient une véritable éponge, absorbant toujours plus de troupes.

Le général Villeneuve rétablit un certain équilibre car après la mobilisation de septembre 1948, seules vingt-huit divisions sont déployées sur la frontière est entre Longuyon et la lac Léman (dont quatre divisions britanniques) sur des secteurs plus importants qu’en septembre 1939 :

-La 3ème armée couvre un secteur Longuyon-Sarreguemines

-La 4ème armée couvre le secteur Sarreguemines-Selestat

-La 6ème armée doit défendre un secteur Colmar-Territoire de Belfort

-La 8ème armée couvre un secteur Montbéliard-Lac Leman plus comme réserve stratégique     et comme soutien pour la Suisse contre une potentielle attaque allemande qu’autre chose.

Outre ces quatre armées et douze corps d’armées, le Groupe d’Armées n°2 peut compter sur le soutien des troupes de forteresse présentes en nombre ainsi que du 3ème Corps de Cavalerie et ses 2ème, 4ème et 8ème DLM sans oublier l’intervention possible du 2ème CAC avec les 2ème, 4ème et 6ème Division Cuirassées.

3ème Armée

Dans le dispositif imaginé par le général Villeneuve en mars 1942, la 3ème armée occupe un long secteur de près de 150km entre Longuyon et Sarreguemines, s’appuyant sur les fortifications Maginot du Secteur Fortifié de Crusnes, le Secteur Fortifié de Thionville, le Secteur Fortifié du Boulay, le Secteur Fortifié de Faulquemont et le Secteur Fortifié de la Sarre.

Le 7ème CA couvre les secteurs de Crusnes et de Thionville, le 23ème CA couvre le secteur Fortifié du Boulay, le 4th British Corps couvre le Secteur Fortifié de Faulquemont et le 24ème Corps couvre le Secteur Fortifié de la Sarre.

La mission première de cette armée est d’assurer la défense de la frontière en empêchant l’ennemi de gêner la manoeuvre Dyle-Breda en pénétrant par le Luxembourg puis de là dans les Ardennes et en phase offensive de pénétrer dans le territoire allemand en passant par le Luxembourg et d’occuper la Sarre et de lotir la Moselle.

Pour cela, elle dispose de trois corps d’armée à deux divisions (7ème, 23ème et 24ème) plus un corps d’armée britannique à deux divisions (Le IVth  British Corps, les trois premiers corps d’armée engerbant les 12 divisions britanniques présentes au sein du GA1).

Comme les armées du GA n°1, la 3ème armée dispose de moyens de soutien et de combat qui lui sont propres :

-Quatre régiments de pionniers, les 403ème, 413ème, 423ème et 432ème régiments

char léger modèle 1935 M.39 dit Hotchkis H-39

char léger modèle 1935 M.39 dit Hotchkis H-39

-Un groupement de bataillons de chars, le groupement n°503 qui aligne le 3ème BCC (45 Renault R-35 modernisés), le 13ème BCC (45 Hotchkiss H-39), le 21ème BCC (45 AMX-44) et le 36ème BCC (45 AMX-44), ces deux derniers bataillons étant des bataillons de mobilisation.

Sur ces deux derniers, seul le 21ème BCC dispose à la mobilisation de son chiffre plein de 45 AMX-44 mais le 36ème BCC ne dispose que de Renault R-35 en attendant la disponibilité du char prévu.

On trouve le 3ème Groupement Antiaérien de Campagne (3ème GAAC) disposant d’un état-major, d’une batterie hors rang et de quatre batteries, deux batteries équipées de canons de 75mm et deux batteries équipées de canons de 37mm Schneider, canons remorqués par des véhicules tout-terrains Laffly.

-Dans le domaine du soutien, on trouve des unités dépendant de l’artillerie (parc de réparations d’artillerie n°3, parc de réparation des équipages et des ferrures n°3, le parc de réparation automobile n°3, le parc d’essence et ingrédients d’armée n°3 et le parc de munitions d’armée n°3).

-Le génie aligne diverses unités de sapeurs mineurs et de sapeurs routiers, une compagnie d’électro-mécaniciens et un parc de génie d’armée.

-En ce qui concerne les transmissions, on trouve le 803ème bataillon de sapeurs télégraphistes d’armée, le 818ème parc de transmissions d’armée et diverses unités associées.

-Le train soutien la deuxième armée avec sept compagnies hippomobiles et six compagnies automobiles dont deux sanitaires ainsi qu’une compagnie citerne.

-L’intendance, le service de santé, le service vétérinaire, le service des remontes dispose également d’unités intervenant en soutien de la 3ème Armée.

-La gendarmerie déploie pour maintenir l’ordre sur l’arrière et gérer les prisonniers un commandement de la gendarmerie et forces prévôtales de la 3ème armée.

Comme les autres armées, la 3ème armée dispose d’un groupement d’aviation (GRAVIA-IIIA) ainsi que de plusieurs GAO (Groupes Aériens d’Observation).

Le Groupement d’Aviation de la 3ème Armée (GRAVIA-IIIA) dispose des moyens suivants :

Curtiss H-81

Curtiss H-81

-5ème Escadre de Chasse (5ème EC) équipée de Curtiss H-81 et de Bréguet Br700C2 stationnée sur la base aérienne de Metz-Frescaty.

-7ème Escadre de Chasse (7ème EC) équipée de Dewoitine D-520 et de Bréguet Br700C2 stationnée sur la base aérienne de Toul.

Ces deux escadres représentent un total de 216 chasseurs répartis entre 162 monomoteurs et 54 bimoteurs.

-Un groupe de bombardement en piqué, le GBA III/40 stationné à Chamblay avec pour équipement le Loire-Nieuport LN-430

-Un groupe de bombardement d’assaut, le GBA III/51 équipé de Bréguet Br695 et lui aussi stationné à Chamblay.

Bombardier moyen Amiot 351

Bombardier moyen quadriplace  Amiot 351

-Deux groupes de bombardement moyen stationnés à Saint-Dizier, les GB II/34 et GB III/34 équipés d’Amiot 351.

-Un groupe de reconnaissance tactique, le GR I/33 équipé de Bloch MB-175  qui décolle depuis la base de Châtel-Cléhery en compagnie du GAO-507.

Le GRAVIA III-A dispose de 216 chasseurs, 27 bombardiers en piqué,27 avions d’assaut, 54 bombardiers moyens et 36 avions de reconnaissance soit 360 appareils.

A ce total appréciable s’ajoute les trois Groupes Aériens d’Observation (GAO) :

-Le GAO-507 déployé depuis la base aérienne de Châtem-Cléhery dispose pour éclairer le 7ème Corps d’Armée de huit Bloch MB-175, de douze Dewoitine D-720 et de quinze ANF-Les Mureaux ANF-123.

-Le GAO-523 qui opère depuis la base aérienne de Mars-la-Tour dispose pour éclairer le 23ème CA ou Corps d’Armée Colonial dispose de  huit Bloch MB-175, de douze Dewoitine D-720 et de quinze ANF-Les Mureaux ANF-123.

Le GAO-524 qui opère depuis la base aérienne de Velaine en Haye près de Nancy éclaire le 24ème CA avec huit Bloch MB-176 de reconnaissance armée, douze Dewoitine D-720 de coopération et quinze ANF-Les Mureaux ANF-123 d’observation et de réglage de tir.

Le total d’appareils disponibles pour le GRAVIA III-A est de 465 appareils (216 chasseurs, 108 bombardiers et avions d’assaut, 141 avions de reconnaissance et d’observation).

22-Armée de terre : armement et matériel (27)

AMR 33 et 35

Automitrailleuse de Reconnaissance modèle 1933

Automitrailleuse de Reconnaissance modèle 1933

Quand elle se lança dans la motorisation et la mécanisation, la cavalerie identifia plusieurs types d’automitrailleuses, trois catégories au final identifiées ainsi en 1931 :

-découverte : c’est le domaine où l’automitrailleuse trouve sa pleine mesure, elle est chargée d’éclairer le terrain, de prendre contact avec l’ennemi mais pas de combattre. C’est le domaine de la roue où elle est nettement mieux adaptée que la chenille car utilisant la route.

-reconnaissance : elle complète les automitrailleuses de découverte, ils sont plus proches des unités de combat. Véhicules chenillés ils assurent par exemple au sein des dragons portés des missions de liaison.

-combat : c’est l’un des premiers concepts à voir le jour. Si l’idée est rapidement centrée _un véhicule rapide pour contrer rapidement ennemi, mener des missions de couverture, des raids_, techniquement la maturation est plus longue.

Ce qui nous intéresse ici c’est la catégorie AMR qui allait disparaître par fusion avec le concept AMD donnant naissance au concept d’AMP ou Automitrailleuse Puissante avec une automitrailleuse 8X8 et l’utilisation de chars légers, les premiers remplaçant les AMD, les seconds (représentés par le H-39, les FCM-42 et l’AMX-44) les AMR.

Revenons aux origines du concept AMR (figé en 1931). Comme toute nouveauté, la cavalerie tatonant, lançant successivement plusieurs programme comme le programme d’automitrailleuse légère tous terrains pour une grosse voiture à tourelle (24 juillet 1930) qui devient ensuite une voiture de reconnaissance (type L) sans tourelle avec deux ou trois membres d’équipage (9 janvier 1931).
L’apparition des chenillettes de ravitaillement dans le cadre du programme de véhicules blindés de ravitaillement d’infanterie type N (programme du 7 juillet 1930) pousse la 2ème direction du ministère de la Guerre (la cavalerie donc) à changer ses spécifications et demander un petit chenillé à tourelle biplace, utilisée pour la reconnaissance, faiblement armée car usant du terrain pour se dissimuler à la vue de l’ennemi tout en renseignant le haut commandement.

Le programme de l’AutoMitrailleuse de Reconnaissance (AMR) est officiellement lancé le 16 janvier 1932. La cavalerie demande une voiture (le terme char est réservé à l’infanterie) de 3.5 tonnes en ordre de marche avec deux hommes d’équipage, un blindage de 9mm (13mm le 9 décembre 1932), une vitesse moyenne de 35 km/h, tout terrain avec pour armement une mitrailleuse de 7.5mm.

Seul Renault répond à ce programme en modifiant une chenillette Renault UE avec une mitrailleuse casemate, ces prototypes baptisés Renault VM participant aux manoeuvres de septembre 1932 ce qui permet de réaliser de substantielles modifications aboutissant à son adoption en mai 1933 puis sa production en série.

La Renault VM devient l’AMR modèle 1933 et va être utilisée par les régiments de dragons portés pour la reconnaissance et les liaisons. 118 exemplaires de série sont produits auxquels s’ajoutent trois des cinq prototypes reconfigurés en véhicules de série.

Quand éclate la guerre de Pologne, les AMR-33 sont encore en service au sein des trois divisions de cavalerie, les unités «pétrole-picotin» plus précisément au sein des groupes d’automitrailleuses puis après mobilisation au sein des dragons portés de ses divisions.

Suite à la transformation des Divisions de Cavalerie en Divisions Légères Mécaniques, les AMR sont intégrées définitivement aux RDP avec dans un premier temps un nombre inférieur à ceux des 1ère et 2ème DLM soit 32 par régiment de dragon porté soit un total de 96 blindés. Ils seront ensuite remplacés par des chars légers.

Caractéristiques Techniques de l’AMR modèle 1933

Poids total : 5 tonnes

Dimensions : longueur (chenille) 3.50m largeur 1.60m hauteur 1.78m

Motorisation : un moteur essence Renault délivrant 85ch à 2800 tr/minute

Vitesse moyenne : 45km/h   Pente : nc  Autonomie : 200km (128 litres d’essence)

Blindage : maximal 13mm

Armement : une mitrailleuse MAC 31 de 7.5mm sous tourelle avec 2250 cartouches en 15 chargeurs de 150. Une mitrailleuse de rechange peut être utilisé en tir antiaérien
 
Equipage : deux hommes

Suite au succès de l’AMR-33, un modèle amélioré à moteur arrière (latéral sur l’AMR-33) est développé à partir deux VM modifiés (février et avril 1934) puis à l’aide d’un véritable prototype, le Renault ZT apparu en octobre 1934.

Automitrailleuse de Reconnaissance (AMR) modèle 1935

Automitrailleuse de Reconnaissance (AMR) modèle 1935

Commandée en série, l’AMR-35 va être livrée à l’armée française entre avril 1936 et le printemps 1940 avec tout d’abord 167 Renault ZT 1 à mitrailleuse de 7.5 ou de 13.2mm au sein des régiments de dragons portés.

Ils sont suivis de vingt ZT à canon de 25 répartis entre 10 ZT-2 (canon en tourelle) et 10 ZT-3 (canon en casemate) pour armer les GRDI plus précisément les 1er, 3ème, 4ème, 6ème et 7ème GRDI et enfin de 55 ZT-4 à mitrailleuse de 7.5 ou de 13.2mm, initialement prévues pour l’Indochine mais finalement utilisés en  métropole pour motoriser certains GRDI montés à raison de douze véhicules par GRDI en l’occurence les 15ème, 16ème, 17ème et 18ème GRDI, les sept autres étant stockés.

Ces AMR jugées trop légèrement blindées vont être progressivement remplacées par des chars légers type AMX-44, Hotchkiss H-39 ou encore FCM-42. Seule une poignée de véhicules étaient encore disponibles en septembre 1948.

Caractéristiques Techniques de l’AMR modèle 1935 ZT-1

Poids total : 6.5 tonnes

Dimensions : longueur (chenille) 3.84m largeur 1.64m hauteur 1.88m

Motorisation : un moteur essence Renault délivrant 82ch à 2200 tr/minute

Vitesse maximale : 55km/h (40 en service courant)   Pente : nc  Autonomie : 200km (130 litres d’essence)

Blindage : maximal 13mm

Armement : une mitrailleuse MAC 31 de 7.5mm sous tourelle AVIS n°1 ou une mitrailleuse sous tourelle AVIS n°2 avec 1220 cartouches en 37 chargeurs de 20 cartouches (740), le reste en boites. Une mitrailleuse de rechange est disponible
 
Equipage : deux hommes

AMX-42 et 44

Le précurseur : l’AMX-40

Suite aux désastreux accords de Munich de septembre 1938, Paris et Londres se rendent compte de l’inéluctabilité du conflit. La coopération politique, technique et militaire s’intensifie entre les deux pays, de fructueux échanges ont lieu entre les deux pays.

La France comme la Grande Bretagne cherche à combler rapidement leurs lacunes. Les anglais se montrent très intéressés par le char B1bis, décidant d’en commander quelques exemplaires pour à terme développer un char semblable.

Au niveau des chars légers, la France se montre très intéressée par les chars Cruiser à la suspension moderne (à défaut d’un blindage épais) pour développer de nouvelles générations de chars légers.

Un véritable accord bilatéral est signé le 7 février 1940, la France s’engageant à livrer des B1bis ou ter et des Hotchkiss H-39 aux britanniques en échange de technologies modernes de char qu’il s’agisse de la suspension Christie ou de tourelles à commandes hydrauliques. Ils vont aussi fournir de véritables conseils en ergonomie pour les chars de combat.

75 B1bis furent ainsi livrés aux britanniques entre juillet 1940 et janvier 1941, formant cinq bataillons lourds indépendants mais surtout servirent à accélérer le dévellopement d’un nouveau char lourd baptisé Churchill qui combinait un canon de 75mm en casemate et une tourelle avec un canon de 6 livres (57mm).

Quand au Hotchkiss H-39, il fût livré à seulement 32 exemplaires, utilisés non pas comme chars opérationnels mais pour perfectionner dans certains domaines le char Cruiser.

Suite à des essais antérieurs d’un char Cruiser, la société AMX (Atelier d’Issy les Moulineaux issu de la nationalisation de l’établissement de production de chars de Renault) décida de lancer à titre privé une nouvelle étude pour un char de cavalerie utilisant la suspension Christie, un blindage sérieux (entre 15 et 50mm, le B1bis avait lui 60mm de blindage), un moteur diesel Aster et une tourelle biplace disposant d’un canon de 47mm modèle 1935 associé à une mitrailleuse.

Le prototype est présenté officiellement le 15 décembre 1940 devant le général Villeneuve. Des essais sont menés du 21 décembre 1940 au 15 mars 1941. Le concept est jugé bon mais devant la surcharge de l’industrie française, on décide de ne pas produire ce char pourtant prometteur.

Caractéristiques Techniques de l’AMX-40

Poids total : 16 tonnes

Dimensions : longueur hors tout 5.33m largeur hors tout 2.45m hauteur de caisse 1.58m

Motorisation : moteur diesel de 160ch

Vitesse maximale : 45/50 km/h sur chenilles Pente : 77% sur sol dur  Autonomie : supérieure à 500km  

Blindage : minimum 20mm maximum 60mm

Armement : un canon de 47mm modèle 1935 en tourelle bi ou triplace, canon alimenté à 176 obus et deux mitrailleuses de 7.5mm (MAC 31 coaxiale et MAC 34 antiaérienne) avec 4000 cartouches pour les deux

Equipage : mécanicien pilote en caisse, un chef de char tireur et un pourvoyeur en tourelle

Le dévellopement de l’AMX-42

L’Ingénieur Général de l’Armement (IGA) Molinié, responsable du programme décide de poursuivre le dévellopement de ce char, estimant à juste titre qu’il pourrait très bien convenir à  l’armée française.

Anticipation juste car en juin 1941 fût lancé un appel d’offres pour un nouveau char léger destiné à remplacer les chars en service à l’époque mais également pour muscler les régiments de dragons portés et les GRDI _remplacement des AMR-33 et AMR-35_ et offrir aux DLM et aux DCu un char léger de reconnaissance, anticipant sur la réorganisation postérieure des Divisions Légères Mécaniques et des Divisions Cuirassées avec une unité de reconnaissance par BLM/BB.

L’IGA Molinié reprit donc son projet AMX-40 et le perfectionna, remplaçant notamment la tourelle ronde d’origine _tourelle de démonstration plus que réelle tourelle opérationnelle_ par une tourelle biplace FCM armée d’un canon de 47mm SA modèle 1937 et de deux mitrailleuses de 7.5mm, une coaxiale et la seconde antiaérienne.

Le prototype de l’AMX-42 est officiellement présenté le 5 octobre 1941 et satisfait d’emblée la commission qui ne note que quelques modifications mineures à apporter. Il est adopté le 18 février 1942 sous le nom de char léger AMX modèle 1942 tout comme son concurrent le FCM-42, une version nettement améliorée du FCM-36.

Parallèlement, une version améliorée baptisée AMX-44 va être produite avec une tourelle triplace FCM, ce char équipant notamment les GRDI en remplacement des AMR ainsi que la 8ème DLM.

Cela poussera les Forges et Chantiers de la Méditerranée à  développer également un char léger amélioré, le FCM-44 qui allait équiper notamment les DLM.

Unités équipées d’AMX-42

La production est rapidement lancée pour équiper les unités qui appartiennent aussi bien à l’arme des chars de l’infanterie ou à la cavalerie même si le rapprochement est inéluctable, le général Villeneuve ne faisant pas mystère de fusionner ses deux armes même si les résistances importantes l’oblige à passer en douceur et non en force.

Les premiers exemplaires sortent des chaines de fabrication en novembre 1942 et vont équiper les GRDI qui vont délaisser leurs AMR à mitrailleuses pour de véritables chars légers à canon de 47mm, leur donnant un punch redoutable contre les automitrailleuses allemandes voir italiennes.

Le nouveau char léger va ainsi équiper quatre GRDI métropolitains, le 3ème qui reçoit ses vingt AMX-42 en décembre 1942 et janvier 1943, le 17ème qui reçoit ses véhicules en février et mars 1943, le 72ème est servit en avril et mai 1943 alors que le 94ème GRDI est rééquipé en juin et juillet 1943 soit un total en ligne de 80 chars.

Il va ensuite équiper les groupes de reconnaissance des Brigades Légères Mécaniques et des Brigades Blindées, chaque brigade dispose d’un groupe à trois pelotons de quatre chars plus un char pour le chef de groupe soit treize blindés par brigade et vingt-six par division.

La 6ème DLM créée sur ce modèle est la première servie, recevant ses vingt-six chars légers entre septembre et décembre1943. Elle est suivie par la 2ème DLM qui les reçoit entre janvier et mars 1944 et enfin par la 4ème DLM entre avril et juillet 1944 soit un total en ligne de 78 chars.

Les Divisions Cuirassées vont également être équipés de chars légers pour des missions de reconnaissance au sein du régiment de découverte avec pas moins de 45 véhicules et donc au sein des groupes de reconnaissance des BB avec donc un total de 71 par division.

La 2ème Division Cuirassée reçoit ses 71 chars entre septembre 1944 et janvier 1945 et la 4ème Division Cuirassée entre janvier et avril 1945.
L’AMX-42 va également équiper outre-mer trois bataillons de chars de combat (B.C.C) en l’occurence les 61ème, 65ème et 67ème bataillons déployés en Tunisie qui reçoivent leurs chars entre mai 1945 et octobre 1945 ainsi que le 4ème régiment de spahis tunisiens, régiment de découverte de la 1ère DLC qui reçoit ses chars en novembre et décembre 1945.

Les dragons portés des 2ème, 4ème et 6ème DLM sont les derniers à être servis, recevant leurs AMX-42 au rythme d’un bataillon par mois soit un rééquipement qui s’achève en septembre 1947.

858 chars ont alors été produits mais les chaines de fabrication continuent à produire des véhicules pour constituer un parc de réserve pour combler les pertes au combat et par accident mais également pour mettre sur pied les unités de mobilisation. Au rythme de 24 chars par mois, on trouve en stock en septembre 1948 (l’équipement des unités de combat ayant été jusque là privilégié) un total de 288 chars en stock portant le total des chars sortis des chaines à 1146 blindés.

Unités équipées de l’AMX-44

L’AMX-44 est une version améliorée de l’AMX-42 prévue dès l’origine de la conception du char léger _originellement de cavalerie mais qui finit par être utilisé par l’ABC, la fusion des armes de la cavalerie et des chars de l’infanterie_. En effet, l’AMX-42 peut recevoir également la tourelle triplace de son successeur.

Outre un moteur plus puissant, l’AMX-44 se distingue par une tourelle triplace FCM au lieu de la tourelle double ARL ce qui porte l’équipage du char à quatre hommes, un effectif qui à l’aune des premières opérations de guerre se révélera comme être l’optimum, permettant notamment au chef de char de mener pleinement son rôle de commandement et non d’être un véritable homme orchestre.

L’AMX-44 à été en réalité adopté en mars 1943 et aurait pu s’appeler AMX-43 si on n’avait pas compter le temps de l’industrialisation.

En effet,les premiers chars de ce type ne sortent des chaines de la nouvelle usine AMX de Giens en juin 1944 pour être aussitôt livrés aux unités, l’armée ayant fait comme pour l’AMX-42 le choix de privilégier le rééquipement des unités aux stocks, décidant en cas de besoin de piocher dans les nombreux chars légers anciens stockés après démobilisation des unités mobilisées au cours de la guerre de Pologne et non maintenus par la suite.

Ce sont les GRDI qui sont les premiers à recevoir ce nouveau char à raison de 20 véhicules qui leur dotent d’une véritable capacité de combat puisque remplaçant on s’en souvient des AMR simplement équipés d’une mitrailleuse de 7.5 ou de 13.2mm à tel point que certains s’inquiéteront de voir les cavaliers de ces groupements utiliser leurs véhicules de manière trop agressive au risque d’oublier leur mission première.

Six Groupements de Reconnaissance de Division d’Infanterie vont être équipés en l’occurence le 7ème GRDI (septembre 1944), le 21ème GRDI (octobre 1944), le 22ème GRDI (novembre 1944), 73ème GRDI (janvier 1945) 91ème GRDI (mars 1945) et 92ème GRDI (avril 1945) soit un total de 120 véhicules en ligne.

La production est suspendue entre juin 1945 et septembre 1946 pour permettre à l’usine de Giens de prêter main forte à celle d’Issy-les-Moulineaux pour sortir d’avantage d’AMX-42.

En octobre 1946, la production reprend suite à la volonté (officielle en septembre 1947) de créer de nouvelles DC (Divisions Cuirassées) et DLM (Divisions Légères Mécaniques).

L’AMX-44 va ainsi équiper la 8ème DLM à raison de vingt-six chars soit deux groupes de treize blindés (un pour le commandant et trois pelotons de quatre) pour les deux groupes de reconnaissance et surtout les deux régiments de dragons portés qui à eux disposent de 126 blindés, portant le total à 152, la division recevant ces chars entre septembre 1947 et avril 1948.

Elle est suivie par la 6ème DC qui aligne un total de 71 chars répartis entre le régiment de découverte (45 chars) et les deux groupes de reconnaissance des BB (26 chars), la division étant équipée en mai et juin 1948.

La production est alors poursuivie pour constituer des véhicules de réserve destinés à équiper des bataillons de mobilisation mais également à fournir un volant de réserve pour une guerre s’annonçant longue et rude.

Au final, cinq bataillons de chars de combat de mobilisation vont être progressivement équipés d’AMX-44 en l’occurence le 21ème, le 31ème, le 33ème, 36ème et le 40ème BCC à raison de 45 chars par bataillons.

L’usine de Giens ne produisant «que» 30 chars par mois, seul le 21ème BCC peut recevoir sa pleine dotation de chars, les autres bataillons mobilisés avec d’autres véhicules (notamment des chars légers anciens stockés comme le R-35 ou le FCM-36) ne recevant leur monture définitive qu’au début de l’année 1949.

Au total quand éclate la seconde guerre de Pologne, l’armée de terre dispose de 388 AMX-44 en ligne plus une quinzaine en réserve, chars destinés à équiper le 31ème BCC et provisoirement utilisés par l’ERGM de Giens.

Caractéristiques Techniques des AMX-42 et 44

Poids total : 17 tonnes pour l’AMX-42, 17.5 tonnes pour l’AMX-44

Dimensions : longueur hors tout 5.33m largeur hors tout 2.75m hauteur de caisse 1.58m

Motorisation : moteur diesel Aster de 210ch

Vitesse maximale : 55 km/h sur chenilles Pente : 77% sur sol dur  Autonomie : 575km  
Blindage : minimum 20mm maximum 60mm

Armement : un canon de 47mm modèle 1937 en tourelle bi ou triplace, canon alimenté à 180 obus et deux mitrailleuses de 7.5mm (MAC 31 coaxiale et MAC 34 antiaérienne) avec 4000 cartouches pour les deux

Equipage : mécanicien pilote en caisse, un chef de char tireur et un pourvoyeur en tourelle (AMX-42), un mécanicien pilote en caisse, un chef de char, un tireur et un pourvoyeur en tourelle (AMX-44)

22-Armée de terre : armement et matériel (23)

H-Chars léger

Préambule

Par sa présence sur les Champs Elysées lors du défilé de la victoire du 14 juillet 1919, le Renault FT symbolise le «char de la victoire» et conforte l’idée qu’un char léger peut tout aussi bien faire la différence qu’un char plus lourd, mieux armé et mieux protégé.

Il s’en ait fallu de peu pour que ce ne soit pas le cas car les premiers chars français étaient tout sauf léger, le Saint Chamond pesant 23 tonnes et le Schneider 13.5 tonnes contre seulement 6.5/6.7 tonnes pour le Renault FT.

Les déficiences techniques et un baptême du feu désastreux sur le Chemin des Dames en avril 1917 entraina le déclassement de ses chars au profit de la petite merveille conçue par Louis Renault et le général Estienne qui pourtant défendait un char plus lourd et ne cessa jusqu’à sa mort en 1936 de défendre le char moyen/lourd au point d’être vent debout contre le remplacement du Renault FT, combat qu’il finit par perdre.

Au milieu des années trente, le remplacement du Renault FT se pose et un nouveau programme est lancé, aboutissant au Renault R-35 et au Hotchkiss H-35 puis à leurs versions améliorées, les Renault R-40 et les Hotchkiss H-35 mod.39.

D’autres chars légers vont également être mis en service au sein de l’arme des chars de l’infanterie en l’occurence le char D1 _issu du Renault NC, version améliorée du FT_ mais encore le remarquable FCM-36 _blindage laminé soudé et moteur diesel_ .

Suite à la révolution Villeneuvienne, le char léger n’est pas pour autant condamné même si le «Général Tornade» était un disciple du général Estienne. Il le maintien en ligne mais pour un rôle limité au soutien rapproché de l’infanterie au sein des BCC ainsi que des missions de reconnaissance au sein des DC et des DLM.

De nouveaux modèles de chars légers voient le jour au cours de la «fausse guerre» (1940-1948) en l’occurence l’AMX-42 et 44 ainsi que les FCM-42 et 44, des chars légers puissamment armés avec un canon de 47mm.

Bien que la cavalerie n’ait jamais possédé de chars légers mais des automitrailleuses de reconnaissance (AMR), ces petits blindés armés de mitrailleuses vont bien sur figurer dans cette rubrique, la fusion des chars de l’infanterie et de la cavalerie au sein d’une Arme Blindée-Cavalerie voyant les unités de cavalérie s’équiper en terme de chars légers des même chars que les DC en l’occurence les produits FCM et AMX.

Renault FT

Renault FT en version canon avec un canon de 37mm SA modèle 1916

Renault FT en version canon avec un canon de 37mm SA modèle 1916

Préambule

C’est à l’été 1916 que nait l’idée chez Louis Renault d’un char léger. A la différence des futurs Saint Chamond et Schneider, l’idée n’est plus de franchir les tranchées mais d’y plonger et d’en ressortir, bref de coller au terrain, de suivre l’infanterie ce qui aura sur le plan technique et tactique de sérieuses répercussions.

Un an plus tard, la situation de l’armée française est grave. L’échec du Chemin des Dames à provoqué des mutineries qui réprimées démontre que le temps des offensives sanglantes pour gagner quelques centaines de mètres sont révolues. Le général Pétain le résume par cette formule postérieure «J’attends les américains et les chars».

Première véritable guerre industrielle de l’histoire, il faut produire vite de grandes quantités de chars et dans ce domaine, le char léger est nettement plus rapide à produire qu’un char moyen ou un char lourd.

Il est d’abord prévu 300 chars Schneider, 300 chars Saint Chamond, 200 chars FCM (type 1A) et 2400 chars mitrailleurs Renault. A l’automne, les Schneider et Saint Chamond sont passés par les oubliettes, le FCM 1A n’est encore qu’au stade du prototype (stade qu’il ne dépassera pas), laissant seul le char Renault.

Seulement si Renault est une entreprise aux moyens industriels importants, elle ne peut sortir des milliers de chars en quelques mois. Un véritable conglomérat industriel va être mis sur place, mobilisant toutes les ressources de l’industrie automobile et de la sidérurgie, voyant l’alliance contre nature mais imposée par l’état des grands rivaux que sont Renault et Berliet, Schneider et Saint Chamond.

L’ultime réunion de concertation à lieu le 19 octobre 1917 et permet de répartir la commande entre Renault (700 chars), Berliet (800 chars), Somua _filiale de Schneider_ (600 chars) et Delaunay-Belville (280 chars). Sachant que Renault à déjà reçu la commande de 1150 chars, le total des chars légers commandés est donc de 3530 exemplaires qui doivent être tous livrés en juillet 1918.

Bien entendu ce calendrier est hautement irréaliste et ne sera pas tenu d’autant que de nouvelles commandes porte le programme à 4000 chars avec 2000 chars à canon de 37mm, 1100 chars mitrailleurs, 300 chars TSF et 600 chars à canon de 75.

Au printemps 1918, la question du char FT se double d’une question interallié. En vue des offensives prévues en 1918 et 1919, on cherche à standardiser les flottes de chars en mettant au point un nombre réduit de modèles.

Si pour le char lourd c’est le MkVIII Liberty qui est sélectionné, pour le char léger, c’est la petite merveille de Billancourt (qui rappelons à fixé la structure orthodoxe du char de combat _pilote à l’avant, tourelle au milieu et moteur à l’arrière_) qui est choisit pour équiper l’armée britannique et l’armée américaine.

Début mai 1918, une commande supplémentaire de 635 chars est passée portant le total à 4635 chars Renault FT. Cette commande est suivie de commandes régulières pour éviter une rupture de la chaine de fabrication. On parle à l’époque de livrer entre 500 et 1500 chars légers à la Grande Bretagne.

Ces commandes régulières _une idée du ministre de l’Armement Louis Loucheur_ sont d’une remarquable clairvoyance car suite aux succès remportés par le char léger, le GQG (Grand Quartier-Général) demande le 16 septembre 1918 3000 chars supplémentaires (1050 chars canons et 1950 chars mitrailleurs) à livrer au plus tard le 1er juin 1919.

Parallèlement, on espère produire le char Renault aux Etats-Unis avec pas moins de 6000 exemplaires dont 1200 rien que pour la France mais aucun Renault américain ne sera livré à la France.

En ce qui concerne la production, 1036 chars ont été livrés au 30 juin 1918. La cadence s’accélère alors avec l’entrée en ligne des autres constructeurs. C’est ainsi qu’à la fin du mois de septembre 1918, 2731 chars ont été livrés.

Les cadences sont ensuite ralenties par des problèmes d’approvisionnement ainsi que la nécessite de réparer les chars retournés par les armées.

Quand survient l’Armistice du 11 novembre 1918, 7800 chars Renault FT ont été commandés répartis entre Renault (3940), Berliet (1995), Somua (1135) et Delaunay-Belville (700) mais «seulement» 3246 ont été réceptionnés, 627 devant l’être d’ici le 30 novembre alors qu’au total 5260 constructions ont été engagées.

Se pose la question de la poursuite ou non de la fabrication. Si le GQG estime qu’avec 3500 exemplaires ses besoins sont couverts, pour Louis Loucheur, il est improbable pour des raisons industrielles et sociales _en un mot politiques_  de stopper brusquement la fabrication.

Un temps, il espère poursuivre la fabrication jusqu’à 4900 exemplaires mais sur l’insistance de Clemenceau, le nombre sera ramené à 4516 exemplaires dont 3187 exemplaires sortis d’usine avant la fin du premier conflit mondial.

Sur ces 4516 chars (plus un char du souvenir produit en juillet 1920), un certain nombre ont été cédés aux alliés. Avant la fin du conflit, 247 chars (sur 3187 à l’époque) ont été cédés aux alliés en l’occurence, 231 aux Etats-Unis, 12 à la Grande Bretagne et 4 à l’Italie.

La paix revenue, des chars sont cédés à l’étranger. C’est ainsi que novembre 1918 au 1er juillet 1919 sont cédés 12 chars à la Grande Bretagne, 30 à la Finlande, 1 exemplaires à l’Espagne et pas moins de 120 à la Pologne soit un total de 410 chars cédés sur un total de 4517 chars produits, laissant à la France théoriquement 4107 chars.

D’autres chars ayant été ultérieurement cédés à certains pays étrangers, la France ne dispose plus en décembre 1921 «que» de 3588 chars légers destinés à armer 27 bataillons répartis au sein de neuf Régiments de Chars de Combat plus 5 à 600 chars de réserve.

Au 31 décembre 1934, on trouve encore 3499 Renault FT en service même si tous sont loin d’être opérationnels, 30% doivent être cannibalisés pour permettre à la flotte de fonctionner soit tout de même plus de 1000 chars hors service.

Situation en septembre 1939 et son évolution

Quand éclate la guerre de Pologne en septembre 1939, le petit Renault FT est loin d’avoir tiré toute sa révérence même si ses jours sont comptés.

A l’époque, il équipe encore les Bataillons de Chars de Combat (BCC) du temps de paix (Afrique du Nord, Levant), les BCC mis sur pied à la mobilisation à partir des RCC qui deviennent des centres mobilisateurs, des unités indépendantes dans l’Empire ou rattachées aux unités régionales sans oublier un rôle de char de dépannage.

Aux armées, pas moins de huit bataillons disposent chacun de 63 chars Renault FT :

-le le 11ème bataillon affecté au groupement de bataillons de chars 502 de la 4ème armée reçoit au printemps 1940 des Renault R-35 en remplacement du «char de la victoire»

-le 18ème bataillon affecté au groupement de bataillons de chars 516 de la 8ème armée reçoit ultérieurement des Renault R-40

-le 29ème bataillon affecté au groupement de bataillons de chars 513 de la 3ème armée reçoit ultérieurement des Renault R-40

-Le 30ème bataillon affecté au groupement de bataillons de chars 520 de la 3ème armée reçoit ultérieurement des Renault R-40

-Le 31ème bataillon affecté au groupement de bataillons de chars 501 de la 5ème armée reçoit ultérieurement des Renault R-35

-Le 33ème bataillon affecté au groupement de bataillons de chars 518 de la 9ème armée reçoit ultérieurement des Renault R-40

-Le 36ème bataillon affecté au groupement de bataillons de chars 506 de la 8ème armée reçoit ultérieurement des Renault R-40

-Le Bataillon de chars des troupes coloniales reste équipé de Renault FT et est dissous avant son réarmement en véhicules modernes.

On trouve également des chars en instruction, dans les dépôts et les écoles (350 chars), dans les bataillons de manoeuvre (des bataillons mobilisés avec des Renault FT et une poignée de chars modernes en attendant que la livraison suive la mobilisation) (315 chars).

Des chars Renault FT sont affectés aux régiments régionaux pour assurer la défense locale. Au total 192 chars sont répartis en quarante-huit sections de quatre FT 17/31 :

-Les 12ème et 514ème régiments régionaux disposent de quatre sections de chars FT soit seize blindés.

-Les 92ème, 131ème et 142ème régiments régionaux disposent de trois sections de chars FT soit douze blindés

-Les 28ème, 31ème, 41ème, 53ème, 68ème, 77ème,81ème, 157ème, 171ème, 181ème et 216ème régiments régionaux disposent de deux section de chars FT soit huit blindés

-Les 51ème, 91ème, 111ème, 132ème, 143ème, 158ème, 162ème, 203ème et 206ème régiments régionaux disposent d’une seule section.

Ces régiments régionaux étant dissous à la démobilisation, la majorité des Renault FT les équipant vont être feraillés mais certains seront encore en service en septembre 1948 assurant la protection des aérodromes contre les raids de parachutistes.

A la différence de la métropole, les B.C.C déployés dans l’Empire existent dès le paix et eux aussi disposent de Renault FT.

C’est ainsi que le 64ème BCC déployé en Algérie dispose de 45 chars, que le 66ème BCC et une compagnie du 62ème BCC disposent d’un total de 60 chars, que le 63ème BCC disposent de deux compagnies équipées de Renault FT et que 35 chars sont stockés en dépôts ou dans les écoles.

Suite à la démobilisation et avant même celle-ci, le Renault FT est progressivement retiré du service actif, étant dépassé même dans l’Empire. les 62ème et 66ème BCC stationnés au Maroc et le 64ème BCC stationné en Algérie troquent ainsi leurs Renault FT contre des Renault R35 tout comme les 63ème et 68ème BCC stationnés au Levant.

On trouve également des chars FT dans les possessions outre-mer, une section est déployée à Madagascar, une compagnie est déployée à Hanoï, une compagnie est déployée à Saïgon, un détachement motorisé équipé de Renault FT est déployé en Cochinchine, deux sections sont déployés à Tien-Tsin et une compagnie à Shanghai.

La section déployée à Madagascar remplace en 1947 ses Renault FT par des Renault R-35 tout comme les compagnies de chars légers déployées en Indochine, renforçant le Groupement Mécanisé Colonial (GMC) . Les Renault FT  déployés en Chine restent en service.

A noter également que des Renault FT ont été utilisés durant la guerre de Pologne comme chars de servitude selon une note de l’état-major générale datée du 15 novembre 1939 en l’occurence trois pour le dragage de mines, deux pour le transport de ponts Bourguignon et un pour les pionniers.

Quand éclate le second conflit mondial en septembre 1948, seule une infime poignée de Renault FT sont encore en service mais aucun en métropole, y compris pour les taches de servitude ou de défense des aérodromes contre un raid de parachutistes.

Pour les taches définies plus haut, une version spécifique du char équipant le bataillon à été mis sur pied sauf pour les bataillons équipés d’ARL-44 où ce sont les B1bis détourellés qui sont chargés du dépannage. Pour la défense des aérodromes, l’armée de l’air à récupéré des AMR de l’ABC tandis que les régiments régionaux moins nombreux et moins puissants qu’en septembre 1939 ne disposent pas à la mobilisation de chars.

Ecorché d'un Renault FT armé d'une mitrailleuse de 8mm Hotchkiss modèle 1914

Ecorché d’un Renault FT armé d’une mitrailleuse de 8mm Hotchkiss modèle 1914

Caractéristiques Techniques du Renault FT

Poids total : (char-mitrailleur) 6.5 tonnes (char-canon de 37mm) 6.7 tonnes

Dimensions : longueur 4m (5.10m avec la queue passe tranchée) largeur 1.74m hauteur 2.14m

Motorisation : un moteur Renault 4 cylindres développant 35 ch à 1300 tours minutes. Boite à quatre vitesse + une marche arrière. Réservoir de 96 litres d’essence

Vitesse maximale 7.8 km/h, environ 2 km/h en terrain varié Pente 45° Autonomie : 8 heures
Blindage : tourelle blindée à 22 et 16mm, parois verticales 16mm parois obliques 8mm plancher 6mm

Armement : (char-mitrailleur) une mitrailleuse Hotchkiss modèle 1914 de 8mm avec 4800 coups en 50 bandes articulées de 96 cartouches ou un canon de 37mm semi-automatique avec 237 obus. Certains Renault FT mitrailleurs ont été réarmés avec une mitrailleuse Darne de 7.5mm.

Equipage : 2 hommes (mécanicien pilote et chef de char tireur).

21-Armée de terre (39)

Ces trente-deux bataillons doivent normalement former huit groupements tactiques de quatre bataillons placés sous l’autorité des armées déployées aux frontières. Ces groupements portent les numéros 501 à 508.

-La 1ère armée dispose du groupement de bataillons de chars 501  avec le 1er BCC (45 Renault R-40), le 11ème BCC (45 Renault R-35 mod.), le 24ème BCC (45 FCM-42) et le 34ème BCC, un bataillon de mobilisation équipé de 45 FCM-42.

-La 2ème armée dispose du groupement de bataillons de chars 502 avec le 2ème BCC (45 Renault R-40), le 10ème BCC (45 FCM-42), le 18ème BCC équipé de 45 FCM-42 et le 35ème BCC équipé de 45 Renault R-40, ces deux derniers bataillons étant des bataillons de mobilisation.

Hotchkiss H-39

Hotchkiss H-39

-La 3ème armée dispose du groupement de bataillons de chars 503 avec le 3ème BCC (45 Renault R-35 modernisés), le 13ème BCC (45 Hotchkiss H-39), le 21ème BCC (45 AMX-44) et le 36ème BCC (45 AMX-44), ces deux derniers bataillons étant des bataillons de mobilisation.

-La 4ème armée dispose du groupement de bataillons de chars 504 avec le 4ème BCC (45 FCM-42), le 12ème BCC (45 Renault R-40), le 23ème BCC (45 R-40) et le 38ème BCC (45 FCM-42), ces deux derniers bataillons étant des bataillons de mobilisation.

-La 6ème armée dispose du groupement de bataillons de chars 506 (le n°505 est réservé à un potentiel GBCC pour l’armée des Alpes) avec le 6ème BCC (45 Renault R-40), le 20ème BCC (45 Renault R-40), le 31ème BCC (45 AMX-44) et le 40ème BCC (45 AMX-44), ces deux derniers bataillons étant des bataillons de mobilisation.

-La 7ème armée dispose du groupement de bataillons de chars 507 avec le 7ème BCC (45 FCM-42), le 17ème BCC (45 Renault R-40), le 32ème BCC (45 FCM-42) et le 43ème BCC (45 Renault R-40), ces deux derniers bataillons étant des bataillons de mobilisation.

-La 8ème armée dispose du groupement de bataillons de chars 508 avec le 9ème BCC (45 FCM-42), le 22ème BCC (45 Hotchkiss H-39), le 33ème BCC (45 AMX-44) et le 48ème BCC (45 Renault R-40), ces deux derniers bataillons étant des bataillons de mobilisation.

-La 9ème armée dispose du groupement de bataillons 509 avec le 5ème BCC (45 Renault R-35 modernisés), le 16ème BCC (45 Renault R-40), le 29ème BCC (45 Renault R-40) et le 39ème BCC (Renault R-40).

Les Groupements de Reconnaissance de Division d’Infanterie (G.R.D.I.)

A la mobilisation de septembre 1939, les régiments de cavalerie indépendants sont dissous pour former des groupements de reconnaissance, des G.R.D.I ou Groupements de Reconnaissance de Division d’Infanterie et des Groupements de Reconnaissance de Corps d’Armée ou G.R.C.A.

Selon la note d’état-major du 6 août 1923, outre la «substance» des sept RC et des groupes de mitrailleuses, les centres mobilisateurs de la cavalerie mettent sur pied ces groupements tactiques chargés d’éclairer les grandes unités et si nécessaire de mener des combats retardateurs.

Plus précisément, ces unités doivent rechercher le renseignement, prendre contact avec l’ennemi et assurer la sûreté des lignes de surveillance.

Au moment de la guerre de Pologne, sont mis sur pied cinq GRDI motorisés avec des automitrailleuses, deux GRDI motorisés sans automitrailleuses et soixante-deux GRDI type monté, quarante-six pour les divisions d’infanterie métropolitaines et seize pour les divisions d’infanterie nord-africaine et les divisions coloniales.

GRDI type normal

-Un état-major et un peloton de commandement (PC,transmissions, renseignement, éclaireurs motocyclistes, pionniers sapeurs)

Canon de 25mm Hotchkiss modèle 1934

Canon de 25mm Hotchkiss modèle 1934

-Un groupe de deux canons de 25mm antichars

-Un escadron hors-rang (ravitaillement, approvisionnement, dépannage, sanitaire)

-Un escadron de mitrailleuses et de canons antichars (quatre mitrailleuses de 8mm, deux mitrailleuses pour la DCA et deux canons de 25mm)

-Un escadron hippomobile de fusiliers avec un peloton de commandement (avec un mortier de 60mm), un groupe de deux mitrailleuses et quatre pelotons de fusiliers

-Un escadron de fusiliers motocyclistes avec un peloton de commandement (disposant d’un mortier de 60mm) et quatre pelotons de fusiliers motocyclistes

GRDI motorisé avec automitrailleuses

-Un état-major et un peloton de commandement (PC,transmissions, renseignement, éclaireurs motocyclistes, pionniers sapeurs)

-Un groupe de deux canons de 25mm antichars

-Un escadron hors-rang (ravitaillement, approvisionnement, dépannage, sanitaire)

-Un groupe d’escadrons de découverte avec un état-major, un escadron motocycliste (un peloton de commandement et quatre pelotons motocyclistes) et un escadron de découverte (un peloton de commandement et quatre pelotons de trois AMD puis ultérieurement quatre pelotons de quatre)

-Un groupe d’escadrons de reconnaissance avec un état major, un escadron motocycliste et un escadron de reconnaissance disposant de vingt AMR, modèle 33 ou 35, armées soit d’une mitrailleuse de 7.5 ou d’une mitrailleuse de 13.2mm.

AMR modèle 1933

AMR modèle 1933

-Un escadron de mitrailleuses et canons de 25mm avec un peloton de commandement, un peloton de mitrailleurs motocyclistes équipés de quatre mitrailleuses, un peloton de 4 canons de 25mm sur voitures blindées et un groupe de canons de 25mm sur camionnettes remplacées ultérieurement par des Renault ZT2 et ZT3 à canon de 25mm et mitrailleuse de 7.5mm, le premier en tourelle et le second en casemate.

GRDI motorisés sans automitrailleuses

Ce modèle ne concerne que les 2ème et 5ème GRDI qui ayant reçut leurs automitrailleuses et leurs chars légers fait que ce modèle disparaît début 1940. Pour mémoire voici comme un Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie de ce type était organisé :

-Un état-major et un peloton de commandement (PC, transmissions, renseignement, éclaireurs motocyclistes et pionniers sapeurs)

-Un escadron hors rang (ravitaillement, approvisionnement, dépannage, sanitaire)

-Un escadron de mitrailleuses et de canons antichars (huit mitrailleuses et quatre canons de 25mm)

-Deux escadrons de fusiliers motocyclistes avec un peloton de commandement (disposant d’un mortier de 60mm) et quatre pelotons de fusiliers motocyclistes.

21-Armée de terre (38)

A l’issue de la démobilisation, sur les cinquante et un bataillons mis sur pied, les vingt-trois bataillons d’active sont maintenus, étant affectés pour certains aux DC, les autres étant affectés (mais non intégrés) aux sept divisions d’infanterie motorisées et aux dix divisions d’infanterie du Nord-Est soit un total de dix-sept BCC. Les groupements de B.C.C sont dissous.

En retirant neuf bataillons affectés aux DC, il reste quatorze BCC ce qui nécessite le maintien en ligne de quatre bataillons de réserve, les 6ème, 11ème et 13ème BCC, le 30ème BCC ralliant la Corse avec des Renault R-40 en remplacement de ses Renault FT.

Le bataillon de chars de forteresse (51ème BCF ex-BCC) remplace ses FCM F2 par des FCM F1.

Les bataillons de chars de combat déployés en Afrique du Nord (non compris dans le total de 51) restent déployés au Maroc (62ème et 66ème BCC) en Algérie (64ème BCC) et en Tunisie (61ème 65ème et 67ème) mais leur équipement évolu, les Renault FT sont remplacés par des R-35 ou des R-40, les chars D-1 sont remplacés par des AMX-42 plus légers mais plus moderne. Au Levant, les 63ème et 68ème BCC conservent leurs R-35.

Il est prévu à la mobilisation que les groupements de B.C.C soient reconstitués, huit groupements de quatre bataillons, un par armée à l’exception de la 5ème armée ou armée des Alpes qui ne disposait que comme unité de chars que de la 6ème D.L.M. .

Entre septembre 1940 et août 1948, l’équipement des Bataillons de Chars de Combat évolue de la façon suivante :

-1er BCC : Il conserve ses Renault R-35 jusqu’en septembre 1946 quand ils sont remplacés par des Renault R-40 plus efficaces. Il est rattaché en temps de paix à la 10ème Division d’Infanterie.

-2ème BCC : Il conserve ses Renault R-35 jusqu’en mars 1947 quand ils sont remplacés par des Renault R-40 plus efficaces. Il est rattaché à la 11ème DI/DIM.

-3ème BCC : Il conserve ses Renault R-35 jusqu’en août 1948, des chars modernisés avec le canon de 47mm SA35 en remplacement du canon de 37mm SA18. Il est rattaché à la 13ème DI.

FCM-36 descendant d'un camion

FCM-36 descendant d’un camion

-4ème BCC : Il conserve ses FCM 36 jusqu’en juin 1948 quand il est remplacé par le FCM-42, une version améliorée de ce char avec notamment un canon de 47mm SA35. Il est rattaché à la 14ème DI.

-5ème BCC : Il conserve ses Renault R-35 jusqu’en août 1948, des chars modernisés avec le canon de 47mm SA35 en remplacement du canon de 37mm SA18. Il est rattaché à la 19ème DI.

-6ème BCC : bataillon de réserve, il est pérennisé après la démobilisation et conserve ses Renault R-35 jusqu’en mars 1947 quand ils sont remplacés par des Renault R-40. Il est rattaché à la 21ème DI.

-7ème BCC : Il conserve ses FCM 36 jusqu’en juillet 1948 quand ils sont remplacés par le FCM-42, une version améliorée de ce char avec notamment un canon de 47mm SA35. Il est rattaché à la 23ème DI

-8ème BCC : Équipé de B1bis, affecté à la 2ème Division Cuirassée

-9ème BCC : Il conserve ses Renault R-35 jusqu’à l’automne 1945 quand il les remplace par des FCM-42. Il est affecté à la 36ème DI.

-10ème BCC : Il conserve ses Renault R-35 jusqu’au printemps 1946 quand ils sont remplacés par des FCM-42. Il est affecté à la 42ème DI.

-11ème BCC : bataillon de réserve, il est mis sur pied avec des vénérables Renault FT qui sont remplacés fin 1939 par des Renault R-35. Survivant à la démobilisation, il conserve ses R-35 jusqu’en août 1948, des chars modernisés avec le canon de 47mm SA35 en remplacement du canon de 37mm SA18. Il est rattaché à la 43ème DI.

-12ème BCC : Il conserve ses Renault R-35 jusqu’en mars 1942 quand ses engins à bout de souffle sont remplacés par des Renault R-40 qui équipe encore le bataillon en août 1948. Il est rattaché à la 1ère Division d’Infanterie Motorisée.

-13ème BCC : régiment de réserve, mis sur pied avec des Hotchkiss H-35 de piètre qualité, il le remplace début 1942 par des Hotchkiss H-39 qui équipent encore le B.C.C quand éclate le second conflit mondial en septembre 1948. Il est rattaché à la 3ème Division d’Infanterie Motorisée.

-14ème BCC : équipé de Hotchkiss H-39, il intègre la 2ème Division Cuirassée

-15ème BCC : équipé de B1bis, il intègre la 2ème Division Cuirassée

-16ème BCC : équipé de Renault R-35, il les remplace fin 1941 par des Renault R-40 plus modernes et plus efficaces. Il est rattaché à la 5ème Division d’Infanterie Motorisée.

-17ème BCC : équipé de Renault R-35, il les remplace en mars 1942 par des Renault R-40 qui équipent toujours le bataillon en août 1948. Il est rattaché à la 9ème DIM.

-18ème BCC : équipé de Renault FT, ce bataillon si la guerre s’était prolongé aurait été rééquipé avec un char plus moderne mais il est dissous en juin 1940

-19ème BCC : seul bataillon équipé de chars moyens D2, il intègre fin 1940 la 4ème Division Cuirassée

-20ème BCC : équipé de Renault R-35, il les remplace à partir de juin 1943 par des Renault R-40 plus modernes dont il dispose toujours en août 1948. Rattaché à la 12ème DIM.

-21ème BCC : équipé de Renault R-35, ce bataillon de réserve est dissous en août 1940, son matériel stocké.

-22ème BCC : équipé de Renault R-35, ce bataillon reçoit en septembre 1942, des Hotchkiss H-39 jugés plus efficaces qui équipent toujours le bataillon en août 1948. Il est rattaché à la 15ème DIM.

-23ème BCC : équipé de Renault R-35, ce bataillon de réserve est dissous et son personnel démobilisé en août 1940, son matériel stocké.

-24ème BCC : équipé de Renault R-35, ce bataillon reçoit en mars 1944, des FCM-42 dont il dispose toujours en septembre 1948 et avec lesquels il assure le soutien de la 25ème DIM.

-Les 25ème et 26ème BCC équipés de Hotchkiss H-39 sont intégrés à la 1ère Division Cuirassée

-Le 27ème BCC équipé de Hotchkiss H-39 intègre la 2ème Division Cuirassée

-La 28ème BCC équipé de B1bis intègre la 1ère Division Cuirassée

-Le 29ème BCC équipé de Renault FT est dissous et son personnel démobilisé en juin 1940

-Le 30ème BCC équipé à la mobilisation de Renault FT reçoit à l’été 1940, des Renault R-40 et rejoint Bastia et la Corse pour en renforcer la défense.

-Le 31ème BCC équipé de Renault FT est dissous et son personnel démobilisé en juillet 1940

-Le 32ème BCC équipé à la mobilisation de Renault FT, reçoit ensuite des R-35 mais cela ne l’empêche pas d’être dissous et son personnel démobilisé en juin 1940.

-Le 33ème BCC équipé de Renault FT est dissous et son personnel démobilisé en juin 1940

-Le 34ème BCC équipé de Renault R-35 est dissous et son personnel démobilisé en juin 1940

-Le 35ème BCC équipé de Renault R-35 est dissous et son personnel démobilisé en juin 1940

-Le 36ème BCC équipé de Renault FT est dissous et son personnel démobilisé en juin 1940

-Le 37ème BCC équipé de chars B1 puis B1bis intègre à sa création la 1ère Division Cuirassée

-Le 38ème BCC équipé de Hotchkiss H-35 est dissous et son personnel démobilisé en juin 1940

-Le 39ème BCC équipé de Renault R-35  est dissous et son personnel démobilisé en juillet 1940

-Le 40ème BCC équipé de Renault R-40  est dissous et son personnel démobilisé en septembre 1940

-Le 41ème BCC équipé de B1bis intègre la 3ème Division Cuirassée à sa création

-Le 42ème BCC équipé de Hotchkiss H-39 intègre la 3ème Division Cuirassée à sa création

-Le 43ème BCC équipé de Renault R-35  est dissous et son personnel démobilisé en juillet 1940

-Le 44ème BCC équipé de Renault R-35 puis de Hotchkiss H-39 intègre la 4ème Division Cuirassé à sa création.

-Le 45ème BCC (ex-Bataillon de Chars de la Gendarmerie) équipé de Hotchkiss H-39 intègre la 3ème Division Cuirassée à sa création

-Le 46ème BCC équipé de B1bis intègre dès sa création la 4ème Division Cuirassée

-Le 47ème BCC équipé de B1bis intègre dès sa création la 4ème Division Cuirassée

-Le 48ème BCC équipé de Renault R-40  est dissous et son personnel démobilisé en juillet 1940

-Le 49ème BCC équipé de B1bis intègre dès sa création la 3ème Division Cuirassée.

-Le 50ème BCC qui devait être créé avec des chars légers n’est finalement pas mis sur pied

-Le 51ème BCC devenu ensuite le 51ème BCF reste maintenu en ligne avec sept FCM 2C en attendant l’arrivée de FCM F1 plus modernes même si beaucoup d’officiers s’interrogent sur l’utilité de chars aussi lourds.

A l’issue de la démobilisation, on trouve donc dix-sept BCC stationnés en métropole et un en Corse, quatorze étant équipés de Renault R35, deux étant équipés de FCM 36, un équipé de H-35 et un équipé de R-40.

En Afrique du Nord et au Levant, les bataillons encore équipés de Renault FT reçoivent des R-35 (conservés par les 63ème et 68ème), nombre de R35 étant des véhicules issus des stocks de métropole.

Entre septembre 1940 et août 1948, l’équipement des BCC évolue grandement, de nouveaux modèles de chars sont mis en service. Peu avant la mobilisation, les dix-huit BCC déployés en métropole et en Corse sont équipés de Renault R-40 pour huit d’entre-eux, de FCM-42 pour cinq bataillons de chars de combat, de Renault R-35 pour trois d’entre-eux et enfin de Hotchkiss H-39 pour les deux derniers.

Huit bataillons de quartier général sont mis sur pied entre juin 1941 et juin 1943, huit bataillons de trente-quatre B1ter, version améliorée du B1bis.

Ces bataillons numérotés 70 à 77 sont encore équipés de ces chars en septembre 1948 même si le remplacement de ces chars par des ARL-44 était prévue.

Quinze B.C.C sont mis sur pied à la mobilisation en août/septembre 1948, des bataillons sont numérotés 18ème BCC, 21ème BCC, 23ème BCC, 29ème BCC, 31ème au 36ème BCC, 38ème BCC, 39ème BCC, 40ème BCC, 43ème BCC et 48ème BCC, des bataillons équipés à la mobilisation de R-35 et de FCM-36 qui sont rapidement remplacés par des R-40 pour six bataillons, par des FCM-42 pour quatre BCC et par des AMX-44 pour les cinq derniers.

Cela nous donne un total de quatorze bataillons équipés de R-40, neuf bataillons équipés de FCM-42, de trois bataillons équipés de Renault R-35, de deux bataillons Hotchkiss H-39 et de cinq bataillons équipés d’AMX-44 soit trente-trois bataillons déployés en métropole (un en Corse et trente-deux sur le continent).

A l’issue de la démobilisation, sur les cinquante et un bataillons mis sur pied, les vingt-trois bataillons d’active sont maintenus, étant affectés pour certains aux DC, les autres étant affectés (mais non intégrés) aux sept divisions d’infanterie motorisées et aux dix divisions d’infanterie du Nord-Est soit un total de dix-sept BCC. Les groupements de B.C.C sont dissous.

En retirant neuf bataillons affectés aux DC, il reste quatorze BCC ce qui nécessite le maintien en ligne de quatre bataillons de réserve, les 6ème, 11ème et 13ème BCC, le 30ème BCC ralliant la Corse avec des Renault R-40 en remplacement de ses Renault FT.

Le bataillon de chars de forteresse (51ème BCF ex-BCC) remplace ses FCM F2 par des FCM F1.

Les bataillons de chars de combat déployés en Afrique du Nord (non compris dans le total de 51) restent déployés au Maroc (62ème et 66ème BCC) en Algérie (64ème BCC) et en Tunisie (61ème 65ème et 67ème) mais leur équipement évolu, les Renault FT sont remplacés par des R-35 ou des R-40, les chars D-1 sont remplacés par des AMX-42 plus légers mais plus moderne. Au Levant, les 63ème et 68ème BCC conservent leurs R-35.

Il est prévu à la mobilisation que les groupements de B.C.C soient reconstitués, huit groupements de quatre bataillons, un par armée à l’exception de la 5ème armée ou armée des Alpes qui ne disposait que comme unité de chars que de la 6ème D.L.M. .

Entre septembre 1940 et août 1948, l’équipement des Bataillons de Chars de Combat évolue de la façon suivante :

-1er BCC : Il conserve ses Renault R-35 jusqu’en septembre 1946 quand ils sont remplacés par des Renault R-40 plus efficaces. Il est rattaché en temps de paix à la 10ème Division d’Infanterie.

-2ème BCC : Il conserve ses Renault R-35 jusqu’en mars 1947 quand ils sont remplacés par des Renault R-40 plus efficaces. Il est rattaché à la 11ème DI/DIM.

-3ème BCC : Il conserve ses Renault R-35 jusqu’en août 1948, des chars modernisés avec le canon de 47mm SA35 en remplacement du canon de 37mm SA18. Il est rattaché à la 13ème DI.

-4ème BCC : Il conserve ses FCM 36 jusqu’en juin 1948 quand il est remplacé par le FCM-42, une version améliorée de ce char avec notamment un canon de 47mm SA35. Il est rattaché à la 14ème DI.

-5ème BCC : Il conserve ses Renault R-35 jusqu’en août 1948, des chars modernisés avec le canon de 47mm SA35 en remplacement du canon de 37mm SA18. Il est rattaché à la 19ème DI.

-6ème BCC : bataillon de réserve, il est pérénisé après la démobilisation et conserve ses Renault R-35 jusqu’en mars 1947 quand ils sont remplacés par des Renault R-40. Il est rattaché à la 21ème DI.

-7ème BCC : Il conserve ses FCM 36 jusqu’en juillet 1948 quand ils sont remplacés par le FCM-42, une version améliorée de ce char avec notamment un canon de 47mm SA35. Il est rattaché à la 23ème DI

-8ème BCC : Equipé de B1bis, affecté à la 2ème Division Cuirassée

-9ème BCC : Il conserve ses Renault R-35 jusqu’à l’automne 1945 quand il les remplace par des FCM-42. Il est affecté à la 36ème DI.

-10ème BCC : Il conserve ses Renault R-35 jusqu’au printemps 1946 quand ils sont remplacés par des FCM-42. Il est affecté à la 42ème DI.

-11ème BCC : bataillon de réserve, il est mis sur pied avec des vénérables Renault FT qui sont remplacés fin 1939 par des Renault R-35. Survivant à la démobilisation, il conserve ses R-35 jusqu’en août 1948, des chars modernisés avec le canon de 47mm SA35 en remplacement du canon de 37mm SA18. Il est rattaché à la 43ème DI.

-12ème BCC : Il conserve ses Renault R-35 jusqu’en mars 1942 quand ses engins à bout de souffle sont remplacés par des Renault R-40 qui équipe encore le bataillon en août 1948. Il est rattaché à la 1ère Division d’Infanterie Motorisée.

-13ème BCC : régiment de réserve, mis sur pied avec des Hotchkiss H-35 de piètre qualité, il le remplace début 1942 par des Hotchkiss H-39 qui équipent encore le B.C.C quand éclate le second conflit mondial en septembre 1948. Il est rattaché à la 3ème Division d’Infanterie Motorisée.

-14ème BCC : équipé de Hotchkiss H-39, il intègre la 2ème Division Cuirassée

-15ème BCC : équipé de B1bis, il intègre la 2ème Division Cuirassée

-16ème BCC : équipé de Renault R-35, il les remplace fin 1941 par des Renault R-40 plus modernes et plus efficaces. Il est rattaché à la 5ème Division d’Infanterie Motorisée.

-17ème BCC : équipé de Renault R-35, il les remplace en mars 1942 par des Renault R-40 qui équipent toujours le bataillon en août 1948. Il est rattaché à la 9ème DIM.

-18ème BCC : équipé de Renault FT, ce bataillon si la guerre s’était prolongé aurait été rééquipé avec un char plus moderne mais il est dissous en juin 1940

-19ème BCC : seul bataillon équipé de chars moyens D2, il intègre fin 1940 la 4ème Division Cuirassée

-20ème BCC : équipé de Renault R-35, il les remplace à partir de juin 1943 par des Renault R-40 plus modernes dont il dispose toujours en août 1948. Rattaché à la 12ème DIM.

-21ème BCC : équipé de Renault R-35, ce bataillon de réserve est dissous en août 1940, son matériel stocké.

-22ème BCC : équipé de Renault R-35, ce bataillon reçoit en septembre 1942, des Hotchkiss H-39 jugés plus efficaces qui équipent toujours le bataillon en août 1948. Il est rattaché à la 15ème DIM.

-23ème BCC : équipé de Renault R-35, ce bataillon de réserve est dissous et son personnel démobilisé en août 1940, son matériel stocké.

-24ème BCC : équipé de Renault R-35, ce bataillon reçoit en mars 1944, des FCM-42 dont il dispose toujours en septembre 1948 et avec lesquels il assure le soutien de la 25ème DIM.

-Les 25ème et 26ème BCC équipés de Hotchkiss H-39 sont intégrés à la 1ère Division Cuirassée

-Le 27ème BCC équipé de Hotchkiss H-39 intègre la 2ème Division Cuirassée

-La 28ème BCC équipé de B1bis intègre la 1ère Division Cuirassée

-Le 29ème BCC équipé de Renault FT est dissous et son personnel démobilisé en juin 1940

-Le 30ème BCC équipé à la mobilisation de Renault FT reçoit à l’été 1940, des Renault R-40 et rejoint Bastia et la Corse pour en renforcer la défense.

-Le 31ème BCC équipé de Renault FT est dissous et son personnel démobilisé en juillet 1940

-Le 32ème BCC équipé à la mobilisation de Renault FT, reçoit ensuite des R-35 mais cela ne l’empêche pas d’être dissous et son personnel démobilisé en juin 1940.

-Le 33ème BCC équipé de Renault FT est dissous et son personnel démobilisé en juin 1940

-Le 34ème BCC équipé de Renault R-35 est dissous et son personnel démobilisé en juin 1940

-Le 35ème BCC équipé de Renault R-35 est dissous et son personnel démobilisé en juin 1940

-Le 36ème BCC équipé de Renault FT est dissous et son personnel démobilisé en juin 1940

-Le 37ème BCC équipé de chars B1 puis B1bis intègre à sa création la 1ère Division Cuirassée

-Le 38ème BCC équipé de Hotchkiss H-35 est dissous et son personnel démobilisé en juin 1940

-Le 39ème BCC équipé de Renault R-35 est dissous et son personnel démobilisé en juillet 1940

-Le 40ème BCC équipé de Renault R-40 est dissous et son personnel démobilisé en septembre 1940

-Le 41ème BCC équipé de B1bis intègre la 3ème Division Cuirassée à sa création

-Le 42ème BCC équipé de Hotchkiss H-39 intègre la 3ème Division Cuirassée à sa création

-Le 43ème BCC équipé de Renault R-35 est dissous et son personnel démobilisé en juillet 1940

-Le 44ème BCC équipé de Renault R-35 puis de Hotchkiss H-39 intègre la 4ème Division Cuirassé à sa création.

-Le 45ème BCC (ex-Bataillon de Chars de la Gendarmerie) équipé de Hotchkiss H-39 intègre la 3ème Division Cuirassée à sa création

-Le 46ème BCC équipé de B1bis intègre dès sa création la 4ème Division Cuirassée

-Le 47ème BCC équipé de B1bis intègre dès sa création la 4ème Division Cuirassée

-Le 48ème BCC équipé de Renault R-40 est dissous et son personnel démobilisé en juillet 1940

-Le 49ème BCC équipé de B1bis intègre dès sa création la 3ème Division Cuirassée.

-Le 50ème BCC qui devait être créé avec des chars légers n’est finalement pas mis sur pied

-Le 51ème BCC devenu ensuite le 51ème BCF reste maintenu en ligne avec sept FCM 2C en attendant l’arrivée de FCM F1 plus modernes même si beaucoup d’officiers s’interrogent sur l’utilité de chars aussi lourds.

A l’issue de la démobilisation, on trouve donc dix-sept BCC stationnés en métropole et un en Corse, quatorze étant équipés de Renault R35, deux étant équipés de FCM 36, un équipé de H-35 et un équipé de R-40.

En Afrique du Nord et au Levant, les bataillons encore équipés de Renault FT reçoivent des R-35 (conservés par les 63ème et 68ème), nombre de R35 étant des véhicules issus des stocks de métropole.

Entre septembre 1940 et août 1948, l’équipement des BCC évolue grandement, de nouveaux modèles de chars sont mis en service. Peu avant la mobilisation, les dix-huit BCC déployés en métropole et en Corse sont équipés de Renault R-40 pour huit d’entre-eux, de FCM-42 pour cinq bataillons de chars de combat, de Renault R-35 pour trois d’entre-eux et enfin de Hotchkiss H-39 pour les deux derniers.

Huit bataillons de quartier général sont mis sur pied entre juin 1941 et juin 1943, huit bataillons de trente-quatre B1ter, version améliorée du B1bis.

Ces bataillons numérotés 70 à 77 sont encore équipés de ces chars en septembre 1948 même si le remplacement de ces chars par des ARL-44 était prévue.

Quinze B.C.C sont mis sur pied à la mobilisation en août/septembre 1948, des bataillons sont numérotés 18ème BCC, 21ème BCC, 23ème BCC, 29ème BCC, 31ème au 36ème BCC, 38ème BCC, 39ème BCC, 40ème BCC, 43ème BCC et 48ème BCC, des bataillons équipés à la mobilisation de R-35 et de FCM-36 qui sont rapidement remplacés par des R-40 pour six bataillons, par des FCM-42 pour quatre BCC et par des AMX-44 pour les cinq derniers.

Cela nous donne un total de quatorze bataillons équipés de R-40, neuf bataillons équipés de FCM-42, de trois bataillons équipés de Renault R-35, de deux bataillons Hotchkiss H-39 et de cinq bataillons équipés d’AMX-44 soit trente-trois bataillons déployés en métropole (un en Corse et trente-deux sur le continent).

21-Armée de terre (25)

Aux côtés de l’aristocratique cavalerie, nous trouvons «la roture», l’arme des chars de l’infanterie qui en septembre 1939 n’est à peine âgée que de vingt ans, un gamin à côté de l’immémoriale cavalerie qui pouvait à bon droit se réclamer de l’antique chevalerie.

En attendant la création ou du mois la concrétisation des divisions à base de chars, les principales unités de chars sont les bataillons de chars de combat.

Le 23 août 1939 en vertu de décisions antérieures, les douze régiments de chars de combat sont dissous pour donner naissance à des bataillons de chars de combat.

Les état-majors des régiments dissous forment autant de centres mobilisateurs auxquels s’ajoute un treizième créé ex-nihilo.

Vingt-trois bataillons de chars de combat d’active voient le jour. Devenus autonomes, ils prennent des numéros n’ayant rien à voir avec leur ancien régiment (1er au 5ème BCC, 7ème au 10ème BCC, 12ème BCC, 14ème au 17ème BCC, 19ème BCC, 20ème BCC, 22ème BCC, 24 au 28ème BCC, 37ème BCC).

Char de forteresse ou de percée FCM 2C

Char de forteresse ou de percée FCM 2C équipant une unique unité, le 51ème BCC

A ces vingt-trois bataillons d’active s’ajoutent seize bataillons mis sur pied avec des réservistes (6ème, 11ème, 13ème, 18ème, 21ème, 23ème, 29ème à 36ème, 38ème et 39ème bataillon), le 51ème BCC équipés de monstrueux FCM 2C et le bataillon de char des troupes coloniales (BCTC).

D’autres bataillons sont mis sur pied au printemps 1940. Certains de ces bataillons vont ainsi former les Dcr mais la plupart vont renouveler leur équipement (notamment ceux équipés de Renault FT) en restant attachés au soutien de l’infanterie, formant des groupements rattachés aux armées mobilisées depuis septembre 1939.

Char lourd B1bis

Char lourd B1bis

Le nombre de bataillons va au final atteindre cinquante et un avec deux nouveaux bataillons de chars lourds B1/B1bis _à la base des quatre Dcr_ portant leur nombre à huit (soit deux par division), un bataillon de chars d’intervalle FCM 2C, un bataillon de chars moyens D2 et quarante et un bataillons de chars légers.

A l’issue de la démobilisation, sur les cinquante et un bataillons mis sur pied, les vingt-trois bataillons d’active sont maintenus, étant affectés pour certains aux DC, les autres étant affectés (mais non intégrés) aux sept divisions d’infanterie motorisées et aux dix divisions d’infanterie du Nord-Est soit un total de dix-sept BCC.

En retirant neuf bataillons affectés aux DC, il reste quatorze BCC ce qui nécessite le maintien en ligne de trois bataillons de réserve, les 6ème, 11ème et 13ème BCC, le 30ème BCC ralliant la Corse avec des Renault R-40 en remplacement de ses Renault FT.

Le bataillon de chars de forteresse (51ème BCF ex-BCC) remplace ses FCM F2 par des FCM F1.

Renault R-35

Renault R-35

Les bataillons de chars de combat déployés en Afrique du Nord (non compris dans le total de 51) restent déployés au Maroc (62ème et 66ème BCC) en Algérie (64ème BCC) et en Tunisie (61ème 65ème et 67ème) mais leur équipement évolu, les Renault FT sont remplacés par des R-35 ou des R-40, les chars D-1 sont remplacés par des AMX-42 plus légers mais plus moderne. Au Levant, les 63ème et 68ème BCC conservent leurs R-35.
Ultérieurement sont mis sur pied huit bataillons de quartiers général numérotés 70 à 77ème BCC, des bataillons équipés de B1ter et qui constituent une réserve mobile utile en cas d’assaut ou cas de combat défensif, le B1ter bien que moins efficace que l’ARL-44 restant un engin redoutable si il est bien employé.

La mise sur pied de deux nouvelles Divisions Cuirassées entraine la création de huit nouveaux BCC numérotés de 50 à 57, les 50ème, 52ème, 54ème et 56ème étant équipés d’ARL-44, les 51ème, 53ème, 55ème et 57ème disposant comme monture du Renault G1.

Prototype de l'ARL-44

Prototype de l’ARL-44

En cas de guerre, il est prévu de créer quinze nouveaux bataillons de chars de combat portant leur nombre à quarante, ces quarante bataillons devant former normalement des groupements à l’échelle du corps d’armée ou de l’armée, chaque groupement devant disposer de deux à quatre B.C.C mis à la disposition des Divisions d’Infanterie pour leur fournir une capacité antichar et un punch supplémentaire et bienvenu.

On trouve également deux brigades cuirassées, les 1ère et 2ème brigades qui annoncent les divisions cuirassées de réserve qui doivent disposer dans un premier temps une demi-brigade à deux bataillons de chars lourds équipés de B1bis et une demi-brigade à deux bataillons de chars légers équipés de Hotchkiss H-39 en attendant un char spécifiquement conçu pour ce rôle sans oublier deux bataillons de chasseurs portés (issus des chasseurs à pieds ou créer spécifiquement pour ce rôle), un régiment d’artillerie motorisé et un groupe de canons d’assaut pour soutenir les chars au plus près.

Un groupement cuirassé regroupe ces deux brigades qui deviennent début 1940 des divisions. Il doit à la fois servir d’organe de commandement et de servir d’organe de formation et d’aguerrissement. Il est à l’origine du Corps d’Armée Cuirassé qui lui succède en décembre 1941, un C.A.C qui se dédoubla en deux C.A.C, la mise en œuvre de six DC étant des plus compliqués et manquant de souplesse.