Le Conflit (113) Europe Occidentale (79)

Ordre de Bataille allemand (2) : Luftwaffe

En guise d’avant propos

Tout comme les forces terrestres, les forces aériennes sont réorganisées à l’issue de l’échec ou de la demi réussite de l’opération NIBELUNGEN.

Deux Corps Aériens numérotés XV et XVI regroupent des unités de chasse, de chasse lourde, de bombardement, d’attaque, de reconnaissance et de transport, le tout sous l’autorité d’une Flotte Aérienne, la Luftflotte Frankreich.

-Luftflotte Frankreich

-XV. FliegerKorps

-Un Etat-Major

-Six Gruppen de Chasse : I./JG-27 (Messerschmitt Me-109G) II./JG-27 (Messerschmitt Me-109H), III./JG-27 (Messerschmitt Me-109K), IV./JG-77 (Messerschmitt Me-109L), I./JG-77 (Messerschmitt Me-109K), II./JG-77 (Messerschmitt Me-109L)

-Deux Gruppen de chasse lourde : II./ZG-2 (Messerschmitt Me-210B) et III./ZG-2 (Messerschmitt Me-410 Hornisse)

-Sept Gruppen d’attaque et de bombardement :

-2.Kampfgeschwader : I./KpfG-2, II./Kpfg-2 et III./KpfG-2 volant sur Dornier Do-317

-41.Kampfgeschwader : I./KpfG-41, II./KpfG-41, III./KpfG-41 (Focke-Wulf Fw-190H) et IV./KpfG-41 (Henschel Hs-129)

-53.KampfGeschwader : I./KpfG-53, II./KpfG-53 et III./KpfG-53 (Junkers Ju-288)

-Deux Gruppen de bombardement en piqué : I./Stkpfg-1 (Junkers Ju-187) et III./Stkpfg-1 (Junkers Ju-187)

-Un Gruppen de reconnaissance : l’Aufklärunggruppe 122 : Focke-Wulf Fw-189 et Fieseler Fi-156 Storch

-Un Gruppen de transport : le III./TransportGeschwader 3 volant sur une flotte mixte Junkers Ju-52/3m et Ju-90.

-XVI.FliegerKorps

-Quatre gruppen de chasse : I./JG-3 (Messerschmitt Me-109L) II./JG-3 (Messerschmitt Me-109K) III./JG-3 (Messerschmitt Me-109L) et IV./JG-3 (Messerschmitt Me-109L)

-Trois gruppen de chasse lourde : les I./ZG-5 et III./ZG-5 volant sur Messerschmitt Me-410A Hornisse

-Quatre gruppen de bombardement et d’attaque : II./Kpfg-4 (Dornier Do-217), II./Kpfg-4 (Dornier Do-217), II./Kpfg-42 et IV./Kpfg-42 (Focke-Wulf Fw-190G)

-Deux gruppen de bombardement en piqué : I./Stkpfg-2 (Ju-187) et II./Stkpfg-2 (Ju-187)

-Un Gruppen de reconnaissance : le Aufklarunggruppe 123 volant sur Focke-Wulf Fw-189 et Fieseler Fi-156 soit 36 appareils de reconnaissance

-Un Gruppen de transport : le I./TransportGeschwader 3 disposant de Junkers Ju-90 et de planeurs remorqués par des Do-17.

Ordre de Bataille allemand (3) : Kriegsmarine

En guise d’avant-propos

Avec une géographie aussi contrainte et des moyens limités, la Kriegsmarine ne joue qu’un rôle secondaire dans le dispositif allemand en France en particulier et à l’ouest en général. Seule exception la défense côtière qui est son domaine réservée, les tentatives de la Heer pour prendre le contrôle total ou partiel de cette mission ont été très vite contrecarrés.

Les navires déployés sont donc essentiellement des vedettes lance-torpilles, des patrouilleurs et des escorteurs plus ou moins improvisés. Certains sous-marins parvenant à échapper aux escorteurs alliés pourraient aider à la défense de ce glacis, de ce limes protégeant le Vaterland.

La marine de guerre allemande ne se fait donc pas d’illusion sur ses capacités à repousser une offensive alliée décidée. Les alliés eux de leur côté n’ont pas prévu de déployer des moyens navals importants pour la future opération AVALANCHE probablement des croiseurs et des destroyers pour neutraliser les batteries côtières et appuyer l’avancée des troupes amies.

-Hauptquartier der deutschen Seestreitkräfte im Westen (Etat-Major des Forces Navales Allemandes à l’Ouest)

Cet etat-major est implanté à Dieppe dans des blockhaus profondément enterrés, blockhaus abandonnés par les allemands durant le conflit. Ils ont été redécouverts en 1980 quand le bâtiment construit dessus s’est effondré, créant un véritable gouffre.

-Kusten Artillerie Kommando-West (KAK-W)

Dès la fin de la Campagne de France (1949), les allemands se préoccupent de mettre en état de défense les différents ports qu’ils contrôlent sur les côtes de la Manche. Il est peu probable que ces ports puissent servir pour un débarquement en Angleterre.

Non seulement les alliés contrôlent le sud de la Seine et sont trop proches mais en plus les ports ont été tellement ravagés par les combats et les sabotages que leur remise en état demanderait des mois voir même des années.

Ils peuvent néanmoins intéresser les alliés pour l’hinterland (l’arrière pays) qu’ils contrôlent. Voilà pourquoi les premiers blockhaus ne tardent pas à émerger sur les côtes néerlandaises, françaises et belges.

Impossible et peut être inutile de tout fortifier. En revanche certains points sensibles peuvent être autant de Festung sur lesquels peut s’organiser la résistance.

Une partie des fortifications françaises est reprise par les allemands que ce soit à Dunkerque ou à Calais. Ailleurs cependant il faut partir de zéro notamment à Boulogne sur Mer, Fécamp, Dieppe, Abbeville et au Havre.

Les premiers plans sont grandioses avec des batteries lourdes de 406mm mais très vite on fait comprendre à tous le monde que la fortification des côtes occidentales n’est pas prioritaire (le contraire aurait été étonnant).

On va donc faire feu de tout bois (NdA comme dit-on Système D en allemand ?) en récupérant des pièces d’artillerie lourde sur voie ferrée, des canons ennemis capturés sur le champ de bataille avec tous les problèmes en terme de munitions.

Sur le plan de l’organisation, chaque port dispose d’un KustenArtillerieGruppen (KAG) autonome disposant d’un certain nombre de pièces lourdes, médianes et légères. Elles sont disposées sur des emplacements bétonnés avec toutes les installations auxiliaires attendues dans ce genre de cas à savoir poste d’observation et de conduite de tir, blockhaus de commandement, blockhaus de logement, blockhaus-infirmerie, blockhaus pour munitions.

Comme un assaut de type commando n’est pas à exclure, des défenses terrestres sont prévues avec essentiellement des mitrailleuses, des canons antichars et parfois quelques «puits à mortier». Bien entendu les mines, les barbelés, les pièges divers et variés ne sont pas oubliés.

-KustenArtillerieGruppen-Dunkerque

Le KAG-Dunkirk reprend partiellement les installations de feu la Station Navale de Dunkerque plus pour les infrastructures que pour l’artillerie, les combats et les sabotages rendant inutilisables des canons qui en plus étaient d’un calibre rendant difficile leur réutilisation.

C’est ainsi qu’au final la cité de Jean Bart est défendu côté Mer du Nord par deux canons de 203mm et quatre canons de 150mm montés sur plate-formes rotatives et protégés par une épaisse couche de béton.

Ces canons sont appuyés par des canons de 105mm et de 75mm belges. La défense terrestre des batteries (et non de la ville) est assurée par une demi-douzaine de blockhaus disposant de mitrailleuses de 7.92mm et de canons antichars de 37mm associés à des mortiers de 81mm. La CA pardon la Flak comprend des canons de 20 et de 37mm qui peuvent également tirés contre terre avec les conséquences que l’on imagine sur le personnel à découvert.

-KustenArtillerieGruppen-Calais :

A la différence de Dunkerque, Calais ne possédaient pas de fortifications dignes de ce nom. Il y eut bien quelques emplacements aménagés pendant les combats du printemps 1949 mais rien de bien extraordinaire.

Les allemands doivent donc partir de zéro et aménagent deux ensembles bétonnés abritant chacun deux canons de 150mm associés à des canons de 76.2mm capturés en Europe. Ces positions sont défendues côté terre par une série de six blockhaus d’infanterie avec mitrailleuses de 7.92mm, canons de 37mm et quelques tourelles démontables en l’occurence des tourelles de Panzer II (canon de 20mm et mitrailleuse de 7.92mm).

-KustenArtillerieGruppen-Boulogne sur Mer :

La situation est semblable à celle de Calais. Les allemands aménagent deux ensembles pour empêcher un assaut direct depuis la mer. Ces positions doivent pouvoir combattre même encerclées avec également des défenses tournées vers la terre moins pour repousser un assaut décidé que pour faire face à un coup de main des commandos.

Chaque ensemble comprend deux canons de 170mm et deux canons de 105mm associés à quatre canons de 88mm, le tout associé à quatre blockhaus de défense terrestre disposant de mitrailleuses de 7.92mm et de canons de 37mm antichars.

-KustenArtillerieGruppen-Abbeville :

En dépit du fait que ce port soit situé sur l’estuaire de la Somme, Abbeville n’est pas considéré comme un lieu de débarquement propice. Il est néanmoins défendu mais avec plus légèrement qu’ailleurs.

On trouve toujours deux ensembles mais chaque ensemble ne possède que trois canons de 105mm sous bouclier, des canons antiaériens de 20 et de 37mm et quelques blockhaus de défense terrestre armés de mitrailleuses de 7.92mm et de canons antichars de 37mm.

-KustenArtillerieGruppen-Dieppe :

Le port de Dieppe est protégé par des défenses plus importantes qu’Abbeville probablement en raison de la présence de plusieurs état-majors dans la ville ou à proximité immédiate.

Le dispositif du KAG-Dieppe comprend trois ensemble pour former un triangle qui englobe une fois n’est pas coutume toute la ville. Chaque ensemble comprend deux canons de 203mm, deux canons de 150mm et deux canons de 105mm soit une puissance de feu appréciable.

La défense terrestre est assurée classiquement par des blockhaus d’infanterie disposant de mitrailleuses de 7.92mm et de canons antichars de 37mm.

-KustenArtillerieGruppen-Fécamp :

Le dispositif de défense côtière implanté à Fécamp est semblable à celui d’Abbeville avec deux ensembles disposant chacun d’un canon de 150mm et de deux canons de 105mm. Ils disposent également de blockhaus d’infanterie (mitrailleuses de 7.92mm et canons antichars de 47mm) et de pièces antiaériennes pouvant également être utilisées contre terre.

-KustenArtillerieGruppen-Le Havre :

En dépit du fait que la ville soit un champ de ruine, la cité fondée par François 1er est solidement fortifiée en raison de sa position stratégique sur la rive nord de l’estuaire de La Seine.

Elle comprend un ensemble orienté plein sud pour interdire l’estuaire de La Seine et un ensemble orienté vers l’ouest pour empêcher un assaut direct et un ensemble orienté plein est pour empêcher un mouvement tournant après le franchissement de la Seine. Grosso modo c’est le même dispositif qu’à Dieppe.

Les moyens de chaque groupe comprennent deux canons de 203mm, deux canons de 150mm et deux canons de 105mm, associés à des canons de DCA à double usage antiaérien/antiterre et à des blockhaus d’infanterie (mitrailleuses de 7.92mm, canons antichars de 47mm) mais aussi puits à mortier et tourelles démontables.

-Kriegsmarine FliegerKorps Kommando-West

En dépit des réserves intéressées de la Luftwaffe, l’aéronavale allemande à décidé de déployer en France des unités de patrouille et d’assaut aéromaritime pour lutter contre les navires de surface ennemis mais aussi pour attaquer les convois côtiers ennemis notamment ceux ravitaillant les positions alliées sur la rive sud de l’estuaire de la Seine.

Le 2. Kriegsmarine FliegerKorps Geschwader déployé en temps normal en Frise Orientale s’est redéployé sur les côtes de la Mer du Nord et de la Manche pour couvrir le détroit du Pas de Calais mais aussi les rives de la Manche contrôlées par les allemands.

Aux unités engagées durant la campagne de France vont s’ajouter des unités créées entre décembre 1949 et juin 1951.

-Le 2. Kriegsmarine Fernaufklärungsgruppe est déployé aux Pays-Bas avec ses Heinkel He-179M, version de patrouille maritime du bombardier lourd standard de la Luftwaffe. Cette unité opérant en Mer du Nord et parfois en Manche.

-Le 4. KFK-Aufklärungsgruppe disposait au début de la Camapgne de France de vingt-sept Focke-Wulf Fw-200 Neue Condor. Au moment d’Avalanche, l’unité déployée dans le nord de la France disposait de dix-huit Junkers Ju-388, des bimoteurs plus destinés à l’assaut aéromaritime qu’à la patrouille maritime.

-Le 6.KFK-Kampfgruppe qui disposait au début de la Campagne de France de vingt-quatre Junkers Ju-188 en version bombardement-torpillage. Au moment d’Avalanche, cette unité déployée en Normandie dispose de dix-huit Junkers Ju-288.

-Le 8.KFK-Kampfgruppe disposait au début de la Campagne de France de vingt-quatre Junkers Ju-188 en version bombardement-torpillage. En juin 1951 l’unité déployée en Belgique dispose de dix-huit Junkers Ju-288.

-En septembre 1950, une nouvelle unité de combat (Kampfgruppe) à été créée. Le 23.KFK-Kampfgruppe est une unité de chasse-bombardement disposant de Focke-Wulf Fw-190H qui armés de bombes et de roquettes doit traquer les vedettes lance-torpilles ennemies.

Aux côtés de ses unités d’avions s’ajoutent donc des unités d’hydravions de patrouille maritime et de lutte anti-sous-marine.

-12. Marine Aufklärung Staffel : unité de surveillance maritime stationnée initialement sur l’île de Sylt avec pour équipement initialement de douze Blohm & Voss Bv138. Redéployée aux Pays-Bas, l’unité dispose en juin 1951, les Bv138 ont été remplacés par des Bv138M, une version améliorée du précédent.

-18. Marine Kampf Staffel : unité de bombardement-torpillage stationnée sur l’île de Sylt avec pour équipement seize Heinkel He-117. En juin 1951, cette unité est déployée en Belgique avec toujours les mêmes appareils.

-25. Marine Kampf Staffel : unité créée en janvier 1951 pour renforcer les capacités de patrouille maritime en Manche. L’unité est stationnée du côté d’Abbeville avec douze Blohm & Voss Bv-138M.

-Spezialeinheinheit der Westoberfläche (Force Spéciale de Surface-Ouest)

Sous ce nom un poil pompeux voir même grandiloquent sont regroupés tous les moyens navals déployés par la Kriegsmarine à l’ouest. Comme vous allez le voir par la suite, les moyens ne sont pas extraordinaires :

-Torpilleurs T.11 T.12 et T.33 stationnés à Dieppe

-Torpilleur T.35 détaché à Calais

-Torpilleur T.37 stationné aux Pays-Bas

-Sous-Marins U-203 et U-204 qui ont survécu à plusieurs attaques de convois se sont repliés sur Dieppe pour si besoin s’opposer à une action navale ennemie décidée.

-Patrouilleur Weser basé aux Pays-Bas

-Patrouilleur Elbe basé à Calais

-Dragueurs de Mines M.19 M.58 M.60, le premier déployé aux Pays-Bas et les deux autres à Dieppe.

-Vedettes lance-torpilles S.21 S.25 S.29 S.31 déployés au Havre

-Escorteurs G.6 G.8 G.10 et G.12 stationnés aux Pays-Bas, G.16 et G.18 stationnés en Belgique, G.20 et G.22 stationnés en France, le premier à Abbeville et le second à Calais.

Le Conflit (107) Europe Occidentale (73)

Ordre de Bataille des Forces Alliées (3) : Forces Aériennes Britanniques et Canadiennes

Advanced Air Strike Force (AASF)

Les unités d’origines sont toujours là mais elles vont être rejointes par des unités venues de Grande-Bretagne, l’impossiblité pour les allemands de débarquer dans les îles britanniques permettant à Londres de renforcer ses moyens aériens sur le continent européen.

-9th Medium Bomber Wing (9th MBW) :

squadron 9 (Bristol Beaumont) squadron 57 (Martin 187 Baltimore), squadron 99 (Vickers Wellington) et squadron 215 (Vickers Wellington)

-11th Medium Bomber Wing (11th MBW) :

squadron 115 (Vickers Wellington), squadron 148 (Bristol Beaumont) et squadron 149 (Bristol Beaumont)

-9th Tactical Air Wing (9th TAW) :

squadron 35 (Hawker Fury II), squadron 88 (De Havilland Mosquito), squadron 40 (Hawker Typhoon) squadron 616 (Bristol Beaufighter)

-17th Fighter Wing (17th FW) :

squadron 1 (Supermarine Spitfire Mk XII), squadron 23 (De Havilland Hornet), squadron 67 (Supermarine Spitfire Mk IX) et squadron 85 (Supermarine Spitfire Mk IX)

-18th Fighter Wing (18th FW) :

squadron 146 (Supermarine Spitfire Mk IX), squadron 213 (Supermarine Spitfire Mk XII), squadron 79 (Hawker Fury II), squadron 41 (Supermarine Spitfire Mk IX) et squadron 602 (Hawker Fury II).

-Unités hors rang :

squadron 59 (Westland Lysander), squadron 25 (De Havilland Mosquito) et squadron 2 (Westland Lysander)

-1st Tactical Transport Wing :

Squadron 254 (Vickers Valetta Mk I) Squadron 255 (Douglas DC-3) et Squadron 256 (Avro York)

-3rd Tactical Transport Wing :

Squadron 257 (Vickers Valetta Mk I) Squadron 258 (Handley-Page Hasting) et Squadron 259 (Vickers VC-1)

Canadian Air Component in France (CACF)

Si les canadiens ont combattu durant la Campagne de France (1949) ils n’ont pas eu la chance de posséder un appui aérien national, la RCAF tardant à s’installer sur le continent. Ce n’est qu’au printemps 1950 que les premiers squadrons de la Composante Aérienne Canadienne en France (CACF) arrivent sur notre territoire, participant à la riposte alliée lors de l’opération NIBELUNGEN.

Cette dernière terminée, le CACF peut se déployer sereinement en France, occupant de nombreux aérodromes et terrains tactiques de Normandie avec des bases arrières en Bretagne.

-5th Canadian Fighter Wing (5th CFW) :

squadron 32 (Supermarine Spitfire), squadron 34 (Supermarine Spitfire), squadron 36 (Supermarine Spitfire) et squadron 38 (Bristol Beaufighter)

-6th Canadian Fighter Wing (6th CFW) :

squadron 40 (Supermarine Spitfire), squadron 42 (Supermarine Spitfire), squadron 55 (Supermarine Spitfire) et squadron 46 (Bristol Beaufighter)

-7th Canadian Fighter Wing (7th CFW) :

squadron 48 (Hawker Typhoon), squadron 50 (Hawker Typhoon), squadron 52 (Hawker Tempest) et squadron 95 (Hawker Tempest)

-2nd Canadian Bomber Wing (2nd CBW) :

squadron 45 (Vickers Wellington), squadron 47 (Bristol Bollingbroke), squadron 49 (Vickers Wellington)

-4th Canadian Bomber Wing (4th CBW) :

squadron 51 (Bristol Bollingbroke), squadron 53 (Vickers Wellington), squadron 55 (Vickers Wellington)

-3rd Canadian Reconnaisance Wing (3rd CRW) :

squadron 57 (De Havilland Mosquito), squadron 59 (De Havilland Mosquito) et squadron 61 (Dewoitine D-720C)

-2nd Canadian Transport Wing (2nd CTW) :

squadron 63 (Douglas C-47 Skytrain), squadron 65 (Douglas C-47 Skytrain) et squadron 67 (Douglas C-54 Skymaster)

Ordre de Bataille des Forces Alliées (4) : Forces Aériennes Belges Polonaises et Tchécoslovaques

NdA L’Escadre Néerlandaise en Grande-Bretagne ne passe sur le continent qu’à l’automne 1950 donc bien après l’opération NIBELUNGEN.

Aeronautique Militaire Belge Libre (AMBL)

Tout en reconstituant une véritable de force de combat terrestre, le gouvernement belge en exil à Caen se préoccupe de reconstituer une aviation. Si quelques esprits «avancés» (NdA oui mais avancés par rapport à quoi ?) proposent la création d’une aviation indépendante, la majorité s’accorde pour «tout changer pour que rien ne change».

L’aviation belge en exil restera donc une entité de l’armée de terre. A situation exceptionnelle, dénomination exceptionnelle : l’Aéronautique Militaire Belge devient l’Aéronautique Militaire Belge Libre. Il semble que le nom de FABL (Forces Aériennes Belges Libres) à été étudié mais rejeté car donnant l’idée, l’illusion que l’aviation militaire belge devenait indépendante (elle devrai attendre l’après guerre pour cela).

L’AMBL est officiellement créée le 27 février 1950 sur la base aérienne de Caen-Carpiquet, une cérémonie symbolique car la montée en puissance de la force aérienne belge se faisait loin des bombes allemandes sur la base aérienne de Montoir de Bretagne.

Cette force aérienne est une grosse escadre avec quatre squadrons de chasse, un squadron de bombardement, un squadron de reconnaisance et un squadron de transport. A cela s’ajoute une unité d’entrainement qui dispose d’abord d’appareils ayant survécu à cette ordalie que fût la Campagne de Belgique.

A noter que ces unités disposaient d’une double désignation, une désignation belge et française et une désignation dite Commonwealth dans la série des 400. Le général Villeneuve dira ainsi sous forrme de boutade à un général belge «Donc maintenant c’est George VI votre roi ?» ce qui parait-il à peu fait rire le général en question et que cela à quasiment déclenché un incident diplomatique.

-Escadron de Chasse n°1/N°448 (Belgian) Squadron : Arsenal VG-39

-Escadron de Bombardement n°2/n°449 (Belgian) Squadron : Lioré et Olivier Léo 458ter

-Escadron de Chasse n°3/N°450 (Belgian) Squadron : Arsenal VG-39

-Escadron de Reconnaissance n°4/n°451 (Belgian) Squadron : Bloch MB-176bis

-Escadron de Chasse n°5/n°452 (Belgian) Squadron : Bréguet Br700bis

-Escadron de Transport n°6/N°453 (Belgian) Squadron : Douglas C-47 Skytrain

-Escadron de Chasse-bombardement n°7/N°454 (Belgian) Squadron : Arsenal VG-40.

A cela s’ajoute la Belgian Training Unit (BTU) qui dispose initialement de deux Bréguet Br694, de deux Renard R-31B, de deux Dewoitine D-720 et de deux Hawker Hurricane. Ces appareils seront remplacés durant le conflit par des North American T-6 et par des Dewoitine D-720.

Aviation Polonaise en France (Polskie Siły Powietrzne we Francji)

Comme nous l’avons vu plus haut à l’origine les unités aériennes polonaises en France se composaient de deux escadres de chasse, d’une escadre de bombardement et de deux groupes de reconnaissance indépendants.

Les pertes de la Campagne de France (1949) ont imposé la dissolution d’une escadre de chasse et le transfert de groupes de chasse à l’escadre survivante. Cela nous donne le panorama suivant :

-21ème Escadre de Chasse/1ère Escadre de Chasse Polonaise : GC I/21 «Varsovie», GC II/21 «Szczecin» (ex-GC II/23), GC III/21 «Wilno» (ex-GC-IV/23) et GC IV/21 «Lublin», quatre groupes alignant au total 108 Supermarine Spitfire Mk IX.

-37ème Escadre de Bombardement Léger (37ème EBLg) : GB I/37 «Poméranie», GB II/37 «Silésie» et GB III/37 «Grande Pologne» volant initialement sur 81 Douglas DB-7, appareils remplacés progressivement par des Douglas A-20 Havoc puis par des North American B-25 Mitchell.

-Deux Groupes de Reconnaissance Indépendants : chaque groupe dispose de douze Bloch MB-175 qui seront remplacés par des Bloch MB-176.

Ces deux groupes initialement connus sous le nom de «GR polonais n°1» et «GR polonais n°2» sont rebaptisés après la Campagne de France avec les noms de groupes de chasse dissous, devenant les «GR Cracovie» et «GR Poznan»

Unités aériennes tchécoslovaques

-22ème Escadre de Chasse (1ère Escadre de Chasse Tchècoslovaque) : GC I/22 «Cechy», GC II/22 «Rus», GC III/22 «Karpathy» soit 81 Supermarine Spitfire Mk IX

-50ème Escadre de Bombardement Moyen (50ème EBM) : GB I/50 «Praha» GB II/50 «Bracislava» et GB III/50 «Liberec» 81 Amiot 351 (en attendant les 371)

-Deux Groupes Indépendants de Reconnaissance : GIR tchécoslovaque n°1 (puis GR I/51 «Tatras») et GIR tchécoslovaque n°2 (puis GR II/51 «Vltava») avec chacun douze Bloch MB-176.

Le Conflit (88) Europe Occidentale (54)

Combats à l’ouest (4) Et les allemands furent définitivement stoppés

Une illustre inconnue : l’opération HUBERTUS

Courant septembre le front se stabilise sur La Seine, contourne Paris avec une poche (ou une hernie selon les points de vue) avant de s’appuyer sur le plateau du Morvan. Es-ce que les allemands vont s’arrêter là et permettre aux alliés de souffler et de préparer une future contre-offensive générale ?

Le haut-commandement allié le croit d’abord puisqu’en dehors de duels d’artillerie, de quelques combats aériens et d’affrontements entre patrouilles, le front occidental cesse d’être ce monde plein de bruits et de fureur.

En réalité les allemands sont bien décidés à aller plus loin. En effet si à l’époque la décision d’attaquer l’URSS à été prise l’OKW souhaite rendre la tâche de reconquête de la France longue, pénible et sanglante. Voilà pourquoi il faut éloigner le front le plus possible des frontières du Vaterland.

L’objectif est modeste : la Loire et la Bretagne. La première parce que les allemands doutent de leurs capacités à atteindre la Méditerranée, la seconde pour obtenir des bases pour les sous-marins et ainsi semer la mort et la destruction dans l’Atlantique.

C’est l’acte de naissance de l’opération HUBERTUS qui encore aujourd’hui reste nimbée de mystères notamment sur ses objectifs exacts. Les archives ayant été détruites et les mémoires des acteurs confuses et contradictoires les historiens se perdent en conjoncture.

Deux grandes écoles s’affrontent : la première essentiellement anglo-saxonne défend la grande solution à savoir une offensive aussi imposante que celle du 10 mai 1949 pour remporter la bataille décisive ( Entscheidungsschlacht) chère à la pensée militaire allemande afin d’avoir les mains libre pour régler la «question judéo-bolchévique» et la deuxième essentiellement française qui en analysant de nombreux rapports, en comparant les mémoires des acteurs défend plutôt l’idée d’une opération limitée pour mettre hors jeu les alliés pour un an/un an et demi afin d’avoir le temps de régler son compte à l’URSS. Une vraie partie de Poker en somme.

En clair les deux écoles ne se disputent que sur l’ampleur des moyens allouées à cette opération qui s’annonce ardue car il faut franchir un fleuve sous le feu ennemi, une véritable opération amphibie et on ne va pas se mentir c’est pas l’opération où l’Allemagne excelle.

Encore aujourd’hui on se demande pourquoi les allemands n’ont pas plutôt attaqué à l’est de Paris en fixant à l’ouest.

Probablement parce que les troupes du Heeresgruppe C sont trop affaiblies pour attaquer de suite mais bien entendu sauf redécouverte d’archives disparues on ne le saura jamais.

Qui nous dit que les allemands n’avaient pas comme idée sous-jacente de détruire le GA n°1 puis au moment où des unités du GA n°2 auraient du coulisser vers l’ouest pour contrer la percée allemande attaquer entre Paris et le lac Leman pour soit foncer tout droit plein sud où imaginer un aussi gigantesque qu’improbable coup de faux en direction de l’estuaire de la Loire ?

Si ce scénario n’à pas été confirmé ou infirmé par des archives en revanche nombre d’uchronistes ou de créateurs de jeux vidéos ou pratiquant de wargames ont imaginé ce fabuleux plan avec divulgachage des résultats fort contrastés notamment pour les allemands.

Pour cette opération les allemands vont tenter un bluff, une intoxication en engageant la 3.Armee pour faire croire aux alliés qu’une nouvelle entité fraiche est engagée pour cette opération. Es-ce à dire que les alliés sont tombés dans le panneau ? C’est peu probable.

De toute façon quand les obus explosent et les balles sifflent l’appartenance de telle unité à tel corps d’armée ou telle armée importe peu.

Comme le dira le lieutenant Beauregard du 7 ème RTM «Moi je me moquai de l’appartenance à telle ou telle unité. Mon but c’était d’empiler le plus de cadavres de fridolins sur le plus petit espace possible et foutre la verte au reste de l’armée boche». Pas étonnant que la guerre terminée le sieur Beauregard soit devenu un éminent dialoguiste qui fit les grandes heures du cinéma français (notamment les films de gangster) mais ceci est une autre histoire.

Ordre de Bataille de l’opération HUBERTUS (1) : Heer

Les allemands décident d’engager les moyens concentrés entre La Manche et Paris, donnant l’ordre au Heeresgruppe C de tenir fermement le front entre l’est de Paris et la frontière suisse pour éviter que les alliés n’attaquent dans une sorte de lutte à front renversé (les allemands ignorent naturellement que les alliés sont incapables d’une offensive de cette ampleur).

L’assaut va être mené par le Heeresgruppe A, le Heeresgruppe B regroupant les divisions placées en réserve d’armée, des unités trop diminuées pour être immédiatement engagées et nécessitant une sérieuse remise à niveau en terme humain, moral et matériel.

Il faut aussi défendre les territoires occupés même si les allemands ne croient pas les alliés capables de par exemple débarquer en Belgique et aux Pays-Bas pour foncer en direction de l’Allemagne et affronter les quelques unités qui défendent le Vaterland.

C’est ainsi que la 18.Armee est chargée de la défense des Pays-Bas et de la Belgique (et accessoirement du nord de la France) avec le 1.AK, le 4.AK et la 2.PzD détachée du 1.PanzerKorps.

D’ouest en est les unités allemandes suivantes sont engagées pour l’opération HUBERTUS :

3.Armee

L’état-major de la 3ème Armée (Allemagne) prend le relais de la 5.Armee dont l’état-major rallie l’est de l’Allemagne pour préparer une opération provisoirement baptisée Nebel (Brouillard) qui est entrée dans l’histoire sous le nom de BARBAROSSA.

-7.ArmeeKorps (7.AK) :

2.S.S Division «Deutschland» et 262.ID

-6.ArmeeKorps (6.AK) :

13.ID et 1.S.S Division «Leibstandardate Adolf Hitler»

-5.ArmeeKorps (5.AK) :

6.ID et 26.ID

-Réserve d’Armée :

263.ID et 264.ID

12.Armee

-1.PanzerKorps

(1.PzK) : 6.PzD et 7.PzD

-1.S.S Korps :

4.S.S Division «Der Fuhrer» et 1.S.S PzDivision

-18.AK :

53.ID et 55.ID

-19.AK :

61.ID et 268.ID

-Réserve d’Armée :

59.ID et 266.ID

4.Armee

-9.AK :

15.ID 17.ID et 19.ID

-11.AK :

16.ID 18.ID et 29.ID

-12.AK :

37.ID et 3. S.S Division «Germania»

-4.PanzerKorps :

8.PzD 10.PzD et 8.S.S Division «Nordland»

-Réserve d’Armée :

265.ID 267.ID et 269.ID

NdA le 3.PanzerKorps à été transféré sous l’autorité du Heeresgruppe C pour faire face à une éventuelle offensive française.

Le Heeresgruppe B regroupe donc sous son autorité des divisions soit en cours de recomplément et de reconstitution. Elles pourraient faire face à une offensive mais en second rideau par exemple si le groupe d’armées A était sérieusement bousculé par les franco-britanniques.

6.Armee

-13.AK :

39.ID et 41.ID

-14.AK :

45.ID 47.ID et 49.ID

-Réserve d’Armées :

43.ID et 271.ID

8.Armee

-20.AK :

63.ID 65.ID et 67.ID

-21.AK :

54.ID 56.ID et 5.Division S.S «Totenkopf»

-22.AK :

58.ID et 60.ID

-Réserve d’Armée :

62.ID 270.ID et 272.ID

Le Heeresgruppe C ne va pas être engagé dans l’opération HUBERTUS mais doit fixer les armées françaises pour éviter un transfert de troupes sur le front le plus menacé. Bien entendu si une faiblesse est repérée au sein des Armées du GA n°2 le Groupe d’Armées C pourrait en profiter et peut être changer le cours de l’histoire. Il va aussi s’occuper de surveiller Paris avec un 25.AK dépendant de la 1.Armee.

1.Armee

-23.AK :

64 et 66.ID

-2.AK :

68 et 69.ID

-3.AK :

7. S.S Division et 72.ID

-25.AK :

6 S.S Division et 273.ID

-Réserve d’Armée :

11. S.S PanzerDivision et 275.ID

7.Armee

-15.AK :

34 et 36.ID

-16.AK :

40 et 44.ID

-17.AK :

46 et 50.ID

-Réserve d’Armée :

38.ID 42.ID 48.ID 274 et 276.ID

9.Armee

-3.PanzerKorps :

4.PzD 9.PzD et 11.PzD

-8.AK :

71.ID 73.ID et 75.ID

-10.AK :

72.ID 74.ID et 76.ID

-Réserve d’Armée :

277 et 278.ID

Ordre de Bataille de l’opération HUBERTUS (2) : Luftwaffe

En guise d’avant-propos

En ce qui concerne la Luftwaffe, deux Fliegerkorps vont être engagés dans l’opération HUBERTUS, les XIV et XV.Fliegerkorps, le XIII.Fliegerkorps étant chargé de couvrir les Pays-Bas et la Belgique alors que le XVI.Fliegerkorps doit couvrir et appuyer le Heeresgruppe C qui monte la garde contre les troupes alliées déployées à l’est de Paris.

Les mêmes unités sont engagées mais de jeunes pilotes sont arrivés pour remplacer les pilotes tués, blessés ou simplement épuisés par des combats extraordinairement violents, bien plus qu’au dessus de la Scandinavie.

De nouveaux appareils sont également arrivés. La logistique qui n’à jamais été le point fort des allemands fonctionne ici relativement bien même si la mission des logisticiens allemands n’est pas simple avec la destruction des infrastructures et la menace des avions alliés qui parfois surgissaient au dessus des territoires occupés par les allemands.

Les grands axes sont réaménagés, quelques ponts réparés (certains sont très vite détruits par l’action de «francs-tireurs») pour permettre l’arrivée sur des aérodromes sommairement remis en état de nouveaux appareils (en vol) mais surtout de matériels d’entretien, de munitions, de carburant et de pièces détachées.

Ces terrains sont si l’on peut dire durcis avec la construction d’abris pour appareils et la (re)construction de hangars pour entretenir les appareils.

D’autres terrains sont sommairement aménagés et méticuleusement camouflés pour échapper aux yeux indiscrets de l’aviation alliée.

Si certains terrains ne vont jamais être repérés par les alliés ou uniquement lors des combats d’AVALANCHE par les unités terrestres, certains vite repérés seront bombardés par l’aviation voir par l’artillerie.

De nombreuses batteries de DCA vont être déployées pour tenter dans la mesure du possible d’interdire le ciel à l’aviation alliée sachant qu’à terme le gros des unités aériennes allemandes sera envoyé à l’Est pour comme le disait les allemands à l’époque «régler définitivement la question judéo-bolchevique».

XIV.FliegerKorps

-Six grupen de chasse : les I. et II/JG-52 volant sur un total de 50 Focke-Wulf Fw-190G, les I. et II./JG-2 volant sur 48 Focke-Wulf Fw-190E, les II. et IV./JG-54 volant sur 54 Messerschmitt Me-109F soit un total de 152 chasseurs (162 en théorie)

-Trois gruppen de chasse lourde : les I./ZG-76 (18 Me-110G), I./ZG-2 (12 Me-110D) et I./ZG-3 (16 Me-210B) soit un total de 46 chasseurs lourds (54 en théorie)

-Sept gruppen de bombardement et d’attaque : III./Kpfg-1 (24 Dornier Do-217), I./Kpfg-2 (24 Dornier Do-217), I./Kpfg-3 (21 Junkers Ju-188) III./Kpfg-53 : (24 Heinkel He-111) III./Kpfg-41 : (24 Focke-Wulf Fw-190D), III./Kpfg-42 (24 Focke-Wulf Fw-190D) et I./Kpfg-45 (27 Focke-Wulf Fw-190D) soit un total de 168 appareils (189 en théorie)

-Deux gruppen de bombardement en piqué en l’occurence les I./Stkpfg-2 et I./Stkpfg-3 volant sur un total de 18 Ju-87D pour le premier et 18 Ju-87D pour le second soit un total de 36 appareils.

-Un gruppen de reconnaissance le Aufklarunggruppe 32 : 12 Focke-Wulf Fw-189 et 18 Fieseler Fi-156 soit 30 appareils (36 en théorie)

-Deux groupes de transport, le III./TrG-1 volant sur 27 Junkers Ju-90 et le II./TrG-2 disposant de 16 Messerschmitt Me-323 Giant et de 8 Focke-Wulf Fw-200 Condor soit un total de 51 appareils (63 en théorie)

Le 14ème Corps Aérien comprend au total 468 appareils prêts à fondre sur la Normandie et la Bretagne en attendant mieux.

XV.Fliegerkorps

-Six gruppen de chasse : I. II. III./JG-27 (77 Messerschmitt Me-109F sur les 81 prévus en théorie), IV./JG-53 (24 Focke-Wulf Fw-190A sur les 27 prévus en théorie) et I. et II./JG-77 : (48 Messerschmitt Me-109F sur les 54 prévus en théorie) soit un total de 149 chasseurs monomoteurs (162 en théorie)

-Trois gruppen de chasse lourde : II./ZG-2 : (16 Me-110D), III./ZG-2 : (18 Me-110D) et IV./ZG-2 : (12 Me-110D) soit un total de 46 chasseurs lourds sur un chiffre théorique de 54.

-Neuf gruppen d’attaque et de bombardement : II./Kpfg-2 : (25 Dornier Do-217), II./Kpfg-2 : (24 Dornier Do-217), II./Kpfg-53 : (27 Heinkel He-111), I./Kpfg-4 : (27 Dornier Do-217), IV./Kpfg-41 : (24 Focke-Wulf Fw-190D), I./Kpfg-42 : (18 Focke-Wulf Fw-190D), II./Kpfg-45 : (21 Focke-Wulf Fw-190D), II./Kpfg-46 : (25 Henschel Hs-129) et II./Kpfg-47 : (14 Heinkel He-179) soit un total de 205 appareils alors que le chiffre théorique est de 234.

-Deux groupes de bombardement en piqué : IV./Stkpfg-1 et IV./Stkpfg-2 volant respectivement sur 27 Ju-87D et pour le second sur 12 Ju-87D et 4 Ju-187 qui sont en phase d’expérimentation avant une adoption ou pas.

-Un gruppen de reconnaissance, l’Aufklärunggruppe 122 : 12 Focke-Wulf Fw-189 et 24 Fieseler Fi-156

-Un gruppen de transport, le III./TransportGeschwader 3 volant sur 23 Junkers Ju-52/3m

Le 15ème Corps Aérien allemand dispose au total de 502 appareils.

XVI.Fliegerkorps

Comme le Heeresgruppe C, le 16ème Corps Aérien à pour mission de protéger les troupes au sol et de surveiller le GA n°2 au cas où les alliés voudraient attaquer à front renversé. Ces derniers n’attaquant pas on pourrait croire que le XVI.Fliegerkorps reste l’arme au pied.

Ce ne sera pas le cas puisqu’il mènera quelques opérations de reconnaissance et de bombardement avec toujours des unités de chasse veillant au grain. Toujours cette même optique de fixer l’ennemi pour empêcher que des unités passent d’un GA à un autre.

-Cinq gruppen de chasse : III./JG-3 (24 Messerschmitt Me-109G) II. Et III./JG-4 (18 Messerschmitt Me-109F) I./JG-52 (27 Focke-Wulf Fw-190G) et IV./JG-77 (24 Messerschmitt Me-109F) soit un total de 93 chasseurs (66 Me-109 et 27 Fw-190)

-Trois gruppen de chasse lourde : les I./ZG-5, III./ZG-5 et IV./JG-5 volant tous sur Me-410A soit un total de 48 Messerschmitt Me-410, les trois groupes étant tombés à seize appareils chacun.

-Six gruppen de bombardement et d’attaque : III./Kpfg-4 (12 Dornier Do-217E), II./Kpfg-27 (18 Heinkel He-111), II./Kpfg-42 IV./Kpfg-42 et III./Kpfg-45 (respectivement 27, 24 et 16 Focke-Wulf Fw-190D soit un total de 77 appareils), II./Kpfg-47 : (15 Heinkel He-179) soit un total de 122 avions de bombardement et d’attaque.

-Trois gruppen de bombardement en piqué : III./Stkpfg-1 (24 Ju-87D), III./Stkpfg-2 (18 Ju-87D) et II./Stkpfg-3 (18 Ju-87D) soit un total de 60 bombardiers en piqué

-Un gruppen de reconnaissance, le Aufklarunggruppe 123 volant sur 12 Focke-Wulf Fw-189 et 24 Fieseler Fi-156 soit 36 appareils de reconnaissance

-Un groupe de transport, le I./TransportGeschwader 3 volant sur 18 Junkers Ju-90 qui va intégrer des planeurs remorqués par des bombardiers déclassés (Do-17 notamment)

Le XV.Fliegerkorps dispose de 377 appareils au moment où l’opération HUBERTUS va être déclenchée.

Le Conflit (79) Europe Occidentale (45)

Sur le front de l’est l’opération TIGER à permis aux allemands de s’emparer de deux solides têtes de pont au nord et au sud non sans mal, non sans pertes. Les alliés veulent tenir le plus longtemps possible pour éviter un «coup de faux» soit mené depuis la tête de pont en direction soit de la Suisse voir de La Manche si les allemands voulaient tenter une nouvelle «course à la mer».

Après avoir contenu le plus possible les allemands, les alliés se replient vers l’ouest couverts par les différentes unités motomécaniques. «On accroche et on tient puis on se replie» comme le dira un caporal français anonyme d’un GRDI.

Ce repli laisse les troupes de forteresse seules dans leurs blockhaus avec aucune troupe d’intervalles ce qui rappelle à certains soldats issus des troupes coloniales les postes isolés dans l’Empire.

Vont-ils rester ainsi isolés en espérant se faire oublier par l’ennemi ? Que nenni les «fantassins du béton» vont opérer toutes proportions gardées comme les forces spéciales d’aujourd’hui à savoir d’effectuer des opérations rudes et brutales, des sorties pour attaquer la logistique et des éléments ennemis isolés.

On verra même certains ouvrages simuler leur neutralisation pour tromper l’ennemi pour mieux les attaquer le moment venu. Cela rendra les allemands à la fois plus prudents mais aussi moins chevaleresques si vous voyez ce que je veux dire……. .

Mi-août la majorité des ouvrages ont été pris, neutralisés ou évacués par leurs garnisons. Des ouvrages isolés vont continuer la lutte jusqu’à la fin du mois d’août voir même début septembre. Ils vont se rendre, recevront les honneurs militaires avant de rallier oflags et stalags sur le territoire allemand.

Les villes de l’est vont tomber successivement avec Luneville le 2 août, Nancy le 8 août, Verdun le 8 août également (malgré l’intervention du 3ème Corps de Cavalerie), Bar le Duc le 12 août, St Dizier le 13 août, Vitry le François le 14 août,

Troyes occupée par les allemands le 15 août est repris le lendemain par les troupes françaises du 12ème CA qui tentent de pousser vers Chaumont mais les allemands sont trop forts. Troyes sera finalement reprise par la Heer le 20 après trois attaques.

Le 18 août 1949 les allemands parviennent à percer en Champagne et menacent de disloquer le dispositif allié en séparant les deux Groupes d’Armées, le GA n°1 d’un côté et le GA n°2 de l’autre.

Les combats sont violents, acharnés, impitoyables, on se rend coup pour coup à l’arme à feu, à l’arme blanche, à la grenade.

Une bataille symbolise cette violence, la Bataille de Reims (20-24 août 1949) où la 1ère DIP (1ère Division d’Infanterie Polonaise) va s’illustrer. Mieux que ça elle va entrer dans la légende.

Encore aujourd’hui ses faits d’armes sont pieusement préservés en France mais aussi en Pologne. Même sous le régime communiste cette bataille de Reims était citée comme un fait d’arme majeur de l’histoire polonaise même si on taisait le caractère iminement religieux de la lutte.

Cette bataille est en effet considérée comme une véritable croisade, l’archevêque de Reims ayant accordé le statut de croisé aux soldats polonais.

«Fils de Pologne ! Enfants du Christ ! Soyez digne de vos ancêtres ! Luttez contre ces païens qui menacent notre civilisation chrétienne ! Combattez et vous prendrez place à la droite de notre Seigneur Jesus-Christ».

Ce discours impressionna naturellement les polonais mais aussi les français qu’ils soient croyants ou non. On verra même certains soldats libre-penseurs se faire baptiser dans la foulée de cette bataille après avoir connu une illumination digne de St Paul sur le chemin de Damas.

Cela explique la violence des combats. La gare de Reims est prise et reprise à douze reprises ! Les combats se font au corps à corps au couteau, à la baïonnette et à la grenade. La cathédrale de Reims déjà endommagée pendant le premier conflit mondial l’est à nouveau.

Cependant à la différence du premier conflit mondial la cathédrale va être détruite par des bombardements aériens, des tirs d’artillerie et des combats d’infanterie !

Les polonais sont particulièrement motivés à l’idée de défendre la cathédrale où étaient sacrés les rois de France (à l’exception d’Henri IV _sacré à Chartres_ et de Louis XVIII _jamais sacré_). Comme le dira le lieutenant Jaczonek de la 1ère DIP «L’un de vos rois à été roi de Pologne et ça ça compte !».

C’est alors qu’on passe de l’histoire à la légende voir au surnaturel. Des flots de sang vont maculer le sol de la cathédrale martyre. Malgré le nettoyage effectué par des reimois réquisitionnés par l’occupant allemand, du sang à coulé dans la crypte.

On parle de phénomènes étranges, de fantômes, de soldats allemands foudroyés alors qu’ils visitent l’édifice mais surtout de miracles dignes de ceux survenus à Lourdes.

En dépit des menaces allemandes nombre de chrétiens viendront y chercher dans ces ruines en ces temps difficiles un précieux réconfort. Des miracles ont été recensés par le Vatican. Encore aujourd’hui Reims est un haut lieu de pèlerinage qu’il soit chrétien ou militaire.

Chaque 24 août (qui est aussi la date de la Saint Barthelemy) un détachement franco-polonais effectue une marche au flambeau dans les rues de Reims.

Une vasque du souvenir est rallumé à la nuit tombée sur le parvis de la cathédrale. Six soldats _ trois polonais et trois français_ montent la garde durant la nuit avant d’éteindre la flamme à l’aube.

Cette vasque à été inaugurée en 1959 pour les dix ans de cette bataille. Sur un support en granit rose de 80cm de haut, une vasque faite avec le bronze des cloches de la cathédrale. Devant cette vasque une plaque en pophyre noir avec le discours de l’archevêque.

La Cathédrale sera reconstruite après guerre, les travaux entamés en 1956 ne s’achevant qu’en 1980 !

Face à la pression allemande, le général Villeneuve ordonne au 2ème Corps d’Armée Cuirassé (2ème CAC) et au 3ème Corps de Cavalerie (3ème C.C) de lancer une grande offensive pour préparer le repli sur La Seine.

Cette bataille à lieu du 25 au 30 août 1949 contre les 1. et 4. Panzerkorps soit cinq divisions blindées et une division S.S contre six divisions motomécaniques. Les unités environnantes qu’elles soient allemandes ou alliées fixent leurs homologues pour «encager» le champ de bataille.

Certes les grandes batailles de chars qui ont marqué l’imaginaire collectif ont eu lieu sur le front de l’est mais cette Bataille de Mourmelon à été particulièrement intense.

Les deux adversaires se rendent coup pour coup, des manœuvres tactiques de génie impressionnent alliés comme ennemis.

Les pertes en chars et en véhicules sont lourdes même si les allemands parviennent à récupérer davantage de véhicules endommagés que les alliés qui souvent doivent se résoudre à incendier et/ou à saboter des véhicules qui en théorie étaient récupérables et réparables dans des délais plus ou moins longs.

Le général Villeneuve demandera une étude sur cette récupération impossible et des réformes permettront d’accélérer le retour en ligne des chars endommagés.

A l’issue de cette bataille les allemands restent maitre du terrain pour la simple et bonne raison que cette bataille était destinée à permettre un repli général sur La Seine et le Morvan.

Cette hypothèse était loin de faire l’unanimité pour la simple et bonne raison que nombre de politiques et de généraux craignaient un découragement de la troupe.

Certes celle-ci avaient conscience d’avoir infligé de lourdes pertes à l’ennemi mais ne comprennait pas toujours ce repli permanent depuis plusieurs semaines. Quelques «mouvements d’humeur» sont signalés ici et là.

Le conseil militaire interallié organisé à Tours le 20 août 1949 prend la décision de faire de La Seine une véritable ligne d’arrêt et la base d’une contre-offensive générale à moyen terme. Cette décision dont la troupe à conscience même de manière implicite fait remonter le moral en flèche même si certains sceptiques restent dubitatifs.

Le général Villeneuve n’à pas attendu les décisions politiques pour prendre des mesures. Dès le 19 août il fait repasser La Seine aux corps d’armée de la Réserve Stratégique qui n’ont pas été encore engagés mais aussi toutes les unités au repos et ou en reconstitution même si ces dernières se trouvaient surtout en Bretagne ou dans le Sud-Ouest.

En ce qui concerne les Corps de la Réserve Stratégique deux autres sont montés en ligne, le 16ème CA pour contrer la percée allemande en Champagne et le 34ème CA pour couvrir le repli des unités du GA n°2 sur le Morvan avec une question cruciale : doit-on tenir ou non Dijon ?

Ces deux corps d’armée vont contenir l’avancée allemande mais ne vont pas connaître des combats aussi violents que ces devanciers.

Cela signifie que les 17ème CA, les 31ème, 33ème CA, les 2ème, 3ème et 4ème CA armée polonais (ce dernier est un Corps de Cavalerie) vont repasser La Seine sans connaître le feu au grand dam des principaux intéressés qui ont eu l’impression d’être des soldats de «deuxième classe».

Autant dire que quand ils auront l’occasion de combattre ils le feront avec vigueur, agressivité voir même témérité, générant des pertes qui auraient peut être pu être évitées.

Surtout il fait transformer La Seine en corridor fortifié avec des fortifications de campagne sur la rive sud mais aussi sur la rive nord. Il prépare des ponts, rassemble tout ce qui peut flotter pour faire passer un fleuve qui n’est pas toujours bon compagnon, l’accueil de civils fuyant les combats avec l’aide de la Croix Rouge, fait accélérer la production des usines de l’arrière….. .

Debout 20h par jour, dormant peu mais usant et abusant de café (au point qu’un célèbre bar de Londres donnera le nom de Villeneuve à un produit de sa carte à savoir un café servit avec une crème fouettée au cidre de Normandie), il impressionne tout le monde par son énergie, sa vitalité. Il sait se faire bonhomme et pince sans rire, rangeant sa panoplie de chef colérique et tonitruant. Comme il le raconte dans ses mémoires :

«Je ne vais pas vous mentir, il y avait une part de bluff et de théâtre dans mes démonstrations de colère, je surjouai, cela plaisait à mes subordonnés, aux journalistes et cela faisait peur aux politiques. Avec l’invasion du territoire j’ai compris qu’il fallait rassurer, montrer une façade optimiste. Je pourrai toujours me remettre en colère plus tard».

Pour tenir ces positions il fait appel aux régiments territoriaux composés de soldats trop âgés pour servir pour en première ligne, de jeunes recrues à l’instruction.

Cela doit permettre aux unités qui combattent pour certaines quasiment non-stop depuis le 10 mai de souffler, de recevoir un nouvel armement, d’intégrer de jeunes recrues ou des blessés de retour de convalescence.

Son épouse Agnès de Villeneuve prend une nouvelle dimension. Elle ne peut naturellement pas combattre en première ligne mais peu offrir son réconfort aux blessés et encourager toutes les femmes de France à aider les soldats en envoyant lettres et colis, le système des Marraines de Guerre étant à nouveau à l’œuvre pour que les Furieux se sentent pleinement soutenus.

L’ordre de repli est transmis aux organes de commandement le 21 août pour une exécution prévue dans un délai maximal de 10 jours. Comme d’habitude les unités motomécaniques doivent couvrir le repli des unités d’infanterie. Les unités motomécaniques vont de plus en plus combattre en groupements de circonstance plutôt qu’en unités constituées.

A l’époque (mi-août) le front soit (très) grossièrement une ligne Abbeville-Amiens-Soisson-Reims-Troyes-Chaumont-Mulhouse. Cela ne va hélas pas durer….. .

Les allemands ont bien conscience de ce répli car si les alliés prennent le maximum de précautions il est impossible de tout masquer de tout camoufler. Ils vont donc tenter de prendre les alliés de vitesse.

Si atteindre La Seine et bloquer le repli allié est de l’ordre du fantasme et de l’irréalisme en revanche gagner des têtes de pont pour empêcher de franchir aisement le fleuve c’est du domaine du possible.

Plusieurs unités allemandes parviennent à atteindre La Seine mais ne peuvent se maintenir étant violement combattus par l’artillerie stationnée sur la rive sud, l’aviation mais aussi quelques unités motomécaniques détachées du front. Pour certains historiens c’est le premier exemple d’un combat lacunaire sans front fixe (pour d’autres c’est la guerre civile russe).

Paris est un temps menacée par les allemands. On craint à plusieurs reprises un raid motorisé surprenant les défenseurs de la place de Paris (qui dépendaient de la 9ème Armée). Il y à certes la Ligne Chauvineau mais malgré des travaux constants ce n’est qu’un ersatz de la Ligne Maginot.

En théorie rien n’aurait pu empêcher les allemands de s’emparer de la capitale mais jamais la svatiska ne flottera sur Paris moins à cause de la résistance française que du refus allemand de s’engager dans une nouvelle guerre urbaine. Au final une poche se forme le 26 septembre 1949.

Il faut dire que le 27 septembre 1949 la ville du Havre est tombée aux mains des allemands après des combats dantesques contre les troupes canadiennes.

La logique aurait voulu que ce soit la 7ème armée qui assure la défense du Havre mais cette armée est passablement affaiblie et le général Villeneuve décide de lui faire passer la Seine pour couvrir les canadiens qui devront assurer la défense de la ville fondée par François 1er. En revanche les autres armées du GA n°1 vont combattre jusqu’au bout sur la rive nord de La Seine.

La ville à été bombardée par l’aviation et la marine, les installations du port et des chantiers navals sont méthodiquement sabotées. Deux jours plus tôt le 25 septembre c’est Rouen la ville du martyre de Sainte Jeanne d’Arc qui est tombée aux mains des allemands.

Les combats pour Rouen ont été moins violents, le BEF se concentrant sur Le Havre, donnant l’ordre à la 50th Northumberland Division de tenir le temps que tout ce qui peut et doit être saboté soit détruit que ce soit le pont transbordeur, les installations portuaires, des usines….. . Elle devra ensuite soit se replier sur Le Havre ou franchir la Seine.

Elle n’aura le temps de faire ni l’un ni l’autre car elle de désintègre et ce sont des éléments isolés et épars qui pour certains vont aider les canadiens au Havre de Grâce et pour d’autres vont être évacués au sud de La Seine avant de rejoindre des unités en cours de reconstitution. L’évacuation se faisant de manière acrobatique avec tout ce qui pouvait flotter pour passer La Seine.

Cette nouvelle expérience de ratkrieg dissuade les allemands de s’emparer de Paris plus qu’une secrète admiration des officiers allemands envers les monuments parisiens qu’ils ne voulaient pas détruire (NdA toujours se méfier des mémoires écrites après guerre où il faut se montrer sous son meilleur jour surtout quand on appartient au camp des vaincus).

A l’époque le général Villeneuve s’est installé à Paris dans un lieu tenu secret (on apprendra après guerre qu’un blockhaus de commandement avait été aménagé dans le jardin de l’Hôtel des Invalides, bunker transformé en musée dans les années quatre-vingt après des années d’abandon) estimant que le rôle d’un chef est d’être en première ligne même si la guerre moderne rend plus délicate une telle exposition.

Si le «Général Tornade» à la confiance du politique, certains n’hésitent pas à prononcer mezzo voce l’idée d’une paix avec l’Allemagne. Certains tentent de remplacer le général Villeneuve rendu responsable de la situation militaire. Ces deux manœuvres échouent lamentablement. Certains responsables seront placés en résidence surveillée jusqu’à la fin du conflit.

A la fin du mois de septembre la majeure partie des troupes alliées à franchit La Seine avant de se retrancher sur la rive sud après avoir relevé les régiments territoriaux. Cela est facilité par le fait que les allemands ont privilégié la progression à l’est avec la prise de Dijon le 24 septembre et Besançon le 25.

Pour faciliter la transition, chaque régiment territorial avait été adossé à un régiment d’active, permettant par exemple aux jeunes recrues entrainées par les territoriaux de mieux intégrer les régiments d’active.

C’est à cette période que le général Villeneuve reçoit l’ordre IMPERATIF d’évacuer à Paris. Dans la nuit du 29 au 30 septembre 1949 avec son aide de camp et quatre «garde du corps» il repasse La Seine et rallie par la route la ville de Bourges où il va s’installer dans un nouveau PC souterrain comparable à l’ancien PC ATLANTIDE devenu un tas de ruines fumantes.

Vingt minutes après son passage, le lieu d’embarquement est bombardé par l’artillerie allemande (sans que l’on sache si les artilleurs teutons étaient au courant qu’ils auraient pu porter un coup mortel à l’effort de guerre allié). Vous avez dit baraka ?

Le repli des dernières unités au sud de La Seine est épique, digne de l’Anabase de Xénophon. Le fleuve qui arrose Paris est franchit sous le feu ennemi façon opération amphibie. Des ponts de bateaux sont détruits et reconstruits sans arrêt, les pontonniers français et britanniques se montrant digne de ceux du général Elbée à la Berezina.

Très vite la priorité est donnée aux hommes au détriment du matériel. Si les canons sauf les pièces les plus lourdes et/ou les plus anciennes sont évacués en revanche pour les chars c’est moins évident notamment pour les plus lourds comme l’ARL-44 Estienne ou le B-1ter.

Ces derniers sont plus ou moins cachés, plus ou moins sabotés. Si certains seront récupérés par les allemands, d’autres seront retrouvés par les alliés au moment de l’opération AVALANCHE.

Es-ce la fin de la Campagne/Bataille de France ? Les alliés l’espère pour enfin souffler et préparer la future contre-offensive. Reste à savoir si les allemands sont du même avis…… .

Le Conflit (75) Europe Occidentale (41)

Sur le sol de France : des combats violents et sans pitié

Le 18 juin 1949 après cinq semaines de combats éreintants en Belgique les troupes allemandes franchissent la frontière française. Pour les historiens c’est le début d’une phase appelée Bataille aux frontières. Celle-ci va durer près de deux mois puisqu’elle s’achève le 8 août 1949 quand le Groupe d’Armées n°1 se replie en bon ordre sur la Somme.

Es-ce le début de la fin pour les alliés ? Pas vraiment car les allemands sont épuisés mais surtout parce que le rôle des Heeresgruppe A et B est de provisoirement fixer le maximum de troupes alliées pour faciliter la future opération TIGER qui doit être lancée par le Heeresgruppe C (voir ci-après) et dont l’état-major allemand attend beaucoup trop peut être.

Quand l’opération TIGER est déclenchée le 22 juin 1949 les combats reprennent à nouveau sur la frontière. Les allemands vont multiplier les coups de sonde pour fixer les troupes alliées et surtout éviter le transfert de divisions du front nord au front est.

Pour cela ils vont multiplier les attaques locales et surtout laisser l’artillerie lourde (le déploiement de la EisenBahn Artillerie envisagée à été abandonné car logistiquement trop compliquée) et l’aviation mener des frappes d’interdiction contre les ponts, les routes, les ouvrages d’arts, les nœuds ferroviaires. Cela va entrainer une série de combats aériens absolument homériques où les deux camps se rendent coup pour coup. Les premiers héros de cette campagne sont largement mis en avant par la propagande.

Les combats déjà violents en Belgique vont l’être encore plus sur le sol de France. Non seulement les Furieux savent qu’ils défendent leur terre, leur pays, la terre de leurs ancêtres mais en plus parce qu’ils savent qu’ils ont infligé de lourdes pertes à l’ennemi.

Cette violence va se traduire par des pertes élevées mais aussi hélas par des exactions sur les civils et les prisonniers de guerre. On compte ainsi plusieurs cas de prisonniers sommairement exécutés, de blessés laissés volontairement sans soins ou encore de civils exécutés.

Si l’essentiel de ses exactions sont l’oeuvre de l’envahisseur, les alliés ont eut également leur part dans ces crimes.

Si après guerre les criminels de guerre allemands furent poursuivis par les justices françaises, britanniques et belges, en revanche pour le cas des soldats alliés ayant maltraité des civils et des prisonniers, les poursuites ont été plus que timides.

Quand la bataille de France va commencer en cette fin du mois de juin les alliés alignent au sein du GA n°1 un total de quarante et une Grandes Unités, trente-deux divisions d’infanterie et neuf divisions motomécaniques (deux divisions blindées britanniques, quatre divisions légères mécaniques et trois divisions cuirassées). A cela s’ajoute des divisions au repos ou en reconstitution à savoir onze grandes unités.

En face les Heeresgruppe A et B alignent quarante-six grandes unités dont sept Panzerdivision avec pas moins de quatorze divisions d’infanterie au repos.

Ce nombre important est critiqué au sein du haut commandement allemand mais pour les généraux engagés sur le front de l’ouest il s’agit de ménager un outil qui n’est pas extensible à l’infini d’autant que certaines unités doivent surveiller l’ancien allié soviétique et qu’ils sont au courant au moins dans les grandes lignes qu’une offensive dans les Balkans est prévue moins pour aider l’allié italien embourbé en Grèce que pour sécuriser le flanc méridional de la future opération BARBAROSSA.

En apparence donc les allemands ont une supériorité évidente. En apparence seulement car certaines divisions ont été très entamées par les rudes combats en Belgique, que certaines divisions sont composées de jeunes recrues et que le dispositif allié s’appuie dans certains secteurs sur les troupes de forteresse qui apportent un soutien évident aux troupes de campagne.

C’est surtout le cas pour le Groupe d’Armées n°2 qui couvre la frontière française entre Longwy et la frontière suisse.

C’est là que sont rassemblés les ouvrages les plus puissants de la Ligne Maginot qui en ses heures sombres va devoir prouver que les milliards investis étaient pleinement justifiés et non un gaspillage qui à empêché une motorisation et une mécanisation plus poussée de l’armée française.

De plus le GA n°2 n’à pas été entamé par les combats de mai et possède donc toutes ses capacités de combat.

A cela s’ajoute le fait que les leçons des premiers combats ont été vite transmises sans compter que les divisions de campagne déployées derrière la Ligne Maginot brûlent d’en découdre et les deux divisions polonaises ne sont pas les moins motivées, ayant quelques comptes à régler avec les teutons.

Au moment où l’opération TIGER est déclenchée, les alliés déploient au sein du GA n°2 un total de trente-quatre grandes unités dont six unités motomécaniques (trois DLM et trois Divisions Cuirassées) et donc vingt-huit divisions d’infanterie avec quatre divisions britanniques, deux divisions polonaises, une division tchèque et vingt et une divisions françaises.

En face le Heeresgruppe C ne dispose que de vingt-sept grandes unités dont trois divisions blindées (deux Panzerdivision et une S.S Panzerdivision) plus quatre divisions d’infanterie en réserve d’armée.

Ce qui va faire la différence ce sont les fameuses «Réserves Stratégiques» avec côté allié le fameux dispositif NorBourg (Normandie-Bourgogne) puisque les corps d’armée non intégrés aux armées étaient déployés grosso modo suivant un arc de cercle allant de la Normandie à la Bourgogne.

Suite aux combats en Belgique trois corps d’armée ont été «débloqués» pour soutenir le GA n°1, deux corps d’armée français (14ème et 32ème CA) et le 1er Corps d’Armée polonais. Les autres restent en réserve pour faire face aux prochains combats sur le sol de France.

Cela représente au total dix-huit grandes unités dont deux divisions motomécaniques, deux divisions blindées polonaises. A cela s’ajoute cinq divisions d’infanterie polonaises, quatre divisions d’infanterie coloniale, trois divisions d’infanterie nord-africaine et quatre divisions d’infanterie de ligne.

De leur côté les allemandes possèdent également des réserves stratégiques mais leur rôle est plus ambigu moins clair que pour les réserves stratégiques alliées. Il est probable que leur engagement répondra uniquement à une situation gravissime par exemple une menace d’invasion du Vaterland par les troupes alliées.

Mettons de côté les divisions prévues pour l’opération MARITSA visant la Yougoslavie et la Grèce, ces divisions étant au nombre de trois divisions blindées (1. PzD 5.PzD 12.PzD), d’une division d’infanterie de montagne (1. Gebirgsjäger), d’une division parachutiste (3. Fliegerdivision) et de sept divisions d’infanterie (3.ID 9.ID 14.ID 25.ID 31.ID 35.ID 5. Leichte Division) soit un total de douze grandes unités.

Les véritables réserves stratégiques sont placées sous l’autorité de la 2. Armee avec un corps d’armée, le 24.AK qui dispose de trois divisions d’infanterie, les 20. 21. et 24.ID et le 5.Panzerkorps qui regroupe deux divisions blindées en formation les 13. et 14.PzD

En revanche les unités S.S qui ne sont pas engagées à l’ouest ne sont pas placées sous l’autorité de la 2ème armée probablement pour des raisons politiques.

On trouve le bataillon Valkyria, l’équivalent S.S des commandos Brandebourgeois de l’armée, un bataillon dirigé par Otto Skorzeny, bataillon spécialisé dans les coups tordus.

On trouve également une brigade parachutiste S.S, la S.S-Fallschirmjagerbrigade qui est également en cours de montée en puissance, montée en puissance contrariée discrètement mais contrariée tout de même par la Luftwaffe peut désireuse de voir l’Ordre Noir empiéter sur ses plates-bandes.

-De nouvelles divisions S.S sont également mises sur pied en l’occurence une division de montagne S.S la 9. S.S Division «Prinz Eugen» et la 10. S.S Division «Florian Geyer».

Ces unités créées en janvier 1949 sont encore loin d’être opérationnelles quand les allemands attaquent, ces deux divisions devant attendre les suites des opérations dans les Balkans pour connaître leur baptême du feu ce qui sort du cadre de ce tome.

-Parlons également de l’équivalent allemand de la Réserve Générale la Heeres-Artillerie à savoir un regroupement de régiments d’artillerie lourde, des régiment destinés à un rôle plus stratégique que tactique c’est à dire d’obtenir la percée à la travers la «Muraille de France».

En septembre 1948, on trouve ainsi seize régiments d’artillerie lourde, un régiment disposant de canons de 356mm, deux régiments disposant de canons de 240mm, huit régiments disposant de canons de 170mm et cinq régiments disposant de cinq mortiers de 210mm.

A cela s’ajoute deux régiments d’artillerie lourde sur voie ferrée disposant de seize canons de 280mm K5 et de huit canons de 406mm K6.

Ces pièces lourdes vont rallier soit les côtes soit les frontières allemandes en vue par exemple de forcer la Ligne Maginot, d’éviter un débarquement allié ou de dissuader les soviétiques d’attaquer.

Faute de débarquement allié, l’ALVF va se concentrer sur la Ligne Maginot, les fortifications tchèques semblables dans leur conception servant de cobaye pour de nouvelles tactiques et de nouveaux obus à effet renforcé (explosif et de souffle).

Initialement les allemands voulaient noyer les ouvrages Maginot sous une pluie de bombes et d’obus mais cette stratégie qui connu ses heures de gloire au cours du premier conflit mondial avait montré ses limites notamment à Verdun où les allemands avaient été désagréablement surpris de trouver encore des unités françaises en état de combattre.

Il faut donc trouver des tactiques plus subtiles. On envisage des coups de main aéroportés mais les exemples belges ont déçu les allemands sans parler des pertes lors de l’opération MERKUR qui ont refroidit le haut commandement allemand sur l’utilité des opérations aéroportées.

Les allemands vont reprendre la tactique utilisée à la fin du premier conflit mondial, celle des Stosstruppen, de groupes d’assaut armés d’armes automatiques, de grenades, de lance-flammes pour s’emparer des ouvrages le tout couvert par l’artillerie et des canons d’assaut.

Une fois les principaux ouvrages neutralisés et/ou isolés, les allemands espèrent insérer leurs chars pour déboucher en terrain libre et foncer sur Paris en espérant prendre à revers les troupes déployées au nord contre les Heeresgruppe A et B.

Bien entendu et comme souvent ces plans grandioses dessinés sans tenir compte de la friction et de la réaction de l’ennemi sont largement fantasmagoriques.

Et si ces plans là avaient marché ? Si les alliés avaient réagit comme l’OKW l’avait voulu qu’auraient fait les allemands ? Conquérir la totalité de la France ? Se contenter de par exemple border la Loire et la côte Atlantique pour ne laisser qu’un nouveau Royaume de Bourges ? Nul ne le sait faute d’archives qui pour beaucoup ont disparu dans les bombardements.

Comme je l’ai dit à plusieurs reprises les allemands franchissent enfin la frontière franco-belge le 18 juin 1949. Enfin une avancée fulgurante ? Hélas pour eux non puisque les troupes alliées se replient en bon ordre sans panique. Elles sont certes affaiblies mais elles conservent vigueur et combativité bien aidées par l’arrivée de troupes fraiches. Les allemands en connaissaient l’existence mais ne pensaient pas que les alliés allaient les engager si vite.

De toute façon les allemands n’insistent guère, se contentant de titiller le dispositif allié pour le fixer, le maintenir sous pression pour empêcher un éventuel redéploiement pour repousser le plan TIGER.

Ce «Plan Tigre» doit être le coup décisif de l’offensif à l’ouest en forçant la ligne Maginot. Comme souvent dans l’art militaire allemand, le plan est simple avec une double pince pour aboutir à l’encerclement des troupes alliées.

Naturellement ils vont éviter les secteurs les plus puissants pour ceux moins bien protégés moins bien fortifiés. Ils décident d’axer leur effort sur le Secteur Défensif de la Sarre et sur le Secteur Fortifié d’Altkirch.

Es-ce à dire que le reste de la Ligne Maginot est épargnée ? Non bien sur les allemands adoptant la stratégie classique de «fixer et déborder».

Plusieurs assauts vont être menés après une intense préparation d’artillerie, intense non pas par sa durée mais par sa puissance et sa brutalité.

Du canon de 150mm au canon de 406mm en passant par des lance-roquettes multiples l’artillerie allemande tente de broyer les ouvrages pour faciliter le passage des groupes d’assaut. On à même envisager l’emploi de gaz de combat avant d’y renoncer probablement pour éviter une terrible et terrifiante escalade.

Ces derniers ont été mis sur pied avec les meilleurs éléments des InfanterieDivision qui ont bénéficié d’un entrainement spécifique mené par des vétérans des Stosstruppen. Ces derniers leur ont appris à manœuvrer, à utiliser de la manière la plus efficace les grenades, les armes automatiques et les lance-flammes.

Ils sont couvert par des Sturmgeschütz III des canons d’assaut disposant de canons de 75mm long tirant des obus explosifs mais aussi des obus fumigènes.

En face on trouve les unités de forteresse, les équipages d’ouvrages et les troupes d’intervalle soutenues par les troupes de campagne du GA n°2.

Face à cette agressivité allemande les français vont tenter de trouver la parade, la riposte la mieux adaptée.

Ils vont rappeler aux allemands leur maitrise de l’artillerie et surtout exploiter la furia francese en menant des raids pour perturber l’assaut à l’aide des corps francs qui avaient déjà mené une «petite guerre» entre septembre 1948 et mai 1949.

Les allemands vont mener plusieurs assauts les 22, 25, 28, 30 juin et 1er juillet 1949 avec des pertes assez élevées mais les divisions vont rester en ligne faute de pouvoir compter sur un nombre illimité de G.U en réserve. On verra même des recrues à peine instruites envoyées au sein des unités ! Pour faire l’amalgame on à connu mieux.

Plusieurs ouvrages sont pris et totalement neutralisés. Certains sont repris par les «fantassins du béton» qui justifient leur statut d’infanterie d’élite et surtout le lourd investissement consentit depuis la fin des années vingt.

Après quinze jours de très violents combats, les allemands ont obtenu deux têtes de pont l’une au nord et l’autre sud. Ils pourraient en théorie lancer deux pinces pour croquer le GA n°2 mais non seulement les allemands n’ont pas les moyens de leurs ambitions mais surtout le Groupe d’Armées n°2 ne va pas se laisser faire et va entamer un repli méthodique en tentant de tenir le plus longtemps possible les différentes villes. De leur côté les «fantassins du béton» ont pour consigne dans leurs ouvrages de tenir le plus longtemps possible avant d’évacuer ou de se rendre.

Le 7 juillet 1949 le jour même du lancement de l’opération MARITSA contre la Yougoslavie, les allemands relancent leur action sur le front nord. Depuis le 22 juin le front était non pas gélé mais les opérations avaient au ralenti au point que par endroit les alliés ont repris une partie du terrain perdu.

Les combats sont très violents non seulement parce que certaines unités ont des contentieux à régler mais aussi et peut être surtout parce que les Furieux défendent comme les Poilus leur pays, leurs villages, leurs fermes, leurs hameaux.

La violence des combats est telle qu’il semble avéré que le haut-commandement allemand à envisagé l’arrêt de MARITSA pour redéployer des unités sur le front occidental. Il semble que cette hypothèse à été abandonnée pour des raisons logistiques (on ne déplace pas une division sur plusieurs milliers de kilomètres d’un claquement de doigt, élément que les allemands oublieront deux ans plus tard lors de l’opération AVALANCHE) et de propagande (ne pas alimenter le fait que la machine de guerre allemande n’est pas si puissante que cela).

Nda j’entrerai dans les détails de l’opération TIGER dans la partie idoine

Du 9 au 14 juillet à lieu la Bataille de Lille. Elle oppose côté allié trois divisions : la 1st Infantry Division britannique, la 1ère division canadienne/1st Canadian Division et la 3ème Division d’Infanterie Motorisée (3ème DIM) associées à des éléments de forteresse du Secteur Fortifié de Lille, des éléments motomécaniques (14ème GRCA, 6ème GRDI, Un groupement de marche fournit par la 1ère division blindée britannique, la 1ère DLM) et des éléments d’appui avec des unités d’artillerie britanniques, le 125ème RALT, des éléments du génie.

En face les allemands ont engagé trois divisions, deux divisions d’infanterie (55 et 266.ID), une division blindée (1ère division blindée S.S), des éléments de reconnaissance, d’artillerie et du génie.

Surnomée The French (Division), la 1ère division britannique était restée en France après la guerre de Pologne, devenant la première unité étrangère stationnée en France en temps de paix depuis 1815 et la fin des guerres napoléoniennes.

Parfaitement intégrée à la vie lilloise, les soldats britanniques ont fait souche en se mariant avec des filles du cru avec descendance à la clé. De 1940 à 1948 il y eut 450 mariages franco-britanniques et 950 naissances.

Tous ne restaient pas à Lille même si le symbole faisait que les mouvements au sein de la division étaient rares, certains refusant une promotion pour rester à Lille où la vie était plutôt agréable.

Le lance corporal Edgar Brown s’était engagé dans l’armée britannique en septembre 1946 avec l’ambition de rejoindre cette division pas comme les autres. Son père avait combattu sur la Somme en 1916 où il avait été blessé. Une blessure salvatrice puisqu’il rencontra à l’hôpital son épouse et donc la mère d’Edgar Brown.

Arrivé en France en mars 1947, il se fond dans le décor, rencontrant une jeune lilloise Thérèse Ducroux qu’il épouse en mars 1948. En mai 1949 il devient père pour la première fois, son épouse donnant naissance à un fils prénommé Jean. Juste le temps de le saluer et le caporal Brown est partit en Belgique après l’invasion allemande.

Au cours des violents combats, il est blessé et fait prisonnier mais parvient à échapper à la vigilance des soldats allemands pour rejoindre son unité et combattre pour SA ville. Il était d’autant plus motivé qu’il savait sa femme et son fils à l’abri en Bretagne loin des combats.

Pour la postérité il va être connu sous le nom de «Mad Dog» (chien fou) pour son comportement lors de la bataille de Lille. Promu sergent suite aux combats en Belgique, il dirigeait un groupe de combat, une bande plus qu’une unité au point que la hiérarchie s’en ait inquiété.

Il faut dire que Edgar Brown et ses gars n’étaient pas vraiment fan de la discipline militaire et du règlement avec cette maxime «Si c’est pas interdit c’est autorisé, si c’est pas fixé pas surveillé et que tu en as besoin c’est à toi».

Ce qui est certain c’est que les allemands ont appris à redouter le sergent Brown. Celui-ci se spécialisa dans la patrouille offensive, le coup de main qui mit les allemands sur les dents. Encore aujourd’hui les forces spéciales britanniques considèrent le sergent Brown comme l’un de leurs «Pères Fondateurs».

Devenu un héros habilement mis en valeur par la propagande alliée, il à combattu jusqu’à la fin de la Campagne de France mais ne vit pas la fin du conflit, étant tué en Belgique en mars 1952, laissant une femme et deux orphelins, Jean et Marie.

Le premier suivit les traces de son père en s’engageant dans la Légion Etrangère en 1967 («Etant franco-britannique c’était un moyen de ne pas choisir entre Papa et Maman» dira-t-il avec humour) alors que sa sœur devint officier de marine au sein de La Royale, les enfants Brown se sentant plus français que britanniques.

Revenons à la Bataille de Lille. L’objectif des troupes françaises est de tenir le plus longtemps possible pour user l’outil militaire allemand.. il n’est pas forcément prévu de contre-attaquer mais le général Villeneuve n’exclut pas de «lâcher les chevaux» pour renvoyer les allemands d’abord en Belgique puis chez eux.

Si Lille à été fortifiée par Vauban ces fortifications sont davantage muséales qu’efficaces. Certes des travaux ont été menés notamment par les britanniques mais rien qui ne se rapproche de la Ligne Maginot.

Dans un premier temps les allemands ont espéré pouvoir dépasser Lille et la laisser avec une division en surveillance mais très vite le dispositif allié rendait cette solution impossible à choisir.

Non il fallait monter une opération de combat en bonne et due forme. Les combats commencent le 9 juillet soit deux jours après la relance des opérations sur le front nord alors que l’opération TIGER n’à pas obtenue les résultats escomptés et espérés.

Le premier jour les affrontements sont l’apanage des unités motomécaniques alliées comme ennemies, le 6ème GRDI engageant ses chars légers FCM-42, ses automitrailleuses puissantes et ses fusiliers motocyclistes contre leurs homologues allemands. L’artillerie alliée et l’artillerie allemande se lancent dans une série de duels homériques.

Le 10 juillet 1949 à l’aube l’aviation allemande se déchaine, la capitale de la Flandre française est sévèrement endommagée avec plusieurs centaines de morts. Ce raid de terreur ne fait que renforcer la détermination des défenseurs qu’ils soient britanniques, canadiens ou français.

Même des civils sont prêts à prendre les armes ! (Bon soyons honnête il s’agit de la minorité la plus décidée, nombre d’entre-eux ont légitiment préféré fuir ou se terrer dans les abris pour échapper aux affres de l’aviation et de l’artillerie).

Si la 1ère division britannique doit tenir la ville stricto sensu, les deux autres divisions couvrent la ville l’une à l’ouest (3ème DIM) et l’autre à l’est (1ère division canadienne), couverture d’autant plus capitale que comme nous allons le voir la ville de Dunkerque est tombée aux mains des allemands le 9.

Les allemands lancent deux attaques en ce 10 juillet mais elles sont repoussées avec de lourdes pertes des deux côtés. Le 11 le mauvais temps empêche toute action majeure des deux camps qui contentent de «tâter» le dispositif ennemi, prélude à de nouvelles opérations.

Le 12 juillet 1949 à la grande surprise des allemands les alliés lancent leurs unités motomécaniques dans une offensive destinée à alléger la pression allemande. Cette contre-attaque rempli parfaitement ses objectifs mais hélas ce n’est que reculer pour mieux sauter.

Les allemands repassent l’assaut le 13 juillet. Pendant que la division Panzer S.S fixe la 3ème DIM, les deux autres divisions d’infanterie s’occupe de la division britannique et de la division canadienne.

Les ouvrages de la place Vauban sont emportés mais les alliés décident de combattre dans les rues de Lille, aggravant encore les dégâts causés par l’aviation et par l’artillerie allemande.

Les combats sont violents se faisant à courte distance davantage avec le pistolet mitrailleur, le poignard, la grenade que le fusil. Cela ne veut pas dire que les autres armes ne sont pas engagées que ce soit le mortier, le fusil mitrailleur, la mitrailleuse et le fusil antichar utilisé contre toutes les cibles sauf celle pour laquelle il à été conçu.

Le lendemain pour le Bastille Day (14 juillet 1949) les troupes alliées évacuent en bon ordre la ville de Lille mais les allemands usés par de violents combats ne peuvent les poursuivre.

Tout juste l’aviation, l’artillerie et les éléments en pointe de la 1ère division blindée S.S reçoivent l’ordre de maintenir la pression pendant que les 55ème et 266ème DI pardon les 55 et 266.ID sont chargées de nettoyer la ville des éléments alliés isolés encore présent car ne pouvant ou ne voulant évacuer.

Six jours plus tôt donc la ville de Jean Bart Dunkerque était tombée aux mains des allemands. Cela n’était pas une surprise la ville formant une des pointes de feu la Poche d’Ostende où les soldats belges avaient combattu jusqu’à l’extrême limite de leurs forces.

Logiquement, normalement cette ville qui fût successivement espagnole, anglaise puis française aurait du tomber dans la foulée sauf que ce ne fût pas le cas pour deux raisons principales : l’épuisement des allemands et la présence des fortifications de la Station Navale de Dunkerque.

Ces fortifications sont un mélange de forts construits à la fin du 19ème siècle quand on était pas certain de l’attitude britannique et de fortifications construites durant la Pax Armada. Cela doit permettre à Dunkerque de devenir un véritable «hérisson» pour appuyer la manœuvre AUSTERLITZ et servir de «récif» sur lequel pourrait se briser un assaut allemand.

Pour ne pas alourdir inutilement le récit je vais rester dans les grandes lignes avec une première ligne s’appuyant sur les forts de Zuydcoote et du Mardyck et une seconde ligne composée de deux petits forts construits durant la Pax Armada.

Ces forts s’appuient sur d’autres ouvrages construits par l’armée de terre avec naturellement fossés, champs de mines et barbelés.

Si la puissance de feu des ouvrages terrestres reposent essentiellement sur des mitrailleuses et des canons antichars de 47mm, les défenses côtières disposent de pièces plus lourdes de 90, 138 et 194mm toutes modifiées pour tirer contre terre.

A cela s’ajoute une DCA correcte pour l’époque avec à la fois des pièces dépendant des ouvrages (canons de 25mm) mais aussi des pièces dépendant de la marine (1ère Batterie Anti-Aérienne de Marine avec canons de 90mm), de l’armée de terre (une batterie mixte de campagne du 7ème GAAC avec canons de 37mm et canons de 75mm) et de l’armée de l’air (Défense Antiaérienne du Territoire avec deux batteries légères de 25mm et une batterie lourde de 90mm).

Qui dit ouvrages dit garnison avec deux compagnies de fusiliers marins (1ère et 2ème) qui ne vont pas tarder à montrer aux «terriens» qu’un marin peut aussi combattre sur la terre ferme.

En ce qui concerne les troupes terrestres la 25ème DIM (Division d’Infanterie Motorisée) est chargée de défendre la ville en liaison avec le 5ème GRDI et le 43ème BCC. La 21ème DI et le 27ème GRDI sont chargés de couvrir le repli éventuel de la division hors de Dunkerque. A cela s’ajoute des éléments du génie et de l’artillerie avec notamment le 101ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (101ème RALT).

Côté allemand on trouve deux divisions d’infanterie (10. et 261.ID), un PanzerGruppe de la 2.PzD ainsi que des unités d’artillerie et de soutien.

Tout comme dans les villes belges et bientôt Lille les allemands espèrent s’emparer sans trop de difficultés de l’ancienne cité corsaire à croire qu’ils ignoraient la présence des fortifications défendant la place forte de Dunkerque. Tout comme à Liège en 1914 ils tentent un coup de main nocturne dans la nuit du 6 au 7 juillet mais sont sèchement repoussés par la garnison et par la 25ème DIM.

Le 7 juillet 1949 le 43ème BCC (30 Renault R-40) et le 5ème GRDI (16 Hotchkiss H-39 et 16 AM modèle 1940P) lancent une contre-attaque, bousculant la 10ème division d’infanterie allemande mais face à l’intervention des Panzer et de l’aviation le groupement motomécanique doit se replier à Dunkerque.

Les allemands attaquent en fin d’après midi pénétrant dans la nuit dans la ville de Jean Bart. Ils rechignent cependant à pénétrer plus en avant préférant attendre le lendemain pour reprendre leur avancée.

Le 8 juillet 1949 les combats reprennent avec une violence digne de la Campagne de Belgique, violence liée intrinséquement aux combats urbains mais aussi à la géographie.

En effet la ville est très compartimentée imposant un combat à une distance particulièrement réduite et augmentant donc encore les pertes et l’impact de la puissance de feu, les deux camps découvrant que l’artillerie et l’aviation rendaient davantage service au défenseur en créant de nouveaux fortins, de nouveaux obstacles. A cela s’ajoute à Dunkerque l’incendie des dépôts pétroliers (par sabotage et par la Luftwaffe). Comme le reconnaît le caporal Desnoler de la 25ème DIM l’atmosphère devenait parfois irrespirable.

«Parfois l’atmosphère était tellement irrespirable qu’on devait mettre notre masque à gaz. On ne voyait pas à dix mètres et parfois ont tombait sur l’ennemi de manière totalement fortuite. Celui qui frappait le plus fort gagnait l’autre mourait. Vraiment la guerre urbaine quelle saloperie à part pour quelques fondus travaillant à la dynamite !».

Dans la nuit du 8 au 9 juillet 1949 les troupes alliées présentes dans la ville reçoivent l’ordre de décrocher. Une poignée de volontaires acceptent de donner le change en faisant croire que la ville était encore solidement tenue et pour cela les Furieux de la 25ème DIM ne manquèrent pas d’imagination.

Quand les allemands hissent leur sinistre drapeau frappé de la svatiska la ville de Jean Bart est détruite à 85%. Aucun quartier n’est épargné, les immeubles encore debout sont rares. Nombre d’habitants ont tenté de fuir vers la Belgique ou d’embarquer à bord de quelques navires évacuant les militaires blessés.

Le port est encombré d’épaves plus ou moins volontaires, les chantiers navals ont été méthodiquement sabotés que ce soit les navires sur cale, les grues, les ateliers une fois vidés de leurs machines quand celles-ci étaient évacuables bien sur.

Les allemands ont espéré relancer l’industrie dunkerquoise mais ils vont très vite déchanter tant cela aurait nécessité d’investissements bien plus utiles ailleurs. Quelques entreprises vont relancer leur production davantage pour permettre aux ouvriers de survivre que par adhésion au nouvel occupant. D’ailleurs le premier fusillé dunkerquois pour faits de résistance est Léon Morel un patron d’une entreprise de BTP le 14 décembre 1949.

En ce qui concerne les unités ayant combattu à Dunkerque côté allié la 25ème DIM est considérée comme détruite mais sera reconstituée sous la forme d’une division…..parachutiste.

Ce choix répond à la volonté de placer sous de glorieux auspices la première division parachutiste de l’armée de terre surtout que comme nous le savons ce transfert à tout sauf été apprécié par les premiers concernés qui voulaient rester sous l’autorité de l’armée de l’air.

Le 5ème GRDI ne sera pas reconstitué directement mais comme la 5ème DIM va être maintenue avec un Groupement de Reconnaissance, ce dernier va prendre en charge les traditions et l’histoire de feu le 5ème GRDI. Le 43ème BCC sera lui aussi reconstitué pour être intégré à la 1ère Division Blindée (ex-1ère Division Cuirassée).

Coté allemand les différentes unités ont certes subit des pertes sensibles mais elles restent en ligne signe que la machine de guerre allemande est bien limitée en terme de Grandes Unités et d’effectifs disponibles.

Après la chute de Dunkerque et de Lille, les unités du GA n°1 doivent se replier en tiroir sur la Somme pour ne pas être enveloppés.

Cela va entrainer également le repli du GA n°2 mais par étapes sans panique, chaque ville formant autant de «forteresses» pour éviter la débandade des troupes alliées et pour éviter que les allemands ne prennent les alliés de vitesse.

Comme souvent ce sont les unités montées qui couvrent le repli des unités d’infanterie, repli accéléré par la mobilisation de tout le parc automobile disponible. Ce repli est couvert par l’artillerie française et par l’aviation.

NdA plus de détails dans la partie liée à l’opération TIGER.

Le Conflit (71) Europe Occidentale (37)

Ordre de Bataille des forces alliées pour la Campagne de France (4) : Réserves Stratégiques et Réserves Générales

Réserves Stratégiques françaises et polonaises

La mobilisation à permis de constituer une réserve stratégique composée notamment de huit Corps d’Armée déployés en arc de cercle de la Normandie à la Bourgogne d’où le nom attribué de dispositif NorBourg.

Deux corps d’armée vont être débloqués _les 14ème et 32ème Corps d’Armée_ auxquels il faut ajouter un corps d’armée polonais détaché de l’APF (Armée Polonaise en France).

Dans cette partie je vais rappeler l’organisation sommaire des corps d’armée qui restent sous le contrôle du commandant en chef de l’armée de terre, le général Ganelon. Je vais également rappeler la composition du Détachement d’Armées du Sud-Ouest (DASO) et d’autres unités en réserve que ce soit des unités de chars, d’artillerie, du génie et du train.

Les corps d’armée suivants sont déployés selon un arc de cercle allant grosso modo de la Normandie à la Bourgogne pour servir de réserve stratégique offensive comme défensive.

-14ème Corps d’Armée (14ème CA) : transféré à la 7ème Armée

-15ème Corps d’Armée (15ème CA)/2ème Corps d’Armée Colonial (2ème CACol)

-615ème Régiment de Pionniers (615ème RP)

-15ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (15ème GRCA) disposant de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses de découverte qui n’ont pas encore reçu des AMP.

-141ème Régiment d’Artillerie Lourde Hippomobile (141ème RALH) disposant de deux groupes de 105mm équipés de canons de 105L modèle 1941T et de deux groupes de 155mm disposant de canons de 155L modèle 1945S.

-Des unités du génie, du train, des transmissions, de l’intendance et du service de santé

-Groupe Aérien d’Observation 515 (GAO n°515) disposant de huit Bloch MB-175, de douze Dewoitine D-720 et de quinze ANF-Les Mureaux ANF-123.

-72ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (72ème GRDI) disposant de chars légers AMX-42 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-2ème Division d’Infanterie Coloniale (2ème DIC)

-74ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (74ème GRDI) disposant de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-4ème Division d’Infanterie Coloniale (4ème DIC)

-16ème Corps d’Armée (16ème CA)

-616ème Régiment de Pionniers (616ème RP)

-16ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (16ème GRCA) qui dispose à la mobilisation d’Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses de découverte. Au début de la Campagne de France, il dispose d’AMX-42 et d’automitrailleuses puissantes AM modèles 1940P.

-142ème Régiment d’Artillerie Lourde Hippomobile (142ème RALH) disposant de deux groupes de 105mm équipés de canons de 105L modèle 1941T et de deux groupes de 155mm disposant de canons de 155L modèle 1945S.

-Des unités du génie, du train, des transmissions, de l’intendance et du service de santé

-Groupe Aérien d’Observation 516 (GAO n°516) comprend huit Bloch MB-176, douze Dewoitine D-720 et quinze ANF-Les Mureaux ANF-123.

-96ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (96ème GRDI) disposant de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses de découverte.

-6ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (6ème DINA)

-98ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (98ème GRDI) disposant de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses de découverte

-8ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (8ème DINA)

-17ème Corps d’Armée (17ème CA)

-617ème Régiment de Pionniers (617ème RP)

-17ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (17ème GRCA) disposant de chars légers AMX-42 et d’automitrailleuses de découverte

-143ème Régiment d’Artillerie Lourde Hippomobile (143ème RALH) disposant de deux groupes de 105mm équipés de canons de 105L modèle 1941T et de deux groupes de 155mm disposant de canons de 155L modèle 1945S.

-Des unités du génie, du train, des transmissions, de l’intendance et du service de santé

-Groupe Aérien d’Observation 517 (GAO-517) disposant de huit Bloch MB-176, de douze Dewoitine D-720 et de quinze ANF-Les Mureaux ANF-123.

-97ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (97ème GRDI) disposant de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses de découverte.

-7ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (7ème DINA)

-75ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (75ème GRDI) disposant de chars légers AMX-42 et d’automitrailleuses de découverte.

-5ème Division d’Infanterie Coloniale (5ème DIC) 

-31ème Corps d’Armée (31ème CA)

-631ème Régiment de Pionniers (631ème RP)

-31ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (31ème GRCA) disposant de chars légers AMX-42 et d’automitrailleuses de découverte.

-144ème Régiment d’Artillerie Lourde Hippomobile (144ème RALH) disposant de deux groupes de 105mm équipés de canons de 105L modèle 1941T et de deux groupes de 155mm disposant de canons de 155L modèle 1945S.

-Des unités du génie, du train, des transmissions, de l’intendance et du service de santé

-Groupe Aérien d’Observation n°531 (GAO-531) : huit Bloch MB-176, douze Dewoitine D-720 et de quinze ANF-Les Mureaux ANF-123.

-76ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (76ème GRDI) disposant de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-6ème Division d’Infanterie Coloniale (6ème DIC) 

-3ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie Polonais (3ème GRDIPol) disposant d’autos blindées Daimler Dingo et de chars légers Hotchkiss H-39.

-3ème Division d’Infanterie Polonaise (3ème DIP) 

-33ème Corps d’Armée (33ème CA)

-633ème Régiment de Pionniers (633ème RP)

-33ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (33ème GRCA) disposant de chars légers AMX-42 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-146ème Régiment d’Artillerie Lourde Hippomobile (146ème RALH) disposant de deux groupes de 105mm équipés de canons de 105L modèle 1941T et de deux groupes de 155mm disposant de canons de 155L modèle 1945S.

Des unités du génie, du train, des transmissions, de l’intendance et du service de santé

-Groupe Aérien d’Observation 533 (GAO-533) : huit Bloch MB-176, douze Dewoitine D-720 et quinze ANF-Les Mureaux ANF-123

-57ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (57ème GRDI) disposant de chars légers FCM-42 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-62ème Division d’Infanterie (62ème DI)

-56ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (56ème GRDI) disposant de chars légers FCM-42 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-63ème Division d’Infanterie (63ème DI)

-34ème Corps d’Armée (34ème CA)

-634ème Régiment de Pionniers (634ème RP)

-34ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (34ème GRCA) disposant de chars légers AMX-42 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-147ème Régiment d’Artillerie Lourde Hippomobile (147ème RALH) disposant de deux groupes de 105mm équipés de canons de 105L modèle 1941T et de deux groupes de 155mm disposant de canons de 155L modèle 1945S.

Des unités du génie, du train, des transmissions, de l’intendance et du service de santé

-Groupe Aérien d’Observation 534 (GAO-534) : Huit Bloch MB-176, douze Dewoitine D-720 et de quinze ANF-Les Mureaux ANF-123.

-53ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (53ème GRDI) disposant de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses de découverte AMD-178B.

-66ème Division d’Infanterie (66ème DI) 

-52ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (52ème GRDI) disposant de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses de découverte AMD-178B.

-67ème Division d’Infanterie (67ème DI)

Armée Polonaise en France (APF)

-Un Etat-major installé à Compiègne

-Des éléments du génie et de soutien logistique :

-Deux régiments du génie à trois bataillons chacun, les 1er et 2ème RGPol. A noter que le 1er bataillon du 1er RG est détaché auprès du 1er CA Pol placé sous le commandement de la 1ère Armée

-Deux régiments du train

-Deux régiments de transmission

-Deux Antennes Chirurgicales d’armée

-Deux groupement d’intendance

-Quatre régiments d’artillerie lourde polonais :

-Le 302ème RAL Pol: trois groupes équipés de canons de 194mm Grande Puissance Filloux-Touzard (194L GPF-T) (un groupe détaché auprès du 301ème RALPol

-Le 303ème RAL Pol : trois groupes équipés de canons de 155mm Grande Puissance Filloux-Touzard (155L GPF-T)

-Le 304ème RAL Pol : trois groupes équipés de canons de 194mm Grande Puissance Filloux-Touzard (194L GPF-T)

-1er Corps d’Armée Polonais : voir 1ère Armée

-2ème Corps d’Armée Polonais

-Un groupement antichar disposant de canons antichars de 47mm

-Un groupement antiaérien disposant de canons antiaériens Bofors de 40mm

-Un Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (GRCA) disposant d’autos blindées Daimler Armoured Car en attendant la livraison possible de chars légers, chars toujours pas arrivés au début du mois de juin.

-7ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie Polonais (7ème GRDI Pol) disposant d’automitrailleuses britanniques Humber Armoured Car et de chars légers AMX-44

-6ème Division d’Infanterie Polonaise (6ème DIP)

-8ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie Polonais (8ème GRDI Pol) disposant d’automitrailleuses britanniques Daimler Armoured Car et de chars légers AMX-44.

-2ème Division de Grenadiers de la Garde (2ème DGG)

3ème Corps d’Armée Polonais

-Un groupement antichar équipé de canons de 47mm Puteaux modèle 1939

-Un groupement antiaérien équipé de canons de 40mm Bofors

-Un Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (GRCA) disposant d’autos blindées Humber Armoured Car en attendant la livraison potentielle de chars légers.

-9ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie Polonais (9ème GRDI Pol) disposant d’autos blindées Humber Armoured Car et de chars légers AMX-44

-7ème Division d’Infanterie Polonaise (7ème DIP) 

-10ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie Polonais (10ème GRDI Pol) disposant d’autos blindées Daimler Armoured Car et de chars légers AMX-44.

-3ème Division de Grenadiers de la Garde (3ème DGG) 

-4ème Corps de Cavalerie

-Un état-major

-Des unités du génie et de soutien logistique

-Un groupement antichar et antiaérien disposant de canons de 47mm Puteaux modèle 1937 et de canons de 40mm Bofors, les premiers étant antichars et les seconds antiaériens.

-Un régiment d’artillerie lourde disposant de trois groupes de 105mm équipés de canons de 105L modèle 1941T.

-10ème Division Blindée :

-Un état-major

-Des unités du génie et de soutien

-Un régiment de découverte, le 10ème régiment de Uhlans équipé d’autos blindées Humber Armoured Car et de chars légers Hotchkiss H-39

-Un bataillon de chars lourds disposant de trente-deux B-1bis

-Deux bataillons de chars moyens équipés de Renault R-40

-Un régiment d’artillerie disposant de canons de 75mm TAZ modèle 1939.

-21ème Division Blindée :

-Un état-major

-Des unités du génie et de soutien

-Un régiment de découverte, le 20ème régiment de Uhlans disposant d’autos blindées Humber Armoured Car et de chars légers Hotchkiss H-39

-Un bataillon de chars lourds disposant de B-1bis

-Deux bataillons de chars moyens équipés d’Hotchkiss H-39

-Un régiment d’artillerie disposant de canons de 75mm TAZ modèle 1939.

NdA le rééquipement des divisions blindées polonaises était dans les tuyaux en mai 1949 avec le remplacement des B-1bis par des B-1ter et des H-39 par soit un char moyen ou par un char léger.

Le Conflit (46) Europe Occidentale (12)

Les corps d’armée suivants sont déployés selon un arc de cercle allant grosso modo de la Normandie à la Bourgogne pour servir de réserve stratégique offensive comme défensive.

14ème Corps d’Armée (14ème CA)

-614ème régiment de pionniers (614ème RP)

-14ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (14ème GRCA) équipé de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses de découverte en attendant des automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P (qui ne sont pas là au 10 mai 1949)

-125ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (125ème RALT) disposant de deux groupes de 105mm équipé de canons de 105L modèle 1941T et de deux groupes de 155mm équipés de canons de 155 GPF-T.

-Des unités du génie, du train, des transmissions, de l’intendance et du service de santé

Le Groupe Aérien d’Observation n°514 (GAO-514) ne doit être placé sous le commandement du 14ème CA que si celui-ci est engagé au combat. Il comprend huit Bloch MB-176, douze Dewoitine D-720 et quinze ANF-Les Mureaux ANF-123.

-6ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (6ème GRDI) disposant de chars légers FCM-42 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-La 3ème Division d’Infanterie Motorisée (3ème DIM) dispose de trois régiments d’infanterie de ligne (51ème, 67ème et 91ème RI), de deux régiments d’artillerie (42ème RAD et 242ème RALD), de la 603ème Batterie Divisionnaire AntiChar, du 603ème bataillon de défense antiaérienne, du 16ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

-28ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (28ème GRDI) disposant de Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses de découverte en attendant la disponibilité de FCM-42 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P (ces véhicules ne sont toujours pas là au 10 ami 1949).

-La 24ème Division d’Infanterie (24ème DI) est une division qui dispose de trois régiments d’infanterie (50ème, 63ème et 78ème RI), de deux régiments d’artillerie (21ème RAD et 221ème RALD), de la 624ème Batterie Divisionnaire AntiChar, du 624ème bataillon de défense antiaérienne, du 97ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

15ème Corps d’Armée (15ème CA)/2ème Corps d’Armée Colonial (2ème CACol)

-615ème Régiment de Pionniers (615ème RP)

-15ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (15ème GRCA) disposant de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses de découverte en attendant la disponibilité des automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-141ème Régiment d’Artillerie Lourde Hippomobile (141ème RALH) disposant de deux groupes de 105mm équipés de canons de 105L modèle 1941T et de deux groupes de 155mm disposant de canons de 155L modèle 1945S.

-Des unités du génie, du train, des transmissions, de l’intendance et du service de santé

-Groupe Aérien d’Observation 515 (GAO n°515) disposant de huit Bloch MB-175, de douze Dewoitine D-720 et de quinze ANF-Les Mureaux ANF-123.

-72ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (72ème GRDI) disposant de chars légers AMX-42 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-2ème Division d’Infanterie Coloniale (2ème DIC) : Cette division comprend trois régiments d’infanterie, le Régiment d’Infanterie Coloniale du Maroc (RICM), des 4ème et 8ème régiments de tirailleurs sénégalais; de deux régiments d’artillerie (2ème RAC et 202ème RALC), de la 2ème batterie antichar divisionnaire coloniale, du 2ème bataillon de défense antiaérienne coloniale, du 36ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

-74ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (74ème GRDI) disposant de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-4ème Division d’Infanterie Coloniale (4ème DIC) : Cette division comprend un régiment européen, le 2ème régiment d’infanterie coloniale et deux régiments «indigènes», les 16ème et 24ème régiments de tirailleurs sénégalais, deux régiments d’artillerie les 12ème RAC et 212ème RALC, de la 604ème Batterie Divisionnaire Antichar Coloniale, du 604ème bataillon de défense antiaérienne colonial, du 39ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

16ème Corps d’Armée (16ème CA)

-616ème Régiment de Pionniers (616ème RP)

-16ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (16ème GRCA) disposant de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses de découverte en attendant la livraison de chars légers AMX-42 et d’automitrailleuses puissantes modèle 1940P, ces véhicules n’étant toujours pas là un certain 10 mai 1949.

-142ème Régiment d’Artillerie Lourde Hippomobile (142ème RALH) disposant de deux groupes de 105mm équipés de canons de 105L modèle 1941T et de deux groupes de 155mm disposant de canons de 155L modèle 1945S.

-Des unités du génie, du train, des transmissions, de l’intendance et du service de santé

-Groupe Aérien d’Observation 516 (GAO n°516) comprend huit Bloch MB-176, douze Dewoitine D-720 et quinze ANF-Les Mureaux ANF-123.

-96ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (96ème GRDI) disposant de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses de découverte.

-6ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (6ème DINA) : Elle dispose de deux régiments de tirailleurs algériens, les 9ème et 10ème RTA et d’un régiment de tirailleurs marocains, le 12ème RTM; deux régiments d’artillerie (6ème RANA et 206ème RALNA), de la 6ème Batterie Divisionnaire Antichar Nord-Africaine, du 6ème bataillon de défense antiaérienne nord-africain, du 98ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

-98ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (98ème GRDI) disposant de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses de découverte

-8ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (8ème DINA) : Elle dispose de de trois régiments de tirailleurs à savoir le 17ème régiment de tirailleurs algériens (17ème RTA), le 6ème et le 7ème régiment de tirailleurs tunisiens (6ème et 7ème RTT).

Elle dispose également de deux régiments d’artillerie (8ème RANA et 208ème RALNA), de la 8ème Batterie Divisionnaire Antichar Nord-Africaine, du 8ème bataillon de défense antiaérienne nord-africain, du 99ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

17ème Corps d’Armée (17ème CA)

-617ème Régiment de Pionniers (617ème RP)

-17ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (17ème GRCA) devant disposer de chars légers AMX-42 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P. En attendant leur disponibilité, les AMX-42 sont remplacés par des Renault R-35 et des automitrailleuses de découverte. Au 10 mai 1949, les chars légers sont arrivés mais les automitrailleuses puissantes se font encore désirer.

-143ème Régiment d’Artillerie Lourde Hippomobile (143ème RALH) disposant de deux groupes de 105mm équipés de canons de 105L modèle 1941T et de deux groupes de 155mm disposant de canons de 155L modèle 1945S.

-Des unités du génie, du train, des transmissions, de l’intendance et du service de santé

-Groupe Aérien d’Observation 517 (GAO-517) disposant de huit Bloch MB-176, de douze Dewoitine D-720 et de quinze ANF-Les Mureaux ANF-123.

-97ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (97ème GRDI) disposant de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses de découverte en attendant la disponibilité d’automitrailleuses puissantes qui se font encore désirer le 10 mai 1949.

-7ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (7ème DINA) : Elle dispose d’un régiment de tirailleurs tunisiens (le 5ème RTS) et deux régiments de tirailleurs algériens (12ème et 16ème RTA); de deux régiments d’artillerie (81ème RANA et 281ème RALNA), de la 7ème Batterie Divisionnaire Antichar Nord-Africaine, du 7ème bataillon de défense antiaérienne nord-africain, du 100ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

-75ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (75ème GRDI) disposant de chars légers AMX-42 et d’automitrailleuses de découverte en attendant la disponibilité d’automitrailleuses puissantes.

-5ème Division d’Infanterie Coloniale (5ème DIC) : Cette division dispose de trois régiments de tirailleurs sénégalais (11ème, 21ème et 23ème RTS); de deux régiments d’artillerie coloniale (13ème RAC et 213ème RALC), de la 605ème Batterie Divisionnaire Antichar coloniale, du 605ème bataillon de défense antiaérienne coloniale, du 101ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

31ème Corps d’Armée (31ème CA)

-631ème Régiment de Pionniers (631ème RP)

-31ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (31ème GRCA) disposant de chars légers AMX-42 et d’automitrailleuses de découverte en attendant la disponibilité d’automitrailleuses puissantes.

-144ème Régiment d’Artillerie Lourde Hippomobile (144ème RALH) disposant de deux groupes de 105mm équipés de canons de 105L modèle 1941T et de deux groupes de 155mm disposant de canons de 155L modèle 1945S.

-Des unités du génie, du train, des transmissions, de l’intendance et du service de santé

-Groupe Aérien d’Observation n°531 (GAO-531) : huit Bloch MB-176, douze Dewoitine D-720 et de quinze ANF-Les Mureaux ANF-123.

-76ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (76ème GRDI) disposant de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses de découverte en attendant la disponibilité d’automitrailleuses puissantes.

-6ème Division d’Infanterie Coloniale (6ème DIC) : Cette division dispose d’un régiment d’infanterie coloniale (5ème RIC) et de deux régiments de tirailleurs sénégalais (19ème et 22ème RTS); de deux régiments d’artillerie coloniaux (14ème RAC et 214ème RALC), la 606ème Batterie Divisionnaire Antichar coloniale, du 606ème Bataillon de défense antiaérienne colonial, du 102ème bataillon du génie et de différentes unités de soutien.

-3ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie Polonais (3ème GRDIPol) disposant d’autos blindées Daimler Dingo en attendant la livraison de chars légers sans que l’on connaisse à l’époque le modèle.

-3ème Division d’Infanterie Polonaise (3ème DIP) : Cette division dispose de trois régiments d’infanterie (7ème régiment d’infanterie polonaise, 8ème régiment d’infanterie polonaise et 9ème régiment d’infanterie polonaise); deux régiments d’artillerie (3ème RAPol et 203ème RAPol), de la 603ème Batterie Divisionnaire Antichar Polonaise, du 603ème bataillon de défense antiaérienne polonais, du 103ème bataillon du génie et de différentes unités de soutien.

32ème Corps d’Armée (32ème CA)

-632ème Régiment de Pionniers (632ème RP)

-32ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (32ème GRCA) disposant de chars légers AMX-42 et d’automitrailleuses de découverte en attendant la disponibilité d’automitrailleuses puissantes.

-145ème Régiment d’Artillerie Lourde Hippomobile (145ème RALH) disposant de deux groupes de 105mm équipés de canons de 105L modèle 1941T et de deux groupes de 155mm disposant de canons de 155L modèle 1945S.

-Des unités du génie, du train, des transmissions, de l’intendance et du service de santé

-Groupe Aérien d’Observation 532 (GAO-532) : huit Bloch MB-176, douze Dewoitine D-720 et de quinze ANF-Les Mureaux.

-77ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (77ème GRDI) disposant de chars légers AMX-42 et d’automitrailleuses de découverte en attendant la disponibilité d’automitrailleuses puissantes.

-7ème Division d’Infanterie Coloniale (7ème DIC) : Cette division dispose d’un régiment d’infanterie coloniale (7ème RIC), de deux régiments de tirailleurs sénégalais (20ème et 25ème RTS); de deux régiments d’artillerie (15ème RAC et 215ème RALC), de la 607ème Batterie Divisionnaire Antichar coloniale, du 607ème Bataillon de défense antiaérienne coloniale, du 104ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

-4ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie Polonais (4ème GRDIPol) disposant d’autos blindées Daimler Dingo en attendant la livraison de chars légers sans que l’on connaisse à l’époque le modèle.

-4ème Division d’Infanterie Polonaise (4ème DIP) : Cette division dispose de trois régiments d’infanterie, les 10ème 11ème et 12ème RIP; de deux régiments d’artillerie (4ème RAPol et 204ème RAPol), de la 604ème Batterie Divisionnaire Antichar polonaise, du 604ème Bataillon de défense antiaérienne polonais, du 105ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

33ème Corps d’Armée (33ème CA)

-633ème Régiment de Pionniers (633ème RP)

-33ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (33ème GRCA) disposant de chars légers AMX-42 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-146ème Régiment d’Artillerie Lourde Hippomobile (146ème RALH) disposant de deux groupes de 105mm équipés de canons de 105L modèle 1941T et de deux groupes de 155mm disposant de canons de 155L modèle 1945S.

Des unités du génie, du train, des transmissions, de l’intendance et du service de santé

-Groupe Aérien d’Observation 533 (GAO-533) : huit Bloch MB-176, douze Dewoitine D-720 et quinze ANF-Les Mureaux ANF-123

-57ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (57ème GRDI) disposant de chars légers FCM-42 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-62ème Division d’Infanterie (62ème DI) : Cette division dispose de trois régiments d’infanterie de ligne (250ème, 307ème et 326ème RI), de deux régiments d’artillerie (52ème RAD et 252ème RALD dont la mise en place n’à été effective que tardivement), de la 662ème Batterie Divisionnaire Antichar, du 662ème bataillon de défense antiaérienne, du 106ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

-56ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (56ème GRDI) disposant de chars légers FCM-42 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-63ème Division d’Infanterie (63ème DI) : Cette division dispose de trois régiments d’infanterie de ligne (238ème, 298ème et 321ème RI), de deux régiments d’artillerie (53ème RAD et 253ème RALD dont la mise en place n’à été effective que tardivement), de la 663ème Batterie Divisionnaire Antichar, du 663ème bataillon de défense antiaérienne, du 107ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

34ème Corps d’Armée (34ème CA)

-634ème Régiment de Pionniers (634ème RP)

-34ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (34ème GRCA) disposant de chars légers AMX-42 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-147ème Régiment d’Artillerie Lourde Hippomobile (147ème RALH) disposant de deux groupes de 105mm équipés de canons de 105L modèle 1941T et de deux groupes de 155mm disposant de canons de 155L modèle 1945S.

Des unités du génie, du train, des transmissions, de l’intendance et du service de santé

-Groupe Aérien d’Observation 534 (GAO-534) : Huit Bloch MB-176, douze Dewoitine D-720 et de quinze ANF-Les Mureaux ANF-123.

-53ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (53ème GRDI) disposant de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses de découverte AMD-178B.

-66ème Division d’Infanterie (66ème DI) : Cette division dispose de trois régiments d’infanterie de ligne (215ème, 281ème et 343ème RI), de deux régiments d’artillerie (9ème RAD et 209ème RALD), de la 666ème Batterie Divisionnaire Antichar, du 666ème bataillon de défense antiaérienne, du 108ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

-52ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (52ème GRDI) disposant de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses de découverte AMD-178B.

-67ème Division d’Infanterie (67ème DI) : Cette division dispose de trois régiments d’infanterie de ligne (211ème, 214ème et 220ème RI), de deux régiments d’artillerie (57ème RAD et 257ème RALD), de la 667ème Batterie Divisionnaire Antichar, du 667ème bataillon de défense antiaérienne, du 109ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

Armée Polonaise en France (APF)

-Un Etat-major installé à Compiègne

-Des éléments du génie et de soutien logistique :

-Deux régiments du génie à trois bataillons chacun, les 1er et 2ème RGPol

-Deux régiments du train

-Deux régiments de transmission

-Deux Antennes Chirurgicales d’armée

-Deux groupement d’intendance

-Quatre régiments d’artillerie lourde polonais :

-Le 301ème : trois groupes équipés de canons de 155mm Grande Puissance Filloux-Touzard (155L GPF-T)

-Le 302ème : trois groupes équipés de canons de 194mm Grande Puissance Filloux-Touzard (194L GPF-T)

-Le 303ème : trois groupes équipés de canons de 155mm Grande Puissance Filloux-Touzard (155L GPF-T)

-Le 304ème RAL Pol : trois groupes équipés de canons de 194mm Grande Puissance Filloux-Touzard (194L GPF-T)

-1er Corps d’Armée Polonais

-Un groupement antichar disposant de canons de 47mm Puteaux modèle 1937

-Un groupement antiaérien disposant de canons de 40mm Bofors

-Un Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (GRCA) disposant d’autos blindées Daimler Armoured Car. Il n’est pour l’instant pas prévu l’ajout de chars légers.

-5ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie Polonais (5ème GRDI Pol) disposant d’autos blindées Daimler Dingo en attendant la livraison de chars légers en l’occurrence des AMX-42 qui arrivent en avril 1949.

-5ème Division d’Infanterie Polonaise (5ème DIP) : Cette division comprend trois régiments d’infanterie (13ème, 15ème et 17ème RIP), deux régiments d’artillerie (5ème RAPol et 205ème RAPol), de la 5ème batterie divisionnaire antichar polonaise, du 5ème bataillon de défense antiaérienne polonais, d’un bataillon du génie et d’unités de soutien.

-6ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie Polonais (6ème GRDI) qui comprend des autos blindées Daimler Dingo en attendant les chars légers qui ne sont pas arrivés le 10 mai 1949 (NdA il existe un doute pour savoir si il s’agit d’AMX-42 ou de FCM-42, les sources sont contradictoires à ce sujet).

-1ère Division de Grenadiers de la Garde (1ère DGG) : Cette division comprend trois régiments d’infanterie (4ème, 5ème et 6ème régiments de grenadiers), de deux régiments d’artillerie (6ème RAPol et 206ème RAPol), de la 6ème batterie divisionnaire antichar polonaise, du 6ème bataillon de défense antiaérienne, d’un bataillon du génie et d’unités de soutien.

-2ème Corps d’Armée Polonais

-Un groupement antichar disposant de canons antichars Puteaux de 47mm modèle 1937

-Un groupement antiaérien disposant de canons antiaériens Bofors de 40mm

-Un Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (GRCA) disposant d’autos blindées Daimler Armoured Car en attendant la livraison possible de chars légers.

-7ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie Polonais (7ème GRDI Pol) disposant d’automitrailleuses britanniques Humber Armoured Car en attendant la disponibilité de chars légers français pour les compléter, l’AMX-44 prévu pour équiper l’unité n’à pas encore été livré à l’unité en mai 1949 quand les allemands attaquent.

-6ème Division d’Infanterie Polonaise (6ème DIP) : Cette divison comprend trois régiments d’infanterie (14ème, 16ème et 18ème RIP), de deux régiments d’artillerie (7ème RAPol et 207ème RAPol), de la 7ème batterie divisionnaire antichar polonaise, du 7ème bataillon de défense antiaérienne polonais, d’un bataillon du génie et d’unités de soutien.

-8ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie Polonais (8ème GRDI Pol) disposant d’automitrailleuses britanniques Daimler Armoured Car en attendant la disponibilité de chars légers français pour les compléter, chars qui n’ont pas été livrés en mai 1949.

-2ème Division de Grenadiers de la Garde (2ème DGG) : Cette division comprend trois régiments d’infanterie (7ème, 8ème et 9ème régiments de grenadiers), deux régiments d’artillerie (8ème RAPol et 208ème RAPol), de la 8ème batterie divisionnaire antichar polonaise, du 8ème bataillon de défense antiaérienne, d’un bataillon du génie et d’unités de soutien.

3ème Corps d’Armée Polonais (3ème CAPol)

-Un groupement antichar équipé de canons de 47mm Puteaux modèle 1939

-Un groupement antiaérien équipé de canons de 40mm Bofors

-Un Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (GRCA) disposant d’autos blindées Humber Armoured Car en attendant la livraison potentielle de chars légers.

-9ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie Polonais (9ème GRDI Pol) disposant d’autos blindées Humber Armoured Car et de chars légers AMX-44

-7ème Division d’Infanterie Polonaise (7ème DIP) : Cette division comprend trois régiments d’infanterie (19ème, 20ème et 22ème RIP), deux régiments d’artillerie (9ème RAPol et 209ème RAPol), de la 9ème batterie divisionnaire antichar polonaise, du 9ème bataillon de défense antiaérienne polonais, d’un bataillon du génie et d’unités de soutien.

-10ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie Polonais (10ème GRDI Pol) disposant d’autos blindées Daimler Armoured Car, les chars légers se faisant encore attendre le 10 mai 1949.

-3ème Division de Grenadiers de la Garde (3ème DGG) : Cette division comprend trois régiments d’infanterie (10ème, 11ème et 12ème régiments de grenadiers), deux régiments d’artillerie (10ème RAPol et 210ème RAPol), de la 10ème batterie divisionnaire antichar polonaise, du 10ème bataillon de défense antiaérienne, d’un bataillon du génie et d’unités de soutien.

-4ème Corps de Cavalerie

-Un état-major

-Des unités du génie et de soutien logistique

-Un groupement antichar et antiaérien disposant de canons de 47mm Puteaux modèle 1937 et de canons de 40mm Bofors, les premiers étant antichars et les seconds antiaériens.

-Un régiment d’artillerie lourde disposant de trois groupes de 105mm équipés de canons de 105L modèle 1941T.

-10ème Division Blindée : Cette division est organisée en un état-major, des unités du génie et de soutien, un régiment de découverte, le 10ème régiment de Uhlans équipé d’autos blindées Humber Armoured Car et de chars légers Hotchkiss H-39, un bataillon de chars lourds disposant de trente-deux B-1bis et deux bataillons de chars moyens équipés de Renault R-40. On trouve également un régiment d’artillerie disposant de canons de 75mm modèle 1897 en attendant les rutilants TAZ modèle 1939.

-21ème Division Blindée

Cette division comprend un état-major, des unités du génie et de soutien, un régiment de découverte le 20ème régiment de uhlans (autos blindées Humber Armoured Car et chars légers Hotchkiss H-39), un bataillon de chars lourds disposant de B-1bis, deux bataillons de chars moyens équipés d’Hotchkiss H-39 et un régiment d’artillerie disposant de canons de 75mm modèle 1897 en attendant les rutilants TAZ modèle 1939.

NdA le rééquipement des divisions blindées polonaises était dans les tuyaux en mai 1949 avec le remplacement des B-1bis par des B-1ter et des H-39 par soit un char moyen ou par un char léger.

NdA pour les troupes déployées dans l’Empire, elles seront abordées dans le Tome 14 consacré à la Méditerranée et à l’Afrique.

Le Conflit (45) Europe Occidentale (11)

Réserves Stratégiques

Sous ce vocable se retrouvent à la fois les deux Corps d’Armées Cuirassés (CAC) mais aussi les Corps d’Armées regroupés dans un arc de cercle allant de la Normandie à la Bourgogne (dispositif entré dans l’histoire sous le nom de NORBOURG).

On va trouver également l’Armée Polonaise en France (APF) qui est placée en réserve stratégique pour renforcer le front en phase défensive ou pour accompagner une attaque si les alliés prenaient l’initiative.

Je vais intégrer dans cette partie le Dispositif d’Armées du Sud-Ouest (DASO) couvrant les Pyrenées mais qui au final va servir de réservoir de forces pour consolider le front français une fois le front stabilisé sur la Seine et la certitude que Franco ne bougerait pas.

1er Corps d’Armée Cuirassé (1er CA)/38ème Corps d’Armée (38ème CA)

-638ème Régiment de Pionniers (638ème RP)

-38ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (38ème GRCA) disposant disposant de Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses de découverte en attendant la disponibilité des AMX-42 et des AM modèle 1940P qui ne sont toujours pas là quand éclate la Campagne de France.

-119ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (119ème RALT) disposant de deux groupes de 105mm disposant de canons de 105L modèle 1936S et de deux groupes de 155mm disposant de canons de 155mm GPF-T.

-Des unités du génie, des transmissions et de soutien

-Pas de GAO affecté en propre mais il existe des Groupes Indépendants de Reconnaissance (GIR) volant sur des triplaces Bréguet Br694.

-1ère Division Cuirassée

-Un état-major divisionnaire

-Un régiment de découverte, le 7ème Régiment de Cuirassiers (7ème Rcui) disposant de chars légers FCM-42 comme véhicules principaux.

-1ère Brigade Cuirassée (1ère BC) avec un état-major de brigade, un bataillon de chars moyens le 25ème BCC équipé de Renault G1R, un bataillon de chars lourds le 28ème BCC équipé de ARL-44; un bataillon de chasseurs portés, le 5ème BCP disposant de VBCP (Véhicules Blindés de Chasseurs Portés) Lorraine 39L, le tout accompagné et appuyé par le 17ème groupe de canons d’assaut (ARL V-39), le 17ème escadron antichar porté (Lorraine 39L muni d’un canon de 47mm tirant vers l’arrière), le 17ème escadron antiaérien porté (Lorraine 39L avec un bitube de 25mm) et le 17ème groupe de reconnaissance disposant de chars légers FCM-42.

-3ème Brigade Cuirassée (3ème BC) avec un état-major de brigade, un bataillon de chars moyens le 26ème BCC avec des Renault G-1R, un bataillon de chars lourds, le 37ème BCC équipé d’ARL-44; un bataillon de chasseurs portés, le 3ème BCP disposant de VBCP Lorraine 39L, le tout accompagné et appuyé par le 19ème groupe de canons d’assaut (ARL V-39), le 19ème escadron antichar porté (Lorraine 39L plus canon de 47mm), le 19ème escadron antiaérien porté (Lorraine 39L plus bitube de 25mm) et le 19ème groupe de reconnaissance disposant lui aussi de chars légers FCM-42.

-305ème Régiment d’Artillerie AutoPortée (305ème RAAP) disposant de canons automoteurs Renault R 40 Au 105 B combinant comme son nom l’indique un châssis de Renault R-40 renforcé et monté en superstructure un obusier de 105C modèle 1935B.

-Le 9ème bataillon du génie à quatre compagnies (trois compagnies de sapeurs-mineurs et une compagnie d’ouvriers de pont)

-Deux compagnies de transmission (une compagnie télégraphiste et une compagnie radio)

-Un bataillon de réparations divisionnaire avec une compagnie automobile de quartier général, une compagnie automobile de transport, un groupe d’exploitation divisionnaire et un escadron de réparations divisionnaires.

-3ème Division Cuirassée

-Un état-major divisionnaire

-Un régiment de découverte, le 10ème Régiment de Cuirassiers (10ème Rcui) disposant comme véhicules principaux de chars légers FCM-42.

-5ème brigade cuirassée avec un état-major de brigade, un bataillon de chars moyens, le 42ème BCC équipé de Renault G1, un bataillon de chars lourds, le 41ème BCC équipé d’ARL-44; un bataillon de chasseurs portés, le 7ème BCP disposant de VBCP Lorraine 39L, le tout accompagné et appuyé par le 21ème groupe de canons d’assaut (ARL V-39), le21ème escadron antichar porté (Lorraine 39L avec canon de 47mm sous masque tirant vers l’arrière), le 21ème escadron antiaérien (Lorraine 39L avec bitube de 25mm) et le 21ème groupe de reconnaissance disposant lui aussi de chars légers FCM-42.

-7ème brigade cuirassée avec un état-major de brigade, un bataillon de chars moyens, le 45ème BCC équipé de Renault G1, un bataillon de chars lourds, le 49ème BCC équipé d’ARL-44; un bataillon de chasseurs portés, le 9ème BCP disposant de VBCP Lorraine 39L, le tout accompagné et appuyé par le 23ème groupe de canons d’assaut (ARL V-39), le 23ème escadron antichar porté (Lorraine 39L avec canon antichar de 47mm tirant vers l’arrière), le 23ème escadron antiaérien (Lorraine 39L disposant d’un bitube de 25mm) et le 23ème groupe de reconnaisance disposant lui aussi de chars légers FCM-42.

-Un régiment d’artillerie, le 319ème Régiment d’Artillerie Auto-Portée (319ème RAAP) disposant de canons automoteurs Renault R 40 Au 105 B combinant comme son nom l’indique un châssis de Renault R-40 renforcé et monté en superstructure un obusier de 105C modèle 1935B.

-Un bataillon du génie à quatre compagnie, le 11ème bataillon du génie (de DC)

-Deux compagnies de transmission, une compagnie télégraphique et une compagnie radio

-Un bataillon de réparations divisionnaires avec une compagnie automobile de quartier général, une compagnie automobile de transport, un groupe d’exploitation divisionnaire et le 21ème Escadron de réparation divisionnaire

-Un bataillon sanitaire divisionnaire

-5ème Division Cuirassée

-Un état-major divisionnaire

-Un régiment de découverte, le 13ème Régiment de Cuirassiers (13ème Rcui) disposant comme véhicules principaux de chars légers FCM-42.

-9ème brigade cuirassée avec un état-major de brigade, un bataillon de chars moyens, le 51ème BCC équipé de Renault G1, un bataillon de chars lourds, le 50ème BCC équipé d’ARL-44, un bataillon de chasseurs portés, le 13ème BCP disposant de VBCP Lorraine 39L, le tout accompagné et appuyé par le 25ème groupe de canons d’assaut (ARL V-39), le 25ème escadron antichar porté (Lorraine 39L à canon antichar de 47mm), le 25ème escadron antiaérien porté (Lorraine 39L à bitube de 25mm) et le 25ème groupe de reconnaissance disposant lui aussi de chars légers FCM-42.

-11ème brigade cuirassée avec un état-major de brigade, un bataillon de chars moyens, le 53ème BCC équipé de Renault G1, un bataillon de chars lourds, le 52ème BCC équipé d’ARL-44, un bataillon de chasseurs portés, le 15ème BCP disposant de VBCP Lorraine 39L, le tout accompagné et appuyé par le 27ème groupe de canons d’assaut (ARL V-39), le 27ème escadron antichar porté (Lorraine 39L avec canon antichar de 47mm), le 27ème escadron antiaérien porté (Lorraine 39L avec bitube de 25mm) et le 27ème groupe de reconnaissance dissposant lui aussi de chars légers FCM-42.

-Un régiment d’artillerie auto-portée, le 339ème Régiment d’Artillerie Autoportée (339ème RAAP) disposant de canons automoteurs Renault R 40 Au 105 B combinant comme son nom l’indique un châssis de Renault R-40 renforcé et monté en superstructure un obusier de 105C modèle 1935B.

-Le 13ème bataillon du génie à quatre compagnie (trois compagnies de sapeurs-mineurs et une compagnie d’ouvriers de pont)

-Deux compagnies de transmission (une compagnie télégraphique et une compagnie radio)

-Un bataillon de réparations divisionnaires avec une compagnie automobile de quartier général, une compagnie automobile de transport, un groupe d’exploitation divisionnaire et le 23ème Escadron de réparation divisionnaire

-Un bataillon sanitaire divisionnaire

2ème Corps d’Armée Cuirassé/39ème Corps d’Armée

-Le 639ème régiment de pionniers pour des travaux d’infrastructure et de protection d’état-major

-Le 39ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (39ème GRCA) avec des chars légers Hotchkiss H-39 et des automitrailleuses de découverte en attendant la disponibilité d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P. Au 10 mai 1949, les automitrailleuses puissantes ne sont toujours pas là.

-Le 122ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (122ème RALT) créé en septembre 1948 avec deux groupes de 105L modèle 1936S et deux groupes de 155L GPF-T.

-Des unités du génie, des transmissions et de soutien

-Le 2ème CAC ne dispose pas de GAO mais peut bénéficier du soutien de l’un des quatre Groupes Indépendants de Reconnaissance (GIR) équipés de Bréguet Br694, chaque groupe disposant de quatre escadrilles de neuf appareils, ce triplace étant un rejeton du Bréguet Br690.

-2ème Division Cuirassée

-Un état-major divisionnaire

-Un régiment de découverte, le 9ème Régiment de Cuirassiers (9ème Rcui) dont les principaux véhicules sont des chars légers AMX-42

-2ème brigade cuirassée avec un état-major de brigade, un bataillon de chars moyens le 14ème BCC équipé de Renault G1, un bataillon de chars lourds, le 8ème BCC équipé d’ARL-44, un bataillon de chasseurs portés, le 17ème BCP disposant de Renault VBCP-40, le tout accompagné et appuyé par le 18ème groupe de canons d’assaut (ARL V-39), le 18ème escadron antichar porté (Renault VBCP-40 à canon de 47mm), le 18ème escadron antiaérien porté (Renault VBCP-40 avec bitube de 25mm) et le 18ème groupe de reconnaissance lui aussi équipé de chars légers AMX-42.

-4ème brigade cuirassée avec un état-major de brigade, un bataillon de chars moyens, le 27ème BCC équipé de Renault G1, un bataillon de chars lourds, le 15ème BCC équipé d’ARL-44, un bataillon de chasseurs portés, le 6ème BCP disposant lui aussi de Renault VBCP-40 , le tout accompagné et appuyé par le 20ème groupe de canons d’assaut (ARL V-39), le 20ème escadron antichar porté (Renault VBCP-40 à canon de 47mm), le 20ème escadron antiaérien porté (Renault VBCP-40 avec bitube de 25mm) et le 20ème groupe de reconnaissance lui aussi équipé de chars légers AMX-42.

-Un régiment d’artillerie, le 309ème RAAP (309ème Régiment d’Artillerie Auto-Portée) disposant de canons automoteurs Renault R 40 Au 105 B combinant comme son nom l’indique un châssis de Renault R-40 renforcé et monté en superstructure un obusier de 105C modèle 1935B.

-Le 10ème bataillon du génie à quatre compagnie (trois compagnies de sapeurs-mineurs et une compagnie d’ouvriers de pont)

-Deux compagnies de transmission (une compagnie télégraphiste et une compagnie téléphoniste)

-Un bataillon de réparations divisionnaires regroupant la compagnie automobile de quartier-général, la compagnie automobile de transport, le groupe d’exploitation divisionnaire et le 20ème escadron de réparations divisionnaire.

-Un bataillon sanitaire divisionnaire

-4ème Division Cuirassée (La «Division de Fer»)

-Un état-major divisionnaire

-Un régiment de découverte, le 12ème Régiment de Cuirassiers (12ème Rcui) dont les principaux véhicules sont des chars légers AMX-42.

-6ème brigade cuirassée avec un état-major de brigade, un bataillon de chars moyens, le 19ème BCC équipé de Renault G1, un bataillon de chars lourds, le 46ème BCC équipé d’ARL-44, un bataillon de chasseurs porté, le 11ème BCP disposant de Renault VBCP-40 , le tout accompagné et appuyé par le 22ème groupe de canons d’assaut (ARL V-39), le 22ème escadron antichar porté (Renault VBCP-40 à canon de 47mm), le 22ème escadron antiaérien porté (Renault VBCP-40 à bitube de 25mm) et le 22ème groupe de reconnaissance lui aussi équipé d’AMX-42.

-8ème brigade cuirassée avec un état-major de brigade, un bataillon de chars moyens, le 44ème BCC équipé de Renault G1, un bataillon de chars lourds, le 47ème BCC équipé d’ARL-44, un bataillon de chasseurs portés, le 12ème BCP disposant de Renault VBCP-40, le tout accompagné et appuyé par le 24ème groupe de canons d’assaut (ARL V-39), le 24ème escadron antichar porté (Renault VBCP-40 à canon de 47mm), le 24ème escadron antiaérien porté (Renault VBCP-40 à bitube de 25mm) et le 24ème groupe de reconnaissance lui aussi équipé d’AMX-42.

-Un régiment d’artillerie, le 322ème Régiment d’Artillerie AutoPortée (322ème RAAP) disposant de canons automoteurs Renault R 40 Au 105 B combinant comme son nom l’indique un châssis de Renault R-40 renforcé et monté en superstructure un obusier de 105C modèle 1935B.

-12ème bataillon du génie à quatre compagnie avec trois compagnies de sapeurs-mineurs et une compagnie d’ouvriers mineurs

-Deux compagnies de transmission (une compagnie télégraphiste et une compagnie radio)

-Un bataillon de réparations divisionnaires regroupant la compagnie automobile de quartier général, la compagnie automobile de transport, le groupe d’exploitation divisionnaire et le 22ème escadron de réparations divisionnaire.

-Un bataillon sanitaire divisionnaire

-6ème Division Cuirassée

-Un état-major divisionnaire

-Un régiment de découverte, le 14ème Régiment de Cuirassiers (14ème Rcui) dont le véhicule principal est le char léger AMX-44, évolution de l’AMX-42.

-10ème brigade cuirassée avec un état-major de brigade, un bataillon de chars moyens, le 55ème BCC équipé de Renault G1, un bataillon de chars lourds, le 54ème BCC équipé d’ARL-44, un bataillon de chasseurs portés, le 14ème BCP  dont les hommes combattent à bord de Renault VBCP-40.

Ces trois unités sont accompagnées et appuyées par le 26ème groupe de canons d’assaut (ARL V-39), le 26ème escadron antichar porté (Renault VBCP-40 disposant d’un canon de 47mm tirant vers l’arrière), le 26ème escadron antiaérien porté (Renault VBCP-40 disposant d’un bitube de 25mm) et le 26ème groupe de reconnaissance lui aussi équipé d’AMX-44.

-12ème brigade cuirassée avec un état-major de brigade, un bataillon de chars moyens, le 57ème BCC équipé de Renault G1, un bataillon de chars lourds, le 56ème BCC équipé d’ARL-44, un bataillon de chasseurs portés, le 18ème BCP disposant de Renault VBCP-40, le tout accompagné et appuyé par le 28ème groupe de canons d’assaut (ARL V-39), le 28ème escadron antichar porté (Renault VBCP-40 disposant d’un canon de 47mm tirant vers l’arrière), le 28ème escadron antiaérien porté (Renault VBCP-40 modifié pour emporter un bitube de 25mm) et le 28ème groupe de reconnaissance équipé comme le 26ème de chars légers AMX-44.

-Un régiment d’artillerie, Le 349ème Régiment d’Artillerie Autoportée (349ème RAAP) équipé de canons automoteurs Renault R 40 Au 105 B combinant comme son nom l’indique un châssis de Renault R-40 renforcé et monté en superstructure un obusier de 105C modèle 1935B.

-Le 14ème bataillon du génie à quatre compagnie (trois de sapeurs mineurs et une compagnie d’ouvriers de pont)

-Deux compagnies de transmission (une compagnie télégraphique et une compagnie radio)

-Un bataillon de réparations divisionnaires regroupant la compagnie automobile de quartier-général, la compagnie automobile de transport, le groupe d’exploitation divisionnaire et le 24ème escadron de réparations divisionnaire.

-Un bataillon sanitaire divisionnaire

Dispositif d’Armées du Sud-Ouest (DASO)

Ce Dispositif d’Armées du Sud-Ouest (DASO) succède au Détachement d’Armées des Pyrénées (DAP) et doit sécuriser la frontière avec l’Espagne pour dissuader Franco d’entrer en guerre aux côtés de l’Allemagne. Il est organisé de la façon suivante :

-Etat-Major à Pau

-Secteur opérationnel de l’Adour

NdA en cas de guerre il doit devenir le 40ème Corps d’Armée (40ème CA)

-Etat-major à Bayonne

-2ème Division d’Infanterie Tchécoslovaque (2ème DIT) : Cette division comprend comme les autres DI trois régiments d’infanterie (4ème, 5ème et 6ème RIT), deux régiments d’artillerie (3ème régiment d’artillerie tchèque et 4ème régiment d’artillerie tchèque, le premier étant l’équivalent d’un RAD et le second l’équivalent d’un RALD), la 2ème Batterie Divisionnaire Antichar tchèque, le 2ème Bataillon de défense antiaérienne tchèque, du 96ème bataillon du génie et diverses unités de soutien.

-1ère Demi-Brigade de Chasseurs Pyrénéens à trois bataillons de chasseurs pyrénéens, les 1er 2ème et 7ème BCPyr.

Ces BCPyr nouvelle génération dispose d’un état-major, d’une section de commandement, d’une compagnie hors-rang pour le soutien logistique, de trois compagnies de fusiliers voltigeurs, d’une compagnie d’accompagnement (canons de 25mm, mitrailleuses et mortiers) et nouveauté d’une section d’éclaireurs skieurs.

-7ème régiment de mitrailleurs organisé en un état-major, une compagnie de commandement et trois bataillons de mitrailleurs.

Les deux premiers sont organisés en un état-major, une section de commandement, une compagnie hors-rang, trois compagnies de mitrailleurs et une compagnie d’engins et de fusiliers voltigeurs alors que le troisième bataillon est organisé en un état-major, une section de commandement, une compagnie hors-rang, trois compagnies de mitrailleur, une compagnie d’engins (9 canons de 25mm et 6 mortiers de 81mm) et une compagnie de fusiliers voltigeurs à quatre section.

-Le 36ème régiment d’artillerie légère d’Issoire est transféré dans les Pyrénées, déployant un groupe de 75mm dans chaque secteur (ici en l’occurrence le 1er groupe).

-Le génie déploie un bataillon de génie de montagne, le 1er bataillon du génie de montagne dans ce secteur.

-On trouve également des unités de transmission, d’intendance et du train.

-La cavalerie ne déploie pas d’unités dans ce secteur montagnard.

-Secteur opérationnel de Geronne

NdA en cas guerre il doit devenir le 41ème Corps d’Armée (41ème CA)

-Etat-major à Tarbes

-2ème Demi-Brigade de Chasseurs Pyrénéens avec les 3ème 4ème et 8ème BCPyr

-11ème régiment de mitrailleurs

-2ème Bataillon du Génie de Montagne

-2ème groupe du 36ème régiment d’artillerie légère

-Secteur opérationnel du Roussillon

NdA en cas de guerre il doit devenir le 42ème Corps d’Armée (42ème CA)

-Etat-Major à Perpignan

-31ème Division d’Infanterie Alpine (31ème DIAlp) : cette division comprend un état-major, des éléments de soutien logistique et du génie, trois régiments d’infanterie (81ème et 96ème Régiments d’Infanterie Alpine plus la 42ème Demi-Brigade de Chasseurs Alpins disposant des 89ème, 93ème et 98ème DBCA), de deux régiments d’artillerie, les 56ème RAD et 256ème RALD, d’un bataillon antiaérien, d’une batterie divisionnaire antichar.

-3ème Demi-Brigade de Chasseurs Pyrénéens avec les 5ème 6ème et 9ème BCPyr

-10ème Bataillon de Chasseurs Pyrénéens : unité d’instruction pour l’ensemble des bataillons de chasseurs pyrénéens pouvant servir d’unité de combat par exemple pour défendre sa ville de garnison à savoir Perpignan.

-14ème régiment de mitrailleurs

-3ème groupe du 36ème régiment d’artillerie légère

-3ème Bataillon du Génie de Montagne

Pologne et Pays Neutres (70) Suède (5)

Gustav III Adolf

Gustav III (Stockholm 24 janvier 1746 Stockholm 29 mars 1792) est roi de Suède du 12 février 1771 au 29 mars 1792. Marié à Sophia Magdalena de Danemark en 1766, il aura deux fils, Gustav et Carl-Gustav.

Fils d’Adolphe-Frederic de Hesse et de Louise Ulrika (une sœur de Fredéric II le Grand), il est également le cousin de la Grande Catherine, tsarine de toutes les Russie.

Arrivé au pouvoir en 1771 il mène un coup d’état monarchiste dès août 1772 pour rétablir l’absolutisme disparu avec la mort de Charles XII. C’est la fin de l’Age de la Liberté, période où le pouvoir parlementaire n’à cessé de croitre au détriment du pouvoir monarchiques.

Despote éclairé, apprécié du peuple mais détesté par la noblesse car s’attaquant à ses privilèges, il mène une politique de mécénat pour faire briller de milles feux la Suède et surtout sa personne. Il tente également de renouer avec l’impérialisme suédois mais là les succès sont nettement plus timides.

Admirateur de Voltaire, Gustav III légalise la présence catholique et juive en Suède. Il libéralise la société et l’économie, réduisant par exemple les cas soumis à la torture et à la peine capitale. Il y à même une loi sur la liberté de la presse en 1766 mais cette loi est vidée de sa substance par des amendements en 1774 et 1792.

Opposé à la révolution française, il propose même son aide militaire à Louis XVI. Grièvement blessé dans le dos lors d’un bal masqué, il succombe à ses blessures quelques jours plus tard. Son fils Gustave IV lui succède mais mineur il est soumis à la régence jusqu’en 1796.

En 1809 Gustave IV est à son tour renversé par un coup d’état militaire après avoir tenté de rétablir l’absolutisme. Par la suite la monarchie suédoise ne cessera de perdre du pouvoir au point aujourd’hui de n’avoir que des pouvoirs symboliques.

En 1777 il est le premier état à reconnaître l’indépendance des Etats-Unis après que des soldats suédois aient servit aussi bien aux côtés des insurgents que des français. En 1784 il acquiert l’île de Saint-Barthélemy (que Louis XVI échange contre un droit d’entrepôt à Göteborg), île qui redeviendra française en 1877. Il y eut également un projet de colonie en Australie au sud-ouest de l’île-continent mais le projet du être abandonné à cause de la guerre contre la Russie (1788-1790).

Axel de Fersen

Hans Axel von Fersen (Stockholm 4 septembre 1755 Stockholm 20 juin 1810) est un comte suédois rendu célèbre par son statut de favori auprès de la reine de France Marie-Antoinette.

Il est le fils du feld-maréchal Fredrik Axel de Fersen et de la comtesse Hedwige-Catherine de la Gardie.

En 1774 il achève son Grand Tour d’Europe destiné à parfaire son éducation comme le fond tous les jeunes gens bien nés. Il impressionne la cour de France par son éducation et son physique avantageux.

Le 30 janvier 1774 il rencontre Marie-Antoinette alors dauphine. Il revient à la Cour de France en août 1778 où Marie-Antoinette devenue reine de France lui fait bon accueil ce qui suscite un certain nombre de ragots et de rumeurs.

Axel de Fersen reçoit l’autorisation de rejoindre le corps expéditionnaire français engagé dans la guerre d’indépendance américaine. Il est l’aide de camp de Rochambeau, se liant d’amitié avec le duc de Lauzun et le marquis de Ségur. Il s’illustre à la bataille de Yorktown, ayant obtenu en octobre 1782 la place de colonel en second du régiment Royal-Deux-Ponts.

Il rentre de campagne en juin 1783 et reçoit la propriété du régiment Royal-Suédois. En septembre il quitte Versailles et rejoint le roi de Suède Gustave III qui se rend incognito en Italie. Il multiplie les conquêtes féminines et continue une correspondance soutenue avec la reine de France.

En 1784 il est à Versailles, rentrant en Suède en juillet mais revenant en mars 1785 pour prendre possession de son régiment en garnison à Landrecies près de Valenciennes. Il participe à la guerre russo-suédoise en 1787-1788.

En 1791 il participe à la fuite de Varennes qui comme chacun sait échoue. Il échoue à convaincre Vienne d’agir plus fermement. Fersen quitte alors Vienne pour Bruxelles.

En février 1792 il tente de convaincre le couple royal de fuir vers la Normandie mais Louis XVI refuse tout nouveau projet de fuite. Il inspire le manifeste de Brunswick qui va exacerber les tensions et les passions.

Après l’exécution de Louis XVI il espère encore sauver la reine mais comme nous le savons c’est un échec. Il rentre en Suède mais Gustave III à été assassiné et comme tous ses favoris Fersen est en disgrâce entre 1792 et 1796. Il retrouve son office et sa dignité avec l’avènement de Gustave IV Adolphe.

En 1801 il est nommé riksmarskalk (Grand maréchal du royaume), ministre et chancelier d’Uppsala mais perd la faveur royale car opposé à l’entrée en guerre de la Suède contre la Prusse.

En 1809 Gustave IV est chassé par un coup d’état militaire. Fersen ne prend pas partie. Le 20 juin 1810 il est pris à partie dans une émeute populaire et lynché. Des troupes sont présentes mais n’interviennent pas probablement par ordre du roi Charles XIII qui voyait le moyen de se débarasser d’un chef du parti gustavien.

Charles XIV Jean

Jean Baptiste Bernadotte (1763-1844),Maréchal d’Empire,Prince de Ponte-Corvo, Roi de Suède sous le nom de Charles XIV Jean de 1818 à 1844

Charles XIV Jean (Pau 26 janvier 1763 Stockholm 8 mars 1844) est le premier roi de Suède de la dynastie Bernadotte, dynastie qui règne encore aujourd’hui en Suède. Bernadotte un nom qui fleure bon la France et pour cause puisque Carl XIV Johan s’appelait dans une ancienne vie Jean-Baptiste Bernadotte, un militaire français qui termina maréchal d’Empire.

Karl XIV Johan à été roi de Suède du 5 février 1818 au 8 mars 1844 (couronné le 11 mai 1818 à Stockholm), roi de Norvège (Karl III Johan) du 5 février 1818 au 8 mars 1844 (couronné le 7 septembre 1818 à la cathédrale Nidaros de Trondheim), vice roi de Norvège du 9 au 17 novembre 1814 et du 10 juin au 16 juillet 1816, prince héritier de Suède et de Norvège du 4 novembre 1814 au 5 février 1818, prince héritier de Suède du 5 novembre 1810 au 4 novembre 1814.

Marié à Désirée Clary (un temps convoitée par Napoléon Bonaparte ce qui selon certains historiens explique les relations orageuses entre les deux hommes qui partageaient un lien familial puisque Julie Clary, sœur de Désirée à épouser Joseph Bonaparte, frère ainé de qui vous savez), il eut un fils Oscar qui lui succéda sur le trône de Suède sous le nom d’Oscar 1er.

Cadet d’une famille de la bourgeoisie de robe du Béarn, il était le fils d’Henri et de Jeanne Bernadotte née de Saint-Jean. Il avait un frère ainé Jean et une sœur Marie.

Sans être misérable la famille était souvent gênée par des problèmes financiers, problèmes aggravés par la mort du père alors que Jean-Baptiste n’avait que 17 ans.

Alors que rien ne le destinait à la carrière militaire il s’engage le 3 septembre 1780 dans le régiment Royal-La Marine, étant affecté clin d’oeil du destin en Corse pendant deux ans avant de suivre les pérégrinations de son régiment : Besançon, Grenoble, Vienne, Marseille et en Charente-Maritime.

Il est caporal puis sergent et ne tarde pas être chargé du recrutement et de la formation des nouvelles recrues. Il participe le 7 juin 1788 à la journée des tuiles considérée comme la répétition générale des éléments de 1789. Il est ensuite en 1789 à Avignon et à Marseille. Le 7 février 1790 il devient adjudant sous-officier mais roturier ne peut espérer aller plus haut.

A l’automne 1790 son régiment est envoyé sur l’île d’Oleron puis en avril 1791 sur l’île de Ré. Il est nommé lieutenant en mars 1792, commandant le dépôt du 36ème RI. Il va ensuite participer aux combats de la 1ère coalition, évitant la panique des volontaires enthousiastes mais peu expérimentés par son ardeur et son éloquence.

Il est promu capitaine en juillet 1793 et chef de bataillon le 8 février 1794. Il est chef de brigade le 4 avril 1794, recevant le commandement de la 74ème demi-brigade (NddA le terme demi-brigade remplace un temps celui de régiment suite à la décision de Carnot d’amalgamer soldats de métier et volontaires). Il s’illustre à la bataille de Fleurus le 26 juin 1794. Il est général de division le 22 octobre 1794. Que de chemin parcouru depuis février 1790 !

A la tête de sa division il se montre rigoureux et travailleur, réprimant le pillage pour éviter de s’aliéner les populations locales. Il veille aussi au bon ravitaillement des troupes sous son commandement ainsi qu’à un traitement correct des malades et des blessés.

Il continua à combattre au sein de l’Armée de Sambre-et-Meuse sous le commandement du général Jourdan, armée qui se heurta à une féroce résistance autrichienne. Bernadotte s’illustre par ses talents de tacticien.

En 1797 il rejoint le front italien pour soutenir un certain général Bonaparte engagé sur un front censé être secondaire par rapport au front allemand. Il connait à Milan un premier incident qui scelle une irréductible inimité avec le général Berthier, le chef d’état-major de Bonaparte.

En août 1797 il rentre à Paris pour ramener les drapeaux pris à l’ennemi en compagnie d’Augereau mais le motif exact de ce rappel n’est pas clair. Il reste à l’écart du coup d’état du 18 fructidor qui écarte les directeurs royalistes. En dépit de l’opposition de Bonaparte, Bernadotte rallie l’Italie et subit une humiliation publique de la part du futur empereur. Bien avant de devenir roi de Suède on ne peut pas dire que Bernadotte aurait été prêt à donner sa vie pour le futur empereur.

Après avoir été commandant en chef des troupes françaises en Italie, il fût nommé ambassadeur en Autriche le 11 janvier 1798, un choix qui fit scandale en Autriche. Une émeute éclata le 13 avril 1798 quand il fit hisser le drapeau tricolore. Il quitte Vienne deux jours plus tard. A son retour à Paris il refusa un poste d’ambassadeur en république batave.

Le 17 août 1798 il se marie avec Désirée Clary. En novembre 1798 il refuse le poste de commandant en chef de l’armée d’Italie car il estime les moyens attribués insuffisants. La guerre de la deuxième coalition débute en mars 1799 et les déconvenues se succèdent pour la France.

Rappelé à Paris, il se tient à l’écart du coup d’Etat du 30 prairial (18 juin 1799). Le 4 juillet Désirée donne naissance leur fils unique qui il ne le sait pas encore deviendra un jour roi de Suède.

En juillet 1799 il devient ministre de la Guerre et entama un profond travail de réforme et de refondation de l’armée. Jugé trop proche des jacobins, il est démissionné de son poste le 14 septembre 1799 alors que le Directoire agonisait.

En dépit des liens l’unissant à Bonaparte, Bernadotte fût tenu à l’écart du complot qui allait aboutir au coup d’état du 18 Brumaire. C’était mieux ainsi pour le futur premier consul car quand il fût informé, Bernadotte se montra particulièrement virulent à son égard.

En dépit de cela il retrouva des fonctions officielles, devenant commandant de l’armée de l’Ouest espérant s’y couvrir davantage de gloire qu’en Italie mais ce ne fût pas le cas. Il resta en fonction jusqu’en 1802 mais ses relations avec le premier consul restèrent toujours tendues.

Il fût un temps disgracié car suspecté de vouloir renverser Napoléon Bonaparte. Il fût nommé ambassadeur de France aux Etats-Unis mais ne partit jamais, proposant ses services suite à la reprise de la guerre. En mai 1804 les deux hommes par l’entremise de Désirée se rapprochèrent et sans qu’il y eut un amour fou, Bernadotte promis sa loyauté à Napoléon Bonaparte et accepta de coopérer avec lui.

Le 14 mai il est nommé gouverneur du Hanovre et le 19 mai il est fait maréchal d’Empire en compagnie de dix-sept autres généraux. Le 2 décembre 1804 lors de la cérémonie du sacre, il porte le collier de l’Empereur.

Il participa à la campagne de 1805 et notamment à la bataille d’Austerlitz où il s’illustra même si certaines de ces décisions eurent un impact négatif sur le cour de la bataille. En juin 1806 il reçoit le titre de prince-duc de Pontecorvo.

Il participe en 1806 à la campagne de Prusse mais signe qui ne trompe il ne fit rien pour aider Davout avec lesquels les relations étaient aussi bonnes qu’avec Berthier c’est-à-dire exécrables. On raconte que Napoléon fût à deux doigts de trainer son beau-frère en cour martiale avant de se raviser pour des raisons d’équilibre familial. La situation s’apaisa néanmoins dans les jours suivants.

A cette occasion il fût en contact avec des troupes suédoises. Les prisonniers ayant été bien traités nul doute que cela joua plus tard et fit définitivement basculer le destin du béarnais.

En raison de problèmes dans la transmission des ordres, son 1er Corps d’Armée ne pût participer à la bataille d’Eylau. Blessé dans un affrontement à Spanden, il manquant la bataille de Friedland mais était suffisamment rétablit pour participer à la paix de Tilsit en juillet 1807.

Il fût ensuite nommé gouverneur des villes hanséatiques installant son quartier général à Hambourg pour faire respecter le blocus continent. Dans cette politique il fit preuve de réalisme, de pragmatisme et de souplesse ce qui ne pu qu’accroitre sa popularité dans la région.

En février 1808 il pénètre au Danemark avec une armée composée de soldats français, hollandais, danois et espagnols direction la Scanie, une province suédoise. Il s’agit de soutenir la Russie en guerre contre la Suède de Gustav IV Adolf. En août 1808 des soldats espagnols quittèrent sans ordre l’armée de Bernadotte pour rejoindre l’Espagne et lutter ccontre la France.

Si il ne participa pas à la guerre en Espagne, il fût engagé dans la campagne de 1809 avec sous ses ordres des unités étrangères ce qui ne l’enchantait guère. Il s’y illustra mais ne fût guère mis en valeur ce qui l’ulcéra. Renvoyé en France il repoussa un débarquement britannique à Walcheren et signe qui ne trompe pas il y avait été envoyé avec Fouché ce qui n’était pas forcément non plus une bonne chose tant le ministre de la police de Napoléon pouvait courir plusieurs lièvres à la fois.

Son destin bascula alors quand en mars 1809 le roi de Suède Gustaf IV Adolf (ou Gustave IV Adolphe) fût renversé par un coup d’état militaire suite à une guerre catastrophique contre la Russie. Son oncle Charles lui succéda mais il n’avait pas d’enfant. Il adopta le duc Christian Auguste de Schleswig-Holstein-Sonderbourg-Augustenbourg mais sa mort accidentelle relança la question de la succession alors que le pays se montrait davantage francophile.

Bernadotte fût approché mais il fallu du temps pour le convaincre, le maréchal d’Empire ne voulant pas aller contre la volonté de Napoléon.

Le 21 août 1809 le parlement élu Jean-Baptiste Bernadotte comme prétendant à la couronne de Suède. L’empereur des français accepta à contre-coeur l’élection le 23 septembre 1810.

Bernadotte se met en route le 30 septembre, se convertit au luthéranisme le 19 octobre et fit son entrée solennelle à Stockholm le 2 novembre. Le 5 novembre Charles XIII l’adopte officiellement et il devient Charles Jean. Début janvier 1811 Désirée et Oscar arrivent en Suède. Désirée ne resta guère en Suède et ne revint qu’en 1823 !

Affable et ouvert, il ne parla jamais le suédois ce qu’il regretta par la suite. Régent seulement un mois après son arrivée, il ne tarda pas à devoir choisir entre la France et sa nouvelle patrie. L’occupation de la Poméranie suédoise en janvier 1812 fût le prétexte idéal pour rompre définitivement avec Napoléon. Il négocia avec la Russie et en échange d’un renoncement à la Finlande, Alexandre 1er acceptait de soutenir les droits suédois sur la Norvège.

En mars 1813 la Suède et le Royaume-Uni signent un traité d’alliance doublé d’une aide financière de la part de la Grande-Bretagne. Londres promet également le transport des troupes suédoises en Poméranie et une aide navale pour conquérir la Norvège en cas de résistance locale et/ou étrangère.

La Suède entre en guerre contre la France le 17 mars 1813. Désirée Clary tente de négocier un accord entre son mari et l’empereur mais en vain.

Durant les négociations il apporta son expertise sur les forces et les faiblesses de l’armée française. Il joua un rôle moteur dans la planification de la campagne à venir à savoir d’éviter d’affronter Napoléon pour se concentrer sur ses subordonnés. Il participa avec son armée à la Bataille de Leipzig du 16 au 19 octobre 1813. d’octobre 1813 à février 1814 l’armée suédoise ne combat pas Napoléon, se concentrant sur les danois pour les forcer à abandonner la Norvège.

En France Charles Jean fût approché pour devenir le nouveau souverain mais il fût très vite marginalisé. De plus l’ancien maréchal d’Empire répugnait à combattre ses anciens compagnons d’armes sur le territoire national. Il regagne la Suède à la fifn du mois de mai et arriva à Stockholm le 10 juin 1814.

Il doit s’employer à combattre la Norvège peut désireuse de s’associer à la Suède en dépit des propositions de Bernadotte pour une large autonomie. La guerre s’acheva rapidement par une victoire suédoise (26 juillet-14 août 1814). Le 4 novembre 1814, Charles XIII devient également Charles II de Norvège. En revanche le futur Charles XIV Jean était sceptique sur le loyalisme de la population norvégienne. Durant les Cent Jours la Suède resta à l’écart des opérations.

Le 5 février 1818 Charles XIII/II meurt. Le lendemain l’ancien Maréchal d’Empire devient roi sous le nom de Charles XIV Jean (Charles III en Norvège). Il est couronné roi de Suède le 11 mai et roi de Norvège le 7 septembre.

En 1823 le prince héritier Oscar se marie avec Joséphine de Leuchtenberg, fille d’Eugène de Beauharnais, fils adoptif de Napoléon Bonaparte. A cette occasion Désirée regagna enfin la Suède et y reste jusqu’à la fin de sa vie.

Les relations avec le premier monarque de la maison Bernadotte restèrent tendues avec des norvégiens rétifs. Charles XIV Jean veilla à conserver de bonnes relations avec la Russie, l’ancien Maréchal d’Empire ayant des relations amicales avec Alexandre 1er comme avec son successeur Nicolas 1er.

Très populaire en Suède les relations du monarque se tendent dans les années trente en raison d’un certain autoritarisme ce qui fait espérer à certain l’avènement prochain de son fils Oscar réputé plus libéral. Paradoxalement sa popularité augmenta en Norvège alors qu’elle déclinait en Suède !

Le conflit avec l’opposition libérale s’apaisa au cours de la session parlementaire de 1841 et en 1843 au moment de son jubilé d’argent les témoignages d’affection furent unanimes, le roi de Suède ayant retrouvé sa popularité d’avant.

En effet le pays avait développé son économie, la dette publique et extérieure avait diminué, l’agriculture était en croissance tout comme l’industrie, les impôts avaient été réduits.

Début janvier 1844 la santé du roi déclina. Frappé par un accident vasculaire cérébral le 5 mars, il sombra dans le coma avant de succomber le 8 mars 1844 à 15h30. Son fils Oscar lui succède sur le trône de Suède.

Gustav IV Adolf

Gustave IV Adolphe (Stockholm 1er novembre 1778 St Gallen, confédération helvétique 7 février 1837) est roi de Suède du 29 mars 1792 au 29 mars 1809.

Fils de Gustav III Adolf, il perdit lui aussi le pouvoir mais à la différence de son père fût exilé et non assassiné, la perte de la Finlande étant l’élément déclencheur du coup d’état militaire qui allait aboutir à son renversement puis à son exil.

Lui succède sur le trône son oncle Charles XIII qui est sans héritier. Il choisit pour lui succéder un maréchal napoléonien Jean-Baptiste Bernadotte.

Agé de 14 ans à la mort de son père, Gustav IV est d’abord sous la régence de son oncle le futur Charles XIII.

Le 31 octobre 1797 il épouse Friederike Dorothea, petite-fille de Karl Friedrich margrave de Bade. De cette union sont nés cinq enfants (Gustav, Sofia Wilhelmina, Carl-Gustav, Amalia et Cecilia). Après son divorce, il eut plusieurs maitresse, l’une d’elle Maria Schlegel donnant naissance à un fils Adolf Gustafsson.

En raison de difficultés financières chroniques héritées de son père, le couronnement n’est organisé que le 3 avril 1800. En raison de l’opposition persistante au sein de la diète, Gustav IV Adolf ne va plus réunir la moindre diète jusqu’à son renversement.

En 1805 il rejoint la troisième coalition contre la France. La France occupe la Poméranie suédoise.

Le 21 février 1808 la Russie envahit la Finlande alors dirigée par la Suède tandis que le Danemark attaque la Suède pour forcer Stockholm à rejoindre le système continental destiné à ruiner l’Angleterre. Très vite la Finlande est perdue, perte consacrée par le traité de Hamina du 17 septembre 1809.

Entre-temps le roi est renversé par une conspiration militaire. Il abdique volontairement le 29 mars dans l’espoir de préserver les droits de son fils mais le Riksdag des Etats dominé par l’armée refuse de laisser le fils de Gustav IV sur le trône. Le 5 juin Charles est proclamé roi sous le nom de Charles XIII.

L’ex-roi de Suède est transporté en Allemagne. En 1812 il divorce de sa femme avec laquelle il ne s’était jamais entendu. Il vit ensuite en Suisse mais est enterré en Moravie. Sa dépouille est rapatriée en Suède en 1884.

Alfred Nobel

Alfred Bernhard Nobel (Stockholm 21 octobre 1833 San Remo 10 décembre 1896) est un chimiste, industriel et fabricant d’armes suédois.

Durant sa carrière il déposa plus de 350 brevets scientifiques dont celui de la dynamite qui fit sa renomée. Il fonde la société KemaNobel en 1871 qui rachète la société Bofors en 1894. Dans son testament il légue sa fortune pour créer le Prix Nobel.

Après avoir grandit en Russie, le jeune Alfred Nobel part étudier la chimie aux Etats-Unis pendant quatre ans. Rentré ne Suède, il se consacre à partir de 1862 à la mise au point d’explosifs plus stables. Il s’essaye également à la création littéraire avec un succès inversement proportionnel à sa carrière d’inventeur.

Il met au point un détonateur en 1865 et brevète la dynamite en 1867. Il réside à Paris à partir de 1875. Il achète plusieurs châteaux en France, châteaux utilisés pour des travaux de recherche mais fatigué par une campagne de presse hostile et par les lourdeurs administratives françaises il s’installe en Italie en 1891 ce qui n’améliore pas son image en France.

En 1888 la publication d’une nécrologie prématurée (« Le marchand de la mort est mort. Le Dr Alfred Nobel, qui fit fortune en trouvant le moyen de tuer plus de personnes plus rapidement que jamais auparavant, est mort hier . ») le pousse à laisser une meilleure image après sa mort.

Le 27 novembre 1895 un an avant sa mort, Alfred Nobel rédige son testament léguant la quasi-totalité de sa fortune à la création d’un fond destiné à doter des prix pour récompenser les progrès dans le domaine de la paix (ou de la diplomatie), de la littérature, de la chimie, de la physiologie ou de médecine et de la physique.

Célibataire et sans enfants, saint-simonien récompensant le mérite et condamnant l’héritage, Alfred Nobel se comporte en accord avec ses idées. Il à même envisagé lui le grand mélancolique de créer un établissement permettant aux personnes le souhaitant de mettrre fin à leurs jours dans de bonnes conditions.

Il meurt d’un accident vasculaire cérébral le 10 décembre 1896 à San Remo et est enterré au cimetière du Nord à Stockholm.

Benelux (65) Belgique (26)

L’Aéronautique Militaire et le second conflit mondial

Mobilisation et préparation au combat

Quand le second conflit mondial éclate, l’Aéronautique Militaire Belge s’est certes modernisée mais tout n’est pas rose pour autant.

Bréguet Br700

Bréguet Br700C2

En ce qui concerne la chasse, seuls les Bréguet Br700C2 bimoteurs et les Supermarine Spitfire Mk V sont vraiment modernes, les Hawker Hurricane et les Morane-Saulnier MS-410 sont usés et dépassés.

Lire la suite