23-Armée de terre ligne Maginot (37)

Secteur Fortifié du Dauphiné

D’abord appelé Secteur fortifié des Hautes-Alpes de 1924 à 1933, le SF Dauphiné s’étend du camp des Rochilles à Bayasse au camp des Fourches/Le Pra, englobant ainsi les vallées de la Haute-Durance, du Guil et de l’Ubaye.

On trouve deux grandes routes d’invasion, la première est la route Turin-Briançon-Grenoble via le col du Mont-Genèvre et la seconde est la route Coni-Barcelonnette-Gap via le col de Larche, routes qu’il faut barrer tout en se préoccupant des voies d’invasion secondaires entre ces deux axes.

La défense du Dauphiné repose donc essentiellement sur le barrage des débouchés des deux principaux cols ce qui est tout sauf novateur, Serré de Rivières et avant lui Vauban avaint compris l’importance capitale de Briançon pour défendre cette région.

Il était ainsi prévu pas moins de huit ouvrages pour protéger le Briançonnais mais dès mars 1930, les restrictions budgétaires et les choix politiques font que ce projet est remplacé par la modernisation du Janus et la construction par la MOM de petits ouvrages d’infanterie sur les cols secondaires.

De nombreuses «pilules» sont ainsi construites ainsi que des points d’appui fermés sur la ligne de résistance pour couvrir les ouvrages CORF d’un débordement par les hauts.

Etant davantage un souci pour l’état-major, le programme de fortification de l’Ubaye est réalisé en grande partie avec la construction de nouveaux ouvrages et la modernisation d’ouvrages anciens qui peuvent être toujours efficaces.

Pour ce qui est des travaux neufs, le CORF va réaliser de part et d’autre de la vallée deux ouvrages mixtes se flanquant réciproquement, un petit ouvrage d’interdiction de la vallée, trois abris et un observatoire. A cela s’ajoute un avant-poste à Larche couvert par le vieux fort de Viraysse alors que celui de Tournoux assure le rôle de verrou arrière.

Le col de la Bonnette bien que difficillement accessible n’est pas négligé avec jusqu’en 1930, deux casernements d’altitude et des redoutes en pierres sèches puis quelques avant-postes, un ouvrage mixte et trois petits ouvrages sur les cols annexes.

Au niveau organisationnel, le SFD est divisé en cinq sous-secteur, le sous-secteur Haute Clarée-Guisane défendu par le 82ème BAF, le sous-secteur Haute Durance-Cerveyrette défendu par le 72ème BAF, le sous-secteur du Gul défendu par le 107ème BCA, le 87ème BCA et le 92ème BAF, le sous-secteur Ubaye-Ubayette dispose du 299ème RIA et du 83ème BAF et le sous-secteur Jausiers défendu par 73ème BAF et une compagnie du 299ème RIA.

Durant la guerre de Pologne, le Secteur Fortifié du Dauphiné dispose de deux DBAF, la 75ème DBAF qui dispose de quatre bataillons alpins de forteresse, les 72ème 82ème 92ème et 102ème alors que la 157ème DBAF ne dispose que de deux bataillons, les 73ème et 83ème BAF. A cela s’ajoute les 4ème et 5ème compagnie du 440ème régiment de pionniers.

Après la démobilisation, on ne maintient en ligne que le 157ème DBAF _la demi-brigade d’active_ avec les deux bataillons alpins de forteresse d’active, les 72ème et 73ème BAF plus le 83ème BAF qui devient un bataillon d’active.

Le dispositif est réorganisé, le sous-secteur Haute Clarée-Guisane est défendu par le 83ème BAF, le sous-secteur Haute Durance-Cerveyrette défendu par le 72ème BAF, le sous-secteur du Gul défendu et le sous-secteur Ubaye-Ubayette par le 83ème BAF et le sous-secteur Jausiers défendu par une compagnie renforcée du 73ème BAF.

 Sous-secteur Haute Clarée-Guisane

Quartier du Chardonnet : pas d’ouvrages spécifiques

Quartier Bufere-Granon

ouvrage de Col-de-Buffere

ouvrage de Col-de-Buffere

-L’ouvrage de Col-de-Buffere est un ouvrage d’infanterie à trois blocs et une cheminée disposant d’un bloc 1 qui sert d’entrée armé d’un créneau FM en caponnière et d’une cloche GFM, d’un casemate d’infanterie (vers les Sagnes) ou bloc 2 disposant d’un créneau JM et en remplacement d’un bloc 3 identique au bloc 2, un blockhaus MOM muni d’une trémie FM. Le bloc 4 est la cheminée de l’ouvrage qui dispose également d’une sortie de secours et d’un bloc observatoire muni d’une cloche GFM.

-Un blockhaus d’avant 1914 rénové et armé de deux créneaux JM

-Un avant poste composé d’une galérie avec un créneau JM

Sous-secteur Haute Durance-Cerveyrette

Quartier Vachette-Janus

-L’ouvrage de La Vachette est un ouvrage d’infanterie à deux blocs disposant d’un Bloc 1 (entrée + casemate) armé d’un créneau JM/AC 47, un créneau JM, deux mortiers de 81mm, une cloche AM et une cloche GFM et d’un bloc 2 équipé d’une cloche AM et d’une cloche GFM.

-Un barrage antichar léger sur la route de Montgenèvre défendu par un ouvrage CORF armé d’un créneau JM/AC 47, un créneau JM (qui lui aussi peut s’effacer pour laisser la place au canon de 47mm), deux FM et une goulotte à grenades.

-Un observatoire de campagne

-Emplacement pour quatre canons de 75mm modèle 1897 pour couvrir Montgenèvre

-L’ouvrage CORF du Janus implanté sous l’ancien fort du même nom et dispose de sept blocs, une entrée et deux cheminées.

-Le Bloc 1 est une entrée de plain pied défendu par un créneau JM/AC 25 installé seulement en 1942 remplaçant un créneau JM.

-Le Bloc 2 est une casemate mixte flanquant vers le nord (agissant qsur la route de Montgenèvre avec deux créneaux JM et deux mortiers de 81mm

-Le Bloc 3 est une casemate d’artillerie flanquant vers le nord (action vers la vallée de Clarée) disposant de deux mortiers de 75mm modèle 1931

-Les blocs 4 et 5 sont des observatoires

-Le Bloc 6 est une casemate d’infanterie disposant d’un créneau JM et d’une chambre observatoire orientée vers le sud.

-Le Bloc 7 est une casemate d’infanterie flanquant vers le nord (Montgenèvre) avec pour équipement un créneau JM.
-Le Bloc 8 est l’ancienne batterie de 95mm du Janus intégré à l’ouvrage CORF ce qui est une chose unique en son genre.

-Les Blocs 9 et 10 servent à la ventilation de l’ouvrage

-L’ouvrage MOM du Chenaillet à une histoire compliquée puisqu’il à été commencé en 1931, abandonné entre 1932 et 1940 avant d’être finalement achevé avec deux entrées parallèles desservant des galeries se croisant et menant à deux casemates de mitrailleuses (un JM chacun) se couvrant mutuellement.

Quartier Gondran-Aittes

-L’ouvrage Gondran E est un ouvrage d’infanterie à cinq blocs qui dispose donc d’une entrée ou bloc 1 avec un créneau JM et une cloche GFM, d’une casemate d’infanterie ou bloc 2 dont le créneau JM croise avec le Janus, d’un observatoire ou bloc 3 munie d’une cloche Digoin puis d’une cloche GFM, d’un bloc cheminée ou bloc 4, une sortie de secours appelé bloc 5 et d’un bloc indépendant avec une cloche AM pour l’action frontale.

-L’ouvrage des Aittes est un ouvrage d’infanterie à trois blocs et une entrée avec une entrée ou bloc 1 défendue par un créneau FM, d’un bloc 2 couvrant le col du Chabaud équipé d’un créneau JM, d’un bloc 3 couvrant le col de Gimont avec un créneau JM et enfin un bloc 4 couvrant le col de Bousson avec un créneau JM puis un créneau JM/AC 25, ce bloc servant aussi d’issue de secours.

-Durant la guerre de Pologne, on à réalisé 149 emplacements pour armes automatiques avec FM ou mitrailleuses qu’ils s’agisse de Briançon, de tourelles démontables (2) ou de huit abris.

Sous-secteur du Guil

-Les quartiers du Péas, du Queyras du Sommet-Bucher et du Ceillac n’ont pas d’ouvrages spécifiques type CORF mais une série d’organisations MOM ont été construites avec des blocs pour mitrailleuses, pour fusils-mitrailleurs ainsi que des tourelles démontables.

Un point fort est réalisé à Abriès, point fort tenu jusqu’à la démobilisation par deux sections du 87ème BCA, ce point fort étant composé de six pilules armés chacun d’un fusil-mitrailleur.

Sous-secteur Ubaye-Ubayette

Quartier Saint Paul

-L’ouvrage de Plate-Lombarde est un ouvrage d’infanterie à quatre blocs, une entrée et une sortie de secours. Le Bloc 1 est l’entrée défendue par un créneau FM, les blocs 2 et 3 sont munis de cloches Pamart modifiées FM alors que le bloc 4 est l’observatoire de l’ouvrage avec une cloche obs/VDP alors que le bloc 6 est une sortie de secours.

 Quartier Meyronnes

-Le Barrage du cimetière de Larche est un barrage antichar léger défendu par un blockhaus

-L’ouvrage de Larche est un avant poste à quatre blocs, une cheminée et une entrée disposant d’une entrée ou bloc 1, d’un bloc 2 armé d’une mitrailleuse et d’un fusil-mitrailleur, d’un bloc 3 disposant de deux mitrailleuses, d’un bloc 4 ou casemate arrière disposanrt de trois FM et d’une sortie de secours, d’un bloc 5 qui est l’observatoire de l’ouvrage mais qui sert aussi d’issue de secours et d’un bloc 6 qui est la cheminée de l’ouvrage.

-L’ouvrage de Saint Ours-Haut est un ouvrage mixte à quatre blocs et une entrée disposant donc d’une entrée ou bloc 1 avec un créneau JM, une cloche GFM et une cloche LG, une casemate d’artillerie ou bloc 2 muni d’un mortier de 75mm modèle 1931, de deux mortiers de 81mm, d’un créneau JM et d’un créneau mortier de 50mm, d’un bloc 3 servant d’observatoire avec une cloche GFM, d’un bloc 4 équipé d’une cloche GFM et d’un bloc 5 muni de deux créneaux de 81mm, de trois créneaux JM, d’un créneau de mortier de 50 et d’une cloche GFM.

-On trouve également à proximité de ce puissant ouvrage, deux abris passifs défendus par une cloche GFM.

-L’ouvrage de Saint Ours-Bas est un ouvrage d’infanterie monobloc disposant de six créneaux FM, un créneau mortier de 50mm, deux cloches M, une cloche AM et deux cloches GFM, le tout pour barrer la RN 100.

-Un observatoire implanté à Serre-La-Plate avec un bloc 1 qui est l’entrée de l’ouvrage et le bloc 2 qui dispose d’une cloche obs/VDP.

-L’ouvrage de la Roche-la-Croix est un ouvrage mixte à cinq blocs et une entrée avec comme bloc 1 une entrée de type réduite défendue par deux créneaux FM,d’un coffre de flanquement des fossés ou bloc 2 disposant d’un créneau mortier de 50mm et de trois créneaux FM, d’un bloc 3 jouant un rôle similaire au bloc 2 avec un créneau pour mortier de 50 et deux créneaux FM, d’un bloc 4 qui sert d’observatoire avec une cloche obs/VDP et une cloche GFM, d’une casemate d’infanterie flanquant vers le nord ou un bloc 5 avec deux mortiers de 75mm modèle 1931, deux mortiers de 81mm en sous-sol, une tourelle de 75mm modèle 1933 et un créneau FM/observatoire.

Le bloc 6 est un observatoire auxiliaire qui n’avait été prévu dans les plans initiaux. On trouve à l’étage inférieur un créneau projecteur et un créneau FM pour mortier de 50mm et à l’étage supérieur quatre FM servant pour l’observation et d’une cloche GFM.

-Un abri passif

-A Roche Croix, une ancienne batterie (1884-89) reconstruite avec deux mitrailleuses et un mortier de 81mm

-Des observatoires à La Duyère et aux Challanches construits avant 1914.

-Le Fort de Tournoux est un ensemble de forts construits avant 1914 avec au niveau de la vallée, la batterie XII construite entre 1846 et 1862 disposant de 4 mortiers de 81mm et deux pièces de 95mm modèle 1888, à mi-hauteur le fort Grouchy (1846-62) disposant de deux mortiers de 150T, en haut le fort supérieur avec une section antiaérienne, la batterie Claus des Caures (1879-83) avec deux canons de 75mm modèle 1897 sous casemates, deux mortiers 150T et 4 pièces 155L modèle 1877.

La batterie du Vallon Claous (1880-85) dispose de deux canons de 75mm modèle 1897, au sommet de la crète, le fortin de Serre de Laut (1890-93) équipé d’un batterie antiaérienne et au village de Tournoux quatre canons de 155C modèle 1917.

A noter que le fort Grouchy aurait du recevoir trois canons de 145mm longue portée et que la batterie XII aurait du recevoir quatre canons de 155C mais ces deux projets ont été abandonnés.

Sous-secteur Jausiers

Quartier des Sagnes

-Aux Sagnes devait être implanté un ouvrage mixte pour assurer la liaison entre les ouvrages de la Trouée de Larche et ceux de Restefond armé de deux mortiers de 75mm et de deux mortiers de 81mm. Après l’échec d’un autre projet (ouvrage d’infanterie, une entrée et une casemate active), ce point haut est finalement occupé par des ouvrages MOM (six blocs, deux tourelles démontables et deux abris alpins).

Quartier de Restefond

-L’ouvrage Col-de-Restefond est un abri actif à deux entrées, un bloc actif et une cheminée avec un bloc 1 qui sert d’entrée avec pour armement un créneau JM et une cloche GFM (flanquement de l’ouvrage de Restefond), un bloc 2 qui est aussi une entrée mais qui n’est armée que d’un créneau FM, un bloc 3 qui est une casemate d’infanterie avec pour armement un créneau JM et une cloche GFM (flanquement de l’ouvrage de Granges-Communes) alors que le bloc 4 est la cheminée de l’ouvage.

Cloche GFM en position

Cloche GFM en position

-L’ouvrage du Restefond est un ouvrage mixte à cinq blocs et une entrée avec un bloc 1 ou entrée défendue par un créneau FM, une cloche GFM et une cloche LG, une casemate d’artillerie flanquant vers le nord ou bloc 2 avec deux mortiers de 81mm et une cloche GFM (réalisé seulement en 1943), une casemate d’infanterie ou bloc 3 avec pour armement une cloche M pour couvrir le col de Pourriac et une cloche GFM, une casemate d’infanterie ou bloc 4 disposant d’une cloche M dirigée vers Saint-Etienne, une cloche GFM et une cloche obs/VDP, une casemate d’artillerie d’action frontale ou bloc 5 réalisée seulement en 1942 avec pour armement deux mortiers de 75mm modèle 1932 et un mortier de 75mm modèle 1931.

Le bloc 6 est une casemate d’artillerie d’action frontale équipée de deux obusiers de 75mm modèle 1932 (couverture des cols de Pourriac et du mont Vallonet) et un mortier de 75mm modèle 1931 (couverture du col de Pourriac). Enfin le bloc 7 est muni d’une tourelle de 75mm modèle 1905 et d’une cloche GFM type C, bloc construit tardivement en 1943.

-L’ouvrage de Granges-Communes est un ouvrage d’infanterie à deux blocs, le premier bloc à été paradoxalement réalisé après le bloc 2 avec une entrée, deux mortiers de 81mm pour flanquer le Restefond, un créneau JM/AC 25, une cloche GFM et une cloche LG alors que le bloc 2 est armé de deux cloches M puis d’une cloche M et d’une cloche AM, de deux cloches GFM et d’un créneau FM.

-L’ouvrage des Fourches est un avant-poste à cinq blocs et une entrée avec un bloc 1 armé d’un fusil-mitrailleur (c’est l’entrée), un bloc 2 équipé d’une mitrailleuse et d’un fusil-mitrailleur, un bloc 3 armé d’une mitrailleuse, le bloc 4 qui est une issue de secours avec trois fusils mitrailleurs, un bloc 5 qui sert d’observatoire avec pour armement quatre fusils-mitrailleurs et enfin un bloc 6 disposant de deux FM et d’un observatoire destiné à l’artillerie de position.

Quartier Rougna

-L’ouvrage de la Moutère est un ouvrage d’infanterie à deux blocs, une entrée et une cheminée destiné à barrer le col du même nom avec pour armement, un bloc 1 muni de deux créneaux FM qui défendent ainsi l’entrée, une casemate d’infanterie ou bloc 2 armée d’un créneau JM, un bloc 3 muni d’une cloche GFM et un bloc 5 qui est la cheminée de l’ouvrage.

-A proximité de l’ouvrage, on trouve un abri alpin à quatre entrées construit entre 1932 et 1934

-L’ouvrage du Le Pra est un avant-poste à quatre blocs et une entrée composé d’un abri en tôle métro prolongé par une galerie coudée à chaque extrémité. Le bloc 1 qui est l’entrée de l’ouvrage dispose de deux FM et de quatre autres dans la galérie coudée, les blocs 2 et 3 sont des casemates pour deux mitrailleuses, le bloc 4 est la sortie de secours alors que le bloc 5 regroupe un observatoire et une galérie coudée, le tout armé de trois FM.

Au cours de la guerre de Pologne, la MOM réalise de Maurin au col de la Braisse trente-six blocs et 17 abris répartis entre le point d’appui de Maurin (cinq blocs et un abri alpin n°1), le point d’appui du châtelet (deux emplacements pour tourelles démontables, trois Briançon pour FM et deux abris alpins), à Fouillouze haut sont implantés un bloc FM, deux blocs mitrailleuses et deux abris alpins et à Trois-Mélèzes deux blocs et un abri sans oublier le point d’appui des Sagnes décrit plus haut.

Publicités

23-Armée de terre ligne Maginot (2)

Les Alpes

Si la frontière nord-est est la plus sensible car directement menacée par l’Allemagne (dont on connait très rapidement les sentiments revanchards symbolisé par le Dolchloss _le coup de poignard dans le dos_), la frontière du sud-est face à l’Italie et la Suisse ne doit pas être négligée non seulement parce que les allemands pourraient choisir de passer par la Suisse plutôt que par la Belgique et que rapidement les relations franco-italiennes virent à l’aigre.

La faute à la frustration italienne qui n’à pas obtenu les terres irrédentes promises par le traité de Londres de 1915, une situation économique difficile et l’arrivée au pouvoir de Benito Mussolini qui ne tarda pas à réclamer le retour de la Savoie et de Nice à la «mère patrie italienne».

Des fortifications existent déjà en 1918, des fortifications héritées du passé qu’il s’agisse de l’oeuvre de Vauban ou de Serré de Rivière qui construisirent des ouvrages d’interdiction d’accès aux vallées, d’ouvrages haut-perchés pour pour protéger les ouvrages inférieurs et des ouvrages de surveillance.

En 1920, pour les deux pays, l’organisation de 1914 demeure la norme de leur système fortifié mais en 1930, cette norme aura radicalement changé tant du côté français que du côté italien.

En juin 1920, le ministre de la guerre André Lefèvre demande au Conseil Supérieur de la Guerre (CSG) une étude, un état des lieux sur les fortifications. Le général Nivelle est chargé des Alpes et de la Méditerranée. Son constat est alarmant : fortfications à l’abandon, garnisons désertées mais ce cri d’alarme tombe dans le vide, l’Italie n’est pas la menace principale pour la France.

Tout change avec donc l’arrivée au pouvoir de Mussolini qui comme tout dictateur joue sur la corde nationaliste pour asseoir son pouvoir. La potentialité d’un conflit franco-italien croit chaque jour et la question des fortifications alpines cesse d’être secondaire.

Si l’Italie seule serait bien incapable de mener un conflit contre la France, elle pourrait très bien renouer avec les manes de la Triplice de 1882 et se rapprocher de Berlin. La France fait alors un terrible cauchemar d’une attaque allemande sur la frontière du nord-est associée à une attaque italienne dans le Sud-Est, immobilisant des troupes qui auraient été utiles ailleurs.

Le 25 février 1925, le général Nollet, ministre de la Guerre du gouvernement Herriot demande au général Degoutte, commandant désigné de l’Armée des Alpes de «préciser le tracé d’une ligne de résistance de l’Armée des Alpes», événement qui peut être considéré comme le premier acte de la future «Ligne Maginot alpine».

La nature du milieu et le caractère secondaire de ce théâtre d’opérations dans la stratégie française impose des contraintes différentes par rapport à celle du TONE.

Avec des effectifs réduits, elle doit tenir le terrain. Point positif cependant, les ouvrages anciens encore loin d’être déclassés sont en bien meilleur état que les forts Serré de Rivière de l’Est victimes des bombardements du premier conflit mondial et de la nécessité de disposer d’artillerie lourde.

Le projet imaginé par le général Degoutte est composé essentiellement de petits ouvrages qui vont s’insérer dans le système existant. Plus encore que sur le front nord-est, il s’agit d’établir une véritable défense profondeur pour compenser ainsi l’infériorité numérique des troupes françaises face aux italiens qui pourraient aligner 340000 hommes.

Le programme global (ouvrages fortifiés, amélioration des infrastructures de transport) est estimé à 1.2 milliards (5 milliards pour le dispositif Nord-Est).

Des crédits sont débloqués dès 1927 notamment pour améliorer les défenses de Nice mais alors que le programme Degoutte n’à pas encore atteint sa vitesse de croisière, le CDF estime le 23 août 1927 que les ouvrages sont trop prêts de la frontière pour être efficaces.

Un programme réduit destiné à moderniser les défenses de Nice est cependant adopté, la défense de la métropole azuréenne étant jugée prioritaire face aux menaces italiennes, menaces verbales pour le moment.

Au cours de l’année 1927, on renonce à un front continu, le programme initial qui prévoyait 440km à fortifier est réduit à 155km ce qui nécessite tout de même la construction de 400 ouvrages pour un budget global de 400 à 500 millions plus 150 millions pour les routes et téléphériques. Au niveau des troupes, cela nécessite dix-huit bataillons d’infanterie dont douze de chasseurs alpins.

Le «programme Degoutte» est mis en pièces par le CDF le 11 janvier 1928 et il est décidé de tout reprendre à zéro pour uniformiser la situation de la frontière alpine par rapport à la frontière du nord-est. C’est à partir de cette date que l’on peut véritablement parler de «Ligne Maginot alpine», l’étude concernant la défense du Sud-Est étant publié par le CDF le 12 février 1929.

Le 28 mars 1928, en effet, le CORF avait vu son autorité étendue à toutes les frontières de la France, les Alpes vont être l’objet de soins attentifs du Comité d’Organisation des Régions Fortifiées.

Dès le 12 novembre 1928, le comité rend ses conclusions. On renonce à une protection continue au profit de la protection des points vitaux : Nice et les grandes vallées de pénétration, protection s’appuyant sur les reliefs et plus encore que dans le Nord-Est sur les fortifications existantes ce qui génère de substansielles économies.

Concrètement le CDF propose un programme estimé à 700 millions de francs (dont 328 pour la construction et 105 pour l’armement et les munitions), comprennant 103 ouvrages (75 ouvrages à construire, 28 existants à améliorer) représentant 298 organes de feux. Un programme restreint de 205 millions est lancé immédiatement.

Alors que la conception des ouvrages commence en tirant partie du terrain et des conditions météos plus difficiles que dans le Nord-Est, le calendrier est affiné suite à l’approbation du ministre Painlevé.

Dans un premier temps, un programme restreint de 208 millions destiné à parer au plus pressé à savoir le barrage des grands axes, ce programme restreint englobant le programme réduit de la défense de Nice.

Dans un second temps, les travaux complémentaires qui doivent s’achever en six ans (1935-40), ce programme de deuxième urgence allait comme en Alsace-Lorraine être relégué aux oubliettes. La réalisation est confiée au CORF à l’aide de trois délégations à Grenoble, Briançon et Nice qui vont dessiner respectivement les ouvrages des secteurs de Savoie, de Durance et des Alpes-Maritimes.

Ce premier projet est remis en cause par le général Belhague le 31 mars 1930 qui dénonce des insuffisances de ce projet restreint, des insuffisances notamment budgétaires, le projet estimé à 208 millions étant maintenant estimé à 366 millions (+80%).

Le général Degoutte réapparaît alors et propose à nouveau son projet de petits ouvrages plus économiques alors que l’heure est aux économies mais à nouveau, il n’à pas gain de cause, le choix de son projet ayant pour conséquence de provoquer un retard d’un an au minimum.

Néanmoins, le projet Degoutte de petits ouvrages renaît sous la forme des ouvrages d’avant-postes (AP) qui seront construits par la Main d’Oeuvre Militaire (MOM).

Après d’ultimes discussions, le projet est approuvé, un projet de 362 millions qui à la fin de décembre 1930 atteint sa phase de croisière, le projet étant approuvé par le général Weygand le 26 janvier 1931.

Pour résumé cette genèse douloureuse, la ligne maginot alpine présente le même visage que sa consœur alsaco-lorraine, une ligne fortifiée à base d’ouvrages puissants à base d’artillerie avec le renfort d’ouvrages légers dans les intervalles et dans les avant-postes.

Gros ouvrage de Rimplac, Secteur Fortifié des Alpes Maritimes

Gros ouvrage de Rimplac, Secteur Fortifié des Alpes Maritimes

Devant les menaces italiennes, les travaux vont commencer en même temps qu’au Nord-Est à savoir en septembre 1928 avec  l’ouvrage de Rimplas dans les Alpes Maritimes à 80km de Nice.

Pour le reste de la Ligne Maginot Alpine, le gros des travaux commence au printemps 1931 au plus tard à l’été pour les ouvrages en altitude. Outre le gros oeuvre, on commence également le tracé des routes d’accès aux ouvrages. Ce n’est cependant que le 15 décembre 1931 que les derniers marchés sont passés avec des entreprises locales.

Les travaux sont menés à une allure soutenue mais le climat lié à l’altitude réduit pour nombre d’ouvrages la période de travail effective à trois ou quatre mois. Début 1931, six ouvrages de Savoie sont commencés, six en Haute Durance et dix dans les Alpes Maritimes. Dès l’automne 1931 certains ouvrages méridionaux (où le climat permet de travailler toute l’année) peuvent être considérés comme achevés à défaut d’être pleinement opérationnels.

Comme dans le Nord-Est, on assiste à des dépassements de budget, 110 millions de francs dès la fin 1932 ce qui nécessite pour rester dans les clous des ajournements acceptés par le ministre le 28 janvier 1933 mais cela n’économisant que 17 millions, d’autres ajournements ont lieu au printemps 1933.

Comme de nouveaux ajournements seraient préjudiciables à la solidité des positions, on se résout à demander une rallonge au contribuable. C’est chose faite le 6 juillet 1934 quand le Parlement autorise une nouvelle rallonge de 800 millions, nouvelle et dernière rallonge pour régulariser les dépassements des crédits au Nord-Est et dans les Alpes.
En 1935, Paris et Rome se rapprochent et on s’interroge sur l’opportunité de poursuivre la construction des ouvrages défendant les Alpes contre une possible agression italienne. Cette embellie sera cependant de courte durée. En octobre, l’Italie envahit l’Ethiopie, menace l’Angleterre d’une guerre et le 1er novembre 1936 se rapproche définitivement de l’Allemagne, abandonnant sa menace d’intervention en cas d’Anschluss.

La France doit donc se résigner à reprendre les travaux défensifs. La CORF et ses délégations locales ayant été dissoutes depuis le 1er janvier 1936 par le ministre Fabry, la direction des travaux est décentralisée. Celle de l’organisation défensive du Sud-Est est confiée au général Mittelhauser qui en cas de guerre doit prendre la tête de l’armée des Alpes.

Pour le général Mittelhauser, la priorité c’est de terminer l’oeuvre engagée par la CORF et ensuite simplement de remédier aux lacunes constatées. Les travaux sont loins d’être achevés quand éclate le conflit resté dans l’histoire sous le nom de guerre de Pologne et même quand ce conflit se termine, il reste beaucoup de travail et le programme d’avenir décidé par Mittelhauser et approuvé par son successeur le général Besson est loin d’être achevé, fusionnant dans la pratique avec le CEZF.

Le programme CEZF va lui aussi avoir un impact sur le front alpin, des ouvrages de campagne musclés ou des gros ouvrages simplifiés c’est selon vont être construits, amélioration sensiblement la défense de certains secteurs notamment les plus négligés comme le SD-Rhône.

La Corse

Quand il arrive au pouvoir en 1922, Mussolini va jouer sur la corde nationaliste, profitant de la frustration d’une Italie qui s’estime volée dans ses revendications territoriales. Aux traditionnelles régions irrédentes de Dalmatie, de l’Istrie et du Tyrol, le dictateur italien ajoute d’autres terres ayant autrefois appartenu à l’Italie : le duché de Savoie, le comté de Nice et la Corse.

L’Ile de Beauté n’étant situé qu’à 12km de la Sardaigne, celle-ci clairement menacée par les armées italiennes. Aussi dès 1926, le général Debeney s’inquiète des fortifications protégeant la Corse et s’en ouvre au chef d’état-major de la marine, le vice-amiral Salaun.

Le constat fait par ce dernier n’est guère rassurant. Si Ajaccio bénéficie d’une défense de côte assez solide, ce n’est pas le cas de Bastia et de la région Bonifaccio-Porto-Vecchio. Un débarquement amphibie italien n’aurait aucun mal à investir le sud de l’île en profitant également de la médiocrité des infrastructures routières et ferroviaires de l’île.

Cette préoccupation est également partagée par les parlementaires à partir de mars 1927 quand le sénateur Tissier de la commission de la Marine au Sénat attire l’attention de ses collègues. Les premiers projets ébauchés prévoit un renforcement des défenses des approches de Bonifaccio et d’Ajaccio et néglige la défense de Bastia.

Contrairement aux défenses du Nord Est ou aux défenses alpines, les premiers travaux sont menés au coup par coup avec par exemple la construction d’une batterie de 4 canons de 138mm à Boca di Valle qui est achevée en 1930. un projet nettement plus ambitieux avec deux tourelles de 340mm et quelques batteries annexes est repoussée à plus tard en raison de son coût démesuré (200 millions).

Cependant les défenses réalisées au coup par coup jusqu’au début des années trente sont très vulnérables à une attaque par l’arrière au cas ou l’ennemi débarquerait dans les baies situées à l’est et à l’ouest de Bonifaccio. C’est là que la CORF va intervenir pour parer à cette menace.

Le 13 avril 1928, le ministre de la guerre demande au général Fournier, commandant supérieur de la défense de la Corse de lui proposer un programme de défense de l’île. Son projet très complet (défenses des côtes, infrastructures de transport, terrains d’aviation) pour un coût global de 6 milliards de francs.

On ne lui accorde que 42 millions et pas un centime dans la loi-programme du 14 janvier 1930 alors qu’un exercice combiné armée-marine exécuté en mars 1929 avait montré la position stratégique de Bonifaccio et la nécessité de protéger l’arrière.

En octobre 1930, le général Fournier revient à la charge en proposant pour dix millions, la constructions de 25 petits blocs de campagne pour défendre les plages du sud de l’île et barrer les routes menant à Bonifaccio.

Ce projet reçoit un accueil favorable du parlement qui estime néanmoins nécessaire de consulter la CORF. Après une reconnaissance sur le terrain réalisé en février 1931, un rapport est publié en avril 1931.

Le 25 juin 1931, ce rapport est examiné par le sénateur Charles Dumont _rapporteur général du budget au Sénat_, le général Gamelin et l’amiral Levavasseur _inspecteur général des forces maritimes du Midi_. Le projet est approuvé par le ministre de la Marine le 7 juillet et par le ministre de la Guerre le 14 août 1931.

Parallèlement le 15 juin 1931, le projet 344/F du colonel André qui reprend en partie le plan du général Fournier, détaille le programme qui bénéficie d’un budget de 25 millions pour construire des routes, développer un réseau de transmission et construire de petits casemates destinés à protéger les approches terrestres de Bonifacio.

En octobre 1933, les travaux sont désormais évalués à 27 millions (casemates, routes et rocades, nouvelle caserne de Bonifacio) auxquels il convient d’ajouter un montant de deux millions pour l’armement et les munitions.

La réalisation effective commence en 1932, les derniers travaux sont approuvés par le ministre le 1er octobre. L’ensemble réalisé par la CORF représente trois casemates d’artillerie et douze casemates d’infanterie auxquelles s’ajoutent cinq abris réalisés par la Main d’Oeuvre Miliaire.

Les travaux réalisés au début des années trente sont complétés en 1939/40 au cours de la guerre de Pologne et immédiatement après celle-ci par des travaux complémentaires, complétant les défenses de Bonifacio et améliorant nettement celles des approches de Bastia.

Comme ailleurs le CEZF va réaliser des travaux en Corse notamment dans la région de Porto Vecchio et de Solenzara où une importante base aérienne est construite avec comme but évident d’attaquer l’Italie et de rendre invivable la mer Tyrrhénienne ce qui devrait considérablement gêner la marine italienne qui dispose là de deux bases importantes : La Spezia près de Gênes et Gaète près de Naples.

18-Bases et arsenaux (5)

F-Base navale de Toulon

Carte générale de Toulon avec son "triangle de la mort"

Carte générale de Toulon avec son « triangle de la mort »

Avant-propos

Les bassins de Toulon en 1896 avant la construction des grands bassins Vauban

Les bassins de Toulon en 1896 avant la construction des grands bassins Vauban

Toulon et la marine militaire c’est une très vieille histoire puisqu’on peut remonter en 1514 pour trouver une trace avec la construction de la Tour Royale. Il faut attendre ensuite le début du XVIIème siècle pour voir la première vraie militarisation avec l’installation en 1610 des premières galères.

En 1666, Toulon est désigné pour devenir le grand port de guerre du Levant, Colbert souhaitant qu’il joue le rôle de Rochefort en Méditerranée. Pour se faire il est équipé et fortifié par Vauban, des travaux durant près de quinze ans (1666-1680).

Toulon ne cesse de se développer, se modernisant pour s’adapter aux nouvelles techniques mais le début du 20ème siècle voit l’arsenal de Toulon se concentrer sur l’entretien, seules quelques constructions de sous marins et de navires secondaires ayant encore lieu.

En 1939, l’Arsenal aligne une superficie de 300 hectares dont 50 sont bâtis et 11 bassins de radoub bien équipés permettant de soutenir une flotte nombreuse.

Les travaux menés au début de la décennie quarante ne sont pas aussi importants qu’à Brest mais ils ne sont pas pour autant négligeable avec la construction de plusieurs cales/slipway et l’extension de certaines formes de radoub. Les grues et les ateliers sont modernisées tout comme les défenses côtières.

Appontements du Milhaud

C’est la principale zone de stationnement de la base navale de Toulon par l’importance des unités qui y sont stationnés en l’occurence les cuirassés, le porte-avions Joffre et une partie des croiseurs.

Six épis de 350m sont montés perpendiculaires à la ligne du quai et disposent chacun de quatorze bites d’amarrages.

Quai Noël

Relié aux Appontements Milhaud par un pont tournant, le quai Noël est l’équivalent toulonais du Quai des Flottilles. C’est donc là que s’amarrent les quinze contre-torpilleurs basés à Toulon.

Darse ouest et est

Situées à l’ouest des appontements du Milhaud, elles accueillent les navires de soutien affectés à la base navale de Toulon comme les remorqueurs, les gabares ainsi que la poussière navale (vedettes, patrouilleurs, escorteurs)……….. .

Darse des pétroliers

C’est l’antre des pétroliers. Elle accueille à la fois les pétroliers basés à demeure à Toulon mais également les pétroliers civils alimentant le parc à combustibles liquides.

Darse des sous-marins

Comme son nom l’indique, elle abrite les sous-marins basés à Toulon. Comme le nombre de submersibles est jugé important, une partie des sous-marins est mouillé dans la Darse Vauban.

Darse du Missiessy

Aucun navire n’est stationné à demeure dans cet Darse, les seuls navires qui y sont mouillés ou amarrés à quai sont ceux en travaux. Cela s’explique par la présence de trois bassins de radoub.

-Les bassins Missiessy n°1 et Missiessy n°2 mesurent 215m de long sur 31m de large, le Missiessy n°5 ne mesurant que 205m de long sur 32m de large ce qui lui permet de caréner tous les navires sauf le cuirassé et les porte-avions.

Darse du Castigneau

A l’est de la darse du Missiessy, on trouve la Darse du Castigneau qui comme la précédente ne stationne pas de navires en raison de la présence de formes de radoub, trois en l’occurence.

Deux bassins ont été creusés, le premier en 1863 et le second en 1886, le premier mesurant 114m de long sur 22m de large et le second mesurant 163m de long sur 23m de large.

Le premier baptisé Castigneau n°4 est allongé passant de 163m à 185m et le second baptisé Castigneau n°5 passant de 114 à 130m permettant respectivement le carénage des croiseurs légers et des contre-torpilleurs. Ils sont élargis à 25m.

Darse et zone Vauban

Cette Darse est l’une des plus anciennes de la base navale varoise. Elle prolonge vers l’est la Darse du Castigneau et est reliée à la Darse aux Sous-Marins par le canal des Subsistances, une partie des sous-marins étant mouillé dans la Darse Vauban.

C’est également une importante zone d’entretien avec pas moins de cinq formes de radoub :

-Le bassin Vauban n°6 mesure en 1939 90m de long sur 15m de large mais des travaux importants portent sa longueur à 120m et sa largeur à 20m.

-Le bassin Vauban n°9 mesure 120m de long sur 20m tout comme le bassin Vauban n°10 mais ce dernier en mauvais état est inutilisé et de facto désaffecté. Sa remise en état est envisagée au printemps 1948 mais aucun travaux n’est mené avant le début du conflit.

-Le bassin Vauban n°7 est l’un des deux Grands Bassins Vaubans. Quand leur construction commence en 1911, ils sont les plus grands bassins de radoubs du monde. Les travaux sont interrompus par le premier conflit mondial. Repris en 1914, ils sont achevés en 1929.

Le Vauban n°7 et le Vauban n°8 mesurent 422m de long sur 42m de large avec des enclaves pour portes intermédiaires à 210m, 235m et 250m permettant de radouber plusieurs navires en même temps.

Ces bassins ne sont pas agrandis avant 1948 mais les capacités de levage attenantes sont modernisées.

Darse Vieille et Angle Robert

Comme son nom l’indique, la Darse Vieille est la plus ancienne partie de l’Arsenal de Toulon. Elle n’est pas pour autant désaffecté, elle reste utilisée à la fois par les torpilleurs d’escadre et par quelques unités désarmées avant leur transfert au cimetière naval du Bregaillon (officiellement le Dépôt Naval de la Méditerranée DNM).

L’Angle Robert est le quai d’apparat du port de Toulon. C’est là qu’est amarré le navire amiral de la Flotte de la Méditerranée en l’occurence le croiseur lourd Algérie et les navires étrangers en visite officielle à Toulon.

Darse Nord du Mourillon

C’est le plan d’eau attenant à l’Arsenal du Mourillon, une zone d’entretien et de construction de l’Arsenal de Toulon qui dispose de deux cales de 100m pour sous-marins auxquelles s’adjoint un slipway de 150m inauguré en 1944 pour le carénage de sous-marins.

Dépôt Naval de la Méditerranée (cimetière naval du Bregaillon)

En septembre 1941 est officiellement créé le Dépôt Naval de la Méditerranée (DNM) destiné à prendre en main et à gérer les navires désarmés en attendant qu’une décision soit prise : remise en service après modernisation ou modifications, démolition ou utilisation comme cibles.

Le DNM à un site : le Bregaillon, un mouillage situé à l’ouest de la rade de Toulon sur la commune de la Seyne sur Mer, un site plus contraint que Landevennec en dépit du fait que le DNM doit s’occuper des navires désarmés venus de Toulon, de Bizerte et de Mers-El-Kébir.

Les navires suivants vont être confiés aux bons soins du DNM :

Ceux encore présents le 5 septembre 1948

-Le sous-marin Circé est mouillé au Bregaillon à partir du 6 août 1942

-Le sous-marin Galatée est mouillé au Bregaillon à partir du 2 octobre 1942

-Le sous-marin Thétis est mouillé au Bregaillon à partir du 27 mars 1943

-Le torpilleur d’escadre Tornade est mouillé au Bregaillon à partir du 8 juin 1943

-Le sous-marin Doris est mouillé au Bregaillon à partir du 5 août 1943

-Le torpilleur d’escadre Tramontane est mouillé au Bregaillon à partir de septembre 1943

-Le torpilleur d’escadre La Palme est mouillé au Bregaillon à partir du 7 octobre 1943

-Le torpilleur d’escadre Typhon est mouillé au Bregaillon à partir du 15 novembre 1943

-Le sous-marin Actéon est mouillé au Bregaillon à partir du 17 avril 1944

-Le sous-marin Monge est mouillé au Bregaillon à partir du 17 septembre 1944

-Le sous-marin Fresnel est mouillé au Bregaillon à partir du 15 mai 1945

-Le sous-marin Achéron est mouillé au Bregaillon à partir du 12 juin 1945

-Le torpilleur d’escadre Bordelais est mouillé au Bregaillon à partir du 17 juillet 1945

-Le sous-marin L’Amphitrite est mouillé au Bregaillon à partir du 4 septembre 1945

-Le sous-marin L’Oréade est mouillé au Bregaillon à partir du 4 octobre 1945

-Le sous-marin Psyché est mouillé au Bregaillon à partir du 7 octobre 1945

-Le sous-marin Diane est mouillé au Bregaillon à partir du 2 novembre 1945

-Le sous-marin Pégase est mouillé au Bregaillon à partir du 1er février 1946

-Le sous-marin Protée est mouillé au Bregaillon à partir du 7 mars 1946

-Le contre-torpilleur Vauban est mouillé au Bregaillon à partir du 6 septembre 1947

-Le contre-torpilleur Valmy est mouillé au Bregaillon à partir de novembre 1947

-Le contre-torpilleur Verdun est mouillé au Bregaillon à partir du 12 mars 1948

-Le sous-marin Narval est mouillé au Bregaillon à partir du 16 juin 1948

Ceux n’ayant fait que passer………… .

-Le sous-marin Sirène est présent au Bregaillon du 13 août 1941 au 5 septembre 1945

-Le sous-matin Naïade est présent au Bregaillon du 17 novembre 1941 au 4 décembre 1944

-Le torpilleur d’escadre Tempête est présent au Bregaillon du 10 janvier 1942 au 7 janvier 1943

-Le torpilleur d’escadre Simoun est présent au Bregaillon du 15 janvier 1942 au 21 mars 1944

-Le sous-marin L’Ariane est présent au Bregaillon du 17 avril 1942 au 17 mars 1944

-Le sous-marin Le Redoutable est présent au Bregaillon du 15 octobre 1942 à décembre 1946

-Le sous-marin Calypso est présent au Bregaillon du 13 novembre 1942 au 4 février 1947

-Le sous-marin Danaé est présent au Bregaillon du 9 mars 1943 au 14 décembre 1947

-Le chalutier armé La Servannaise est présent au Bregaillon du 15 mai 1943 au 7 mars 1947

-Le torpilleur Le Fortuné est présent au Bregaillon du 11 juillet 1943 au 4 septembre 1945

-Le torpilleur Le Mars est présent au Bregaillon du 23 juillet 1943 à septembre 1945

-Le sous-marin Argonaute est présent au Bregaillon du 6 avril 1944 au 14 mai 1947

-Le sous-marin L’Ondine (II) est présent au Bregaillon du 5 février 1945 au 7 mars 1948

-Le torpilleur L’Alcyon est présent au Bregaillon du 12 février 1945 au 18 mars 1946

-Le sous-marin L’Orion est présent au Bregaillon du 5 avril 1945 au 17 juin 1947

-Le sous-marin Phoque est présent au Bregaillon du 14 juin 1945 au 15 septembre 1947

-Le sous-marin L’Atalante est présent au Bregaillon du 14 juin 1946 au 24 juin 1948

-Le torpilleur Basque est présent au Bregaillon du 25 juillet 1946 au 14 mars 1947

-Le torpilleur Le Forbin est présent au Bregaillon du 17 août 1946 au 8 janvier 1948

-Le sous-marin Souffleur est présent au Bregaillon du 28 juin au 4 septembre 1946

-Le sous-marin Caïman est présent au Bregaillon du 5 mai 1947 au 15 mai 1948

Fortifications

En septembre 1939, les défenses rapprochées de la base navale de Toulon sont composées des batteries suivantes.

-A La Cride et aux Sablettes on trouve trois canons de 138mm

-A Saint-Elme, on trouve trois canons de 100mm

-La batterie de Cap Cépet dispose de quatre canons de 340mm en deux tourelles doubles

-A la Croix des Signaux sont installés 4 canons de 164mm

-A Carraque-Est, sont implantés 2 canons de 75mm

-La défense des passes est assurée par trois affûts doubles de 13.2mm

-A Fort Lamalgue, sont installés quatre canons de 75mm

-Au Cap Brun sont implantés deux canons de 75mm

-A Sainte-Marguerité sont installés quatre canons de 105mm et deux canons de 75mm

-A Carquerainne sont installés 4 canons de 194mm et 6 de 95mm (position Sud) et 4 canons de 240mm (position Nord)

-Sur la Presqu’ile de Giens sont implantés de 6 canons de 240mm et 4 canons de 95mm

-A La Badine sont installés quatre canons de 120mm

-A l’Esterel sont implantés deux canons de 75mm

-Au Bénat sont installés deux canons de 75mm et quatre canons de 120mm

-Aux Mèdes, les batteries cumulent quatre canons de 164mm et deux canons de 75mm

-Au lieu-dit Le Titan sont implantés quatre canons de 138mm.

L’enceinte terrestre n’est pas modifié mais les défenses littorales sont sérieusement modernisées et comme à Lorient, un «triangle de la mort» est dressé avec la batterie du cap Cépet, la batterie du cap Carquerainne et une batterie implantée sur la presqu’ile de Gien.

Les autres batteries ne sont pas modernisées, certaines pièces manquant de munitions (canons de 100 et de 120mm) sont feraillées.

La batterie du cap Cépet dispose de deux tourelles de 340mm installées au cours des années trente, ces puissants canons étant complétés par quatre canons de 152mm modèle 1931 en affûts simples sous masque et quatre canons de 90mm modèle 1926 en deux affûts doubles.

La DCA légère est assurée par six canons de 25mm Hotchkiss modèle 1939-40 et la défense terrestre est assurée par quatre PO (Petits Ouvrages) implantés aux quatre coins du fort avec une cloche GFM et un affût double cumulant un canon de 47mm et une mitrailleuse de 7.5mm.

La batterie de Carqueraine disposait en 1939 de deux positions. La position Sud disposait de 4 canons de 194mm et de 6 canons de 95mm alors que la position Nord disposait de 4 canons de 240mm.

Si les canons de 194 et de 240mm sont conservés car en bon état et disposant de stocks importants de munitions, les 6 canons de 95mm sont remplacés par 4 canons de 90mm modèle 1926 en deux affûts doubles sous masque et plate-forme circulaire aptes aussi bien au tir contre-avions qu’au tir contre but flottant. La position Nord reçoit quatre canons de 90mm modèle 1926 en affûts simples sous masque capables eux aussi pour le tir antiaérien et le tir à but surface

De la DCA est installée avec un total de douze canons Hotchkiss modèle 1939-40 en six affûts doubles et la défense terrestre est soignée avec des ouvrages inspirés de ceux de la Ligne Maginot, la batterie de Carqueraine devant servir de point de fixation.

Trois ouvrages sont ainsi construits entre 1943 et 1947, chacun étant équipés d’une cloche d’observation, d’une cloche équipée de deux mitrailleuses de 7.5mm et de deux affûts jumelés équipés chacun d’un canon de 47mm et d’une mitrailleuse de 7.5mm. Ils auraient du être équipés de mortiers de 81mm mais cela est resté à l’état de projet.

Le troisième angle du triangle est la batterie installée à l’ouest de la presqu’ile de Giens. Elle dispose en 1939 de trois batteries équipées chacune de 2 canons de 240mm encore en bon état ce qui explique qu’ils soient conservés au cours des travaux menés entre 1945 et 1947. Les 4 canons de 95mm situés entre la position est et la position ouest sont remplacés par trois affûts doubles de 90mm soit six canons de 90mm modèle 1926.

La défense contre-avions est assurée par huit canons de 25mm Hotchkiss modèle 1939-40 en quatre affûts doubles.

La défense est assurée par trois ouvrages terrestres, chacun étant équipés d’une cloche d’observation, d’une cloche équipée de deux mitrailleuses de 13.2mm et de quatre affûts jumelés équipés chacun d’un canon de 47mm et de deux mitrailleuses de 7.5mm. Ils auraient du être équipés de mortiers de 81mm mais cela est resté à l’état de projet.

La défense terrestre de la place de Toulon est assurée par un régiment de fusiliers marins de 1500 hommes qui reçoit au printemps 1948 le renfort d’un bataillon de chars de combat équipé de Somua S-40.

La défense antiaérienne de la place de Toulon est assurée par six batteries de huit canons de 90mm implantés au Cépet, au Peyras, à Six-Fours, au Grand Saint-Antoine,Croix Farron et au Cap Brun plus deux batteries de 75mm implantés à Darboussan et au Lazaret. On trouve également quatre sections de mitrailleuses de 13.2mm.

Telle est la situation en septembre 1939. Elle évolue entre septembre 1939 et septembre 1948 avec la transformation des deux batteries de 75mm en batteries de 90mm alors que les quatre sections de mitrailleuses de 13.2mm sont transformés sur canons de 37mm.

A la mobilisation de septembre 1948, des moyens supplémentaires issus de la Défense Aérienne du Territoire (D.A.T) sont déployés pour couvrir Toulon qui se trouve à portée de l’aviation italienne.

Navires stationnés à Toulon en septembre 1948

Appontements du Milhaud

-Epi n°1 : cuirassé Provence (W) et  porte-avions Joffre (E)

-Epi n°2 : cuirassé Richelieu (W) et cuirassé Clémenceau (E)

-Epi n°3 : cuirassé Alsace (W) et Flandre (E)

-Epi n°4 : croiseurs lourds Suffren et Dupleix (W) croiseurs lourds Saint Louis et Henri IV (E), les navires étant accostés bord à bord ou l’un derrière l’autre

-Epi n°5 : croiseur lourd Charlemagne (W) croiseurs légers De Grasse (E)

-Epi n°6 : croiseur léger Chateaurenault (W) croiseur léger Guichen (E)

Quai Noël

Contrairement à la zone du Milhaud, il n’y à pas d’appontements fixes, les navires étant amarrés par la proue au quai. De l’ouest à l’est, les quinze contre-torpilleurs sont ainsi amarrés (même si il est rare que les quinze navires soient ensemble au port).

-Contre-torpilleurs Bruix D’Assas La Tour d’Auvergne (1ère DCT)

-Contre-torpilleurs Bayard Du Guesclin Turenne (2ème DCT)

-Contre-torpilleurs Aigle Albatros Gerfaut (5ème DCT)

-Contre-torpilleurs Le Fantasque L’Audacieux Le Malin (9ème DCT)

-Contre-torpilleurs Desaix Kléber Marceau (12ème DCT)

Darse des pétroliers

-Pétroliers Elorn et Sèvre (ex-Nivose)

-Ravitailleur rapide L’Adour

-Pétrolier Ravitailleur d’Escadre La Saône et Le Liamone

Darse des sous-marins

Cette Darse accueille les sous-marins de la 3ème ESM, les sous-marins de 1500 et 1800 tonnes :

-1ère DSM : Le Glorieux Le Heros Le Conquerant Le Tonnant

-3ème DSM La Réunion Crozet Ile d’Oleron Belle Ile

-5ème DSM  Ile de Brehat, Saint Marcouf Ile d’Aix Ile d’If

Darse Vauban

Cette darse accueille  les sous-marins de la 5ème ESM, les sous-marins de 600 et de 800 tonnes

-13ème DSM : Aurore, Créole, Antigone et La Bayadère

-15ème DSM : Venus Iris Pallas

-19ème DSM : L’Astrée La Favorite La Gorgone et L’Africaine

-21ème DSM : Diamant et Perle

Darse Vieille

-Torpilleurs Mameluk Casque (protection du cuirassé Provence)

-Torpilleurs L’Inconstant et Lancier (protection du porte-avions Joffre)

-Torpilleurs Corsaire et Flibustier (protection du cuirassé Richelieu)

-Torpilleurs Rapière et Hallebarde (protection du cuirassé Clémenceau)

-Torpilleurs Mousquet et Bombardier (protection du cuirassé Alsace)

-Torpilleurs Voltigeur et Goumier (protection du cuirassé Flandre)

-Torpilleurs légers Le Fier L’Agile L’Entreprenant Le Farouche de la 1ère DT

-Torpilleurs légers  Annamite Hova Somali Touareg de la 4ème DT

Darse Est et Ouest

-Navire auxiliaire (ex-canonnière) Somme

-Ravitailleurs d’hydravions (ex-canonnière) Diligente et Sans Peur

-Aviso-dragueur  Elan,  Commandant Dominé et  La Curieuse (1ère DEL)

-Chalutiers armés La Cancalaise et la Lorientaise

-Chasseurs de sous-marins CH-9 CH-10 CH-49 et CH-50

-Vedettes lance-torpilles VTB  41 43 45 47 et 49 formant la 1ère ELM

-Vedettes lance-torpilles  VTB-23 24 25 26 27 28 formant la 4ème ELM

-Vedettes lance-torpilles VTB-56 57 58 59 60 61 formant la 6ème ELM

-Dragueurs de mines Ouistreham et Saint Brieuc

-Cargos rapides Sidi-Bel-Abbès et Tlemcen

-Mouilleur de filets Gladiateur

-Remorqueurs Le Laborieux Cépet Haleur Efficient  Corse Faron et Mont Caume Tulipe Aconit Edelweis

-Bâtiment-cible L’Impassible

-Navires-hydrographes La Chimère Mouette Ibis

-Gabares  L’Endurante, La Persévérante,  La Prudente, La Persistante, L’Epuisante

10-Contre-torpilleurs (10)

Le Lion

Le contre-torpilleurs Lion lors de ses essais à la mer

Le contre-torpilleurs Lion lors de ses essais à la mer

-Le Lion est mis sur cale aux chantiers navals des Ateliers et Chantiers de France (ACF) le 27 juillet 1927 et lancé le 5 août 1929. Comme de coutume, les ACF lancent un navire quasiment achevé ce qui explique que le navire prend armement pour essais le 1er juillet 1929.

La clôture d’armement est prononcée le 21 janvier et la commission supérieure d’armement se réunit le 27 janvier. Le 5 février 1931, le contre-torpilleur Lion est admis au service actif

A son admission au service actif, le Lion est affecté à la 2ème escadre basée à Brest. Il forme la 4ème Division Légère (4ème DL) avec le Léopard et le Lynx (classe Jaguar). Il quitte Lorient le 8 février et arrive à Brest le même jour.

Du 10 au 27 juin 1931, il effectue une croisière en mer Baltique en compagnie de son sister-ship Bison. Au printemps 1932, la composition de la 4ème DL évolue puisque la division est désormais composée du Lion, du Vauban et du Lynx.

Le 15 avril 1933, la composition des Divisions Légères de l’Escadre du Ponant évolue encore, le Lion formant la 4ème DL en compagnie du Léopard et du Lynx. Le 15 octobre 1933, les divisions légères sont à nouveau réorganisées, le Lion formant désormais la 6ème DL avec le Maillé-Brézé.

Le 1er octobre 1934, les divisions légères de la 2ème escadre sont modifiées. La 4ème DL est ainsi formée du Milan, de l’Epervier et du Valmy, la 6ème DL du Bison, du Lion et du Vauban et la 8ème DL du Chacal, du Lynx et du Léopard. Le Bison cesse d’être navire-amiral remplacé par le Milan.

Un an après la précédente réorganisation, la composition des divisions légères de la 2ème Escadre est à nouveau modifiée avec une 4ème DL composée des contre-torpilleurs Milan Epervier Valmy (au lieu des Bison et Vauban), une 6ème DL composée des Bison Lion et Vauban (au lieu de Lion et Maillé-Brézé) et une 8ème DL composée des contre-torpilleurs Chacal Léopard Lynx (au changement).

En septembre 1936, le Lion est redéployé à Toulon au sein de la 1ère escadre où le 27 septembre devient navire-amiral de la 1ère flottille de sous-marins à Toulon. Il va assurer ce rôle jusqu’en août 1938, assurant le commandement de sous-marins fort occupés par le conflit espagnol. Outre les taches classiques de commandement, le Lion sert souvent de but pour des tirs simulés de torpilles ou des tirs réels.

Le 15 août 1938, le Lion quitte la 1ère FSM remplacé par l’Aigle. Son état matériel est jugé mauvais et il subit un grand carénage du 15 août au 1er novembre 1938.

Un mois plus tard est créé une 1ère DCT avec le Lion et le Vauban. Cette division est affectée à l’EALM (Ecole de Lancement à la Mer), un élément de la division d’instruction. Cette 1ère DCT remplace les Tigre, Panthère et Lynx qui forment une 4ème DCT prévue un temps pour l’Atlantique mais qui au final va servir au sein de la 3ème Escadre Légère en Méditerranée.

Le 1er octobre 1938, la division d’instruction devient l’escadre d’instruction commandée par le vice-amiral Devin qui met sa marque sur le vénérable cuirassé Paris.

Dans la nuit du 11 au 12 avril, la 1ère DCT redevient une division opérationnelle, le Lion et le Vauban réintégrant l’Escadre de la Méditerranée le 17 avril 1939. Le Lion quitte Toulon le 2 juin et rallie Oran le lendemain, la 1ère DCT étant dissoute la veille tout comme l’escadre d’instruction qui devient la 5ème Escadre.
La force navale d’Oran à été formée le 10 mai 1939 et placé sous le commandement du contre-amiral Donval. La mission de cette 6ème escadre (à partir du 1er juillet) est de compléter à l’est l’action des britanniques à l’ouest du détroit de Gibraltar.

Le Lion est affecté à ce groupement occasionnel jusqu’au 26 août quand il est transféré à la 4ème escadre (basée à Bizerte), formant une nouvelle 1ère DCT avec le Vauban et l’Aigle. La mission de cette escadre créée le 1er juillet 1939 est d’attaquer les communications italiennes entre la Sicile et l’Afrique.

Le Lion arrive à Bizerte le 23 août 1939, le Vauban arrivant lui le 25 août. La 1ère DCT est reconstituée le lendemain mais ne sera complète que le 9 octobre quand l’Aigle sera de nouveau disponible. Il va assurer des missions d’escorte, bien loin des missions prévues lors de leur conception à savoir l’attaque éclair des communications ennemies.

Après plusieurs missions d’escorte notamment un transport d’or, le Lion subit un grand carénage de décembre 1939 à mai 1940. A noter que ce grand carénage est mené à Bizerte dans un des trois bassins de radoub du port en raison de la saturation de l’Arsenal de Sidi-Abdallah.

Il est en essais du 21 au 24 mai avant remise en condition du 25 mai au 8 juin. Il réintègre la 1ère DCT désormais formée par le Vauban (navire-amiral), le Lion et l’Epervier.

La 1ère DCT sort pour un entrainement de division du 17 juin au 2 juillet, une succession d’exercices de combat antisurface et d’écoles à feux. Ils rentrent à Bizerte le 8 juillet 1940 après une escale à Tunis du 3 au 7 juillet.

Les trois contre-torpilleurs de la 1ère DCT subissent une période d’entretien à flot du 9 au 21 juillet, sortant ensuite pour essais du 22 au 25 juillet avant remise en condition du 27 juillet au 16 août, les trois navires de la 1ère DCT rentrant à Bizerte le 21 août 1940 après une escale à Tunis du 17 au 20.

Le 2 septembre 1940, la 1ère DCT quitte Bizerte pour un entrainement de division jusqu’au 17 septembre quand les trois contre-torpilleurs rentrent à leur port d’attache. La division sort à nouveau pour un entrainement de division du 25 septembre au 8 octobre, les trois navires faisant escale à Sfax du 9 au 13 octobre avant de rentrer à Bizerte le lendemain.

Alors que le Vauban est en grand carénage, le Lion _devenu navire-amiral de la 1ère DCT_ et l’Epervier sortent pour un entrainement du 22 octobre au 3 novembre, faisant escale à Malte du 4 au 7 novembre avant de traverser la Méditerranée, direction Lattaquié où ils font escale du 10 au 15 novembre avant de reprendre la mer et de rentrer à Bizerte le 21 novembre 1940.

Le Lion sort à nouveau pour un entrainement du 24 novembre au 4 décembre 1940 avant de rentrer à Bizerte le lendemain 5 décembre. Il participe ensuite à la remise en condition du Vauban du 12 au 30 décembre 1940.

Alors que l’Epervier est en grand carénage, le Lion et le Vauban sortent pour un entrainement de division avec école à feux et lancement de torpilles du 7 au 21 janvier, faisant escale à Tunis du 22 au 27 janvier avant de rentrer à Bizerte le lendemain. La 1ère DCT sort à nouveau pour entrainement du 30 janvier au 9 février, date de son retour à Bizerte. Le Lion participe ensuite avec le Vauban à la remise en condition de l’Epervier et ce du 22 février au 12 mars 1941.

Du 2 au 12 mai, les 1ère et 3ème DCT  participent à un exercice de défense et d’escorte de convois en compagnie de l’Emile Bertin.  Après une escale dans le port de La Valette du 13 au 20 mai 1941, l’Emile Bertin et les deux divisions de contre-torpilleurs participent à un exercice de défense aérienne à la mer du 21 mai au 2 juin 1941 avant de rentrer le lendemain à Bizerte.

Du 3 au 17 juin,  les trois contre-torpilleurs subissent une période d’entretien à flot (ce qui permet à une partie de l’équipage de prendre ses permissions) au cours de laquelle la DCA des trois navires est modernisée.

Les quatre canons de 37mm modèle 1925 en affûts simples et les quatre mitrailleuses de 13.2mm modèle 1932 en deux affûts doubles sont remplacés par six canons de 37mm Schneider modèle 1941 en affûts doubles et quatre canons de 25mm Hotchkiss modèle 1939-40 en affûts simples.

La division sort pour essais du 18 au 20 juin avant un entrainement de division du 21 juin au 13 juillet, les trois contre-torpilleurs effectuant ensuite une escale à Alger du 15 au 20 juillet, à Ajaccio du 21 au 25 juillet avant de rentrer à Bizerte le 27 juillet à l’aube.

La 1ère DCT effectue un nouvel entrainement divisionnaire du 7 au 21 août, entrainement consacré essentiellement au combat antisurface mais également à la défense aérienne à la mer. Après une escale à Tunis du 22 au 25 août et à La Valette du 27 au 31 août, la 1ère DCT rentre à Bizerte le 2 septembre 1941.

Le 8 septembre, le croiseur léger Emile Bertin quitte Bizerte avec un chargement de mines d’exercices soit 60 mines. Profitant du mauvais temps, il échappe à ses «mouchards» en l’occurence trois contre-torpilleurs de la 1ère DCT chargés d’intercepter un mouilleur de mines ennemi et va déposer son chargement dans le Golfe de Gabès le 10 septembre 1941.

L’Emile Bertin file plein nord mais est «intercepté» par la 1ère DCT  qui coule le navire à  la torpille et au canon le 11 septembre. Le champ de mines n’est pas repéré jusqu’à ce qu’un cargo ne «saute» sur une mine.

Une observation aérienne repère le champ de mines qui est dragué par des aviso-dragueurs et des dragueurs auxiliaires (des chalutiers réquisitionnés) du 13 au 17 septembre. Une mine dérivante est coulée à la mitrailleuse par un hydravion de grande patrouille Bréguet Bizerte.

La 6ème Escadre Légère ressort au complet du 15 au 30 octobre pour des manoeuvres combinées avec pour thèmes l’escorte et l’attaque de convois, le bombardement littoral, le combat de nuit et la défense aérienne à la mer.

La 6ème EL fait escale à La Valette du 1er au 7 novembre puis à Alexandrie du 10 au 15 novembre avant un exercice avec la marine britannique jusqu’au 21 novembre quand les navires des deux marines se séparent.

L’Emile Bertin et ses contre-torpilleurs font escale à Lattaquié du 23 au 27 novembre puis à Beyrouth du 28 novembre au 2 décembre. Le croiseur mouilleur de mines manoeuvre avec le Primauguet, navire-amiral de la DNL du 3 au 12 décembre avant que la 6ème EL ne rentre à sa base le 16 décembre et d’y rester jusqu’à la fin de l’année 1941.

Le 1er janvier 1942, le contre-torpilleur Lion quitte Bizerte pour Toulon où il forme une nouvelle 2ème DCT avec ses sister-ship Guépard et Bison.

Le Lion quitte Bizerte le 5 janvier 1942, se ravitaille à Ajaccio le 8 janvier avant d’arriver à Toulon le lendemain 9 janvier en compagnie de ses deux nouveaux compagnons, le Guépard comme le Bison étant par le passé basés également en Tunisie.

Après une période d’entretien à flot commune du 9 au 24 janvier 1942, les trois contre-torpilleurs de la 2ème DCT entament une importante phase d’entrainement pour trouver des automatismes, la division était censée ne faire qu’un au combat, cette phase les occupants jusqu’au 2 mars avant un retour à Toulon le lendemain.

La 2ème DCT quittent Toulon le 12 mars en compagnie de la 5ème DCT pour une série d’exercices. Jusqu’au 15 avril,enchainant les différents exercices avec tout de même une escale à Ajaccio du 21 au 24 mars et une escale à Tunis du 1er au 5 avril.

Le Lion sort pour un entrainement au combat de nuit du 22 au 30 avril, faisant escale à Calvi du 1er au 4 mai avant de rentrer à Toulon le lendemain 5 mai. Il participe ensuite du 13 mai au 2 juin en compagnie du Bison à la remise en condition du Guépard. Les trois contre-torpilleurs font escale à Nice du 3 au 7 juin avant de rentrer à Toulon le 8 juin 1942.

La 2ème DCT sort pour un nouvel entrainement de division le 15 juin, le dernier avant un nouveau cycle de grand carénage. La division de contre-torpilleurs enchaine les exercices jusqu’au 14 juillet 1942, date de leur retour à Toulon après une escale à Nice du 10 au 13 juillet.

Durant l’indisponibilité du Guépard, le Lion et le Bison sortent pour entrainement du 21 juillet au 12 août 1942 , faisant escale à Port-Vendres du 13 au 17 août, manquant d’entrer en collision avec un paquebot italien Comte Da Giovanni lors de leur départ du port catalan. Les deux contre-torpilleurs rentrent à Toulon le 19 août 1942 à l’aube.

Le Lion sort à nouveau pour entrainement au combat de nuit du 25 août au 4 septembre avant de participer à la remise en condition du Bison du 9 au 23 septembre 1942.

Du 6 octobre 1942 au 7 janvier 1943 le Lion va subir un grand carénage doublé d’une modernisation. Il Lion reçoit un radar de veille combinée, un radar de navigation, un radar de conduite de tir et un Asdic plus de nouvelles grenades anti-sous-marines plus performantes.

Il sort pour essais du 8 au 11 janvier avant remise en condition en compagnie du Guépard du 14 janvier au 2 février, les deux navires rentrant à Toulon le 8 février après une escale à Marseille du 3 au 7 février 1943.

Le Lion sort pour un entrainement à la lutte ASM du 15 au 22 février en compagnie du sous-marin Pégase, rentrant à Toulon le lendemain 23 février 1943.

Le 27 février 1943, la 2ème DCT (réduite aux seuls Guépard et Lion) quitte Toulon pour un entrainement au combat antisurface du 27 février au 12 mars, rentrant le même jour à Toulon.

Le 15 mars 1943, le Bison est remis à flot à la fin de son grand carénage, sortant pour essais du 16 au 19 mars avant remise en condition en compagnie du Lion et du Guépard du 23 mars au 18 avril 1943.

La 2ème et la 5ème DCT quittent ensemble Toulon pour une série d’exercices en Méditerranée occidentale du 22 avril au 25 mai, rentrant à Toulon le lendemain et après des escales à Ajaccio du 30 avril au 3 mai et à Mers-El-Kébir du 13 au 16 mai.
Après une période d’entretien à flot du 27 mai au 12 juin,  les trois contre-torpilleurs de la 2ème DCT sortent pour essais du 13 au 16 juin avant remise en condition du 18 juin au 13 juillet 1943.

Le 20 juillet 1943, la 2ème DCT sort en compagnie de la 1ère DT et du contre-torpilleur Marceau pour un exercice commun à vocation antisurface du 20 au 31 juillet et à vocation antiaérienne du 2 au 13 août, rentrant à Toulon le 18 août après une escale à Nice du 14 au 17 août 1943.

Le Lion sort pour un entrainement à la lutte ASM du 24 août au 2 septembre en compagnie du sous-marin Astrée, faisant escale à Nice du 3 au 6 septembre avant de rentrer à Toulon le 7 septembre 1943.

La 2ème DCT ressort au complet pour entrainement du 12 septembre au 6 octobre, faisant escale à Bastia du 7 au 12 octobre avant de rallier Toulon le 14 octobre 1943. Elle enchaine par un exercice avec la 5ème DCT, le contre-torpilleur Marceau et le croiseur léger Primauguet du 21 au 31 octobre 1943.

Après une période d’entretien à flot commune du 2 au 13 novembre, les trois contre-torpilleurs de la 2ème DCT sortent pour essais du 14 au 17 novembre avant un stage de remise en condition du 18 au 30 novembre.

Rentrés à Toulon le 30 novembre au soir, le Guépard le Lion et le Bison sortent à nouveau pour un entrainement de division du 7 au 21 décembre, rentrant à Toulon  le lendemain 22 décembre et restant à quai jusqu’à la fin de cette année 1943.

Le Lion sort pour entrainement au combat antisurface du 7 au 19 janvier, faisant escale à Marseille du 20 au 23 janvier avant de rentrer à Toulon le lendemain 24 janvier 1944. Du 27 janvier au 13 février 1944, le Lion et le Bison sortent pour remise en condition du Guépard.  Les trois contre-torpilleurs rentrent à Toulon le 22 février après une escale à Sète du 14 au 21 février 1944.

La 2ème DCT sort pour un entrainement de division du 26 février au 19 mars, les trois contre-torpilleurs rentrent à Toulon pour quelques heures afin de se ravitailler. Ils reprennent la mer en compagnie de la 1ère DT pour un exercice en commun du 21 mars au 8 avril, les six navires faisant escale à Bastia du 9 au 12 avril avant de rentrer à Toulon le lendemain.

Du 25 avril au 8 mai 1944, le Lion et ses deux compères de la 2ème DCT sortent en compagnie de la 5ème DCT et des croiseurs lourds Suffren et Dupleix sortent pour un entrainement au combat antisurface. Après une escale à Alger du 9 au 12 mai et à Ajaccio du 13 au 17 mai, les deux croiseurs rentrent à Toulon le 18 mai 1944.

Victime d’une avarie mécanique, le Lion est indisponible du 19 au 27 mai, effectuant des essais à la mer concluants du 28 au 31 mai et reprenant alors l’entrainement. Le Lion sort pour un entrainement à la défense aérienne à la mer du 4 au 15 juin, rentrant à Toulon le 18 juin après un mouillage aux salins d’Hyères du 15 au 17 juin 1944.

Du 21 au 30 juin 1944, le Lion participe à la remise en condition du Guépard avant d’être à son tour indisponible et ce du 1er au 18 juillet 1944 pour l’entretien et les permissions de l’équipage. Il sort pour essais et remise en condition en compagnie  Guépard du 19 juillet au 3 août 1944.

Le désarmement des Jaguar laissant seulement deux divisions de contre-torpilleurs à Brest, la marine décide de redéployer une division à Brest. C’est la 2ème DCT qui est choisit pour se déployer en Bretagne.

Après un ultime entrainement de division du 7 août au 2 septembre, les trois contre-torpilleurs de la 2ème DCT prépare leur départ à Brest, quittant définitivement Toulon et ralliant Brest le 18 septembre, la 2ème DCT devenant la 1ère DCT. Du 19 au 27 septembre, ils sortent en compagnie du Léopard pour prendre leurs marques en mer d’Iroise, en Manche et dans le Golfe de Gascogne. Ils rentrent tous le 28 septembre, jour où le Léopard est placé en position de complément.

Après une période d’entretien à flot du 29 septembre au 20 octobre 1944, les trois contre-torpilleurs de la 1ère DCT sortent pour essais du 21 au 25 octobre avant remise en condition du 26 octobre au 12 novembre quand les trois navires rentrent à Brest.

La 1ère DCT effectue un entrainement de division du 15 novembre au 16 décembre, ne rentrant à Brest que le 22 décembre 1944 après une escale à Saint-Malo du 17 au 21 décembre. Elle enchaine par une période d’exercices au large de Dakar en compagnie du ravitailleur Lot du 12 janvier au 15 février. La 1ère DCT quitte Dakar le 16 février et rentre à Brest en compagnie du Lot le 23 février 1945.

Le Bison et le Lion sortent pour entrainement au combat antisurface du 27 février au 7 mars, les deux contre-torpilleurs gagnant Lorient le 8 mars pour retrouver leur compère Guépard. Les trois navires enchainent par une série d’exercice jusqu’au 3 avril, faisant escale à Saint-Nazaire du 18 au 22 mars et à Lorient du 4 au 8 avril avant de rentrer à Brest le lendemain.

Le Lion sort pour entrainement de combat de surface du 15 au 23 avril, faisant escale à  Saint-Nazaire du 24 au 27 avril avant d’enchainer par un exercice de défense aérienne à la mer du 28 avril au 9 mai avant de rentrer à Brest le 10 mai 1945.

Du 17 mai au 2 juin 1945, le Lion participe avec le Bison à  la remise en condition du Guépard qui sortait d’une période d’indisponibilité.

La 1ère DCT sort à nouveau pour un entrainement de division, un entrainement très intense mené du 10 juin au 17 juillet, les trois contre-torpilleurs rentrant à Brest le lendemain.

Le Lion est indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 19 juillet au 2 août, sortant ensuite pour essais du 3 au 6 août, rentrant à Brest dans la soirée.

La 1ère DCT sort ensuite avec la 4ème DC du 7 au 21 août pour exercice de défense aérienne à la mer, combat antisurface et attaque/protection de convois avant de rentrer à Brest le 25 août après une escale à Cherbourg du 22 au.

Le 27 août 1945, le contre-torpilleur Bison est placé en position de complément, première étape vers son désarmement _effectif le 8 septembre_, laissant la 1ère DCT avec les Guépard et Lion.

Le Lion sort pour un entrainement à la défense aérienne à la mer du 1er au 7 septembre, rentrant à Brest le lendemain 8 septembre 1945.

La 1ère DCT ainsi réduite sort pour entrainement du 12 au 23 septembre, faisant escale à Cherbourg du 24 au 28 septembre avant de reprendre la mer pour un entrainement à la lutte ASM avec les sous-marins Ile de Re et Ile d’Yeu du 29 septembre  au 7 octobre, date du retour du Guépard et du Lion à Brest.

Après une période d’entretien à flot du 8 au 12 octobre, le Guépard et le Lion sortent pour une école à feux du 13 au 21 octobre avant d’enchainer par un entrainement à la lutte ASM du 23 octobre au 4 novembre 1945 avec le sous-marin Agosta.
Après un ultime entrainement dans le Golfe de Gascogne du 5 au 15 novembre, le Guépard est mis en position de complément le 18 novembre 1945, date à laquelle la 1ère DCT est dissoute, laissant le Lion en position de navire hors rang au sein du groupement de contre-torpilleurs de la 3ème Escadre Légère.

Le Lion sort pour un ultime entrainement du 22 au 29 novembre avant d’être mis en position de complément le 30 novembre 1945. Il est échoué au bassin n°6 du 1er au 8 décembre 1945.

Le 9 décembre 1945, le contre-torpilleur Lion est désarmé. Le lendemain, il mouille à Landevennec en compagnie du Guépard et du Bison.

10-Contre-torpilleurs (9)

Le Bison

Le Bison intégré à la 6ème DL (octobre 1934-août 1936)

Le Bison intégré à la 6ème DL (octobre 1934-août 1936)

-Le Bison est mis sur cale à l’Arsenal de Lorient le 14 mars 1927 sur la cale n°5. Il est lancé le 29 octobre 1928 et armé pour essais le 1er juillet 1929. L’armement définitif est prononcé le 15 avril 1930 suivit de nouveaux essais de bon fonctionnement le 20 mai puis du 22 au 24 mai. La clôture d’armement est prononcé le 10 octobre

Le 24 octobre 1930, le contre-torpilleur Bison est admis au service actif avec pour Brest pour port d’attache.

A son admission au service actif, le Bison devient navire-amiral de la 2ème Escadre Légère en remplacement du croiseur ex-allemand Mulhouse. Du 10 au 27 juin 1931, il effectue une croisière en mer Baltique en compagnie de son sister-ship Lion.

Le 15 avril 1933, le Bison forme la 6ème DL (Division Légère) en compagnie du Maillé-Brézé et du Vauban, étant remplacé dans son rôle de navire-amiral par le croiseur léger Lamotte-Picquet, la 2ème Escadre Légère devenant le 15 octobre 1933, le groupement des contre-torpilleurs de l’Escadre de l’Atlantique.

Le 1er octobre 1934, les divisions légères de la 2ème escadre sont modifiées. La 4ème DL est ainsi formée du Milan, de l’Epervier et du Valmy, la 6ème DL du Bison, du Lion et du Vauban et la 8ème DL du Chacal, du Lynx et du Léopard. Le Bison cesse d’être navire-amiral remplacé par le Milan.

Le 16 avril 1936, le Bison, le Milan et l’Epervier sont affectés au groupe du complément de la 2ème escadre. Le Bison est petit carénage au mois de juin. Le 30 juillet, le Bison quitte Brest en compagnie du Chacal et du Léopard, transportant une promotion de l’Ecole Navale qui accomplit sa croisière d’été, faisant escale à Oban (Ecosse), Gudvangen (Norvège), Bergen, Amsterdam, Anvers, Gand, Portsmouth avant de rentrer à Brest le 31 août 1936.

Le 15 août 1936, la 2ème escadre est rebaptisée Escadre de l’Atlantique.  La 6ème DL est dissoute, le Bison quitte Brest le 5 septembre 1936 pour Tanger afin de participer à la surveillance de la zone internationale alors que l’Espagne est secouée par une guerre civile. Il rentre à Brest le 28 septembre 1936.

Le Bison est mis à effectif réduit le 1er octobre 1936 et devient navire-amiral de la 2ème flottille de sous-marins, assurant l’intérim en attendant que le ravitailleur Jules Verne soit de nouveau disponible. Il va assurer ce rôle jusqu’en février 1937.

Il est ensuite en travaux à Lorient du 27 février au 28 juillet 1937, rentrant à Brest le 29 juillet pour une très brève escale, repartant le soir-même pour la corvette d’été de l’Ecole Navale avec le Chacal et le Léopard jusqu’au 31 août 1937 date de leur retour à Brest.

Le Bison est remis à effectif normal le 25 septembre 1937, devenant navire-amiral de la 2ème flottille de torpilleurs en remplacement du Jaguar.

Le 7 février 1939 au matin, une partie de la 2ème escadre quitte Brest : la 4ème Division de Croiseurs (Georges Leygues Montcalm Gloire), la 2ème escadre légère avec les contre-torpilleurs L’Indomptable Le Malin Le Triomphant Le Fantasque L’Audacieux Le Terrible et la 2ème flottille avec le contre-torpilleur Bison et six torpilleurs plus des sous-marins. Ces navires doivent retrouver les cuirassés Lorraine et Provence qui rentrent d’Afrique du Nord.

Dans la nuit du 7 au 8 février, les croiseurs de la division servent de but aux flottilles de torpilleurs commandées à la mer par le CT Bison. Le croiseur léger Georges Leygues heurte alors violemment le Bison qui est gravement endommagé, l’avant coulant entrainant 18 hommes dans le mort pendant que 50 hommes sont sauvés.

Le Bison après sa collision avec le Georges Leygues

Le Bison après sa collision avec le Georges Leygues

Le Bison en réparations dans la forme de Lanester

Le Bison en réparations dans la forme de Lanester

Le Bison est échoué dans la forme de Lanester pour remise en état, les travaux étant menés au pas de charge pour permettre la mise sur cale du De Grasse le 28 août 1939. Remis à flot, le Bison est en travaux jusqu’en décembre 1939. Affecté durant ses travaux à la Force de Raid (hors-rang), il forme une fois remis en service la 11ème DCT en compagnie de l’Aigle et du Milan.

Cette division aurait du être déployée à Dakar au sein de la force X chargée de traquer les raiders allemands mais la fin de la guerre de Pologne entraine son redéploiement à Bizerte au sein de la 4ème Escadre.

Le Bison arrive à Bizerte le 4 janvier 1940 et devient aussitôt navire-amiral de la 11ème DCT en compagnie donc de l’Aigle et du Milan. La division sort pour entrainement du 10 au 31 janvier, rentrant à Bizerte le 7 février 1940 après escale à Tunis du 1er au 6 février.

La 11ème DCT va devenir la division la plus active de la 4ème escadre, sortant très régulièrement pour entrainement. Elle est ainsi à la mer pour un entrainement au combat de nuit du 12 au 19 février puis un entrainement au combat de jour du 21 au 27 février, faisant escale à La Valette du 28 février au 2 mars avant de rentrer à Bizerte le 4 mars 1940 à l’aube.

Le Bison est indisponible pour entretien du 5 au 17 mars, sortant pour essais du 18 au 20 mars puis pour remise en condition du 21 mars au 2 avril 1940.

La 11ème DCT quitte Bizerte le 10 avril en compagnie de la 12ème DT ( torpilleurs de classe Melpomène La Pomone la Bombarde et L’Iphigénie) pour un exercice commun, les deux divisions effectuant une série de joutes nautiques et ce du 10 au 17 avril, du 19 au 24 avril, du 25 avril au 2 mai et du 4 au 10 mai, rentrant à Bizerte le 15 mai 1940 après une escale à Tunis du 11 au 14 mai.

Alors que l’Aigle est indisponible pour entretien courant, le Bison et le Milan sortent pour un entrainement commun du 18 au 28 mai, retrouvant à la mer leur compère pour assurer sa remise en condition et ce du 30 mai au 12 juin.

Après un ravitaillement à Bizerte le 13 juin, les trois contre-torpilleurs effectuent un entrainement de division du 14 au 21 juin, se ravitaillant à Malte le 22 juin avant de traverser la Méditerranée, faisant escale à Beyrouth du 23 au 27 juin puis à Haïfa du 29 juin au 3 juillet avant de rentrer à Bizerte le 8 juillet 1940.

Le Bison est indisponible pour entretien et permissions d’été de l’équipage du 9 au 24 juillet, sortant pour essais du 25 au 28 juillet puis pour remise en condition du 29 juillet au 12 août en compagnie de l’Aigle. Le Bison participe ensuite à la remise ne condition du Milan du 14 au 28 août puis celle du Milan du 3 au 12 septembre.

Le 21 septembre 1940, la 11ème DCT sort pour son dernier entrainement de division avant un cycle de grand carénage. Du 22 au 28 septembre, les trois contre-torpilleurs effectuent un entrainement au combat de nuit avant de se ravitailler à Bizerte le 29 septembre puis d’enchainer par un entrainement au combat de jour avec écoles à feux du 30 septembre au 6 octobre puis une escale à Tunis du 7 au 12 octobre avant de rentrer à Bizerte le 13 octobre 1940.

Le Bison et l’Aigle sortent pour entrainement de division du 21 octobre au 3 novembre,  faisant escale à Sfax du 4 au 10 novembre avant de rentrer à  Bizerte le 12 novembre 1940.

La 11ème DCT sort à nouveau pour entrainement du 20 novembre au 2 décembre 1940 en compagnie de la 17ème DSM ((Aréthuse, de l’Atalante, de la Vestale et de la Sultane) et de la 12ème DT, les deux contre-torpilleurs, les trois torpilleurs et les quatre sous-marins faisant escale à  Tunis du 3 au 8 décembre avant de rentrer à Bizerte le 9 décembre.

Après une période d’entretien à flot du 10 au 21 décembre, le Bison sort pour essais du 22 au 25 décembre et pour remise en condition en compagnie de l’Aigle du 27 décembre 1940 au 12 janvier 1940.

Le lendemain 13 janvier 1941, le Milan est sorti de son grand carénage. Il sort pour essais du 14 au 17 janvier 1940 puis pour remise en condition en compagnie du Bison du 19 janvier au 2 février 1941.

La 11ème DCT réduite au Bison et au Milan sort pour un entrainement de division au large de la Tunisie et ce du 7 au 17 février. Après une escale à La Valette du 18 au 22 février, la 11ème DCT traverse la Méditerranée, faisant escale à Heraklion du 25 au 27 février, au Pirée du 28 février au 2 mars, à Izmir du 4 au 7 mars, à Beyrouth du 9 au 12 mars avant de rentrer à  Bizerte le 16 mars 1941.

Le Bison sort encore du 21 mars au 2 avril 1941 pour un dernier entrainement avant son entrée en grand carénage prévue au début du mois d’avril.

Le 9 avril 1941, l’Aigle quitte le bassin n°4 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah. Le temps de le vider et de réparer les tains et le Bison le remplace pour une remise en état complète du 11 avril au 12 juillet.

Il sort ensuite pour essais du 15 au 21 juillet puis pour remise en condition en compagnie de ses deux compères  de la 11ème DCT du 24 juillet au 12 août, les trois navires rentrant à Bizerte le 17 août après une escale à Tunis du 13 au 16 août. A l’issue de ce stage de remise en condition, le Bison redevient navire-amiral de la 11ème DCT.

La 11ème DCT sort pour son premier entrainement de division depuis près d’un an, enchainant un entrainement au combat antisurface de jour (24 août au 4 septembre), une école à feux (6 au 13 septembre) et un entrainement au combat de nuit (15 au 27 septembre), la division rentrant à Bizerte le 5 octobre après une escale à La Valette du 28 septembre au 3 octobre 1941.

La 6ème Escadre Légère ressort au complet du 15 au 30 octobre 1941 pour des manoeuvres combinées avec pour thèmes l’escorte et l’attaque de convois, le bombardement littoral, le combat de nuit et la défense aérienne à la mer.

La 6ème EL fait escale à La Valette du 1er au 7 novembre puis à Alexandrie du 10 au 15 novembre avant un exercice avec la marine britannique jusqu’au 21 novembre quand les navires des deux marines se séparent.

L’Emile Bertin, ses torpilleurs ses contre-torpilleurs font escale à Lattaquié du 23 au 27 novembre puis à Beyrouth du 28 novembre au 2 décembre. Le croiseur mouilleur de mines manoeuvre avec le Primauguet, navire-amiral de la DNL du 3 au 12 décembre avant que la 6ème EL ne rentre à sa base le 16 décembre et d’y rester jusqu’à la fin de l’année 1941.

Le 1er janvier 1942, la 11ème DCT est dissoute. Le Bison est redéployé à Toulon, formant la 2ème DCT en compagnie de ses sister-ship Guépard (Al) et Lion.

Le Bison quitte Bizerte le 5 janvier 1942, se ravitaille à Ajaccio le 8 janvier avant d’arriver à Toulon le lendemain 9 janvier en compagnie de ses deux nouveaux compagnons, le Guépard comme le Lion étant par le passé basés également en Tunisie.

Après une période d’entretien à flot commune du 9 au 24 janvier 1942, les trois contre-torpilleurs de la 2ème DCT entament une importante phase d’entrainement pour trouver des automatismes, la division était censée ne faire qu’un au combat. La phase d’entrainement à lieu du 30 janvier au 2 mars rentrant à Toulon le lendemain.

Le Bison et ses deux compères de la 2ème Division de Contre-Torpilleurs s’entrainent ensuite avec les contre-torpilleurs Aigle Albatros et Gerfaut de la 5ème DCT du 12 mars au 15 avril, entrainement entrecoupé d’une escale à Ajaccio du 21 au 24 mars, à Tunis du 1er au 5 avril et un ravitaillement à Bizerte le 6. Ils rentrent à Toulon dans la foulée de cette série d’exercices.

Après des sorties locales sans événements saillants,  le Bison participe du 13 mai au 2 juin à la remise en condition du Guépard en compagnie du Lion. Les trois contre-torpilleurs font escale à Nice du 3 au 7 juin avant de rentrer à Toulon le lendemain.

Du 15 juin au 10 juillet, le Bison participe à l’entrainement de division de la 2ème DCT, entrainement entrecoupé d’un ravitaillement à Ajaccio le 23 juin et à Bastia le 1er juillet et couronné par une escale à Nice du 10 au 13 juillet, les trois contre-torpilleurs ralliant Toulon pour le Bastille Day.

Le 15 juillet, le Guépard transmet son pavillon de navire-amiral de la 2ème DCT au Bison et est échoué le 17 juillet au bassin n°5 du Castigneau pour une remise en état complète et une modernisation.

Le Bison et le Lion sortent pour entrainement du 21 juillet au 12 août 1942,  faisant escale à Port-Vendres du 13 au 17 août, manquant d’entrer en collision avec le paquebot italien Comte Da Giovanni lors de leur départ du port catalan. Les deux contre-torpilleurs rentrent à Toulon le 19 août 1942 à l’aube.

Après une période d’entretien à flot du 20 août au 3 septembre 1942, le Bison sort pour essais du 4 au 8 septembre avant remise en condition en compagnie de son sister-ship Lion du 9 au 23 septembre 1942. La 2ème DCT sort ensuite pour un entrainement de division du 25 septembre au 3 octobre 1942.

Le 4 octobre 1942, le Guépard est remis à flot après presque trois mois de travaux, la remise en état ayant été doublée d’une modernisation. Le Bison participe à sa remise en condition du 10 octobre au 2 novembre 1942 et à l’issue de cette remise en condition, le Guépard redevient navire-amiral de la 2ème DCT.

La 2ème DCT quitte Toulon le 10 novembre en compagnie de la 1ère DT (Le Fier L’Entreprenant L’Agile Le Farouche) et du pétrolier Elorn pour une série d’exercices jusqu’au 22 décembre, exercices entrecoupées d’une escale à Ajaccio du 23 au 27 novembre et d’une autre à Bizerte du 13 au 16 décembre, les navires de la division rentrant à Toulon le 26 décembre 1942.

Le 7 janvier 1943, le Lion sort de grand carénage, le Bison le remplaçant dans le bassin n°5 du Castigneau à partir du 10 janvier et jusqu’au 15 mars 1943, sortant pour essais du 16 au 19 mars avant remise en condition en compagnie du Guépard et du Lion du 23 mars au 18 avril 1943.

La coque est grattée, sablée et repeinte, les hélices sont changées, les chaudières retubées, les turbines sont remises en état. Sur le plan de la modernisation, le Bison reçoit un radar de veille combinée et un radar de conduite de tir sans oublier un Asdic pour augmenter ses capacités ASM.

A la différence du Guépard qui avait connu une modernisation de la DCA a minima, le Bison avait toujours les quatre canons de 37mm modèle 1925 et les deux affûts doubles de 13.2mm, ces armes étant remplacées par trois affûts doubles de 37mm Schneider modèle 1941 et huit canons de 25mm Hotchkiss modèle 1939-40 en quatre affûts doubles. Des grenades ASM supplémentaires sont également embarquées.

Le Bison reçoit également un système de ravitaillement à la mer à couple pour augmenter sa distance franchissable.

Du 22 avril au 25 mai, le Bison participe à une série d’exercices avec ses compères de la 2ème DCT et la 5ème DCT, exercices entrecoupées d’une escale à  Ajaccio du 30 avril au 3 mai et d’une autre escale à Mers-El-Kébir du 13 au 16 mai, les deux divisions rentrant à Toulon le 26 mai 1943.

Après une période d’entretien à flot du 27 mai au 12 juin, les trois contre-torpilleurs de la 2ème DCT sortent pour essais du 13 au 16 juin avant remise en condition du 18 juin au 13 juillet 1943.

Le 20 juillet 1943, la 2ème DCT sort en compagnie de la 1ère DT et du contre-torpilleur Marceau pour des exercices communs du 20 juillet au 13 août, rentrant à Toulon le 18 août après une escale à Nice du 14 au 17 août 1943.

Le Bison est indisponible suite à une avarie mécanique du 22 août au 2 septembre, sortant pour essais du 3 au 6 septembre 1943.

La 2ème DCT ressort au complet du 12 au 23 septembre 1943 pour un entrainement de défense aérienne à la mer qui est suivit par une escale à Nice du 24 au 28 septembre. Les trois contre-torpilleurs enchainent par un entrainement ASM du 29 septembre au 6 octobre avec les sous-marins  La Bayadère et L’Antigone , date à laquelle ils arrivent à Bastia pour quelques jours d’escale. Quittant le port corse le 12 octobre, les trois contre-torpilleurs rentrent à Toulon le 14 octobre 1943 à l’aube.

Du 21 au 31 octobre 1931, le Bison et ses compères de la 2ème DCT sortent pour des exercices en compagnie de la 5ème DCT, du croiseur léger Primauguet et du contre-torpilleur Marceau, ces navires étant chargés d’intercepter plusieurs cargos «ennemis» symbolisés par des cargos affrétés durant cette période par la marine.

Après une période d’entretien à flot commune du 2 au 13 novembre, les trois contre-torpilleurs de la 2ème DCT sortent pour essais du 14 au 17 novembre avant un stage de remise en condition du 18 au 30 novembre.

Rentrés à Toulon le 30 novembre au soir, le Bison, le Guépard et le Lion sortent à nouveau pour un entrainement de division du 7 au 21 décembre, rentrant à Toulon  le lendemain 22 décembre et restant à quai jusqu’à la fin de cette année 1943.

Le Bison sort pour entrainement anti-sous-marin du 4 au 12 janvier contre le sous-marin La Gorgone avec le soutien de l’aviation basée à terre (deux hydravions Latécoère 615 de l’escadrille 20E et quatre Bloch MB-481 de l’escadrille 2B). Il rentre à Toulon le 16 janvier après une escale à La Ciotat du 13 au 15 janvier 1944.

Après une sortie pour entrainement de défense aérienne à la mer du 17 au 22 janvier, il participe avec le Lion à la remise en condition du Guépard du 27 janvier au 13 février. Les trois contre-torpilleurs rentrent à Toulon le 22 février après une escale à Sète du 14 au 21 février 1944.

La 2ème DCT sort pour un entrainement de division du 26 février au 19 mars quand il rallie Toulon pour se ravitailler. Après quelques heures à quai, les trois contre-torpilleurs reprennent la mer en compagnie de la 1ère DT pour un exercice en commun du 21 mars au 8 avril, les six navires faisant escale à Bastia du 9 au 12 avril avant de rentrer à Toulon le 13 avril 1944.

Le Bison effectue un entrainement au combat antisurface du 15 au 23 avril, rentrant à Toulon le 24 avril 1944. Dès le lendemain, il reprend la mer avec le Guépard et le Lion, avec la 5ème DCT et les croiseurs lourds Suffren et Dupleix pour des exercices de combat antisurface du 25 avril au 8 mai 1944. Après une escale à Bastia du 10 au 13 mai, la 2ème DCT reprend la mer pour un entrainement de défense aérienne à la mer du 14 au 30 mai avant de rentrer le lendemain 31 mai à Toulon.

Le contre-torpilleur Bison sort en mer le 4 juin pour un entrainement de base. Il reçoit un SOS d’un hydravion Bréguet Bizerte victime d’une panne de moteur. L’hydravion amérit à quelques miles du contre-torpilleurs qui lui passe une remorque le 6 juin 1944 pour le ramener à Saint Mandrier où il sera remis en état.

Après ravitaillement à quai le 7 juin 1944, le Bison sort pour entrainement du 8 au 22 juin, rentrant à Toulon le 27 juin après une escale à La Ciotat du 23 au 26 juin 1944.

Le Bison sort en compagnie du Guépard pour entrainement du 1er au 12 juillet, faisant escale à Sète du 13 au 17 juillet avant de rentrer à Toulon le 18 juillet. Le Bison est alors indisponible du 19 juillet au 5 août 1944 pour entretien et permissions d’équipage.

Le désarmement des Jaguar laissant seulement deux divisions de contre-torpilleurs à Brest, la marine décide de redéployer une division à Brest. C’est la 2ème DCT qui est choisit pour se déployer en Bretagne.

Après un entrainement de division du 7 août au 2 septembre 1944, le Bison appareille de Toulon dans le sillage du Guépard et suivit par le Lion. Ils font escale à Casablanca le 14 septembre 1944 pour se ravitailler avant de rallier Brest le 18 septembre 1944.

Le 18 septembre 1944, la 2ème DCT est rebaptisée 1ère DCT avec toujours les même navires

Du  19 au 27 septembre, la 1ère DCT sort en compagnie du Léopard pour entrainement et permettre aux contre-torpilleurs «ex-toulonnais» de prendre leurs marques dans leur nouvelle zone opérationnelle. Ils rentrent tous le 28 septembre, jour où le Léopard est placé en position de complément.

Après une période d’entretien à flot du 29 septembre au 20 octobre 1944, les trois contre-torpilleurs de la 1ère DCT sortent pour essais du 21 au 25 octobre avant remise en condition du 26 octobre au 12 novembre quand les trois navires rentrent à Brest.

Du 15 novembre au 16 décembre 1944, Le Bison participe à ce premier entrainement de division «brestois». Ils rentrent à Brest le 22 décembre après une escale à Saint-Malo du 17 au 21 décembre.

Du 11 janvier au 16 février 1945, la 1ère DCT manoeuvre au large de Dakar en compagnie du ravitailleur Lot. Ils sont de retour à Brest le 23 février 1945.

Le Bison et le Lion sortent pour entrainement au combat antisurface du 27 février au 7 mars, les deux contre-torpilleurs gagnant Lorient le 8 mars pour retrouver leur compère Guépard. La 1ère DCT sort alors pour un entrainement au combat antisurface du 8 au 17 mars avant une escale à Saint-Nazaire du 18 au 22 mars. La division effectue ensuite un entrainement de défense aérienne à la mer du 23 mars au 3 avril, rentrant à Brest le 9 avril après une escale à Lorient du 4 au 8 avril 1945.

Le Bison sort pour un entrainement à la défense ASM en mer d’Iroise contre le sous-marin La Praya du 16 au 28 avril, faisant escale à Saint-Malo du 29 avril au 2 mai avant de reprendre la mer pour un entrainement de défense aérienne à la mer du 3 au 12 mai, rentrant à Brest le lendemain 13 mai. Du 17 mai au 2 juin 1945, le Bison participe à la remise en condition du Guépard en compagnie du Lion.

La 1ère DCT participe à un entrainement de division du 10 juin au 17 juillet, entrainement entrecoupé d’une escale à Nantes du 19 au 22 juin et à La Pallice du 3 au 7 juillet, rentrant à Brest le 18 juillet 1945.

Le Bison est indisponible du 19 juillet au 1er août, sortant pour essais du 2 au 5 août avant de rentrer à Brest le lendemain 6 août 1945.  Il enchaine par un entrainement avec le Guépard, le Lion et les croiseurs de la 4ème DCT du 7 au 21 août 1945, les six navires faisant escale à Cherbourg du 22 au 24 août avant de rentrer à Brest le lendemain.

Le 27 août 1945, le Bison est placé en position de complément. Le même jour, il est échoué au bassin n°6 de l’Arsenal de Brest jusqu’au 6 septembre. Les prises d’eau sont obturées, les soutes sont curées, l’électronique et l’armement sont débarquées, les ouvertures clôturées.

Remis à flot le 6 septembre 1945, le Bison est mouillé dans la Penfeld. Désarmé le 8 septembre 1945, le Bison est remorqué le jour même à Landevennec au sein du Dépôt Naval de l’Atlantique.

Il y était toujours le 5 septembre 1948 en compagnie de ses sister-ships  Guépard et Lion.

10-Contre-torpilleurs (8)

B-Contre-torpilleurs classe Guépard

Le contre-torpilleur Guépard au moment de la guerre de Pologne

Le contre-torpilleur Guépard au moment de la guerre de Pologne

Vous avez dit «quatre tuyaux» ?

Les premières ébauches du programme naval de l’immédiat après guerre prévoyait à l’origine douze contre-torpilleurs, nombre réduit de moitié pour des raisons pratiques. Il s’agissait de commander les navires que l’Industrie et que les Arsenaux pouvaient construire immédiatement.

C’est en mars 1924 que commence les discussions pour les contre-torpilleurs à financer à la tranche 1925.

Rapidement, il est décidé de reprendre la même configuration d’armement que les Jaguar mais avec cinq canons de 138mm plus puissants. Ces trois navires commandés le 9 octobre 1925 sont des navires de 2690 tonnes, filant à 35.5 noeuds avec une puissance propulsive de 64000ch soit 10000ch de plus que les Jaguar.

Ils marquent l’apparition d’un style, d’une allure martiale avec quatre cheminées inclinées leur donnant une allure inimitable, allure reprise par les Aigle et les Vauquelin qui héritèrent tous du surnom tout trouvé de «quatre tuyaux».

Le 23 janvier 1926, une note du STCN (Service Technique des Constructions Navales) envisage plusieurs hypothèses pour trois autres contre-torpilleurs à mettre en chantier en 1927, des navires bien plus gros avec un projet d’un navire de 3850 tonnes avec six canons de 138mm et 4750 tonnes avec huit canons de 138mm.

Ces projets sont jugés trop gros pour les besoins français sachant que les contre-torpilleurs italiens sont des navires de 1800 tonnes avec un armement composé de cinq canons de 120mm même si des navires armés de huit canons de 120mm sont sur le point d’être mis en service.

Finalement après moultes discussions, il est décidé de construire trois autres contre-torpilleurs de type Guépard.

En mai 1928, on envisage d’armer ces six navires de six canons de 138mm ou de huit canons de 130mm mais au final on retiendra une configuration à cinq canons de 138mm en affûts simples.

La marine nationale va donc financer aux tranches 1925 et 1926 six contre-torpilleurs très semblables, formant la classe Guépard.

A la différence des Jaguar dont les noms étaient homogènes, les six Guépard reçoivent des noms fort différent puisque l’on trouve deux félins (Guépard Lion), un bovidé (Bison), deux batailles (Verdun Valmy) et un célèbre ingénieur militaire du 17ème siècle (Vauban).

Comme pour les Jaguar, la construction des Guépard est partagé entre les Arsenaux et l’Industrie. La construction des Guépard et Bison est attribuée à l’Arsenal de Lorient, celle du Lion et du Vauban aux Ateliers et Chantiers de France à Dunkerque, celle du Valmy aux Ateliers et Chantiers de Saint-Nazaire-Penhoët et du Verdun aux Ateliers et Chantiers de la Loire à Saint-Nazaire.

Le Guépard

Le Guépard en construction à Lorient

Le Guépard en construction à Lorient

-Le Guépard est mis sur cale à l’Arsenal de Lorient (cale n°7) le 14 mars 1927 et lancé le 19 avril 1928. Il est armé pour essais le 1er octobre 1928. Les essais s’achève à la fin du mois de juin et il est armé définitif le 1er juillet 1929, Le contre-torpilleur Guépard étant admis au service actif le 16 août 1929.

Le Guépard est affecté à la 1ère escadre légère, formant la 5ème division légère (5ème DL) avec son sister-ship Valmy  mais également le Chacal, le Panthère et le Tigre.

Le 1er mai 1930, le Guépard constitue à Toulon la 7ème DL en compagnie de ses sister-ship Verdun et Valmy et le 15 avril 1931, cette division intègre le groupe des contre-torpilleurs de la 1ère escadre en compagnie de la 5ème DL (Panthère Chacal Tigre). Dès le 15 septembre 1931, le Guépard devient le bâtiment amiral de la 1ère flottille de torpilleurs en remplacement du Jaguar qui rejoint la 7ème DL pour compenser le départ du Guépard et du Vauban.

Le 10 octobre 1932, le Guépard est remplacé par le Jaguar comme navire-amiral de la 1ère flottille de torpilleurs. Le Guépard est réincorporé dans la 7ème DL formé à l’époque avec le Verdun et l’Albatros. Il reprend ce rôle le 15 septembre 1933, étant à la tête de la 1ère flottille de torpilleurs jusqu’au 11 septembre 1934 quand le Jaguar le remplace.

Le Guépard rejoint le groupe de complément auquel il sera rattaché du 1er octobre 1934 au 15 août 1936. Il entre dans l’Arsenal le 4 janvier 1935 puis est versé à la 3ème région maritime pour grandes réparations à partir du 1er mars, étant au bassin au Missiessy du 8 mai au 5 juin puis à flot du 5 juin au 7 juillet. Il est remis sur rade le 7 août 1935 et réintègre le groupe de complément le 16 août.

Du 17 août 1935 au 23 avril 1936, le Guépard est affecté à la Division Navale de Levant (DNL) en remplacement du Verdun.

Relevé par le torpilleur Trombe (classe Bourrasque), il forme à partir du 15 août 1936, la 13ème Division Légère (13ème DL) avec ses sister-ships Valmy et Verdun. Cette division comme la majorité des moyens de la marine nationale va participer à la guerre d’Espagne, une mission compliquée car corsetée par des impondérables d’ordre politique et diplomatique.

Le 12 avril 1937, les divisions légères deviennent des divisions de croiseurs (DC) ou des divisions de contre-torpilleurs (DCT). La 13ème DL devenant à cette occasion la 3ème DCT.

Le 20 avril 1937, des zones de contrôle sont mises en place au large de l’Espagne pour protéger les navires de commerce neutre et détruire si nécessaire les bâtiments de surface, les sous-marins et les avions engagés dans des actes de «piraterie».

Ce dispositif tiendra jusqu’au mois de septembre quand il est remplacé par un dispositif spécial. La 3ème DCT va rester détachée au dispositif spécial en Méditerranée jusqu’au 7 juillet 1937.

Le 24 mars 1938, le Guépard, navire-amiral de la 3ème DCT devient le navire-amiral des Forces de Haute Mer (FHM) chargées du dispositif spécial. Il va y rester intégré jusqu’à la fin du conflit entre républicains et nationalistes.

Le 1er juillet 1939, une 4ème escadre (forces légères d’attaque) est créée à Bizerte. Sous les ordres du contre-amiral Marquis, on trouve la 3ème DC (croiseurs La Marseillaise Jean de Vienne et La Galissonnière), le croiseur léger Emile Bertin, la 1ère DCT (contre-torpilleurs Vauban Lion Aigle), la 3ème DCT (contre-torpilleurs Guépard Verdun Valmy) et la 11ème DCT (Bison Milan Epervier).

Sans la fin prématurée de la guerre de Pologne, la 3ème DCT serait passée en janvier 1940 dans l’Atlantique pour assurer la défense des convois entre Brest et Casablanca. La 3ème Division de Contre-Torpilleurs reste donc basée à Bizerte au sein de la 4ème Escadre qui va devenir en septembre 1940, la 6ème Escadre Légère.

Comme pour toutes les DCT, les trois navires vont passer à tour de rôle en grand carénage pour récupérer tout leur potentiel technique en attendant une véritable modernisation (RAM, DCA, lutte ASM…..).

Le 3 janvier 1940, le Guépard transmet son pavillon de navire-amiral au Verdun et est échoué le lendemain dans le bassin n°4 de l’Arsenal de Sidi-Abdallah pour un grand carénage bien mérité jusqu’au 7 mars. Il sort pour essais du 8 au 12 mars avant remise en condition en compagnie du Verdun, les deux navires rentrant à Bizerte le 8 avril après une escale à Tunis du 4 au 7 avril.

Le Guépard redevenu navire-amiral de la 3ème DCT sort avec le Verdun pour un exercice de combat antisurface du 16 au 30 avril avant une escale à La Valette du 1er au 4 mai et un retour à Bizerte le lendemain 5 mai 1940.

Le Guépard sort pour un entrainement de base au large de Bizerte du 12 au 23 mai, le contre-torpilleur faisant escale à Tunis du 24 au 27 mai, rentrant à Bizerte  le 28 mai 1940. La 3ème DCT sort du 30 mai au 5 juin et rentre à Bizerte le 6.

Du 14 juin au 2 juillet 1940, le Guépard participe à la remise en condition du Valmy qui sortait de grand carénage. Ironie de l’histoire, il est indisponible suite à une avarie technique du 7 au 28 juillet 1940, sortant pour essais du 29 juillet au 1er août avant remise en condition en compagnie du Valmy du 3 au 19 août 1940.

Le Guépard sort pour entrainement au combat de nuit du 26 au 31 août, faisant escale à Tunis du 1er au 3 septembre avant de rentrer à Bizerte le lendemain. Du 14 septembre au 2 octobre 1940, le Guépard et le Valmy participent à la remise en condition du Verdun, la 3ème DCT rentrant à Bizerte le 9 octobre après une escale à La Valette du 3 au 8 octobre 1940.

Le 17 octobre 1940, la 3ème DCT quitte Bizerte en compagnie du pétrolier Mékong qui ravitaille les trois «quatre tuyaux» à flot à Mers-El-Kébir le 21 octobre, à Casablanca le 24 octobre avant que les quatre navires ne gagnent à Dakar le 28 octobre.

La division effectue successivement une école à feu du 30 octobre au 5 novembre, se ravitaille auprès du Mékong le 6 novembre avant un exercice de combat antisurface du 7 au 17 novembre, se ravitaillant à nouveau à Dakar le 18 novembre. Les quatre navires quittent Dakar le 19 novembre, font escale à Casablanca le 23 novembre avant de rentrer à Bizerte le 28 novembre 1940.

Après une période d’entretien à flot du 29 novembre au 14 décembre 1940, le Guépard sort pour essais du 15 au 18 décembre avant remise en condition en compagnie du Verdun et du Valmy du 20 au 31 décembre.

La 3ème DCT sort pour un entrainement de division en Méditerranée orientale du 4 au 14 janvier 1941, la division se ravitaillant à Malte le 15 janvier avant de reprendre la mer en direction de Beyrouth où la division fait escale du 19 au 22 janvier avant d’enchainer par des manoeuvres qui s’achèvent par une escale à Haïfa du 28 janvier au 3 février avant que la division ne reprene la mer pour rentrer à Bizerte le 7 février 1941.

Le Guépard sort pour entrainement au combat antisurface du 11 au 18 février faisant escale à Tunis du 19 au 23 février avant d’enchainer par un entrainement à la navigation au combat de nuit du 24 février au 3 mars, rentrant à Bizerte le lendemain 4 mars 1941.

Le 11 mars 1941, la 3ème DCT sort pour un nouvel entrainement de division au  large de la Tunisie, entrainement qui s’achève le 27 mars quand les navires rentrent tous à Bizerte.

Les trois contre-torpilleurs subissent une période de travaux à flot du 28 mars au 12 avril 1941 pour modernisation de la DCA : les quatre canons de 37mm modèle 1925 en affûts simples et les quatre mitrailleuses de 13.2mm en deux affûts doubles sont remplacées par deux affûts doubles de 37mm Schneider modèle 1941 et six canons de 25mm Hotchkiss modèle 1939-40 en affûts simples.

La 3ème DCT sort pour essais du 13 au 16 avril suivit d’un stage de remise en condition du 17 au 30 avril, remise en condition axée sur la défense aérienne à la mer pour roder la nouvelle DCA des trois contre-torpilleurs.

Du 2 au 12 mai 1941, la 3ème DCT sort en compagnie de la 1ère DCT (Vauban Lion Epervier) et du croiseur léger mouilleur de mines Emile Bertin pour un exercice de combat antisurface. Après une escale dans le port de La Valette du 13 au 20 mai 1941, l’Emile Bertin et deux divisions de contre-torpilleurs participent à un exercice de défense aérienne à la mer du 21 mai au 2 juin 1941 avant de rentrer le lendemain à Bizerte.

Après une période d’indisponibilité du 4 au 27 juin, le Guépard sort pour essais du 28 au 30 juin puis pour une remise en condition en solitaire du 2 au 17 juillet, rentrant à Bizerte le 18 juillet. Le navire-amiral de la 3ème  DCT sort à nouveau pour un entrainement de division entre la Tunisie et la Sicile et ce du 23 juillet au 12 août, faisant escale à La Valette (Malte) du 13 au 17 août, à Tunis du 18 au 22 août avant de rentrer à Bizerte le lendemain 23 août 1941.

Alors que le Valmy est indisponible pour avarie, le Guépard et le Verdun sortent pour entrainement du 28 août au 7 septembre, les deux contre-torpilleurs faisant escale à Tunis du 8 au 11 septembre  avant de rentrer à Bizerte le 12 septembre 1941. Ils enchainent par la remise en condition du Valmy du 15 au 30 septembre 1941.

La 3ème DCT sort à nouveau au complet pour un exercice combiné avec l’armée de l’air du 5 au 12 octobre, rentrant à Bizerte le lendemain 13 octobre 1941.

La 6ème Escadre Légère (Emile Bertin, 1ère, 3ème DCT, 11ème DCT : contre-torpilleurs Milan Aigle et Bison et 12ème DT formée par les torpilleurs La Pomone la Bombarde et L’Iphigénie.) ressort au complet du 15 au 30 octobre 1941 pour des manoeuvres combinées avec pour thèmes l’escorte et l’attaque de convois, le bombardement littoral, le combat de nuit et la défense aérienne à la mer.

La 6ème EL fait escale à La Valette du 1er au 7 novembre puis à Alexandrie du 10 au 15 novembre avant un exercice avec la marine britannique jusqu’au 21 novembre quand les navires des deux marines se séparent.

L’Emile Bertin et ses contre-torpilleurs font escale à Lattaquié du 23 au 27 novembre puis à Beyrouth du 28 novembre au 2 décembre. Le croiseur mouilleur de mines manoeuvre avec le Primauguet, navire-amiral de la DNL du 3 au 12 décembre avant que la 6ème EL ne rentre à sa base le 16 décembre et d’y rester jusqu’à la fin de l’année 1941.

Le 1er janvier 1942, le Guépard forme à Toulon une nouvelle 2ème DCT en compagnie de ses sister-ships Bison et Lion. Elle intègre la 2ème Escadre.

Le Guépard quitte Bizerte le 5 janvier 1942, se ravitaille à Ajaccio le 8 janvier avant d’arriver à Toulon le lendemain 9 janvier en compagnie de ses deux nouveaux compagnons, le Bison comme le Lion étant par le passé basés également en Tunisie.

Après une période d’entretien à flot commune du 9 au 24 janvier 1942, les trois contre-torpilleurs de la 2ème DCT entament une importante phase d’entrainement pour trouver des automatismes, la division était censée ne faire qu’un au combat.

Les trois navires effectuent d’abord un entrainement à la navigation de jour comme de nuit du 30 janvier au 2 février. Après un rapide ravitaillement à Toulon, les trois navires de la 2ème DCT Guépard (navire-amiral), Lion et Bison enchainent par un entrainement au combat antisurface de jour du 4 au 9 février puis de nuit du 11 au 18 février. Après un entrainement à la défense aérienne à la mer du 20 février au 2 mars, les trois navires rentrent à Toulon le 3 mars 1942.

La 2ème DCT quittent Toulon le 12 mars en compagnie de la 5ème DCT (Aigle Albatros Gerfaut) pour une série d’exercices. Les deux divisions s’affrontent dans un combat antisurface du 12 au 20 mars, les deux divisions faisant escale à Ajaccio du 21 au 24 mars avant d’enchainer par un exercice de combat de nuit du 25 au 31 mars, les six contre-torpilleurs faisant escale à Tunis du 1er au 5 avril 1942. Après une escale à Bizerte pour se ravitailler le 6 avril, les deux divisions subissent un entrainement de défense aérienne à la mer du 7 au 15 avril, rentrant le même jour à Toulon.

Victime d’une avarie de chaudière, le Guépard est indisponible du 19 avril au 7 mai, sortant pour essais du 8 au 11 mai avant remise en condition du 13 mai au 2 juin en compagnie du Lion et du Bison. Les trois contre-torpilleurs font escale à Nice du 3 au 7 juin avant de rentrer à Toulon le 8 juin 1942.

La 2ème DCT sort pour un nouvel entrainement de division le 15 juin, le dernier avant un nouveau cycle de grand carénage. La division de contre-torpilleurs enchaine successivement un entrainement de combat antisurface du 15 au 22 juin, un ravitaillement à Ajaccio le 23 juin, un entrainement à la défense aérienne à la mer du 24 au 30 juin, un ravitaillement à Bastia le 1er juillet avant un nouvel entrainement au combat antisurface, de nuit cette fois et ce du 2 au 10 juillet, le Guépard le Lion et le Bison rentrant à Toulon le 14 juillet 1942 après une escale à Nice du 10 au 13 juillet.

Le 15 juillet, le Guépard transmet son pavillon de navire-amiral de la 2ème DCT au Bison et est échoué le 17 juillet au bassin n°5 du Castigneau pour une remise en état complète et une modernisation.

La coque est grattée, sablée et repeinte, les hélices sont changées, les chaudières retubées, les turbines sont remises en état.

Sur le plan de la modernisation, le Guépard reçoit un radar de veille combinée et un radar de conduite de tir sans oublier un Asdic pour augmenter ses capacités ASM. Au niveau armement, les deux affûts doubles de 37mm sont conservés mais les six canons de 25mm Hotchkiss sont regroupés en trois affûts doubles et des grenades ASM supplémentaires sont embarquées.

Le Guépard reçoit également un système de ravitaillement à la mer à couple pour augmenter sa distance franchissable.

Remis à flot le 4 octobre 1942, il sort pour essais du 5 au 8 octobre avec notamment la validation du système RAM auprès du pétrolier Elorn le 7 octobre. Du 10 octobre au 2 novembre 1942, le Guépard effectue sa remise en condition en compagnie du Bison, le seul autre contre-torpilleur encore disponible, le Lion ayant succédé au Guépard au bassin.

La 2ème DCT quitte Toulon le 10 novembre en compagnie de la 1ère DT (Le Fier L’Entreprenant L’Agile Le Farouche) et du pétrolier Elorn pour une série d’exercices. Les deux divisions subissent un entrainement à la défense aérienne à la mer du 10 au 22 novembre, étant ravitaillées à deux reprises par l’Elorn le tout sous menace aérienne.

Après une escale à Ajaccio du 23 au 27 novembre, la 2ème DCT doit affronter la 1ère DT dans une série de joutes nautiques du 28 novembre au 12 décembre, faisant escale à Bizerte du 13 au 16 décembre. Après un entrainement au combat de nuit du 17 au 22 décembre, les deux divisions et le pétrolier Elorn rentrent à Toulon le 26 décembre 1942.

Du 14 janvier au 2 février 1943, le Guépard participe à la remise en condition du Lion qui venait d’achever son grand carénage et ses essais techniques. Les deux navires font escale à Marseille dans le Vieux Port du 3 au 7 février avant de rentrer à Toulon le lendemain.

Le 15 février, le Guépard sort pour un entrainement ASM contre le sous-marin L’Espoir, entrainement mené en compagnie d’avions et d’hydravions du CNMAN en l’occurence six Catalina de la 2R, quatre Latécoère Laté 298 et deux CAO-700M de la 12E et ce jusqu’au 22 février quand il rentre à Toulon.

Le 27 février 1943, la 2ème DCT quitte Toulon pour un entrainement au combat antisurface du 27 février au 12 mars. La division participe ensuite à la remise en condition du Bison du 23 mars au 18 avril 1943.

La 2ème et la 5ème DCT quittent ensemble Toulon pour une série d’exercices en Méditerranée occidentale. Les deux divisions enchainent un entrainement au combat antisurface de jour du 22 au 29 avril, une escale à Ajaccio du 30 avril au 3 mai, un entrainement à la défense aérienne à la mer du 4 au 12 mai, une escale à Mers-El-Kébir du 13 au 16 mai et un entrainement au combat antisurface de nuit du 17 au 25 mai, rentrant à Toulon le lendemain 26 mai 1943.

Après une période d’entretien à flot du 27 mai au 12 juin,  les trois contre-torpilleurs de la 2ème DCT sortent pour essais du 13 au 16 juin avant remise en condition du 18 juin au 13 juillet 1943.

Le 20 juillet 1943, la 2ème DCT sort en compagnie de la 1ère DT et du contre-torpilleur Marceau pour un exercice commun à vocation antisurface du 20 au 31 juillet et à vocation antiaérienne du 2 au 13 août, rentrant à Toulon le 18 août après une escale à Nice du 14 au 17 août 1943.

Le Guépard sort à nouveau pour entrainement ASM en coopération avec l’aviation à partir du 25 août. Le contre-torpilleur, d’habitude brillant lévrier des mers se transforme en laborieux chien de berger, traquant le submersible Perle jusqu’au 7 septembre 1943 date de son retour à Toulon.

La 2ème DCT ressort au complet du 12 au 23 septembre 1943 pour un entrainement de défense aérienne à la mer qui est suivit par une escale à Nice du 24 au 28 septembre.

Les trois contre-torpilleurs enchainent par un entrainement ASM du 29 septembre au 6 octobre contre les sous-marins La Bayadère et L’Antigone , date à laquelle ils arrivent à Bastia pour quelques jours d’escale. Quittant le port corse le 12 octobre, les trois contre-torpilleurs rentrent à Toulon le 14 octobre 1943 à l’aube.

Du 21 au 31 octobre, les 2ème et 5ème DCT  participent à un exercice de combat antisurface sous la direction du croiseur léger Primauguet, l’exercice simulant un blocus d’un pays ennemi, les contre-torpilleurs devant intercepter des forceurs de blocus. Le croiseur léger et les contre-torpilleurs rentrent à Toulon le soir même.

Après une période d’entretien à flot commune du 2 au 13 novembre (travaux concernant essentiellement les chaudières et l’électronique embarquée), les trois contre-torpilleurs de la 2ème DCT sortent pour essais du 14 au 17 novembre avant un stage de remise en condition du 18 au 30 novembre.

Rentrés à Toulon le 30 novembre au soir, le Guépard le Lion et le Bison sortent à nouveau pour un entrainement de division du 7 au 21 décembre, rentrant à Toulon  le lendemain 22 décembre et restant à quai jusqu’à la fin de cette année 1943.

Le Guépard est indisponible (avarie mécanique) du 2 au 21 janvier, ressortant pour essais du 22 au 25 janvier avant remise en condition du 27 janvier au 13 février en compagnie de ses deux sister-ships. Les trois contre-torpilleurs rentrent à Toulon le 22 février après une escale à Sète du 14 au 21 février 1944.

La 2ème DCT sort pour un entrainement de division à partir du 26 février. Après un entrainement de combat antisurface du 26 février au 6 mars, les trois contre-torpilleurs se ravitaillent à Ajaccio le 7 mars 1944.

Après un entrainement de défense aérienne à la mer du 8 au 19 mars, les trois contre-torpilleurs rentrent à Toulon pour quelques heures afin de se ravitailler. Ils reprennent la mer en compagnie de la 1ère DT pour un exercice en commun du 21 mars au 8 avril, les six navires faisant escale à Bastia du 9 au 12 avril avant de rentrer à Toulon le 13 avril 1944.

Du 25 avril au 8 mai 1944, la 2ème DCT manoeuvre en Méditerranée en compagnie de la 5ème DCT et des croiseurs lourds Suffren et Dupleix.

Les deux croiseurs commencent d’abord par simuler la présence d’un navire corsaire en Méditerranée, menaçant des convois entre l’Afrique du Nord et la métropole, convois protégés par les contre-torpilleurs avant que les deux croiseurs ne simulent des cargos rapides, cherchant à échapper à plusieurs groupes de ratissage formés par les contre-torpilleurs. Après une escale à Alger du 9 au 12 mai et à Ajaccio du 13 au 17 mai, les contre-torpilleurs et les croiseurs rentrent à Toulon le 18 mai 1944.

Le Guépard sort pour une école à feux du 25 au 31 mai au large de Toulon avant d’être indisponible pour entretien et permissions de l’équipage du 1er au 17 juin, sortant pour essais du 18 au 20 juin avant remise en condition en compagnie du Lion du 21 au 30 juin 1944.

Alors que le Lion est indisponible du 1er au 18 juillet,  le Guépard sort en compagnie du Bison pour entrainement du 1er au 12 juillet, faisant escale à Sète du 13 au 17 juillet avant de rentrer à Toulon le 18 juillet.

Le Guépard sort pour les essais et la remise en condition du Lion du 19 juillet au 3 août, les deux navires rentrant à Toulon le 4 août 1944.

Le désarmement des Jaguar laissant seulement deux divisions de contre-torpilleurs à Brest, la marine décide de redéployer une DCT à Brest. C’est la 2ème DCT qui est choisit.

En attendant de quitter le Levant pour le Ponant, la 2ème DCT sort pour entrainement de division à partir du 7 août, les trois contre-torpilleurs effectuant un entrainement au combat antisurface du 7 au 18 août, se ravitaille en carburant à Toulon le 19 août avant d’enchainer par un entrainement à la défense antiaérienne à la mer du 20 août au 2 septembre quand les trois contre-torpilleurs rentrent à Toulon.

Le 10 septembre 1944, le Guépard suivit par le Bison et le Lion quittent Toulon. Ils font escale à Casablanca le 14 septembre pour se ravitailler avant de rallier Brest le 18 septembre 1944.

Le 18 septembre 1944, la 2ème DCT est rebaptisée 1ère DCT sans que sa composition ne change.

La 1ère DCT sort avec le Léopard du 19 au 27 septembre pour entrainement et permettre aux contre-torpilleurs «ex-toulonnais» de prendre leurs marques en mer d’Iroise, en Manche et dans le Golfe de Gascogne. Ils rentrent tous le 28 septembre, jour où le Léopard est placé en position de complément, dernière étape avant son désarmement.

Après une période d’entretien à flot du 29 septembre au 20 octobre 1944, les trois contre-torpilleurs de la 1ère DCT sortent pour essais du 21 au 25 octobre puis pour remise en condition du 26 octobre au 12 novembre quand les trois navires rentrent à Brest.

La 1ère DCT sort pour son premier entrainement de division depuis son arrivée à Brest. Les trois contre-torpilleurs enchainent successivement un entrainement de défense aérienne à la mer du 15 au 22 novembre, un entrainement au combat antisurface du 24 novembre au 1er décembre et un entrainement au combat de nuit du 3 au 16 décembre, les trois navires ne rentrant à Brest que le 22 décembre 1944 après une escale à Saint Malo du 17 au 21 décembre.

Le 3 janvier 1945, la 1ère DCT quitte Brest en compagnie du ravitailleur Lot, les trois contre-torpilleurs arrivant à Dakar le 11 janvier 1945 sans la traditionnelle escale de Casablanca, ravitaillement à la mer oblige.

Les trois contre-torpilleurs effectuent une école à feux au polygone de Rufisque du 12 au 19 janvier suivit d’un ravitaillement à Dakar le 20 janvier. Après un entrainement de défense aérienne à la mer du 21 janvier au 2 février, les trois contre-torpilleurs se ravitaillent à Dakar le 3 février avant un nouvel exercice de combat antisurface du 4 au 15 février. La 1ère DCT quitte Dakar le 16 février et rentre à Brest en compagnie du Lot le 23 février 1945.

Le Guépard sort pour entrainement à la lutte ASM en compagnie du sous-marin Casabianca du 1er au 7 mars avant de retrouver ses sister-ships à Lorient le 8 mars.

La 1ère DCT sort alors pour un entrainement au combat antisurface du 8 au 17 mars avant une escale à Saint-Nazaire du 18 au 22 mars. La division effectue ensuite un entrainement de défense aérienne à la mer du 23 mars au 3 avril, rentrant à Brest le 9 avril après une escale à Lorient du 4 au 8 avril 1945.

Victime d’une avarie technique, le Guépard est indisponible du 13 avril au 11 mai, sortant pour essais du 12 au 16 mai avant remise en condition en compagnie de ses deux sister-ships du 17 mai au 2 juin 1945.

La 1ère DCT sort à nouveau pour un entrainement de division, un entrainement très intense. Tout commence par un exercice de défense aérienne à la mer du 10 au 18 juin, les trois navires remontant ensuite la Loire pour faire escale à Nantes du 19 au 22 juin 1945.

Reprenant la mer, la division effectue un exercice de combat antisurface du 23 juin au 2 juillet avant une escale à La Pallice du 3 au 7 juillet. Après un exercice de lutte ASM en compagnie des sous-marins Casabianca et Persée du 8 au 17 juillet, les trois contre-torpilleurs rentrent à Brest le 18 juillet 1945.

Le Guépard sort pour un entrainement de base du 23 au 28 juillet, faisant escale à Saint Malo du 29 juillet au 2 août avant de rentrer à Brest le lendemain 3 août 1945.

Du 7 au 21 août 1945, la 1ère DCT sort en compagnie de la 4ème DC pour un exercice de défense aérienne à la mer, de combat antisurface et attaque/protection de convois. Après une escale à Cherbourg du 22 au 24 août, les deux divisions rentrent à Brest le 25 août 1945.

Le 27 août 1945, le Bison est placé en position de complément laissant le Guépard et le Lion comme seuls membres de la 1ère DCT.

La 1ère DCT ainsi réduite sort pour entrainement du 12 au 23 septembre, faisant escale à Cherbourg du 24 au 28 septembre avant de reprendre la mer pour un entrainement à la lutte ASM du 29 septembre  au 7 octobre en compagnie des sous-marins Ile de Re  et Ile d’Yeu, date du retour du Guépard et du Lion à Brest.

Après une période d’entretien à flot du 8 au 12 octobre, le Guépard et le Lion sortent pour une école à feux du 13 au 21 octobre avant d’enchainer par un nouvel entrainement à la lutte ASM du 23 octobre au 4 novembre 1945 en compagnie cette fois du sous-marin Agosta.

Après un ultime entrainement dans le Golfe de Gascogne du 5 au 15 novembre, le Guépard est mis en position de complément le 18 novembre 1945, date à laquelle la 1ère DCT est dissoute, laissant le Lion en position de navire hors rang au sein du groupement de contre-torpilleurs de la 3ème Escadre Légère.

Il passe au bassin n°9 au Laninon du 18 au 28 novembre pour préparer son stockage à Landevennec où le contre-torpilleur est transféré le 30 novembre 1945, jour même de son désarmement. Il était toujours là le 5 septembre 1948.