Mitteleuropa Balkans (214) Slovaquie (8)

Une histoire de l’armée de terre slovaque

Des origines mouvementées

Soldats slovaques (allemands ethniques) lors d’une cérémonie de décoration

Certaines armées combattent dès leur naissance. C’est le cas de l’armée slovaque (Slovenska Armada) qui doit combattre alors que l’état est à peine né et que le dispositif militaire hérité de feu la Tchécoslovaquie est totalement désorganisé entre le rapatriement des tchèques vers l’ouest, le retour des slovaques de Bohème-Moravie, les évacuations et le sabotage du matériel…… .

Le premier arbitrage de Vienne avait permis à la Hongrie de récupérer des territoires au profit de la Slovaquie fraichement indépendante mais cela ne suffisait visiblement pas à Budapest qui profita d’une période troublée pour grignoter encore des territoires.

Les 14 et 15 mars 1939 l’Allemagne envahit la Tchécoslovaquie qui disparaît pour quinze ans avec à l’ouest un protectorat de Bohème-Moravie et une Slovaquie «indépendante».

Le 22 mars 1939 les derniers soldats tchécoslovaques se retirent de Ruthenie subcarpathique, un territoire qui avait proclamé son indépendance mais qui avait été très vite occupé par la Hongrie.

Budapest est persuadée qu’il n’y à plus de force militairement organisée en Slovaquie et décide donc d’en profiter. Le 23 mars 1939 elle attaque et remporte au début de nombreux succès. On constate néanmoins que les slovaques s’accrochent dans les airs comme au sol. De plus au grand dam des soldats hongrois, la minorité magyare supposément opprimée par la gouvernement tchécoslovaque ne montrait pas un accueil très enthousiaste aux troupes d’invasion.

De leur côté les slovaques vont s’appuyer ironie de l’histoire sur les dernières troupes tchécoslovaques présentes sur place. Il semble qu’il s’agisse davantage d’initiatives individuelles qu’autre chose.

OA vz.30

Parlons chiffre d’abord. Les hongrois mobilisent cinq bataillons d’infanterie, deux bataillons de cavalerie, un bataillon motorisé, trois véhicules blindés, soixante-dix chenillettes et cinq chars légers alors qu’en face on trouve trois régiments d’infanterie (16ème, 20ème et 37ème RI, le premier et le troisième étant en sous-effectifs), deux régiments d’artillerie en sous-effectifs (11ème et 12ème RA), un peloton de neuf autos blindées OA vz.30 et un peloton de trois chars LT vz.35.

LT vz.35

Après une première journée où ils sont surpris les slovaques se resaississent le lendemain avec l’aide de troupes tchèques contre-attaquant les envahisseurs magyars. Tiso demande une aide matérielle et militaire à l’Allemagne mais décline la proposition allemande d’une intervention directe de crainte de provoquer une réaction en chaine qui aboutirait à un nouveau conflit majeur en Europe.

Une trève est négociée dès le 24 mais les combats ne cessent que le 31 mars 1939. Finalement un traité de paix est signé à Budapest le 4 avril permettant à Budapest de récupérer de nouveaux territoires à l’est.

Très vite l’armée slovaque se renforce pour ne pas être à nouveau surprise. Trois divisions d’infanterie et un groupe rapide sont mis sur pied, unités auxquelles s’ajoute une force paramilitaire, la Garde Hinkla, le bras armé du parti du Peuple.

Tancik vz.33

Elle met ensuite en service 70 chenillettes inspirées des Carden-Lloyd, les Tancik vz.33 (T-33) appuyés par 27 chars légers les Lehky Tank vzor 34 (LT vz.34).

LT vz.34

A l’été 1939 (NdA donc toujours avant le point de divergence), les 27 LT-34 sont regroupés dans une compagnie du bataillon blindé «Martin». Cette unité devient ensuite régiment mais les LT-34 sont envoyés à l’entrainement.

L’armée slovaque va ensuite participer à la guerre de Pologne, étant la seule nation alliée de l’Allemagne à être engagée. Cela s’explique à la fois pour des raisons de proximité géographique mais aussi pour rappeler à Bratislava que l’indépendance de la Slovaquie ne dépend que de leur bon vouloir.

En ce qui concerne les unités engagées je me heurte à des sources contradictoires. Je vais donc donner les deux versions. Si un lecteur peut trancher ce nœud gordien je l’en remercie par avance.

Selon certaines sources la Slovaquie engage le Groupe d’Armées de campagne Bernolak avec trois divisions d’infanterie (1ère division «Janosik» 2ème DI «Skultety» et 3ème DI «Razus») soit 51306 hommes. Une unité motorisée baptisée «Kalinciak» est créée le 4 septembre 1939 mais n’à pas le temps d’être engagée dans le conflit.

Selon d’autres sources la Slovaquie engage les moyens suivant :

-Un premier groupe composé de six bataillons d’infanterie, de deux bataillons d’artillerie et d’une compagnie du génie

-Un deuxième groupe était composé de deux bataillons mixtes cavalerie/troupes motocyclistes et de neuf batteries d’artillerie motorisée. Elle engage également une compagnie de treize chars.

Cette armée slovaque quelque soit sa composition est placée sous l’autorité du Groupe d’Armées Sud avec pour chaperon la 14ème Armée du général Lisr qui comprend six divisions d’infanterie, une division de montagne, deux divisions blindées et une division légère (la 4ème division légère future 9ème division blindée).

En face les polonais défendent les territoires convoités par la Slovaquie avec l’Armée des Carpathes composée de cinq divisions d’infanterie, de deux brigades de montagne, d’un régiment de gardes-frontières, d’une demi-brigade de défense nationale et de deux régiments d’artillerie.

L’attaque slovaque est lancée dès le 1er septembre 1939 sans déclaration de guerre préalable, la 1ère division occupant le villsage de Javorina et la ville de Zakopane avant de continuer direction Nowwy Targ pour ainsi protéger le flanc gauche de la 2ème division de montagne allemande.

Les 4 et 5 septembre les unités slovaques engagent enfin des unités polonaises. L’avance est stoppée le 7 septembre alors que les unités slovaques ont avancé de 30km à l’intérieur du territoire polonais. La division se replie ensuite ne laissant qu’un bataillon jusqu’au 29 septembre pour occuper Zakopane, Jurgow et Javorina.

La 2ème division est conservée en réserve tout comme le groupe motorisé alors que la 3ème division est chargée de protéger les 170km de frontières entre Stara Lubovna et la frontière de la Hongrie. Il y à quelques accrochages mais rien de bien sérieux. Elle finit par avancer en Pologne et ce jusqu’au 11 septembre.

Au total les pertes slovaques s’élèvent à 37 tués, 114 blessés et 11 disparus. Toutes les unités slovaques quittent le territoire polonais à la fin du mois de septembre. Une parade militaire à lieu à Poprad le 5 octobre et peu après l’armée est partiellement démobilisée, le Groupe d’Armées Bernolak cessant d’exister dès le 7 octobre 1939.

La Slovaquie récupère les territoires disputés, territoires occupés par Varsovie dès 1920 ou en 1938. Ces territoires seront rendus après guerre à la Pologne.

Les neuf années de paix vont permettre à l’armée slovaque de s’organiser et de s’équiper de manière correcte.

L’armée de terre slovaque en septembre 1948

En théorie la présence d’usines d’armement dans l’ouest de la Slovaquie et en Bohème-Moravie devrait permettre un équipement aisé et rapide de l’armée slovaque.

Ce ne sera pas le cas car les capacités sont essentiellement mobilisées pour équiper l’armée allemande qui ne laisse à son «allié» slovaque que ce qu’elle veut bien laisser c’est à dire assez peu en réalité.

Bratislava ne cessera de pester mezzo voce contre cet état de fait. Ce n’est qu’au cours du conflit que Berlin se préoccupera enfin d’équiper correctement son allié slovaque à une époque où de nombreux slovaques se demandent si l’Allemagne n’à pas perdu la guerre et qu’il faudrait mieux soit faire preuve de neutralité ou carrément se retourner contre Berlin.

Entre-temps durant la Pax Armada Bratislava se préoccupe de créer une armée digne de ce nom et si son indépendance est forcément corsetée, la Slovaquie peut créer l’armée qu’elle souhaite à la différence du protectorat de Bohème-Moravie.

Comme nous l’avons vu plus haut trois divisions d’infanterie, un groupe rapide et la Garde Hlinka forment le cœur de la puissance militaire slovaque. Cette organisation va rapidement laisser la place à une organisation différente.

Sur les trois divisions d’infanterie mises sur pied à l’été 1939, seules les deux premières (1ère et 2ème divisions slovaques) sont conservées, la troisième étant dissoute faute d’effectifs et d’armes suffisantes. Il semble également que des éléments séditieux ont été repérés par les forces de sécurité ce qui à entrainé la dissolution de l’unité.

Ces deux divisions d’infanterie sont organisées de manière classique avec un état-major, une compagnie d’état-major, un groupement de soutien logistique, trois régiments d’infanterie à trois bataillons à trois compagnies de fusiliers et une compagnie d’armes lourdes, un régiment d’artillerie, un bataillon du génie, une compagnie antiaérienne, une compagnie antichar et une compagnie de transmissions.

Le groupe rapide est l’unité motomécanique de l’armée slovaque, une sorte de division blindée allégée plus destinée à l’éclairage, à la couverture et au flanquement des deux divisions d’infanterie qu’à la percée et à l’exploitation.

Ce groupe rapide va regrouper les différents modèles de chars employés par la Slovaquie qu’il s’agisse de chars issus de l’armée tchécoslovaque et rétrocédés par les allemands, de véhicules neufs issus de modèles déjà anciens ou encore de chars allemands, Berlin finissant par équiper l’armée de son allié avec du matériel digne de ce nom même si comme pour les hongrois et les roumains, les slovaques estimeront toujours ces livraisons très insuffisantes.

Le groupe rapide était organisé à sa création en un état-major, une compagnie d’état-major, une compagnie d’autos blindées, deux bataillons de chars, un bataillon d’infanterie portée, un régiment d’artillerie, une compagnie antichar et antiaérienne, une compagnie du génie et une compagnie de transmission.

Panzer 38(t) aux couleurs slovaques

Les deux bataillons de chars disposaient chacun de trois compagnie de neuf chars soit cinquante-quatre chars en ligne, la majorité étant des Panzer 38(t) qui pouvaient encore faire illusion en 1940 contre un adversaire pas trop exigeant mais qui très vite étaient clairement dépassés. Les allemands bien que réticents et peur sûrs de leur allié slovaque vont livrer des chars plus modernes en l’occurrence des Panzer III et des Panzer IV.

Panzer IV

En septembre 1948 le groupe rapide est devenu une division blindée, une division blindée légère certes mais une division blindée tout de même. Elle est organisée en un état-major, une compagnie d’état-major, un groupement logistique, une compagnie d’autos blindées, deux bataillons de chars, deux bataillons d’infanterie portée, un régiment d’artillerie, une compagnie antiaérienne et antichar, un bataillon du génie et une compagnie de transmissions.

Comme j’ai déjà présenté la Garde Hlinka dans la partie historique je ne vais pas revenir sur cette organisation qui assure des missions de police et de gendarmerie, se montrant tristement efficace contre la résistance qu’elle soit républicaine ou communiste.

En revanche je vais parler d’une autre entité paramilitaire moins connue, la Freiwillige Schutzstaffel soit en français le Corps de Protection Volontaire.

Cette unité à vu le jour fin 1938 sur le modèle des S.A et de l’Allgemeine SS. Elle recrute parmi les allemands de Slovaquie et sert d’abord de service d’ordre pour le Deutschen Partei, le parti qui représente les intérêts des allemands de Slovaquie. Deux décrets gouvernementaux lui donne des pouvoirs de police et marque le début d’une concurrence et d’une rivalité avec la Garde Hlinka.

En mars 1939 trois Sturmbannen (bataillons de frappe) sont créés un pour couvrir la région de Pressburg (Bratislava), un autre pour protéger la région de Kremnitz-Deutsch Proben (Kremnica-Nemecké Pravno) et Zips. A cette époque les effectifs de la FS étaient de 4604 hommes.

Initialement le recrutement au sein de la FS se faisait pour des hommes allemands de 18 à 35 ans pouvant prouver leur pureté aryenne sur trois générations. En 1941 tous les hommes âgés de moins de 50 ans pouvant prouver leur aryanité sur trois générations peuvent intégrer l’unité.

Cette Freiwillige Schutzstaffel va protéger les infrastructures sensibles du pays, faire office de gendarmerie ou de police militaire pour ramener sur le front des déserteurs (quand bien sur ils ne sont pas sommairement exécutés) et aussi persécuter juifs, communistes et tous ceux considérés comme des ennemis de l’Etat même si ces membres étaient davantage attachés comme tout bon Volksdeutsche à leur véritable patrie plutôt qu’à l’Etat slovaque que nombre d’entre-eux trouvait trop mou.

En septembre 1945 trois nouveaux Sturmbannen sont mis sur pied portant le total à six couvrant Pressburg (deux Sturmbannen _un urbain et un autre rural_), Kremnitz, Deutsch Proben, Oberzips et Unterzips avec respectivement trois, quatre, sept, quatre, six et quatre compagnies soit un total de vingt-huit compagnies.

Leur armement se composait de pistolets, de pistolets mitrailleurs, de fusils, de grenades, de quelques armes automatiques et pour les unités les plus chanceuses de mortiers et de canons antichars légers. En gros de quoi faire du maintien de l’ordre musclé mais guère plus.

En octobre 1947 un septième Sturmbannen est créé à Povazie ce qui portait les effectifs globaux de la FS à environ 7000 hommes.

Durant le conflit les effectifs vont décroitre entrainant la dissolution de plusieurs Sturmbannen. Cela s’explique par le recrutement par la Waffen S.S de Volksdeutsche du FS pour intégrer des unités de combat. Ce corps paramilitaire disparaît en même temps que la Garde Hlinka et l’Etat slovaque.

Aux côtés des deux divisions d’infanterie et de la division blindée légère on trouve également des unités indépendantes de taille diverse :

-Deux régiments d’artillerie lourde

-Un régiment antiaérien médian

-Un bataillon de canons d’assaut

-Un bataillon de chasseurs de chars

Cette organisation ne va guère évoluer jusqu’au second conflit mondial.

La Slovenska Armada dans le second conflit mondial

La petite armée slovaque était considérée comme bien équipée et relativement bien entrainée mais sa motivation était sujette à caution. Cela explique peut être pourquoi les allemands ont décliné les propositions du gouvernement slovaque d’envoyer des troupes pour aider les allemands.

Les troupes slovaques ne vont participer ni à l’opération Weserübung, ni à l’opération Merkur ni à l’opération Fall Gelb (offensive à l’ouest) ou à l’opération Maritsa dans les Balkans. En revanche les allemands demandent à Bratislava «une participation significative à la croisade des peuples libres (sic) contre le judéo-bolchévisme».

En clair l’armée slovaque va devoir participer à l’offensive allemande contre l’URSS, l’opération Barbarossa. Pour cela on hésite entre engager en bloc l’armée slovaque ou créer de nouvelles unités ad hoc.

Un corps expéditionnaire slovaque en Russie (Slovenské expedičné sily v Rusku) est créé le 14 mai 1950 sous le nom inoffensif de corps mobile, l’unité ne dévoilant ses batteries qu’au moment de l’attaque allemande.

Elle va comprendre la division blindée légère et la 1ère division slovaque ainsi qu’un régiment d’artillerie lourde et un bataillon de marche de canons d’assaut et de chasseurs de chars. Cette force atteint l’effectif appréciable de 22500 hommes. Elle est rattachée au Groupe d’Armées Centre et plus précisément à la 17ème Armée.

Ce corps expéditionnaire ne participe pas aux premières opérations ce qui frustre les effectifs rassemblés. Ce n’est qu’à partir du 30 juin 1950 que les soldats slovaques connaissent leur baptême du feu, combattant une armée soviétique qui semble en totale déroute ce qui donnera un aperçu trompeur de la guerre au soldat slovaque.

Très vite au milieu d’un océan de rédition et de débandades, quelques unités de la RKKA se font littéralement tuées sur place. Les combats deviennent plus durs, les premiers problèmes logistiques apparaissent.

Ces problèmes freinent très vite les allemands alors une armée bien moins équipée comme l’armée slovaque je vous laisse imaginer…… .

Après donc quasiment deux mois de succès ininterrompus (21 juin-25 août 1950), les allemands et leurs alliés constatent que les soviétiques ont redressé la barre. L’avancée est plus difficile, les combats plus rudes.

Les slovaques ne peuvent constater qu’Ivan n’est pas le sous-homme décrit par la propagande. C’est un redoutable combattant quand il est bien encadré. La majorité des soldats soviétiques sont encore des paysans rustiques et endurants, acceptant des choses qui auraient provoqué des mutineries dans d’autres armées.

Au début de l’hiver les soviétiques lancent une contre-attaque contre des allemands épuisés qui ont encerclé aux trois quarts Leningrad, se sont approchés à 80km de Moscou et on conquis l’Ukraine.

Si au centre du front c’est un succès puisque Moscou est dégagée de la menace allemande (puisque le front se trouve désormais à 200km de la capitale soviétique) ailleurs ce sont des échecs.

Les slovaques encaissent la contre-offensive soviétique, subissant de lourdes pertes mais ils parviennent à tenir leur nouvelle position.

Une relative accalmie permet aux slovaques de réorganiser leurs unités, d’amener des renforts même si les moyens manquent. C’est ainsi que la 2ème division d’infanterie relève la première qui va devenir provisoirement une division de sécurité pour traquer les partisans à l’arrière du front. La division légère blindée reste en ligne.

Pour l’opérateur FRIEDRICH les slovaques espèrent être engagés mais ce ne sera pas le cas, le corps expéditionnaire slovaque ne rejoignant le sud du Front qu’au moment de l’opération URANUS pour colmater les brèches et empêcher les soviétiques d’obtenir l’encerclement espéré.

Dès cette époque les slovaques se demandent si la guerre n’est pas perdue pour l’Allemagne. On assiste à l’augmentation des désertions, des cas d’auto-mutilation. Un habile jeu de sanctions et de récompenses calme la situation mais pour un temps seulement.

La dernière opération majeure à laquelle participe le corps expéditionnaire slovaque est l’opération ROUMANTSIEV lancée par les soviétiques le 1er juillet 1952 pour s’emparer de Smolensk ce qui est chose faite le 8 août 1952.

Les slovaques se battent férocement mais subissent des pertes telles que les allemands décident en octobre 1952 de retirer les unités slovaques et de les renvoyer au pays après repos et reconstitution mais en réalité ce ne sera pas le cas, Berlin n’ayant plus confiance dans la Slovenska Armada.

L’armée de terre slovaque réorganisée début 1953 comprend désormais deux divisions légères d’infanterie (à deux régiments d’infanterie), un groupement blindé, un régiment d’artillerie lourde, un régiment antiaérien, un bataillon de canons d’assaut et différentes unités de soutien.

Désormais davantage employée dans des missions de sécurité et de lutte contre la résistance, l’armée slovaque fait face à l’automne à une révolte ouverte vite réprimée mais qui montre un état de profonde décomposition puisque des unités vont se rallier à la résistance avec armes et bagages générant des combats fratricides contre les unités loyalistes. La révolte est écrasée à la fin 1953 mais les traces sont profondes.

Les soviétiques lancent leur ultime offensive le 27 janvier 1954 avec un nom de code bien trouvé : ARMAGEDON.

La Vistule est franchie le 4 février 1954, l’Oder et la Neisse sont atteintes en mars 1954, les unités occidentales et soviétiques faisant leur jonction officiellement le 21 mars mais selon certains témoignages le contact aurait lieu dès le 18 mais sous la forme d’un échange de coups de feu entre soldats français et soviétiques ! Nul doute que si cet événement à été passé sous silence c’est pour éviter des questions embarrassantes.

En ce qui concerne la Slovaquie elle est envahie par les soviétiques à la mi-février. Les combats sont assez violents, les troupes slovaques galvanisées par l’idée de défendre leur pays se montrent d’une férocité, d’une énergie qui déconcerte les soviétiques. A moins que ce ne soit la crainte de subir un sort peu enviable en cas de capture.

L’armée slovaque capitule officiellement le 7 mars 1954. Considérés comme prisonniers de guerre, les slovaques sont relativement bien traités par les soviétiques. Les communistes sont rapidement libérés, les autres doivent attendre le printemps 1955 pour retrouver la liberté.

Certains pour peu de temps car la justice tchécoslovaque va juger les soldats slovaques coupables de crimes de guerre en Slovaquie. Sur les 157 soldats, sous-officiers et officiers jugés, 77 seront condamnés dont 12 à la peine capitale (huit exécutés, quatre graciés), les autres à des peines de prison allant de 5 à 30 ans de prison.

Nombre de soldats slovaques vont se retrouver au sein de la nouvelle armée tchécoslovaque. En revanche après le triomphe des communistes, nombre de ces soldats qui durant la deuxième guerre mondiale n’avaient fait que leur métier de soldat furent congédiés et étroitement surveillés par la police politique tchécoslovaque mais ceci est une autre histoire.

Allemagne (45) Armée de Terre (2)

Organisation des différentes unités

Division d’infanterie (Infanterie-Division)

-Après la mobilisation, l’armée de terre allemande dispose de soixante-treize divisions d’infanterie, trente-deux d’active et quarante et une issue de la mobilisation.

-Les trente-deux divisions d’active sont dans l’ensemble de bonnes unités bien entrainées et bien équipées. Il y à cependant des différences avec des unités motorisées et des unités qui ne le sont pas.

-En septembre 1948, douze divisions sont motorisées complètement en l’occurrence les 1.ID 4.ID 9.ID 10.ID 14.ID 15.ID 19.ID 16.ID 20.ID 22.ID 214.ID et 5. Leichte Division.

Les autres ne le sont que partiellement avec un groupe de reconnaissance motorisé, une compagnie antichar motorisée et un régiment d’artillerie lourde (canons de 150mm) motorisé. Quelques éléments du génie sont également motorisés.

Pour ce qui est des quarante-un divisions de mobilisation (25.ID à 68.ID), l’immense majorité des divisions sont partiellement motorisées mais les 30.ID, 32.ID, 34.ID et 40.ID sont totalement motorisées.

Sur le plan de l’organisation, il n’y à peu de différences, toutes les divisions d’infanterie sont organisées de la même façon, seules les Leichte Division étant différentes.

-Un état-major

-Un groupe de reconnaissance divisionnaire

-Un groupe logistique (ravitaillement et maintenance)

-Trois régiments d’infanterie à trois bataillons, chaque bataillon disposant de trois compagnies de fusiliers, une compagnie de mortiers et une compagnie antichar. Les Leichte Division ne disposent que de deux régiments.

-Un régiment d’artillerie à trois groupes de trois batteries (Abteilungen I,II et III) équipée chacune de quatre obusiers de 105mm soit un total de trente-six pièces.

A la mobilisation en septembre 1939, un quatrième groupe issu d’un régiment lourd intègre le régiment, ce groupe étant organisé en trois batteries de quatre obusiers de 150mm.

Suite à la démobilisation, les divisions maintenues en ligne garde leur régiment d’artillerie (Artillerie-Regiment) dans cette configuration de guerre, les régiments lourds étant reconstitués dans la Réserve Générale avec le groupe non intégré à un A-R et d’autres unités mises sur pied ultérieurement.

-Un bataillon de canons d’assaut équipés de Stug III.

-Un détachement de transmissions

-Un bataillon du génie (une compagnie pour les Leichte Division)

-Un groupe antichar (motorisé quelque soit le type de division)

-Un groupe d’observation d’artillerie

-Un détachement de santé

Division de montagne

-La Deutsche Heer dispose de trois divisions de montagne déployées dans le sud-Est de l’Allemagne et placés sous l’autorité du VIIème Corps dépendant de l’Armée du Sud-Est dont l’état-major est installé à Dresde. Deux de ces divisions vont participer à l’opération Weserübung. Ces divisions sont organisées de la façon suivante :

-Un état-major

-Un groupe de reconnaissance divisionnaire

-Un groupe logistique (ravitaillement et maintenance)

-Deux régiments d’infanterie à trois bataillons, chaque bataillon disposant de trois compagnies de fusiliers, une compagnie de mortiers et une compagnie antichar.

-Un régiment d’artillerie à trois groupes équipés de canons de montagne de 75mm de conception tchèque, le 7.5cm Gebirgkanone 15

-Un détachement de transmissions

-Une compagnie du génie
-Un groupe antichar

-Un groupe d’observation d’artillerie

-Un détachement de santé

Panzerdivision

-Les divisions de chars ou PanzerDivisionen sont mises en place au milieu des années trente à la même époque que les Divisions Légères Mécaniques (D.L.M) françaises.

-Les trois premières Panzer-Division sont mises sur pied en novembre 1935, la 1. PzD est créée à partir de la division légère, ex-3ème division de cavalerie, les 2. et 3. PzD étant créées ex-nihilo.

-La 4. PzD est créée le 10 novembre 1938 par transformation en division de la 7. Panzer Brigade et si la 5. PzD est créée ex-nihilo, les quatre Panzerdivision suivantes sont créées par transformation des Leichte Division (divisions légères) qui n’avaient pas donné satisfaction durant l’invasion de la Pologne. Les divisions légères créées ultérieurement étaient  des unités d’infanterie n’ayant aucun lien avec les divisions dont nous allons parler maintenant.

La 6. PzD est créée le 6 octobre 1939 par transformation de la 1. Leichte Division, la 7.PzD est mise sur pied le 18 octobre 1939 par transformation de la 2. Leichte Division, la 8.PzD est créée le 16 octobre 1939 par transformation de la 3. Leichte Division.

La 9. PzD est crée le 3 janvier 1940 par transformation de la 4. Leichte Division qui elle même était issue de la Schnelle Division (division rapide ou division d’urgence) de la Bundesheer, l’armée de terre autrichienne absorbée par la Deutsche Heer suite à l’Anschluss en octobre 1938.

-Paradoxalement, la 10. PzD est mise sur pied le 10 avril 1939 avec des éléments de deux divisions d’infanterie motorisées, les 20.ID et 29.ID.

-Comme pour les DLM françaises, la configuration des PzD à évolué avec le retour d’expérience et les inévitables tatonements liés à la nouveauté.

-Leur configuration originelle voyait ces divisions organisées en un état-major, une brigade blindée à deux régiments de chars, une brigade de reconnaissance, un régiment de fusiliers, un bataillon motocycliste à cinq compagnies, un groupe de reconnaissance motorisé, un détachement antichar, un groupe motorisé d’artillerie, des unités du génie et un détachement motorisé de transmissions.

-Initialement, il était prévu de passer de dix à vingt PanzerDivision mais au final, seulement deux nouvelles PzD sont mises sur pied. La 11.PzD est mise sur pied en janvier 1942 et la 12.PzD en juin 1945 après la fin de la guerre civile. Le projet de créer les 13. et 14.PzD n’aboutit pas avant le début du conflit.

-Les PanzerDivision nouvelle génération voient le jour à partir de septembre 1945. Outre le retour d’expérience, il faut ajouter un processus similaire côté français et l’arrivée de chars plus puissants (Panther et Tigre).

-Résultat, quand démarre le second conflit mondial, les PanzerDivision sont organisées de la façons suivante :

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement logistique autonome

-Un groupe de reconnaissance motorisé (une compagnie motocycliste, une compagnie d’auto-blindées, une compagnie lourde équipés de chars légers Lynx et une compagnie d’appui _canons antichars et antiaériens_)
-Une brigade de chars (état-major, deux régiments de chars équipés de Panzer V Panther, de Panzer III ou de Panzer IV, un bataillon d’artillerie d’assaut, un bataillon de grenadiers d’assaut, une compagnie antichar et une compagnie antiaérienne)

-Une brigade de grenadiers (état-major, deux régiments de grenadiers, une compagnie motocycliste, une compagnie antichar et une compagnie antiaérienne),

-Un régiment d’artillerie autopropulsé équipé de Wespe et de Hummel

-Un bataillon motorisé du génie

-Un détachement de transmissions.

-A noter qu’en temps de guerre, deux bataillons de chars lourds équipés de Panzer VI Tigre renforcent la division.

-Ces unités apparaissent plus puissantes que les DLM ou les DC françaises mais elles ne sont pas exemptes de «défauts» avec notamment une moindre grande intégration du couple chars/infanterie, la présence de deux bataillons de chars lourds uniquement en temps de guerre ce qui peut rendre leur utilisation moins efficiente qu’envisagée.

-La reconnaissance et l’éclairage divisionnaire dépend d’un groupe alors que les Divisions Légères Mécaniques et les Divisions Cuirassées utilisent un régiment complet.

-Elle est cependant supérieure au niveau de l’artillerie avec des obusiers autopropulsés de 150mm supérieurs au canons automoteurs de 105mm des DC et des canons tractés des DLM.

-De toute façon comme on le dit souvent, seule l’épreuve du feu permettra de vérifier si telle organisation est supérieure à telle autre.

Brigades du génie (Pioniere-Brigade)

-Les manœuvres d’avant guerre ont montré l’utilité du génie pour aménager le terrain et franchir les cours d’eau. La recherche de la vitesse et de la bataille décisive impose un tempo élevé aux opérations. Hors de question de ralentir parce qu’un cours d’eau ou un fossé antichar stoppe les chars.

D’où la création au printemps 1946 de quatre brigades du génie destinées au combat, au déminage et au franchissement des coupures humides.

Ils doivent également pouvoir remettre en fonctionnement des installations ferroviaires, utiliser les systèmes de communication ennemis voir remettre en route des centrales électriques.

Chaque brigade est organisée de la même façon :

-Un état-major

-Un groupe logistique

-Un régiment de minage/déminage

-Un régiment de sapeurs

-Deux régiments de franchissement

Régiments d’artillerie lourde et d’artillerie spéciale

-Outre les régiments d’artillerie intégrées aux divisions, l’artillerie allemande disposent de régiments indépendants, des unités d’artillerie lourde pouvant effectuer une préparation d’artillerie comparable au premier conflit mondial ou d’obtenir la percée.

-Chaque corps d’armée (onze Armee-Korps et quatre Panzer-Korps) disposent d’un régiment d’artillerie lourde équipés de canons de 150mm de deux modèles soit le Krupp Schwere Feldhaubitze 18 ou encore le Rheinmettall Kanone 18.

Ces quinze régiments sont chargés d’appuyer les différentes divisions placées sous le commandement des corps, c’est l’équivalent de l’ALCA ou Artillerie Lourde de Corps d’Armée (ALCA) pour la France.
-Ces régiments d’artillerie sont organisés en un état-major, une batterie hors-rang pour le soutien logistique, une batterie d’observation et de réglages de tir et quatre groupes de deux batteries de six canons soit un total de trente-six pièces par régiment.

-Ces régiments sont issus des régiments lourds existants en septembre 1939 et qui avaient été scindés en deux, un groupe rejoignant un régiment léger endivisionné et l’autre groupe restant en réserve.

-Leurs effectifs ont été complétés par des batteries mises sur pied par les nouveaux régiments d’artillerie divisionnaire à quatre groupes.

A ces régiments s’ajoute l’équivalent français de la Réserve Générale, des régiments placés sous le contrôle direct de l’OKH qui peut les utiliser à discrétion soit pour renforcer un Corps d’Armée ou déclencher le feu de Wotan en concentrant le maximum de bouches à feu.

-En septembre 1948, il existe seize de ces régiments équipés de différents canons allant de 170 à 356mm soit une amplitude supérieure à la France même si la majorité des régiments sont équipés de canons de 170mm et de mortiers de 210mm (treize), deux recevant des canons de 240mm et un troisième équipé d’obusiers de 356mm.

-La Heer dispose également d’une artillerie lourde sur voie ferrée (ALVF). Si les canons de 150 et de 170mm mis en service en 1936 en réutilisant d’anciennes pièces navales avaient été ferraillés, des pièces plus lourdes les avaient remplacés.

-Deux régiments d’artillerie sur voie ferrée (Eisenbahn) sont opérationnels en septembre 1948. Ils sont équipés de canons de 280mm K5 et de canons de 400mm K6, une version terrestre des canons de 406mm des cuirassés de type Hidenburg. Des projets de mortiers lourds de 520mm et de canons de 800mm (!) ne se sont pas concrétisés avant le conflit.

-Des lance-roquettes sont également en service au sein de l’artillerie allemande. Appelés officiellement Nebelwerfer (faiseur de fumées), ils étaient officiellement censés créer des nuages fumigènes pour masquer le franchissement d’un cours d’eau ou l’avancée des troupes au sol mais en réalité, il s’agissait d’un lanceur de roquettes sol-sol à stabilisation par rotation.

Cette arme dans sa version 150 (Wurfgranate 41) et de 210mm (Wurfgranate 21) n’avait pas d’équivalent dans les armées alliées qui y furent confrontés en Norvège, une confrontation douloureuse.

Malheureusement pour les allemands et heureusement pour les alliés, deux exemplaires de Wurfgranate 21 avec des projectiles furent capturés à Tromso au cours d’une furieuse contre-attaque française.

Ces lanceurs furent aussitôt embarqués dans un hydravion direction la Grande-Bretagne où leur évaluation accéléra le développement d’un lance-roquettes franco-britannique appelé LRM (Lance-Roquettes Multiples) ou Multiple Rocket Launcher (MRL), un nom officiel remplacé par le mot famillier d’Orgue.

Parallèlement, des roquettes plus grosses furent mises au point en l’occurrence des Wurfkörper de 280 et 320mm installés dans des battis en bois montés sur des véhicules, les ancêtres de nos LRM actuels montés sur châssis chenillé ou sur camions.
Ces armes équipaient douze Wurfgranate Abteilung organisés en une batterie de commandement et de soutien, une batterie hors rang et trois batteries de douze lanceurs remorqués ou motorisés.

Transmissions

-Dépendant de l’Inspektion der Nachrichten, les unités de transmissions allemandes sont majoritairement intégrées aux unités de combat.

-Néanmoins, il existe plusieurs bataillons de transmissions indépendants (quatre en l’occurrence) chargés des transmissions stratégiques entre les troupes sur le front et l’arrière. Ce nombre doit doubler à la mobilisation.

Soutien

-La guerre moderne, la guerre industrielle impose une logistique très importante. Le temps où les armées pouvaient vivre sur le pays est terminé.

-Il faut du carburant pour les chars et les véhicules blindés, des munitions, des médicaments et des vivres, des pièces détachées pour les véhicules. Cette tache d’approvisionnement et de ravitaillement (Versorgung) est assurée par les troupes d’approvisionnement (Nachschubtruppen), «le train des équipages» (Kraftfahrparktruppen) et les Verwaltungstruppen (cuisiniers, boulangers….).

La maintenance est assurée par les Feldzeugtruppen (armuriers, mécaniciens, garagistes) alors que les soins sanitaires et vétérinaires dépendent respectivement des Sanitättruppen et des Veterinärtruppen.

Outre les unités divisionnaires, on trouve des unités de soutien de niveau brigade, des unités destinées à founir un soutien à des corps d’armée ou des armées.

Elles sont chargées des dépôts de l’arrière, de l’acheminement du ravitaillement jusqu’au niveau divisionnaire où le groupement logistique prend le relais.

Chaque corps d’armée dispose d’une brigade de soutien (Versorgung-Brigade) chargé aussi bien du ravitaillement que de la maintenance, du soutien sanitaire et vétérinaire. Ce système parfait sur le papier se heurtera rapidement à de graves difficultés car sous-dimensionné par rapport aux besoins.

Grands tacticiens mais piètres stratèges, les allemands pensent en guerres courtes ce qui les incitent à négliger voir mépriser la logistique bien moins noble que le combat.

Feldgendarmerie

Pour assurer la circulation et l’ordre dans les arrières, la Heer dispose d’une police militaire appelée Feldgendarmerie.

Cette force à pour origine la période napoléonienne. Suite à la campagne catastrophique de 1806, la Prusse entreprit de profondes réformes et créa une force calquée sur la gendarmerie française appelée Feldgendarmerie.

Cette force était composée d’anciens fantassins et d’anciens cavaliers _notamment pour l’encadrement_ ce qui permettait en partie de contourner les effectifs limités par Napoléon 1er (80000 hommes) puisque les Feldgendarmes étaient considérés comme du personnel militaire bien que payé en temps de paix par le ministère de l’Intérieur.

En temps de guerre, la moitié des effectifs étaient rattachés à l’armée pour les taches décrites plus haut.

La Feldgendarmerie disparu en 1918, la République de Weimar ne disposant d’aucune police militaire. Il faut attendre l’arrivée des nazis pour voir la renaissance de la Feldgendarmerie.

Outre le maintien de l’ordre et la sécurité, elle était chargée de la circulation et des enquêtes en liaison avec les autres forces de police de l’Etat nazi avec lesquelles les relations n’étaient pas toujours cordiales.

Chaque division disposait d’un détachement de Feldgendarme dépendant du commandant de la division et chaque corps d’armée d’un bataillon. Une réserve opérationnelle de quatre régiments existait également.