22-Armée de terre : armement et matériel (72) ordre de bataille (6)

-2ème Corps d’Armée

Le 2ème Corps d’Armée mis sur pied à Lille dispose outre de deux divisions d’infanterie d’unités qui lui sont directement rattachées :

-602ème régiment de pionniers

-2ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (2ème GRCA) mis sur pied par le
CMC n°19 de Saint-Omer. Il doit recevoir vingt AMX-44 et seize AM modèle 1940P. Si les
automitrailleuses sont disponibles, les AMX-44 ne sont pas encore disponibles et le 2ème GRCA reçoit vingt FCM-36.

Char léger modèle 1936FCM dit FCM-36

Char léger modèle 1936FCM dit FCM-36

-105ème Régiment d’Artillerie Lourde Hippomobile (105ème RALH) équipés de deux     groupes de 105L modèle 1936S et deux groupes de 155L modèle 1918; différentes unités de     soutien ainsi que le 502ème Groupe Aérien d’Observation (502ème GAO).

La 1ère Division d’Infanterie Motorisée (1ère DIM) stationnée en temps normal dans le Nord de la France (avec un état-major à Lille) est une division d’active, considérée comme l’une si ce n’est la meilleure division d’infanterie de l’armée française en 1948.

Elle comprend comme principales unités trois régiments d’infanterie de ligne (1er, 43ème et 110ème RI), de deux régiments d’artillerie (15ème RAD et 215ème RALD), de la 601ème batterie divisionnaire antichar, du 1er bataillon de défense antiaérienne et du 15ème bataillon du génie ainsi que de diverses unités logistiques et de soutien.

Il bénéficie également du concours du 7ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (7ème GRDI) équipé de chars légers AMX-44 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

La 2ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (2ème DINA) est elle aussi une division d’active stationnée en temps normal dans l’est de la France (avec un état-major installé à Toul).

Elle comprend comme principales unités trois régiments d’infanterie avec deux régiments de tirailleurs algériens, les 13ème et 22ème RTA et un régiment de zouaves, le 11ème régiment de zouaves; de deux régiments d’artillerie (40ème Régiment d’Artillerie Nord-Africain et 240ème Régiment d’Artillerie Lourde Nord-Africain), de la 602ème batterie divisionnaire antichar nord-africaine, du 2ème bataillon de défense antiaérienne nord-africain et du 36ème bataillon du génie ainsi que diverses unités logistiques et de soutien.

Il bénéficie également du concours du 92ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (92ème GRDI) équipés de chars légers AMX-44  et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940 P.

-19ème Corps d’Armée

Le 19ème Corps d’Armée est mis sur pied par la 2ème région militaire de Lille dispose outre de deux divisions d’infanterie d’unités qui lui sont directement rattachées.

On trouve par exemple le 619ème régiment de pionniers et le 19ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (7ème GRCA) équipé de chars légers AMX-42 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940 P.
On trouve également le 106ème Régiment d’Artillerie Lourde Hippomobile (106ème RALH) avec deux groupes de 105mm équipés de Schneider modèle 1936 et deux groupes de 155mm équipés de Schneider modèle 1945; d’unités du génie, de transmissions et de soutien ainsi que du 519ème Groupe Aérien d’Observation

-La 1ère Division Marocaine est une division d’active stationnée dans le royaume chérifien et envoyé en août 1948 en métropole, d’abord dans le sud puis sur la frontière nord au sein  du 19ème Corps d’Armée.

Elle dispose de trois régiments de tirailleurs marocains (1er, 2ème et 7ème RTM), de deux régiments d’artillerie (64ème RAD et 264ème RALD), de la 601ème batterie divisionnaire antichar marocaine, du 1er bataillon de défense antiaérienne marocain et du 43ème bataillon du génie ainsi que diverses unités logistiques et de soutien.

Automitrailleuse de Reconnaissance (AMR) modèle 1935

Automitrailleuse de Reconnaissance (AMR) modèle 1935

Elle bénéficie également du concours du 80ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (80ème GRDI) qui dispose de chars légers Hotchkiss H-39 (reçut en France après avoir remplacé ses AMR-33 et 35) et des automitrailleuses AMD 178B à canon de 47mm en attendant l’arrivée d’AM modèle 1940P prévue pour le mois de novembre.

-La 15ème Division d’Infanterie Motorisée (15ème DIM) est une division d’active stationnée en temps normal en Bourgogne (avec son état-major à Dijon) dispose de trois régiments d’infanterie de ligne (4ème, 27ème et 134ème RI), de deux régiments d’artillerie (1er RAD et 201ème RAD), de la 615ème batterie divisionnaire antichar, du 15ème bataillon de défense antiaérienne, du 20ème bataillon du génie ainsi que diverses unités logistiques et de soutien.

Elle bénéficie également du concours du 4ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (4ème GRDI) qui dispose de chars légers FCM-42 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940 P.

-20ème Corps d’Armée

-Comme ses deux compères, le 20ème Corps d’Armée dispose d’unités qui lui sont directement rattachées. On trouve ainsi le 620ème régiment de pionniers et le 20ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (20ème GRCA) mis sur pied par le CMC n°20  d’Alençon qui dispose de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

Le 20ème CA dispose également du 104ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (104ème RALT) disposant de deux groupes de 155mm équipés de canons de 155 GPFT (Grande Puissance Filloux-Touzard) et de deux groupes de 105mm équipés de canons de 105L Schneider modèle 1936S; des unités du génie, des transmissions, du train, de l’intendance et de santé.

L’armée de l’air détache au profit du 20ème CA, le Groupe Aérien d’Observation 520 équipé de huit Bloch MB-175 de reconnaissance armée, de douze Dewoitine D-720 de coopération et de quinze ANF-Mureaux ANF-123 d’observation et de réglage de tir soit un total de trente-cinq appareils.

-La 12ème Division d’Infanterie Motorisée (12ème DIM) est une solide unité d’active stationnée en temps normal dans la région Champagne (avec un état-major stationné à Chalons en Champagne) qui dispose de deux régiments d’infanterie de ligne (106ème et 150ème RI) et d’un régiment de zouaves (8ème régiment de zouaves); de deux régiments d’artillerie (25ème RAD et 225ème RALD), de la 612ème batterie divisionnaire antichar, du 12ème bataillon de défense antiaérienne, du 19ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

Elle dispose également du 3ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (3ème GRDI) équipés de chars légers AMX-42 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P.

-La 5ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (5ème DINA) est une unité de mobilisation qui dispose de trois régiments d’infanterie avec le 8ème régiment de tirailleurs algériens, le 10ème et le 11ème régiment de tirailleurs marocains; deux régiments d’artillerie (22ème RAD et 222ème RALD), de la 605ème batterie divisionnaire antichar nord-africaine, du 605ème bataillon de défense antiaérienne nord-africaine, d’u 69ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

Elle dispose également du 95ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (95ème GRDI) équipé de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses de découverte Panhard AMD 178B à canon de 47mm en attendant la disponibilité d’automitrailleuses puissantes.

21-Armée de terre (41)

-77ème GRDI : mis sur pied par le CMC 17, ce groupement est affecté à la 7ème Division d’Infanterie Coloniale et dissous en même temps qu’elle le 24 juillet 1940.

-78ème GRDI : mis sur pied par le CMC 21 ce groupement est affecté à la 8ème Division d’Infanterie Coloniale et dissous en même temps qu’elle le 29 juillet 1940.

-80ème GRDI : mis sur pied par le 3ème régiment de spahis marocains et le CMC 18, il est affecté à la 1ère Division Marocaine et préservé après la démobilisation. Il est transformé en GRDI motorisé par la suite.

-81ème GRDI : mis sur pied par le 1er régiment de spahis algériens et le 1er centre mobilisateur de cavalerie d’Afrique, il est rattaché à la 81ème Division d’Infanterie d’Afrique et donc pérénnisé après la démobilisation, devenant un groupement motorisé.

-82ème GRDI : mis sur pied à partir du 2ème régiment de spahis algériens, du 2ème centre mobilisateur de cavalerie d’Afrique et du CMC 5, il est rattaché à la 82ème DIA. Pérénnisé après la démobilisation, il est transformé en GR motorisé.

-83ème GRDI : mis sur pied à partir du 3ème régiment de spahis algériens et par le 3ème centre mobilisateur de cavalerie d’Afrique, il est rattaché à la 83ème DIA. Pérénnisé après la démobilisation, il est transformé en GR motorisé.

-84ème GRDI : mis sur pied à partir du 4ème régiment de spahis tunisiens et par le le 4ème centre mobilisateur de cavalerie d’Afrique, il est rattaché à la 84ème DIA. En mars 1940, il fusionne avec le 98ème GRDI pour donner naissance au 42ème GRDI.

-85ème GRDI : mis sur pied à partir du 1er régiment de spahis algériens et par le 1er centre mobilisateur de cavalerie d’Afrique, il est rattaché à la 85ème DIA. Dissous en même temps que la division.

-86ème GRDI : mis sur pied à partir du 8ème régiment de spahis algériens, du 8ème régiment de chasseurs d’Afrique et du centre mobilisateur de cavalerie d’Afrique, il est affecté à la 86ème DIA et dissous en même temps que la division à laquelle il est rattaché.

-87ème GRDI : mis sur pied à partir du le 3ème centre mobilisateur de cavalerie d’Afrique et du 16ème dépôt de cavalerie, il est rattaché à la 87ème DIA. Pérénnisé après la démobilisation, il est transformé en GR motorisé.

-88ème GRDI : mis sur pied à partir du 4ème régiment de spahis tunisiens, du 1er REC et du 8ème centre mobilisateur de cavalerie d’Afrique, il est rattaché à la 88ème DIA dissoute à la démobilisation ce qui entraine la dissolution du groupement rattaché.

-89ème GRDI : mis sur pied à partir du 3ème régiment de spahis marocains, du 1er régiment de chasseurs d’Afrique et du centre mobilisateur de cavalerie d’Afrique, il est rattaché à la 3ème Division Marocaine dont la dissolution entraine celle du groupement de reconnaissance.

-91ème GRDI : mis sur pied par le 9ème cuirassiers et par le CMC 14, il est rattaché à la 1ère Division d’Infanterie Nord Africaine (1ère DINA), une unité d’active. Le groupement est donc maintenu après la démobilisation et transformé en unité motorisée.

-92ème GRDI : mis sur pied par le 9ème régiment de dragons et le CMC 26, il est rattaché à la 2ème DINA, une unité d’active. Le groupement est donc maintenu après la démobilisation et transformé en unité motorisée.

-93ème GRDI : mis sur pied par le 20ème régiment de dragons et le CMC 29, il est rattaché à la 3ème DINA, une unité d’active. Le groupement est donc maintenu après la démobilisation et transformé en unité motorisée.

-94ème GRDI : mis sur pied par le 3ème régiment de hussards et le CMC 20, il est rattaché à la 4ème DINA, une unité d’active. Le groupement est donc maintenu après la démobilisation et transformé en unité motorisée.

-95ème GRDI : créé par le CMC 14, il est rattaché à la 5ème DINA et dissous en même temps que la division à laquelle il avait été rattaché.

-96ème GRDI : mis sur pied par le 9ème dépôt de cavalerie, il est rattaché à la 6ème DINA et dissous en même temps que la division à laquelle il est rattaché.

-97ème GRDI : mis sur pied par les 1er et 2ème REC, il est rattaché à la 7ème DINA et dissous en même temps que la division à laquelle il est rattaché.

-98ème GRDI : mis sur pied à Tarascon par le CMC 13, il fusionne avec le 84ème GRDI pour donner naissance au 42ème GRDI.

-181ème GRDI : mis sur pied par le 2ème dépôt de cavalerie d’Afrique et par le dépôt du 5ème régiment de cavalerie d’Afrique , il est rattaché à la 181ème DIA, il est dissous en même temps que la division à laquelle il est rattaché.

-182ème GRDI : mis sur pied par le 2ème dépôt de cavalerie d’Afrique et par le dépôt du 2ème régiment de cavalerie d’Afrique, il est rattaché à la 182ème DIA pérénnisé après la démobilisation et transformé en unité motorisée.

-183ème GRDI : mis sur pied par le 3ème dépôt de Cavalerie d’Afrique et par le dépôt du 3ème régiment de cavalerie d’Afrique, il est rattaché à la 183ème DIA et dissous en même temps que cette division.

-191ème GRDI : mis sur pied par le dépôt du 1er régiment de spahis marocains, il est rattaché à la 191ème DIA, division pérénnisé après la démobilisation et transformé en GRDI motorisé.

-192ème GRDI :  mis sur pied par le dépôt du 1er régiment de spahis marocains, il est rattaché à la 192ème DIA, division dissoute lors de la démobilisation de l’été 1940.

A l’issue de la démobilisation, seuls vingt-huit GRDI sont conservés en métropole et dix en AFN et au Levant, les sept motorisés avec automitrailleuses et trois groupes montés ou type normal qui sont progressivement motorisés entre septembre 1940 et juin 1943.

Automitrailleuse puissante AM modèle 1940P

Automitrailleuse puissante AM modèle 1940P

Théoriquement donc les GRDI sont tous organisés de la même façon mais en pratique, une dichotomie s’opère : les GRDI de métropole sont équipés (sauf les GRDI des DIAlp) d’AMP Panhard 201 à canon de 47mm et de chars légers (neuf équipés de Hotchkiss H-39, neuf équipés de FCM-42 et dix équipés AMX-44) en guise d’AMR alors que les GRDI déployés en Afrique du Nord et au Levant sont équipés de Panhard AMD 178 et d’AMR 33 et 35.

Le H-39 équipe les 2ème, 5ème, 15ème, 18ème, 23ème, 32ème, 71ème, 74ème et 93ème GRDI, le FCM-42 équipe les 1er, 4ème, 6ème, 16ème, 20ème, 25ème, 27ème, 37ème et 39ème GRDI, l’AMX-42 les 3ème, 17ème, 72ème et 94ème, l’AMX-44 équipant les six restants en l’occurence les 7ème,  21ème, 73ème, 91ème et 92ème  GRDI à raison de vingt véhicules par GRDI.

Pour ce qui est des canons antichars automoteurs, les Renault ZT2 et ZT3 à canon de 25mm sont remplacés par des Lorraine 39L ou des Renault DAJ-1 à canon de 47mm.

A la mobilisation d’août 1948, les GRDI de métropole vont participer à la mise sur pied des GRDI de mobilisation et des GRCA avec l’aide des Centres Mobilisateurs de Cavalerie