URSS (62) Armée de Terre (10)

Divisions de Cavalerie

En guise d’introduction

Si dans les armées occidentales, la cavalerie à largement disparu des ordres de bataille quand éclate le second conflit mondial ce n’est pas le cas pour la RKKA qui aligne de nombreuses unités montées.

Lire la suite

Publicités

22-Armée de terre : armement et matériel (66)

Les matériels de transmissions

Pour assurer les liaisons entre le commandement et les unités de combat, on peut avoir recours à des moyens humains comme les coureurs, les cyclistes et les motocyclistes mais surtout par des moyens électriques en l’occurence pour simplifier le téléphone et la radio.

Le téléphone est dominant en septembre 1939 à une époque où on envisage une guerre statique ou du moins une guerre planifiée avec une progression lente et méthodique permettant d’installer un réseau téléphonique dense et complet.

Le choix assumé et revendiqué de la guerre de mouvement entraine un «déclin» du téléphone au profit de la radio bien plus adaptée à la guerre de mouvement défendue par le général Villeneuve.

Téléphones

On trouve plusieurs modèles, la plupart hérité du premier conflit mondial comme le modèle 1909 modifié 15 de 8kg (bien qu’utilisé uniquement pour l’instruction), le modèle 1916 dérivé du précédent de 7.5kg et le téléphone modèle 1927 qui n’est qu’une amélioration du modèle précédent pour un poids de 8kg.On trouve même des téléphones américains EE-5 reconditionnés pour s’adapter aux besoins français.

De nouveaux modèles apparaissent dans les années trente comme le téléphone modèle 1932, sa version de table appelée modèle 1936 et une version plus adaptée au service en campagne du TM32 en l’occurence le modèle 1939.

On trouve également des centraux téléphoniques de plusieurs modèles comme les tableaux routin, les centraux modèle 1918 plus destiné à l’artillerie, les centraux TM 32 liés aux téléphones du même modèle et l’appareil télégraphique ou parleur type TM 1932.

Bien que destiné à l’arrière, on trouve des appareils de télégraphie destinés à opérer à l’avant comme le Fullerphone.

Pour construire des lignes, on trouve du matériel spécialement destiné à leur construction comme des câbles (seul le modèle léger est disponible) déroulé avec l’aide d’une brouette dérouleuse modèle 1911. On trouve aussi des dérouleurs de 3.2kg permettant à un homme de dérouler le câble seul ou presque.

Les ouvriers monteurs disposent d’un sac d’ouvrier ou sac de monteur, un sac en cuir muni d’une ceinture avec une grande poche pour les outils et une petite pour les menus objets.

Il contient un marteau à panne tendue, un couteau de poche, une pince universelle, un tournevis, 200 grammes de ruban goudronné, 25 poulies de bois, 250 grammes de pointes, 200 grammes de fil de fer 7/10 et 50 grammes de cordelette goudronnée. La mise en place des câbles est assurée par une lance à fourche de 4m en fer ou en bois.

 

Appareils de signalisation optique

On trouve trois modèles de ces appareils destinés à communiquer en Morse par signaux optiques en l’occurence l’appareil de signalisation optique de 10 type BA (British Army) pesant de 12.9kg avec une portée de 3km de jour et 10km de nuit, un appareil de télégraphie optique de 10 modèle 1908 pesant 22.5kg (trépied compris) avec une portée de 8 à 10km de jour et 10 à 15km de nuit et un appareil optique de 10 modèle 1928 ou 1929 pesant 10.4kg.

On trouve également un héliographe de campagne modèle 1909 pour transmettre par la lumière solaire des messages en morse, des panneaux de signalisation (jalonnement, identification et signalisation), des artifices et des pistolet lance-fusées.

Appareils radioélectriques

On trouve de nombreux postes radios de modèle différents adaptés à différents rôles et différents niveaux hiérarchiques. Un temps, la radio est vu avec suspicion en raison des risques d’écoute par l’ennemi mais la guerre de mouvement impose la généralisation de la radio qui va éclipser le téléphone relégué au second plan.

Tous les matériels en service courant en septembre 1925 sont issus du «programme Ferrié» de 1925.

-Le poste R 11 est un poste récepteur qui sert à l’écoute de l’avion d’accompagnement de l’infanterie ou de l’avion de contrôle de tir pour l’artillerie. Il peut aussi écouter les réseaux ER 17 et ER 12. Sa portée est de 6km mais elle peut être portée à 30km avec l’antenne ER 17 et 60km avec l’antenne V.
Il est servit par un gradé et deux hommes.

-Le poste ER 12 modèle 1934 en graphie sert à la constitution des réseaux de commandement au niveau divisionnaire. Il est également utilisé par l’infanterie de montagne et de forteresse ainsi que l’artillerie (montagne, forteresse et lourde). Sa portée est de 20 km et il est servit par un gradé et trois hommes.

-Le poste ER 17 en graphie sert à la constitution des réseaux de commandement des régiments d’infanterie (liaison PC-bataillons), d’artillerie divisionnaire (liaison groupes_observatoires_PC de RI). Sa portée est de 15km, est servi par quatre hommes et il existe en un modèle 1931 et un modèle 1933.

-Le poste ER 22 modèle 1934 sert à la liaison groupes_observatoires dans l’artillerie. Utilisé en poste à poste, il peut le cas échéant rentrer dans un réseau. Sa portée est de 10km tant en graphie et en phonie. Il est servi par quatre hommes.

-Le poste ER 40 sert pour les liaisons internes des bataillons d’infanterie et de dragons portés ainsi que les régiments de cavalerie pour le combat à pied. Fonctionnant en phonie, il à une portée moyenne de 1200m. Il est servit par deux transmetteurs et existe en deux variantes, le modèle 1935 et le modèle 1936.

-Le poste ER 40A modèle 1937 sert à la liaison autogire ou ballon avec l’artillerie au sol mais aussi liaisons internes des groupes d’artillerie. Fonctionnant en phonie, il à une portée moyenne de 10km en vue directe. Il est servit par deux hommes.

Pour l’alimentation, on trouve trois grands types de piles : piles liquides type Leclanché utilisées en poste fixe, les piles liquides immobilisé et les piles sèches classiques.

Pour le transport des appareils radios, les radio-télégraphistes utilisent une version adaptée du havresac modèle 1893.

Protection contre les gaz de combat

L’apparition des gaz de combat à Ypres en 1915 à marqué un tournant du premier conflit mondial, rajoutant de l’horreur à l’horreur. Les deux camps vont l’utiliser durant la première guerre mondiale mais le conflit terminé, la France prend l’engagement de ne pas utiliser en premier ce type d’arme.

Néanmoins comme son utilisation est possible, il faut prévoir des équipements de protection regroupé sous le terme générique de «matériel Z».

Au niveau du bataillon, on trouve un officier Z, une équipe de désinfection de quatre hommes, deux ou trois éclaireurs Z par compagnies, chargés notamment de la détection olfactive et seize infirmiers et brancardiers employés comme sauveteurs.

Au niveau du matériel, on trouve cinq pulvérisateurs Vermoral (un par compagnie et un pour l’état-major de bataillon), trois appareils isolants ILD (deux par compagnie d’accompagnement et un pour l’état-major du bataillon), soixante collections d’effets de protection, un détecteur LD et une réserve de masques individuels (4% de l’effectif) et des masques pour chevaux.

On trouve un détecteur de CO modèle 1936 qui met en évidence la présence de monoxyde de carbone en faisant passer l’air dans un tube réactif qui change de couleur. Il est utilisé par les véhicules blindés et les ouvrages de la ligne Maginot.

Le détecteur LD permet lui aussi la détection de monoxyde de carbone à l’aide d’un papier réactif alors que pour la détection des gaz de combat, on utilise une boite d’odorides Z et un laboratoire portatif. L’alerte est donnée par des sirènes Strombos assurant les alertes aux gaz, fonctionnant à l’aide de bouteilles d’air comprimé et est audible jusqu’à 1600m

Le premier moyen de protection c’est le masque à gaz. Le principal modèle utilisé est le masque à gaz ANP 31 mais il existe également d’autres modèles, le T36 et le C38. Les masques à gaz sont transportés dans un sac en forte toile de couleur réséda qui vire rapidement au jaune. Une version améliorée apparaît en 1937.

On trouve également des récipients filtrants, un modèle pouvant filtrer les gaz de combat et un autre servant à filtrer le monoxyde de carbone notamment dans les espaces confinés. On trouve des bidons ovales modèle 1932 et 1938, des cartouches modèle 1935 et 1939. On trouve également un tube d’onguent contre les vésicants.

La protection contre le monoxyde de carbone est assuré par le bidon polyvalent CO modèle 1933 et par son successeur, le bidon polyvalent CO modèle 1939.

Bidon et cartouches ne sont utilisables que pour des concentrations inférieures ou égales à 3%. Au delà, l’emploi d’un appareil isolant est nécessaire.

En terme d’appareils isolants, on trouve l’appareil isolant MC 39, le système le plus courant en septembre 1939. Il existe d’autres modèles comme l’appareil isolant longue durée Draeger, l’appareil isolant Fenzy GM, le Fenzy modèle 1936, l’appareil isolant courte durée Fenzy PM et le Granger petit modèle destiné notamment à l’évacuation des ouvrages de la ligne Maginot.
On trouve aussi des effets de protection sommaire comme les pèlerines papiers (d’abord transportées dans le sac du masque à gaz puis en parc d’artillerie) et des lunettes, ces deux éléments étant destinés à protéger le personnel au sol des gaz vésicants dispersés par voie aérienne.

On trouve également des tenues complètes, la collection H-27, la collection C-36 et la collection C-39.

On trouve également des masques pour animaux, Decaux pour les chevaux et Lormand pour les chiens.

La désinfection et décontamination est assurée par des pulvérisateurs issus du commerce comme le Fly-Tox et le Vermorel. On asperge des produits spéciaux pour neutraliser les produits épandus.

Le matériel de santé

Brancardage des blessés

-Le Brancard à compas modèle 1892 est le brancard standard en service en septembre 1939. On en trouve dix par bataillon et douze au niveau de la compagnie hors-rang. Il existe une variante à hampes pliantes pour troupes de montagne, permettant au brancard de se plier en deux pour faciliter son transport sur bât de mulet. On en trouve deux par compagnies.

-On trouve également une chaise dorsale, un support de brancard Dujardin, Beaumetz et Strauss pour mettre le brancard à la hauteur du médecin à l’aide de montants en X réunis par une tige métallique, deux arcs boutant évitant toute oscillation du système.

-Pour évacuer les blessés en montagne, on trouve les traineaux Pourchier (du nom de leur inventeur, le capitaine Pourchier commandant de l’Ecole de haute montagne)

-Chaque homme possède sur lui un paquet individuel de pansement permettant de panser une plaie en attendant que les secours arrivent.

-Les infirmiers et les brancardiers disposent d’une musette à pansement (une pour quatre hommes) fabriquée en forte toile imperméable doublée de fine toile écrit avec une bandoulière en cuir. On trouve deux garrots hémostatiques en caoutchoucs, six lacs en croisé de coton avec boucle, huit pansements type C, dix pansements individuels et une notice de composition.

-Le sac d’ambulance est destiné à l’infanterie et à l’artillerie, on en trouve un par bataillon ou par groupe (un par compagnie pour troupes alpines). Ce gros havresac en toile comporte une armature compartimentée fermant par un couvercle métallique. Il contient les principaux produits nécessaires au pansement. La cavalerie n’est pas oubliée, disposant de sacoches ambulances à raison d’une paire pour deux escadrons réunis ou une paire pour un escadron isolé.

-La musette de premiers secours Z est destiné comme son nom l’indique à apporté les premiers secours après une attaque au gaz. Il comprend de l’éther, un mélange anti-irritant, pommade contre les brûlures des vésicants, permanganate de potassium, le tout rangés dans une caissette en bois.

-Le matériel des postes de secours est transporté dans des paniers en osier. Les paniers n°1 transportent des médicaments, les paniers n°2 est destiné aux opérations et les paniers n°3 les pansements.
-On trouve également au sein des unités de santé des brassards (dont certains confèrent la neutralité à leur porteur), des couvre-casque, une pochette-fiche d’évacuation, une fiche médicale de l’avant, et des fanions de 50x65cm pour les véhicules et les postes de secours.

Au sein du régiment d’infanterie, le service de santé est représenté au niveau de l’état-major par un médecin capitaine, un pharmacien et un dentiste.

Au niveau de la compagnie hors-rang, on trouve cinq infirmiers, trente-deux brancardiers (qui ne sont autres que les musiciens en temps de paix), deux conducteurs et un cycliste.

Au niveau du bataillon, nous trouvons un médecin lieutenant, quatre infirmiers et dix sept brancardiers.

22-Armée de terre : armement et matériel (59)

Coiffures

Les képis

Le képi est la coiffure militaire traditionnelle française apparue au milieu du 19ème siècle. Il succède au shako conservé uniquement par les cyrards (Saint-Cyr) et la Garde Républicaine.

Théoriquement, le képi n’est porté à la mobilisation que par les officiers et adjudants en tenue de jour et éventuellement par certains sous-officiers de réserve. Le règlement prévoit que les hommes de troupes le laissent à la caserne mais bien entendu, il y à souvent une différence entre la théorie et la pratique.

L’introduction de la tenue modèle 1943 entraine un recul très net de la place du képi. Si tous les corps de troupes ne reçoivent pas la tenue type 1943 stricto sensu, tous reçoivent le béret qui remplace le bonnet de police et le képi sauf pour la grande tenue notamment des officiers.

On trouve plusieurs modèles de képi, le modèle 1919 pour officiers et adjudants, le modèle 1920 pour les sous-officiers, le modèle 1926, le modèle 1933 pour les troupes coloniales et le modèle 1935, dernier modèle de képi avoir été mis en service dans l’armée française.

Le béret

Quand éclate la guerre de Pologne, seuls les chasseurs à pied, les chasseurs alpins, les troupes de forteresse et les chars de combat portent le béret.

Il s’agit soit de modèles officiels dument approuvés ou de bérets achetés dans le commerce, les officiers pouvant s’équiper à leurs frais sans parler que les besoins de la mobilisation entrainèrent des achats massifs dans le commerce.

En 1941, dans le but de moderniser la silhouette du soldat français, le général Villeneuve décide de remplacer le képi (sauf exceptions) et le bonnet de police (appelé aussi calot) par le béret.

Restait à choisir le modèle : la tarte des chasseurs alpins ou celui plus petit des chars de combat. Le deuxième type béret fût choisit avec un code couleur propre à chaque arme. A noter que les tirailleurs et les zouaves conservèrent la chéchia.

L’infanterie reçut un béret garance sauf les chasseurs à pied, les chasseurs alpins et l’infanterie de montagne qui conservèrent leur béret bleu, les troupes de forteresse conservèrent leur béret kaki tout comme les chars de combat leur béret noir qui devint la marque distinctive de tous les cavaliers y compris des spahis.

La Légion Etrangère reçut un béret vert aussi bien pour ses fantassins et ses cavaliers. Ce dernier mis du temps à convaincre des légionnaires attachés au képi blanc entouré d’une grande aura car désignant les vétérans des combats en Afrique.

Les artilleurs quelques soient leur arme reçurent un béret écarlate, les unités du génie un béret gris foncé, le train un béret amarante, les unités de santé un béret couleur sable et les unités assimilées à la logistique, un béret violet.

Ces béret faits en laine avait un diamètre de 26cm et disposaient sur le devant d’un attribut propre au corps, attribut déjà mentionné plus haut qu’il s’agisse de la grenade pour l’infanterie et la cavalerie, le corps de chasse pour les unités alpines………. .
Il pouvait recevoir un manchon blanc pour le combat en milieu froid et entre 1946 et 1948, on expérimenta des manchons camouflés sans succès. Quand le combattant portait le casque, il était porté sur l’épaule gauche à l’aide d’un passement qui le maintenait solidement attaché.

Bonnet de police

Le bonnet de police appelé également calot était la coiffure standard de la majorité des corps de troupes en 1939 quand il n’avaient ni béret ou chéchia. Plusieurs modèles cohabitaient, le modèle 1918 était le plus répandu mais il cohabitait avec des modèles fantaisie ou issu du commerce.

Bien qu’il ait été remplacé à partir de 1943 par le béret, le bonnet de police était encore présent en septembre 1948 essentiellement dans les unités de la mobilisation en attendant que suffisamment de bérets de couleur soit disponibles pour équiper tout le monde.

Comme pour le béret, quand le combattant portait le casque, il était porté sur l’épaule gauche à l’aide d’un passement qui le maintenait solidement attaché.

Chéchias

C’est la coiffure caractéristique des Troupes d’Afrique équipant les zouaves, les tirailleurs, l’artillerie et les chasseurs d’Afrique, les spahis. Les zouaves, les tirailleurs et les chasseurs d’Afrique conservèrent la chéchia, l’artillerie d’Afrique recevant le béret standard de l’artillerie et les spahis le béret noir de la cavalerie.

De couleur rouge (ou approchant), avec des bandes noires pour les chasseurs d’Afrique, il était recouvert d’un manchon kaki en campagne.

Casques

Casques standards

Casque modèle 1926 en teinte chocolat destiné aux Troupes d'Afrique

Casque modèle 1926 en teinte chocolat destiné aux Troupes d’Afrique

Entrée en guerre sans casque, l’armée française dote rapidement ses unités d’un casque en acier pour protéger ses soldats des balles ennemies ainsi que l’écroulement des abris soumis à l’impact de l’artillerie lourde ennemie.

Inventé par le général Louis Adrian (1859-1933) qui s’inspira de la bourguignote du Moyen-Age, le casque modèle 1915 couleur bleu horizon allait faire rentrer le poilu dans la légende. Il était réalisé en quatre parties : la bombe, le cimier, la visière et le couvre nuque. La mise en service de ce casque en septembre 1915 réduisit le taux de blessure à la tête de 72 à 22%.

L’intérieur est composé d’une doublure en feutre ou en drap usagé qui rend son port plus confortable, la doublure était fixé au casque par quatre pattes doublé d’aluminium. La jugulaire est en cuir très fin.

Outre le bleu horizon, des casques couleur kaki ou moutarde furent fabriqués pour équiper l’Armée d’Orient qui allait s’illustrer aux Dardanelles, à Galipoli et surtout dans les Balkans contre les bulgares et les allemands.

Des stocks importants explique qu’à la mobilisation de septembre 1939, une grande quantité de casques modèle 1915 furent sortis de leurs stocks, peints d’une couche de peinture kaki et distribués aux mobilisés.

Un nouveau modèle est testé en 1923. Il se compose de deux sous-ensembles : un ensemble bombe/visière/couvre nuque en acier au manganèse et un cimier en aluminium, le reste restant inchangé, la jugulaire était néanmoins confectionnée en cuir havane.

Peint en bleu clair, il reçoit une couleur kaki quand cette dernière couleur devient celle standard de l’armée de terre (1935) et était encore en service en septembre 1939 bien qu’il n’ait jamais reçu de dénomination officielle.

Il ouvre la voie au modèle au modèle 1926, identique au modèle que nous venons de voir avec néanmoins un nouveau modèle de fixation, une forte jugulaire en cuir fauve amovible (bouton double en laiton ou système à vis) et une coiffe en mouton glacé noir avec un épais bandeau de feutre.

Bien qu’adopté en 1926, il n’est officiellement distribué qu’à la fin de 1935 peint en kaki. C’était le casque standard, repris par la tenue modèle 1943 bien qu’amélioré en permanence jusqu’en 1948, les derniers casques sortis avant guerre étaient assez différents des premiers sortis au point qu’on envisagea une nouvelle dénomination.

Un couvre casque de couleur blanche ou kaki existaient tout comme une version en filet pour permettre de fixer un camouflage naturel. Des couvre-casques camouflés existaient en petit nombre en septembre 1948. A noter que certaines unités d’Afrique utilisaient la chèche comme couvre casque.

Casques spéciaux

Casque pour troupes motorisées

L’apparition des chars de combat entraina de nouvelles servitudes pour les fournisseurs de casques qui devaient fournir des casques adaptés au service dans les engins blindés notamment les chars légers Renault FT.

Le temps de guerre impose des solutions d’urgence et le premier casque destiné aux troupes motorisées est une adaptation du casque Adrian modèle 1915, un casque Adrian dont en atelier on à remplacé la visière par un bandeau de cuir. Utilisé durant le premier conflit mondial, il est officialisé en 1919, devenant donc le modèle 1919.

A ce casque bleu clair succède un autre casque bleu clair, une adaptation du casque expérimental apparu en 1923. Enfin, on trouve une adaptation du modèle 1926 qui allait devenir le casque standard.

Casque modèle 1935 destiné aux troupes motorisées

Casque modèle 1935 destiné aux troupes motorisées

Le premier casque conçu spécifiquement pour les troupes motorisées est le casque pour troupes motorisées modèle 1935. la bombe est toujours emboutie en une seule pièce, un épais bandeau frontal en cuir rembourré, une coiffe munie de bavolets et fermant par une boucle à ardillon, les motocyclistes y ajoutant un disque amortisseur, le bandeau et la coiffe étant normalement en cuir couleur havane.

Deux versions dérivées sont sorties ensuite, le casque modèle 1935/37 et le casque modèle 1935/40, ce dernier recevant des anneaux pour couvre casque pour permettre une utilisation plus générale du casque.

Ce casque est utilisé par les équipages de blindés, les motocyclistes puis les dragons et les chasseurs portés. Il va également être utilisé par les servants des canons antichars.
Autres casques spéciaux

Casque modèle 1936 destiné aux servants de DCA

Casque modèle 1936 destiné aux servants de DCA

On trouve également un casque adapté pour les opérateurs radios de blindés en l’occurence une adaptation du casque de motocycliste de gendarmerie et le casque modèle 1936 destiné au personnel de DCA, une adaptation du casque modèle 1935.

Attributs de casque

Les attributs de casque sont définis pour leur immense majorité au moment de la mise au point du casque modèle 1915. Le 12 janvier 1937, des modèles plus petits reprenant le même graphisme mais sur une plaque circulaire en tôle de 50mm de diamètre. Il va remplacer peu à peu les modèles d’origine.

La grenade à flammes frappée des lettres R.F est l’attribut de l’infanterie (à l’exception des chasseurs), de la cavalerie (sauf spahis), le train, la Légion Etrangère, secrétaires d’état-major, section de commis et ouvriers militaires d’administrations, interprètes militaires, trésorerie aux armées, poste aux armées et service géographique.

Le cor de chasse frappé des lettres R.F est l’attribut des chasseurs à pied, des chasseurs alpins et de l’infanterie légère d’Afrique. Le croissant _toujours frappé des lettres R.F_ est l’attribut des zouaves, des tirailleurs nord-africains, des spahis et des compagnies sahariennes.

L’infanterie coloniale disposait à l’origine de la grenade à flammes montée sur un ancre mais en 1929, un insigne commun à toute la coloniale voit le jour en l’occurence l’ancre de marine. L’artillerie reçoit elle comme attribut deux canons croisés frappés de la grenade à flammes.

Le génie, les sapeurs forestiers, le service militaire des chemins de fer, les sections de chemin de fer de campagne et le service de télégraphie militaire reçoivent comme attribut une cuirasse frappée des lettres R et F surmontée d’un casque antique.

Les chars de combat ont pour attribut deux canons croisés frappés d’un heaume médiévale, les lettres R et F se trouvant entre les deux angles latéraux formés par les deux canons. A partir de 1937, les unités d’automitrailleuses portent comme attribut le visage de Minerve surmontant les lettres R et F.

Le service de santé et les sections d’infirmiers militaires ont pour insigne la caducée entourée de feuilles de lauriers avec les lettes R et F.

Le corps des officiers de l’Intendance Militaire portent comme attribut un faisceau de licteur frappé de deux haches et encadré par une couronne de laurier.

A partir de 1937 (mais en réalité seulement au milieu des années quarante), de nouveaux insignes voient le jour comme celui de la justice militaire (faisceau et drapeaux) , le corps des vétérinaires militaires (faisceaux, drapeaux et palmes), le corps des officiers d’administration (grenades et palmes), le service des poudres (faisceau de flammes et foudres) et l’Ecole Militaire Spéciale de Saint Cyr qui dispose de la grenade et d’une banderole «ECOLE SPECIALE MILITAIRE».

22-Armée de terre : armement et matériel (55)

Particularités propres à chaque arme (2) : cavalerie

Les cavaliers des régiments et escadrons de la cavalerie métropolitaine demeurés à cheval (cuirassiers, dragons, chasseurs, hussards,GRCA et GRDI) sont habillés en hommes montés.

Ils portent en campagne le casque standard et au cantonnement le bonnet de police. Suite à la motorisation des unités de cavalerie métropolitaines et la fusion «chars de l’infanterie» et «cavalerie» au sein de l’arme blindée-cavalerie, tous les cavaliers reçoivent le béret noir.

Ils combattent en manteau ou en vareuse, portant la culotte d’un homme monté, des jambières d’homme monté et d’éperons.

Les spahis ont des équipements particuliers propres à leur arme avec une chechia cramoisie pour les européens et une coiffure arabe avec chèche kaki clair pour les indigènes; une gandoura souvent portée par dessus le manteau, un burnous de drap garance (spahis algériens) ou bleu foncé (spahis marocains) et un équipement particulier de type saharien.

Les dragons portés (puis également les chasseurs portés) portent le casque du modèle général puis le casque modèle 1935/40 des troupes motorisées, des lunettes pour troupes motorisées, un chèche, un manteau en capuchon et un tour de cou.

Le reste de la tenue est semblable à ceux des cavaliers avec la vareuse, le pantalon droit, les jambières et les chaussures montantes.

Les dragons et les chasseurs portés sont les premiers à recevoir la tenue modèle 1943 décrite plus haut.

Particularités propres à chaque arme (3) : artillerie

Les artilleurs sont habillés en hommes montés ou en hommes non montés, la première catégorie correspondant à l’artillerie motorisée, à l’artillerie antichar et antiaérienne, la seconde catégorie correspondant à l’artillerie hippomobile.

En ce qui concerne le couvre-chef, dans le cantonnement, ils portent le bonnet de police, la chechia pour l’artillerie d’Afrique ou encore le béret pour l’artillerie de forteresse. Ultérieurement, le béret va peu à peu remplacer le bonnet de police et la chéchia de l’artillerie d’Afrique.

En ce qui concerne le casque, les artilleurs portent le casque standard sauf les artilleurs antichars qui portent le casque des troupes motorisées (modèle 1935) et les artilleurs antiaériens qui portent un casque spécifique, le modèle 1936.

En ce qui concerne l’équipement, les artilleurs ont longtemps utilisé des équipements anciens qu’il s’agisse d’un ceinturon modèle 1903/14 ou du bidon à deux litres modèle 1877, l’élément le plus moderne étant le masque à gaz ANP 31. Ils portent le havresac modèle 1893 ou portent le sac à paquetage modèle 1935.

Comme toutes les armes, les artilleurs vont moderniser très progressivement leur équipement. Les artilleurs des Divisions Cuirassés et des Divisions Légères Mécaniques (groupes de canons d’assaut, régiment d’artillerie tractée tout terrain et régiments d’artillerie autoportée, unités antichars et antiaériennes) recevant une tenue modèle 1943 adaptée, les autres régiments d’artillerie conservant la tenue dont ils disposaient en 1939-40 avec des améliorations progressives et a minima.

Particularités propres à chaque arme (4) : sapeur

Comme les artilleurs, ils sont montés en hommes montés ou en hommes non-montés. Ils ne disposent pas de particularités particulières au niveau de l’habillement.

En ce qui concerne le couvre-chef, ils portent le bonnet de police dans toutes les unités sauf dans les unités du génie de forteresse qui portent le béret, une généralisation d’une pratique non officielle mais tolérée jusque là.

En ce qui concerne l’équipement, il est semblable à celui des artilleurs. Les sapeurs des DC et des DLM vont recevoir une tenue modèle 1943 adaptée à leurs besoins particuliers.

Particularités propres à chaque arme (5) : le train

Les tringlots (appelés officiellement conducteurs et ce quelque soit leur fonction au sein de cette arme de l’ombre) sont habillés en hommes non montés dans les unités motorisées et en hommes montés dans les unités hippomobiles.

Ils portent une salopette modèle 1935 en toile kaki, une chemise kaki, une vareuse, un manteau, une chèche, un casque modèle 1926 et des lunettes.

Son équipement est des plus réduits avec un ceinturon, une ou deux cartouchières (chargeurs de PA et de PM), deux étuis musette, un masque à gaz, un bidon de deux litres et un sac en toile.

Particularités propres à chaque arme (6) : troupes motorisées

Les personnels des chars de combat (qui en 1939, appartiennent à l’infanterie) ainsi que les personnels des automitrailleuses portent la salopette de toilette modèle 1935, un veston en cuir modèle 1935, un petit béret noir _ultérieurement généralisé à toute l’Arme Blindée Cavalerie_, un casque modèle 1935, des gants, un tour de cou, une chèche.

Au cantonnement, ils portent le pantalon-culotte modèle 1922 ou le pantalon toutes armes modèle 1918 avec des molletières puis des jambières, la vareuse. Ils disposent également de deux bleus de travail.

Au niveau de l’équipement, on trouve un ceinturon avec une ou deux cartouchières pour PA et PM, ils portent également un poignard, un masque à gaz. Le havresac modèle 1893 ou le sac à paquetage modèle 1935, les étuis-musette modèle 1861 et le bidon de deux litres modèle 1877 ne sont pas embarqués dans le char ou le véhicule blindé.

Les motocyclistes et équipages de side-cars portent une chemise kaki, une salopette imperméabilisée modèle 1938, un paletot imperméabilisé modèle 1938 ou un veston de cuir modèle 1938 (motocyclistes des unités de chars), un manteau à capuchon (passager du side-car), des jambières de cuir pour les motocyclistes des unités de cavalerie.

Ils portent également le casque des troupes motorisées modèle 1935 et les effets correspondant à leur corps : manteau ou capote, béret, chéchia ou bonnet de police. N’oublions pas également le tour de cou, la chèche et le bleu de travail.

Devant la masse de motocyclistes à équiper à la mobilisation, beaucoup de motocyclistes mobilisés recevront la collection modèle 1935 voir même pour certains des vestons de cuir noir modèle 1920.

En ce qui concerne l’équipement des motocyclistes, on trouve un ceinturon, une ou deux cartouchières, un sac à paquetage modèle 1935, deux étuis-musette, un bidon de deux litres et un masque à gaz ANP 31. Cet équipement évolue assez peu jusqu’en 1948.

Les tenues des sous-officiers

Les adjudants-chefs et les adjudants portent le même équipement que les officiers sauf la culotte qui est kaki avec un passepoil kaki foncé.

Les sergents-chefs et les sergents portent la même tenue de campagne que la troupe ainsi que les mêmes effets.