Le Conflit (35) Europe Occidentale (1)

UNE AUTRE SECONDE GUERRE MONDIALE
TOME 13 : EUROPE OCCIDENTALE ET BALKANS

TOME 13 VOLUME 2 : ET L’EUROPE OCCIDENTALE S’EMBRASA

En guise d’avant-propos une explication méthodologique

En ce 15 mars 2022 je commence le volume 2 de ce Tome 13, le volume consacré au front occidental à savoir les combats ayant eu lieu sur le front nord-est en France, en Belgique, aux Pays-Bas et donc en Allemagne. Il sera ensuite temps de parler des Balkans dans un Tome 13 Volume 3.

En revanche les combats concernant l’Italie seront traités dans le volume 14 consacré à la guerre en Méditerranée.

Comme je l’ai dit dans l’introduction méthodologique du volume précédent j’ai hésité sur l’élément déclencheur de ma seconde guerre mondiale uchronique.

Un temps j’ai pensé à une offensive brutale à l’ouest mais cette frappe du fort au fort ne me paraissait pas crédible. J’ai donc choisit une offensive périphérique en Norvège et au Danemark.

Avec la dégradation des conditions météorologiques, une offensive à l’hiver 1948/49 était illusoire car cela privait les allemands de leur aviation, un atout capital dans le jeu teuton.

Au printemps 1949 l’offensive devient possible et comme un clin d’oeil de l’histoire j’ai décidé de lancer l’offensive allemande le 10 mai 1949.

Cette offensive va se passer naturellement différemment à la fois parce que j’ai décidé que les allemands conserveraient grosso modo le plan d’origine (pour faire simple une nouvelle version du plan Schlieffen de 1914) mais aussi parce que la résistance va être bien plus forte qu’historiquement.

Cela s’explique par des armées françaises, britanniques, belges et néerlandaises plus modernes, mieux entrainées et plus motivées. La personnalité du général Villeneuve va également jouer puisqu’elle est diamétralement opposée à celle du général Gamelin.

Relève dans un ouvrage de la Ligne Maginot. Les « Preux du Béton » justifièrent amplement le lourd investissement consenti dans les années vingt.

Les combats sont violents, la ligne Maginot est certes percée ultérieurement mais les allemands ont payé un tel prix que la «Muraille de France» est dans la mémoire de mon uchronie célébrée et non raillée comme dans notre histoire.

Somua S-40. Si le S-35 n’était plus en service en 1948 en Europe, son descendant le S-40 fit le coup de feu contre les allemands.

Combattant pied à pied les alliés profitent des différents fleuves et rivières pour freiner les Panzerdivision (qui doivent également affronter les Divisions Cuirassées, les Divisions Légères Mécaniques, les unités motomécaniques britanniques) et se réorganiser derrière des coupures humides.

Un temps j’ai pensé que les alliés auraient pu stopper les allemands sur la Somme comme il l’ont fait en 1914 sur la Marne mais cela ne me paraissait pas crédible. Un temps j’ai pensé stopper les allemands sur la Loire mais cela voudrait dire la prise de villes comme Paris, comme Nantes…… .

J’ai donc choisit une solution médiane à savoir un front qui se gèle en octobre 1949 sur La Seine avec des villes absolument ravagées comme Le Havre et Rouen.

Le Havre septembre 1949 année zéro.

En revanche j’ai décidé de ma propre autorité que Paris resterait sous contrôle français comme une sorte de poche, d’hernie sur le front.

Il y avait plusieurs raisons à cela : refus de voir la svastika flotter sur Paris, crainte de certains officiers allemands de détruire des monuments qu’ils admiraient secrètement et plus prosaïquement la mauvaise expérience d’une terrifiante guerre urbaine, une Ratkrieg (guerre des rats) au Havre.

Carte du front français à la fin de l’année 1949.

Quand le front est gelé sur La Seine la question n’est pas de savoir si les alliés vont repasser à l’attaque mais quand. Pour moi une offensive rapide dès le printemps 1950 était impossible car il fallait réorganiser, réentraîner et rééquiper les unités françaises, britanniques, belges, néerlandaises, canadiennes en attendant l’arrivée espérée des américains.

Il faut également relancer l’économie (j’ai imaginé une solution à la soviétique avec le repli au sud de la Loire ou sur la Loire des principales usines de la défense nationale sachant que durant la Pax Armada le gouvernement français à encouragé l’industrialisation du sud-est et sud-ouest, craignant d’avantage la Luftwaffe que la Regia Aeronautica).

On peut imaginer un mauvais temps à l’automne 1950 et comme une offensive en plein hiver est impossible, il reste le printemps et l’été 1951 si possible quand les allemands regardaient ailleurs.

J’ai choisit volontairement un calendrier pessimiste en fixant la contre-offensive générale à juin 1951 (opération AVALANCHE) au moment où les allemands ont lancé une offensive majeure à l’est l’opération FRIEDRICH l’équivalent uchronique de Fall Blau (Plan Bleu). Au hasard j’ai choisit le 18 juin ayant oublié qu’il s’agissait du jour de la bataille de Waterloo (que j’aurais du connaître moi grand admirateur de la geste napoléonienne).

Les combats vont être violents car les allemands ont transformé la France occupée en véritable Festung avec une succession de lignes fortifiées pour dégager des forces mobiles capables d’écraser les alliés et de leur passer l’envie d’attaquer au moins le temps de «régler le problème soviétique».

Pour la suite des combats ils vont être semblables à ceux de la Campagne d’Allemagne historique car comme dans la seconde guerre mondiale uchronique les alliés qui ont retenu la leçon du premier conflit mondial sont bien décidés à pénétrer sur le territoire allemand pour éviter l’épisode 2 de la Dolchlosslegend, la légende du coup de poignard dans le dos (une armée invaincue trahie par l’arrière, légende qui à fait le lit du nazisme).

Caricature antisémite illustrant la légende du coup de poignard dans le dos (Dolchlosslegend)

C’est là que les choses changent par rapport à historiquement. A la différence de la seconde guerre mondiale telle que nous l’avons connue, les alliés vont s’emparer de Berlin et serrer la main aux soviétiques sur l’Oder et la Neisse, la future frontière germano-polonaise pardon la future frontière entre la Pologne et les Nouveaux Pays Allemands.

Les Nouveaux Pays Allemands késako ? En s’inspirant du plan Morgenthau et en réalisant ce que les français n’avaient pu faire en 1919 l’Allemagne est démantelée en plusieurs états occupés par les alliés occidentaux (Confédération du Rhin, Hanovre, Bavière, Saxe, Prusse).

Cette division est une concession aux soviétiques qui n’avaient pu obtenir une zone d’occupation en Allemagne même si la mise en coupe réglée d’une partie de l’Europe de l’Est était plus qu’une concession.

Dans ce volume 2 je vais d’abord parler de l’offensive allemande du printemps 1949 (Fall Gelb/Plan Jaune), des violents combats jusqu’en octobre 1949 avec notamment l’échec de l’opération HUBERTUS lancée le 17 octobre, cet échec étant considéré comme la fin de la Campagne de France (1949)

C’est ensuite une période de glaciation (octobre 1949-juin 1951) avec un front gélé mais pas congelé sur La Seine et dans le Morvan. Des combats locaux ont lieu avec rectifications de front, des duels d’artillerie (artillerie lourde et même artillerie sur voie ferrée !), des combats aériens et même des opérations commandos pour infiltrer des agents ou exfiltrer des personnes importantes voir des soldats isolés par les combats de 1949.

Les allemands lancent une offensive majeure le 4 mai 1950, l’opération NIBELUNGEN dont l’objectif était d’atteindre visiblement le Cotentin pour couper la Grande-Bretagne du continent puis de créer une base d’attaque pour la suite des opérations. Quelques têtes de pont sont conquises sur la rive sud de la Seine mais elles sont vites nettoyées par des contre-attaques alliées.

Dans cette partie je parlerai également des différentes hypothèses de travail pour reprendre l’offensive avant que la solution la plus logique (ou pas) à savoir franchir La Seine de vive force soit sélectionnée.

Le 18 juin 1951 les alliés vont déclencher l’opération AVALANCHE, le franchissement de La Seine une véritable opération amphibie avec bombardements aériens, préparation d’artillerie digne de la première guerre mondiale (encore qu’on préfère désormais le ciblage au matraquage ou des tactiques sophistiquées de barrage roulant voir ensuite de double ou triple barrage roulant) et franchissement sous le feu de l’ennemi.

C’est ensuite l’exploitation, de violents combats dignes de la première guerre mondiale martyrisant des territoires qui y avait échappé en 14/18 et d’autres qui avaient déjà connu de terribles batailles (certains monuments aux morts seront d’ailleurs victimes des combats).

Début 1953 une fois le Benelux libéré c’est l’opération ECLIPSE (7 février 1953), le franchissement de vive force du Rhin et le début de la Campagne d’Allemagne (1953/54) qui voit les troupes alliées (américains, britanniques, français, polonais, tchécoslovaques canadiens, belges, néerlandais) combattre sur le sol allemand, des combats bien plus violents qu’historiquement, aggravant encore un peu plus l’état d’un pays bombardé jour et nuit par les alliés dans l’espoir de faire craquer la population civile (divulgachage : cela n’à pas marché ce fût même le contraire).

Dans ce volume 2 je vais également aborder la Bataille de l’Atlantique, une bataille bien moins sanglante et virulente qu’historiquement car les allemands si ils peuvent s’appuyer sur les ports norvégiens ne peuvent partir des ports français pour attaquer les convois amenant en Europe troupes, véhicules, vivres, pièces détachées, munitions et carburant. De plus l’escorte est renforcée car la marine française est toujours là.

Il y aura probablement des périodes sombres en terme de tonnage mais il est probable que jamais les alliés ne se sentiront vraiment en danger face aux loups gris de l’U-Bootwaffe.

Comme vous avez pu le voir en repérant les dates, la rédaction du volume 1 sur la Norvège à pris beaucoup plus de temps que prévu. Non par manque de motivation (encore que certains jours j’avais envie de tout envoyer balader) mais parce que je devais anticiper d’autres volumes et rédiger des textes que j’aurais du anticiper avant.

Pour ce volume 2 il y aura surement des anticipations à écrire mais surement moins que pour le volume 1 j’espère donc rédiger plus vite et poster plus rapidement.

Mise à jour du 6 août 2022 : Sans surprise cette prédiction ne s’est pas réalisée. Pas étonnat que je sois si mauvais aux paris sportifs.

Sur ces mots bien entendu Bonne lecture !

Scandinavie (52) Danemark (23)

L’armée danoise et le second conflit mondial

Mobilisation et préparation

A l’été 1948 il devint évident que la guerre était proche, une question de semaines au maximum de mois. Copenhague était bien décidé à maintenir sa neutralité au point de signer un pacte avec Oslo et Stockholm pour faire de la Scandinavie une zone libre de tout conflit.

Lire la suite

Scandinavie (38) Danemark (9)

Le Danemark dans le second conflit mondial

Prémices

MASKINGEVÆR m 1929

Soldats danois en position lors de manœuvres organisées au printemps 1944

En septembre 1939, la guerre de Pologne éclate. Copenhague réaffirme aussitôt sa neutralité de crainte que l’Allemagne ne veuille s’installer au pays des Danes pour par exemple sécuriser l’accès à la Baltique et éviter ainsi une incursion navale alliée dans ce qui est considérée comme une mare germanicum.

Lire la suite

Benelux (54) Belgique (15)

1918-1948, trente ans d’évolution

Après une telle expérience, les leçons du conflit ont-elles été tirées ? Pas vraiment mais la Belgique n’est pas isolée.

L’utilisation des chars et de l’aviation qui redonne ses lettres de noblesse à la guerre de mouvement n’à visiblement pas marqué les autorités belges qui pensent la guerre défensive pré-1914 encore possible.

Lire la suite

Etats Unis (112) Armée de terre (2)

L’US Army dans le second conflit mondial (1950-1954)

Pacifique

«Japan First» tel est le slogan des américains après l’agression japonaise du 21 mars 1950. Les Etats-Unis ne vont pas pour autant négliger l’Europe comme nous le verrons.

Les premiers combats sont désastreux notamment aux Philippines. L’archipel censé tenir plus d’un an va tomber en quelques mois.

Lire la suite

Etats-Unis (39) croiseurs légers (7)

USS Tallahassee (CL-61)

USS Amsterdam 1945

-Le USS Tallahassee (CL-61) est mis sur cale aux chantiers navals William Cramp & Sons Shipbuilding Company le 12 juillet 1941 lancé le 2 mars 1943 et commissionné le 7 septembre 1944 au Philadelphia Navy Yard.

Lire la suite