Le Conflit (122) Europe Occidentale (87)

Opération AVALANCHE (18 juin 1951) : les combats

Phase 1 : franchissement et sécurisation ça cogne fort !

Préparatifs et diversion

Un mois avant le jour J, les alliés préparent vraiment l’opération AVALANCHE, les troupes commencent leurs mouvements (quasi exclusivement de nuit), les dépôts sont établis, les chemins sont préparés, la batelerie et les pontons rassemblés le plus discrètement possible en espérant que les allemands regardent ailleurs.

Les travaux sont herculéens, on ne compte plus les kilomètres de voie ferrée, de route, les ponts doublés, triplés ou renforcés, les dépôts aménagés. Les pièces d’artillerie rallient leurs positions aux côtés de pièces leurres.

Au 30 mai 1951 l’essentiel des troupes prévues pour cette opération majeure est en place. Les unités de Réserve Stratégique rallient les zones d’attente sauf celles qui sont appelées à jouer un rôle majeur dans la phase 1 de l’opération AVALANCHE.

C’est ensuite la phase de préparation avec l’engagement d’unités aériennes et d’unités d’artillerie lourde pour comme dit le général Villeneuve en privé «attendrir le fridolin».

Les premières frappes aériennes liées directement à l’opération AVALANCHE ont lieu dans la nuit du 3 au 4 juin 1951. Il s’agit d’isoler les troupes allemandes de leur hinterland.

On espère ainsi faciliter le franchissement de La Seine, la sécurisation des têtes de pont et surtout l’exploitation qui doit être menée par deux corps blindés français et un corps blindé britannique.

Sont visées les ponts, les routes, les voies de chemin de fer, les gares de triages, les gares de voyageur, les casernes….. .

Les opérations sont menées de jour et de nuit. Les résultats sont médiocres en dépit des efforts de planification et bien entendu du courage des pilotes. Il faut aussi ajouter que la Luftwaffe bien que très engagée à l’est conservait des moyens non négligeables à l’ouest ne serais-ce pour protéger le glacis qui lui même protégeait le Vaterland.

Néanmoins l’impact des attaques aériennes fait l’effet d’un acide à effet lent. Je m’explique, la destruction des infrastructures rendait difficile le ravitaillement des unités de première ligne mais aussi l’envoi rapide de renforts.

Plus que jamais la guerre moderne est une question de vitesse, plus vous allez vite et plus l’ennemi sera dans l’incapacité de rétablir un front ou du moins un dispositif cohérent.

Du 3 au 10 juin 1951, les frappes sont régulières mais leur intensité ne surprend pas les allemands qui se demandent alors si ils ne se sont pas trompés et si les alliés (les allemands ont fait prisonnier des pilotes canadiens, français et britanniques) n’ont mené qu’une opération aérienne de longue durée pour user le Heeresgruppe D en vue d’une opération qui ne serait déclenchée qu’à moyen terme.

Dès le 11 juin ils se rendent compte de leur erreur. Les opérations aériennes sont nettement plus intenses et certaines unités de bombardement venues de Grande-Bretagne abandonnent un temps la destruction de l’industrie et des villes allemandes au profit de bombardement sur le sol de France. Si on ignore la réaction des pilotes britanniques et du Commonwealth, nul doute que les pilotes français n’ont pas décollé de gaïeté de ccoeur en sachant qu’ils allaient bombarder des villes de France.

A cela s’ajoute à partir du 12 des tirs d’artillerie qui ressemblent d’abord à des tirs de réglage avant d’être des tirs nettement plus soutenus sans pour autant être aussi puissants et vigoureux qu’à l’aube d’une attaque massive.

Si dans les état-majors on se perd en conjectures, sur le front les Westkampfer («combattants de l’ouest») les plus expérimentés sont convaincus que la Grande Explication est pour bientôt.

En profitant de la grande autonomie laissée aux officiers subalternes et aux sous-officiers, l’armée allemande permet aux unités qui le souhaite de prendre des mesures de précaution comme par exemple évacuer rapidement les avant-poste sur le front pour se replier sur la deuxième ligne dans l’espoir que l’artillerie ennemie se concentre sur les AP en oubliant l’arrière.

Es-ce efficace comme tactique ? Probablement pas autant qu’espéré pour la simple et bonne raison que les alliés se sont déjà retrouvés dans la situation d’attendre l’assaut ennemi.

L’intensité des tirs d’artillerie est très variable. Tant que la préparation est limitée à quelques salves de pièces lourdes et super lourdes les allemands ne s’inquiètent pas mais quand les canons de 105 et de 155mm des corps d’armée français, les canons de 4.5 et de 5.5 pouces des corps d’armée britanniques et du Commonwealth ouvrent le feu l’inquiétude monte d’un cran.

L’inquiétude atteint un tel niveau que les unités de première ligne réclament un tir de contre-préparation mais le haut-commandement refuse de dilapider une ressource d’autant plus limitée que le ravitaillement est difficile et que les usines situées en Allemagne si elles tournent à plein régime doivent d’abord alimenter un front de l’est très gourmand en munitions.

Dans la nuit du 16 au 17 juin 1951 quelques infiltrations d’éléments ennemis sont signalées côté allemand. Officiellement selon la propagande du Reich, les unités ennemies ont été repoussées avec de lourdes pertes de leur côté.

Qu’en est-il réellement ? Outre l’infiltration de commandos pour semer la discorde chez l’ennemi, des sapeurs du génie ont franchit La Seine pour tenter de supprimer des pièges et de préparer quelques passages qu’il sera toujours temps d’élargir.

Ces opérations rencontrent un succès variable en fonction des secteurs. A cela s’ajoute le fait que certains secteurs sont marqués comme faussement déminés pour tromper l’ennemi mais hélas trois hélas cela provoquera de terribles confusions.

La journée du 17 juin 1951 est marqué par de violentes attaques aériennes alliées et quelques attaques aériennes allemandes même si les raids sur les aérodromes ont provoqué des pertes et surtout une belle confusion. On signale également quelques duels d’artillerie dans le secteur du GA n°1 mais aussi du GA n°2 pour maintenir les allemands dans un total état d’incertitude.

Comme à chaque fois ces diversions remportent un succès médiocre. Les allemands ont repéré les barges plus ou moins camouflées, des pontons motorisés, des éléments de ponts pour franchir la Seine. Ils sont convaincus que l’effort principal allié sera mené entre Paris et la Manche et non entre Paris et le lac Léman.

La nuit du 17 au 18 juin 1951 c’est clairement une veillée d’arme. Peu de soldats dorment cette nuit là. Il faut dire que les premières opérations vont commencer à l’aube en profitant d’un soleil qui se lève très tôt (05h09).

Dès minuit, les hommes se préparent au combat. Le matériel est vérifié et vérifié à nouveau. Des hommes prient, d’autres écrivent une dernière lettre confiée au vaguemestre.

Les derniers ordres sont également donnés, les consignes en cas d’imprévus même si on sait qu’à la guerre la première victime est le plan…. .

A 00.30, les premières salves d’artillerie partent du camp allié en direction du camp allemand. Ce sont les canons lourds sur voie ferrée qui font les basses avant d’être relayé par des canons plus légers venant de la Réserve Stratégique, les canons de l’artillerie de corps d’armée préservant leurs tubes et leurs munitions pour une autre phase de la préparation celle précédant l’engagement des fantassins.

La préparation à été orchestrée comme une symphonie, chaque batterie ayant une liste de cibles à traiter à une période donnée. Ordre est donnée de ménager les pièces et rares sont les batteries qui font tirer en même temps toutes leurs pièces.

De toute façon en cas de besoin des pièces de réserve ont été accumulées à l’arrière du front pour remplacer des pièces usées et/ou détruites.

Les obus tirés sont à la fois des explosifs mais aussi des fumigènes et des éclairants pour provoquer une belle pagaille chez les allemands qui se terrent dans leurs abris en attendant de pouvoir riposter.

Et l’artillerie allemande dans tout ça ? Elle tente de riposter et contrebattre l’artillerie alliée avec des résultats décevants, les artilleurs allemands manquant d’informations sur l’origine des tirs (les radars de contrebatterie n’existent pas encore et la destruction des transmissions gênent l’afflux des informations).

Pour ne rien arranger côté allemand l’aviation alliée va relayer l’action des artilleurs en prolongeant leur action. Les infrastructures sont systématiquement matraquées, les ponts, les routes, les voies ferrées sont visées pour «encager» les unités allemandes et empêcher l’arrivée des renforts allemands qui vont devoir faire mouvement sous un ciel disputé.

L’artillerie alliée ouvrent le feu de manière continue ou peu s’en faut de 00.30 à 02.30 avant une pause jusqu’à 03.30 quand l’artillerie et l’aviation combinent leur puissance de feu pour faire baisser la tête aux allemands et couvrir l’engagement des premières unités alliées et contrairement à ce qu’on pouvait penser ne sont pas engagées sur la Seine….. .

Diversion vous avez dit diversion

Dans le domaine de la diversion/déception les maitres sont clairement les russes avec le concept de déception appelé maskirovka que l’ont peut traduire par déception et tromperie. Il s’agit de camoufler les préparatifs à l’ennemi mais aussi lui montrer ce qu’on veut qu’il sache. Reste à savoir si l’ennemi va mordre à l’hameçon.

Dès le début de la planification des diversions sont prévues. Moultes opérations sont envisagées, étudiées et pour beaucoup abandonnées.

Finalement deux diversions vont être menées : des raids courts et brutaux sur les côtes du Nord et de la Picardie et surtout une offensive baptisée GLACIATION menée depuis la Poche de Paris avec les unités défendant la capitale et le 6ème Corps d’Armée qui couvre la capitale face au 25.AK allemand.

Plusieurs raids amphibies vont être menés par les Royal Marines britanniques, les fusiliers marins commandos français et plus étonnant la Demi-Brigade de Marche des Chasseurs Pyrenéens, des montagnards qui débarquent sur les plages de la Manche pour des raids cours et brutaux.

A l’aube du 18 juin 1951, des navires français et britanniques approchent de l’estuaire de la Somme.

Sous l’autorité du croiseur léger HMS Southampton nous trouvons le contre-torpilleur pardon l’escorteur d’escadre Dupetit-Thouars, le destroyer polonais ORP Warszawa, les torpilleurs légers Le Parisien et Le Provencal, les destroyers légers HMS Exemoor et Derwent qui couvrent le mouilleur de mines HMS Abdiel et des navires amphibies transportant les troupes d’assaut.

Le tout est accompagné par les sous-marins La Praya et Ile de Ré chargé de faire écran vers le nord pour le premier et vers le sud pour le second mais aussi par un dispositif aérien composé des hydravions Bréguet Br790 de l’escadrille 1R, des hydravions Potez-CAMS 143 de la 5E, des avions Bloch MB-175T de l’escadrille 1B ainsi que des chasseurs Arsenal VG-36 et Farman F.275 Frelon de la 2ème Escadre de Chasse.

Le croiseur léger, l’escorteur d’escadre et le destroyer polonais mènent un bombardement court et violent mélant obus explosifs et fumigènes.

Profitant de la confusion créé par le bombardement, l’Abdiel met à l’eau les troupes d’assaut dans des chalands de débarquement pendant que d’autres navires amphibies au tirant d’eau plus faible avancent dans l’estuaire du fleuve picard.

De petits groupes de combat débarquent à Abbeville pour semer la discorde chez l’ennemi. Ces groupes sont composés de Royal Marines Commandos, de fusiliers-marins commandos et plus étonnant de chasseurs pyrénéens qui trouvent enfin l’occasion d’en découdre eux qui se morfondaient dans leurs belles montagnes.

En dépit des consignes données aux abbevillois de rester chez eux (ce n’est qu’un raid pas la libération attendue depuis presque deux ans), des civils accueillent chaleureusement soldats français et britanniques. Certains tommies vont ainsi repartir au pays avec du maroilles, des bouteilles d’alcool local que certains soldats britanniques ont trouvé plus fait pour récurer les cuivres que pour soulager des gosiers assoiffés.

Sur le plan militaire, les soldats français et britanniques ont pour mission de neutraliser le port et les défenses côtières mais aussi toutes les unités allemandes présentes sur les côtes, des unités généralement de seconde zone, loin des meilleures logiquement déployées sur le front.

Après une journée de combat, les soldats français et britanniques rembarquent direction Douvres où ils parviennent sans encombre dans la soirée.

Deux autres opérations sont menées dans la phase I de l’opération AVALANCHE, un raid sur Dieppe le 20 juin 1951 et un autre contre Boulogne le 23 juin 1951.

Le premier voit le port normand être sérieusement endommagé mais au prix de pertes sérieuses pour les unités d’assaut. Plusieurs navires sont légèrement endommagés mais cela aurait pu être pire, l’aviation britannique déployée dans le sud du pays se mettant en quatre pour empêcher la Luftwaffe de faire un sort aux navires d’assaut (les mêmes que pour le raid sur Abbeville) et aux troupes embarqués.

Le raid sur Boulogne est lui un raid réduit mené uniquement par les Royal Marines Commandos qui déposés par des vedettes lance-torpilles (débarrassées de leurs anguilles) vont tenter de saboter des navires allemands. Attendus de pied ferme, ils sont violement repoussés ce qui poussera le haut-commandement allié à abandonner des raids plus ambitieux contre Zeebruge ou le Helder au grand dam des belges et des néerlandais qui espéraient y participer avec leurs forces aériennes, navales et terrestres.

En dépit de la bravoure des soldats alliés ces opérations n’ont donc pas eu un impact démentiel sur le cours des combats menés depuis le 18 juin 1951. De l’utilité et des limites des diversions…… .

Alors que les fusiliers marins commandos, les Royal Marines et les chasseurs pyrenéens opèrent sur les côtes de la Manche, des soldats français sont engagés depuis la Poche de Paris.

Deux corps d’armée sont engagés, les 6ème et 31ème CA (ex-Garnison de Paris) regroupés sous l’autorité de la 8ème Armée réactivée pour l’occasion, une réactivation normalement temporaire et éphémère.

Cette 8ème armée nouvelle version comprend les éléments suivants :

-6ème Corps d’Armée (6ème CA) :

606ème régiment de pionniers, 6ème GRCA (FCM-42, AM modèle 1940P et fusiliers motocyclistes), 118ème RALT (deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm équipés respectivement 105L modèle 1936S et 155L modèle 1945S), EACA-506, 1ère DIC, 3ème DINA, 55ème DI. Ce corps d’armée reçoit les renforts du 346ème RALC (24 canons de 105mm et 12 canons de 155mm) et du 184ème RALT (36 canons de 194L GPF-T).

-31ème Corps d’Armée (31ème CA) :

42ème Demi-Brigade de Mitrailleurs Coloniaux (42ème DBMC), 148ème RIF, 160ème RAP, 31ème GRCA (AMX-42, AM modèle 1940P et fusiliers motocyclistes), 144ème RALT (deux groupes de 105L modèle 1941T et deux groupes de 155L modèle 1945S), 6ème DIC et 12ème DIM.

Ces deux corps d’armée doivent fixer puis déborder le 25.ArmeeKorps (25.AK) et faciliter la progression tant du GA n°1 et du GA n°2. Ensuite il sera toujours temps d’envisager une autre opération probablement sous le contrôle de l’un des GA.

Comme nous le savons rien ne va se passer comme prévu. En dépit d’une supériorité écrasante, les deux corps d’armée vont faire preuve d’une prudence telle que le général Villeneuve envisagera de relever ses commandants avant d’y renoncer probablement pour des raisons de moral et de propagande.

Avec un art consommé du combat défensif, les troupes du général Grecht commandant le 25.AK et les troupes qui lui sont rattachés pour l’occasion vont empêcher tout débouché allié depuis Paris et éviter le scénario catastrophe de deux Groupes d’Armées séparées et ne pouvant se soutenir mutuellement en cas de besoin.

Nul doute qu’un tel scénario aurait changé le cours de la guerre. Certains pensent que la guerre aurait pu être racccourcie de plusieurs mois mais ce ne sont que des hypothèses qui ne prennent pas en compte nombre de paramètres.

De toute façon il devient évident que le sort de la guerre ne va pas se jouer depuis la Poche de Paris mais depuis la Seine voir depuis le Morvan mais là encore tout ne va pas se passer comme prévu.

Le Conflit (115) Europe Occidentale (81)

1ère Armée Britannique

NdA : par rapport au dispositif en place lors de l’opération NIBELUNGEN, le corps blindé est placé en arrière pour contre-attaquer, obligeant les trois corps d’armée d’infanterie à augmenter leur zone de responsabilité (AOR)

-Un Etat-Major d’Armée

-Un Groupement de Soutien Logistique d’Armée

1st British Corps (1st BC)

-Un Etat-Major

-Des unités du génie et du soutien logistique

-Deux régiments d’artillerie lourde, un régiment équipé de BL 4.5 Inch Medium Field Gun et un régiment équipé de BL 5.5 Inch Medium Gun

-Un régiment antichar (canons antichars de 6 livres et de 17 livres)

-Un régiment antiaérien (canons antiaériens de 94mm et de 40mm)

-Un bataillon de reconnaissance disposant de chars légers Tetrach II et d’autos blindées Humber Armoured Car

-1st Infantry Division (1st ID)

-4th Infantry Division (4th ID)

-52nd Lowland Infantry Division

-2nd British Corps (2nd BC)

-Un Etat-Major

-Des unités du génie et du soutien logistique

-Deux régiments d’artillerie lourde, un régiment équipé de BL 4.5 Inch Medium Field Gun et un régiment équipé de BL 5.5 Inch Medium Gun

-Un régiment antichar (canons antichars de 6 livres et de 17 livres)

-Un régiment antiaérien (canons antiaériens de 94mm et de 40mm)

-Un bataillon de reconnaissance disposant de chars légers Tetrach II et d’autos blindées Humber Armoured Car

-44th «Home Counties» Division

-50th Northumberland Division

-2nd Infantry Division (2nd ID)

-3rd British Corps

-Un Etat-Major

-Des unités du génie et du soutien logistique

-Deux régiments d’artillerie lourde un régiment équipé de BL 4.5 Inch Medium Field Gun et un régiment équipé de BL 5.5 Inch Medium Gun

-Un régiment antichar (canons antichars de 6 livres et de 17 livres)

-Un régiment antiaérien (canons antiaériens de 94mm et de 40mm)

-Un bataillon de reconnaissance disposant de chars légers Tetrach II et d’autos blindées Humber Armoured Car

-3rd Infantry Division (3rd ID)

-48th «South Middland» Division

-6th Infantry Division (6th ID)

-1st British Armoured Corps (1st BAC)

-Un Etat-Major

-Des unités du génie et de soutien logistique

-Un régiment d’artillerie lourde équipé de BL 4.5 Inch Medium Field Gun et de BL 5.5 Inch Medium Gun

-Un régiment antichar (canons antichars de 6 livres et de 17 livres)

-Un régiment antiaérien (canons antiaériens de 94mm et de 40mm)

-Un bataillon de reconnaissance disposant de chars légers Tetrach II et d’autos blindées Humber Armoured Car

-1st Armoured Division (UK)

-2nd Armoured Division (UK)

2ème Armée Française (dite également «Armée Franco-Polonaise» mais uniquement de manière officieuse)

NdA : Située à l’est de la 1ère Armée britannique, elle perd le contrôle du corps d’armée qui couvre Paris qui passe sous l’autorité de la 3ème Armée.

-Un état-major

-Unités dépendant directement de la 2ème Armée

-GRAVIA-IIA (Groupement d’Aviation de la 2ème Armée)

-Groupement Anti-Aérien de Campagne (GAAC) de la 2ème Armée (GAAC-IIA) : six batteries avec huit canons de 75mm et douze canons de 37mm soit un total de 120 pièces.

-Groupement de Soutien Logistique d’Armée

-Groupement de Bataillons de Chars de Combats 502 :

70ème et 72ème BCC disposant chacun de trente-quatre chars lourds ARL-44 à canon de 90mm soit un total de 68 chars lourds.

-5ème Corps d’Armée (5ème CA)

-Un Etat-Major

-605ème Régiment de Pionniers

-5ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (5ème GRCA) : seize chars légers FCM-42, seize AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-110ème RALT (ex-110ème RALCH) : deux groupes de 105mm (un groupe de 105L modèle 1941T, un groupe de 105L modèle 1936S) et deux groupes de 155mm (155L modèle 1945S).

-Element Aérien de Corps d’Armée 502 (EACA-502)

-3ème Division d’Infanterie Motorisée (3ème DIM)

-23ème Division d’Infanterie (23ème DI)

-7ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (7ème DINA)

-1er Corps d’Armée Polonais (1er CAPol)

-Un état-major de corps d’armée

-Un groupement de soutien logistique

-Un groupement antichar disposant de seize canons de 47mm Puteaux modèle 1937 et de douze canons de 75mm TAZ modèle 1939

-Un groupement antiaérien disposant de vingt-quatre canons de 40mm Bofors

-Un Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (GRCA), le 1er GRCA polonais disposant de douze AMX-44, de douze autos blindées Daimler Armoured Car et de fusiliers motocyclistes.

-1er Régiment d’Artillerie Lourde Polonais (1er RALPol) disposant de deux groupes de 155L GPF-T et de deux groupes de 194 GPF-T.

-2ème Division d’Infanterie Polonaise (2ème DIP)

-3ème Division d’Infanterie Polonaise (3ème DIP)

-3ème Corps d’Armée Polonais (3ème CAPol) :

-Un état-major de corps d’armée

-Un groupement de soutien logistique

-Un groupement antichar disposant de seize canons de 47mm Puteaux modèle 1937 et de douze canons de 75mm TAZ modèle 1939

-Un groupement antiaérien disposant de vingt-quatre canons de 40mm Bofors

-3ème Régiment d’Artillerie Lourde Polonais (deux groupes de 155L et deux groupes de 194L)

-Un Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (GRCA) le 3ème GRCA Polonais disposant de douze AMX-44, de douze autos blindées Daimler Armoured Car et de fusiliers motocyclistes.

-10ème Division Blindée (10ème DB)

-7ème Division d’Infanterie Polonaise (7ème DIP).

-2ème Corps d’Armée Polonais (2ème CAPol)

-Un Etat-Major

-Un Groupement de Soutien Logistique

-Un Groupement Antichar avec des chasseurs de chars Laffly W17TCC (6×6 à canon de 75mm)

-Un Groupement Antiaérien avec des canons de 40mm Bofors remorqués en attendant l’arrivée potentielle de canons antiaériens automoteurs

-2ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée Polonais (2ème GRCA Pol) disposant de douze chars légers AMX-44 et de douze Humber Armoured Car.

-2ème Régiment d’Artillerie Lourde Polonais (2ème RALPol) deux groupes de 155mm équipés de 155L GPF-T et deux groupes de 194mm équipés de 194 GPF-T.

-1ère Division de Grenadiers de la Garde (1ère DGG)

-2ème Division de Grenadiers de la Garde (2ème DGG)

3ème Armée Française

Initialement déployée à l’est de Paris, cette armée après avoir été relevée par les troupes américaines passe un temps en Réserve Stratégique avant de monter au front et de s’insérer entre la 2ème Armée et la ville de Paris, prenant sous son autorité le corps d’armée couvrant Paris défendu par une garnison.

-Un état-major

-Unités dépendant directement de la 3ème Armée

-GRAVIA-IIIA (Groupement d’Aviation de la 3ème Armée)

-Groupement Anti-Aérien de Campagne (GAAC) de la 3ème Armée :

six batteries disposant chacune de huit canons de 75mm et de douze canons de 37mm soit un total de 120 pièces.

-Groupement de Soutien Logistique d’Armée

-23ème Corps d’Armée (23ème CA)

-Etat-Major de Corps d’Armée

-623ème Régiment de Pionniers

-23ème Groupement de Reconnaissance Corps d’Armée (23ème GRCA) (seize AMX-42, seize AM modèle 1940P, fusiliers motocyclistes)


-11ème Régiment d’Artillerie Lourde Colonial à Tracteur (11ème RALCT) : deux groupes de 105mm (105L modèle 1936S) et deux groupes de 155mm (155L GPF-T)

-Elément Aérien de Corps d’Armée 523 (ex-GAO-523)

-2ème Division d’Infanterie (2ème DI)

-56ème Division d’Infanterie (56ème DI)

-5ème Division d’Infanterie Motorisée (5ème DIM)

-24ème Corps d’Armée (24ème CA)

-Etat-Major de Corps d’Armée

-624ème Régiment de Pionniers

-24ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (24ème GRCA) : douze AMX-44, douze AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-103ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (103ème RALT) : deux groupes de 105mm (105L modèle 1936S) et deux groupes de 155mm (155L GPF-T)

-26ème Division d’Infanterie (26ème DI)

-42ème Division d’Infanterie (42ème DI)

-2ème Division d’Infanterie Coloniale (2ème DIC)

-7ème Corps d’Armée (7ème CA)

-Etat-Major de Corps d’Armée

-607ème Régiment de Pionniers

-7ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (7ème GRCA) : douze AMX-44, douze AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-107ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (107ème RALT) : deux groupes de 105mm (105L modèle 1941T) et deux groupes de 155mm (155L GPF-T)

-Element Aérien de Corps d’Armée 507 (EACA-507)

-1ère Division Marocaine (1ère DM)

-18ème Division d’Infanterie (18ème DI)

-4ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (4ème DINA)

-6ème Corps d’Armée (6ème CA)

NdA couvre Paris et sa garnison. Doit jouer un rôle important dans l’opération AVALANCHE.

-606ème Régiment de Pionniers (606ème RP)

-6ème Groupement de Reconnaisance de Corps d’Armée (6ème GRCA) : seize FCM-42, seize AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes.

-118ème Régiment d’Artilerie Lourde à Tracteur (118ème RALT) (ex-118ème RALH) reconstitué avec deux groupes de 105L modèle 1936S et deux groupes de 155L modèle 1945S

-Unités de génie et de soutien

-Element Aérien de Corps d’Armée 506 (EACA-506)

-1ère Division d’Infanterie Coloniale (1ère DIC)

-3ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (3ème DINA)

-55ème Division d’Infanterie (55ème DI)

-Garnison de Paris

Si le 6ème Corps d’Armée (6ème CA) couvre les approches de Paris, les alliés sont bien décidés à tenir la ville avec une garnison qui constitue une unité spécifique. C’est aussi un habile jeu de propagande puisque cela signifie que la ville est toujours sous contrôle allié.

-Un Etat-Major fournit par le 31ème CA (NdA ce qui signifie qu’en cas d’engagement des forces, la Garnison de Paris pourrait fournir un 31ème CA)

-Un groupement de soutien logistique

-42ème Demi-Brigade de Mitrailleurs Coloniaux (42ème DBMC)

-148ème RIF

-160ème RAP : deux groupes de 155L modèle 1946S

-31ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (31ème GRCA) : douze chars légers AMX-42 (NdA qui n’ont finalement pas été remplacés par des canons d’assaut), douze AM modèle 1940P et des fusiliers motocyclistes.

-144ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (144ème RALT) (ex-144ème RALH) avec deux groupes de 105L modèle 1941T et un groupe de 155L modèle 1945S.

-1er Régiment de Paris : régiment fournit par la Garde Républicaine et qui assure le maintien de l’ordre à Paris.

-6ème Division d’Infanterie Coloniale (6ème DIC)

-12ème Division d’Infanterie Motorisée (12ème DIM)

NdA ces deux divisions ont été réorganisées selon le nouveau modèle issu du RETEX de la Campagne de France.

1er Corps de Combat Blindé (1er CCB)

Initialement les CCB devaient dépendre de la Réserve Stratégique Interalliée mais après mure réflexion, décision est prise de répartir les trois CCB entre les deux Groupes d’Armées, les 1er et 3ème CCB sous l’autorité du GA n°1, le 2ème CCB sous l’autorité du GA n°2.

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-Un groupement de soutien logistique

-635ème Régiment de Pionniers

-1ème Groupement de Reconnaissance de Corps Blindé (1er GRCB) :

seize chars légers AMX-44, seize AM modèle 1940P, un escadron de fusiliers motocyclistes et le 13ème Bataillon de Chasseurs Portés (13ème BCP).

-329ème Régiment d’Artillerie Tout-Terrain à Tracteurs (329ème RATTT) :

deux groupes de 105L modèle 1936S et deux groupes de 155L GPF-T

-1ère Division Blindée (ex-1ère Division Cuirassée)

-3ème Division Blindée (ex-1ère Division Légère Mécanique)

-5ème Division Blindée (ex-2ème Division Cuirassée)

3ème Corps de Combat Blindé (3ème CCB)

-Un Etat-Major de Corps d’Armée

-Un Groupement de Soutien Logistique

-636ème Régiment de Pionniers

-3ème Groupement de Reconnaissance de Corps Blindé (3ème GRCB) :

seize chars légers AMX-44, seize automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P, un escadron de fusiliers motocyclistes et le 20ème Bataillon de Chasseurs Portés (20ème BCP).

-122ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (122ème RALT) :

deux groupes de 105L modèle 1936S et deux groupes de 155L GPF-T.

-2ème Divisions Blindée (ex-2ème DLM)

-8ème Division Blindée (ex-6ème DLM)

Le Conflit (99) Europe Occidentale (65)

1ère Armée Britannique

Comme nous l’avons vu plus haut les britanniques devaient remettre sur pied, réorganiser leur armée avant de pouvoir jouer un rôle militaire crédible. En théorie il était prévu la mise sur pied du British Expeditionnaries Armies Group (BEAG) mais en pratique le BEAG restera une coquille vide, les deux armées britanniques n’étant pas en ligne en même temps.

En effet si la 1st Army (UK) est très vite remontée en ligne, en étant capable de faire face à l’opération NIBELUNGEN, la 2nd Army (UK) était en Réserve Stratégique y compris quand l’opération AVALANCHE sera déclenchée.

Théoriquement l’Armée Canadienne en France (ACF) était placée sous commandement britannique mais comme nous le savons elle à été placée à gauche de la 1ère Armée Française, couvrant l’estuaire de la Seine et une partie du cours du fleuve.

Cette première armée britannique est censée aligner quatre corps d’armée, trois corps d’armée à trois divisions d’infanterie et un corps d’armée blindé à deux divisions blindées soit un total de onze divisions mais au moment de NIBELUNGEN, seuls deux corps d’armée à trois divisions d’infanterie et un corps d’armée blindé à deux divisions sont opérationnels.

Tout comme l’Armée Canadienne en France (ACF) mais à la différence des Armées Françaises, le corps blindé britannique, le 1st British Armoured Corps (1st BAC) tient un secteur du front avec à sa gauche le 1st British Corps et à sa droite le 2nd British Corps. Ce choix est compréhensible mais certains estiment que cela est une mauvaise idée, le corps blindé étant jugé plus adapté pour percer et contre-attaquer plutôt que pour défendre.

1st British Corps (1st BC)

-Un Etat-Major

-Des unités du génie et du soutien logistique

-Deux régiments d’artillerie lourde

-Un régiment antichar (canons de 6 livres et de 17 livres)

-Un régiment antiaérien (canons de 94mm et de 40mm)

-1st Infantry Division (1st ID)

-4th Infantry Division (4th ID)

-52nd Lowland Infantry Division

1st British Armoured Corps (1st BAC)

-Un Etat-Major

-Des unités du génie et de soutien logistique

-Un régiment d’artillerie lourde

-Un régiment antiaérien

-1st Armoured Division (UK)

-2nd Armoured Division (UK)

2nd British Corps (2nd BC)

-Un Etat-Major

-Des unités du génie et du soutien logistique

-Deux régiments d’artillerie lourde

-Un régiment antichar (canons de 6 livres et de 17 livres)

-Un régiment antiaérien (canons de 94mm et de 40mm)

-44th «Home Counties» Division

-50th Northumberland Division

-2nd Infantry Division (2nd ID)

3rd British Corps

Ce corps d’armée est créé en février 1950 dans la région d’Orléans. Il est donc encore dans l’enfance quand les allemands déclenchent l’opération NIBELUNGEN. Il n’aura pas à intervenir, les allemands échouant rapidement à prendre le dessus sur les troupes alliées.

-Un Etat-Major

-Des unités du génie et du soutien logistique

-Deux régiments d’artillerie lourde

-Un régiment antichar (canons de 6 livres et de 17 livres)

-Un régiment antiaérien (canons de 94mm et de 40mm)

-3rd Infantry Division

-48th «South Middland» Division

-6th Infantry Division (6th ID)

2ème Armée Française

Cette armée déployée à l’est de la 1ère Armée Britannique couvre également Paris avec un unique corps d’armée ce qui est jugé suffisant alors que le dispositif allemand s’est allégé, opération BARBAROSSA oblige.

Cette armée dispose de trois Corps d’Armée, deux couvrant l’est du dispositif de la 1ère Armée Britannique et un corps d’armée couvrant Paris.

En réalité cette armée dispose de quatre corps d’armée puisqu’un corps d’armée polonais est placé en Réserve d’Armée sachant qu’un autre corps d’armée polonais est en ligne au moment de NIBELUNGEN.

-Un état-major

-Unités dépendant directement de la 2ème Armée

-GRAVIA-IIA (Groupement d’Aviation de la 2ème Armée)

-Groupement Anti-Aérien de Campagne (GAAC) de la 2ème Armée :

Reconstitué après la Campagne de France (1949) il va comprendre six batteries permettant d’affecter deux batteries à chaque corps d’armée, une batterie légère avec douze canons de 37mm et une batterie lourde avec huit canons de 75mm. Certes cela ne permet pas de dresser un barrage infranchissable mais cela peut compléter les unités de DCA des unités de combat.

-Groupement de Soutien Logistique d’Armée

-Groupement de Bataillons de Chars de Combats 502 :

70ème et 72ème BCC disposant chacun de trente-quatre chars lourds ARL-44 à canon de 90mm.

-3ème Corps d’Armée Polonais (3ème CAPol) :

10ème Division Blindée (10ème DB) et 7ème Division d’Infanterie Polonaise (7ème DIP).

-5ème Corps d’Armée (5ème CA)

-Un Etat-Major

-605ème Régiment de Pionniers

-5ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (5ème GRCA) : douze chars légers FCM-42, douze AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-110ème RALT (ex-110ème RALCH) : deux groupes de 105mm (un groupe de 105L modèle 1941T, un groupe de 105L modèle 1936S) et deux groupes de 155mm (155L modèle 1945S).

-Elément Aérien de Corps d’Armée 505 (EACA-505): remplace le GAO-505 mais comme le GRAVIA-IIA il est un simple état-major qui prend son autorité des avions essentiellement de reconnaissance et d’observation mais on verra des chasseurs et des avions d’attaque passer sous son contrôle.

-3ème Division d’Infanterie Motorisée (3ème DIM)

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique (train, transmissions, ravitaillement…..)

-3ème Groupement de Reconnaissance au Contact (3ème GRC) : douze FCM-42, douze AM modèle 1940P et des fusiliers motocyclistes

-603ème Bataillon Antichar Divisionnaire (603ème BACD) (douze canons de 75mm et vingt-quatre canons de 47mm)

-603ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire (603ème BDAA) (trente-six canons de 37mm)

-42ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire (42ème RAD) avec deux groupes de 105C modèle 1935B et deux groupes de 155C modèle 1946S.

-Trois Régiments d’Infanterie de Ligne : 51ème, 67ème et 91ème RI

-3ème bataillon de canons d’assaut (issu du 29ème BCC) disposant de canons d’assaut modèle 1949H

-3ème bataillon de chasseurs de chars (issu du 29ème BCC) disposant de chasseurs de chars modèle 1950

-16ème Bataillon du Génie

-23ème Division d’Infanterie (23ème DI)

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique (train, transmissions, ravitaillement…..)

-23ème Groupement de Reconnaissance au Contact (23ème GRC) disposant de seize Hotchkiss H-39, de seize automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P et d’un escadron de fusiliers motocyclistes

-623ème Bataillon Divisionnaire Antichar (623ème BDAC) (douze canons dee 75mm et vingt-quatre canons de 47mm)

-623ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire (623ème BAAD) (trente-six canons de 37mm)

-41ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire (41ème RAD) avec deux groupes d’obusiers de 105C modèle 1935B et deux groupes de canons de 105C modèle 1946S.

-Trois régiments d’infanterie de ligne : 32ème, 107ème et 126ème RI

-23ème Bataillon de Canons d’assaut (issu du 39ème BCC) disposant de canons d’assaut modèle 1949R

-23ème Bataillon de Chasseurs de Chars (issu 39ème BCC) disposant de chasseurs de chars modèle 1950.

-118ème Bataillon du Génie

-7ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (7ème DINA)

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique (train, transmissions, ravitaillement…..)

-7ème Groupement de Reconnaissance au Contact Nord-Africain (7ème GRCNA) disposant de douze Hotchkiss H-39, seize automitrailleuses puissantes modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes

-7ème Bataillon Antichar Nord-Africain (7ème BANA) (douze canons de 75mm et vingt-quatre canons de 47mm)

-7ème Bataillon de Défense Antiaérienne Nord-Africaine (7ème BDAANA) (trente-six canons de 37mm)

-81ème Régiment d’Artillerie Nord-Africain (81ème RANA) avec deux groupes de 105mm (105C modèle 1935B) et un groupe de 155mm (155C modèle 146S) (NdA un deuxième groupe était en cours de création au moment de l’opération NIBELUNGEN).

-Trois régiments de tirailleurs : 5ème Régiment de Tirailleurs Tunisiens (5ème RTS), 12ème Régiment de Tirailleurs Algériens (12ème RTA) et 16ème Régiment de Tirailleurs Algériens (16ème RTA)

-7ème Bataillon Mixte Nord-Africain de canons d’assaut et de chasseurs de chars avec deux escadrons de canons d’assaut (canons d’assaut modèle 1949H) et deux escadrons de chasseurs de chars (chasseurs de chars modèle 1950). (issu du 2ème BCC)

-100ème Bataillon du Génie.

-1er Corps d’Armée Polonais (1er CAPol)

-Un état-major de corps d’armée

-Un groupement de soutien logistique

-Un groupement antichar disposant de seize canons de 47mm Puteaux modèle 1937 et de douze canons de 75mm TAZ modèle 1939

-Un groupement antiaérien disposant de vingt-quatre canons de 40mm Bofors


-Un Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (GRCA) disposant de douze AMX-44, de douze autos blindées Daimler Armoured Car et de fusiliers motocyclistes.

-1er Régiment d’Artillerie Lourde Polonais (1er RALPol) disposant de deux groupes de 155L GPF-T et de deux groupes de 194 GPF-T.

-2ème Division d’Infanterie Polonaise (2ème DIP)

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique (train, transmissions, ravitaillement…..)

-2ème Groupement de Reconnaissance au Contact Polonais (2ème GRCPol) disposant de douze AMX-42, douze Daimler Dingo et des fusiliers motocyclistes

-602ème bataillon divisionnaire antichar polonais (douze canons de 75mm et seize canons de 47mm)

-602ème bataillon de défense antiaérien polonais (vingt-quatre canons de 37mm)

-2ème Régiment d’Artillerie Polonais (2ème RAPol) avec deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm.

-Trois régiments d’infanterie : 4ème, 5ème et 6ème RIP (appelés également 1er, 2ème et 3ème régiments de chasseurs)

-2ème bataillon de chasseurs de chars disposant de M-10 Tank Destroyer

-81ème Bataillon du Génie

-3ème Division d’Infanterie Polonaise (3ème DIP)

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique (train, transmissions, ravitaillement…..)

-3ème Groupement de Reconnaissance au Contact Polonais (2ème GRCPol) disposant de douze AMX-42, douze Daimler Dingo et des fusiliers motocyclistes

-6033ème bataillon divisionnaire antichar polonais (douze canons de 75mm et douze canons de 47mm)

-603ème bataillon anti-aérien divisionnaire polonais (douze canons de 20mm et douze canons de 40mm)

-3ème Régiment d’Artillerie Polonais (3ème RAPol) avec deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm.

-Trois régiments d’infanterie : 7ème, 8ème et 9ème Régiments d’Infanterie Polonaise

-3ème bataillon de chasseurs de chars polonais disposant de M-10 Tank Destroyer

-103ème Bataillon du Génie

-6ème Corps d’Armée (6ème CA)

Ce 6ème CA à une mission cruciale puisqu’avec ses trois divisions et ses unités d’appui il couvre Paris qui forme une poche au nord de la Seine. A cela s’ajoute une Garnison de Paris qui assure la défende de la capitale stricto sensu, les limites de son AOR épousant le tracé de la dernière enceinte couvrant Paris, l’enceinte dite de Thiers construite en 1840 alors qu’Adolphe Thiers était président du conseil de Louis Philippe 1er et que de nouvelles tensions avec Londres laissait craindre un nouveau conflit.

A l’époque naturellement cette enceinte à disparu mais il n’y à aucune construction. Résultat dès le début du conflit des tranchées et des blockhaus sont construits, des constructions vues d’abord comme inutiles mais qui allaient devenir diablement importants par la suite.

-606ème Régiment de Pionniers (606ème RP)

-6ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (6ème GRCA) : seize FCM-42, seize AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes.

-118ème Régiment d’Artilerie Lourde à Tracteur (118ème RALT) (ex-118ème RALH) reconstitué avec deux groupes de 105L modèle 1936S et un groupe de 155L modèle 1945S (NdA un deuxième groupe est en cours de constitution au moment de NIBELUNGEN)

-Unités de génie et de soutien

-Element Aérien de Corps d’Armée 506 (EACA-506)

-1ère Division d’Infanterie Coloniale (1ère DIC)

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique (train, transmissions, ravitaillement…..)

-1er Groupement de Reconnaisance au Contact Colonial (1er GRCCol) disposant de seize AMX-44, seize AM modèle 1940P et un escadron de fusiliers motocyclistes.

-601ème Bataillon Divisionnaire Antichar Colonial (huit canons de 75mm et seize canons de 47mm)

-601ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire Colonial (vingt-quatre canons de 37mm)

-1er Régiment d’Artillerie Coloniale (1er RAC) avec deux groupes d’obusiers de 105C modèle 1935B et deux groupes de canons de 155C modèle 1946S.

-Trois régiments d’infanterie : un régiment d’infanterie coloniale (3ème RIC) et deux régiments de tirailleurs sénégalais (12ème et 14ème RTS).

-1er Bataillon mixte de canons d’assaut et de chasseurs de chars colonial (issu du 10ème BCC) avec deux escadrons de canons d’assaut modèle 1949R et deux escadrons de chasseurs de chars modèle 1950.

-35ème Bataillon du Génie

-3ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (3ème DINA)

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique (train, transmissions, ravitaillement…..)

-3ème Groupement de Reconnaisance au Contact Nord-Africain (3ème GRCNA) disposant de seize FCM-42, de seize AM modèle 1940 et d’un escadron de fusiliers motocyclistes.

-603ème Bataillon Divisionnaire Antichar Nord-Africain (huit canons de 75mm et seize canons de 47mm)

-603ème Bataillon de Défense Antiaérienne Nord-Africain (vingt-quatre canons de 37mm)

-20ème Régiment d’Artillerie Nord-Africain (20ème RANA) avec deux groupes de 105C modèle 1935B et deux groupes de 155C modèle 1946S.

-Trois régiments d’infanterie : 14ème et 15ème régiments de tirailleurs algériens (14ème et 15ème RTA) et le 12ème régiment de zouaves.

-3ème bataillon mixte de canons d’assaut et de chasseurs de chars disposant de deux escadrons de canons d’assaut modèle 1949H et deux escadrons de chasseurs de chars modèle 1950

-37ème Bataillon du Génie

-55ème Division d’Infanterie (55ème DI)

-Un état-major divisionnaire

-Un groupement de soutien logistique (train, transmissions, ravitaillement…..)

-55ème Groupement de Reconnaisance au Contact (55ème GRC) : douze AMX-44, douze AM modèle 1940P et un escadron de reconnaisance au contact.

-655ème Bataillon Divisionnaire AntiChar (douze canons de 75mm et vingt-quatre de 47mm)

-655ème Bataillon Anti-Aérien Divisionnaire (trente-six canons de 37mm)

-45ème Régiment d’Artillerie Divisionnaire (45ème RAD) : deux groupes de 105C modèle 1935 et deux groupes de 155C modèle 1946S

-Trois régiments d’infanterie : 213ème, 295ème et 331ème Régiments d’Infanterie de ligne

-55ème Bataillon de Canons d’Assaut disposant de canons d’assaut modèle 1949H

-55ème Bataillon de Chasseurs de Chars disposant chasseurs de chars modèle 1950

-28ème Bataillon du Génie

-Garnison de Paris

Si le 6ème Corps d’Armée (6ème CA) couvre les approches de Paris, les alliés sont bien décidés à tenir la ville avec une garnison qui constitue une unité spécifique. C’est aussi un habile jeu de propagande puisque cela signifie que la ville est toujours sous contrôle allié.

La structure de commandement est fournie par 31ème Corps d’Armée (31ème CA) qui n’est pas réorganisé après HUBERTUS. Cela signifie que les troupes de la Garnison de Paris pourraient former un 31ème CA mais nous en sommes loin.

La Garnison de Paris comprend donc différentes unités de combat, d’appui, de soutien mais aussi de sécurité.

Au moment de l’opération NIBELUNGEN, la Garnison de Paris comprend les moyens suivants :

-Un état-major

-Un groupement de soutien logistique

-42ème Demi-Brigade de Mitrailleurs Coloniaux (42ème DBMC)

-148ème RIF

-160ème RAP : un groupe disposant de canons de 155C

-31ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (31ème GRCA) : douze chars légers AMX-42, douze AM modèle 1940P et des fusiliers motocyclistes. A noter que les chars légers devaient être remplacés par des canons d’assaut mais cela ne s’est pas réalisé au moment de l’ultime attaque allemande majeure avant l’opération AVALANCHE.

-144ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (144ème RALT) (ex-144ème RALH) avec deux groupes de 105L modèle 1941T et un groupe de 155L modèle 1945S.

-1er Régiment de Paris : régiment fournit par la Garde Républicaine et qui assure le maintien de l’ordre à Paris.

Les deux divisions qui suivent ont été affaiblies par les combats de la Campagne de France ce qui explique le choix de ces divisions pour tenir Paris sans que l’on sache si ces divisions seront réorganisées sur le nouveau modèle .

-76ème GRDI : douze AMX-44 et douze AMD

-6ème Division d’Infanterie Coloniale (6ème DIC) : un état-major divisionnaire, des unités de soutien, deux régiments d’infanterie (5ème RIC et 19ème RTS), un régiment d’artillerie coloniale (14ème RAC), 606ème Batterie Mixte Antichar et Antiaérienne, 102ème Bataillon du Génie.

-3ème GRDI : douze AMX-42, douze AM modèle 1940P

-12ème Division d’Infanterie Motorisée (12ème DIM) : un état-major divisionnaire, des unités de soutien, deux régiments d’infanterie (106ème RI et 8ème régiment de zouaves), un régiment d’artillerie divisionnaire (25ème RAD), 612ème Batterie Mixte Antichar et Antiaérienne, 19ème Bataillon du Génie.

Le Conflit (89) Europe Occidentale (55)

Ordre de Bataille des forces alliées (1) Forces Terrestres

Préambule

Quand les allemands déclenchent l’opération HUBERTUS, les forces alliées sont entre deux eaux, elles ont un peu récupéré des terribles combats sur la terre de France mais sont encore loin d’être capables de repasser à l’offensive pour libérer les territoires occupés.

Le dispositif allié à l’ouest de Paris mélange unités expérimentées mais éprouvées avec des unités fraiches mais sans réelle expérience du combat.

Dans la mesure du possible, le général Villeneuve à essayé d’associer les deux dans l’espoir que les premières infusent leur expérience aux secondes et que ces dernières apportent leur énergie encore intacte.

Si quelques positions de campagne ont été construites, bien entendu les alliés savent qu’en cas de franchissement de La Seine par des unités allemandes il faudra tenir le plus longtemps possible puis se replier étapes par étapes.

Ce choix d’une défense en profondeur est une leçon des combats à l’ouest. Si une percée durant la première guerre mondiale n’était pas forcément rédhibitoire car les troupes d’exploitation mettait du temps à intervenir, en 1949 avec des unités motomécaniques c’est nettement plus problématique ce qui impose de multiplier les moyens de freinage.

Au delà de la zone des armées (50km au sud de La Seine, des positions de surêté sont aménagées pour contrer un raid motorisé surprise.

Ces positions sont tenus par les régiments territoriaux, par la gendarmerie et par des unités en cours de reconstitution. Une 10ème Armée est créée le 19 septembre 1949 pour commander ce dispositif et soulager les autres armées qui peuvent se concentrer sur les rives de La Seine.

7ème Armée

Passablement éprouvée, cette 7ème armée est un temps menacée d’être rayée des registres mais finalement pour des questions de moral des troupes et de propagande on décide de la maintenir en ligne pour tenir la rive sud de l’Estuaire de La Seine.

Les deux corps d’armée encore présents (14ème et 18ème CA) sont toujours là et vont être renforcés par le 17ème Corps d’Armée (17ème CA) issu de la Réserve Stratégique et qui brûle d’en découdre, frustré d’être rester spectateur des combats depuis le 10 mai 1949.

-Unités dépendant de la 7ème Armée :

-401ème RAAC : n’aligne plus que trois batteries antichars, une batterie de six canons de 75mm et deux batteries de douze canons antichars de 47mm soit un total de trente pièces.

-407ème Régiment de Pionniers (407ème RP) : aménage des positions défensives et sert de sentinelle pour compléter les unités en ligne.

-Groupement des BCC de la 7ème Armée (GBCC-507) : 7ème BCC douze FCM-42 et 32ème BCC seize FCM-42.

-18ème Corps d’Armée (18ème CA) :

618ème Régiment de Pionniers (618ème RP), 18ème GRCA (huit AMX-42 et huit AM modèle 1940P), 101ème RALT (un groupe de 105mm et un groupe de 155mm), 27ème GRDI (douze FCM-42 et douze AM modèle 1940P), 21ème DI, 68ème GRDI (douze Hotchkiss H-39 et douze AM modèle 1940P), 9ème DIM, 91ème GRDI (seize AMX-44 et seize AMP) et 1ère DINA.

-17ème Corps d’Armée (17ème CA) :

617ème Régiment de Pionniers (617ème RP), 17ème GRCA (douze AMX-42 et seize AM modèle 1940P), 143ème RALH (deux groupes de 105mm _canons de 105L modèle 1941T_ et deux groupes de 155mm _canons de 155L modèle 1945S_), 97ème GRDI (seize Hotchkiss H-39 et douze AMD), la 7ème DINA, le 75ème GRDI (seize AMX-42 et douze AMD) et la 5ème DIC.

-14ème Corps d’Armée (14ème CA) :

14ème GRCA (douze Hotchkiss H-39 et seize AM modèle 1940P), 125ème RALT (deux groupes de 105mm et un groupe de 155mm), 190ème RALT (deux groupes de 220C modèle 1916), 6ème GRDI (douze FCM-42 et huit AM modèle 1940P), 3ème DIM, 28ème GRDI (douze Hotchkiss H-39 et douze AMD), 24ème DI, 18ème GRDI (seize Hotchkiss H-39 et douze AMP) et 23ème Division d’Infanterie (23ème DI).

1ère Armée

-Unités dépendant directement de la 1ère Armée :

-GBCC-501 : 1er BCC (douze Renault R-40), 11ème BCC (trente-deux Renault R-40), 24ème BCC (six FCM-42), 34ème BCC (vingt-quatre FCM-42)

-1er GAAC : une batterie mixte (37 et 75mm)

-402ème RAAC : quatre batteries de douze canons antichars de 47mm et deux batteries de six canons antichars de 75mm soit un total de 60 pièces réparties entre les différents corps d’armée.

-19ème Corps d’Armée (19ème CA) placé en réserve d’armée avec son 619ème RP, son 19ème GRCA (douze AMX-42 et douze AM modèle 1940P), son 106ème RALH (un groupe de 105mm et un groupe de 155mm), un 3ème GRDI (huit AMX-42 et douze AM modèle 1940P), la 15ème DIM, le 80ème GRDI (huit Hotchkiss H-39 et douze AM modèle 1940P) et la 1ère Division Marocaine.

-4ème Corps de Cavalerie/1er Corps de Cavalerie Polonais : Un groupement antichar et antiaérien disposant de canons de 47mm Puteaux modèle 1937 et de canons de 40mm Bofors, les premiers étant antichars et les seconds antiaériens, Un régiment d’artillerie lourde disposant de trois groupes de 105mm équipés de canons de 105L modèle 1941T, une 10ème Division Blindée (Humber Armoured Car, Hotchkiss H-39, Renault R-40 et B-1bis) et une 21ème Division Blindée (Humber Armoured Car, Hotchkiss H-39, B-1bis). Ce corps d’Armée est également placé en réserve d’armée mais uniquement pour une contre-attaque offensive ou défensive.

31ème Corps d’Armée (31ème CA) :

631ème Régiment de Pionniers (631ème RP), 31ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (31ème GRCA) disposant de chars légers AMX-42 et d’automitrailleuses de découverte, 144ème Régiment d’Artillerie Lourde Hippomobile (144ème RALH), 76ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (76ème GRDI) (Hotchkiss H-39 et AMD) , 6ème Division d’Infanterie Coloniale (6ème DIC), 3ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie Polonais (3ème GRDIPol) disposant d’autos blindées Daimler Dingo et de chars légers AMX-44, 3ème Division d’Infanterie Polonaise (3ème DIP)

-20ème Corps d’Armée (20ème CA) :

620ème RP, 20ème GRCA (douze Hotchkiss H-39 et de douze AM modèle 1940P), 104ème RALT (un groupe de 105mm et d’un groupe de 155mm), 4ème GRDI (douze AMX-42 et de douze AM modèle 1940P), 12ème DIM, 95ème GRDI (huit Hotchkiss H-39 et douze AMD-178B des «Pan Pan » à canon de 47mm) et la 5ème DINA.

-1er Corps d’Armée Polonais (1er CAPol) :

un groupement antichar et antiaérien (canons antichars de 47mm et canons antiaériens de 40mm Bofors), un GRCA disposant de Daimler Armoured Car, un bataillon du génie, une régiment d’artillerie de marche avec deux groupes de 155mm et un groupe de 194mm, le 5ème GRDIPol (12 Daimler Dingo et 8 AMX-42), la 5ème DIP, le 6ème GRDIPol (huit Daimler Dingo et huit AMX-42) et la 1ère Division de Grenadiers de la Garde (1ère DGG).

-2ème Corps d’Armée :

602ème RP, 2ème GRCA (huit AMX-44 et douze AM modèle 1940P), 105ème RALH (un groupe de 155mm et deux groupes de 105mm), 191ème RALT (deux groupes de 220C), 7ème GRDI (dix AMX-44 et douze AM modèle 1940P), 1ère DIM, 92ème GRDI (dix AMX-44 et huit AM modèle 1940P) et la 2ème DINA.

2ème Armée

Unités dépendant directement de la 2ème Armée :

-412ème Régiment de Pionniers (412ème RP)

-2ème GAAC avec deux batteries mixtes de campagne qui se sont repartis les hommes disponibles, les hommes en surnombre ont été évacués vers la Bretagne et le Sud-Ouest pour préparer la mise au point de nouvelles unités.

-Groupement de Bataillons de Chars de Combat 502 (GBCC-502) : 2ème BCC (16 Renault R-40 à son arrivée sur la Seine, nombre qui remonte à vingt avec l’arrivée de chars de réserve), 10ème BCC (16 FCM-42), 18ème BCC (douze FCM-42 à l’arrivée sur la Seine mais seize a moment de l’attaque allemande) et 35ème BCC (vingt FCM-42)

A l’origine on trouvait d’ouest en est, les 5ème, 6ème et 22ème CA. Le 33ème CA issu de la Réserve Stratégique ne va pas relever l’un de ces trois CA mais va s’inserrer entre le 22ème CA et le 3ème CA qui dépend lui de la 9ème Armée, le 3ème Corps d’Armée couvrant le flanc sud-ouest de la Poche de Paris.

-5ème Corps d’Armée (5ème CA) :

605ème Régiment de Pionniers (605ème RP), 5ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (5ème GRCA) (douze FCM-42 et douze AM modèle 1940P), 110ème RALCH (un groupe de 105 et un groupe de 155mm), 194ème RALT (trois groupes de 220C modèle 1916), 93ème GRDI (huit FCM-42 et douze AM modèle 1940P), 3ème DINA, 64ème GRDI (douze Hotchkiss H-39 et douze AM modèle 1940P) et 55ème DI.

-6ème Corps d’Armée (6ème CA) :

606ème Régiment de Pionniers (606ème RP), 6ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (6ème GRCA) (dix FCM-42 et douze AM modèle 1940P), 118ème RALH (deux groupes de 105mm et un groupe de 155mm), 71ème GRDI (huit Hotchkiss H-39 et douze AM modèle 1940P), 1ère DIC, 36ème GRDI (douze Hotchkiss H-39 et douze AM modèle 1940P) et 41ème DI.

-22ème Corps d’Armée (22ème CA) :

622ème RP, 22ème GRCA (douze FCM-42 et douze AM modèle 1940P), 180ème RALT (un groupe de 105mm et un groupe de 155mm), 73ème GRDI (huit AMX-44 et seize AM modèle 1940P), 3ème DIC, 60ème GRDI (douze Hotchkiss H-39 et douze AMD-178B) et 71ème DI.

-33ème Corps d’Armée (33ème CA) :

633ème Régiment de Pionniers (633ème RP), 33ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (33ème GRCA) (seize AMX-42 et seize AM modèle 1940P), 146ème RALH (deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm), 57ème GRDI (seize FCM-42 et vingt-huit AM modèle 1940P), 62ème DI, 56ème GRDI (seize FCM-42 et vingt-huit AM modèle 1940P) et 63ème DI.

9ème Armée

Unités dépendant de l’état-major de la 9ème Armée :

-9ème GAAC : deux batteries mixtes de campagne (canons de 37mm et de 75mm)

-Groupement de Bataillons de Chars de Combat 509 (GBCC-509) : 16ème BCC (seize puis vingt-quatre Renault R-40), 29ème BCC (seize Renault R-40)

-102ème DIF (défense de la Ligne Chauvineau) : 42ème demi-brigade de mitrailleurs coloniaux, 148ème RIF, deux groupes du 160ème RAP. Il s’appuie sur le 21ème CA.

-3ème Corps d’Armée (3ème CA) : (couvre le flanc sud-ouest de la «Poche de Paris»)

3ème GRCA (12 AMX-44 et 12 AM modèle 1940P), 102ème RALT (deux groupes de 105mm et un groupe de 155mm), 361ème RALP (un groupe de 105mm et un groupe de 155mm), 1er GRDI (huit FCM-42 et douze AMP), 5ème DI, 30ème GRDI (12 FCM-42 et 12 AM modèle 1940P) et 18ème DI.

-15ème Corps d’Armée (15ème CA) : (couvre le flanc nord-ouest de la «Poche de Paris» entre le 3ème CA et le 21ème CA)

615ème RP, 15ème GRCA (seize Hotchkiss H-39 et douze AMD), 141ème RALH (un groupe de 105mm et deux groupes de 155mm), 72ème GRDI (douze AMX-42 et douze AM modèle 1940P), 2ème DIC, 74ème GRDI (seize Hotchkiss H-39 et douze AMP) et 4ème DIC.

-21ème Corps d’Armée (21ème CA) : (couvre le nord de la «Poche de Paris»)

621ème RP, 21ème GRCA (huit AMX-44 et douze AM modèle 1940P), 109ème RALH (un groupe de 105 et un groupe de 155mm), 66ème GRDI (huit AMX-42 et douze AM modèle 1940P), 53ème DI, 9ème GRDI (six AMX-42 et six AM modèle 1940P), 61ème DI.

-4ème Corps d’Armée (4ème CA) : (couvre le flanc est de la «Poche de Paris»)

604ème RP, 4ème GRCA (douze AMX-44 et douze AM modèle 1940P), 111ème RALCH (un groupe de 105mm et un groupe de 155mm), 356ème RALP (deux groupes de 105mm et un groupe de 155mm), 94ème GRDI (douze AMX-42 et douze AM modèle 1940P), 4ème DINA, 24ème GRDI (douze AMX-42 et douze AM modèle 1940P) et 22ème DI.

-32ème Corps d’Armée (32ème CA) :

(sud de la «Poche de Paris» sur La Seine) 632ème RP, 32ème GRCA (douze AMX-42 et douze AMD-178B), 145ème RALH (deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm), 77ème GRDI (douze AMX-44 et douze AMD-178B), 7ème DIC, 4ème GRDIPol (douze AMX-44 et douze Daimler Dingo) 4ème DIP.

Le Conflit (78) Europe Occidentale (44)

Le BEF (British Expeditionnary Force) à rapidement fait taire les soupçons de certains concernant leur volonté de combattre en France notamment en les accusant de rester à proximité des ports pour fuir vers la mer patrie.

Ces soupçons revienne en force quand le BEF se décalant vers l’ouest prend la place de la 7ème Armée. Le général Villeneuve à beau vitupérer contre ces racontars il ne peut éradiquer cette rumeur qui s’éteint définitivement après les violents combats pour Rouen et Le Havre.

Clairement les différentes unités britanniques n’ont pas démérité mais ont besoin de temps pour souffler et pour retrouver tonus et cohérence opérationnelle. Il faut aussi regrouper les hommes dispersés certains parvenant à franchir La Seine alors que d’autres ont été évacués vers l’Angleterre.

Le général Villeneuve place le Corps Expéditionnaire Britannique en Réserve d’Armée en espérant que les allemands laisse le temps aux alliés de faire remonter une nouvelle armée britannique fraiche et dispo. Comme nous le savons cela ne va vraiment se passer ainsi….. .

C’est ainsi que la brigade antiaérienne à été virtuellement éliminée. Si nombre d’hommes ont pu être évacués en revanche la quasi-totalité des pièces à été perdue au combat ou par sabotage.

Le régiment antichar de marche à combattu jusqu’au bout, les dernières pièces sabotées, les artilleurs britanniques vont rallier la Grande-Bretagne où après un temps de repos vont mettre sur pied de nouvelles unités bien décidées à casser du blindé allemand.

Le régiment de cavalerie à pu lui franchir la Seine avec une partie de ses véhicules mais il n’est plus considéré comme opérationnel. Ces hommes vont rester en France et vont recevoir directement leurs nouveaux véhicules ce qui suscite la réprobation dans les rangs, nombre d’entre-eux ayant espéré un crochet par l’Angleterre pour revoir ne serait-ce qu’un jour ou deux femmes, enfants et proches.

En ce qui concerne les unités de mêlée, elles ont connu des destins divers et variés. La 44th «Home Counties Division» par exemple à conservé jusqu’au bout sa cohésion opérationnelle. Elle à pu franchir La Seine en combattant avant d’être repliée dans le Contentin. Des hommes obtiennent des permissions tandis que d’autres préparent la remontée en puissance de la division qui pourrait si besoin est être engagée avec un court préavis.

Ce n’est pas le cas de la 1st Canadian Division de quasiment tous les combats depuis le 10 mai et qui doit à terme intégrer une armée canadienne en France. Cette division reste sur le continent à la différence des 2nd and 3rd Canadian Division.

Plus malmenées que leur consœur, elles ont besoin de temps pour être à nouveau considérées comme opérationnelles. Elles ne seront d’ailleurs de retour sur le continent qu’au début de l’année 1950 soit bien après la fin de la première campagne de France.

Les deux divisions du 2nd British Corps (2nd et 3rd Infantry Division) avaient mises en réserve d’armée au sud de La Somme pour récupérer des violents combats. Après quelques jours de repos, les deux divisions sont remontées en ligne, combattant jusqu’à La Seine, traversant le fleuve non sans mal pour rejoindre la zone de regroupement et ainsi se préparer à reprendre la lutte.

Le 3rd British Corps (3rd BC) à lui souffert des combats puisque la 50th Northumberland Division s’est littéralement désintégrée en combattant à Rouen et au Havre.

La division est virtuellement dissoute et à cette époque se pose clairement la question de savoir si elle doit être reconstituée. La 6th Infantry Division à combattu jusqu’au bout avant de franchir le fleuve dans la nuit du 26 au 27 septembre, quelques volontaires acceptant de se sacrifier pour donner le change aux allemands qui réagissent férocement mais trop tardivement pour empêcher le dit franchissement. La 46th North Middland Division qui avait bénéficié d’une période de repos au sud de La Somme est à nouveau engagée mais parvient à combattre en ordre jusqu’à ce que les nécessités de l’évacuation impose une séparation des hommes.

Enfin le 1st British Armoured Corps (1st BAC) à subit des pertes sensibles notamment en ce qui concerne la 1st Armoured Division (UK) qui à laissé beaucoup de plumes, des gros plumes puisqu’il s’il s’agissait essentiellement de chars Cromwell et Churchill difficilement évacuables.

Dans la mesure du possible les véhicules étaient soigneusement sabotés mais ce n’était pas toujours possible et si les films de propagande allemands ont montré un certain nombre de ces chars paradant en Allemagne, peu ont été revus par la suite avec la Balkenkreuze.

Comme à chaque fois dans ces moments là, les hommes sont prioritaires sur les véhicules mais on verra tout de même quelques chars être évacués sur la rive sud de La Seine. La plupart nécessitant une sérieuse remise en état ils seront soit réformés pour être utilisés comme réservoir de pièces détachées ou seront utilisés pour l’entrainement, cédant la place à des véhicules neufs.

La 1ère Armée à combattu entre La Somme et La Seine devant étendre sa zone opérationnelle pour permettre au BEF de se décaller vers l’ouest.

Le 401ème RP à subit de lourdes pertes et doit être dissous une fois La Seine atteinte. Il sera ultérieurement reconstitué à la différence de nombre de régiments de pionniers.

Le 1er BCC mis en réserve avec huit Renault R-40 reçoit de nouveaux chars, le nombre de R-40 remontant à vingt-quatre exemplaires. Quand le bataillon repasse La Seine, le nombre est tombé à douze.

Le 11ème BCC qui disposait sur la Somme de 45 Renault R-40 n’en aligne plus que trente-deux sur La Seine mais ce chiffre ne doit pas être trompeur puisque de nouveaux chars ont été livrés tant bien que mal par les services de l’arrière.

Le 24ème BCC qui disposait de 18 FCM-42 n’en à plus que 6 quand il parvient à passer La Seine. L’unité est dissoute de facto à défaut de l’être de jure du moins pour le moment.

Le 34ème BCC qui disposait de 28 FCM-42 n’en possède plus que seize véhicules sur La Seine. L’unité reste en ligne, remontant à vingt-quatre chars légers au moment du lancement de l’offensive allemande.

Le 1er GAAC qui possédait deux batteries mixtes de campagne (canons de 75 et de 37mm) n’en possède plus qu’une sur La Seine, les pièces couvrant le fleuve contre l’aviation allemande (et parfois contre les troupes au sol).

Le 402ème RAAC qui disposait sur la Somme de six batteries de 47mm et de six batteries de 75mm ne possède plus sur la Seine que quatre batteries de 47mm et deux batteries de 75mm, les servants sans pièces étant rapidement évacués vers l’arrière pour ne pas perdre un personnel précieux.

A la fin du mois de juin le 2ème Corps d’Armée (2ème CA) avait été mis au repos après avoir été relevé par le 1er Corps d’Armée polonais. Il remonte en ligne début septembre pour remplacer le 19ème CA qui est à son tour mis au repos en réserve d’armée.

Le 2ème CA parvient à franchir la Seine en bon ordre avec son 602ème RP, un 2ème GRCA réduit à huit AMX-44 et douze AM modèle 1940P, le 105ème RALH (un groupe de 155mm et deux groupes de 105mm), le 191ème RALT (deux groupes de 220C), le 7ème GRDI (dix AMX-44 et douze AM modèle 1940P), la 1ère DIM, le 92ème GRDI (10 AMX-44 et huit AM modèle 1940P) et la 2ème DINA.

Le 20ème Corps d’Armée (20ème CA) arrive sur La Seine avec un 620ème RP disposant de bonnes capacités opérationnelles, un 20ème GRCA disposant encore de douze Hotchkiss H-39 et de douze AM modèle 1940P, d’un 104ème RALT disposant d’un groupe de 105mm et d’un groupe de 155mm, un 3ème GRDI disposant de douze AMX-42 et de douze AM modèle 1940P, la 12ème DIM, le 95ème GRDI (huit Hotchkiss H-39 et douze AMD-178B _des «Pan Pan » à canon de 47mm_) et la 5ème DINA. Ce corps d’armée va participer à la défense de La Seine lors de l’opération HUBERTUS.

Le 1er Corps d’Armée Polonais (1er CAPol) parvient lui aussi sur la Seine avec un groupement antichar et antiaérien, un GRCA disposant de Daimler Armoured Car, un bataillon du génie, une régiment d’artillerie de marche avec deux groupes de 155mm et un groupe de 194mm, le 5ème GRDIPol (12 Daimler Dingo et 8 AMX-42), la 5ème DIP, le 6ème GRDIPol (huit Daimler Dingo et huit AMX-42) et la 1ère Division de Grenadiers de la Garde (1ère DGG).

Le 19ème Corps d’Armée (19ème CA) à été mis en réserve d’armée après le repli sur La Somme. Il se régénère peu à peu et va pouvoir remonter en ligne. On trouve sur la Seine un 619ème RP très affaiblit, un 19ème GRCA remonté à douze AMX-42 et douze AM modèle 1940P, un 106ème RALH disposant d’un groupe de 105mm et un groupe de 155mm,un 4ème GRDI disposant de huit FCM-42 et de douze AM modèle 1940P, la 15ème DIM, le 80ème GRDI (huit Hotchkiss H-39 et douze AM modèle 1940P) et la 1ère Division Marocaine. Ce Corps d’armée est placé en réserve d’armée en compagnie du 4ème Corps d’Armée Polonais qui est en réalité un corps de cavalerie.

La 2ème Armée couvre le flanc oriental de la 1ère Armée et le flanc occidental de la 9ème Armée qui couvre la capitale. Elle comprend encore ses trois corps d’armée plus des unités dépendant directement d’elle.

On trouve le 412ème RP qui disposait encore de bonnes capacités utilisées pour aménager le terrain et sécuriser certains passages pour soulager les troupes de première ligne. Le 2ème GAAC n’aligne plus que deux batteries mixtes sur les trois d’origine.

Les différents Bataillons de Chars de Combat de la 2ème Armée ont également souffert. Le 2ème BCC ne possède plus sur la Seine que seize chars sur les trente-deux R-40 présents sur la Somme, le 10ème BCC n’alignait plus que seize FCM-42, le 18ème BCC ne disposait plus que douze FCM-42 alors que le 35ème BCC n’alignait plus que vingt chars (Certes il y en avait 28 sur la Somme mais des chars neufs ou reconditionnés ont été livrés).

D’ouest en est on trouvait le 5ème, le 6ème et le 22ème CA qui disposent encore de solides capacités opérationnelles malgré la dureté des combats sur la terre de France.

Le 5ème Corps d’Armée (5ème CA) disposait encore d’un 605ème RP affaiblit, d’un 5ème GRCA disposant encore de douze FCM-42 et de douze AM modèle 1940P, du 110ème RALCH qui aligne encore d’un groupe de 105 et d’un groupe de 155mm, du 194ème RALT disposant encore de trois groupes de 220C, du 93ème GRDI (huit FCM-42 et de douze AM modèle 1940P), de la 3ème DINA, du 64ème GRDI (douze Hotchkiss H-39 et douze AM modèle 1940P) et du 55ème DI.

Le 6ème Corps d’Armée (6ème CA) alignait un 606ème RP très affaiblit, d’un 6ème GRCA disposant enccore de dix FCM-42 et de douze AM modèle 1940P, d’un 118ème RALH disposant encore de deux groupes de 105mm et d’un groupe de 155mm, du 71ème GRDI (huit Hotchkiss H-39 et douze AM modèle 1940P), de la 1ère DIC, du 36ème GRDI (douze Hotchkiss H-39 et de douze AM modèle 1940P) et de la 41ème DI.

Le 22ème Corps d’Armée (22ème CA) alignait le 622ème RP, le 22ème GRCA (douze FCM-42 et douze AM modèle 1940P), le 180ème RALT (un groupe de 105mm et un groupe de 155mm), le 73ème GRDI (huit AMX-44 et seize AM modèle 1940P), la 3ème DIC, le 60ème GRDI (douze Hotchkiss H-39 et douze AMD-178B) et la 71ème DI.

La 9ème Armée à un rôle clé car elle couvre Paris, une partie de ses forces formant la Garnison de la Place de Paris (GPP) qui s’appuie sur la Ligne Chauvineau censée interdire la prise de Paris même si il est peu probable qu’elle aurait résister à une offensive allemande d’ampleur.

Les combats menés depuis le bassin versant de la Somme ont été rudes. Le 418ème Régiment de Pionniers est tellement affaiblit qu’il doit être dissous.

Le 5ème BCC qui disposait sur la Somme de douze Renault R-35 avait été placé en réserve d’armée mais il à du être engagé et est donc rayé des registres, le bataillon dissous n’étant d’ailleurs pas reconstitué au grand dam des survivants.

Le 16ème BCC en meilleur état alignait encore trente-six Renault R-40. Ce bataillon va appuyer l’infanterie dans ces missions offensives comme défensives. Quand le bataillon parvient sur Paris, il ne dispose plus que de seize chars qui vont traverser la ville dans un défilé symbolique pour renforcer la détermination des défenseurs.

Le 29ème BCC ne disposait plus sur la Somme que de dix-huit Renault R-40 mais bénéficie de l’arrivée de chars issus du stock, portant le nombre à vingt-huit mais sur la Seine le nombre est tombé à seize. Il va être détaché auprès de la GPP.

La 102ème DIF s’est repliée tant bien que mal sur Paris. Comme il est décidé de défendre la ville, cette «division» va tenir la Ligne Chauvineau avec une partie de ses moyens à savoir la 42ème demi-brigade de mitrailleurs coloniaux, le 148ème RIF et deux groupes du 160ème RAP. Ils vont bénéficier du «soutien» d’un 21ème Corps d’Armée (21ème CA) affaiblit (voir ci-après).

Le 9ème GAAC disposait lui encore de deux batteries mixtes (37 et de 75mm) qui vont couvrir Paris contre les raids aériens.

Le 3ème Corps d’Armée (3ème CA) à été mis au repos après le repli général sur La Somme et relevé par le 15ème CA. Il va remonter en ligne après trois semaines de repos et va combattre jusqu’à son rempli sur la Seine, couvrant le flanc sud-ouest de la «poche de Paris».

Il comprend à cette date le 3ème GRCA (12 AMX-44 et 12 AMP), le 102ème RALT (deux groupes de 105mm et un groupe de 155mm), le 361ème RALP (un groupe de 105mm et un groupe de 155mm), le 1er GRDI (huit FCM-42 et douze AMP), la 5ème DI, le 30ème GRDI (12 FCM-42 et 12 AMP) et la 18ème DI.

Le 15ème Corps d’Armée (15ème CA) avait relevé le 3ème CA. Il va combattre jusqu’au bout se repliant sur Paris pour couvrir le nord-ouest à l’ouest du 21ème CA qui couvrait le nord de Paris.

Ce corps d’armée dispose encore de l’essentiel de ces moyens avec le 615ème RP, le 15ème GRCA (seize Hotchkiss H-39 et douze AMD), le 141ème RALH (un groupe de 105mm et deux groupes de 155mm), le 71ème GRDI (douze AMX-42 et douze AMP), la 2ème DIC, le 74ème GRDI (seize Hotchkiss H-39 et douze AMP) et la 4ème DIC.

Le 4ème Corps d’Armée (4ème CA) occupait le flanc sud-est de la «poche de Paris» avec le 21ème CA sur son flanc occidental. Il comprend alors le 604ème RP (assez affaiblit), le 4ème GRCA (douze AMX-44 et douze AMP), le 111ème RALCH (un groupe de 105mm et un groupe de 155mm), le 356ème RALP (deux groupes de 105mm et un groupe de 155mm), le 94ème GRDI (douze AMX-42 et douze AMP), la 4ème DINA, le 24ème GRDI (douze AMX-42 et douze AMP) et la 22ème DI.

Le 21ème Corps d’Armée (21ème CA) disposait lui d’un 621ème RP très affaiblit, d’un 21ème GRCA réduit à huit AMX-44 et douze AMP, d’un 109ème RALH disposant d’un groupe de 105 et d’un groupe de 155mm, du 66ème GRDI (huit AMX-42 et douze AMP), de la 53ème DI, du 9ème GRDI (six AMX-42 et six AMP) et de la 61ème DI.

Le 32ème Corps d’Armée (32ème CA) est déployé au sud de Paris pour fermer la poche et éviter qu’une attaque brusquée des allemands n’entraine par exemple le franchissement rapide du fleuve.

Il comprend à l’époque le 632ème RP, le 32ème GRCA (douze AMX-42 et douze AMD-178B), le 145ème RALH (deux groupes de 105mm et deux groupes de 155mm), le 77ème GRDI (douze AMX-44 et douze AMD-178B), la 7ème DIC, le 4ème GRDIPol (douze AMX-44 et douze Daimler Dingo) et la 4ème DIP.

Le Conflit (48) Europe Occidentale (14)

Ligne Maginot

Secteur Fortifié des Flandres (SFF)

Unités

-221ème régiment de travailleurs à cinq compagnies de 200 hommes chargés de l’entretien et de la garde des ouvrages en attendant le déploiement des unités de campagne.

-10ème et 11ème batteries du 161ème Régiment d’Artillerie de Position. La 10ème batterie reste équipée de canons de 75mm modèle 1897 alors que la 11ème à reçu des canons de 75mm TAZ modèle 1939.

-174ème bataillon de sapeurs mineurs

Principaux ouvrages du secteur

Dans cette partie je présenter de manière sommaire les principaux ouvrages du secteur. Dans ce secteur, il n’y à pas d’ouvrages puissants, la frontière franco-belge ayant été exemptée d’ouvrages puisque de 1920 à 1936, Paris et Bruxelles sont alliés.

Ce sont donc des ouvrages de campagne qui annoncent la ligne CEZF et qui sont plus proches des ouvrages des lignes Chauvineau et Doumer.

-La position de résistance dispose de six organisations de type Fortification de Campagne Renforcée (FCR) ou blocs Billote , de huit organisations type STG (Service Technique du Génie) , d’un blockhaus type Da, de cinq abris de tir et vingt-neuf tourelles démontables (dix-sept armées d’une mitrailleuse de 7.5mm et douze armés d’un canon de 25mm).

-La Bretelle de Cassel est elle couverte par huit blockhaus STG.

Secteur Fortifié de Lille

Unités

-16ème régiment de travailleurs

-1st Infantry Division [UK] restée sur le sol français après la démobilisation et durant la période dite de la Pax Armada.

Principaux ouvrages du secteur

Le Secteur Fortifié de Lille dispose au total de soixante-cinq blockhaus, de vingt-trois abris de tir et de neuf tourelles démontables (quatre équipées de canons antichars de 25mm et cinq équipés de mitrailleuses de 7.5mm).

Secteur Fortifié de l’Escaut (SFE)

Unités

-54ème régiment d’infanterie de forteresse (trois bataillons de mitrailleurs et trois compagnies d’équipage d’ouvrage ou CEO)

-17ème régiment de travailleurs

-1er groupe du 161ème RAP équipé de 16 canons de 75mm modèle 1897 en deux batteries et une batterie équipée de huit canons de 105L modèle 1913S, ces canons disposant d’un train de roulement sur pneumatique pour permettre la traction automobile.

-1ère compagnie du 212ème bataillon de Sapeurs-Mineurs

Principaux ouvrages du secteur

-La position de résistance dispose de vingt organisations type FCR, seize ouvrage type STG et cinq ouvrages type 1ère Région Militaire. Le vieux fort de la Maulde s’intègre à cette position tout comme un ouvrage type CORF (Commission d’Organisation des Régions Fortifiées).

-On trouve également vingt constructions type 1ère RM, un abri de tir, un blockhaus type STG, deux blockhaus type FCR et huit observatoires.

-La ville de Valenciennes est protégée par une série de quatorze ouvrages, douze étant du type FCR (et deux du type STG.

-La Commission d’Etudes des Zones Fortifiées (CEZF) réalise des travaux complémentaires dans le SFE avec quarante casemates type STG.

-La position de la forêt de Raismes dispose de douze constructions type CORF.

Secteur Fortifié de Maubeuge

Unités

Le 12 septembre 1948 le Secteur Fortifié de Maubeuge devient la 101ème Division d’Infanterie de Forteresse (101ème DIF)

-84ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (84ème RIF) disposant de trois bataillons de mitrailleurs et deux compagnies d’équipage d’ouvrage.

-87ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (87ème RIF) réactivé le 1er septembre 1948 à partir du régiment précédent. Il dispose de deux bataillons de mitrailleurs et de trois compagnies d’équipage d’ouvrages.

-1er régiment de mitrailleurs

-18ème régiment de travailleurs

-2ème groupe du 161ème RAP équipé de 16 canons de 75mm modèle 1897 (deux batteries) et 8 canons de 105mm modèle 1913S en une batterie.

-226ème bataillon du génie de forteresse (1ère compagnie de sapeurs mineurs, 81ème et 82ème compagnies de transmission et le 21ème parc du génie).

Principaux ouvrages du secteur

Dans le Sous-secteur Hainaut, la position de résistance dispose de cinq ouvrages CORF alors que la ligne d’arrêt comprend trente-six ouvrages répartis en différents types : six ouvrages type FCR, vingt-huit ouvrages type 1ère RM et deux ouvrages type STG.

La bretelle de la forêt de Mormal est tenue par quatre casemates simples flanquant vers l’est, six casemates simples flanquant vers l’ouest, trois casemates doubles et neuf observatoires.

Dans le Sous-Secteur Thierarche on trouve deux blockhaus type STG, sept ouvrages type FCR, six ouvrages type CORF, quarante-neuf type 1ère RM, trente-trois tourelles démontables,

Secteur Fortifié des Ardennes

Unités

Après le début de la guerre le SFA devient la 102ème Division d’Infanterie de Forteresse (102ème DIF)

-482ème régiment de pionniers

-42ème demi-brigade de mitrailleurs coloniaux

-52ème demi-brigade de mitrailleurs coloniaux officiellement réactivée à la fin du mois d’août

-148ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (148ème RIF) disposant de trois bataillons de mitrailleurs et d’une compagnie cycliste

-160ème régiment d’artillerie de position : 2ème groupe avec les 4ème et 6ème batteries disposant de canons de 75mm modèle 1897 et 3ème groupe (7ème 8ème et 9ème batteries) équipées de canons de 155C Saint Chamond modèle 1915 et de canons de 155L modèle 1877.

-141ème bataillon de génie de forteresse avec une compagnie de sapeurs mineurs, les 81ème et 82ème compagnies de transmission et du 83ème détachement colombophile.

-227ème bataillon du génie de forteresse (1ère compagnie de sapeurs-mineurs, la 81ème compagnie de télégraphiste et la 82ème compagnie radio).

Principaux ouvrages du secteur

-Dans la Région Trélon-Rocroi on trouve quatre ouvrages type FCR et vingt-six ouvrages type 1ère RM mais aussi vingt tourelles démontables (huit à canon de 25mm et douze armées de mitrailleuses) et quatre observatoires.

-La partie nord de la Forêt de Saint-Michel est couverte par vingt-neuf casemates type simplifié sur deux lignes parallèles

-La Forêt de Saint Michel et l’avancée de Rocroi située à l’est de la position précédente comprend trente-six ouvrages (quinze FCR et vingt et un STG),quatre-vingt cinq abris de différents types et quatre postes d’observation.

-Le cours de la Meuse situé à l’est de la position que nous venons de décrire est protégé par soixante-cinq abris de tir Barbeyrac ou fortifications de campagne et un poste d’observation.

-Le Sous-secteur de Sécheval couvre la région comprise entre le sud de Revin et le nord de Nouzonville. Il dispose d’une ligne de maisons fortes à proximité de la frontière belge et d’une LPR (Ligne Principale de Résistance) composée de vingt-sept abris de tir de différents types.

-Le Sous-secteur d’Etion situé à l’est du précédent englobe les villes de Nouzonville à Charleville-Mézières comprend quatre maisons fortes sur la frontière belge, huit blockhaus type STG et un abri de tir type Barbeyrac pour défendre la tête de pont de Charleville-Mézières et une LPR composée d’un unique casemate d’artillerie, de deux postes d’observation et de quarante abris de tir.

-Le Sous-secteur de Bouzicourt ne dispose pas de maisons fortes mais la LPR est symbolisée par trois casemates type STG et quarante abris de tirs de type divers.

Comme on peut le voir ce dispositif est clairement le point faible de la Ligne Maginot et les conséquences auraient pu être terribles si l’ennemi avait eu l’idée ingénieuse d’y appliquer son Schwerpunkt.

La période de la Pax Armada est propice pour de sérieux travaux de renforcement menés par la CEZF qui va réaliser trois fronts successifs. Ces fronts vont être encore renforcés durant la période septembre 1948-mai 1949. Cela nous donne le schéma suivant :

-Le Front Nord dit «Est du Chesne» dispose d’Omont à Stonne de quinze kilomètres d’obstacles antichars (rails doublé d’un fossé) et de dix-sept casemates pour battre l’obstacle par les feux car un obstacle non défendu ne sert STRICTEMENT A RIEN !

-Le Front Centre dit «Dun-sur-Meuse» dispose de la forêt de Belval à Brandeville de seize kilomètres d’obstacles antichars et de dix-huit casemates.

-Le Front Est dit «Etain-Spincourt» qui s’étend de la côte de Romagne à celle de Boismont dispose de vingt kilomètres d’obstacles antichars battus par les feux de vingt-deux casemates.

Durant la période septembre 1948-mai 1949 les troupes présentes sur place vont aménager de nouveaux obstacles, certaines unités se révélant particulièrement imaginatives pour parsemer leur dispositif de pièges savants qui vont provoquer de lourdes pertes parmi les Landser.

Secteur Fortifié de Montmedy

Unités

Devient ultérieurement la 103ème Division d’Infanterie de Forteresse (103ème DIF)

-132ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (132ème RIF)

-136ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (136ème RIF)

-147ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (147ème RIF)

-155ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (155ème RIF)

-169ème Régiment d’Artillerie de Position (169ème RAP) disposant des moyens suivants :

-Un groupe avec une batterie de 155mm et deux batteries de 105mm

-Un deuxième groupe avec deux batteries d’ouvrages (une pour les forts de Verdun et un autre pour les casemates du secteur) et une batterie de 105mm.

-Une batterie antichar de douze canons de 47mm modèle 1937

-211ème bataillon de sapeurs mineurs avec la 81ème compagnie télégraphiste et la 82ème compagnie radio

Principaux ouvrages du secteur

-Le Sous-secteur de Sedan s’étend comme son nom l’indique de la ville de Sedan (plus précisément de la limite du SF des Ardennes) aux ouvrages de Paletto et du Grand-Pâquis, ce secteur ayant donc la Meuse comme colonne vertébrale.

Ce secteur dispose d’abord de huit maison-fortes qui doivent servir de sonnettes pour avertir la Ligne Principale de Résistance (LPR) qui s’étend de Grand-Condé à Longues-Orgières avec huit ouvrages type FCR et un ouvrage STG.

-Le Sous-secteur de Mouzion comprend une ligne de sept maisons fortes puis une LPR qui s’étend de Paletto à Fond-Dur avec huit blockhaus type FCR et douze blockhaus type STG. A cela s’ajoute 104 abris de tir, 4 postes d’observation et 3 postes de commandement.

Une Seconde ligne suit le cours de la Meuse avec quatorze abris de tir de type Barbeyrac. La ligne CEZF dans ce secteur est symbolisée par la présence de onze blockhaus type STG.

-Le Sous-secteur de la Tête de Pont de Montmedy comprend deux casernement de sûreté implantés à La Ferté et à Montmédy, treize abris de tir et un abri passif à Villy alors que la LPR comprend deux abris de tir type Barbeyrac, trois ouvrages type STG, un ouvrage type CFR et des ouvrages type CORF, les ouvrages qui symbolisent la «Muraille de France».

On trouve l’ouvrage de La Ferté (Petit Ouvrage à deux blocs), l’ouvrage du Le Chesnois (ouvrage d’artillerie à six blocs et entrée mixte) et l’ouvrage de la Thonnelle (ouvrage d’infanterie à quatre blocs) auxquels il faut ajouter trois ouvrages type CORF, trois ouvrages type STG et huit ouvrages type FCR.

-Le Sous-secteur de Marville comprend la Ligne de Défense de la Chiers (sept ouvrages type STG et quatre ouvrages type FCR), une LPR comprenant deux ouvrages type STG, un ouvrage type FCR et huit ouvrages type RFM (Region Fortifiée de Metz) et la bretelle Mangiennes-Pierrepont avec douze casemates type STG et un fossé antichar continu.

Secteur Fortifié de la Crusnes

Unités

-128ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (128ème RIF) réactivé dès le 21 août 1948

-139ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (139ème RIF) réactivé le 30 août 1948

-149ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (149ème RIF)

-46ème Régiment d’Artillerie Mobile de Forteresse (46ème RAMF) disposant de deux groupes de 75mm appuyant respectivement les 128ème et 139ème RIF et d’un groupe de 155C appuyant le 149ème RIF.

-152ème Régiment d’Artillerie de Position (152ème RAP) disposant de deux batteries de 155C et deux batteries de 155mm modèle 1877

-142ème bataillon du génie de forteresse (deux compagnies de génie, 81ème compagnie télégraphiste, 82ème compagnie radio et 83ème détachement colombophile)

Principaux ouvrages du secteur

-Le Sous-secteur d’Arrancy comprend pour commencer l’ouvrage de Ferme-Chappy (ouvrage d’infanterie à deux blocs) et l’ouvrage du Fermont (ouvrage d’artillerie à sept blocs et deux entrées).

Pour couvrir l’espace le séparant de l’ouvrage du Latiremont (un ouvrage d’artillerie à six blocs et deux entrées) on trouve trois casemates simples flanquant vers l’est, un observatoire et quatre casemates simples flanquants vers l’ouest.

-Le Sous-secteur de Morfontaine comprend entre Latiremont et Mauvais-Bois cinq casemates et un observatoire de type CORF.

L’ouvrage de Mauvais-Bois est lui un ouvrage d’infanterie à trois blocs et entre cet ouvrage et celui du Bois-du-Four on trouve quatre constructions type CORF (une casemate double, deux casemates simples flanquant vers l’est et une casemate simple flanquant vers l’ouest).

L’ouvrage du Bois-du-Four est un ouvrage d’infanterie monobloc qui à reçu ultérieurement une casemate d’artillerie pour canon de 75mm pour compenser le fait que cet ouvrage n’ait pas été achevé comme ouvrage d’artillerie.

-On trouve ensuite six ouvrages type CORF avec deux casemates simples flanquant vers l’ouest, une casemate simple flanquant vers l’est, une casemate cuirassée, une casemate double et un observatoire.

-Le Sous-secteur d’Aumetz comprend successivement d’ouest en est une casemate simple flanquant vers l’ouest, l’ouvrage du Brehain (un ouvrage d’artillerie à huit blocs et deux entrées), dix ouvrages type CORF (deux casemates simples flanquant vers l’ouest, quatre casemates flanquant vers l’est, trois casemates cuirassées et un observatoire), l’ouvrage d’Aumetz (un ouvrage d’infanterie à trois blocs), cinq casemates type CORF (une casemate simple flnaquant vers l’est, trois casemates simples flanquant vers l’ouest et un abri de surface) et des ouvrages de campagne à savoir sept cuves pour canons de 65mm, quarante-neufs tourelles démontables (dix-sept à canons de 25mm, trente-deux armées de mitrailleuses), neuf boucliers pour canons de 25mm, quinze PC, onze observatoires et deux casemates Pamart.

Secteur Fortifié de Thionville

Unités

-167ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (167ème RIF)

-168ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (168ème RIF)

-169ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (169ème RIF) mobilisé à partir du 168ème RIF comme en septembre 1939.

-151ème Régiment d’Artillerie de Position (151ème RAP) à cinq groupes répartis en deux groupes de 155L, un groupe disposant de deux pièces de 240, un groupe disposant de deux pièces de 220L, et un groupe regroupant les batteries d’ouvrages et l’artillerie d’anciens forts allemands.

-70ème Régiment d’Artillerie Mobile de Forteresse (70ème RAMF) avec deux groupes de 75mm (ayant appartenu de septembre 1940 à août 1948 au 151ème RAP) et un groupe de 155C

-203ème bataillon du génie de forteresse qui dispose de deux compagnies de génie (1ère et 2ème), la 81ème compagnie télégraphiste et la 82ème compagnie radio.


Principaux ouvrages du secteur

-Le Sous-secteur d’Angevillers comprend tout d’abord l’ouvrage de Rochonvilliers (ouvrage d’artillerie à neuf blocs et deux entrées), huit ouvrages couvrant l’espace compris entre l’ouvrage de Rochonvilliers et de Molvange (une casemate double, trois abri-cavernes, deux casemates simples flanquant vers l’ouest, une casemate simple flanquant vers l’est et une casemate cuirassée), l’ouvrage de Molvange (ouvrage d’artillerie à neuf blocs et deux entrées) et cinq ouvrages CORF (deux abris de surface, une casemate cuirassée, une casemate simple flanquant vers l’ouest et une casemate simple flanquant vers l’est).

-Le Sous-secteur d’Hettange-Grande comprend d’ouest en est un abri de surface, l’ouvrage de l’Immerhof (ouvrage à trois blocs et une entrée), trois abris de surface et deux observatoires, l’ouvrage de Soetrich (ouvrage d’artillerie à six blocs et deux entrées), un observatoire, une casemate simple flanquant vers l’est, un abri de surface, l’ouvrage du Bois-Karre (ouvrage d’infanterie monobloc), trois abris, une casemate simple flanquant vers l’ouest, une casemate simple flanquant vers l’est, l’ouvrage du Kobenbusch (ouvrage d’artillerie à sept blocs et deux entrées) et l’ouvrage d’Oberheide (ouvrage d’infanterie monobloc).

-Le Sous-secteur d’Elzange comprend d’ouest en est un observatoire, une casemate simple flanquant vers l’est, l’ouvrage du Galdenberg (ouvrage d’artillerie à six blocs et deux entrées), l’ouvrage du Sentzrich (ouvrage d’infanterie monobloc), un blockhaus équipé d’un créneau JM/AC-47, un abri caverne, deux casemates simples flanquant vers le nord et deux casemates simples flanquant vers le sud, l’ouvrage du Métrich (ouvrage d’artillerie à dix blocs et deux entrées), l’ouvrage de Billig (ouvrage d’artillerie à sept blocs et une entrée) et des constructions de campagne (dix petits blockhaus pour mitrailleuses ou canons antichars, quatre cuves pour canons de 65mm, quarante tourelles démontables douze à canons de 25mm et vingt-huit armées de mitrailleuses , trois boucliers de 25mm, quinze PC et six observatoires).

Secteur Fortifié du Boulay

Unités

-160ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (160ème RIF)

-161ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (161ème RIF)

-162ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (162ème RIF)

-164ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (164ème RIF)

-23ème Régiment d’Artillerie Mobile de Forteresse (23ème RAMF) disposant de deux groupes de 75mm d’un groupe de 155C et d’un groupe antichar équipé d’une batterie de 75mm et d’une batterie de 47mm

-153ème Régiment d’Artillerie de Position (153ème RAP) disposant de deux groupes de 75mm, deux groupes de 105mm et un groupe équipé de pièces lourdes en l’occurrence quatre canons de 240L et 4 canons de 155L.

-202ème bataillon du génie de forteresse qui prend sous son aile également une compagnie télégraphiste et une compagnie radio.

Principaux ouvrages du secteur

-Le Sous-secteur d’Hombourg-Dudange comprend d’ouest en est un abri-caverne, une casemate simple flanquant vers le nord, une casemate simple flanquant vers le sud, l’ouvrage du Hackenberg (dix-sept blocs mais les plans initiaux prévoyaient trente blocs !), deux casemates simples (l’un flanquant vers le nord et l’autre vers le sud), un abri-caverne, l’ouvrage du Coucou (ouvrage d’infanterie à deux blocs), deux abris de surface deux abris-cavernes et un observatoire, l’ouvrage du Mont-Des-Welches (ouvrage d’artillerie à cinq blocs et deux entrées), une casemate double type CORF, un blockhaus type STG simple flanquant à gauche, l’ouvrage du Michelsberg (ouvrage d’artillerie à cinq blocs et une entrée), un blockhaus simple flanquant à droite type STG un abri de surface une casemate simple flanquant vers le nord, un casemate simple flanquant vers le sud et un abri de surface, l’ouvrage du Hobling (ouvrage d’infanterie à cinq blocs) et enfin un abri à caverne.

-Le Sous-secteur de Burtoncourt comprend d’ouest en est une casemate simple flanquant vers le nord, une casemate simple flanquant vers le sud, un abri de surface, un observatoire, un abri-caverne, ‘louvrage de la Bousse (ouvrage d’infanterie à trois blocs et une entrée), l’ouvrage d’Anzeling (ouvrage d’artillerie à sept blocs et deux entrées), l’ouvrage de Berenbach (ouvrage d’infanterie à trois blocs), un abri de surface et un PC de bataillon, un abri de surface et un abri-casemate de surface.

-Le Sous-secteur de Tromborn comprend d’ouest en est une casemate simple flanquant vers le nord, l’ouvrage du Bovenberg (ouvrage d’infanterie à six blocs bien loin des dix-huit blocs intialement prévus, une casemate d’artillerie pour deux canons de 75mm de campagne compensant l’absence d’ouvrage d’artillerie), une casemate d’artillerie, une casemate simple flanquant vers le nord une casemate simple flanquant vers le sud, l’ouvrage du Denting (ouvrage d’infanterie à trois blocs), l’ouvrage de Village-de-Coume (ouvrage d’infanterie à trois blocs) et enfin l’ouvrage Annexe Nord de Coune (ouvrage d’infanterie monobloc)

-Le Sous-secteur de Narbéfontaine comprend successivement l’ouvrage de la Coume (ouvrage d’infanterie à deux blocs), l’ouvrage annexe sud de la Coune (ouvrage mixte à quatre blocs), une casemate cuirassée, une casemate flanquant vers le nord, deux casemates simples flanquant vers le sud, l’ouvrage du Mottenberg (ouvrage d’infanterie à trois blocs), une casemate double et des ouvrages de campagne (trente et un blockhaus pour mitrailleuse et canon antichar, quatre casemates type STG, une casemate type Pamart, quatre cuves pour canons de 65mm, quarante-deux tourelles démontables trente pour mitrailleuses et douze pour canons de 25mm , dix boucliers pour canons de 25mm, dix-sept PC et dix observatoires)

Secteur Fortifié de Faulquemont

Unités

-146ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (146ème RIF)

-156ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (156ème RIF) réactivé le 2 septembre 1948 avec un noyau fournit par le 146ème RIF.

-163ème Régiment d’Artillerie de Position (163ème RAP) disposant en septembre 1948 de deux groupes de 75mm, un groupe de 155C Saint Chamond et un groupe d’artillerie lourde équipé de canons de 155L.

-39ème Régiment d’Artillerie Mobile de Forteresse (39ème RAMF) disposant en septembre 1948 de deux groupes de 75mm et un groupe de 155C auquel s’ajoute rapidement un groupe antichar équipé de canons de 47mm.

-201ème bataillon de génie de forteresse qui prend sous son aile une compagnie télégraphiste et une compagnie radio.

Principaux ouvrages du secteur

-Le Sous-secteur de Steinbesch comprend successivement l’ouvrage du Kerfent (ouvrage d’infanterie à quatre blocs), deux casemates d’artillerie de campagne de 75mm (pour compenser le fait que l’ouvrage précédent n’avait pas été achevé comme ouvrage d’artillerie), l’ouvrage du Bambesch (ouvrage d’infanterie à trois blocs), une casemate d’artillerie pour deux canons de 75mm deux casemates cuirassées une casemate simple flanquant vers le nord, l’ouvrage d’Enseling (ouvrage d’infanterie monobloc), deux casemates cuirassées une casemate simple flanquant vers le sud et une casemate d’artillerie et l’ouvrage du Laudrefang (ouvrage mixte à quatre blocs)

-Le Sous-secteur du Bois-des-Chênes comprend successivement deux casemates cuirassées, l’ouvrage du Téting (ouvrage d’infanterie à trois blocs), un casemate d’artillerie pour deux canons de 75mm type RFM pour couvrir l’ouvrage précédent et différents ouvrages dit de campagne à savoir trente-trois blockhaus pour mitrailleuses et canons antichars (16 modèle 1935 et 17 modèle 1936), quatre casemates Pamart, sept cuves pour canons de 65mm, trente-quatre tourelles démontables (vingt-deux pour mitrailleuses et douze pour canons de 25mm), huit boucliers pour canon de 25mm, environ quarante PC et huit observatoires.

Secteur Fortifié de la Sarre

Unités

-133ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (133ème RIF)

-69ème Régiment de Mitrailleurs d’Infanterie de Forteresse (69ème RMIF)

-82ème Régiment de Mitrailleurs d’Infanterie de Forteresse (82ème RMIF)

-174ème Régiment de Mitrailleurs d’Infanterie de Forteresse (174ème RMIF)

-41ème Régiment de Mitrailleurs de l’Infanterie Coloniale (41ème RMIC)

-51ème Régiment de Mitrailleurs de l’Infanterie Coloniale (51ème RMIC)

-166ème Régiment d’Artillerie de Position (166ème RAP) qui dispose d’un groupe équipé de canons de 75mm et de canons de 155C Saint Chamond, d’un groupe équipé de canons de 75mm et de canons de 155L et un groupe équipé de canons de 120, de 220 et de 280mm.

-49ème Régiment d’Artillerie Mobile de Région Fortifiée (49ème RAMRF) créé à partir du précédent en août 1948 dispose de deux groupes de 75mm et d’un groupe de 155C.

-208ème bataillon du génie de forteresse

Principaux ouvrages du secteur

-Le Sous-secteur de Lixing dispose de dix blockhaus type STG (dix double et deux simples) et deux blockhaus MOM abritant chacun un canon de 75mm modèle 1897 flanquant vers l’ouest. On trouve également les PAF (Points d’Appui Fortifiés) d’Altviller et d’Holbach.

-Le Sous-secteur de Leyviller comprend deux ouvrages MOM pour un canon de 75mm modèle 1897 flanquant vers l’est, neuf ouvrages type STG (quatre simples et cinq doubles) et les PAF d’Henriville et de Marienthal.

-Le Sous-secteur de Saint-Jean-Les-Rohrbach comprend dix ouvrages type STG (sept doubles et trois simples), quatre blockhaus CORF pour déclencher les inondations défensives et les PAF de Louperhouse, Guebenhouse et Ernestviller.

-Les Sous-Secteur de Kappelkinger et de Sarraube ne disposent d’aucune formation type CORF ou STG mais uniquement des organisations de campagne assez légères. Ces deux sous-secteurs disposent aussi de PAF, le premier celui de Grundviller et de la côte 252, le second à Willerwald et de Kisswald.

-Le Sous-secteur de Kalhausen dispose lui d’ouvrages CORF avec d’ouest en est deux casemates simples flanquant vers l’est, l’ouvrage du Haut-Poirier (ouvrage d’infanterie à trois blocs et une entrée de type réduit), trois casemates doubles et vingt-deux casemates type CEZF (C1 à C22).

Secteur Fortifié de Rorbach

Unités

-37ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (37ème RIF)

-153ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (153ème RIF)

-7ème compagnie du 400ème régiment de pionniers

-59ème Régiment d’Artillerie Mobile de Forteresse (59ème RAMF) équipé de deux groupes de 75mm, un groupe de 155C et un groupe antichar équipé de canons de 75mm.

-150ème Régiment d’Artillerie de Position (150ème RAP) qui dispose d’un groupe armés de canons de 155L et de 145L et un groupe équipé de 155L, 155C et 105C en remplacement des 120L De Bange.

-207ème bataillon du génie de forteresse

Principaux ouvrages du secteur

-Le Sous-secteur de Bining comprend successivement une casemate double, deux casemates simples flanquant vers l’ouest, l’ouvrage du Welschof (PO à trois blocs), une casemate double, l’ouvrage du Rohrbach (petit ouvrage à trois blocs), deux blockhaus modèle 1936 type RFM pour canons de 75mm, une casemate double type 1934, un abri de surface et un PC de compagnie.

-Le Sous-secteur du Légeret comprend une casemate simple flanquant vers l’ouest, une casemate simple flanquant vers l’est, une casemate simple flanquant vers l’ouest, une casemate simple flanquant vers l’est, un abri-caverne pour compagnie à trois coffres, deux casemates simples flanquant vers l’ouest, une casemate double, un abri-caverne, une casemate simple flanquant vers l’est, l’ouvrage du Simserhof (ouvrage d’artillerie à huit blocs et deux entrées), une casemate simple flanquant vers l’est, un abri-caverne, un observatoire, un abri-caverne, une casemate simple flanquant vers l’ouest, un abri-caverne, quatre avant-postes et une maison forte.

-Le Sous-secteur de Bitche comprend successivement l’ouvrage du Schiesseck (ouvrage d’artillerie à huit blocs et deux entrées), une casemate simple flanquant vers l’ouest, une casemate simple flanquant vers l’est, un observatoire auxiliaire, l’ouvrage d’Otterbiel (ouvrage mixte à quatre blocs et une entrée), une casemate simple flanquant vers l’est, une casemate simple flanquant vers l’ouest, un abri-caverne + PC de Bataillon, une casemate simple flanquant vers l’ouest, deux casemates simples flanquant vers l’est, un casemate flanquant vers l’ouest, une casemate simple flanquant vers l’est et un abri de surface.

Secteur Fortifié des Vosges

Unités

Devient ultérieurement la 104ème Division d’Infanterie de Forteresse (104ème DIF)

-154ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (154ème RIF)

-165ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (165ème RIF)

-5ème compagnie du 400ème régiment de pionniers

-168ème Régiment d’Artillerie de Position (168ème RAP) avec un groupe à trois batteries équipées de canons de 75mm, un groupe à trois batteries équipées de canons de 155mm, un groupe antichar indépendant équipé de canons de 47mm.

-143ème bataillon du génie de forteresse (143ème BGF)

Principaux ouvrages du secteur

-Le Sous-secteur de Phillipsbourg comprend tout d’abord l’ouvrage du Grand-Hohékirkel un ouvrage d’artillerie à cinq blocs et deux entrées.

On trouve ensuite une série de petites positions de campagne : deux abris-cavernes à deux coffres, une casemate simple flanquant vers l’ouest, une casemate simple flanquant vers l’est, une casemate d’artillerie type RFL pour deux canons de 75mm modèle 1897, quatre blockhaus doubles, une casemate simple, deux blockhaus simples, un blockhaus double, une casemate simple flanquant vers l’est, quatre casemates doubles, une casemate simple flanquant vers l’ouest, une casemate simple flanquant vers l’est et trois casemates doubles.

-Le Sous-secteur de Langensoultzbach comprend une casemate simple flanquant vers l’est, une casemate double, une casemate cuirassée, une casemate d’artillerie type RFL pour deux canons de 75mm modèle 1897, un blockhaus double, un blockhaus simple flanquant vers l’est et un blockhaus simple flanquant vers l’ouest.

On trouve ensuite un blockhaus simple flanquant vers l’est, un blockhaus simple flanquant vers l’ouest, un blockhaus double, deux blockhaus simples flanquant vers l’ouest, un blockhaus double, deux blockhaus simple flanquant vers l’est, un blockhaus double, un blockhaus simple flanquant vers l’ouest, un blockhaus simple flanquant vers l’est, une casemate double, trois blockhaus doubles, une casemate simple flanquant vers l’ouest.

C’est ensuite l’ouvrage du Lembach (PO à trois blocs et une entrée type réduit) et l’ouvrage du Four-à-Chaux (ouvrage d’artillerie à six blocs et deux entrées).

Secteur Fortifié d’Haguenau

Unités

-22ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (22ème RIF)

-23ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (23ème RIF)

-68ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (68ème RIF)

-79ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (79ème RIF)

-6ème compagnie du 400ème régiment de pionniers

-156ème Régiment d’Artillerie de Position (156ème RAP) avec un groupe équipé de canons de 155mm, un groupe équipé de canons de 75mm et un groupe antichar équipé de canons de 47mm

-206ème bataillon du génie de forteresse

Principaux ouvrages du secteur

-Le Sous-secteur de Pechelbronn comprend d’ouest en est une casemate double, l’ouvrage du Hochwald (ouvrage d’artillerie à onze blocs, neuf casemates et trois entrées), ce monstre étant suivis par des ouvrages moins puissants que ce soit deux abris-cavernes pour deux sections, une casemate simple flanquant vers le nord, une casemate simple flanquant vers le sud ces deux derniers étant reliés par une galerie souterraine , une casemate double reliée à une casemate simple flanquant vers le sud par une galerie souterraine.

On trouve ensuite l’ouvrage du Schoenenbourg (ouvrage d’artillerie à six blocs et deux entrées), un abri-caverne, un abri de surface, une casemate simple flanquant vers l’est et une casemate simple flanquant vers l’ouest.

-Le Sous-secteur d’Hoffen comprend d’ouest en est une casemate double, un observatoire, deux casemates simples flanquant vers l’ouest, une casemate simple flanquant vers l’est, deux abris, une casemate simple flanquant vers l’ouest, deux casemates simples flanquant vers l’est, une casemate simple flanquant vers l’ouest, quatre casemates doubles et un observatoire.

-Le Sous-secteur de Soufflenheim comprend une casemate simple flanquant vers le nord, une casemate simple flanquant vers le sud, une casemate double, un abri de surface, une casemate simple flanquant vers le sud, une casemate simple flanquant vers le nord, une casemate simple flanquant vers le sud, une casemate simple flanquant vers le nord, une casemate simple flanquant vers le nord, une casemate simple flanquant vers le sud, une casemate simple flanquant vers le nord, une casemate simple flanquant vers le sud, trois abris, une casemate simple flanquant vers l’est, un abri de surface, une casemate double, une casemate simple flanquant vers le nord et un abri de surface.

-Le Sous-secteur de Sessenheim comprend successivement une casemate simple flanquant vers le sud relié par une galerie souterraine au casemate simple flanquant vers le nord cité dans la partie précédente, deux casemate simples flanquant vers le nord.

-La Ligne du Rhin est défendue du nord au sud par une casemate double type M2F, deux abris, trois casemates doubles type M2F, une casemate double, deux casemates doubles type M2F et un abri type A Cl.

-Une ligne d’avant-postes est réalisée de Climbach à Niederroeden

-Durant la guerre de Pologne est réalisée une deuxième position entre Losbann et Rittershoffen sous l’autorité de la CEZF avec un total de onze blockhaus type STG répartis entre cinq casemates flanquant à droite et six flanquant à gauche

-Sont également construites des maisons fortes au nombre de dix-sept.

-Ce dispositif sera encore étoffé mais à la marge durant la période séparant le début du second conflit mondial de l’offensive allemande du 10 mai 1949.

Secteur Fortifié du Bas-Rhin (SFBR)

Unités

Devient ultérieurement la 105ème Division d’Infanterie de Forteresse (105ème DIF)

-70ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (70ème RIF)

-172ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (172ème RIF)

-34ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (34ème RIF)

-226ème Régiment d’Infanterie de Secteur Fortifié défendant la place de Strasbourg.

-155ème Régiment d’Artillerie de Position (155ème RAP) disposant d’un groupe de 75mm, deux groupes équipés de canons de 75mm, de 155mm, de mortiers de tranchées de 150T, d’un groupe armant les forteresses ex-allemandes du secteur et un groupe antichar équipé de canons de 47mm.

-228ème bataillon du génie de forteresse

Principaux ouvrages du secteur

-Le Sous-secteur d’Herllisheim comprend une première ligne composée de casemates de berges avec successivement du nord au sud deux casemates simples, deux casemates doubles et deux casemates simples, une deuxième ligne dite ligne des abris (trois abris) et une troisième ligne dite ligne des villages composée de cinq casemates doubles type SFBR.

-Le Sous-secteur de Strasbourg comprend du nord au sud cinq casemates doubles, un blockhaus de défense des ponts type STG, deux autres casemates doubles type M2F, deux casemates doubles, une casemate simple, deux casemates doubles, deux casemates simples et deux casemates doubles.

-Le Sous-secteur d’Erstein comprend une première ligne composée de cinq casemates simples, une deuxième ligne avec deux abris et une troisième ligne composée de neuf casemates type CORF.

Secteur Fortifié de Colmar

Unités

Devient ultérieurement la 106ème Division d’Infanterie de Forteresse (106ème DIF)

-28ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (28ème RIF)

-42ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (42ème RIF)

-242ème Régiment d’Infanterie de Secteur Fortifié à deux bataillons

-1er groupe du 170ème Régiment d’Artillerie de Position (170ème RAP) disposant d’une batterie de 75mm et d’une batterie de 155mm

-229ème bataillon du génie de forteresse

Principaux ouvrages du secteur

-Le Sous-secteur d’Elsenheim comprend une première ligne avec du nord au sud trois abris, deux casemates simples, un abri, cinq casemates doubles, une deuxième ligne disposant de trois abris et une troisième ligne composée de quatre casemates CORF type SFBR, deux casemates CORF type SFBR Special et trois casemates type M2F

-Le Sous-secteur de Dessenheim comprend en première ligne deux casemates type M2F, un abri, une casemate type M1F, une casemate simple flanquant vers le sud et sept casemates type M2F, une deuxième ligne avec quatre abris et une troisième ligne composée de treize casemates type M2F et une casemate type spécial.

Secteur Fortifié de Mulhouse

Unités

Devient ultérieurement la 107ème Division d’Infanterie de Forteresse (107ème DIF)

-10ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (10ème RIF)

-2ème Groupe du 159ème Régiment d’Artillerie de Position (159ème RAP) avec un groupe disposant de canons de 75mm et de 155mm, une batterie de canons antichars de 47mm modèle 1937 et une batterie de mortiers de tranchée 150T remplacés avant mai 1949 par des mortiers de 120mm modèle 1942.

-230ème Bataillon de Génie de Forteresse (230ème BGF)

Principaux ouvrages du secteur

-La 1ère ligne ou ligne des berges est composée de deux casemates doubles type M2P et deux casemates doubles type M2F mais aussi de quatre abris

-La 2ème ligne ou ligne des abris comprend une casemate double et une casemate simple flanquant vers le sud.

-La 3ème ligne ou ligne des villages dispose de deux casemates doubles type CORF, de deux casemates doubles type CORF et de deux blockhaus doubles type STG.

-La Bretelle de Kembs disposent de quinze blockhaus STG

Secteur Fortifié d’Altkirch

Unités

-171ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (171ème RIF)

-173ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (173ème RIF)

-3ème et 4ème groupe du 159ème Régiment d’Artillerie de Position (159ème RAP) équipés de canons de 75mm et de 155mm plus un groupe antichar de 47mm modèle 1937.

-205ème Bataillon du Génie de Forteresse (205ème BGF)

Principaux ouvrages du secteur

-Le Sous-secteur de Franken comprend trente-deux blockhaus type STG avec successivement du nord au sud trois casemate d’artillerie pour deux matériels de 75mm 97/33 flanquant à droite, un blockhaus simple flanquant vers le nord, un blockhaus simple flanquant vers le sud, trois blockhaus doubles, un blockhaus simple flanquant vers le nord, huit blockhaus doubles, un blockhaus double allégé un blockhaus double, un blockhaus simple allégé flanquant vers le nord, deux blockhaus doubles allégés, un blockhaus double, une casemate d’artillerie pour deux matériels de 75mm 97/33 flanquant à gauche, un blockhaus double, quatre blockhaus doubles allégés, une casemate d’artillerie pour deux matériels de 75mm 97/33 flanquant à gauche et deux blockhaus doubles.

-Le Sous-secteur de l’Ill dispose de cinq casemates STG (une casemate d’artillerie pour deux matériels de 75mm 97/33 flanquant à gauche, un blockhaus double, une casemate d’artillerie pour deux matériels de 75mm 97/33 flanquant à gauche, un blockhaus double et un blockhaus double allégé), des barrages de route avec canons de 47mm sous blockhaus et mitrailleuses de 8mm sous coupoles mobiles ainsi que quatre positions d’artillerie : Huit emplacements pour canons de 155L modèle 1916 avec six abris, quatre emplacements pour canons de 240 Saint Chamond avec 4 abris.

-Le Glaserberg est défendue par une ligne fortifiée type MOM avec treize blockhaus, deux observatoires et quatorze abris.

Secteur Fortifié de Montbéliard

Unités

-12ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (12ème RIF)

-7ème groupe du 159ème Régiment d’Artillerie de Position (159ème RAP) disposant de canons de 75mm modèle 1897 et de 155mm type GPF.

-Différentes unités de soutien

Principaux ouvrages du secteur

-Pas d’ouvrages spécifiques, on s’est contenté de moderniser les vieux forts Serré de Rivière construits à la fin du 19ème siècle.

Région Fortifiée de Belfort

Unités

-371ème Régiment d’Infanterie

-5ème groupe du 159ème RAP équipés de canons de 75mm modèle 1897 et de 155mm GPF.

Principaux ouvrages du secteur

-Pas d’ouvrages spécifiques, on s’est contenté de moderniser les vieux forts Serré de Rivière construits à la fin du 19ème siècle.

Secteur Fortifié du Jura

Unités

Devient ultérieurement la 108ème Division d’Infanterie de Forteresse (108ème DIF)

-81ème Bataillon Alpin de Forteresse (81ème BAF)

-91ème Bataillon Alpin de Forteresse (91ème BAF)

-6ème groupe du 159ème Régiment d’Artillerie de Position (159ème RAP) avec des canons de 75mm modèle 1897 et de 155mm GPF.

Principaux ouvrages du secteur

On trouve trois forts type Seré de Rivière (Larmont, Joux et Saint-Antoine), quelques bloc et sept casemates type STG.

Secteur Défensif du Rhône

Unités

-230ème Demi-Brigade Alpine de Forteresse (230ème DBAF) avec les 179ème et 189ème BAF, le 199ème Bataillon de Chasseurs de Haute Montagne et la 2ème compagnie du 440ème régiment de pionniers pour des travaux de renforcement et d’entretien des ouvrages du secteur.

-1ère batterie du 164ème Régiment d’Artillerie de Position (164ème RAP) avec six canons de 105mm modèle 1913S et trois canons de 155mm GPF.

-Deux sections du génie

Principaux ouvrages du secteur

Le Sous-secteur Faucille-Fort l’Ecluse comprend le Fort-L’Ecluse (un fort inférieur reconstruit de 1816 à 1828 et un fort supérieur construit de 1834 à 1848), ce fort étant complété par des petits ouvrages de campagne disposant de mitrailleuses et de canons antichars.

-Le Sous-secteur du Chablais dispose deux emplacements pour arme antichar, dix blockhaus pour arme antichar, six blockhaus pour fusil-mitrailleur, six blockhaus modèle 1936, dix-huit Briançon armé d’un ou deux fusils mitrailleurs et deux abris sous roc.

-Le Sous-secteur de l’Arve est assurée par un blockhaus pour arme antichar, quatre blockhaus pour FM, un abri sous-rocher en attendant six blockhaus type STG.

Secteur Fortifié de Savoie

Unités

-16ème Demi-Brigade Alpine de Forteresse (16ème DBAF) regroupant les 101ème et 111ème BAF ainsi que le 6ème BCM.

-30ème Demi-Brigade Alpine de Forteresse (30ème DBAF) regroupant les 70ème et 71ème BAF ainsi que le 8ème BCM.

-2ème et 3ème compagnie du 440ème Régiment de Pionniers (440ème RP)

-Quatre groupes du 164ème RAP avec deux groupes de 75mm, un groupe de 155mm et un groupe antichar mixte (75mm et 47mm).

-214ème Bataillon de sapeurs mineurs

Principaux ouvrages du secteur

-Le Sous-secteur du Beaufortin comprend l’ouvrage des Séloges, un avant-poste à sept blocs actifs et une entrée.

-Le Sous-secteur de Tarentaise comprend un avant-poste et un barrage antichar, le Fort de la Redoute-Ruinée (construit entre 1891 et 1894 renforcé en 1932), un avant-poste disposant d’une casemate de mitrailleuse (plus une cloche GFM et un emplacement pour mortier de 60mm), deux abris d’avant-poste, un barrage de route, deux ouvrages d’infanterie, un ouvrage d’action frontale, des tourelles démontables et des emplacements pour troupes de campagne.

Le sous-secteur récupère et intègre les fortifications imaginées par Séré de Rivières avec le Fort de Vulmis (1890-91 modernisé en 1940), le Fort de Truc (1891-94 modernisé en 1940), le Blockhaus de La Platte (1892-1894) et la batterie d’artillerie du Courbaton.

-Le Sous-secteur du Palet-Vanoise comprend un avant-poste et une seconde ligne pour protéger la Vanoise. La Vallée de l’Arly est défendue par seize Briançon, un bloc pour canon antichar

La Vallée du Doron de Beaufort est défendue par quatre Briançon et un bloc pour canon antichar de 25mm.

-La Vallée de la Tarentaise (position de la Villette) comprend sept Briançon et un bloc antichar pour canon de 25mm.

-La Vallée du Doron de Bozel est défendu par un bloc pour deux mitrailleuses, un bloc pour FCM et un total de onze Briançon

-Le Sous-secteur de la Haute-Maurienne comprend plusieurs dispositifs avec dans le quartier du Mont-Cenis deux abris de section, deux blockhaus pour deux mitrailleuses associés à un abri, un blockhaus type A2, un blockhaus type A3 et un abri.

-On trouve ensuite au Revets un avant-poste à trois blocs et une entrée (pour interdire le col du Mont Cenis).

-Le Fort de la Turra est un fort construit entre 1897 et 1910 puis modernisé durant la Pax Armada.

-Dans le quartier du Val d’Ambin on trouve le Fort de Mont Froid qui dispose d’un blockhaus Est, d’un blockhaus Ouest, quatre abris et un barrage antichar.

-Le Sous-secteur de Moyenne-Maurienne est défendu par des ouvrages de campagne type CEZF construits entre 1942 et 1946.

-Dans le quartier d’Amodon on trouve deux abris de type alpin, un abri caverne, un observatoire et un bloc de combat mais aussi des tourelles démontables.

-Dans le quartier de l’Arc on trouve au Sapey un ouvrage d’artillerie à quatre blocs et une entrée, le Fort du Replaton (construit entre 1884 et 1892), l’ouvrage de Saint Gobain (ouvrage mixte à quatre blocs et une entrée), l’ouvrage Saint-Antoine (un ouvrage d’artillerie à deux blocs et une entrée + une casemate d’infanterie en guise de casemates annexe).

Le Tunnel de Modane est défendu par un blockhaus-magasin.

-Dans le Quartier des Cols Sud on trouve quatre observatoires de campagne, un central téléphonique et surtout l’ouvrage du Lavoir qui est un ouvrage d’artillerie à cinq blocs et deux entrées.

On trouve également l’ouvrage du Pas du Roc, un ouvrage d’artillerie à quatre blocs et une entrée mixte, un avant-poste sur Le Frejus (cinq blocs bétonnés pour interdire le col du même nom), un avant-poste destiné à interdire le col de la Roue (cinq blocs bétonnés), un avant-poste destiné à interdire le col de Vallée-Etroite et l’ouvrage d’Arrondaz (ouvrage d’infanterie).

-Le Sous-secteur de Basse-Maurienne comprend deux casemates légères pour fusils mitrailleurs dans le quartier de Valmeiner. Dans le quartier de Valloire, on trouve l’ouvrage des Rochilles un ouvrage d’infanterie à trois blocs et une entrée plus une deuxième position avec trois verrous au col de la Portée, au pas du Roc et au col des Trois Croix. Ces verrous disposeront de petits blocs armés de mitrailleuses et de canons antichars. Cette position bénéficie également de l’appui du vieux Fort du Télégraphe avec des canons de 95 et de 155mm.

Secteur Fortifié du Dauphiné

Unités

-75ème Demi-Brigade Alpine de Forteresse (75ème DBAF) avec les 72ème, 82ème et 92ème BAF

-157ème Demi-Brigade Alpine de Forteresse (157ème DBAF) avec les 73ème, 83ème et 102ème BAF

-4ème et 5ème compagnies du 440ème Régiment de Pionniers (440ème RP)

-154ème Régiment d’Artillerie de Position (154ème RAP) avec deux groupes de 75mm TAZ modèle 1939, un groupe de 105mm modèle 1913S et un groupe de 155mm modèle 1945S

-162ème Régiment d’Artillerie de Position (162ème RAP) disposant d’un groupe d’ouvrages et de deux groupes à trois batteries (une de 75mm modèle 1897, une de 105 modèle 1913S et une de 155mm GPF).

-216ème Bataillon de Génie de Forteresse (216ème BGF)

Principaux ouvrages du secteur

-Le Sous-secteur Haute Clarée-Guisane est divisé en plusieurs quartiers à savoir celui du Chardonnet (aucun ouvrage spécifique), celui de Bufere-Granon qui comprend plusieurs ouvrages comme l’ouvrage du Col-de-Buffere (ouvrage d’infanterie à trois blocs et une cheminée), un blockhaus d’avant 1914 renové et un avant-poste composé d’une galerie avec un créneau JM.

-Le Sous-secteur Haute Durance-Cerveyrette comprend au sein du quartier Vachette-Janus l’ouvrage de La Vachette (ouvrage d’infanterie à deux blocs), un barrage antichar léger défendu par un ouvrage CORF, un observatoire de campagne, un emplacement pour canons de 75mm modèle 1897 pour couvrir Montgenèvre, l’ouvrage CORF du Janus implanté dans le fort du même nom composé de sept blocs, une entrée et deux cheminées et enfin l’ouvrage MOM du Chenaillet (deux galeries disposant de deux casemates de mitrailleuses).

Au sein du quartier Gondran-Aittes on trouve l’ouvrage de Gondran (ouvrage d’infanterie à cinq blocs), l’ouvrage des Aittes (ouvrage d’infanterie à trois blocs et une entrée) mais aussi pas moins de 149 emplacements pour armes automatiques.

-Le Sous-secteur du Guil comprend au sein des quartiers du Péas, du Queyras, du Sommet-Bucher et du Ceillac des ouvrages MOM (blocs pour mitrailleuses, fusil-mitrailleur et des tourelles démontables). Un point fort est réalisé à Abriès avec six pilules armés chacune d’une fusil-mitrailleur.

-Le Sous-secteur Ubaye-Ubayette comprend au sein du quartier Saint Paul l’ouvrage de Plate-Lombarde, un ouvrage d’infanterie à quatre blocs, une entrée et une sortie de secours.

Au sein du quartier Meyronnes on trouve un barrage antichar léger défendu par un blockhaus, l’ouvrage de Larche (avant-poste à quatre blocs, une cheminée et une entrée), l’ouvrage de Saint Ours-Haut (ouvrage mixte à quatre blocs et une entrée), deux abris passifs, l’ouvrage de Saint Ours-Bas (ouvrage d’infanterie monobloc), un observatoire, l’ouvrage de la Roche-la-Croix (ouvrage mixte à cinq blocs et une entrée), un abri passif, une batterie du 19ème siècle reconstruite, des observatoires à la Duyère et aux Challanches (observatoires construits avant 1914 mais reconstruits), le Fort de Tournoux (un fort du 19ème siècle largement modernisé) et le batterie du Vallon Claous (une position du 19ème siècle largement modernisée).

-Le Sous-secteur Jausiers comprend au sein du quartier des Sagnes une série d’ouvrages MOM (six blocs, une entrée et une casemate active) alors qu’au sein du quartier de Restefond on trouve l’ouvrage Col-de-Restefond (abri actif à deux entrée), l’ouvrage du Restefond (ouvrage mixte à cinq blocs et une entrée), l’ouvrage de Granges-Communes (ouvrage d’infanterie à deux blocs) et l’ouvrage des Fourches (avant-poste à cinq blocs)

Au sein du quartier Rougna on trouve l’ouvrage de la Moutère (ouvrage d’infanterie à deux blocs), un abri alpin à quatre entrées, l’ouvrage du Le Pra (avant-poste à quatre blocs et une entrée), le tout associé à des ouvrages de campagne à savoir trente-six blocs et dix-sept abris sans compter des tourelles démontables.

Secteur Fortifé des Alpes Maritimes (SFAM)

Unités

-40ème Demi-Brigade Alpine de Forteresse (40ème DBAF) avec les 74ème, 75ème et 84ème BAF

-58ème Demi-Brigade Alpine de Forteresse (58ème DBAF) avec les 76ème, 86ème et 96ème BAF

-61ème Demi-Brigade Alpine de Forteresse (61ème DBAF) avec les 94ème, 95ème et 97ème BAF

-450ème Régiment de Pionniers (450ème RP)

-157ème Régiment d’Artillerie de Position (157ème RAP) avec un groupe équipé de canons de 105L modèle 1913S et de 155mm GPF, un groupe de 75mm modèle 1897, un groupe antichar équipé de canons de 47mm modèle 1937 et deux groupes armant les forts.

-158ème Régiment d’Artillerie de Position (158ème RAP) avec un groupe lourd (canons de 220L modèle 1917), un groupe de 155mm disposant de canons de 155mm GPF-T, deux groupes de 75mm modèle 1897 et un groupe antichar de 47mm disposant de canons de 47mm modèle 1937.

-Le 167ème Régiment d’Artillerie de Position (167ème RAP) disposant d’un groupe de 155mm GPF et deux groupes de 75mm modèle 1897.

-251ème Bataillon du Génie de Forteresse (251ème BGF)

Principaux ouvrages du secteur

-Le Sous-secteur Mounier est subdivisé en plusieurs quartiers comme le Quartier du Haut-Var qui comprend un avant-poste sis à Saint-Dalmas-Selvage (cinq blocs) et si les ouvrages du Col-de-Jallorgues et du Col-de-Pal ne sont pas construits en revanche l’ouvrage du Col-de-Crous voit le jour sous la forme d’un ouvrage d’infanterie à quatre blocs accompagné à proximité par deux abris alpins.

Au sein du quartier Beuil on trouve l’avant-poste d’Isola, un AP à quatre blocs avec une entrée, l’ouvrage du Col-de-la-Valette (ouvrage d’infanterie à quatre blocs) associé à un abri alpin pour une section.

-Le Sous-secteur Tinée-Vesubie est subdivisé en deux quartiers avec d’abord le Quartier Gaudissart qui comprend l’avant-poste de Valabres Nord à trois blocs, l’avant-poste de Valabres Sud monobloc, l’ouvrage de Fressinea (ouvrage d’infanterie à trois blocs), l’ouvrage du Rimplas (ouvrage mixte à cinq blocs et une entrée) et l’ouvrage de Valdeblore (ouvrage d’infanterie à trois blocs).

Le quartier Tournairet-Vesubie comprend l’ouvrage de la Séréna, un ouvrage d’infanterie à trois blocs, deux casemates type STG, l’ouvrage du Care-Gros (ouvrage d’infanterie à quatre blocs), l’ouvrage de Conchetas (avant-poste à sept blocs), une casemate type STG allégé, l’ouvrage du Col-Du-Fort (ouvrage d’infanterie à quatre blocs), l’avant-poste de Castel-Vieil (cinq blocs), une casemate type STG, l’ouvrage du Gordolon (ouvrage mixte à deux blocs et une entrée), l’ouvrage bas de Gordolon (deux petits blocs à créneau JM), une casemate type 1bis, l’avant-poste du Planet (six blocs), l’ouvrage de Flaut (ouvrage mixte à quatre blocs et une entrée).

A cela s’ajoute des ouvrages dit de campagne pour compléter le dispositif à savoir deux casemates type STG allégé et quatre ouvrages supplémentaires durant la Pax Armada.

-Le Sous-secteur d’Authion est divisé en deux quartiers, le quartier Forca et le quartier de Cabanes-Vieilles.

Le premier comprend l’avant-poste du Col-de-Raus (cinq blocs), l’ouvrage CORF de Baisse-de-Saint-Veran (ouvrage d’infanterie à trois blocs), le blockhaus de Pointe-des-Trois-Communes (ouvrage de 1900 réarmé et modernisé en 1941), un blockhaus mixte et les vieux forts de La Lorca et de Mille-Fourches sommairement modernisés.

Au sein du second on trouve l’ouvrage de Plan-Caval (ouvrage mixte à cinq blocs et une entrée), l’ouvrage de la Béole (ouvrage d’infanterie à trois blocs), un abri actif à trois blocs installé à La Déa, un autre abri actif à trois blocs est installé au Col-D’Agnon, le tout associé à des casemates d’intervalles.

-Le Sous-secteur de Sospel comprend trois quartiers avec tout d’abord le quartier Brouis qui comprend un avant-poste installé à la Croix de Cougoule (avant-poste à quatre blocs), l’ouvrage du Col de Brouis (ouvrage d’infanterie à trois blocs) et l’ouvrage du Monte Grosso (ouvrage mixte à sept blocs).

Le quartier Braus comprend d’abord une casemate STG allégé sur le Vallon de Nieva, une casemate armée d’une mitrailleuse et de deux fusil-mitrailleur, l’ouvrrage de l’Agaisen (ouvrage mixte à quatre blocs), un abri actif à trois blocs installé au Champ-de-Tir-de-l’Agaisen, un abri actif à trois blocs installé à La Tourraque, deux casemates barrant le lit de la Beverra, une casemate armée de deux FM pour barrer la trouée de Sospel, un avant-poste à cinq blocs installé à Caste-Ruines, deux casemates armés d’une mitrailleuse et de deux FM, l’ouvrage de Saint-Roch (ouvrage mixte à trois blocs).

On trouve également une casemate à Campaost (une mitrailleuse et deux FM), le Fort Suchet (1883-1886) modernisé et intégré à la Ligne Maginot en remplacement d’un ouvrage prévu à La Lavigna.

Le quartier Saint Jean ne possède pas d’organisations bétonnées.

-Le Sous-secteur des Corniches comprend lui trois quartiers. Le premier est le quartier du Castillon qui comprend cinq casemates MOM, l’avant-poste de Baisse-de-Scuvion (avant-poste à trois blocs), l’avant-poste de Pierre-Pointue (avant-poste à cinq blocs), l’ouvrage du Castillon (ouvrage mixte à quatre blocs et une entrée), un observatoire installé à Pic-de-Garuche et un ouvrage de campagne installé à la côte 902.

Le quartier Sainte-Agnès comprend un abri actif à trois blocs installé au Col-des-Blanquettes, un avant-poste à trois blocs installé à La Péna, un avant-poste à cinq blocs installé à La Colletta, deux casemates type T1, l’ouvrage de Saint-Agnès (ouvrage mixte à cinq blocs), un point d’appui installé au Castellar (six abris bétonnés), deux casemates type T1 installé au Gorbio.

L’Ouvrage du Col de Garde est un ouvrage d’infanterie à quatre blocs suivit au Vallon de Gorbio par une casemate STG alors que l’ouvrage du Mont Agel est un ouvrage d’artillerie à quatre blocs et trois entrées.

Le quartier Menton comprend l’avant-poste du Collet-du-Pilon (cinq blocs), l’observatoire du Mont-Gros-de-Ropuebrune complète l’observatoire du Mont-Agel. L’ouvrage de Roquebrune est un ouvrage mixte à trois blocs et une entrée, un abri actif, un abri passif, l’ouvrage du Cap-Martin (ouvrage mixte à trois blocs), un barrage de route installé à Pont-Saint-Louis couvert par un bloc actif.

-La LPR est renforcée en 1939-40 par la MOM qui construit un certain nombre de casemates de campagne.

-Le SFAM à également réalisé une deuxième position de résistance à base de casemates type STG (Service Technique du Génie) armés d’une ou deux mitrailleuses et d’un canon de 25mm voir d’une simple mitrailleuse. Quelques vieux forts et chiuses anciennes furent intégrées au dispositif.

Corse

Unités

Secteur Nord

-373ème Régiment d’Infanterie Alpine (373ème RIA) à sept bataillons (unité également appelée 373ème DBIA)

-3ème régiment de mitrailleurs

-Equipages d’ouvrages

Secteur Sud

-173ème Régiment d’Infanterie Alpine (173ème RIA) qui devient à la mobilisation la 173ème DBIA avec pas moins de ssix bataillons, le trois bataillons du temps de paix se dédoublant.

-Equipages d’ouvrages

-5ème régiment de mitrailleurs

-92ème Régiment d’Artillerie de Montagne : deux groupes de 75mm (1er à Bastia 2ème à Bonifaccio), deux groupes de 155mm courts (3ème à Ajaccio et 4ème à Porto-Vecchio).

-363ème Régiment d’Artillerie Lourde Portée (363ème RALP) avec deux groupes de 155mm longs équipés de canons de 155mm GPF-T, ce régiment basé à Ajaccio servant de régiment de réserve.

-30ème Bataillon de Chars de Combat (30ème BCC) équipés de quarante-cinq Renault R-40. Ce bataillon est stationné à Bastia.

-Groupement Motorisé de Corse (GMC) : unité équivalente aux GRDI avec douze chars légers Hotchkiss H-39 et huit automitrailleuses de découverte Panhard AMD-178 à canon de 25mm. Il est stationné à Ajaccio.

On trouve également des unités de génie et des transmissions, de l’intendance et du service de santé ainsi qu’un Régiment de Pionniers de Corse chargé de travaux d’aménagement et de fortifications.

Suite au déclenchement du second conflit mondial, la défense de la Corse en première ligne face à l’Italie est nettement renforcée avec l’envoi de la 3ème Division Marocaine, de la 27ème Demi-Brigade de Chasseurs Alpins et de la 4ème DIT, une DLI de recrutement tchécoslovaque.

Principaux ouvrages du secteur

-Pour la défense des plages, on trouve un point fortifié autour de Porto-Vecchio avec deux casemates d’artillerie (L’Aréna et Saint Cyprien) dont les feux se recoupent pour défendre la rade et deux casemates d’infanterie pour défendre les plages, l’un étant implanté à Georges-Ville et l’autre à Ziglione.

-Une casemate d’infanterie isolée interdisant la baie de Santa-Giulia

-Un point fortifié interdisant le Golfe de Santa-Manza avec une casemate d’artillerie à Santa-Manza appuyant les casemates de Rondinara, Capo Bianco Nord et Capo Bianco Sud

-Un point fortifié défendant la plage de Ventilegne et la route Sartène-Bonifacio avec une casemate d’infanterie à Ventilegne et un autre à Catarello.

-Pour la défense du front de terre de Bonifacio est organisé un barrage de route entre Porto-Vecchio et Bonifaccio, barrage s’appuyant sur les fortifications de Ventilègne et de Santa-Manza ainsi que sur deux casemates d’infanterie (Spinella est et ouest)

-Pour la défense de Pertusato, on trouve un point fortifié sur le plateau du même nom avec deux casemates d’infanterie (Pertusato I et V), cinq abris (Pertusato II III IV VI et VII) et deux batteries côtières disposant de quatre canons de 138mm modèle 1893 et six canons de 164mm, l’ensemble ayant été construit en 1928.

-Durant la guerre de Pologne et jusqu’à la démobilisation de l’été/automne 1940, sont construits d’autres ouvrages pour compléter le dispositif de défense de la Corse.

Le nord de l’île jusque là négligé voit la construction de deux casemates doubles sur les plages de Saint Florent et de l’Arinella près de Bastia plus deux petits blockhaus.

La plateau de Corbo au sud est également mis en état de défense. C’est ainsi qu’entre les casemates de Spinella et de Catarello, trente-cinq créneaux pour arme automatique et quinze abris enterrés sont réalisés, le tout étant baptisé «Ligne Mollard» du nom du commandant supérieur de la défense de l’île.
La construction de la base aérienne de Solenzara sur la plaine orientale entraine également la construction par la CEZF d’ouvrages destinés à protéger ce véritable porte-avions pointé directement sur l’Italie.

L’entrée terrestre de la base est protégée par deux casemates type STG avec deux créneaux, un créneau équipé d’un jumelage de mitrailleuses de 7.5mm et un créneau combinant un canon antichar de 47mm et une mitrailleuse de 7.5mm.

La défense depuis la plage est assurée par six petits casemates armés d’un jumelage de mitrailleuses de 7.5mm.

23-Armée de terre Ligne Maginot (41)

Ordre de bataille de la ligne Maginot et des fortifications de Corse et de Tunisie

De septembre 1940 à l’été 1948, la Ligne Maginot ressemble à un géant assoupi, prêt à mordre et à griffer. Régulièrement et comme avant la guerre de Pologne, des exercices sont régulièrement menés (généralement une fois par mois voir une fois tous les quinze jours) pour améliorer le délai de réaction pour armer les ouvrages qui doivent couvrir la mobilisation générale d’une attaque surprise allemande.

Voilà pourquoi dès la mi-août 1948, le géant commence à s’étirer à s’éveiller. Les ouvrages retrouvent l’animation qu’était la leur durant la guerre de Pologne.

Nous sommes loin de la mobilisation générale mais dès le 22 août, le haut commandement estime possible de repousser une attaque surprise allemande entre les Ardennes et la frontière suisse sans parler d’une attaque italienne sur le front alpin.

Les tensions ne faisant que s’accroitre, de nouvelles classes de réservistes sont rappelés à partir du 27 août, des régiments d’infanterie et d’artillerie de forteresse sont réactivés pour pouvoir occuper les ouvrages.

Comme durant la guerre de pologne, les gardes frontaliers et les gardes mobiles frontaliers vont se livrer à des escarmouches en compagnie des corps francs des RIF, des escarmouches maintenues à un niveau suffisamment bas pour que les morts provoqués par des combats ne dégénèrent pas, pas maintenant en tout cas en un conflit ouvert.

Dès le 3 septembre 1948, les ouvrages de la ligne Maginot sont en ordre de bataille, près à repousser une attaque allemande et à couvrir les prémices de la mobilisation générale officiellement décrétée le 5 septembre 1948.

Comme de septembre 1939 à septembre 1940, des Secteurs Défensifs et les Secteurs Fortifiés deviennent des Division d’Infanterie de Forteresse (DIF) chargés d’une véritable mission de défense en soutien des Grandes Unités de combat.

Pour ce qui est des ouvrages de campagne, sans troupes attitrées, ils sont entretenus et gardés par des régiments de travailleurs qui par rapport à septembre 1939 sont devenus de quasi-régiments d’infanterie, aptes à mener des combats défensifs bien que la tenue de ses ouvrages est confiée aux troupes de campagne du secteur.

Secteur Fortifié des Flandres (SFF)

-221ème régiment de travailleurs à cinq compagnies de 200 hommes chargés de l’entretien et de la garde des ouvrages en attendant le déploiement des unités de campagne. Ce régiment ex-221ème régiment régional de travailleur à intégré les 9ème et 15ème compagnies de travailleurs espagnols ainsi que la 253ème compagnie française de travailleurs

-10ème et 11ème batteries du 161ème Régiment d’Artillerie de Position. La 10ème batterie reste équipée de canons de 75mm modèle 1897 alors que la 11ème à reçu des canons de 75mm TAZ modèle 1939.

Canon de 75mm TAZ modèle 1939

Canon de 75mm TAZ modèle 1939

-174ème bataillon de sapeurs mineurs

Secteur Fortifié de Lille

-16ème régiment de travailleurs

Secteur Fortifié de l’Escaut

-54ème régiment d’infanterie de forteresse

-17ème régiment de travailleurs

-1er groupe du 161ème RAP équipé de 16 canon de 75mm modèle 1897 en deux batteries et une batterie équipée de huit canons de 105L modèle 1913S, eux aussi montés sur un train de roulement moderne.

canon de 75mm modèle 1897 équipé de pneumatiques

canon de 75mm modèle 1897 équipé de pneumatiques

-1ère compagnie du 212ème bataillon de Sapeurs-Mineurs

101ème Division d’Infanterie de Forteresse

La 101ème DIF remplace le 12 septembre 1948 le Secteur Fortifié de Maubeuge, la mission de cette grande unité est de tenir le front telle une unité statique. Elle dispose des unités suivantes :

-84ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (84ème RIF)

-87ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (87ème RIF) réactivé le 1er septembre 1948 à partir du régiment précédent.

-1er bataillon de mitrailleurs devenu en septembre 1947, 1er régiment de mitrailleurs

-18ème régiment de travailleurs

-2ème groupe du 161ème RAP équipé de 16 canons de 75mm modèle 1897 (deux batteries) et 8 canons de 105mm modèle 1913S en une batterie. Les autres pièces restent stockées.

-226ème bataillon du génie de forteresse (1ère compagnie de sapeurs mineurs, 81ème et 82ème compagnies de transmission et le 21ème parc du génie).

102ème Division d’Infanterie de Forteresse (ex-Secteur Fortifié des Ardennes)

Comme pour la 101ème DIF, la 102ème DIF est chargée de tenir le terrain au profit des unités de campagne notamment les unités chargées de pénétrer en Belgique et au Luxembourg en cas d’agression allemande pour freiner voir stopper l’avance ennemie. Cette division dispose des unités suivantes :

-42ème demi-brigade de mitrailleurs coloniaux

-52ème demi-brigade de mitrailleurs coloniaux officiellement réactivée à la fin du mois d’août

-148ème régiment d’infanterie de forteresse

Canon de 155mm Saint Chamond modèle 1915

Canon de 155mm Saint Chamond modèle 1915

-160ème régiment d’artillerie de position : 2ème groupe avec les 4ème et 6ème batteries disposant de canons de 75mm modèle 1897 et 3ème groupe (7ème 8ème et 9ème batteries) équipées de canons de 155C Saint Chamond modèle 1915 et de canons de 155L modèle 1877.

-141ème bataillon de génie de forteresse avec une compagnie de sapeurs mineurs, les 81ème et 82ème compagnies de transmission et du 83ème détachement colombophile.

-227ème bataillon du génie de forteresse (1ère compagnie de sapeurs-mineurs, la 81ème compagnie de télégraphiste et la 82ème compagnie radio).

103ème division d’infanterie de forteresse (ex-Secteur Fortifié de Montmedy)

Cette division retrouve l’aspect qu’avait le SFM entre septembre 1939 et septembre 1940 avec les unités suivantes :

-132ème régiment d’infanterie de forteresse

-136ème régiment d’infanterie de forteresse

-147ème régiment d’infanterie de forteresse

-155ème régiment d’infanterie de forteresse

Maintenu en ligne après la démobilisation, le 169ème RAP est réorganisé en 1942 avec deux groupes, un premier groupe équipé d’une batterie de 155mm et deux batteries de 105mm et un deuxième groupe avec deux batteries d’ouvrages, une pour les forts de Verdun et un autre pour les casemates du SF Montmedy et une batterie de 105mm.

Canon de 47mm modèle 1937

Canon de 47mm modèle 1937

 

A la mobilisation d’août 1948, une batterie de douze canons de 47mm modèle 1937 est intégrée au régiment pour renforcer la défense antichar du secteur.

-211ème bataillon de sapeurs mineurs avec la 81ème compagnie télégraphiste et la 82ème compagnie radio

Secteur Fortifié de Crusnes

Ce secteur fortifié qui ne devient pas une division retrouve en septembre 1948 l’aspect qu’il avait connu durant la guerre de Pologne. Il aligne donc les unités suivantes :

-128ème régiment d’infanterie de forteresse réactivé dès le 21 août 1948

-139ème régiment d’infanterie de forteresse réactivé le 30 août 1948

-149ème régiment d’infanterie de forteresse

-46ème régiment d’artillerie mobile de forteresse (46ème RAMF) disposant de deux groupes de 75mm appuyant respectivement les 128ème et 139ème RIF et d’un groupe de 155C appuyant le 149ème RIF.

-152ème régiment d’artillerie de position disposant de deux batteries de 155C et deux batteries de 155mm modèle 1877

-142ème bataillon du génie de forteresse (deux compagnies de génie, 81ème compagnie télégraphiste, 82ème compagnie radio et 83ème détachement colombophile)

Secteur Fortifié de Thionville

Le Secteur Fortifié de Thionville dispose à la suite de la mobilisation d’août-septembre 1948 des unités suivantes :

-167ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (167ème RIF)

-168ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (168ème RIF)

-169ème Régiment d’Infanterie de Forteresse (169ème RIF) mobilisé à partir du 168ème RIF comme en septembre 1939.

-151ème Régiment d’Artillerie de Position (151ème RAP) à cinq groupes répartis en deux groupes de 155L, deux pièces de 240, deux pièces de 220L, des batteries d’ouvrages et l’artillerie d’anciens forts allemands.

-70ème Régiment d’Artillerie Mobile de Forteresse (70ème RAMF) avec deux groupes de 75mm (ayant appartenu de septembre 1940 à août 1948 au 151ème RAP) et un groupe de 155C

-203ème bataillon du génie de forteresse qui dispose de deux compagnies de génie (1ère et 2ème), la 81ème compagnie télégraphiste et la 82ème compagnie radio.

23-Armée de terre Ligne Maginot (8)

La démobilisation et ses suites : situation des unités de la ligne Maginot en septembre 1941

Comme nous l’avons vu plus haut, ce n’est qu’à partir de l’été 1940 et surtout de l’automne 1940 que la démobilisation commence à atteindre une certaine ampleur. La Ligne Maginot et ses dépendances corses et tunisiennes n’échappent pas à la règle.

Ainsi en septembre 1941, le dispositif opérationnel de défense des frontières affiche le visage suivant, un visage qui n’évoluera qu’à la marge jusqu’à la deuxième mobilisation générale celle de septembre 1948.

Nord-Est

Le Secteur Fortifié des Flandres (SFF) dispose d’un seul régiment de travailleurs, le 221ème RT (ex-221ème RRT) chargé d’entretenir les fortifications de campagne qui doivent être armés par des troupes de campagne de passage, le projet de transformer un RRT en RIF n’ayant pas aboutit.

canon de 75mm modèle 1897 équipé de pneumatiques

canon de 75mm modèle 1897 équipé de pneumatiques

Ce secteur dispose également d’unités d’artillerie (10ème et 11ème batteries du I/161ème RAP équipés de canons de 75mm modèle 1897 désormais montés sur pneumatiques), de génie (174ème bataillon de sapeurs mineurs), de transmissions et de travailleurs (éléments du 101ème détachement de destruction des transmissions, les 9ème et 15ème compagnies de travailleurs espagnols ainsi que la 253ème compagnie française de travailleurs).

-Après de laborieuses négociations, les britanniques acceptent de maintenir sur le sol français la 1st Infantry Division qui à donc la charge du SF de Lille, bénéficiant de l’aide du 16ème régiment régional de travailleurs (16ème RRT) devenu en 1944, 16ème régiment de travailleurs, régiment chargé des travaux d’entretien et de consolidation des fortifications.

-Le Secteur Fortifié de l’Escaut dispose d’un régiment d’infanterie de forteresse, le 54ème RIF, un régiment de mobilisation qui va être pérennisé pour renforcer le SFE qui dispose également d’un régiment régional de travailleur, le 17ème RRT devenu 17ème régiment de travailleurs.

Canon de 120mm De Bange modèle 1878

Canon de 120mm De Bange modèle 1878

Ce secteur dispose également d’un groupe d’un régiment d’artillerie de position, le 1er groupe du 161ème RAP équipé à l’origine de 8 canons de 75mm modèle 1897, 8 canons de 120L modèle 1878, de 4 canons de 105L modèle 1913 et 8 canons de 155L modèle 1877.

Cet équipement hétéroclite est homogénéisé avec 16 canons de 75mm modèle 1897 en deux batteries et une batterie équipée de huit canons de 105L modèle 1913, eux aussi montés sur un train de roulement moderne.

Le SFE dispose également d’une unité du génie en l’occurrence la 1ère compagnie du 212ème bataillon de sapeurs-mineurs.

Le Secteur Fortifié de Maubeuge devenu la 101ème DIF en mars 1940 est une unité importante puisqu’elle aligne deux régiments d’infanterie de forteresse, les 84ème et 87ème RIF, deux régiments régionaux de travailleurs, les 18ème et 19ème RRT ainsi que le 1er bataillon de mitrailleurs.

La 101ème DIF est dissoute le 27 juillet 1940, ressuscitant le Secteur Fortifié de Maubeuge qui comme les autres secteurs réduit la voilure. Ainsi, il ne conserve qu’un régiment d’infanterie de forteresse, le 84ème RIF, le 87ème RIF étant dissous. Le 1er bataillon de mitrailleurs reste en ligne tout comme le 18ème régiment régional de travailleurs, devenu le 18ème régiment de travailleurs, le 19ème RRT étant dissous.

En ce qui concerne l’artillerie, seul est maintenu le 2ème groupe du 161ème RAP, groupe équipé de 16 canons de 75mm modèle 1897 (deux batteries) et une batterie de 8 canons de 105mm modèle 1913 (une batterie), les autres pièces étant précieusement stockées au cas où.

Le génie est présent avec quatre compagnies formant le 226ème bataillon (1ère compagnie de sapeurs mineurs, 81ème et 82ème compagnies de transmission et le 21ème parc du génie).

On trouve en 1939-40 dans l’ancienne emprise de la 9ème armée, le 41ème CAF (Corps d’Armée de Forteresse) et la 102ème DIF anciennement Secteur Défensif des Ardennes.

Ces deux entités fusionnent en septembre 1940 sous le nom de Secteur Fortifié des Ardennes qui dispose d’unités de soutien destinés à préparer la mobilisation des unités (parc d’artillerie n°41, 1ère compagnie de sapeurs mineurs du 141ème bataillon de génie de forteresse, ce dernier disposant également des 81ème et 82ème compagnies de transmission et du 83ème détachement colombophile) et comme vous allez voir ci-dessous d’unités de combat.

Le bras armée du SFArdennes est composé de la 42ème demi-brigade de mitrailleurs coloniaux (la 52ème DBMC est elle dissoute), du 148ème RIF (un régiment de mobilisation maintenu) du 160ème RAP et des unités du génie et de soutien (227ème bataillon du génie de forteresse avec la 1ère compagnie de sapeurs-mineurs, la 81ème compagnie de télégraphiste et la 82ème compagnie radio).

Le Secteur Fortifié de Montmédy dispose à la mobilisation de septembre 1939 de quatre régiments d’infanterie de forteresse, les 147ème 136ème 155ème et 132ème, du 4ème bataillon de mitrailleurs, d’un groupe d’artillerie de position (le I/169ème RAP équipé de deux batteries de 155L modèle 1918, une batterie de 120L de Bange et six batteries de canons de 105L modèle 1913), le 99ème Régiment d’Artillerie Mobile de Forteresse Hippomobile équipé de canons de 75mm modèle 1897 ainsi que des unités du génie et de soutien.

Le génie déploie le 211ème bataillon de sapeurs mineurs auquel sont rattachés la 81ème compagnie télégraphiste et la 82ème compagnie radio.

Le 155ème RIF un «vieux régiment de forteresse» est maintenu tout comme les 132ème et 147ème RIF, un régiment de mobilisation qui est pérennisé. Le 4ème bataillon de mitrailleurs est dissous mais le 1er groupe du 169ème RAP est maintenu

Maintenu en ligne après la démobilisation, le 169ème RAP est réorganisé en 1942 avec deux groupes, un premier groupe équipé d’une batterie de 155mm et deux batteries de 105mm et un deuxième groupe avec deux batteries d’ouvrages, une pour les forts de Verdun et un autre pour les casemates du SF Montmedy et une batterie de 105mm.

A la mobilisation d’août 1948, une batterie de douze canons de 47mm modèle 1937 est intégrée au régiment pour renforcer la défense antichar du secteur. Le 99ème RAMFH est lui dissous. La situation des unités du génie ne change pas.

Dans l’ancien secteur de la troisième armée on trouve le 42ème CAF, le SF de Thionville et le SF du Boulay. A l’issue de la démobilisation, la situation est la suivante :

Le SF de Crusnes (anciennement 42ème CAF) dispose à l’issue de la démobilisation du 149ème RIF (les deux autres régiments sont dissous) associé au seul 46ème RAMF, le 152ème RAP régiment de mobilisation étant mis en sommeil

On oublie pas les unités habituelles de génie, d’intendance et de transmission représentées notamment les 1ère et 2ème compagnie du 142ème bataillon du génie de forteresse, bataillon qui engerbe également la 81ème compagnie télégraphiste, la 82ème compagnie radio et le 83ème détachement colombophile.

Le Secteur Fortifié de Thionville dispose à l’issue de la démobilisation de deux régiments d’infanterie de forteresse, les 167ème et 169ème RIF, le premier étant un régiment d’active et le second un régiment de mobilisation pérennisé. Ils sont appuyés par le 151ème RAP resté seul régiment en activité dans le secteur, le 70ème RAMF ayant été dissous après avoir transféré ses deux groupes de 75mm au 151ème RAP.

Le génie déploie dans ce secteur le 203ème bataillon du génie de forteresse qui dispose de deux compagnies de génie (1ère et 2ème), la 81ème compagnie télégraphiste et la 82ème compagnie radio.

Le Secteur Fortifié du Boulay dispose à l’issue de la démobilisation de deux régiments d’infanterie de forteresse, les 162ème RIF et 160ème RIF associé au 23ème RAMF, seul régiment d’artillerie maintenu avec deux groupes de 75mm, un groupe de 155C, un groupe issu du 153ème RAP équipé de canons de 105 et de 155mm et mis en sommeil lors de cette démobilisation.

Le génie y déploie le 202ème bataillon du génie de forteresse qui prend sous son aile également une compagnie télégraphiste et une compagnie radio.
Le Secteur Fortifié de Faulquemont dispose en septembre 1940 de l’unique 146ème RIF, le 156ème RIF ayant été dissous et appuyé par deux régiments d’artillerie, les 163ème RAP et 39ème RAMF. Le génie dispose lui du 201ème bataillon de génie de forteresse qui prend sous son aile une compagnie télégraphiste et une compagnie radio.

Le SF de la Sarre dispose lui d’un régiment d’infanterie de forteresse, le 133ème RIF, d’un régiment de mitrailleurs d’infanterie de forteresse, le 69ème et d’un régiment de mitrailleurs d’infanterie coloniale, le 41ème RMIC.

Ils sont appuyés par le 166ème RAP qui compense l’absence dans ce secteur d’ouvrages d’artillerie.

Un temps le 49ème RAMRF aurait du être maintenu lui aussi mais il est finalement dissous tout comme le 5ème bataillon de mitrailleurs alors que le 208ème bataillon du génie de forteresse reste en position.

Le Secteur Fortifié de Rorbach maintient à l’issue de la démobilisation les deux RIF d’active du secteur en l’occurrence les 37ème et 153ème RIF, l’entretien et le renforcement des ouvrages étant assuré par la 7ème compagnie du 400ème régiment de pionniers.

Ces unités sont appuyés par le 59ème RAMF qui à été renforcé par le 1er groupe du défunt 150ème RAP (canons de 155L et de 145L) sans oublier les unités de génie et de soutien (207ème bataillon du génie de forteresse, une compagnie radio, une compagnie télégraphiste).

Après s’être un temps appelé 43ème CAF, le Secteur Fortifié des Vosges reprend à l’été 1940 sa dénomination initiale. Là aussi, le dispositif est retaillé avec comme unités présentes dans le secteur le 154ème RIF, la 5ème compagnie du 400ème régiment de pionniers, le 168ème RAP et le 143ème bataillon du génie de forteresse.

Le Secteur Fortifié d’Haguenau dispose à l’issue de la démobilisation de deux régiments d’infanterie de forteresse, le 22ème RIF (active) et le 68ème RIF, un régiment de mobilisation maintenu sous les drapeaux. Ces deux régiments sont appuyés par la 6ème compagnie du 400ème régiment de Pionniers. Ces trois unités d’infanterie sont appuyés par le 156ème RAP et par des unités du génie, de transmission et de soutien (notamment le 206ème bataillon du génie de forteresse).

Le Secteur Fortifié du Bas-Rhin (temporairement 103ème DIF) dispose à l’issue de la démobilisation des 70ème et 172ème RIF (le premier étant un régiment de mobilisation), du 155ème RAP et de diverses unités du génie, de transmissions et de soutien logistique.

Le Secteur Fortifié de Colmar (temporairement 104ème DIF) dispose en septembre 1941 d’un régiment d’infanterie de forteresse le 42ème RIF, du 1er groupe du 170ème RAP et des unités du génie notamment la 1ère compagnie du 229ème BGF.

Le Secteur Fortifié de Mulhouse (un temps 105ème DIF) aligne le 10ème RIF (un régiment créé lors de la mobilisation de septembre 1939 et maintenu après la démobilisation), le 2ème groupe du 159ème RAP ainsi que les unités du génie et de soutien comme la 1ère compagnie du 230ème bataillon de génie de forteresse.

Le Secteur Fortifié d’Altkirch dispose du 171ème RIF, des IIIème et IVème Groupe du 159ème RAP plus des unités du génie et de soutien comme la 1ère compagnie du 205ème bataillon du génie de forteresse.
Le Secteur Fortifié de Montbeliard dispose du 12ème RIF un régiment de mobilisation affecté durant la guerre de Pologne au Secteur Fortifié d’Altkirch puis transféré en Franche-Comté en remplacement de deux bataillons de chasseurs pyrénéens dissous. Ce régiment est appuyé par le VIIème groupe du 159ème RAP plus des unités du génie et de soutien.

La Région Fortifié de Belfort (un temps connue sous le nom de 44ème CAF) dispose du 371ème RI (un régiment d’infanterie classique) et des Vème et VIème groupes du 159ème RAP.

Le 45ème CAF qui couvrait le Jura est dissous sans être remplacé ce qui laisse dubitatif bien des observateurs. Cet impair sera corrigé seulement au printemps 1944 quand deux bataillons alpins de forteresse supplémentaires, les 81ème et 91ème seront créés pour couvrir le massif jurassien avec pour appui un groupe d’artillerie du 159ème RAP ainsi que des unités de génie et de soutien logisique.