Le Conflit (51) Europe Occidentale (17)

Ordre de Bataille (5) Grande-Bretagne

NdA bien qu’ayant déjà parlé des unités britanniques plus haut je me dis que répéter ce n’est pas inutile.

British Expedtionnary Forces (BEF)

Zone de responsabilité : Armentières-Condé sur l’Escaut

-Etat-major implanté à Lille

-Deux régiments d’artillerie légère

-Deux régiments d’artillerie de campagne

-Deux régiments d’artillerie lourde

-Deux brigades antiaériennes

-Trois régiments antichars

-Deux régiments de cavalerie

-1st British Corps

-1st Infantry Division

-1st Canadian (Infantry) Division

-44th «Home Counties» Division

-2nd British Corps

-2nd Infantry Division

-3rd Infantry Division

-48th «South Middland» Division

-3rd British Corps

-4th Infantry Division

-6th Infantry Division

-50th «Northumbriand» Division

-(En réserve) 46th «North Middland» Division

-1st British Armoured Corps

-1st Armoured Division (UK)

-2nd Armoured Division (UK)

Les unités britanniques sous commandement français

Pour célébrer l’Entente Cordiale Londres propose à la France de prendre sous son commandement un ou deux secteurs fortifiés sur la Ligne Maginot. Paris accepte non sans quelques réticences vite balayées par le poids du symbole. Deux corps d’armée sont ainsi mis sur pied, corps logiquement baptisés 4th et 5th British Corps.

4th British Corps

NdA couvre le secteur fortifié de Faulquemont

-Deux régiments d’artillerie légère

-Un régiment d’artillerie de campagne

-Un régiment d’artillerie lourde

-Deux brigades antiaériennes

-51th Highland Division

-58th Northumberland Division

5th British Corps

NdA : couvre le secteur fortifié des Vosges

-Deux régiments d’artillerie légère

-Un régiment d’artillerie de campagne

-Un régiment d’artillerie lourde

-Une brigade antiaérienne

-5th Infantry Division

-42nd «East Lancashire» Division

Royal Air Force (RAF)

L’Armée de l’Air Royale va déployer des moyens non négligeables sur le continent même si les français les estimeront toujours insuffisants.

Comme pour la Campagne de Norvège (1948), les britanniques vont déployer des unités de chasse, de chasse-bombardement, de bombardement et de reconnaissance sur le continent, conservant ses unités de bombardement lourd en Grande-Bretagne, les Lancaster, Halifax et autres Stirling se posant en France uniquement en cas d’avarie ou pour se ravitailler sur le chemin du retour.

Bomber Command

-1st Heavy Bomber Wing (Avro Lancaster) : squadron 53 59 et 82

-3rd Heavy Bomber Wing (Avro Lancaster) : squadron 107 110 et 114

-5th Heavy Bomber Wing (Avro Lancaster) squadron 10, 51 et 58

-7th Heavy Bomber Wing (Avro Lancaster) squadron 77 78 et 102

-9th Heavy Bomber Wing (Handley-Page Halifax): squadron 75, 185 et 226

-11th Heavy Bomber Wing (Handley-Page Halifax) : squadron 90,101 et 139

-13th Heavy Bomber Wing (Short Stirling) : squadron 150 609 218

-15th Heavy Bomber Wing (Short Stirling) squadron 207 610 613

Ces vingt-quatre squadrons de bombardement lourd ne sont pas tous engagés à l’ouest, certains bombardant la Norvège et le Danemark. Si leur usage est normalement stratégique on verra durant la campagne de France ces unités mener des missions plus tactiques ou du moins plus opératives, des missions bien éloignées de celles imaginées à l’origine.

En revanche certaines unités de bombardement moyen vont opérer depuis des aérodromes français pour participer à la grande bataille de rencontre en Belgique.

En septembre 1948 il existe quatre Medium Bomber Wing (MBW) stationnés dans les îles britannqiues :

-1st Medium Bomber Wing (Vickers Wellington) : squadron 9 38 et 115

-3rd Medium Bomber Wing (Vickers Wellington): squadron 37 99 et 148

-5th Medium Bomber Wing (Vickers Wellington) : squadron 149 214 et 215

-7th Medium Bomber Wing (Martin 187 Baltimore) : squadron 18 21 et 57

Dès le mois de septembre 1948 décision est prise de déployer quatre squadrons sur le continent en soutien direct du BEF déployé entre la 7ème et la 1ère Armée au sein du Groupe d’Armées n°1.

Le 9th Medium Bomber Wing (9th MBW) est officiellement activé le 8 octobre 1948 avec les squadrons 9, 99, 215 et 57 équipés pour les trois premiers de Vickers Wellington et pour le dernier de Martin 187 Baltimore.

Des unités de chasse-bombardement vont également rallier le Continent pour soutenir les tommies au plus près. Ils vont former le 9th Tactical Air Wing (9th TAW) en prélevant des unités venant de Grande-Bretagne.

On trouve ainsi le squadron 35 volant sur Hawker Typhoon, le squadron 88 volant sur De Havilland Mosquito, le squadron 40 volant sur Hawker Typhoon et le squadron 616 volant sur Bristol Beaufighter.

Fighter Command

Naturellement des unités de chasse sont déployées pour couvrir les unités de combat déployées sur le Continent.

Regroupées au sein du 17th Fighter Wing, ces unités sont au nombre de sept squadrons, le squadron 1 volant sur Supermarine Spitfire Mk IX, le squadron 23 volant sur Bristol Beaufighter Mk IF, le squadron 67 volant sur Supermarine Spitfire Mk V, le squadron 85 volant lui aussi sur Supermarine Spitfire Mk V, le squadron 146 volant sur Spitfire Mk V, le squadron 213 volant sur Spitfire Mk V et le squadron 602 volant sur Spitfire Mk V.

Army Cooperation Command (ACC)

A la différence de la Campagne de Norvège, l’Army Cooperation Command (ACC) va déployer des unités sur le sol de France pour éclairer les unités de la force expéditionnaire britannique :


-le squadron 59 volant sur Westland Lysander

-le squadron 245 volant sur De Havilland Mosquito

-le squadron 2 volant sur Westland Lysander

Transport Command

Le Transport Command est aussi engagé dans la Campagne de France, assurant des transports urgents entre les îles britanniques et le continent, des évacuations sanitaires, du transport de personnalité pour des inspections et des visites politiques :

-1st Tactical Transport Wing : Squadron 254 (Vickers Valetta Mk I) Squadron 255 (Douglas DC-3) et Squadron 256 (Avro York)

-3rd Tactical Transport Wing : Squadron 257 (Vickers Valetta Mk I) Squadron 258 (Handley-Page Hasting) et Squadron 259 (Vickers VC-1)

Le Conflit (40) Europe Occidentale (6)

Ordre de Bataille (2) : France armée de terre

Groupe d’Armées n°1

Le Groupe d’Armées n°1 est l’aile marchante du dispositif allié. Couvrant une zone immense allant de la mer du Nord à Longwy, elle comprend quatre armées françaises (1ère, 2ème, 7ème, 9ème armées) et le Corps Expéditionnaire Britannique, la British Expeditionnary Force (BEF).

Si les 1ère, 7ème et 9ème armées pénètrent en Belgique accompagnées par le BEF pour se confronter aux unités allemandes, la 2ème armée doit tenir fermement son secteur dans les Ardennes pour faire la jonction entre l’aile marchante et le socle, le Groupe d’Armées n°2.

A ces armées s’ajoute des unités de chars, des unités de DCA, des unités aériennes (GRAVIA) et surtout deux Corps de Cavalerie avec quatre des huit Divisions Légères Mécaniques (DLM).

7ème Armée

Zone de responsabilité : Dunkerque-Armentières

-407ème, 417ème, 427ème et 437ème régiments de pionniers

-7ème et 17ème compagnies de garde de QG

-Groupement de Bataillons de Chars de Combat n°507 (GBCC n°507)

-7ème BCC : quarante-cinq chars légers FCM-42

-17ème BCC : quarante-cinq chars légers Renault R-40

-32ème BCC : quarante-cinq chars légers FCM-42 (M)

-43ème BCC : quarante-cinq chars légers Renault R-40 (M)

-Parc des engins blindés n°7

-Des unités du génie et de soutien

-Différentes unités du génie, des transmissions et du train avec trois compagnies hippomobiles et des compagnies de transport équipés de camions, d’autos et d’autocars; des unités d’intendance et de santé ainsi que des unités de gendarmerie pour maintenir l’ordre dans les arrières et gérer les éventuels prisonniers.

-7ème Groupement Anti-Aérien de Campagne (7ème GAAC)

-Un Etat-Major

-Une Batterie Hors-Rang (soutien logistique)

-Deux batteries de 75mm équipés de canons de 75mm contre-avions modèle 1944

-Deux batteries de 37mm équipés de canons de 37mm Schneider modèle 1941

-Groupement d’Aviation de la 7ème Armée (GRAVIA-VIIA)

-8ème Escadre de Chasse : 81 Bloch MB-157 et 27 Lockheed H-322 Eclair

-Deux groupes de bombardement d’assaut, les GBA I/35 et II/35 volant respectivement sur Bréguet Br691 et Bréguet Br693.

-Un Groupe de Bombardement en Piqué, le GB I/40 volant sur Loire-Nieuport LN-430

-Un Groupe de Bombardement Median, le GBM II/12 volant sur Lioré et Olivier Léo 451

-Un Groupe de Reconnaissance, le GR I/35 volant sur Bloch MB-176

-1er Corps d’Armée (1er CA)

-L’état-major de ce corps d’armée à été mis sur pied par la 1ère région militaire (Paris)

-601ème régiment de pionniers

-1er Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (1er GRCA) : douze chars légers AMX-42, seize automitrailleuses AM modèle 1940P + fusiliers motocyclistes

-101ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (101ème RALT) : deux groupes de 105mm équipés de canons de 105L modèle 1936S et un groupe de 155mm équipé de canons de 155 GPF-T (Grande Puissance Filloux-Touzard)

-Unités du génie et de soutien : Quatre compagnies de génie, intégré au 101ème bataillon avec les 1ère et 2ème compagnies de sapeurs mineurs, la 16ème compagnie d’équipage de pont et la 21ème compagnie de parc du génie.

81ème compagnie télégraphiste et 82ème compagnie radio, 351/1ère compagnie automobile de quartier général, 384/1ère compagnie automobile de transport, 101/1er groupe d’exploitation motorisé et 201/1ère compagnie de ravitaillement en viande

-1ère ambulance motorisée, 201ème ambulance chirurgicale légère motorisée, 1er groupe sanitaire de ravitaillement motorisé et 1ère section hygiène, lavage et désinfection.

-Groupe Aérien d’Observation n°501 (GAO n°501) : Huit Bloch MB-175, Douze Dewoitine D-720 et Quinze ANF-Les Mureaux ANF-123

-5ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (5ème GRDI) : cette unité est équipée de vingt chars légers Hotchkiss H-39 et de 28 automitrailleuses puissantes AM modèle 1940 P (16 AMP, 8 AMP-S, 2 véhicules de dépannage,2 véhicules PC).

-25ème Division d’Infanterie Motorisée (25ème DIM) : Elle dispose notamment de trois régiments d’infanterie de ligne (38ème, 92ème et 121ème RI), de deux régiments d’artillerie (16ème RAD et 216ème RALD), de la 625ème batterie divisionnaire antichar, du 25ème bataillon de défense antiaérienne, du 21ème bataillon du génie ainsi que diverses unités logistiques et de soutien.

-12ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (12ème GRDI) : cette unité est équipée de vingt chars légers Hotchkiss H-39 et de 28 automitrailleuses puissantes AM modèle 1940 P (16 AMP, 8 AMP-S, 2 véhicules de dépannage,2 véhicules PC).

-4ème Division d’Infanterie (4ème DI) : Cette division dispose notamment de trois régiments d’infanterie de ligne (45ème, 72ème et 124ème RI), , de deux régiments d’artillerie (29ème RAD et 229ème RALD), de la 604ème batterie divisionnaire antichar, du 4ème bataillon de défense antiaérienne et du 66ème bataillon du génie ainsi que diverses unités logistiques et de soutien.

-27ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (27ème GRDI) : cette unité est équipée de vingt chars légers FCM-42 et de 28 automitrailleuses puissantes AM modèle 1940 P (16 AMP, 8 AMP-S, 2 véhicules de dépannage,2 véhicules PC).

-21ème Division d’Infanterie (21ème DI) : Cette division dispose notamment de trois régiments d’infanterie de ligne (48ème, 65ème et 137ème RI), de deux régiments d’artillerie (35ème RAD et 235ème RALD), de la 605ème batterie divisionnaire antichar, du 21ème bataillon de défense antiaérienne et du 29ème bataillon du génie ainsi que de diverses unités logistiques et de soutien.

18ème Corps d’Armée (18ème CA)

-L’état-major de ce corps d’armée à été mis sur pied par la 1ère région militaire (Paris)

-618ème régiment de pionniers

-18ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (18ème GRCA) : douze chars légers AMX-42 seize automitrailleuses AM modèle 1940P et des fusiliers motocyclistes.

-115ème Régiment d’Artillerie Lourde Hippomobile (115ème RALH) : deux groupes de 105mm équipés de canons de 105L modèle 1936S et deux groupes de 155mm équipés de canons de 155L modèle 1917S

-Unités du génie et de soutien : 16ème parc d’artillerie avec une compagnie d’ouvriers et deux sections de munitions automobiles, 118/21ème compagnie de parc du génie, 118ème/81ème compagnie télégraphiste, 118ème/82ème compagnie radio, 268ème/6ème compagnie hippomobile de transport, 368ème/16ème compagnie automobile de transport, 118ème/18ème groupe d’exploitation, 218ème/18ème compagnie de ravitaillement en viande, 18ème ambulance médicale hippomobile, 218ème ambulance chirurgicale légère, 18ème groupe sanitaire de ravitaillement hippomobile et 18ème section hygiène, lavage et désinfection.

-Groupe Aérien d’Observation n°518 : Huit Bloch MB-176 Douze Dewoitine D-720 et Quinze ANF-Les Mureaux ANF-123

-2ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (2ème GRDI) : vingt chars légers Hotchkiss H-39 et vingt-huit automitrailleuses AM modèle 1940P ( 16 AMP, 8 AMP-S, 2 véhicules de dépannage,2 véhicules PC)

-9ème Division d’Infanterie Motorisée (9ème DIM) : Elle dispose notamment de trois régiments d’infanterie de ligne (13ème, 95ème et 131ème RI), de deux régiments d’artillerie (30ème RAD et 230ème RALD), de la 609ème batterie divisionnaire antichar, du 9ème bataillon de défense antiaérienne et du 18ème bataillon du génie ainsi que de diverses unités logistiques et de soutien.

-68ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (68ème GRDI) : vingt chars légers Hotchkiss H-39 et vingt-huit automitrailleuses AM modèle 1940P ( 16 AMP, 8 AMP-S, 2 véhicules de dépannage,2 véhicules PC)

-60ème Division d’Infanterie (60ème DI) : Elle dispose de trois régiments d’infanterie de ligne (241ème, 270ème et 271ème RI), de deux régiments d’infanterie (50ème RAD et 250ème RALD), de la 660ème batterie divisionnaire antichar, du 60ème bataillon de défense antiaérienne et du 67ème bataillon du génie ainsi que de diverses unités logistiques et de soutien.

-59ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (59ème GRDI) : vingt chars légers AMX-44 (FCM-36 à titre provisoire) et vingt-huit automitrailleuses AM modèle 1940P ( 16 AMP, 8 AMP-S, 2 véhicules de dépannage,2 véhicules PC)

-68ème Division d’Infanterie (68ème DI) : Cette division dispose de trois régiments d’infanterie de ligne (224ème, 225ème et 341ème RI), de deux régiments d’artillerie (89ème RAD et 289ème RALD), de la 668ème batterie divisionnaire antichar, du 68ème bataillon de défense antiaérienne et du 68ème bataillon du génie ainsi que de diverses unités logistiques et de soutien.

British Expeditionnary Force (BEF)

Zone de responsabilité : Armentières-Condé sur l’Escaut

-Etat-major implanté à Lille

-Deux régiments d’artillerie légère

-Deux régiments d’artillerie de campagne

-Deux régiments d’artillerie lourde

-Deux brigades antiaériennes

-Trois régiments antichars

-Deux régiments de cavalerie

-1st British Corps

-1st Infantry Division

-1st Canadian (Infantry) Division

-44th «Home Counties» Division

-2nd British Corps

-2nd Infantry Division

-3rd Infantry Division

-48th «South Middland» Division

-3rd British Corps

-4th Infantry Division

-6th Infantry Division

-50th «Northumbrian» Division

-(En réserve) 46th North Middland Division

-1st British Armoured Corps

-1st Armoured Division (UK)

-2nd Armoured Division (UK)

1ère Armée

Secteur opérationnel : Condé sur l’Escaut à Fourmies

-401ème, 411ème et 421ème régiments de pionniers

-1ère et 11ème compagnies de garde de QG

-Groupement de Bataillons de Chars de Combat n°501 (GBCC n°501)

-1er BCC : quarante-cinq chars légers Renault R-40

-11ème BCC : quarante-cinq chars légers Renault R-35 mod.

-24ème BCC : quarante-cinq chars légers FCM-42

-34ème BCC : quarante-cinq chars légers FCM-42

-Parc des engins blindés n°1

-Des unités du génie et de soutien logistique

-Des unités de soutien dépendant de l’artillerie en l’occurrence le parc de réparation d’artillerie n°1 associé à la 501ème compagnie d’ouvriers, le parc de réparation des équipages et ferrures n°1 associé à la 511ème compagnie d’ouvriers, le parc de réparation auto n°1 associées à la 521ème compagnie de triage et 531ème compagnie de parc, le parc d’essence et d’ingrédients d’armée n°1 avec quatre compagnies de dépôts (561ème compagnie de dépôt principal, 571ème 581ème et 591ème compagnies de dépôt secondaire) et enfin le parc de munitions d’armée n°1 avec mes 601ème, 611ème et 621ème compagnie de munitions.

-On trouve également plusieurs unités du génie avec le 268/1ère chefferie du génie d’armée, le 269/1ère chefferie d’étapes d’armée, les 151ème et 351ème bataillons de génie d’armée, un bataillon spécial du 3ème régiment du génie, le 251ème parc du génie d’armée (251ème compagnie de parc, 251/1ère et 2ème compagnies auxiliaires du génie), 399/1ère compagnie de sapeurs forestiers, 326/2ème et 12ème compagnies de ponts lourds, 531ème compagnie de construction et la régulatrice routière n°11.

-Les transmissions déploient sous l’autorité de la 1ère armée le 801ème bataillon de sapeurs télégraphistes d’armée, le 816ème parc de transmissions d’armée, la 952/1ère section technique de télégraphistes militaires et le 953/1er détachement d’ouvriers de lignes télégraphiques.

-Le train fournit de nombreuses unités de transport avec le 11ème groupement régional (quatre compagnies numérotés 5 à 8), sept compagnies hippomobiles, cinq compagnies automobiles six compagnies automobiles sanitaires et deux compagnies de camion citerne.

-L’intendance et le service de santé fournissent fournissent des unités de soutien en compagnie du service vétérinaire, du service des remontes.

-La gendarmerie dispose de la 4ème légion de la gendarmerie républicaine mobile.

-1er Groupement Anti-Aérien de Campagne (1er GAAC)

-Un Etat-Major

-Une Batterie Hors Rang (soutien logistique)

-Deux batteries de 75mm équipées de canons de 75mm contre avions modèle 1944

-Deux batteries de 37mm équipés de canons de 37mm Schneider modèle 1941

-Groupement d’Aviation de la 1ere Armée (GRAVIA-IA)

-2ème Escadre de Chasse : 81 Arsenal VG-33 et 27 Lockheed H-322 répartis en trois groupes de trente-six appareils

-3ème Escadre de Chasse : 81 Dewoitine D-520 et 27 Bréguet Br700C2 répartis en trois groupes de trente-six appareils

-Deux groupes de bombardement d’assaut, les GBA II/35 et II/51 volant respectivement sur Bréguet Br695 et Bréguet Br693

-Deux groupes de bombardement en piqué, les GBp I/42 et GBp II/42 volant sur Bréguet Br698

-Un groupe de bombardement moyen, le GB II/12 volant sur Lioré et Olivier Léo 451

-Un Groupe de reconnaissance, le GR II/35 volant sur Bloch MB-176

-2ème Corps d’Armée (2ème CA)

-Etat-major mis sur pied par la 2ème Région Militaire (Lille)

-602ème régiment de pionniers

-2ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (2ème GRCA) : vingt chars légers AMX-44 et seize AM modèle 1940P. Comme les chars légers ne sont pas encore disponibles, provisoirement des FCM-36 sont utilisés et ce jusqu’en avril 1949 quand les AMX-44 remplacent les FCM-36 qui vont rejoindre Gien où sont rassemblés nombre de véhicules destinés si besoin est à recompléter les unités.

-105ème Régiment d’Artillerie Lourde Hippomobile (105ème RALH) : deux groupes de 105mm équipés de canons de 105L modèle 1936S et deux groupes de 155mm disposant de canons de 155L modèle 1918.

-Unités du génie et de soutien

-Groupe Aérien d’Observation n°502 (GAO-502) : Huit Bloch MB-176 Douze Dewoitine D-720 et Quinze ANF-Les Mureaux ANF-123

-7ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (7ème GRDI) équipé de vingt chars légers AMX-44 et et vingt-huit automitrailleuses AM modèle 1940P ( 16 AMP, 8 AMP-S, 2 véhicules de dépannage,2 véhicules PC)

-1ère Division d’Infanterie Motorisée (1ère DIM) : Elle comprend comme principales unités trois régiments d’infanterie de ligne (1er, 43ème et 110ème RI), de deux régiments d’artillerie (15ème RAD et 215ème RALD), de la 601ème batterie divisionnaire antichar, du 1er bataillon de défense antiaérienne et du 15ème bataillon du génie ainsi que de diverses unités logistiques et de soutien.

-92ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (92ème GRDI) équipé de vingt chars légers AMX-44 et et vingt-huit automitrailleuses AM modèle 1940P ( 16 AMP, 8 AMP-S, 2 véhicules de dépannage,2 véhicules PC)

-2ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (2ème DINA) : Elle comprend comme principales unités trois régiments d’infanterie avec deux régiments de tirailleurs algériens, les 13ème et 22ème RTA et un régiment de zouaves, le 11ème régiment de zouaves; de deux régiments d’artillerie (40ème Régiment d’Artillerie Nord-Africain et 240ème Régiment d’Artillerie Lourde Nord-Africain), de la 602ème batterie divisionnaire antichar nord-africaine, du 2ème bataillon de défense antiaérienne nord-africain et du 36ème bataillon du génie ainsi que diverses unités logistiques et de soutien.

-19ème Corps d’Armée (19ème CA)

-Etat-major mis sur pied par la 2ème RM

-619ème Régiment de Pionniers

-19ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (19ème GRCA) équipé de chars légers AMX-42, d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P et de fusiliers motocyclistes.

-106ème Régiment d’Artillerie Lourde Hippomobile (106ème RALH) équipé de deux groupes de 105mm équipés de canons de 105L modèle 1936S et de deux groupes de 155mm équipés de canons de 155L modèle 1945.

-Unité du génie et de soutien

-Groupe Aérien d’Observation n°519 (GAO-519) : Huit Bloch MB-175 Douze Dewoitine D-720 et Quinze ANF-Les Mureaux ANF-123

-4ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (4ème GRDI) équipé de chars légers FCM-42 et d’automitrailleuses puissantes AM modèle 1940P

-15ème Division d’Infanterie Motorisée (15ème DIM) : Elle dispose de trois régiments d’infanterie de ligne (4ème, 27ème et 134ème RI), de deux régiments d’artillerie (1er RAD et 201ème RAD), de la 615ème batterie divisionnaire antichar, du 15ème bataillon de défense antiaérienne, du 20ème bataillon du génie ainsi que diverses unités logistiques et de soutien.

-80ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (80ème GRDI) équipé de chars légers Hotchkiss H-39 (reçus à son arrivée en France en remplacement de ses AMR-33 et 35) et d’automitrailleuses de découverte AMD-178B à canon de 47mm remplacées à partir de novembre par des AM modèle 1940P.

-1ère Division Marocaine (1ère DM) : Elle dispose de trois régiments de tirailleurs marocains (1er, 2ème et 7ème RTM), de deux régiments d’artillerie (64ème RAD et 264ème RALD), de la 601ème batterie divisionnaire antichar marocaine, du 1er bataillon de défense antiaérienne marocain et du 43ème bataillon du génie ainsi que diverses unités logistiques et de soutien.

-20ème Corps d’Armée (20ème CA)

-Etat-major mis sur pied par la 3ème Region Militaire (Rouen)

-620ème Régiment de Pionniers

-20ème Groupement de Reconnaissance de Corps d’Armée (20ème GRCA) équipé de chars légers Hotchkiss H-39 et d’automitrailleuses AM modèle 1940P en différents modèles

-104ème Régiment d’Artillerie Lourde à Tracteurs (104ème RALT) disposant de deux groupes de 105mm équipés de canons de 105L modèle 1936S et deux groupes de 155mm équipés de canons de 155mm GPF-T (Grande Puissance Filloux-Touzard)

-Unité du génie et de soutien

-Groupe Aérien d’Observation n°520 (GAO-520) : Huit Bloch MB-176, Douze Dewoitine D-720 et Quinze ANF-Les Mureaux ANF-123

-3ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (3ème GRDI) : vingt chars légers AMX-42 et vingt-huit automitrailleuses modèle 1940P.

-12ème Division d’Infanterie Motorisée (12ème DIM) : Cette division dispose de de deux régiments d’infanterie de ligne (106ème et 150ème RI) et d’un régiment de zouaves (8ème régiment de zouaves); de deux régiments d’artillerie (25ème RAD et 225ème RALD), de la 612ème batterie divisionnaire antichar, du 12ème bataillon de défense antiaérienne, du 19ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

-95ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (95ème GRDI) : vingt chars légers Hotchkiss H-39 et vingt-huit AMD-178B en attendant la disponibilité d’automitrailleuses puissantes modèle 1940P, ces automitrailleuses n’étant toujours pas arrivées le 10 mai 1949.

-5ème Division d’Infanterie Nord-Africaine (5ème DINA) : Cette division de trois régiments d’infanterie avec le 8ème régiment de tirailleurs algériens, le 10ème et le 11ème régiment de tirailleurs marocains; deux régiments d’artillerie (22ème RAD et 222ème RALD), de la 605ème batterie divisionnaire antichar nord-africaine, du 605ème bataillon de défense antiaérienne nord-africaine, d’u 69ème bataillon du génie et de diverses unités de soutien.

Pologne et Pays Neutres (98) Pologne (10)

Organisation et Ordre de Bataille

Organisation des grandes unités polonaises

Division d’infanterie (1939)

Défilé d’une unité polonaise

En septembre 1939 l’armée polonaise dispose de trente-neuf divisions d’infanterie dont trente d’active soit un total de 84 régiments d’infanterie de ligne et de six régiments de montagne. Chaque division est organisée de la façon suivante :

-Trois régiments d’infanterie

-Un régiment d’artillerie légère à trente-six pièces

-Un bataillon d’artillerie lourde à douze pièces

-Un bataillon du génie

-Une compagnie de transmissions

-Une batterie antiaérienne

Division d’infanterie (Armée Polonaise en France)

Fantassins polonais durant la campagne de France. Les combats sont violents _ le visage des combattants en ait la preuve_ mais le regard montre une grande détermination.

-Un état-major

-Des unités de soutien

-Trois régiments d’infanterie

-Un régiment d’artillerie lourde

-Un régiment d’artillerie

-Une batterie divisionnaire antichar

-Un bataillon de défense antiaérienne polonais

-Un bataillon du génie

Brigade autonome des chasseurs de Podhale

Brigade autonome des chasseurs de Podhale

-Un état-major

-Deux demi-brigades à deux bataillons d’infanterie à quatre companies chacune

-Un régiment d’artillerie légère

-Une compagnie antichar et antiaérienne

-Une compagnie du génie

-Des unités de soutien

Brigade de cavalerie

Tankette TK-3

Les onze brigades de cavalerie de l’armée polonaise en septembre 1939 sont organisées de la façon suivante :

-Trois ou quatre régiments montés

-Une compagnie blindée avec huit autos blindées et treize tankettes

-Un escadron d’artillerie de douze pièces

-Une batterie antiaérienne

-Une compagnie du génie

-Des services

Unités de chars

Char polonais 7TP. En septembre 1939 il n’à rien à envier aux chars allemands auxquels il fait face

En septembre 1939 l’armée polonaise ne possède pas d’unités motomécanique sur le modèle de la DLM ou de la Panzerdivision. Elle dispose de trois bataillons et de cinq compagnies indépendantes, de deux brigades blindées qui ne sont qu’un regroupement de chars. Les brigades de cavalerie disposent d’une compagnie de chars tout comme onze DI.

Au total l’armée polonaise dispose de 139 7TP, 102 Renault FT, 38 Vickers 6-Ton, 574 chenillettes de reconnaissance, 100 automitrailleuses Wz.

Artillerie

En plus de l’artillerie divisionnaire, on compte des unités d’artillerie indépendantes :

-Vingt-trois groupes d’artillerie lourde

-Trois Groupes d’artillerie super lourde

-Vingt sections d’artillerie légère

Ordre de bataille au 1er septembre 1939

Armée des Carpathes

Elle est créée le 11 juillet 1939 et comprend les grandes unités suivantes :

-2ème brigade de montagne

-3ème brigade de montagne

-Demi-brigade carpathique de défense nationale

-1er régiment d’artillerie motorisée

-9ème régiment d’artillerie lourde

Le plan de mobilisation prévoit la création du Groupe Tarnow composé de la 22ème division d’infanterie de montagne et de la 38ème division d’infanterie. Le 4 septembre trois jours après l’attaque allemande, les 11ème et 24ème DI s’y ajoutent.

Armée de Cracovie

Elle est créée le 23 mars 1939 et comprend cinq divisions d’infanterie, une division d’infanterie de montagne, une brigade de cavalerie motorisée, une brigade de cavalerie et une brigade de montagne :

-6ème Division d’Infanterie (6ème DI)

-7ème Division d’Infanterie (7ème DI)

-11ème Division d’Infanterie (11ème DI)

-23ème Division d’Infanterie (23ème DI)

-55ème Division d’Infanterie (55ème DI)

-21ème Division d’Infanterie de Montagne

-Brigade de cavalerie de Cracovie

-10ème brigade de cavalerie motorisée

-1ère brigade de montagne

Armée de Lublin

Armée improvisée créée dans l’urgence le 4 septembre 1939 avec une brigade motorisée et différentes petites unités.

Armée de Lodz

Elle est mise sur pied le 23 mars 1939 et doit être placée entre les armées de Cracovie et de Poznan.

Elle dispose de quatre divisions d’infanterie (2ème division d’infanterie légionnaire, la 10ème DI, la 28ème DI et la 30ème dI), les brigades de cavalerie Kresoria et Wolynska et la brigade de Défense Nationale de Sieradz.

Armée de Modlin

Créée le 23 mars 1939, elle doit assurer la défense de Varsovie à l’aide des unités suivantes :

-8ème Division d’Infanterie (8ème DI)

-20ème Division d’Infanterie (20ème DI)

-Brigade de Cavalerie Nowogradzka

-Brigade de Cavalerie Mazowiecka

-Brigade de Défense Nationale de Varsovie

Armée de Poméranie

Cette arme qui assure la défense du corridor polonais comprend les unités suivantes :

-4ème Division d’Infanterie (4ème DI)

-9ème Division d’Infanterie (9ème DI)

-15ème Division d’Infanterie (15ème DI)

-16ème Division d’Infanterie (16ème DI)

-27ème Division d’Infanterie (27ème DI)

-Brigade de Défense Nationale de Poméranie

-Brigade de Défense Nationale de Chelno

-Brigade de Cavalerie de Poméranie

-Unités indépendantes Chojnice et Kosciezyna

Armée de Poznan

-14ème Division d’Infanterie (14ème DI)

-17ème Division d’Infanterie (17ème DI)

-25ème Division d’Infanterie (25ème DI)

-26ème Division d’Infanterie (26ème DI)

-Brigades de cavalerie Wielkopolska et Podolska

Armée de Prusse

-3ème Division d’Infanterie légionnaire

-12ème Division d’Infanterie (12ème DI)

-13ème Division d’Infanterie (13ème DI)

-19ème Division d’Infanterie (19ème DI)

29ème Division d’Infanterie (29ème DI)

-36ème Division d’Infanterie (36ème DI)

-39ème Division d’Infanterie (39ème DI)

-44ème Division d’Infanterie (44ème DI)

-Brigade de cavalerie Willenska

-1er Bataillon de chars

Armée de Varsovie

Créée le 10 septembre 1939

-2ème Division d’Infanterie légionnaire

-8ème Division d’Infanterie (8ème DI)

-13ème Division d’Infanterie (13ème DI)

-15ème Division d’Infanterie (15ème DI)

-20ème Division d’Infanterie (20ème DI)

-25ème Division d’Infanterie (25ème DI)

-28ème Division d’Infanterie (28ème DI)

-44ème Division d’Infanterie (44ème DI)

-Brigade de cavalerie combinée

-1er et 2ème régiments tchécoslovaques

Groupe opérationnel Wyszkow

-1ère Division d’Infanterie légionnaire

-35ème Division d’Infanterie (35ème DI)

-41ème Division d’Infanterie (41ème DI)

-Train blindé Bartosz Glawacki

-Eléments du 2ème régiment d’artillerie lourde

Groupe opérationnel indépendant de la Narew

-18ème Division d’Infanterie (18ème DI)

-33ème Division d’Infanterie (33ème DI)

-Brigade de cavalerie Podlaska

-Brigade de cavalerie Suwalska

Groupe opérationnel indépendant de Polésie

Ce G.O comprend sept bataillons d’infanterie (Groupe Köbryn), cinq bataillons d’infanterie, deux compagnies de chars légers et deux trains blindés (Groupe Brzesc), trois bataillons d’infanterie (groupe Poleski Drohiczyn), un bataillon d’infanterie (groupe Jasiolda), la flottille fluviale de la marine polonaise. Le 29 septembre ce G.O comprend les 50ème et 60ème DI plus une division de cavalerie de marche.

Organisation de l’Armée Polonaise en France à sa création

-Etat-major installé Compiège

-Régiments d’artillerie lourde

-301ème Régiment d’Artillerie Lourde Polonaise (301ème RALPol) disposant de canons de 155mm GPF-T

-302ème Régiment d’Artillerie Lourde Polonaise (302ème RALPol) disposant de canons de 194mm GPF-T

-303ème Régiment d’Artillerie Lourde Polonaise (303ème RALPol) disposant de canons de 155mm GPF-T

-304ème Régiment d’Artillerie Lourde Polonaise (304ème RALPol) disposant de canons de 155mm GPF-T

-Régiments de soutien

-1er Régiment du Génie polonais

-2ème Régiment du Génie polonais

-Deux régiments polonais du train (3ème et 4ème RTPol)

-Deux régiments de transmission (5ème et 6ème RtransPol)

-Deux antennes chirurgicales d’armée

-Deux groupements d’intendance

-1er Corps d’Armée polonais

Daimler Dingo

-Un GRCA (autos blindées Daimler Dingo)

-Un groupement antichar à canons de 47mm

-Un groupement antiaérien à canons de 40mm

-5ème Division d’Infanterie Polonaise (5ème DIP)

-5ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie Polonais avec Daimer Armoured Car et des AMX-42 à partir d’avril 1949.

-1ère Division de Grenadiers de la Garde (1ère DGG)

-6ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie Polonais avec des Daimler Armoured Car mais les chars légers prévus n’ont pas été livrés avant l’attaque allemande.

-2ème Corps d’Armée polonais

-Un GRCA équipé de Daimler Armoured Car

-Un groupement antichar à canons de 47mm

-Un groupement antiaérien à canons Bofors de 40mm

-6ème Division d’Infanterie Polonaise (6ème DIP)

-7ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie Polonais avec des Humber Armoured Car mais les AMX-44 prévus n’ont pas été livrés au moment de l’attaque allemande.

-2ème Division de Grenadiers de la Garde (2ème DGG)

-8ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie Polonais avec des Daimler Armoured Car mais pas de chars légers quand les allemands attaquent.

-3ème Corps d’Armée polonais

-Un GRCA équipé de Daimler Armoured Car

-Un groupement antichar à canons de 47mm

-Un groupement antiaérien à canons Bofors de 40mm

-7ème Division d’Infanterie Polonaise (7ème DIP)

-9ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie polonais avec des Humber Armoured Car et des AMX-44 livrés en avril 1949

-3ème Division de Grenadiers de la Garde (3ème DGG)

-10ème Groupement de Reconnaissance de Division d’Infanterie (10ème GRDI Pol) avec des Daimler Armoured Car mais à la différence du 9ème GRDI, les chars n’ont pas encore été livrés le 10 mai 1949.

-Corps de Cavalerie polonais (4ème Corps de Cavalerie)

-Un état-major

-Des unités de génie et de soutien

-Un régiment d’artillerie lourde, le 305ème RALPol équipé de canons de 105mm modèle 1941

-10ème Division Blindée

-21ème Division Blindée

NdA pour les unités polonaises placées directement sous commandement français je renvoi aux parties consacrées à la France

Mitteleuropa Balkans (15) Hongrie (15)

Organisation

Organisation simplifiée de l’armée hongroise en septembre 1948

Généralités

Suite à la mobilisation entamée dès le 1er septembre 1948 mais officialisée le 10 après un incident de frontière avec la Roumanie dans la région de Cluj-Napoca, l’armée hongroise aligne les unités suivantes :

Lire la suite

Benelux (15) Pays-Bas (15)

Artillerie, Mines et Torpilles

Artillerie

Artillerie lourde

-En septembre 1948, le plus gros calibre utilisé par la marine néerlandaise est le 280mm sous la forme d’un canon allemand.

En effet deux des trois croiseurs de bataille néerlandais ont récupéré les tourelles des Scharnhorst et Gneisenau qui au cours des années quarante troquent leurs trois tourelles triples de 11 pouces contre trois tourelles double de 380mm semblables à celles armant le Bismarck et le Tirpitz.

Lire la suite

Etats-Unis (14) US Navy (10)

Artillerie Médiane (102 à 203mm)

6 Inch (152mm) Mark 12

Canon de 152mm 53 calibres US Navy 2

6 Inch Mark 12 en tourelle double sur un croiseur de classe Omaha

Ce canon de 53 calibres (soit un tube long de 8.056m) à été initialement mis au point pour l’armement secondaire des cuirassés et des croiseurs de bataille dont la construction à été annulée par le traité de Washington.

Lire la suite

Grande-Bretagne (21) Artillerie et Systèmes d’Armes (3)

4.7 Inch QF Mark VIII (canon de 120mm modèle 1918)

4.7 Inch Mark VIII à bord du cuirassé HMS Rodney

4.7 Inch Mark VIII à bord du cuirassé HMS Rodney

Ce canon de 4.7 pouces soit 120mm est mis au point pour équiper notamment les cuirassés de classe Nelson et les croiseurs de bataille de classe Glorious.
Ce canon de 40 calibres tire des obus de 22.68kg à une distance maximale de 14780m en tir surface (site : +45°) et de 9750m en tir AA. L’affût MkXII pèse 12561kg et peut pointer en site de -5° à +90° (à raison de 10° par seconde) et en azimut sur 360° (à raison de 10° par seconde).
Les Nelson disposaient de six canons en affûts simples alors que les Glorious en configuration porte-avions embarquaient seize pièces.

Ces canons étaient toujours en service en septembre 1948 sur les Nelson, le projet de remplacer ses canons par d’autres pièces plus modernes (de même calibre ou d’un calibre approchant) n’ayant pas abouti.
4.7 Inch QF Mark IX et XII (canon de 120mm modèle 1930)

4.7 Inch QF Mark IX

4.7 Inch QF Mark IX

Ces deux modèles de canons fort similaires vont équiper la majorité des destroyers britanniques construit durant la période séparant le premier du second conflit mondial (1918-1948). Ces canons sont du type Quick Fire, remplaçant sur les destroyers des canons type Breech Loader.
Le Mk IX associé à l’affût simple CP Mk XIV va équiper tous les destroyers construits durant la période 1918-1948 au moins jusqu’aux Tribal qui eux disposaient de canons Mk XII _guère différents des Mark IX_ installés en affûts doubles CP Mk XIX.
Le canon de 120mm Mark XII équipe désormais les destroyers à partir donc des Tribal. La classe J reçoit comme les classes A à I quatre canons (cinq pour les chefs de flottille) en affûts simples sous masque.
Après une classe K quasi-identique à la classe J, la classe L est marquée par un armement composé pour quatre d’entre-eux de trois tourelles doubles de 120mm (les quatre recevant huit canons de 102mm en quatre tourelles doubles).
Ce choix de canons de 102mm aux excellents performances antiaériennes mais aux capacités antisurface plus discutables ne fût pas jugé pertinent car les classes suivantes (M à Q) retrouvèrent leurs trois tourelles doubles de 120mm qui furent modifiées et devenues Dual-purpose sous le nom de Mark XIX* puis de Mark XX.
Ce canon de 47 calibres (longueur du tube : 5.640m) tire des obus de 22.7kg à une distance maximale de 15520m (+40°) à raison d’une cadence de tir maximale de dix coups à la minute. La capacité en munitions des destroyers m’est inconnue.
4.5 Inch QF Mk II, III et IV (canon de 114mm modèle 1935)

4.5 Inch QF Mark II à bord du HMS Renown

4.5 Inch QF Mark II à bord du HMS Renown

Ces différents modèles de canons sont mis au point au court des années trente dans le but initial d’équiper les nouveaux porte-avions (Ark Royal et suivants) d’un armement polyvalent aussi efficace contre les avions que contre l’assaut de bâtiments de surface.
Le choix de ce calibre était la réponse à l’échec d’un canon de 130mm et qu’avec 38kg, le projectile complet de 114mm semblait avoir atteint une limite qu’on ne pouvait dépasser celle des servants appelés à manipuler au combat ces projectiles. Les différents modèles sont assez proches, les différences étant peu nombreuses.
Ces canons équipèrent en premier le HMS Ark Royal considéré comme le premier porte-avions moderne de la Royal Navy. Il va équiper ensuite tous les porte-avions blindés de la marine de Sa Gracieuse Majesté à l’exception des Colossus qui ne disposaient que d’une DCA légère.
Il va également équiper les cuirassés refondus (Queen Elisabeth, Revenge, Repulse et Renown), toujours en affûts doubles mais également certains navires en affûts simples notamment les destroyers du programme de guerre.
Ce canon de 45 calibres (longueur du tube : 5.538m) tire des obus de 38kg (projectile de 26kg plus douze kilos pour la charge propulsive à une distance maximale de 18970m en tir antisurface et de 12500m en tir antiaérien à raison de douze coups à la minute (quatorze coups pour les affûts simples des destroyers du programme de guerre).
L’emport de munitions varie naturellement en fonction des navires. Les porte-avions embarquent 400 projectiles par canon tous comme les cuirassés alors que les destroyers en embarqueront 250 par affût double soit 750 obus de 114mm.
L’affût double RP Mark II _seul en service en septembre 1948_ pesait 46 tonnes, permettant aux canons depointer en site de -5° à +80° à raison de 20° par seconde et en azimut sur 150° de part et d’autre de l’axe à raison de 15° par seconde.
Au cours du conflit, un canon Mark V fût mis au point. Spécifiquement conçu pour la lutte antiaérienne, il tirait des obus munis de fusées de proximité. L’affût simple et double (RP Mark 10 pour le premier, RP Mark 50 pour le second) étaient capables de pointer en site jusqu’à +85°.
En septembre 1950, la Royal Navy prit la décision de faire du 114mm le calibre standard de ses destroyers, abandonnant le 102 et le 120mm.
Ce canon de 114mm à aussi été utilisé par l’armée de terre pour la défense antiaérienne territoriale.
4 Inch QF Mk IV, XII et XXII (canon de 102mm modèle 1904 et 1918)
Le canon de 4 pouces (102mm mais officiellement 101.9mm) était l’un des canons antiaériens les plus usités par la marine de Sa Gracieuse Majesté. Plusieurs modèles anciens et modernes étaient utilisés en septembre 1939 comme en septembre 1948.
Le premier modèle utilisé était le QF Mark IV qui apparait en 1913 quand le croiseur Foresight est réarmé. Il est ensuite utilisé par les destroyers et les flottilla leaders. Ce modèle Mark IV génère des versions dérivées (Mark XII XII* et XXII) adaptées à une utilisation à bord des sous-marins qui sont à l’époque plus des torpilleurs submersibles qu’autre chose.
Ces canons étant encore en service en septembre 1939 mais également en septembre 1948 même si ce modèle était en voie d’extinction. Durant le second conflit mondial, c’était l’arme de prédilection des navires marchands et des croiseurs auxiliaires.
Ce canon de 40 calibres (longueur du tube : 4.080m) tire des obus (séparés pour le Mk IV, encartouchés pour les autres modèles) de 14kg (21 ou 23kg en comptant la charge propulsive) à une distance maximale de 10.590m (+30°) à raison de treize coups par minute.
Les affûts simples pesaient 3 à 5 tonnes selon les modèles, permettant de pointer en site de -10 à +20 ou 30° et en azimut sur 360° sauf pour les affûts destinés aux sous-marins qui ne pouvaient pointer que sur 120° de part et d’autre de l’axe.
4 Inch QF Mark V (canon de 102mm modèle 1914)

4 Inch QF Mark V à bord du HMS Nelson

4 Inch QF Mark V à bord du HMS Nelson

Si le canon de 102mm Mark IV était un canon utilisant des obus séparés (BL), le Mark V fût conçu d’emblée comme un canon utilisant des munitions encartouchées.
Ce choix répond à une volonté de l’Amirauté britannique d’améliorer la cadence de tir des canons de ces destroyers, cadence qui pouvait faire la différence dans un combat nécessairement rapide et brutal.
Introduit d’abord comme canon anti-surface (Low Angle), le Mark V va ensuite être utilisé comme canon antiaérien dès la fin du premier conflit mondial. Il devint pour ainsi dire le canon antiaérien longue portée standard de la marine britannique. Ce canon à aussi été exporté en Argentine.
A noter qu’une version dérivée baptisée Mk XV ne fût pas produite en grande série en raison d’une cadence de tir trop faible pour être efficace.
Ce canon de 45 calibres (longueur du tube : 4.590m) tire des obus de 14 (explosif) ou 15 kg (semi-perforants (poids du projectile complet 24 ou 25kg) à une distance maximale de 14590m (+45°) en tir antisurface et de 8763m en tir antiaérien (+80°) à raison de 10 à 15 coups par minute (9 coups seulement pour la version Mark XV).
Les affûts pèsent 5 à 7 tonnes, permettant aux canons de pointer en site de -10° à +30° pour les premiers et de -5° à +85° pour les derniers modèles. En azimut, le canon peut pointer sur 360° avec naturellement des sécurités pour éviter les tirs fratricides. La dotation en munitions est de 150 à 250 coups par canon.
4 Inch BL Mk IX et X (canon de 102mm modèle 1916)
Le premier cuirassé à artillerie mono calibre ne disposait que d’un faible armement secondaire, des canons de 76mm anti-torpilleurs. Un vrai débat opposa les partisans d’une artillerie secondaire vigoureuse de ceux partisan d’une artillerie secondaire limitée au strict nécessaire.
L’amiral Fisher était de ceux-là, estimant que le canon de 102mm était suffisant pour contrer toutes les menaces qui ne nécessitaient pas l’utilisation de l’artillerie principale.
A l’époque, deux modèles existaient, le QF Mark V et le BL Mark VIII, deux modèles qui avaient leurs qualités et leurs défauts. Avec un pragmatisme tout anglo-saxon, les britanniques prirent le meilleur des deux armes pour crééer le 4 Inch BL Mk IX qui équipa les croiseurs de bataille de classe Renown et Courageous.
Ces canons furent également utilisés sur les corvettes de classe Flower qui récupérèrent les canons des unités désarmées tout comme des navires auxiliaires ou appartenant à la catégorie de la “poussière navale”.
Si le Mark IX fût conçu et construit pour la Royal Navy, le Mark X désignait un modèle de canon conçu pour les cuirassés de défense côtière de classe Nidaros qui furent réquisitionnés par la Royal Navy.
Ce canon de 45 calibres (longueur du tube : 4.590m) tire des obus de 10kg (poids du projectile : 14kg) à une distance maximale de 12344m (+30°) à raison de 10 à 12 coups par minute.

L’affût triple T. MkI pèse 18.8 tonnes en ordre de combat et peut pointer de -10° à +30° en site et sur 360° en azimut. La dotation en munitions était généralement de 150 coups par canon.

L’affût simple CP I pèse 4.79 tonnes et les performances en élévation et rotation sont identiques à celles de l’affût triple
Aucun nouveau modèle de canon de 4 pouces n’est développée, la Royal Navy préférant réduire le nombre de ces calibres en se focalisant sur le 4.5 pouces soit 114mm.
Artillerie légère (12.7mm à 76mm)

3 inch QF HA Mark I II III IV (canon de 76mm modèle 1913)

Canon de 76mm (3 Inch)

Canon de 76mm (3 Inch)

Ce canon est le premier canon antiaérien mis au point à cette fin pour la Royal Navy. Sa carrière est courte sur les grandes unités car il est remplacé après le premier conflit mondial par un canon de 4 pouces.
Il est néanmoins encore en service en septembre 1939 sur les sous-marins légers et sur certains destroyers qui remplacent souvent une plate-forme lance-torpilles. Néanmoins en septembre 1948, seuls les sous-marins sont encore armés de ce canon.
Ce canon de 45 calibres (longueur du tube : 3.420m) tire des projectiles de 12.8kg (poids du projectile : 5.67kg) à une distance maximale de 9970m en tir antisurface et de 7160m en tir antiaérien à raison de 12 à 14 coups par minute.
Durant le second conflit mondial, un projectile plus lourd de 7.94kg augmentait la portée en tir antisurface à 11810m et le tir antiaérien à 4790m.
L’affût simple pèse 2862kg et permet aux canons de pointer en site de -10 à 90° pour les navires de surface, de -10 à +40° pour les sous-marins, l’affût permettant de pointer en azimut sur 360° La dotation en munitions varie selon les navires de 150 à 250 coups par pièce.
Au cours du conflit, un nouveau canon de 3 pouces est développé mais ceci est une autre histoire.
6 pounder QF (canons de 57mm)
-Plusieurs modèles de canons de 6 livres (environ 57mm) sont en service en septembre 1939.
-Le 6-pdr 10cwt QF Mark I est utilisé comme les autres modèles principalement sur les navires légers et les navires auxiliaires. Ce canon de 47 calibres (longueur : 2.679m) tire des projectiles de de 2.85kg à une distance maximale de 10330m (+45°) à raison de 18 coups par minute. L’affût double utilisé également par la défense côtière permettait aux canons de pointer en site de -10° à +80° et en azimut sur 360°. Dotation en munitions inconnue.
-Les autres modèles aux caractéristiques et aux performances similaires sont les 6-pdr 8cwt QF Mark I et II 6 pdr 6 cwt QF Mark I et II et 3 pdr Hotchkiss QF Mark I et II
Canons antiaériens légers
-Dès le premier conflit mondial, la Royal Navy utilise des canons automatiques de petit calibre, le premier d’entre-eux est le 2-pdr QF Mk II plus connu sous le nom de Pom-Pom. La version améliorée appelée Mark VIII fait entrer définitivement le terme Pom-Pom dans le langage courant.
Ce canon fût le canon antiaérien léger principal de la marine britannique jusqu’au second conflit mondial, canon utilisé sur des affûts octuples Mark VIA, des quadruples Mk VII*P et des simples Mk VII* Mk VIII* et Mk XVI.
Il servait également d’arme principale sur les navires légers comme les vedettes et certains auxiliaires.

Affût quadruple "Pom-Pom"

Affût quadruple « Pom-Pom »

Le 2nd QF Mk VIII était un canon de 39 calibres tirant des projectiles de 0.765kg à une distance maximale de 6220m en tir anti-surface et de 3960m en tir antiaérien à raison de 140 coup par minute.
Quand le conflit mondial éclate, les performances du « Pom-Pom » sont en passe de devenir insuffisantes. Aussi la marine britannique décide de passer commande auprès de la firme Bofors de canons de 40mm et de la firme Oerlikon des canons de 20mm, les seconds devant remplacer les mitrailleuses de 7.7 et de 12.7mm.
Les Bofors et les Oerlikon vont être utilisés sur tous les navires, grands et petits, de combat et de soutien sur des affûts simples, doubles et quadruples en attendant des modèles sextuples et octuples.
-Des mitrailleuses sont également utilisés pour la défense antiaérienne, des mitrailleuses calibre 7.7 et 12.7mm en affûts doubles sur les navires légers, quadruples pour les navires plus importants.