Mitteleuropa Balkans (54) Bulgarie (18)

Armement

Armes de l’infanterie (1) : armes individuelles

Pistolets et Revolvers

Comme souvent à l’époque l’armée bulgare disposait de plusieurs modèles de pistolets et de revolvers. Ces armes de poing étaient l’apanage des officiers, des sous-officiers et des servants d’armes lourdes.

En théorie les hommes du rang n’avaient pas le droit à avoir une arme de poing mais des photos et des témoignages montrent que le haut-commandement bulgare faisait preuve d’une grande souplesse dans ce domaine.

La principale arme de poing utilisé par les bulgares était le célèbre Luger P.08, un pistolet automatique reconnaissable entre tous au point qu’il faisait parti des reliques les plus recherchés par les soldats alliés sur le champ de bataille.

Vous pouviez être sur qu’un prisonnier allemand qui possédait encore un P.08 sur lui le perdait rapidement au profit du soldat le fouillant.

Pas moins de 12500 exemplaires de ce pistolet furent livrés à l’armée bulgare à partir de 1912, armée qui l’utilisa jusqu’à la fin du second conflit mondial. En revanche quand l’armée bulgare fût reconstituée sous le régime communiste, le Luger n’eut plus loisir de servir, remplacé par des Tokarev TT.33 et son successeur le Makarov.

Le Luger P.08 était un pistolet automatique calibre 9mm (9x19mm Parabellum) mesurant 222mm de long (dont 130mm pour le canon) tirant une cartouche de 9.8g à une distance maximale effective de 50m à raison de vingt coups par minute sachant que le chargeur comprend théoriquement huit cartouches.

-L’autre pistolet automatique utilisé par l’armée bulgare est une autre arme allemande, le Walter PP. Le modèle original baptisé Walter Polizeipistole (Walter PP) est apparu en 1929 et avait pour fonction première l’équipement des forces de police.

Très vite les armées du monde entier se sont montrées intéressées par ce pistolet de bon facture ce qui entraîna la mise au point de plusieurs modèles comme le Walter PPK (Polizeipistole Kriminal) plus compact pour pouvoir être porté discrètement sous une tenue civile. D’autres modèles ont vu ensuite le jour en fonction des besoins et des désidératas des clients.

L’armée bulgare n’à d’abord utilisé que le Walter PP mais il semble que quelques PPK ont été exportés en Bulgarie pour équiper certaines unités de police notamment celles assurant la protection rapprochée de personnalités menacées.

Le Walter PP pesait 665g à vide et tirait pour l’armée bulgare non pas la célèbre cartouche 9x19mm Parabellum, un calibre et une cartouche devenus pour ainsi dire des standards mais la 9x17mm Short. Mesurant 170mm de long (155mm pour le PPK) dont 98mm pour le canon (83mm pour le canon du PPK), il pouvait toucher une cible à 50m avec pour système d’alimentation un chargeur de sept cartouches.

-Outre ces deux pistolets les soldats bulgares ont utilisé des revolvers et des pistolets automatiques de prise que ce soit le Tokarev TT-33 soviétique, le Webley britannique ou même le SACM modèle 1935S français.

Pistolets mitrailleurs

Le pistolet mitrailleur est apparu à la fin du premier conflit mondial. Il s’agissait à l’époque de résoudre le problème du combat dans les tranchées ou plus que la précision c’était la puissance de feu qui comptait.

Si ce terrifiant conflit se termine avant la mise en service massive de ce que les anglo-saxons appellent une submachine gun en revanche ce concept est largement développé durant l’entre-deux-guerre, rares étant les armées à snober le pistolet mitrailleur.

Cette arme était souvent utilisée par les sous-officiers et les servants d’armes lourdes mais très vite au combat, nombre de soldats notamment en combat urbain n’hésitaient pas à abandonner leur lourd et encombrant fusil pour un pistolet mitrailleur nettement plus maniable.

Sous l’empire austro-hongrois, la firme Skoda était rénomée pour la qualité de ses armes notamment dans le domaine de l’artillerie.

Cette réputation se poursuivit sous l’égide de la République Tchécoslovaque qui continua à faire confiance à ce fabriquant tout en laisser se développer d’autres fabricants comme la Československá zbrojovka akc.spol, installée à Brno. Cette dernière proposa un pistolet mitrailleur à l’armée tchécoslovaque qui l’accepta.

Arme de facture classique la ZK-383 elle se distinguait par la présence d’un bipied en vue d’une utilisation comme mitrailleuse légère ! Ai-je besoin de préciser que cet usage n’aurait été guère concluant au combat……….. .

Outre l’armée tchécoslovaque, cette arme à été utilisée par l’Allemagne (reprise de la production après la disparition de la Tchécoslovaquie), la Bulgarie, la Bolivie, le Brésil, la Roumanie, la Slovaquie, le Venezuela mais aussi différents groupes de partisans et de maquisards qui réutilisaient toutes les armes capturées.

Au sein de l’armée bulgare qui reçut 6500 armes de ce type (sur une production globale estimée 57000 armes) elle était surtout utilisée par les sous-officiers même si au combat on verra quelques fantassins utiliser ce pistolet mitrailleur qui resta en service jusque dans les années soixante-dix, cohabitant avec des armes d’origine soviétique.

Pistolet standard de la Bulgaria Armiya, le ZK-383 était une arme pesant 4.83kg d’un calibre de 9mm (9x19mm Parabellum), mesurant 875mm de long (325mm pour le canon) et pouvant toucher une cible à une distance maximale théorique de 250m (70m en pratique) à raison de 500 à 700 coups par minute (120 coups en pratique) sachant que le chargeur comprend 30 à 40 cartouches.

-Outre ce pistolet mitrailleur tchèque l’armée bulgare à utilisé d’autres armes de ce type que ce soit des armes acquises légalement ou des armes capturées sur le champ de bataille.

Parmi les armes de la première catégorie nous trouvons le MP-34 mais pas l’arme qui vous croyez puisqu’il s’agit d’une armes autrichienne fabrquée par la célèbre firme Steyr. C’est une évolution du MP-18 qui allait être utilisée par la suite par de nombreux pays.

Le traité de Versailles interdisant la production d’armes automatiques (pas d’arme disposant d’un canon de plus de 102mm et d’un chargeur de plus de huit cartouches), la firme Rheinmetall s’exila en achetant la compagnie suisse Waffenfabrik Solothurn en 1929 et entama la production de cette arme sous la désignation de Solothurn S-1-100.

Comme l’usine suisse ne pouvait fabriquer en masse, Rheinmetall acheta la firme Steyr et installa une usine dédiée en Autriche. Fusionnant son usine suisse et son usine allemande, la firme rhénane donna naissance à Steyr-Solothurn Waffen AG.

Le premier client fût la police autrichienne qui mit en service cette arme sous la désignation de Steyr MP-30 avec pour calibre celui standard en autriche à savoir le 9x23mm Steyr. Cette arme allait ensuite connaître un grand succès à l’export avec des calibres adaptés aux besoins des différents clients.

Après la police c’est la Bundesheer, l’armée de la République d’Autriche qui adopta cette arrme sous la désignation de Steyr MP-34 avec pour calibre toujours le 9mm mais avec une munition différente le 9x25mm Mauser.

Après l’Anschluss cette arme fût utilisée par l’Allemagne qui adapta les armes à sa cartouche standard (9x19mm) donnant naissance au MP-34(ö).

La firme Steyr produit cette arme jusqu’au milieu des années quarante, passant à partir de 1944 à la production du MP-40 plus moderne ou du moins moins long et moins coûteux à produire.

Outre l’Autriche et l’Allemagne, cette arme à été utilisée par la Grèce, le Portugal, le Japon, la Bolivie, le Chili, la Chine, le Salvador, l’Ethiopie, le Pérou, la Suède, l’Uruguay, le Venezuela, la Croatie et donc la Bulgarie.

Le nombre d’armes acquis par Sofia est inconnu mais nombre de spécialistes de la question s’accordent sur une fourchette comprise entre 2500 et 4000 armes qui tiraient les mêmes cartouches que le ZK-383 pour d’évidentes raisons de communauté logistique.

Son utilisation fût identique mais contrairement au ZK-383, la MP-34 fût retirée du service dès la fin du second conflit mondial.

Le MP-34 était un pistolet mitrailleur pesant 4.25kg à vide et 4.48kg en ordre de combat, mesurant 850mm de long (dont 200mm pour le canon), d’un calibre 9mm tirant la cartouche 9x19mm Parabellum. D’un portée maximale pratique de 150 à 200m, cette arme pouvait tirer en théorie jusqu’à 600 coups par minute sachant que le chargeur contient 20 ou 32 cartouches.

La Bulgarie à également utilisé le Maschinenpistole 40 (MP-40), un pistolet mitrailleur qui marquait une rupture avec les PM précédents dont l’aspect extérieur devait encore beaucoup aux fusils à répétition à savoir un fût en bois et un extérieur soignée.

Le MP-40 utilisait uniquement de la tolle emboutie ce qui faisait sursauter d’horreur les plus conservateurs. Issu du MP-38, le MP-40 fût ensuite décliné dans différentes variantes comme le MP-40/I et le MP-41. Près de deux millions d’armes ont été produites de 1940 à 1954.

Cette arme à été initialement utilisée par les sous-officiers, les servants d’armes lourdes ainsi que les équipages de blindés. Très vite les fantassins vont l’utiliser en combat rapproché et dans le combat urbain. L’évolution du MP-40 au sein de l’armée bulgare est assez similaire.

Cette arme fût utilisée également par la Chine, la Croatie, Chypre, la Tchécoslovaquie (après guerre), la France (armes capturées), la Grèce, le Guatemala (ex-Tchécoslovaquie), la Hongrie, l’Indonésie, le Japon, la Norvège, la Pologne, la Roumanie, l’URSS, l’Espagne (copie pirate et quelques exemplaires fournis par l’Allemagne), le Vietnam, la Corée, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis (armes capturées).

Le MP-40 était un pistolet mitrailleur pesant 3.97kg à vide, mesurant 833mm crosse déployée (630mm crosse rentrée) avec un canon de 251mm permettant le tir d’une cartouche de 9x19mm Parabellum. La portée maximale est de 250m (100 à 200m) en pratique avec une cadence de tir de 500 à 550 coups. L’alimentation est assurée par un chargeur de 32 ou de 64 cartouches.

-L’armée bulgare à aussi utilisé des pistolets mitrailleurs soviétiques comme le PPSh-41 mais aussi le MAT-49 et la Sten, ces dernières armes étant capturées sur le front balkanique.

Fusils

-En dépit d’une modernisation de son armement durant la Pax Armada, l’armée bulgare avait encore en septembre 1948 comme fusil standard une arme datant du XIXème siècle en l’occurrence une évolution du Mannlicher M.1895, le fusil standard de l’armée austro-hongroise.

Le calibre initial était le 8mm avec la cartouche 8x50mmR Mannlicher mais très vite d’autres calibres ont été dévellopés pour satisfaire aux demandes de clients étrangers. Même les armes en calibre 8mm furent modifiées pour utiliser une cartouche plus puissante (8x56mmR).

Si le premier client fût l’armée de la Double-Monarchie le fusil à très vite connu le succès à l’export, le premier et plus important client étranger étant l’armée bulgare qui l’utilisa durant les deux guerres balkaniques et les deux conflits mondiaux.

Après la disparition de l’Autriche-Hongrie le fusil à équipé les armées des pays ayant succédé à la Double-Monarchie mais aussi certains anciens pays ennemis comme l’Italie. Des armes ont également été livrées à différents groupes irréguliers.

Outre le fusil standard, le Mannlicher M1895 à été dévellopé en une version courte (Stutzen), en version carabine et en version tireur de précision.

Dans les années trente les fusils furent modernisés par leurs différents utilisateurs comme l’Autriche qui met au point le M95/30 qui utilisait la cartouche 8x56mmR. Ce fusil fût utilisé par la Bundesheer jusqu’à l’Anschluss. Après la dissolution de l’armée de la Deutsche Osterreich, les fusils ne furent pas réutilisés par les allemands mais cédés à la Bulgarie. On trouve également le M95/31 ou 31.M hongrois et le M95M ou M95/24 yougoslave rechambré en 7.92x57mm Mauser.

Le Mannlicher M.1895 et ses variantes va être utilisé également par l’Albanie, la Tchécoslovaquie, la Slovaquie, le protectorat de Bohème-Moravie, la Finlande, l’Ethiopie, l’Allemagne (force de police uniquement), la Grèce, le Kenya, l’empire ottoman, la Pologne, le Portugal, la Chine, l’Espagne, la Roumanie, la Russie,la Serbie, la Somalie et le Yémen.

La Bulgarie va acquérir ses premiers M.1895 en 1898 en important des armes produites d’abord en Cisleithanie puis Transleithanie.

Environ 83000 fusils et 2000 carabines ont été importées par Sofia pour équiper ses troupes. D’autres armes ont été ensuite récupérées et en septembre 1948 l’armée bulgare possédait 225000 exemplaires.

Le Puskha M.95 était un fusil à répétition de 3.78kg mesurant 1272mm de long (765mm pour le canon), tirant la cartouche 8x56mmR à une distance maximale de 2000m (800m en pratique) à raison de 15 coups par minute sachant que l’alimentation se faisant par des clips de cinq cartouches.

L’armée bulgare va également utilisé 73000 Carabiner M.95, la version carabine de cavalerie du M.1895. Cette carabine pesait 3.09kg mesurant 1003mm de long (dont 500mm pour le canon) tirant la cartouche de 8x56mmR à une distance maximale de 1800m (600m pour le canon) à raison de 15 coups par minute, l’alimentation se faisant également par des clips de cinq cartouches soit le même système que le fusil Mannlicher.

-Aux côtés des Mannlicher M.1895 l’armée bulgare va utiliser des fusils allemands en l’occurrence le Karabiner 98K, une version raccourcie du fusil standard de l’armée impériale allemande durant la première guerre mondiale, le Gewehr M.1898, une autre réussite de la maison Mauser.

Ce fusil reste en service dans la Reichswehr mais à partir de 1935 une version raccourcie et modernisée baptisée Karabiner 98K est mise en service. Cette carabine est issue de modèles plus anciens baptisés Karabiner 98a et b.

Es-ce la fin de la carrière du modèle 1898 ? Oui et non puisque le remplacement dans les unités de première ligne va prendre du temps et quand la mobilisation sera entamée en 1948 des unités de création récente recevront des Gewehr modèle 1898 en attendant des armes plus modernes.

Encore que c’est même plus compliqué puisque la variante tir de précision était toujours en service en septembre 1948.

La Karabiner 98K sera l’ultime déclinaison du Mauser modèle 1898. Cette arme qui sera exportée dans différents pays avec un calibre adapté aux désideratas des clients qu’il s’agisse de la Turquie, de la Chine, de la Belgique, de la Tchécoslovaquie, Espagne,Suède, Serbie,Chili ou du Mexique sera toujours en service en septembre 1948.

Arme clairement inférieure au MAS-40 et au MAS-44 elle sera partiellement remplacée au cours du second conflit mondial par des armes plus modernes. Outre la version standard, une version tireur d’élite et pour parachutiste fût également produite.

La production ne cessa qu’en 1953 suite à la destruction de l’usine par un bombardement aérien mais dès 1950 un modèle de guerre dit Kriegsmodell avait remplacé le modèle d’origine, le «modèle de guerre» étant simplifié en supprimant tout ce qui était accessoire et en utilisant des matériaux de moindre qualité ce qui en faisait des armes inférieures.

Outre l’Allemagne et la Bulgarie, cette arme à été utilisée par le Portugal, la Chine, le Japon, la Suède, l’URSS (armes capturées dont certaines allaient se retrouver aux mains des guerilleros vietnamiens et yougoslaves), l’Autriche, la Bolivie, la Croatie, la Tchécoslovaquie, le Danemark, l’Egypte (armes tchèques), la Finlande, l’Irak, l’Italie,le Luxembourg, le Mandchoukouo, les Pays-Bas, la Norvège, la Pologne, le Roumanie, le Salvador, la Serbie, la Slovaquie, la Turquie.

La Bulgarie à utilisé la Karabiner 98K jusqu’à la fin du second conflit mondial au sein des unités de première ligne puis après guerre comme arme de parade et ce jusqu’en 1995 quand il à été remplacé comme arme de parade par des carabines soviétiques SKS.

La Karabiner 98K pesait 3.50kg, mesurant 11110mm de long (600mm) tirant une cartouche de de 7.92mm à une distance maximale efficace de 500m (1000m avec une optique de précision) avec pour système d’alimentation un chargeur interne de cinq coups.

-D’autres fusils ont été utilisés par la Bulgarie mais il s’agissait d’armes capturées dont l’utilisation fût temporaire sur le champ de bataille. Des photos et des témoignages prouvent sans l’ombre d’un doute que les bulgares ont utilisé des Mosin-Nagant modèle 1891/30 soviétiques, des Lee-Enfield Mk 4 britanniques et des MAS-36 et MAS-40 français.

Mitteleuropa Balkans (48) Bulgarie (12)

Patrouilleurs-dragueurs

Chasseurs de sous-marins classe Belomorets

Suite au traité de Neuilly-sur-Seine, la marine bulgare fût obligée de réduire ses moyens et passa d’une petite marine de combat à une simple force de garde-côtes avec des patrouilleurs puisque ne l’oublions pas que les torpilleurs de classe Druzki furent privés de leurs tubes lance-torpilles ne les retrouvant qu’à la fin des années trente.

Un chasseur de sous-marins

En 1921 la marine bulgare achera à la marine française deux chasseurs de sous-marins construits en 1917 aux Etats-Unis. Ces navires furent baptisés Belomorets et Chernomorets.

Il s’agissait de navires de 77 tonnes (87 à pleine charge) disposant d’un armement composé d’un canon de 75mm et d’un canon de 47mm auxquels on pouvait associer deux mitrailleuses de 7.92mm.

Ces navires étaient toujours en service en septembre 1939 mais en septembre 1948 ils n’étaient plus que des auxiliaires portuaires, étant trop usés pour rendre un quelconque service même comme patrouilleur côtier. Ils sont désarmés peu avant le second conflit mondial (dates exactes inconnues) et ont été visiblement démolis même si aucune preuve certaine n’à été retrouvée dans les archives bulgares.

Patrouilleurs-dragueurs type PD-1

Bien que le renouvellement et le renforcement des capacités de combat soit primordiale, la marine bulgare n’oublie pas la nécessité de sécuriser ses eaux et de protéger l’accès immédiat à ses ports contre des menaces du type navire léger de combat, mine ou même sous-marin (même si les submersibles censés infester les eaux côtières furent finalement des prédateurs d’eau profonde).

Pour cela elle décide de construire une classe de douze patrouilleurs-dragueurs, des navires simple à construire pouvant comme leur nom l’indique patrouiller les eaux littorales et les débarasser de mines ennemies mouillées par sous-marin, navire de surface ou avion.

Ces navires ne reçoivent pas de noms mais les lettres PD (PD = patruli draga patrouilleur-dragueur) suivit d’un chiffre ou d’un nom de 1 à 12.

Ces navires vont être construits essentiellement en bois avec de l’acier dans des endroits sensibles (salle des machines, soutes à munitions) avec des superstructures construites en alliage léger.

La propulsion s’effectue par des moteurs diesels moins gourmands que des turbines à engrenages alimentées par des chaudières à vapeur. L’armement se compose d’un canon de 76.2mm sous bouclier à l’avant, d’une DCA légère et de grenades ASM qui pouvaient être remplacées par un système de dragage de mines.

Les deux premiers de ces patrouilleurs-dragueurs sont mis en service en juin 1943 suivis de deux autres en septembre 1943 et des patrouilleurs-dragueurs n°5 et 6 en décembre 1943. Les six autres sont mis en service deux par deux en juin 1944, mars 1945 et janvier 1946.

Ils forment deux flottilles de six navires qui vont en temps de paix participer à des missions classique de police de mer et en temps à des missions de sécurisation des eaux littorales, d’escorte de convois et de dragage de mines.

Cette flotte subit de lourdes pertes puisqu’en janvier 1954 il ne reste plus que deux navires (PD-2 et 7) en service, les dix autres ayant été coulé par mine (deux les PD-1 et 4), par l’aviation (quatre PD-3, 5,9 et 11), par incendie d’origine accidentelle (un PD-8) et par des navires de surface ennemis (trois PD-6, 10 et 12). Les deux derniers ne savourent pas longtemps leur statut de miraculé puisqu’ils sont sabordés à Varna avec les restes de la marine bulgare le 25 janvier 1954.

Caracteristiques Techniques

Déplacement : standard 595 tonnes pleine charge 850 tonnes

Dimensions : longueur hors tout 47.20m largeur 8.40m tirant d’eau en charge 4.92m

Motorisation : deux moteurs diesels dévellopant 1000ch et entrainant une hélice

Vitesse maximale 13.5 noeuds

Armement : un canon de 76.2mm sous bouclier à l’avant avec 64 coups, quatre canons de 37mm en deux affûts doubles, quatre canons de 20mm en affûts simples, quatre mitrailleuses de 7.92mm et seize grenades ASM ou un équipement de dragage mécanique.

Equipage : 45 officiers et marins

Pétrolier-caboteur

Pour assurer son ravitallement en mazout, la marine bulgare en particulier et la Bulgarie en général entreprant à partir de 1944 la constitution de stocks stratégiques destinés à assurer son autosuffisance en cas de guerre, période où naturellement le réapprovisionnement était difficile surtout pour l’Axe.

Pour cela elle compte d’abord sur une marine marchande importante et sur l’affrétement de pétroliers étrangers qui livrent à Varna et à Burgas du pétrole venant aussi bien du Caucase que du Moyen-Orient ou du Venezuela voir du Texas.

Pour permettre le ravitaillement sur rade de ses navires, la marine bulgare passe commande en 1944 de deux petits pétroliers des navires qualifiés de «pétrolier-caboteur» car ne naviguant que rarement en haute-mer (mais sans pour autant en être incapable).

Ces navires sont baptisés Burgas et Varna, le premier étant mis en service en octobre 1946 et le second en mai 1947.

Durant le court moment les séparant de la seconde guerre mondiale, ces deux petits pétroliers vont servir à ravitailler sur rade les navires militaires bulgares mais aussi effectuer quelques transports pétroliers entre le port soviétique de Batoumi et Burgas toujours dans l’optique d’accumuler des stocks de pétrole.

Une fois le second conflit mondial débuté, les deux navires sont alterner entre ravitaillement sur rade (à notre connaissance la marine bulgare n’à jamais expérimenté le ravitaillement à la mer) et transport de pétrole qu’il soit brut ou déjà transformé.

Suite au déclenchement de l’opération BARBAROSSA, les deux pétroliers deviennent exclusivement des ravitailleurs, fournissant du mazout aux navires bulgares ou alliés, le Burgas comme le Varna ralliant souvent Odessa ou la Crimée après leur conquête pour ravitailler des navires avant de retourner en Bulgarie pour recharger leurs soutes et revenir faire le plein aux navires qui le demandait.

C’est au cours d’une de ses rotations que le Burgas est coulé le 14 mai 1952 visiblement par un sous-marin soviétique en maraude au large de Varna mais sans que l’on en soit sur faute de preuve écrite.

Ce qui est sur en revanche c’est que le Varna à survécu aux principales épreuves du conflit et ce jusqu’à son sabordage à Varna le 25 janvier 1954. L’épave relevée après guerre est envoyée à la démolition.

Caracteristiques Techniques

Déplacement : standard 800 tW pleine charge 2500 tonnes 1500 tonnes de port en lourd

Dimensions : longueur hors tout 73.50m longueur entre perpendiculaires 67.70m largeur 11.28m tirant d’eau 2.80m

Propulsion : deux moteurs diesels Siemens 2 temps dévellopant 1150ch et entrainant deux hélices

Performances : vitesse maximale 12 noeuds distance franchissable 6300 miles nautiques à 12 noeuds

Capacités : six soutes totalisant 1930 mètres cubes et 3 cales représentant 245 mètres cubes. Un mat de charge de 2 tonnes à 5m

Armement : trois canons de 20mm et quatre mitrailleuses de 7.92mm

Equipage : 6 officiers et 30 hommes

Autres navires

D’autres navires étaient également utilisés par la marine bulgare, des navires que l’on pourrait regrouper sous le vocable de «poussière navale» comme les navires d’entrainement Assan et Kamicia ou le patrouilleur Ganekura.

Dès le déclenchement du second conflit mondial, la marine bulgare à réquisitionné des navires pour améliorer ses capacités de patrouille et de surveillance. C’est ainsi que quatre chalutiers et deux remorqueurs ont été réquisitionnés et armés pour la circonstance. Leur utilisation à semble-t-il pris fin en 1951.

Défenses côtières

Des défenses côtières sont aménagées pour couvrir les ports de Burgas et de Varna, les deux principaux ports bulgares. Il s’agit de couvrir les entrées des ports et éviter que les navires bulgares soit bloqués par un blocus vigoureux et agressif.

Néanmoins les réalisations sont en recul par rapport aux projets envisagés, projets qui étaient très voir trop ambitieux pour les moyens bulgares puisqu’il s’agissait ni plus ni moins que de réaliser une véritable ligne continue couvrant toutes les côtes bulgares.

Au final on se concentra sur quatre zones clés du littoral bulgare dont les ports sus-nommés avec des pièces médianes de 152mm (douze) et de 120mm (vingt-quatre) associés à des canons de 76.2mm ainsi que des canons légers à tir rapide de 20 et de 37mm. Ces armes étaient montés dans des positions en béton armé bien aménagées et bien camouflées.

La marine soviétique n’ayant pas eu la volonté de réaliser un blocus des côtes bulgares, cette panoplie ne servit guère, réalisant de nombreux tirs d’entrainement au profit souvent de visiteurs de marque.

Il y eu quelques tirs contre des troupes soviétiques en approche (les pièces pouvaient pointer sur 360°) mais sans que le résultat ne soit vraiment probant faute d’un système efficace de conduite de tir pour les tirs contre-terre.

Ces fortifications furent toutes démantelées suite au traité de paix mais en 2000 la batterie Ferdinand 1er qui défendait Burgas avec deux canons de 152mm et quatre de 120mm fût restaurée dans son aspect d’origine pour le plus grand bonheur des touristes amateurs d’histoire militaire.

Hydravions

Arado Ar-196A2

L’aéronavale bulgare se limite en septembre 1948 à huit Arado Ar196, un hydravion biplace monoplan monomoteur bi-flotteurs conçu initialement pour embarquer sur les croiseurs et les cuirassés de la Kriegsmarine.

A l’origine de cet appareil figure un appel d’offres du Reichluftministerium (RLM) (ministère de l’Air) pour un hydravion destiné à remplacer le Heinkel He-60 et le Heinkel He-114, deux appareils qui n’avaient pas donné satisfaction.

C’est le projet Arado qui triompha, le constructeur hambourgeois étant le seul à proposer un hydravion monoplan,le premier prototype effectuant son premier vol en mai 1937. Les premiers appareils de série furent livrés à l’automne 1938.

Cet appareil va progressivement remplacer durant la guerre de Pologne et la Pax Armada ses devanciers mais lui même va être peu à peu remplacé par une version améliorée baptisée Arado Ar198. C’est ainsi qu’il y avait à l’automne 1948 soixante Arado Ar196 et quarante Ar198.

Sur le plan tactique, outre les missions classiques de reconnaissance, d’observation et de réglage de tir, les Arado Ar196 participent à la couverture anti-sous-marine de la flotte. Ils pourront aussi participer au sauvetage des pilotes abattus.

La Bulgarie reçoit ses huit appareils à l’automne 1944. Ils vont être utilisés pour la surveillance côtière, la lutte anti-sous-marine littorale mais aussi l’éclairage au profit des navires de surface et des convois.

Deux appareils étaient encore en service à la fin du conflit. Oubliés de tous dans un hangar ils sont redécouverts en 1975, restaurés et exposés dans le musée d’histoire militaire de Sofia. C’est toujours le cas aujourd’hui.

Les six autres ont été perdus durant le second conflit mondial, deux abattus par la chasse soviétique, un par la DCA d’un convoi soviétique, deux lors d’une collision en vol et le dernier lors d’un bombardement allié de Varna en octobre 1953.

Caracteristiques Techniques de l’Arado Ar196A-2

Type : hydravion biplace embarqué de reconnaissance et d’observation

Poids : à vide 2990kg maximal au décollage 3720kg

Dimensions : longueur 11m envergure 12.40m hauteur 4.45m

Motorisation : un moteur radial BMW-132 de 947ch

Performances : vitesse maximale 311 km/h distance franchissable 1080km plafond opérationnel 7010m

Armement : deux canons de 20mm dans les ailes et une mitrailleuse MG-15 ou MG-17 de 7.92mm en poste arrière ; deux bombes de 50kg

Mitteleuropa Balkans (31) Hongrie (31)

Avions

Chasse et Chasse-bombardement

Fiat CR-32 Freccia

Fiat CR32

Comme toutes les armées de l’air, l’armée de l’air italienne à été marquée en profondeur par les leçons du premier conflit mondial.

En matière de chasse, la Regia Aeronautica continue d’avoir une vision romantique et chevaleresque du combat aérien où une poignée d’hommes courageux se battaient tels les chevaliers du Moyen-Age, une vision qui était parfaitement adaptée à la propagande fasciste.

Lire la suite

Mitteleuropa Balkans (23) Hongrie (23)

Fiat 3000

Fiat 3000 2

Le premier char italien est le carro d’asalto Fiat 3000. Inspiré du Renault FT il n’en est pas pour autant une simple copie mais un projet original de la firme de Turin. Outre l’Italie, ce char léger va être utilisé par l’Ethiopie, l’Albanie, la Hongrie et la Lettonie.

Lire la suite

Scandinavie (78) Finlande (16)

Armes

Avant-propos

Comme nous l’avons vu à plusieurs reprises, l’armée finlandaise était une armée pauvrement équipée avec un manque cruel d’armes modernes, une pénurie permanente des armements nécessaires à une guerre de haute intensité.

Lire la suite

Scandinavie (54) Danemark (25)

Armes

Armes individuelles de l’infanterie

Pistolets et Revolvers

Browning M-1910 2

FN (Browning) modèke 1910

-En septembre 1948, le pistolet automatique standard de l’armée danoise est le FN modèle 1910 ainsi que ses évolution les modèle 1910/22 et modèle 1922.

Cette armée est une autre création de John Browning produite aux Etats-Unis par Colt Firearms et en Europe par la Fabrique Nationale d’armes implantée à Herstal en Belgique. Rapidement la firme Colt stoppa la production et le pistolet américain fût produit uniquement en Europe. Son mode de fonctionnement est semblable à celui des Walter PPK et Makarov.

Lire la suite

Benelux (31) Pays-Bas (31)

Armement &Véhicules

Armes individuelles de l’infanterie

Pistolets et Revolvers

L’armée néerlandaise utilise plusieurs modèles d’armes de poing, des armes souvent anciennes comme une bonne partie de l’armement néerlandais à la fin des années trente.

MAS modèle 1873 4

Chamelot-Devigne modèle 1873

-On trouve ainsi le revolver français Chamelot-Devigne modèle 1873, un revolver de calibre 11mm, le calibre du fusil Gras. Le revolver mesure 242mm avec un canon de 114mm, pesant à vide 1.195kg. Il dispose d’un barillet de six cartouches permettant un tir pratique jusqu’à 25m.

Lire la suite

Benelux (20) Pays-Bas (20)

Navires légers

Canonnières classe Thor

En septembre 1939, les canonnières de classe Thor sont encore en service. Qu’es-ce qu’il y à de si surprenant à cela ? Tout simplement c’est que ces navires ont été mis en service entre 1877 et 1894 ! La plus jeune des canonnières à donc déjà quarante-cinq ans de carrière !

Lire la suite

Dominions (87) Australie (30)

Douglas DB-7

Douglas A-20 Havoc 16

Le Douglas DB-7 (Douglas Bomber model 7) est issue d’une initiative de la firme de Santa Monica et de son bureau d’études dérivé par Edouard Heinneman qui allait bientôt concevoir le Douglas Skyraider (après avoir conçu le Douglas Dauntless)

Lire la suite

URSS (1) Avant-Propos

UNE AUTRE SECONDE GUERRE MONDIALE
T-7 URSS

URSS.png

AVANT-PROPOS

En ce 4 avril 2018 je commence officiellement le Tome 7 sur l’URSS. C’est le dernier des tomes majeurs de ma flamboyante uchronie, un travail titanesque qui me stimule mais qui parfois me terrifie par son étendue.

Lire la suite