Pologne et Pays Neutres (73) Suède (8)

Aux temps modernes : des guerres napoléoniennes à nos jours

Soldat suédois en uniforme modèle 1806

Du 31 octobre 1805 au 6 janvier 1810 à lieu la guerre franco-suédoise. La Suède est soutenue par la Grande-Bretagne et la Prusse va affronter la France, l’Espagne et la Hollande.

Le 9 août 1805 la Suède à rejoint la troisième coalition suite à l’exécution du duc d’Enghien le 21 mars 1804 («pire qu’un crime une faute»). Elle autorise la Grande-Bretagne à utiliser la Poméranie suédoise comme base en échange de subsides. Le 31 octobre 1805 Stockholm déclare la guerre à la France.

En novembre 1805 une offensive combinée suédo-anglo-russe (12000 hommes) est lancée pour récupérer le Hanovre occupé par la France. Après la défaite austro-russe à Austerlitz, les suédois sont laissés seuls et doivent évacuer le pays en avril 1806 et se replient sur la Poméranie suédoise. Un accord franco-prussien est signé peu après.

A l’été 1806 une quatrième coalition est mise sur pied. La Suède peut occuper le Lauenburg mais devant l’offensive française, les soldats suédois doivent se replier sur la ville hanséatique de Lübeck pour évacuer mais les soldats français avancent trop vite. Suite à la bataille de Lübeck, 1000 suédois sur 1800 sont capturés. Ils sont très bien traités par le maréchal Bernadotte qui pose ici (mais il ne sait pas encore) les premiers jalons qui allait le conduire au trône de Suède.

La Poméranie suédoise est envahie début 1807, les français mettant le siège devant la ville de Stralsund. Après un premier cessez le feu le 18 avril 1807, la Suède reprend la lutte le 8 juillet 1807 après avoir refusé de rejoindre le système continental. Stralsund tombe aux mains des français le 20 août 1807. Les troupes suédoises comme c’est souvent la coutume à l’époque rentrent au pays avec armes munitions et bagages.

Après sa défaite dans la guerre russo-suédoise, la Suède signe le 6 janvier 1810 le traité de Paris. En échange du retour sous souveraineté suédoise de la Poméranie, Stockholm doit rejoindre le système continental.

Le 17 novembre 1810 la Suède doit déclarer la guerre à la Grande-Bretagne les marchandises sont saisies. Une guerre pour la forme (17 novembre 1810 au 18 juillet 1812) sans combats une Bloodless War (guerre sans sang). Les seuls tués sont les victimes des émeutes de Klagerup quand la troupe tire sur des opposants à la conscription le 15 juin 1811.

En 1812 la France occupe la Poméranie suédoise et l’île de Rügen, la Suède fait la paix avec la Grande-Bretagne dans le cadre du Traité d’Orebro (18 juillet 1812). Le même jour la Grande-Bretagne et la Russie signe une paix.

Du 14 mars 1808 au 10 décembre 1809, le royaume de Danemark-Norvège affronte la Suède. Le casus belli c’est l’alliance du royaume de Danemark-Norvège avec la France et l’alliance de la Suède avec la Grande-Bretagne. C’est une guerre que personne ne veut ce qui explique qu’elle se termine par une trêve. La paix est conclue par un retour au status quo ante bellum le 10 décembre 1809.

L’armée suédoise de l’époque c’est 23000 hommes dont 7000 hommes dans le sud de la Suède avec 14000 à la frontière norvégienne et 2000 dans le Norrland. Elle est bien équipée et bien entrainée.

On trouve plusieurs régiments comme le régiment de Hälsinge (1630-1709, 1709-1713 et depuis 1713). En 1816 ce régiment à huit compagnies reçoit le numéro 14 ou encore le régiment de Skaraborg (1624-1709 et 1709-1939). Devenu en 1816 le 9ème régiment d’infanterie, il est transformé en 1939 en régiment blindé qui va intégrer une brigade mobile (mobil brigad).

Le régiment de Kalmar (1626-1709 et 1709-1927) est un régiment d’infanterie à huit compagnies qui devient le 20ème RI en 1816 puis le 21ème RI en 1892. En 1927 il fusionne avec le régiment de Jönköping pour former le régiment de Jönköping-Kalmar.

Le Live Grenadier Regiment en suédois Livgrenadjärregementet est créé en 1928. En 1791, les régiments d’infanterie et de cavalerie d’Östergötland fusionnent pour donner naissance à un régiment de Life Grenadier. En 1816 le régiment est divisé en deux, les 1stet 2nd Life Grenadier Regiment. En 1928 les deux régiments sont fusionnés pour redonner naissance à un régiment unique qui reçoit également une autre désignation, le 4ème RI. Le Bohuslan Regiment est créé en 1720 et est devenu en 1816 le 17ème RI.

En face on trouve une armée dano-norvégienne de 36000 hommes mais seulement 5000 peuvent être employés contre la Suède. A cela s’ajoute une armée française composée de 12500 français, de 14000 espagnols, 6000 néerlandais et 12500 danois.

Ce conflit se termine par le Traité de Jönköping (10 décembre 1809) qui prévoit aucune cession de territoires, les navires britanniques sont maintenus à distance des côtés suédois, les rénégats et crriminels doivent être extradés.

En 1814 le Traité de Kiel cédera la Norvège à la Suède non sans que les norvégiens ne tentent par les armes d’échapper à l’union prévue avec la Suède.

L’armée suédoise au 20ème siècle.

Uniforme modèle 1910

L’armée suédoise à longtemps reposé sur le mercenariat et un volontariat plus moins corseté par des pressions sociales et fiscales. En 1901 la Suède va mettre sur pied un service militaire universel qui va perdurer bien au delà du second conflit mondial.

Les conscrits suivent un service militaire d’un an puis suivent jusqu’à un âge avancé (50 puis 45 ans) des périodes de rafraichissement toutes les 4 à 6. Ceux décidant de devenir réservistes subissent eux des rappels annuels plus ou moins longs en fonction du grade acquis.

Durant les deux conflits mondiaux, le service est temporairement porté à deux ans pour augmenter le nombre de soldats disponibles mais le projet de pérenniser cette extension n’à jamais pu aboutir en raison de nombreu oppositions politiques.

Si la Suède est restée neutre durant le premier conflit mondial elle s’est tout de même engagé dans les îles Aland en 1918.

Ces îles de la mer Baltique sont russes depuis 1809 intégrant le Grand Duché de Finlande. En 1856 suite à la guerre de Crimée, le Traité de Paris les démilitarise. En 1914 la Russie y installe une base de sous-marins utilisée également par les britanniques. Des fortifications sont construites mais leur puissance inquiètent Stockholm qui craignent qu’elles ne servent pour envahir la Suède.

En décembre 1917 la Finlande est indépendante. La population des îles Aland veut rejoindre la Suède ou du moins une intervention pour rétablir l’ordre en raison de la dissolution des troupes russes suite aux révolutions de février et d’octobre.

Ces îles étaient alors occupées par les Rouges, la Suède intervenant en février 1918 suivis par les allemands en mars. Le conflit est aussi relié à la guerre civile finlandaise entre Blancs et Rouges.

Le 10 février 1918 la guerre civile finlandaise arrive à Aland avec l’arrivée des Blancs finlandais. Peu de résistance russe. Le 13 février, le gouvernement suédois décide d’envoyer des troupes dans les îles Aland. Les blancs finlandais pensent que les suédois de leur côté mais ce n’est pas le cas. On assistance à une alternance de combats et de négociations. Les suédois contrôlent toutes les îles le 2 mars 1918.

Les allemands capturent les Rouges en raison de la crainte de voir la Suède rejoindre les alliés. Le 6 mars 1918, un accord germano-suédois est signé pour le partage des îles. Le 14 mars la majorité des troupes suédoises sont évacuées, les derniers soldats de Stockholm quittant la zone le 26 mai 1918 quand la guerre civile finlandaise s’achève.

Les allemands quittent les îles en septembre 1918. Trois ans plus tard en 1921, les îles sont cédées à la Finlande où elles forment une région autonome de la Finlande et sont démilitarisées.

Sur le plan des effectifs on trouve 2150 russes (dont 150 militants bolchéviques) contre 700 à 800 suédois, 900 allemands et 460 finlandais blancs.

L’Acte de Défense de 1925 voté le 26 mai 1925 entre en application le 1er janvier 1928. Cet acte entame une politique de désarmement qui ne changera qu’avec l’Acte de Défense de 1936.

Le nombre de divisions est baissé à quatre, dix-sept unités militaires sont dissoutes, le service militaire réduit à 140 jours, de nombreux conscrits sont transférés à l’Armée de Réserve.

L’Armen passe donc de six à quatre divisions, la cavalerie est réduite de cinquante à douze compagnies, l’infanterie de 364 à 122, les troisièmes bataillons des régiments d’infanterie sont dissous, les compagnies de service sont réduites de dix-huit à douze compagnies, le génie de trente-deux à vingt-deux, les compagnies de soutien sont réduites à trois, deux compagnies blindées étant mises sur pied.

A la différence de nombre d’armées l’armée suédoise à longtemps été uniquement organisée en temps de paix de régiments, des gros régiments avec plusieurs bataillons qu’ils soient d’active ou de réserve. Ces régiments étaient des régiments d’infanterie, de cavalerie, d’artillerie et du génie.

Uniformes suédois modèle 1944

Armée de masse, la Suède choisit au début des années quarante de réorganiser son armée de terre pour l’adapter à l’époque. Les leçons de la guerre de Pologne sont tirées notamment la nécessité d’améliorer la mobilité des unités.

Le gouvernement suédois choisit une armée à deux vitesses, une armée territoriale au travers des zones militaires pour défendre le pays de manière ferme et décidée et une armée mobile capable d’intervenir sur tout le territoire rapidement. Elle comprend quatre corps d’armée et quatre brigades mobiles mélant des unités de cavalerie et des unités motomécaniques (NdA comment dit-on «pétrole-picton» en suédois). Les unités d’artillerie et du génie sont modernisées et voient leurs capacités accrues.

Jusqu’en 1937 le roi était le chef de l’armée, un rôle plein et entier et non symbolique comme dans d’autres pays. Cette année la poste de chef de l’armée (Chefen för armén) est créé, le roi restant le chef mais un chef sans pouvoir, un chef symbolique.

Le 30 novembre 1939 l’URSS envahit la Finlande. C’est le début de la Guerre d’Hiver. Face au Goliath soviétique, le David finlandais fait mieux que résister. Les finlandais ne sont pas seuls car des suédois sont à leurs côtés. L’armée suédoise ? Non un corps de volontaires de près de 10000 hommes qui allait intégrer également des danois et des norvégiens.

15000 suédois se présentent, 10000 sont sélectionnés mais seulement 8000 sont envoyés en Finlande pour combattre l’Armée Rouge. A cela se sont ajoutés des hommes qui ont rejoint individuellement le front.

A cela s’ajoute une aide humanitaire (nourriture, médicaments, vêtements) et des armes avec 135042 fusils,347 mitrailleuses, 450 fusils mitrailleurs,50 millions de cartouches, 144 canons, 100 canons antiaériens, 92 canons antichars,301846 obus de tous calibres, 300 mines marines et 500 charges de profondeur. On trouve également 17 chasseurs, 5 bombardiers légers, un DC-2 transformé en bombardier léger, trois avions de reconnaissance.

Les volontaires suédois s’illustrent lors de la Bataille de Salla (1939) et lors de la Bataille d’Honkaniemi (25 au 27 février 1940). Si la première est une victoire finlandaise, la seconde est une victoire soviétique.

Le Svenska Frivilligkaren à perdu trente-trois tués, dix disparus, cinquante blessés et cent-trente victimes d’angelures. A la fin du conflit ce corps comprennait 8260 suédois, 725 norvégiens et 600 danois.

Durant la Pax Armada des manœuvres en terrain libre sont organisées, des manœuvres massives à munitions réelles (ce qui génère un certain nombre d’accidents) qui permettent non seulement de régler différentes lacunes et surtout d’envoyer un message aux voisins de la Suède : si vous voulez conquérir notre pays cela vous coûtera très cher.

Quand la guerre devient évidente, la Suède prépare discrètement la mobilisation générale décrétée le 9 septembre 1948.

Outre la mobilisation générale des hommes en âge de combattre pour compléter et soutenir les unités d’active, une Home Guard est mise sur pied avec des hommes trop jeunes ou trop vieux pour combattre mais qui pouvaient soulager les unités de combat de missions secondaires.

Ce sont les prémices de la défense totale qui verra la Suède des années cinquante à quatre-vingt se transformer en un Etat-forteresse avec près d’un million de soldats potentiellement mobilisable, un pays transformé en forteresse géante, un pays bien décidé à faire payer le prix du sang à tout envahisseur.

Aujourd’hui la Home Guard tout en pouvant servir d’armée territoriale en complément d’une armée d’active aux effectifs plus réduits sert surtout pour l’intervention en cas de catastrophe naturelle ou en renfort de la police si celle-ci se retrouvait déborder.

Durant le conflit la Suède fait preuve d’une neutralité comme nous l’avons vu flexible avec un certain penchant pour l’Allemagne pour des raisons d’interdépendance économique.

Des trains sanitaires qui ont évacué des blessés allemands sous le contrôle de Croix Rouge ont en réalité transporté des armes, des munitions et même des renforts qui pour des raisons de discrétion portaient l’uniforme suédois ce qui est strictement prohibé par les conventions internationales.

Des incidents de frontière ont lieu entre la Suède et la Norvège après son occupation par les allemands. Il y eu la violation des eaux territoriales par des navires et des sous-marins officiellement non identifiés, des avions abattus, des pilotes internés.

Si l’armée suédoise n’à pour une raison évidente pas combattu durant le second conflit mondial des suédois ont pris les armes tant dans le camp de l’Axe que dans le camp allié, les premiers rejoignant la Waffen S.S et la division Nordland (théoriquement composée de scandinaves) alors que les seconds ont rejoint la Légion Etrangère, certains pilotes d’abord utilisés comme fantassins ce qui était un gaspillage de compétence se retrouvant dans l’Armée de l’Air.

A la fin du conflit l’armée suédoise s’est sérieusement modernisée en améliorant son équipement et son entrainement. De nouveaux programmes sont lancés en 1954/55 pour tirer la quintessence des leçons du second conflit mondial. La stratégie de défense totale est pérennisée pour faire face à la menace soviétique mais ceci est une autre histoire.

Scandinavie (91) Finlande (19)

ARMEE DE L’AIR (SUOMEN ILLMAVOIMAT)

Finlande 2

Histoire

Les origines

La Suomen Illmavoimat voit officiellement le jour le 6 mars 1918 alors que la Finlande tout juste indépendante est ensanglantée par une terrible guerre civile dont la violence absolument terrifiante contraste avec le pacifisme et la tranquillité actuelle du pays.

Encore que je vais un peu vite en besogne puisque ce n’est qu’en 1928 qu’elle devient une entité autonome à l’instar quelques années plus tôt de la RAF ou de la Regia Aeronautica.

Lire la suite

Scandinavie (80) Finlande (18)

Armes de l’infanterie (2) : fusils mitrailleurs et mitrailleuses

Fusils mitrailleurs

-Au cours de la guerre d’Hiver la France fournit des armes à la Finlande, des armes puisés dans un stock prévu pour l’Europe de l’Est. Parmi ces armes figure 5000 fusils mitrailleurs modèle 1915 CSRG, le tristement célèbre Chauchat.

FM CSRG 15 Chauchat-VD-WEB2

Le fusil mitrailleur Chauchat

Mis en service dans l’armée française en 1916, il à également été utilisé par l’armée américaine en 1917/18 en calibre .30. Des Chauchat furent ensuite convertis en calibre 7.65mm pour la Belgique et en 7.92mm Mauser pour la Pologne et la Yougoslavie.

Arme légère d’un poids et d’un encombrement limité, le Chauchat se révéla une arme médiocre pour rester poli en raison de l’utilisation de matériaux de mauvaise qualité, de problèmes de fabrication et de l’inadaptation de la cartouche de 8mm au tir automatique. De plus il s’échauffait très rapidement ce qui faisait qu’on privilégiait le tir semi-automatique et par courtes rafales.

Pas étonnant qu’après la mise au point de la cartouche de 7.5mm la priorité de l’armée de terre française fût la mise au point d’un fusil mitrailleur plus que d’un nouveau fusil. 262000 CSRG (Chauchat Sutter Ribeyrolles et Gladiator soit successivement les deux concepteurs, le directeur de l’usine et l’entreprise produisant majoritairement l’arme) furent produits en trois ans.

Le Chauchat fonctionne par un long recul du canon selon un principe breveté par John Browning en 1900. Il était refroidit par air et comporte un radiateur en aluminium. La crosse, la poignée-pistolet et la poignée antérieure cylindrique sont en bois.

Outre la France le Chauchat à été utilisé par la Belgique (6900 armes), la Grèce (3900 armes), la Pologne (11000 armes) et les Etats-Unis (39000 modèle 1915 et 18000 modèle 1918).

Les finlandais ont utilisé les Chauchat faute de mieux durant la guerre d’Hiver puis durant la guerre de Continuation même si peu à peu le DP Degtyarev l’à remplacé. Quelques dizaines exemplaires étaient encore disponibles en avril 1954 mais ils sont rapidement ferraillés.

Le Chauchat était un fusil mitrailleur de 8mm tirant la cartouche 8x50mm Mauser. Pesant 9kg chargé, il mesurait 1.14m de long dont 470mm pour le canon. Sa portée maximale était de 2000m (630m en pratique), la cadence de tir était de 240 coups par minute avec pour système d’alimentation les caractéristiques chargeurs en demi-lune de 20 cartouches (16 à 19 en pratique).

Lahti-Saloranta M-26 8

Lahti-Saloranta M/26

-Autre fusil mitrailleur utilisé, une arme de conception et de fabrication finlandaise le Lahti-Saloranta M/26, une arme apparue en 1927 et produite à 6200 exemplaires. Conçue par Aimo Lahti et Arvo Saloranta, elle pouvait utiliser des chargeurs de 20 coups ou des chargeurs tambours de 75 coups même si visiblement seul le premier chargeur à été utilisé opérationnellement parlant par l’armée de terre finlandaise.

Cette arme automatique était la principale arme d’appui de l’infanterie et remporta un seul succès à l’export en l’occurrence une commande de 30000 exemplaires pour la Chine mais cette production fût stoppée après la sortie de 1200 exemplaires chambrés en 7.92x57mm Mauser suite à des pressions japonaises

Arme lourde, difficile à entretenir (188 pièces) il reçut le surnom de Kootut virheet (erreurs assemblées) même si il ne s’agissait pas d’une arme ratée, certains soldats finlandais appréciaient sa robustesse et sa fiabilité.

Rapidement on lui préféra le fusil mitrailleur soviétique Degtyarev capturé en très grand nombre au point qu’une version dérivée fût mise au point par les finlandais. Le Lahti-Saloranta M/26 était encore en service en avril 1954 mais il à été rapidement retiré du service dans les unités de première ligne.

Le Lahti-Saloranta M/26 était un fusil mitrailleur fonctionnant par court recul et refroidissement par air, pesant 10.4kg en ordre de combat, d’un calibre de 7.62mm tirant la cartouche de 7.62x54mmR. Mesurant 1109mm de long (500mm pour le canon), il avait une portée maximale de 1400m (400m en pratique) et une cadence de tir de 450 à 550 coups par minute, l’alimentation se faisait par des chargeurs droits de 20 coups ou des chargeurs tambours de 75 coups.

FM Degtyarev 13

fusil mitrailleur Degtyarev

Aux côtés du fusil mitrailleur finlandais on trouvait donc le fusil mitrailleur Degtyarev modèle 1927 soit en version originale le Degtyareva Pekhotnyi modèle 1927 (DP modèle 1927). Cette arme acceptée en 1927 à été finalement mise en service en 1928 ce qui explique qu’en URSS il est connu comme DP-28.

Fonctionnant par emprunt de gaz et refroidit par air, ce fusil mitrailleur reconnaissable entre tous avec son chargeur circulaire de 47 coups monté au dessus de l’arme. Connaissant son baptême de feu lors de la guerre d’Espagne (où il à été évalué au combat), il à été employé lors de la guerre d’Hiver où les finlandais en capturèrent un tel nombre qu’ils purent l’utiliser sans trop de soucis de pièces et de munitions.

Le Degtyarev est aussi utilisée par l’armée chinoise dans le cadre de la guerre civile, dans la guerre sino-japonaise, durant le second conflit mondial et dans la guerre civile d’après guerre (1955-1958).

Certaines armes utilisées par les chinois se sont retrouvées au Vietnam, des Degtyarev DP-27 (ou 28) étant capturés par les français (première guerre du Vietnam 1960-1967) et même par les américains (deuxième guerre du Vietnam 1970-1977).

Comme l’arme était toujours en service en septembre 1948, des fusils mitrailleurs Degtyarev ont été capturés par les allemands, les hongrois et les roumains et réutilisés quand les munitions étaient en quantité suffisante. La Hongrie et la Roumanie l’ont produit après guerre une fois que leurs gouvernements avaient basculé dans l’orbite communiste.

Cette arme à naturellement évolué durant sa longue carrière (qui se poursuit d’ailleurs aujourd’hui en Asie et en Afrique).

On trouve d’abord le Degtyarev DPM, une version modernisée adoptée en 1945 avec un bipied plus robuste, un système de refroidissement amélioré, un système de démontage du canon plus simple.

Une version destinée à l’aviation à également été mise au point (DA = Degtyaryova Aviatsionny) tout comme une version destinée aux véhicules (DT = Degtyaryova Tankoy et son évolution baptisée DTM).

L’ultime version étant le Degtyarev RP-46 qui utilisait des bandes de 150 coups pour augmenter le volume de feu et disposait d’un canon plus lourd pour supporter l’échauffement produit. Au total 1.7 millions de fusils mitrailleurs Degtyarev ont été produits en URSS et à l’étranger (Hongrie et Chine notamment).

La Finlande à utilisé tous les modèles produits par l’URSS et en à dérivé son propre modèle, le Lahti-Saloranta M/50 qui était au début une simple copie avant de prendre sa propre route avec un chargeur différent, un bipied plus solide et un canon lourd facilement démontable. Cette arme à été remplacée au cours des années soixante.

Outre les pays déjà cités, le fusil mitrailleur Degtyarev à été utilisé par l’Afghanistan, l’Albanie, l’Algérie, l’Angola, le Bénin, la Bulgarie, la République Centrafricaine, les Comores, le Congo-Brazzaville, Cuba, l’Egypte, la Guinée Equatoriale, l’Ethiopie, l’Irak, le Laos, la Libye, le Nigéria, la Pologne (unités polonaises de l’Armée Rouge puis nouvelle armée polonaise), les Seychelles, la Somalie, le Sri Lanka, le Soudan, la Syrie, la Tanzanie, le Togo, le Vietnam (groupes irréguliers), le Yemen et la Zambie.

Le Degtyarev DP-27/28 était un fusil mitrailleur pesant 9.12kg à vide et 11.5kg chargé mesurant 1270m de long (1272mm pour le RP-46) dont 604mm pour le canon (605mm pour le RP-46). D’un calibre de 7.62mm et tirant la cartouche 7.62x54mmR, il avait une portée maximale effective de 800m avec une cadence de tir de 550 coups par minute avec une alimentation se faisant avec des chargeurs circulaires (47 cartouches pour la version initiale, 60 cartouches pour les DT/DTM) ou des bandes de cartouches (RP-46).

Mitrailleuses

Comme dans d’autres catégories, l’armée finlandaise va disposer de plusieurs modèles de mitrailleuses. Ce n’est pas une tare en soi mais cela pose évidemment de nombreux problèmes quand ces mitrailleuses ont des calibres différents. Nous allons d’abord parler des mitrailleuses peu présents avant de terminer par le modèle dominant.

Schwarzlose MG 19

Schwarlose

-Parmi les mitrailleuses utilisées par les soldats finlandaises nous trouvons une mitrailleuse issue d’un pays disparu, la Schwarlose la mitrailleuse standard de l’armée austro-hongroise.

L’origine de la présence de ces mitrailleuses dans l’armée finlandaise est peu claire. Il s’agit soit d’achats effectués dans les années vingt ou alors d’armes capturées sur les russes qui les avaient eux mêmes obtenus des austro-hongrois.

Une source est certaine c’est que certaines armes en calibre 6.5x55mm ont été cédées par les volontaires suédois à leur retour au pays au printemps 1940.

En septembre 1948 cette arme était obsolète mais elle était robuste et fiable ce qui fait qu’elle était tout de même appréciée par ses servants qui ne rechignaient pas à la remplacer par une arme plus moderne comme la Maxim voir une mitrailleuse allemande type MG-34 ou MG-42.

Ces armes ont donc participé à la guerre d’Hiver puis pour certaines à la guerre de Continuation mais sans être une arme de première ligne, étant davantage utilisée pour protéger les plots logistiques et pour armer des blockhaus de campagne. Elle à été très logiquement retirée du service à la fin du conflit.

La Schwarlose était une mitrailleuse pesant 41.4kg avec son tripode, utilisant sous les couleurs finlandaises deux calibres (le 6.5mm avec la cartouche 6.5x55mm et le 8mm avec la cartouche 8x50mmR Mannlicher). Mesurant 945mm de long (dont 530mm pour le canon), elle pouvait ticher 400 à 580 coups par minute via une alimentation réalisée par des bandes de 250 cartouches.

Lewis Machine Gun US Marines

Des Marines américains utilisant la mitrailleuse Lewis, une arme reconnaissable entre toutes

-Les finlandais ont également utilisé quelques mitrailleuses Lewis, une arme reconnaissable entre toutes par son large canon et son chargeur tambour monté sur le dessus de l’arme ce qui explique son succès limité ou disons moins important comme mitrailleuse terrestre mais son succès très important pour armer les avions qu’ils soient de chasse, de bombardement ou de reconnaissance.

Cette arme qui fit la fortune de son inventeur, le colonel Lewis (qui du pour cela vendre la licence à la British Small Arms Company (BSA) faut de trouver preneur dans son pays d’origine les Etats-Unis). Les royalties touchées sur chaque arme vendue le mettant à l’abri du besoin jusqu’à la fin de ses jours.

Les finlandais ont utilisé l’arme en deux calibre, celui d’origine le .30.06 (7.7mm) et le 7.62mm, les armes ayant pour origine la Russie qui reçut de nombreuses armes de la par des alliés durant le premier conflit mondial. D’autres armes ont été capturées sur les gardes rouges au court de la guerre civile finlandaise et d’autres encore acquises en profitant des surplus du premier conflit mondial.

Cette arme fût utilisée durant la guerre d’Hiver puis durant la guerre de Continuation même si comme la Schwarlose elle était clairement dépassée. Elle ne fit d’ailleurs pas de vieux os une fois le second conflit mondial terminé.

Quelques unes furent cependant redécouvertes dans des stocks d’unités de réserve en 1977 suite à un grand inventaire provoqué par le scandale de vente illégales d’armes à des groupes terroristes par des militaires finlandais peu scrupuleux. A l’issue de cet inventaire elles furent immédiatement ferraillées pour la plupart mais une poignée fût neutralisée pour pouvoir être exposée sans danger dans des musées.

La Lewis était une mitrailleuse légère pesant 13kg en ordre de combat, mesurant 1280mm de long (670mm pour le canon), fonctionnant par emprunt de gaz et ayant une portée maximale théorique de 3200m (800m en pratique) avec une cadence de tir de 500 à 600 coups par minute, l’alimentation se faisant par des chargeurs tambours de 47 ou de 97 cartouches.

MG08

mitrailleuse MG-08

-La Finlande à également utilisé la Maxim sMG-08, la version allemande de la mitrailleuse inventée par Hiram Maxim. Ce dernier à vendu de nombreuses licences de production à des pays européens, la Vickers modèle 1912 par exemple étant la cousine de la MG-08 de l’armée du Deuxième Reich.

L’efficacité des mitrailleuses allemandes contre les soldats français en pantalon garance et capote bleue aurait pu faire croire que cette nouvelle arme à été accueillie avec enthousiasme par les cadres de l’armée allemande. Ce ne fût pas le cas et les premières armes acquises par l’Allemagne furent payées par l’empereur Guillaume II en personne.

-Ce n’est qu’au début du vingtième siècle que l’Allemagne et la firme Maxim signèrent un accord pour la fabrication de la mitrailleuse Maxim sous licence par l’entreprise Deutsche Waffen und Munitionsfabriken installée à Spandau près de Berlin d’où le nom générique de «Spandau» données aux mitrailleuses allemandes.

-Après plusieurs modèles, le premier modèle standard fût la Schwere Maschinegewehr 08 ou SMG 08. Cette arme solidement construite montée sur trepied fût un véritable cauchemar pour les alliés, stoppant les offensives entre les no-man’s land.

Cette arme dont fût extrapolée un fusil-mitrailleur resta en service après guerre, l’Allemagne comme on l’à vu ne pouvant développer officiellement de nouvelles armes.

-La mise au point de la MG-15 et surtout de la MG-34 provoqua le retrait du service actif des sMG 08 qui étaient encore disponibles dans les dépôts en septembre 1939 et en septembre 1948 en compagnie d’armes polonaises, tchèques et autrichiennes, certaines mitrailleuses ressortant des stocks pour armer les unités de mobilisation faute de MG-34/42 et 45 en nombre suffisant.

La Finlande à récupéré des armes de ce type via les troupes allemandes envoyées pour appuyer les Blancs dans la guerre civile finlandaise et pour faire de l’ancien grand-duché un protectorat allemand, projet qui se fracassa sur la défaite allemande de novembre 1918.

Ces armes ont été utilisées jusqu’au milieu des années trente avant d’être retirées du service et stockées. Certaines ont été ressorties au moment de la guerre d’Hiver mais aussi durant la guerre de Continuation généralement pour entrainement des jeunes recrues en attendant l’arrivée de mitrailleuses plus modernes. Elle à également utilisé une version évoluée baptisée Maxim M/09-21.

La Schwere Maschinegewehr 08 était une mitrailleuse moyenne pesant 62kg en ordre de combat (dont 37.650kg pour l’affût-traineau) d’un calibre de 7.92mm. Mesurant 1170mm de long et 710mm pour le canon, elle tirait 300 à 450 coups par minute via des bandes-chargeurs de 250 cartouches.

La Maxim M/09-21 produite à 1065 exemplaires était une mitrailleuse moyenne servie par cinq hommes. Pesant 58.1kg en ordre de combat (26.5kg pour l’arme, 27.6kg pour l’affût et 4kg pour l’eau.

Fonctionnant par court recul, elle était d’un calibre de 7.62mm en utilisant la cartouche standard russe 7.62x54mmR.

Mesurant 1100mm de long dont 720mm pour le canon, elle pouvait tirer 350 à 580 coups par minute avec une portée maximale théorique de 2700m et de 1000m pour la portée maximale pratique, l’alimentation se faisant par des bandes-chargeurs de 250 cartouches.

-Logiquement la majorité des mitrailleuses utilisées par les finlandais étaient des mitrailleuses russes qu’il s’agisse de la robuste et vénérable Maxim ou de la plus moderne mais pas moins efficace SG-43 Goryunov.

Maxim M1910 26

-La mitrailleuse finlandaise standard en novembre 1939 et encore en septembre 1948 était la Maxim modèle 1910, une arme inventée par Hiram Maxim qui avait eu une volonté humanitaire en créant cette arme alors que la mitrailleuse symbolise la tuerie de masse, l’abominable guerre industrielle qui broie les hommes, les âmes et les consciences.

En effet à l’époque où il créé son arme les soldats meurent davantage des épidémies que des combats et en remplaçant dix fusils par une mitrailleuse on espérait réduire le nombre d’hommes en ligne et donc le nombre de victimes potentielles des épidémies. Ai-je besoin de préciser que cette noble intention est vite tombée en désuétude…… .

Dès 1887 l’arme est testée par les russes mais elle n’est adoptée en raison d’un calibre (4.2 lignes Berdan soit 10.67mm) inadapté pour une arme automatique. En 1893 en revanche les essais avec une arme calibre 3 lignes Berdan (7.62mm) sont réussis mais il faut attendre 1899 pour que des armes soient commandées d’abord à l’usine de Spandau en Allemagne puis à une usine située à Tula en Russie.

La mitrailleuse Maxim est officiellement adoptée en 1903 et l’année suivante la première Maxim est fabriquée en Russie. Cette Maxim modèle 1905 est employée dans la guerre russo-japonaise où elle fait merveille.

A la même époque la Russie achète des mitrailleuses Maxim/Vickers modèle 1906 puis la licence de fabrication. De cette mitrailleuse découle la Maxim modèle 1910 reconnaissable entre toutes avec son affût monté sur roues et un bouclier.

Par rapport à la modèle 1905, le réservoir d’eau est en acier cannelé. Un couvercle sur le canon permet d’y glisser de la neige pour le refroidir. Le dit canon doit être changé tous les 10000 coups.

Robuste et fiable, cette arme est utilisée durant le premier conflit mondial, la guerre civile russe, la guerre de Pologne, la guerre d’Hiver et même durant les premières opérations du premier conflit mondial.

Sa production cesse en Russie en 1943 mais la production de sa remplaçante (la SG-43 Goryunov, la Degtyarev DS-39 ayant été un échec) étant insuffisante elle était encore largement en service lors du déclenchement de l’opération BARBAROSSA par les allemands et de la guerre de Continuation par les finlandais.

Outre l’appui de l’infanterie, la Maxim M1910 était utilisée comme arme antiaérienne avec des affûts quadruples souvent montés sur camion, à bord des avions mais aussi à bord des navires de la marine soviétique.

En dépit de son âge avancé, la M1910 va combattre jusqu’à la fin du second conflit mondial et quelques semaines après la fin de ce terrible, de ce terrifiant conflit les dernières armes encore en service prennent une retraite bien méritée.

Outre les pays déjà cités, la M1910 à été utilisée par l’Autriche-Hongrie, la Bulgarie, la Chine, l’Estonie, la Hongrie, l’Iran, la Corée, la Lettonie, la Mongolie, la Pologne, la Roumanie, l’Espagne, la Syrie, la Turquie et l’Ukraine. Certains pays comme la Pologne ont rechambré l’arme dans un autre calibre.

La Finlande à donc utilisé la M1910 mais aussi la M-32/33, une version modernisée et aux performances accrues du modèle 1910. Ces deux mitrailleuses vont cohabiter durant le second conflit mondial aux côtés de SG-43 Goryunov capturées en nombre important au début de la guerre de Continuation.

Les dernières Maxim ont été retirées du service courant 1956 entièrement remplacées par des SG-43 Goryunov fournies cette fois de leur plein gré par les soviétiques.

La Maxim M1910 était une mitrailleuse moyenne pesant 23.8kg à vide mais 69kg en comptant le poids de la mitrailleuse et de l’affût mais sans les munitions. D’un calibre de 7.62mm et tirant la cartouche 7.62x54mmR, elle mesurait 1107mm de long dont 721mm pour le canon, sa cadence de tir étant de 550 coups par minute, l’alimentation se faisant par des bandes souples de 250 cartouches.

-La Maavoimat à donc également utilisé la remplaçante de la vénérable Maxim en l’occurence la SG-43 Goryunov.

SG-43 Goryunov 2

SG-43 Goryunov

La mitrailleuse Maxim modèle 1910 était une arme efficace, solide, increvable même mais dans le domaine militaire rien n’est éternel et son remplacement est jugé nécessaire au cours des années trente, aboutissant à la Stankovvy pulemet sistemi Goryunova ce qui donne dans la langue de Molière «mitrailleuse moyenne conçue par Goryunov». Comme un hommage à sa devancière la future SG-43 va reprendre l’affût à roues et le bouclier.

Elle à été conçue pour pouvoir être produit en grand nombre. Son canon lourd est facile à changer et peut tenir pendant des tirs prolongés. Le tube est chromé ce qui à deux avantages : limiter l’usure et réduire les besoins en entretien. La SG-43 se distingue aussi par le choix du mode refroidissement, l’ai remplaçant l’eau.

Outre l’affût à roues, la SG-43 peut utiliser un trépied de conception plus classique et encore plus stable que l’affût à roues. Au cours du conflit une version améliorée du trépied permettra à la mitrailleuse d’être utilisée comme arme antiaérienne.

L’arme est testée intensivement en 1943 avec d’abord des tests officiels puis des essais en corps de troupes dans différents régiments avec douze armes de pré-série. Les essais sont concluants et l’arme est adoptée en novembre 1943.

La production commence presque aussitôt mais suite à un changement de priorité, toutes les Maxim modèle 1910 n’ont pas été remplacées en juin 1950 quand l’Allemagne et ses alliés attaquent.

Globalement néanmoins les unités de première ligne ont perdu leurs vieilles Maxim pour de rutilantes SG-43.

Au cours du conflit une version modernisée est mise en production et donc en service. Baptisée SGM, elle se distingue par un canon plus lourd, plus simple à fabriqué et à changer, un mode d’alimentation permettant d’engager des bandes souples de 500 cartouches contre 200 pour la SG-43.

La SGM va être aussi dévellopée en une version spécialisée adaptée à l’usage à bord des véhicules blindés et des chars, version baptisée SGMT (T = Tankovy).

Durant le second conflit mondial l’arme à été utilisée par l’URSS, par l’Allemagne, la Finlande, la Hongrie, la Roumanie et la Bulgarie. La deuxième guerre mondiale terminée, l’arme est massivement livrée aux pays du bloc communiste comme la Pologne, la Tchécoslovaquie, la Hongrie, la Roumanie, la Bulgarie, l’Albanie en attendant la Yougoslavie.

Si la production cesse en URSS en 1961, elle va se poursuivre jusqu’à la fin des années soixante en Tchécoslovaquie et en Pologne, la Chine produisant l’arme sous licence jusqu’à la fin des années soixante-dix.

Le chiffre exact des SG-43/SGM produit est inconnu mais l’ordre est admis de plusieurs centaines de milliers d’armes. La carrière de la SG-43 s’achève en Russie à la fin des années soixante quand elle est remplacée par une nouvelle mitrailleuse, la PK plus proche de la mitrailleuse polyvalente allemande de la seconde guerre mondiale qu’une mitrailleuse moyenne «classique».

Cette arme à aussi été utilisée par d’autres états pas forcément communistes au sens strict. Ces pays ont soit utilisé cette arme lors des combats de la décolonisation ou ont reçu cette arme dans l’espoir qu’ils adhèrent à l’idéologie en vogue à Moscou.

On trouve ainsi dans cette catégorie l’Afghanistan, le Burundi, la république centrafricaine, Cuba, Chypre, le Congo-Brazzaville et le Congo-Kinshasa (armes chinoises), l’Egypte, l’Indonésie, l’Irak, la Libye, le Mali, la Mongolie, la Somalie, la Syrie, la Tanzanie, le Yémen et le Zimbawe.

La Finlande à donc utilisé cette mitrailleuse comme arme de prise appréciant sa fiabilité et sa robustesse au point qu’Helsinki envisagea de produire une arme dérivée, une sorte de copie pirate mais ce projet n’aboutit pas faute de temps mais aussi parce que les allemands vont fournir à l’armée de terre finlandaise une quantité appréciable de MG-34 et de MG-42.

Après guerre l’URSS à fournit à la Finlande d’autres SG-43 qui vont être utilisées par l’armée finlandaise jusqu’à la fin des années soixante quand elle est remplacée par la mitrailleuse PK plus moderne.

La SG-43 Goryunov était une mitrailleuse moyenne calibre 7.62mm fonctionnant par emprunt de gaz, utilisant la cartouche standard russe 7.62x54mmR. Pesant 13.5kg à vide et 36.6kg avec l’affût mais sans munitions, elle mesurait 1120mm de long (719mm pour le canon) et affichait une portée maximale de 1100mm (théorique 1500mm) avec une cadence de tir de 500 à 650 coups sachant que l’alimentation se faisait par des bandes souples de 200 cartouches.

Durant la Pax Armada les finlandais vont préparer la revanche contre l’URSS avec pour objectif de récupérer les «provinces perdues». Déçus par les démocraties occidentales, les finlandais vont se tourner vers l’Allemagne qui bien que lié par un pacte de non-agression avec l’URSS accepta de livrer des armes pour renforcer l’armée finlandaise.

Cela passa naturellement par la fourniture d’armes automatiques et donc de mitrailleuses. Signe d’une certaine confiance, Berlin décida de fournir non pas des mitrailleuses déclassées comme la MG-15 mais des MG-34 et même de rutilantes MG-42.

MG-34 45

MG-34

La Maschinegewehr modell 34 (MG-34) à été mise au point pour remplacer la MG-15 qui était une bonne mitrailleuse mais largement perfectible.

Les allemands décidèrent également une rupture technique. Jusqu’ici il y avait la mitrailleuse et le fusil mitrailleur.

La première lourde et encombrante était servie par plusieurs hommes et était surtout efficace en phase statique comme durant la première guerre mondiale alors que la seconde servie par un voir deux hommes était très efficace pour accompagner l’assaut même si certaines light machine gun avaient une forte proportion à surchauffer ce qui obligeait les soldats à modérer leur tir ce qui n’était pas toujours simple à faire dans le feu de l’action.

Les allemands décidèrent de développer une arme polyvalente pouvant servir de fusil mitrailleur avec bipied et de mitrailleuse moyenne avec un trépied. Un double système d’alimentation permet d’utiliser soit des chargeurs tambour double de 75 cartouches (déjà utilisés par la MG-15) ou un système de bandes de 50 coups qui pouvaient être liées pour augmenter l’alimentation en munitions.

-Cette nouvelle mitrailleuse rencontra un succès immédiat même si sa fabrication prenait du temps et était très coûteuse. Le coût était aggravé par un trépied complexe et par une multitude d’accessoires certes conçus dans une bonne intention mais qui étaient semble-t-il superflus. Elle connu son baptême du feu en Espagne où elle fût utilisée par la Légion Condor et par les nationalistes du général Franco.

Des variantes furent rapidement développées avec la MG-34m (appelée également MG-34 Panzerlauf) destinée à servir d’arme coaxiale sur les chars et les véhicules blindés, les MG-34s à canon plus court et uniquement pour le tir automatique avec une cadence de tir moins élevée pour réduire la dispersion.

Si la première arme fût produite en grande quantité (d’autant que la MG-42 n’était pas adaptée au montage coaxial), la seconde fût produite dans une quantité limitée, la MG-39/41 et prototype de la MG-42 se révélant nettement plus prometteuse.

La MG-34 servit également de base au développement d’une nouvelle mitrailleuse destinée à l’aviation, la MG-81 (ainsi que sa variante double la MG-81Z), mitrailleuse destinée à remplacer la MG-15.

La Finlande va recevoir plusieurs milliers de MG-34 qui va être utilisé dans les unités de première ligne mais aussi à bord des blindés et dans certains blockhaus.

La Maschinegewehr modell 34 était une mitrailleuse polyvalente pesant 11.5kg mesurant 1219mm de long dont 627mm pour le canon. D’un calibre de 7.92mm, elle pouvait tirer 800 à 900 coups par minute avec un double système d’alimentation (bandes de 50 cartouches ou double chargeur-tambour de 75 cartouches).

-La MG-34 était une arme excellente mais cette excellence se payait au prix d’une sophistication et d’un coût trop important pour être produite en très grande quantité, une obligation pour le temps de guerre aux contraintes bien différentes du temps de paix.

Les allemands cherchèrent donc à mettre au point une mitrailleuse efficace mais que l’on pouvait fabriquer plus rapidement et à un coût moindre. On s’inspira des méthodes de fabrication du MP-40 (estampage) et on bonifia le mode de fonctionnement de la MG-34 en exploitant les modes de fonctionnement de mitrailleuses tchèques et de projets polonais.

MG-42 2

MG-34 et MG-42

-Tout cela aboutit à la MG-39/41, version de pré-série de la Maschinegewehr modell 42. Cette arme à servit essentiellement dans l’infanterie mais à également servir sur les positions fortifiées en affût double et pour la défense antiaérienne avec deux ou quatre mitrailleuses pour la défense antiaérienne à basse altitude pour protéger les terrains d’aviation.

Cette arme très efficace donna ultérieurement naissance à la MG-45, un modèle amélioré à la cadence de tir plus élevée. Extérieurement, elle était identique à la MG-42.

La Finlande à reçut des MG-42 en 1947/48 puis en 1950 peu avant le début de la guerre de Continuation. Le nombre est incertain, les sources donnant entre 12500 à 25000 exemplaires de cette arme surnommée la «Scie sauteuse» par les soldats alliés. Les MG-34 et MG-42 ont été retirées du service à la fin des années cinquante.

MG-42 3

La Maschinegewehr modell 42 était une mitrailleuse moyenne pesant 11.5kg comme sa devancière, mesurant 1220mm de long (530mm pour le canon). D’un calibre de 7.92mm, elle pouvait tirer jusqu’à 1500 coups par minute avec une alimentation assurée par des bandes de 50 coups.

Scandinavie (79) Finlande (17)

Fusils

Fusil Mosin-Nagant 13

-En septembre 1939 le principal fusil de l’armée finlandaise est toujours le vénérable Mosin-Nagant modèle 1891 hérité de l’armée tsariste. Certes des modèles améliorés ont vu le jour mais la base technique reste la même.

Lire la suite

Scandinavie (78) Finlande (16)

Armes

Avant-propos

Comme nous l’avons vu à plusieurs reprises, l’armée finlandaise était une armée pauvrement équipée avec un manque cruel d’armes modernes, une pénurie permanente des armements nécessaires à une guerre de haute intensité.

Lire la suite

Scandinavie (74) Finlande (12)

ARMEE DE TERRE

Une histoire militaire de la Finlande

Les origines

Comme nous l’avons à propos de l’histoire générale, la langue finnoise n’à été mise à l’écrit qu’à partir du 16ème siècle. L’histoire antérieure est donc lacunaire et l’histoire militaire n’échappe pas à la règle.

Lire la suite

Scandinavie (68) Finlande (6)

Guerre d’Hiver

Des relations compliquées

De 1809 à 1917 la Finlande à été une possession russe. Certes le Grand-Duché de Finlande était autonome mais les tsars successifs d’Alexandre 1er à Nicolas II ne manquaient jamais l’occasion de rappeler que cette autonomie était strictement limitée.

Lire la suite

Scandinavie (67) Finlande (5)

La constitution du 17 juillet 1919

La constitution finlandaise du 17 juillet 1919 est divisée en un préambule et en onze chapitres regroupant un total de 95 articles. Elle remplace la constitution en vigueur depuis 1772…… .

On trouve les dispositions fondamentales dans le chapitre 1, les droits des citoyens finlandais dans le chapitre 2, la législation dans le chapitre 3, le gouvernement et l’administration dans le chapitre 4, les tribunaux pour le chapitre 5, les finances publiques dans le chapitre 6, la défense nationale dans le chapitre 7, l’enseignement dans la chapitre 8, les confessions dans le chapitre 9, les fonctions publiques dans le chapitre 10 et enfin les dispositions finales dans le chapitre 11.

Lire la suite

Scandinavie (66) Finlande (4)

Enfin indépendante !

La Finlande dans la première guerre mondiale

Finlande 1920

La Finlande en 1920

Quand le premier conflit mondial éclate à l’été 1914, les russes craignent que les sujets finlandais de l’empire russe ne se révoltent et déstabilisent ce colosse aux pieds d’argile.

Ce scénario n’est pas si ahurissant que cela puisque durant la guerre russo-japonaise, un cargo chargé de fusils japonais s’était échoué sur la côté ce qui montre la volonté du Kagal de privilégier l’action directe et violente. Si le scénario d’une attaque suédoise relevait du domaine de la science fiction, en revanche la possibilité d’un bombardement allemand sur Helsinki était plus crédible.

Lire la suite