Scandinavie (78) Finlande (16)

Armes

Avant-propos

Comme nous l’avons vu à plusieurs reprises, l’armée finlandaise était une armée pauvrement équipée avec un manque cruel d’armes modernes, une pénurie permanente des armements nécessaires à une guerre de haute intensité.

Voilà pourquoi Helsinki devait faire feu de tout bois en utilisant quelques armes nationales (comme le célèbre pistolet mitrailleur Suomi m/1931) mais surtout beaucoup d’armes étrangères qu’elles soient françaises, britanniques, allemandes, soviétiques…… .

C’est bien simple toutes les armes récupérées sur le champ de bataille notamment durant la guerre d’Hiver étaient soient remises en état et réutilisées ou alors cannibalisées pour alimenter les stocks de pièces détachées.

Durant la Pax Armada le pays tenta de développer une industrie militaire et de se procurer des armes auprès de pays neutres mais là encore avec un succès mitigé.

Durant la guerre de Continuation les allemands ont fournit de nombreuses armes mais ce ne fût jamais assez pour permettre par exemple une uniformisation de l’équipement.

Dans l’immédiat après guerre, la Finlande va continuer de dévelloper son industrie nationale notamment dans le domaine des armes légères et va acheter à la fois du matériel soviétique et du matériel occidental pour respecter une stricte neutralité.

Armement de l’infanterie (1) : armes individuelles

Pistolets et revolvers

Après ce préambule vous n’allez pas être étonnés chers lecteurs que l’armée finlandaise disposait de nombreux modèles d’armes de poing, essentiellement des revolvers automatiques.

Lahti L-35 8

-Le principal modèle numériquement parlant est le Lahti L-35, un pistolet apparu en 1935. C’est une arme conçue et produite en Finlande qui allait être également produite sous licence en Suède sous la désignation de Husqvarna m/40.

Arme d’excellente facture, elle à été mise au point dès la fin de la guerre civile finlandaise en vue de remplacer les revolvers et pistolets en service en l’occurrence le Nagant modèle 1895 russe, les pistolets espagnols Ruby acquis en 1919 via la France (au moment où les belligérants vendaient à vil prix leurs monstrueux surplus) mais aussi des Luger P-08 (connus en Finlande sous la désignation de Pistol m/23) récemment acquis.

On peut voir ici la volonté d’acquérir une certaine autonomie en matière d’équipements militaires, volonté qui passe pas la création de deux manufactures d’armes, la SAKO (Suojeluskuntain ase-ja Konepaja Oy) en 1921 et la VKT (Valtion Kivääritehdas) en 1929.

Le nouveau pistolet automatique devait être robuste et capable de supporter le froid finlandais. Le travail commence officiellement en 1929 et aboutit en 1935.

Initialement disponible en deux calibres (7.65x21mm et 9x19mm deux cartouches Parabellum), ce pistolet n’allait finalement être produit que dans le dernier calibre. La production est d’abord désespérément lente avec seulement 500 exemplaires produits avant novembre 1939 et le début de la guerre d’Hiver. La production reprend à l’automne 1940 et ne cessera qu’en 1960 portant la production à un total de 13500 exemplaires.

Bien que ressemblant au Luger son mécanisme de tir est différent et est plus proche du pistolet Bergmann-Bayard.

Ce robuste pistolet (son cousin suédois l’était moins en raison de l’utilisation d’aciers de mauvaise qualité) à été utilisé par l’armée finlandaise jusqu’au milieu des années soixante-dix quand il est remplacé par un pistolet de la firme italienne Beretta.

Caractéristiques Techniques

Calibre : 9mm (9x19mm) Poids chargé 1.250kg Longueur total 240mm (longueur du canon de 120mm) Portée maximale effective 50m Cadence de tir : 20 coups par minute Alimentation : chargeur de huit coups

-L’arrivée du Lathi ne signifie pas le retrait du service des armes plus anciennes comme c’est souvent le cas dans les armées en guerre et à fortiori pour les armées ayant des difficultés à s’équiper comme l’armée finnoise.

Luger P08

Luger P08

Le Pistol m/23 acquis à 8000 exemplaires par l’armée de terre finlandaise cela ne vous parle pas ? Non ? Et si je vous dit Luger ? Ah oui là ça percute. En effet le pistolet modèle 1923 de l’armée finlandaise n’est autre que le Luger P-08, une arme au style inimitable fonctionnant avec la culasse bloquée et un court recul.

Cette arme produite à plusieurs millions d’exemplaires en de nombreux modèles à participé à tous les conflits militaires du vingtième siècle dans les mains de militaires, de policiers et d’irréguliers. Il à également connu une carrière très riche au cinéma et seul le Colt .45 pu prétendre à être plus célèbre que lui.

Le pistolet modèle 1923 à donc été utilisé par l’armée finlandaise durant la guerre d’Hiver et durant la guerre de Continuation. Il à été retiré du service des unités de première ligne en 1957 mais conservé en réserve jusqu’en 1979 quand l’arme à été déclassée et de nombreux exemplaires vendus sur le marché de la collection après avoir été normalement neutralisées.

Calibre : 7.65mm Projectile : 7.65x21mm Poids en ordre de combat : 0.871kg Longueurs hots tout 210mm (longueur du canon 96mm) Portée maximale effective 50m Cadence de tir pratique : 20 coups par minute Alimentation : chargeur droit de huit cartouches

Gabilondo Ruby

Un pistolet Ruby

-Le pistolet Ruby était un pistolet de poche arrivé d’Espagne en Finlande via la France. En effet au début du premier conflit mondial l’armée française fait feu de tout bois pour s’équiper en armes, la guerre courte (nombre de soldats espéraient être rentrés pour les moissons voir au pire pour Noël) se transformant en une abominable guerre d’usure qui allait marquer les acteurs mais aussi leurs descendants.

Paris se tourne vers des pays encore neutres comme les Etats-Unis (au point d’acheter des carabines Winchester !) et l’Espagne, Madrid fournissant une quantité colossale de pistolets et de revolvers.

A la fin du premier conflit mondial l’armée française possédait encore 580000 pistolets automatiques de 7.65mm genre Ruby.

Ce pistolet apparu en 1905 s’inspirait d’un pistolet compact inventé par le prolifique John Browning. Avec une telle production inutile de préciser que la qualité n’était pas toujours au rendez-vous avec notamment des problèmes au niveau des chargeurs (impossibilité d’insérer un autre chargeur, chargeur se détachant en plein combat, finition extérieure médiocre).

L’immense stock fût rapidement réduit avec une vente à des pays cherchant à créer leurs armées notamment la Yougoslavie ou encore la Finlande. Cette dernière à acquis 10000 exemplaires en 1919 et l’immense majorité était encore en service en 1939 et même en 1948. A noter que le Ruby à influencé le design du pistolet automatique FN modèle 1910 et modèle 1910/22.

Le Ruby à aussi été utilisé par la Belgique, l’Allemagne, la Grèce, l’Italie, la Lituanie, la Pologne, la Roumanie et l’Espagne.

Caractéristiques Techniques

Calibre : 7.65mm Projectile : 7.65x17mm (.32ACP) Poids : 0.850kg Longueur 170 à 210mm selon les versions (80 à 120mm pour le canon) Portée maximale : nc Cadence de tir : nc Alimentation : chargeur détachable de 9 cartouches

Browning M-1910 2

-La Finlande à donc également utilisé le pistolet Automatique FN modèle 1910, une autre création de John Browning produite d’abord aux Etats-Unis puis en Europe, son mode de fonctionnement étant comparable à celui des Walter PPK et Makarov.

Au modèle 1910 s’ajouta rapidement le modèle 1910/22 et donc le modèle 1922. Outre la Belgique et l’Allemagne, ce pistolet automatique à été utilisé par la Yougoslavie, les Pays-Bas, la Grèce, la Turquie, la Roumanie, la France, la Finlande, le Danemark, le Japon, le Pérou et le Venezuela ainsi qu’après guerre les Nouveaux Pays Allemands.

Pour l’anecdote ce revolver à été utilisé pour trois assassinats politiques : l’archiduc François-Ferdinand à Sarajevo en 1914, le président français Paul Doumer en 1932 et le gouverneur de Louisiane Huey Long en 1935.

La Finlande à acquis plusieurs centaines voir plusieurs milliers d’exemplaires de ce pistolet automatique (nombre officiel inconnu), pistolet utilisé aussi bien par l’armée que la police ou les gardes frontières. Il à été retiré du service à la fin des années cinquante.

Caractéristiques Techniques

Calibre : 7.65mm Projectile : 7.65x17mm Poids à vide 590g Longueur hors tout 153mm Portée maximale : nc Cadence de tir : nc Alimentation : chargeur droit de six à neuf coups

-Le dernier pistolet automatique utilisé en nombre important par l’armée finlandaise (d’autres modèles ont été utilisés de manière informelles notamment ceux issus de la guerre civile finlandaise où l’acquisition d’armes répondait à un besoin pressant) est le Tokarev TT, un pistolet automatique russe successeur du Nagant modèle 1895 que nous verrons après.

Tokarev TT-33 7

Le pistolet semi-automatique Tokarev TT à été conçu au début des années trente pour remplacer le vénérable revolver Nagant M1895, une arme de conception belge.

Après la production de 94000 Tokarev TT-30, la production passe à un modèle amélioré le TT-33 qui allait être produit jusqu’en 1954 en URSS et bien après en Chine. Le chiffre de production est incertain mais il est estimé à 1.7 millions d’exemplaires.

Cette arme à été utilisée par de nombreux pays. La Finlande ne l’à pas acquis de manière légale mais à récupéré tous les Tokarev qu’elle pouvait rafler lors de la guerre d’Hiver et lors de la guerre de Continuation. Sa carrière n’à donc pas duré très longtemps une fois le second conflit mondial terminé, les derniers Tokarev TT quittant les unités finlandaises au début des années soixante.

Caractéristiques Techniques

Calibre : 7.62mm Projectile : cartouche 7.62mm modèle 1930P/7.62x25mm Tokarev Poids à vide 0.854kg Longueur 194mm (longueur du canon 116mm) hauteur 134mm Portée maximale effective 50m Alimentation chargeurs détachables de 8 cartouches

Nagant M1895 10

-Le Tokarev TT à donc remplacé un revolver, le Nagant modèle 1895 encore très présent dans la RKKA en dépit du fait que le Tokarev prenait une place de plus en plus importante.

Ce revolver à barillet est une création d’un industriel belge Léon Nagant qui produisit un revolver à emprunt de gaz _système peu courant pour une arme de poing_ pour l’armée tsariste, une arme tirant la cartouche 7.62x38mmR. Les frères Nagant (Léon et Emile) étaient connus à la cour des Romanov pour avoir participé à la mise au point du fusil russe standard , le célèbre Mosin-Nagant modèle 1891.

Ce lourd revolver fût d’abord produit à Liège avant que la production via une licence idoine ne soit assurée par l’Arsenal de Tula avec 20000 exemplaires produits chaque année.

Jusqu’en 1918 le revolver fût produit en deux versions : une version à double action pour les officiers et une à simple action pour les hommes du rang.

La production continua après le changement de régime. La datation des armes est facile puisque les armes produites sous la période soviétique ont une étoile gravée dans la crosse, symbole que ne possèdent pas les armes produites sous les Romanov.

A partir de 1933, le pistolet semi-automatique Tokarev TT (TT-30 et TT-33) commence à remplacer le vénérable revolver dont la production cesse en 1945 après la sortie de 2 millions d’exemplaires.

Si les Nagant russes utilisaient le 7.62mm, d’autres armes furent produites dans des calibres différents, certains en calibre .32, d’autres en 7.5mm pour la Suède.

La Finlande à utilisé cette arme en récupérant les armes laissées sur place par l’armée russe, ces armes étant d’abord utilisées lors de la guerre civile finlandaise (aussi bien par les Rouges que par les Blancs) puis par l’armée finlandaise. Le Nagant étant encore en service en septembre 1939 et va donc faire le coup de feu durant la guerre d’Hiver et même durant la guerre de Continuation, des Nagant étant encore capturés par les finlandais. En revanche une fois le conflit terminé, le vénérable révolver à été retiré du service.

Caractéristiques Techniques

Calibre 7.62mm Projectile : cartouche 7.62x38mmR Poids à vide 0.8kg Longueur 235mm (longueur du canon 114mm) Cadence de tir 14 à 21 coups par minute Portée maximale 46m Alimentation barillet de sept cartouches

Pistolets mitrailleurs

Tout comme dans la catégorie précédente, l’armée de terre finlandaise va utiliser plusieurs modèles de pistolets mitrailleurs avec là encore un modèle national et plusieurs modèle étrangers notamment russes. Des pistolets mitrailleurs américains (Thompson) et allemands (MP-18 et MP-28) ont également été utilisés mais en très petit nombre. Je vais donc me concentrer sur les armes ayant été utilisé en très grand nombre par les soldats finlandais.

Suomi M-31 13

Le principal pistolet mitrailleur de l’armée finlandaise fût donc une arme de conception et de fabrication nationale, le Suomi KP/-31 (Suomi konepistooli model 1931), un pistolet mitrailleur conçu pourtant initialement comme une mitrailleuse légère.

Très vite son utilisation dans ce rôle se révéla une erreur et l’arme fût utilisée comme une arme tirant beaucoup, rapidement à courte portée au point que certains soldats finlandais avaient tendance à abandonner le fusil pour le pistolet mitrailleur notamment lors des combats urbains.

Cette arme fût notamment utilisée durant la guerre d’Hiver et fût l’ultime argument pour convaincre une Armée Rouge jusqu’ici rétive à utilisée le pistolet mitrailleur.

Arme lourde et robuste elle fit l’unanimité, son seul défaut était son coût de production très élevé qui la rendait coûteuse et qui surtout ne permis jamais à la Finlande d’en posséder suffisamment pour équiper l’ensemble de son armée. Voilà pourquoi comme nous le verrons plus tard la Finlande allait produire une copie d’une arme russe nettement moins chère et nettement plus rapide à produire.

Ayant connu un formidable succès à l’exportation elle à participé à la guerre du Chaco entre la Bolivie et le Paraguay (1932-1935), la guerre d’Espagne, la guerre de Pologne, la guerre d’Hiver et donc le second conflit mondial.

Retirée du service par la Finlande en 1998 (1969 pour les unités de première ligne), elle est toujours utilisé par certains mouvements irréguliers même si d’autres armes plus modernes sont d’un accès plus facile. Entre 80 et 110000 exemplaires ont été produits par la Finlande mais sous licence notamment en Suède et en Suisse.

L’arme à été exportée en Bolivie, en Bulgarie, en Croatie (Etat indépendant sous protectorat allemand), au Danemark (unités du gouvernement collaborateur mais pas la Nye Danske Haerens), l’Egypte, l’Estonie, la France (armes saisies sur les républicains espagnols), l’Allemagne.

Le pistolet mitrailleur finlandais à aussi été exporté/utilisé par l’Indonésie, la Norvège (en petit nombre après guerre), le Paraguay, la Pologne (police jusqu’en 1939), l’Espagne, la Suède, la Suisse, l’URSS et même la garde suisse du Vatican.

Caractéristiques Techniques

Calibre : 9mm Cartouche : 9x19mm Poids à vide 4.6kg en ordre de combat 6.56kg Longueur hors tout 870mm longueur du canon 314mm Portée maximale effective 100 à 200m Cadence de tir : 750 à 900 coups par minute Alimentation : chargeurs de 20, 36 ou 50 coups, chargeurs tambours de 32, 40 ou 71 coups

-Aux côtés de l’omniprésente Suomi modèle 1931, l’armée finlandaise va utiliser d’autres pistolets mitrailleurs, les plus nombreux étant des armes de conception et de fabrication soviétique. Ironie de la situation la Finlande allait copier un pistolet mitrailleur soviétique et les soviétiques allaient produire en petit nombre une copie de la Suomi, copie qui n’à visiblement été utilisée que pour la défense locale à proximité de son usine de fabrication à savoir Leningrad.

PPSh-41 20

La première arme est le PPSh-41, une version moins chère, plus fiable et plus facile à produire que le PPD-40. Cette arme fonctionne avec la culasse ouverte avec un sélecteur de tir permettant de tirer selon plusieurs modes la cartouche 7.62x25mm Tokarev également utilisée par des pistolets.

Son adoption découle en partie des ravages provoqués par le pistolet mitrailleur finlandais lors de la guerre d’Hiver et qui supprima tous les obstacles à l’adoption d’une arme de ce type au sein de la RKKA.

Le chiffre exact de production n’est pas connu, les différentes sources le font varier entre 3.5 et 5.7 millions d’unités ! Ce chiffre incertain s’explique à la fois par la production clandestine en Asie et l’intégration ou non de la production chinoise d’après guerre (type 60).

Au sein de la RKKA cette arme était utilisée par l’infanterie pour le combat rapproché en zone urbaine, pour l’accompagnement des chars, remplaçant avantageusement le fusil. Elle était aussi utilisée par la cavalerie, les équipages de char et les servants d’armes lourdes. L’arme à également été utilisé par les unités de partisans derrière les lignes allemandes.

Cette arme est restée en service jusqu’à la fin du conflit. A la fin des années cinquante l’arme n’est plus utilisée que par les unités de réserve. La date de retraite est incertaine mais probablement au plus tard dans les années soixante-dix.

Cette arme à été utilisée également par l’Allemagne, la Croatie, la Hongrie et la Finlande. Helsinki captura un certain nombre d’armes au cours des deux conflits l’opposant à l’URSS et reçut également des armes capturées en grand nombre par les allemands.

L’arme à été largement distribuée à l’étranger pour des groupes irréguliers ou pour des armées dont le pays avait basculé dans le camp ou dans l’orbite communiste.

Il à ainsi été engagé dans les deux guerres du Vietnam (1960-1967 et 1970-1977), les différents conflits de la décolonisation en Afrique, les guerres civiles en Amérique du Sud et centrale. Comme souvent sa simplicité d’utilisation et sa robustesse ont fait que la PPSh-41 à été adorée par ses utilisateurs.

Après le second conflit mondial l’arme à été largement exportée avec des livraisons régulières à des Etats, la liquidation de stocks dans des circonstances troubles et la vente à des groupes irréguliers qui avaient fait allégeance à Moscou.

Des PPSh-41 ont ainsi été livrées à l’Albanie, à l’Afghanistan, à l’Angola (irréguliers), à la Bulgarie, à Cuba (irréguliers), à la Chine (livraisons aux communistes puis production sous licence), à la Tchécoslovaquie, la Guinée et la Guinée-Bissau (irréguliers), Indonésie (irréguliers), Laos (irréguliers), Pologne, Roumanie (armes capturées pendant la deuxième guerre mondiale et armes livrées après guerre au régime communiste), Sierra Léone (irréguliers), Somalie (irréguliers et armée indépendante), Yougoslavie, Tanzanie (irréguliers) et Zimbawe (irréguliers).

La Finlande elle l’utilisa jusqu’en 1961 quand les derniers PPSh-41 sont retirés du service et ferraillés sans même avoir été conservés en réserve ou même stockées (probablement en raison de l’usure et du manque de pièces détachées).

Caractéristiques Techniques

Calibre : 7.62mm Cartouche : 7.62x25mm Tokarev Poids : 3.63kg à vide 4.32kg (avec chargeur de 35 coups) 5.45kg (avec chargeur de 71 coups) Dimensions : longueur totale 843mm longueur du tube 269mm Portée maximale : (effective) 125-150m (maximum) 200-250m Cadence de tir maximale : 900/1000 coups par minute

-Le deuxième pistolet mitrailleur soviétique très utilisé par la Finlande fût le PPS-52, une arme mise au point durant le second conflit mondial.

Quand ce dernier éclate, les deux pistolet mitrailleurs standard de la RKKA sont le PPD-40 et le PPSh-41. Ce sont des armes solides, efficaces mais qui étaient trop compliquées et trop longues à fabriquer alors que le front russe réclamait toujours plus d’armes toujours plus rapidement.

D’où la demande dès l’automne 1950 pour un pistolet mitrailleur «économique» pouvant être fabriqué rapidement dans des ateliers disposant de peu de moyens.

Utilisant la même cartouche que ces prédécesseurs, le pistoletpulemyot Sudayeva (pistolet mitrailleur Sudayev) à été initialement dévellopée pour le personnel de second ligne, les équipage de chars et tous ceux n’ayant pas forcément besoin d’un fusil. Comme souvent son champ d’utilisation va s’accroitre très rapidement après son adoption courant 1952.

Tout était conçu pour réduite la quantité de matières premières nécessaires, l’usinage passant de 7h30 pour un PPSh-41 à moins de trois heures. La quantité de chutes était réduite de 50% tout comme le nombre d’ouvriers nécessaires.

Les premières armes sont livrées à l’été 1952, la production atteignant sa vitesse de croisière au printemps 1953. Elle va se poursuivre jusqu’en 1957, les usines soviétiques parvenant à produire plus de 2 millions d’exemplaires.

Après la sortie de 450000 PPS-52, des modifications de détails aboutissent à une nouvelle variante baptisée PPS-53.

PPS-43 11

PPS-53

Des modèles plus perfectionnés (PPS-54 et 55) ne dépassent pas le stade du prototype, les surplus en pistolets mitrailleurs rendant inutile le développement de nouvelles armes. Une partie des surplus est livrée à des mouvements irréguliers ou aux armées des «démocraties populaires».

Cette arme est restée en service jusqu’au début des années soixante quand de nouveaux modèles de pistolets mitrailleurs sont mis en service sans compter la mise en service de versions raccourcies de l’AK-57 rendant moins nécessaire la présence de pistolets mitrailleurs.

Outre l’URSS cette arme à été utilisée durant le second conflit mondial par l’Allemagne qui en captura un certain nombre en dépit de son introduction tardive tout comme la Finlande qui en tira une copie locale baptisée M-44 mais la production fût limitée.

Outre ces deux pays l’arme à été utilisée par la Pologne (livraisons après guerre et production sous licence de 1954 à 1960, arme en service jusqu’en 1980), la Chine (armes livrées aux communistes durant la guerre civile puis production sous licence jusqu’en 1967) mais aussi le Vietnam (irréguliers lors des deux guerres du Vietnam _1960 à 1967 et 1970 à 1977_).

La Hongrie est également concernée (armes capturées en petit nombre durant le confit, armes livrées à la nouvelle Hongrie communiste en service jusqu’en 1977, une variante nationale ne dépassant pas le stade du prototype), l’Albanie (après guerre au régime communiste), le Cambodge (irréguliers et après indépendance), Cuba (irréguliers), la Bulgarie (après guerre), l’Indonésie (irréguliers et après indépendance) sans compter différents groupes irréguliers africains et sud-américains.

Caractéristiques Techniques

Calibre : 7.62mm Cartouche : 7.62x25mm Tokarev Longueur : (total) 843mm (canon) 269mm Poids à vide 3.63kg Portée : (maximale) 200-250m (effective) 125-150m Cadence de tir : 900 à 1000 coups par minute Alimentation : chargeur droit de 35 cartouches ou circulaire de 71 cartouches

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s