Benelux (31) Pays-Bas (31)

Armement &Véhicules

Armes individuelles de l’infanterie

Pistolets et Revolvers

L’armée néerlandaise utilise plusieurs modèles d’armes de poing, des armes souvent anciennes comme une bonne partie de l’armement néerlandais à la fin des années trente.

MAS modèle 1873 4

Chamelot-Devigne modèle 1873

-On trouve ainsi le revolver français Chamelot-Devigne modèle 1873, un revolver de calibre 11mm, le calibre du fusil Gras. Le revolver mesure 242mm avec un canon de 114mm, pesant à vide 1.195kg. Il dispose d’un barillet de six cartouches permettant un tir pratique jusqu’à 25m.

Cette arme était encore présente en petit nombre en septembre…..1948, certains officiers préférant le revolver à barillet au pistolet automatique jugé moins fiable à moins que ce ne soit une sorte de snobisme.

Comme le pistolet à été essentiellement utilisé en Europe, il à pour ainsi dire disparu à la fin de la campagne des Pays-Bas en mai 1949.

Browning M-1910 2

Pistolet automatique FN modèle 1910

-L’arme de poing standard de l’armée néerlandaise en septembre 1939 est le pistolet automatique FN modèle 1910. Cette arme de conception et de fabrication belge était chambrée pour la Koninklijke Landmacht en calibre .32 (7.94x25mm), pensant 590 grammes à vide, utilisant un chargeur droit de sept coups.

Pour l’anecdote ce revolver à été utilisé pour trois assassinats politiques : l’archiduc François-Ferdinand à Sarajevo en 1914, le président français Paul Doumer en 1932 et le gouverneur de Louisiane Huey Long en 1935.

Ce pistolet à été utilisé par les Pays-Bas, la Belgique, la France, le Japon, la Finlande, le Pérou et le Venezuela.

En ce qui concerne les troupes néerlandaises, il à été utilisé jusqu’à la fin du second conflit mondial même si en 1954 le nombre d’armes disponible à été sérieusement réduit. Des FN modèle 1910 ont été utilisés par les allemands qui en manque d’armes récupéraient tout ce qu’ils pouvaient récupérer.

Browning M-1910 mod.22 4

FN modèle 1910 mod.22

-L’armée néerlandaise à aussi utilisé son dérivé, le FN modèle 1922. Il était plus grand (178mm contre 152), plus lourd (700g à vide) et surtout utilisait un calibre différent en l’occurence le .380 ACP (9x25mm).

Cette arme à aussi été utilisé par la Yougoslavie, la Grèce, la Turquie, la Roumanie, la France, la Finlande, le Danemark et bien évidemment l’Allemagne durant le second conflit mondial.

C’était le pistolet automatique standard de l’armée néerlandaise en métropole en septembre 1948 et il va rester en service en nombre jusqu’à la fin du conflit bien que d’autres armes ont été utilisées notamment suite à la reconstitution d’une armée en France.

-Aux Indes Néerlandaises, la KNIL utilisaient d’autres armes comme le Mauser C-96 mis en service comme son nom l’indique en 1896. Arme extrêmement populaire, elle pesait 1.13kg et disposait d’un chargeur de dix coups, le pistolet automatique allemand tirant une cartouche de 7.63x25mm.

Arme encore très présente en septembre 1948 aux Indes Néerlandaises, elle à quasiment disparu dans la fournaise des premiers combats.

L’autre modèle utilisé était le Borchard-Luger C-93, l’un des premiers pistolet automatique du monde apparu en 1893. Pesant 1.1kg à vide, il disposait d’un chargeur de huit coups, le calibre utilisé étant le 7.65mm Borchard. Les exemplaires peu nombreux en mars 1950 étaient infimes à la fin du conflit.

-Lors de la reconstitution de leurs forces armées, les néerlandais ont utilisé plusieurs modèles de revolver et de pistolets automatique, La Haye n’étant pas vraiment prioritaire dans les livraisons. Ils utilisèrent quelques Webley Mk IV et Mk VI, quelques revolvers MAS modèle 1892 mais surtout le célèbre «.45», le Colt M1911 et son évolution, le Colt M1911A1.

Les premières armes de ce type ont été en réalité commandés par la KNIL et livrés peu avant l’attaque japonaise mais c’est surtout lors de la reconstitution d’unités de première ligne que le pistolet automatique américain à été largement utilisé.

Comme les néerlandais ont souvent combattu aux côtés des belges, il est probable que le Browning modèle 1935 GP (Grande Puissance) à été utilisé mais jamais de façon officielle.

Pistolets mitrailleurs

En septembre 1939, deux modèles de pistolets mitrailleurs sont utilisés par les néerlandais mais uniquement aux Indes Néerlandaises, le MP-28 allemand et le Thompson M-1928 américain. Il n’y avait donc aucune submachine gun en Métropole.

Sten 19

Pistolet mitrailleur Sten

Cet impair est résolu par la commande de pistolets mitrailleurs United Defence model 1943 et surtout de Sten Mk III.

En septembre 1948, on trouve en métropole un nombre appréciable de pistolets mitrailleurs, essentiellement des Sten Mk III avec un petit nombre de UD model 1943, ce modèle étant également présent aux Indes Néerlandaises aux côtés des armes déjà présentées.

Comme dans les autres armées, ces armes étaient initialement destinées aux servants d’armes lourdes, aux sous-officiers et aux équipages de véhicules blindées.

Au cours du conflit, nombre de soldats privilégiait cette arme au fusil car moins encombrante et délivrant une importante puissance de feu à courte portée soit la distance de la majorité des combats.

United Defense M42 2

Pistolet mitrailleur UD model 1943

Quand elles ont été reconstituées, les unités néerlandaises ont essentiellement utilisé comme pistolets mitrailleurs la Sten Mk III mais aussi la United Defence model 1945 (version améliorée du modèle 1943 destiné initialement aux Marines) et la M-3, une arme impopulaire mais tout de même fabriquée à 75000 exemplaires.

Fusils

Geweer M.95

Geweer M.95

En septembre 1939, le fusil standard de l’armée néerlandaise est le Geweer M.95, une arme ancienne mise en service en 1895. Elle n’est pas de conception néerlandaise mais austro-hongroise puisqu’il s’agit d’une arme type Mannlicher au point chez les collectionneurs il est souvent appelé Dutch Mannlicher.

Produit par Steyr jusqu’en 1904, il est ensuite fabriqué sous licence aux Pays-Bas par Hembrug Zaandam. Le nombre d’exemplaires produit est incertain, les chiffres étant compris entre 450 et 510000 selon les sources.

Dix variantes différentes furent produites, le premier étant la Karabijn n°1 Oud Model (vieux modèle) utilisé par la cavalerie et la Marechaussee (gendarmerie) avant de devenir la carabine officielle de la KNIL en 1911 (1925 pour les unités indigènes à Java).

La Karabijn n°2 est utilisé par la gendarmerie royale (Koninklijke Marechaussee) avec une baïonnette alors que la Karabijn n°3 est utilisée par les pionniers du génie et l’artillerie.

La Karabijn n°4 est une version raccourcie du M.95 mise au point en 1909 et destinée aux unités cyclistes de l’armée néerlandaise. Le M.95 Loopgraafgeweer est un trench gun, un fusil mis au point en 1916 pour opérer dans les tranchées.

L’arme se déclassant vite, l’armée néerlandaise met en service de nouveaux modèles au début des années trente appelés Nieuw Model N°1,N°2,N°3 et N°4. En 1936 une carabine baptisée N°5 (NdA comme le parfum ?), 35500 exemplaires furent produits de cette dernière version pour l’artillerie sol-sol et antiaérienne.

Ce fusil était toujours en service en septembre 1948. Des projets d’armes plus modernes ont bien été étudiés mais n’ont pas aboutit. C’est donc avec ce fusil que les soldats néerlandais vont combattre en Europe jusqu’à la capitulation néerlandaise en mai 1949.

Calibre : 6.5x53mmR Masse : 4.35kg Longueur 1290mm (790mm pour le tube) Portée maximale : supérieure à 400m Alimentation : clip de cinq cartouches

La KNIL disposait elle d’un fusil nettement plus moderne, le M1941 Johnson, un fusil semi-automatique qui avait perdu face au M-1 Garand.

M1941 Johnson 4

M1941 Johnson

La commande néerlandaise arriva à point pour son concepteur qui livra entre 1941 et 1950 un total de 42000 fusils de ce type. Il y eut même un projet d’une chaîne de montage à Batavia mais le projet ne déboucha pas en raison de l’attaque japonaise.

Ce n’était pas pour autant la fin de la carrière du Johnson dans l’armée néerlandaise puisque l’armée métropolitaine commanda une variante améliorée, le M1943 Johnson.

Ce fusil fût produit pour les Pays-Bas à raison de 75000 exemplaires entre 1949 et 1954. Il resta en service jusqu’au début des années soixante quand il fût remplacé par un fusil d’assaut belge, le FN FAL.

L’arme à également été utilisée par la Chine, Chili et Cuba. Un projet d’exportation en Argentine ne déboucha finalement pas.

Calibre : .30-06 Springfield Masse : 4.31kg Longueur : 1.165m Longueur du canon 560mm Portée maximale : nc Alimentation : chargeur de dix coups

Utilisation anecdotique d’autres modèles de fusils qu’il s’agisse du MAS modèle 1940 français, du Garand M-1 américain ou même du Gewehr modèle 1898 allemand.

Armes collectives de l’infanterie

En septembre 1939, plusieurs calibres de mitrailleuses cohabitent au sein de l’armée néerlandaise avec le 6.5mm (utilisé par le fusil modèle 1895), le 7.7mm utilisé par les armes d’origine britannique (Vickers, Lewis) et le 7.92mm utilisé par les armes allemandes.

Pour limiter les servitudes logistiques, la décision est prise de transformer toutes les armes en calibre 7.92mm. Ce processus lent et complexe va aboutir en 1947. Ironie de l’histoire, suite à leur défaite en Europe et aux Indes, les néerlandais vont essentiellement recevoir des armes au calibre.30.

Fusils-mitrailleurs et Mitrailleuses

En septembre 1939, l’armée néerlandaise utilise pas moins de quatre modèles différents d’armes automatiques pour l’infanterie, quatre armes et trois calibres même si comme nous venons de le voir elle décida d’uniformiser la situation en choisissant le calibre 7.92mm.

Schwarzlose MG (2)

Schwarlose M.7 

-La plus ancienne est une mitrailleuse austro-hongroise, la Schwarlose M.7 de calibre 6.5mm mise en service en 1908. Elle était toujours en service en septembre 1939 et même en mai 1949 alors qu’elle était totalement obsolète. Arme fiable, son seul défaut était la faiblesse de sa munition.

Comme nous l’avons vu plus haut, toutes les mitrailleuses ont été mises au calibre 7.92mm ce qui améliorait leurs performances. Si l’infanterie et la cavalerie utilisait encore cette mitrailleuse, elle était surtout installée dans des blockhaus pour protéger les zones inondées ou les ponts. Si les soldats néerlandais ont emporté dans leur exil quelques armes, aucune de ces mitrailleuses n’à repris du service, étant remplacée par des armes plus modernes.

Outre l’Autriche-Hongrie et les Pays-Bas, cette mitrailleuse à été utilisée par les états ayant succédé à la Double-Monarchie, l’Albanie, la Bulgarie, la Chine, la Colombie, la Finlande, l’Allemagne, la Grèce, l’Italie, l’Empire Ottoman, la Pologne, la Roumanie, la Russie, la Suède et l’Espagne.

Calibre : 6.5mm puis 7.92mm Poids : 41.4kg (mitrailleuse et tripode) Longueur : 945mm longueur du canon 530mm Cadence de tir : 400 à 580 coups par minute Portée maximale : nc Alimentation : bandes de 250 cartouches

Lewis Machine Gun US Marines

Des Marines américains utilisant la mitrailleuse Lewis, une arme reconnaissable entre toutes

-Les néerlandais utilisent également la mitrailleuse légère Lewis M.20 une arme reconnaissable entre mille qui fit la fortune de son inventeur, le colonel Lewis (qui du pour cela vendre la licence à la British Small Arms Company (BSA) faut de trouver preneur dans son pays d’origine les Etats-Unis).

Si elle est surtout connue pour être une mitrailleuse d’aviation, la Lewis servit également comme mitrailleuse légère à terre avec visiblement des résultats mitigés. Les néerlandais qui étaient restés neutres en 14/18 n’eurent pas les moyens de vérifier ces dires au combat.

C’était la mitrailleuse légère standard de l’infanterie batave, arme utilisée notamment au niveau des sections d’infanterie avec une mitrailleuse servit par deux hommes (armés d’un pistolet automatique puis d’un pistolet mitrailleur) pour appuyer les fusiliers de l’unité (au nombre de neuf à douze).

Convertie au calibre 7.92mm, elle fût donc utilisée par les soldats néerlandais y compris après la reconstitution des unités mais uniquement le temps que des mitrailleuses modernes prenne le relais.

Vickers Machine Gun 2

Vickers modèle 1912

-Les deux mitrailleuses moyennes les plus utilisées par les néerlandais étaient la Vickers modèle 1912 et la Spandau MG.08, la première étant britannique et la seconde allemande et si elles se ressemblent vaguement c’est tout simplement parce qu’elles ont pour origine une même arme, la mitrailleuse Maxim.

Ces deux mitrailleuses avaient d’abord un calibre différent (.303 pour la première et 7.92mm pour la second) mais durant la Pax Armada la mitrailleuse britannique fût convertie au calibre allemand.

Outre l’usage au sein des compagnies de mitrailleuses des bataillons d’infanterie, ces armes étaient utilisées par la cavalerie, par l’artillerie comme mitrailleuses antiaériennes et bien entendu dans les blockhaus des lignes fortifiées.

-Lors de leur reconstitution, les unités néerlandaises ont été réarmés essentiellement par les britanniques. Comme l’armée néerlandaise avait fait évacuer vers la Grande-Bretagne, un stock appréciable de cartouches de 7.92x57mm, Londres proposa la mitrailleuse Besa comme mitrailleuse standard de l’infanterie.

Besa Machine Gun

mitrailleuse Besa

La Haye accepta cette arme qui à pour origine la nécessité pour la Grande-Bretagne de posséder une mitrailleuse pouvant être utilisée dans les tourelles de char et de véhicules, chose qui était impossible pour les Vickers et les Bren.

La British Small Arms Company (BSA) avait signé un accord avec la Ceskoslovenska Zbrojovka pour la production en Grande-Bretagne de la mitrailleuse ZB-53 en calibre 7.92mm. La mitrailleuse est commandée en 1938 et la production commence en 1939 après un certain nombre de modifications.

Cette arme allait donc devenir la mitrailleuse standard de l’armée néerlandaise reconstituée en Europe au point que les stocks s’épuisant, une chaine de fabrication de cartouches de 7.92x57mm fût construite à Caen. Outre cette production, les cartouches de ce calibre récupérées sur le champ de bataille étaient confiées aux néerlandais.

Outre l’infanterie et les véhicules blindés, la mitrailleuse Besa fût utilisée comme mitrailleuse antiaérienne pour protéger les plots logistiques ou les batteries d’artillerie même si son efficacité était plus psychologique qu’autre chose.

Bren LMG Mk I

Bren Light Machine Gun Mk I

-Les nouvelles divisions néerlandaises ont également utilisé le fusil mitrailleur Bren lui aussi d’origine tchèque.

Dans le Pacifique la NNL fût rééquipée par les américains et naturellement la mitrailleuse standard fût la Browning M1919A4 sans oublier la Browning M2 de 12.7mm.

Mortiers et Canons d’infanterie

mortiers Stokes

Mortier Stokes

-En septembre 1939 le seul mortier utilisé par l’armée de terre néerlandaise est le Stokes de 81mm. Ce mortier apparu en 1915 pèse 47.17kg, tire des projectiles de 4.8kg à une portée maximale de 731m (686m en pratique) avec une cadence de tir maximale de 25 coups par minute même si en tir soutenu cela tombe à 6 à 8 coups par minute.

Au sein de l’armée néerlandaise le mortier de 81mm est mis en œuvre au sein d’une compagnie dépendant du régiment, une compagnie équipée de six puis en théorie de huit mortiers. Un peloton de six mortiers dépend également des escadrons de cavalerie qu’ils soient montés, cyclistes ou motorisés.

mortier de 81mm modèle 1927 31

mortier de 81mm modèle 1927/31

Ce mortier est remplacé durant la Pax Armada par le mortier Brandt modèle 1927/31 avec la même organisation des unités de mise en œuvre.

Ce mortier pesait 56kg, tirait des projectiles de 6.5kg à une distance maximale de 2000m à raison de vingt coups par minute (six à huit coups par minute en tir soutenu).

Ces armes étaient issues pour partie des stocks de l’armée française qui avait remplacé ce mortier par un mortier de 120mm. Ce n’est pas confirmé mais il semble que Brandt à brièvement repris la production en septembre 1944 (elle s’était interrompue en juin 1942) pour produire quelques exemplaires pour les néerlandais très contents de ces mortiers.

Quand les unités néerlandaises sont reconstituées, elles utilisent un temps en Europe les mortiers de 81mm restants, piochant également dans les stocks français même si ces stocks n’étaient pas inépuisables.

Ordnance ML 3 inch Mortar 6

ML 3 Inch Mortar

Quand le nombre tomba sous la limite de sécurité, les Pays-Bas les remplacèrent par des mortiers de 3 pouces britanniques, les ML 3 Inch Mortar, un mortier de 76.2mm.

Quelques mortiers allemands 8cm Granatwerfer furent retournés contre leurs anciens propriétaires.

-Tout comme l’armée allemande, l’armée néerlandaise utilisait des canons d’infanterie, des pièces d’artillerie légère destinées à l’appui rapproché de l’infanterie. Deux modèles sont utilisés jusqu’à la fin de la campagne des Pays-Bas.

Le premier modèle est un canon de 57mm Krupp datant de 1894, produit à 210 exemplaires, un canon de 700kg pouvant tirer 5.5 coups par minute à une distance maximale de 5000m alors que le second est un autre canon de conception et de fabrication allemande, le leIG-18 de 75mm. Chaque régiment d’infanterie disposait d’une batterie de quatre pièces.

7.5 cm leIG 18 26

7.5cm leIG-18

Au combat l’artillerie d’infanterie se révéla être une fausse bonne idée. Les canons Krupp de 57mm et les canons leIG-18 disparurent dans la fournaise de la campagne des Pays-Bas. Les allemands réutilisèrent les quelques pièces capturées mais essentiellement dans un rôle statique dans des bunkers de campagne.

Armes antichars de l’infanterie

-La seule arme antichar individuelle en service en septembre 1939 dans la Koninklijke Landmacht est le fusil antichar suisse Solothurn S-18, La Haye utilisant ses trois variantes.

Cette arme suisso-allemande est un fusil antichar semi-automatique d’une configuration «bullpup» avec le chargeur derrière la culasse et la gachette. D’un calibre assez élevé (20mm), le Solothurn S-18/100 pèse 45kg et utilise des chargeurs de dix cartouches, le projectile pouvant percer 20mm de blindage incliné à 60° à 100m ou 16mm de blindage à 500m.

Cette arme à été également utilisée par la Suisse, l’Allemagne, l’Italie, l’Estonie (dix armes produites sous licence avant l’annexion soviétique), la Finlande, la Hongrie et la Bulgarie.

Le Solothurn S-18/1000 est une variante du précédent avec une vitesse initiale plus élevée et une cartouche plus large. La munition était donc plus puissante ce qui entraînait un recul plus important et une arme plus lourde à porter.

Outre les Pays-Bas, ce fusil antichar à été utilisé par la Suisse, l’Allemagne, l’Italie, la Chine et la Hongrie. La Finlande et les Etats-Unis testèrent l’arme mais ne donnèrent pas suite à une commande voir à une production sous licence.

Il pesait 53kg à vide, tirant ses cartouches à une distance de 500m. Les autres performances sont identiques.

Enfin on trouve le Solothurn S-18/1100 qui à été utilisé par les Pays-Bas, la Suisse, la Hongrie, l’Allemagne et l’Italie.

Par rapport à ses devanciers, ce canon disposait d’un affût à deux roues pour faciliter le transport en terrain difficile. Le tir pouvait se faire soit sur l’affût ou démonté pour reposer directement sur le sol via un bipied.

Ce fusil pesait 54.7kg, utilisait des chargeurs de cinq à dix coups, la cadence de tir étant de 15 à 20 coups par minute, l’obus de 20x138mmB pouvant percer 15 à 18mm de blindage à 300m (30° d »inclinaison).

Ces fusils ont été utilisés par les néerlandais avec une efficacité limitée contre les chars mais redoutable contre les autos blindées.

PIAT

Projector Infantry Anti-Tank utilisé par des fantassins canadiens

Lors de la reconstitution des unités néerlandaises, ces fusils antichars ont été remplacés par des armes antichars britanniques en l’occurence le Projector Infantry Anti-Tank (PIAT). Des lance-roquettes M-1 vont également être utilisés notamment en Asie-Pacifique.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s