Mitteleuropa Balkans (23) Hongrie (23)

Fiat 3000

Fiat 3000 2

Le premier char italien est le carro d’asalto Fiat 3000. Inspiré du Renault FT il n’en est pas pour autant une simple copie mais un projet original de la firme de Turin. Outre l’Italie, ce char léger va être utilisé par l’Ethiopie, l’Albanie, la Hongrie et la Lettonie.

Mis en service en 1921, il n’à été produit qu’à 152 exemplaires (100 modèle 1921 et 52 modèle 1930) bien loin des 1200 exemplaires initialement commandés.

Ce petit char va être utilisé pour pacifier la Libye, va être engagé dans un coup d’état en Ethiopie en 1928, dans la guerre italo-abyssinienne (1935/36) mais également dans la guerre entre la Hongrie et la Slovaquie en 1939/40.

A la fin des années trente, la dénomination des chars italiens est modifié. Le carro d’asalto Fiat 3000 devient le L-5/21 pour le modèle 1921 et le L-5/30 pour le modèle 1930, désignation qui signifie que le Fiat 3000 est un char léger de 5 tonnes mis en service respectivement en 1921 et en 1930.

Les L-5/21 et L-5/30 sont retirés des unités de première ligne au milieu des années quarante à une époque où ils étaient totalement dépassés. Il restait alors moins de 40 exemplaires en service, chars remis en service pour la défense locale en Libye et en AOI. Aucun char n’à survécu au second conflit mondial.

La Hongrie à reçu quelques exemplaires à une époque où Budapest avait été mis au ban de la communauté internationale suite au traité de Trianon. Ces chars sont engagés dans la guerre hungaro-slovaque du printemps 1939. C’est leur seul et unique mission opérationnelle, ce char ayant été retiré du service au cours de la Pax Armada, n’étant plus utilisé que pour l’entrainement. A la fin du conflit les chars survivants sont envoyés à la ferraille.

Caractéristiques Techniques

Type : char léger biplace

Poids : 6 tonnes

Dimensions : longueur 4.29m largeur 1.65m hauteur 2.20m

Motorisation : un moteur Fiat de 50ch

Performances : vitesse maximale 21 km/h distance franchissable 100km

Blindage : 6 à 16mm

Armement : (modèle 1921) deux mitrailleuses de 6.5mm (modèle 1930) un canon de 37mm

Carro Veloce CV-33 (Carro armato L-3/33/char léger de 3 tonnes modèle 1933)

L3-35 15

En 1929 l’Italie à acquis des chenillettes britanniques Carden-Lloyd Mk VI, des véhicules blindés très légers à l’armement aussi symbolique que la protection.

Connues sous le nom de chars rapides modèle 1929 (Carro Veloce modelo 29), les CV-29 ont servit de base de travail pour un nouveau char léger, une chenillette 100% italienne.

C’est l’acte de naissance du carro armato L-3/33, un char léger de presque 3 tonnes (2.7 tonnes plus précisément) qui allait être exporté en Autriche, au Brésil, en Bulgarie, en Chine,en Hongrie,en Espagne nationaliste, au Nicaragua et en Irak. 2000 à 2500 exemplaires de la série L-3 ont été produits.

Ce char va ainsi participé à la guerre civile autrichienne (12 au 16 février 1934), la deuxième guerre sino-japonaise, la guerre italo-abyssinienne, la guerre d’Espagne, la guerre entre la Slovaquie et la Hongrie (23 mars-4 avril 1939), l’expédition d’Albanie et de manière résiduelle le second conflit mondial.

L3-33

La version lance-flammes du L-3

Au sein de l’armée italienne outre la version standard, une version lance-flammes (Lancia flamme) baptisée L-3f.

Dans cette version, la mitrailleuse était remplacée par un projecteur lance-flammes, le liquide inflammable étant placé dans une remorque à deux roues (500 litres) puis dans des versions tardives dans un réservoir au dessus du compartiment moteur. La portée du lance-flammes étant de 80 à 100m. Cette version était plus lourde de 500kg (3.2 tonnes).

Le CV-33 participe à la mise sur pied des unités de chars de l’armée italienne. C’est ainsi que le futur L-3/33 équipe avec son dérivé le CV-35/L-3/35 le Ragruppamento Carri d’Assalto qui dispose de trois groupes et du XX Battaglione Carri Armato.

Avant même l’engagement des CV-33 dans la guerre d’Espagne, les structures de la «force char» du Regio Esercito Italiano sont réorganisées, le CV-33 équipant une partie des dix-neuf bataillons de chars rapides (Battaglione Carri Veloci), chaque bataillon disposant de 43 chars chacun.

Les CV-33 vont participer à la mise sur pied d’unités combinées chars/artillerie/infanterie même si les Brigata Motomeccanizatta étaient équipées de CV-35.

Au début des années quarante le L-3/33 _nouvelle désignation du CV-33_ est progressivement retiré du service.

Certains véhicules sont utilisés comme tracteurs d’artillerie alors que des véhicules envoyés outre-mer sont utilisés comme véhicules de patrouille et de sécurité, notamment pour protéger des sites sensibles.

Des véhicules vont bravement combattre lors des opérations BAYARD (Africa Septentrionale Italiana ASI) et GIDEON (Africa Orientale Italiana AOI) avec une efficacité proche de zéro.

Quelques exemplaires qui ont échappé aux fournaises du conflit font aujourd’hui le bonheur des musées du monde entier.

Les hongrois qui ont acquis un total de 65 chars type L-3/33 et L-3/35 vont les utiliser contre les slovaques où ils n’ont pas de véritable opposition. Budapest est conscient que face à un ennemi mieux équipé, les L-3/33 sont condamnés à une destruction certaine.

Comme des chars plus modernes sont peu à peu mis en service, l’armée magyare peut retirer du service les chars légers d’origine italiennes et les réserver à l’entrainement voir pour des tâches de servitude comme le remorquage de pièces d’artillerie. Les L-3/33 disparaissent tous durant le second conflit mondial.

Caractéristiques Techniques

Type : char léger biplace

Poids : 2.7 tonnes

Dimensions : longueur 3.03m largeur 1.4m hauteur 1.2m

Protection : 6-12mm

Motorisation : un moteur FIAT-SPA CV3 de 43ch

Performances : vitesse maximale 42 km/h distance franchissable 110km

Armement : une mitrailleuse de 6.5mm

Carro Veloce CV-35 (Carro armato L-3/35 [char léger de 3 tonnes modèle 1935])

L3-35 13

Un L-3/35 capturé par un soldat britannique lors de l’opération ALMA, le volet britannique de l’opération BAYARD. 

Cette chenillette est une évolution du L-3/33 qui lui même descendait d’un modèle britannique, le Carden-Lloyd Mk VI dont quatre exemplaires avaient été acquis en 1929 (d’où la dénomination de CV-29).

Les performances n’étaient guère meilleures que celles du L-3/33, la chenillette italienne souffrant des mêmes maux que son aînée à savoir un moteur asthmatique, des problèmes techniques récurrents, un blindage insuffisant et un armement qui l’était tout autant.

Ce char ultra-léger va participer à la mise sur pied de l’arme blindée italienne en servant de véhicule de base aux différentes unités qui annoncent la naissance des Divisione Corrazate, des divisions cuirassées.

En 1935, le Ragruppamento Carri d’Assalto (groupement de chars d’assaut) dispose chenillettes CV-33 et CV-35.

Devenu entre-temps le Reggimento Carri Armati, le groupement de chars d’assaut dispose de dix-neuf bataillons de chars rapides (Battaglione Carri Veloci) dont une partie est équipée de CV-35.

En août 1936 on trouve quatre Reggimenti Fanteria Carrista, deux disposant de quatre bataillons et deux autres de six bataillons.

En juin 1936 est créée la Brigata Motomeccanizatta qui combinait un groupe d’artillerie tracté, un régiment de Bersaglieri et un bataillon de chars rapides, le 31e Battaglione Carri Veloci équipé de quarante-trois CV-35.

En juillet 1937 cette brigade va devenir la 1a Brigata Corazzata, la seule différence avec la brigade motomécanisée étant le passage au statut de régiment à trois bataillons du 31ème bataillons de chars légers.

Le CV-35 devenu le L-3/35 est retiré du service au début des années quarante, des chars moyens mieux adaptés le remplaçant au sein des divisione corazzate. Des blindés sont cependant toujours en service en ASI et en AOI pour la police coloniale et la défense des aérodromes et autres installations stratégiques.

Lors du déclenchement de l’opération Bayard en juillet 1949, les parachutistes français et britanniques sautent pour s’emparer des aérodromes italiens et ainsi s’emparer du contrôle de l’espace aérien.

Au cours de ces raids, les L-3/33 et L-3/35 déployés vont tenter de défendre les aérodromes mais subiront des pertes terribles sous les coups des parachutistes alliés, les britanniques utilisant les PIAT alors que les français usaient et abusaient de fusils antichars, de grenades à fusil voir de cocktails Molotov.

Et quand ce n’était pas les troupes au sol c’était l’aviation qui s’en donnait à cœur joie, les canons de 20mm des Dewoitine D-520 français déployés en Tunisie pouvant facilement venir à bout du faible blindage des «chars» italiens.

Une poignée de chenillettes ont survécu au naufrage et vont être utilisées par le nouveaux propriétaires comme tracteur d’avion, comme remorqueur de charges lourdes….. .

A la version de base va bientôt s’ajouter une version améliorée, le L-3/38 qui disposait d’une suspension à barre de torsion et d’une mitrailleuse de 13.2mm en remplacement des deux mitrailleuses de 8mm. Cette version fût d’abord vendue au Brésil avant d’inspirer l’Italie qui modernisa des L-3/35 en L-3/38.

Outre le Brésil, le L-3/35 va être exporté en Autriche, en Bulgarie, en Chine, en Hongrie et en Espagne, en Afghanistan, en Albanie, en Bolivie, en Irak et au Venezuela, l’armement variant selon les acheteurs.

Ce char va ainsi participer à la guerre civile autrichienne, à la deuxième guerre sino-japonaise, à la deuxième guerre italo-abyssinienne, à la guerre d’Espagne, à la guerre slovaquo-hongroise, à l’expédition d’Albanie et donc comme nous l’avons vu au second conflit mondial.

Outre la version de base, le L-3/35 donna naissance à une variante antichar (controcarro) où les mitrailleuses étaient remplacées par un fusil antichar Solothurn de 20mm, un chasseur de char armé d’un canon de 47mm, à une variante lance-flammes (lancia fiamme) semblable à celle du L-3/33, à une variante commandement et contrôle, un poseur de ponts et un char de dépannage.

Parmi les projets n’ayant pas dépassé le stade du projet on trouve un char aéroporté modifié pour être emporté par un Savoia-Marchetti SM-82 et un char armé d’un canon de 20mm en tourelle. A noter que les variantes n’ont été produits qu’en très faible quantité.

La Hongrie va utiliser ses L-3/35 contre les slovaques aux côtés des L-3/33 puis pour l’entrainement et comme véhicules de servitude. Ils sont ferraillés durant le second conflit mondial.

Caracteristiques Techniques

Type : char léger biplace

Poids : 3.2 tonnes

Dimensions : longueur 3.17m largeur 1.4m hauteur 1.3m

Motorisation : un moteur FIAT-SPA CV3 de 43ch

Performances : vitesse maximale 42 km/h sur route distance franchissable 125km

Blindage : 6-14mm

Armement : deux mitrailleuses de 8mm

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s