Scandinavie (3) Norvège (3)

De l’Union avec la Suède à l’indépendance (1814-1905)

Le Traité de Kiel (1814)

Le 14 janvier 1814 est signé le Traité de Kiel qui met fin à presque trois siècle d’unité entre le Danemark et la Norvège, les deux royaumes étant dirigés par le même monarque depuis 1523 quand les deux pays quittent l’Union de Kalmar pour former un duo qui ne résistera pas aux conséquences des guerres napoléoniennes.

Onze rois du Danemark vont ainsi se succéder durant cette période où la Norvège faisant partie du Royaume de Danemark-Norvège.

On trouve ainsi successivement Frédéric 1er (1523-1533), Christian III (1534-1559), Frédéric II (1559 à 1588), Christian IV (1588-1648), Frédéric III (1648-1670), Christian V (1670-1699), Frédéric IV (1699 à 1730), Christian VI (1730 à 1746), Frédéric V (1746-1766), Christian VII (1766 à 1808) et enfin Frédéric VI de 1808 à 1814.

Ce traité à été signé entre d’un côté le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande et le Royaume de Suède et de l’autre le Royaume de Danemark-Norvège. Ce traité permet au Danemark, à la Norvège et à la Suède de sortir des guerres napoléoniennes.

Frédéric VI (1808-1839) 5

Frédéric VI, roi de Danemark-Norvège de 1808 à 1814 et roi de Danemark de 1814 à 1839

Frédéric VI de Danemark change donc de camp, cédant à George III d’Angleterre l’île d’Heligoland et la plus grande partie du royaume de Norvège à Charles XIII de Suède en échange de la Poméranie suédoise. En revanche les îles Feroé, le Groenland et l’Islande restèrent possessions danoises.

La Norvège contesta ce traité, déclarant son indépendance le jour de la signature du traité, adopta sa propre constitution le 17 mai 1814, élisant le prince danois Christian-Frédéric (futur Christian VIII du Danemark de 1839 à 1848) comme roi. La Suède s’estima alors lésée et refusa de céder la Poméranie suédoise qui suite au Congrès de Vienne en 1815 tomba aux mains des prussiens.

Cette indépendance fût éphémère. Une guerre suédo-norvégienne éclate le 26 juillet 1814. Elle sera brève et le 14 août 1814, la convention de Moss est signée entre la Norvège et la Suède.

Le parlement norvégien (Storting) modifie la constitution et ne l’abolit pas. En effet, l’union entre la Suède et la Norvège est strictement personnelle, les deux royaumes possédant leur propre identité juridique avec néanmoins une politique étrangère commune.

On parle d’ailleurs de Royaumes Unis de Suède et de Norvège. C’est ainsi que la Constitution de 1814 est toujours en vigueur aujourd’hui dans ces grandes lignes puisqu’elle à été révisée pour s’adapter à l’air du temps.

Des rois de Suède pour la Norvège

Après avoir été gouverné par onze rois de Danemark, la Norvège va donc avoir un monarque suédois à sa tête et ce pour 91 années de 1814 à 1905, date de son indépendance.

Carl Fredrik von Breda: Karl XIII.
Grh 403

-Le premier est Charles XIII de Suède (Stockholm 7 octobre 1748-5 février 1818) qui règne sur le voisin oriental de la Norvège de 1809 à 1818.

En 1792, son frère Gustave III est assassiné. Il devient régent pour son neveu Gustave IV trop jeune pour régner par lui même. Une fois ce dernier majeur, il se retire des affaires publiques. L’histoire se met alors à bégayer quand un nouveau coup d’état renverse Gustave IV en 1809.

L’ancien régent devient roi sous le nom de Karl XIII av Sverige (Charles XIII de Suède) puis à partir de 1814 Karl XIII av Sverige och Norge même si il était également connu sous le nom de Charles II de Norvège (le premier Charles à régné sur la Suède au temps de l’Union de Kalmar de 1449 à 1450).

Il fait la paix avec la France, la Russie et le Danemark, adopte une constitution plus libérale. Il est cependant sans héritier direct et choisit avec l’aval du parlement suédois un maréchal d’empire, Jean Baptiste Bernadotte qui devient non seulement son héritier mais très vite le régent, Charles XIII étant âgé et malade.

En 1813, une brève guerre oppose la Suède au Danemark à propos de la Norvège, guerre qui se termine par une victoire de la Suède qui par le traité de Kiel en 1814 obtient la Norvège en compensation de la perte de la Finlande conquise par la Russie. Il doit également abandonner la Poméranie à la Prusse.

-Son successeur à donc des origines françaises et même béarnaises puisque Jean-Baptiste Bernadotte est né à Pau le 26 janvier 1763 dans une famille d’aubergistes. Il s’engage dès 1780 dans l’armée, gravit les échelons en profitant de la Révolution Française. Il est ainsi général en 1794 puis maréchal d’Empire en 1805.

Ses relations avec Napoléon Bonaparte ont toujours été houleuses peut être parce que son épouse Désirée Clary avait été une passion de l’empereur des français.

En 1810, il est choisit par le parlement suédois comme héritier du vieillissant Charles XIII alors âgé de soixante-deux ans. Officiellement prince-héritier, il est en réalité régent, occupant la réalité du pouvoir. Il s’engage aux côtés des alliés contre la France au sein de la sixième coalition.

Carl XIV Johan (1818-1844) 6

Devenu roi en 1818, il impose une neutralité politique et favorise une prospérité économique. Il tente de fusionner la Norvège et la Suède dans un royaume unique et non plus dans une union personne mais Charles III Jean (Karl III Johan) de Norvège échoue devant l’hostilité du Storting, le parlement norvégien.

Oscar I (1844-1859) 6

-C’est son fils unique Oscar qui lui succède sous le nom de Oscar 1er de Suède et de Norvège (Oscar I av Sverige och Norge) (Paris 4 juillet 1799 Stockholm 8 juillet 1859). Il est roi du 8 mars 1844 au 8 juillet 1859 après avoir été duc de Södermanland et prince-héritier de Suède. Il est vice-roi de Norvège en 1824 et 1833.

A la fin du règne de Charles XIV Jean, les relations avec son père se tendent, l’ancien maréchal d’Empire le soupçonnant de comploter avec les libéraux pour aboutir à des réformes voir à son abdication. Les désaccords sont de notoriété publique mais le futur Oscar 1er refuse d’aller jusqu’à la rupture.

Quand il devient roi, il déçoit les plus libéraux les plus progressistes en se montrant d’un libéralisme très modéré, très tempéré. Il établit cependant la liberté de la presse et l’égalité entre les deux royaumes. Il travaille un temps à une union dynastique scandinave mais ce projet n’aboutit pas. Le 25 novembre 1855, il signe une alliance avec la France et la Grande-Bretagne pour préserver l’intégrité suédoise face aux appétits russes.

Sa santé se détériore rapidement dans les années 1850, son fils Charles, prince-héritier de Suède et de Norvège devient régent en 1857 avant de devenir roi deux ans plus tard.

Carl XV (1859-1872) 8

Charles XV de Suède et de Norvège (Karl XV av Sverige och Norge) est né à Stockholm le 3 mai 1826. Fait duc de Scanie, il devient prince-héritier de Suède le 8 mars 1844 quand son père devient le roi Oscar 1er de Suède et de Norvège. Régent le 25 septembre 1857 pour suppléer son père, il devient roi le 8 juillet 1859 à la mort d’Oscar 1er.

Il est vice-roi de Norvège du 17 juin 1856 au 22 juin 1857, étant couronne roi de Norvège sous le nom de Charles IV de Norvège en la cathédrale de Nidaros à Trondheim le 5 août 1860.

Partisan du scandinavisme, il reste cependant neutre en 1864 quand le Danemark entre en guerre pour la question des duchés du Schleswig et du Holstein contre l’Autriche et l’Allemagne.

N’ayant pas de fils vivant (son unique fils est mort à l’âge de deux ans en 1854), c’est son frère Oscar qui lui succède sous le nom d’Oscar II. Ironie de l’histoire, sa fille Louise qui avait épousé le futur Frédéric VIII de Danemark donna à son mari deux fils, son fils ainé devenant roi de Danemark sous le nom de Christian X et son deuxième fils roi de Norvège sous le nom d’Haakon VII.

Oscar Björck: Oscar II.
Grh 2075

-Le dernier roi de Suède et de Norvège est donc Oscar II né à Stockholm le 21 janvier 1829 et mort dans la capitale suédoise le 8 décembre 1907. Il devient roi de Suède le 18 septembre 1872 et si il devient le même jour roi de Norvège, il n’est couronné que le 18 juillet 1873. Il apprend le norvégien, conscient que l’unité des deux royaumes sera difficile voir impossible à maintenir puisque le 7 juin 1905, la Norvège devient indépendante.

A noter pour l’anecdote qu’il fût le parrain du 2ème fils de l’ophatmologiste William Wilde auquel il donna son prénom, un certain Oscar Wilde.

Les événements à retenir

Comme son nom l’indique, cette partie va me permettre de résumer les principaux événements qu’à connu la Norvège durant ses quatre-vingt onze d’union avec la Suède (1814-1905).

A l’époque si il y à bien une assemblée en Norvège appelée Storting, le régime n’est pas parlementaire puisque le roi dispose d’un veto suspensif de deux sessions parlementaires. Comme le Storting se réunit jusqu’en 1869 uniquement tous les trois ans, une loi que refusait le roi n’était adoptée qu’au bout de neuf ans !

Jusqu’aux années 1870, le Storting est dominé par des personnalités conservatrices avec un libéralisme économique modéré. En 1849, le mouvement socialiste norvégien est créé.

A la fin des années 1860, la vie politique norvégienne se structure selon un système bipartiste avec la gauche ou Venstre et la droite ou Hoyre. En 1880, la Venstre réclame une monarchie constitutionnelle avec des ministres responsables devant le parlement.

La crise dure jusqu’en 1882 quand la gauche remporte une large victoire aux élections. Les ministres sont mis en accusation et révoqués. Le roi Oscar II tente de maintenir les ministres en place mais finalement s’incline deux mois plus tard.

En 1885 le cens électoral est abaissé pour élargir le corps électoral et en 1898 le suffrage universel masculin est mis en place.

Le pays se développe sur le plan économique mais comme souvent cela ne profite pas à tout le monde ce qui s’explique qu’entre la fin de la guerre de Sécession (1865) et les années 1920 près de 750000 norvégiens émigrent aux Etats-Unis et notamment dans le Midwest.

La dissolution de l’union

Depuis le traité de Kiel en 1814, la Norvège et la Suède étaient liés par une union personnelle, le roi de Suède étant également roi de Norvège. Sans être férocement anti-suédois, les norvégiens n’auraient pas été contre une véritable indépendance.

La Norvège avait quasiment tous les atouts d’un état indépendant avec une constitution propre, un parlement national (Storting), son propre système judiciaire et légal, sa propre armée et sa monnaie nationale.

La Norvège et la Suède partageaient le même roi et une politique étrangère menée par le ministre des affaires étrangères suédois.

Avec les temps les intérêts des deux pays divergent, la Norvège était plus dépendante du commerce international alors que la Suède menait une politique plus protectionniste. Le commerce norvégien était plus tourné vers la Grande-Bretagne alors que le principal marché suédois était l’Allemagne. De plus les intérêts hors d’Europe étaient plus importants pour la Norvège que pour la Suède.

Pour ne rien arranger, politiquement la Norvège s’oriente vers davantage de libéralisme et de démocratie alors que la Suède semble se complaire davantage dans le conservatisme. Si dès 1884 la Norvège devient une monarchie parlementaire, la Suède ne prendra effectivement ce virage qu’au début du 20ème siècle (1905).

Dans ce XIXème siècle finissant, la Norvège renforce ses moyens militaires et construit même des forteresses à la frontière avec la Suède !

Tout se décante en 1905. En début d’année, Christian Michelsen forme un gouvernement de coalition pour former un corps indépendant de consuls et permettre ainsi à la Norvège de posséder une diplomatie autonome.

La loi est votée à une large majorité par le Storting mais sans surprise Oscar II refuse de sanctionner cette loi. Le gouvernement démissionne mais les tentatives du roi de Suède pour former un nouveau gouvernement échouent.

C’est le début d’une crise constitutionnelle qui éclate le 7 juin 1905. Le Storting vote en fin d’après midi à l’unanimité une résolution souhaitant la dissolution de l’Union, le prétexte étant le refus d’Oscar II de favoriser la constitution d’un gouvernement en Norvège.

A noter que l’indépendance de la Norvège fût favorisée par l’émergence de la social-démocratie suédoise qui refusa de soutenir une guerre pour s’opposer au désir norvégien de quitter l’union.

Le 13 août 1905, la Norvège organise un plébiscite. C’est un triomphe éclatant pour les partisans du divorce avec 99.95% des voix (368208) contre à peine 0.05% des voix en faveur du maintien de l’union avec le voisin oriental (184). A cela s’ajoute une pétition des norvégiennes (qui n’ont obtenu le droit de vote qu’en 1913) qui rassembla 279878 signatures en faveur de la séparation.

Le 31 août 1905, des délégués suédois et norvégiens se réunissent à Karlstadt pour négocier les termes de la dissolution. Une partie de la droite suédoise voulait être intransigeante mais cela était impossible en raison du soutien extérieur à la cause norvégienne.

Les négociations s’achèvent le 23 septembre 1905. Le parlement valide la dissolution le 9 octobre 1905, le parlement suédois suivant le 13 octobre de la même année. Le 26 octobre 1905, la Suède reconnaît l’indépendance de la Norvège même si la date de l’indépendance à été choisie au 7 juin 1905, jour du vote de la résolution du Storting.

Reste à connaître la forme de l’Etat. Certains militent pour une république mais très rapidement la forme monarchique s’impose. Reste à trouver le monarque qui allait succéder à Oscar II.

Les norvégiens songent d’abord à un fils du roi de Suède mais Oscar II refuse. La Norvège se tourne alors vers le Danemark. Copenhague propose comme souverain, le prince Carl de Danemark, deuxième fils du prince héritier Frédérick et de Louise de Suède, fille de Charles XV et donc nièce d’Oscar II.

Ce choix était judicieux car non seulement cela maintenait un lien avec la dynastie Bernadotte mais en plus marié à Maud d’Angleterre, fille d’Edouard VII il permettait d’obtenir le soutien anglais (du moins l’espérait-on) et le futur couple royal de Norvège avait un fils ce qui préservait l’avenir de la dynastie.

Les 12 et 13 novembre 1905, un deuxième plébiscite constitutionnel est organisé. 79% des votants souhaitent une monarchie et 21% une république. Le 18 novembre, le parlement vote en faveur du prince Carl de Danemark et de ses descendants. Il choisit comme nom de règne Haakon devenant Haakon VII.

Haakon VII (1905-1957) 12

Le premier couple royal de la Norvège indépendante, Haakon VII et son épouse Maud d’Angleterre

La nouvelle famille royale norvégienne arrive dans son pays le 25 novembre 1905. Deux jours plus tard, le nouveau roi de Norvège prête serment avant d’être couronné en compagnie de son épouse dans la cathédrale de Nidoros à Trondheim le 22 juin 1906.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s