Pologne et Pays Neutres (113) Turquie (3)

Chronologie militaire

1071 (26 août) : Les byzantins sont écrasés par les turcs seljoukides à Mantzikert. L’Asie Mineure est perdue.

1389 (15 juin) : Bataille de Kosovo-Polje. Victoire stratégique des ottomans

1391-92 : premier siège de Constantinople par les ottomans

1394-1402 : deuxième siège de Constantinople par les ottomans

Bayezid 1er

1396 (25 ou 28 septembre) : Bataille de Nicopolis. Le sultan Bayezid 1er écrase en Bulgarie (Nikopol) une croisade menée par Sigismond de Luxembourg, roi de Hongrie

1402 (20 juillet) : Tamerlan écrase les ottomans à Ankara. Cette défaite donne un répit de quelques années aux byzantins

1422 (juin-août) : Troisième siège de Constantinople par les ottomans et nouvel échec

1444 (10 novembre) : Bataille de Varna. Les ottomans de Mourad II écrasent les troupes chrétiennes menées par Ladislas III Jagellon

1448 (17 au 20 octo) : Deuxième bataille de Kosovo-Polje. Victoire des ottomans de Mourad II sur les troupes chrétiennes de Jean Hunyadi et de Vladislav II de Valachie.

1480 (28 juillet) : invasion ottomane d’Otrante et de l’Apulie. La mort de Mehmet II le 3 mai 1481 met fin à la volonté ottomane de marcher sur Rome

1522 : Conquête de Rhodes

Tableau représentant la mort de Louis II de Hongrie à la bataille de Mohacs

1526 (29 août) : Bataille de Mohacs. Victoire ottomane et mort du roi de Hongrie Louis II Jagellon

1529 : premier siège de Vienne par les ottomans

1532 : Les ottomans tentent à nouveau de s’emparer de Vienne mais sont repoussés à Guns (97km au sud de Vienne)

1551 : Conquête de Tripoli

1565 : échec ottoman à Malte

Tapisserie du Vatican représentant la bataille de Lepante

1571 (7 octobre) : la marine ottomane est écrasée à Lepante par une escadre chrétienne

1593-1606 : Longue Guerre avec l’Autriche

1735-1739 : guerre russo-ottomane

1768-1774 : Guerre russo-ottomane qui se termine par une défaite ottomane et le traité de Kücük-Kaynardji

1821-1830 : guerre d’indépendance grecque

1853-1856 : Guerre de Crimée

1877-1878 : guerre russo-ottomane. La victoire russe enterise l’indépendance de la Bulgarie

1897 (18 avril) début de la guerre gréco-turque qui se termine le 20 mai par une déroute des forces grecques mais qui l’emporte sur le plan politique et diplomatique

1912 (8 octobre) : Début de la première guerre balkanique entre l’empire ottoman et la Ligue Balkanique (Bulgarie, Serbie, Grèce et Monténégro)

1912 (3 décembre) : Armistice entre les ottomans et les bulgares. Cet armistice expire le 3 février 1913 et les combats reprennent

1912 (16 décembre) : Victoire grecque à la bataille navale d’Elli

1913 (18 janvier) : Victoire grecque à la bataille navale de Lemnos

1913 (20 février) : Contre-offensive ottomane

1913 (11 mars) : Adrinople tombe aux mains des troupes de la Ligue Balkanique

1913 (30 mai) : Traité de Londres qui met fin à la première guerre balkanique

1913 (29 juin) : La Bulgarie déclenche la deuxième guerre Balkanique. Sofia se retrouve seule face à la Serbie, la Roumanie, la Grèce, le Monténégro et l’empire ottoman

1913 (20 juillet) : les troupes ottomanes envahissent la Bulgarie

1913 (23 juillet) : Edirne/Andrinople est reprise ou plutôt réoccupée par les ottomans

1913 (30 septembre) : Traité de Constantinople entre l’empire ottoman et la Bulgarie

1913 (14 novembre) : Traité d’Athènes entre la Grèce et l’empire ottoman

1914 (14 mars) : Traité signé à Constantinople entre la Serbie et l’empire ottoman

1914 (2 novembre) : La Russie déclare la guerre à l’empire ottoman. La France et la Grande-Bretagne suivent le lendemain

1915 (19 février) : Tentative de forcement des détroits par une escadre franco-britannique. Début de la campagne des Dardanelles.

1915 (25 avril) : le corps expéditionnaire allié débarque à Gallipoli

1916 (9 janvier) : Fin officielle de la Campagne des Dardanelles

1916 (juillet) : Début de la révolte arabe du Hedjaz

1919 (19 mai) : début de la guerre d’indépendance turque (Kurtulus Sascasi/Guerre de Libération)

1922 (9 septembre) : Reconquête de Smyrne par les turcs

1922 (11 octobre) : Armistice de Moudanya entre les turcs, les britanniques, les français et les italiens. Les grecs s’y rallient trois jours plus tard. Fin de la Kurtulus Sascasi.

1922 (11 novembre) : les grecs évacuent la péninsule de Gallipoli

Chronologie économique et culturelle

1453 : Création de l’université d’Istanbul

Palais de Topkapi

1461 : début de la construction du palais de Topkapi

1481 : création du lycée de Galatasaray

1568-1574 Construction à Edirne de la mosquée de Sélim

1609-1616 : construction à Constantinople de la Mosquée Bleue

1773 : création de l’université technique d’Istanbul

1844 : Le drapeau ottoman est adopté. Il à été conservé par la Turquie kémaliste

1847 : Abolition de l’esclavage

1854 (4 août) : l’empire ottoman lance son premier emprunt à l’étranger

1856 : Inauguration de la première ligne de chemin de fer de l’empire entre Le Caire et Alexandrie

Palais de Dolmabahce

1856 : inauguration du palais de Dolmabahce qui remplace Topkapi comme résidence principale des sultants ottomans

1875 : premier match de football dans l’empire ottoman. Il à lieu à Salonique mais avec uniquement des joueurs étrangers, les sujets ottomans ayant longtemps eu l’interdiction de jouer à ce jeu

1889 : inauguration à Constantinople de la gare de Sirkeci située sur la rive européenne de la future Istanbul

1889 (14 juillet) : Naissance du mouvement Jeune Turc

1902 (février) : le premier congrès des Jeunes Turcs est organisé à Paris

1903 : création du club de Besiktas JK, l’un des trois grands clubs d’Istanbul

1904 : création du championnat d’Istanbul. Il faudra attendre 1959 pour qu’un championnat national de Turquie voit le jour.

1905 (1er octobre) : Création du Galatasaray SK, l’un des trois grands clubs de football d’Istanbul

1907 (3 mai) : création du Fenerbache SK, l’un des trois grands clubs de football d’Istanbul

1908 : Après avoir participé aux jeux olympiques intercalaires de 1906, l’empire ottoman participe aux jeux olympiques de 1908 à Londres sous le nom de TURQUIE. Les athlètes ottomans ne remportent aucune médaille tout comme quatre ans plus tard à Stockholm.

1909 : inauguration à Constantinople de la garde de Haydarpasa, gare située sur la rive asiatique de la future Istanbul

1922 (13 septembre) : Grand Incendie de Smyrne dont les origines sont encore aujourd’hui disputées

1923 (21 mai) Création de la Türkiye Futbol Federanyonu (TFF), la fédération turque de football. Elle est affiliée dans la foulée à la FIFA.

1923 (13 octobre) Ankara devient capitale de la Turquie

1923 (13 octobre) Premier match officiel de l’Equipe nationale de football turque (match nul 2-2 contre la Roumanie)

1925 (4 mars) : loi pour le maintien de l’ordre public

1928 : L’alphabet latin remplace l’alphabet ottoman d’origine arabe

1928 (18 avril) : La Turquie devient un état laïc, cessant d’avoir l’islam comme religion d’état

1930 (28 mars) : Constantinople est rebaptisée Istanbul

1934 (5 décembre) : Les femmes turques reçoivent le droit de vote

1937 (5 février) : Une loi confirme la laïcisation de l’état turc

1944 : début de la construction de l’Anitkabir, le mausolée où repose encore aujourd’hui Mustapha Kemal. Le monument est inauguré en 1953.

Pologne et Pays Neutres (82) Suède (17)

La marine suédoise au combat

Si aujourd’hui la Suède est une pacifique démocratie cela n’à pas toujours été le cas. A de nombreuses reprises le pays à combattu pour le contrôle de la Baltique et du nord de l’Allemagne.

La marine suédoise à connu le combat à de nombreuses reprises. Je vais donc parler ici des différentes batailles dans un ordre chronologique. Pour ne pas surcharger le texte je ne vais parler du conflit concerné renvoyant pour cela à la chronologie générale.

16ème siècle

En juin 1535 à lieu une première Bataille de Bornholm entre une coalition regroupant la Suède, le Danemark, la Prusse et le Holstein face à Lübeck et la ligue hanséatique, la coalition regroupant vingt navires dont onze suédois face à vingt-six navires hanséatiques. La coalition l’emporte.

Le 16 juin 1535 à lieu la «Bataille de la Petite Ceinture» opposant dix navires de la ligue hanséatique face à vingt navires suédois danois et prussiens. Ces derniers l’emporte avec peu de pertes, les hanséates ayant un navire brûlé et neuf capturés.

Le 30 mai 1563 à lieu la deuxième Bataille de Bornholm entre dix-neuf navires suédois et dix navires dano-norvégiens. C’est une victoire suédoise avec des pertes négligeables de leur côté et plus lourdes dans le camp opposé (3 navires capturés et 800 marins prisonniers).

Le 11 septembre 1563 à lieu la Bataille de Öland, une bataille opposant dix-huit navires suédois contre trente-quatre navires dano-norvégiens et lubeckois. Le résultat est incertain.

La première bataille de Öland à lieu les 30 et 31 mai 1564 entre trente-cinq navires suédois contre vingt-six navires danois et dix lubeckois. Ces derniers l’emporte avec du coté des vainqueurs un navire de Lübeck est coulé avec plus de 300 morts, les suédois perdant un navire avec 901 tués.

Le 21 mai 1565 la Suède affronte au large de Rügen une flotte combinant les forces du Danemark et de la ville hanséatique de Lübeck, les premiers engageant 48 navires 1638 canons et 8000 marins, les second neuf navires (six danois et trois de Lübeck). Les pertes suédois sont inconnues mais en face ont sait quatre navires sont brûlés et cinq capturés.

Le 7 juillet 1565 au large de Bornholm 49 navires suédois affrontent 36 navires danois et de la ville de Lübeck. Cela se termine par une victoire suédoise, la flotte de Stockholm perdant trois navires (362 morts et 523 blessés) contre trois navires perdus mais 4000 pertes.

Le 26 juillet 1566 à lieu au large d’Öland un affrontement entre soixante navires suédois et une flotte combinant vingt-cinq navires danois et onze de la ville hanséatique de Lübeck. C’est une victoire suédoise mais à la Pyrhus avec de très lourdes pertes, les dano-lubeckois perdant 15 navires (douze danois et trois de Lübeck).

17ème siècle

La Bataille d’Oliwa (près de Gdansk) à lieu le 28 novembre 1627 entre dix navires du condominium polono-lituanien et six navires suédois.

La flotte du condominium l’emporte avec de faibles pertes (47 pertes) alors que les suédois perdent deux navires (une galère détruite et une autre capturée) avec 304 pertes.

Le 16 mai 1644 à lieu au large du Jutland un affrontement entre une flotte dano-norvégienne (9 navires) et une flotte suédoise (26 navires). Les dano-norvégiens l’emporte avec 11 pertes de leur côté et 500 tués et blessés côté suédois.

Le 1er juillet 1644 à lieu la Bataille de Colberger Heide entre 40 navires danois et 34 navires suédois, un affrontement qui se termine sur des résultats incertains mais les dano-norvégiens remportent une victoire stratégique avec tout de même des pertes plus lourdes que leurs adversaires (207 contre 101).

La Bataille de Fehmarn à lieu le 13 octobre 1644, une bataille opposant une flotte suédo-néerlandaise (16 navires suédois et 21 navires néerlandais) et une flotte danoise (17 navires). C’est une victoire décisive des premiers. Un navire néerlandais est perdu avec 159 tués contre 10 navires capturés deux échoués 100 tués et 1000 prisonniers de guerre.

Herluf Trolle

Le 14 août 1654 à lieu au large de l’île d’Oland un affrontement entre 28 navires suédois et une flotte de trente-neuf navires venant du Danemark et de la ville hanséatique de Lübeck, cette flotte étant commandée par Herluf Trolle. Comme souvent c’est un affrontement aux résultats incertains avec des pertes légères côté suédois, plus importantes chez l’ennemi qui perd trois navires (capturés) et donc 600 marins faits prisonniers.

Le Bataille de Nöteborg à lieu en juillet 1656. C’est une victoire suédoise contre les russes même si on à peu de détails sur cet affrontement.

Les 12 et 13 septembre 1657 à lieu la Bataille de Mon, un affrontement aux résultats indécis entre les suédois et les danois, les premiers engageant 25 navires de ligne, huit navires marchands armés deux brulots et quatre petits navires soit 1231 pièces et 6000 marins (40 pertes) alors que les seconds engagent vingt et un navires de ligne, sept navires marchands soit 956 pièces et 4640 marins (150 morts).

Le 29 octobre 1658 à lieu la Bataille de l’Oresund entre 45 navires des Provinces-Unies face à 43 navires suédois. C’est une victoire néerlandaise mais une victoire à la Pyrhus car les amiraux Witte de With et Pieter Floriszoon font partie des 1400 pertes dont souffre la marine Oranje qui perd un navire. En face les suédois ont 1200 pertes, un navire détruit et quatre capturés.

Le 23 juillet 1659, la marine suédoise affronte la flotte combinée dano-néerlandaise c’est la Bataille d’Ebelfort. Stockholm engage huit frégates face à deux frégates danoises et trois frégates néerlandaises accompagnées de plus petits navires.

C’est une victoire suédoise, la Svenska Marinen ayant des pertes négligeables alors qu’en face une frégate explose, quate sont capturées avec en bonus 1000 prisonniers.

Une nouvelle Bataille de Bornholm à lieu les 25 et 26 mai 1676. Les dano-hollandais (25 navires de ligne, 10 frégates) l’emporte sur les suédois (30 navires de ligne, 21 petits navires, 8 navires marchands armés) du moins sur le plan stratégique car sur le plan tactique c’est plus incertain.

Le 31 mai et le 1er juin 1677 à lieu la Bataille de Fehmarn entre les dano-norvégiens et les suédois, ce sont les premiers qui l’emporte avec treize navires engagés (aucun coulé) contre douze (huit navires coulés 1500 pertes).

Le 1er juin 1676 à lieu la Bataille de Öland qui est une victoire décisive des dano-hollandais (42 navires dont 25 de ligne) contre les suédois (57 navires dont 27 navires de ligne), les premiers perdant un navire et 100 marins contre cinq navires coulés, six capturés et 1400 marins.

Niels Juel

Les 1er et 2 juillet 1677 à lieu la Bataille de la Baie de Koge, une victoire décisive des dano-norvégiens de Niels Juel contre les suédois. Les trente-quatre navires dano-norvégiens ont affronté 45/47 navires suédois. Les premiers perdent 375 marins, les suédois vingt navires et 3000 hommes pour ce qui est considéré comme le plus grand succès de l’histoire navale danoise.

18ème siècle

Le 7 août 1704 à lieu la Bataille de Orford Ness entre les anglais (huit navires de lignes et une frégate engagées, 100 pertes) et les suédois, le navire de ligne scandinave étant capturés avec 53 tués et blessés alors qu’il protégeait un convoi.

Le 20 août 1705 à lieu la Bataille de Hogland, une île du golfe de Finlande. Le navire de ligne suédois Reval est engagé par sept galères russes. C’est une victoire suédoise dans ce qui constitue le premier engagement en mer Baltique des galères russes, la marine russe étant encore dans l’enfance (créée en 1692).

Le 24 septembre 1710 c’est la Bataille de la baie de Koge entre les marines suédoises et danoises qui se disputent le contrôle de la mer Baltique.

La Suède engage dans cette bataille trente navires (dont 21 de ligne) alors que les danois engagent eux 47 bâtiments dont 27 de ligne ce qui signifie que la supériorité danoise n’est pas si évidente que cela.

La preuve c’est que cela se termine par un match nul. Deux navires suédois s’échouent ce qui génère quelques pertes, des pertes plus faibles que celles des danois qui perdent un navire qui explose et cinq navires marchands capturés.

Le 11 avril 1712 c’est la Bataille de Fladstrand entre sept navires suédois et cinq navires danois mais se termine sans vainqueur clair.

Le 31 juillet 1712 cinq navires danois tombent sur douze navires de guerre et onze transports suédois en baie de Greifswald mais cet affrontement se termine sans vainqueur clair.

Le 17 août 1712 les danois défont au sud de Rügen une escadre suédoise, Copenhague engageant 18 navires Stockholm 11 navires plus onze transports.

Le 22 juillet 1713 à lieu une nouvelle Bataille d’Hogland toujours entre la marine suédoise (trois navires de ligne engagés) et la marine russe (onze gros navires et deux bricks) et à nouveau la Svenska Marinen l’emporte sur la marine impériale construit par la seule volonté de Pierre le Grand.

Le 7 août 1714 c’est la Bataille de Gangut. Au large de la péninsule d’Hanko, les 98 galères russes (seulement 23 engagées) défond neuf navires suédois qui sont tous coulés ou perdus avec 941 pertes côté russe et 466 côté suédois.

Le 24 avril 1715 à lieu la Bataille de Fehmarn, une nouvelle victoire danoise sur les suédois, Stockholm engageant quatre navires de ligne et deux frégates contre huit navires de ligne et quatre frégates. Sur le plan des pertes, les suédois ont 353 tués et blessés plus 1626 prisonniers avec un navire sabordé et cinq capturés alors que les danois ont 65 tués et 224 blessés.

Le 8 août 1715 c’est la Bataille de Rügen qui oppose vingt navires de ligne et deux frégates suédois à 21 navires de ligne et 4 frégates danois. Cela se termine par un match nul avec néanmoins une victoire danois sur le plan stratégique. Les pertes sont d’ailleurs équilibrées avec 145 morts et 333 blessés côté suédois, 127 tués et 485 blessés côté danois.

Peter Tordenskjold

Le 8 juillet 1716 à lieu la Bataille de Dynekilen, une bataille se terminant par la victoire des dano-norvégiens de Peter Tordenskjold sur les suédois.

Pour cette bataille Stockholm dispose de 1284 hommes, 13 navires de guerre et 14 navires marchands sans compter des forteresses qui peuvent appuyer de leurs pièces les navires. De leur côté les dano-norvégiens engagent 931 hommes, sept navires et des forteresses. La défaite suédoise oblige Charles XII à abandonner l’invasion de la Norvège.

Les 2 mai 1717 et 27 septembre 1719 ont lieu les deux Batailles de Göta Alv. A chaque fois ce sont des victoires suédoises sur les danois. La première bataille voit l’engagement de six frégates portant le pavillon bleu et or face à trente navires danois, la deuxième bataille voyant d’abord l’engagement de trois galères danoises contre vingt navires danois puis des défenses côtières suédoises contre onze navires danois.

Les 13 et 14 mai 1717 à lieu la Bataille de Gothenburg, une nouvelle victoire suédoise (six frégates et petits navires engagées) face aux danois qui ont engagé deux navires de ligne, deux prams, neuf galères et une floppée de petits navires. Les suédois ont neuf morts contre 52 morts et 119 blessés côté danois auxquels il faut ajouter trois navires perdus (NdA capturés ?) et trois navires coulés.

Le 4 juin 1719 à lieu la Bataille de l’île d’Ösel, une bataille qui se termine par une victoire russe sur les suédois.

Si les suédois engagent un navire de ligne, une frégate et une brigantine, les russes mobilisent six navires de ligne et un petit navire d’un type non identifié. Trois navires suédois sont capturés avec 451 pertes alors que les russes ont 18 pertes.

La Bataille de Grengam à lieu le 7 août 1720 au large des îles alands entre les flottes suédoises et russes. Si tactiquement la victoire est russe en revanche stratégiquement parlant elle est suédoise.

Si la Suède engage un navire de ligne, quatre frégates, trois galères et six petits navires, les russes engagent eux 61 galères et 29 navires d’un type non-identifié. Les pertes sont en revanche équilibrées avec 103 morts, 407 prisonniers et 4 frégates capturées côté suédois, 82 morts et 203 à 236 blessés côté russe.

Le 10 septembre 1759 à lieu la Bataille du Frisches Haff, une bataille opposant une escadre suédoise (4 galères, 4 semi-galères, 2 galiots 3 sloops et 13 canonnières) à une escadre prussienne (4 galères 4 galiots 4 canonnières). Cela se termine par une victoire suédoise qui perd une canonnière (44 pertes) alors qu’en face l’escadre prussienne est anéantie ce qui entraine de facto la disparition de la marine prussienne !

Le 17 juillet 1788 c’est la Bataille de Hogland entre la Suède et la Russie. La marine suédoise engage 15 navires de ligne, 5 frégates 6 frégates légères soit 1400 canons alors que les russes engagent eux 17 navires de ligne, 2 frégates 5 frégates légères et 1200 canons. Les suédois ont 1000 pertes un navire de ligne capturé alors que les russes ont 580 tués 720 blessés 470 prisonniers un navire de ligne capturé et quatre hors de combat.

Le 26 juillet 1789 à lieu une nouvelle Bataille de Öland, une bataille aux résultats indécis entre les suédois (qui engagent 21 navires de ligne 9 frégates et 4 frégates légères) et les russes (qui engagent 21 navires de ligne et 10 frégates). Si les suédois ont 23 pertes, les russes ont 219 pertes.

La Première Bataille de Svenskund à lieu le 24 août 1790. C’est une victoire russe contre les suédois, les russes mobilisant 24 grands navires, trois bombardiers, 47 galères, 30 sloops à canon, trois cuters et des auxiliaires alors que les suédois ont engagé douze frégates archipélagiques, cinq galères, vingt sloops à canon, quatre bombardes et des auxiliaires.

Si les russes perdent une galère, un sloop à canon avec 383 tués 628 blessés et 22 prisonniers les suédois perdent cinq frégates deux galères dix sloops à canon et 1500 pertes. Trente auxiliaires doivent être incendiés pour ne pas tomber aux mains des russes.

Les 3 et 4 mai 1790 c’est la Bataille de Krondstat entre une escadre suédoise (22 navires de ligne, 8 frégates, 4 frégates légères) et une escadre russe (17 navires de ligne 12 frégates) qui se termine par un résultat indécis mais avec une victoire stratégique des russes. Les pertes sont équivalentes avec 84 morts et 281 blessés côté suédois, 89 tués et 218 blessés côté russe.

Le 13 mai 1790 c’est la Bataille de Reval (auj. Tallin) qui se termine par une victoire russe, ces derniers engageant neuf navires de ligne et cinq frégates (35 pertes) contre une flotte suédoise (22 navires de ligne et 4 frégates) (132 pertes 250 prisonniers, un navire de ligne détruit et un capturé)

La Bataille de Fredrikshann à lieu le 15 mai 1790 opposant la marine suédoise (106 navires de la flotte archipélagique) face à la marine russe (une frégate et 72 petits navires). C’est une victoire suédoise qui perd un navire avec 60 pertes alors qu’en face 26 navires sont perdus pour 270 pertes.

La Bataille de la Baie de Vyborg à lieu le 4 juillet 1790. C’est une victoire tactique russe mais une victoire stratégique suédoise.

Les russes mobilisent vingt-neuf navires de ligne, soixante-douze galères et onze frégates avant que soixante-douze galères et huit frégates archipélagiques n’arrivent en renfort. Dans le camp opposé sont engagés 21 navires de ligne, 13 frégates et 366 petits navires.

Les russes ne perdent aucun navire avec 281 pertes (d’autres sources donnent six navires de ligne hors de combat et 1000 pertes), les suédois perdent cinq navires de ligne, six galères, quatorze canonnières et 30 transports, deux navires de ligne étant perdus ultérieurement.

D’autres sources donnent sept navires de ligne perdus, trois frégates, deux cent cinquante petits navires, 7000 morts et 4988 prisonniers.

La Deuxième Bataille de Svenskund à lieu les 9 et 10 juillet 1790 entre les suédois et les russes, les premiers remportant une victoire décisive sur les russes. Les suédois mobilisent 275 navires de tout type contre 200 à 274 navires russes. Les suédois ont perdu six navires (coulés ou endommagés) et 600 à 700 marins alors que les russes ont perdu cinquante à quatre-vingt navires perdus avec 1000 tués blessés et prisonniers.

19ème siècle

Jusqu’en 1830 et l’expédition d’Alger, la Méditerranée est infestée par la piraterie, la piraterie barbaresque. Tous les pays envoient régulièrement des navires et des escadres pour tenter d’éradiquer cette nuisance.

Les suédois vont ainsi attaquer le 16 mai 1802 le port de Tripoli aux côtés des jeunes Etats-Unis, deux frégates suédoises et une frégate américaine étant engagées contre sept corsaires (l’un d’eux s’échoue). Les suédois s’empressent de faire la paix laissant les américains seuls.

Le 28 avril 1808 à lieu la Bataille de Furuholm entre la Suède et le royaume dano-norvégien. La marine de Stockholm aligne cinq sloops alors que les dano-norvégiens alignent six sloops et onze yawls. C’est une victoire suédoise avec quatre morts et six à sept blessés grave alors qu’en face c’est quatorze pertes et selon les sources zéro ou trois navires coulés.

Du 30 juin au 2 juillet 1808 à lieu la Bataille de Remito Kramp, une bataille oppose les suédois aux russes. Les premiers engagent quatre galères quinze sloops à canon puis ultérieurement quatre autres sloops et quatre galères (un sloop à canon coulé deux endommagés) alors que les seconds mobilisent quatre sloops à canon, trois yawls puis ultérieurement cinq sloops (deux yawls endommagés). Cette bataille se termine par une victoire tactique suédoise mais c’est un échec stratégique.

Les 2 et 3 août 1808 à lieu la Bataille de Sandorstorm, une victoire de la flotte russe sur les suédois, les premiers engageant 12 sloops à canon et 38 yawls les seconds vingt-deux sloops. Les russes ont onze navires endommagés et 131 pertes contre 321 pertes et 35 navires endommagés.

Le 30 août 1808 à lieu la Bataille de Grönvikssund entre la marine suédoise qui l’emporte face à la marine russe, les premiers engageant trois sloops (deux coulés 225 pertes) les seconds vingt sloops et quatre yawls (neuf navires coulés 114 pertes).

Le 18 septembre 1808 à lieu la Bataille du Détroit de Palva opposant une flotte russe de 70 à 80 sloops contre une flotte suédoise de 31 sloops. Les premiers l’emporte avec 200 pertes et trois sloops capturés contre 84 pertes et un sloop coulé.

Scandinavie (40) Danemark (11)

Reconstruire une marine

Comme nous venons de le voir sans l’intervention de la marine néerlandaise, le royaume de Danemark-Norvège aurait été bien en peine face à la marine suédoise. Cette leçon est tirée et le roi Frédéric III décide de concentrer du temps, de l’énergie et surtout de l’argent à la marine.

Frédéric III (1648-1670) 23

Frédéric III

Lire la suite

Dominions (73) Australie (17)

D’une guerre à l’autre

Après la dissolution de la (First) Australian Imperial Force (AIF), la défense de l’Australie repose sur un noyau réduit de troupes permanentes (essentiellement concentrées dans l’artillerie, le génie et les transmissions) et un système de milice appelée Citizens Military Force (CMF) ou plus simplement Militia (Milice).

Lire la suite

Italie (54) Regio Esercito (4)

Des origines du Regio Esercito Italiano au premier conflit mondial (1861-1915)

Regio Esercito 7.jpg

Création et première années

Le Regio Esercito Italiano est officiellement créé le 4 mai 1861 soit un mois et demi après la proclamation du royaume d’Italie (17 mars 1861).

Lire la suite

Italie (49) OdB et Programme de Guerre (1)

ORDRE DE BATAILLE ET PROGRAMME DE GUERRE

Avant-Propos

cuirassé Roma (1940).jpg

Le Roma (classe Littorio), orgueil de la marine italienne

En septembre 1948, la Regia Marina est la sixième marine en terme de tonnage assez loin derrière la Royal Navy (1ère), l’US Navy (2ème), la Nihon Kaigun (3ème), la Royale (4ème) et la Kriegsmarine (5ème). Lancée plus tardivement dans son expansion, la marine soviétique était 7ème mais en passe de dépasser la marine italienne.

Lire la suite

Italie (48) Bases Navales (3)

Base Navale de Leros (Dodécanèse)

En guise d’historique ces quelques phrases

En 1911, l’Italie entre en guerre contre l’Empire ottoman, «l’homme malade» de l’Europe. Cette guerre à pour but de s’emparer de la Tripolitaine et de la Cyrenaïque, régions qui allaient devenir l’Africa Septentrionale Italiana (ASI) avant que cette colonie italienne devienne une Libye indépendante.

Lire la suite

Italie (42) Navires amphibies et troupes de marine

NAVIRES AMPHIBIES,TROUPES DE MARINE ET UNITES SPECIALES

LST Adige.jpg

L’Adige 

Avant-propos

Longtemps les batailles navales ont davantage ressemblé à des batailles terrestres sur l’eau qu’à autre chose. Les galères romaines ou les trirèmes grecques cherchaient l’abordage puis l’infanterie embarquée qu’il s’agisse d’hoplites ou de légionnaires finissait le boulot.

Lire la suite

Italie (40) Navires légers (2)

Avisos rapides classe Diana

Diana.jpg

Carrière opérationnelle

Au début des années quarante, la marine italienne passe commande aux Cantieri Navali del Quarnaro (CNQ) de Fiume d’un aviso rapide baptisé Diana. Ce navire est mis en service au printemps 1941.

Lire la suite

Italie (39) Navires légers (1)

NAVIRES LEGERS

Avant-propos

L’apparition de la torpille automobile à permis de relancer l’idée qu’un petit navire pouvait détruire un plus gros que lui. Bon ça c’était dans la théorie car dans la pratique le torpilleur ne bouleversa pas autant la guerre navale qu’espéré par ses thuriféraires.

Lire la suite