Etats Unis (56) destroyers (16)

USS Haynsworth (DD-543)

USS Haynsworth (DD-700).jpg

 

-Le USS Haynsworth (DD-543) est mis en service le 10 juin 1950 après vingt-huit mois de construction, la mise sur cale ayant eu lieu le 4 février 1948.

Lire la suite

Publicités

Etats Unis (51) destroyers (11)

USS Philip (DD-496)

USS Philip (DD-498)

-Le USS Philip (DD-496) est mis en service le 8 avril 1945 après vingt-neuf mois de construction, la mise sur cale ayant eu lieu le 3 décembre 1942.

Lire la suite

Grande Bretagne (68) Fleet Air Arm (8)

Les hydravions de la Fleet Air Arm

Avant-propos

L’apparition de l’avion permettait d’envisager de voir au delà de l’horizon et guider le plus précisément possible le tir des cuirassés, la portée des canons ne cessant d’augmenter pour atteindre 40km (en théorie) au moment du second conflit mondial.

La mise en œuvre d’avions supposait des bases à terre, faute de pouvoir décoller et être récupéré d’un navire, les techniques envisagées (portiques, plate-formes sur tourelles, barges remorquées) n’étant que des pis-aller. Quand à la récupération n’en parlons même pas.

Un concurrent de l’avion paru bientôt, l’hydravion, un hybride d’avion et de bateau. Muni d’une coque étanche et/ou de flotteurs il parut être mieux à même de devenir les yeux des cuirassés et des croiseurs.

Lui aussi eut des problèmes de mise en œuvre et de récupération. Si la mise en œuvre fût résolue avec la catapulte (encore que ces installations étaient encombrantes, fragiles, soumises aux éléments), la récupération resta un problème insoluble, l’usage de la grue rendant le navire vulnérable car il devait ralentir alors que les tapis d’amerrissage furent une de ces fausses bonnes idées, séduisantes sur le papier, inapplicables en pratique.

En dépit de ces problèmes, l’hydravion était indispensable dans toute marine digne de ce nom et la Royal Navy n’échappe à cette règle, la Fleet Air Arm disposant de nombreux hydravions, essentiellement embarqués, les hydravions basés à terre dépendant du Coastal Command de la Royal Air Force.

Contrairement à d’autres aéronavales, la Fleet Air Arm ne disposait pas d’hydravions-torpilleurs ni d’hydravions de chasse.

Supermarine Walrus

le roi George VI (1936-1952) passant en revue une unité de Supermarine Walrus

le roi George VI (1936-1952) passant en revue une unité de Supermarine Walrus

En septembre 1948, le Supermarine Walrus à une position monopolistique au sein des unités de la Fleet Air Arm (FAA). Mis au point par le père du Spitfire, Reginald Mitchell, c’était un hydravion biplan monomoteur à hélice propulsive. C’était le premier hydravion britannique à disposer d’un train totalement rétractable (ce qui en faisait un véritable hydravion amphibie), d’un habitacle fermé et d’un fuselage entièrement en métal.

Conçu dans un premier temps comme hydravion de reconnaissance destiné aux cuirassés et aux croiseurs, il fût également utilisé pour la lutte anti-sous-marine, l’entrainement, la liaison, le sauvetage en mer aussi bien aussi de la RAF que de la FAA sans parler des pays étrangers qui le commandèrent en grand nombre.

A l’origine de cet appareil figure une initiative de la firme Supermarine pour la Royal Australian Air Force (RAAF), l’armée de l’air australienne qui demandait un hydravion catapultable pour les croiseurs de la Royal Australian Navy (RAN).

Cet appareil baptisé Seagull V n’apparut qu’en 1933, effectuant son premier vol le 21 juin 1933 avant d’être confié à la Royal Navy pour des tests de validation.

La RAAF commanda 24 appareils qui furent livrés entre 1935 et 1937 suivis par douze appareils pour la RAF qui le rebaptisa Walrus. Les commandes se succédèrent et en septembre 1948, le Walrus équipait au sein de la FAA les unités suivantes :

-Au sein du Home Command, les deux groupements d’hydraviation (1st & 3rd Seaplane Group) sont entièrement équipés de Supermarine Walrus. Le premier dispose de vingt appareils, le second dispose de quarante-huit exeplaires de cet appareil soit un total de soixante-huit hydravions.

-Au sein du Mediterranean Command, on trouve également deux groupements d’hydraviation entièrement équipés de Walrus, le 2nd Seaplane Group stationné à Malte et qui dispose de six Supermarine Walrus alors que le 4th Seaplane Group stationné à Alexandrie aligne vingt-quatre appareils type Walrus.

-Au sein du Far East Command, on trouve le 5th Seaplane Group qui dispose de vingt-deux Supermarine Walrus répartis entre Singapour (squadron 713 neuf appareils), à Hong Kong (squadron 714 sept appareils) et à Alor Setar (squadron 715 six appareils) plus le squadron 916 avec quatre Supermarine Walrus de servitude.

-Au sein de l’India Command on trouve le 6th Seaplane Group avec quatre Supermarine Walrus + deux destinés à servir de volant de fonctionnement ainsi qu’un squadron 914 avec quatre Supermarine Walrus de liaison.

-Au sein du West Indies Command, on trouve le 7th Seaplane Group dispose de six Walrus ainsi que le squadron 918 disposant de quatre Walrus pour des missions de servitude.

-Au sein du South Atlantic Command, on trouve le 8th Seaplane Group/squadron 718 équipé de huit Supermarine Walrus de reconnaissance et de surveillance maritime.

150 Supermarine Walrus Mk I et II (respectivement 100 Mk I et 50 Mk II) sont en service en septembre 1948. A cela s’ajoute des appareils de réserve, 48 Supermarine Walrus Mk III et 42 Supermarine Walrus Mk IV.

Le Walrus équipe également des squadron du Coastal Command en l’occurence six squadron disposant de Supermarine Walrus Mk V, une version adaptée aux besoins de la force de patrouille maritime de la RAF.

La production n’est pas poursuivie, un nouvel appareil baptisé Supermarine Sea Otter doit être introduit au printemps 1949.

L’appareil à été largement exporté en Argentine, en Australie, au Canada, en Egypte, en Irlande, en Nouvelle-Zélande et en Turquie (usage militaire) sans parler des utilisateurs civils.

Supermarine Walrus 21

Caractéristiques Techniques du Supermarine Walrus

Type : hydravion de reconnaissance, d’observation et de soutien

Masse : à vide 2200kg en charge 3265kg maximale au décollage 3650kg

Dimensions : longueur 11,45m envergure 14m hauteur 4.6m

Motorisation : un moteur radial Bristol Pegasus VI de 680ch

Performances : vitesse maximale 215 km/h à 1450m distance franchissable 956km plafond opérationnel 5650m

Armement : deux ou trois mitrailleuses Vickers K de 7.7mm six bombes de 45kg ou deux bombes de 110kg ou deux charges de profondeur Mk VIII de 110kg

Equipage : trois ou quatre hommes

Supermarine Stranaer

Supermarine Stranaer

Supermarine Stranaer

A l’origine du Stranaer figure la spécification R.24/31 du Ministère de l’Air pour un hydravion de reconnaissance côtière. Baptisé dans un premier temps Southampton Mk V, le contrat de développement est signé en 1933 et l’appareil rebaptisé Stranaer.

Le premier vol à lieu le 24 octobre 1934 et après les tests officiels de validation, une commande de 17 appareils est passée le 29 août, les appareils étant mis en service à partir d’avril 1937, le dernier étant livré deux ans plus tard. Une commande supplémentaire de six exemplaires est annulée mais 40 appareils sont construits sous licence au Canada.

Les appareils furent utlisés par la RAF puis après la mise en service des Short Sunderland et Saro Lerwick cédés à la Fleet Air Arm pour servir d’hydravion de servitude.

Huit appareils sont mis en oeuvre par le squadron 905 dépendant du Home Command, par le squadron 908 du Mediterranean Command (huit appareils également) et par le squadron 910 du Far East Command qui met en oeuvre quatre Stranaer ex-RCAF (Royal Canadian Air Force), ces appareils ayant été remplacés au Canada par des Catalina.

Ces appareils étaient encore utilisés en septembre 1948 quoique fort usés.

Caractéristiques Techniques du Supermarine Stranaer

Type : hydravion de reconnaissance côtière puis de servitude

Masse : à vide 5100kg en charge 8620kg

Dimensions : longueur 16.7m envergure 25.9m hauteur 6.6m

Propulsion : deux moteurs radiaux Bristol Pegasus X de 920ch

Performances : vitesse maximale 265 km/h à 1830m distance franchissable 1610km plafond opérationnel 5640m

Armement : trois mitrailleuses Lewis de 7.7mm

Equipage : 6 ou 7 hommes

Saro Lerwick

Saro Lerwick

Saro Lerwick

Le Saro Lerwick est issu de l’Air Ministry Specification R.1/36 publiée en mars 1936 pour remplacer au sein de la RAF les Saro London et Supermarine Stranaer qui n’étaient pas encore en service à l’époque.

Les firmes Saunders-Roe, Supermarine, Blackburn et Shorts proposèrent leurs projets mais seuls Short et Saunders-Roe (Saro) furent sélectionnés pour produire respectivement le Sunderland et le Lerwick.

Si le premier devint une véritable légende durant le second conflit mondial (“le porc-épic volant”), le Lerwick se révéla un appareil raté. Effectuant son premier vol le 31 octobre 1938, il se révéla instable et souvent difficile à contrôler. Seulement 21 appareils furent construits mais leur carrière s’acheva dès le printemps 1940 après moins d’un an de service.

Du moins leur carrière en première ligne car les squadron 905 et 910 récupèrent quatre appareils chacun pour des missions de servitude, les appareils étant toujours en service en septembre 1948 mais pour peu de temps, le remplacement par des appareils plus performants étant acquis.

Caractéristiques Techniques du Saro Lerwick

Type : hydravion de patrouille maritime

Masse : en charge 12880kg maximale au décollage 15060kg

Dimensions : longueur 19,40m envergure 24,64m hauteur 6.10m

Motorisation : deux moteurs radiaux Bristol Hercules II de 1375ch chacun

Performances : vitesse maximale 345 km/h vitesse de croisière 267 km/h plafond opérationnel 4270m distance franchissable 2479km

Armement : une mitrailleuse Vickers K de 7,7mm dans une tourelle avant, deux mitrailleuses Browning de 7.7mm en tourelle dorsale et quatre en tourelle de queue 900 kg de bombes ou de charges de profondeur

Equipage : six hommes

Saro London

Saro London

Saro London

Le Saro (Saunders-Roe) London est un hydravion issu de l’Air Ministry Specification R.24/31 pour un hydravion polyvalent à long rayon d’action (en version original General Purpose Open Sea Patrol Flying Boat). Il était issu du Saro A.7 Severn et c’était un contemporain du Supermarine Stranaer.

Le prototype effectua son premier vol en 1934 et les appareils de série sont livrés en mars 1936 avec dix London Mk I suivis de Mk II équipés de moteurs plus puissants, les Mk I étant rétrofités à ce standard ultérieurement.

48 Saro London furent mis en service, équipant quatre squadrons de la RAF (squadron 201, 202,204, 228), appareils encore en service quand éclate la guerre de Pologne.

Leur carrière d’hydravion de première ligne s’achève au printemps 1943 quand ils sont remplacés par des Short Sunderland.

Quatre sont encore en service en septembre 1948 au sein du squadron 918 stationné à Freetown pour des taches de servitude (transport, EVASAN). L’appareil à également été utilisé par le Canada.

Caracteristiques Techniques du Saro London Mk II

Type : hydravion de patrouille maritime

Masse : à vide 5045kg en charge 8364kg maximale au décollage 10000kg

Dimensions : longueur 17.23m envergure 24.39m hauteur 5.72m

Motorisation : deux moteurs radiaux Bristol Pegasus X 9 cylindres de 915ch chacun

Performances : vitesse maximale 250 km/h à 2000m vitesse de croisière 206 Km/h à 4000m distance franchissable 1770km (2800km en configuration convoyage) plafond opérationnel 6067m

Armement : trois mitrailleuses de 7.7mm Lewis et 900kg de bombes, mines, charges de profondeur

Equipage : six hommes

Grande-Bretagne (52) sous-marins (1)

SOUS-MARINS

Avant-propos

Après avoir combattu sur les flots et avant de combattre au dessus des flots, l’homme combattit sous les mers avec l’invention du sous-marin qui fit cahin-caha ses premières armes durant la guerre de Sécession quand les confédérés tentaient par tous les moyens de desserrer le blocus nordiste mis en place par le plan Anaconda.

Il faut attendre la fin du 19ème siècle pour voir l’arrivée de sous-marins réellement efficaces avec l’action de pionniers comme John Holland ou Maxim Laubeuf.

Néanmoins quand éclate le premier conflit mondial si les performances du sous-marin sont connues, bien peu sont les amiraux qui imaginent que ce drôle d’engin qui fait ce que tout navire ne doit pas faire (à savoir couler) puisse bouleverser la guerre navale.

Le KMS U-9 qui coula trois croiseurs cuirassés britanniques en une seule attaque

Le KMS U-9 qui coula trois croiseurs cuirassés britanniques en une seule attaque

Malheureusement, c’est la Royal Navy qui la première fit les frais avec la destruction de trois croiseurs cuirassés, les HMS Aboukir Hogue et Cressy au large des Pays-Bas le 22 septembre 1914 par le U-9.

La victoire tactique allemande n’ayant pas contrebalancé la victoire stratégique britannique au Jutland le 31 mai/1er juin 1916, la Kaiserliche Marine abandonna tout espoir de triompher avec ses cuirassés et préféra tout miser sur une guerre au commerce menée par les U-Boot.

Celle-ci échoua de peu à isoler la Grande-Bretagne mais entraina les Etats-Unis dans la guerre avec les conséquences que l’on sait.

Avec un tel impact sur sa flotte de commerce, la Grande-Bretagne chercha à de multiples reprises à interdire le sous-marin mais échoua toujours devant la détermination des autres puissances maritimes qui en avaient besoin dans leur stratégie globale.

Pour la France et l’Italie, il s’agissait de compenser le manque de cuirassés alors que pour les Etats-Unis et le Japon, il s’agissait d’affaiblir la flotte de bataille ennemie durant sa longue traversée en direction des Philippines où la bataille décisive était censée se dérouler.

N’ayant pu bannir le torpilleur submersible des océans, la Royal Navy construisit de nombreux sous-marins, des sous-marins de moyenne et de longue patrouille, des sous-marins mouilleurs de mines et succomba elle aussi au concept du croiseur sous-marin.

En septembre 1939, la Royal Navy dispose de soixante-deux submersibles, treize anciens et quarante-neufs modernes soir la plus faible des trois belligérants de la guerre de Pologne, l’Allemagne disposant de cinquante-sept submersibles et la France de soixante dix-huit.

Onze sous-marins type T sont en construction en septembre 1939 pour permettre le renouvellement et l’expansion de la flotte.

Une commande massive de vingt-quatre sous-marins est passée en septembre 1939 mais la guerre de Pologne s’étant terminé beaucoup plus rapidement que prévu, cette commande est étalée, étalement qui s’explique aussi par la charge importante de chantiers navals dont les méthodes de travail sont loin d’être à la pointe de la modernité.
Sur le plan de l’organisation, les sous-marins de la marine britannique sont répartis entre la Home Fleet (2nd Submarine Flottilla avec onze unités à Dundee, 6th Submarine Flottilla avec sept sous-marins à Blyth, Northumberland), la Mediterranean Fleet (1st Submarine Flottilla avec dix sous-marins) et la China Station (4th Submarine Flottilla avec quinze submersibles). Quatre sous-marins sont déployés dans l’Atlantique soit 47 sous-marins, les autres étant en réserve ou en entretien à l’époque.

Comme pour les autres catégories de navires la flotte en service en septembre 1939 évolue jusqu’en septembre 1948 avec le désarmement des navires les plus anciens et la mise en service de sous-marins neufs. A noter que durant la guerre de Pologne, le HMS Oxley est coulé par le HMS Triton au cours d’une terrible méprise.

Les sous-marins de classe Odin (type O), Parthian (type P) et Rainbow (type R) sont désarmés et remplacés notamment par les type S, cette classe devenant la classe majeure, la classe standard de la flotte sous-marine britannique mais pas numériquement la plus nombreuse, les type U la devançant.

Douze sous-marins sont en service en septembre 1939 et cinq sont commandés en septembre 1939 dans le cadre de la commande de vingt-quatre sous-marins que nous avons vu plus haut.

Sept nouveaux sous-marins sont commandés en septembre 1940 portant le total à vingt-quatre submersibles dont le dernier entre en service au printemps 1945.

Le HMS Clyde, un des trois sous-marins de classe River

Le HMS Clyde, un des trois sous-marins de classe River

La classe River composée de trois sous-marins d’escadre (River Thames Clyde) aurait du être désarmée en 1945 mais au final ils sont prolongés et déployés en Extrême-Orient depuis Singapour.

-Les six sous-marins mouilleurs de mines de classe Grampus sont toujours en service en septembre 1948. Dès le début du conflit, ils vont mouiller des bouchons de mine au large des ports allemands.

HMS Taurus, sous-marin type T

HMS Taurus, sous-marin type T

-La classe T est composée de sous-marins à long rayon d’action normalement destinés à combattre en Extrême-Orient mais dans la réalité, ils vont également combattre en mer du Nord.

Quinze sous-marins sont commandés avant guerre mais seulement quatre sont en service en septembre 1939, onze autres étant en construction et sont mis en service entre 1941 et 1943.

Sept nouveaux sous-marins de ce type sont commandés en septembre 1939, sous-marins mis en service en 1942 et 1943

Cela porte la flotte à vingt-deux exemplaires, deux navires commandés en septembre 1943 sont mis en service en 1948, juste à temps pour participer au conflit.

-La classe U est la dernière classe de sous-marins mise au point avant le début du second conflit mondial.

Trois sont en service en septembre 1939 mais douze sont commandés en septembre 1939 suivis de dix-sept autres en 1941 (huit), en 1942 (sept) et en 1943 (deux), portant la flotte totale à trente-deux sous-marins en 1947.

Quand le second conflit mondial éclate, la flotte sous-marine de la Royal Navy affiche le visage suivant :

un sous-marin de type S

un sous-marin de type S

-Vingt-quatre sous-marins type S répartis en trois flottilles de huit submersibles (deux en mer du Nord une à Rosyth et la seconde à Chatham _7th Submarine Flottilla 11th Submarine Flottilla, une en Méditerranée à Malte la 9th Submarine Flottilla)

 

-Les six sous-marins mouilleurs de mines classe Grampus sont déployés hors rang, quatre en mer du Nord et deux en Méditerranée orientale

-Les trois sous-marins de classe River sont déployés depuis Singapour. Ils vont pouvoir s’appuyer sur les bases alliées de la région pour attaquer la flotte de guerre et la marine marchande de l’Empire du Japon. Ils sont placés hors-rang.

-Vingt-quatre sous-marins type T répartis en trois flottilles de huit submersibles, une déployée en mer du Nord (1st Submarine Flottilla), une dans l’Océan Indien depuis Aden (3rd Submarine Flottilla) et la troisième en Extrême-Orient depuis Singapour ou la Malaisie (5th Submarine Flottilla).

HMS Ultor (type U)

HMS Ultor (type U)

-Trente-deux sous-marins type U répartis en quatre flottilles de huit sous-marins, une déployée en mer du Nord (double rôle : missions de combat et entrainement des nouveaux sous-mariniers) (2nd Submarine Flottilla), deux en Méditerranée (Malte et Alexandrie) (4th & 6th Submarine Flottilla) et la dernière à Hong Kong (8th Submarine Flottilla).

Cela nous donne un total de 89 sous-marins en service en septembre 1948. Dès le début du conflit, les sous-marins en patrouille et ceux prêts à appareiller, prennent la mer pour s’attaquer moins au trafic commercial allemand puis italien qu’aux navires de guerre. Les sous-marins en Extrême-Orient reçoivent des consignes de vigilances mais comme le Japon se tient pour le moment tranquille….. .

Les différentes classes de sous-marins

Classe Odin (type O)

HMS Oberon

HMS Oberon

Ces sous-marins de moyenne patrouille comparable à nos Redoutable (les fameux “1500 tonnes”) sont conçus pour combattre en Extrême-Orient. Sept sous-marins sont commandés par la Royal Navy et deux par la Royal Australian Navy mais la carrière de ces derniers est fort courte et sont rapidement intégrés à la marine britannique. Trois sont exportés au Chili où ils vont servir jusqu’au milieu des années soixante.

L’Oberon est mis en service en août 1927, c’est le seul exemplaire de son type, il est donc considéré comme un prototype, le groupe 1 regroupant les deux sous-marins destinés à l’Australie, les AO-1 et AO-2 ainsi que les trois sous-marins vendus au Chili (Almirante Simpson Capitan O’Brien Capitan Thompson) mis en service en 1929.

HMS Oxley

HMS Oxley

Le premier mis en service en juillet 1927 arrive en Australie en février 1928, est désarmé pour des raisons budgétaires en mai 1930 avant d’être remis en service dans la marine britannique sous le nom d’Oxley en avril 1931. Sorti de sa zone de patrouille, il est coulé par le Triton le 10 septembre 1939 au large de la Norvège.

Le second connait la même courte carrière dans la marine australienne (septembre 1927-mai 1930 avec une arrivée en Australie en février 1928). Il est remis en service dans la Royal Navy en avril 1931 sous le nom d’Olway.

HMS Osiris

HMS Osiris

Le groupe 2 se compose de six sous-marins mis en service en 1929 (Osiris en février, Otus et Oswald en juillet, l’Orpheus en septembre et l’Odin en décembre) et en 1930 (Olympus en juin).

Ces sous-marins dérivés des type L connaissent des fuites de carburant fréquentes pouvant révéler leur position. Ils sont les premiers sous-marins à recevoir un Asdic.

Peu à peu rélégués à des missions d’entrainement, ils sont désarmés en 1945 (Oberon en janvier, Olway en mars, Osiris en avril, Otus en juin) et 1946 (Oswald en février, Odin en mars, Olympus en mai et Orpheus en septembre 1946)

Mouillés dans le loch Ewe en Ecosse, ils attendent un potentiel réarmement, effectif en septembre 1948 pour l’Oberon et l’Osiris, réarmement motivé pour permettre aux type U de mener des opérations de guerre. Les autres sont feraillés ou utilisés comme leurres, trop usés pour être réarmés même pour des missions de formation.

Caractéristiques Techniques des sous-marins de classe Odin

Déplacement : surface 1311 tonnes plongée 1892 tonnes (Oberon) standard 1349 tonnes plongée 1872 tonnes (australiens/groupe I) standard 1781 tonnes pleine charge 2030 tonnes (groupe II)

Dimensions longueur 83.8m (84.9m pour les australiens 86.4m pour le groupe II) largeur 8.5m (9.1m pour le groupe II) tirant d’eau : nc

Propulsion : deux moteurs diesels de 4600ch pour la propulsion en surface et deux moteurs électriques de 1350ch pour la propulsion en plongée. Deux hélices

Performances : vitesse maximale 15.5 noeuds en surface (15 noeuds pour les australiens 17.5 noeuds pour le groupe II) 9 noeuds en plongée rayon d’action 8400 miles nautiques à 10 noeuds en surface 70 miles à 4 noeuds en plongée Immersion 91.4m

Armement : un canon de 4 pouces (102mm) sur le pont à l’avant, deux mitrailleuses Lewis de 7.7mm, six tubes lance-torpilles avant et deux arrière avec seize torpilles.

Equipage : 54 officiers et marins
Classe Parthian (type P)

Les six Parthian sont une version améliorée des Odin et destinés à opérer en Extrême-Orient. Plus longs de deux mètres, leurs habitabilité à été améliorée par rapport à leurs devanciers.

HMS Pandora

HMS Pandora

Six navires sont mis en service en 1929 (Pandora Parthian Perseus Phoenix Poseidon Proteus) mais le Poseidon est coulé le 9 juin 1931 lors d’une collision avec un navire marchand.

Les cinq sous-marins survivants sont désarmés en 1946 (Pandora Phoenix Proteus) et 1947 (Parthian Perseus) et sont mouillés à Scapa Flow attendant un hypothétique réarmement.

Après inspection seul le Pandora sera réarmé pour servir de but sonar à l’Ecole des détecteurs implantée à Aberdeen. Les autres en trop mauvais état vont servir de leurres pour les reconnaissance ou être démolis.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : en surface 1790 tonnes en plongée 2070 tonnes

Dimensions : longueur 88m largeur 9.1m tirant d’eau 4.9m

Propulsion : deux moteurs diesels Amirauté dévellopant 4640ch et deux moteurs électriques dévellopant 1635ch entrainant deux hélices

Performances : vitesse maximale 17.5 nœuds en surface 8.6 nœuds en plongée

Armement : un canon de 102mm (4 pouces) QF Mk II sur le pont à l’avant, huit tubes lance-torpilles de 533mm (six avant deux arrières) avec 14 recharges, torpilles qui peuvent être remplacées par des mines

Equipage : 53 officiers et marins

Grande Bretagne (49) Navires légers (5)

Frégates classe River

Avant-propos

Les corvettes de classe Flower n’étaient pas des lévriers des mers mais leur mission principale l’escorte ne le demandait pas, elles faisaient correctement leur boulot ce qui était l’essentiel.

Néanmoins ce modèle était largement perfectible, un navire plus gros devant permettrer d’emporter plus de grenades ASM et surtout améliorer les conditions de vie des équipages qui à bord des corvettes pouvaient aussi bien être victimes de l’ennemi que du mauvais temps.

La Royal Canadian Navy (RCN) avait mis en œuvre ses premières corvettes dès 1941 et le retour d’expérience du temps de paix avait montré aussi bien les qualités que les limites des Flower.

Elle travailla sur un navire plus gros mais toujours de construction simple, ces navires devant être construits en grand nombre dans des chantiers pas forcément habitués à produire des navires militaires.

Ces navires sont d’abord baptisés large corvette puis frigates (frégate), un autre terme issu de la marine à voile qui désignait un navire médian armé d’une trentaine de canons et dont la mission essentielle était la protection du trafic commercial et l’attaque de celui de l’ennemi.

La marine canadienne passe commande en septembre 1942 de douze navires de ce type.

L’Australie va passer commande de huit navires pour compléter les Flower déjà en service. Comme les corvettes, elles vont être construites en Australie.
Intéressée la marine britannique va passer commande en juin 1942 de seize navires suivis en septembre 1945 (huit initialement prévues, les huit suivantes remplaçant les Modified Black Swan envisagés) de seize autres navires même si parmi ces derniers seule une partie va mettre mise en service. Anticipant sur les pertes du conflit à venir, seize navires sont commandés dès le mois de septembre 1948.

Sur le plan de l’organisation, les River vont être réparties en flottilles de huit navires, les 2nd et 4th Escort Flottilla recevant les corvettes commandées en juin 1942.

Les seize autres corvettes commandées en septembre 1945 doivent équiper les 6th et 8th Escort Flottilla.

La première est stationnée à Devonport, la deuxième à Faslane, la troisième à Gibraltar et la quatrième aux Bermudes avec potentiellement un redéploiement à Halifax.

Quand le second conflit mondial éclate, les 2nd et 4th EF sont à effectif complet, la 6th EF dispose de six navires et la 8th EF de quatre corvettes.

Carrière opérationnelle

2nd Escort Flottilla

Cette première flottille équipée de frégates de classe River est stationnée à Devonport. Elle ne doit normalement pas être déployée en Manche mais opérer dans l’Atlantique notamment dans les Western Approaches.

HMS Ballindery

HMS Ballindery

-La HMS Ballinderry (K255) est mise sur cale aux chantiers navals Blyth Shipbuilding & Drydock Company de Blyth le 14 jnanvier 1943 lancée le 21 décembre 1943 et mise en service le 14 avril 1944.

Le 5 septembre 1948, la frégate était en escale à Dublin, une escale de courtoisie, marquant un rechauffement relatif des relations entre Dublin et Londres.

A l’annonce des bombardements allemands sur la Norvège et le Danemark, la frégate interrompt sa visite et reprend la mer pour une première patrouille de guerre.

-La HMS Bann (K256) est mise sur cale aux chantiers navals Charles Hill & Sons de Bristol le 7 janvier 1943 lancée le 12 décembre 1943 et mise en service le 2 avril 1944.

Quand éclate le second conflit mondial, la frégate est immobilisée pour un grand carénage, sa disponibilité n’est prévue que pour la fin du mois.

-La HMS Chelmer (K221) est mise sur cale aux chantiers navals George Brown & Co de Greenock le 2 février 1943 lancée le 2 janvier 1944 et mise en service le 14 juin 1944.

Le 5 septembre 1948, la frégate était à la mer pour entrainement. Les manœuvres se poursuivent mais dans un contexte évidement différent.

-La HMS Dart (K21) est mise sur cale aux chantiers navals Blyth Shipbuilding & Drydock Company de Blyth le 30 janvier 1943 lancée le 2 février 1944 et mise en service le 15 septembre 1944.
Le 5 septembre 1948, la frégate se tenait prête à appareiller pour un exercice mais à l’annonce de l’attaque allemande, la frégate reste à quai.

-La HMS Derg (K257) est mise sur cale aux chantiers navals Henry Robb Ltd de Leith le 12 février 1943 lancée le 21 décembre 1943 et mise en service le 13 juillet 1944.

La frégate est à la mer le 5 septembre 1948 pour l’expérimentation d’un projecteur à grenades ASM combinant une charge de profondeur et une amorce, l’ancêtre des futurs lance-roquettes ASM.

Cette campagne d’essais qui devait s’achever le 8 septembre 1948 est interrompue, la frégate ralliant Devonport pour charger des munitions et des vivres et se tenir prête à toute éventualité.

HMS Ettrick

HMS Ettrick

-La HMS Ettrick (K254) est mise sur cale aux chantiers navals John Crown & Sons Lmited de Sunderland le 15 février 1943 lancée le 11 janvier 1944 et mise en service le 14 août 1944.

Le 5 septembre 1948, la frégate était immobilisée pour un grand carénage qui doit s’achever à la mi-octobre même si la guerre va probablement accélérer les travaux.

-La HMS Exe (K92) est mise sur cale aux chantiers navals Fleminf Ferguson Limited de Paisley le 16 mars 1943 lancée le 12 février 1944 et mise en service le 7 octobre 1944.

Le 5 septembre 1948, la frégate était à quai à Portsmouth.

-La HM Itchen (K227) est mise sur cale aux chantiers navals Fleminf Ferguson Limited de Paisley le 7 mars 1943 lancée le 21 février 1944 et mise en service le 15 octobre 1944.

Le 5 septembre 1948, la frégate était à quai à Portsmouth.

4th Escort Flottilla

Stationnée Faslane, la 4ème flottille d’escorte assure la protection des convois en compagnie des corvettes des 7th et 9th EF.

HMS Jed

HMS Jed

-La HMS Jed (K235) est mise sur cale aux chantiers navals Charles Hill & Sons Limited de Bristol le 4 juin 1943 lancée le 14 avril 1944 et mise en service le 2 novembre 1944.

Quand éclate le second conflit mondial, la frégate était à quai à Faslane, attendant la suite des événements.

-La HMS Kale (K241) est mise sur cale aux chantiers navals A. & J. Inglis Limited de Glasgow le 22 septembre 1943 lancée le 2 juillet 1944 et mise en service le 14 mars 1945.

Le 5 septembre 1948, la frégate était immobilisée pour un grand carénage prévu pour s’achever le 2 octobre mais il est probable que les travaux vont être accélérés pour permettre à la frégate d’être disponible le plus rapidement possible.

HMS Ness

HMS Ness

-La frégate HMS Ness (K219) est mise sur cale aux chantiers navals Henry Robb Limited de Leith le 3 septembre 1943 lancée le 30 juillet 1944 et mise en service le 17 mars 1945.

Le 5 septembre 1948, la frégate était à quai en attendant une mission de patrouille ou d’escorte.

-La frégate HMS Nith (K215) est mise sur cale aux chantiers navals Henry Robb Limited de Leith le 12 septembre 1943 lancée le 21 septembre 1944 et mise en service le 17 avril 1945.

Quand les allemands déclenchent l’opération Weserübung, la frégate est immbolisée depuis fin juillet pour un grand carénage. Elle doit être normalement disponible à la mi-octobre.

-La frégate HMS Ribble (K251) est mise sur cale aux chantiers navals W. Simons & Company de Renfrew le 14 janvier 1944 lancée le 12 décembre 1944 et mise en service le 1er août 1945.

Le 5 septembre 1948, la frégate était à la mer pour entrainement. En dépit de l’état de guerre, l’entrainement est maintenu.

HMS Rother

HMS Rother

-La frégate HMS Rother (K224) est mise sur cale aux chantiers navals Smiths Dock Company de South Bank-on-Tees le 27 juin 1943 lancée le 14 avril 1944 et mise en service le 3 janvier 1945.

Le 5 septembre 1948, la frégate était à quai, immobilisée pour une avarie de chaudière.

-La frégate HMS Spey (K246) est mise sur cale aux chantiers navals Smiths Dock Company de South Bank-on-Tees le 2 août 1943 lancée le 14 août 1944 et mise en service le 14 avril 1945.

Le 5 septembre 1948, la frégate était à quai, attendant la suite des événements.

HMS Swale

HMS Swale

-La frégate HMS Swale (K217) est mise sur cale aux chantiers navals Smiths Dock Company de South Bank-on-Tees le 2 septembre 1943 lancée le 24 août 1944 et mise en service le 2 février 1945.

6th Escort Flottilla

En septembre 1945, seize nouvelles frégates de classe River sont commandées pour équiper deux nouvelles flottilles mais sur ces seize navires, seulement dix sont en service, les six autres étant en achèvement à flot.

Cette flottille est stationnée à Gibraltar pour couvrir les convois Liverpool-Freetown-Le Cap voir des convois venus des Antilles et se rendant directement en Méditerranée.

En septembre 1948, elle dispose de seulement six navires, les deux derniers étant en achèvement à flot en Grande-Bretagne et pourraient donc ne pas rejoindre le Rocher.

-La frégate HMS Tay (K232) est mise sur cale aux chantiers Smiths Dock Company de South Bank-on-Tees le 14 mars 1946 lancé le 8 février 1947 et mise en service le 1er septembre 1947.

HMS Test

HMS Test

-La frégate HMS Test (K239) est mise sur cale aux chantiers navals Hall Russell & Company d’Aberdeen le 15 avril 1946 lancée le 3 mars 1947 et mise en service le 21 septembre 1947

-La frégate HMS Teviot (K222) est mise sur cale aux chantiers navals Hall Russell & Company d’Aberdeen le 4 mai 1946 lancée le 21 avril 1947 et mise en service le 12 octobre 1947.

-La frégate HMS Trent (K243) est mise sur cale aux chantiers navals Charles Hill & Sons Ltd de Boston le 5 juin 1946 lancée le 2 mai 1947 et mise en service le 1er novembre 1947.
-La frégate HMS Tweed (K250) est mise sur cale aux chantiers navals A.J Inglis Limited de Glasgow le 12 septembre 1946 lancée le 4 juillet 1947 et mise en service le 2 janvier 1948.

HMS Waveney

HMS Waveney

-La frégate HMS Waveney (K248) est mise sur cale aux chantiersnavals Smiths Dock Co. South Bank-on-Tees le 10 septembre 1946 lancée le 22 juin 1947 et mise en service le 15 novembre 1947.

Ces six frégates sont déployées à Gibraltar et le 5 septembre 1948, deux sont en mer pour exercice (Tay et Teviot), deux patrouillent dans le détroit (Test Trent), les deux dernières (Tweed Waveney) sont à quai en entretien à flot après un exercice anti-sous-marin.

Les deux dernières qui devaient théoriquement compléter la flottille sont en achèvement à flot quand éclate le second conflit mondial. Elles pourraient donc ne jamais rejoindre Gibraltar.

-La frégate HMS Wear (K230) est mise sur cale aux chantiers navals Smiths Dock Company de South Bank-on-Tees le 14 février 1947 lancée le 8 janvier 1948. Le 5 septembre 1948, la frégate était sur le point d’entamer ses essais.

-La frégate HMS Aire (K262) est mise sur cale aux chantiers navals Fleming & Ferguson Limited de Paisley le 12 mars 1947 lancée le 8 février 1948. le 5 septembre 1948, elle était sur le point d’entamer ses essais.

8th Escort Flottilla

La 8th Escort Flottilla est déployée aux Bermudes, la principale base britannique dans la région, son rôle est capital pour couvrir les convois venus des Antilles notamment avec les précieux pétroliers exportant en Europe le pétrole mexicain ou vénézuélien.

En septembre 1948, seulement quatre frégates sont opérationnelles, les quatre étant encore en construction en Grande-Bretagne et il n’est pas certain que la flottille atteigne son format définitif.

HMS Annan

HMS Annan

-La frégate HMS Annan (K404) est mise sur cale aux chantiers navals Hall Russel & Company d’Aberdeen le 10 janvier 1946 lancée le 8 décembre 1946 et mise en service le 14 juillet 1947.

-La frégate HMS Avon (K97) est mise sur cale aux chantiers navals Charles Hill & Sons limited de Bristol le 2 février 1946 lancée le 14 janvier 1947 et mise en service le 2 août 1947.

-La frégate HMS Awe (K526) est mise sur cale aux chantiers navals Fleming & Ferguson Limited de Paisley le 3 mars 1946 lancée le 21 janvier 1947 et mise en service le 15 août 1947.

-La frégate HMS Braid (K263) est mise sur cale aux chantiers navals W. Simons & Co de Renfrew le 14 avril 1946 lancée le 7 février 1947 et mise en service le 2 septembre 1947

Le 5 septembre 1948, les frégates Annan et Avon sont à la mer pour entrainement, l’Awe et Braid sont à quai.

Les quatre frégates mises sur cale à l’automne 1947 sont encore sur cale quand le second conflit mondial :

-La frégate HMS Cam (K264) est mise sur cale aux chantiers navals George Brown & Company de Greenock le 14 octobre 1947 et toujours sur cale le 5 septembre 1948 même si son lancement est une question de jour.

-La frégate HMS Deveron (K265) est mise sur cale aux chantiers navals Smiths Dock Company de South Bank-on-Tees le 12 novembre 1947 et toujours sur cale le 5 septembre 1948, son lancement étant prévénu pour la mi-septembre.

-La frégate HMS Dovey (K523) est mise sur cale aux chantiers navals Fleming & Ferguson limited de Paisley le 21 novembre 1947. Son lancement est prévu mi ou fin septembre.

HMS Fal

HMS Fal

-La frégate HMS Fal (K266) est mise sur cale aux chantiers navals Smiths Dock Company de South Bank-on-Tees le 1er novembre 1947 avec un lancement prévu pour la mi-septembre.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 1390 tonnes pleine charge 1860 tonnes

Dimensions : longueur hors tout 91.8m longueur entre perpendiculaires 86.3m largeur 11.1m tirant d’eau 4m

Propulsion : machines verticales à triple expansion alimentées en vapeur deux chaudières Amirauté dévellopant 6500ch et entrainant deux hélices

Performances : vitesse maximale 20 noeuds distance franchissable 7200 miles nautiques à 12 noeuds

Armement : deux canons de 102mm en affûts simples sous masque (un avant et un arrière) douze canons de 20mm Oerlikon en deux affûts doubles et six affûts simples, des mitrailleuses de 7.7mm Vickers et jusqu’à 150 grenades ASM

Equipage : 107 officiers et marins

Grande-Bretagne (48) Navires légers (4)

Corvettes classe Flower

Avant-Propos

Les sloops étaient des navires d’escorte acceptables mais c’était encore des navires militaires, relativement complexes et coûteux à fabriquer. Sans compter que les chantiers navals spécialisés dans les constructions militaires devaient aussi construire des cuirassés, des croiseurs, des porte-avions, des destroyers…. .

L’escorte impliquant plus d’endurance que de performances, germa l’idée d’un navire simple à construire, quasi-consommable avec un armement limité au strict nécessaire : un canon médian pour affronter un sous-marin surpris en surface, des pièces antiaériennes légères, des mitrailleuses pour la défense rapprochée et bien entendu un lot conséquent de grenades ASM.

Les britanniques reprirent le design d’un baleinier pour dessiner un nouveau navire. A nouveau navire, nouvelle désignation, c’est le terme corvette qui est choisit, ressuscitant un terme de la marine à voile, disparu avec la vapeur, terme désignant un petit navire entre la frégate et le sloop-of-war.

C’est l’acte de naissance des corvettes de classe Flower. Ce programme anglo-français va aboutir à la construction de trente-deux corvettes pour la Marine Nationale et soixante-quatre pour la Royal Navy.

Ces soixante-quatre navires sont mis sur cale entre 1939 et 1945, lancées entre 1940 et 1947 et mises en service entre 1940 et 1948.

Quarante-huit seulement seront au final mises en oeuvre par la Royal Navy, huit rejoignant la marine canadienne et huit autres la marine australienne. Si les premières vont participer à l’escorte des convois transatlantiques, les huit Australian Flower vont protéger la navigation aux antipodes.

Les quarante-huit Flower vont être répartis en six Escort Flottilla déployées au sein de la Home Fleet, des flottilles numérotées 1, 3,5, 7,9 et 11 soit six flotilles de huit navires (les numéros pairs vont être attribuées aux Escort Flottilla équipées de frégates de type River)

Comme les sloops la construction des corvettes n’est pas poursuivie quand est lancé le programme de guerre, la Royal Navy préférant construire des frégates de classe River, des navires aux capacités supérieures et au potentiel d’évolution plus important puisque la guerre verra la naissance de nouvelles classes de frégates, les Loch et les Bay.

Carrière opérationnelle

NdA : seules les corvettes de la Royal Navy seront abordées ici. Pour les Flower de la marine nationale, de la Royal Canadian Navy et de la Royal Australian Navy, je renvoie aux tomes consacrés à ces pays.

1st Escort Flottilla Portland

Cette 1ère flottille d’escorte basée sur l’île de Portland couvre les Western Approaches et joue un rôle capital dans les escortes de convois transatlantiques qui partent d’Halifax au Canada. Comme les autres EF elle dispose de huit navires avec en théorie quatre navires disponibles, deux en entretien/carénage et deux disponibles en renfort.

HMS Abelia

HMS Abella

-La HMS Abella (K184) est mise sur cale aux chantiers navals Harland & Wolf de Belfast le 19 août 1940 lancé le 24 janvier 1941 et mise en service le 7 avril 1941.

Le 5 septembre 1948, la corvette était immobilisée pour carénage

-Le HMS Acanthus (K01) est mise sur cale aux chantiers navals Ailsa Shipbuilding Company Ltd de Troon le 21 décembre 1939 lancé le 14 mai 1940 et mis en service le 2 septembre 1940.

Quand éclate le second conflit mondial, la corvette était à la mer pour entrainement

-La HMS Alyssum (K100) est mise sur cale aux chantiers navals George Brown & Co. de Greenock le 24 juin 1940 lancé le 16 février 1941 et mise en service le 2 août 1941.

Au 5 septembre 1948, la corvette était à la mer pour entrainement

-La HMS Amaranthus (K17) est mise sur cale aux chantiers navals Fleming & Ferguson Ltd. De Paisleu le 4 mai 1940 lancé le 17 octobre 1940 et mise en service le 27 mars 1941.
Au 5 septembre 1948, la corvette était immobilisé pour carénage.

Les quatre dernières corvettes de la 1ère flottille d’escorte étaient à la mer pour assurer la protection d’un convoi amenant en Europe deux divisions canadiennes.

HMS Acanthus (K-01)

HMS Acanthus (K-01)

-L’HMS Anchusa (K186) est mise sur cale aux chantiers navals Harland & Wolf de Belfast le 17 septembre 1940 lancé le 15 janvier 1941 et mise en service le 15 mars 1941.

-La HMS Anemone (K48) est mise sur cale aux chantiers navals Blyth Shipbuilding & Drydock Co. Ltd de Blyth le 26 octobre 1939 lancée le 22 avril 1940 et mise en service le 15 septembre 1940

-La HMS Arabis (K73) est mise sur cale aux chantiers navals Harland & Wolff de Belfast le 30 octobre 1939 lancée le 24 février 1940 et mise en service le 2 mai 1940.

HMS Arbutus (K-403)

HMS Arbutus (K-403)

-L’HMS Arbutus (K86) est mis sur cale aux chantiers navals Blyth Shipbuilding & Drydock Co. Ltd de Blyth le 30 novembre 1939 lancée le 5 juin 1940 et mise en service le 7 décembre 1940.

3rd Escort Flottilla

Cette flottille stationnée à Chatham sur les rives de la mer du Nord est chargée de missions d’escorte en Manche, en mer du Nord et si besoin est dans l’Atlantique.

Dans le cas d’un déploiement en Norvège en riposte ou nom d’une attaque allemande, les huit corvettes de la Third Escort Flottilla auront un rôle majeur dans l’escorte des cargos et des pétroliers à destination du pays scandinave pour y soutenir un corps expéditionnaire destiné à soutenir la petite armée norvégienne (6000 hommes en temps de paix, 10 à 12000 en temps de guerre).

HMS Aconite

HMS Aconite

-La HMS Aconite (K58) est mis sur cale aux chantiers navals Ailsa Shipbuiding Comapny Ltd de Troon le 25 mars 1940 lancé le 31 mars 1941 et mise en service le 8 septembre 1941.

Sept ans plus tard, la corvette patrouillait au large de Chatham pour empêcher les sous-marins allemands de prendre position à proximité de l’estuaire de la Tamise.

-La HMS Alisma (K185) est mise sur cale aux chantiers navals Harland & Wolff de Belfast le 19 août 1940 lancé le 12 février 1941 et mise en service le 2 août de la même année.

Le 5 septembre 1948, la corvette était immobilisé depuis la mi-juillet pour un grand carénage qui ne doit s’achever que début octobre même si avec le début du conflit, il est probable que les travaux seront accélérés.

-Le HMS Asphodel (K56) est mis sur cale aux chantiers navals George Brown de Greenock le 20 octobre 1939 lancé le 25 mai 1940 et mis en service le 4 décembre 1940.

Quand éclate le second conflit mondial, la corvette est à l’entrainement en mer du Nord. L’exercice est immédiatement interrompu et le navire rallie Chatham pour se ravitailler en carburant et en munitions.

-Le HMS Aster (K188) est mis sur cale aux chantiers navals Harland & Wolff de Belfast le 15 octobre 1940 lancé le 4 avril 1941 et mis en service le 1er septembre 1941.

Le 5 septembre 1948, la corvette était à quai dans sa base de Chatham.

-Le HMS Azalea (K25) est mis sur cale aux chantiers navals Cook Welton & Gemmell de Beverley le 15 novembre 1939 lancé le 8 juillet 1940 et mis en service le 12 janvier 1941.
Le 5 septembre 1948, la corvette était à quai dans sa base de Chatham.

HMS Balsam

HMS Balsam

-Le HMS Balsam (K72) est mis sur cale aux chantiers navals George Brown & Company de Greenock le 16 avril 1941 lancé le 30 mai 1942 et mis en service le 12 décembre 1942.

Quand éclate le second conflit mondial, la corvette est elle aussi immobilisé pour grand carénage, sa disponibilité étant prévue pour le 12 septembre 1948.

-La HMS Bergamot (K189) est mise sur cale aux chantiers navals Harland & Wolff de Belfast le 15 octobre 1940 lancé le 12 mai 1941 et mis en service le 2 novembre 1941.

Quand éclate le second conflit mondial, la corvette est à l’entrainement en mer du Nord. L’exercice est immédiatement interrompu et le navire rallie Chatham pour se ravitailler en carburant et en munitions.

HMS Bittersweet

HMS Bittersweet

-La HMS Bittersweet (K182) est mis sur cale aux chantiers navals Marine Industries Ltd de Sorel-Tracy le 17 avril 1940 lancé le 2 décembre 1940 et mis en service le 14 juillet 1941.

Le 5 septembre 1948, la corvette était à quai dans sa base de Chatham.

5th Escort Flottilla

Stationnée à Douvres, la mission principale de cette 5ème flottille d’escorte est de couvrir le passage des convois en Manche ainsi qu’au cours des premières semaines du conflit, le transfert sur le Continent du Corps Expéditionnaire Britannique composé de douze divisions (dix d’infanterie et deux blindées) sans compter les quatre divisions appelées à être placées sous commandement français au sein de la 3ème et de la 4ème Armée.

HMS Armeria

HMS Armeria

-La corvette HMS Armeria (K187) est mise sur cale aux chantiers navals Harland & Wolf de Belfast le 17 septembre 1941 lancé le 12 mai 1942 et mise en service le 2 décembre 1942.

Le 5 septembre 1948, la corvette était à Douvres en compagnie de ses sister-ship Aubretia Auricula et Begonia prêts à couvrir le passage sur le continent du BEF.

-La corvette HMS Arrowhead (K145) est mise sur cale aux chantiers navals Marine Industries Ltd de Sorel-Tracy le 11 avril 1941 lancé le 2 décembre 1941 et mise en service le 23 juin 1942.

Le 5 septembre 1948, la corvette était immobilisée depuis une semaine pour carénage. Elle ne devrait être disponible qu’au début du mois d’octobre.

HMS Aubretia

HMS Aubretia

-La corvette HMS Aubretia (K96) est mise sur cale aux chantiers navals George Brown & Company de Greenock le 27 octobre 1939 lancé le 17 septembre 1940 et mise en service le 14 juin 1941.

Quand le second conflit mondial éclate, la corvette est amarrée à Douvres, prête à couvrir le passage en France du Corps Expéditionnaire Britannique (BEF).

-La corvette HMS Auricula (K12) est mise sur cale aux chantiers navals George Brown & Co de Greenock le 25 novembre 1939 lancé le 14 novembre 1940 et mise en service le 17 mai 1941.
Quand le second conflit mondial éclate, la corvette est amarrée à Douvres, prête à couvrir le passage en France du Corps Expéditionnaire Britannique (BEF), probablement en escorte directe des cargos, paquebots et ferrys réquisitionnés.

-La HMS Begonia (K66) est mis sur cale aux chantiers navals Cook Welton & Gemmell de Beverley le 14 juin 1941 lancé le 7 mai 1942 et mise en service le 14 janvier 1943.

Quand le second conflit mondial éclate, la corvette est amarrée à Douvres, prête à couvrir le passage en France du Corps Expéditionnaire Britannique (BEF).

HMS Bellwort

HMS Bellwort

-La corvette HMS Bellwort (K114) est mise sur cale aux chantiers navals George Brown & Company de Greenock le 14 janvier 1942 lancée le 12 février 1943 et mise en service le 8 novembre 1943.

Le 5 septembre 1948, la corvette était immobilisée pour grand carénage depuis la mi-août, les travaux sont accélérés pour permettre au navire d’être disponible le plus rapidement possible.

-La corvette HMS Bluebell (K80) est mise sur cale aux chantiers navals Fleming & Ferguson Ltd de Paisley le 25 octobre 1939 lancé le 2 juin 1940 et mise en service le 12 janvier 1941, un incendie survenu le 14 octobre 1940 ayant retardé sa mise en service.

Quand éclate le second conflit mondial, la corvette était à la mer pour entrainement en compagnie du Borage

-La corvette HMS Borage (K120) est mise sur cale aux chantiers navals George Brown & Co de Greenock le 12 mars 1942 lancé le 8 juillet 1943 et mise en service le 14 janvier 1944.

Quand éclate le second conflit mondial, la corvette était à la mer pour entrainement en compagnie du Bluebell

7th Escort Flottilla

Cette flottille est stationnée à Faslane dans l’estuaire de la Clyde. La mission principale de cette flottille est de lutter contre les sous-marins en mer d’Irlande et de couvrir les convois.

A la fois les convois transatlantiques depuis le Canada voir les convois en direction de la Norvège ou de l’URSS si celle-ci bascule du côté des alliés.

HMS Bryony

HMS Bryony

-La corvette HMS Bryony (K192) est mise sur cale aux chantiers navals Harland & Wolff de Belfast le 12 février 1942 lancé le 2 janvier 1943 et mise en service le 17 novembre 1943.

Le 5 septembre 1948, la corvette était en patrouille anti-sous-marine dans l’Atlantique.

-La corvette HMS Buttercup (K193) est mise sur cale aux chantiers navals Harland & Wolff de Belfast le 12 juin 1942 lancé le 2 mai 1943 et mise en service le 17 février 1944.
Quand éclate le second conflit mondial, la corvette est immobilisée pour un grand carénage.

HMS Camellia

HMS Camellia

-La corvette HMS Camellia (K31) est mise sur cale aux chantiers navals Harland & Wolff de Belfast le 14 novembre 1939 lancé le 17 juillet 1940 et mise en service le 2 février 1941.
Le 5 septembre 1948, la corvette était immobilisée par un grand carénage, sa disponibilité n’est pas prévue avant le début du mois d’octobre.

-La corvette HMS Campion (K108) est mis sur cale aux chantiers navals John Crown & Sons Limited de Sunderland le 15 mars 1942 lancé le 2 décembre 1942 et mis en service le 14 juin 1943.

Le 5 septembre 1948, la corvette est à l’entrainement au large des Hebrides. Elle reçoit des consignes de vigilance, un entrainement tactique poussé en quelque sorte.

-La corvette HMS Carnation (K00) est mise sur cale aux chantiers navals Grangemouth Dry Docking Co. de Grangemouth le 26 février 1941 lancé le 14 janvier 1942 et mis en service le 8 août 1942.

Le 5 septembre 1948, la corvette est à quai à Faslane.

-La corvette HMS Chrysanthemum (K195) est mise sur cale aux chantiers navals Harland & Wolff de Belfast le 17 janvier 1942 lancé le 8 novembre 1942 et mise en service le 16 mars 1943.

Le 5 septembre 1948, la corvette est à quai à Faslane.

HMS Clematis

HMS Clematis

-La corvette HMS Clematis (K36) est mise sur cale aux chantiers navals Charles Hill & Sons Limited de Bristol le 11 octobre 1939 lancé le 22 avril 1940 et mise en service le 12 octobre 1940.

Le 5 septembre 1948, la corvette était à la mer pour entrainement. Elle rentre à Faslane pour faire le plein de carburant et de munitions.

-La corvette HMS Coltsfoot (K140) est mise sur cale aux chantiers navals Alexander Hall & Company d’Aberdeen le 15 février 1942 lancé le 12 novembre 1942 et mise en service le 8 mai 1943.

Le 5 septembre 1948, la corvette était à la mer pour entrainement. Elle rentre à Faslane pour faire le plein de carburant et de munitions.

9th Escort Flottilla

La 9ème flottille d’escorte étant également stationnée à Faslane, ses missions sont similaires pour ne pas dire identiques à celles de la précédente.

-La corvette HMS Burdock (K126) est mise sur cale aux chantiers navals John Crown Sond Limited de Sunderland le 14 septembre 1941 lancée le 22 avril 1942 et mise en service le 1er décembre 1942.

Le 5 septembre 1948 la corvette est immobilisée pour un grand carénage qui doit s’achever à la mi-septembre.

-La corvette HMS Calendula (K28) est mise sur cale aux chantiers navals Harland & Wolff de Belfast le 30 octobre 1939 lancé le 2 juillet 1940 et mise en service le 4 mars 1941.

Le 5 septembre 1948, la corvette était à la mer pour exercice. Les soutes étant quasiment à sec, la corvette rentre à Faslane pour faire le plein de carburant, de vivres et de munitions pour participer à ses premières opérations de guerre.

HMS Campanula

HMS Campanula

-La corvette HMS Campanula (K18) est mise sur cale aux chantiers navals Fleming & Ferguson Limited de Paisley le 26 octobre 1939 lancé le 12 août 1940 et mise en service le 4 mars 1941.

Le 5 septembre 1948, la corvette était elle aussi immobilisée pour un grand carénage.

-La corvette HMS Candytuft (K09) est mise sur cale aux chantiers navals Grangemouth Dry Dock Company de Grangemouth le 31 octobre 1939, lancé le 12 août 1940 et lancée le 2 mars 1941.

Le 5 septembre 1948, la corvette était à la mer pour exercice. La corvette reste en mer mais reçoit des consignes de vigilance.

-La corvette HMS Celandine (K75) est mise sur cale aux chantiers navals Grangemouth Dry Docking Company de Grangemouth le 14 février 1942 lancé le 2 décembre 1942 et mise en service le 6 juin 1943.

Quand les allemands déclenchent l’opération Weserübung, la corvette est à quai après avoir effectué un entrainement de deux jours en mer d’Irlande. La corvette est mise en alerte.

HMS Clarkia

HMS Clarkia

-La corvette HMS Clarkia (K88) est mise sur cale aux chantiers navals Harland & Wolff Ltd de Belfast le 30 octobre 1939 lancé le 8 septembre 1940 et mise en service le 12 mars 1941.

Le 5 septembre 1948, la corvette est à quai, prête à toute éventualité.

-La corvette HMS Clover (K134) est mise sur cale aux chantiers navals Fleming & Ferguson Ltd de Paisley le 14 mars 1942 lancé le 8 février 1943 et mise en service le 12 novembre 1943.

Le 5 septembre 1948, la corvette est à quai, prête à toute éventualité.

HMS Columbine

HMS Columbine

-La corvette HMS Columbine (K94) est mise sur cale aux chantiers navals Charles Hill & Sons Ltd de Bristol le 2 novembre 1939 lancée le 13 août 1940 et mise en service le 14 mars 1941.

Le 5 septembre 1948, la corvette est à quai, prête à toute éventualité.

11th Escort Flottilla

Stationnée à Portland à proximité de Devonport, cette flottille à pour mission la protection des convois transmanches mais également des convois venus d’outre-Atlantique.

-La corvette HMS Convolvulus (K45) est mise sur cale aux chantiers navals Charles Hill & Sons Ltd. De Bristol le 14 juin 1942 lancée le 2 mars 1943 et mise en service le 23 août 1943.

Le 5 septembre 1948, la corvette était en mer pour entrainement. Elle rentre à la base dès que sont connus les bombardements allemands sur le Danemark et la Norvège.

-La corvette HMS Coreopis (K32) est mise sur cale aux chantiers navals A. & J. Inglis de Glasgow le 19 septembre 1939 lancée le 22 août 1940 et mise en service le 1er mars 1941.

Le 5 septembre 1948, la corvette était immobilisé pour un grand carénage depuis la mi-juin. Sa disponibilité était prévue pour début octobre mais avec le début du conflit, les travaux et surtout la remise en condition vont être promptements accélérés.

-La corvette HMS Coriander (K183) est mise sur cale aux chantiers navals Hall Russel & Company d’Aberdeen le 14 mars 1941 lancé le 4 janvier 1942 et mise en service le 1er juillet 1942.

Le 5 septembre, la corvette de la 11ème flottille d’escorte était à l’entrainement au large de l’Irlande. Elle reçoit l’ordre de rallier sa base pour se ravitailler et se tenir prête à toute éventualité.

HMS Cowslip

HMS Cowslip

-La corvette HMS Cowslip (K196) est mise sur cale aux chantiers navals Harland & Wolff de Belfast le 17 mars 1942 lancée le 8 décembre 1942 et mise en service le 27 mars 1943.

Le 5 septembre 1948, quand éclate le second conflit mondial, la corvette était immobilisée depuis début août pour un grand carénage et sa disponibilité même en accélérant les travaux n’est pas prévu avant plusieurs semaines.

-La corvette HMS Crocus (K49) est mise sur cale aux chantiers navals A. & J. Inglis de Glasgow le 26 octobre 1939 lancée le 1er juillet 1940 et mise en service le 8 février 1941.

Le 5 septembre 1948, la corvette était en mer pour entrainement. Elle rentre à la base dès que sont connus les bombardements allemands sur le Danemark et la Norvège. L’entrainement n’ayant début que depuis quelques heures, la corvette reste à la mer et si l’entrainement se poursuit, la tension à bord est nettement plus forte qu’à l’accoutumé.

HMS Cyclamen

HMS Cyclamen

-La corvette HMS Cyclamen (K83) est mise sur cale aux chantiers navals J. Lewis & Sons d’Aberdeen le 30 novembre 1939 lancée le 3 septembre 1940 et mise en service le 17 mars 1941.

Le 5 septembre 1948, la corvette était à quai. Elle devait appareiller pour entrainement mais devant le déclenchement du conflit, l’entrainement est annulé et la corvette se prépare pour une éventuelle sortie de guerre.

-La corvette HMS Dahlia (K59) est mise sur cale aux chantiers navals J. Lewis & Sons d’Aberdeen le 14 juin 1941 lancée le 20 mars 1942 et mise en service le 1er octobre 1942.

Le 5 septembre 1948, la corvette était à quai, attendant comme on dit la suite des événements.

-La corvette HMS Delphinium (K77) est mise sur cale aux chantiers navals Henry Robb Limited de Leith le 31 octobre 1939 lancée le 20 juillet 1940 et mise en service le 5 janvier 1941.

Le 5 septembre 1948, la corvette était à quai, attendant comme on dit la suite des événements.

Caractéristiques Techniques

Déplacement : standard 940 tonnes pleine charge 1160 tonnes

Dimensions : longueur 62.50m largeur 10.10m tirant d’eau 3.50m

Propulsion : machine à vapeur à triple détente de 4 cylindres et deux chaudières développant 2750ch et entrainant une hélice

Performances : vitesse maximale 16 noeuds distance franchissable 3456 miles nautiques à 12 noeuds

Electronique : un radar de navigation, un radar de veille combinée et un Asdic

 

Armement : un canon de 4 pouces (102mm) BL Mark IX à l’avant, un Pom-Pom quadruple de deux pouces, des mitrailleuses Lewis ou Vickers et 40 grenades ASM.

En septembre 1948 l’armement se compose toujours d’un canon de 4 pouces, d’un Pom-Pom quadruple, de deux canons de 20mm Oerlikon, de deux mitrailleuses de 7.7mm et de quarante huit grenades ASM

Equipage : 85 officiers et marins

Grande-Bretagne (46) Navires légers (2)

Sloops classe Shoreham

Les huit sloops de classe Shoreham sont un développement des sloops de classe Hastings avec une coque plus longue. Ils sont construits dans les Arsenaux royaux de Chatham et de Devonport.

HMS Shoreham

HMS Shoreham

-Le HMS Shoreham (L32) est mis sur cale au His Majesty Dockyard Devonport le 19 décembre 1929 lancé le 22 novembre 1930 et mis en service le 2 novembre 1931.
Il sert dans le Golfe Persique et la mer Rouge de 1932 à son désarmement et sa mise en réserve à Aden (où il était stationné) survenu le 14 mai 1947 même si son bon état matériel en fait un candidat idéal pour un réarmement.

HMS Fowey

HMS Fowey

-Le HMS Fowey (L15) est mis sur cale au His Majesty Dockyard Devonport le 24 mars 1930 lancé le 4 novembre 1930 et mis en service le 11 septembre 1931.
Déployé au Moyen Orient, ce sloop stationné à Bombay aurait du être envoyé en Méditerranée en septembre 1939 mais l’Italie étant restée neutre, sa présence ne s’avérait plus nécessaire.
Il est mis en réserve le 15 septembre 1946 et mouillé à Aden où il atteint un hypothétique réarmement pourquoi pas sous les couleurs de la Royan Indian Navy.
-Le HMS Bideford (L43) est mis sur cale au His Majesty Devonport Dockyard le 10 juin 1930 lancé le 1er avril 1931 et mis en service le 27 novembre 1931.
Déployé dans l’Océan Indien de 1932 à 1938, il est ensuite affecté à la China Station où il opère jusqu’à sa mise en réserve le 4 octobre 1946,attendant comme ses sept sister-ships un hypothétique réarmement.

HMS Rochester

HMS Rochester

-Le HMS Rochester (L50) est mis sur cale au His Majesty Dockyard Chatham le 24 novembre 1930 lancé le 16 juillet 1931 et mis en service le 24 mars 1932. Il est d’abord basé en Afrique du Sud à Simonstown avant d’être redéployé en Métropole pour des patrouilles et des escortes.
La guerre de Pologne terminée, il subit un grand carénage dans son chantier constructeur de janvier à septembre 1940 avant d’être redéployé à Aden où il achève sa carrière le 14 janvier 1948 date de sa mise en réserve.

-Le HMS Falmouth (L34) est mis sur cale au His Majesty Dockyard Devonport le 31 août 1931 lancé le 19 avril 1932 et mis en service le 27 octobre 1937. Il effectue toute sa carrière en Extrême-Orient, étant déployé à Hong-Kong puis à Singapour où il est mis en réserve le 17 octobre 1947.

HMS Milford

HMS Milford

-Le HMS Milford (L51) est mis sur cale au His Majesty Dockyard Devonport le 14 septembre 1931 lancé le 11 juin 1932 et mis en service le 22 décembre 1932.

Il opère d’abord dans l’Atlantique Sud jusqu’en 1937 avant un passage à Portsmouth pour des travaux jusqu’en 1939 quand il retourne dans l’Atlantique Sud, étant stationné à Freetown jusqu’à sa mise en réserve en janvier 1946.

-Le HMS Weston (L72) est mis sur cale au His Majesty Dockyard Devonport le 7 septembre 1931 lancé le 23 juillet 1932 et mis en service le 23 février 1933.

Il à passé toute sa carrière dans l’Atlantique Sud et en mer Rouge qu’il s’agisse de la guerre de Pologne ou de la Pax Armada.
Il est mis en réserve le 14 mars 1947 à Freetown où il avait été redéployé depuis septembre 1945.

HMS Dundee

HMS Dundee

-Le HMS Dundee (L84) est mis sur cale au His Majesty Dockyard Chatham le 1er décembre 1931 lancé le 20 septembre 1932 et mis en service le 31 mars 1933, servant dans les Antilles depuis la base britannique implantée dans les Bermudes. C’est dans cette même base qu’il est mis en réserve le 14 janvier 1948.
CaractéristiquesTechniques des sloops classe Shoreham

Déplacement : standard 1123 tonnes

Dimensions : longueur 86m largeur 11m tirant d’eau 2.51m

Propulsion : turbines à engrenages alimentées en vapeur par des chaudières dévellopant 2000ch

Performances : vitesse maximale 16 noeuds

Armement : deux canons de 102mm (4 pouces), un affût quadruple de 12.7mm antiaérien (un deuxième embarqué ultérieurement) et des grenades ASM.

Equipage : 95 hommes

Sloops classe Grimsby

Avant-propos

Le remplacement des sloops du premier conflit mondial avait été assuré par les Bridgewater, les Hastings et les Shoreham, des navires destinés à la fois aux missions d’escorte mais également à des missions de dragage de mines.
Rapidement, la Royal Navy s’est rendu compte que ces deux missions n’étaient pas compatibles sur un navire de taille réduite comme un sloop et qu’il fallait des dragueurs de mines spécialisés tout comme des escorteurs dédiés.
Les nouveaux sloops étaient donc destinés à l’escorte, le dragage de mines ne pouvant être qu’une vrai mission secondaire en renfort de navires spécialisés.
C’est l’acte de naissance de la classe Grimsby qui se distinguait des sloops antérieurs par un armement plus puissant, deux canons de 4.7 pouces (120mm) remplaçant les deux canons de 4 pouces et comme ces canons n’étaient pas antiaériens, un canon de 3 pouces (76mm) fût également embarqué.
Huit navires furent commandés par la Royal Navy avec les deux derniers disposant d’un armement différent. La Royal Australian Navy commanda quatre autres navires et la marine royale indienne un navire portant le total à treize unités.

Carrière opérationnelle

NdA les sloops de type Grimsby de la Royal Australian Navy seront étudiés dans le tome consacré à ce dominion

HMS Grimsby

HMS Grimsby

-Le HMS Grimsby (U16) est mis sur cale au His Majesty Dockyard Devonport le 23 janvier 1933 lancé le 19 juillet 1933 et mis en service le 17 mai 1934.
Affecté jusqu’en 1939 à la China Station et basé à Hong Kong, il subit des entretiens périodiques à Hong Kong mais également à Singapour.
Son redéploiement en Europe n’à pas le temps de se faire avant la fin de la guerre de Pologne, il reste déployé depuis Hong Kong jusqu’en juin 1945 quand il est redéployé à Ceylan depuis la base de Triconmalee pour des patrouilles dans l’Océan Indien.
Toujours en service en septembre 1948, il va être chargé de missions de patrouille anti-raider dans l’Océan Indien, une mission ingrate, solitaire et dangereuse, les croiseurs auxiliaires allemands ou les raiders _de véritables navires de guerre_ n’étant pas des proies faciles.

HMS Leith

HMS Leith

-Le HMS Leith (U36) est mis sur cale au His Majesty Dockyard Devonport le 6 février 1933 lancé le 9 septembre 1933 et mis en service le 12 juillet 1934.
Il est affecté à la New Zealand Station et donc déployé dans le Pacifique pour des missions de présence dans une région où cohabitent colonies et dominions. Il est redéployé à partir de septembre 1939 à Singapour pour des missions de lutte contre la contrebande, mission qu’il poursuit jusqu’en juin 1945 quand il est redéployé à Hong Kong, remplaçant son sister-ship Grimsby.
En septembre 1948, le sloop était immobilisé pour un entretien à flot de ses chaudières, de son armement ainsi qu’une remise en état de ses locaux-vie.

Sa disponibilité n’est pas prévu avant la mi-septembre même si la guerre en Europe et la crainte qu’elle n’éclate en Asie va faire accélérer les travaux.

-Le HMS Lowestoft (U59) est mis sur cale au HM Dockyard Devonport le 21 août 1933 lancé le 11 avril 1934 et mis en service le 22 novembre 1934.

Déployé à China Station, il aurait du revenir en Europe mais le conflit s’étant terminé avant, il reste stationnaire à Hong-Kong jusqu’en septembre 1948. Le 5 de ce mois, il était à la mer pour une opération de lutte antipiraterie.

HMS Wellington

HMS Wellington

-Le HMS Wellington (U65) est mis sur cale au HM Dockyard Devonport le 25 septembre 1933 lancé le 29 mai 1934 et mis en service le 24 janvier 1935.
Déployé à China Station et à New Zealand Station avant la guerre de Pologne, le HMS Wellington est redéployé aux Bermudes en juin 1944. Il y était toujours déployé en septembre 1948 même si à l’époque, il était immobilisé pour un grand carénage.
-Le HMS Londonderry (U76) est mis sur cale au His Majesty Dockyard Devonport le 11 juin 1934 lancé le 16 janvier 1935 et mis en service le 20 septembre 1935.
De 1935 à 1938 il est déployé en mer Rouge avant d’être affecté à la South African Station avec Simonstown pour base.
Durant la guerre de Pologne, il est détaché à Freetown pour des missions de patrouille anti-raider et d’escorte de convois. Ce détachement se prolonge jusqu’en septembre 1941 quand il retrouve sa base sud-africaine où il était toujours déployé en septembre 1948.

HMS Deptford

HMS Deptford

-Le HMS Deptford (U53) est mis sur cale au HM Dockyard Chatham le 30 avril 1934 lancé le 5 février 1935 et mis en service le 20 août 1935.
D’abord déployé dans le Golfe Persique, le HMS Bedford est de retour en Grande-Bretagne quand éclate la guerre de Pologne. Durant ce court conflit, il effectue des missions d’escorte de convois en Manche et en mer du Nord.
Après un grand carénage de septembre 1940 à juin 1941, le sloop retourne dans le Golfe Persique où stationné à Oman, il surveille notamment l’Iran, les sympathies du Shah d’Iran pour l’Italie et l’Allemagne étant connues.
Le 5 septembre 1948, il était à la mer dans le détroit d’Ormuz.

HMS Aberdeen

HMS Aberdeen

-Le HMS Aberdeen (U97) est mis sur cale au HM Dockyard Devonport le 12 juin 1935 lancé le 22 janvier 1936 et mis en service le 17 septembre 1936.
Déployé en Méditerranée, il sert avant la guerre de Pologne de navire-amiral pour le commandant en chef de la Mediterranean Fleet pour des missions de représentation dans tout le bassin méditerranéen.
Durant la guerre de Pologne, il assure l’escorte de convois en Manche avant de retourner à Alexandrie où il était toujours déployé en septembre 1948.
Il cesse d’être le navire-amiral de la Flotte de la Méditerranée, étant remplacé par le cuirassé HMS Duke of York. Il va désormais servir de navire de défense de la base d’Alexandrie.

HMS Fleetwood

HMS Fleetwood

-Le HMS Fleetwood (U47) est mis sur cale au HM Dockyard Devonport le 14 août 1935 lancé le 24 mars 1936 et mis en service le 19 novembre 1936.
Après avoir servit de navire de test pour un nouvel affût de 4 pouces, le Fleetwood est redéployé en mer Rouge de novembre 1937 à septembre 1939, retrouvant les eaux métropolitaines pour la guerre de Pologne.
Ce court conflit terminé, il est renvoyé en mer Rouge dès le mois de mars 1940 et y était toujours déployé en septembre 1948. Le 5, une avarie de machine l’immobilisait depuis quinze jours et la date de sa disponibilité n’était toujours pas connue.
La Royan Indian Navy à également mis en oeuvre un navire

HMIS Indus

HMIS Indus

-Le HMIS (His Majesty Indian Ship) Indus est mis sur cale aux chantiers navals Hawthorn Leslie & Company de Hebburn le 8 décembre 1933 lancé le 24 août 1934 et mis en service le 15 mars 1935.
Déployé en Inde, il était toujours en service en septembre 1948, ayant pour mission de patrouiller dans le Golfe du Bengale.
Caracteristiques Techniques

Déplacement : standard 1006 tonnes pleine charge 1504 à 1534 tonnes

Dimensions : longueur 81.15m largeur 11m tirant d’eau 3.02m

Propulsion : turbines à engrenages Parsons alimentées en vapeur par deux chaudières Amirauté dévellopant 2000ch et entrainant deux hélices

Performances : vitesse maximale 16.5 noeuds

Armement : deux canons de 4.7 pouces en affûts simples, un canon de 3 pouces antiaérien, quatre canons de salut et des grenades ASM.

En septembre 1948, l’armement est composé de deux canons de 4.7 pouces, de huit canons antiaériens de 20mm Oerlikon, de deux affûts quadruples de 12.7mm et de quarante-deux grenades ASM (quinze à l’origine)

Equipage : 100 officiers et marins

Sloops classe Kingfisher

Avant-propos

Dans le cadre du traité de Washington, la construction de navires de moins de 600 tons (630 tonnes métriques) n’était pas limitée, un pays signataire pouvait construire autant de navires de 630 tonnes qu’il le souhaitait.
Si la France construisit les Melpomène, les britanniques décidèrent de construire des sloops amenés à opérer dans les eaux littorales en Manche et en Mer du Nord.
C’est l’acte de naissance de la classe Kingfisher, une classe de neuf navires qui ne se révélèrent guère réussis, la faute à un design trop contraint.
Ils étaient pourtant toujours en service en septembre 1948.

Carrière opérationnelle
-Le HMS Kingfisher (L70) est mis sur cale aux chantiers navals Fairfield Shipbuilding & Engineering Company implanté à Govan le 1er juin 1934 lancé le 14 février 1935 et mis en service le 18 juin 1935.
Déployé à Devonport (Devonport Group), ce navire est chargé de couvrir la Manche et en septembre 1948, le sloop va participer à la couverture des convois transportant en France le Corps Expéditionnaire Britannique.
-Le HMS Mallara (L42) est mis sur cale aux chantiers navals Alexander Stephens & Sons implantés à Linthouse le 12 juin 1935 lancé le 26 mars 1936 et mis en service le 15 juillet 1936.
Déployé lui aussi à Devonport, le Mallara est immobilisé en septembre 1948 pour un grand carénage destiné à assurer une remise en état complète mais également à renforcer son armement notamment en matière de DCA.

HMS Puffin

HMS Puffin

-Le HMS Puffin (L52) est mis sur cale aux chantiers navals Alexander Stephens & Sons implantés à Linthouse le 12 juin 1935 lancé le 5 mai 1936 et mis en service le 26 août 1936.
Basé à Devonport, le Puffin était à la mer en patrouille le 5 septembre 1948 prêt à attaquer le moindre sous-marin allemand en Manche.
-Le HMS Kittawake (L30) est mis sur cale aux chantiers navals John I. Thornycroft & Company de Woolston le 7 avril 1936 lancé le 30 novembre 1936 et mis en service le 29 avril 1937.
Déployé à Faslane (Faslane Group), il doit assurer des missions de lutte anti-sous-marine en mer d’Irlande afin de protéger les liaisons entre l’Angleterre, l’Ecosse et l’Ulster.

-Le HMS Sheldrake (L06) est mis sur cale aux chantiers navals John I. Thornycroft & Company de Woolston le 21 avril 1936 lancé le 28 janvier 1937 et mis en service le 1er juillet 1937. Déployé à Faslane, le sloop était immobilisé pour un grand carénage quand éclate le second conflit mondial.
-Le HMS Widgeon (L62) est mis sur cale aux chantiers navals Yarrow & Company de Scotsoun le 8 mars 1937 lancé le 2 février 1938 et mis en service le 16 juin 1938.
Déployé à Faslane, le Widgeon était à la mer le 5 septembre 1948 pour un entrainement qui se transforme en patrouille de surveillance.
-Le HMS Shearwater (L39) est mis sur cale aux chantiers navals J. Samuel White & Company de Cowes le 15 août 1938 lancé le 18 avril 1939 et mis en service le 7 septembre 1939.
Après avoir été déployé depuis Douvres durant la guerre de Pologne, le septième sloop de classe Kingfisher est déployé en Méditerranée avec Malte pour port d’attache, sa mission étant d’assurer la lutte anti-sous-marine littorale.
-Le HMS Guillemot (L89) est mis sur cale aux chantiers navals J. Samuel White & Company de Cowes le 22 août 1938 lancé le 6 juillet 1939 et mis en service le 28 octobre 1939.
Après une participation symbolique à la guerre de Pologne, le huitième et avant-dernier sloop de classe Kingfisher rallie Malte pour en assurer la sécurisation.
Le 5 septembre 1948, il était immobilisé pour un grand carénage.
-Le HMS Pintail (L21) est mis sur cale aux chantiers navals J. Samuel White & Company de Cowes le 22 août 1938 lancé le 18 août 1939 et mis en service le 28 novembre 1939.
Déployé à Malte, il y était toujours le 5 septembre 1948, étant à quai quand les premières bombes allemandes tombent sur la Norvège et le Danemark.
Caracteristiques Techniques

Déplacement : standard 518 tonnes (539 pour les Kittawake Sheldrake Widgeon, 589 tonnes pour les Shearwater Guillemot Pintail) pleine charge respectivement 691, 711 et 762 tonnes

Dimensions : longueur hors tout 74.14m largeur 8.08m tirant d’eau respectivement 1.8, 1.91 et 1.98m

Propulsion : turbines à engrenages Parsons alimentées en vapeur par deux chaudières Amirauté dévellopant 3600ch et entrainant deux hélices

Vitesse maximale 20 noeuds

Armement : un canon de 102mm (4 pouces) et des charges de profondeur bientôt renforcé avec un affût quadruple de 12.7mm puis remplacés par huit canons de 20mm Oerlikon tandis que le nombre de grenades ASM est porté à 48 exemplaires.

Equipage : 60 officiers et marins

Sloops classe Bittern

Avant-propos

Succédant aux Kingfisher, les trois sloops de classe Bittern sont les ancêtres immédiats des Egret et des Black Swan mais avec des capacités antiaériennes limitées.
Si le Bittern et le Stork furent achevés comme de véritables navires de guerre, l’Enchantress fût achevé comme un “yacht armé” un navire de représentation destinées aux plus hautes autorités de la Royal Navy.
Son armement était donc plus léger même si en septembre 1948, il fût renforcé pour lui permettre de mener de véritables missions de combat en l’occurence le commandement de la mise à terre des troupes alliées en Norvège.
Carrière opérationnelle
-Le HMS Bittern (L07) est mis sur cale aux chantiers navals J. Samuel White Company de Cowes le 27 août 1935 lancé le 14 juillet 1937 et mis en service le 15 mars 1938.
Affecté à la 1st Anti-submarine Flottilla, le sloop est toujours en service en septembre 1948, ayant pour stationnement Chatham. Affecté au Chatham Group en compagnie de ses deux sister-ships, ils sont chargés de protéger les accès à la Tamise.
Le 5 septembre 1948, le navire était immobilisé pour carénage. Outre des travaux classiques de remise en état, le Bittern devait recevoir des radars ainsi qu’une DCA plus puissante.
-Le HMS Enchantress est mis sur cale aux chantiers navals John Brown sis à Clydebank le 9 mars 1934 lancé le 21 octobre 1934 sous le nom de Bittern mais il est rebaptisé pour servir de “yacht armé” au profit des autorités, un navire de représentation qui nécessite tout de même un certain armement.
Il est mis en service le 8 avril 1935, participant au Jubilé d’Argent, les vingt-cinq ans de règne de George V.
Il est affecté à la 1st Antisubmarine Flottilla puis quand les Black Swan plus performants ont commencé à être mis en service, il à rejoint le Chatham Group pour assurer la sécurisation de l’estuaire de la Tamise.
En septembre 1948, il est décidé de le transformer en navire de commandement pour les opérations de débarquement en Norvège. Il reçoit des équipements radios supplémentaires tandis que sa DCA est renforcée pour lui permettre de faire face à la Luftwafe et à au Kriegsmarine FliegerKorps.

HMS Stork

HMS Stork

-Le HMS Stork (L81) est mis sur cale aux chantiers navals William Denny de Dumbarton le 19 juin 1935 lancé le 21 avril 1936 et mis en service le 10 septembre 1936.
Utilisé d’abord comme auxiliaire à Singapour, il rejoint la Grande-Bretagne au moment de la guerre de Pologne, recevant l’armement nécessaire pour des missions d’escorte au sein de la 1st Antisubmarine Flottilla puis du Chatham Group où il était toujours affecté en septembre 1948, le projet de le renvoyer en Extrême-Orient ne s’étant pas concrétisé.
Caractéristiques Techniques

Déplacement : 1190 tons

Dimensions : longueur 81m largeur 11m tirant d’eau : nc

Propulsion, : turbines à engrenages, chaudières à vapeur dévellopant 3300ch et entrainant deux hélices

Performances : vitesse maximale 18.75 noeuds

Armement : six canons de 102mm (4 pouces) en affûts doubles (deux avant un arrière), un affût quadruple de 12.7mm Vickers et des grenades ASM

L’Enchantress ne disposait que de quatre canons de 102mm en affûts simples et un affût quadruple de 12.7mm
En septembre 1948, l’armement se compose de six canons de 102mm (quatre pour l’Enchantress), huit canons de 20mm Oerlikon en affûts simples et vingt-huit grenades ASM

Equipage : 125 officiers et marins